Lettre aux Corinthien II

Pseudo-Clément

Chapitres

vendredi 7 août 2020

Chapitre 1. Nous devons avoir une haute opinion du Christ



Mes frères, il est bon que vous considériez Jésus-Christ comme un Dieu, comme le Juge des vivants et des morts. Et nous ne devons pas penser à notre salut à la légère ; car si nous pensons peu à Lui, nous espérons aussi obtenir peu [de Lui]. Et ceux d'entre nous qui entendent ces choses avec insouciance, comme si elles étaient de peu d'importance, commettent un péché, ne sachant pas d'où ils ont été appelés, ni par qui, ni à quel endroit, ni combien Jésus-Christ s'est soumis à la souffrance pour nous. Quel retour allons-nous donc lui faire, ou quel fruit digne de ce qu'il nous a donné ? Car, en effet, combien sont grands les bienfaits que nous lui devons ! Il nous a gracieusement donné la lumière ; en tant que Père, Il nous a appelés fils ; Il nous a sauvés quand nous étions prêts à périr. Quelle louange lui donnerons-nous donc, ou quel retour ferons-nous pour les choses que nous avons reçues ? Nous avons manqué d'intelligence, nous avons adoré les pierres et le bois, l'or, l'argent et l'airain, œuvres des mains des hommes ; et toute notre vie n'a été que mort. Impliqués dans l'aveuglement, et avec une telle obscurité devant nos yeux, nous avons recouvré la vue, et par Sa volonté nous avons mis de côté cette nuée qui nous enveloppait. Car il a eu pitié de nous et nous a sauvés avec miséricorde, en observant les nombreuses erreurs dans lesquelles nous étions empêtrés, ainsi que la destruction à laquelle nous étions exposés, et que nous n'avions aucun espoir de salut si ce n'est qu'il nous venait de lui. Car il nous a appelés alors que nous ne l'étions pas, et il a voulu que nous atteignions une existence réelle à partir de rien.



Chapitre 2. L'Église, autrefois stérile, est maintenant féconde



Réjouis-toi, toi qui es stérile et qui ne porte pas ; éclate en sanglots, toi qui ne travaille pas ; car celle qui est désolée a beaucoup plus d'enfants que celle qui a un mari. En disant : "Réjouissez-vous, vous qui ne portez pas, stérile !", Il s'est référé à nous, car notre église était stérile avant que les enfants ne lui soient donnés. Mais lorsqu'il a dit : "Criez, vous qui n'avez pas de travail", il voulait dire que nous devions sincèrement offrir nos prières à Dieu et que nous ne devions pas, comme les femmes en travail, montrer des signes de faiblesse. Et en disant : "Car celle qui est désolée a beaucoup plus d'enfants que celle qui a un mari, [Il veut dire] que notre peuple semblait être exclu de Dieu, mais maintenant, par la foi, il est devenu plus nombreux que ceux qui sont considérés comme possédant Dieu. Et une autre Ecriture dit : "Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs". Cela signifie que ceux qui périssent doivent être sauvés. Car c'est une grande et admirable chose que d'établir non pas les choses qui sont debout, mais celles qui sont en train de tomber. C'est ainsi que le Christ a voulu sauver les choses qui périssent, Matthieu 18:11, et qu'il en a sauvé beaucoup en venant nous appeler alors qu'il se hâtait vers la destruction.



Chapitre 3. Le devoir de confesser le Christ



Depuis lors, Il a fait preuve d'une si grande miséricorde envers nous, et surtout à cet égard, que nous, les vivants, ne devrions pas offrir de sacrifices aux dieux morts, ni leur rendre un culte, mais parvenir par Lui à la connaissance du vrai Père, par laquelle nous montrerons que nous Le connaissons effectivement, mais en ne reniant pas Celui par qui cette connaissance a été atteinte ? Car Il déclare lui-même : "Quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai devant mon Père. Matthieu 10:32 Voici donc notre récompense, si nous confessons Celui par qui nous avons été sauvés. Mais de quelle manière le confesserons-nous ? En faisant ce qu'Il dit, et en ne transgressant pas Ses commandements, et en L'honorant non seulement de nos lèvres, mais de tout notre coeur et de tout notre esprit. Matthieu 22:37 Car il dit en Esaïe : Ce peuple m'honore des lèvres, mais son coeur est loin de moi. Esaïe 29:13



Chapitre 4. La vraie confession du Christ



Ne l'appelons donc pas seulement Seigneur, car cela ne nous sauvera pas. Car Il dit : "Ce ne sont pas tous ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur, qui seront sauvés, mais celui qui pratique la justice. C'est pourquoi, frères, confessons-Le par nos œuvres, en nous aimant les uns les autres, en ne commettant pas d'adultère, en ne disant pas de mal les uns des autres, en ne nourrissant pas d'envie, mais en étant continentaux, compatissants et bons. Nous devons aussi sympathiser les uns avec les autres, et ne pas être avares. Par de tels actes, confessons-le, et non par ceux qui sont d'un genre opposé. Et il n'est pas convenable que nous craignions les hommes, mais plutôt Dieu. C'est pourquoi, si nous faisons de telles choses, le Seigneur a dit : "Même si vous étiez assemblés à moi dans mon sein, si vous n'observiez pas mes commandements, je vous rejetterais, et je vous dirais : Éloignez-vous de moi, je ne sais d'où vous êtes, vous qui commettez l'iniquité.



Chapitre 5. Ce monde doit être méprisé



C'est pourquoi, frères, quittant [volontairement] notre séjour dans le monde actuel, faisons la volonté de Celui qui nous a appelés, et ne craignons pas de quitter ce monde. Car le Seigneur dit : Vous serez comme des agneaux au milieu des loups. Matthieu 10:16 Et Pierre lui répondit : Quoi donc, si les loups déchirent les agneaux ? Jésus dit à Pierre : Les agneaux, après leur mort, n'ont pas à craindre les loups ; et de même, ne craignez pas ceux qui vous tuent, et qui ne peuvent rien faire de plus pour vous ; mais craignez celui qui, après votre mort, a le pouvoir sur l'âme et sur le corps de les jeter dans le feu de l'enfer. Et considérez, frères, que le séjour dans la chair en ce monde n'est que bref et transitoire, mais que la promesse du Christ est grande et merveilleuse, même le reste du royaume à venir, et de la vie éternelle. Par quelle conduite allons-nous donc atteindre ces choses, si ce n'est en menant une vie sainte et juste, et en considérant ces choses du monde comme ne nous appartenant pas, et en ne fixant pas nos désirs sur elles ? Car si nous désirons les posséder, nous nous éloignons du chemin de la justice.



Chapitre 6. Le monde actuel et le monde futur sont ennemis l'un de l'autre



Maintenant, le Seigneur déclare : "Aucun serviteur ne peut servir deux maîtres. Si nous désirons donc servir à la fois Dieu et Mamon, ce ne sera pas rentable pour nous. Car à quoi cela servirait-il si un homme gagnait le monde entier et perdait sa propre âme ? Ce monde et le prochain sont deux ennemis. L'un pousse à l'adultère et à la corruption, à l'avarice et à la tromperie ; l'autre fait ses adieux à ces choses. Nous ne pouvons donc pas être les amis des deux, et il nous incombe, en renonçant à l'un, de nous assurer de l'autre. Il vaut mieux haïr les choses présentes, car elles sont insignifiantes, passagères et corruptibles, et aimer celles qui sont à venir comme étant bonnes et incorruptibles. Car si nous faisons la volonté du Christ, nous trouverons le repos ; sinon, rien ne nous délivrera du châtiment éternel, si nous désobéissons à ses commandements. Car c'est aussi ce que dit l'Ecriture dans Ezéchiel : Si Noé, Job et Daniel se lèvent, ils ne livreront pas leurs enfants en captivité. Or, si des hommes si éminemment justes ne sont pas capables par leur justice de délivrer leurs enfants, comment pouvons-nous espérer entrer dans la résidence royale de Dieu si nous ne gardons pas notre baptême saint et immaculé ? Ou qui sera notre avocat, si nous ne sommes pas trouvés en possession d'œuvres de sainteté et de justice ?



Chapitre 7. Nous devons faire des efforts pour être couronnés



C'est pourquoi, mes frères, luttons avec tout le sérieux nécessaire, sachant que le concours est proche et que beaucoup entreprennent de longs voyages pour tenter d'obtenir une récompense corruptible ; mais tous ne sont pas couronnés, mais seulement ceux qui ont travaillé dur et se sont efforcés avec gloire. Faisons donc tout notre possible pour être tous couronnés. Courons le droit chemin, même la course qui est incorruptible ; et mettons-nous en route en grand nombre, et luttons pour être couronnés. Et si nous ne pouvons pas tous obtenir la couronne, approchons-nous au moins d'elle. Nous devons nous rappeler que celui qui s'efforce de participer à la compétition corruptible, s'il est trouvé coupable d'un acte déloyal, est enlevé et flagellé, et jeté hors des listes. Que pensez-vous donc ? Si quelqu'un fait quelque chose d'inconvenant dans le concours d'incorruptibilité, que devra-t-il supporter ? Car parmi ceux qui ne gardent pas le sceau [intact], [l'Ecriture] dit : Leur ver ne mourra pas, leur feu ne s'éteindra pas, et ils seront un spectacle pour toute chair. Esaïe 66:24



Chapitre 8. La nécessité de la repentance pendant que nous sommes sur terre



Aussi longtemps que nous serons sur terre, pratiquons le repentir, car nous sommes comme l'argile dans la main de l'artificier. Car, comme le potier, s'il fait un vase, et qu'il le déforme ou le casse dans ses mains, il le façonne à nouveau ; mais s'il l'a auparavant jeté dans la fournaise du feu, il ne peut plus lui trouver de secours : aussi, tant que nous sommes dans ce monde, repentons-nous de tout notre coeur des mauvaises actions que nous avons faites dans la chair, afin d'être sauvés par le Seigneur, tant que nous avons encore une occasion de nous repentir. Car après que nous serons sortis du monde, plus aucun pouvoir de confession ou de repentance ne nous appartiendra. C'est pourquoi, frères, en faisant la volonté du Père, en gardant la chair sainte et en observant les commandements du Seigneur, nous obtiendrons la vie éternelle. Car le Seigneur dit dans l'Evangile : "Si vous n'avez pas gardé le petit, qui vous confiera le grand ? Car je vous le dis, celui qui est fidèle dans le plus petit est fidèle aussi dans le plus grand. Luc 16:10-12 Voici donc ce qu'il veut dire : Gardez la chair sainte et le sceau immaculé, afin que vous receviez la vie éternelle.



Chapitre 9. Nous serons jugés dans la chair



Et que personne d'entre vous ne dise que cette même chair ne sera pas jugée, ni ne ressuscitera. Considérez dans quel [état] vous avez été sauvés, dans ce que vous avez vu, si ce n'est pas pendant que vous étiez dans cette chair. Nous devons donc préserver la chair comme le temple de Dieu. Car, comme vous avez été appelés dans la chair, vous viendrez [pour être jugés] dans la chair. Comme le Christ, Seigneur qui nous a sauvés, bien qu'il ait été d'abord un Esprit, s'est fait chair, et nous a ainsi appelés, ainsi nous recevrons aussi la récompense dans cette chair. Aimons-nous donc les uns les autres, afin que nous puissions tous parvenir au royaume de Dieu. Pendant que nous avons la possibilité d'être guéris, livrons-nous à Dieu qui nous guérit, et donnons-lui une récompense. De quelle sorte ? La repentance d'un cœur sincère ; car il sait tout d'avance et connaît ce qui se trouve dans nos cœurs. Louons-le donc, non seulement de la bouche, mais aussi du cœur, afin qu'il nous accueille comme des fils. Car le Seigneur a dit : Ce sont mes frères qui font la volonté de mon Père. Matthieu 12:50



Chapitre 10. Le vice doit être abandonné, et la vertu suivie



C'est pourquoi, mes frères, faisons la volonté du Père qui nous a appelés, afin que nous vivions ; et suivons sérieusement la vertu, mais abandonnons toute tendance mauvaise qui nous conduirait à la transgression ; et fuyons l'impiété, de peur que le mal ne nous atteigne. Car si nous nous appliquons à faire le bien, la paix nous suivra. C'est pourquoi ces hommes ne peuvent trouver la paix sous l'influence de la terreur humaine et préfèrent la jouissance actuelle à la promesse qui sera ensuite réalisée. Car ils ne savent pas quels sont les tourments que la jouissance présente entraîne, ni quelle félicité est impliquée dans la promesse future. Et si, en effet, ils ne faisaient eux-mêmes que de telles choses, ce serait [le plus] tolérable ; mais maintenant ils persistent à imprégner les âmes innocentes de leurs doctrines pernicieuses, ne sachant pas qu'ils recevront une double condamnation, à la fois eux et ceux qui les entendent.



Chapitre 11. Nous devons servir Dieu, en ayant confiance en ses promesses



Servons donc Dieu avec un coeur pur, et nous serons justes ; mais si nous ne le servons pas, parce que nous ne croyons pas à la promesse de Dieu, nous serons malheureux. Car la parole prophétique dit aussi : "Misérables sont ceux qui ont l'esprit double et qui doutent dans leur coeur, qui disent : Nous avons entendu toutes ces choses au temps de nos pères ; mais si nous avons attendu jour après jour, nous n'en avons vu aucune [s'accomplir]. Imbéciles ! comparez-vous à un arbre ; prenez, par exemple, la vigne. Elle perd d'abord ses feuilles, puis le bourgeon apparaît ; ensuite le raisin aigre, puis le fruit mûr. De même, mon peuple a supporté des troubles et des afflictions, mais après, il recevra ses bonnes choses. C'est pourquoi, mes frères, ne soyons pas doubles d'esprit, mais espérons et endurons, afin d'obtenir nous aussi la récompense. Car il est fidèle celui qui a promis qu'il accorderait à chacun une récompense selon ses oeuvres. Si donc nous pratiquons la justice devant Dieu, nous entrerons dans son royaume, et nous recevrons les promesses que l'oreille n'a pas entendues, que l'oeil n'a pas vues, et qui ne sont pas entrées dans le coeur de l'homme. 1 Corinthiens 2:9



Chapitre 12. Nous devons constamment chercher le Royaume de Dieu



Attendons donc, heure par heure, le royaume de Dieu dans l'amour et la justice, puisque nous ne connaissons pas le jour de l'apparition de Dieu. Car le Seigneur lui-même, interrogé par l'un d'eux sur le moment où son royaume viendrait, répondit : Quand deux seront un, le dehors comme le dedans, et le mâle avec la femelle, ni homme ni femme. Or, deux ne font qu'un quand on se dit la vérité l'un à l'autre, et il n'y a qu'une seule âme dans deux corps. Et ce qui est à l'extérieur comme ce qui est à l'intérieur signifie ceci : Il appelle l'âme ce qui est à l'intérieur, et le corps ce qui est à l'extérieur. De même que votre corps est visible à la vue, de même votre âme doit se manifester par de bonnes œuvres. Et le mâle, avec la femelle, ni mâle ni femelle, ceci, dit-il, afin que le frère qui voit sa soeur n'ait pas de pensée pour elle comme femelle, et qu'elle n'ait pas de pensée pour lui comme mâle. Si vous faites ces choses, dit-il, le royaume de mon Père viendra. 1 Corinthiens 7:29



Chapitre 13. Le nom de Dieu ne doit pas être blasphémé



Frères, alors, repentons-nous longuement, tournons-nous sobrement vers ce qui est bon, car nous sommes pleins de folie et de méchanceté en abondance. Effaçons de nous nos anciens péchés, et que le repentir du coeur soit sauvé ; et ne soyons pas des hommes qui plaisent aux hommes, et ne soyons pas disposés à ne plaire qu'aux autres, mais aussi aux hommes du dehors, pour la justice, afin que le nom ne soit pas, à cause de nous, blasphémé. Car l'Éternel dit : Mon nom est continuellement blasphémé parmi toutes les nations, et c'est pourquoi mon nom est blasphémé ; blasphémé en quoi ? En ce que vous ne faites pas les choses que je désire. Esaïe 52:5 Car les nations, entendant de notre bouche les oracles de Dieu, s'émerveillent de leur excellence et de leur valeur ; elles apprennent ensuite que nos actes ne sont pas dignes des paroles que nous prononçons - recevant cette occasion, elles se tournent vers le blasphème, disant qu'elles sont une fable et une illusion. Car, chaque fois qu'ils entendent de notre part que Dieu dit : "Non merci, si vous aimez ceux qui vous aiment, mais vous avez de la reconnaissance, si vous aimez vos ennemis et ceux qui vous haïssent", chaque fois qu'ils entendent ces paroles, ils s'étonnent de la mesure de leur bonté ; mais quand ils voient que non seulement nous n'aimons pas ceux qui haïssent, mais que nous n'aimons même pas ceux qui aiment, ils se moquent de nous, et le nom est blasphémé.



Chapitre 14. L'Église spirituelle



Ainsi donc, frères, si nous faisons la volonté de notre Dieu Père, nous serons membres de la première église, la spirituelle, - celle qui a été créée avant le soleil et la lune ; mais si nous ne faisons pas la volonté du Seigneur, nous tomberons sous l'Écriture qui dit : Ma maison est devenue un repaire de voleurs. Jérémie 7:11 Alors, choisissons d'appartenir à l'église de la vie, afin d'être sauvés. Je ne pense pas que vous ignoriez que l'église de vie est le corps du Christ (car l'Écriture dit que Dieu a créé l'homme mâle et femelle ; Genèse 1:27 ; cf. Éphésiens 5:22-23 le mâle est le Christ, la femelle l'église,) et que les Livres et les Apôtres enseignent que l'église n'est pas du présent, mais du commencement. Car elle était spirituelle, comme l'était aussi notre Jésus, et elle s'est manifestée à la fin des jours pour vous sauver. 1 Pierre 1:20 L'Église étant spirituelle, elle a été manifestée dans la chair du Christ, nous signifiant que si quelqu'un d'entre nous la conserve dans la chair et ne la corrompt pas, il la recevra dans le Saint-Esprit. Car cette chair est le type de l'esprit ; personne donc, ayant corrompu le type, ne recevra par la suite l'antitype. C'est pourquoi, frères, Il dit : "Préservez la chair, afin que vous deveniez participants de l'esprit". Si nous disons que la chair est l'église et l'esprit du Christ, alors il s'ensuit que celui qui outrage la chair est coupable d'outrage à l'église. Un tel homme ne participera donc pas à l'esprit, qui est le Christ. Telles sont la vie et l'immortalité que cette chair peut recevoir par la suite, le Saint-Esprit s'y attachant ; et personne ne peut exprimer ou dire ce que le Seigneur a préparé pour ses élus. 1 Corinthiens 2:9



Chapitre 15. Celui qui sauve et celui qui est sauvé



Je ne pense pas avoir compté les conseils insignifiants concernant la continence ; en la suivant, l'homme ne s'en repentira pas, mais il se sauvera lui-même et sauvera celui qui l'a conseillée. 1 Timothée 4:16 Car ce n'est pas une mince récompense que de renvoyer une âme errante et périssante pour son salut. Jacques 5:19-25 C'est pour cette récompense que nous pouvons rendre au Dieu qui nous a créés, si celui qui parle et écoute parle et écoute avec foi et amour. Poursuivons donc dans cette voie à laquelle nous avons cru, nous les justes et les saints, afin de demander avec confiance à Dieu qui dit : "Pendant que tu parles encore, je dirai : Me voici. Esaïe 58:9 Car ces paroles sont le signe d'une grande promesse, car l'Eternel dit qu'il est plus disposé à donner que celui qui demande. La bonté dont nous jouissons étant si grande, ne nous en voulons pas les uns aux autres d'avoir obtenu de si grandes bénédictions. Car, proportionnellement au plaisir que ces paroles procureront à ceux qui les suivront, proportionnellement aussi à la condamnation dont elles seront l'objet pour ceux qui refuseront de les entendre.



Chapitre 16. La préparation du jour du jugement



Alors, frères, ayant reçu une occasion importante de nous repentir, tant que nous en avons l'occasion, tournons-nous vers Dieu qui nous a appelés, alors que nous avons encore Un pour nous recevoir. Car si nous renonçons à ces indulgences et que nous conquérons l'âme en n'accomplissant pas ses mauvais désirs, nous participerons à la miséricorde de Jésus. Sachez que le jour du jugement approche comme un four ardent, et que certains des cieux et toute la terre fondent, comme le plomb fond au feu ; et alors apparaîtront les actions cachées et manifestes des hommes. L'aumône est donc bonne, comme la repentance du péché ; le jeûne est meilleur que la prière, et l'aumône est meilleure que les deux ; la charité couvre une multitude de péchés, 1 Pierre 4:4 et la prière en toute bonne conscience délivre de la mort. Heureux tous ceux qui y seront trouvés complets, car l'aumône allège le fardeau du péché.



Chapitre 17. Même sujet Suite



Repentons-nous donc de tout notre cœur, afin qu'aucun d'entre nous ne périsse de travers. Car si nous avons des ordres et que nous nous engageons à nous retirer des idoles et à instruire les autres, à combien plus forte raison une âme connaissant déjà Dieu ne doit-elle pas périr. C'est pourquoi, en nous aidant mutuellement, élevons aussi les faibles dans le bien, afin que nous soyons tous sauvés, que nous nous convertissions les uns les autres et que nous nous exhortions. Et non seulement maintenant, semblons croire et prêter attention, lorsque les anciens nous réprimandent ; mais aussi, lorsque nous rentrons chez nous, rappelons-nous les commandements du Seigneur, et ne nous laissons pas séduire par les convoitises du monde, mais approchons nous souvent et essayons de progresser dans les commandements du Seigneur, afin que nous soyons tous rassemblés pour la vie avec le même esprit. Car le Seigneur a dit : "Je viens pour rassembler toutes les nations et toutes les langues". Cela signifie le jour de Son apparition, quand Il viendra nous racheter - chacun selon ses oeuvres. Et les infidèles verront sa gloire et sa puissance, et, quand ils verront l'empire du monde en Jésus, ils seront surpris, disant : Malheur à nous, parce que tu étais, et que nous n'avons pas su et n'avons pas cru et n'avons pas obéi aux anciens Esaïe 66:18 qui nous montrent clairement notre salut. Leur ver ne mourra pas, et leur feu ne s'éteindra pas ; et ils seront un spectacle pour toute chair. Esaïe 66:24 C'est du grand jour du jugement qu'Il parle, lorsqu'ils verront ceux d'entre nous qui se sont rendus coupables d'impiété et se sont trompés dans leur estimation des commandements de Jésus-Christ. Les justes, ayant réussi à la fois à supporter les épreuves et à haïr les indulgences de l'âme, chaque fois qu'ils verront comment ceux qui ont fait une embardée et ont renié Jésus par leurs paroles ou leurs actes sont punis par de graves tourments dans un feu inextinguible, rendront gloire à leur Dieu et diront : Il y aura de l'espoir pour celui qui a servi Dieu de tout son coeur.



Chapitre 18. L'auteur pécheur, mais poursuivant



Et soyons donc du nombre de ceux qui rendent grâce, qui ont servi Dieu, et non des impies qui sont jugés. Moi-même, pécheur de tout poil et ne fuyant pas encore la tentation, mais continuant au milieu des outils du diable, j'étudie à suivre la justice, afin de m'en approcher, même si ce n'est que pour quelques-uns, par crainte du jugement à venir.



Chapitre 19. Récompense des justes, même s'ils peuvent souffrir



Ainsi donc, frères et sœurs, après le Dieu de vérité, je vous adresse un appel pour que vous prêtiez attention aux paroles écrites, pour que vous vous sauviez et sauviez celui qui lit une adresse au milieu de vous. Car en récompense, je vous demande de vous repentir de tout votre cœur, tandis que vous vous accordez le salut et la vie. Ce faisant, nous donnerons un signe à tous les jeunes qui veulent s'appliquer à la piété et à la bonté de Dieu. Et ne nous laissons pas, dans notre folie, emporter par le mécontentement et l'indignation, chaque fois que quelqu'un nous réprimande et nous fait passer de l'iniquité à la justice. Car il y a des actions mauvaises que nous commettons, sans le savoir, à cause de la double mentalité et de l'incrédulité présentes dans nos poitrines, et notre intelligence est obscurcie par de vains désirs. Travaillons donc à la justice, afin d'être sauvés jusqu'à la fin. Heureux ceux qui obéissent à ces commandements, même si pour un bref espace ils souffrent en ce monde, et ils recueilleront le fruit impérissable de la résurrection. Que l'homme pieux ne s'afflige donc pas ; si pour le présent il souffre, heureux est le temps qui l'y attend ; en ressuscitant à la vie avec les pères, il se réjouira pour toujours sans peine.



Chapitre 20. La piété, pas le gain, les vraies richesses



Mais que cela ne vous trouble pas, que nous voyons les injustes posséder des richesses et les serviteurs de Dieu s'affermir. Croyons donc, frères et soeurs, à l'épreuve du Dieu vivant que nous nous efforçons et que nous exerçons dans la vie présente, afin d'obtenir la couronne dans ce qui est à venir. Nul parmi les justes n'a reçu de fruits rapidement, mais il les attend. Car si Dieu a offert la récompense des justes en un tour de main, c'est aussitôt que nous avons pratiqué le commerce, et non la piété. Car c'est comme si nous étions justes en poursuivant non pas la piété mais le gain ; et c'est pourquoi le jugement divin a déconcerté l'esprit qui est injuste et a pesé lourdement la chaîne.



Au Dieu unique, invisible, Père de la vérité, qui nous a envoyé le Sauveur et l'Auteur de l'immortalité, par lequel il nous a aussi manifesté la vérité et la vie céleste, à lui soit la gloire pour les siècles des siècles. Amen.