Tertullien

LE PALLIUM

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE

Chapitre 1. Le temps change les robes des nations - et les fortunes


Hommes de Carthage, toujours princes d'Afrique, anoblis par des souvenirs anciens, bénis par des félicités modernes, je me réjouis que les temps soient si prospères avec vous que vous ayez du loisir à dépenser et du plaisir à trouver à critiquer les tenues. C'est le temps de la paix et de l'abondance. Des bénédictions pleuvent de l'empire et du ciel. Pourtant, vous aussi, dans le passé, vous portiez vos vêtements - vos tuniques - d'une autre forme ; et en effet, ils étaient réputés pour l'habileté de la trame, l'harmonie de la teinte et la proportion de la taille, en ce sens qu'ils n'étaient ni prodigieusement longs en travers des tibias, ni immodestement maigres entre les genoux, ni nègres aux bras, ni serrés aux mains, mais, sans être ombragés par une gaine disposée pour diviser les plis, ils se tenaient sur le dos des hommes avec une symétrie quadrangulaire. Le vêtement du manteau extrinsèquement - lui-même trop quadrangulaire - projeté en arrière sur l'une ou l'autre épaule, et se rejoignant étroitement autour du cou dans la prise de la boucle, reposait sur les épaules. Son pendant est maintenant la robe sacerdotale, sacrée pour Æsculapius, que vous appelez maintenant la vôtre. De même, dans votre voisinage immédiat, l'État frère habillait (ses citoyens) ; et partout ailleurs en Afrique Tyr (s'est installée). Mais lorsque l'urne des mondanités a varié et que Dieu a favorisé les Romains, l'État frère, de son propre choix, s'est empressé de procéder à un changement, afin que lorsque Scipion a débarqué dans ses ports, elle ait pu déjà le saluer en guise de vêtement, précocément dans sa romanisation. A toi, cependant, après le bénéfice que ta blessure a entraîné, comme t'exemptant de l'infini de l'âge, et non (te déposant) de ta hauteur d'éminence - après Gracchus et ses mauvais présages, après Lépide et ses rudes plaisanteries, après Pompée et ses triples autels, et César et ses longs délais, lorsque Statilius Taurus a élevé vos remparts, et Sentius Saturninus a prononcé la forme solennelle de votre inauguration - alors que la concorde lui prête son aide, la robe est offerte. Eh bien ! Quel circuit il a pris ! De Pélasgiens à Lydiens ; de Lydiens à Romains : pour que, des épaules du peuple sublime, il descende embrasser les Carthaginois ! Désormais, trouvant votre tunique trop longue, vous la suspendez sur une corde de séparation ; et la redondance de votre toge désormais lisse, vous la soutenez en la rassemblant pli sur pli ; et, avec tout autre vêtement de condition sociale, de dignité ou de saison, le manteau, en tout cas, qui était porté par tous les rangs et toutes les conditions parmi vous, non seulement vous en ignorez, mais vous en ridiculisez même. Pour ma part, je ne me demande pas (là), face à une preuve plus ancienne (de votre oubli). Pour le bélier avecal - pas celui que Laberius (appelle)

Cornes tordues dans le dos, peau de laine, traînage de pierres,

mais il s'agit d'un moteur à poutre, qui fait son service militaire dans des murs en ruine - jamais auparavant, la redoutable Carthage,

Le plus passionné dans la poursuite de la guerre,

aurait été la première à s'être équipée pour le travail oscillatoire de l'impulsion pendulaire ; modélisant la puissance de son moteur après la fureur colérique de la bête de tête. Mais quand la fortune de leur pays est au dernier souffle et que le bélier, devenu romain, accomplit ses exploits d'audace contre les remparts qui étaient les siens, les Carthaginois sont aussitôt abasourdis comme devant une ingénuité nouvelle et étrange : tant de choses peuvent changer dans la longue histoire du Temps ! Bref, c'est que le manteau aussi n'est pas reconnu.



Chapitre 2. La loi du changement, ou mutation, universelle


Nous devons maintenant puiser notre matériel dans une autre source, de peur que le Punichood ne rougisse ou ne soit affligé au milieu des Romains. Changer ses habitudes est, en tout cas, la fonction déclarée de la nature entière. Le monde lui-même (celui que nous habitons) le décharge entre-temps. Veille sur Anaximandre, s'il pense qu'il y a d'autres (mondes) : veille sur celui qui (pense qu'il y en a un autre) n'importe où dans la région des Méropes, comme Silène le dit dans les oreilles de Midas, aptes (comme le sont ces oreilles), il faut l'admettre, à des fables encore plus grandes. Non, même si Platon pense qu'il existe un monde dont cette image est la nôtre, ce monde doit nécessairement subir une mutation similaire ; dans la mesure où, s'il s'agit d'un monde, il sera constitué de diverses substances et fonctions, qui devront répondre de la forme de ce qui est ici le monde : pour le monde, il ne le sera pas s'il n'est pas simplement comme le monde est. Les choses qui, dans la diversité, tendent à l'unité, sont diverses par démutation. En bref, ce sont leurs vicissitudes qui fédèrent la discorde de leur diversité. Ainsi, c'est par mutation qu'existera tout monde dont la structure corporative est le résultat des diversités, et dont la tentative est le résultat des vicissitudes. En tout état de cause, notre hôtellerie est versiforme, ce qui est patent pour des yeux fermés ou totalement homériques. Le jour et la nuit tournent à tour de rôle. Le soleil varie selon les stations annuelles, la lune selon les phases mensuelles. Les étoiles - distinctes dans leur confusion - tombent parfois, parfois ressuscitent, quelque peu. Le circuit du ciel est maintenant resplendissant de sérénité, maintenant sombre de nuages ; ou bien des averses de pluie tombent, et les missiles (se mêlent) avec elles : ensuite (suivent) un léger saupoudrage, et puis à nouveau l'éclat. De même, la mer a une mauvaise réputation d'honnêteté ; alors qu'à un moment donné, les brises la balançaient équitablement, la tranquillité lui donnait un semblant de probité, le calme lui donnait un semblant d'humeur égale ; et puis tout d'un coup, elle s'agitait avec les vagues de la montagne. Ainsi, si vous arpentez la terre, aimant vous habiller selon les saisons, vous seriez presque prêt à nier son identité, quand, vous souvenant de son vert, vous la verrez jaune, et vous la verrez bientôt hirsute elle aussi. Du reste de sa parure aussi, qu'y a-t-il qui ne soit pas sujet à des mutations changeantes - les crêtes plus élevées de ses montagnes par décursion, les veines de ses fontaines par disparition, et les chemins de ses ruisseaux par formation alluviale ? Il fut un temps où tout son orbe, withal, subissait des mutations, envahi par toutes les eaux. Aujourd'hui encore, les conques marines et les cornes de tritons séjournent comme des étrangers sur les montagnes, désireux de prouver à Platon que même les hauteurs ont ondulé. Mais en s'éteignant, son orbe a de nouveau subi une mutation formelle ; une autre, mais la même. Même maintenant, sa forme subit des mutations locales, quand un endroit (particulier) est endommagé ; quand parmi ses îles, Délos n'est plus, Samos un tas de sable, et la Sibylle (ainsi prouvée) pas menteuse ; quand dans l'Atlantique (l'île) qui était de taille égale à la Libye ou l'Asie est recherchée en vain ; quand une partie de l'Italie d'autrefois, coupée en son centre par le tremblement de l'Adriatique et de la mer Tyrrhénienne, laisse la Sicile comme relique ; quand ce coup d'éclat total, faisant reculer les rencontres litigieuses des grands courants, a investi la mer d'un vice inédit, celui non pas de soulever des épaves, mais de les dévorer ! Le continent souffre lui aussi de forces célestes ou inhérentes. Regard sur la Palestine. Là où le fleuve Jourdain est l'arbitre des frontières, (voici) un vaste désert, une région endeuillée et une terre sans butin ! Et jadis (il y avait) des villes, et des peuples florissants, et la terre a donné ses fruits. Ensuite, puisque Dieu est Juge, l'impiété a gagné des averses de feu : Le jour de Sodome est passé, et Gomorrhe n'est plus ; et tout n'est que cendres ; et la mer voisine n'est pas moins que la terre connaît une mort vivante ! Un tel nuage a recouvert l'Étrurie, brûlant ses anciennes Volsinii, pour apprendre à la Campanie (d'autant plus par l'érection de sa Pompéi) à regarder avec espoir ses propres montagnes. Mais loin de là (la répétition de telles catastrophes) ! Si seulement l'Asie, avecal, était à cette époque sans raison de s'inquiéter de la voracité du sol ! Et que l'Afrique ait une fois pour toutes échoué devant le gouffre dévorant, expié par l'absorption traître d'un seul camp ! Bien d'autres détriments de ce genre ont par ailleurs apporté des innovations à la mode de notre orbe, et déplacé des endroits (particuliers). La licence des guerres a également été très grande. Mais il n'est pas moins ennuyeux de raconter des détails tristes que de raconter les vicissitudes des royaumes, et de montrer combien leurs mutations ont été fréquentes, à partir de Ninus, la progéniture de Bélus ; si en effet Ninus a été le premier à avoir un royaume, comme l'affirment les anciennes autorités profanes. Au-delà de son temps, le stylo n'est pas (à voyager), en général, parmi vous (les païens). Il se peut que les Assyriens commencent à ouvrir l'histoire des temps enregistrés. Nous, cependant, qui sommes des lecteurs habituels des histoires divines, sommes des maîtres en la matière depuis la naissance de l'univers lui-même. Mais je préfère, à l'heure actuelle, les détails joyeux, dans la mesure où les choses joyeuses avecal sont sujettes à mutation. Bref, tout ce que la mer a emporté, le ciel brûlé, la terre minée, l'épée coupée, réapparaît à un autre moment par le tour de la compensation. Car dans les temps primitifs, non seulement la terre, pour la plus grande partie de son circuit, était vide et inhabitée ; mais si une race particulière s'était emparée d'une partie quelconque, elle n'existait que pour elle-même. Et ainsi, comprenant enfin que toutes choses se vénéraient elles-mêmes, (la terre) se consulta pour désherber et gratter son abondance (d'habitants), dans un endroit densément peuplé, dans un autre abandonnant leurs postes ; afin que de là (pour ainsi dire à partir de greffes et de mises en place) des peuples de peuples, des villes de villes, puissent être plantés dans toutes les régions de son orbite. Les transmigrations se faisaient par les essaims de races redondantes. L'exubérance des Scythes féconde les Perses ; les Phéniciens se répandent en Afrique ; les Phrygiens donnent naissance aux Romains ; la semence des Chaldéens est conduite en Égypte ; puis, lorsqu'elle est transférée de là, elle devient la race juive. De même, la postérité d'Hercule, dans la même mesure, occupe le Péloponnèse au profit de Temenus. Les camarades ioniens de Nélée dotent l'Asie de nouvelles villes, et les Corinthiens, avec Archias, fortifient Syracuse. Mais l'Antiquité est à cette époque une chose vaine (pour s'y référer), alors que nos propres carrières sont sous nos yeux. Quelle est l'étendue de notre orbe qui a réformé l'âge actuel ! Combien de villes ont produit, augmenté ou restauré la triple puissance de notre empire actuel ! Alors que Dieu favorise tant d'Augusti unis, combien de populations ont été transférées dans d'autres localités ! Combien de peuples ont été réduits ! Combien d'ordres ont retrouvé leur ancienne splendeur ! Combien de barbares déconcertés ! En vérité, notre orbe est le domaine admirablement cultivé de cet empire ; chaque aconit d'hostilité éradiqué ; et le cactus et la ronce d'une familiarité clandestine et astucieuse entièrement en haut ; et (l'orbe lui-même) ravit au-delà du verger d'Alcinoüs et du chapelet de Midas. Louant donc notre orbe dans ses mutations, pourquoi pointer le doigt du mépris sur un homme ?



Chapitre 3. Les bêtes également soumises à la loi des mutations


Les bêtes aussi, au lieu d'un vêtement, changent de forme. Et pourtant, le paon a le plumage d'un vêtement, et un vêtement de choix ; non, dans la fleur de son cou plus riche que tout autre violet, et dans l'effusion de son dos plus doré que tout autre liseré, et dans le balayage de sa queue plus fluide que tout autre train ; de nombreuses couleurs, de couleurs diverses, et de couleurs versi ; jamais lui-même, jamais un autre, bien que jamais lui-même quand un autre ; en un mot, mutable aussi souvent que mobile. Le serpent aussi mérite d'être mentionné, mais pas dans le même souffle que le paon, car lui aussi change complètement ce qui lui a été attribué - sa peau et son âge : s'il est vrai (comme c'est le cas) que lorsqu'il a senti la vieillesse s'insinuer en lui, il s'enferme, rampe dans une grotte et sort de sa peau en même temps, et, bien tondu sur place, laisse immédiatement après avoir franchi le seuil son marécage derrière lui, et se déroule dans une nouvelle jeunesse : avec ses écailles, ses années aussi sont répudiées. La hyène, si vous observez, est d'un sexe annuel, alternativement masculin et féminin. Je ne dis rien du cerf, parce qu'il est lui-même avecal, le témoin de son âge, se nourrissant du serpent, se languit - de l'effet du poison - dans la jeunesse. Il y a, withal,

Une chasse tardive sur le terrain quadrupède,

Humble et rude.


La tortue de Pacuvius, tu crois ? Non. Il y a un autre bestiaire qui correspond au verset ; en taille, un des modérés excessivement, mais un grand nom. Si, sans le connaître auparavant, vous entendez parler d'un caméléon, vous appréhenderez aussitôt quelque chose d'encore plus énorme uni à un lion. Mais si vous tombez sur lui, généralement dans un vignoble, toute sa masse abritée sous une feuille de vigne, vous rirez immédiatement de l'audace flagrante du nom, dans la mesure où il n'y a pas d'humidité même dans son corps, bien que chez des créatures beaucoup plus minuscules, le corps soit liquéfié. Le caméléon est une pellicule vivante. Sa peau de tête part directement de sa colonne vertébrale, car son cou n'en a pas, et la réflexion est donc difficile pour lui ; mais, avec un peu de circonspection, ses yeux sont plus éloignés, non, ce sont des points de lumière tournants. Ennuyeux et fatigué, il se lève à peine du sol, mais il traîne, son pas s'étonne, et avance - il démontre plutôt qu'il fait un pas : toujours à jeun, en plus, mais jamais évanoui ; agapè il nourrit ; il rumine, en soufflant, son vent de nourriture. Pourtant, le caméléon est capable d'effectuer une automutation totale, et c'est tout. En effet, alors que sa couleur est bien une, il rougit dès que quelque chose s'approche de lui. Seul le caméléon a le droit - comme le dit notre proverbe - de s'amuser avec sa propre peau.

Il y avait beaucoup à dire pour qu'après une bonne préparation, nous arrivions à l'homme. Dès le début, vous l'admettez comme jaillissant, nu en tout cas et sans vêtement, il est sorti de la main de son couturier : ensuite, longuement, sans attendre la permission, il se possède, par une saisie prématurée, de la sagesse. Puis, s'empressant de deviner ce qui, dans son corps nouvellement fabriqué, n'était pas encore dû à la modestie (à deviner), il s'entoure entre-temps de feuilles de figuier : ensuite, chassé des confins de son lieu de naissance parce qu'il avait péché, il est allé, skinclad, au monde comme à une mine.


Mais ce sont des secrets, et leur connaissance n'appartient pas à tout le monde. Venez, laissez-nous entendre de votre propre magasin - (un magasin) que les Égyptiens racontent, qu'Alexandre digère et que sa mère lit - qu'il touche le temps d'Osiris, quand Ammon, riche en moutons, lui vient de Libye. En bref, ils nous racontent que Mercure, lorsqu'il était parmi eux, ravi de la douceur d'un bélier qu'il avait eu le hasard de caresser, écorchait une petite brebis ; et, tandis qu'il s'efforçait avec persévérance et (comme la souplesse du matériau l'y invitait) d'amincir le fil par une traction assidue, il le tissait en forme de filet immaculé qu'il avait uni avec des bandes de lin. Mais vous avez préféré confier toute la gestion du travail de la laine et la structure du métier à Minerva ; alors qu'un atelier plus diligent était présidé par Arachne. Dès lors, le matériel (était abondant). Je ne parle pas non plus des moutons de Miletus, et de Selge, et d'Altinum, ou de ceux pour lesquels Tarente ou Bætica sont célèbres, avec la nature pour teinturier : mais (je parle du fait) que les arbustes vous offrent des vêtements, et les parties herbeuses du lin, perdant leur verdeur, deviennent blanches au lavage. Il ne suffisait pas non plus de planter et de semer votre tunique, à moins qu'elle ne soit également tombée à votre sort pour pêcher des vêtements. Car la mer ne produit pas de toisons, dans la mesure où les coquilles les plus brillantes d'un laineux moussu fournissent une matière poilue. En outre, ce n'est un secret pour personne que le ver à soie - une espèce de ver - se reproduit actuellement en toute sécurité (les fils duveteux) qui, en les tirant dans l'air, se distendent plus habilement que les toiles d'araignées en forme de cadran, puis se dévorent. De la même manière, si vous la tuez, les fils que vous enroulez sont immédiatement instinctifs et d'une couleur vive.


L'ingéniosité de l'art de la couture, qui s'ajoute et se greffe sur un stock de matériaux si abondant - d'abord pour convoiter l'humanité, où la Nécessité a ouvert la voie, et ensuite pour la parer, la gonfler, où l'Ambition a suivi - a promulgué les différentes formes de vêtements. Dont une partie est portée par des nations particulières, sans être commune aux autres ; une autre partie, en revanche, universellement, comme étant utile à tous : car, par exemple, ce Manteau, bien qu'il soit plus grec (que latin), a encore trouvé à ce jour, en parole, un foyer dans le Latium. Avec le mot le vêtement est entré. Et par conséquent, l'homme qui avait l'habitude de condamner les Grecs à sortir de la ville, mais qui avait appris (alors qu'il était maintenant avancé en âge) leur alphabet et leur langage - le même Caton, en se mettant à nu au moment de sa préadmission, n'a pas montré moins de faveur aux Grecs par son vêtement semblable à un manteau.



Chapitre 4. Le changement n'est pas toujours synonyme d’amélioration


Pourquoi, maintenant, si la mode romaine est le salut (social) pour tous, êtes-vous néanmoins grecque dans une certaine mesure, même sur des points non honorables ? Ou bien, s'il n'en est pas ainsi, d'où viennent dans le monde les provinces qui ont eu une meilleure formation, des provinces que la nature a plutôt adaptées pour surmonter en luttant durement les difficultés du sol, les poursuites de la lutte - poursuites qui tombent dans une triste vieillesse et le travail en vain - et l'onction avec de la boue, et le roulage dans le sable, et le régime alimentaire sec ? D'où vient le fait que certains de nos Numides, avec leurs longues mèches rallongées par des panaches de prêles, apprennent à demander au barbier de leur raser la peau de près, et à exempter leur couronne seule du couteau ? D'où vient que des hommes hirsute et hirsute apprennent à enseigner la résine pour se nourrir de leurs bras avec une telle rapacité, la pince à désherber leur menton avec tant de volupté ? C'est un prodige que tout cela soit fait sans le manteau ! Au Manteau appartient toute cette pratique asiatique ! Qu'avez-vous, vous, la Libye, et vous, l'Europe, à voir avec les raffinements athlétiques, que vous ne savez pas comment vous habiller ? Car, en vérité, qu'est-ce que c'est que de pratiquer l'épilation grecque plus que la tenue vestimentaire grecque ?


Le transfert de la tenue se rapproche de la culpabilité dans la mesure où ce n'est pas la coutume, mais la nature qui subit le changement. Il y a une différence assez importante entre l'honneur dû au temps et la religion. Que la coutume montre la fidélité au temps, la nature à Dieu. Ainsi, le héros de Larisse a donné un choc à la Nature en se transformant en vierge ; lui qui avait été élevé sur la moelle des bêtes sauvages (d'où, aussi, la composition de son nom, car il avait été un étranger avec ses lèvres au sein maternel) ; lui qui avait été élevé par un dresseur rocailleux et boisé, monstrueux, dans une école de pierre. Vous supporteriez patiemment, si c'était le cas d'un garçon, la sollicitude de sa mère ; mais il était de toute façon déjà chevelu, il avait de toute façon déjà secrètement donné la preuve de sa virilité à quelqu'un, quand il consent à porter l'étole coulante, à s'habiller, à cultiver sa peau, à consulter le miroir, à se coucher sur la nuque ; efféminé même quant à son oreille par l'ennui, dont son buste à Sigeum garde encore la trace. Il est clair qu'il est ensuite devenu soldat : par nécessité, il lui a rendu son sexe. Le clairon avait sonné de la bataille : les armes n'étaient pas loin à chercher. Le moi d'acier, dit (Homère), attire le héros. Sinon, si, après cette motivation et avant, il avait persévéré dans sa virginité, il n'aurait peut-être pas été marié ! Voici, par conséquent, la mutation ! Un monstre, je l'appelle - un double monstre : d'homme à femme ; par et de femme à homme : alors que ni la vérité n'aurait dû être démentie, ni la tromperie confessée. Chaque mode de mutation était mauvais : l'un opposé à la nature, l'autre à la sécurité.


Il est encore plus scandaleux de voir la luxure transfigurer un homme dans sa robe que de voir une crainte maternelle le faire. Et pourtant, tu m'offres ton adoration, à moi que tu devrais faire rougir - ce porteur de club qui a échangé pour une tenue féminine tout l'héritage de son nom ! Une telle licence fut accordée aux repaires secrets de Lydie, qu'Hercule se prostitua en la personne d'Omphale, et Omphale en celle d'Hercule. Où étaient Diomed et ses manteaux gores ? Où étaient Busiris et ses autels funéraires ? Où Géryon, le triply ? Le club préférait encore puer du cerveau quand on le harcelait de pommades ! La pierre ponce, familière à l'épingle à cheveux, éradiqua peu à peu la tache de sang de l'Hydre et des Centaures sur les tiges. Tandis que la volupté insultait sur le fait qu'après avoir transpercé des monstres, ils devraient peut-être coudre une couronne ! Aucune femme sobre, ni même une héroïne quelconque, n'aurait aventuré ses épaules sous la peau d'une telle bête, sauf après un long ramollissement et une désodorisation (qui chez Omphale, je l'espère, a été effectuée par du baume et du fenugrec-salve : Je suppose que la crinière, elle aussi, a été soumise au peigne) par crainte de voir son cou tendre imprégné d'une dureté de lion. La bouche bâillante, bourrée de poils, les mâchoires-dents éclipsées au milieu des mèches, tout le visage outré, aurait rugi si elle en avait été capable. Némée, en tout cas (si l'endroit a un quelconque génie présidentiel), gémit : car alors elle regarda autour d'elle, et vit qu'elle avait perdu son lion. La description d'Omphale dans la peau d'Hercule a dépeint par inférence le genre d'Hercule dit dans la soie d'Omphale.

Mais, encore une fois, celui qui avait autrefois rivalisé avec le Tirynthien - le pugiliste Clémaque - puis, à l'Olympie, après avoir perdu par efflux son sexe masculin par une incroyable mutation - meurtri dans sa peau et à l'extérieur, digne d'être couronné parmi les Fullers même de Novius, et commémorée à juste titre par le mimographe Lentulus dans ses Catinensiens - a, bien sûr, non seulement recouvert de bracelets les traces laissées par (les bandes du) cestus, mais a également remplacé la rugosité grossière de la cape de son athlète par un tissu superfinement travaillé.


Je dois me taire de Physco et de Sardanapalus, que personne ne reconnaîtrait comme des rois si ce n'était de leur éminence en matière de convoitises. Mais je dois me taire, de peur qu'ils ne mettent en place un murmure concernant certains de vos Césars, également perdus à la honte ; de peur qu'un mandat n'ait été donné à la constance canine pour désigner un César plus impur que Physco, plus doux que Sardanapalus, et même un second Néron.


La force de la vanité ne travaille pas moins chaleureusement à la mutation des vêtements, même si la virilité est préservée. Toute affection est une chaleur : quand, cependant, elle est soufflée à (la flamme de) l'affectation, immédiatement, par le flamboiement de la gloire, c'est une ardeur. De cette fougue, on voit donc un grand roi - inférieur seulement à sa gloire - qui bouillonne. Il avait conquis la race médiane, et il a été conquis par la tenue médiane. En enlevant le courrier triomphal, il s'est dégradé en pantalon de captif ! La poitrine dissculptée avec des bosses écailleuses, en la recouvrant d'une texture transparente qu'il mit à nu ; en punissant encore après le travail de guerre, et en l'adoucissant pour ainsi dire, il l'éteignit avec la soie aérée ! Le Macédonien n'avait pas l'esprit suffisamment gonflé, à moins qu'il n'ait également trouvé son plaisir dans un vêtement très gonflé : il n'y a que les philosophes eux-mêmes qui ont (je crois) une certaine influence sur ce genre de choses ; car j'ai entendu dire qu'il y a eu (une chose comme) du philosopher en violet. Si un philosophe (apparaît) en violet, pourquoi pas aussi en pantoufles dorées ? Le fait qu'un Tyrien soit chaussée d'autre chose que d'or ne correspond en rien aux habitudes grecques. Certains diront : "Eh bien, mais il y en a un autre qui portait de la soie et qui s'est ferré dans des sandales d'érection. Il valait la peine, en effet, pour qu'au fond de son vêtement bacchantien, il puisse faire un bruit de tintement, de marcher avec des cymbales ! Mais si, à ce moment-là, Diogène avait aboyé de sa baignoire, il n'aurait pas eu les pieds boueux - comme en témoignent les divans platoniciens - mais il aurait transporté Empedocle jusqu'aux recoins secrets de la Cloacinæ, afin que celui qui s'était follement pris pour un être céleste puisse, comme un dieu, saluer d'abord ses sœurs, puis les hommes. De tels vêtements, donc, comme aliénés de la nature et de la modestie, permettent de se contenter de regarder fixement et de pointer du doigt et d'exposer au ridicule par un hochement de tête. Ainsi, si un homme devait porter une robe délicate traînant sur le sol avec une effémination digne de Menandre, il entendrait s'appliquer à lui-même ce que le comédien dit : "Quel genre de manteau ce maniaque gaspille-t-il ? Car, maintenant que le front contracté de la vigilance censitaire est depuis longtemps aplani, en ce qui concerne la réprobation, l'usage de la promiscuité offre à notre regard des affranchis en tenue équestre, des esclaves marqués dans celle des gentilshommes, des tristement célèbres dans celle des affranchis, des clowns dans celle des citadins, des bouffons dans celle des avocats, des rustres dans celle des régiments ; le porteur de cadavres, le proxénète, le dresseur de gladiateurs, s'habillent comme vous. Tournez-vous, encore une fois, vers les femmes. Vous devez voir ce que Cæcina Severus a fait pression sur la grave attention du sénat : des matrones sans vol en public. En effet, la peine infligée par les décrets de l'augure Lentulus à toute matrone qui s'était ainsi rendue à la caisse était la même que pour la fornication ; dans la mesure où certaines matrones avaient séduisamment promu la désuétude des vêtements qui sont les preuves et les gardiens de la dignité, comme étant des entraves à la pratique de la prostitution. Mais aujourd'hui, dans leur autoprostitution, pour être plus facilement approchées, elles ont abjuré l'étole, la chemise, le bonnet et le chapeau, et même les litières et les berlines dans lesquelles elles étaient gardées en privé et en secret, même en public. Mais tandis que l'une d'entre elles éteint ses parures, une autre flambe comme si ce n'était pas la sienne. Regardez les prostituées, le désordre des convoitises populaires, les femmes qui s'automutilent avec leur sexe, et s'il est préférable de détourner les yeux de ces spectacles honteux de chasteté massacrée en public, ne regardez que le regard plein d'indulgence, (et) vous verrez tout de suite les futures matrones ! Et, tandis que le surveillant des maisons closes aère sa soie gonflante, et console son cou - plus impur que sa hantise - avec des colliers, et des insertions dans les brassards (que même les matrones elles-mêmes, des guerriers accordés aux hommes courageux, se sont appropriés sans hésitation) des mains au courant de tout ce qui est honteux, (tandis que) elle met sur sa jambe impure la chaussure blanche ou rose pure ; pourquoi ne regardez-vous pas de tels vêtements ? Ou, encore, ceux qui plaident faussement la religion en faveur de leur nouveauté ? Alors que certains sont initiés à Cérès (aux mystères de) par souci d'une robe toute blanche, de la distinction d'un filet et du privilège d'un casque, d'autres, en raison d'une envie opposée de vêtements sombres et d'un sombre manteau de laine sur la tête, deviennent fous dans le temple de Bellone, tandis que l'attrait de s'entourer d'une tunique plus largement rayée de pourpre et de se couvrir les épaules d'un manteau d'écarlate galatien recommande Saturne (à l'affection des autres). Lorsque ce manteau lui-même, arrangé avec plus de rigueur, et les sandales d'après le modèle grec, servent à flatter Æsculapius, à combien plus forte raison faut-il alors l'accuser et l'agresser du regard, comme étant coupable de superstition - bien qu'il s'agisse d'une superstition simple et sans conséquence ? Certes, lorsqu'il habille d'abord cette sagesse qui renonce aux superstitions avec toutes leurs vanités, alors très certainement le Manteau, par-dessus tous les vêtements dans lesquels vous disposez vos dieux et déesses, est une robe auguste ; et, par-dessus tous les bonnets et touffes de vos Salii et Flamines, un vêtement sacerdotal. Baissez les yeux, je vous conseille, (et) révérez le vêtement, sur le seul terrain, en attendant, (sans attendre les autres,) d'être un renonçant à votre erreur.



Chapitre 5. Les vertus du manteau. Il plaide pour sa propre défense


Mais, dites-vous, devons-nous donc passer de la robe au manteau ? Pourquoi, et si de diadème et de sceptre ? Anacharsis a-t-il changé autrement, quand à la royauté de Scythia il a préféré la philosophie ? Accordez qu'il n'y ait pas de signes (miraculeux) en preuve de votre transformation pour le mieux : il y a quelque chose que votre habit peut faire. Car, pour commencer, la simplicité de son adoption : elle ne nécessite aucun arrangement fastidieux. Il n'est donc pas nécessaire qu'un artiste dispose formellement de ses plis froissés du début un jour à l'avance, puis les réduise à une élégance plus achevée, et qu'il confie à la tutelle des brancards toute la figure du patron massé ; puis, au lever du jour, rassembler d'abord à l'aide d'une gaine la tunique qu'il valait mieux faire tisser de longueur plus modérée (dans un premier temps), et, en scrutant à nouveau le patron, et en réorganisant tout désordre, en faire une partie proéminente sur la gauche, mais (faisant maintenant une extrémité des plis) d'en tirer vers l'arrière à partir des épaules le circuit d'où se forme le creux, et, laissant l'épaule droite libre, de l'entasser encore sur la gauche, avec un autre ensemble similaire de plis réservés au dos, et ainsi de vêtir l'homme d'un fardeau ! En bref, je vais demander avec insistance à votre conscience : quelle est votre première sensation en portant votre robe ? Vous sentez-vous habillé, ou chargé ? De porter un vêtement, ou de le porter ? Si vous répondez par la négative, je vous suivrai chez vous ; je verrai ce que vous vous empressez de faire immédiatement après avoir franchi votre seuil. Il n'y a pas vraiment de vêtement dont le port félicite davantage un homme que la robe. Quant aux chaussures, nous ne disons rien, car il s'agit d'instruments de torture propres à la robe, de protection des pieds, oui, et faux aussi. Car qui ne trouverait pas opportun, dans le froid et la chaleur, de se raidir les pieds nus plutôt que dans une chaussure aux pieds liés ? Une puissante munition pour la marche a les usines de chaussures vénitiennes fournies en forme de bottes efféminées ! Eh bien, mais, que le Mantle rien n'est plus rapide, même s'il est double, comme celui de Crates. Nulle part il n'y a de perte de temps obligatoire à s'habiller (en elle), puisque tout son art consiste à recouvrir lâchement. Cela peut se faire par une seule circonjection, et en aucun cas inélégante : elle couvre donc entièrement toutes les parties de l'homme à la fois. L'épaule qu'elle expose ou qu'elle entoure : par ailleurs, elle adhère à l'épaule ; elle n'a pas de support qui l'entoure ; elle n'a pas d'attache qui l'entoure ; elle ne se soucie pas de la fidélité avec laquelle ses plis gardent leur place ; elle se débrouille facilement, se réajuste facilement : même dans le doffing, elle n'est consignée à aucune croix jusqu'au lendemain. Si l'on porte une chemise en dessous, le tourment d'une gaine est superflu : si l'on porte quelque chose qui fait obstacle à la chaussure, c'est un travail très propre ; ou bien les pieds sont plutôt nus - plus virils, en tout cas, (s'ils sont nus) que dans des chaussures. Ces (supplications que j'avance) pour le Mantle en attendant, dans la mesure où vous l'avez diffamé par son nom. Mais maintenant, il vous défie sur le plan de sa fonction avecal. Je n'ai aucun devoir envers le forum, le terrain d'élection ou la maison du Sénat ; je ne veille pas de manière obséquieuse, je ne me préoccupe pas des programmes, je ne plane pas autour des résidences prétoriennes ; je ne sens pas les canaux, je ne sens pas les treillis, je ne suis pas un usager constant des bancs, je ne suis pas un gros routeur de lois, un plaideur qui aboie, un juge, un soldat, un roi : Je me suis retiré de la population. Je n'ai d'autre affaire qu'avec moi-même : à part ces autres soins, je n'en ai aucun, sauf celui de ne pas me soucier. La vie meilleure que vous auriez plus de plaisir à vivre dans la solitude qu'à faire de la publicité. Mais vous me décrierez comme indolent. Ainsi, "nous devons vivre pour notre pays, notre empire et notre domaine". C'est ainsi que s'exprimait autrefois le sentiment. Personne ne naît pour un autre, étant destiné à mourir pour lui-même. Quoi qu'il en soit, lorsque nous arrivons aux Epicuri et aux Zenones, vous donnez l'épithète de "sages" à toute la communauté des enseignants de la Tranquillité, qui ont consacré cette Tranquillité au nom du plaisir "suprême" et "unique". Cependant, dans une certaine mesure, il sera permis, même à moi, de conférer un bénéfice au public. De toutes les bornes ou de tous les autels, j'ai l'habitude de prescrire des médicaments à la morale - des médicaments qui seront plus heureux que vos œuvres de conférer une bonne santé aux affaires publiques, aux États et aux empires. En effet, si je vous rencontre avec des feuilles nues, les robes ont fait plus de mal à la République que les cuirasses. De plus, je ne flatte aucun vice ; je ne donne pas de quartier à la léthargie, ni à la paresse des incrustations. J'applique le fer à cautériser à l'ambition qui a conduit M. Tullius à acheter une table circulaire en bois de cédrat pour plus de 4 000 livres, et Asinius Gallus à payer deux fois plus cher une table ordinaire du même bois maure (Hem ! A quelle fortune ont-ils estimé les bois de cèdre !), ou encore Sulla à encadrer des plats d'un poids de cent livres. Je crains que l'équilibre ne soit petit, lorsqu'un Drusillanus (et lui avec un esclave de Claude !) construit un plateau du poids de 500 livres ! un plateau indispensable, par hasard, aux tables susmentionnées, pour lesquelles, si un atelier était érigé, il aurait dû y avoir aussi une salle à manger. De même, je plonge le scalpel dans l'inhumanité qui a conduit Vedius Pollio à exposer des esclaves pour remplir les ventres des anguilles de mer. Ravi, aussitôt, par sa sauvagerie romanesque, il gardait des monstres terrestres, édentés, sans griffes, sans cornes : il se plaisait à transformer en bêtes sauvages ses poissons, qui (bien sûr) devaient être immédiatement cuits, afin que dans leurs entrailles il puisse lui-même goûter à la saveur des corps de ses propres esclaves. Je vais vous parler de la gourmandise qui poussa Hortensius l'orateur à être le premier à avoir le coeur de tuer un paon pour se nourrir ; qui poussa Aufidius Lurco à être le premier à vicier la viande avec de la farce, et à l'aide de la viande de force à les élever à une saveur adultère ; qui poussa Asinius Celer à acheter le viand d'un seul mulet à près de 50 livres ; ce qui amena l'acteur Æsopus à conserver dans son garde-manger un plat d'une valeur de près de 800 livres, composé d'oiseaux de la même cosmopolite (comme le mulet précité), composé de tous les chanteurs et parleurs ; ce qui amena son fils, après une telle mésaventure, à avoir la hardiesse d'avoir faim après un peu plus somptueux encore : car il a avalé des perles - coûteuses même à cause de leur nom - de peur, je suppose, qu'il aurait dû manger plus mendiant que son père. Je me tais quant aux Neros, aux Apicii et aux Rufi. Je donnerai un cathartique à l'impureté d'un Scaurus, au jeu d'un Curius et à l'intempérance d'un Antoine. Et rappelez-vous que ceux-ci, parmi les nombreux (que j'ai nommés), étaient des hommes de la toge - comme parmi les hommes du pallium que vous ne trouveriez pas facilement. Ces purulences d'un état qui éliminera et exsupérera, sauf un discours déconcertant ?



Chapitre 6. Autres distinctions, et gloire du couronnement, du pallium


Avec la parole", dit (mon antagoniste), "vous avez essayé de me persuader - un médicament très sage". Mais, même si les paroles sont muettes - empêchées par la petite enfance ou bien contrôlées par la timidité, car la vie se contente d'une philosophie même sans langue - ma coupure est éloquente. Un philosophe, en fait, est entendu tant qu'il est vu. Ma seule vue fait rougir les vices. Qui ne souffre pas, quand il voit son propre rival ? Qui peut supporter de le regarder oculairement alors que mentalement il ne le peut pas ? Grand est le bénéfice conféré par le Mantle, à la pensée duquel l'improbabilité morale rougit absolument. Que la philosophie se penche maintenant sur la question de sa propre rentabilité ; car elle n'est pas la seule associée dont je me vante. Je me vante d'autres arts scientifiques d'utilité publique. De ma boutique sont habillés le premier professeur des formes de lettres, le premier explicateur de leurs sons, le premier formateur aux rudiments de l'arithmétique, le grammairien, le rhétoricien, le sophiste, le médecin, le poète, le chronométreur musical, l'astrologue, et l'observateur d'oiseaux. Tout ce qui est libéral dans les études est couvert par mes quatre angles. C'est vrai, mais tous ces gens sont moins gradés que les chevaliers romains". Mais vos entraîneurs de gladiateurs, et tous leurs disciples ignominieux, sont conduits dans l'arène en toges. C'est sans doute ce qu'implique l'indignité dans "De la robe au manteau". C'est ce que dit le Mantle. Mais je lui confère également une communion avec une secte divine et une discipline. Joie, Manteau, et exultation ! Une meilleure philosophie a daigné vous honorer depuis que vous avez commencé à être un vêtement chrétien !