Flag.png

Les prêches incomplets

Auteur
Matthias Pierre

Temps de lecture
≈ 10 min

Veille sur toi-même et sur ton enseignement ; persévère dans ces choses, car, en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même, et tu sauveras ceux qui t’écoutent.

1 Timothée 4.16

Cet article a pour but de dénoncer les types de prêches qui malheureusement, ne sont pas en adéquation avec les Évangiles. Ce que je souhaite vous exposer, c’est qu’aujourd’hui si vous fréquentez une Église de type protestante, vous pouvez vous retrouver dans l’un de ces cas de figure de prêche d’Église :

 

  • L’Évangile de la Grâce Bon Marché

  • L’Évangile de la Condamnation

  • L’Évangile (équilibré tel que prêché par Jésus)

I. L’ÉVANGILE DE LA GRÂCE BON MARCHÉ

En général, ces Églises se targuent d’être davantage dans l’évangélisation. C’est-à-dire, faire de nouveaux disciples.

De ce fait, elles misent beaucoup sur le côté amour et grâce de Dieu.

L’intégralité, ou au moins la majorité des prêches porteront sur la grâce. La grâce n’est pas le problème car c’est le moyen par lequel nous sommes sauvés et cela en fait donc l’un des thèmes les plus importants.

pexels-pavel-danilyuk-7317744.jpg
pexels-pixabay-161092.jpg

« Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. »

Éphésiens 2.8

Cependant, si ce discours ne se réfère uniquement qu’à la grâce, ce n’est pas totalement représentatif de ce que la Bible enseigne en matière d’Évangélisation.

 

C’est là que le bât blesse.

 

En effet, lors de ces messes et/ou de ces prêches, on entendra surtout des phrases telles que :

  • Dieu veut avoir une relation avec toi

  • Dieu est enthousiaste de toi

  • Dieu t’aime

Et cela pendant tout le prêche.

 

Par ailleurs, les versets cités sont en général toujours les mêmes, ce qui à pour conséquence d’en omettre d’autres. D’autre part, certaines fois les versets ne sont même pas récités dans leur intégralité. Certaines paraboles, ne seront jamais évoqués, tel que « le Blé et l’Ivraie ». Tout est choisi minutieusement.

 

Il peut même arriver que durant le prêche, aucun verset ne soit cité intégralement. Mais du moment que vous retenez l’essentiel ... À savoir :

« Dieu t'aime »

La raison de ces choix est réfléchie et stratégique. En effet, ces églises ont tendance à penser qu’il faut procéder différemment pour attirer les fidèles et pour éviter de les « choquer ».

 

Leur but est donc de rassurer immédiatement les personnes en leur présentant l’image d’un Dieu d’amour qui les aime, tout cela sans aborder le thème du péché, de la repentance ou de la sanctification. Nous ne savons pas à quel public nous nous adressons et n’avons aucune connaissance des épreuves que l’auditoire traverse.

J’accorde que le fait de prendre en considération les difficultés qu’une personne rencontre peut s’avérer être un motif louable pour ne pas tout de suite aborder son péché. Effectivement, on ne souhaite pas qu’elle arrive à l’église et soit immédiatement jugée en tant que pécheresse. Elle a avant tout besoin de réconfort.

 

Cela peut être dû à l’excès de certaines églises qui sont dans « L’évangile de la condamnation » - thème que nous aborderons plus tard - Tout cela pour dire que passer d’un extrême à l’autre n’est pas le bon choix, car de fait, une partie de l’Évangile est ainsi dissimulée et ce, quels que soient les objectifs et motifs défendus.

 

Dissimulée pour quoi ? Car lors de ces prêches, vous remarquerez qu’à la fin, nous déclarons que :

 

« Jésus est mort pour nous pour les péchés, souhaitez-vous l’accepter ? Et le suivre désormais ? »

 

Alors que bien souvent, la prédication n'a aucun rapport avec cette invitation, sa compréhension et son implication.

 

En effet, la conversion d’une personne dans ce cadre-là est assez superficielle. Cette personne ne comprend pas à quoi elle s’engage  ni ce que signifie réellement être un disciple.

 

On lui dira va te nourrir avec tes frères lors de réunions ou sur internet : ce qui est un danger. Savez-vous ce que la personne regarde sur internet ? Quelle théologie suit-elle ? Vous laissez un nouveau-né en proie à des loups voraces qui sévissent habilement sur internet pour ensuite s’étonner de la non-maturité spirituelle de la brebis.

 

Mais la personne n’a guère le choix, car finalement le prêche qui l’a fait lever la main, est le même pendant 52 jours de l’année. Arrivé à ce stade, beaucoup font soit le choix de rester mais pour les amis, soit de changer de communauté (car ils ont envie d’en savoir plus), et enfin certains choisissent également de retourner totalement dans le monde.

 

En fin de compte, résultante de tout cela, on peut en conclure que ne pas dire toute la vérité aux gens revient finalement à manquer d’amour. En conséquence de cela ressort également un manque de confiance envers l’Evangile quant à ses capacités de toucher les individus du 21eme siècle. Alors que ceux-ci ont besoin d’entendre toute la vérité de l’Evangile, le message dans son intégralité, afin de prendre une décision éclairée en amont, car ce n’est qu’en entendant l’entièreté de l’Evangile que l’on comprend à quel point Dieu nous aime.

II. L’ÉVANGILE DE CONDAMNATION

En général, ces Églises se targuent d’être plus dans la sanctification, c’est à dire de ne plus vivre dans le péché.

 

L’idéologie principale est centrée sur cela.

 

En soit, c’est une bonne chose d’abandonner ces choses qui nous éloignent de Dieu.

Mais, il y a la manière de le dire et surtout, est-ce cela uniquement l’Évangile ?

Être dans une Église et entendre tous les dimanches un prêche culpabilisant, nous rendant ignobles et repartir tous les dimanches sans espoir en se sentant comme des personnes qui ne valent rien d’autre que d’être des “punching-balls spirituels” ?

 

« Vous êtes des Pécheurs »

« Vous irez en enfer »

 

Ce sont les phrases que les personnes de ces Églises entendent bien trop souvent.

 

Le problème de tout cela est que la Grâce est très peu abordée ou encore d’une façon atténuée qui porte à croire que la Grâce n’est pas suffisante, pas si importante.

 

Beaucoup de personnes venant de ces Eglises ont des connaissances sur la grâce et l’amour de Dieu assez limitées.

Elles pourraient se résumer à Jean 3.16 mais dans la lecture littérale sans être plus expliquée à travers d’autres événements bibliques.

 

L’un des thèmes récurrents est également l’enfer.

 

En effet, dans ces églises beaucoup vivent dans la culpabilité et la peur. Ce qui peut s’avérer être très pesant. La façon dont est prêché l’Evangile de ce fait est d’avantage ressenti comme une « mauvaise nouvelle ». En résultante de ces pratiques, on peut facilement remarquer que ces églises ont une tendance habile à verser dans le légalisme.

 

Contrairement à l’Évangile de l’amour on tombe dans l’autre extrême : l’Évangile de la peur, de la crainte... L’amour n’y a pas ou très peu sa place.

 

Cela a pour conséquence d’amener certaines personnes à quitter ces églises ou la foi, car elles ont été blessées. Celles qui restent partent dans d’autres églises et découvrent le chaînon manquant à travers une église où le prêche est équilibré ou l’autre extrême.

 

Ce qui est encore la conséquence d’un évangile amputé d’une partie de son message.

 

« Pour toi, homme de Dieu, fuis ces choses, et recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la patience, la douceur. »

1 Timothée 6.11

 

Alors, quelle est la solution à ces extrêmes ? La seule solution est d’expliquer de façon clair et complète la grâce et la repentance.

III. LA SOLUTION

LA GRÂCE

C’est en comprenant la Grâce, qu’une conversion pure et parfaite suivie d’une repentance peut éventuellement se manifester.

 

Pour commencer, nous allons voir une définition de la grâce...

 

Grâce : Remise de tout ou partie de la peine d'un condamné ou commutation de cette peine en une peine moins forte.

(source : Larousse)

 

Grâce présidentielle : La grâce présidentielle permet au Président de la République de supprimer ou de réduire la peine d'un condamné. Si vous êtes condamné à une peine de prison, vous serez libéré avant d'avoir purgé la totalité de la peine. Si vous êtes condamné à une peine d'amende, le montant de l'amende sera réduit. Contrairement à l'amnistie, la grâce présidentielle n'efface pas la condamnation. Le Président de la République n'a pas à justifier sa décision d'accorder ou de refuser la grâce.

 

Nous pouvons voir deux choses :

  • La grâce est accordée par une autorité

  • La grâce est accordée à un condamné 

 

Sans cette grâce, le condamné est CONSCIENT que la PEINE sera pleinement accomplie. Selon la Bible, de quoi sommes-nous graciés ?

 

Selon la Bible :

« Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable. »

1 Jean : 3.8

 

Le péché est la désobéissance envers Dieu.

 

Dans ce verset, nous pouvons voir deux choses supplémentaires :

  • Que le Diable est celui qui est à l’initiative du péché

  • Que ceux qui pèchent sont comme le Diable

  • Le fils de Dieu est venu détruire les oeuvres du Diable

 

La dernière partie est la plus importante, car on y voit une action de DIEU pour défaire une action qui a été faite, et cela semble être lié au péché. Voyons un autre verset.

 

« Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur. »

Romains : 6 : 23

 

Ce verset, populaire parmi les chrétiens, est nécessaire à la compréhension de la grâce.

 

En effet, avec celui-ci nous comprenons plusieurs choses :

  • Le péché amène une condamnation à mort

  • Mais que Dieu a donné un moyen gratuit pour ne point subir cette condamnation

  • Celle-ci est la vie éternelle en Jésus-Christ

 

De ce fait, le verset suivant prend totalement son sens :

 

« Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point,

mais qu'il ait la vie éternelle.»

Jean 3 : 16

 

Ainsi nous pouvons voir dans ce célèbre verset plusieurs choses :

  • Dieu

  • Fils unique

  • Mort

  • Vie éternelle

 

Ce dernier verset est sans équivoque et permet de comprendre que nous sommes condamnés à mort, en résultat du péché, mais afin de ne point subir ceci, Dieu a donné son Fils afin que nous ayons la vie éternelle.

 

Et c’est seulement en ayant connaissance de cela que l’on comprend le Message de l’Évangile et qu’une conversion peut se faire de façon sûre et certaine. Car il est nécessaire que la personne sache qu’elle était clairement condamnée à cause du péché, qu’elle avait une sentence de mort au-dessus de la tête.

 

Et lorsque la personne prend intégralement connaissance de cela, deux choix s’offrent réellement à elle :

  • Refuser l'évangile en connaissance de cause

  • La repentance pure

 

Je me permettrais de faire un parallélisme avec deux exemples aussi concrets l’un que l’autre.

 

Un condamné dans une prison américaine qui est dans le couloir de la mort, comprend parfaitement le sens d’avoir la grâce. Et dans cet exemple, il est au courant qu’il est condamné.

 

Le deuxième exemple est la parabole de la dette qui présente la grâce d’une manière parfaite et élargie à son prochain (Matthieu 18.21-35). Dans cette parabole, l’homme qui vient demander grâce est également au courant de son état et c’est pour cela qu’il demande Grâce. Cette façon de faire est également en conformité avec les paroles de Jésus lorsqu’il dit :

 

« Et Jésus, prenant la parole, leur dit : Ce ne sont pas ceux qui sont en santé qui ont besoin de médecin ; Mais ceux qui se portent mal. Je suis venu appeler à la repentance, non les justes, mais les pécheurs. »

Luc 5.31-32

 

Car dans tous les cas, les personnes sont soit au courant de leur état soit sont misent au courant. Le fait d’être exposé à la totalité de l’Evangile lui permet de comprendre dans quel état la personne se trouve, cela lui permet également de se rendre compte qu’elle désire désormais changer d’attitude et de mode de vie afin de ne plus être dans la désobéissance, et pour se faire entamera un chemin de sanctification avec l’aide du Saint-Esprit. Ainsi, avec des prêches équilibrés tels que Jésus et les apôtres faisaient, avec la méditation et la communion des frères, elle grandira.

 

Cependant, sans ce parcours, dire à la personne que Dieu l’aime sans qu’elle se sache condamnée n’est non seulement pas le message intégral de l’Évangile, mais en abordant le sujet comme cela, elle risque de ne pas se convertir pour les bonnes raisons.

 

Et comme le dit Jésus :

« La repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem »

Luc 24:47

LA REPENTANCE

Un article a déjà été écrit à ce sujet. Retrouvez-le en cliquant ici.

Il est utile de préciser que la repentance inclue un changement interne de la personne qui remet tout en question et choisit de changer sa perception des choses, sa compréhension, ses sentiments vis-à-vis des choses qui l’entourent, sa manière de juger ainsi que sa détermination.

 

Cela vous rappelle quelque chose ?

 

« Ne vous laissez pas modeler par le monde actuel, mais laissez-vous transformer par le renouvellement de votre pensée, pour pouvoir discerner la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait »

Romains 12 : 2

 

Car pour toute conversion, la repentance est indispensable, et ce thème est régulièrement abordé dans la Bible.

Voici des versets assez clairs et non exhaustifs :

 

« Or après que Jean eut été mis en prison, Jésus vint en Galilée, prêchant l'Évangile du Royaume de Dieu. Et disant : le temps est accompli, et le Royaume de Dieu est approché ; repentez-vous, et croyez à l’Évangile. »

Marc 1 : 14-15

 

« Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. »

Actes 2 : 38

 

Nous voyons ici clairement que Jésus prêchait l’Évangile du Royaume et demandait aux individus de se repentir. Cela est indissociable de l’évangélisation. De plus, pour expliquer la Grâce de manière efficace tel que l’explique l’Évangile, il est impossible de faire l’impasse sur la repentance.

La solution est aussi dans la déclaration de ces deux versets qui résument bien la pensée de l’Evangile :

 

« Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. »

Jean 3.17

 

« J’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives. »

Deutéronome 30. 19

 

Il y a la présentation de la vie, de la mort et le fait que Dieu veuille que tu vives. C’est également ce procédé que reprend Jésus pour la grande majorité de ses paraboles.

 

Dans le premier, nous voyons bien que l’Évangile de Condamnation n’a point sa place et dans le second, nous voyons bien qu’il faut présenter également ce qui est la mort afin de choisir de manière claire et volontaire la vie.

IV. CONCLUSION

Il est important que les messages que nous enseignons ou prêchons soient en adéquation avec la façon dont l’Évangile traite le sujet. Nous devons être complets, et ne pas s’imaginer à la place de Dieu des stratégies qui amputent à l’Évangile une partie afin de gagner des conversions qui deviennent superficielles. Un disciple prêche le message de son maître, s’il le modifie de quelque manière que ce soit, ce n’est plus le message du Maître. Il ne faudra alors pas s’étonner si au retour du Maître celui-ci ne reconnaît pas certaines personnes qui se réfèrent à ses paroles, biaisées, et à lui comme disciple.

Que ce soit l’Évangile de la Grâce Bon Marché ou L’Évangile de Condamnation, ce ne sont pas l’Évangile tel que Christ l’a révélé.

 

En ce qui concerne l'Évangile de la Grâce Bon Marché, il convient de noter qu’il existe un lien indélébile entre la repentance et la conversion. Surtout que dans la Bible, lorsque la personne accepte de suivre le Seigneur, elle est baptisée immédiatement. Aujourd’hui des personnes choisissent de suivre Jésus, sans se repentir. Cela est dû au fait que, les prêches ne reflètent pas le message complet de l’Évangile de Christ et sont devenus des stratégies dignes du marketing.

 

Cependant on peut se poser clairement la question : Une conversion sans repentance…. Est-ce réellement une conversion ?

Dieu n’a jamais demandé à changer de stratégie. Même dans les villes les plus dangereuses du monde, les apôtres n’ont pas changé de stratégie. Ils se sont fait tuer à cause de cela, mais cela a également provoqué des réveils dans les lieux où ils ont laissé leurs vies. Il est impératif que des pasteurs provoquant ce type de conversion, retournent à la stratégie de Dieu. Le contraire engendrerait des nouveau-nés qui ne sont jamais fortifiés dans la foi. Donnez au moins le lait entier à vos brebis à défaut de la nourriture solide, afin que leur conversion soit basée sur une ferme assurance et non des émotions.

Faites des disciples et une communauté de maîtres comme le dit l’Épître aux Hébreux :

 

« Nous avons beaucoup à dire là-dessus, et des choses difficiles à expliquer, parce que vous êtes devenus lents à comprendre. Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu'on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d'une nourriture solide. Or, quiconque en est au lait n'a pas l'expérience de la parole de justice ; car il est un enfant. Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal. »

Hébreux 5

 

Ou encore ce que dit l’Apôtre Paul dans sa Première Épître aux Corinthiens :

 

« Pour moi, frères, ce n'est pas comme à des hommes spirituels que j'ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ. Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter ; et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels. En effet, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n'êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l'homme ? 4 Quand l'un dit : moi, je suis de Paul ! et un autre : Moi, d'Apollos ! N'êtes-vous pas des hommes ? »

1 CORINTHIENS 3

En ce qui concerne l'Évangile de Condamnation, il faut bien retenir ces derniers versets qui font clairement défaut :

 

« La crainte n'est pas dans l'amour, mais l'amour parfait bannit la crainte ; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n'est pas parfait dans l'amour. »

1 Jean: 4.18

 

« Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance »

Galates: 5.22

 

En effet, il manque clairement les fruits de l’Esprit, et un culte de la crainte nocive. Nous ne sommes pas parfaits effectivement, mais il n’est pas nécessaire de faire culpabiliser les gens et leur ôter tout espoir comme le fait le Christ.

Pour conclure, chaque Église se doit d’avoir comme modèle l'Église de Philadelphie. Chaque pasteur, ancien, et autre membre décisif de la communauté, doivent y veiller. La question n’est pas : "est-ce qu’ils y arrivent ?" mais : "est-ce qu’ils mettent les moyens en place ?"

 

Chaque Église doit faire une introspection et se demander à quel type d’Église elle ressemble actuellement. Par mégarde, elles peuvent, se trouver être dans le même cas que celle de Sardes (Apocalypse 3: 4-6) et Laodicée (Apocalypse 3: 14-19). Néanmoins cela sera peut-être l’objet d’un autre article.

« Écris aussi à l'Ange de l'Église de Philadelphie : le Saint et le véritable, qui a la clef de David, qui ouvre, et nul ne ferme ; qui ferme, et nul n'ouvre, dis ces choses. Je connais tes oeuvres : voici, je t'ai ouvert une porte, et personne ne la peut fermer ; parce que tu as un peu de force, que tu as gardé ma parole, et que tu n'as point renoncé mon Nom. Voici, je ferai venir ceux de la Synagogue de Satan qui se disent Juifs, et ne le sont point, mais mentent ; voici [dis-je], je les ferai venir et se prosterner à tes pieds, et ils connaîtront que je t'aime. Parce que tu as gardé la parole de ma patience, je te garderai aussi de l'heure de la tentation qui doit arriver dans tout le monde, pour éprouver ceux qui habitent sur la terre. Voici, je viens bientôt ; tiens ferme ce que tu as, afin que personne ne t'enlève ta couronne. Celui qui vaincra, je le ferai être une colonne dans le Temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; et j'écrirai sur lui le Nom de mon Dieu, et le nom de la cité de mon Dieu, qui est la nouvelle Jérusalem, laquelle descend du Ciel de devers mon Dieu, et mon nouveau Nom. Que celui qui a des oreilles écoute ce que l'Esprit dit aux Églises. »

Apocalypse 3:7-13