CYPRIEN DE CARTHAGE

LE SEPTIÈME CONCILE DE CARTHAGE SOUS CYPRIEN

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE

Concernant le baptême des hérétiques. Le jugement de quatre-vingt-sept évêques sur le baptême des hérétiques.



Prooemium - Lorsque Stephen, évêque de Rome, avait par ses lettres condamné les décrets du Concile africain sur le baptême des hérétiques, Cyprien n'a pas perdu de temps pour tenir un autre concile à Carthage avec un plus grand nombre d'évêques. Ayant donc convoqué quatre-vingt-sept évêques d'Afrique, de Numidie et de Mauritanie, qui se sont réunis à Carthage dans les Kalends de septembre de l'an 258, ce troisième concile sur la même question du baptême a ensuite été célébré ; au début duquel, après que les lettres de chaque côté aient été lues, Cyprien, par implication, condamne l'assomption d'Étienne.

Lorsque, lors des kalendes de septembre, un grand nombre d'évêques des provinces d'Afrique, de Numidie et de Mauritanie se sont réunis à Carthage, avec les presbytres et les diacres, et une partie considérable de la congrégation qui était également présente ; et lorsque la lettre de Jubaianus écrite à Cyprian a été lue, ainsi que la réponse de Cyprian à Jubaianus, au sujet du baptême des hérétiques, et ce que le même Jubaianus avait ensuite rejoint à Cyprian - Cyprian dit : Vous avez entendu, mes chers collègues, ce que m'a écrit Jubaïanus, notre coévêque, en prenant conseil de ma pauvre intelligence au sujet du baptême illégal et profane des hérétiques, ainsi que ce que je lui ai écrit en réponse, décrétant, à savoir, ce que nous avons une fois de plus et fréquemment déterminé, que les hérétiques qui viennent à l'Église doivent être baptisés et sanctifiés par le baptême de l'Église. En outre, on vous a lu une autre lettre de Jubaïen, dans laquelle, répondant, conformément à sa sincère et religieuse dévotion, à ma lettre, non seulement il a acquiescé à ce que j'avais dit, mais, confessant qu'il en avait été instruit, il m'en a rendu grâce. Il reste que, sur cette même question, chacun de nous doit faire valoir ce qu'il pense, ne jugeant personne, ni ne rejetant personne du droit de communion, s'il devait penser différemment de nous. Car aucun d'entre nous ne s'érige en évêque d'évêques, ni ne contraint par une terreur tyrannique son collègue à la nécessité d'obéir ; car tout évêque, selon la latitude de sa liberté et de sa puissance, a son propre droit de jugement, et ne peut être jugé par un autre que lui-même ne peut juger un autre. Mais attendons tous le jugement de notre Seigneur Jésus-Christ, qui est le seul à avoir le pouvoir à la fois de nous préférer dans le gouvernement de son Église et de nous juger dans notre conduite là-bas.

Caecilius de Bilta a dit : Je ne connais qu'un seul baptême dans l'Église, et aucun hors de l'Église. Celui-ci sera ici, là où il y a la vraie espérance et la foi certaine. Car ainsi est-il écrit : Une seule foi, une seule espérance, un seul baptême ; Ephésiens 4 : 5 non pas parmi les hérétiques, où il n'y a pas d'espérance, et la foi est fausse, où tout se fait par le mensonge ; où un démoniaque exorcise ; où celui dont la bouche et les paroles provoquent un cancer met l'interrogatoire sacramentel ; l'infidèle donne la foi ; le méchant accorde le pardon des péchés ; et l'Antéchrist baptise au nom du Christ ; celui qui est maudit de Dieu bénit ; celui qui est mort promet la vie ; celui qui est impitoyable donne la paix ; le blasphémateur appelle Dieu ; le profane administre l'office du sacerdoce ; le sacrilège établit un autel. En plus de toutes ces choses, il y a aussi ce mal, que les prêtres du diable osent célébrer l'Eucharistie ; ou bien que ceux qui les soutiennent disent que toutes ces choses concernant les hérétiques sont fausses. Voyez à quel genre de choses l'Église est obligée de consentir, et est contrainte sans baptême, sans pardon des péchés, de communier. Et cette chose, frères, nous devons la fuir et l'éviter, nous séparer d'une si grande méchanceté, et tenir un seul baptême, qui est accordé par le Seigneur à l'Église seule.

Primus de Misgirpa a dit : Je décide que tout homme qui vient à nous par hérésie doit être baptisé. Car c'est en vain qu'il pense avoir été baptisé là, puisqu'il n'y a pas de baptême, si ce n'est le seul et véritable baptême dans l'Église ; car non seulement Dieu est un, mais la foi est une, et l'Église est une, dans laquelle se trouve l'unique baptême, la sainteté et le reste. Car ce qui est fait sans, n'a pas d'effet de salut.

Polycarpe d'Adrumetum a dit : Ceux qui approuvent le baptême des hérétiques annulent notre baptême.

Novatus de Thamugada a dit : Bien que nous sachions que toutes les Écritures témoignent du baptême salvateur, nous devons néanmoins déclarer notre foi, que les hérétiques et les schismatiques qui viennent à l'Église, et qui semblent avoir été faussement baptisés, doivent être baptisés dans la fontaine éternelle ; et donc, selon le témoignage des Écritures, et selon le décret de nos collègues, hommes de très sainte mémoire, que tous les schismatiques et les hérétiques qui se convertissent à l'Église doivent être baptisés ; et de plus, que ceux qui paraissent avoir été ordonnés doivent être reçus parmi les laïcs.

Nemesianus de Thubunae a dit : Que le baptême que les hérétiques et les schismatiques accordent n'est pas le vrai, est partout déclaré dans les Saintes Écritures, puisque leurs chefs sont de faux Christs et de faux prophètes, comme le dit le Seigneur par Salomon : "Celui qui se confie dans le faux, il nourrit les vents ; et le même, d'ailleurs, suit le vol des oiseaux. Car il a abandonné les chemins de sa propre vigne, il s'est égaré des sentiers de son petit champ. Mais il marche dans des lieux sans chemins, et secs, et une terre destinée à la soif ; de plus, il rassemble dans ses mains des choses stériles. Et encore : Abstenez-vous de toute eau étrangère, et de la fontaine d'un autre, ne buvez pas, afin que vous viviez longtemps ; aussi que les années de vie s'ajoutent à vous. Proverbes 9:19 Et dans l'Evangile, notre Seigneur Jésus-Christ a parlé avec sa voix divine, disant : Si un homme ne naît de nouveau d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Jean 3:5 C'est l'Esprit qui, dès le commencement, a été porté sur les eaux ; car l'Esprit ne peut agir sans l'eau, ni l'eau sans l'Esprit. Certaines personnes interprètent donc mal pour elles-mêmes, lorsqu'elles disent que par l'imposition de la main elles reçoivent le Saint-Esprit, et sont ainsi reçues, alors qu'il est manifeste qu'elles doivent naître de nouveau dans l'Église catholique par les deux sacrements. Alors, en effet, ils pourront être fils de Dieu, comme le dit l'apôtre : En veillant à maintenir l'unité de l'Esprit dans le lien de la paix. Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme vous avez été appelés dans une seule espérance de votre vocation ; un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu. Ephésiens 4:3-6 Toutes ces choses parlent de l'Eglise catholique. Et de nouveau, dans l'Évangile, le Seigneur dit Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est esprit ; car Dieu est Esprit, et il est né de Dieu. Jean 3:6 Ainsi, tout ce que font les hérétiques et les schismatiques est charnel, comme le dit l'apôtre : Car les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont les impudicités, les impuretés, l'inceste, les idolâtries, les sorcelleries, les haines, les disputes, la jalousie, la colère, les divisions, les hérésies, et les choses semblables à celles-ci, au sujet desquelles il vous a été dit auparavant, comme je vous le prédis maintenant, que quiconque fait de telles choses n'héritera pas le royaume de Dieu. Galates 5:19-21 Et ainsi l'apôtre condamne, avec tous les méchants, ceux qui provoquent des divisions, c'est-à-dire les schismatiques et les hérétiques. Si donc ils ne reçoivent pas le baptême salvateur dans l'Église catholique, qui est unique, ils ne pourront pas être sauvés, mais seront condamnés avec le charnel dans le jugement du Seigneur Christ.

Janvier de Lambesis a dit : Selon l'autorité des Saintes Écritures, je décrète que tous les hérétiques doivent être baptisés, et ainsi admis dans la sainte Église.

Lucius de Castra Galbae a dit : Puisque le Seigneur dans son Évangile a dit : "Vous êtes le sel de la terre ; mais si le sel devait perdre sa saveur, avec quoi le salera-t-on ? Il n'est désormais bon à rien, si ce n'est à être jeté hors des portes et à être foulé aux pieds par les hommes. Matthieu 5:13 Et de nouveau, après sa résurrection, envoyant ses apôtres, il leur donna des ordres, en disant : Tout pouvoir m'a été donné, dans le ciel et sur la terre. Va, et enseigne à toutes les nations, en les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Matthieu 28:18-19 Puisqu'il est donc manifeste que les hérétiques - c'est-à-dire les ennemis du Christ - n'ont pas la saine confession du sacrement ; de plus, que les schismatiques ne peuvent pas assaisonner les autres de sagesse spirituelle, puisqu'eux-mêmes, en s'écartant de l'Église, qui est une, ayant perdu la saveur, sont devenus contraires à celle-ci - qu'il soit fait comme il est écrit : La maison de ceux qui sont contraires à la loi doit être purifiée. Et c'est une conséquence que ceux qui, ayant été baptisés par des gens qui sont contraires à l'Église, sont pollués, doivent d'abord être purifiés, et ensuite être longuement baptisés.

Crescens de Cirta a dit : Dans une telle assemblée de très saints confrères prêtres, comme on l'a lu les lettres de notre très cher Cyprien à Jubaïen et aussi à Étienne, contenant en elles tant de saints témoignages qui descendent des Écritures divinement faites, qu'avec raison nous devons, tous étant unis par la grâce de Dieu, y consentir ; Je juge que tous les hérétiques et les schismatiques qui veulent venir dans l'Église catholique, ne seront pas autorisés à entrer sans avoir été préalablement exorcisés et baptisés ; à l'exception de ceux, en effet, qui peuvent avoir été précédemment baptisés dans l'Église catholique, et ceux-ci de telle manière qu'ils puissent être réconciliés avec la pénitence de l'Église par l'imposition des mains.

Nicomède de Segermae a dit Mon opinion est la suivante : les hérétiques qui viennent à l'Église devraient être baptisés, pour la raison que parmi les pécheurs sans eux, ils ne peuvent obtenir aucune rémission des péchés.

Munnulus de Girba a dit : La vérité de notre Mère l'Église catholique, mes frères, est toujours restée et reste encore avec nous, et même surtout dans la Trinité du baptême, comme dit notre Seigneur, Allez et baptisez les nations, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Matthieu 28:19 Puisque nous savons donc manifestement que les hérétiques n'ont ni Père, ni Fils, ni Saint-Esprit, ils doivent, lorsqu'ils viennent à l'Église notre Mère, naître de nouveau et être baptisés, afin que le cancer qu'ils ont eu, la colère de la damnation et la sorcellerie de l'erreur soient sanctifiés par la couche sainte et céleste.

Secundinus de Cedias a dit Puisque notre Seigneur le Christ dit : "Celui qui n'est pas avec moi est contre moi" ; Matthieu 12:30 et Jean l'apôtre appelle ceux qui s'éloignent de l'Église des Antéchrists - sans doute des ennemis du Christ - tous ceux qui sont appelés Antéchrists ne peuvent pas administrer la grâce du baptême salvateur. Et donc, je pense que ceux qui fuient les pièges des hérétiques vers l'Église doivent être baptisés par nous, qui sommes appelés amis de Dieu, de sa condescendance.

Félix de Bagai a dit : De même que, lorsque l'aveugle conduit l'aveugle, ils tombent ensemble dans le fossé ; de même, lorsque l'hérétique baptise un hérétique, ils tombent ensemble dans la mort. Et donc, un hérétique doit être baptisé et rendu vivant, de peur que nous, qui sommes vivants, ne soyons en communion avec les morts.

Polianus de Mileum a dit : Il est juste qu'un hérétique soit baptisé dans la sainte Église.

Theogenes d'Hippo Regius a dit : Selon le sacrement de la grâce céleste de Dieu que nous avons reçu, nous croyons à un seul baptême qui est dans la sainte Église.

Dativus de Badis a dit : En ce qui nous concerne, nous ne communions pas avec les hérétiques, sauf s'ils ont été baptisés dans l'Église et ont reçu la rémission de leurs péchés.

Succès de l'abbé Germaniciana a dit : Les hérétiques ne peuvent rien faire, ou alors ils peuvent tout faire. S'ils peuvent baptiser, ils peuvent aussi conférer le Saint-Esprit. Mais s'ils ne peuvent pas donner le Saint-Esprit, parce qu'ils n'ont pas le Saint-Esprit, ils ne peuvent pas non plus baptiser spirituellement. C'est pourquoi nous jugeons que les hérétiques doivent être baptisés.

Fortunatus de Tuccaboris a dit : Jésus-Christ notre Seigneur et Dieu, Fils de Dieu le Père et Créateur, a bâti son Église sur un rocher, et non sur une hérésie ; et il a donné le pouvoir de baptiser aux évêques, et non aux hérétiques. C'est pourquoi ceux qui sont sans l'Église et qui, s'opposant au Christ, dispersent Ses brebis et Son troupeau, ne peuvent pas baptiser, étant sans.

Sedatus de Tuburbo a dit : Au degré où l'eau sanctifiée dans l'Église par la prière du prêtre, lave les péchés ; à ce degré, si elle est infectée par un discours hérétique comme par un cancer, elle accumule les péchés. C'est pourquoi nous devons nous efforcer avec toutes les forces pacifiques, afin que personne infecté et souillé par l'erreur hérétique ne refuse de recevoir le seul et vrai baptême de l'Église, par lequel quiconque n'est pas baptisé, deviendra un étranger du royaume des cieux. Privatianus de Sufetula a dit : Que celui qui dit que les hérétiques ont le pouvoir de baptiser, dise d'abord qui a fondé l'hérésie. Car si l'hérésie est de Dieu, elle peut aussi avoir l'indulgence divine. Mais si elle n'est pas de Dieu, comment peut-elle avoir la grâce de Dieu, ou la conférer à quelqu'un ?

Le Privatus of Sufes a dit : Celui qui approuve le baptême des hérétiques, que fait-il d'autre que de communiquer avec les hérétiques ?

Hortensianus de Lares a dit : Que ces présomptueux, ou ceux qui favorisent les hérétiques, considèrent le nombre de baptêmes qu'il y a. Nous revendiquons pour l'Église un seul baptême, que nous ne connaissons pas, sauf dans l'Église. Ou comment peuvent-ils baptiser quelqu'un au nom du Christ, que le Christ lui-même déclare être ses adversaires ?

Cassius de Macomadae a dit : Puisqu'il ne peut y avoir deux baptêmes, celui qui cède le baptême aux hérétiques se le retire à lui-même. Je juge donc que les hérétiques, lamentables et corrompus, doivent être baptisés lorsqu'ils commencent à venir à l'Église ; et que, lavés par le lavage sacré et divin, et illuminés par la lumière de la vie, ils puissent être reçus dans l'Église, non comme des ennemis, mais comme rendus pacifiques ; non pas comme des étrangers, mais comme des membres de la famille de la foi du Seigneur ; non pas comme des enfants de l'adultère, mais comme des fils de Dieu ; non pas de l'erreur, mais du salut ; sauf ceux qui, autrefois fidèles, ont été supplanté et sont passés de l'Église aux ténèbres de l'hérésie, mais que ceux-ci doivent être rétablis par l'imposition des mains.

Un autre Januarius du Vicus Caesaris a dit Si l'erreur n'obéit pas à la vérité, beaucoup plus de vérité ne consent pas à l'erreur ; et c'est pourquoi nous soutenons l'Église que nous présidons, afin que, réclamant son baptême pour elle-même seule, nous baptisions ceux que l'Église n'a pas baptisés.

Un autre Secundinus de Carpi a dit Les hérétiques sont-ils chrétiens ou non ? S'ils sont chrétiens, pourquoi ne sont-ils pas dans l'Église de Dieu ? S'ils ne sont pas chrétiens, comment se fait-il qu'ils soient chrétiens ? Ou bien où va tendre le discours du Seigneur, lorsqu'il dit : "Celui qui n'est pas avec moi est contre moi, et celui qui n'assemble pas avec moi disperse" ? Matthieu 12:30 D'où il apparaît clairement que sur les enfants étrangers, et sur la progéniture de l'Antéchrist, le Saint-Esprit ne peut pas descendre seulement par imposition des mains, puisqu'il est manifeste que les hérétiques n'ont pas de baptême.

Victoricus de Thabraca a dit S'il est permis aux hérétiques de baptiser et de donner la rémission des péchés, pourquoi les marquer d'infamie et les appeler hérétiques ?

Un autre Félix d'Uthina a dit : Personne ne doute, très saints confrères prêtres, que la présomption humaine n'est pas capable de faire autant que l'adorable et vénérable majesté de notre Seigneur Jésus-Christ. C'est pourquoi, en nous souvenant du danger, nous devons non seulement l'observer, mais aussi le confirmer par la voix de tous, que tous les hérétiques qui viennent au sein de la Mère Église soient baptisés, afin que l'esprit hérétique pollué par une longue décadence, purgé par la sanctification de la couche, puisse ainsi être réformé pour le mieux.

Quiet de Baruch a dit : Nous qui vivons par la foi, nous devons obéir avec une observance attentive à ce qui a été prédit auparavant pour notre instruction. Car il est écrit dans Salomon : "Celui qui est baptisé d'entre les morts (et qui touche de nouveau les morts), à quoi sert son bain ? Siracide 34:25 qui parle certainement de ceux qui sont lavés par les hérétiques, et de ceux qui les lavent. Car si ceux qui sont baptisés parmi eux obtiennent par la rémission de leurs péchés la vie éternelle, pourquoi viennent-ils à l'Église ? Mais si d'un mort on ne reçoit pas le salut, et donc, reconnaissant leur erreur antérieure, ils reviennent à la vérité avec pénitence, ils doivent être sanctifiés par le seul baptême vital qui est dans l'Église catholique.

Castus de Sicca a dit : Celui qui, au mépris de la vérité, prétend suivre la coutume, est soit envieux et malin à l'égard de ses frères à qui la vérité est révélée, soit ingrat à l'égard de Dieu, dont l'inspiration instruit son Église.

Euchratius de Thenae a dit Dieu et notre Seigneur Jésus-Christ, enseignant les apôtres de sa propre bouche, a entièrement achevé notre foi, et la grâce du baptême, et la règle de la loi ecclésiastique, en disant Allez et enseignez toutes les nations, en les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Matthieu 28:18 Ainsi le faux et mauvais baptême des hérétiques doit être rejeté par nous, et réfuté avec toute détestation, dont le mois exprime le poison, non la vie, non la grâce céleste, mais le blasphème de la Trinité. Il est donc manifeste que les hérétiques qui viennent à l'Église doivent être baptisés du sain et catholique baptême, afin que, purifiés du blasphème de leur présomption, ils soient réformés par la grâce du Saint-Esprit.

Libosus de Vaga a dit : Dans l'Évangile, le Seigneur dit : "Je suis la vérité". Jean 14:6 Il n'a pas dit : "Je suis la coutume". C'est pourquoi, la vérité étant manifeste, que la coutume cède le pas à la vérité ; de sorte que, bien que dans le passé personne n'ait eu l'habitude de baptiser les hérétiques dans l'Église, qu'il commence maintenant à les baptiser.

Lucius de Thèbeste a dit : Je décide que les hérétiques blasphémateurs et injustes, qui avec des paroles diverses déchirent les paroles saintes et adorables des Écritures, doivent être maudits, et donc qu'ils doivent être exorcisés et baptisés.

Eugène d'Ammedera a dit Et je détermine la même chose - que les hérétiques doivent être baptisés.

Un autre Félix d'Amaccora a également dit : Et moi-même, suivant l'autorité des Écritures divines, je juge que les hérétiques doivent être baptisés ; et, de plus, ceux qui prétendent aussi avoir été baptisés parmi les schismatiques. Car si, selon l'avertissement du Christ, nos fonts baptismaux nous sont privés, que tous les adversaires de notre Église comprennent qu'il ne peut en être ainsi pour un autre. Celui qui est le berger d'un seul troupeau ne peut pas non plus donner l'eau salvatrice à deux peuples. Il est donc évident que ni les hérétiques ni les schismatiques ne peuvent rien recevoir de céleste, puisqu'ils osent recevoir des hommes pécheurs et des hommes extérieurs à l'Église. Quand il n'y a pas de place pour celui qui donne, il est certain qu'il n'y a pas de profit pour celui qui reçoit.

Un autre Januarius de Muzzuli a également dit Je suis surpris, puisque tous confessent qu'il y a un seul baptême, que tous ne perçoivent pas l'unité du même baptême. Pour l'Église et l'hérésie sont deux choses, et des choses différentes. Si les hérétiques ont le baptême, nous ne l'avons pas ; mais si nous l'avons, les hérétiques ne peuvent pas l'avoir. Mais il ne fait aucun doute que l'Église seule possède le baptême du Christ, puisqu'elle seule possède à la fois la grâce et la vérité du Christ.

Adelphe de Thasvalte a dit Certaines personnes sans raison contestent la vérité par des paroles fausses et envieuses, en disant que nous rebaptisons, alors que l'Église ne rebaptise pas les hérétiques, mais les baptise.

Démétrius de Leptiminus a dit : Nous maintenons un seul baptême, parce que nous exigeons de l'Église catholique qu'elle soit la seule à posséder ses propres biens. Mais ceux qui disent que les hérétiques baptisent vraiment et légitimement, sont eux-mêmes ceux qui font non pas un, mais plusieurs baptêmes. Car puisque les hérésies sont nombreuses, en fonction de leur nombre seront comptés les baptêmes.

Vincentius de Thibaris a dit : Nous savons que les hérétiques sont pires que les païens. Si donc, se convertissant, ils voulaient venir au Seigneur, nous avons assurément la règle de vérité que le Seigneur, par son précepte divin, a commandée à ses apôtres en disant : "Allez, imposez les mains en mon nom, expulsez les démons. Et dans un autre lieu : Allez enseigner les nations, en les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Matthieu 28:19 C'est donc tout d'abord par l'imposition des mains dans l'exorcisme, ensuite par la régénération du baptême, qu'ils pourront alors parvenir à la promesse du Christ. Sinon, je pense qu'il ne faut pas le faire.

Marcus de Mactaris a dit : Il n'est pas étonnant que les hérétiques, les ennemis et les contestataires de la vérité se prétendent au pouvoir et à la condescendance des autres. Mais il est étonnant que certains d'entre nous, qui s'opposent à la vérité, soutiennent les hérétiques et s'opposent aux chrétiens. C'est pourquoi nous décrétons que les hérétiques doivent être baptisés.

Sattius de Sicilibba a dit : Si, lors du baptême, les hérétiques se voient remettre leurs péchés, ils viennent à l'Église sans raison. Car puisque, au jour du jugement, ce sont des péchés qui sont punis, il n'y a rien que les hérétiques puissent craindre du jugement du Christ, s'ils ont déjà obtenu la rémission de leurs péchés.

Victor de Gor a dit : Puisque les péchés ne sont pas remis si ce n'est par le baptême de l'Église, celui qui admet un hérétique à la communion sans baptême fait deux choses contre la raison : il ne purifie pas les hérétiques, et il souille les chrétiens.

Aurelius d'Utica a dit : Puisque l'apôtre dit que nous ne devons pas communiquer avec les péchés des autres, que fait-il d'autre que de communiquer avec les péchés des autres, qui communie avec les hérétiques sans le baptême de l'Église ? Et donc je juge que les hérétiques doivent être baptisés, afin qu'ils puissent recevoir le pardon de leurs péchés ; et ainsi la communion peut être eue avec eux.

Iambus de Germaniciana a dit : Ceux qui approuvent le baptême des hérétiques, désapprouvent le nôtre, en niant que ceux qui sont, je ne dirai pas lavés, mais souillés, en dehors de l'Église, doivent être baptisés dans l'Église.

Lucianus de Rucuma a dit Il est écrit : "Et Dieu vit la lumière, qu'elle était bonne, et partagée entre la lumière et les ténèbres. Genèse 1:4 S'il peut y avoir un accord entre la lumière et les ténèbres, il peut y avoir quelque chose en commun entre nous et les hérétiques. C'est pourquoi je détermine que les hérétiques doivent être baptisés.

Pelagianus de Luperciana a dit Il est écrit : "Ou bien le Seigneur est Dieu, ou bien Baal est Dieu. 1 Rois 18:21 Par conséquent, dans le cas présent également, soit l'Église est l'Église, soit l'hérésie est l'Église. D'autre part, si l'hérésie n'est pas l'Église, comment le baptême de l'Église peut-il être parmi les hérétiques ?

a déclaré Jader de Midila : Nous savons qu'il n'y a qu'un seul baptême dans l'Église catholique, et nous ne devrions donc pas recevoir un hérétique à moins qu'il n'ait été baptisé parmi nous ; de peur qu'il ne pense qu'il a été baptisé hors de l'Église catholique.

Un autre Félix de Marazana a également déclaré Il y a une foi, un baptême, mais de l'Église catholique, qui seule a le droit de baptiser.

Paulus d'Obba a dit : Cela ne me dérange pas qu'un homme n'affirme pas la foi et la vérité de l'Église, puisque l'apôtre dit : "Et si certains d'entre eux se sont éloignés de la foi ? Leur incrédulité a-t-elle rendu la foi de Dieu sans effet ? En aucun cas. Car Dieu est vrai, mais tout homme est un menteur. Romains 3:3-4 Mais si Dieu est vrai, comment la vérité du baptême peut-elle être parmi les hérétiques, parmi lesquels Dieu n'est pas ?

Pomponius de Dionysiana a dit : Il est évident que les hérétiques ne peuvent pas baptiser et donner la rémission des péchés, vu qu'ils n'ont pas le pouvoir de pouvoir détacher ou lier quoi que ce soit sur terre.

Venantius de Timisa a dit : Si un mari, se rendant à l'étranger, avait confié sa femme à la tutelle de son ami, cet ami s'occuperait de celle qui lui a été confiée avec toute la diligence possible, afin que sa chasteté et sa sainteté ne soient pas corrompues par quiconque. Le Christ Seigneur et notre Dieu, allant vers son Père, nous a recommandé son épouse. Devons-nous la garder incorruptible et inviolée, ou devons-nous trahir son intégrité et sa chasteté à des adultères et des corrupteurs ? Car celui qui rend le baptême de l'Église commun aux hérétiques, trahit l'épouse du Christ aux adultères.

Ahymnus d'Ausvaga a dit : Nous avons reçu un seul baptême, et c'est ce même baptême que nous maintenons et pratiquons. Mais celui qui dit que les hérétiques aussi peuvent légalement baptiser, fait deux baptêmes.

Saturninus de Victoriana a dit : Si les hérétiques peuvent baptiser, ceux qui font des choses illégales sont excusés et défendus ; je ne vois pas non plus pourquoi le Christ les aurait appelés adversaires, ou l'apôtre les aurait appelés Antéchrist.

Saturninus de Thucca a dit : Les païens, bien qu'ils adorent des idoles, connaissent et confessent encore un Dieu suprême en tant que Père et Créateur. Contre lui, Marcion blasphème, et certaines personnes ne rougissent pas d'approuver le baptême de Marcion. Comment de tels prêtres observent ou justifient le sacerdoce de Dieu, qui ne baptisent pas les ennemis de Dieu, et maintiennent la communion avec eux tels qu'ils sont !

disait Marcellus de Zama : Puisque les péchés ne sont pas remis sauf lors du baptême de l'Église, celui qui ne baptise pas un hérétique est en communion avec un pécheur.

Irénée d'Ululi a dit : Si l'Église ne baptise pas un hérétique, parce qu'il est dit qu'il est déjà baptisé, c'est la plus grande hérésie.

Donatus de Cibaliana a dit : Je connais une seule Église et son seul baptême. S'il y a quelqu'un qui dit que la grâce du baptême revient aux hérétiques, il doit d'abord montrer et prouver que l'Église est parmi eux.

Zosimus de Tharassa a dit : Lorsqu'une révélation de la vérité est faite, que l'erreur fasse place à la vérité ; car Pierre aussi, qui était auparavant circoncis, a cédé à Paul lorsqu'il a prêché la vérité.

Julianus de Telepte a dit : Il est écrit : "Nul ne peut rien recevoir, si cela ne lui a pas été donné du ciel. Si l'hérésie vient du ciel, elle peut aussi donner le baptême.

Faustus de Timida Regia a dit : Que ceux qui sont en faveur des hérétiques ne se flattent pas. Celui qui interfère avec le baptême de l'Église au nom des hérétiques, fait d'eux des chrétiens, et de nous des hérétiques.

Geminius de Furni a dit : Certains de nos collègues peuvent préférer les hérétiques à eux-mêmes, ils ne peuvent pas le faire pour nous : et donc ce que nous avons déterminé une fois, nous le maintenons - que nous baptisons ceux qui nous viennent des hérétiques.

Rogatianus de Nova a dit : Le Christ a institué l'Église ; le diable, l'hérésie. Comment la synagogue de Satan peut-elle avoir le baptême du Christ ?

Therapius de Bulla a dit : "Le Christ a institué l'Église ; le diable, l'hérésie : Celui qui concède et trahit le baptême de l'Église aux hérétiques, qu'a-t-il été d'autre pour l'épouse du Christ qu'un Judas ?

Un autre Lucius de Membresa a également dit : Il est écrit : "Dieu n'entend pas un pécheur". Comment un hérétique qui est pécheur peut-il être entendu lors du baptême ?

Un autre Félix de Bussacene a également dit : "Il est écrit que Dieu n'entend pas un pécheur" : En ce qui concerne la réception d'hérétiques sans le baptême de l'Église, que personne ne préfère la coutume à la raison et à la vérité, car la raison et la vérité excluent toujours la coutume.

Un autre Saturne d'Avitini a dit : Si l'Antéchrist peut donner à quiconque la grâce du Christ, les hérétiques peuvent aussi baptiser, car ils sont appelés antéchrists.

Quintus d'Aggya : Il peut donner quelque chose qui a quelque chose. Mais que peuvent donner les hérétiques, qui, c'est clair, n'ont rien ?

Un autre Julianus de Marcelliana a dit : Si un homme peut servir deux maîtres, Dieu et Mamon, le baptême peut aussi servir deux maîtres, le chrétien et l'hérétique.

Tenax de Horrea Caeliae a dit : Le baptême est un, mais c'est celui de l'Église. Là où l'Église n'est pas là, il ne peut y avoir de baptême.

Un autre Victor d'Assouri a dit : Il est écrit que Dieu est un, et le Christ est un, et l'Église est une, et le baptême est un. Comment, par conséquent, quelqu'un peut-il être baptisé là où Dieu, et le Christ, et l'Église une n'est pas ?

Donatulus de Capse l'a dit : Et j'ai aussi toujours pensé ceci, que les hérétiques, qui ne peuvent rien obtenir sans l'Église, lorsqu'ils se convertissent à l'Église, doivent être baptisés.

Verulus de Rusiccada a dit : Un homme qui est un hérétique ne peut pas donner ce qu'il n'a pas ; bien plus un schismatique, qui a perdu ce qu'il avait autrefois.

Pudentianus de Cuiculis a dit : La nouveauté de ma charge épiscopale, mes frères bien-aimés, m'a fait attendre ce que mes aînés devraient juger. Car il est évident que les hérésies n'ont rien, et ne peuvent rien avoir. Et donc, si quelqu'un vient d'elles, il est très justement décrété qu'elles doivent être baptisées.

Pierre d'Hippone Diarrhytus a dit : Puisqu'il y a un seul baptême dans l'Église catholique, il est évident qu'on ne peut pas être baptisé en dehors de l'Église. Et donc je juge que ceux qui ont été plongés dans l'hérésie ou dans le schisme, lorsqu'ils viennent à l'Église, doivent être baptisés.

Un autre Lucius d'Ausafa a également dit Selon la direction de mon esprit et de l'Esprit Saint, comme il y a un seul Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, et un seul Christ, et une seule espérance, et un seul Esprit, et une seule Église, il devrait aussi y avoir un seul baptême. C'est pourquoi je dis que si quelque chose a été mis en route ou accompli par des hérétiques, il faut l'annuler, et que ceux qui viennent de là doivent être baptisés dans l'Église.

Un autre Félix des Gurgites a également dit Je juge que, selon les préceptes des Saintes Écritures, celui qui est illégalement baptisé par des hérétiques en dehors de l'Église, lorsqu'il souhaite se réfugier dans l'Église, doit obtenir la grâce du baptême là où il est légalement donné.

Pusillus de Lamasba a dit Je crois qu'il n'y a pas de baptême salvateur, sauf dans l'Église catholique. Tout ce qui est en dehors de l'Église catholique est un faux-semblant.

Salvianus de Gazaufala a dit : Il est certain que les hérétiques n'ont rien, et donc ils viennent à nous pour recevoir ce qu'ils n'ont pas.

Honoratus de Thucca a dit : Puisque le Christ est la Vérité, nous devrions plutôt suivre la vérité que la coutume ; afin que nous sanctifiions les hérétiques par le baptême de l'Église, voyant qu'ils viennent à nous pour la raison qu'ils ne pourraient rien recevoir sans.

Victor d'Octavum a dit : Comme vous le savez vous-mêmes, je n'ai pas été nommé évêque depuis longtemps, et j'ai donc attendu la décision de mes prédécesseurs. Je pense donc ceci, que tous ceux qui viennent de l'hérésie devraient sans aucun doute être baptisés.

Clara de Mascula a dit : La sentence de notre Seigneur Jésus-Christ est claire, lorsqu'il a envoyé ses apôtres, et qu'il leur a accordé à eux seuls le pouvoir qui lui a été donné par son Père ; et nous avons réussi, en gouvernant l'Eglise du Seigneur avec le même pouvoir, et en baptisant la foi des croyants. Et donc les hérétiques, qui n'ont pas de pouvoir sans, ni l'Église du Christ, ne peuvent baptiser personne de Son baptême.

Secundianus de Thambei a dit Nous ne devons pas tromper les hérétiques par notre présomption ; afin que ceux qui n'ont pas été baptisés dans l'Église de notre Seigneur Jésus-Christ, et qui n'ont pas obtenu par ce moyen la rémission de leurs péchés, quand le jour du jugement viendra, nous imputent que par nous ils n'ont pas été baptisés, et n'ont pas obtenu l'indulgence de la grâce divine. C'est pourquoi, puisqu'il y a une seule Église et un seul baptême, lorsqu'ils se convertissent à nous, ils doivent obtenir, avec l'Église, le baptême de l'Église également.

Un autre Aurelius de Chullabi a également dit L'apôtre Jean l'a consigné dans son épître en disant Si quelqu'un vient à vous et n'a pas la doctrine du Christ, ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas : "Je vous salue". Car celui qui lui dit : "Je vous salue", participe à ses mauvaises actions. Comment peut-on admettre à la hâte dans la maison de Dieu des personnes qui n'ont pas le droit d'être admises dans notre demeure privée ? Ou comment pouvons-nous communier avec eux sans le baptême de l'Église, à laquelle, si nous ne devons dire que "Je vous salue", nous participons à leurs mauvaises actions ?

disait Litteus de Gemelli : Si les aveugles conduisent les aveugles, tous deux tombent dans le fossé. Puisqu'il est donc manifeste que les hérétiques ne peuvent donner la lumière à personne, étant eux-mêmes aveugles, leur baptême ne sert à rien.

Natalis d'Oëa a dit : Aussi bien moi qui suis présent, en tant que Pompée de Sabrata, que Dioga de Leptis Magna - qui, absent en effet dans le corps, mais présent en esprit, m'ont donné la charge - juge comme nos collègues, que les hérétiques ne peuvent pas communier avec nous, à moins qu'ils ne soient baptisés du baptême ecclésiastique.

Junius de Neapolis a dit : Je ne me rétracte pas du jugement que nous avons autrefois rendu sur le fait que nous devrions baptiser les hérétiques qui viennent à l'Église.

Cyprien de Carthage a dit : La lettre qui a été écrite à notre collègue Jubaianus exprime très pleinement mon opinion, selon laquelle, selon le témoignage évangélique et apostolique, les hérétiques, qui sont appelés adversaires du Christ et de l'Antéchrist, lorsqu'ils viennent à l'Église, doivent être baptisés du seul baptême de l'Église, afin qu'ils soient faits d'adversaires, d'amis, et d'Antéchrist, de chrétiens.