Cyprien de Carthage

LES ÉPITRES DE CYPRIEN II

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

ÉPÎTRE LII

À FORTUNATUS ET À SES AUTRES COLLÈGUES, CONCERNANT CEUX QUI ONT ÉTÉ VAINCUS PAR LES TORTURES


L'argument de Chypre, consulté par ses collègues, sur la question de savoir si certaines personnes décédées qui avaient été torturées devraient être admises à communier, est le suivant : dans la mesure où elles s'étaient déjà repenties pendant trois ans, il pensait qu'elles devraient être reçues ; mais comme après la fête de Pâques il y aurait un conseil des évêques avec lui, il envisagerait alors la question avec elles.


1. Cyprien à Fortunatus, Ahymnus, Optatus, Privatianus, Donatulus, et Félix, ses frères, salut. Vous m'avez écrit, très chers frères, que lorsque vous étiez dans la ville de Capsa pour y ordonner un évêque, Superius, notre frère et collègue, vous a présenté que Ninus, Clementianus et Florus, nos frères, qui avaient été arrêtés lors de la persécution et qui confessaient le nom du Seigneur, avaient surmonté la violence de la magistrature et l'attaque d'une population en colère, Ensuite, lorsqu'ils furent torturés devant le proconsul avec de graves souffrances, furent vaincus par l'acuité des tourments, et tombèrent, à travers leurs longues agonies, du degré de gloire auquel, en pleine vertu de la foi, ils tendaient, et après cette grave défaillance, subie non pas volontairement mais par nécessité, n'avaient pas encore cessé de se repentir en l'espace de trois ans : dont vous avez jugé bon de consulter s'il était bon de les recevoir maintenant pour la communion.

2. Et en effet, en ce qui concerne mon propre avis, je pense que la miséricorde du Seigneur ne voudra pas que ceux dont on sait qu'ils se sont tenus dans les rangs de la bataille, qu'ils ont confessé le nom, qu'ils ont surmonté la violence des magistrats et la précipitation de la population en colère avec la persistance d'une foi inébranlable, qu'ils ont subi l'emprisonnement, qu'ils ont longtemps résisté, au milieu des menaces du proconsul et des guerres du peuple environnant, aux tourments qui les ont déchirés et déchirés avec une répétition prolongée ; afin qu'au dernier moment, d'avoir été vaincus par l'infirmité de la chair, puissent être atténués par l'appel des déserts précédents. Il suffit peut-être que ces gens aient perdu leur gloire, mais il ne faut pas non plus leur fermer le lieu du pardon et les priver de l'amour de leur Père et de notre communion, à qui nous pensons qu'il suffit d'implorer la miséricorde du Seigneur pour qu'ils se lamentent pendant trois ans, continuellement et tristement, comme tu l'écris, avec un deuil pénitentiel excessif. Je ne pense pas que la paix soit accordée de manière insidieuse et trop hâtive à ceux qui, par la bravoure de leur combat, n'ont pas, comme nous le voyons, voulu auparavant la bataille ; et qui, si la lutte devait reprendre, pourraient retrouver leur gloire. En effet, lorsque le conseil a décidé que les pénitents en danger de maladie devaient être assistés et que la paix leur était accordée, il faut que ceux qui ne sont pas tombés par faiblesse d'esprit, mais qui, ayant participé au conflit et ayant été blessés, n'ont pas pu soutenir la couronne de leur confession par faiblesse de chair, soient les premiers à recevoir la paix ; d'autant plus que, dans leur désir de mourir, il ne leur a pas été permis d'être tués, mais les tortures ont déchiré leurs cadres fatigués assez longtemps, non pas pour conquérir leur foi, qui est incontrôlable, mais pour épuiser la chair, qui est faible.

3. Depuis, cependant, vous m'avez écrit pour que je réfléchisse à cette question avec beaucoup de mes collègues ; et un sujet aussi important réclame des conseils plus importants et plus prudents de la part de la conférence de beaucoup ; et comme maintenant presque tous, pendant les premières célébrations de Pâques, habitent chez eux avec leurs frères : quand ils auront achevé la solennité à célébrer parmi leur propre peuple, et qu'ils auront commencé à venir me voir, je la considérerai plus largement avec chacun, afin qu'un avis décidé, pesé en conseil de nombreux prêtres, sur le sujet sur lequel vous m'avez consulté, puisse être établi parmi nous, et vous être écrit. Je vous dis de tout cœur, chers frères, adieu.



ÉPÎTRE LIII

À CORNELIUS, CONCERNANT L'OCTROI DE LA PAIX AUX PERSONNES DÉCHUES


Argument.-Cyprian annonce ce décret des évêques au nom de l'ensemble du Synode au Père Cornelius ; et donc cette lettre n'est pas tant la lettre de Cyprian lui-même, que celle de l'ensemble du Synode africain.


Cyprien, Liberalis, Caldonius, Nicomède, Caecilius, Junius, Marrutius, Felix, Successus, Faustinus, Fortunatus, Victor, Saturninus, un autre Saturninus, Rogatianus, Tertullus, Lucianus, Eutyches, Amplus, Sattius, Secundinus, un autre Saturninus, Aurelius, Priscus, Herculanus, Victoricus, Quintus, Honoratus, Montanus, Hortensianus, Verianus, Iambus, Donatus, Pompeius, Polycarpus, Demetrius, un autre Donatus, Privatianus, un autre Fortunatus, Rogatus et Monulus, à Cornelius leur frère, salut.

1. Nous avions en effet décidé, il y a quelque temps, cher frère, après nous être concertés, que ceux qui, dans la férocité des persécutions, avaient été renversés par l'adversaire, et qui étaient tombés en déchéance, et s'étaient souillés par des sacrifices illégaux, devraient subir un long et plein repentir ; et si le risque de maladie devait être urgent, devraient recevoir la paix sur le point même de mourir. Car il n'était pas juste, et l'amour du Père et la miséricorde divine ne le permettaient pas, que l'Église soit fermée à ceux qui frappent, ou que le secours de l'espérance du salut soit refusé à ceux qui pleurent et supplient, afin que, lorsqu'ils passeront de ce monde, ils soient renvoyés à leur Seigneur sans communion ni paix ; puisque Lui-même, qui a donné la loi, afin que les choses qui étaient liées sur la terre le soient aussi dans le ciel, a permis, en outre, que les choses qui étaient ici d'abord déliées dans l'Église le soient aussi. Mais maintenant, quand nous voyons que le jour d'un autre trouble commence à nouveau à approcher, et que nous sommes avertis par des exhortations fréquentes et répétées que nous devrions être préparés et armés pour la lutte que l'ennemi nous annonce, que nous devrions aussi préparer le peuple qui nous est confié par la condescendance divine, par nos exhortations, et rassembler de toutes parts tous les soldats du Christ qui désirent des armes, et qui sont anxieux pour le combat dans le camp du Seigneur : Sous la contrainte de cette nécessité, nous avons décidé que la paix doit être donnée à ceux qui ne se sont pas retirés de l'Eglise du Seigneur, mais qui n'ont pas cessé, dès le premier jour de leur déchéance, de se repentir, de se lamenter et d'implorer le Seigneur ; et nous avons décidé qu'ils doivent être armés et équipés pour le combat qui est en cours.

2. Nous avons décidé qu'ils doivent être armés et équipés pour le combat qui est en cours. 2. Car nous devons nous conformer aux instructions et aux avertissements appropriés, afin que les brebis ne soient pas abandonnées en danger par les bergers, mais que tout le troupeau soit rassemblé en un seul lieu, et que l'armée du Seigneur arrive pour le combat céleste. Car la repentance des pleureurs se prolongeait raisonnablement pendant un temps plus long, l'aide n'étant accordée aux malades qu'au moment de leur départ, tant que la paix et la tranquillité régnaient, ce qui permettait de repousser longtemps les larmes des pleureurs et d'apporter une aide tardive aux mourants dans la maladie. Mais maintenant, la paix est nécessaire, non pas pour les malades, mais pour les forts ; nous ne devons pas non plus accorder la communion aux mourants, mais aux vivants, afin de ne pas laisser ceux que nous excitons et exhortons au combat sans armes et nus, mais de les fortifier avec la protection du corps et du sang du Christ. Et comme l'Eucharistie est destinée à cette fin même, afin de protéger ceux qui la reçoivent, il est nécessaire que nous puissions armer ceux que nous voulons protéger contre l'adversaire avec la protection de l'abondance du Seigneur. Car comment leur enseigner ou les inciter à verser leur sang en confession de son nom, si nous refusons à ceux qui sont sur le point d'entrer en guerre le sang du Christ ? Ou comment les rendre aptes à la coupe du martyre, si nous ne leur permettons pas d'abord de boire, dans l'Église, la coupe du Seigneur par le droit de communion ?

3. Nous devons faire la différence, cher frère, entre ceux qui, soit ont apostrophé et, après être retournés dans le monde auquel ils ont renoncé, vivent une vie païenne, soit, devenus déserteurs des hérétiques, prennent quotidiennement les armes parricides contre l'Église ; et ceux qui ne s'écartent pas du seuil de l'Église et, implorant constamment et tristement la consolation divine et paternelle, professent qu'ils sont maintenant préparés pour le combat, et prêts à se tenir debout et à lutter courageusement pour le nom de leur Seigneur et pour leur propre salut. En ces temps, nous accordons la paix, non pas à ceux qui dorment, mais à ceux qui veillent. Nous accordons la paix, non pas au milieu des indulgences, mais au milieu des armes. Nous accordons la paix, non pas pour le repos, mais pour le champ de bataille. Si, d'après ce que nous entendons, ce que nous désirons et ce que nous croyons d'eux, ils se montrent courageux et renversent l'adversaire avec nous dans la bataille, nous ne nous repentirons pas d'avoir accordé la paix à des hommes aussi courageux. Oui, c'est le grand honneur et la gloire de notre épiscopat d'avoir accordé la paix aux martyrs, afin que nous, en tant que prêtres, qui célébrons quotidiennement les sacrifices de Dieu, puissions préparer des offrandes et des victimes pour Dieu. Mais si - ce que le Seigneur peut détourner de nos frères - l'un des déchus trompait, cherchant la paix par la ruse, et qu'au moment de la lutte imminente il recevait la paix sans aucun but de combat, il se trahirait et se tromperait lui-même, cachant une chose dans son cœur et en prononçant une autre de sa voix. Nous, dans la mesure où il nous est permis de voir et de juger, nous regardons le visage de chacun ; nous ne sommes pas capables d'examiner le cœur et d'inspecter l'esprit. C'est à ce sujet que le Découvreur et Chercheur de choses cachées juge, et Il viendra rapidement juger des secrets et des choses cachées du cœur. Mais le mal ne doit pas faire obstacle au bien, mais le mal doit être assisté par le bien. La paix ne doit donc pas non plus être refusée à ceux qui sont sur le point de subir le martyre, car il y en a qui la refuseront, car il faut pour cela accorder la paix à tous ceux qui sont sur le point d'entrer en guerre, afin que, par notre ignorance, il ne soit pas le premier à être dépassé, celui qui, dans la lutte, doit être couronné.

4. Que personne ne dise non plus "que celui qui accepte le martyre est baptisé de son propre sang, et que la paix ne lui est pas nécessaire de la part de l'évêque, puisqu'il est sur le point d'avoir la paix de sa propre gloire, et sur le point de recevoir une plus grande récompense de la condescendance du Seigneur". Tout d'abord, il ne peut être apte au martyre s'il n'est pas armé pour le concours par l'Église ; et son esprit est déficient que l'Eucharistie reçue ne suscite et ne stimule pas. Car le Seigneur dit dans son Evangile : "Mais quand on vous livrera, ne vous inquiétez pas de ce que vous direz, car ce que vous direz vous sera donné à l'heure même. Car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit de votre Père qui parle en vous". Or, puisqu'il dit que l'Esprit du Père parle en ceux qui sont livrés et mis dans la confession de son nom, comment peut-il être trouvé préparé ou apte à cette confession, s'il n'a pas d'abord, dans la réception de la paix, reçu l'Esprit du Père qui, donnant la force à ses serviteurs, parle et se confesse lui-même en nous ? D'ailleurs, si, ayant abandonné tout ce qu'il possède, un homme fuit et s'installe dans des cachettes et dans la solitude, tombe par hasard parmi les voleurs, ou meurt dans la fièvre et dans la faiblesse, ne nous sera-t-il pas imputé qu'un si bon soldat, qui a abandonné tout ce qu'il possède et méprisé sa maison, ses parents et ses enfants, a préféré suivre son Seigneur, meurt sans paix et sans communion ? Ne nous attribuera-t-on pas, au jour du jugement, une négligence inactive ou une dureté cruelle, que, pasteurs que nous sommes, nous n'avons pas voulu prendre soin des brebis qui nous sont confiées et engagées en paix, ni les armer au combat ? L'accusation ne serait-elle pas portée contre nous par le Seigneur, que par son prophète il prononce et dit ? "Voici que vous consommez le lait, que vous vous revêtez de la laine, et que vous tuez ceux qui sont nourris ; mais vous ne nourrissez pas mon troupeau. Vous n'avez pas fortifié les faibles, vous n'avez pas guéri les malades, vous n'avez pas consolé les blessés, vous n'avez pas ramené les égarés, vous n'avez pas cherché ce qui était perdu, et vous avez épuisé par le travail ce qui était fort. Et mes brebis se sont dispersées, parce qu'il n'y avait pas de bergers ; et elles sont devenues la nourriture de toutes les bêtes des champs ; et il n'y a eu personne pour les chercher et les ramener. C'est pourquoi ainsi parle l'Eternel : Voici que j'en veux aux bergers ; j'exigerai d'eux mes brebis, et ils cesseront de les faire paître ; ils ne les feront plus paître ; je délivrerai mes brebis de leur bouche, et je les ferai paître avec justice".

5. De peur donc que les brebis qui nous ont été confiées par le Seigneur ne soient exigées de notre bouche, ce par quoi nous refusons la paix, ce par quoi nous leur opposons plutôt la sévérité de la cruauté humaine que la bénignité de l'amour divin et paternel ; nous avons décidé, sur la suggestion de l'Esprit Saint et l'avertissement du Seigneur, transmis par de nombreuses et manifestes visions, parce que l'ennemi est annoncé et montré comme étant à portée de main, de rassembler dans le camp les soldats du Christ, d'examiner les cas de chacun, et d'accorder la paix aux déchus, oui, plutôt que de fournir des armes à ceux qui sont sur le point de combattre. Et cela, nous l'espérons, vous plaira dans la contemplation de la miséricorde paternelle. Mais si l'un de nos collègues, maintenant que le concours est urgent, pense que la paix ne doit pas être accordée à nos frères et soeurs, il rendra compte au Seigneur au jour du jugement, soit de sa rigueur douloureuse, soit de sa dureté inhumaine. Nous vous avons présenté, comme il convient à notre foi, à notre charité et à notre sollicitude, ce que nous avions en tête, à savoir que le jour du concours approche, qu'un ennemi violent va bientôt se dresser contre nous, qu'une lutte s'annonce, non pas telle qu'elle a été, mais beaucoup plus grave et plus féroce. Cela nous est souvent montré d'en haut ; à ce sujet, nous sommes souvent avertis par la providence et la miséricorde du Seigneur, dont l'aide et l'amour, nous qui avons confiance en Lui, peuvent être sûrs, parce que Celui qui, en paix, prédit à ses soldats que la bataille va venir, leur donnera quand ils combattront la victoire dans la rencontre. Nous te disons de tout cœur adieu, cher frère.



ÉPISTOIRE VIVE

À CORNELIUS, CONCERNANT LE FORTUNATUS ET LE FELICISSIMUS, OU CONTRE LES HÉRÉTIQUES


Argument.-Cyprian met principalement en garde Cornelius dans cette lettre de ne pas entendre les calomnies de Felicissimus et Fortunatus à son encontre, et de ne pas être effrayé par leurs menaces, mais d'être d'un esprit courageux, comme le deviennent les prêtres de Dieu en opposition aux hérétiques ; à savoir, ceux qui, selon la coutume prévalant parmi les hérétiques, ont commencé leur hérésie et leurs schismes avec le mépris d'un évêque de l'Église.


1. J'ai lu votre lettre, cher frère, que vous avez envoyée par Saturus notre frère l'acolyte, abondamment remplie d'amour fraternel, de discipline ecclésiastique et de reproches sacerdotaux ; dans laquelle tu signifies que Félicissime, non pas un nouvel ennemi du Christ, mais excommunié depuis longtemps pour ses très nombreux et graves crimes, et condamné non seulement par mon jugement, mais aussi par celui de très nombreux confrères évêques, a été rejeté par toi là-bas, et que lorsqu'il est venu en compagnie d'une bande et d'une faction de désespérés, il a été chassé de l'Église avec toute la rigueur avec laquelle elle fait agir un évêque. De quelle Église, il y a longtemps, il a été chassé, avec d'autres comme lui, par la majesté de Dieu et la sévérité du Christ notre Seigneur et Juge ; que l'auteur de schismes et de désaccords, l'utilisateur frauduleux de l'argent qui lui a été confié, le violateur de vierges, le destructeur et le corrompu de nombreux mariages, ne doit pas, par le déshonneur de sa présence et son contact immodeste et incestueux, violer davantage l'épouse du Christ, jusqu'ici non corrompue, sainte, modeste.

2. Pourtant, à la lecture de ton autre lettre, frère, que tu as jointe à la première, j'ai été fort surpris de constater que tu étais quelque peu troublé par les menaces et les terreurs de ceux qui étaient venus, alors que, d'après ce que tu as écrit, ils t'avaient attaqué et menacé avec le plus grand désespoir, que si tu ne recevais pas les lettres qu'ils avaient apportées, ils les liraient publiquement, et diraient beaucoup de choses viles et honteuses, et dignes de leur bouche. Mais s'il s'agit ainsi, très cher frère, que l'audace des plus méchants soit redoutée, et que ce que les hommes mauvais ne peuvent pas faire correctement et équitablement, ils peuvent l'accomplir par audace et désespoir, il y a une fin à la vigueur de l'épiscopat, et à la puissance sublime et divine de gouverner l'Église ; et nous ne pouvons pas non plus continuer, ou même être maintenant chrétiens, si l'on en arrive là, à craindre les menaces ou les pièges des exclus. Car tant les païens que les juifs menacent, et les hérétiques et tous ceux dont le diable a pris possession du cœur et de l'esprit attestent quotidiennement de leur folie venimeuse d'une voix furieuse. Nous ne devons donc pas céder parce qu'ils menacent ; et l'adversaire et l'ennemi ne sont à ce titre pas plus grands que le Christ, parce qu'il réclame pour lui-même et assume tant de choses dans le monde. Il faut qu'une force de foi immuable demeure avec nous, mon cher frère ; et contre toutes les irruptions et les assauts des vagues qui rugissent contre nous, un courage ferme et inébranlable doit se planter comme avec la force et la masse d'un rocher résistant. Peu importe d'où vient la terreur ou le danger pour un évêque, qui vit dans la terreur et le danger, et qui est néanmoins rendu glorieux par ces mêmes terreurs et dangers. Car nous ne devons pas considérer et considérer les simples menaces des païens ou des Juifs, lorsque nous voyons que le Seigneur lui-même a été abandonné par ses frères et trahi par celui qu'il avait lui-même choisi parmi ses apôtres ; que, même au commencement du monde, ce n'était autre qu'un frère qui a tué le juste Abel, et qu'un frère en colère a poursuivi le fuyard Jacob, et que le jeune Joseph a été vendu par l'acte de ses frères. Dans l'Évangile, nous lisons également qu'il a été prédit que nos ennemis devraient plutôt être de notre propre maison, et que ceux qui ont été les premiers associés dans le sacrement de l'unité seront ceux qui se trahiront les uns les autres. Peu importe qui se livre ou qui se met en colère, puisque Dieu permet que ceux qu'il désigne pour être couronnés soient livrés. Car ce n'est pas une ignominie pour nous de souffrir de nos frères ce que le Christ a souffert, et ce n'est pas une gloire pour eux de faire ce que Judas a fait. Mais quelle insolence en eux, quel gonflement et quelle vanité de ces menaçants, là pour me menacer en mon absence, alors qu'ici ils me tiennent en leur pouvoir ! Je ne crains pas les reproches dont ils se blessent quotidiennement et dont ils s'infligent la mort ; je ne tremble pas devant leurs matraques, leurs pierres et leurs épées, qu'ils brandissent avec des paroles parricides : autant qu'ils sont en leur pouvoir, ces hommes sont des homicides devant Dieu. Mais ils ne peuvent tuer que si le Seigneur leur a permis de le faire ; et bien que je ne doive mourir qu'une seule fois, ils me tuent quotidiennement par leur haine, leurs paroles et leurs méfaits.

3. Mais, frère très cher, la discipline ecclésiastique n'est pas pour autant à abandonner, ni la censure sacerdotale à assouplir, parce que nous sommes troublés par les reproches ou secoués par les terreurs ; car l'Ecriture Sainte nous rencontre et nous avertit en disant : "Mais celui qui présume et qui est hautain, celui qui se glorifie de lui-même, qui a élargi son âme comme l'enfer, n'accomplira rien". Et encore : "Et ne craignez pas les paroles d'un homme pécheur, car sa gloire sera du fumier et des vers. Aujourd'hui il est élevé, et demain il ne sera pas trouvé, car il est transformé en sa terre, et sa pensée périra." Et encore : "J'ai vu le méchant s'élever et s'élever au-dessus des cèdres du Liban. Je suis passé, et voici qu'il n'était pas là ; je l'ai cherché, et sa place n'a pas été trouvée." L'exaltation, l'arrogance et la vantardise hautaine ne proviennent pas de l'enseignement du Christ qui enseigne l'humilité, mais de l'esprit de l'Antéchrist, que le Seigneur réprimande par son prophète en disant : "Car tu as dit en ton cœur : je monterai au ciel, je placerai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu : Je m'assiérai sur une haute montagne, au-dessus des hautes montagnes du nord : Je monterai au-dessus des nuages, je serai comme le Très-Haut." Et il ajouta : "Tu descendras dans le shéol, jusqu'aux fondements de la terre ; et ceux qui te verront s'émerveilleront de toi." C'est pourquoi l'Écriture divine menace de punir de la même façon ceux qui se trouvent dans un autre lieu, et dit : "Car le jour de l'Éternel des armées sera sur tout homme injurieux et orgueilleux, sur tout homme élevé et élevé." C'est donc par sa bouche et par ses paroles que chacun est à la fois trahi ; et l'on discerne s'il a le Christ dans son coeur, ou l'Antéchrist, dans ses paroles, selon ce que le Seigneur dit dans son Evangile : "O génération de vipères, comment pouvez-vous, étant mauvais, dire de bonnes choses ? car c'est de l'abondance du coeur que la bouche parle. Un homme bon tire de bons fruits d'un bon trésor, et un homme mauvais tire de mauvais fruits d'un mauvais trésor. D'où aussi ce riche pécheur qui implore le secours de Lazare, alors couché dans le sein d'Abraham, et établi dans un lieu de réconfort, tandis que lui, se tordant dans les tourments, est consumé par la chaleur d'une flamme brûlante, subit le plus grand châtiment de toutes les parties de son corps dans sa bouche et sa langue, car sans aucun doute c'est dans sa bouche et sa langue qu'il a le plus péché.

4. Car puisqu'il est écrit : "Les insultes n'hériteront pas non plus du royaume de Dieu", et que le Seigneur dit encore dans son Evangile : "Quiconque dira à son frère : Tu es fou ; et quiconque dira : "Raca, sera en danger de la géhenne de feu", comment peuvent-ils échapper à la réprimande du Seigneur vengeur, qui accumule de telles expressions, non seulement sur leurs frères, mais aussi sur les prêtres, à qui est accordé un tel honneur de la condescendance de Dieu, que quiconque n'obéirait pas à son prêtre, et à celui qui juge ici pour le moment, serait immédiatement tué ? Dans le Deutéronome, le Seigneur Dieu parle en disant : "Et l'homme qui fera preuve de présomption et qui n'écoutera pas le prêtre ou le juge, quel qu'il soit en ces jours-là, cet homme mourra ; et tout le peuple, quand il l'entendra, aura peur et ne fera plus de mal". De plus, à Samuel, quand il était méprisé par les Juifs, Dieu dit : "Ils ne t'ont pas méprisé, mais ils m'ont méprisé." Et le Seigneur dit aussi dans l'Évangile : "Celui qui vous écoute, m'écoute, et celui qui m'a envoyé ; celui qui vous rejette, me rejette ; et celui qui me rejette, rejette celui qui m'a envoyé." Et quand il eut purifié le lépreux, il dit : "Va te montrer au prêtre." Et quand ensuite, au moment de sa passion, il reçut un buffet d'un serviteur du prêtre, et que celui-ci lui dit : "Réponds donc au grand prêtre", le Seigneur ne dit rien de répréhensible contre le grand prêtre, ni ne porta atteinte à l'honneur du prêtre ; mais plutôt en affirmant sa propre innocence, et en la montrant, il dit : "Si j'ai dit le mal, témoigne du mal ; mais si le mal est bien, pourquoi me frappes-tu ? Plus tard encore, dans les Actes des Apôtres, le bienheureux Apôtre Paul, lorsqu'il lui fut dit : "Tu abhorres le prêtre de Dieu ? "-bien qu'ils aient commencé à être sacrilèges, impies et sanglants, le Seigneur ayant déjà été crucifié et n'ayant plus rien conservé de l'honneur et de l'autorité sacerdotale -, Paul, considérant le nom lui-même, si vide soit-il, et l'ombre, pour ainsi dire, du prêtre, dit : "Je ne veux pas, frères, qu'il soit le grand prêtre, car il est écrit : Tu ne diras pas de mal du chef de ton peuple.

5. Quand donc de tels et si grands exemples, et bien d'autres, sont des précédents par lesquels l'autorité et le pouvoir sacerdotaux sont établis par la condescendance divine, quel genre de peuple, pensez-vous, sont ceux qui, étant ennemis des prêtres, et rebelles contre l'Église catholique, ne sont effrayés ni par la menace d'un Seigneur qui les avertit, ni par la vengeance d'un jugement à venir ? Car il n'y a pas eu d'hérésies, ni de schismes, qui n'aient pour origine autre que celle-ci, que le prêtre de Dieu ne soit pas obéi ; et ils ne considèrent pas qu'il y ait une seule personne pour le temps prêtre dans l'Église, et pour le temps juge à la place du Christ ; auquel, si, selon l'enseignement divin, toute la fraternité devait obéir, personne ne soulèverait rien contre le collège des prêtres ; personne, après le jugement divin, après le suffrage du peuple, après le consentement des coévêques, ne se ferait juge, non plus maintenant de l'évêque, mais de Dieu. Personne ne rendrait l'Église par une division de l'unité du Christ. Personne, se complaisant et gonflant d'arrogance, ne fonderait une nouvelle hérésie, séparée et sans, à moins que quelqu'un ne soit d'une audace sacrilège et abandonné au point de penser qu'un prêtre est fait sans le jugement de Dieu, alors que le Seigneur dit dans son Evangile : "Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ? et l'un d'eux ne tombe pas à terre sans la volonté de votre Père". Lorsqu'il dit que même les plus petites choses ne sont pas faites sans la volonté de Dieu, quelqu'un pense-t-il que les plus grandes et les plus hautes choses sont faites dans l'Église de Dieu, soit à l'insu de Dieu, soit avec sa permission, et que les prêtres - c'est-à-dire ses intendants - ne sont pas ordonnés par son décret ? Ce n'est pas pour avoir la foi, par laquelle nous vivons ; ce n'est pas pour rendre honneur à Dieu, par la direction et la décision duquel nous savons et croyons que toutes choses sont régies et gouvernées. Il y a sans aucun doute des évêques qui ont été créés, non par la volonté de Dieu, mais qui sont créés en dehors de l'Église, c'est-à-dire de façon contraire à l'ordonnance et à la tradition de l'Évangile, comme l'affirme le Seigneur lui-même dans les douze prophètes, en disant : "Ils se sont établi un roi pour eux-mêmes, et non par moi". Et encore : "Leurs sacrifices sont comme le pain du deuil ; tous ceux qui en mangeront seront souillés." Et le Saint-Esprit crie aussi par Esaïe, et dit : "Malheur à vous, enfants déserteurs. Ainsi parle le Seigneur : Vous avez pris conseil, mais pas de moi ; et vous avez fait une alliance, mais pas de mon Esprit, afin d'ajouter le péché au péché.

6. Mais - je vous parle comme à un provocateur, je vous parle comme à un affligé, je vous parle comme à un contraint - quand un évêque est nommé à la place d'un défunt, quand il est choisi en temps de paix par le suffrage de tout un peuple, quand il est protégé par l'aide de Dieu dans la persécution, fidèlement lié à tous ses collègues, approuvé par son peuple depuis maintenant quatre ans d'expérience dans son épiscopat, observant la discipline en temps de paix, en temps de troubles, proscrit avec le nom de son épiscopat appliqué et attaché à lui ; si souvent demandé dans le cirque "pour les lions" ; dans l'amphithéâtre, honoré du témoignage de la condescendance divine ; même en ces jours mêmes où je vous écris cette lettre, en raison des sacrifices que, par édit proclamé, le peuple a été commandé de célébrer, demandé à nouveau dans le cirque "pour les lions" par la clameur du peuple ; -quand on voit un tel, très cher frère, être assailli par des hommes désespérés et imprudents, et par ceux qui ont leur place en dehors de l'Église, il est manifeste que c'est lui qui l'assaille : non pas assurément le Christ, qui nomme ou protège ses prêtres ; mais celui qui, en tant qu'adversaire du Christ et ennemi de son Église, persécute à cette fin avec sa malice le chef de l'Église, afin que, lorsque le pilote sera renvoyé, il puisse se mettre en colère de façon plus atroce et plus violente en vue de la dispersion de l'Église.

7. Il ne faut pas non plus, mon très cher frère, déranger quiconque est fidèle et attentif à l'Évangile, et retient les commandements de l'apôtre qui nous avertit ; si dans les derniers jours certaines personnes, orgueilleuses, contumées, et ennemies des prêtres de Dieu, soit quittent l'Église, soit agissent contre l'Église, puisque le Seigneur et ses apôtres ont précédemment prédit qu'il en serait ainsi. Que personne ne s'étonne non plus que le serviteur placé sur eux soit abandonné par certains, alors que ses propres disciples ont abandonné le Seigneur lui-même, qui a accompli des œuvres si grandes et si merveilleuses, et a illustré les attributs de Dieu le Père par le témoignage de ses actions. Et pourtant, Il ne les réprimandait pas lorsqu'ils s'en allaient, ni même ne les menaçait sévèrement ; mais plutôt, se tournant vers Ses apôtres, Il disait : "Allez-vous aussi vous en aller ?" observant manifestement la loi par laquelle un homme laissé à sa propre liberté, et établi dans son propre choix, désire pour lui-même soit la mort soit le salut. Cependant, Pierre, sur lequel l'Église a été édifiée par le même Seigneur, parlant un pour tous et répondant à la voix de l'Église, dit : "Seigneur, vers qui irons-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle ; et nous croyons, et nous sommes sûrs que tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant : ", ce qui signifie, sans aucun doute, et montre que ceux qui se sont éloignés du Christ ont péri par leur propre faute, mais que l'Église qui croit au Christ, et qui détient ce qu'elle a appris une fois, ne s'éloigne jamais de Lui, et que ce sont les membres de l'Église qui restent dans la maison de Dieu ; mais que, d'autre part, ils ne sont pas la plantation plantée par Dieu le Père, que nous ne voyons pas s'établir avec la stabilité du blé, mais que le souffle de l'ennemi les disperse comme de la paille, dont Jean dit aussi dans son épître : "Ils sont sortis de nous, mais ils n'étaient pas des nôtres ; car s'ils avaient été des nôtres, sans doute auraient-ils continué avec nous. ” Paul nous met également en garde, lorsque des hommes mauvais périssent hors de l'Église, de ne pas être dérangés, ni de laisser notre foi s'amoindrir par le départ des infidèles. "Car, dit-il, si certains d'entre eux se sont écartés de la foi, pourquoi ? Leur incrédulité a-t-elle rendu la foi de Dieu sans effet ? A Dieu ne plaise ! Car Dieu est vrai, mais tout homme est un menteur."

8. Pour notre part, il convient à notre conscience, cher frère, de nous efforcer de faire en sorte que personne ne périsse en sortant de l'Église par notre faute ; mais si quelqu'un, de son propre gré et par son propre péché, devait périr et ne pas vouloir se repentir et retourner à l'Église, que nous qui sommes soucieux de son bien-être soyons irréprochables au jour du jugement, et que seuls restent en punition ceux qui ont refusé d'être guéris par la salubrité de nos conseils. Les reproches des perdus ne doivent pas non plus nous inciter à nous écarter à quelque degré que ce soit du droit chemin et de la règle sûre, puisque l'apôtre nous instruit également en disant : "Si je veux plaire aux hommes, je ne dois pas être le serviteur du Christ". Il y a une grande différence selon que l'on désire mériter le bien des hommes ou celui de Dieu. Si nous cherchons à plaire aux hommes, le Seigneur est offensé. Mais si nous nous efforçons et travaillons pour plaire à Dieu, nous devons mépriser les reproches et les abus des hommes.

9. Mais que je ne t'aie pas écrit tout de suite, cher frère, au sujet de Fortunatus, ce pseudo-évêque, constitué de quelques-uns, et de ces hérétiques invétérés, l'affaire n'était pas de nature à être portée immédiatement et hâtivement à ta connaissance, comme si elle était grande ou à craindre ; d'autant plus que vous connaissez déjà assez bien le nom de Fortunatus, qui est l'un des cinq presbytres qui, il y a quelque temps, ont déserté l'Église et ont été récemment excommuniés par le jugement de nos confrères évêques, hommes à la fois nombreux et ayant droit au plus grand respect, qui vous ont écrit à ce sujet l'an dernier. Vous reconnaîtrez également Félicissime, le porte-drapeau de la sédition, qui figure lui-même dans ces mêmes lettres écrites il y a longtemps par nos confrères évêques, et qui non seulement a été excommunié par eux ici, mais a en outre été récemment chassé de l'Église par vous là-bas. Comme j'étais convaincu que ces choses étaient à votre connaissance, et que je savais avec certitude qu'elles demeuraient dans votre mémoire et votre discipline, je n'ai pas jugé nécessaire que les folies des hérétiques vous soient racontées rapidement et de toute urgence. En effet, il ne doit pas être question de la majesté ou de la dignité de l'Église catholique, de se préoccuper de ce que l'audace des hérétiques et des schismatiques peut tenter entre eux. Car le parti de Novatien aurait fait de Maxime le presbytre - qui nous a été envoyé récemment comme ambassadeur de Novatien, et qui a été rejeté de la communion avec nous - son faux évêque en ce lieu ; et pourtant je ne vous avais pas écrit à ce sujet, puisque toutes ces choses sont méprisées par nous ; et je vous avais envoyé récemment les noms des évêques nommés là-bas, qui avec une saine et saine discipline gouvernent les frères dans l'Église catholique. Et c'est certainement pour cela que nous avons décidé, sur l'avis de tous, de vous écrire, afin de trouver un moyen rapide de détruire l'erreur et de découvrir la vérité, pour que vous et nos collègues sachiez à qui écrire et, réciproquement, de qui vous devez recevoir des lettres ; mais si quelqu'un, sauf ceux que nous avons inclus dans notre lettre, osait vous écrire, vous sauriez soit qu'il a été pollué par le sacrifice, ou qu'il a reçu un certificat, soit qu'il est un des hérétiques, et donc perverti et profane. Néanmoins, ayant eu l'occasion, par l'intermédiaire d'un très grand ami et d'un greffier, je vous ai écrit par Felicianus l'acolyte, que vous aviez envoyé avec Persée notre collègue, entre autres choses qui devaient être portées à votre connaissance par leur parti, au sujet de ce Fortunatus également. Mais alors que notre frère Felicianus est soit retardé par le vent, soit retenu par la réception d'autres lettres de notre part, il a été prévenu par Felicissimus qui se hâte vers vous. Car ainsi la méchanceté se hâte toujours, comme si par sa rapidité elle pouvait l'emporter sur l'innocence.

10. Mais je t'ai laissé entendre, mon frère, par Felicianus, qu'il y avait eu à Carthage, Privatus, un vieil hérétique de la colonie de Lambesa, condamné il y a de nombreuses années pour de nombreux et graves crimes par le jugement de quatre-vingt-dix évêques, et sévèrement remarqué dans les lettres de Fabian et de Donatus, également nos prédécesseurs, ce qui n'est pas caché à ta connaissance ; qui, en disant qu'il voulait plaider sa cause devant nous lors du concile que nous avons tenu sur les Ides de mai alors passé, et qui n'a pas été autorisé, a fait pour lui-même de Fortunatus un prétendu évêque, digne de son collège. Et il y avait eu aussi avec lui un certain Félix, qu'il avait lui-même autrefois nommé pseudo évêque hors de l'Église, par hérésie. Mais Jovinus aussi, et Maximus, étaient présents comme compagnons de l'hérétique avéré, condamné pour de mauvais sacrifices et des crimes prouvés contre eux par le jugement de neuf évêques, nos collègues, et à nouveau excommunié aussi par beaucoup d'entre nous l'année dernière lors d'un concile. Et avec ces quatre-là, s'est joint également Repostus de Suturnica, qui non seulement est lui-même tombé dans la persécution, mais a fait tomber par persuasion sacrilège la plus grande partie de son peuple. Ces cinq personnes, ainsi que quelques autres qui avaient sacrifié ou qui avaient une mauvaise conscience, se sont mises d'accord pour que Fortunatus devienne un faux évêque pour eux-mêmes, afin que leurs crimes soient reconnus et que le souverain soit comme ceux qui sont gouvernés.

11. C'est pourquoi, cher frère, tu connais peut-être maintenant les autres mensonges que des hommes désespérés et abandonnés ont répandus, à savoir que, parmi les sacrificateurs ou les hérétiques, pas plus de cinq faux évêques sont venus à Carthage et ont nommé Fortunatus comme associé de leur folie ; Or, eux, enfants du diable et pleins de mensonges, ont osé, comme vous l'écrivez, se vanter qu'il y avait vingt-cinq évêques présents ; mensonge dont ils se sont déjà vantés ici même parmi nos frères, en disant que vingt-cinq évêques viendraient de Numidie pour leur faire un évêque. Après avoir été détectés et confondus dans ce mensonge (seuls cinq qui avaient fait naufrage se sont rassemblés, et ceux-ci ont été excommuniés par nous), ils ont navigué vers Rome avec la récompense de leurs mensonges, comme si la vérité ne pouvait pas naviguer après eux, et ils ont condamné leurs langues mensongères par la preuve de la certitude. Et ceci, mon frère, est une véritable folie, de ne pas penser ni de savoir que les mensonges ne trompent pas longtemps, que la nuit ne dure que le temps que le jour s'éclaire ; mais que lorsque le jour est clair et que le soleil s'est levé, les ténèbres et l'obscurité font place à la lumière, et que les vols qui se déroulaient pendant la nuit cessent. In fine, si vous leur demandiez les noms, ils n'en auraient aucun qu'ils pourraient même donner faussement. Car telle est la misère des méchants, que ni les sacrificateurs ni les hérétiques ne peuvent en recueillir vingt-cinq ; et pourtant, pour tromper les oreilles des simples et des absents, on en exagère le nombre par un mensonge, comme si, même si ce nombre était vrai, soit l'Église serait vaincue par les hérétiques, soit la justice par les injustes.

12. Il ne me revient pas non plus, cher frère, de leur faire des choses semblables, et de passer par mon discours sur ce qu'ils ont commis et commettent encore, puisqu'il faut considérer ce qu'il appartient aux prêtres de Dieu de dire et d'écrire. Le chagrin ne doit pas non plus parler parmi nous comme une honte, et je ne dois pas avoir l'air provoqué, mais plutôt entasser les reproches que les crimes et les péchés. C'est pourquoi je me tais sur les tromperies pratiquées dans l'Église. Je passe sur les complots et les adultères, et sur les différentes sortes de crimes. Mais je ne crois pas qu'il faille retenir la seule circonstance de leur méchanceté, dont la cause n'est ni la mienne, ni celle de l'homme, mais celle de Dieu ; que dès le premier jour de la persécution, alors que les récents crimes des coupables étaient encore chauds, et que non seulement les autels du diable, mais les mains mêmes et la bouche des déchus, fumaient encore des sacrifices abominables, ils n'ont pas cessé de communiquer avec les déchus, et d'entraver leur repentir. Dieu crie : "Celui qui sacrifie à un dieu quelconque, sauf au Seigneur seul, sera déraciné." Et dans l'Évangile, le Seigneur dit : "Quiconque me reniera, je le renierai." Et dans un autre lieu, la colère et l'indignation divines ne sont pas silencieuses, disant : "Tu leur as fait une libation, et tu leur as offert une oblation. Ne devrais-je pas être en colère contre ces choses ? dit le Seigneur." Et ils interviennent pour que Dieu ne soit pas inquiété, lui qui déclare être en colère ; ils interviennent pour que le Christ ne soit pas sollicité par des prières et des satisfactions, lui qui professe que celui qui le renie, il le reniera.

13. Au temps même de la persécution, nous avons écrit des lettres à ce sujet, mais on ne nous a pas répondu. Un conseil plénier ayant eu lieu, nous avons décrété, non seulement avec notre consentement, mais aussi sous nos menaces, que les frères devaient se repentir, et que personne ne devait accorder la paix à ceux qui ne se repentaient pas. Et ces personnes sacrilèges se précipitent avec une folie impie contre les prêtres de Dieu, en s'éloignant de l'Église ; et en levant leurs bras parricides contre l'Église, afin que la malice du diable consomme leur travail, prennent des peines pour que la clémence divine ne guérisse pas les blessés dans Son Église. Ils corrompent la repentance des misérables par la tromperie de leurs mensonges, afin qu'elle ne satisfasse pas un Dieu offensé - que celui qui a rougi ou craint d'être chrétien auparavant, ne cherche pas ensuite le Christ son Seigneur, ni ne retourne à l'Église qui s'était éloignée de l'Église. On s'efforce de faire en sorte que les péchés ne soient pas expiés par de justes satisfactions et lamentations, que les blessures ne soient pas lavées par les larmes. La vraie paix est supprimée par la fausseté d'une fausse paix ; le sein sain d'une mère est fermé par l'intervention de la belle-mère, afin que les pleurs et les gémissements ne puissent être entendus du sein et des lèvres de la personne décédée. Et au-delà de cela, les délaissés sont contraints par leurs langues et leurs lèvres, dans le Capitole où ils avaient péché auparavant, à faire des reproches aux prêtres, à attaquer par des contumaces et des paroles injurieuses les confesseurs et les vierges, et les hommes justes qui sont les plus éminents pour la louange de la foi, et les plus glorieux dans l'Église. Ce n'est pas tant la modestie, l'humilité et la honte de notre peuple qui sont frappées que l'espoir et la vie de nos concitoyens qui sont lacérés. Car ce n'est pas celui qui entend, mais celui qui prononce l'insulte, qui est malheureux ; ce n'est pas non plus celui qui est frappé par son frère, mais celui qui frappe un frère, qui est un pécheur selon la loi ; et quand les coupables font un tort à l'innocent, ils subissent le préjudice qui pense qu'ils le font. Enfin, leur esprit est frappé par ces choses, et leur esprit est terne, et leur sens du droit est éloigné : c'est la colère de Dieu qu'ils ne perçoivent pas leurs péchés, de peur que la repentance ne s'ensuive, comme il est écrit : "Et Dieu leur donna un esprit de torpeur", c'est-à-dire qu'ils ne puissent revenir et être guéris, et être rendus à la raison après leurs péchés par de justes prières et des satisfactions. L'apôtre Paul, dans son épître, le dépose et dit : "Ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité, pour être sauvés. Et c'est pourquoi Dieu leur enverra une forte illusion, afin qu'ils croient au mensonge, pour que soient jugés tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l'injustice". Le plus haut degré de bonheur est, non pas de pécher, mais de reconnaître nos péchés. Dans le premier, l'innocence coule pure et sans tache pour nous préserver ; dans le second, il y a un médicament pour nous guérir. Tous deux ont perdu en offensant Dieu, à la fois parce que la grâce reçue de la sanctification du baptême est perdue et que la repentance ne vient pas à leur secours, par laquelle le péché est guéri. Penses-tu, frère, que leurs méchancetés contre Dieu sont insignifiantes, leurs péchés petits et modérés - puisque par leurs moyens la majesté d'un Dieu en colère n'est pas recherchée, puisque la colère, le feu et le jour du Seigneur ne sont pas craints - puisque, lorsque l'Antéchrist est à portée de main, la foi du peuple militant est désarmée par l'enlèvement de la puissance du Christ et de sa crainte ? Laissons les laïcs voir comment ils peuvent modifier cela. Un travail plus lourd incombe aux prêtres pour affirmer et maintenir la majesté de Dieu, que nous ne semblons rien négliger à cet égard, lorsque Dieu nous avertit et dit : "Et maintenant, ô prêtres, ce commandement est pour vous. Si vous n'écoutez pas, et si vous ne le mettez pas en pratique, pour rendre gloire à mon nom, dit le Seigneur, j'enverrai même une malédiction sur vous, et je maudirai votre bénédiction". L'honneur est-il donc donné à Dieu lorsque la majesté et le décret de Dieu sont tellement condamnés, que lorsqu'il déclare qu'il est indigné et en colère contre ceux qui sacrifient, et lorsqu'il menace de peines éternelles et de châtiments perpétuels, il est proposé par le sacrilège, et dit : "Que la colère de Dieu ne soit pas prise en considération, que le jugement du Seigneur ne soit pas craint, que personne ne frappe à l'Église du Christ ; mais que la repentance soit supprimée, et qu'aucune confession de péché ne soit faite, les évêques étant méprisés et foulés aux pieds, que la paix soit proclamée par les presbytres en des termes trompeurs ; et que, de peur que les déchus ne se relèvent, ou que les exclus ne retournent à l'Église, la communion soit offerte à ceux qui ne sont pas en communion ?

14. Il ne leur suffisait pas non plus de se retirer de l'Évangile, d'enlever aux délaissés l'espérance de la satisfaction et de la repentance, d'éloigner de tout sentiment et de tout fruit de repentance ceux qui étaient impliqués dans des fraudes ou souillés par l'adultère, ou pollués par la contagion mortelle des sacrifices, de peur qu'ils ne prient Dieu ou ne confessent leurs crimes dans l'Église ; qu'ils s'étaient constitués en dehors de l'Église, et qu'ils s'étaient opposés à l'Église, un conventium de leur faction abandonnée, alors qu'il s'était formé une bande de créatures à la mauvaise conscience, et peu désireuses de prier et de satisfaire Dieu. Après de telles choses, d'ailleurs, ils osent encore - un faux évêque ayant été nommé pour eux par des hérétiques - mettre les voiles et porter des lettres de personnes schismatiques et profanes au trône de Pierre, et à la principale église d'où l'unité sacerdotale prend sa source ; et ne pas considérer que ce sont les Romains dont la foi a été louée dans la prédication de l'apôtre, à laquelle l'incrédulité ne pouvait avoir accès. Mais quelle était la raison de leur venue et de l'annonce de la création du pseudo-évêque en opposition aux évêques ? Car soit ils sont satisfaits de ce qu'ils ont fait, et persistent dans leur méchanceté ; soit, s'ils sont mécontents et se retirent, ils savent où ils peuvent retourner. Car, comme il a été décrété par nous tous - et c'est également juste et équitable - que le cas de chacun doit être entendu là où le crime a été commis ; et une partie du troupeau a été assignée à chaque pasteur, qu'il doit diriger et gouverner, en ayant à rendre compte de ses actes au Seigneur ; Il appartient certainement à ceux sur qui nous sommes placés de ne pas courir et de ne pas rompre l'accord harmonieux des évêques par leur ruse et leur fourberie, mais de plaider leur cause, là où ils peuvent avoir des accusateurs et des témoins de leur crime ; à moins que par hasard l'autorité des évêques constitués en Afrique ne paraisse trop faible à quelques hommes désespérés et abandonnés, qui ont déjà jugé à leur sujet, et qui ont récemment condamné, par la gravité de leur jugement, leur conscience liée par de nombreux liens de péchés. Déjà leur cas a été examiné, déjà la sentence les concernant a été prononcée ; il ne convient pas non plus de reprocher à la dignité des prêtres la légèreté d'un esprit changeant et inconstant, quand le Seigneur enseigne et dit : "Que votre communication soit, oui, oui ; non, non.

15. Si l'on compte le nombre de ceux qui ont jugé l'année dernière à leur sujet avec les presbytres et les diacres, il y avait plus de personnes présentes au jugement et à l'audience que ces mêmes personnes qui semblent maintenant être associées à Fortunatus. Car vous devez savoir, cher frère, qu'après avoir été fait pseudo-évêque par les hérétiques, il a été aussitôt déserté par presque tous. En effet, ceux à qui, dans le passé, on a offert des illusions et des paroles trompeuses pour qu'ils retournent ensemble à l'Église, après avoir vu qu'un faux évêque y avait été nommé, ont appris qu'ils avaient été trompés et trompés, et reviennent chaque jour frapper à la porte de l'Église, tandis que nous, qui devons rendre compte au Seigneur, nous pesons anxieusement et examinons soigneusement qui doit être reçu et admis dans l'Église. En effet, soit certains sont tellement gênés par leurs crimes, soit ils sont si obstinément et fermement opposés par leurs frères, qu'ils ne peuvent être reçus qu'avec offense et risque pour un grand nombre. Car il ne faut pas non plus rassembler et rassembler certaines pacotilles de telle sorte que les parties saines et entières soient blessées ; et il n'est ni utile ni sage qu'un pasteur mélange les brebis malades et atteintes avec son troupeau au point de contaminer tout le troupeau par l'infection du mal qui s'accroche. (Ne faites pas attention à leur nombre. Car celui qui craint Dieu vaut mieux que mille fils impies, comme l'a dit le Seigneur par le prophète : "Ô fils, ne prends pas plaisir aux fils impies, même s'ils se multiplient pour toi, si ce n'est par la crainte du Seigneur, sois avec eux". ) Oh, si tu pouvais, cher frère, être avec nous ici quand ces hommes mauvais et pervers reviendront du schisme, tu verrais quel travail je dois faire pour persuader nos frères de la patience, pour qu'ils apaisent leur chagrin d'esprit, et consentent à recevoir et à guérir les méchants. Car, de même qu'ils se réjouissent et se réjouissent du retour de ceux qui sont endurcis et moins coupables, de même, d'autre part, ils murmurent et sont mécontents aussi souvent que les incorrigibles et les violents, et que ceux qui sont contaminés soit par des adultères, soit par des sacrifices, et qui, en outre, sont fiers, ainsi reviennent à l'Église, de manière à corrompre les bonnes dispositions qui y sont en son sein. Je ne persuade guère le peuple, mais je lui extorque qu'il doit souffrir pour être admis. Et le chagrin de la fraternité est d'autant plus juste que les uns et les autres qui, malgré l'opposition et la contradiction du peuple, ont été reçus par mon établissement, se sont révélés pires qu'avant et n'ont pas pu garder la foi de leur repentir, parce qu'ils n'étaient pas venus avec une vraie repentance.

16. Mais que dois-je dire de ceux qui sont maintenant venus chez vous avec Felicissimus, coupable de tous les crimes, comme ambassadeurs envoyés par le pseudo-évêque Fortunatus, vous apportant des lettres aussi fausses que lui, dont ils apportent les lettres, car sa conscience est pleine de péchés, car sa vie est exécrable, car elle est honteuse ; de sorte que, même s'ils étaient dans l'Église, ces gens devraient être expulsés de l'Église. En outre, comme ils ont connu leur propre conscience, ils n'osent pas venir à nous ou s'approcher du seuil de l'Église, mais ils errent, sans elle, à travers la province, pour contourner et escroquer les frères ; et maintenant, étant suffisamment connus de tous, et partout exclus pour leurs crimes, ils naviguent là aussi vers vous. Car ils ne peuvent pas avoir le visage qui s'approche de nous, ni se tenir devant nous, car les crimes qui leur sont reprochés par les frères sont des plus graves et des plus atroces. S'ils veulent subir notre jugement, qu'ils viennent. Enfin, s'ils peuvent trouver une excuse ou une défense, voyons ce qu'ils pensent faire de la satisfaction, quel fruit de repentance ils apportent. Ici, l'Église n'est fermée à personne, et l'évêque n'est refusé à personne. Notre patience, notre facilité et notre humanité sont prêtes pour ceux qui viennent. J'implore tout le monde de retourner dans l'Église. Je supplie tous nos compagnons d'armes d'être inclus dans le camp du Christ, et la demeure de Dieu le Père. Je vous remets tout. Je ferme les yeux sur beaucoup de choses, avec le désir et la volonté de rassembler la fraternité. Même les choses qui sont commises contre Dieu, je n'enquête pas avec le plein jugement de la religion. Je pèche presque moi-même, en remettant les péchés plus que je ne le devrais. J'embrasse avec un amour prompt et entier ceux qui reviennent avec repentance, confessant leur péché avec une humble et intacte expiation.

17. Mais si certains pensent qu'ils peuvent revenir à l'Église non par des prières mais par des menaces, ou supposent qu'ils peuvent se frayer un chemin, non par des lamentations et des expiations, mais par la terreur, qu'ils prennent pour certain que contre de telles personnes l'Église du Seigneur est fermée ; et le camp du Christ, invaincu et ferme avec la protection du Seigneur, ne cède pas aux menaces. Le prêtre de Dieu qui tient fermement l'Évangile et observe les préceptes du Christ peut être tué ; il ne peut être vaincu. Zacharie, le prêtre de Dieu, nous suggère et nous fournit des exemples de courage et de foi, qui, alors qu'il ne pouvait pas être terrifié par les menaces et les lapidations, a été tué dans le temple de Dieu, tout en criant et en disant, ce que nous crions aussi et disons contre les hérétiques : "Ainsi parle le Seigneur, vous avez abandonné les voies du Seigneur, et le Seigneur vous abandonnera. Car parce que quelques hommes téméraires et méchants abandonnent les voies célestes et saines du Seigneur, et que le Saint-Esprit ne fait pas les choses saintes, nous ne devons pas non plus ignorer la tradition divine, pour penser que les crimes des fous sont plus grands que les jugements des prêtres ; ou concevoir que les efforts humains peuvent faire plus pour attaquer, que la protection divine ne permet de défendre.

18. La dignité de l'Eglise catholique, frère très cher, doit-elle être mise de côté, la majesté fidèle et incorruptible du peuple est-elle placée en elle, et l'autorité et le pouvoir sacerdotal aussi, tout doit être mis de côté pour cela, afin que ceux qui sont mis sans l'Eglise puissent dire qu'ils veulent juger au sujet d'un prélat de l'Eglise ? des hérétiques au sujet d'un chrétien ? des blessés au sujet d'un homme entier ? des mutilés au sujet d'un homme sain ? des caducs au sujet d'un homme qui tient bon ? des coupables au sujet de leur juge ? des sacrilèges au sujet d'un prêtre ? Ce qui reste, c'est que l'Église cède au Capitole, et que, pendant que les prêtres s'en vont et enlèvent l'autel du Seigneur, les images et les idoles passent avec leurs autels dans l'assemblée sacrée et vénérable de notre clergé, et qu'un matériel plus grand et plus complet pour déclamer contre nous et abuser de nous soit offert aux Novatiens ; si ceux qui ont sacrifié et ont publiquement renié le Christ devaient commencer non seulement à être implorés et admis sans faire pénitence, mais, en outre, à dominer par la puissance de leur terreur ?

19. S'ils désirent la paix, qu'ils déposent les armes. S'ils font l'expiation, pourquoi menaçent-ils ? ou s'ils menacent, qu'ils sachent que les prêtres de Dieu ne les craignent pas. Car même l'Antéchrist, lorsqu'il commencera à venir, n'entrera pas dans l'Église parce qu'il menace ; nous ne céderons pas non plus à ses armes et à sa violence, parce qu'il déclare qu'il nous détruira si nous résistons. Les hérétiques nous arment quand ils pensent que nous sommes terrifiés par leurs menaces ; ils ne nous rabaissent pas non plus sur notre visage, mais ils nous soulèvent et nous enflamment, quand ils rendent la paix elle-même pire que la persécution pour les frères. Et nous désirons, en effet, qu'ils ne remplissent pas de crime ce qu'ils disent dans la folie, que ceux qui pèchent par des paroles perfides et cruelles ne pèchent pas aussi en actes. Nous prions et implorons Dieu, qu'ils ne cessent de provoquer et d'exaspérer, afin qu'il adoucisse leur cœur, qu'ils mettent de côté leur folie et reviennent à la raison, que leurs poitrines, couvertes des ténèbres des péchés, reconnaissent la lumière de la repentance, et qu'ils cherchent plutôt à ce que les prières et les supplications du prêtre soient versées en leur faveur, qu'à ce qu'eux-mêmes versent le sang du prêtre. Mais s'ils continuent dans leur folie, et s'ils persévèrent cruellement dans leurs tromperies et leurs menaces parricides, aucun prêtre de Dieu n'est si faible, si prostré, et si abject, si inefficace par la faiblesse de l'infirmité humaine, que pour ne pas être excité contre les ennemis et les agresseurs de Dieu par la force d'en haut ; que pour ne pas trouver son humilité et sa faiblesse animées par la vigueur et la force du Seigneur qui le protège. Peu nous importe par qui et quand nous sommes tués, car nous recevrons du Seigneur la récompense de notre mort et de notre sang. Il faut pleurer et se lamenter sur leur concision, que le diable aveugle tellement, que, sans tenir compte des châtiments éternels de la géhenne, ils s'efforcent d'imiter la venue de l'Antéchrist, qui s'approche maintenant.

20. Et bien que je sache, cher frère, de l'amour mutuel que nous nous devons et que nous nous manifestons les uns envers les autres, que tu lis toujours mes lettres au très distingué clergé qui y préside avec toi, et à ta très sainte et grande assemblée, je te préviens et te demande maintenant de faire par ma demande ce que tu fais d'autres fois de ton propre gré et par courtoisie ; afin que, par la lecture de cette lettre, si une quelconque contagion de discours envenimés et de propagation pestilentielle s'y est glissée, elle soit entièrement purgée des oreilles et du coeur des frères, et que la saine et sincère affection du bien soit à nouveau purifiée de toutes les souillures du dénigrement hérétique.

21. Mais pour le reste, que nos frères les plus aimés déclinent fermement, et évitent les paroles et les conversations de ceux dont la parole s'insinue comme un cancer ; comme le dit l'apôtre, "les mauvaises communications corrompent les bonnes manières". Et encore : "Un homme qui est hérétique, après une admonestation, rejette : sachant que celui qui est tel est subverti, et pèche, étant condamné de lui-même." Et l'Esprit Saint parle par Salomon, en disant : "Un homme pervers porte la perdition dans sa bouche ; et dans ses lèvres il cache un feu." Il nous met aussi en garde et dit : "Hache-toi les oreilles avec des épines, et n'écoute pas une langue méchante." Et encore une fois : "Le méchant prête attention à la langue de l'injuste, mais le juste n'écoute pas les lèvres menteuses." Et bien que je sache que notre fraternité là-bas, assurément fortifiée par votre prévoyance, et d'ailleurs suffisamment prudente par leur propre vigilance, ne peut être prise ni trompée par les poisons des hérétiques, et que les enseignements et les préceptes de Dieu ne prévalent avec eux qu'en proportion de la crainte de Dieu qui est en eux ; Cependant, bien qu'inutilement, ma sollicitude ou mon amour m'ont persuadé de vous écrire ces choses, afin qu'aucun commerce ne soit fait avec eux, qu'aucun banquet ni conférence ne soit tenu avec les méchants, mais que nous soyons autant séparés d'eux qu'ils sont des déserteurs de l'Église, car il est écrit : "S'il néglige d'écouter l'Église, qu'il soit pour toi comme un païen et un publicain. ” Et le bienheureux apôtre ne se contente pas de nous mettre en garde, il nous ordonne aussi de nous en retirer. "Nous vous ordonnons, dit-il, au nom de Jésus-Christ notre Seigneur, de vous retirer de tout frère qui marche dans le désordre, et non selon la tradition qu'il a reçue de nous. Il ne peut y avoir de communion entre la foi et l'incrédulité. Celui qui n'est pas avec le Christ, qui est un adversaire du Christ, qui est hostile à son unité et à sa paix, ne peut être associé à nous. S'ils viennent avec des prières et des expiations, qu'ils soient écoutés ; s'ils amoncellent ensemble des malédictions et des menaces, qu'ils soient rejetés. Je te fais mes adieux, cher frère, de tout cœur.



EPISTLE LV

AU PEUPLE DE THIBARIS, EN EXHORTANT AU MARTYRE


Argument : Chypre s'excuse tout d'abord auprès des Thibaritains de ne pas leur avoir rendu visite et les avertit de la persécution dont ils font l'objet ; il leur fournit ensuite des incitations à faire le martyre.


1. Cyprian aux habitants de Thibaris, saluant. J'avais en effet pensé, frères bien-aimés, et désiré dans la prière - si l'état des choses et la condition des temps le permettaient, conformément à ce que vous avez fréquemment désiré - venir à vous ; et étant présent avec vous, alors renforcer la fraternité avec des pouvoirs d'exhortation aussi modérés que ceux que je possède. Mais comme je suis retenu par des affaires si urgentes, que je n'ai pas le pouvoir de voyager loin de ce lieu, et d'être longtemps absent du peuple sur lequel je suis placé par la miséricorde divine, j'ai écrit entre-temps cette lettre, pour être à votre place. Car comme, par la condescendance du Seigneur qui m'instruit, je suis très souvent incité et averti, je dois aussi porter à votre conscience l'inquiétude de mon avertissement. Car vous devez savoir et croire, et avoir la certitude, que le jour de l'affliction commence à se profiler au-dessus de nos têtes, que la fin du monde et le temps de l'Antéchrist approchent, et que nous devons tous nous tenir prêts pour le combat ; ne considérez rien d'autre que la gloire de la vie éternelle et la couronne de la confession du Seigneur ; et ne considérez pas les choses qui viennent comme étant telles que celles qui sont passées. Un combat plus sévère et plus acharné menace maintenant, auquel les soldats du Christ doivent se préparer avec une foi inébranlable et un courage robuste, considérant qu'ils boivent quotidiennement la coupe du sang du Christ, pour la raison qu'eux-mêmes peuvent aussi verser leur sang pour le Christ. Car c'est vouloir se trouver avec le Christ, imiter ce que le Christ a enseigné et fait, selon l'apôtre Jean, qui a dit : "Celui qui dit qu'il demeure dans le Christ doit marcher comme il a marché". De plus, le bienheureux Apôtre Paul exhorte et enseigne en disant : "Nous sommes enfants de Dieu ; mais si nous sommes enfants, alors nous sommes héritiers de Dieu et cohéritiers du Christ ; s'il en est ainsi, nous souffrons avec lui, afin que nous soyons aussi glorifiés ensemble".

2. Nous devons maintenant considérer toutes ces choses, afin que personne ne désire rien du monde qui se meurt maintenant, mais qu'il puisse suivre le Christ, qui vit pour toujours et qui vivifie ses serviteurs, qui sont établis dans la foi en son nom. Car il vient, frères bien-aimés, le temps que notre Seigneur nous a annoncé et enseigné il y a longtemps, s'approchant en disant : "Le temps vient, où quiconque vous tuera pensera qu'il rend service à Dieu. Et c'est ce qu'ils vous feront, parce qu'ils n'ont connu ni le Père ni moi. Mais je vous ai dit ces choses, afin que, le moment venu, vous vous souveniez que je vous les ai dites. Que personne ne s'étonne non plus que nous soyons harcelés par des persécutions constantes, et continuellement éprouvés par des afflictions croissantes, alors que le Seigneur a déjà prédit que ces choses arriveraient dans les derniers temps, et nous a instruits pour le combat par l'enseignement et l'exhortation de Ses paroles. Pierre aussi, son apôtre, a enseigné que les persécutions se produisent pour que nous soyons prouvés, et que nous devrions aussi, par l'exemple des hommes justes qui nous ont précédés, être unis à l'amour de Dieu par la mort et les souffrances. Car il a écrit dans son épître : "Bien-aimés, ne vous étonnez pas de l'épreuve de feu qui vous éprouvera, et ne tombez pas comme s'il vous arrivait quelque chose de nouveau ; mais toutes les fois que vous participez aux souffrances de Christ, réjouissez-vous en toutes choses, afin que, lorsque sa gloire sera révélée, vous soyez aussi dans l'allégresse, avec une joie extrême. Si vous êtes outragés au nom du Christ, vous êtes heureux, car le nom de la majesté et de la puissance du Seigneur repose sur vous, qui est blasphémé de leur part, mais glorifié de la nôtre". Les apôtres nous ont enseigné ce qu'ils ont eux-mêmes appris des préceptes du Seigneur et des commandements célestes, le Seigneur lui-même nous ayant ainsi fortifiés en disant : "Il n'y a personne qui, pour l'amour de Dieu, ait quitté sa maison ou sa terre, ses parents, ses frères, ses sœurs, sa femme ou ses enfants, et qui ne reçoive le septuple dans le temps présent et dans le monde à venir, la vie éternelle". Et il dit encore : "Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïront, vous sépareront de leur compagnie, vous chasseront et insulteront votre nom comme un mal à cause du Fils de l'homme. Réjouissez-vous en ce jour-là, et sautez de joie, car voici que votre récompense est grande dans les cieux".

3. Le Seigneur a voulu que nous nous réjouissions et que nous sautions de joie dans les persécutions, car, lorsque les persécutions se produisent, alors sont données les couronnes de la foi, alors les soldats de Dieu sont éprouvés, alors les cieux sont ouverts aux martyrs. Car nous n'avons pas donné notre nom à la guerre de telle sorte que nous ne devons penser qu'à la paix, nous retirer de la guerre et la refuser, alors que dans cette même guerre, le Seigneur a marché le premier - le maître de l'humilité, de l'endurance et de la souffrance - de sorte que ce qu'il a enseigné à faire, il l'a fait avant tout, et ce qu'il exhorte à souffrir, il l'a lui-même fait avant de souffrir pour nous. Qu'il soit sous vos yeux, frères bien-aimés, que Celui qui seul a reçu tout jugement du Père, et qui viendra juger, a déjà déclaré le décret de son jugement et de sa reconnaissance future, en prédisant et en attestant qu'il confessera devant son Père ceux qui le confessent, et qu'il reniera ceux qui le renient. Si nous pouvions échapper à la mort, nous pourrions raisonnablement craindre de mourir. Mais comme, d'autre part, il est nécessaire qu'un mortel meure, nous devrions saisir l'occasion qui nous est offerte par la promesse et la condescendance divines, et accomplir la fin prévue par la mort avec la récompense de l'immortalité ; ni craindre d'être tué, puisque nous sommes sûrs que lorsque nous serons tués, nous serons couronnés.

4. Que personne, frères bien-aimés, lorsqu'il voit notre peuple chassé et dispersé par la crainte de la persécution, ne soit troublé en voyant la fraternité se rassembler, ni les évêques parler. Tous ne peuvent pas être là ensemble, qui ne peuvent pas tuer, mais qui doivent être tués. Partout où, en ces jours-là, chacun des frères sera séparé du troupeau pour un temps, par la nécessité de la saison, en corps et non en esprit, qu'il ne soit pas ému par la terreur de cette fuite ; et, s'il se retire et se cache, qu'il s'alarme de la solitude du lieu désert. Il n'est pas seul, dont le Christ est le compagnon de vol ; il n'est pas seul qui, gardant le temple de Dieu où qu'il soit, n'est pas sans Dieu. Et si un brigand vous tombe dessus, un fugitif dans la solitude ou dans les montagnes ; si une bête sauvage vous attaque ; si la faim, la soif ou le froid vous affligent, ou si la tempête et l'orage vous submergent en vous hâtant de traverser les mers, le Christ, partout, regarde son soldat en train de combattre ; et, à cause de la persécution, pour l'honneur de son nom, il lui donne une récompense à sa mort, comme il a promis de le faire à la résurrection. La gloire du martyre n'en est pas moins qu'il n'a pas péri publiquement et devant beaucoup, puisque la cause de la mort est de périr pour le Christ. Ce témoin qui prouve les martyrs, et les couronne, suffit pour témoigner de son martyre.

5. Imitons, frères bien-aimés, le juste Abel, qui a initié les martyrs, lui qui a été tué le premier pour la justice. Imitons Abraham, l'ami de Dieu, qui n'a pas tardé à offrir son fils comme victime de ses propres mains, en obéissant à Dieu avec une foi de dévotion. Imitons les trois enfants Ananias, Azarias et Misaël, qui, sans être effrayés par leur jeunesse ni brisés par la captivité, la Judée étant conquise et Jérusalem prise, ont vaincu le roi par la force de la foi en son propre royaume ; qui, lorsqu'on leur a demandé d'adorer l'image que le roi Nabuchodonosor avait faite, se sont montrés plus forts que les menaces du roi et que les flammes, appelant et attestant leur foi par ces paroles : "O roi Nabuchodonosor, nous ne prenons pas soin de te répondre dans cette affaire. Car le Dieu que nous servons est capable de nous délivrer de la fournaise ardente ; et il nous délivrera de tes mains, ô roi. Sinon, sache que nous ne servons pas tes dieux, et que nous n'adorons pas la statue d'or que tu as dressée." Ils croyaient qu'ils pourraient s'échapper selon leur foi, mais ils ajoutaient, "et si non," que le roi sache qu'ils pourraient aussi mourir pour le Dieu qu'ils adoraient. Car c'est là la force du courage et de la foi, de croire et de savoir que Dieu peut délivrer de la mort actuelle, et pourtant de ne pas craindre la mort ni de céder, afin que la foi soit la plus puissante des preuves. La puissance ininterrompue et invaincue du Saint-Esprit s'est manifestée par leur bouche, de sorte que les paroles que le Seigneur a prononcées dans son Evangile sont considérées comme vraies : "Mais quand ils vous saisiront, ne vous inquiétez pas de ce que vous direz ; car ce que vous direz vous sera donné à l'heure même. Car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit de votre Père qui parlera en vous. Il dit que ce que nous pouvons parler et répondre nous est donné du ciel à cette heure-là, et qu'il nous est pourvu ; et que ce n'est donc pas nous qui parlons, mais l'Esprit de Dieu notre Père, qui, ne s'éloignant pas et n'étant pas séparé de ceux qui le confessent, parle lui-même et est couronné en nous. Ainsi, Daniel, lorsqu'il a dû adorer l'idole Bel, que le peuple et le roi adoraient alors, en affirmant l'honneur de son Dieu, s'est également exprimé avec une foi et une liberté totales, en disant : "Je n'adore rien d'autre que le Seigneur mon Dieu, qui a créé le ciel et la terre.

6. Que dire des tortures cruelles des martyrs bénis des Maccabées, des souffrances multiformes des sept frères, de la mère qui réconforte ses enfants dans leurs souffrances, et qui meurt elle-même avec ses enfants ? Ne sont-ils pas les témoins des preuves d'un grand courage et d'une grande foi, et ne nous exhortent pas par leurs souffrances aux triomphes du martyre ? Qu'en est-il des prophètes que l'Esprit Saint a éveillés à la prescience des événements futurs ? Qu'en est-il des apôtres que le Seigneur a choisis ? Puisque ces hommes justes ont été tués à cause de la justice, ne nous ont-ils pas appris à mourir aussi ? La nativité du Christ a été témoin du martyre des enfants, de sorte que ceux qui avaient deux ans et moins ont été tués à cause de Son nom. Un âge qui n'était pas encore adapté à la bataille paraissait digne de la couronne. Pour qu'il soit manifeste que ceux qui sont tués pour le Christ sont innocents, des enfants innocents ont été mis à mort pour l'honneur de son nom. Il est démontré que nul n'est à l'abri du péril de la persécution, quand même ces martyrs accomplis. Mais quelle est la gravité du cas d'un chrétien, si lui, un serviteur, ne veut pas souffrir, quand son Maître a souffert le premier ; et que nous ne voulons pas souffrir pour nos propres péchés, quand Celui qui n'a pas de péché en propre a souffert pour nous ! Le Fils de Dieu a souffert pour qu'Il nous fasse fils de Dieu, et le fils de l'homme ne souffrira pas pour qu'il continue à être un fils de Dieu ! Si nous souffrons de la haine du monde, le Christ a d'abord enduré la haine du monde. Si nous souffrons de reproches dans ce monde, si nous sommes exilés, si nous sommes torturés, le Créateur et Seigneur du monde a vécu des choses plus dures que celles-ci, et Il nous avertit aussi, en disant : "Si le monde vous hait, souvenez-vous qu'il m'a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait les siens ; mais comme vous n'êtes pas du monde, mais que je vous ai choisis du monde, le monde vous hait. Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : Le serviteur n'est pas plus grand que son maître. S'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi." Tout ce que notre Seigneur et Dieu a enseigné, il l'a fait aussi, afin que le disciple ne soit pas excusé s'il apprend et ne le fait pas.

7. Que nul d'entre vous, frères bien-aimés, ne soit effrayé par la crainte d'une persécution future, ou par la venue de l'Antéchrist menaçant, au point de ne pas être trouvé armé pour toutes choses par les exhortations et les préceptes évangéliques, et par les avertissements célestes. L'Antéchrist vient, mais au-dessus de lui vient aussi le Christ. L'ennemi se promène et rage, mais immédiatement le Seigneur le suit pour venger nos souffrances et nos blessures. L'adversaire est enragé et menace, mais il y a Quelqu'un qui peut nous délivrer de ses mains. Il est à craindre celui dont personne ne peut échapper à la colère, comme Il le prévient Lui-même, et dit : "Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ne sont pas capables de tuer l'âme ; craignez plutôt Celui qui est capable de détruire le corps et l'âme en enfer". Et encore : "Celui qui aime sa vie, la perdra ; et celui qui hait sa vie dans ce monde, la gardera pour la vie éternelle." Et dans l'Apocalypse, Il instruit et prévient en disant : "Si quelqu'un adore la bête et son image, et reçoit sa marque sur son front ou dans sa main, il boira lui aussi du vin de la colère de Dieu, mêlé à la coupe de sa colère, et il sera tourmenté de feu et de souffre en présence des saints anges et de l'Agneau ; et la fumée de leurs tourments montera aux siècles des siècles ; et ils n'auront de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image. ”

8. Pour le concours séculaire, les hommes sont entraînés et préparés, et considèrent comme une grande gloire de leur honneur le fait qu'ils soient couronnés devant le peuple et en présence de l'empereur. Voici une grande et noble compétition, glorieuse aussi avec la récompense d'une couronne céleste, dans la mesure où Dieu nous regarde pendant que nous luttons, et, étendant son regard sur ceux qu'il a condescendus à faire ses fils, il apprécie le spectacle de notre compétition. Dieu nous regarde dans le combat, et le combat dans la rencontre de la foi ; ses anges nous regardent, et le Christ nous regarde. Quelle dignité et quel bonheur de gloire que de s'engager en présence de Dieu et d'être couronné, avec le Christ pour juge ! Soyons armés, frères bien-aimés, de toutes nos forces, et préparons-nous à la lutte avec un esprit non corrompu, avec une foi saine, avec un courage dévoué. Que le camp de Dieu se rende sur le champ de bataille qui nous est assigné. Que les sains soient armés, de peur que celui qui est sain ne perde l'avantage de s'être tenu debout dernièrement ; que les déchus soient eux aussi armés, afin que même les déchus puissent regagner ce qu'ils ont perdu ; que l'honneur provoque le tout ; que la douleur provoque les déchus au combat. L'apôtre Paul nous enseigne à être armés et préparés, en disant : "Nous ne luttons pas contre la chair et le sang, mais contre les puissances, et les princes de ce monde et de cette ténèbre, contre les esprits de méchanceté dans les hauts lieux. Mettez donc toute votre armure, afin de pouvoir résister au jour le plus mauvais, et, après avoir fait tout ce que vous avez fait, tenez-vous debout, les reins ceints de vérité, et revêtez la cuirasse de la justice, et les pieds chaussés de la préparation de l'Évangile de paix, en prenant le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre toutes les flèches enflammées du méchant, le casque du salut et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu".

9. Prenons ces armes, fortifions-nous avec ces garanties spirituelles et célestes, afin qu'au jour le plus mauvais, nous puissions résister, et résister aux menaces du diable : revêtons la cuirasse de la justice, afin que notre poitrine soit fortifiée et à l'abri des fléchettes de l'ennemi : que nos pieds soient chaussés de l'enseignement évangélique et armés, afin que, lorsque le serpent commencera à être foulé et écrasé par nous, il ne puisse pas nous mordre et nous faire trébucher ; portons courageusement le bouclier de la foi, par la protection duquel, quoi que l'ennemi nous lance, il pourra s'éteindre : Prenons aussi pour protection de notre tête le casque du salut, afin que nos oreilles soient protégées contre les édits mortels ; que nos yeux soient fortifiés, afin qu'ils ne voient pas les images odieuses ; que notre front soit fortifié, afin que le signe de Dieu soit gardé en sécurité ; que notre bouche soit fortifiée, afin que la langue conquérante confesse le Christ son Seigneur : armons aussi la main droite de l'épée de l'Esprit, afin qu'elle rejette courageusement les sacrifices mortels ; afin que, attentive à l'Eucharistie, la main qui a reçu le corps du Seigneur embrasse le Seigneur lui-même, pour recevoir ensuite du Seigneur la récompense des couronnes célestes.

10. Oh, que sera ce jour à son avènement, frères bien-aimés, où le Seigneur commencera à compter son peuple, et à reconnaître les mérites de chacun par l'inspection de sa connaissance divine, à envoyer les coupables à la géhenne, et à mettre le feu à nos persécuteurs par la combustion perpétuelle d'un feu pénal, mais à nous payer la récompense de notre foi et de notre dévotion ! Quelle sera la gloire et quelle sera la joie d'être admis à voir Dieu, d'être honoré de recevoir avec le Christ, ton Seigneur Dieu, la joie du salut éternel et la lumière - pour saluer Abraham, Isaac et Jacob, et tous les patriarches et prophètes, et des apôtres, et des martyrs - pour se réjouir avec les justes et les amis de Dieu dans le royaume des cieux, avec le plaisir de l'immortalité qui nous est donné - pour y recevoir ce que ni l'œil n'a vu, ni l'oreille n'a entendu, ni n'est entré dans le cœur de l'homme ! Car l'apôtre annonce que nous recevrons de plus grandes choses que tout ce que nous faisons ou souffrons ici, en disant : "Les souffrances du temps présent ne sont pas dignes d'être comparées à la gloire à venir qui sera révélée en nous. Quand cette révélation viendra, quand cette gloire de Dieu brillera sur nous, nous serons aussi heureux et joyeux, honorés de la condescendance de Dieu, qu'ils resteront coupables et misérables, qui, soit comme déserteurs de Dieu, soit comme rebelles contre Lui, ont fait la volonté du diable, de sorte qu'il est nécessaire qu'ils soient tourmentés avec le diable lui-même dans un feu inextinguible.

11. Que ces choses, frères bien-aimés, s'emparent de nos coeurs ; que ce soit la préparation de nos bras, que ce soit notre méditation quotidienne et nocturne, pour avoir sous les yeux et pour toujours tourner dans nos pensées et nos sentiments les châtiments des méchants et les récompenses et les mérites des justes : ce que le Seigneur menace en guise de châtiment contre ceux qui le renient ; ce qu'en revanche Il promet en guise de gloire à ceux qui Le confessent. Si, pendant que nous réfléchissons et méditons sur ces choses, il devait nous arriver un jour de persécution, le soldat du Christ instruit dans ses préceptes et ses avertissements ne craint pas pour le combat, mais est préparé pour la couronne. Je vous dis de tout cœur, chers frères, adieu.



EPISTE LVI

À CORNELIUS EN EXIL, CONCERNANT SES AVEUX


Argument : Corneille et son peuple louent leur confession du nom du Christ jusqu'au bannissement, et les exhortent à la constance et à la prière mutuelle, aussi bien à l'approche du jour de la lutte dans cette vie qu'après la mort.


1. Cyprian à Cornelius, son frère, en le saluant. Nous avons fait connaissance, très cher frère, des glorieux témoignages de ta foi et de ton courage, et nous avons reçu avec une telle exultation l'honneur de ta confession, que nous nous comptons aussi participants et compagnons dans tes mérites et tes louanges. Car, comme nous avons une seule Église, un esprit uni et une concorde indivise, quel prêtre ne se félicite pas des louanges de ses compagnons comme s'il était seul ; ou quelle fraternité ne se réjouirait pas de la joie de ses frères ? On ne saurait trop dire à quel point l'exultation et la joie étaient grandes ici, lorsque nous avons entendu parler de votre succès et de votre courage, que vous vous étiez présenté comme un chef de confession aux frères qui s'y trouvaient ; et, de plus, que la confession du chef avait augmenté par le consentement des frères ; de sorte que, tout en les devançant dans la gloire, tu as fait beaucoup de tes compagnons dans la gloire, et que tu as persuadé le peuple de devenir confesseur en étant d'abord prêt à confesser au nom de tous ; de sorte que nous ne savons pas ce que nous devons d'abord recommander en toi, que ce soit ta foi prompte et décidée, ou l'amour inséparable des frères. Parmi vous, le courage de l'évêque qui vous a précédé a été publiquement prouvé, et l'unité de la fraternité qui vous a suivi a été démontrée. Comme avec vous il y a un seul esprit et une seule voix, toute l'Église romaine s'est confessée.

2. La foi, très chers frères, que le bienheureux apôtre a recommandée en vous a brillé de tous ses feux. Déjà à l'époque, il prévoyait en esprit cet éloge du courage et de la fermeté de la force ; et, attestant vos mérites par l'éloge de vos actes futurs, en louant les parents, il provoque les enfants. Si vous êtes ainsi unanimes, si vous êtes ainsi courageux, vous avez donné de grands exemples à la fois d'unanimité et de bravoure au reste des frères. Vous leur avez appris à craindre profondément Dieu, à s'accrocher fermement au Christ ; que le peuple doit être associé aux prêtres en péril ; que les frères ne doivent pas être séparés des frères dans la persécution ; qu'une fois établie, la concorde ne peut en aucun cas être vaincue ; que tout ce qui est en même temps recherché par tous, le Dieu de paix l'accordera aux pacifiques. L'adversaire avait bondi pour troubler le camp du Christ par une terreur violente ; mais, avec la même impétuosité avec laquelle il était venu, il fut repoussé et conquis ; et il trouva aussi autant de peur et de terreur qu'il en avait apporté, autant de courage et de force. Il avait pensé qu'il pouvait à nouveau renverser les serviteurs de Dieu, et les agiter à sa manière habituelle, comme s'ils étaient novices et inexpérimentés - comme s'ils étaient peu préparés et peu prudents. Il en attaqua un d'abord, comme un loup avait essayé de séparer les moutons du troupeau, comme un faucon de séparer la colombe de la troupe volante ; car celui qui n'a pas assez de force contre tous, cherche à tirer avantage de la solitude des individus. Mais lorsqu'il fut repoussé aussi bien par la foi que par la vigueur de l'armée combinée, il comprit que les soldats du Christ veillent maintenant, et se tiennent sobres et armés pour le combat ; qu'ils ne peuvent être vaincus, mais qu'ils peuvent mourir ; et que par le fait même ils sont invincibles, qu'ils ne craignent pas la mort ; qu'ils n'agressent pas à leur tour leurs assaillants, puisqu'il n'est pas licite pour les innocents de tuer même les coupables ; mais qu'ils livrent volontiers leur vie et leur sang ; que, puisque cette malice et cette cruauté font rage dans le monde, ils peuvent d'autant plus rapidement se retirer du mal et de la cruauté. Quel spectacle glorieux que sous les yeux de Dieu ! Quelle joie de son Église devant le Christ, que ce ne soit pas un seul soldat, mais tout le camp, qui se soit immédiatement mis en marche pour la bataille que l'ennemi avait tenté de commencer ! Car il est évident que tous seraient venus s'ils avaient pu entendre, puisque celui qui a entendu a couru en hâte et est venu. Combien d'entre eux ont été restaurés par une glorieuse confession ! Ils se tenaient courageusement et, par la souffrance même de la repentance, ils furent rendus plus courageux pour le combat, de sorte qu'il pouvait sembler que dernièrement ils avaient été pris au dépourvu, et qu'ils avaient tremblé à la crainte d'une chose nouvelle et inhabituelle, mais qu'ils étaient ensuite retournés à eux-mêmes ; que la foi véritable et leur force, rassemblées dans la crainte de Dieu, les avaient constamment et fermement fortifiés à toute épreuve ; et que maintenant ils ne se tiennent pas pour le pardon de leur crime, mais pour le couronnement de leur souffrance.

3. Que dit le Novatien à ces choses, cher frère ? A-t-il encore mis de côté son erreur ? Ou bien, comme c'est la coutume des hommes insensés, est-il plus poussé à la fureur par nos avantages et notre prospérité mêmes ; et à mesure que la gloire de l'amour et de la foi grandit ici de plus en plus, la folie de la dissension et de l'envie y refait surface ? Le misérable ne guérit-il pas sa propre blessure, mais se blesse-t-il lui-même et blesse-t-il ses amis encore plus sévèrement, clamant avec sa langue la ruine des frères, et lançant des fléchettes d'une éloquence empoisonnée, plus sévère selon la méchanceté d'une philosophie séculière que paisible avec la douceur de la sagesse du Seigneur, - déserteur de l'Église, ennemi de la miséricorde, destructeur du repentir, maître de l'arrogance, corrupteur de la vérité, meurtrier de l'amour ? Reconnaît-il maintenant qui est le prêtre de Dieu ; qui est l'Église et la maison du Christ ; qui sont les serviteurs de Dieu, que le diable moleste ; qui sont les chrétiens, que l'Antéchrist attaque ? Car il ne cherche pas non plus ceux qu'il a déjà soumis, et il ne prend pas la peine de renverser ceux qu'il a déjà fait siens. L'ennemi de l'Église méprise et passe outre ceux qu'il a aliénés de l'Église, et qu'il a conduits dehors comme des captifs et des vaincus ; il continue à harceler ceux en qui il voit le Christ habiter.

4. Même si l'un d'entre eux aurait dû être saisi, il n'y a aucune raison de se flatter, comme dans la confession du nom ; car il est évident que, si des personnes de ce genre sont mises à mort en dehors de l'Église, ce n'est pas une couronne de foi, mais plutôt une punition pour trahison. Et ceux qui habitent dans la maison de Dieu ne seront pas non plus parmi ceux qui ont un seul esprit, que nous voyons se retirer par la folie de la discorde de la maison paisible et divine.

5. Nous exhortons sincèrement, cher frère, à cause de l'amour mutuel qui nous lie les uns aux autres, que, puisque nous sommes instruits par la providence du Seigneur, qui nous avertit, et que nous sommes avertis par les conseils salutaires de la miséricorde divine, que le jour de notre combat et de notre lutte approche déjà, nous ne devrions pas cesser d'être instantanément avec tout le peuple dans les jeûnes, dans les veilles, dans les prières. Soyons urgents, avec des gémissements constants et des prières fréquentes. Car ce sont nos bras célestes, qui nous font tenir bon et courageux pour persévérer. Ce sont les défenses spirituelles et les armes divines qui nous défendent. Souvenons-nous les uns des autres dans la concorde et l'unanimité. Prions toujours l'un pour l'autre, des deux côtés. Soulageons les fardeaux et les afflictions par un amour mutuel, afin que si l'un de nous, par la rapidité de la condescendance divine, s'en va du premier, notre amour puisse se poursuivre en présence du Seigneur, et que nos prières pour nos frères et sœurs ne cessent pas en présence de la miséricorde du Père. Je te fais mes adieux, cher frère, de tout cœur.



ÉPISTOIRE LVII

À LUCIUS L'ÉVÊQUE DE ROME, REVENU DE SON EXIL


Argument.-Cyprian, avec ses collègues, félicite Lucius pour son retour d'exil, lui rappelant que le martyre différé ne fait pas oublier la gloire. Puis, soulignant que le martyre de Corneille et le bannissement de Lucius avaient eu lieu par ordre divin, pour la confusion des Novatiens, il lui prédit son propre martyre imminent, Dieu l'ordonnant de manière à ce qu'il soit consommé non pas loin de chez lui, mais parmi son propre peuple.


1. Cyprien, avec ses collègues, à Lucius son frère, saluant. Nous t'avions aussi félicité récemment, cher frère, lorsque la condescendance divine, par un double honneur, t'a nommé dans l'administration de l'Église de Dieu, ainsi que confesseur en tant que prêtre. Mais maintenant aussi, nous ne cessons de te féliciter, toi et tes compagnons, ainsi que toute la fraternité, de ce que la protection bienveillante et libérale du Seigneur t'a ramené dans les siens avec la même gloire, et avec des louanges à ton égard ; afin que le berger soit restauré pour nourrir son troupeau, le pilote pour diriger le navire et le souverain pour gouverner le peuple ; et qu'il puisse sembler que votre bannissement ait été si divinement arrangé, non pas que l'évêque banni et chassé doive vouloir rejoindre l'Église, mais qu'il revienne à l'Église plus grand qu'il ne l'avait quittée.

2. Car la dignité du martyre n'était pas moindre dans le cas des trois jeunes gens, car, leur mort ayant été frustrée, ils sortirent sains et saufs de la fournaise ardente ; et Daniel ne se montra pas non plus inachevé dans les louanges qu'il méritait, car, envoyé aux lions pour une proie, il fut protégé par le Seigneur et vécut dans la gloire. Parmi les confesseurs du Christ, les martyrs différés ne diminuent pas les mérites de la confession, mais montrent la grandeur de la protection divine. Nous voyons représenté en vous ce que les jeunes gens courageux et illustres ont annoncé devant le roi, qu'ils étaient en effet prêts à être brûlés dans les flammes, afin de ne pas servir ses dieux, ni adorer l'image qu'il avait faite ; mais que le Dieu qu'ils adoraient, et que nous adorons aussi, a pu même les sauver de la fournaise ardente, et les délivrer des mains du roi, et des souffrances imminentes. Nous découvrons maintenant que cela s'est fait dans la foi de votre confession et sous la protection du Seigneur sur vous, de sorte que, bien que vous ayez été préparés et prêts à subir tout le châtiment, le Seigneur vous a soustraits au châtiment et vous a préservés pour l'Église. A votre retour, la dignité de sa confession n'a pas été restreinte dans l'évêque, mais l'autorité sacerdotale a plutôt augmenté ; de sorte qu'un prêtre assiste à l'autel de Dieu, qui exhorte le peuple à prendre les armes de la confession, et à se soumettre au martyre, non par ses paroles, mais par ses actes ; et, maintenant que l'Antéchrist est proche, il prépare les soldats au combat, non seulement par l'urgence de son discours et de ses paroles, mais par l'exemple de sa foi et de son courage.

3. Nous comprenons, très cher frère, et nous percevons avec toute la lumière de notre coeur, les plans salutaires et saints de la majesté divine, d'où la soudaine persécution qui s'est récemment levée là - d'où le pouvoir séculier a soudainement éclaté contre l'Eglise du Christ et l'évêque Corneille, le bienheureux martyr, et vous tous ; afin que, pour la confusion et le tabassage des hérétiques, le Seigneur puisse montrer quelle était l'Église - dont l'unique évêque est choisi par nomination divine - que les presbytres sont associés à l'évêque en honneur sacerdotal - qui est le peuple uni et véritable du Christ, lié ensemble dans l'amour du troupeau du Seigneur - qu'ils étaient ceux que l'ennemi harcelait ; que, d'autre part, le diable épargnait comme étant les siens. Car l'adversaire du Christ ne persécute et n'attaque personne, sauf le camp et les soldats du Christ ; les hérétiques, une fois prostrés et faits siens, il méprise et passe. Il cherche à faire tomber ceux qu'il voit se dresser.

4. Et je souhaite, très cher frère, qu'il nous soit donné maintenant le pouvoir d'être avec toi à ton retour, afin que nous-mêmes, qui t'aimons d'un amour mutuel, puissions, en étant présents avec les autres, recevoir aussi le fruit très joyeux de ta venue. Quelle exultation parmi tous les frères présents ; quelle course et quelle étreinte de chacun à leur arrivée ! Vous ne pouvez guère vous satisfaire des baisers de ceux qui s'accrochent à vous ; les visages et les yeux des gens ne peuvent guère être rassasiés de voir. Dans la joie de votre venue, la fraternité a commencé à reconnaître la joie qui suivra la venue du Christ et l'ampleur de cette joie. En effet, comme son avènement approchera rapidement, une sorte de représentation s'est maintenant répandue en vous ; de même que Jean, son précurseur et préparateur de son chemin, est venu et a prêché que le Christ était venu, de même, maintenant qu'un évêque revient en tant que confesseur du Seigneur, et son prêtre, il semble que le Seigneur revienne aussi maintenant. Mais mes collègues et moi-même, ainsi que toute la fraternité, vous adressons cette lettre à notre place, cher frère ; et en vous faisant part par notre lettre de notre joie, nous exprimons ici aussi le fidèle penchant de notre amour dans nos sacrifices et nos prières, ne cessant de rendre grâce à Dieu le Père, et au Christ son Fils notre Seigneur ; et aussi bien pour prier que pour implorer, que Celui qui est parfait, et qui rend parfait, gardera et perfectionnera en vous la couronne glorieuse de votre confession, qui par hasard vous a rappelés dans ce but, afin que votre gloire ne soit pas cachée, si le martyre de votre confession devait être consommé loin de chez vous. Car la victime, qui donne à la fraternité un exemple de courage et de foi, doit être offerte en présence des frères. Nous te disons de tout cœur adieu, cher frère.



ÉPISTOIRE LVIII

À FIDUS, SUR LE BAPTÊME DES NOURRISSONS


Dans cette lettre, Cyprian n'établit pas de nouveau décret, mais il maintient fermement la foi de l'Église pour corriger ceux qui pensent qu'un enfant ne doit pas être baptisé avant le huitième jour après sa naissance. Il prend cependant l'occasion de refuser de se rappeler la paix qui avait été accordée à l'un des vainqueurs, bien qu'elle ait été accordée contre les décrets des synodes concernant les personnes décédées ; mais il interdit à Therapius, l'évêque, de le faire dans d'autres cas.


1. Cyprien, et d'autres de ses collègues qui étaient présents au conseil, au nombre de soixante-six, à Fidus leur frère, saluant. Nous avons lu votre lettre, cher frère, dans laquelle vous nous dites, au sujet de Victor, ancien presbytre, que notre collègue Thérapius, trop tôt et avec une hâte excessive, lui a accordé la paix avant qu'il ne se soit pleinement repenti et n'ait satisfait le Seigneur Dieu, contre lequel il avait péché ; ce qui nous troubla un peu, qu'il s'agissait d'une dérogation à l'autorité de notre décret, que la paix lui soit accordée avant le temps légitime et complet de la satisfaction, et sans que la demande et la conscience du peuple - aucune maladie ne le rendant urgent, et aucune nécessité ne l'obligeant. Mais le jugement ayant longtemps pesé parmi nous, il a été jugé suffisant de reprocher à notre collègue Thérapius d'avoir agi de façon irréfléchie, et de lui avoir enjoint de ne pas faire de même avec un autre. Mais nous ne pensions pas que la paix accordée autrefois de quelque manière que ce soit par un prêtre de Dieu devait être retirée, et c'est pourquoi nous avons permis à Victor de se prévaloir de la communion qui lui avait été accordée.

2. Mais en ce qui concerne le cas des nourrissons, dont vous dites qu'ils ne doivent pas être baptisés dans le deuxième ou troisième jour après leur naissance, et qu'il faut tenir compte de la loi de l'ancienne circoncision, de sorte que vous pensez que celui qui vient de naître ne doit pas être baptisé et sanctifié dans le huitième jour, nous avons tous pensé très différemment dans notre concile. Car dans cette voie que vous pensiez devoir suivre, personne n'était d'accord ; mais nous jugeons tous plutôt que la miséricorde et la grâce de Dieu ne doivent pas être refusées à quiconque est né de l'homme. Car, comme le dit le Seigneur dans son Evangile, "Le Fils de l'homme n'est pas venu pour détruire la vie des hommes, mais pour les sauver", nous devons nous efforcer, dans la mesure du possible, de ne perdre aucune âme. Car que veut celui qui a été formé dans le ventre de sa mère par la main de Dieu ? Pour nous, en effet, et à nos yeux, selon le cours des jours, ceux qui sont nés semblent recevoir une augmentation. Mais tout ce qui est fait par Dieu, est complété par la majesté et l'œuvre de Dieu leur Créateur.

3. De plus, la croyance en l'Écriture divine nous déclare que parmi tous, qu'il s'agisse de nourrissons ou de personnes plus âgées, il y a la même égalité du don divin. Elisée, suppliant Dieu, se posa sur l'enfant de la veuve, qui était couché mort, de telle sorte que sa tête était appliquée sur sa tête, et son visage sur son visage, et que les membres d'Elisée étaient étendus et joints à chacun des membres de l'enfant, et ses pieds à ses pieds. Si l'on considère cette chose par rapport à l'inégalité de notre naissance et de notre corps, un enfant ne pouvait être mis sur un pied d'égalité avec une personne adulte et mature, et ses petits membres ne pouvaient pas s'adapter et être égaux aux membres plus grands d'un homme. Mais en cela s'exprime l'égalité divine et spirituelle, que tous les hommes sont semblables et égaux, puisqu'ils ont été faits jadis par Dieu ; et notre âge peut avoir une différence dans l'accroissement de nos corps, selon le monde, mais pas selon Dieu ; à moins que la grâce même qui est donnée aux baptisés ne soit donnée soit moins ou plus, selon l'âge des receveurs, alors que le Saint-Esprit n'est pas donné avec mesure, mais par l'amour et la miséricorde du Père, de la même façon à tous. Car Dieu, de même qu'il n'accepte pas la personne, n'accepte pas non plus l'âge ; puisqu'il se montre Père à tous avec une égalité bien pesée pour l'obtention de la grâce céleste.

4. Car, en ce qui concerne ce que vous dites, que l'aspect d'un nourrisson dans les premiers jours après sa naissance n'est pas pur, de sorte que n'importe lequel d'entre nous frissonnerait encore en l'embrassant, nous ne pensons pas que cela doive être allégué comme un quelconque empêchement à la grâce céleste. Car il est écrit : "Toutes choses sont pures pour les purs". Aucun d'entre nous ne doit frémir devant ce que Dieu a condescendu à faire. En effet, bien que le nourrisson soit encore tout frais de sa naissance, il n'est pas nécessaire de frémir en l'embrassant pour faire grâce et pour faire la paix ; car dans le baiser d'un nourrisson, chacun de nous doit, pour le bien de sa religion, considérer les mains encore récentes de Dieu elles-mêmes, que nous embrassons en quelque sorte, chez l'homme récemment formé et tout juste né, lorsque nous embrassons ce que Dieu a fait. En effet, en ce qui concerne l'observance du huitième jour dans la circoncision juive de la chair, un sacrement a été préalablement donné dans l'ombre et dans l'usage ; mais quand le Christ est venu, il s'est accompli dans la vérité. Car, parce que le huitième jour, c'est-à-dire le premier jour après le sabbat, devait être celui où le Seigneur ressusciterait, nous vivrait et nous donnerait la circoncision de l'esprit, le huitième jour, c'est-à-dire le premier jour après le sabbat et le jour du Seigneur, a précédé dans la figure ; cette figure a cessé lorsque par et grâce à la vérité est venue, et la circoncision spirituelle nous a été donnée.

5. C'est pourquoi nous pensons que personne ne doit être empêché d'obtenir la grâce par la loi déjà ordonnée, et que la circoncision spirituelle ne doit pas être empêchée par la circoncision charnelle, mais que tout homme doit absolument être admis à la grâce du Christ, puisque Pierre parle aussi dans les Actes des Apôtres, et dit : "Le Seigneur m'a dit de ne traiter aucun homme de commun ou d'impur". Mais si quelque chose peut empêcher les hommes d'obtenir la grâce, leurs péchés les plus odieux pourraient plutôt gêner ceux qui sont mûrs et grands et plus âgés. Mais encore une fois, si même aux plus grands pécheurs, et à ceux qui ont beaucoup péché contre Dieu, quand ils ont ensuite cru, la rémission des péchés est accordée - et personne n'est empêché d'obtenir le baptême et la grâce -, combien plus devrions-nous nous abstenir d'empêcher un enfant, qui, étant né récemment, n'a pas péché, sauf que, étant né après la chair selon Adam, il a contracté la contagion de la mort antique dès sa naissance la plus précoce, qui s'approche d'autant plus facilement sur ce point de la réception du pardon des péchés - qu'à lui sont remis non pas ses propres péchés, mais les péchés d'autrui.

6. C'est pourquoi, cher frère, nous avons décidé en conseil que personne ne doit être empêché par nous de recevoir le baptême et de bénéficier de la grâce de Dieu, qui est miséricordieux, bon et aimant envers tous. Ce qui, puisqu'il doit être observé et maintenu à l'égard de tous, nous pensons qu'il doit être encore plus observé à l'égard des nourrissons et des nouveaux-nés, qui, à ce titre même, méritent davantage de notre aide et de la miséricorde divine, qu'immédiatement, au tout début de leur naissance, en se lamentant et en pleurant, ils ne font rien d'autre que prier. Nous te disons, cher frère, adieu de tout cœur.



EPISTLE LIX

AUX ÉVÊQUES NUMIDES, SUR LA RÉDEMPTION DE LEURS FRÈRES DE LA CAPTIVITÉ PARMI LES BARBARES


Argument : Chypre commence par déplorer la captivité des frères, dont il a entendu parler par les évêques numides, et dit qu'il leur envoie cent mille sesterces, avec la contribution de frères, de sœurs et de collègues.


1. Cyprien à Januarius, Maximus, Proculus, Victor, Modianus, Nemesianus, Nampulus et Honoratus, ses frères, salut. C'est avec un chagrin excessif et non sans larmes, chers frères, que j'ai lu la lettre que vous m'avez écrite, dans la sollicitude de votre amour, concernant la captivité de nos frères et soeurs. Car qui ne serait pas affligé par de tels malheurs, ou qui ne considérerait pas la peine de son frère comme sienne, puisque l'Apôtre Paul parle en disant : "Qu'un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; ou qu'un membre se réjouisse, tous les membres se réjouissent avec lui" ; et dans un autre lieu il dit : "Qui est faible, et je ne suis pas faible ? C'est pourquoi, maintenant, la captivité de nos frères doit être considérée comme notre captivité, et le chagrin de ceux qui sont en danger doit être considéré comme notre chagrin, car il y a en effet un seul corps de notre union ; et non seulement l'amour, mais aussi la religion, doivent nous inciter et nous fortifier pour racheter les membres des frères.

2. Car, comme le dit encore l'Apôtre Paul, "Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ? "-même si l'amour nous a moins poussés à porter secours aux frères, nous avons dû considérer en ce lieu que ce sont les temples de Dieu qui ont été emmenés en captivité, et que nous ne devons pas, par une longue inactivité et la négligence de leurs souffrances, permettre aux temples de Dieu d'être longtemps captifs, mais nous efforcer avec les pouvoirs dont nous disposons, et agir rapidement par notre obéissance, de mériter le bien du Christ notre Juge et Seigneur et Dieu. Car, comme le dit l'apôtre Paul, "Tous ceux d'entre vous qui ont été baptisés dans le Christ ont revêtu le Christ", le Christ doit être contemplé dans nos frères captifs, et il doit être racheté du péril de la captivité qui nous a rachetés du péril de la mort ; afin que celui qui nous a arrachés aux mâchoires du diable, qui demeure et qui habite en nous, puisse maintenant être lui-même sauvé et racheté des mains des barbares par une somme d'argent - qui nous a rachetés par sa croix et son sang - qui souffre que ces choses arrivent pour cette raison, afin que notre foi soit mise à l'épreuve, que chacun de nous fasse pour les autres ce qu'il voudrait qu'on lui fasse pour lui-même, s'il était lui-même retenu captif parmi les barbares. Car celui qui est soucieux de l'humanité, et qui se rappelle l'amour mutuel, s'il est père, ne considérera pas maintenant que ses fils sont là ; s'il est mari, ne pensera pas que sa femme est là gardée en captivité, avec autant de chagrin que de honte pour le lien du mariage ? Mais quelle est l'ampleur de la douleur générale parmi nous tous, et de la souffrance concernant le péril des vierges qui y sont gardées, au nom desquelles nous devons pleurer non seulement la perte de la liberté, mais de la modestie ; et nous devons déplorer les liens des barbares moins que la violence des séducteurs et des lieux abominables, de peur que les membres dévoués au Christ, et dévoués pour toujours en l'honneur de la continence par la modeste vertu, ne soient souillés par la convoitise et la contagion de l'insulteur.

3. Notre fraternité, considérant toutes ces choses selon votre lettre, et les examinant avec peine, a tous promptement et volontiers et libéralement rassemblé des provisions d'argent pour les frères, étant toujours en effet, selon la force de leur foi, encline à l'oeuvre de Dieu, mais maintenant encore plus stimulée aux oeuvres salutaires par la considération d'une si grande souffrance. Car puisque le Seigneur dans son Evangile dit : "J'étais malade et vous m'avez visité", avec quelle plus grande récompense pour notre travail dira-t-Il maintenant : "J'étais captif et vous m'avez racheté ! Et puisqu'Il dit encore : "J'étais en prison, et vous êtes venus à moi", combien plus cela sera-t-il quand Il commencera à dire : "J'étais dans le cachot de la captivité, et je gisais enfermé et lié parmi les barbares, et de cette prison d'esclavage vous m'avez délivré", étant sur le point de recevoir une récompense du Seigneur quand le jour du jugement viendra ! Enfin, nous vous remercions chaleureusement d'avoir voulu nous faire participer à votre inquiétude, et à un travail si grand et si nécessaire, en nous offrant des champs fertiles où nous pourrons jeter les graines de notre espérance, dans l'attente d'une récolte des fruits les plus abondants qui résulteront de cette opération céleste et salvatrice. Nous vous avons donc envoyé une somme de cent mille sesterces, qui ont été recueillis ici dans l'Église que nous présidons par la miséricorde du Seigneur, par les contributions du clergé et des personnes établies avec nous, que vous dispenserez là avec toute la diligence que vous pourrez.

4. Nous souhaitons en effet que rien de tel ne se reproduise et que nos frères, protégés par la majesté du Seigneur, soient préservés des périls de ce genre. Si toutefois, par amour de l'esprit et pour éprouver la foi de notre coeur, une telle chose devait se produire, ne tardez pas à nous en informer dans vos lettres, en comptant sur le fait que notre Eglise et toute la Fraternité ici présente demandent par leurs prières que ces choses ne se reproduisent plus ; mais si elles se produisent, qu'elles apportent volontiers et libéralement leur aide. Mais pour que vous ayez à l'esprit dans vos prières nos frères et soeurs qui ont travaillé si promptement et si libéralement pour ce travail nécessaire, afin qu'ils puissent toujours travailler ; et pour que, en retour de leur bon travail, vous puissiez les présenter dans vos sacrifices et vos prières, j'ai joint les noms de chacun d'eux ; et j'ai aussi ajouté les noms de mes collègues et de mes confrères prêtres, qui eux-mêmes, en leur présence, ont aussi contribué un peu selon leur pouvoir, en leur propre nom et au nom de leur peuple. Et en plus de notre propre montant, j'ai estimé et envoyé leurs petites sommes, dont vous devez tous vous souvenir dans vos supplications et vos prières, conformément aux exigences de la foi et de la charité. Nous vous disons, chers frères, adieu de tout cœur, et souvenez-vous de nous.



EPISTLE LX

À EUCHRATIUS, SUR UN ACTEUR


Il interdit à un acteur, s'il continue dans son appel honteux, de communiquer dans l'église. Il ne lui permet pas non plus de s'excuser du fait qu'il ne pratique pas lui-même l'Art Historique, tant qu'il l'enseigne aux autres ; il ne l'excuse pas non plus par manque de moyens, puisque les besoins peuvent lui être fournis par les ressources de l'Eglise ; et donc, si les moyens de l'Eglise ne sont pas suffisants, il lui recommande de venir à Carthage.


1. Cyprien à Euchratius son frère, saluant. De notre amour mutuel et de votre respect pour moi, vous avez pensé que je devrais être consulté, cher frère, quant à mon opinion concernant un certain acteur, qui, étant installé parmi vous, persiste encore dans le discrédit de son art même ; et en tant que maître et professeur, non pour l'instruction, mais pour la destruction des garçons, ce qu'il a malheureusement appris il le transmet aussi à d'autres : vous demandez si un tel doit communiquer avec nous. Cela, je pense, ne convient ni à la majesté divine ni à la discipline de l'Évangile, que la modestie et le crédit de l'Église soient pollués par une contagion aussi honteuse et infâme. Car puisque, dans la loi, il est interdit aux hommes de revêtir un vêtement de femme, et que ceux qui offensent de cette manière sont jugés maudits, combien plus grand est le crime, non seulement de prendre des vêtements de femme, mais aussi d'exprimer des gestes ignobles, efféminés et luxueux, par l'enseignement d'un art immodeste.

2. Que personne ne s'excuse non plus d'avoir lui-même renoncé au théâtre, alors qu'il continue à enseigner cet art aux autres. Car il ne peut pas paraître l'avoir abandonné, lui qui remplace les autres à sa place, et qui, au lieu de lui-même seul, en fournit beaucoup à sa place ; contre la nomination de Dieu, instruisant et enseignant de quelle manière un homme peut être décomposé en femme, et son sexe changé par l'art, et comment le diable qui pollue l'image divine peut être gratifié par les péchés d'un corps corrompu et enervé. Mais si celui-ci allège la pauvreté et la nécessité de petits moyens, sa nécessité peut aussi être assistée chez les autres qui sont maintenus par le soutien de l'Église ; s'il se contente, c'est-à-dire d'une nourriture très frugale mais innocente. Et qu'il ne pense pas qu'il est racheté par une allocation pour cesser de pécher, car c'est un avantage non pas pour nous, mais pour lui-même. Qu'il veuille encore y chercher un avantage qui éloigne les hommes du banquet d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, et les conduise, tristement et pernicieusement engraissés en ce monde, aux tourments éternels de la faim et de la soif ; et donc, autant que vous le pouvez, rappelez-lui cette dépravation et cette honte, le conduisant sur le chemin de l'innocence et de l'espérance de la vie éternelle, afin qu'il se contente du maintien de l'Eglise, certes parcimonieuse, mais saine. Mais si l'Église avec vous ne suffit pas pour cela, pour soutenir ceux qui sont dans le besoin, il peut se transférer à nous, et recevoir ici ce qui peut lui être nécessaire pour la nourriture et le vêtement, et ne pas enseigner des choses mortelles à d'autres sans l'Église, mais apprendre lui-même des choses saines dans l'Église. Je te fais mes adieux, cher frère, de tout cœur.



ÉPÎTRE LXI

À POMPONIUS, CONCERNANT CERTAINES VIERGES


Argument : Chypre, avec certains de ses collègues, répond à son collègue Pomponius que les vierges qui ont décidé de maintenir leur état avec fermeté et continuité, mais qui ont été trouvées par la suite dans le même lit que les hommes, si elles sont encore vierges, devraient être reçues en communion et admises à l'église. Mais si ce n'est pas le cas, puisqu'ils sont adultères envers le Christ, ils devraient être contraints à une pleine repentance, et ceux qui devraient obstinément persévérer devraient être éjectés de l'Église.


1. Cyprien, Caecilius, Victor, Sedatus, Tertullus, avec les presbytres qui étaient présents avec eux, à Pomponius leur frère, saluant. Nous avons lu, cher frère, la lettre que tu as envoyée par Ponce notre frère, nous demandant et désirant t'écrire à nouveau, et te dire ce que nous pensons de ces vierges qui, après avoir une fois décidé de continuer dans leur condition, et fermement de maintenir leur continence, se sont trouvées par la suite dans le même lit, côte à côte avec des hommes ; dont tu dis que l'un est diacre ; et pourtant que les mêmes vierges qui ont avoué avoir couché avec des hommes déclarent qu'elles sont chastes. Sur quels points, puisque vous avez souhaité notre avis, sachez que nous ne nous écartons pas des traditions de l'Évangile et des apôtres, mais que nous prenons avec constance et fermeté conseil pour nos frères et soeurs, et que nous maintenons la discipline de l'Église par tous les moyens d'utilité et de sécurité, puisque le Seigneur parle en disant : "Je vous donnerai des pasteurs selon mon coeur, et ils vous nourriront de discipline". Et il est encore écrit : "Celui qui méprise la discipline est malheureux ; et dans les Psaumes aussi le Saint-Esprit nous avertit et nous instruit, en disant : "Gardez la discipline, de peur que le Seigneur ne s'irrite, et que vous ne périssiez de la bonne voie, quand sa colère s'enflammera rapidement contre vous."

2. En premier lieu, donc, très cher frère, rien ne doit être plus recherché, tant par les surveillants que par les gens, que le fait que nous qui craignons Dieu, nous gardions les préceptes divins avec toute observation de la discipline, et que nous ne laissions pas nos frères s'égarer, et que nous vivions selon leur propre fantaisie et leur propre convoitise ; mais que nous consultions fidèlement pour la vie de chacun, et que nous ne laissions pas les vierges habiter avec les hommes, - je ne dis pas coucher ensemble, mais vivre ensemble - car leur sexe faible et leur âge, encore critique, doivent être bridé en toutes choses et gouvernés par nous, de peur qu'une occasion ne soit donnée au diable qui nous prend au piège, et qui désire se déchaîner sur nous, de les blesser, puisque l'apôtre dit aussi : "Ne donnez pas place au diable. ” Le navire doit veiller à être délivré d'endroits périlleux, à ne pas se briser entre les rochers et les falaises ; les bagages doivent être rapidement sortis du feu, avant d'être brûlés par les flammes qui les atteignent. Quiconque est proche du danger n'est pas longtemps à l'abri, et le serviteur de Dieu ne pourra pas échapper au diable s'il s'est empêtré dans les filets du diable. Nous devons intervenir immédiatement auprès de ces derniers, afin qu'ils puissent être séparés alors qu'ils peuvent l'être dans l'innocence, car ils ne pourront pas être séparés par notre intervention, après avoir été réunis par une conscience très coupable. D'ailleurs, quels graves malheurs nous voyons surgir de là, et quelle multitude de vierges nous voyons corrompues par des conjonctions illégales et dangereuses de ce genre, à notre grand chagrin d'esprit ! Mais s'ils se sont fidèlement consacrés au Christ, qu'ils persévèrent dans la modestie et la chasteté, sans encourir aucun mauvais rapport, et qu'ils attendent ainsi avec courage et constance la récompense de la virginité. Mais s'ils ne veulent pas ou ne peuvent pas persévérer, mieux vaut qu'ils se marient, que de tomber dans le feu par leurs crimes. Qu'ils ne fassent pas scandale à leurs frères et soeurs, car il est écrit : "Si la viande fait offenser mon frère, je ne mangerai pas de chair tant que le monde sera debout, de peur de faire offenser mon frère.

3. Que personne ne pense non plus qu'elle puisse être défendue par cette excuse, qu'elle puisse être examinée et qu'il soit prouvé qu'elle est vierge ; car les mains et les yeux des sages-femmes sont souvent trompés ; et si elle est trouvée vierge dans ce cas particulier où une femme peut l'être, elle peut cependant avoir péché dans une autre partie de son corps, qui peut être corrompue et pourtant ne peut être examinée. Assurément, le simple fait de s'allonger ensemble, le simple fait d'embrasser, le simple fait de parler ensemble, et l'acte d'embrasser, et le sommeil honteux et répugnant de deux personnes allongées ensemble, combien de déshonneur et de crime cela confesse-t-il ! Si un mari tombe sur sa femme et la voit couchée avec un autre homme, n'est-il pas en colère et enragé, et par la passion de sa rage ne prend-il pas peut-être son épée dans sa main ? Et que pensera le Christ, notre Seigneur et Juge, lorsqu'il verra sa vierge, qui lui est dédiée et qui est destinée à sa sainteté, couchée avec un autre ? Combien il est indigné et irrité, et quelles peines menace-t-il contre de telles connexions non chastes ! dont l'épée spirituelle et le jour prochain du jugement, afin que chacun des frères puisse s'échapper, nous devons, avec tous nos conseils, pourvoir et lutter. Et puisqu'il est de notre devoir de maintenir la discipline, il est d'autant plus juste que les surveillants et les diacres y veillent, afin qu'ils puissent donner l'exemple et l'instruction aux autres en ce qui concerne leur conversation et leur caractère. Car comment peuvent-ils diriger l'intégrité et la continence des autres, si les corruptions et les enseignements du péché commencent à provenir d'eux-mêmes ?

4. C'est pourquoi tu as agi avec sagesse et vigueur, cher frère, en excommuniant le diacre qui a souvent vécu avec une vierge ; et, de plus, les autres qui avaient l'habitude de dormir avec des vierges. Mais s'ils se sont repentis de leur couchage illégal et se sont retirés l'un de l'autre, que les vierges soient entre-temps soigneusement inspectées par des sages-femmes ; et s'ils sont trouvés vierges, qu'ils soient reçus à la communion et admis dans l'Église ; mais avec cette menace, que si par la suite ils retournent aux mêmes hommes, ou s'ils habitent avec les mêmes hommes dans une même maison ou sous le même toit, ils soient expulsés avec une censure plus sévère, et qu'ils soient ensuite facilement reçus dans l'Église. Mais si l'une d'elles est corrompue, qu'elle se repente abondamment, car celle qui a commis ce crime est adultère, non pas contre un mari, mais contre le Christ ; et donc, un temps étant fixé, qu'elle retourne ensuite, après s'être confessée, dans l'Église. Mais s'ils persévèrent obstinément, et ne se séparent pas mutuellement, faites-leur savoir que, avec cette obstination immodeste, ils ne pourront jamais être admis par nous dans l'Église, de peur qu'ils ne commencent à donner l'exemple aux autres pour aller à la ruine par leurs crimes. Qu'ils ne pensent pas non plus que la voie de la vie ou du salut leur est encore ouverte, s'ils ont refusé d'obéir aux évêques et aux prêtres, puisque dans le Deutéronome, le Seigneur Dieu dit : "Et l'homme qui fera preuve d'arrogance et qui n'écoutera pas le prêtre ou le juge, quel qu'il soit en ces jours-là, cet homme mourra, et tout le peuple entendra et craindra, et ne fera plus preuve d'arrogance". Dieu a ordonné que ceux qui n'ont pas obéi à Ses prêtres soient tués, et ceux qui n'ont pas écouté Ses juges qui ont été nommés pour le temps. Et ils furent effectivement tués par l'épée, alors que la circoncision de la chair était encore en vigueur ; mais maintenant que la circoncision a commencé à être de l'esprit parmi les fidèles serviteurs de Dieu, les orgueilleux et les contumaces sont tués par l'épée de l'Esprit, en ce sens qu'ils sont chassés de l'Eglise. Car ils ne peuvent pas en vivre, puisque la maison de Dieu est une, et qu'il ne peut y avoir de salut pour personne si ce n'est dans l'Église. Mais l'Écriture divine atteste que les indisciplinés périssent, parce qu'ils n'écoutent pas et n'obéissent pas à des préceptes sains ; car il est dit : "L'homme indiscipliné n'aime pas celui qui le corrige. Mais ceux qui haïssent la réprimande seront consumés par l'ignominie."

5. C'est pourquoi, frère très cher, efforce-toi de ne pas faire périr les indisciplinés et de ne pas les consumer, afin que, autant que tu le peux, par tes conseils salutaires, tu diriges la fraternité, et que tu prennes conseil de chacun en vue de son salut. Le chemin par lequel nous entrons dans la vie est étroit et étroit, mais la récompense est excellente et grande lorsque nous entrons dans la gloire. Que ceux qui se sont faits une fois eunuques pour le royaume des cieux plaisent à Dieu en toutes choses, et n'offensent pas les prêtres de Dieu ni l'Église du Seigneur par le scandale de leur méchanceté. Et si, pour l'instant, certains de nos frères semblent se désoler de nous, restons néanmoins dans notre saine persuasion, sachant qu'un apôtre a également dit : "Suis-je donc devenu votre ennemi parce que je vous dis la vérité ? Mais s'ils nous obéissent, nous avons gagné nos frères, et nous les avons formés aussi bien au salut qu'à la dignité par notre adresse. Mais si certaines personnes perverses refusent d'obéir, suivons le même apôtre qui dit : "Si je plaisais aux hommes, je ne serais pas le serviteur du Christ". Si nous ne pouvons pas plaire à certains, afin qu'ils plaisent au Christ, assurons-nous, autant que nous le pouvons, de plaire au Christ notre Seigneur et Dieu, en observant ses préceptes. Je te dis, frère bien-aimé et très désiré, de tout cœur, adieu dans le Seigneur.



ÉPÎTRE LXII

CAECILIUS, SUR LE SACREMENT DE LA COUPE DU SEIGNEUR


Argument : Chypre enseigne, en opposition à ceux qui utilisaient l'eau pour la Cène, que ce n'est pas l'eau seule, mais le vin mélangé à l'eau, qui devait être offert ; que l'eau était désignée dans l'Écriture, le baptême, mais certainement pas l'Eucharistie. Les types tirés de l'Ancien Testament illustrent l'utilisation du vin dans le sacrement du corps du Seigneur, et déclarent que le symbole de l'eau est compris par la Congrégation chrétienne.


1. Cyprien à Cæcilius son frère, saluant. Bien que je sache, cher frère, qu'un très grand nombre d'évêques qui sont placés au-dessus des églises du Seigneur par condescendance divine, dans le monde entier, maintiennent le plan de la vérité évangélique et de la tradition du Seigneur, et ne s'écartent pas, par une institution humaine et nouvelle, de ce que le Christ notre Maître a prescrit et fait ; Cependant, puisque certains, par ignorance ou par simplicité, en sanctifiant la coupe du Seigneur et en servant le peuple, ne font pas ce que Jésus-Christ, notre Seigneur et Dieu, le fondateur et le maître de ce sacrifice, a fait et enseigné, j'ai pensé qu'il était aussi bien religieux que nécessaire de vous écrire cette lettre, afin que, si quelqu'un est encore maintenu dans cette erreur, il puisse voir la lumière de la vérité et revenir à la racine et à l'origine de la tradition du Seigneur. Ne pensez pas non plus, cher frère, que j'écris mes propres pensées ou celles de l'homme ; ou que je m'en charge avec audace et de mon plein gré, car je tiens toujours ma médiocrité avec une modération modeste et modeste. Mais quand quelque chose est prescrit par l'inspiration et le commandement de Dieu, il est nécessaire qu'un serviteur fidèle obéisse au Seigneur, acquitté par tous d'assumer quoi que ce soit avec arrogance à lui-même, vu qu'il est contraint de craindre d'offenser le Seigneur s'il ne fait pas ce qui lui est commandé.

2. Sachez donc qu'on m'a rappelé qu'en offrant la coupe, il faut respecter la tradition du Seigneur, et que nous ne devons rien faire d'autre que ce que le Seigneur a fait en premier lieu pour nous, comme d'offrir la coupe qui est offerte en souvenir de Lui, mêlée de vin. En effet, lorsque le Christ dit : "Je suis le vrai cépage", le sang du Christ n'est certes pas de l'eau, mais du vin ; son sang par lequel nous sommes rachetés et vivifiés ne peut pas non plus paraître dans la coupe, alors que dans la coupe il n'y a pas de vin par lequel le sang du Christ est manifesté, ce qui est déclaré par le sacrement et le témoignage de toutes les Écritures.

3. Car nous trouvons aussi dans la Genèse, en ce qui concerne le sacrement de Noé, cette même chose était pour eux un précurseur et une figure de la passion du Seigneur ; qu'il a bu du vin ; qu'il était ivre ; qu'il a été mis à nu dans sa maison ; qu'il était couché avec les cuisses nues et exposées ; que la nudité du père a été observée par son second fils, et qu'elle a été racontée à l'étranger, mais qu'elle a été couverte par deux, l'aîné et le cadet ; et d'autres choses qu'il n'est pas nécessaire de suivre, car il suffit d'embrasser seul, que Noé, exposant une sorte de vérité future, ne buvait pas d'eau, mais du vin, et exprimait ainsi la figure de la passion du Seigneur.

4. Nous voyons également dans le prêtre Melchizédek le sacrement du sacrifice du Seigneur, selon ce que témoigne l'Ecriture divine, et qui dit : "Et Melchizédek, roi de Salem, fit naître du pain et du vin". Il était prêtre du Dieu très haut, et il bénit Abraham. Et que Melchizédek a porté une sorte de Christ, l'Esprit Saint le déclare dans les Psaumes, en disant de la personne du Père au Fils : "Avant l'étoile du matin, je t'ai engendré ; tu es prêtre pour toujours, selon l'ordre de Melchisédek", ordre qui est certainement celui qui découle de ce sacrifice et de sa descente ; que Melchisédek était prêtre du Dieu très haut ; qu'il a offert du vin et du pain ; qu'il a béni Abraham. Car qui est plus prêtre du Dieu très haut que notre Seigneur Jésus-Christ, qui a offert un sacrifice à Dieu le Père et a offert la même chose que Melchizédek, c'est-à-dire du pain et du vin, à savoir son corps et son sang ? Et en ce qui concerne Abraham, cette bénédiction qui a précédé appartenait à notre peuple. Car si Abraham a cru en Dieu, et que cela lui a été imputé à justice, il est certain que quiconque croit en Dieu et vit dans la foi est trouvé juste, et est déjà béni en Abraham fidèle, et est présenté comme justifié ; comme le prouve le bienheureux Apôtre Paul, lorsqu'il dit : "Abraham a cru en Dieu, et cela lui a été imputé à justice. Vous savez donc que ceux qui sont de foi, ce sont les enfants d'Abraham. Mais l'Ecriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a déclaré auparavant à Abraham que toutes les nations seraient bénies en lui ; c'est pourquoi ceux qui sont de foi sont bénis avec Abraham fidèle". D'où dans l'Évangile, nous trouvons que "les enfants d'Abraham sont élevés de pierres, c'est-à-dire qu'ils sont recueillis auprès des païens". Et lorsque le Seigneur a loué Zachée, il a répondu : "Aujourd'hui, le salut est venu dans cette maison, car il est aussi un fils d'Abraham". Dans la Genèse, donc, pour que la bénédiction, en ce qui concerne Abraham, par le prêtre Melchizédek, soit dûment célébrée, précède la figure du sacrifice du Christ, à savoir, comme ordonné dans le pain et le vin ; ce que le Seigneur, complétant et accomplissant, a offert le pain et la coupe mélangés au vin, et ainsi Celui qui est la plénitude de la vérité a accompli la vérité de l'image préfigurée.

5. De plus, l'Esprit Saint de Salomon montre devant le type de sacrifice du Seigneur, en faisant mention de la victime immolée, et du pain et du vin, et, de plus, de l'autel et des apôtres, et dit : "La Sagesse a bâti sa maison, elle a posé ses sept colonnes ; elle a tué ses victimes ; elle a mêlé son vin dans le calice ; elle a aussi meublé sa table : et elle a envoyé ses serviteurs, appelant à sa coupe avec une annonce solennelle, en disant : "Que celui qui est simple se tourne vers moi ; et à ceux qui veulent comprendre, elle a dit : "Venez, mangez de mon pain, et buvez du vin que j'ai mêlé pour vous. ” Il déclare le vin mêlé, c'est-à-dire qu'il prédit d'une voix prophétique la coupe du Seigneur mêlée d'eau et de vin, afin qu'il apparaisse que cela s'est fait dans la passion de notre Seigneur qui avait été prédite auparavant.

6. Dans la bénédiction de Juda, cette même chose est signifiée, où est également exprimée une figure du Christ, qu'il doit être loué et adoré par ses frères ; qu'il doit presser le dos de ses ennemis qui cèdent et fuient, avec les mains avec lesquelles il a porté la croix et vaincu la mort ; et qu'il est lui-même le Lion de la tribu de Juda, qu'il doit se coucher dans sa passion, qu'il doit se lever et qu'il doit être lui-même l'espérance des païens. Ce à quoi l'Écriture divine ajoute, et dit : "Il lavera son vêtement dans le vin, et son vêtement dans le sang du raisin". Mais quand il est question du sang du raisin, quoi d'autre que le vin de la coupe du sang du Seigneur ?

7. Dans Ésaïe, le Saint-Esprit témoigne de la même chose concernant la passion du Seigneur, en disant : "Pourquoi Tes vêtements sont-ils rouges, et Tes habits comme du foulage du pressoir plein et bien foulé ? L'eau peut-elle rendre les vêtements rouges ? ou est-ce l'eau du pressoir qui est foulée par les pieds, ou pressée par le pressoir ? C'est pourquoi il est fait mention du vin, afin que le sang du Seigneur soit compris, et que ce qui s'est manifesté ensuite dans la coupe du Seigneur soit annoncé par les prophètes qui l'ont annoncé. Le foulage, et la pression du pressoir, sont aussi des choses que l'on ne cesse de répéter ; car de même que l'on ne peut boire du vin que si l'on foule et presse d'abord la grappe de raisin, de même on ne peut boire le sang du Christ que si l'on foule et presse d'abord le Christ, et si l'on boit d'abord la coupe dont il doit aussi donner à boire aux croyants.

8. Mais aussi souvent que l'eau est nommée seule dans les Saintes Écritures, il est question de baptême, comme nous le voyons dans Ésaïe : "Ne vous souvenez pas", dit-il, "des choses anciennes, et ne considérez pas les choses d'autrefois. Voici que je vais faire une chose nouvelle, qui va maintenant jaillir, et vous la connaîtrez. Je ferai un chemin dans le désert, et des fleuves dans le lieu sec, pour donner à boire à mon peuple élu, à mon peuple que j'ai acheté, afin qu'il manifeste ma louange". C'est là que Dieu a annoncé par le prophète que parmi les nations, dans des lieux auparavant arides, des fleuves couleront ensuite abondamment et fourniront de l'eau au peuple élu de Dieu, c'est-à-dire à ceux qui ont été faits fils de Dieu par la génération du baptême. De plus, il est à nouveau prédit et annoncé que les Juifs, s'ils ont soif et cherchent le Christ, doivent boire avec nous, c'est-à-dire obtenir la grâce du baptême. "S'ils ont soif", dit-il, "il les conduira dans les déserts, il leur fera sortir de l'eau du rocher ; le rocher sera fendu, l'eau coulera et mon peuple boira", ce qui est accompli dans l'Évangile, lorsque le Christ, qui est le Rocher, est fendu par un coup de lance dans sa passion ; lui aussi, admonestant ce qui a été annoncé auparavant par le prophète, s'écrie et dit : "Si quelqu'un a soif, qu'il vienne boire. Celui qui croit en moi, comme le dit l'Écriture, des fleuves d'eau vive couleront de son ventre". Et pour qu'il soit plus évident que le Seigneur parle là, non de la coupe, mais du baptême, l'Ecriture ajoute, en disant : "Mais il parla ainsi de l'Esprit que doivent recevoir ceux qui croient en lui." Car c'est par le baptême que le Saint-Esprit est reçu ; et ainsi, par ceux qui sont baptisés et qui ont atteint le Saint-Esprit, on atteint la consommation de la coupe du Seigneur. Et que cela ne dérange personne, que lorsque l'Écriture divine parle de baptême, elle dit que nous avons soif et que nous buvons, puisque le Seigneur dit aussi dans l'Évangile : "Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice" ; car ce qui est reçu avec un désir avide et assoiffé est bu plus pleinement et plus abondamment. Comme aussi, dans un autre lieu, le Seigneur parle à la Samaritaine en disant : "Celui qui boira de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura pas soif à jamais". Ce qui signifie également le baptême de l'eau salvatrice, qui est en effet reçu une fois et ne se répète pas. Mais la coupe du Seigneur est toujours à la fois assoiffée et bue dans l'Église.

9. Il n'est pas non plus nécessaire d'avoir beaucoup d'arguments, cher frère, pour prouver que le baptême est toujours indiqué par l'appellation d'eau, et qu'ainsi nous devons le comprendre, puisque le Seigneur, lorsqu'il est venu, a manifesté la vérité du baptême et de la coupe en ordonnant que cette eau fidèle, l'eau de la vie éternelle, soit donnée aux croyants lors du baptême, mais en enseignant par l'exemple de sa propre autorité que la coupe doit être mêlée à une union de vin et d'eau. Car, prenant la coupe la veille de Sa passion, Il la bénit et la donna à Ses disciples, en disant : "Buvez tout cela, car ceci est mon sang du Nouveau Testament, qui sera versé pour beaucoup, pour la rémission des péchés. Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu'au jour où je boirai du vin nouveau avec vous dans le royaume de mon Père". Dans quelle portion nous trouvons que la coupe que le Seigneur a offerte était mélangée, et que c'était du vin qu'Il a appelé Son sang. D'où il apparaît que le sang du Christ n'est pas offert s'il n'y a pas de vin dans la coupe, ni le sacrifice du Seigneur célébré avec une légitime consécration, à moins que notre oblation et notre sacrifice ne répondent à Sa passion. Mais comment boirons-nous le vin nouveau du fruit de la vigne avec le Christ dans le royaume de son Père, si dans le sacrifice de Dieu le Père et du Christ nous n'offrons pas de vin, ni ne mélangeons la coupe du Seigneur selon la propre tradition du Seigneur ?

10. D'ailleurs, le bienheureux Apôtre Paul, choisi et envoyé par le Seigneur, et nommé prédicateur de la vérité évangélique, expose ces mêmes choses dans son épître, en disant : "Le Seigneur Jésus, la nuit où il fut livré, prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et dit : Ceci est mon corps, qui sera donné pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. De même, après avoir soupé, Il prit la coupe, en disant : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ; faites ceci en mémoire de moi, autant de fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangerez ce pain et boirez cette coupe, vous manifesterez la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'Il vienne". Mais si le Seigneur nous ordonne, et si son apôtre confirme et délivre la même chose, que toutes les fois que nous buvons, nous faisons en mémoire du Seigneur la même chose que le Seigneur a faite, nous constatons que ce qui a été ordonné n'est pas observé par nous, à moins que nous ne fassions aussi ce que le Seigneur a fait ; et que le fait de mélanger la coupe du Seigneur de la même manière ne nous éloigne pas de l'enseignement divin ; mais que nous ne devons pas du tout nous écarter des préceptes évangéliques, et que les disciples doivent aussi observer et faire les mêmes choses que le Maître a enseignées et faites. Le bienheureux apôtre, dans un autre lieu, enseigne avec plus de sérieux et de force, en disant : "Je m'étonne que vous soyez si vite éloignés de Celui qui vous a appelés à la grâce, pour un autre évangile, qui n'en est pas un autre ; mais il y en a qui vous troublent, et qui voudraient pervertir l'Évangile du Christ. Mais si nous, ou un ange du ciel, prêchons autre chose que ce que nous vous avons prêché, qu'il soit anathème. Comme nous l'avons déjà dit, je le répète : si quelqu'un vous prêche un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème".

11. Puisque donc ni l'apôtre lui-même ni un ange du ciel ne peuvent prêcher ou enseigner autre chose que ce que le Christ a enseigné jadis et ce que ses apôtres ont annoncé, je me demande bien d'où vient cette pratique selon laquelle, contrairement à la discipline évangélique et apostolique, l'eau est offerte en certains endroits dans la coupe du Seigneur, cette eau ne pouvant à elle seule exprimer le sang du Christ. L'Esprit Saint n'est pas non plus silencieux dans les Psaumes sur le sacrement de cette chose, lorsqu'il fait mention de la coupe du Seigneur, et dit : "Ta coupe enivrante, comme elle est excellente ! Or, la coupe qui enivre est certainement mêlée au vin, car l'eau ne peut enivrer personne. Et la coupe du Seigneur, dans la Genèse, enivre d'une manière si sage, comme Noé aussi s'est enivré en buvant du vin. Mais parce que l'ivresse de la coupe et du sang du Seigneur n'est pas telle que l'ivresse du vin du monde, puisque le Saint-Esprit a dit dans le Psaume : "Ta coupe enivrante", il a ajouté : "qu'elle est excellente", parce que sans doute la coupe du Seigneur enivre tellement ceux qui boivent, qu'elle les rend sobres ; qu'elle redonne à leur esprit la sagesse spirituelle ; que chacun récupère de cette saveur du monde à l'intelligence de Dieu ; De même, lorsque le sang du Seigneur et la coupe du salut ont été bus, le souvenir du vieil homme est mis de côté, et il s'ensuit un oubli de l'ancienne conversation mondaine, et la poitrine triste et affligée qui était auparavant opprimée par des péchés douloureux est soulagée par la joie de la miséricorde divine ; car cela seul peut réjouir celui qui boit dans l'Église qui, lorsqu'elle est ivre, retient la vérité du Seigneur.

12. Mais comme il est pervers et contraire que, bien que le Seigneur ait fait du vin de l'eau lors des noces, nous fassions de l'eau du vin, alors que le sacrement même de cette chose devrait plutôt nous avertir et nous instruire d'offrir du vin dans les sacrifices du Seigneur. En effet, comme les Juifs manquaient de grâce spirituelle, le vin en manquait aussi. Car la vigne du Seigneur des armées était la maison d'Israël ; mais le Christ, en enseignant et en montrant que le peuple des païens devait lui succéder et que, par le mérite de la foi, nous devions ensuite atteindre la place que les Juifs avaient perdue, d'eau en vin, a montré qu'aux noces du Christ et de l'Église, comme les Juifs avaient échoué, les peuples des nations devaient plutôt couler ensemble et se rassembler : car l'Écriture divine, dans l'Apocalypse, déclare que les eaux signifient le peuple, en disant : "Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, sont des peuples et des foules, et des nations de païens, et des langues", ce que nous voyons évidemment être contenu aussi dans le sacrement de la coupe.

13. Car parce que le Christ nous a tous portés, en ce qu'il a aussi porté nos péchés, nous voyons que dans l'eau est compris le peuple, mais que dans le vin est montré le sang du Christ. Mais quand l'eau est mêlée au vin dans la coupe, le peuple ne fait plus qu'un avec le Christ, et l'assemblée des croyants est associée et jointe à Celui en qui elle croit ; cette association et cette conjonction de l'eau et du vin sont tellement mêlées dans la coupe du Seigneur, que ce mélange ne peut plus être séparé. De plus, rien ne peut séparer du Christ l'Église, c'est-à-dire le peuple établi dans l'Église, persévérant fidèlement et fermement dans ce qu'il a cru, de manière à empêcher que son amour indivis ne demeure et n'adhère toujours. Ainsi, en consacrant la coupe du Seigneur, l'eau seule ne peut être offerte, de même que le vin seul ne peut être offert. Car si quelqu'un offre seulement du vin, le sang du Christ est dissocié de nous ; mais si l'eau est seule, le peuple est dissocié du Christ ; mais quand les deux sont mêlés, et sont unis l'un à l'autre par une étroite union, il y a achèvement d'un sacrement spirituel et céleste. Ainsi, la coupe du Seigneur n'est pas seulement de l'eau, ni seulement du vin, à moins que chacun ne soit mêlé à l'autre ; tout comme, d'autre part, le corps du Seigneur ne peut être seulement de la farine ou de l'eau, à moins que tous deux ne soient unis et réunis et compactés dans la masse d'un seul pain ; C'est dans ce même sacrement que notre peuple est montré comme ne faisant qu'un, de sorte que, de la même manière, autant de grains, recueillis et moulus, et mélangés ensemble en une seule masse, font un seul pain ; ainsi, dans le Christ, qui est le pain céleste, nous pouvons savoir qu'il y a un seul corps, avec lequel notre nombre est uni et réuni.

14. Il n'y a donc aucune raison, cher frère, que l'on pense à suivre la coutume de certaines personnes, qui ont pensé dans le passé que seule l'eau devait être offerte dans la coupe du Seigneur. Car nous devons nous demander qui ils ont eux-mêmes suivi. Car si, dans le sacrifice que le Christ a offert, personne ne doit être suivi, si ce n'est le Christ, il nous appartient d'obéir et de faire ce que le Christ a fait et ce qu'il a ordonné de faire, puisqu'il dit lui-même dans l'Evangile : "Si vous faites ce que je vous ordonne, désormais je ne vous appelle plus serviteurs, mais amis". Et pour que le Christ seul soit entendu, le Père témoigne aussi du ciel en disant : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection ; écoutez-le. C'est pourquoi, si le Christ seul doit être entendu, nous ne devons pas prêter attention à ce qu'un autre avant nous a pu penser qu'il fallait faire, mais à ce que le Christ, qui est avant tout, a fait en premier. Il ne s'agit pas non plus de suivre la pratique de l'homme, mais la vérité de Dieu, puisque Dieu parle par le prophète Esaïe et dit : "C'est en vain qu'ils m'adorent, en enseignant les commandements et les doctrines des hommes". Et de nouveau, le Seigneur dans l'Évangile abroge cette même parole, et dit : "Vous rejetez le commandement de Dieu, afin de garder votre propre tradition." En outre, dans un autre endroit, Il l'établit, en disant : "Quiconque enfreindra l'un de ces plus petits commandements, et enseignera aux hommes à le faire, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux." Mais si nous ne pouvons pas enfreindre le moindre des commandements du Seigneur, combien plus est-il interdit d'enfreindre des commandements aussi importants, aussi grands, aussi relatifs au sacrement même de la passion de notre Seigneur et de notre propre rédemption, ou de le changer par la tradition humaine en autre chose que ce qui a été divinement désigné ! Car si Jésus-Christ, notre Seigneur et Dieu, est lui-même le premier prêtre de Dieu le Père, et s'il s'est offert lui-même en sacrifice au Père, et s'il a ordonné que cela soit fait en mémoire de lui-même, il est certain que ce prêtre remplit vraiment la charge du Christ, qui imite ce que le Christ a fait ; et il offre ensuite un sacrifice véritable et complet dans l'Église à Dieu le Père, quand il procède à l'offre selon ce qu'il voit que le Christ lui-même a offert.

15. Mais la discipline de toute religion et de toute vérité est renversée, à moins que ce qui est spirituellement prescrit ne soit fidèlement observé ; à moins, en effet, que quelqu'un ne craigne les sacrifices du matin, de peur que, par le goût du vin, il ne redoute le sang du Christ. C'est pourquoi la fraternité commence même à être tenue à l'écart de la passion du Christ dans les persécutions, en apprenant dans les offrandes à être troublée au sujet de Son sang et de Son effusion de sang. Mais le Seigneur dit aussi dans l'Evangile : "Quiconque aura honte de moi, le Fils de l'homme aura honte de lui. Et l'apôtre parle aussi en disant : "Si je plaisais aux hommes, je ne serais pas le serviteur du Christ." Mais comment pouvons-nous verser notre sang pour le Christ, qui rougit de boire le sang du Christ ?

16. Y a-t-il quelqu'un qui se flatte de l'idée que, si le matin, on ne voit que l'eau offerte, au moment du souper, on offre la coupe mêlée ? Mais lorsque nous soupons, nous ne pouvons pas réunir le peuple à notre banquet, afin de célébrer la vérité du sacrement en présence de toute la fraternité. Mais ce n'est toujours pas le matin, mais après le dîner, que le Seigneur offre la coupe mélangée. Devrions-nous alors célébrer la coupe du Seigneur après le dîner, afin qu'en répétant continuellement le dîner du Seigneur, nous puissions offrir la coupe mélangée ? Il appartenait au Christ d'offrir vers le soir du jour, afin que l'heure même du sacrifice indique le lieu et le soir du monde, comme il est écrit dans l'Exode : "Et tout le peuple de la synagogue des enfants d'Israël la fera mourir le soir. Et encore dans les Psaumes : "Que l'élévation de mes mains soit un sacrifice du soir." Mais nous célébrons la résurrection du Seigneur au matin.

17. Et parce que nous faisons mention de Sa passion dans tous les sacrifices (car la passion du Seigneur est le sacrifice que nous offrons), nous ne devons rien faire d'autre que ce qu'Il a fait. Car l'Ecriture dit : "Toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'Il vienne. Aussi souvent, lorsque nous offrons la coupe en mémoire du Seigneur et de sa passion, faisons ce que l'on sait que le Seigneur a fait. Et que l'on en arrive à cette conclusion, cher frère : si, parmi nos prédécesseurs, quelqu'un n'a pas, par ignorance ou par simplicité, observé et gardé ce que le Seigneur, par son exemple et son enseignement, nous a ordonné de faire, il peut, par la miséricorde du Seigneur, faire pardonner sa simplicité. Mais nous ne pouvons pas être pardonnés, nous qui sommes maintenant avertis et instruits par le Seigneur d'offrir la coupe du Seigneur mêlée de vin selon ce que le Seigneur a offert, et d'adresser des lettres à nos collègues également à ce sujet, afin que la loi évangélique et la tradition du Seigneur soient partout gardées, et qu'il n'y ait pas d'écart par rapport à ce que le Christ a enseigné et fait.

18. Si l'on néglige encore ces choses et si l'on persévère dans la première erreur, quoi d'autre que de tomber sous la réprimande du Seigneur qui, dans le psaume, reprend et dit : "Que dois-tu faire pour publier mes lois, ou pour prendre mon alliance dans ta bouche, puisque tu hais l'instruction et que tu rejettes mes paroles derrière toi ? Quand tu as vu un voleur, tu as consenti avec lui, et tu as pris part aux adultères." Car, pour proclamer la justice et l'alliance du Seigneur, et pour ne pas faire comme le Seigneur, qu'est-ce que c'est que de rejeter ses paroles et de mépriser l'instruction du Seigneur, de commettre des vols et des adultères non pas terrestres, mais spirituels ? Alors que quiconque vole à la vérité évangélique les paroles et les actes de notre Seigneur, il corrompt et adultère les préceptes divins, comme il est écrit dans Jérémie. Il dit : "Qu'est-ce que l'ivraie pour le blé ? C'est pourquoi voici que je suis contre les prophètes, dit le Seigneur, qui dérobent mes paroles à leur prochain, et qui égarent mon peuple par leurs mensonges et leur légèreté". Dans un autre lieu, le même prophète dit : "Elle a commis un adultère avec des ceps et des pierres, et pourtant, pour tout cela, elle ne s'est pas tournée vers moi." Afin que ce vol et cet adultère ne nous retombent pas dessus, nous devons être très attentifs, et veiller avec crainte et religiosité. Car si nous sommes prêtres de Dieu et du Christ, je ne connais personne d'autre que Dieu et le Christ que nous devrions suivre, puisque Lui-même dit avec insistance dans l'Évangile : "Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie". De peur que nous ne marchions dans les ténèbres, nous devons suivre le Christ et observer ses préceptes, parce que Lui-même a dit à ses apôtres, dans un autre lieu, comme Il les a envoyés : "Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit". C'est pourquoi, si nous voulons marcher dans la lumière du Christ, ne nous écartons pas de ses préceptes et de ses monitions, en rendant grâce pour le fait que, tout en nous instruisant pour l'avenir, il pardonne le passé dans lequel nous nous sommes égarés dans notre simplicité. Et parce que déjà Sa seconde venue s'approche de nous, Sa condescendance bienveillante et libérale illumine de plus en plus nos cœurs de la lumière de la vérité.

19. C'est pourquoi il convient à notre religion, à notre crainte, au lieu même et à la fonction de notre sacerdoce, cher frère, de mélanger et d'offrir la coupe du Seigneur, de garder la vérité de la tradition du Seigneur et, sur l'avertissement du Seigneur, de corriger ce qui semble à certains avoir été erroné ; afin que lorsqu'il commencera à venir dans sa clarté et sa majesté céleste, il puisse constater que nous gardons ce qu'il nous a recommandé ; que nous observons ce qu'il a enseigné ; que nous faisons ce qu'il a fait. Je te fais mes adieux, cher frère, de tout cœur.



ÉPÎTRE LXIII

À EPICTETUS ET À LA CONGRÉGATION DES ASSURAE, CONCERNANT FORTUNATIANUS, ANCIENNEMENT LEUR ÉVÊQUE


Il avertit Epictète et la congrégation des Assuritains de ne pas permettre à Fortunatianus, qui est décédé, mais à leur ancien évêque, de retourner dans son épiscopat, aussi bien pour d'autres raisons que parce qu'il a été décrété que les évêques décédés ne devraient pas être admis à leur ancien rang.


1. Cyprien à Epictète son frère, et au peuple établi à Assurae, salut. J'ai été gravement et gravement troublé, très chers frères, d'apprendre que Fortunatianus, ancien évêque parmi vous, après la triste lapse de sa chute, souhaitait maintenant agir comme s'il était sain, et commençait à réclamer pour lui-même l'épiscopat. Ce qui m'a affligé, c'est d'abord le fait qu'il soit, à son propre compte, le misérable qu'il est, soit complètement aveuglé par les ténèbres du diable, soit trompé par la persuasion sacrilège de certaines personnes ; alors qu'il devrait faire l'expiation et se livrer à l'oeuvre de supplication du Seigneur nuit et jour, par des larmes, des supplications et des prières, ose encore se réclamer du sacerdoce qu'il a trahi, comme s'il était juste, depuis les autels du diable, de s'approcher de l'autel de Dieu. Ou comme s'il ne voulait pas provoquer une plus grande colère et indignation du Seigneur contre lui-même au jour du jugement, qui, ne pouvant être un guide pour les frères dans la foi et la vertu, se présente comme un maître dans la perfidie, dans l'audace et dans la témérité ; et celui qui n'a pas appris aux frères à se tenir courageusement dans le combat, enseigne à ceux qui sont vaincus et qui se prosternent à ne même pas demander pardon ; bien que le Seigneur dise : "C'est à eux que vous avez fait une libation, et c'est à eux que vous avez fait une offrande de viande. Ne devrais-je pas être en colère pour ces choses ? dit le Seigneur." Et dans un autre lieu, "Celui qui sacrifie à un dieu quelconque, sauf à l'Éternel seul, sera détruit." D'ailleurs, le Seigneur parle encore, et dit : "Ils ont adoré ceux que leurs propres doigts ont faits ; et le méchant homme s'incline, et le grand homme s'humilie : et je ne leur pardonnerai pas." Dans l'Apocalypse aussi, nous lisons la colère menaçante du Seigneur, et disant : "Si quelqu'un adore la bête et son image, et reçoit sa marque sur son front ou dans sa main, il boira du vin de la colère de Dieu mêlé à la coupe de sa colère ; et il sera tourmenté de feu et de souffre en présence des saints anges et de l'Agneau : et la fumée de leurs tourments s'élèvera aux siècles des siècles ; et ils n'auront de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image. ”

2. Puisque, par conséquent, le Seigneur menace ces tourments, ces punitions au jour du jugement, à ceux qui obéissent au diable et sacrifient aux idoles, comment pense-t-il pouvoir agir comme un prêtre de Dieu qui a obéi et servi les prêtres du diable ; ou comment pense-t-il que sa main peut être transférée au sacrifice de Dieu et à la prière du Seigneur qui a été captif du sacrilège et du crime, alors que dans les Saintes Écritures Dieu interdit aux prêtres de s'approcher du sacrifice même s'ils ont été dans une culpabilité plus légère ; et dit dans le Lévitique : "L'homme en qui il y aura une tache ou une imperfection ne s'approchera pas pour offrir des dons à Dieu ?" Egalement dans l'Exode : "Et que les prêtres qui s'approchent du Seigneur Dieu se sanctifient, de peur que le Seigneur ne les abandonne." Et encore : "Et quand ils s'approcheront pour faire le service à l'autel du Saint, ils ne feront pas venir le péché sur eux, de peur qu'ils ne meurent." Ceux donc qui ont fait retomber sur eux de graves péchés, c'est-à-dire qui, en se sacrifiant aux idoles, ont offert des sacrifices sacrilèges, ne peuvent se réclamer du sacerdoce de Dieu, ni faire aucune prière pour leurs frères devant Lui ; car il est écrit dans l'Evangile : "Dieu n'écoute pas un pécheur ; mais si quelqu'un est adorateur de Dieu et fait Sa volonté, c'est lui qu'Il écoute." Néanmoins, la profonde obscurité des ténèbres qui tombent a tellement aveuglé le cœur de certains, qu'ils ne reçoivent aucune lumière des sains préceptes, mais, une fois détournés du chemin direct de la vraie voie, ils sont précipités tête baissée et soudainement par la nuit et l'erreur de leurs péchés.

3. Il n'est pas non plus merveilleux que ceux qui rejettent maintenant nos conseils, ou les préceptes du Seigneur, qui ont renié le Seigneur. Ils désirent des cadeaux, des offrandes et des gains, pour lesquels ils veillaient autrefois inlassablement. Ils aspirent encore à des dîners et des banquets, dont ils ont craché la débauche dans l'indigestion qu'ils ont récemment laissée à la journée, prouvant ainsi de façon évidente qu'ils ne servaient pas auparavant la religion, mais plutôt leur ventre et leurs gains, avec une cupidité profane. C'est pourquoi nous percevons et croyons que cette réprimande est venue de la recherche de Dieu, afin qu'ils ne continuent pas à se tenir devant l'autel ; et qu'en outre, en tant que personnes non chastes, elle est liée à la modestie ; en tant que perfides, à la foi ; en tant que profanes, à la religion ; en tant que terrestres, aux choses divines ; en tant que sacrilèges, aux choses sacrées. Pour que ces personnes ne reviennent pas à la profanation de l'autel et à la contagion des frères, nous devons veiller de toutes nos forces, et nous efforcer de toutes nos forces, afin que, dans la mesure où il y a en nous des mensonges, nous les retenions de cette audace de leur méchanceté, qu'ils ne cherchent plus à agir en prêtre, qui, jetés au plus bas de la fosse de la mort, sont allés tête baissée avec le poids d'une plus grande destruction au-delà des fautes des laïcs.

4. Mais si, parmi ces fous, leur folie incurable se poursuit, et si, avec le retrait du Saint-Esprit, l'aveuglement qui a commencé demeure dans sa nuit profonde, notre conseil sera de séparer les frères individuels de leur tromperie ; et, de peur que quelqu'un ne se heurte aux difficultés de leur erreur, de les séparer de leur contagion. Puisque l'oblation ne peut être consacrée là où le Saint-Esprit n'est pas ; et que le Seigneur ne peut servir à personne par les prières et les supplications de celui qui a lui-même agi en dépit du Seigneur. Mais si Fortunatianus, soit par l'aveuglement induit par le diable oublieux de son crime, soit devenu ministre et serviteur du diable pour avoir trompé la fraternité, persévère dans cette folie, vous, dans la mesure où vous mentez, luttez, et dans cette obscurité de la rage du diable, rappelez les esprits des