Cyprien de Carthage

LES ÉPITRES DE CYPRIEN I

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

EPISTELE I

POUR DONNER


Argument : Chypre avait promis à Donatus qu'il aurait un discours avec lui sur les choses divines, et maintenant qu'on lui rappelle sa promesse, il la tient. Il se félicite longuement de la grâce de Dieu conférée par le baptême, déclare comment il a été changé par celui-ci, et enfin, soulignant les erreurs du monde, il exhorte au mépris de celui-ci, à la lecture et à la prière.


1. Caecilius Cyprian à Donatus envoie, salutation. Tu me le rappelles à juste titre, très cher Donatus, car non seulement je me souviens de ma promesse, mais j'avoue que c'est le moment approprié pour l'accomplir, lorsque la fête du millésime invite l'esprit à se défaire dans le repos, et à profiter du répit annuel et programmé de l'année en déclin. De plus, le lieu est en accord avec la saison, et l'aspect agréable des jardins s'harmonise avec les douces brises d'un automne doux pour apaiser et réjouir les sens. Dans un tel lieu, il est agréable de passer la journée en discours, et, par les paraboles (étude du sacré), d'entraîner la conscience du sein à l'appréhension des préceptes divins. Et afin qu'aucun intrus profane ne puisse interrompre notre conversation, ni qu'aucun bruit incontrôlé d'une maison bruyante ne la perturbe, cherchons ce charmant endroit. Les fourrés voisins nous assurent la solitude, et les traînées vagabondes des sarments de vigne qui se faufilent dans des labyrinthes suspendus parmi les roseaux qui les soutiennent ont fait pour nous un porche de vignes et un abri de feuillage. Ici, nous habillons agréablement nos pensées de mots ; et tandis que nous gratifions nos yeux de l'agréable vue sur les arbres et les vignes, l'esprit est à la fois instruit par ce que nous entendons et nourri par ce que nous voyons, bien qu'à l'heure actuelle votre seul plaisir et votre seul intérêt soient dans notre discours. Méprisant les plaisirs de la vue, votre regard est désormais fixé sur moi. Avec votre esprit aussi bien qu'avec vos oreilles, vous êtes tout à fait un auditeur ; et un auditeur aussi, avec un empressement proportionné à votre affection.

2. Et pourtant, de quelle sorte ou de quelle quantité est susceptible de communiquer mon esprit au vôtre ? La médiocrité de ma compréhension superficielle produit une récolte très limitée, et enrichit le sol sans aucun dépôt fructueux. Néanmoins, avec les pouvoirs dont je dispose, je vais m'atteler à la tâche ; car le sujet lui-même sur lequel je vais parler m'y aidera. Dans les cours de justice, dans les assemblées publiques, dans les débats politiques, une abondante éloquence peut être la gloire d'une ambition volubile ; mais en parlant du Seigneur Dieu, une chaste simplicité d'expression s'efforce de convaincre de la foi plutôt avec la substance, qu'avec les pouvoirs, de l'éloquence. Acceptez donc de ma part des paroles, non pas intelligentes mais lourdes, non pas parées pour charmer un public populaire avec une rhétorique cultivée, mais simples et adaptées par leur véracité sans fard à la proclamation de la miséricorde divine. Acceptez ce que l'on ressent avant qu'il ne soit prononcé, ce qui n'a pas été accumulé avec un retard laborieux au fil des ans, mais a été inhalé dans un souffle de grâce mûrissante.

3. Alors que j'étais encore couché dans l'obscurité et la nuit lugubre, hésitant çà et là, ballotté sur l'écume de cet âge vantard, incertain de mes pas errants, ne sachant rien de ma vie réelle, et éloigné de la vérité et de la lumière, je considérais cela comme une affaire difficile, et surtout aussi difficile en ce qui concerne mon caractère à l'époque, qu'un homme soit capable de naître de nouveau - une vérité que la miséricorde divine avait annoncée pour mon salut - et qu'un homme qui s'empresse de vivre une nouvelle vie dans le bassin d'eau salvatrice puisse remettre à plus tard ce qu'il était auparavant ; et que, tout en conservant toute sa structure corporelle, il devrait être lui-même changé dans son coeur et dans son âme. "Comment, disais-je, une telle conversion est-elle possible, qu'il y ait un désinvestissement soudain et rapide de tout ce qui, soit inné en nous s'est endurci dans la corruption de notre nature matérielle, soit acquis par nous est devenu invétéré par un usage longtemps habituel ? Ces choses sont devenues profondément et radicalement ancrées en nous. Quand apprend-il l'économie qui a été habituée aux banquets libéraux et aux fêtes somptueuses ? Et lui qui a brillé d'or et de pourpre et a été célébré pour ses vêtements coûteux, quand se réduit-il à des vêtements ordinaires et simples ? Celui qui a ressenti le charme des fasces et des honneurs civiques ne devient pas un simple citoyen privé et peu glorieux. L'homme qui est fréquenté par une foule de clients, et qui est honoré par l'association nombreuse d'un train officiel, considère que c'est une punition lorsqu'il est seul. Il est inévitable, comme il l'a toujours été, que l'amour du vin séduise, que l'orgueil gonfle, que la colère s'enflamme, que la convoitise inquiète, que la cruauté stimule, que l'ambition ravisse, que la luxure s'empresse de ruiner, avec des attraits qui ne lâchent pas prise".

4. Telles étaient mes pensées fréquentes. Car, comme j'étais moi-même prisonnier des innombrables erreurs de ma vie précédente, dont je ne croyais pas pouvoir être délivré, j'étais disposé à accepter mes vices cachés ; et comme je désespérais de meilleures choses, je me livrais à mes péchés comme s'ils faisaient partie de moi et m'étaient propres. Mais ensuite, grâce à l'eau de la nouvelle naissance, la tache des années précédentes avait été effacée et une lumière venue d'en haut, sereine et pure, avait été infusée dans mon cœur réconcilié, après quoi, par l'action de l'Esprit soufflé du ciel, une seconde naissance m'avait rendu un homme nouveau ; -alors, de façon merveilleuse, des choses douteuses commencèrent à s'assurer à moi, des choses cachées à révéler, des choses obscures à éclairer, ce qui auparavant avait semblé difficile commença à suggérer un moyen d'accomplissement, ce qui avait été considéré comme impossible, à pouvoir être réalisé ; de sorte que je fus capable de reconnaître que ce qui auparavant, étant né de la chair, avait vécu dans la pratique des péchés, était de la terre, mais commençait maintenant à être de Dieu, et était animé par l'Esprit de sainteté. Vous savez et vous vous rappelez aussi bien que moi ce qui nous a été enlevé et ce qui nous a été donné par cette mort du mal et cette vie de vertu. Vous le savez vous-même sans que je vous en informe. Tout ce qui ressemble à de la vantardise dans sa propre louange est détestable, bien qu'en réalité nous ne puissions pas nous vanter mais seulement être reconnaissants pour tout ce que nous n'attribuons pas à la vertu de l'homme mais déclarons être le don de Dieu ; de sorte que maintenant nous ne péchons pas est le début de l'œuvre de la foi, alors que ce que nous avons péché auparavant était le résultat de l'erreur humaine. Toute notre puissance est de Dieu ; je dis bien de Dieu. De lui nous avons la vie, de lui nous avons la force, par la puissance dérivée et conçue de lui nous faisons, tout en sachant encore dans ce monde, les indications des choses à venir. Que la crainte soit le gardien de l'innocence, afin que le Seigneur, qui de sa miséricorde a afflué dans nos cœurs par l'accès de la grâce céleste, soit gardé par une juste soumission dans l'hostellerie d'un esprit reconnaissant, afin que l'assurance que nous avons acquise ne suscite pas l'insouciance, et que le vieil ennemi ne revienne pas sur nous.

5. Mais si vous gardez la voie de l'innocence, la voie de la justice, si vous marchez d'un pas ferme et régulier, si, dépendant de Dieu de toutes vos forces et de tout votre coeur, vous n'êtes que ce que vous avez commencé à être, la liberté et le pouvoir de faire vous sont donnés proportionnellement à l'accroissement de votre grâce spirituelle. Car il n'y a pas, comme c'est le cas pour les bienfaits terrestres, de mesure ou de passage dans la dispensation du don céleste. L'Esprit qui s'écoule librement n'est limité par aucune limite, n'est contrôlé par aucune barrière fermée dans certains espaces délimités ; il s'écoule perpétuellement, il est exubérant dans sa richesse. Que notre cœur ne soit qu'assoiffé, et qu'il soit prêt à recevoir : dans la mesure où nous lui apportons une foi généreuse, dans cette mesure nous en tirons une grâce débordante. C'est pourquoi il nous est donné de pouvoir, avec une chasteté modeste, avec un esprit sain, avec une voix simple, avec une vertu sans tache, qui est capable d'éteindre le virus des poisons pour la guérison des malades, de purger les taches des âmes insensées par une santé retrouvée, d'offrir la paix à ceux qui sont en inimitié, le repos aux violents, la douceur aux indisciplinés, -en menaçant de forcer les esprits impurs et vagabonds qui se sont introduits dans le corps des hommes qu'ils veulent détruire, de les en faire sortir à coups de poing, de les étendre en se débattant, en hurlant, en gémissant avec l'augmentation d'une douleur sans cesse renouvelée, de les battre avec des fléaux, de les rôtir au feu : la matière y est portée, mais on ne la voit pas ; les coups infligés sont cachés, mais la peine est manifeste. Ainsi, par rapport à ce que nous avons déjà commencé à être, l'Esprit que nous avons reçu possède sa propre liberté d'action ; tandis que dans la mesure où nous n'avons pas encore changé notre corps et nos membres, la vue charnelle est encore obscurcie par les nuages de ce monde. Combien est grand cet empire de l'esprit, et quelle puissance il a, non seulement qu'il se retire lui-même des associations malicieuses du monde, comme celui qui est purifié et pur ne peut souffrir aucune tache d'une irruption hostile, mais qu'il devient encore plus grand et plus fort dans sa puissance, de sorte qu'il peut dominer de son emprise toute l'armée impérieuse de l'adversaire qui attaque !

6. Mais pour que les caractéristiques du divin brillent davantage par le développement de la vérité, je vous donnerai la lumière pour l'appréhender, l'obscurité causée par l'effacement du péché. Je retirerai le voile de l'obscurité de ce monde caché. Pour qu'un bref espace se conçoive pour vous transporter vers l'un des plus hauts sommets d'une montagne inaccessible, regardez alors les apparences des choses qui se trouvent en dessous de vous, et avec des yeux tournés dans différentes directions, regardez les tourbillons du monde ondulant, tandis que vous êtes vous-même éloigné des contacts terrestres, - vous commencerez immédiatement à ressentir de la compassion pour le monde, et avec un recueillement et une gratitude croissante envers Dieu, vous vous réjouirez de toute la joie plus grande que vous avez échappée. Considérez les routes bloquées par les voleurs, les mers infestées de pirates, les guerres dispersées sur toute la terre avec l'horreur sanglante des camps. Le monde entier est mouillé de sang mutuel ; et le meurtre, qui dans le cas d'un individu est reconnu comme un crime, est appelé une vertu lorsqu'il est commis en bloc. L'impunité est revendiquée pour les mauvaises actions, non pas sous prétexte qu'elles sont innocentes, mais parce que la cruauté est perpétrée à grande échelle.

7. Et maintenant, si vous tournez vos yeux et vos regards vers les villes elles-mêmes, vous verrez un hall plus chargé de tristesse que de solitude. Les jeux de gladiateurs sont préparés, afin que le sang puisse réjouir la convoitise des yeux cruels. Le corps est rassasié de nourriture plus forte, et la masse vigoureuse des membres est enrichie de muscles et de muscles, afin que le misérable engraissé pour le châtiment puisse mourir d'une mort plus dure. L'homme est abattu pour que l'homme puisse être gratifié, et l'habileté qui est la plus apte à tuer est un exercice et un art. Le crime n'est pas seulement commis, mais il est enseigné. Que peut-on dire de plus inhumain, de plus répugnant ? On s'entraîne pour acquérir le pouvoir de tuer, et l'accomplissement du meurtre est sa gloire. Quel état de choses, je vous prie, et comment peut-il être, dans lequel des hommes, que personne n'a condamnés, s'offrent aux bêtes sauvages - des hommes d'âge mûr, d'une beauté suffisante, revêtus de vêtements coûteux ? Hommes vivants, ils sont parés pour une mort volontaire ; hommes misérables, ils se vantent de leurs propres misères. Ils se battent avec les bêtes, non pour leur crime, mais pour leur folie. Les pères regardent leurs propres fils ; un frère est dans l'arène, et sa soeur est à la peine ; et bien qu'un plus grand étalage de faste augmente le prix de l'exposition, pourtant, oh honte ! même la mère paiera l'augmentation afin d'être présente à ses propres misères. Et en regardant des scènes si effrayantes, si impie et si mortelles, ils ne semblent pas se rendre compte qu'ils sont parricides des yeux.

8. Tournez donc vos regards vers les abominations, non moins à déplorer, d'un autre genre de spectacle. Dans les théâtres aussi, vous verrez ce qui pourrait bien vous causer du chagrin et de la honte. C'est le buskin tragique qui raconte en vers les crimes de l'Antiquité. Les anciennes horreurs du parricide et de l'inceste se déploient en une action calculée pour exprimer l'image de la vérité, afin que, au fil des âges, tout crime commis autrefois ne soit pas oublié. Chaque génération se voit rappeler, par ce qu'elle entend, que ce qui a été fait une fois peut être fait à nouveau. Les crimes ne s'éteignent jamais avec le temps ; la méchanceté n'est jamais abolie par le temps ; l'impiété n'est jamais enfouie dans l'oubli. Les choses qui ont cessé d'être de véritables actes de vice deviennent des exemples. De plus, dans les mimes, par l'enseignement des infamies, le spectateur est attiré soit pour reconsidérer ce qu'il a pu faire en secret, soit pour entendre ce qu'il peut faire. L'adultère s'apprend en le voyant ; et tandis que la malice ayant l'autorité publique se prête aux vices, la matrone, qui par hasard était allée au spectacle une femme modeste, en revient immodeste. Plus encore, quelle dégradation des moeurs, quelle incitation à des actes abominables, quelle nourriture pour le vice, à être pollué par des gestes histrioniques, contre l'alliance et la loi de sa naissance, à regarder en détail l'endurance des abominations incestueuses ! Les hommes sont émasculés, et toute la fierté et la vigueur de leur sexe sont effacées dans la disgrâce de leur corps enervé ; et c'est là qu'il est le plus agréable de voir celui qui a le plus complètement décomposé l'homme en femme. Il devient une louange en vertu de son crime ; et plus il est dégradé, plus il est considéré comme habile. On le regarde - oh honte ! et on le regarde avec plaisir. Et qu'est-ce qu'une telle créature ne peut pas suggérer ? Il enflamme les sens, il flatte les affections, il chasse la conscience plus vigoureuse d'un sein vertueux ; il ne manque pas non plus d'autorité pour l'abomination aguichante, afin que le mal puisse se glisser sur les gens avec une approche moins perceptible. Ils s'imaginent Vénus impudique, Mars adultère ; et que leur Jupiter n'est pas plus suprême dans la domination que dans le vice, enflammé d'amour terrestre au milieu de ses propres tonnerres, devenant blanc dans les plumes d'un cygne, se répandant maintenant en une pluie d'or, éclatant maintenant à l'aide d'oiseaux pour violer la pureté des garçons. Et maintenant, posons la question suivante : celui qui regarde de telles choses peut-il être sain d'esprit ou modeste ? Les hommes imitent les dieux qu'ils adorent, et pour de tels êtres misérables, leurs crimes deviennent leur religion.

9. Oh, si vous étiez placé sur cette haute tour de guet, vous pourriez contempler les lieux secrets - si vous pouviez ouvrir les portes fermées des chambres à coucher, et vous rappeler leurs sombres recoins à la perception de la vue - vous verriez des choses faites par des personnes immodeste qu'aucun oeil chaste ne pourrait voir ; vous verriez ce qui est un crime, vous verriez ce que des gens accablés par la folie du vice nient avoir fait, et pourtant s'empressent de faire, des hommes aux convoitises frénétiques se précipitant sur les hommes, faisant des choses qui n'apportent aucune satisfaction même à ceux qui les font. Je suis trompé si l'homme qui est coupable de telles choses n'en accuse pas les autres. Le dépravé calomnie le dépravé, et pense que lui-même, bien que conscient de sa culpabilité, s'est échappé, comme si la conscience n'était pas une condamnation suffisante. Les mêmes personnes qui accusent en public sont des criminels en privé, se condamnant en même temps qu'ils condamnent les coupables ; ils dénoncent à l'étranger ce qu'ils commettent chez eux, faisant volontairement ce qu'ils accusent quand ils l'ont fait, - une audace qui est assurément bien assortie au vice, et une impudence tout à fait conforme aux personnes éhontées. Et je vous prie de ne pas vous étonner des propos de ces personnes : le délit de leur bouche en paroles est le moindre dont elles se rendent coupables.

10. Mais après avoir considéré les routes publiques pleines d'embûches, après les batailles de toutes sortes dispersées dans le monde entier, après les expositions sanglantes ou infâmes, après les abominations de la luxure, qu'elles soient exposées à la vente dans les bordels ou cachées dans les murs domestiques - abominations dont l'audace est plus grande proportionnellement au secret du crime -, vous pouvez peut-être penser que le Forum au moins est exempt de telles choses, qu'il n'est ni exposé à des torts exaspérants, ni pollué par l'association de criminels. Alors, tournez votre regard dans cette direction : vous y découvrirez des choses plus odieuses que jamais, de sorte que vous serez plus désireux de détourner les yeux, bien que les lois soient gravées sur douze tables, et les statuts sont publiquement prescrits sur des tablettes d'effronterie. Pourtant, le mal est fait au milieu des lois elles-mêmes ; le mal est commis à la face même des lois ; l'innocence n'est pas préservée, même dans le lieu où elle est défendue. Tour à tour, la rancune des contestataires fait rage ; et lorsque la paix est rompue entre les toges, le Forum résonne de la folie des querelles. La lance et l'épée, le bourreau aussi, sont à portée de main ; il y a la griffe qui déchire, le râtelier qui s'étire, le feu qui brûle, plus de tortures pour un pauvre corps humain qu'il n'a de membres. Et dans ces cas-là, qui est là pour aider ? Le mécène ? Il fait une feinte, et trompe. Le juge ? Mais il vend sa sentence. Celui qui siège pour venger les crimes les commet, et le juge devient le coupable, afin que l'accusé puisse périr en toute innocence. Les crimes sont partout communs ; et partout dans le caractère multiforme du péché, le poison pernicieux agit par le biais d'esprits dégradés. Un homme fait un testament, un autre, par une fraude à la capitale, fait une fausse déposition ; d'une part, les enfants sont trompés sur leurs héritages, d'autre part, des étrangers sont dotés de leurs biens. L'adversaire fait son accusation, le faux accusateur attaque, le témoin diffame, de tous côtés l'impudence vénale des voix engagées se met à falsifier les accusations, alors qu'entre-temps les coupables ne périssent même pas avec les innocents. On ne craint pas les lois, on ne se soucie ni de l'inquisiteur ni du juge ; quand la peine peut être achetée pour de l'argent, on ne s'en soucie pas. L'innocence est désormais un crime pour les coupables ; quiconque n'imite pas les méchants est une offense pour eux. Les lois se sont accommodées des crimes, et tout ce qui est public a commencé à être autorisé. Quelle peut être la modestie, quelle peut être l'intégrité, qui y règne, alors qu'il n'y a personne pour condamner les méchants, et qu'on ne rencontre que ceux qui devraient être condamnés eux-mêmes ?

11. Mais afin de ne pas donner l'impression de choisir des cas extrêmes et d'attirer votre attention, dans un but de dénigrement, sur les choses dont la triste et révoltante vision peut offenser le regard d'une meilleure conscience, je vais maintenant vous diriger vers des choses telles que le monde dans son ignorance rend bien compte. Parmi celles-ci aussi, vous verrez des choses qui vous choqueront. En ce qui concerne ce que vous considérez comme des honneurs, ce que vous considérez comme des fasces, ce que vous comptez comme des richesses, ce que vous pensez être du pouvoir dans le camp, la gloire de la pourpre dans le bureau magistral, le pouvoir de la licence dans le commandement principal, - se cache le virus de l'espièglerie, et une apparence de méchanceté souriante, joyeuse certes, mais la tromperie perfide d'une calamité cachée. Tout comme un poison, dont le goût, après avoir été sucré, s'est habilement mêlé à ses jus mortels, semble, lorsqu'il est pris, être un courant d'air ordinaire, mais lorsqu'il est bu, la destruction que vous avez avalée vous assaille. Vous voyez, aussitôt, cet homme qui se distingue par sa robe brillante, scintillant, comme il le pense, dans sa pourpre. Pourtant, avec quelle bassesse a-t-il acheté ces paillettes ! Quels mépris de l'orgueilleux a-t-il dû d'abord subir ! Quels seuils hautains a-t-il, en tant que courtisan primitif, assiégés ! Combien de pas méprisants de grands hommes arrogants a-t-il dû précéder, dans la foule des clients, pour que par un cortège semblable, il puisse assister et le précéder avec des salutations, - un train n'attendant pas sur sa personne, mais sur sa puissance ! car il n'a pas la prétention d'être considéré pour son caractère, mais pour ses fasces. Enfin, on peut voir la fin dégradante de ces derniers, lorsque le flagorneur qui méritait d'être aimé s'en va et que l'homme qui s'y accroche, en les abandonnant, a souillé le côté exposé de l'homme qui s'est retiré dans un état privé. C'est alors que les méfaits causés à la famille-état dilapidée frappent la conscience, que les pertes qui ont épuisé la fortune sont connues, que les dépenses par lesquelles la faveur de la population a été achetée, et le souffle du peuple demandé avec des suppliques inconstantes et vides de sens. Assurément, c'était une vantardise vaine et insensée que d'avoir voulu exposer, dans la satisfaction d'un spectacle décevant, ce que le peuple ne recevrait pas et ce qui ruinerait les magistrats.

12. Mais ceux, en outre, que vous considérez comme riches, qui ajoutent des forêts aux forêts, et qui, excluant les pauvres de leur voisinage, étendent leurs champs loin dans l'espace sans aucune limite, qui possèdent d'immenses amas d'argent et d'or et de puissantes sommes d'argent, soit en tas, soit dans des magasins enterrés, - même au milieu de leurs richesses, ils sont mis en pièces par l'anxiété d'une vague pensée, de peur que le voleur ne gâte, de peur que le meurtrier n'attaque, de peur que l'envie de quelque voisin plus riche ne devienne hostile, et ne les harcèle par des procès malveillants. Un tel individu ne jouit d'aucune sécurité, ni dans sa nourriture, ni dans son sommeil. Au milieu du banquet, il soupire, bien qu'il boive dans une coupe à bijoux ; et quand son lit luxueux a enveloppé son corps, langoureux de festin, dans sa poitrine souple, il se couche, éveillé, au milieu du duvet ; et il ne perçoit pas non plus, pauvre malheureux, que ces choses ne sont que des tourments dorés, qu'il est tenu en esclavage par son or, et qu'il est l'esclave de son luxe et de sa richesse plutôt que leur maître. Et oh, l'odieux aveuglement de la perception, et l'obscurité profonde de l'avidité insensée ! Bien qu'il puisse se décharger et se débarrasser de la charge, il continue plutôt à ruminer sa richesse vexante, - il continue à s'accrocher obstinément à ses amas tourmentés. De lui, il n'y a pas de libéralité envers les personnes à charge, pas de communication avec les pauvres. Et pourtant, ces gens appellent leur propre argent, qu'ils gardent avec un travail jaloux, enfermé chez eux comme s'il appartenait à un autre, et dont ils ne tirent aucun bénéfice, ni pour leurs amis, ni pour leurs enfants, ni, in fine, pour eux-mêmes. Leur possession se résume à cela, qu'ils peuvent empêcher les autres de la posséder ; et oh, quelle merveilleuse perversion des noms ! ils appellent ces choses des biens, qu'ils ne mettent absolument qu'à mauvais escient.

13. Ou bien pensez-vous que même ceux-là sont en sécurité, - que ceux-là au moins sont en sécurité avec une certaine permanence stable parmi les chapelles d'honneur et les vastes richesses, qu'entoure, dans l'éclat des palais royaux, la sauvegarde des armes vigilantes ? Ils ont plus peur que les autres. Un homme est contraint de craindre non moins qu'il ne craint. L'exaltation inflige ses peines aux plus puissants, bien qu'elle puisse être couverte par des bandes de satellites et qu'elle puisse protéger sa personne grâce à l'enceinte et à la protection d'une nombreuse suite. Même s'il ne permet pas à ses inférieurs de se sentir en sécurité, il est inévitable qu'il souhaite lui-même ce sentiment de sécurité. Le pouvoir de ceux que le pouvoir rend terribles aux autres, est avant tout terrible pour eux-mêmes. Il sourit pour se mettre en colère, il cajole pour tromper, il incite à tuer, il s'élève pour jeter à terre. Avec une certaine usure de la malice, plus la hauteur de la dignité et des honneurs atteints est grande, plus l'intérêt de la sanction requise est grand.

14. Ainsi donc, l'unique tranquillité paisible et digne de confiance, l'unique sécurité solide, ferme et constante, c'est que l'homme se retire de ces tourbillons d'un monde qui le distrait et, ancré sur le sol du port du salut, qu'il lève les yeux de la terre vers le ciel ; et ayant été admis au don de Dieu, et étant déjà très proche de son Dieu dans l'esprit, il peut se vanter que tout ce que, dans les affaires humaines, les autres estiment élevé et grand, se trouve tout entier sous sa conscience. Celui qui est en fait plus grand que le monde ne peut rien désirer, ne peut rien désirer, du monde. Quelle stabilité, quelle protection contre les chocs, quelle protection céleste dans ses bienfaits éternels, pour être libéré des pièges de ce monde enchevêtré, pour être purgé des déchets terrestres, et pour être adapté à la lumière de l'immortalité éternelle ! Il verra quels méfaits astucieux de l'ennemi qui nous a précédemment attaqués ont été commis contre nous. Nous sommes contraints d'avoir plus d'amour pour ce que nous serons, en étant autorisés à connaître et à condamner ce que nous étions. Pour cela, il n'est pas non plus nécessaire de payer un prix, que ce soit sous forme de corruption ou de travail ; de sorte que l'élévation de l'homme, sa dignité ou sa puissance doivent être engendrées en lui par un effort élaboré ; mais c'est un don gratuit de Dieu, et il est accessible à tous. Comme le soleil brille spontanément, comme le jour donne de la lumière, comme la fontaine coule, comme la douche produit de l'humidité, ainsi l'Esprit céleste s'infuse en nous. Lorsque l'âme, dans son regard vers le ciel, a reconnu son Auteur, elle s'élève plus haut que le soleil, et transcende de loin toute cette puissance terrestre, et commence à être ce qu'elle croit être.

15. Mais vous, que la guerre céleste a enrôlés dans le camp spirituel, n'observez-vous qu'une discipline non corrompue et châtiée dans les vertus de la religion. Soyez constant aussi bien dans la prière que dans la lecture ; maintenant, parlez avec Dieu, maintenant, laissez Dieu vous parler, laissez-le vous instruire dans ses préceptes, laissez-le vous diriger. Celui qu'Il a enrichi, nul ne le rendra pauvre ; car, en effet, il ne peut y avoir de pauvreté pour celui dont le sein a été jadis pourvu d'une nourriture céleste. Les plafonds enrichis d'or, et les maisons ornées de mosaïques de marbre de grande valeur, vous sembleront méchants, maintenant que vous savez que c'est vous qui êtes plutôt à perfectionner, vous qui êtes plutôt à parer, et que cette demeure dans laquelle Dieu a habité comme dans un temple, dans laquelle le Saint-Esprit a commencé à faire sa demeure, est plus importante que toutes les autres. Embellissons cette maison avec les couleurs de l'innocence, illuminons-la avec la lumière de la justice : elle ne tombera jamais en décrépitude avec l'usure du temps, ni ne sera souillée par la ternissure des couleurs de ses murs, ni de son or. Ce qui est artificiellement embelli périt ; et ce qui ne contient pas la réalité de la possession ne donne aucune assurance durable à ses possesseurs. Mais cela reste dans une beauté perpétuellement vivante, dans un honneur parfait, dans une splendeur permanente. Il ne peut ni se décomposer ni être détruit ; il ne peut être façonné dans une plus grande perfection que lorsque le corps y retourne.

16. Ces choses, très cher Donatus, brièvement pour le présent. Car si ce que vous entendez avec profit réjouit votre patience, votre indulgence, votre esprit équilibré et votre foi assurée - et rien n'est plus agréable à vos oreilles que ce qui vous est agréable en Dieu -, mais comme nous sommes associés en tant que voisins et que nous sommes susceptibles de parler ensemble fréquemment, nous devons faire preuve d'une certaine modération dans notre conversation ; et puisque c'est un repos de vacances, et un temps de loisir, tout ce qui reste du jour, maintenant que le soleil s'incline vers le soir, passons-le dans l'allégresse, et que même l'heure du repas ne soit pas sans grâce céleste. Que le repas tempéré résonne de psaumes ; et comme ta mémoire est tenace et ta voix musicale, entreprends cet office, comme tu en as l'habitude. Vous procurerez un meilleur divertissement à vos amis les plus chers, si, alors que nous avons quelque chose de spirituel à écouter, la douceur de la musique religieuse charme nos oreilles.



ÉPÎTRE II

DU CLERGÉ ROMAIN AU CLERGÉ CARTHAGINOIS, SUR LE DÉPART À LA RETRAITE DU BIENHEUREUX CYPRIEN


Le clergé romain avait appris de Crémentius le sous-diacre, qu'au temps de la persécution, Cyprien s'était retiré. C'est pourquoi, avec leur zèle habituel pour la foi, ils rappellent au clergé carthaginois leur devoir, et leur indiquent ce qu'ils doivent faire en cas de défaillance, pendant l'intervalle de l'absence de l'évêque.


1. Nous avons été informés par Crémentius, le sous-diacre, qui nous est venu de votre part, que le bienheureux père Cyprien s'est retiré pour une certaine raison ; "en faisant ce qu'il a fait à juste titre, parce qu'il est une personne éminente et parce qu'un conflit est imminent", ce que Dieu a permis dans le monde, afin de coopérer avec ses serviteurs dans leur lutte contre l'adversaire, et était, de plus, disposé à ce que ce conflit montre aux anges et aux hommes que le vainqueur sera couronné, tandis que le vaincu recevra en lui-même le malheur qui nous a été manifesté. Puisque, de plus, il nous incombe, à nous qui semblons être placés en haut, à la place d'un berger, de veiller sur le troupeau ; si nous sommes trouvés négligents, il nous sera dit, comme il a été dit aussi à nos prédécesseurs qui, dans une si sage négligence, avaient été placés en charge, que "nous n'avons pas cherché ce qui était perdu, et nous n'avons pas corrigé le vagabond, et nous n'avons pas lié ce qui était brisé, mais nous avons mangé leur lait, et nous avons été vêtus de leur laine ; "Le Seigneur lui-même, en accomplissant ce qui est écrit dans la loi et les prophètes, enseigne en disant : "Je suis le bon pasteur, qui donne ma vie pour les brebis. Mais le mercenaire, à qui n'appartiennent pas les brebis, voit venir le loup, et laisse les brebis, et s'enfuit, et le loup les disperse". A Simon aussi, il parle ainsi : "M'aimes-tu ?" Il répond : "Je t'aime. Il lui dit : "Pais mes brebis." Nous savons que cette parole est née des circonstances mêmes de son retrait, et les autres disciples ont fait de même.

2. Nous ne voulons donc pas, frères bien-aimés, que vous soyez trouvés mercenaires, mais nous désirons que vous soyez de bons bergers, car vous savez qu'aucun danger ne vous menace si vous n'exhortez pas nos frères à rester fermes dans la foi, afin que la fraternité ne soit pas absolument déracinée, comme étant de ceux qui se précipitent tête baissée dans l'idolâtrie. Ce n'est pas non plus en paroles seulement que nous vous exhortons à cela ; mais vous pourrez constater par de très nombreuses personnes qui vous viennent de chez nous, que, Dieu nous bénissant, nous avons fait et faisons encore toutes ces choses nous-mêmes avec toute l'anxiété et le risque mondain, ayant sous les yeux plutôt la crainte de Dieu et les souffrances éternelles que la crainte des hommes et un malaise de courte durée, n'abandonnant pas les frères, mais les exhortant à tenir ferme dans la foi, et à être prêts à aller avec le Seigneur. Et nous avons même rappelé ceux qui s'élevaient pour faire ce à quoi ils étaient contraints. L'Église est dans la foi, bien que certains aient été poussés à la chute par une terreur extrême, qu'ils soient des personnalités éminentes ou qu'ils aient eu peur, lorsqu'ils ont été saisis, de la peur de l'homme : nous n'avons pas abandonné ces personnes, bien qu'elles aient été séparées de nous, mais nous les avons exhortées, et nous les exhortons, à se repentir, si de quelque manière que ce soit elles peuvent recevoir le pardon de Celui qui est en mesure de l'accorder ; de peur, heureusement, que si elles devaient être abandonnées par nous, elles ne s'aggravent.

3. Vous voyez donc, frères, que vous devez faire de même, afin que même ceux qui sont tombés puissent, par votre exhortation, se corriger, et que, s'ils sont à nouveau saisis, ils puissent se confesser et se racheter ainsi de leur péché antérieur. Et il y a d'autres choses qui vous incombent, que nous avons également ajoutées ici, comme le fait que si quelqu'un qui est tombé dans cette tentation commence à être pris de maladie, et se repent de ce qu'il a fait, et désire la communion, elle devrait lui être accordée. Ou bien si vous avez des veuves ou des grabataires qui ne peuvent pas subvenir à leurs besoins, ou encore des personnes qui sont en prison ou qui sont exclues de leur propre logement, ceux-ci devraient dans tous les cas avoir quelqu'un pour les soigner. De plus, les catéchumènes, lorsqu'ils sont malades, ne doivent pas être trompés, mais il faut leur apporter une aide. Et, ce qui est de la plus haute importance, si les corps des martyrs et d'autres personnes ne sont pas enterrés, un risque considérable est encouru par ceux dont le devoir est d'exercer cette fonction. Quel que soit votre choix, et quelle que soit l'occasion où vous avez accompli cette tâche, nous sommes sûrs qu'il est considéré comme un bon serviteur, comme un fidèle, et qu'il sera nommé gouverneur de dix villes. Que Dieu, cependant, qui donne à ceux qui espèrent en lui toutes choses, nous accorde que nous puissions tous être trouvés dans ces œuvres. Les frères liés vous saluent, ainsi que les anciens, et toute l'Église, qui elle-même veille avec la plus grande inquiétude sur tous ceux qui invoquent le nom du Seigneur. Nous vous prions également de nous rappeler à votre tour. Sachez, en outre, que Bassianus est venu à nous ; et nous vous demandons, à vous qui avez du zèle pour Dieu, d'envoyer une copie de cette lettre à qui vous pourrez, selon les occasions qui se présenteront à vous, ou de faire vos propres occasions, ou d'envoyer un message, afin qu'ils tiennent bon et restent fermes dans la foi. Nous vous disons, frères bien-aimés, adieu de tout cœur.



ÉPÎTRE III

AUX PRESBYTRES ET DIACRES RÉSIDANT À ROME. 250 APRÈS J.C.


Il s'agit d'une épître familière et amicale, qui n'exige pas d'argument formel, d'autant plus qu'elle peut être suffisamment tirée du titre lui-même. La lettre du clergé romain, à laquelle Cyprien répond, est manquante.


1. Cyprien aux anciens et aux diacres, frères demeurant à Rome, envoie, salut. Alors que le compte rendu du départ de l'excellent homme, mon collègue, était encore incertain parmi nous, mes frères bien-aimés, et que j'hésitais d'une manière douteuse dans mon opinion sur la question, j'ai reçu une lettre que vous m'avez envoyée de la part du sous-diacre Crémence, dans laquelle j'étais très abondamment informé de sa glorieuse fin ; et je me suis réjoui grandement que, en harmonie avec l'intégrité de son administration, une honorable consommation l'ait également fréquenté. En outre, je vous félicite vivement d'honorer sa mémoire par un témoignage si public et si illustre, de sorte que vous me faites connaître, par votre intermédiaire, non seulement ce qui vous est glorieux en rapport avec la mémoire de votre évêque, mais aussi ce qui devrait m'offrir un exemple de foi et de vertu. Car, dans la mesure où la chute d'un évêque est un événement qui tend à ruiner la chute de ses fidèles, il est en revanche utile et utile qu'un évêque, par la fermeté de sa foi, se présente à ses frères comme un objet d'imitation.

2. J'ai d'ailleurs lu une autre épître, dans laquelle ni la personne qui a écrit ni les personnes à qui elle a été écrite n'étaient clairement déclarées ; et dans la mesure où, dans la même lettre, tant l'écriture que la matière, et même le papier lui-même, me donnaient l'idée que quelque chose avait été enlevé, ou avait été changé par rapport à l'original, je vous ai renvoyé l'épître telle qu'elle m'est parvenue, afin que vous puissiez examiner si c'est bien celle que vous avez donnée à Crémence, le sous-diacre, pour qu'il la porte. Car c'est une chose très grave si la vérité d'une lettre cléricale est corrompue par un mensonge ou une tromperie. Pour que nous puissions le savoir, vérifiez donc si l'écriture et l'abonnement vous appartiennent, et écrivez-moi à nouveau pour me dire la vérité. Je vous fais mes adieux, chers frères, de tout cœur.



ÉPÎTRE IV

AUX PRESBYTRES ET AUX DIACRES


Argument : Chypre exhorte son clergé à quitter son lieu de retraite, à s'unir en son absence, à ne rien vouloir aux prisonniers ou au reste des pauvres, et à faire en sorte que les gens restent calmes, de peur que, s'ils se précipitent dans la foule pour rendre visite aux martyrs en prison, ce privilège ne leur soit finalement interdit. 250 APRÈS J.C.


1. Cyprian aux presbytres et aux diacres, ses frères bien-aimés, salut. Etant par la grâce de Dieu en sécurité, mes frères bien-aimés, je vous salue, me réjouissant d'être informé de la prospérité de toutes choses en ce qui concerne votre sécurité aussi ; et comme l'état du lieu ne me permet pas d'être avec vous maintenant, je vous prie, par votre foi et votre religion, d'y exercer votre propre fonction et la mienne, afin que rien ne manque ni de discipline ni de diligence. En ce qui concerne les moyens, d'ailleurs, pour faire face aux dépenses, que ce soit pour ceux qui, ayant confessé leur Seigneur d'une voix glorieuse, ont été mis en prison, ou pour ceux qui travaillent dans la pauvreté et le besoin, et qui tiennent encore ferme dans le Seigneur, je supplie que rien ne manque, puisque la totalité de la petite somme qui a été recueillie là a été distribuée parmi le clergé pour des cas de ce genre, que beaucoup puissent avoir des moyens d'où ils pourraient aider les nécessités et les charges des individus.

2. Je vous prie également de ne pas manquer, de votre part, de sagesse et de prudence pour préserver la paix. Car si les frères sont désireux, par leur affection, d'approcher et de visiter ces bons confesseurs, sur lesquels, par leurs glorieux débuts, la considération divine a déjà jeté un éclairage, je pense que cet empressement doit être cédé avec prudence, et non pas à la foule - pas en nombre rassemblé d'un seul coup, de peur que cette même chose ne suscite des malheurs et que les moyens d'accès ne soient refusés, et ainsi, alors que nous souhaitons insatiablement tout, nous perdons tout. Prenez donc conseil et veillez à ce que cela soit géré avec plus de sécurité et avec modération, afin que les presbytres aussi, qui s'offrent avec les confesseurs, puissent à tour de rôle s'occuper individuellement des diacres ; car, en changeant ainsi les personnes et en variant les personnes qui se réunissent, la suspicion diminue. Car, doux et humbles en toutes choses, comme il convient aux serviteurs de Dieu, nous devons nous adapter aux temps, et veiller à la tranquillité et à la considération du peuple. Je vous dis, frères, bien-aimés et très désirés, toujours de bon cœur, adieu ; et souvenez-vous de moi. Saluez toute la fraternité. Victor le diacre, et ceux qui sont avec moi, vous saluent. Adieu !



ÉPÎTRE V

AUX PRESBYTRES ET AUX DIACRES


L'argument de cette lettre est presque le même que celui de la précédente, sauf que l'auteur demande aux confesseurs d'être également réprimandés par le clergé dans leur devoir, de faire preuve d'humilité et d'obéir aux prêtres et aux diacres. Sa propre retraite fournit d'ailleurs une occasion pour cela.


1. Cyprian aux presbytres et aux diacres, ses frères, salut. J'avais en effet souhaité, frères bien-aimés, par cette lettre, saluer l'ensemble de mon clergé dans la santé et la sécurité. Mais comme la tempête qui a, dans une large mesure, submergé mon peuple, a, en outre, ajouté à mes peines ce renforcement, qu'elle a touché de sa désolation même une partie du clergé, je prie le Seigneur que, par la miséricorde divine, je puisse par la suite vous saluer en tout état de cause comme des gens sains et saufs, qui, comme je l'ai appris, tiennent bon à la fois dans la foi et dans la vertu. Et bien que certaines raisons puissent sembler me pousser au devoir de me hâter de venir vous voir, tout d'abord, par exemple, à cause de mon empressement et de mon désir pour vous, qui est la principale considération dans mes prières, et ensuite, afin que nous puissions nous consulter sur les questions qui sont requises par l'avantage général, en ce qui concerne le gouvernement de l'Église, et après les avoir examinées attentivement avec de nombreux conseils, nous pourrions les arranger sagement ; -... mais il m'a semblé préférable, tout de même, de préserver ma retraite et mon calme pendant un certain temps, en vue d'autres avantages liés à la paix et à la sécurité de nous tous : ... dont notre bien-aimé frère Tertullien vous rendra compte, lui qui, outre les autres soins qu'il accorde avec zèle aux travaux divins, est d'ailleurs l'auteur de ce conseil ; que je sois prudent et modéré, et que je ne me fie pas trop à la vue du public ; et surtout que je me méfie de ce lieu où l'on m'a si souvent demandé et recherché.

2. C'est pourquoi, m'appuyant sur votre amour et votre piété, que je connais bien, je vous exhorte et vous ordonne, dans cette lettre, que ceux d'entre vous dont la présence y est la moins suspecte et la moins périlleuse, s'acquittent à ma place de mon devoir, en faisant ce qui est nécessaire pour l'administration religieuse. En attendant, que les pauvres soient soignés autant et aussi bien que possible ; mais surtout ceux qui ont tenu bon avec une foi inébranlable et n'ont pas abandonné le troupeau du Christ, que, par votre diligence, des moyens leur soient fournis pour leur permettre de supporter leur pauvreté, afin que ce que le temps troublé n'a pas fait en ce qui concerne leur foi, ne soit pas accompli par manque en ce qui concerne leurs afflictions. Qu'une attention plus sincère soit, en outre, accordée aux glorieux confesseurs. Et bien que je sache que beaucoup d'entre eux ont été entretenus par le vœu et par l'amour des frères, s'il y en a qui manquent de vêtements ou d'entretien, qu'on leur fournisse tout ce qui est nécessaire, comme je vous l'ai écrit précédemment, pendant qu'ils étaient encore en prison, - seulement qu'ils le sachent de votre part et qu'ils soient instruits, et qu'ils apprennent quoi, selon l'autorité de l'Ecriture, la discipline de l'Église exige d'eux qu'ils soient humbles, modestes et pacifiques, qu'ils maintiennent l'honneur de leur nom, afin que ceux qui ont atteint la gloire par ce qu'ils ont témoigné, puissent atteindre la gloire aussi par leurs caractères, et en toutes choses recherchant l'approbation du Seigneur, puissent se montrer dignes, en consommant leur louange, d'atteindre une couronne céleste. Car il reste plus que ce qui est encore à accomplir, puisqu'il est écrit : "Ne loue personne avant sa mort", et encore : "Sois fidèle jusqu'à la mort, et je te donnerai une couronne de vie". Et le Seigneur dit aussi : "Celui qui persévère jusqu'à la fin, celui-là sera sauvé." Qu'ils imitent le Seigneur, qui au moment même de sa passion n'était pas plus fier, mais plus humble. Car alors Il a lavé les pieds de Ses disciples, en disant : "Si moi, votre Seigneur et Maître, je vous ai lavé les pieds, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres. Car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme moi je vous ai fait. Qu'ils suivent aussi l'exemple de l'apôtre Paul qui, après avoir été emprisonné à maintes reprises, après avoir été flagellé, après avoir été exposé aux bêtes sauvages, en toute chose a continué à être doux et humble ; et même après son enlèvement au troisième ciel et au paradis, il ne s'est pas arrogé quoi que ce soit avec orgueil en disant : "Nous n'avons mangé le pain de personne pour rien, mais nous avons travaillé et travaillé nuit et jour, afin de n'être à la charge d'aucun de vous.

3. Je vous prie de suggérer ces quelques points à nos frères. Et comme "celui qui s'humilie sera exalté", c'est le moment où ils devraient plutôt craindre l'adversaire qui s'attaque plus volontiers à l'homme le plus fort, et qui, devenant plus virulent, pour la raison même qu'il est conquis, s'efforce de vaincre son conquérant. Que le Seigneur me permette de les revoir bientôt tous les deux et, par une salutaire exhortation, d'établir leur esprit pour préserver leur gloire. Car je suis affligé lorsque j'entends que certains d'entre eux courent avec méchanceté et fierté, et se livrent à des folies ou à des discordes ; que des membres du Christ, et même des membres qui ont confessé le Christ, sont souillés par des concubinages illégaux, et ne peuvent être gouvernés ni par des diacres ni par des presbytres, mais font que, par les caractères méchants et mauvais de quelques-uns, les gloires honorables de beaucoup et les bons confesseurs sont ternies ; qu'ils doivent craindre, de peur d'être exclus de leur communauté, condamnés par leur témoignage et leur jugement. Voilà enfin l'illustre et véritable confesseur, dont l'Église ne rougit pas par la suite, mais dont elle se glorifie.

4. En ce qui concerne ce que nos confrères Donatus et Fortunatus, Novatus et Gordius m'ont écrit, je n'ai pas pu répondre par moi-même, car, dès le début de mon épiscopat, je me suis décidé à ne rien faire de mon propre chef, sans votre avis et sans le consentement du peuple. Mais dès que, par la grâce de Dieu, je serai venu chez vous, nous discuterons en commun, selon notre dignité respective, des choses qui ont été faites ou qui doivent être faites. Je vous dis, frères bien-aimés et très désirés, adieu de tout cœur et faites attention à moi. Saluez sincèrement de ma part la fraternité qui vous accompagne et dites-leur de se souvenir de moi. Adieu.



ÉPÎTRE VI

À ROGATIANUS LE PRESBYTRE, ET AUX AUTRES CONFESSEURS. 250 APRÈS J.C.


Il exhorte Rogatianus et les autres confesseurs à maintenir la discipline, afin qu'aucun de ceux qui ont confessé le Christ en paroles ne semble le renier en actes ; il s'agit d'une rébellion désinvolte de certains d'entre eux qui, étant exilés pour des raisons de foi, n'avaient pas peur de retourner sans interdiction dans leur pays.


1. Cyprian au presbytère Rogatianus, et aux autres confesseurs, ses frères, salut. J'avais jusqu'ici, tous deux, frères bien-aimés et courageux, envoyé une lettre, dans laquelle je félicitais votre foi et votre vertu par des mots exaltants, et maintenant ma voix n'a d'autre objet, tout d'abord, qu'avec un esprit joyeux, à plusieurs reprises et toujours pour annoncer la gloire de votre nom. Car que puis-je souhaiter de plus grand ou de meilleur dans mes prières que de voir le troupeau du Christ éclairé par l'honneur de votre confession ? Car si tous les frères doivent s'en réjouir, la part de l'évêque est la plus grande dans l'allégresse commune. Car la gloire de l'Église est la gloire de l'évêque. Dans la mesure où nous pleurons ceux qu'une persécution hostile a fait tomber, dans la même mesure nous nous réjouissons pour vous que le diable n'a pas pu vaincre.

2. Mais je vous exhorte par notre foi commune, par l'amour vrai et simple de mon coeur envers vous, à tenir ferme votre gloire par une vertu courageuse et persévérante, après avoir vaincu l'adversaire dans cette première rencontre. Nous sommes toujours dans le monde, nous sommes toujours sur le champ de bataille, nous nous battons chaque jour pour notre vie. Il faut veiller à ce qu'après de tels débuts, il y ait aussi une augmentation, et à ce que ce que vous avez commencé à être avec un commencement aussi béni soit consommé en vous. C'est une chose légère que d'avoir pu atteindre quoi que ce soit ; c'est plutôt de pouvoir garder ce que vous avez atteint ; de même que la foi elle-même et la naissance salvatrice rendent vivant, non pas en étant reçu, mais en étant préservé. Ce n'est pas non plus la réalisation, mais le perfectionnement, qui garde un homme pour Dieu. C'est ce que le Seigneur a enseigné dans Son instruction lorsqu'Il a dit : "Voici que tu es sauvé ; ne pèche plus, de peur qu'une chose pire ne t'arrive." Considérez qu'il a dit la même chose à son confesseur : "Tu es devenu un confesseur ; ne pèche plus, de peur qu'une chose pire ne t'arrive." Salomon, Saül et bien d'autres, tant qu'ils marchaient dans les voies du Seigneur, ont pu garder la grâce qui leur avait été donnée. Lorsque la discipline du Seigneur a été abandonnée par eux, la grâce les a également abandonnés.

3. Nous devons persévérer dans la voie droite et étroite de la louange et de la gloire ; et puisque la paix, l'humilité et la tranquillité d'une bonne vie conviennent à tous les chrétiens, selon la parole du Seigneur, qui ne regarde vers aucun autre homme que "vers le pauvre et l'esprit contrit, et qui tremble à" sa parole, il vous appartient d'autant plus, à vous, confesseurs, qui avez été faits un exemple pour le reste des frères, d'observer et d'accomplir cela, que vous êtes ceux dont les caractères doivent provoquer l'imitation de la vie et de la conduite de tous. Car, de même que les Juifs ont été aliénés de Dieu, de même que ceux à cause desquels "le nom de Dieu est blasphémé parmi les païens", de même, d'autre part, ceux qui sont chers à Dieu par leur conformité à la discipline du nom de Dieu sont déclarés avec un témoignage de louange, comme il est écrit, le Seigneur lui-même avertissant et disant : "Que votre lumière brille devant les hommes afin qu'ils voient vos bonnes œuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux. Et l'apôtre Paul dit : "Brillez comme des lumières dans le monde." Et de même, Pierre exhorte : "Comme des étrangers, dit-il, et comme des pèlerins, abstenez-vous des convoitises charnelles qui font la guerre à l'âme, en ayant une conversation honnête parmi les païens, afin que, tout en parlant contre vous comme des malfaiteurs, ils glorifient le Seigneur par vos bonnes actions qu'ils verront." C'est à cela, en effet, que la plus grande partie d'entre vous, je me réjouis de le dire, prend garde ; et, rendue meilleure par l'honneur même de votre confession, garde et préserve sa gloire par une vie tranquille et vertueuse.

4. Mais j'entends dire que certains infectent votre nombre, et détruisent les louanges d'un nom distingué par leur conversation corrompue ; que vous-mêmes, même en tant qu'amants et gardiens de vos propres louanges, devriez réprimander, vérifier et corriger. Car quel déshonneur pour votre nom, quand l'un passe ses jours dans l'ivresse et la débauche, un autre retourne dans ce pays où il a été banni, pour périr lorsqu'il est arrêté, non plus comme étant chrétien, mais comme étant criminel ! J'entends dire que certains sont gonflés d'orgueil et sont arrogants, bien qu'il soit écrit : "N'ayez pas l'esprit élevé, mais craignez : car si Dieu n'a pas épargné les branches naturelles, prenez garde qu'il ne vous épargne pas non plus". Notre Seigneur "a été conduit comme une brebis à l'abattoir ; et comme un agneau devant ses tondeurs est muet, ainsi Il n'a pas ouvert la bouche". "Je ne suis pas rebelle, dit-il, et je ne conteste pas. J'ai donné mon dos aux forgerons, et mes joues à la paume de leurs mains. Je n'ai pas caché mon visage de la saleté des crachats". Et qui ose maintenant, qui vit par et dans celui-ci, s'élever et être hautain, oublieux, aussi bien des actes qu'Il a faits, que des commandements qu'Il nous a laissés, soit par Lui-même, soit par Ses apôtres ? Mais si "le serviteur n'est pas plus grand que son Seigneur", que ceux qui suivent le Seigneur humblement et paisiblement et silencieusement marchent dans ses pas, car plus il est bas, plus il peut s'élever ; comme dit le Seigneur : "Le plus petit d'entre vous sera grand".

5. Qu'est-ce donc qu'il vous semble si exécrable - ce que j'ai appris avec une extrême angoisse et une grande tristesse - de ne pas vouloir que ceux qui souillent les temples de Dieu, et les membres sanctifiés après la confession et rendus glorieux, avec un concubinage honteux et infâme, associent leur lit à celui des femmes de façon éhontée ! Dans lequel, même s'il n'y a pas de pollution de leur conscience, il y a une grande culpabilité dans cette même chose, que par leur offense naissent des exemples pour la ruine des autres. Il ne devrait pas non plus y avoir de disputes et d'émulations parmi vous, puisque le Seigneur nous a laissé sa paix, et qu'il est écrit : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même". "Mais si vous vous mordez et vous vous rendez coupables les uns des autres, prenez garde à ne pas vous consumer les uns les autres." De même, je vous exhorte à vous abstenir de tout abus et de toute injure, car "les injures n'atteignent pas le royaume de Dieu" ; et la langue qui a confessé le Christ doit être préservée saine et pure dans son honneur. Car celui qui, selon le précepte du Christ, dit des choses paisibles, bonnes et justes, confesse chaque jour le Christ. Nous avions renoncé au monde lorsque nous avons été baptisés ; mais nous avons maintenant effectivement renoncé au monde lorsque nous avons été éprouvés et approuvés par Dieu, nous quittons tout ce que nous avons, et nous avons suivi le Seigneur, et nous nous tenons et vivons dans sa foi et sa crainte.

6. Confirmons-nous les uns les autres par des exhortations mutuelles, et avançons de plus en plus dans le Seigneur ; afin que, lorsque de sa miséricorde il aura fait la paix qu'il promet de donner, nous puissions retourner à l'Eglise des hommes nouveaux et presque changés, et être reçus, soit par nos frères, soit par les païens, en toutes choses corrigées et renouvelées pour le meilleur ; et que ceux qui autrefois admiraient notre gloire dans notre courage puissent maintenant admirer la discipline dans nos vies. Je vous fais mes adieux, frères bien-aimés, de tout coeur ; et soyez attentifs à moi.



ÉPISTOIRE VII

AU CLERGÉ, CONCERNANT LA PRIÈRE À DIEU


L'argument de la présente épître est presque le même que celui des deux précédentes, sauf qu'il exhorte dans celle-ci à une prière diligente.


1. Cyprien aux presbytres et aux diacres, ses frères, salut. Bien que je sache, mes frères bien-aimés, que la crainte que nous devons tous à Dieu nous pousse à adresser à Lui des demandes et des prières sincères, je rappelle moi-même à votre anxiété religieuse que pour apaiser et implorer le Seigneur, nous devons nous lamenter non seulement en paroles, mais aussi par des jeûnes et des larmes, et avec toute sorte d'urgence. Car nous devons percevoir et confesser que la ruine si désordonnée découlant de cette affliction, qui a en grande partie dévasté, et dévaste même encore, notre troupeau, nous a visités selon nos péchés, en ce sens que nous ne gardons pas la voie du Seigneur, ni n'observons les commandements célestes qui nous ont été donnés pour notre salut. Notre Seigneur a fait la volonté de son Père, et nous ne faisons pas la volonté de notre Seigneur ; avides de notre patrimoine et de notre gain, cherchant à satisfaire notre orgueil, nous abandonnant entièrement à l'émulation et aux querelles, négligents de simplicité et de foi, renonçant au monde en paroles seulement, et non en actes, chacun de nous se plaisant à lui-même, et déplaisant à tous les autres, - c'est pourquoi nous sommes frappés comme nous le méritons, puisqu'il est écrit : "Et le serviteur qui connaît la volonté de son maître et qui n'a pas obéi à sa volonté sera battu de plusieurs coups." Mais quels coups, quels coups ne méritons-nous pas, alors que même les confesseurs, qui devraient être un exemple de vie vertueuse pour les autres, ne maintiennent pas la discipline ? C'est pourquoi, alors qu'une vantardise exagérée et immodeste sur leur propre confession en exaspère certains, des tortures leur tombent dessus, et des tortures sans aucune cessation du bourreau, sans aucune fin de condamnation, sans aucun réconfort de la mort, - des tortures qui ne les laissent pas facilement passer à la couronne, mais les arracher à la crémaillère jusqu'à ce qu'ils les fassent abandonner leur foi, à moins que quelqu'un, enlevé par la compassion divine, ne s'en aille au beau milieu des tourments, gagnant la gloire non pas par la cessation de son supplice, mais par la rapidité de sa mort.

2. Ces choses, nous les subissons par notre propre faute et notre propre mérite, comme le jugement divin nous en a averti en disant : "S'ils abandonnent ma loi et ne marchent pas dans mes jugements, s'ils profanent mes lois et n'observent pas mes commandements, alors je visiterai leurs transgressions avec la verge, et leurs iniquités avec des coups de verge." C'est pour cette raison que nous ressentons les verges et les rayures, car nous ne plaisons pas à Dieu par de bonnes actions et nous n'expions pas nos péchés. Demandons de tout notre cœur et de tout notre esprit la miséricorde de Dieu, car Lui-même ajoute en disant : "Mais je ne leur ferai pas perdre mon amour". Demandons et nous recevrons ; et s'il y a du retard dans notre réception, puisque nous avons gravement offensé, frappons, car "à celui qui frappe aussi on ouvrira", si seulement nos prières, nos gémissements et nos larmes frappent à la porte ; et avec ceux-ci nous devons être pressants et persévérants, même si la prière est offerte avec un seul esprit.

3. Car, ce qui m'a le plus incité et contraint à vous écrire cette lettre, vous devez savoir (puisque le Seigneur a daigné la montrer et la révéler) qu'il a été dit dans une vision : "Demandez et vous obtiendrez". Puis, par la suite, que les personnes présentes furent invitées à prier pour certaines personnes qui leur étaient signalées, mais que dans leurs demandes il y avait des voix dissonantes, et des volontés en désaccord, et que cela déplaisait excessivement à Celui qui avait dit : "Demandez, et vous obtiendrez", parce que le désaccord du peuple était hors d'harmonie, et qu'il n'y avait pas de consentement des frères un et simple, et une concorde unie ; car il est écrit : "Dieu qui fait que les hommes soient unis dans une maison" ; et nous lisons dans les Actes des Apôtres : "Et la multitude de ceux qui crurent étaient d'un seul coeur et d'une seule âme. ” Et le Seigneur nous a commandé de Sa propre voix, en disant : "Voici ce que je vous ordonne : aimez-vous les uns les autres." Et encore : "Je vous le dis, si deux d'entre vous s'accordent sur la terre pour toucher ce que vous demanderez, cela vous sera accordé par mon Père qui est dans les cieux." Mais si deux personnes d'un même esprit peuvent faire autant, qu'est-ce qui pourrait être fait si l'unanimité prévalait parmi tous ? Mais si, selon la paix que notre Seigneur nous a donnée, il y avait accord entre tous les frères, nous devrions avant cela avoir obtenu de la miséricorde divine ce que nous recherchons ; et nous ne devrions pas hésiter si longtemps dans ce péril de notre salut et de notre foi. Oui, vraiment, et ces maux ne seraient pas venus sur les frères, si la fraternité avait été animée d'un seul esprit.

4. Car il a été montré aussi qu'il y avait là le père de famille, un jeune homme également assis à sa droite, qui, anxieux et un peu triste avec une sorte d'indignation, tenant son menton dans sa main droite, occupait sa place avec un regard triste. Mais un autre, debout à gauche, portait un filet qu'il menaçait de lancer pour attraper les gens qui se tenaient debout. Et quand celui qui voyait s'émerveillait de ce que cela pouvait être, on lui disait que le jeune qui était ainsi assis à droite était attristé et affligé parce que ses commandements n'étaient pas observés ; mais que celui de gauche était exulté parce que l'occasion lui était donnée de recevoir du père de famille le pouvoir de détruire. Cela s'est manifesté bien avant que la tempête de cette dévastation n'éclate. Et nous avons vu que ce qui avait été montré s'est accompli ; que, tandis que nous méprisons les commandements du Seigneur, tandis que nous n'observons pas les ordonnances salutaires de la loi qu'il a donnée, l'ennemi recevait un pouvoir de malfaisance, et qu'il écrasait, par le jet de son filet, ceux qui étaient imparfaitement armés et trop négligents pour résister.

5. Prions d'urgence et gémissons avec des pétitions continuelles. Car sachez, frères bien-aimés, qu'il n'y a pas si longtemps, on me reprochait aussi, dans une vision, que nous étions endormis dans nos prières, et que nous ne priions pas avec vigilance ; et sans doute Dieu, qui "réprimande celui qu'il aime", quand il réprimande, réprimande pour qu'il amende, amende pour qu'il préserve. C'est pourquoi nous devons rompre les liens du sommeil et prier avec urgence et vigilance, comme nous le dit l'apôtre Paul : "Continuez à prier et veillez à prier". Car les apôtres aussi ont cessé de prier jour et nuit ; et le Seigneur lui-même, maître de notre discipline et de notre exemple, a prié fréquemment et avec vigilance, comme nous le lisons dans l'Évangile : "Il sortit sur une montagne pour prier, et continua toute la nuit à prier Dieu." Et assurément, ce pour quoi Il a prié, Il l'a fait pour nous, car Il n'était pas pécheur, mais il a porté les péchés des autres. Mais Il a tellement prié pour nous, qu'à un autre endroit, nous lisons : "Et le Seigneur dit à Pierre : Voici que Satan a voulu te passer au crible comme du blé ; mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas." Mais si, pour nous et pour nos péchés, il a travaillé, veillé et prié, à combien plus forte raison devrions-nous être instantanés dans nos prières ; et, tout d'abord, prier et implorer le Seigneur lui-même, et ensuite, par lui, faire satisfaction à Dieu le Père ! Nous avons un avocat et un intercesseur pour nos péchés, Jésus-Christ le Seigneur et notre Dieu, si seulement nous nous repentons de nos péchés passés, et si nous confessons et reconnaissons nos péchés, par lesquels nous offensons maintenant le Seigneur, et pour le temps à venir, nous nous engageons à marcher dans Ses voies, et à craindre Ses commandements. Le Père nous corrige et nous protège, si nous restons fermes dans la foi tant dans les afflictions que dans les perplexités, c'est-à-dire si nous nous accrochons étroitement à Son Christ ; comme il est écrit : "Qui nous séparera de l'amour du Christ ? La tribulation, ou la détresse, ou la persécution, ou la famine, ou la nudité, ou le péril, ou l'épée ? Aucune de ces choses ne peut séparer les croyants, rien ne peut arracher ceux qui s'accrochent à son corps et à son sang. Une persécution de ce genre est un examen et une recherche du cœur. Dieu veut que nous soyons passés au crible et prouvés, comme Il a toujours prouvé Son peuple ; et pourtant, dans Ses épreuves, l'aide n'a jamais, à aucun moment, voulu des croyants.

6. Enfin, au plus petit de Ses serviteurs, bien que placé parmi de très nombreux péchés et indigne de Sa condescendance, Il a pourtant condescendu de Sa bonté envers nous à commander : "Dites-lui, dit-il, d'être en sécurité, car la paix arrive ; mais qu'entre-temps, il y a un peu de retard, afin que certains qui restent encore puissent être prouvés." Mais nous sommes avertis par ces condescendances divines concernant à la fois un régime alimentaire de réserve et un usage tempéré de la boisson ; à savoir, de peur que la séduction mondaine n'excite la poitrine maintenant élevée avec une vigueur céleste, ou de peur que l'esprit, alourdi par des festins trop abondants, ne soit moins attentif aux prières et aux supplications.

7. Il était de mon devoir de ne pas dissimuler ces questions particulières, ni de les cacher seulement dans ma propre conscience, questions par lesquelles chacun de nous peut être à la fois instruit et guidé. Et ne gardez pas pour vous cette lettre cachée entre vous, mais laissez les frères la lire. Car c'est la part de celui qui désire que son frère ne soit pas averti et instruit, d'intercepter ces paroles par lesquelles le Seigneur condescend à nous admonester et à nous instruire. Qu'ils sachent que nous sommes éprouvés par notre Seigneur, et qu'ils ne manquent jamais de cette foi par laquelle nous avons jadis cru en Lui, dans le conflit de cette affliction actuelle. Que chacun, reconnaissant ses propres péchés, repousse dès maintenant la conversation du vieil homme. "Car nul homme qui regarde en arrière en mettant sa main à la charrue n'est digne du royaume de Dieu." Et enfin, la femme de Lot, qui, lorsqu'elle a été mise au monde, s'est retournée au mépris du commandement, a perdu le bénéfice de sa fuite. Ne regardons pas ce qui est en arrière, là où le diable nous rappelle, mais ce qui est en avant, là où le Christ nous appelle. Levons les yeux vers le ciel, afin que la terre, avec ses délices et ses attraits, ne nous trompe pas. Que chacun de nous prie Dieu non seulement pour lui-même, mais pour tous les frères, comme le Seigneur nous a appris à prier, lorsqu'il s'adresse à chacun, non pas en privé, mais en leur enjoignant, lorsqu'ils prient, de prier pour tous dans une prière commune et une supplication concordante. Si le Seigneur nous voit humbles et paisibles, s'il nous voit unis les uns aux autres, s'il nous voit craintifs face à sa colère, s'il nous corrige et nous amende par la présente tribulation, il nous maintiendra à l'abri des troubles de l'ennemi. La discipline a précédé ; le pardon suivra aussi.

8. Ne cessons pas de demander, et avec la pleine foi que nous recevrons, supplions le Seigneur avec simplicité et unanimité, en priant non seulement avec des gémissements mais avec des larmes, comme il en est de ceux qui prient et qui se trouvent entre les ruines de ceux qui gémissent et les restes de ceux qui craignent, entre les multiples massacres de ceux qui cèdent et le peu de fermeté de ceux qui tiennent encore debout. Demandons que la paix soit bientôt rétablie ; que nous soyons rapidement aidés dans nos dissimulations et nos dangers ; que s'accomplissent les choses que le Seigneur daigne montrer à ses serviteurs, - la restauration de l'Eglise, la sécurité de notre salut ; après les pluies, la sérénité ; après les ténèbres, la lumière ; après les tempêtes et les tourbillons, un calme paisible ; les aides affectueuses de l'amour paternel, les grandeurs habituelles de la majesté divine, afin que le blasphème des persécuteurs soit retenu, que le repentir des personnes déchues soit renouvelé et que la foi inébranlable des persévérants soit glorieuse. Je vous dis, frères bien-aimés, adieu de tout coeur ; et souvenez-vous de moi. Saluez la fraternité en mon nom, et rappelez-leur de se souvenir de moi. Adieu.



ÉPÎTRE VIII

AUX MARTYRS ET AUX CONFESSEURS


Argument : Chypre, en félicitant les martyrs africains pour leur constance, les exhorte à persévérer en suivant l'exemple de leur collègue Mappalicus.


Cyprian aux martyrs et confesseurs en Christ notre Seigneur et en Dieu le Père, salut éternel. Je me réjouis et je suis reconnaissant, très braves et bienheureux frères, d'entendre parler de votre foi et de votre vertu, dont l'Église, notre Mère, se glorifie. Dernièrement, en effet, elle s'est glorifiée lorsque, à la suite d'une confession durable, elle a subi le châtiment qui a poussé les confesseurs du Christ à l'exil ; pourtant, la présente confession est d'autant plus illustre et plus grande dans l'honneur qu'elle est plus courageuse dans la souffrance. Le combat s'est intensifié, et la gloire des combattants s'est également accrue. La peur des tortures ne vous a pas empêché de combattre, mais les tortures elles-mêmes vous ont de plus en plus stimulé dans le conflit ; courageusement et fermement, vous êtes revenu avec un dévouement sans faille, pour lutter dans le combat le plus extrême. Parmi vous, je constate que certains sont déjà couronnés, tandis que d'autres sont même à portée de la couronne de la victoire ; mais tous ceux que le danger a enfermés dans une glorieuse compagnie sont animés à poursuivre la lutte avec une chaleur égale et commune de vertu, comme il en va des soldats du Christ dans le camp divin : afin qu'aucun attrait ne puisse tromper la fermeté incorruptible de votre foi, qu'aucune menace ne vous effraie, qu'aucune souffrance ou torture ne vous dépasse, car "plus grand est celui qui est en nous que celui qui est dans le monde" ; et la punition terrestre ne peut pas faire plus pour vous faire tomber que la protection divine pour vous relever. Cette vérité est prouvée par la lutte glorieuse des frères qui, devenus des leaders pour les autres en surmontant leurs tortures, ont donné l'exemple de la vertu et de la foi, en luttant dans la lutte, jusqu'à ce que la lutte cède, en étant vaincue. Avec quels éloges puis-je vous féliciter, frères les plus courageux ? Par quelle proclamation vocale puis-je exalter la force de votre cœur et la persévérance de votre foi ? Vous avez supporté l'examen le plus sévère par la torture, jusqu'à la glorieuse consommation, et vous n'avez pas cédé aux souffrances, mais les souffrances vous ont laissé la place. La fin des tourments, que les tortures elles-mêmes n'ont pas donnés, la couronne l'a donné. L'examen par la torture de plus en plus sévère, a continué longtemps à ce résultat, non pas pour renverser la foi inébranlable, mais pour envoyer plus rapidement les hommes de Dieu au Seigneur. La multitude de ceux qui étaient présents a vu avec admiration le concours céleste, -le concours de Dieu, le concours spirituel, la bataille du Christ,- a vu que Ses serviteurs se tenaient debout avec une voix libre, un esprit indéfectible, avec la vertu divine -déchirée, en effet, des armes de ce monde, mais croyants et armés des armes de la foi. Les torturés étaient plus courageux que les tortionnaires ; et les membres, battus et déchirés comme ils l'étaient, ont surmonté les crochets qui les pliaient et les déchiraient. Le fléau, souvent répété avec fureur, ne pouvait pas vaincre une foi invincible, même si la membrane qui enfermait les entrailles était brisée, et ce n'étaient plus les membres mais les blessures des serviteurs de Dieu qui étaient torturés. Le sang coulait pour éteindre l'incendie de la persécution, pour éteindre les flammes de la géhenne avec son gore glorieux. Oh, quel spectacle pour le Seigneur, - quel sublime, quel grand, quel acceptable aux yeux de Dieu dans l'allégeance et la dévotion de ses soldats ! Comme il est écrit dans les Psaumes, lorsque le Saint-Esprit nous parle et nous avertit immédiatement : "Précieuse aux yeux du Seigneur est la mort de ses saints." Précieuse est la mort qui a acheté l'immortalité au prix de son sang, qui a reçu la couronne de la consommation de ses vertus. Comment le Christ s'en est-il réjoui ! Combien volontiers a-t-Il combattu et vaincu en de tels serviteurs, comme le protecteur de leur foi, et en donnant aux croyants autant que celui qui prend croit qu'il reçoit ! Il était présent à Son propre concours ; Il a élevé, fortifié, animé les champions et les affirmateurs de Son nom. Et Celui qui a autrefois vaincu la mort en notre nom, la vainc toujours en nous. "Quand ils vous livreront, dit-il, ne vous inquiétez pas de ce que vous direz, car ce que vous direz vous sera donné à l'heure même. Car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit de votre Père qui parle en vous. La lutte actuelle a apporté une preuve de ce dicton. Une voix remplie de l'Esprit Saint a jailli de la bouche du martyr lorsque le très saint Mappalicus a dit au proconsul au milieu de ses tourments : "Vous verrez un combat demain". Et ce qu'il a dit avec le témoignage de la vertu et de la foi, le Seigneur l'a accompli. Un concours céleste s'est déroulé, et le serviteur de Dieu a été couronné dans la lutte du combat promis. C'est le combat que le prophète Esaïe avait prédit, en disant : "Ce ne sera pas un combat léger pour vous avec les hommes, puisque c'est Dieu qui décide du combat". Et afin de montrer ce que serait cette lutte, il ajouta les mots : "Voici qu'une vierge concevra et enfantera un fils, et vous l'appellerez du nom d'Emmanuel." C'est la lutte de notre foi dans laquelle nous nous engageons, dans laquelle nous conquérons, dans laquelle nous sommes couronnés. C'est le combat que le bienheureux Apôtre Paul nous a montré, dans lequel il nous appartient de courir et d'atteindre la couronne de gloire. "Ne savez-vous pas, dit-il, que ceux qui courent dans une course courent tous, mais qu'un seul reçoit le prix ? Courez donc pour l'obtenir." "Ils le font pour recevoir une couronne corruptible, mais nous, nous sommes incorruptibles." En outre, exposant son propre combat et déclarant qu'il devrait bientôt être lui-même un sacrifice pour l'amour du Seigneur, il dit : "Je suis maintenant prêt à être offert, et le moment de mon assomption est proche. J'ai mené un bon combat, j'ai achevé ma course, j'ai gardé la foi : désormais, une couronne de justice est dressée pour moi, que le Seigneur, le juste juge, me donnera en ce jour-là ; et non seulement à moi, mais aussi à tous ceux qui aiment son apparition". Ce combat, prédit d'avance par les prophètes, commencé par le Seigneur, mené par les apôtres, Mappalicus le promet à nouveau au proconsul en son nom propre et en celui de ses collègues. La voix fidèle ne trompa pas non plus dans sa promesse ; il exposa le combat auquel il s'était engagé, et il reçut la récompense qu'il méritait. Je ne me contente pas de vous prier, mais je vous exhorte tous à suivre ce martyr maintenant bienheureux, ainsi que les autres partenaires de cet engagement, soldats et camarades, fermes dans la foi, patients dans la souffrance, vainqueurs dans les tortures, afin que ceux qui sont unis à la fois par le lien de la confession et par le divertissement d'un donjon, puissent aussi être unis dans la consommation de leur vertu et d'une couronne céleste ; afin que vous puissiez, par votre joie, sécher les larmes de notre Mère, l'Église, qui pleure le naufrage et la mort de très nombreuses personnes, et que vous puissiez confirmer, par la provocation de votre exemple, la fermeté d'autres personnes qui se tiennent également debout. Si le combat vous appelle, si le jour de votre combat vient, engagez-vous courageusement, combattez avec constance, comme si vous saviez que vous combattez sous les yeux d'un Seigneur présent, que vous atteignez par la confession de son nom à sa propre gloire ; qui n'est pas de ceux qui ne regardent que leurs serviteurs, mais qui luttent aussi en nous, qui sont engagés eux-mêmes, qui sont aussi engagés dans les luttes de notre conflit non seulement couronnés, mais couronnés. Mais si avant le jour de votre combat, de la miséricorde de Dieu, la paix s'installe, qu'il vous reste encore la saine volonté et la glorieuse conscience. Que nul d'entre vous ne soit attristé comme s'il était inférieur à ceux qui, avant vous, ont subi des tortures, ont vaincu le monde et l'ont foulé aux pieds, et sont ainsi parvenus au Seigneur par un chemin glorieux. Car le Seigneur est le "chercheur hors des rênes et des cœurs". Il regarde à travers les choses secrètes, et il voit ce qui est caché. Pour mériter la couronne de sa part, il suffit de son propre témoignage, qui nous jugera. C'est pourquoi, frères bien-aimés, les deux cas sont aussi nobles et illustres l'un que l'autre, le premier étant plus sûr, pour nous hâter vers le Seigneur avec la consommation de notre victoire, le second plus joyeux ; un congé, après la gloire, étant reçu pour fleurir dans les louanges de l'Église. O notre bienheureuse Église, que l'honneur de la condescendance divine illumine, que le sang glorieux des martyrs rend illustre à notre époque ! Elle était blanche avant dans les œuvres des frères ; maintenant elle est devenue violette dans le sang des martyrs. Parmi ses fleurs, il ne manque ni roses ni lis. Que chacun s'efforce maintenant d'obtenir la plus grande dignité de l'un ou l'autre de ces honneurs. Qu'ils reçoivent des couronnes, soit blanches, comme celles du travail, soit violettes, comme celles de la souffrance. Dans le camp céleste, la paix comme la lutte ont leurs propres fleurs, avec lesquelles le soldat du Christ peut être couronné de gloire. Je vous dis, frères très courageux et très aimés, de toujours faire vos adieux de bon cœur dans le Seigneur ; et souvenez-vous de moi. Adieu à vous.



ÉPÎTRE IX

AU CLERGÉ, CONCERNANT CERTAINS PRESBYTÈRES QUI AVAIENT PRÉCIPITAMMENT ACCORDÉ LA PAIX AUX PERSONNES DÉCHUES AVANT QUE LA PERSÉCUTION NE SOIT APAISÉE, ET SANS LA COMPLICITÉ DES ÉVÊQUES


Argument - L'argument de cette épître est contenu dans les mots suivants de la XIV^e épître : "Aux presbytres et aux diacres", dit-il, "ne voulaient pas de la vigueur de la prêtrise, de sorte que certains, trop peu soucieux de la discipline et pressés par une précipitation brutale, qui avaient déjà commencé à communiquer avec les défunts, ont été contrôlés.


1. Cyprian aux presbytres et aux diacres, ses frères, salut. J'ai longtemps été patient, mes frères bien-aimés, espérant que mon silence indulgent profiterait à la tranquillité. Mais comme la présomption déraisonnable et téméraire de certains cherche par son audace à troubler à la fois l'honneur des martyrs, la modestie des confesseurs et la tranquillité de tout le peuple, il me revient de ne plus me taire, de peur qu'une trop grande réticence ne mette en danger tant le peuple que nous-mêmes. Car quel danger ne devrions-nous pas craindre du mécontentement du Seigneur, lorsque certains des presbytres, ne se souvenant ni de l'Évangile ni de leur propre place, et ne considérant d'ailleurs ni le jugement futur du Seigneur ni l'évêque placé maintenant sur eux, se réclament de toute l'autorité, - ce qui n'a jamais été fait en aucune manière sous nos prédécesseurs, - avec discrédit et mépris de l'évêque ?

2. Et je voudrais, si cela pouvait se faire sans le sacrifice de la sécurité de nos frères, qu'ils puissent faire valoir leur droit à toutes choses ; je pourrais dissimuler et porter le discrédit de mon autorité épiscopale, comme je l'ai toujours dissimulée et portée. Mais ce n'est pas l'occasion de dissimuler quand notre fraternité est trompée par certains d'entre vous qui, sans avoir les moyens de restaurer le salut qu'ils désirent, deviennent une pierre d'achoppement encore plus grande pour ceux qui sont tombés en désuétude. Car c'est un très grand crime que la persécution a obligé à commettre, ils savent eux-mêmes qui l'a commis ; puisque notre Seigneur et Juge a dit : "Quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux ; mais quiconque me reniera, je le renierai aussi". Et encore, il a dit : "Tous les péchés seront pardonnés aux fils des hommes, et les blasphèmes ; mais celui qui blasphémera contre le Saint-Esprit n'aura pas de pardon, mais il est coupable de péché éternel." L'apôtre béni a également dit : "Vous ne pouvez pas boire la coupe du Seigneur et la coupe des démons ; vous ne pouvez pas participer à la table du Seigneur et à la table des démons". Celui qui cache ces paroles à nos frères les trompe, car ils sont malheureux ; afin que ceux qui se repentent vraiment satisfassent Dieu, comme Père et comme miséricordieux, par leurs prières et leurs œuvres, soient séduits plus profondément pour périr ; et ceux qui s'élèvent tombent plus profondément. Car, bien que dans les petits péchés, les pécheurs peuvent faire pénitence pendant un temps déterminé, et selon les règles de la discipline, venir à la confession publique, et par imposition de la main de l'évêque et du clergé recevoir le droit de communion : maintenant que leur temps n'est pas encore accompli, que la persécution fait toujours rage, que la paix de l'Église elle-même n'est pas encore rétablie, ils sont admis à la communion, et leur nom est présenté ; et que la pénitence n'est pas encore accomplie, que la confession n'est pas encore faite, que les mains de l'évêque et du clergé ne leur sont pas encore imposées, l'eucharistie leur est donnée ; bien qu'il soit écrit : "Quiconque mangera le pain et boira la coupe du Seigneur sans en avoir la dignité, sera coupable du corps et du sang du Seigneur. ”

3. Mais maintenant, ceux qui observent si peu la loi de l'Ecriture ne sont pas coupables ; mais ceux qui sont en fonction et ne suggèrent pas ces choses à des frères, afin que, instruits par ceux qui sont placés au-dessus d'eux, ils fassent toutes choses dans la crainte de Dieu et dans l'observance donnée et prescrite par lui, seront coupables. De plus, ils exposent les bienheureux martyrs à la malveillance, et font participer les glorieux serviteurs de Dieu au prêtre de Dieu ; De sorte que, bien qu'ils m'aient adressé des lettres et demandé que leurs souhaits soient examinés et que la paix leur soit accordée, alors que notre Mère, l'Église elle-même, aurait dû d'abord recevoir la paix pour la miséricorde du Seigneur et la protection divine, ils m'ont ramené dans Son Église, méprisant l'honneur que les bienheureux martyrs avec les confesseurs me maintiennent, méprisant la loi du Seigneur et cette observance, que les mêmes martyrs et confesseurs demandent de maintenir, avant que la crainte de la persécution ne s'éteigne, avant mon retour, presque même avant le départ des martyrs, communiquer avec les déchus, leur offrir et leur donner l'eucharistie : quand bien même les martyrs, dans le feu de leur gloire, considéreraient moins attentivement les Écritures, et désireraient quelque chose de plus, ils devraient être admonestés par les suggestions des presbytres et des diacres, comme cela se faisait toujours dans le passé.

4. C'est pourquoi la réprimande divine ne cesse de nous châtier nuit et jour. Car, outre les visions de la nuit, le jour aussi, l'âge innocent des garçons est parmi nous rempli de l'Esprit Saint, voyant de leurs yeux en extase, et entendant et parlant ces choses par lesquelles le Seigneur condescend à nous avertir et à nous instruire. Et vous entendrez tout ce que le Seigneur, qui m'a ordonné de me retirer, vous ramènera. En attendant, que ceux d'entre vous qui sont téméraires, imprudents et vantards, et qui ne regardent pas l'homme, craignent au moins Dieu, sachant que, s'ils persévèrent dans la même voie, j'utiliserai cette puissance d'avertissement que le Seigneur me commande d'utiliser ; afin qu'entre-temps, ils ne puissent plus faire d'offrandes et qu'ils aient à plaider leur cause devant moi, devant les confesseurs eux-mêmes et devant tout le peuple, lorsque, avec la permission de Dieu, nous commencerons à être réunis de nouveau au sein de l'Église, notre Mère. À ce sujet, j'ai écrit aux martyrs et aux confesseurs, ainsi qu'au peuple, des lettres dont j'ai demandé qu'elles vous soient lues. Je vous souhaite, chers frères bien-aimés et désireux, de prendre congé du Seigneur de tout cœur, et je me souviens de moi. Adieu à vous.



ÉPÎTRE X

AUX MARTYRS ET AUX CONFESSEURS QUI ONT CHERCHÉ À CE QUE LA PAIX SOIT ACCORDÉE AUX PERSONNES DÉCHUES


L'occasion de cette lettre est donnée ci-dessous dans l'Épître XIV. Comme suit : "Quand j'ai découvert que ceux qui avaient pollué leurs mains et leurs bouches par des contacts sacrilèges, ou qui n'avaient pas moins infecté leur conscience avec de mauvais certificats," Etc.


1. Cyprian aux martyrs et confesseurs, ses frères bien-aimés, salut. L'angoisse de ma situation et la crainte du Seigneur me contraignent, mes braves et bien-aimés frères, à vous exhorter dans mes lettres, afin que ceux qui maintiennent avec tant de dévouement et de courage la foi du Seigneur maintiennent aussi la loi et la discipline du Seigneur. Car s'il appartient à tous les soldats du Christ d'observer les préceptes de leur chef, il vous convient plus particulièrement d'obéir à ses préceptes, dans la mesure où vous avez été rendus un exemple pour les autres, tant de vaillance que de crainte de Dieu. J'avais en effet cru que les presbytres et les diacres qui sont présents avec vous vous avertiraient et vous instruiraient plus complètement sur la loi de l'Évangile, comme cela a toujours été le cas dans le passé sous mes prédécesseurs ; de sorte que les diacres qui entraient et sortaient de la prison contrôlaient les souhaits des martyrs par leurs conseils, et par les préceptes de l'Écriture. Mais maintenant, avec une grande peine d'esprit, je comprends que non seulement les préceptes divins ne vous sont pas suggérés par eux, mais qu'ils sont même plutôt retenus, de sorte que les choses qui sont faites par vous mêmes, tant à l'égard de Dieu avec prudence, qu'à l'égard du prêtre de Dieu avec honneur, sont relâchées par certains presbytres, qui ne considèrent ni la crainte de Dieu ni l'honneur de l'évêque. Bien que vous m'ayez envoyé des lettres dans lesquelles vous demandez que vos souhaits soient examinés, et que la paix soit accordée à certains des caducs dès qu'avec la fin de la persécution, nous aurions dû commencer à rencontrer notre clergé, et à nous réunir à nouveau ; ces presbytres, contrairement à la loi de l'Evangile, contrairement aussi à votre respectueuse requête, avant que la pénitence ne soit accomplie, avant que la confession même du péché le plus grave et le plus odieux ne soit faite, avant que les évêques et le clergé ne mettent la main sur le repentant, osent offrir en leur nom, et leur donner l'eucharistie, c'est-à-dire profaner le corps sacré du Seigneur, bien qu'il soit écrit : "Quiconque mangera le pain et boira la coupe du Seigneur sans en avoir la dignité, sera coupable du corps et du sang du Seigneur. ”

2. Et à l'expiration, en effet, la grâce peut être accordée pour cette chose. Car quel mort ne s'empresserait pas d'être rendu vivant ? Qui ne serait pas désireux de parvenir à son propre salut ? Mais il est du devoir de ceux qui sont placés sur eux de respecter l'ordonnance, et d'instruire ceux qui sont pressés ou ignorants, afin que ceux qui devraient être bergers des brebis ne deviennent pas leurs bouchers. Car concéder ce qui tend à la destruction, c'est tromper. Ce n'est pas ainsi que l'on élève le caducité, mais en offensant Dieu, on le pousse davantage à la ruine. Qu'ils apprennent donc, même de vous, ce qu'ils auraient dû enseigner ; qu'ils réservent vos requêtes et vos souhaits aux évêques, et qu'ils attendent des temps mûrs et paisibles pour donner la paix à vos demandes. La première chose est que la Mère doit d'abord recevoir la paix du Seigneur, et ensuite, conformément à vos souhaits, que la paix de ses enfants soit prise en considération.

3. Et puisque j'entends, frères très courageux et bien-aimés, que vous êtes pressés par l'impudeur de certains, et que votre modestie souffre de la violence ; Je vous prie par tous les moyens que je puis vous demander, en ayant à l'esprit l'Evangile, et compte tenu de ce que vos prédécesseurs les martyrs ont concédé dans le passé, et de la prudence dont ils ont fait preuve à tous égards, de peser avec inquiétude et prudence les souhaits de ceux qui vous adressent des pétitions, car, en tant qu'amis du Seigneur, et par la suite pour exercer le jugement avec Lui, vous devez inspecter à la fois la conduite et les actes et les déserts de chacun. Vous devez également considérer les types et les qualités de leurs péchés, de peur que, dans le cas où quelque chose serait brusquement et indûment promis par vous ou fait par moi, notre Église ne commence à rougir, même devant les païens. Car nous sommes fréquemment visités et châtiés, et nous sommes avertis, afin que les commandements du Seigneur soient gardés sans corruption ni violation, ce qui, je le constate, ne cesse d'être le cas parmi vous, afin d'empêcher le jugement divin d'instruire un très grand nombre d'entre vous aussi dans la discipline de l'Église. Tout cela est possible si vous réglez les choses qui vous sont demandées en tenant compte de la religion, en percevant et en retenant ceux qui, en acceptant des personnes, soit vous rendent service en distribuant vos bénéfices, soit cherchent à tirer profit d'un commerce illégal.

4. A ce sujet, j'ai écrit au clergé et au peuple, dont j'ai demandé la lecture. Mais vous devriez également ramener et modifier cette affaire selon votre diligence, de manière à désigner nommément ceux à qui vous souhaitez que la paix soit accordée. Car j'ai entendu dire que l'on donne des certificats à certains comme on dit : "Qu'un tel soit reçu à la communion avec ses amis", ce qui n'a jamais été fait de toute façon par les martyrs pour qu'une vague et aveugle pétition nous soit faite par et par un tas de reproches. Car il ouvre une large porte pour dire : "Qu'un tel avec ses amis" ; et on peut nous en présenter vingt ou trente ou plus, qui peuvent être affirmés comme des voisins et des relations, et des affranchis et des serviteurs, de l'homme qui reçoit le certificat. Et c'est pourquoi je vous prie de désigner nommément dans le certificat ceux que vous voyez vous-mêmes, que vous avez connus, dont vous voyez la pénitence très proche de la pleine satisfaction, et de nous adresser ainsi des lettres conformes à la foi et à la discipline. Je vous dis, frères très courageux et bien-aimés, de tout cœur dans le Seigneur, adieu ; et souvenez-vous de moi. Adieu à vous.



ÉPÎTRE XI

AUX PERSONNES


La substance de cette lettre est également suggérée dans l'Épître XIV, "Parmi les gens aussi", dit-il, "J'ai fait ce que j'ai pu pour calmer leurs esprits, et je leur ai enseigné à se maintenir dans la discipline ecclésiastique".


1. Cyprian à ses frères parmi le peuple qui tient bon, saluant. Je sais de moi-même, frères bien-aimés, que vous pleurez et que vous vous affligez de la chute de nos frères, qui pleurent aussi avec vous et qui s'affligent pour chacun, et qui souffrent et ressentent ce que le saint apôtre a dit : "Qui est faible, dit-il, et je ne suis pas faible ? Qui est offensé, et je ne brûle pas ? Et de nouveau, il l'a consigné dans son épître, en disant : "Qu'un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; ou qu'un membre se réjouisse, tous les membres se réjouissent avec lui." Je compatis donc avec vous dans votre souffrance et votre chagrin, pour nos frères qui, tombés prostrés sous la gravité de la persécution, nous ont infligé une douleur semblable par leurs blessures, dans la mesure où ils nous arrachent avec elles une partie de nos entrailles, - à ces dernières la miséricorde divine est capable d'apporter la guérison. Mais je ne pense pas qu'il faille se hâter, ni que rien ne doive être fait de manière imprudente et immature, de peur que, pendant que la paix est saisie, l'indignation divine ne soit plus sérieusement engagée. Les bienheureux martyrs m'ont écrit au sujet de certaines personnes, demandant que leur volonté soit examinée. Lorsque, dès que la paix nous aura été donnée par le Seigneur, nous commencerons à retourner dans l'Église, alors les souhaits de chacun seront examinés en votre présence et avec votre jugement.

2. J'entends cependant que certains presbytres, sans se soucier de l'Evangile ni considérer ce que les martyrs m'ont écrit, ni réserver à l'évêque l'honneur de son sacerdoce et de sa dignité, ont déjà commencé à communiquer avec les défunts, à offrir en leur nom et à leur donner l'eucharistie, quand il était opportun qu'ils en arrivent là en temps voulu. Car, comme pour les petits péchés qui ne sont pas commis contre Dieu, la pénitence peut être accomplie dans un temps déterminé, et la confession peut être faite avec enquête sur la vie de celui qui accomplit la pénitence, et personne ne peut communier sans que les mains de l'évêque et du clergé ne lui soient d'abord imposées ; combien plus faut-il que toutes ces choses soient observées avec prudence et modération, selon la discipline du Seigneur, dans ces péchés les plus graves et les plus extrêmes ! Cet avertissement, en effet, nos presbytres et nos diacres auraient dû vous le donner, afin qu'ils chérissent les brebis confiées à leurs soins, et que, par l'autorité divine, ils les instruisent sur la manière d'obtenir le salut par la prière. Je suis conscient de la tranquillité et de la crainte de notre peuple, qui veillerait à satisfaire et à déprécier la colère de Dieu, à moins que certains des prêtres, pour les satisfaire, ne les aient trompés.

3. Vous donc, vous-mêmes, guidez-les chacun, et contrôlez les esprits des déchus par des conseils et par votre propre modération, selon les préceptes divins. Que personne ne cueille les fruits non mûrs à un moment encore prématuré. Que personne ne commette son navire, brisé par les vagues, à nouveau en eau profonde, avant de l'avoir soigneusement réparé. Que personne ne se hâte d'accepter et de mettre une tunique de location, à moins qu'il ne l'ait vue réparée par un ouvrier habile et qu'il l'ait reçue arrangée par le foulonnier. Qu'ils supportent avec patience mon conseil, je vous en prie. Qu'ils attendent mon retour, afin que lorsque, par la miséricorde de Dieu, je viendrai chez vous, je puisse, avec beaucoup de mes coévêques, être convoqué selon la discipline du Seigneur, en présence des confesseurs, et avec votre avis également, examiner les lettres et les souhaits des bienheureux martyrs. À ce sujet, j'ai écrit au clergé et aux martyrs et confesseurs, et je leur ai demandé de vous lire ces deux lettres. Je vous dis, frères bien-aimés et très désirés, adieu de tout cœur dans le Seigneur ; et souvenez-vous de moi. Adieu à vous.



ÉPÎTRE XII

AU CLERGÉ, EN CE QUI CONCERNE LES DÉFUNTS ET LES CATÉCHUMÈNES, QU'ILS NE DOIVENT PAS ÊTRE LAISSÉS SANS SURINTENDANCE


Le fardeau de cette lettre, comme celui de la suivante, se trouve ci-dessous dans la XIV^e Épître. "Mais par la suite, dit-il, lorsque certains d'entre eux, de leur propre gré ou à la suggestion d'un autre, ont rompu avec Forth par une demande audacieuse, comme s'ils s'efforçaient, par un effort violent, d'extorquer la paix qui leur avait été promise par les martyrs et les confesseurs," etc.


1. Cyprian aux presbytres et aux diacres, ses frères, saluant. Je m'étonne, mes frères bien-aimés, que vous n'ayez rien répondu à mes nombreuses lettres que je vous ai fréquemment adressées, bien qu'aussi bien l'avantage que le besoin de notre fraternité serait certainement mieux assuré si, recevant des informations de votre part, je pouvais enquêter avec précision et donner des conseils sur la gestion des affaires. Mais comme je vois qu'il n'y a pas encore de possibilité de venir chez vous, et que l'été a déjà commencé - une saison perturbée par des maladies continuelles et lourdes - je pense qu'il faut s'occuper de nos frères ; -que ceux qui ont reçu des certificats des martyrs, et qui peuvent être assistés par leur privilège auprès de Dieu, s'ils devaient être saisis de quelque malheur et péril de maladie, devraient, sans attendre ma présence, devant tout presbytre qui pourrait être présent, ou si un presbytre n'est pas trouvé et que la mort commence à être imminente, avant même qu'un diacre ne puisse confesser son péché, afin qu'avec l'imposition des mains pour la repentance, il vienne au Seigneur avec la paix que les martyrs ont voulu, par leurs lettres, leur accorder.

2. Chéris aussi par ta présence le reste du peuple qui est déchu, et réjouis-les par ta consolation, afin qu'ils ne manquent pas de la foi et de la miséricorde de Dieu. Car ceux qui ont persévéré dans les bonnes oeuvres avec douceur, humilité et une vraie pénitence ne seront pas abandonnés par l'aide et l'assistance du Seigneur ; mais le remède divin leur sera accordé aussi. Aux auditeurs aussi, s'il y en a qui sont dépassés par le danger et placés près de la mort, que votre vigilance ne fasse pas défaut ; que la miséricorde du Seigneur ne soit pas refusée à ceux qui implorent la faveur divine. Je vous dis, frères bien-aimés, adieu de tout coeur ; et souvenez-vous de moi. Saluez toute la fraternité en mon nom, et rappelez-leur et demandez leur de se souvenir de moi. Adieu à vous.



ÉPÎTRE XIII

AU CLERGÉ, CONCERNANT CEUX QUI SONT PRESSÉS DE RECEVOIR LA PAIX. 250 APRÈS J.C.


Argument : la paix doit être obtenue par la pénitence, et la pénitence est réalisée par le respect des commandements. Ceux qui sont opprimés par la maladie, s'ils sont soulagés par les souffrances des martyrs, peuvent être admis à la paix ; mais d'autres doivent être maintenus en arrière jusqu'à ce que la paix de l'Eglise soit assurée.


1. Cyprian aux presbytres et aux diacres, ses frères, salut. J'ai lu votre lettre, frères bien-aimés, dans laquelle vous écrivez que votre sain conseil n'a pas voulu à nos frères, que, mettant de côté toute précipitation téméraire, ils manifestent une patience religieuse envers Dieu, afin que lorsque par sa miséricorde nous nous réunirons, nous puissions débattre de toutes sortes de choses, selon la discipline de l'Église, d'autant plus qu'il est écrit : "Souviens-toi d'où tu es tombé, et repens-toi. Maintenant il se repent, lui qui, se souvenant du précepte divin, avec douceur et patience, et obéissant aux prêtres de Dieu, mérite bien du Seigneur par son obéissance et ses œuvres justes.

2. Cependant, comme vous avez laissé entendre que certains d'entre eux sont irritables, qu'ils désirent ardemment être reçus en communion, et que vous avez souhaité que je vous donne une règle à ce sujet, je pense avoir suffisamment écrit à ce sujet dans la dernière lettre qui vous a été envoyée, que ceux qui ont reçu un certificat des martyrs, et qui peuvent être assistés par leur aide auprès du Seigneur en ce qui concerne leurs péchés, s'ils commencent à être opprimés par une maladie ou un risque quelconque ; lorsqu'ils se sont confessés et que vous leur avez imposé les mains en reconnaissance de leur pénitence, doivent être remis au Seigneur avec la paix que leur ont promise les martyrs. Mais d'autres qui, sans avoir reçu aucun certificat des martyrs, sont envieux (puisque ce n'est pas la cause de quelques-uns, ni d'une seule église, ni d'une seule province, mais du monde entier), doivent attendre, dans la dépendance de la protection du Seigneur, la paix publique de l'Église elle-même. Car il convient à la modestie et à la discipline, et même à la vie de tous, que les officiers en chef se réunissent avec le clergé en présence aussi des personnes qui tiennent bon, auxquelles il faut d'ailleurs rendre honneur pour leur foi et leur crainte, nous pouvons peut-être ordonner toutes choses avec la religiosité d'une consultation commune. Mais combien il est irréligieux et malicieux, même pour ceux qui sont désireux, que des exilés, chassés de leur pays et dépouillés de tous leurs biens, ne soient pas encore revenus à l'Église, et qu'une partie de ceux qui sont tombés en désuétude se hâtent d'anticiper même les confesseurs eux-mêmes, et d'entrer dans l'Église avant eux ! S'ils sont si anxieux, ils ont ce qu'ils demandent en leur propre pouvoir, les temps eux-mêmes leur offrant librement plus qu'ils ne le demandent. La lutte continue, et elle est célébrée quotidiennement. S'ils se repentent vraiment et avec constance de ce qu'ils ont fait, et si la ferveur de leur foi prévaut, celui qui ne peut être retardé peut être couronné. Je vous dis, frères bien-aimés, adieu de tout coeur ; et souvenez-vous de moi. Saluez toute la fraternité en mon nom, et dites-leur de faire attention à moi. Adieu.



ÉPÎTRE XIV

AUX PRESBYTRES ET DIACRES RÉUNIS À ROME


Il rend compte de son retrait et des choses qu'il a faites, ayant envoyé à Rome pour sa justification des copies des lettres qu'il avait écrites à son peuple ; il utilise les mêmes mots qu'il avait employés dans ces lettres.


1. Cyprien à ses frères les presbytres et les diacres réunis à Rome, saluant. Ayant constaté, chers frères, que ce que j'ai fait et ce que je fais vous a été dit d'une manière quelque peu déformée et mensongère, j'ai cru nécessaire de vous écrire cette lettre, afin de vous rendre compte de mes actes, de ma discipline et de ma diligence ; Car, comme l'enseignent les commandements du Seigneur, aussitôt le premier éclat de la perturbation se fit entendre, et les gens à la clameur violente me réclamaient sans cesse, je me retirai un moment, prenant en considération non pas tant ma propre sécurité que la paix publique des frères, de peur que, par ma présence trop audacieuse, le tumulte qui avait commencé ne soit encore plus provoqué. Néanmoins, bien qu'absent dans le corps, je ne manquais ni d'esprit, ni d'action, ni de conseils, de manière à manquer de tout avantage que je pouvais offrir à mes frères par mes conseils, selon les préceptes du Seigneur, dans tout ce que mes pauvres capacités me permettaient.

2. Et ce que j'ai fait, ces treize lettres envoyées en diverses occasions vous le déclarent, que je vous ai transmises ; dans lesquelles ni le conseil au clergé, ni l'exhortation aux confesseurs, ni la réprimande, quand il le fallait, aux exilés, ni mes appels et persuasions à toute la fraternité, pour qu'ils implorent la miséricorde de Dieu, ne voulaient dans toute la mesure où, selon la loi de la foi et de la crainte de Dieu, avec l'aide du Seigneur, mes pauvres capacités pouvaient s'efforcer. Mais par la suite, lorsque les tortures sont arrivées, mes paroles sont parvenues à la fois à nos frères torturés et à ceux qui n'étaient encore emprisonnés qu'en vue de les torturer, de les fortifier et de les consoler. De plus, lorsque je constatai que ceux qui avaient pollué leurs mains et leur bouche par des contacts sacrilèges, ou qui n'avaient pas moins infecté leur conscience par de mauvais certificats, sollicitaient partout les martyrs, et corrompaient également les confesseurs par des suppliques importunes et excessives, de sorte que, sans aucune discrimination ni examen des individus eux-mêmes, des milliers de certificats étaient quotidiennement délivrés, contrairement à la loi de l'Évangile, j'écrivis des lettres dans lesquelles je rappelais par mes conseils, autant que possible, les martyrs et les confesseurs aux commandements du Seigneur. Aux presbytres et aux diacres aussi ne manquait pas la vigueur du sacerdoce ; de sorte que certains, trop peu soucieux de la discipline, et précipités, avec une précipitation téméraire, qui avaient déjà commencé à communiquer avec les déchus, furent retenus par mon interposition. Parmi les gens, en outre, j'ai fait ce que j'ai pu pour calmer leurs esprits, et je leur ai demandé de maintenir la discipline ecclésiastique.

3. Mais par la suite, lorsque certains des défunts, soit de leur propre chef, soit à la suggestion d'un autre, se sont manifestés avec une demande audacieuse, comme s'ils allaient tenter par un effort violent d'extorquer la paix qui leur avait été promise par les martyrs et les confesseurs ; à ce sujet également, j'ai écrit deux fois au clergé, et j'ai ordonné qu'on leur lise ; que, pour atténuer leur violence de quelque manière que ce soit entre-temps, si quelqu'un qui avait reçu un certificat des martyrs quittait cette vie, après s'être confessé, et recevait l'imposition des mains pour se repentir, il devait être remis au Seigneur avec la paix qui lui avait été promise par les martyrs. En cela, je ne leur ai pas donné de loi, et je ne me suis pas non plus érigé en auteur de la direction ; mais il m'a semblé opportun à la fois que l'honneur soit rendu aux martyrs, et que la véhémence de ceux qui voulaient tout déranger soit contenue ; et quand, en outre, j'ai lu votre lettre que vous avez écrite récemment ici à mon clergé par le sous-diacre Crémence, pour qu'il soit donné assistance à ceux qui, après leur mort, pourraient être saisis de maladie et désirer pénitemment la communion, j'ai jugé bon de m'en tenir à votre jugement, de peur que nos démarches, qui devraient être unies et s'accorder en toutes choses, ne soient différentes. Les autres cas, bien qu'ils aient pu recevoir des certificats des martyrs, j'ai ordonné qu'ils soient tous remis à plus tard et réservés jusqu'à ce que je sois présent, afin que, lorsque le Seigneur nous aura donné la paix et que plusieurs évêques auront commencé à se réunir en un même lieu, nous puissions tout arranger et tout réformer, en ayant aussi l'avantage de votre conseil. Je vous fais mes adieux, frères bien-aimés, de tout cœur.



ÉPÎTRE XV

AUX MOYSES ET MAXIMES, ET LE RESTE DES CONFESSEURS


Le fardeau de cette lettre est donné dans l'épître XXXI. Ci-dessous, où le clergé romain dit : "À ce sujet, nous vous devons, et vous remercions vivement et abondamment, d'avoir jeté la lumière dans les ténèbres de leur prison par vos lettres".


1. Cyprien à Moyses et Maximus, les presbytres et les autres confesseurs, ses frères, salut. Célérine, compagnon de votre foi et de votre vertu, et soldat de Dieu dans de glorieux engagements, est venu à moi, frères bien-aimés, et vous a tous représentés, ainsi que chaque individu, par la force de mon affection. J'ai vu en lui, quand il est venu, vous tous ; et quand il m'a parlé avec douceur et souvent de votre amour, dans ses paroles je vous ai entendus. Je me réjouis beaucoup quand de telles choses me sont apportées de votre part par des hommes comme lui. D'une certaine manière, je suis aussi là avec vous en prison. Je pense que moi qui suis ainsi lié à vos cœurs, je jouis avec vous des délices de l'approbation divine. Votre amour individuel m'associe à votre honneur ; l'Esprit ne permet pas que notre amour soit séparé. La confession vous enferme dans la prison ; l'affection m'y enferme. Et moi, en effet, me souvenant de vous jour et nuit, aussi bien lorsque, dans les sacrifices, je prie avec beaucoup, que lorsque, dans la retraite, je prie avec une requête privée, je supplie le Seigneur de reconnaître pleinement vos couronnes et vos louanges. Mais ma pauvre capacité est trop faible pour vous récompenser ; vous donnez davantage lorsque vous vous souvenez de moi dans la prière, car, ne respirant déjà que les choses célestes, et ne méditant que les choses divines, vous vous élevez à des hauteurs plus élevées, même par le retard de vos souffrances ; et par le long laps de temps, ne perdez pas, mais augmentez votre gloire. Une première et unique confession rend bienheureux ; tu te confesses aussi souvent que, lorsqu'on te demande de te retirer de la prison, tu préfères la prison avec foi et vertu ; tes louanges sont aussi nombreuses que les jours ; à mesure que les mois passent, tes mérites augmentent. Celui qui souffre à la fois est vaincu une fois ; mais celui qui continue à se battre toujours avec des punitions, et qui n'est pas vaincu par la souffrance, est couronné chaque jour.

2. Maintenant donc, que passent les magistrats et les consuls ou proconsuls ; qu'ils se glorifient des insignes de leur dignité annuelle, et de leurs douze fasces. Voici que la dignité céleste qui est en vous est scellée par l'éclat de l'honneur d'une année, et que déjà, dans la continuité de sa gloire victorieuse, elle a franchi le cercle roulant de l'année qui revient. Le soleil levant et la lune décroissante ont éclairé le monde ; mais pour vous, Celui qui a fait le soleil et la lune était une plus grande lumière dans votre donjon, et l'éclat du Christ brillait dans vos cœurs et vos esprits, irradiant de cette lumière éternelle et brillante l'obscurité du lieu de la punition, qui pour d'autres était si horrible et mortelle. L'hiver a traversé les vicissitudes des mois ; mais vous, enfermés dans la prison, vous subissiez, au lieu des intempéries de l'hiver, l'hiver de la persécution. À l'hiver a succédé la douceur du printemps, se réjouissant avec des roses et couronné de fleurs ; mais à vous étaient présentes des roses et des fleurs des délices du paradis, et des guirlandes célestes couronnaient vos sourcils. Voici que l'été est fécond avec la fertilité de la moisson, et que l'aire est remplie de grains ; mais vous qui avez semé la gloire, vous récoltez le fruit de la gloire, et, placés dans l'aire du Seigneur, vous voyez la paille brûlée par un feu inextinguible ; vous qui êtes comme des grains de blé, du blé vanné et du maïs précieux, maintenant purgés et récoltés, considérez la demeure d'une prison comme votre grenier. Vous ne voulez pas non plus de la grâce spirituelle de l'automne pour vous acquitter des devoirs de la saison. La vendange est pressée à l'extérieur, et le raisin qui coulera ensuite dans les coupes est foulé dans les pressoirs. Vous, riches grappes de la vigne du Seigneur, et branches aux fruits déjà mûrs, foulés par la pression du monde, vous remplissez votre pressoir dans la prison torturante, et vous versez votre sang au lieu de vin ; courageux de supporter la souffrance, vous buvez volontiers la coupe du martyre. Ainsi l'année se poursuit avec les serviteurs du Seigneur, on célèbre la vicissitude des saisons avec des déserts spirituels, et avec des récompenses célestes.

3. Bénis soient ceux qui, parmi votre nombre, en passant par ces traces de gloire, ont déjà quitté le monde ; et, ayant terminé leur voyage de vertu et de foi, sont parvenus à l'étreinte et au baiser du Seigneur, à la joie du Seigneur lui-même. Mais votre gloire n'en est pas moins grande, vous qui êtes encore engagés dans des concours, et qui, sur le point de suivre les gloires de vos camarades, menez depuis longtemps le combat, et avec une foi inébranlable et inébranlable qui tient bon, exhibez chaque jour dans vos vertus un spectacle aux yeux de Dieu. Plus votre combat sera long, plus votre couronne sera haute. La lutte est une, mais elle est chargée d'une multitude de concours ; vous vainquez la faim, et méprisez la soif, et foulez aux pieds la misère du donjon, et l'horreur de la demeure même du châtiment, par la vigueur de votre courage. Le châtiment y est soumis ; la torture est usée ; la mort n'est pas redoutée mais désirée, étant vaincue par la récompense de l'immortalité, de sorte que celui qui a vaincu est couronné d'une éternité de vie. Que doit maintenant être l'esprit en vous, combien élevé, combien grand est le cœur, quand de telles et si grandes choses sont résolues, quand on ne considère rien d'autre que les préceptes de Dieu et les récompenses du Christ ! La volonté n'est alors que la volonté de Dieu ; et bien que vous soyez encore placés dans la chair, c'est la vie non pas du monde présent, mais de l'avenir, que vous vivez maintenant.

4. Il reste maintenant, frères bien-aimés, que vous devez vous souvenir de moi ; que, parmi vos grandes et divines considérations, vous devez aussi penser à moi dans votre esprit et votre pensée ; et que je sois dans vos prières et vos supplications, quand cette voix, illustre par la purification de la confession, et digne de louanges pour la ténacité continuelle de son honneur, pénètre aux oreilles de Dieu, et que le ciel lui étant ouvert, passe de ces régions du monde soumises, aux royaumes d'en haut, et obtient de la bonté du Seigneur même ce qu'elle demande. Car que demandez-vous de la miséricorde du Seigneur que vous ne méritez pas d'obtenir ? -vous qui avez ainsi observé les commandements du Seigneur, qui avez maintenu la discipline de l'Evangile avec la simple vigueur de votre foi, qui, avec la gloire de votre vertu intacte, vous êtes tenus courageusement par les commandements du Seigneur, et par ses apôtres, et avez confirmé la foi vacillante de beaucoup par la vérité de votre martyre ? En vérité, témoins de l'Evangile, et en vérité, martyrs du Christ, reposant sur ses racines, fondés avec de solides assises sur le Rocher, vous avez joint la discipline à la vertu, vous avez amené les autres à la crainte de Dieu, vous avez fait de vos martyrs des exemples. Je vous dis, frères, très courageux et bien-aimés, adieu de tout cœur ; et souvenez-vous de moi.



ÉPÎTRE XVI

LES CONFESSEURS DE CYPRIAN


Argument - Certificat écrit au nom des martyrs par Lucianus.


Tous les confesseurs au père Cyprian, salutation. Sachez que nous avons accordé la paix à tous ceux dont le récit de ce qu'ils ont fait depuis la commission de leur péché est, à votre avis, satisfaisant ; et nous avons souhaité que ce rescrit soit porté par vous à la connaissance des autres évêques également. Nous vous demandons de faire la paix avec les saints martyrs. Lucianus a écrit cela, en présence du clergé, à la fois exorciste et lecteur.



ÉPÎTRE XVII

AUX PRESBYTRES ET AUX DIACRES SUR CE QUI PRÉCÈDE ET SUR LES LETTRES SUIVANTES


Argument : il ne faut pas tenir compte des certificats des martyrs avant que la paix de l'Église ne soit rétablie.


Cyprien aux presbytres et aux diacres, ses frères, salut. Le Seigneur parle et dit : "Sur qui vais-je regarder, sinon sur celui qui est humble et tranquille, et qui tremble à mes paroles ?" Nous devons tous être ainsi, mais surtout ceux qui doivent travailler, afin qu'après leur grave défaillance, ils puissent, par une vraie pénitence et une humilité absolue, mériter le bien du Seigneur. J'ai lu la lettre de tous les confesseurs, que je souhaite faire connaître à tous mes collègues, et dans laquelle ils demandent que la paix qu'ils ont donnée soit assurée à ceux dont le récit de ce qu'ils ont fait depuis leur crime a été, à notre avis, satisfaisant ; ce qui importe, dans l'attente de notre conseil et de notre jugement à tous, je n'ose pas préjuger, et donc assumer une cause commune pour ma propre décision. Et donc, en attendant, respectons les lettres que je vous ai récemment écrites, dont j'ai maintenant envoyé une copie à beaucoup de mes collègues, qui m'ont répondu qu'ils étaient satisfaits de ce que j'avais décidé, et qu'il ne faut pas y déroger, jusqu'à ce que, la paix nous étant accordée par le Seigneur, nous puissions nous réunir en un seul lieu, et examiner les cas individuels. Mais pour que vous sachiez à la fois ce que mon collègue Caldonius m'a écrit et ce que je lui ai répondu, j'ai joint à ma lettre une copie de chaque lettre, dont je vous prie de lire l'ensemble à nos frères, afin qu'ils soient de plus en plus patients et qu'ils n'ajoutent pas une nouvelle faute à celle qu'ils avaient commise jusqu'alors, n'étant disposés à m'obéir ni à m'obéir à l'Évangile, ni à permettre que leurs cas soient examinés conformément aux lettres de tous les confesseurs. Je vous dis, frères bien-aimés, adieu de tout coeur ; et souvenez-vous de moi. Saluez toute la fraternité. Adieu !



ÉPÎTRE XVIII

CALDONIUS À CYPRIAN


Argument : lorsque, dans l'urgence d'une nouvelle persécution, certains des défunts avaient confessé le Christ, et donc, avant de partir en exil, ont cherché la paix, Caldonius consulte Cyprian pour savoir si la paix doit leur être accordée.


Caldonius à Cyprian et à ses compagnons d'armes demeurant à Carthage, salut. La nécessité de l'époque nous incite à ne pas accorder la paix à la hâte. Mais il est bon de vous écrire que ceux qui, après avoir sacrifié, ont été à nouveau jugés, sont devenus des exilés. Ils me semblent ainsi avoir expié leur crime passé, en ce sens qu'ils ont maintenant laissé leurs biens et leurs maisons et, se repentant, suivent le Christ. Ainsi, Félix, qui assistait au presbytère sous Décimus, et qui était très proche de moi par des liens (je connaissais très bien ce même Félix), Victoria, sa femme, et Lucius, étant fidèles, ont été bannis, et ont laissé leurs biens, que le trésor public garde maintenant. De plus, une femme, Bona de nom, qui avait été traînée par son mari pour faire un sacrifice et qui (sans conscience coupable du crime, mais parce que ceux qui lui tenaient les mains, faisaient un sacrifice) s'est mise à crier contre eux : "Je ne l'ai pas fait ; c'est toi qui l'as fait" - a également été bannie. Comme tous ces gens demandaient la paix en disant : "Nous avons retrouvé la foi que nous avions perdue, nous nous sommes repentis et nous avons confessé publiquement le Christ" - bien qu'il me semble qu'ils devraient recevoir la paix -, je les ai renvoyés à votre jugement, afin de ne pas donner l'impression que je présume quelque chose de façon irréfléchie. Si donc vous souhaitez que je fasse quoi que ce soit par la décision commune, écrivez-moi. Saluez nos frères ; nos frères vous saluent. Je vous fais mes adieux, frères bien-aimés, de tout coeur.



ÉPÎTRE XIX

CYPRIAN RÉPOND À CALDONIUS


Argument : Chypre ne traite de rien de particulier dans cette épître, si ce n'est d'accepter, selon l'opinion de Caldonius, de témoigner que la paix ne devrait pas être refusée à ceux qui, par un vrai repentir et la confession du nom du Christ, l'ont méritée et lui sont donc revenus.


Cyprien à Caldonius, son frère, saluant. Nous avons reçu ta lettre, frère bien-aimé, qui est très sensée, et pleine d'honnêteté et de foi. Nous ne nous étonnons pas non plus que, aussi habile et exercé que tu le sois dans les Ecritures du Seigneur, tu fasses tout avec discrétion et sagesse. Tu as jugé à juste titre d'accorder la paix à nos frères, qu'ils se sont restitués à eux-mêmes, par une vraie pénitence et par la gloire d'une confession du Seigneur, étant justifiés par leurs paroles, par lesquelles ils s'étaient auparavant condamnés eux-mêmes. Depuis lors, ils ont lavé tout leur péché, et leur ancienne souillure, par l'aide du Seigneur, a été effacée par une vertu plus puissante, ils ne doivent plus se trouver sous la puissance du diable, pour ainsi dire prostrés ; quand, bannis et privés de tous leurs biens, ils se sont relevés et ont commencé à se tenir avec le Christ. Et je souhaite que les autres aussi se repentent après leur chute, et qu'ils soient transférés dans leur ancienne condition ; et pour que vous sachiez comment nous avons traité ces personnes, dans leur précipitation et leur importunité urgentes et avides d'extorquer la paix, je vous ai envoyé un livre, avec des lettres au nombre de cinq, que j'ai écrites au clergé et au peuple, et aux martyrs aussi et aux confesseurs, lettres qui ont déjà été envoyées à beaucoup de nos collègues, et qui les ont satisfaits ; et ils m'ont répondu qu'ils sont également d'accord avec moi sur le même point selon la foi catholique ; ce que vous communiquez également au plus grand nombre possible de nos collègues, c'est que parmi tous ceux-ci, on peut observer un mode d'action et un accord, selon les préceptes du Seigneur. Je te fais mes adieux, frère bien-aimé, de tout cœur.



ÉPÎTRE XX

CELERINUS TO LUCIAN


Argument : Célérine, au nom de ses soeurs décédées à Rome, demande la paix aux confesseurs carthaginois.


1. Célérine à Lucien, salutation. En vous écrivant cette lettre, mon seigneur et frère, je me suis réjoui et j'ai été attristé, réjoui d'apprendre que vous aviez été jugé au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, notre Sauveur, et que vous aviez confessé son nom devant les magistrats du monde ; mais attristé, en ce sens que depuis le temps où j'étais en votre compagnie, je n'ai jamais pu recevoir vos lettres. Et ces derniers temps, une double douleur s'est abattue sur moi : bien que tu aies su que Montanus, notre frère commun, venait à moi de ta part du donjon, tu ne m'as rien dit sur ton bien-être, ni sur ce qui se fait en rapport avec toi. Mais cela arrive continuellement aux serviteurs de Dieu, en particulier à ceux qui sont désignés pour la confession du Christ. Car je sais que chacun ne regarde pas maintenant les choses du monde, mais qu'il espère une couronne céleste. D'ailleurs, j'ai dit que vous aviez peut-être oublié de m'écrire. Car si du plus bas des cieux je peux être appelé par toi, je suis ton frère, ou frère, si je suis digne de m'entendre appeler Célérinus ; cependant, lorsque je me suis aussi confessé de la sorte, je me suis souvenu de mes frères les plus âgés, et j'ai remarqué dans mes lettres que leur amour d'autrefois était toujours autour de moi et de moi. Cependant, je vous prie, bien-aimés du Seigneur, si vous êtes d'abord lavés dans ce sang sacré, et si vous avez souffert pour le nom de notre Seigneur Jésus-Christ avant que mes lettres ne vous trouvent en ce monde, ou si elles vous parviennent maintenant, que vous me les répondiez. Qu'Il vous couronne donc, vous dont vous avez confessé le nom. Car je crois que, bien que nous ne nous voyions pas en ce monde, nous nous embrasserons à l'avenir en présence du Christ. Priez pour que je sois digne, moi aussi, d'être couronné avec votre compagnie.

2. Sachez néanmoins que je suis placé au milieu d'une grande tribulation ; et, comme si vous étiez présent avec moi, je me souviens jour et nuit de votre ancien amour, Dieu seul le sait. C'est pourquoi je vous demande d'exaucer mon désir, et de pleurer avec moi la mort (spirituelle) de ma soeur, qui, en ce temps de dévastation, est tombée du Christ ; car elle a sacrifié et provoqué notre Seigneur, comme cela nous semble évident. Et pour ses actions, j'ai passé les jours en larmes, en sac et en cendre, en ce jour de réjouissance pascale, en pleurant jour et nuit, et je les passe encore aujourd'hui, jusqu'à ce que le secours de notre Seigneur Jésus-Christ et l'affection manifestée par vous, ou par mes seigneurs qui ont été couronnés, à qui vous allez le demander, viennent au secours d'un si terrible naufrage. Car je me souviens de ton amour passé, que tu pleureras avec tous les autres pour nos sœurs que tu as bien connues, Numeria et Candida, dont nous devons veiller au péché, parce qu'elles nous ont comme frères. Car je crois que le Christ, selon leur repentance et les œuvres qu'elles ont accomplies envers nos collègues bannis qui sont venus de chez vous - et dont vous entendrez parler eux-mêmes de leurs bonnes œuvres -, le Christ, dis-je, aura pitié d'elles, lorsque vous, ses martyrs, l'implorerez.

3. Car j'ai entendu dire que vous avez reçu le ministère des pourpres. Oh, heureux êtes-vous, même en dormant par terre, d'obtenir les voeux que vous avez toujours désirés ! Vous avez désiré être envoyés en prison à cause de son nom, ce qui est maintenant arrivé, comme il est écrit : "Le Seigneur t'accorde selon ton propre coeur" ; et maintenant vous avez fait d'eux un prêtre de Dieu, et leur ministre l'a reconnu. Je vous demande donc, monseigneur, et je prie notre Seigneur Jésus-Christ, de soumettre l'affaire à vos collègues, vos frères, messeigneurs, et je leur demande que celui d'entre vous qui sera le premier à être couronné remette un si grand péché à nos sœurs Numeria et Candida. Pour cette dernière, j'ai toujours appelé Etecusa - Dieu m'en est témoin, car elle a fait des dons pour elle-même afin de ne pas se sacrifier ; mais elle semble seulement être montée à la Tria Fata, et de là être descendue. Je sais donc qu'elle n'a pas fait de sacrifice. Leur cause ayant été entendue récemment, les chefs leur ont ordonné entre-temps de rester tels qu'ils sont, jusqu'à ce qu'un évêque soit nommé. Mais, dans la mesure du possible, par vos saintes prières et pétitions, en lesquelles nous avons confiance, puisque vous êtes des amis ainsi que des témoins du Christ, (nous prions) que vous soyez indulgents dans toutes ces affaires.

4. Je vous prie donc, seigneur bien-aimé Lucien, de faire attention à moi et d'acquiescer à ma demande ; que le Christ vous accorde donc cette couronne sacrée qu'il vous a donnée non seulement en confession mais aussi en sainteté, dans laquelle vous avez toujours marché et avez toujours été un exemple pour les saints ainsi qu'un témoin, que vous rapporterez à tous mes seigneurs, vos frères les confesseurs, tout ce qui concerne cette affaire, afin qu'ils puissent recevoir de vous une aide. Pour cela, mon seigneur et frère, vous devez savoir que ce n'est pas moi seul qui demande cela en leur nom, mais aussi Statius et Severianus, et tous les confesseurs qui sont venus de chez vous, vers lesquels ces mêmes sœurs sont descendues au port et les ont emmenées à la ville, et elles ont exercé leur ministère jusqu'à soixante-cinq ans, et jusqu'à ce jour elles les ont soignés en toutes choses. Car toutes sont avec elles. Mais je ne dois plus accabler votre cœur sacré, car je sais que vous travaillerez avec une volonté bien arrêtée. Macharius, avec ses sœurs Cornelia et Emerita, te saluent, se réjouissant de ta confession sanguinaire, ainsi que de celle de tous les frères, et Saturninus, qui lui-même a également lutté contre le diable, qui a aussi courageusement confessé le nom du Christ, qui de plus, sous la torture des griffes de la main, a courageusement confessé, et qui aussi supplie et supplie fortement. Vos frères Calphurnius et Maria, ainsi que tous les saints frères, vous saluent. Car vous devez aussi savoir que j'ai écrit à mes seigneurs vos lettres, que je vous demande de bien vouloir leur lire.



ÉPÎTRE XXI

LUCIAN RÉPOND À CELERINUS


Argument : les assentiments de Lucius à la pétition de Célérine.


1. Lucien à Celerinus, son seigneur, et (si je suis digne d'être appelé ainsi) collègue dans le Christ, salut. J'ai reçu votre lettre, très cher seigneur et frère, dans laquelle vous m'avez tellement chargé de manifestations de bonté, qu'en raison de votre si lourde charge, j'ai presque été submergé par une joie excessive ; si bien que j'ai exulté en lisant, au bénéfice de votre si grande humilité, la lettre, que je désirais aussi vivement après un si long temps de lecture, dans laquelle vous daigniez m'appeler à la mémoire, en me disant dans votre écrit, "si je suis digne d'être appelé votre frère", d'un homme tel que je suis qui a confessé le nom de Dieu avec tremblement devant les magistrats inférieurs. Car vous, par la volonté de Dieu, lorsque vous vous êtes confessé, non seulement vous avez effrayé le grand serpent lui-même, le pionnier de l'Antéchrist, (mais) vous l'avez conquis, par cette voix et ces paroles divines, par lesquelles je sais combien vous aimez la foi, et combien vous êtes zélés pour la discipline du Christ, dans laquelle je sais et je me réjouis que vous êtes activement occupés. Maintenant bien-aimés, déjà à estimer parmi les martyrs, vous avez voulu me surcharger de votre lettre, dans laquelle vous nous avez parlé de nos soeurs, au nom desquelles je souhaite que nous puissions les mentionner sans nous souvenir aussi d'un si grand crime commis. Il est certain que nous ne devrions pas alors penser à elles avec autant de larmes que nous le faisons maintenant.

2. Vous devez savoir ce qui a été fait à notre sujet. Lorsque le bienheureux martyr Paulus était encore dans le corps, il m'a appelé et m'a dit "Lucien, en présence du Christ, je te dis : si quelqu'un, après que j'ai été appelé, te demande la paix, accorde-la en mon nom." D'ailleurs, nous tous que le Seigneur a condescendus dans cette tribulation à appeler au loin, par nos lettres, d'un commun accord, nous avons donné la paix à tous. Tu vois donc, mon frère, comment (j'ai fait cela) dans une partie de ce que Paulus m'a prescrit, comme ce que nous avons dans tous les cas décrété lorsque nous étions dans cette tribulation, où par ordre de l'empereur, nous avons été mis à mort par la faim et la soif, et enfermés dans deux cellules, afin qu'on nous affaiblisse par la faim et la soif. De plus, le feu résultant de l'effet de notre torture était si intolérable que personne ne pouvait le supporter. Mais maintenant, nous avons atteint la luminosité elle-même. Et donc, frère bien-aimé, salue Numeria et Candida, qui (auront la paix) selon le précepte de Paulus, et le reste des martyrs dont je sous joins les noms : à savoir.., Bassus dans le donjon des parjurés, Mappalicus au supplice, Fortunio en prison, Paulus après le supplice, Fortunata, Victorinus, Victor, Herennius, Julia, Martial et Aristo, qui par la volonté de Dieu ont été mis à mort dans la prison par la faim, dont vous entendrez parler dans quelques jours comme d'un compagnon. Pour l'instant, il y a huit jours, depuis le jour où j'ai été à nouveau enfermé, jusqu'au jour où je vous ai écrit ma lettre. Car avant ces huit jours, pendant cinq jours intermédiaires, j'ai reçu un morceau de pain et de l'eau par mesure. Et donc, frère, comme ici, puisque le Seigneur a commencé à donner la paix à l'Église elle-même, selon le précepte de Paulus, et notre traité, l'affaire étant exposée devant l'évêque, et la confession faite, je demande que non seulement ceux-ci aient la paix, mais aussi (tous) ceux que vous savez être très proches de notre cœur.

3. Tous mes collègues vous saluent. Saluez les confesseurs du Seigneur qui sont là avec vous, dont vous avez indiqué les noms, parmi lesquels se trouvent également Saturne, avec ses compagnons, mais aussi mon collègue, et Maris, Collecta, et Emerita, Calphurnius et Maria, Sabina, Spesina, et les sœurs, Januaria, Dativa, Donata. Nous saluons Saturus avec sa famille, Bassianus et tout le clergé, Uranius, Alexius, Quintianus, Colonica, et tous ceux dont je n'ai pas écrit les noms, car je suis déjà fatigué. Ils doivent donc me pardonner. Je vous dis de tout cœur adieu, ainsi qu'à Alexius, à Getulicus, aux changeurs et aux sœurs. Mes sœurs Januaria et Sophia, que je vous recommande, vous saluent.



ÉPÎTRE XXII

AU CLERGÉ RÉSIDANT À ROME, CONCERNANT DE NOMBREUX CONFESSEURS, ET CONCERNANT LA PRÉCOCITÉ DE LUCIAN ET LA MODESTIE DE CELERINUS LE CONFESSEUR


Dans cette lettre, Cyprian informe le clergé romain de la demande séditieuse des défunts de revenir à la paix et de l'arrogance de Lucian. Afin qu'ils puissent mieux comprendre ces questions, Cyprian veille à ce que non seulement ses propres lettres, mais aussi celles de Celerinus et de Lucian, leur soient envoyées.


1. Cyprien aux presbytres et diacres résidant à Rome, ses frères, salut. Après les lettres que je vous ai écrites, frères bien-aimés, dans lesquelles j'expliquais ce que j'avais fait et rendais compte de ma discipline et de ma diligence, il y a une autre affaire qui, pas plus que les autres, ne doit vous être cachée. En effet, notre frère Lucien, qui est lui-même l'un des confesseurs, sincère dans la foi et robuste dans la vertu, mais peu établi dans la lecture de la parole du Seigneur, a tenté certaines choses, se constituant pour un temps une autorité pour les personnes non qualifiées, de sorte que des certificats écrits de sa main ont été remis sans discernement à de nombreuses personnes au nom de Paulus ; tandis que Mappalicus le martyr, prudent et modeste, soucieux de la loi et de la discipline, n'a écrit aucune lettre contraire à l'Évangile, mais seulement, ému par l'affection domestique pour sa mère, qui était tombée, a ordonné que la paix lui soit donnée. Saturninus, d'ailleurs, après ses tortures, toujours en prison, n'envoya aucune lettre de ce genre. Mais Lucien, non seulement pendant que Paulus était encore en prison, donnait partout des certificats écrits de sa propre main à son nom, mais même après sa mort, il persistait à faire les mêmes choses sous son nom, disant que cela lui avait été commandé par Paulus, ignorant qu'il devait obéir au Seigneur plutôt qu'à son compagnon de service. Au nom également d'Aurelius, un jeune homme qui avait subi la torture, de nombreux certificats furent donnés, écrits de la main du même Lucien, car Aurelius ne savait pas écrire lui-même.

2. Afin de mettre un terme à cette pratique, je leur ai écrit des lettres, que je vous ai envoyées sous l'enveloppe de la première lettre, dans lesquelles je n'ai pas manqué de leur demander et de les persuader de prendre en considération la loi du Seigneur et l'Evangile. Mais après que je leur ai envoyé mes lettres, afin que, pour ainsi dire, quelque chose soit fait avec plus de modération et de tempérance, le même Lucien écrivit une lettre au nom de tous les confesseurs, dans laquelle étaient dissous tout lien de foi, et de crainte de Dieu, et le commandement du Seigneur, et le caractère sacré et la sincérité de l'Évangile. Car il a écrit au nom de tous, qu'ils avaient donné la paix à tous, et qu'il souhaitait que ce décret soit communiqué par mon intermédiaire aux autres évêques, lettre dont je vous ai transmis une copie. Il a ajouté en effet, "dont le récit de ce qu'ils ont fait depuis leur crime a été satisfaisant ;" - chose qui excite une plus grande odium contre moi, car moi, quand j'ai commencé à entendre les cas de chacun et à les examiner, je semble nier à beaucoup ce qu'ils se vantent maintenant tous d'avoir reçu des martyrs et des confesseurs.

3. Enfin, cette pratique séditieuse a déjà commencé à apparaître ; car dans notre province, par certaines de ses villes, la multitude a attaqué ses dirigeants et les a contraints à leur donner immédiatement cette paix que tous criaient leur avoir donnée autrefois par les martyrs et les confesseurs. Leurs dirigeants, effrayés et soumis, n'ont guère pu leur résister, ni par la vigueur de leur esprit ni par la force de leur foi. De plus, certains esprits turbulents, qui autrefois étaient difficilement gouvernés par moi et dont la venue avait été retardée, furent enflammés par cette lettre comme par un tisonnier, et commencèrent à être plus violents, et à extorquer la paix qui leur était accordée. Je vous ai envoyé une copie des lettres que j'ai écrites à mon clergé sur ces questions, et, en outre, ce que Caldonius, mon collègue, de son intégrité et de sa fidélité, a écrit, et ce que je lui ai répondu. Je vous ai envoyé ces deux documents pour que vous les lisiez. Je vous ai également envoyé des copies de la lettre de Célérine, le bon et grand confesseur, qu'il a écrite à Lucien, le même confesseur, ainsi que de ce que Lucien lui a répondu, afin que vous connaissiez mon travail en tout et ma diligence, et que vous sachiez la vérité elle-même, combien Célérine le confesseur est modéré et prudent, et combien il est respectueux de notre foi dans son humilité et sa crainte ; tandis que Lucian, comme je l'ai dit, est moins habile dans la compréhension de la parole du Seigneur, et par sa facilité, est malicieux à cause de l'aversion qu'il suscite pour mes tractations révérencieuses. Car, tandis que le Seigneur a dit que les nations doivent être baptisées au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et que leurs péchés passés doivent être effacés par le baptême, cet homme, ignorant le précepte et la loi, ordonne que la paix soit accordée et que les péchés soient effacés au nom de Paul ; et il dit que cela lui a été ordonné par Paulus, comme vous le constaterez dans la lettre envoyée par ce même Lucien à Célérinus, dans laquelle il considère très peu que ce ne sont pas les martyrs qui font l'Evangile, mais que les martyrs sont faits par l'Evangile ; puisque Paul aussi, l'apôtre que le Seigneur a appelé à lui un vase d'élection, a exposé dans son épître : "Je m'étonne que vous soyez si vite éloignés de Celui qui vous a appelés dans la grâce du Christ, pour un autre Évangile, qui n'en est pas un autre ; mais il y en a qui vous troublent et qui voudraient pervertir l'Évangile du Christ. Mais si nous, ou un ange du ciel, vous annonçons un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu'il soit maudit. Comme nous l'avons déjà dit, je le répète : si quelqu'un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit maudit.

4. Mais votre lettre, que j'ai reçue, écrite à mon clergé, est arrivée à point nommé ; tout comme celles que les bienheureux confesseurs, Moyses et Maximus, Nicostrate et les autres, ont envoyées à Saturne et Aurelius, et les autres, dans lesquelles sont contenues la pleine vigueur de l'Evangile et la solide discipline de la loi du Seigneur. Vos paroles m'ont beaucoup aidé dans mon travail ici, et ont résisté avec toute la force de la foi à l'apparition de la mauvaise volonté, de sorte que mon travail a été raccourci d'en haut, et qu'avant que les lettres que je vous ai envoyées en dernier lieu ne vous parviennent, vous m'avez déclaré que, selon la loi de l'Évangile, votre jugement était aussi fortement et unanimement en accord avec le mien. Je vous dis, frères, bien-aimés et désirés, adieu de tout cœur.



ÉPÎTRE XXIII

AU CLERGÉ, SUR LES LETTRES ENVOYÉES À ROME, ET SUR LA NOMINATION DE SATURUS COMME LECTEUR, ET D'OPTATUS COMME SOUS-DIACRE. 250 APRÈS J.C.


Le clergé est informé par cette lettre de l'ordination de Saturus et Optatus, et par ce que Cyprien avait écrit à Rome.


Cyprien aux presbytres et aux diacres, ses frères, salut. Afin que rien ne vous soit inconnu, frères bien-aimés, de ce qui m'a été écrit et de ce que j'ai répondu, je vous ai envoyé une copie de chaque lettre, et je crois que ma réplique ne vous déplaira pas. Mais je dois vous informer dans ma lettre que, pour une raison très urgente, j'ai envoyé une lettre au clergé qui réside dans la ville. Et comme il m'incombait d'écrire par le clergé, alors que je sais que beaucoup des nôtres sont absents et que les quelques personnes qui sont là sont à peine suffisantes pour le ministère du devoir quotidien, il fallait en nommer de nouvelles, qui pourraient être envoyées. Sachez donc que j'ai fait de Saturus un lecteur, et d'Optatus, le confesseur, un sous-diacre ; que déjà, par l'avis général, nous avions fait à côté du clergé, en ayant confié à Saturus le jour de Pâques, une fois et une autre, la lecture ; et lorsque, avec les maîtres-presbytres, nous essayions soigneusement les lecteurs, en désignant Optatus parmi les lecteurs pour être le maître des auditeurs, nous examinions tout d'abord si toutes les choses qui s'y trouvaient s'y prêtaient, qui devaient s'y trouver telles qu'elles se préparaient à l'office clérical. Je n'ai donc rien fait de nouveau en votre absence ; mais ce qui, sur l'avis général de tous, avait été commencé, a été accompli en cas de nécessité urgente. Je vous fais mes adieux, frères bien-aimés, de tout coeur, et souvenez-vous de moi. Adieu à vous.



ÉPÎTRE XXIV

AUX MOYSES ET MAXIMUS ET AU RESTE DES CONFESSEURS


Cette lettre est une lettre de félicitations aux confesseurs romains.


1. Cyprien à Moyses et Maximus, les presbytres, et aux autres confesseurs, ses très chers frères, salut. J'avais déjà connu par la rumeur, très braves et bienheureux frères, la gloire de votre foi et de votre vertu, me réjouissant grandement et vous félicitant abondamment, que la plus haute condescendance de notre Seigneur Jésus-Christ vous ait préparé à la couronne par la confession de son nom. Car vous, qui êtes devenus des chefs et des dirigeants dans la bataille de notre temps, vous avez mis en avant l'étendard du combat céleste ; vous avez marqué le début du combat spirituel que Dieu a voulu que votre vaillance mène maintenant ; vous avez, avec une force inébranlable et une fermeté inébranlable, brisé le premier début de la guerre montante. De là sont nées d'heureuses ouvertures du combat ; de là sont nés les bons auspices de la victoire. Il se trouve qu'ici les martyrs ont été consommés par les tortures. Mais celui qui, avant le combat, a été fait un exemple de vertu pour les frères, est sur un terrain commun avec les martyrs en honneur. C'est pourquoi vous nous avez remis des guirlandes tissées de votre main, et vous avez promis à vos frères la coupe du salut.

2. A ces glorieux débuts de confession et aux présages d'une guerre victorieuse, s'ajoute le maintien de la discipline, que j'ai observé par la vigueur de votre lettre que vous avez récemment envoyée à vos collègues, joints à vous au Seigneur en confession, avec une admonition anxieuse, pour que les préceptes sacrés de l'Evangile et les commandements de la vie qui nous ont été délivrés soient observés avec fermeté et rigueur. Voici un autre haut degré de votre gloire ; voici, avec la confession, un double titre pour mériter le bien de Dieu, - de vous tenir d'un pas ferme, et de chasser dans cette lutte, par la force de votre foi, ceux qui s'efforcent de faire une brèche dans l'Evangile, et d'amener des mains impies à l'oeuvre de sape des préceptes du Seigneur : - d'avoir auparavant donné les indications du courage, et maintenant de donner des leçons de vie. Le Seigneur, quand, après sa résurrection, il a envoyé ses apôtres, les charge en disant : "Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et l'apôtre Jean, se souvenant de cette accusation, la formule dans son épître : "Par la présente, dit-il, nous savons que nous le connaissons, si nous gardons ses commandements. Celui qui dit qu'il le connaît, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n'est pas en lui". Vous incitez à l'observation de ces préceptes ; vous observez les commandements divins et célestes. C'est être un confesseur du Seigneur, c'est être un martyr du Christ, c'est garder la fermeté de sa profession inviolée parmi tous les maux, et en sécurité. Car vouloir devenir un martyr pour le Seigneur, et essayer de renverser les préceptes du Seigneur ; utiliser contre Lui la condescendance qu'Il vous a accordée;- devenir, pour ainsi dire, un rebelle avec les armes que vous avez reçues de Lui;- c'est vouloir confesser le Christ, et renier l'Evangile du Christ. Je me réjouis donc, en votre nom, frères très courageux et fidèles ; et autant je félicite les martyrs qui y sont honorés pour la gloire de leur force, autant je vous félicite également pour la couronne de la discipline du Seigneur. Le Seigneur a répandu sa condescendance dans de multiples formes de libéralité. Il a diffusé les louanges des bons soldats et leurs gloires spirituelles dans une grande variété. Nous partageons aussi votre honneur ; nous comptons votre gloire comme la nôtre, dont les temps ont été éclairés par une telle félicité, que ce devrait être la chance de notre époque de voir les serviteurs de Dieu éprouvés et les soldats du Christ couronnés. Je vous fais mes adieux, frères très courageux et bienheureux, et je me souviens de moi.



ÉPÎTRE XXV

MOYSES, MAXIMUS, NICOSTRATUS, ET LES AUTRES CONFESSEURS RÉPONDENT À LA LETTRE PRÉCÉDENTE. 250 APRÈS J.C.


Ils reconnaissent avec gratitude la consolation que les confesseurs romains avaient reçue de la lettre de Cyprien. Le martyre n'est pas un châtiment, mais un bonheur. Les paroles de l'Evangile sont des marques pour enflammer la foi. Dans le cas des défunts, le jugement de Cyprien est acquis.


1. A Cecilius Cyprian, évêque de l'église des Carthaginois, Moyses et Maximus, presbytres, et Nicostratus et Rufinus, diacres, et aux autres confesseurs persévérant dans la foi de la vérité, en Dieu le Père, et en son Fils Jésus-Christ notre Seigneur, et dans le Saint-Esprit, salut. Au milieu des douleurs diverses et multiples, en raison des désolations actuelles de nombreux frères dans presque le monde entier, nous avons reçu la principale consolation, celle d'avoir été relevés par la réception de votre lettre et d'avoir recueilli un certain soulagement pour les peines de notre esprit attristé. D'où nous pouvons déjà percevoir que la grâce de la divine providence a voulu nous maintenir si longtemps enfermés dans les chaînes de la prison, peut-être pour aucune autre raison que celle, instruits et plus vigoureusement animés par ta lettre, nous pourrions avec plus de sérieux atteindre la couronne destinée. Car votre lettre a brillé sur nous comme un calme au milieu d'une tempête, comme la tranquillité tant désirée au milieu d'une mer agitée, comme le repos dans les travaux, comme la santé dans les dangers et les douleurs, comme dans l'obscurité la plus dense, la lumière brillante et rayonnante. Ainsi nous l'avons bu avec un esprit assoiffé, et nous l'avons reçu avec un désir affamé ; de sorte que nous nous réjouissons de nous trouver par elle suffisamment nourris et fortifiés pour la rencontre avec l'ennemi. Le Seigneur vous récompensera de votre amour et vous rendra le fruit de cette si bonne oeuvre ; car celui qui exhorte n'est pas moins digne de la récompense de la couronne que celui qui souffre ; celui qui a enseigné n'est pas moins digne de louange que celui qui a agi ; celui qui a averti n'est pas moins digne d'être honoré que celui qui a combattu ; sauf que parfois le poids de la gloire retombe plus sur celui qui s'entraîne que sur celui qui s'est montré un apprenant capable d'apprendre ; car ce dernier, par hasard, n'aurait pas eu ce qu'il a pratiqué, si le premier ne l'avait pas enseigné.

2. C'est pourquoi, encore une fois, nous disons, frère Cyprien, nous avons reçu une grande joie, un grand réconfort, un grand rafraîchissement, surtout en ce que vous avez décrit, avec des éloges glorieux et mérités, les morts glorieuses, je ne dirai pas, mais les immortalités des martyrs. Car ces départs auraient dû être proclamés avec des mots tels, afin que les choses qui ont été racontées soient racontées de la même manière qu'elles ont été faites. Ainsi, dès votre lettre, nous avons vu ces glorieux triomphes des martyrs ; et de nos yeux, en quelque sorte, nous les avons suivis lorsqu'ils sont allés au ciel, et nous les avons contemplés assis au milieu des anges, et des puissances et des dominations du ciel. De plus, nous avons en quelque sorte perçu avec nos oreilles le Seigneur leur donnant le témoignage promis en présence du Père. C'est donc cela qui élève notre esprit jour après jour, et qui nous incite à suivre la voie d'une telle dignité.

3. Car quoi de plus glorieux, ou quoi de plus béni, peut arriver à un homme de la part de la condescendance divine, que de confesser le Seigneur Dieu, dans la mort même, devant ses bourreaux ? Que parmi les tortures rageuses, variées et exquises du pouvoir mondain, même lorsque le corps est râpé, déchiré et coupé en morceaux, de confesser le Christ, le Fils de Dieu, avec un esprit encore libre, bien que partant ? Que d'être monté au ciel en laissant le monde derrière soi ? Que, ayant abandonné les hommes, de se tenir parmi les anges ? Que, tous les obstacles du monde ayant été franchis, de se tenir déjà libre aux yeux de Dieu ? Que de jouir sans délai du royaume des cieux ? Que d'être devenu un associé de la passion du Christ au nom du Christ ? Que d'être devenu par la condescendance divine le juge de son propre juge ? Que d'avoir dégagé une conscience sans tache de la confession de Son nom ? Que d'avoir refusé d'obéir aux lois humaines et sacrilèges contre la foi ? Que d'avoir témoigné de la vérité par un témoignage public ? Que d'avoir, en mourant, soumis la mort elle-même, qui est redoutée par tous ? Que, par la mort elle-même, d'avoir atteint l'immortalité ? Que, déchirée en morceaux et torturée par tous les instruments de la cruauté, d'avoir vaincu la torture par les tortures elles-mêmes ? Que par la force de l'esprit, d'avoir lutté contre toutes les souffrances d'un corps mutilé ? Que de ne pas avoir frissonné à l'écoulement de son propre sang ? Que d'avoir commencé à aimer ses châtiments, après avoir eu la foi de les supporter ? Que de penser que c'est une blessure à sa vie de ne pas l'avoir quittée ?

4. Car dans cette bataille, notre Seigneur, comme avec la trompette de son Evangile, nous stimule lorsqu'il dit : "Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi ; et celui qui aime son âme plus que moi n'est pas digne de moi. Et celui qui ne prend pas sa croix, et qui me suit, n'est pas digne de moi". Et encore : "Heureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice, car le royaume des cieux est à eux. Heureux serez-vous, quand les hommes vous persécuteront et vous haïront. Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, car c'est ainsi que leurs pères ont persécuté les prophètes qui ont été avant vous. Et encore : "Parce que vous vous tiendrez devant les rois et les puissances, et que le frère livrera le frère à la mort, et le père le fils, et que celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé ;" et "A celui qui vaincra, je donnerai de s'asseoir sur mon trône, comme moi aussi j'ai vaincu et je me suis assis sur le trône de mon Père." D'ailleurs l'apôtre : "Qui nous séparera de l'amour du Christ ? la tribulation, ou la détresse, ou la persécution, ou la famine, ou la nudité, ou le péril, ou l'épée ? (Comme il est écrit : "A cause de toi, nous sommes tués tout le jour ; nous sommes comptés comme des brebis pour la boucherie"). Non, dans toutes ces choses, nous sommes plus que des conquérants pour Celui qui nous a aimés."

5. Quand nous lisons ces choses, et d'autres du même genre, rassemblées dans l'Evangile, et que nous sentons, pour ainsi dire, des torches placées sous nous, avec les paroles du Seigneur pour enflammer notre foi, non seulement nous ne redoutons pas, mais nous provoquons même les ennemis de la vérité ; et nous avons déjà vaincu les adversaires de Dieu, par le fait même que nous ne leur cédons pas, et nous avons soumis leurs lois infâmes contre la vérité. Et bien que nous n'ayons pas encore versé notre sang, nous sommes prêts à le faire. Que personne ne pense que ce retard de notre départ soit une quelconque clémence ; car il nous gêne, il fait obstacle à notre gloire, il repousse le ciel, il empêche la vue glorieuse de Dieu. Car dans un tel concours, et dans le genre de concours où la foi lutte dans la rencontre, ce n'est pas une vraie clémence que de repousser les martyrs par le retard. C'est pourquoi, bien-aimé Cyprien, implore le Seigneur de nous armer et de nous parer chaque jour davantage de sa miséricorde, et de nous confirmer et de nous fortifier par la force de sa puissance ; et, en bon capitaine, de faire sortir ses soldats, qu'il a jusqu'ici entraînés et éprouvés dans le camp de notre prison, sur le champ de bataille qui s'offre à eux. Qu'il nous présente les armes divines, ces armes qui ne savent pas être conquises, - la cuirasse de la justice, qui n'est jamais habituée à être brisée, - le bouclier de la foi, qui ne peut être percé, - le casque du salut, qui ne peut être brisé, - et l'épée de l'Esprit, qui n'a jamais eu l'habitude d'être blessée. Car à qui devrions-nous plutôt confier ces choses pour qu'il nous demande, plutôt qu'à notre si révérend évêque, en tant que victimes destinées à demander l'aide du prêtre ?

6. Voici une autre de nos joies : dans le devoir de votre épiscopat, bien qu'entre-temps vous ayez été, en raison de la condition des temps, séparé de vos frères, vous avez fréquemment confirmé les confesseurs par vos lettres ; vous avez toujours fourni les fournitures nécessaires à partir de vos justes acquisitions ; en toutes choses vous vous êtes toujours montré en quelque sorte présent ; en aucun cas vous n'êtes resté en arrière de votre devoir comme déserteur. Mais ce qui nous a plus fortement stimulés à une plus grande joie, nous ne pouvons le passer sous silence, mais devons le décrire avec tout le témoignage de notre voix. Nous constatons en effet que vous avez réprimandé avec une censure appropriée, et de façon digne, ceux qui, sans se soucier de leurs péchés, avaient, avec un désir hâtif et avide, extorqué la paix aux presbytres en votre absence, et ceux qui, sans respecter l'Evangile, avaient avec une facilité profane accordé la sainteté du Seigneur aux chiens, et des perles aux porcs ; bien qu'il s'agisse d'un grand crime, qui s'est étendu avec une incroyable destructivité presque sur toute la terre, ne doit être traité, comme vous l'écrivez vous-même, qu'avec prudence et modération, avec l'avis de tous les évêques, presbytres, diacres, confesseurs, et même des laïcs qui restent fidèles, comme vous en témoignez vous-même dans vos lettres ; afin que, tout en voulant sans cesse réparer les ruines, on ne donne pas l'impression de provoquer d'autres destructions plus importantes, car où reste la parole divine, si le pardon est si facilement accordé aux pécheurs ? Il est certain que leurs esprits doivent être encouragés et nourris jusqu'à la saison de leur maturité, et qu'ils doivent être instruits par les Saintes Écritures de la grandeur et du dépassement d'un péché qu'ils ont commis. Qu'ils ne soient pas animés par le fait qu'ils sont nombreux, mais plutôt qu'ils soient contrôlés par le fait qu'ils ne sont pas peu nombreux. Un nombre qui ne rougit pas n'a jamais été habitué à avoir un poids dans l'atténuation d'un crime ; mais la honte, la modestie, la patience, la discipline, l'humilité et la sujétion, attendre le jugement des autres sur lui-même, et porter la sentence des autres sur son propre jugement, voilà ce qui prouve la pénitence ; voilà ce qui recouvre une blessure profonde ; voilà ce qui relève les ruines de l'esprit déchu et les restaure, ce qui étouffe et retient la vapeur brûlante de leurs péchés rageurs. Car le médecin ne donnera pas aux malades la nourriture d'un corps sain, de peur que l'alimentation hors saison, au lieu de réprimer, ne stimule la puissance de la maladie rageuse, c'est-à-dire de peur que ce qu