Origène

LETTRE A GREGORY 2

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE

Tous vous saluent en Dieu, très excellent et révérend Sir, fils Gregory, d'Origène. La rapidité naturelle de l'intelligence est propre, vous le savez bien, si elle est exercée avec diligence, à produire une oeuvre qui puisse amener son propriétaire, si je puis m'exprimer ainsi, à la consommation de l'art qu'il désire pratiquer, et votre aptitude naturelle est suffisante pour faire de vous un avocat romain consommé et un philosophe grec également de la plus célèbre des écoles. Mais mon désir pour vous a été que vous dirigiez toute la force de votre intelligence vers le christianisme comme fin, et cela dans la voie de la production. Et je voudrais que vous preniez avec vous, d'une part, les parties de la philosophie des Grecs qui sont aptes, pour ainsi dire, à servir d'études générales ou préparatoires au christianisme, et, d'autre part, autant de géométrie et d'astronomie que possible pour l'interprétation des Saintes Écritures. Les enfants des philosophes parlent de géométrie, de musique, de grammaire, de rhétorique et d'astronomie comme d'un accessoire de la philosophie ; de la même manière, nous pourrions parler de la philosophie elle-même comme d'un accessoire du christianisme.

L'histoire de la spoliation des Égyptiens est caractéristique de cette procédure.


C'est peut-être quelque chose de ce genre qui est énigmatiquement indiqué dans les directions que Dieu est représenté dans le Livre de l'Exode comme donnant aux enfants d'Israël. Il leur est demandé de mendier auprès de leurs voisins et de ceux qui habitent sous leurs tentes des objets d'argent, d'or et des vêtements ; ils doivent donc piller les Égyptiens et se procurer les matériaux nécessaires à la fabrication des choses qu'ils doivent fournir dans le cadre du culte de Dieu. Car c'est avec les objets dont les enfants d'Israël ont gâté les Égyptiens que l'on a fabriqué le mobilier du Saint des Saints, l'arche avec son couvercle, les chérubins, le propitiatoire et le vase d'or dans lequel était conservée la manne, ce pain des anges. Ces objets étaient probablement fabriqués avec le meilleur de l'or des Égyptiens, et d'une seconde qualité, peut-être, le chandelier en or massif qui se trouvait près du voile intérieur, et les lampes qui le surmontaient, et la table en or sur laquelle se trouvait le pain de proposition, et entre ces deux éléments l'autel d'or des parfums. Et s'il y avait de l'or d'une troisième et d'une quatrième qualité, les vases sacrés en étaient faits. L'argent égyptien servait aussi à faire d'autres choses, car c'était de leur séjour en Égypte que les enfants d'Israël tiraient le grand avantage de disposer d'une telle quantité de matériaux précieux pour le service de Dieu. C'est probablement à partir des vêtements égyptiens que furent fabriqués tous les objets nécessaires à la broderie, tels que définis dans les Écritures ; les brodeurs travaillant avec la sagesse de Dieu, ces vêtements à de telles fins, pour produire les tentures et les parvis intérieurs et extérieurs. Ce n'est pas l'occasion de s'étendre sur un tel thème ni de montrer de combien de façons les enfants d'Israël trouvaient utiles ces choses qu'ils obtenaient des Égyptiens. Les Égyptiens n'en avaient pas fait un usage approprié ; mais les Hébreux les utilisaient, car la sagesse de Dieu était avec eux, à des fins religieuses. Les Saintes Écritures savent cependant que c'était une chose mauvaise de descendre du pays des enfants d'Israël en Égypte ; et en cela s'emballe une grande vérité. Pour certains, il est mauvais qu'ils habitent avec les Égyptiens, c'est-à-dire avec l'apprentissage du monde, après avoir été inscrits dans la loi de Dieu et dans le culte israélite de Lui. Ader l'Édomite, tant qu'il fut dans le pays d'Israël et qu'il ne goûta pas le pain des Égyptiens, ne fit pas d'idoles ; mais lorsqu'il fuya le sage Salomon et descendit en Égypte, comme celui qui avait fui la sagesse de Dieu, il se lia avec Pharaon, épousa la sœur de sa femme et engendra un fils qui fut élevé parmi les fils de Pharaon. C'est pourquoi, bien qu'il soit retourné dans le pays d'Israël, il y est revenu pour apporter la division au peuple de Dieu, et pour faire dire au veau d'or : "Voici tes dieux, Israël, qui t'ont fait monter du pays d'Égypte. J'ai appris par expérience et je peux vous dire qu'il y a peu de gens qui ont pris les choses utiles de l'Égypte et qui en sont sortis, et qui ont ensuite préparé ce qui est nécessaire au service de Dieu ; mais Ader l'Édomite, lui, a beaucoup de frères. Je veux parler de ceux qui, se fondant sur un quelconque savoir grec, ont fait naître des idées hérétiques, et ont en quelque sorte fabriqué des veaux d'or à Béthel, qui est, selon l'interprétation, la maison de Dieu. Cela me semble destiné à montrer que ces personnes ont créé leurs propres images dans les Écritures où réside la Parole de Dieu, et qui sont donc appelées tropicalement Béthel. L'autre image est dite dans le mot comme ayant été établie à Dan. Or, les frontières de Dan sont aux extrémités et sont contiguës au pays des païens, comme il est clairement indiqué dans le livre de Jésus, fils de Nef. Certaines de ces images sont donc proches des frontières des païens, que les frères, comme nous l'avons montré, d'Ader ont conçues.


Alors, monsieur, mon fils, étudiez tout d'abord les Ecritures divines. Étudie-les, dis-je. Car nous avons besoin d'étudier profondément les écrits divins, afin de ne pas en parler plus vite que nous ne le pensons ; et pendant que vous étudiez ces oeuvres divines avec une intention croyante et agréable à Dieu, frappez à ce qui s'y ferme, et cela vous sera ouvert par le portier, dont Jésus dit : Jean 10:3 A lui le portier ouvre. Pendant que vous assistez à cette lecture divine, cherchez avec droiture et une foi inébranlable en Dieu le sens caché qui est présent dans la plupart des passages des Écritures divines. Et ne vous contentez pas de frapper et de chercher, car ce qui est le plus nécessaire pour comprendre les choses divines, c'est la prière. En nous y exhortant, le Sauveur dit non seulement : Matthieu 7:7 Frappez, et l'on vous ouvrira, et Cherchez, et vous trouverez, mais aussi Demandez, et l'on vous donnera. J'ai tant osé à cause de mon amour paternel pour vous. Que j'aie bien osé ou non, Dieu le sait, et son Christ, et celui qui a une part de l'Esprit de Dieu et de l'Esprit du Christ. Puissiez-vous y prendre part ; puissiez-vous en avoir une part toujours croissante, afin que vous puissiez dire non seulement : Nous avons part au Christ, Hébreux 3:14, mais aussi Nous avons part à Dieu.