Polycarpe de Smyrne

Polycarpe de Smyrne

Les Pères de l'Église : APOSTOLIQUE

Disciple de l’Apôtre Jean et second évêque de Smyrne
Née Vers 70
Mort entre 155 et 167 à Smyrne

Polycarpe de Smyrne

CITATION

" Quiconque refuse en effet de reconnaître que Jésus-Christ est venu en chair, est un antéchrist (1 Jn 4, 2, 3 et 2 Jn 7). Celui qui ne confesse pas le témoignage de la croix est du diable. Celui qui infléchit les paroles du Seigneur selon ses propres désirs en niant la résurrection et le jugement est le premier-né de Satan "

PRÉSENTATION AUDIO-VIDEO

Disciple de l'Apôtre Jean l'Evangéliste, père apostolique et évêque de Smyrne (Izmir, Turquie) pendant la première moitié du IIe siècle.
Polycarpe reçut la visite d’Ignace d’Antioche, peu de temps avant son martyre (v. 116), qui lui remit une épître.

Vers la fin de sa vie, il représenta les Églises d’Asie Mineure au cours de réunions, à Rome, avec le futur pape Anicet (155-166). Un des sujets de discussion était la date de Pâques.
Polycarpe fut martyrisé à Smyrne à l’âge de quatre-vingt-six ans.
Selon le théologien et martyr chrétien Irénée, qui fut un de ses élèves, Polycarpe parla avec l’Apôtre Jean l’Évangéliste, dont il fut un disciple, ce qui lui valut, ainsi que son don de prêcheur et son caractère dévoué, une grande autorité dans les Églises d’Orient.

Sa fête est le 26 janvier.
Polycarpe ramena à la foi plusieurs chrétiens qui avaient été séduits par les artifices de Marcion (marcionisme) et de Valentin.
Marcion, ayant été à sa rencontre, lui dit : «Me reconnaissez-vous? — Oui, répondit Polycarpe, je vous reconnais pour le fils aîné de Satan.»

Lorsqu'éclate la persécution commandée par Marc-Aurèle, l'empereur-philosophe, saint Polycarpe est très âgé. Il est plein de noblesse devant le proconsul: "Voilà bientôt quatre-vingt six ans que je sers le Christ, et il ne m'a fait aucun mal. Comment pourrais-je outrager mon roi et mon sauveur?" Il est alors brûlé vif, "comme un pain dans le four" selon son expression. En effet, devant le proconsul et tout le peuple, il fut livré aux flammes, et sur le bûcher rendit grâce à Dieu le Père qui l'avait jugé digne d'être compté au nombre des martyrs et de participer à la coupe du Christ.

Paroles de saint Polycarpe au moment de sa mort :

« Seigneur, Dieu tout-puissant, Père de ton enfant bien-aimé, Jésus-Christ, par qui nous avons reçu la connaissance de ton Nom, Dieu des anges, des puissances, de toute la création et de toute la race des justes qui vivent en Ta présence : Je Te bénis pour m'avoir jugé digne de ce jour et de cette heure, de prendre part au nombre de tes Martyrs, au calice de ton Christ, pour la résurrection de la vie éternelle de l'âme et du corps, dans l'incorruptibilité de l'Esprit-Saint. Avec Eux, puissé-je être admis aujourd'hui en Ta présence comme un sacrifice gras et agréable, comme Tu l'avais préparé et manifesté d'avance, comme Tu l'as réalisé, Dieu sans mensonge et véritable. Et c'est pourquoi pour toutes choses je Te loue, je Te bénis, je Te glorifie, par le grand Prêtre éternel et céleste Jésus-Christ, ton enfant bien-aimé, par qui soit la gloire à Toi avec Lui et l'Esprit-Saint maintenant et dans les siècles à venir. Amen. »


MARTYROLOGIE

Sous l’empereur Antonin Pio éclatent les persécutions également à Smyrne. Polycarpe est arrêté. Les Actes de son martyre racontent qu’il « est conduit devant le proconsul, ce dernier ….chercha à le convaincre de renier sa foi en disant « Pense à ton âge … et change d’idée, jure et je te libère .Maudis le Christ ». Polycarpe répondit : » Depuis 86 ans que je le sers, et il ne m’a jamais fait aucun mal. Comment pourrais-je renier mon roi et mon sauveur ? ... j’en suis très convaincu. Je suis chrétien ». On décide pour lui le bûcher, mais il reste indemne parmi les flammes du bûcher, il est poignardé « Ces faits, lit-on dans le Martyrium Polycarpi, concernent le bienheureux Polycarpe qui, avec ceux de Philadelphie, fut le douzième à subir le Martyre à Smyrne. Le bienheureux Polycarpe a rendu témoignage le deuxième jour de xanthique, le septième jour avant les calendes de mars, un jour du Grand Sabbat, à la huitième heure. Il fut arrêté par Hérode, sous le pontificat de Philippe de Tralles et le proconsulat de Statius Quadratus, mais sous le règne éternel de notre Seigneur Jésus-Christ ». La date du martyre de Polycarpe est donc certaine, c’était le 23 février de l’an 155.