Sur la Virginité I

Pseudo-Clément

Chapitres

vendredi 7 août 2020

Chapitre 1. Il décrit les circonstances de ses rapports avec l'autre sexe et explique comment, au cours de ses voyages, il agit dans des lieux où il n'y a que des frères.





Je voudrais d'ailleurs que vous sachiez, mes frères, quelle est notre conduite en Christ, ainsi que celle de tous nos frères, dans les différents lieux où nous sommes. Et si vous l'approuvez, faites de même dans le Seigneur. Or, si Dieu nous aide, nous nous conduisons ainsi : nous n'habitons pas avec des jeunes filles, et nous n'avons rien en commun avec elles ; nous ne mangeons pas et ne buvons pas avec des jeunes filles ; et nous ne dormons pas là où dort une jeune fille ; les femmes ne nous lavent pas les pieds et ne nous oignent pas ; et nous ne dormons en aucun cas là où dort une jeune fille célibataire ou qui a fait voeu ; même si elle se trouve dans un autre lieu, si elle est seule, nous n'y passons pas la nuit. De plus, s'il arrive que le temps du repos nous dépasse dans un lieu, soit à la campagne, soit dans un village, soit dans une ville, soit dans un hameau, soit n'importe où, et qu'il y ait des frères dans ce lieu, nous nous rendons chez un frère, et nous y rassemblons tous les frères, et nous leur adressons des paroles d'encouragement et d'exhortation. Et ceux d'entre nous qui sont doués pour la parole prononceront des paroles sérieuses, sérieuses et chastes, dans la crainte de Dieu, et ils les exhorteront à plaire à Dieu en toutes choses, à abonder et à faire de bonnes oeuvres, et à être libres de toute préoccupation en toutes choses, Philippiens 4:6, comme il convient et comme il est juste pour le peuple de Dieu.



Chapitre 2. Son comportement dans les lieux où il y avait des chrétiens des deux sexes.



Et si, de plus, il arrive que nous soyons éloignés de nos foyers et de nos voisins, et que le jour se couche et le soir nous dépasse, et que les frères nous pressent, par amour de la fraternité et en raison de leur affection pour les étrangers, de rester avec eux, afin que nous veillions avec eux, et qu'ils écoutent la sainte parole de Dieu et la mettent en pratique, et qu'ils soient nourris des paroles du Seigneur, afin qu'ils s'en souviennent, et qu'ils mettent devant nous du pain et de l'eau et ce que Dieu fournit, et que nous soyons disposés et consentants à passer la nuit avec eux ; s'il y a un saint homme, nous nous rendons avec lui et nous logeons, et ce même frère pourvoira et préparera tout ce qui est nécessaire pour nous ; et lui-même nous attend, et lui-même nous lave les pieds et nous oint de parfum, et lui-même prépare un lit pour nous, afin que nous puissions dormir en comptant sur Dieu. Toutes ces choses, ce frère consacré, qui est dans le lieu où nous nous attardons, les fera en sa propre personne. Il servira lui-même les frères, et chacun des frères qui sont dans le même lieu se joindra à lui pour rendre tous les services qui sont nécessaires aux frères. Mais chez nous, il ne pourra y avoir en ce temps-là aucune femme, jeune fille ou femme mariée, ni celle qui est âgée, ni celle qui a fait voeu, ni même une servante, chrétienne ou païenne ; mais il n'y aura que des hommes avec des hommes. Et, si nous estimons qu'il est nécessaire de se lever et de prier pour les femmes, et de prononcer des paroles d'exhortation et d'édification, nous convoquons les frères et toutes les saintes sœurs et les jeunes filles, et de même toutes les autres femmes qui sont là, en les invitant avec toute modestie et en devenant des comportements à venir festoyer de la vérité. Et ceux d'entre nous qui sont habiles à parler leur parlent, et les exhortent par ces paroles que Dieu nous a données. Et puis nous prions, et nous nous saluons les uns les autres, les hommes les hommes. Mais les femmes et les jeunes filles envelopperont leurs mains dans leurs vêtements ; et nous aussi, avec circonspection et en toute pureté, nos yeux regardant vers le haut, nous envelopperons notre main droite dans nos vêtements ; et alors ils viendront nous saluer à notre main droite enveloppée dans nos vêtements. Puis nous irons là où Dieu nous le permettra.



Chapitre 3. Règles de conduite des frères célibataires dans les lieux où il n'y a que des chrétiens mariés.



Et si nous avons de nouveau la chance de venir dans un lieu où il n'y a pas de frère consacré, mais où tous sont mariés, tous ceux qui sont là recevront le frère qui vient à eux, et le serviront, et s'occuperont de ses besoins en tout, avec assiduité, avec bonne volonté. Et le frère sera servi par eux de la manière qui convient. Et le frère dira aux personnes mariées qui se trouveront dans ce lieu Nous, les saints, nous ne mangeons ni ne buvons avec des femmes, ni ne sommes servis par des femmes ou des jeunes filles, ni les femmes nous lavent les pieds, ni ne nous oignent, ni ne préparent notre lit, ni ne dorment là où dorment les femmes, afin que nous soyons irréprochables en toutes choses, de peur que personne ne soit offensé ou ne trébuche sur nous. Et, tout en observant toutes ces choses, nous sommes sans offense pour tout homme. 2 Corinthiens 6:3 C'est pourquoi, en tant que personnes qui connaissent la crainte du Seigneur, nous persuadons les hommes, et à Dieu nous sommes rendus manifestes. 2 Corinthiens 5:11



Chapitre 4. Conduite de l'homme saint là où il n'y a que des femmes.



Mais si nous avons la chance d'arriver dans un lieu où il n'y a pas d'hommes chrétiens, mais où tous les croyants sont des femmes et des jeunes filles, et qu'ils nous pressent d'y passer la nuit, nous les convoquons tous en un lieu convenable, et nous leur demandons comment ils vont ; et selon ce que nous apprenons d'eux, et ce que nous voyons être leur état d'esprit, nous nous adressons à eux d'une manière convenable, comme des hommes craignant Dieu. Et quand ils se sont tous rassemblés et que nous voyons qu'ils sont en paix, nous leur adressons des paroles d'exhortation dans la crainte de Dieu, et nous leur lisons l'Écriture, avec pureté et dans les paroles concises et pesantes de la crainte de Dieu. Nous faisons tout comme pour leur édification. Et quant à ceux qui sont mariés, nous leur parlons dans le Seigneur d'une manière qui leur convient. Et si, de plus, le jour décline et le soir avance, nous choisissons, pour y passer la nuit, une femme âgée et la plus exemplaire de toutes ; et nous lui parlons pour nous donner une place à nous tous, où aucune femme n'entre, ni vierge. Et cette vieille femme nous apportera elle-même une lampe, et tout ce qui nous est nécessaire, elle nous l'apportera elle-même. Par amour pour les frères, elle apportera tout ce qui est nécessaire pour le service des frères étrangers. Et elle-même, quand l'heure du sommeil sera venue, partira et ira dans sa maison en paix.



Chapitre 5. Là où il n'y a qu'une seule femme, le père ne fait pas de séjour ; il faut éviter soigneusement les pierres d'achoppement.



Mais si, en outre, nous tombons sur un lieu et y trouvons une seule femme croyante, et qu'il n'y ait personne d'autre qu'elle, nous ne nous y arrêtons pas, nous ne prions pas, nous ne lisons pas les Ecritures, mais nous fuyons comme devant la face d'un serpent, et comme devant la face du péché. Non pas que nous méprisions la femme qui croit - loin de nous l'idée d'être aussi attentifs à nos frères en Christ ! - mais, parce qu'elle est seule, nous avons peur que quelqu'un ne fasse des insinuations contre nous en disant des mensonges. Car le cœur des hommes est fermement attaché au mal. Et, afin que nous ne donnions pas de prétexte à ceux qui veulent se servir d'un prétexte contre nous et dire du mal de nous, et afin que nous ne soyons une pierre d'achoppement pour personne, nous coupons à ce titre le prétexte de ceux qui veulent se servir d'un prétexte contre nous ; à ce titre, nous devons veiller à n'être une pierre d'achoppement pour personne, ni pour les Juifs, ni pour les païens, ni encore pour l'Église de Dieu ; et nous ne devons pas rechercher ce qui n'est profitable qu'à nous-mêmes, mais ce qui l'est pour beaucoup, afin qu'ils soient sauvés. 1 Corinthiens 10:32-33 Car cela ne nous sert de rien qu'un autre trébuche à cause de nous. Soyons donc en tout temps sur nos gardes, afin de ne pas frapper nos frères et de ne pas leur donner à boire une conscience troublée, en étant pour eux une pierre d'achoppement. Car si, pour la viande, notre frère est rendu triste, ou choqué, ou rendu faible, ou fait trébucher, nous ne marchons pas dans l'amour de Dieu. C'est pour la viande que vous faites périr celui pour lequel le Christ est mort. Car, en péchant ainsi contre vos frères et en blessant leur conscience maladive, vous péchez contre le Christ lui-même. Car si mon frère, à cause de la viande, est fait tomber, que nous, les croyants, nous disions : "Jamais nous ne mangerons de chair, afin de ne pas faire tomber notre frère". 1 Corinthiens 8:12-13 Voici d'ailleurs ce que fait toujours celui qui aime vraiment Dieu, qui prend vraiment sa croix, qui revêt le Christ et qui aime son prochain, celui qui veille sur lui-même afin de ne faire trébucher personne, afin que personne ne trébuche à cause de lui et ne meure parce qu'il est constamment avec des jeunes filles et qu'il vit avec elles dans la même maison - ce qui n'est pas bien -, au point de renverser ceux qui voient et qui entendent. Une telle conduite malveillante est lourde de trébuchements et de dangers, et s'apparente à la mort. Mais heureux est cet homme qui est circonspect et craintif en toute chose au nom de la pureté !



Chapitre 6. Comment les chrétiens doivent se comporter parmi les païens.



Si, par ailleurs, il arrive que nous allions dans un endroit où il n'y a pas de chrétiens, et qu'il soit important pour nous d'y rester quelques jours, soyons sages comme des serpents, et inoffensifs comme des colombes ; Matthieu 10:16 et ne soyons pas comme les insensés, mais comme les sages, Éphésiens 5:15 dans toute la retenue de la crainte de Dieu, afin que Dieu soit glorifié en toutes choses par notre Seigneur Jésus-Christ, par notre comportement chaste et saint. Car, que nous mangions, buvions ou fassions quoi que ce soit d'autre, agissons comme pour la gloire de Dieu. 1 Corinthiens 10:31 Que tous ceux qui nous voient reconnaissent que nous sommes une semence bénie, Esaïe 61:9 fils du Dieu vivant, Philippiens 2:15 en tout - dans toutes nos paroles, dans la honte, dans la pureté, dans l'humilité, car nous ne copions les païens en rien, ni ne sommes des croyants comme les autres hommes, mais en tout nous sommes éloignés des méchants. Et nous ne jetons pas ce qui est saint devant les chiens, ni les perles devant les porcs ; Matthieu 7:6 mais avec toute la retenue possible, et avec toute la discrétion, et avec toute la crainte de Dieu, et avec le sérieux de l'esprit, nous louons Dieu. Car nous n'exerçons pas notre ministère là où les païens boivent et blasphèment dans leurs fêtes avec des paroles d'impureté, à cause de leur méchanceté. C'est pourquoi nous ne chantons pas de psaumes aux païens, et nous ne leur lisons pas les Écritures, afin de ne pas être comme les chanteurs ordinaires, soit ceux qui jouent de la lyre, soit ceux qui chantent à voix haute, soit comme les devins, comme beaucoup d'autres, qui suivent ces pratiques et font ces choses, afin de se rassasier d'une maigre bouchée de pain, et qui, à cause d'une coupe de vin malheureuse, vont chanter les cantiques du Seigneur dans le pays étranger des païens, et font ce qui n'est pas juste. Ne faites pas cela, mes frères ; nous vous en supplions, mes frères, que ces actions ne se fassent pas parmi vous ; mais éloignez ceux qui choisissent ainsi de se comporter avec infamie et déshonneur. Il n'est pas convenable, mes frères, que ces choses se fassent ainsi. Mais nous vous supplions, frères dans la justice, que ces choses se fassent avec vous comme avec nous, comme pour un modèle de croyants et de ceux qui croiront. Soyons du troupeau de Christ, en toute justice, en toute sainteté et pureté, en nous conduisant avec droiture et sainteté, comme il convient aux croyants, en observant ce qui est digne de louange, ce qui est pur, ce qui est saint, ce qui est honorable et ce qui est noble, et en favorisant tout ce qui est utile. Car vous êtes notre joie, notre couronne, notre espérance et notre vie, si tant est que vous vous teniez dans le Seigneur. Philippiens 4:1 Qu'il en soit ainsi !



Chapitre 7. Utilisations des exemples d'avertissement et des modèles d'instruction



Considérons donc, mes frères, et voyons comment tous les pères justes se sont conduits pendant tout le temps de leur séjour dans cette vie, et recherchons et examinons depuis la loi jusqu'au Nouveau Testament. Car il est à la fois profitable et nécessaire de savoir combien d'hommes ont péri par les femmes et qui ils étaient, et qui et combien de femmes ont péri par les hommes, en raison de la constance avec laquelle ils se sont associés les uns aux autres. Et plus loin, pour la même raison, je montrerai aussi combien ont été les hommes, et qui ils étaient, qui ont vécu toute leur vie, et ont continué jusqu'à la fin, les uns avec les autres dans l'exécution d'œuvres chastes sans tache. Et il est manifeste et bien connu qu'il en est ainsi.



Chapitre 8. Joseph et la femme de Potiphar : de quel amour les femmes doivent-elles être ?



Il y a Joseph, fidèle, intelligent et sage, et qui craignait Dieu en toute chose. Une femme n'a-t-elle pas conçu une passion excessive pour la beauté de cet homme chaste et droit ? Et, quand il ne voulait pas céder et consentir à satisfaire son désir passionné, elle a jeté le juste dans toutes sortes de détresse et de tourments, jusqu'à un peu de la mort, en portant un faux témoignage. Mais Dieu le délivra de tous les maux qui s'étaient abattus sur lui à travers cette misérable femme. Vous voyez, mes frères, ce qui afflige la vue constante de la personne de la femme égyptienne qui a frappé le juste. Ne soyons donc pas constamment avec les femmes, ni avec les jeunes filles. Car cela n'est pas profitable à ceux qui veulent vraiment se ceindre les reins. Luc 12:35 Car il faut aimer les soeurs en toute pureté et chasteté, et en toute circonspection, dans la crainte de Dieu, sans s'associer constamment avec elles, ni trouver accès à elles à chaque heure.



Chapitre 9. La chute admonitoire de Samson.



N'avez-vous pas entendu parler de Samson le Nazaréen, avec qui l'Esprit de Dieu, Juges 13:25, était l'homme de grande force ? Cet homme, qui était nazaréen, et consacré à Dieu, et qui était doué de force et de puissance, une femme amenée à la ruine par son corps misérable, et par sa vile passion. Êtes-vous, par hasard, un homme comme lui ? Connais-toi toi-même et connais la mesure de ta force. La femme mariée attrape des âmes précieuses. Proverbes 6:26 C'est pourquoi nous ne permettons à aucun homme, quel qu'il soit, de s'asseoir avec une femme mariée ; et encore moins de vivre dans la même maison qu'une jeune fille qui a fait le voeu, ou de dormir là où elle dort, ou d'être constamment avec elle. Car cela doit être détesté et abominé par ceux qui craignent Dieu.



Chapitre 10. Le péché de David, si admonestant pour nous, les faibles.



Le cas de David ne vous instruit-il pas, lui que Dieu a trouvé un homme selon son cœur, un fidèle, un irréprochable, un pieux, un vrai ? Ce même homme a vu la beauté d'une femme - je veux dire de Bethsabée - quand il l'a vue se purifier et se laver sans vêtements. Cette femme, le saint homme, la vit et fut complètement captivé par le désir de la voir. Voyez donc les maux qu'il a commis à cause d'une femme, et comment ce juste a péché, et a donné l'ordre que le mari de cette femme soit tué au combat. Vous avez vu quels mauvais desseins il a tracés et exécutés, et comment, à cause de sa passion pour une femme, il a perpétré un meurtre - lui, David, qu'on appelait l'oint du Seigneur. Sois averti, ô homme, car si des hommes comme ceux-là ont été ruinés par des femmes, quelle est ta justice, ou que fais-tu parmi les saints, pour t'associer à des femmes et à des jeunes filles jour et nuit, avec beaucoup de sottise, sans crainte de Dieu ? Non, mes frères, ne nous conduisons pas ainsi ; mais souvenons-nous de cette parole qui est dite au sujet d'une femme : Ses mains tendent des pièges, et son coeur tend des filets ; mais le juste lui échappe, tandis que le méchant tombe entre ses mains. Ecclésiaste 7:26 C'est pourquoi, nous qui sommes consacrés, prenons garde de ne pas vivre dans la même maison que les femmes qui ont fait le voeu. Car une telle conduite ne convient pas aux serviteurs de Dieu.



Chapitre 11. Histoire admonitoire des enfants incestueux de David.



N'avez-vous pas lu concernant Amnon et Tamar, les enfants de David ? Cet Amnon a conçu une passion pour sa soeur, il l'a humiliée et ne l'a pas épargnée, parce qu'il la désirait avec une passion honteuse ; et il s'est montré méchant et prodigue à cause de ses rapports constants avec elle, sans crainte de Dieu, et il a commis des impuretés en Israël. Genèse 34:7 Il n'est donc pas convenable ni juste pour nous de nous associer à des sœurs, en nous livrant à des rires et à des débauches ; mais nous devons nous comporter envers elles avec toute la chasteté et la pureté et dans la crainte de l'Eternel.



Chapitre 12. L'engouement de Salomon pour les femmes.



N'avez-vous pas lu l'histoire de Salomon, le fils de David, l'homme à qui Dieu a donné la sagesse, la connaissance, la largeur d'esprit, la richesse et beaucoup de gloire, au-delà de tous les hommes ? Pourtant, ce même homme, par l'intermédiaire des femmes, est venu à la ruine, et s'est éloigné de l'Éternel.



Chapitre 13. L'histoire de Susanna enseigne la circonspection avec les yeux et dans la société.



N'avez-vous pas lu, et ne savez-vous pas, à propos de ces anciens qui étaient au temps de Suzanne, qui, parce qu'ils étaient constamment avec des femmes, et regardaient la beauté qui était celle d'un autre, tombèrent dans les profondeurs de la déraison, et ne purent se maintenir dans un esprit chaste, mais furent dépassés par une disposition dépravée, et vinrent soudainement sur la bienheureuse Suzanne pour la corrompre. Mais elle ne consentit pas à leur passion fétide, mais cria vers Dieu, et Dieu la sauva des mains des mauvais vieillards. Ne devons-nous donc pas trembler et avoir peur, dans la mesure où ces vieillards, juges et anciens du peuple de Dieu, ont perdu leur dignité à cause d'une femme ? Car ils n'ont pas tenu compte de ce qui est dit : Ne regarde pas la beauté qui est à l'autre ; et, La beauté de la femme a fait périr beaucoup de gens ; Siracide 9:8-9 et Avec une femme mariée ne t'assieds pas ; Siracide 9:12 et cela, encore, dans lequel il est dit : Y a-t-il quelqu'un qui mette du feu dans son sein, et qui ne brûle pas ses vêtements ; Proverbes 6:27 ou, L'homme marche-t-il sur le feu, et ses pieds ne sont-ils pas brûlés ? Ainsi, quiconque entre chez la femme d'un autre homme n'est pas pur du mal, et quiconque s'approche d'elle n'y échappe pas. Proverbes 6:28-29 Et encore, il est dit Tu ne désireras pas la beauté d'une femme, de peur qu'elle ne te prenne par les paupières ; Proverbes 6:25 et, Tu ne regarderas pas une jeune fille, de peur que tu ne périsses par désir pour elle ; Siracide 9:5 et, Avec une femme qui chante bien, tu ne seras pas constamment ; Siracide 9:4 et, Que celui qui croit être debout prenne garde de ne pas tomber. 1 Corinthiens 10:12



Chapitre 14. Exemples de comportement circonspect tirés de l'Ancien Testament.



Mais voyez ce qu'il dit aussi à propos de ces hommes saints, les prophètes, et à propos des apôtres de notre Seigneur. Voyons si l'un de ces hommes saints était constamment avec des jeunes filles, ou avec des jeunes femmes mariées, ou avec des veuves que l'apôtre divin refuse de recevoir. Examinons, dans la crainte de Dieu, le mode de vie de ces hommes saints. Nous trouvons écrit, au sujet de Moïse et d'Aaron, qu'ils agissaient et vivaient en compagnie d'hommes qui, eux aussi, suivaient une conduite semblable à la leur. Il en est de même pour Josué, le fils de Nun. Il n'y avait pas de femme avec eux ; mais ils se servaient d'eux-mêmes en toute sainteté pour faire le service devant Dieu, hommes avec hommes. Et non seulement cela, mais ils enseignèrent au peuple que, chaque fois que l'armée se déplaçait, chaque tribu devait se séparer, et les femmes avec les femmes à part, et qu'elles devaient aller à l'arrière derrière l'armée, et les hommes aussi à part par leurs tribus. Et, selon l'ordre du Seigneur, ils se mirent en route, comme un peuple sage, afin qu'il n'y ait pas de désordre à cause des femmes lorsque l'armée se déplaçait. Grâce à de beaux arrangements bien ordonnés, ils marchèrent sans trébucher. Pour lo ! Les Écritures témoignent de mes paroles : Lorsque les enfants d'Israël eurent traversé la mer de Suth, Moïse et les enfants d'Israël chantèrent les louanges de l'Éternel et dirent Nous louerons l'Eternel, car Il est extrêmement digne de louange. Exode 15:1 Après que Moïse eut fini de chanter les louanges, Marie, la soeur de Moïse et d'Aaron, prit un tambourin dans ses mains, et toutes les femmes sortirent à sa suite, et chantèrent les louanges avec elle, les femmes à part, et les hommes à part. Nous constatons encore qu'Élisée, Guéhazi et les fils des prophètes vivaient ensemble dans la crainte de Dieu, et qu'aucune femme ne vivait avec eux. Michée aussi, et tous les prophètes aussi, nous constatons qu'ils ont vécu de cette manière dans la crainte du Seigneur.



Chapitre 15. L'exemple de Jésus ; comment nous pouvons nous permettre d'être servis par des femmes.



Et, pour ne pas trop prolonger notre discours, que dirons-nous de notre Seigneur Jésus-Christ ? Notre Seigneur lui-même était constamment avec ses douze disciples lorsqu'il est venu dans le monde. Et non seulement ainsi, mais encore, lorsqu'il les envoya, il les envoya deux par deux, hommes avec des hommes ; mais les femmes ne furent pas envoyées avec eux, et ni sur la route ni dans la maison ils ne s'associèrent avec des femmes ou avec des jeunes filles ; et ainsi ils plut à Dieu en toute chose. Aussi, alors que notre Seigneur Jésus-Christ lui-même parlait avec la femme de Samarie près du puits, ses disciples sont venus et l'ont trouvé en train de parler avec elle, et ils se sont étonnés que Jésus soit debout et parle avec une femme. Jean 4:27 N'est-il pas une règle, telle qu'elle ne peut être mise de côté, un exemple et un modèle pour toutes les tribus d'hommes ? Et non seulement cela, mais encore, lorsque notre Seigneur est ressuscité du lieu des morts, et que Marie est arrivée au lieu de sépulture, elle a couru et s'est jetée aux pieds de notre Seigneur et l'a adoré, et elle l'aurait saisi. Mais il lui dit Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Jean 20:17 N'est-il donc pas étonnant que notre Seigneur n'ait pas permis à Marie, la femme bienheureuse, de toucher ses pieds, alors que vous vivez avec eux, que vous êtes attendus par des femmes et des jeunes filles, que vous dormez là où elles dorment, que des femmes vous lavent les pieds et vous oignent ? Hélas pour cet état d'esprit coupable ! Hélas pour cet état d'esprit qui est dénué de toute crainte ! Hélas pour cet affrontement et cette folie, qui est sans crainte de Dieu ! Ne vous jugez-vous pas vous-mêmes ? Ne vous examinez-vous pas vous-même ? Ne vous connaissez-vous pas vous-même et ne connaissez-vous pas la mesure de votre force ? Ces choses, d'ailleurs, sont dignes de confiance, et ces choses sont vraies et justes ; et ce sont des règles immuables pour ceux qui se conduisent avec droiture en notre Seigneur. Beaucoup de saintes femmes, encore une fois, ont servi les saints hommes de leur substance, comme la femme shunamite a servi Elisée ; mais elle n'a pas vécu avec lui, mais le prophète a vécu dans une maison à part. Et, à la mort de son fils, elle voulut se jeter aux pieds du prophète ; mais son serviteur ne le lui permit pas, mais la retint. Mais Elisée dit à son serviteur Laisse-la tranquille, car son âme est affligée. 2 Rois 4:27 De ces choses, donc, nous devons comprendre leur manière de vivre. C'est à Jésus-Christ, notre Seigneur, que les femmes rendaient des services de leur substance ; mais elles ne vivaient pas avec lui, mais elles se comportaient de manière chaste, sainte et irréprochable devant le Seigneur, et elles achevaient leur course, et recevaient la couronne en notre Seigneur Dieu Tout-Puissant.



Chapitre 16. Exhortation à l'union et à l'obéissance ; Conclusion.



Nous vous supplions donc, nos frères dans notre Seigneur, d'observer ces choses avec vous, comme avec nous, et d'avoir la même pensée, afin que nous soyons un en vous et que vous soyez un en nous, et qu'en toute chose nous soyons d'une seule âme et d'un seul cœur dans notre Seigneur. Quiconque connaît le Seigneur nous entend ; et quiconque n'est pas de Dieu ne nous entend pas. Celui qui désire vraiment garder la sainteté nous entend ; et la vierge qui désire vraiment garder la virginité nous entend ; mais celle qui ne désire pas vraiment garder la virginité ne nous entend pas. Enfin, adieu dans notre Seigneur, et réjouissez-vous dans le Seigneur, vous tous les saints. Que la paix et la joie soient avec vous de la part de Dieu le Père par Jésus-Christ notre Seigneur. Qu'il en soit ainsi.



Ici s'achève la deuxième épître de Clément, le disciple de Pierre. Que sa prière soit avec nous ! Qu'il en soit ainsi.