Tertullien

LA RÉPENTANCE

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE

Chapitre 1. De la repentance païenne


Le repentir, les hommes comprennent, dans la mesure où la nature le permet, qu'il s'agit d'une émotion de l'esprit découlant du dégoût d'un sentiment pire que celui que l'on chérissait auparavant : ce genre d'hommes, je veux dire, que nous étions nous-mêmes dans le passé - aveugles, sans la lumière du Seigneur. Mais ils sont tout aussi éloignés de la raison du repentir que de l'Auteur de la raison lui-même. La raison, en effet, est une chose de Dieu, dans la mesure où il n'y a rien que Dieu, le Créateur de tout, n'ait prévu, disposé, ordonné par la raison - rien qu'Il n'ait voulu ne doit être manié et compris par la raison. Par conséquent, tous ceux qui ignorent Dieu doivent nécessairement ignorer aussi une chose qui est sienne, parce qu'aucun trésor n'est accessible aux étrangers. Et ainsi, parcourant tout le parcours universel de la vie sans le gouvernail de la raison, ils ne savent pas comment éviter l'ouragan qui se prépare sur le monde. De plus, comme ils se comportent de manière irrationnelle dans la pratique du repentir, il suffira de montrer brièvement par ce seul fait, qu'ils l'exercent même dans le cas de leurs bonnes actions. Ils se repentent de bonne foi, d'amour, de simplicité, de patience, de miséricorde, dans la mesure où toute action suscitée par ces sentiments est tombée en terre ingrate. Ils s'exécutent eux-mêmes pour avoir fait le bien ; et cette espèce de repentir qui s'applique principalement aux meilleures œuvres qu'ils fixent dans leur cœur, faisant en sorte qu'ils se souviennent de ne plus jamais faire une bonne action. Au contraire, ils se repentent des mauvaises actions et se soulagent. En bref, ils font de cette même (vertu) un moyen de pécher plus facilement qu'un moyen de faire le bien.



Chapitre 2. La vraie repentance, une chose divine, née de Dieu et soumise à ses lois


Mais s'ils agissaient comme des hommes ayant une part quelconque en Dieu, et donc dans la raison également, ils mesureraient d'abord bien l'importance de la repentance, et ne l'appliqueraient jamais de manière à en faire un motif de condamnation de l'auto-modification perverse. En bref, ils régleraient la limite de leur repentance, car ils atteindraient (une limite) en péchant aussi - en craignant Dieu, je veux dire. Mais là où il n'y a pas de crainte, de même il n'y a pas d'amendement ; là où il n'y a pas d'amendement, la repentance est forcément vaine, car il lui manque le fruit pour lequel Dieu l'a semée, c'est-à-dire le salut de l'homme. Car Dieu - après tant et tant de péchés de la témérité humaine, commencée par le premier de la race, Adam, après la condamnation de l'homme, ainsi que la dot du monde après son expulsion du paradis et son assujettissement à la mort - lorsqu'il s'était empressé de revenir à sa propre miséricorde, a depuis lors inauguré la repentance en son sein même, en annulant la sentence de sa première colère, s'engageant à accorder le pardon à son œuvre et à son image. Il rassembla donc un peuple pour Lui-même, et l'encouragea par de nombreuses distributions libérales de Sa générosité, et, après les avoir si souvent trouvés ingrats, Il les exhorta toujours à la repentance et envoya les voix de la compagnie universelle des prophètes pour prophétiser. En promettant librement la grâce qu'Il entendait verser dans les derniers temps comme un flot de lumière sur le monde universel par Son Esprit, Il a fait en sorte que le baptême de repentance ouvre la voie, en vue de préparer d'abord, au moyen du signe et du sceau de la repentance, ceux qu'Il appelait, par la grâce, à (hériter) de la promesse faite à Abraham. Jean ne se tait pas, disant : "Entrez dans la repentance, car maintenant le salut s'approchera des nations - le Seigneur, c'est-à-dire apportant le salut selon la promesse de Dieu. C'est à Lui que Jean, en tant que précurseur, a dirigé la repentance (qu'il a prêchée), dont la province était la purge de l'esprit des hommes, que toute souillure, toute erreur invétérée, toute contamination dans le coeur de l'homme que l'ignorance avait engendrée, que la repentance doit balayer et gratter, et jeter dehors, et ainsi préparer la maison du cœur, en la rendant propre, pour le Saint-Esprit, qui allait surgir, afin qu'il puisse avec plaisir s'y introduire, avec ses bénédictions célestes. Parmi ces bénédictions, le titre en est brièvement un - le salut de l'homme - l'abolition des anciens péchés étant l'étape préliminaire. C'est la cause (finale) de la repentance, c'est son œuvre, en prenant en main l'affaire de la miséricorde divine. Ce qui est profitable à l'homme rend service à Dieu. La règle de la repentance, que nous apprenons lorsque nous connaissons le Seigneur, conserve cependant une forme précise, à savoir qu'aucune main violente, pour ainsi dire, ne soit jamais posée sur les bonnes actions ou les bonnes pensées. Car Dieu, en ne donnant jamais sa sanction à la réprobation des bonnes actions, dans la mesure où elles lui appartiennent (dont, étant l'auteur, il doit nécessairement être aussi le défenseur), en est de la même manière l'accepteur, et si l'accepteur, il en est aussi le rétributeur. Que l'ingratitude des hommes y veille donc, si elle attache le repentir même aux bonnes oeuvres ; que leur gratitude y veille aussi, si le désir de la gagner est l'incitation au bien faire : terrestre et mortel sont-ils chacun. Car combien est petit votre gain si vous faites du bien à un homme reconnaissant ! Ou votre perte si vous faites du bien à un ingrat ! Une bonne action a Dieu pour débiteur, comme l'a aussi un mal ; car le juge est le rémunérateur de toute cause. Eh bien, puisque Dieu, en tant que juge, préside à l'exigence et au maintien de la justice, qui lui est la plus chère ; et puisque c'est en vue de la justice qu'il désigne toute la somme de sa discipline, peut-on douter que, comme dans tous nos actes universels, de même dans le cas de la repentance, la justice doive être rendue à Dieu ? - Ce devoir ne peut en effet être rempli qu'à la condition que la repentance ne porte que sur les péchés. De plus, aucune action ne mérite d'être qualifiée de péché si ce n'est une action mauvaise, et personne ne se trompe en faisant du bien. Mais s'il ne commet pas d'erreur, pourquoi envahit-il (la province de) la repentance, le terrain privé de ceux qui commettent des erreurs ? Pourquoi impose-t-il à sa bonté un devoir propre à la méchanceté ? Il s'avère donc que, lorsqu'une chose est mise en jeu là où elle ne devrait pas l'être, là où elle devrait l'être, elle est négligée.



Chapitre 3. Les péchés peuvent être divisés en péchés corporels et péchés spirituels. Tous deux sont également sujets, sinon à l'humain, du moins à l'investigation et à la punition divines.


Quelles sont donc les choses pour lesquelles la repentance semble juste et due - c'est-à-dire les choses qui doivent être mises sous la rubrique du péché - l'occasion exige en effet que je les note ; mais (pour ce faire) peut sembler inutile. En effet, lorsque le Seigneur est connu, notre esprit, après avoir jeté un regard sur Luc 22:61 par son propre auteur, pénètre sans entrave dans la connaissance de la vérité ; et, étant admis (à la connaissance) des préceptes divins, il est aussitôt instruit par eux que ce dont Dieu nous demande de nous abstenir est à comptabiliser comme péché : dans la mesure où, puisqu'il est généralement admis que Dieu est une grande essence du bien, il est évident que rien d'autre que le mal ne déplairait au bien ; en ce sens que, entre des choses mutuellement contraires, l'amitié n'existe pas. Il ne sera cependant pas ennuyeux d'aborder brièvement le fait que, parmi les péchés, certains sont charnels, c'est-à-dire corporels, d'autres spirituels. Car, l'homme étant composé de cette combinaison d'une double substance, les sources de ses péchés ne sont autres que les sources de sa composition. Mais ce n'est pas le fait que le corps et l'esprit soient deux choses qui constituent les péchés mutuellement différents - sinon ils sont à ce titre plutôt égaux, car les deux ne font qu'un, de peur que la distinction entre leurs péchés ne soit proportionnelle à la différence entre leurs substances, de manière à estimer l'un plus léger, ou bien plus lourd, que l'autre : s'il est vrai, (comme il l'est) que la chair et l'esprit sont tous deux des créatures de Dieu ; l'un façonné par Sa main, l'autre consommé par Son affliction. Puisque, par conséquent, ils appartiennent également au Seigneur, celui d'entre eux qui pèche également offense le Seigneur. Est-ce à vous de distinguer les actes de la chair et de l'esprit, dont la communion et la conjonction dans la vie, dans la mort et dans la résurrection sont si intimes, qu'à ce moment-là ils sont également élevés soit pour la vie, soit pour le jugement ; parce que, à savoir, ils ont également péché ou vécu innocemment ? C'est là une prémisse (une fois pour toutes), afin que nous puissions comprendre que la nécessité de la repentance n'incombe pas moins à l'une ou l'autre partie de l'homme, si en quoi que ce soit elle a péché, qu'aux deux. La culpabilité des deux est commune ; commune aussi est le Juge - Dieu à l'esprit ; commune, donc, est avecal la médecine de guérison de la repentance. La source d'où les péchés sont nommés spirituels et corporels est le fait que chaque péché est une affaire d'acte ou de pensée : ainsi, ce qui est en acte est corporel, parce qu'un acte, comme un corps, est capable d'être vu et touché ; ce qui est dans l'esprit est spirituel, parce que l'esprit n'est ni vu ni manipulé : par lequel on montre que les péchés non seulement d'acte, mais aussi de volonté, doivent être évités, et par la repentance purgés. Car si la finitude humaine ne juge que les péchés d'action, parce qu'elle n'est pas égale aux (perçages) des lieux de la volonté, ne faisons pas à ce titre la lumière sur les crimes de la volonté aux yeux de Dieu. Dieu se suffit à lui-même. Rien de ce d'où provient un péché quelconque n'est éloigné de Sa vue ; car Il n'est pas ignorant, et Il n'omet pas de le décréter en jugement. Il n'est ni un dissimulateur, ni un trafiquant de sa propre clairvoyance. Quelle est (dirons-nous du fait) l'origine de la volonté de l'acte ? Car si des péchés sont imputés au hasard, à la nécessité ou à l'ignorance, qu'ils s'en chargent eux-mêmes : s'il en est ainsi, il n'y a de péché que par la volonté. Puisque la volonté est donc à l'origine de l'acte, n'est-elle pas plutôt passible de sanctions que de culpabilité ? Et si une difficulté quelconque empêche son plein accomplissement, elle n'est pas non plus exonérée, car elle s'attribue à elle-même ; et, ayant fait le travail qui était en son pouvoir, elle ne sera pas excusable à cause de l'échec de son accomplissement. En fait, comment le Seigneur se manifeste-t-il comme ajoutant une superstructure à la Loi, si ce n'est en interdisant aussi les péchés de la volonté (comme les autres péchés) ; alors qu'Il définit comme adultère non seulement l'homme qui avait effectivement envahi le mariage d'une autre personne, mais aussi celui qui avait contaminé (une femme) par la concupiscence de son regard ? Il est donc assez dangereux pour l'esprit de mettre en avant ce qu'il est interdit d'accomplir, et de perfectionner son exécution par une volonté téméraire. Et puisque la puissance de cette volonté est telle que, même sans satisfaire pleinement à sa propre satisfaction, elle représente un acte ; en tant qu'acte, donc, elle sera punie. Il est tout à fait vain de dire : "J'ai voulu, mais je n'ai pas voulu". Il faut plutôt que vous le fassiez, parce que vous le voulez, ou que vous ne le fassiez pas, parce que vous ne le faites pas. Mais, par la confession de votre conscience, vous prononcez votre propre condamnation. Car si vous désiriez ardemment une bonne chose, vous auriez été soucieux de la réaliser ; de même, comme vous ne réalisez pas une mauvaise chose, vous ne devez pas la désirer ardemment. Partout où vous prenez position, vous êtes rapidement lié par la culpabilité, car soit vous avez voulu le mal, soit vous n'avez pas accompli le bien.



Chapitre 4. La repentance applicable à toutes les formes de péché. A pratiquer non seulement, ni principalement, pour le bien qu'il apporte, mais parce que Dieu le commande


A tous les péchés, donc, commis par la chair ou par l'esprit, par action ou par volonté, le même Dieu qui a destiné la peine par le biais du jugement, s'est engagé à accorder le pardon par le biais de la repentance, en disant au peuple, Repentez-vous, et Je vous sauverai ; et encore, Je vis, dit le Seigneur, et Je me repentirai (aurai) la repentance plutôt que la mort. La repentance est donc la vie, puisqu'elle est préférée à la mort. Cette repentance, ô pécheur, comme moi (plutôt, moins que moi, car je reconnais la prééminence de mes péchés), tu t'empresses d'embrasser, comme un naufragé, la protection d'une planche. Celle-ci vous tirera vers l'avant lorsqu'elle sera plongée dans les flots des péchés, et vous portera vers le port de la clémence divine. Saisissez l'occasion d'une félicité inattendue : afin que vous, qui n'étiez parfois devant Dieu qu'une goutte de seau, Esaïe 40:15, la poussière de l'aire et un vase de potier, deveniez cet arbre semé au bord des eaux, vivace dans ses feuilles, portant du fruit en son temps, et ne voyant ni feu, ni hache. Matthieu 3:10 Ayant trouvé la vérité, Jean 14:6 se repent de ses erreurs ; se repent d'avoir aimé ce que Dieu n'aime pas ; nous-mêmes, nous ne permettons pas à nos esclaves de ne pas haïr les choses qui nous offensent ; car le principe de l'obéissance volontaire consiste dans la similitude des esprits.

Pour apprécier le bien de la repentance, la matière est abondante et doit donc être traitée avec beaucoup d'éloquence. Cependant, en fonction de nos capacités limitées, inculquons un point - que ce que Dieu nous enjoint est bon et meilleur. J'ai l'audace de contester le bien d'un précepte divin ; car, en effet, ce n'est pas le fait qu'il soit bon qui nous oblige à obéir, mais le fait que Dieu l'a prescrit. Pour exiger l'obéissance, la majesté de la puissance divine a le droit de priorité ; l'autorité de celui qui commande est antérieure à l'utilité de celui qui sert. Est-il bon de se repentir, ou non ? Pourquoi y réfléchir ? Dieu ordonne ; non seulement il ordonne, mais il exhorte aussi. Il invite par une récompense (une offrande) - le salut, à savoir ; même par un serment, en disant "Je vis", Il désire qu'on Lui donne de la crédibilité. Ô nous bénis, pour qui Dieu jure ! Ô très malheureux, si nous ne croyons pas le Seigneur même quand Il jure ! Ce que Dieu recommande donc si fortement, ce qu'Il atteste même (à la manière humaine) sous serment, nous sommes bien sûr tenus de nous en approcher et de le garder avec le plus grand sérieux ; afin que, demeurant en permanence dans (la foi de) la promesse solennelle de la grâce divine, nous puissions aussi persévérer de la même manière dans ses fruits et ses bienfaits.



Chapitre 5. Ne jamais revenir au péché après la repentance.


Car ce que je dis est ceci, que la repentance qui, nous étant montrée et commandée par la grâce de Dieu, nous rappelle à la grâce du Seigneur, alors qu'une fois apprise et entreprise par nous, elle ne doit jamais être annulée par la répétition du péché. Il ne reste plus de prétexte d'ignorance pour plaider en votre faveur ; en effet, après avoir reconnu le Seigneur et accepté Ses préceptes - en bref, après vous être engagés dans la repentance des péchés (passés) - vous vous prenez à nouveau en péchés. Ainsi, dans la mesure où vous êtes éloigné de l'ignorance, dans la mesure où vous êtes cimenté à la contumace. Car si le motif sur lequel vous vous êtes repenti d'avoir péché est que vous avez commencé à craindre le Seigneur, pourquoi avez-vous préféré annuler ce que vous avez fait par crainte, si ce n'est parce que vous avez cessé de craindre ? Car il n'y a pas d'autre chose que la contumace qui subvertit la peur. Puisqu'il n'y a pas d'exception qui défende de la responsabilité à la peine même ceux qui ignorent le Seigneur - parce que l'ignorance de Dieu, ouvertement tel qu'il est mis devant les hommes, et compréhensible tel qu'il est même sur le score de ses bienfaits célestes, n'est pas possible - combien il est périlleux pour lui d'être méprisé quand on le connaît ? Or, cet homme Le méprise, Lui qui, après avoir atteint par Son aide à la compréhension des choses bonnes et mauvaises, fait souvent un affront à sa propre compréhension - c'est-à-dire au don de Dieu - en reprenant ce qu'il comprend devrait être évité, et ce qu'il a déjà évité : il rejette le Donneur en abandonnant le don ; il nie le Bienfaiteur en n'honorant pas le bénéfice. Comment peut-il être agréable à celui dont le don lui déplaît ? Ainsi, il se montre non seulement contumace envers le Seigneur, mais aussi ingrat. En outre, cet homme ne commet pas un péché léger contre le Seigneur, qui, après avoir renoncé par repentance à son rival le diable, et l'avoir soumis au Seigneur sous cette appellation, le relève par son propre retour (chez l'ennemi), et se fait un motif d'exultation envers lui ; de sorte que le Malin, avec sa proie retrouvée, se réjouit à nouveau contre le Seigneur. Ne place-t-il pas - ce qui est même périlleux à dire, mais doit être mis en avant en vue de l'édification - le diable devant le Seigneur ? Car il semble avoir fait la comparaison qui a connu chacun ; et l'avoir judiciairement déclaré meilleur dont il a préféré redevenir le serviteur. Ainsi, celui qui, par le repentir de ses péchés, avait commencé à faire satisfaction au Seigneur, fera, par un autre repentir de sa repentance, satisfaction au diable, et sera d'autant plus détestable envers Dieu qu'il sera d'autant plus acceptable pour son rival. Mais certains disent que Dieu est satisfait s'Il est regardé avec le coeur et l'esprit, même si cela ne se fait pas en acte extérieur, et qu'ainsi ils pèchent sans dommage à leur peur et à leur foi, c'est-à-dire qu'ils violent le mariage sans dommage à leur chasteté ; ils mêlent le poison pour leur parent sans dommage à leur devoir filial ! Ainsi donc, ils seront eux-mêmes jetés en enfer sans préjudice de leur pardon, tandis qu'ils pèchent sans préjudice de leur peur ! Voici un premier exemple de perversité : ils pèchent, parce qu'ils ont peur ! Je suppose que s'ils ne craignaient pas, ils ne pécheraient pas ! Que celui qui n'aurait pas offensé Dieu ne le vénère donc pas du tout, si la peur est le plaidoyer pour l'offense. Mais ces dispositions ont eu l'habitude de germer de la graine des hypocrites, dont l'amitié avec le diable est indivisible, dont la repentance n'est jamais fidèle.



Chapitre 6. Le baptême ne doit pas être reçu avec présomption. Il exige un repentir préalable, manifesté par un amendement de la vie


Tout ce que notre pauvre capacité a tenté de suggérer en référence à la nécessité de se repentir une fois pour toutes, et de le conserver à jamais, concerne en effet tous ceux qui sont livrés au Seigneur, comme étant tous des concurrents pour le salut en gagnant la faveur de Dieu ; mais c'est surtout urgent dans le cas de ces jeunes novices qui commencent à peine à se coucher Deutéronome 32 : 2 leurs oreilles avec des discours divins, et qui, comme des petits encore dans la petite enfance, et avec des yeux pas encore parfaits, rampent dans l'incertitude, et disent en effet qu'ils renoncent à leur acte antérieur, et assument (la profession de) repentance, mais négligent de l'achever. Car la fin même du désir les oblige à désirer un peu de leurs anciens actes ; tout comme les fruits, lorsqu'ils commencent déjà à se transformer en aigreur ou en amertume de l'âge, flattent encore en partie leur propre beauté. De plus, une confiance présomptueuse dans le baptême introduit toutes sortes de délais et de tergiversations vicieuses en ce qui concerne la repentance ; car, se sentant sûrs d'un pardon indubitable de leurs péchés, les hommes volent entre-temps le temps intermédiaire, et en font pour eux-mêmes un temps de vacances pour le péché, plutôt qu'un temps pour apprendre à ne pas pécher. En outre, il est incohérent d'attendre le pardon des péchés (à accorder) à une repentance qu'ils n'ont pas accomplie ! Il s'agit de tendre la main pour la marchandise, mais pas de produire le prix. Car la repentance est le prix auquel le Seigneur a décidé d'accorder le pardon : Il propose le rachat de la libération de la peine à cet échange compensatoire de repentance. Si donc les vendeurs examinent d'abord la pièce avec laquelle ils font leur marché, pour voir si elle est coupée, ou grattée, ou falsifiée, nous croyons de même que le Seigneur, lorsqu'il s'apprête à nous accorder une marchandise aussi coûteuse, voire la vie éternelle, institue d'abord une mise à l'épreuve de notre repentance. Mais en attendant, différons la réalité de notre repentir : il sera alors, je suppose, clair que nous sommes amendés lorsque nous sommes absous. En aucun cas ; (mais notre amendement doit se manifester) tant que, le pardon étant en suspens, il y a encore une perspective de sanction ; tant que le pénitent ne mérite pas encore - autant que nous le pouvons - sa libération ; tant que Dieu menace, et non pas tant qu'il pardonne. Car quel est l'esclave qui, après avoir changé de position en recevant la liberté, s'accuse de ses (anciens) vols et désertions ? Quel soldat, après sa libération, se fait plaisir pour ses (anciennes) marques ? Un pécheur est tenu de se lamenter avant de recevoir son pardon, car le temps de la repentance coïncide avec celui du péril et de la peur. Non pas que je nie que le bénéfice divin - la rémission des péchés, je veux dire - est en tout point sûr pour ceux qui sont sur le point d'entrer dans l'eau (baptismale) ; mais ce pour quoi nous devons travailler, c'est pour qu'il nous soit accordé d'atteindre cette bénédiction. Car qui vous accordera, à vous, homme de repentance si infidèle, une seule aspersion d'eau, quelle qu'elle soit ? Il est facile de s'en approcher furtivement et de faire en sorte que le ministre désigné pour cette affaire soit induit en erreur par vos assertions ; mais Dieu prend garde à son propre trésor, et ne souffre pas l'indigne de lui voler la vedette. Que dit-il, en fait ? Rien de caché qui ne soit révélé. Luc 8:17 Tirez sur vos actes ce qui vous plaît (le voile) de ténèbres, Dieu est lumière. 1 Jean 1:5 Mais certains pensent que Dieu est dans l'obligation d'accorder même aux indignes ce qu'Il s'est engagé à donner ; et ils transforment Sa libéralité en esclavage. Mais si c'est par nécessité que Dieu nous accorde le symbole de la mort, alors il le fait contre son gré. Mais qui permet de conserver de façon permanente un don qu'il a accordé contre son gré ? Car n'y en a-t-il pas beaucoup qui tombent ensuite hors de la grâce ? Ce don n'est-il pas retiré à beaucoup ? Ce sont eux, sans doute, qui volent une marche sur (le trésor), qui, après s'être approchés de la foi de la repentance, installent sur les sables une maison vouée à la ruine. Que personne, donc, ne se flatte d'être affecté aux classes de recrues des apprenants, comme si, pour cette raison, il avait déjà le droit de pécher. Dès que vous connaissez le Seigneur, vous devez le craindre ; dès que vous l'avez regardé, vous devez le révérer. Mais quelle différence cela fait-il que vous le connaissiez, alors que vous vous reposez sur les mêmes pratiques qu'autrefois, quand vous ne le connaissiez pas ? De plus, qu'est-ce qui vous distingue d'un serviteur de Dieu parfait ? Y a-t-il un Christ pour les baptisés, un autre pour les apprenants ? Ont-ils un espoir ou une récompense différente ? Une crainte différente du jugement ? Une nécessité différente de se repentir ? Le lavage du baptême est un sceau de la foi, qui est commencée et recommandée par la foi de la repentance. Nous ne sommes pas lavés pour cesser de pécher, mais parce que nous avons cessé, puisque dans notre cœur nous avons déjà été baignés. Car le premier baptême d'un apprenant est ceci, une crainte parfaite ; dès lors, dans la mesure où vous avez la compréhension du Seigneur, la foi est saine, la conscience ayant embrassé une fois pour toutes la repentance. Sinon, si c'est (seulement) après les eaux baptismales que nous cessons de pécher, c'est par nécessité, et non par libre arbitre, que nous revêtons l'innocence. Qui, alors, est prééminent dans la bonté ? Celui qui n'a pas le droit d'être mauvais, ou celui qui lui déplaît, d'être mauvais ? Celui à qui il est demandé, ou à qui il plaît, d'être exempt de crime ? Ne gardons donc pas nos mains du vol, à moins que la dureté des barreaux ne nous résiste, ni nos yeux de la concupiscence de la fornication, à moins que nous ne soyons retirés par des gardiens de notre personne, si personne qui s'est livré au Seigneur ne doit cesser de pécher, à moins qu'il n'y soit lié par le baptême. Mais si quelqu'un nourrit ce sentiment, je ne sais pas s'il ne ressent pas, après le baptême, plus de tristesse à l'idée qu'il a cessé de pécher, que de joie à l'idée qu'il y a échappé. Et ainsi il arrive que les apprenants désirent le baptême, mais ne le reçoivent pas à la hâte : car celui qui le désire, l'honore ; celui qui le reçoit à la hâte, le méprise : dans l'un apparaît la modestie, dans l'autre l'arrogance ; le premier satisfait, le second le néglige ; le premier convoite pour le mériter, mais le second se le promet comme un juste retour ; le premier prend, le second l'usurpe. Qui jugeriez-vous plus digne, si ce n'est celui qui est le plus amendé ? Qui est le plus amendé, sauf celui qui est le plus timide et qui, à ce titre, a rempli le devoir de vrai repentir ? Car il a craint de rester encore dans le péché, de peur de ne pas mériter la réception du baptême. Mais le receveur hâtif, dans la mesure où il l'a promis lui-même (comme son dû), étant ainsi assuré (de l'obtenir), ne pouvait pas craindre : ainsi il n'a pas non plus accompli la repentance, car il lui manquait l'agent instrumental de la repentance, c'est-à-dire la peur. La réception hâtive est la part d'irrévérence ; elle gonfle le chercheur, elle méprise le Donneur. Et c'est ainsi qu'elle trompe parfois, car elle se promet le don avant qu'il ne soit dû ; ce qui fait que celui qui doit fournir le don est toujours offensé.



Chapitre 7. Du repentir, dans le cas de ceux qui ont cessé d'exercer leurs fonctions après le baptême


Que la bénédiction d'apprendre ou d'entendre parler de la discipline de la repentance soit accordée à Tes serviteurs, comme il leur incombe, tout en apprenant, de ne pas pécher ; en d'autres termes, qu'ils ne connaissent rien de la repentance et n'en demandent rien. Il est irritant de mentionner un deuxième non, dans ce cas, le dernier espoir ; de peur que, en traitant d'un repentir réparateur encore en réserve, nous ne semblions indiquer un espace supplémentaire pour le péché. Loin de nous l'idée d'interpréter ainsi notre sens, comme si, parce qu'il y a une ouverture au repentir, il y avait déjà maintenant, à ce titre, une ouverture au péché ; et comme si la redondance de la clémence céleste constituait une licence pour la témérité humaine. Que personne ne soit moins bon parce que Dieu l'est davantage, en répétant son péché aussi souvent qu'il est pardonné. Sinon, soyez sûrs qu'il trouvera une fin d'évasion, alors qu'il n'en trouvera pas une de péché. Nous nous sommes échappés une fois : jusqu'ici et pas plus loin, engageons-nous dans des périls, même si nous semblons susceptibles de nous échapper une seconde fois. Les hommes en général, après avoir échappé à un naufrage, déclarent désormais le divorce avec le navire et la mer ; et en chérissant le souvenir du danger, honorent l'avantage conféré par Dieu - leur délivrance, à savoir. Je loue leur crainte, j'aime leur révérence ; ils ne veulent pas être une seconde fois un fardeau pour la miséricorde divine ; ils craignent de paraître piétiner le bénéfice qu'ils ont obtenu ; ils évitent, avec une sollicitude qui est en tout cas bonne, de faire une seconde fois l'épreuve de ce qu'ils ont appris à craindre. Ainsi, la limite de leur témérité est la preuve de leur peur.

De plus, la peur de l'homme est un honneur pour Dieu. Mais l'ennemi le plus têtu (le nôtre) ne laisse jamais sa méchanceté tranquille ; en effet, il est alors le plus sauvage quand il sent pleinement qu'un homme est libéré de ses griffes ; il s'enflamme alors le plus férocement alors qu'il s'éteint rapidement. Il doit nécessairement se lamenter et gémir sur le fait que, par l'octroi du pardon, tant d'oeuvres de mort dans l'homme ont été renversées, tant de marques de la condamnation qui était autrefois la sienne ont été effacées. Il regrette que ce pécheur, (maintenant) serviteur du Christ, soit destiné à le juger, lui et ses anges. 1 Corinthiens 6:3 Et ainsi il l'observe, l'agresse, l'assiège, dans l'espoir qu'il pourra, d'une manière ou d'une autre, soit frapper ses yeux par une concupiscence charnelle, soit entraîner son esprit dans des séductions mondaines, soit renverser sa foi par la crainte de la puissance terrestre, soit l'arracher à la voie sûre par des traditions perverses : il n'est jamais déficient en matière de pierres d'achoppement ni de tentations. Ces poisons de son, par conséquent, Dieu prévoyant, bien que la porte du pardon ait été fermée et fixée avec la barre du baptême, lui a permis de rester encore un peu ouvert. Dans le vestibule, il a placé la seconde repentance pour l'ouvrir à tel frappement : mais maintenant une fois pour toutes, parce que c'est la deuxième fois ; mais jamais plus parce que la dernière fois elle avait été vaine. Car même cette fois-ci, n'est-ce pas suffisant ? Vous avez ce que vous méritez maintenant, car vous avez perdu ce que vous aviez reçu. Si l'indulgence du Seigneur vous donne les moyens de restituer ce que vous aviez perdu, soyez reconnaissants pour le bénéfice renouvelé, pour ne pas dire amplifié ; car restituer est une chose plus grande que donner, dans la mesure où avoir perdu est plus misérable que de n'avoir jamais reçu du tout. Cependant, si quelqu'un contracte la dette d'un second repentir, son esprit ne doit pas être immédiatement abattu et miné par le désespoir. Qu'il soit tout à fait désagréable de pécher à nouveau, mais qu'il ne soit pas désagréable de se repentir à nouveau : désagréable de se mettre à nouveau en danger, mais pas d'être à nouveau libéré. Qu'aucun n'ait honte. Les maladies répétées doivent avoir entraîné une médecine répétée. Vous montrerez votre gratitude envers le Seigneur en ne refusant pas ce que le Seigneur vous offre. Vous avez offensé, mais vous pouvez encore être réconciliés. Vous avez quelqu'un que vous pouvez satisfaire, et Lui qui est disposé à le faire.



Chapitre 8. Exemples tirés des Écritures pour prouver la volonté du Seigneur de pardonner


Si vous en doutez, démêlez le sens de ce que l'Esprit dit aux églises. Il impute aux Ephésiens l'amour abandonné ; Apocalypse 2:4 reproche aux Thyatirènes l'impudicité et le fait de manger des choses sacrifiées aux idoles ; Apocalypse 2:20 accuse les Gardiens d'œuvres non accomplies ; Apocalypse 3:2 censure les Pergamenes pour avoir enseigné des choses perverses ; Apocalypse 2 : 14-15 réprimande les Laodicéens pour s'être fiés à leurs richesses ; Apocalypse 3:17 et leur donne pourtant toutes les monitions générales pour se repentir - sous des commandements, il est vrai ; mais Il ne dirait pas de commandements à un impénitent s'Il ne pardonnait pas au repentant. On peut douter qu'Il n'ait pas fait preuve ailleurs de cette profusion de clémence. Il ne dit pas : "Celui qui est tombé se relèvera, et celui qui a été détourné se convertira" ? C'est Lui, en effet, qui aurait une miséricorde plutôt que des sacrifices. Les cieux, et les anges qui sont là, se réjouissent de la repentance d'un homme. Luc 15:7, 10 Ho ! Pécheur, sois de bonne humeur ! Tu vois où se trouve la joie de ton retour. Quelle signification ont pour nous ces thèmes des paraboles du Seigneur ? Le fait qu'une femme ait perdu une drachme, qu'elle la cherche et la trouve, et qu'elle invite ses amies à partager sa joie, n'est-il pas un exemple de pécheur rétabli ? Luc 15, 8-10 Une petite brebis du berger s'égare, mais le troupeau n'est pas plus cher que l'autre : on la cherche avec ardeur, on la désire ardemment au lieu de tout, on la trouve, et elle est portée sur les épaules du berger lui-même, car elle a beaucoup peiné en s'égarant. Luc 15:3-7 De même, je ne passerai pas sous silence ce père très doux qui appelle chez lui son fils prodigue, qui le reçoit volontiers repentant après son indigence, qui tue son meilleur veau gras, et qui agrémente sa joie par un banquet. Luc 15:11-32 Pourquoi pas ? Il avait retrouvé le fils qu'il avait perdu ; il l'avait ressenti comme le plus cher de tous ceux qu'il avait gagnés. Qui est ce père que nous devons comprendre ? Dieu, sûrement : personne n'est un père aussi vrai ; personne n'est aussi riche en amour paternel. Il vous recevra donc en retour, vous, son propre fils, même si vous avez gaspillé ce que vous aviez reçu de lui, même si vous revenez nu - simplement parce que vous êtes revenu ; et il se réjouira plus de votre retour que de la sobriété de l'autre ; mais seulement si vous vous repentez de bon cœur - si vous comparez votre propre faim à l'abondance des serviteurs engagés par votre Père - si vous laissez derrière vous les porcs, ce troupeau impur - si vous cherchez de nouveau votre Père, aussi offensé soit-il, en disant : J'ai péché, et je ne suis plus digne d'être appelé le vôtre. La confession des péchés allège, autant que la dissimulation les aggrave ; car la confession est conseillée par (le désir de faire) la satisfaction, la dissimulation par la contumace.



Chapitre 9. Concernant les manifestations extérieures par lesquelles ce second repentir doit être accompagné


Plus le champ d'action de ce deuxième et seul repentir (restant) est étroit, plus sa mise à l'épreuve est laborieuse, afin qu'il ne soit pas seulement manifesté dans la conscience, mais qu'il soit également réalisé dans un acte (externe). Cet acte, qui est plus généralement exprimé et communément parlé sous un nom grec, est ἐξομολόγησις, par lequel nous confessons nos péchés au Seigneur, non pas en effet comme s'Il les ignorait, mais dans la mesure où par la confession la satisfaction est réglée, de la confession naît la repentance ; par la repentance Dieu est apaisé. Ainsi, l'exomologèse est une discipline pour la prosternation et l'humiliation de l'homme, enjoignant un comportement calculé pour susciter la miséricorde. En ce qui concerne l'habillement et la nourriture, elle ordonne (au pénitent) de se coucher dans le sac et la cendre, de couvrir son corps de deuil, de laisser son esprit au plus bas dans les douleurs, d'échanger contre un traitement sévère les péchés qu'il a commis ; de plus, de ne pas connaître de nourriture et de boisson mais telle qu'elle est, non pas pour l'estomac, mais pour l'âme ; mais surtout, de nourrir ses prières par des jeûnes, de gémir, de pleurer et de crier au Seigneur ton Dieu ; de se prosterner aux pieds des presbytres et de s'agenouiller devant les proches de Dieu ; d'enjoindre à tous les frères d'être ambassadeurs pour porter sa supplique dépravée (devant Dieu). Toute cette exomologèse (fait), afin d'accroître la repentance ; d'honorer Dieu par sa crainte du danger (encouru) ; de se prononcer contre le pécheur à la place de l'indignation de Dieu, et par la mortification temporelle (je ne dirai pas frustrer, mais) d'effacer les châtiments éternels. Ainsi, en abaissant l'homme, elle l'élève ; en le couvrant de saleté, elle le rend plus propre ; en accusant, elle excuse ; en condamnant, elle absout. Moins vous vous donnez de quartier, plus (croyez-moi) Dieu vous en donnera.



Chapitre 10. De la diminution des hommes par rapport à cette seconde repentance et exomologèse, et du caractère déraisonnable d'une telle diminution


Pourtant, la plupart des hommes évitent ce travail, qu'ils considèrent comme une exposition publique d'eux-mêmes, ou bien le reportent de jour en jour. Je présume (comme étant) plus soucieux de la modestie que du salut ; tout comme les hommes qui, ayant contracté une maladie dans les parties les plus privées de leur corps, évitent l'intimité des médecins, et périssent ainsi avec leur propre timidité. Il est intolérable à la modestie de donner satisfaction au Seigneur offensé ! Pour être rendu à son salut perdu ! Vous êtes vraiment honorables dans votre modestie ; vous avez le front ouvert pour le péché, mais vous êtes gênés pour la déchéance ! Je ne donne pas lieu à la timidité quand je suis gagnant par sa perte ; quand elle-même, en quelque fils, exhorte l'homme en disant : "Ne me respecte pas ; il vaut mieux que je périsse par toi, c'est-à-dire que tu périsses par moi. En tout cas, le moment où (si jamais) son danger est grave, c'est lorsqu'il s'agit d'un cul pour railler la parole en présence d'insultes, lorsqu'un homme s'élève sur la ruine de son voisin, lorsqu'il y a une ascension sur la prostrate. Mais parmi les frères et les compagnons de service, là où il y a une espérance commune, une crainte, une joie, un chagrin, une souffrance, parce qu'il y a un Esprit commun venant d'un Seigneur et d'un Père commun, pourquoi pensez-vous que ces frères soient autre chose que vous-même ? Pourquoi fuir les partenaires de vos propres malheurs, comme ceux qui les acclameront avec dérision ? Le corps ne peut se réjouir de la détresse d'un seul de ses membres, 1 Corinthiens 12:26 il doit nécessairement s'unir avec un seul consentement dans la douleur et dans le travail pour le remède. L'Église est l'entreprise de deux personnes ; mais l'Église est le Christ. Quand donc vous vous mettez à genoux devant les frères, vous manipulez le Christ, vous suppliez le Christ. De la même manière, lorsqu'ils versent des larmes sur vous, c'est le Christ qui souffre, le Christ qui prie le Père pour sa miséricorde. Ce qu'un fils demande est toujours facile à obtenir. Grande est la récompense de la modestie, que la dissimulation de notre faute nous promet ! En effet, si nous nous cachons quelque peu de la connaissance de l'homme, le ferons-nous également de Dieu ? Le jugement des hommes et la connaissance de Dieu sont-ils ainsi mis sur un pied d'égalité ? Vaut-il mieux être damné en secret qu'absous en public ? Mais vous dites : C'est une chose misérable que d'en arriver ainsi à l'exomologèse : oui, car le mal amène à la misère ; mais là où il faut se repentir, la misère cesse, car elle se transforme en quelque chose de salutaire. Misérable, c'est d'être coupé, cautérisé et soutiré avec l'âcreté d'une poudre (médicinale) : néanmoins, les choses qui guérissent par des moyens désagréables excusent, par le bénéfice du remède, leur propre offense et rendent la blessure actuelle supportable au nom de l'avantage à en tirer.



Chapitre 11. Autres restrictions sur le même sujet


Et si, outre la honte dont ils font le plus grand cas, les hommes redoutent également les désagréments corporels ; en ce sens que, non lavés, sordides, éloignés de l'allégresse, ils doivent passer leur temps dans la rudesse du sac, et l'horreur des cendres, et l'enfoncement du visage causé par le jeûne ? Devons-nous alors prier pour nos péchés en écarlate et en violet ? Hâtez-vous avec l'épingle à cheveux, la poudre pour polir les dents et un instrument fourchu en acier ou en laiton pour nettoyer les ongles. Tout ce qui est faux brillant, toute rougeur feinte, qu'il faut avoir, qu'il l'applique avec diligence sur ses lèvres ou ses joues. Qu'il cherche en outre des bains de température plus agréable dans quelque retraite de jardin ou de bord de mer ; qu'il augmente ses dépenses ; qu'il recherche avec soin la délicatesse la plus rare des volailles grasses ; qu'il affine son vieux vin ; et quand quelqu'un lui demandera : A qui offres-tu tout cela ? qu'il dise : J'ai péché contre Dieu, et je suis en péril de périr éternellement ; et maintenant je m'abaisse, je me gaspille et je me torture, afin de réconcilier Dieu avec moi-même, que j'ai offensé en péchant. Pourquoi, ceux qui font du démarchage pour obtenir une charge publique, ne trouvent-ils ni dégradant ni ennuyeux de se battre, au nom de tels désirs, avec des ennuis pour l'âme et pour le corps ; et non seulement des ennuis, mais aussi des contumaces de toutes sortes. Quelles sont les méchancetés vestimentaires qu'ils n'affectent pas ? Quelles maisons n'assaillent-elles pas de visites précoces et tardives ? - s'inclinant chaque fois qu'ils rencontrent un personnage haut placé, ne fréquentant aucun banquet, ne s'associant à aucune distraction, mais volontairement exilés de la félicité de la liberté et de la fête : et tout cela au nom de la joie fugace d'une seule année ! Hésitons-nous, quand l'éternité est en jeu, à supporter ce que le concurrent de la consulte ou de la prétorture supporte ? Et tarderons-nous à offrir au Seigneur offensé un châtiment personnel en nourriture et en vêtements, que les païens s'imposent à eux-mêmes quand ils n'ont offensé personne ? Tels sont ceux dont l'Écriture fait mention : Malheur à ceux qui lient leurs propres péchés pour ainsi dire avec une longue corde.



Chapitre 12. Considérations finales pour l’exomologèse


Si vous vous dérobez à l'exomologèse, considérez dans votre cœur l'enfer, quelle exomologèse s'éteindra pour vous ; et imaginez d'abord l'ampleur de la peine, que vous ne pouvez pas hésiter à adopter le remède. Qu'estimons-nous que ce trésor de feu éternel est, lorsque ses petits trous d'aération provoquent de telles explosions de flammes que les villes voisines soit ne sont déjà plus, soit sont dans l'attente quotidienne du même sort ? Les montagnes les plus hautaines commencent à se briser dans les gorges de leur feu intérieur ; et - ce qui nous prouve la pérennité du jugement - bien qu'elles commencent à se briser, bien qu'elles soient dévorées, elles n'en finissent pas. Qui ne considérera pas ces punitions occasionnelles infligées aux montagnes comme des exemples du jugement qui menace les impénitents ? Qui ne conviendra pas que de telles étincelles ne sont que quelques missiles et fléchettes sportives d'un centre de feu inestimablement vaste ? Par conséquent, puisque vous savez qu'après les premiers remparts du baptême du Seigneur, il vous reste encore, dans l'exomologèse, une deuxième réserve d'aide contre l'enfer, pourquoi désertez-vous votre propre salut ? Pourquoi tarder à vous approcher de ce qui, vous le savez, vous guérit ? Même les animaux stupides et irrationnels reconnaissent en leur temps de besoin les médicaments qui leur ont été divinement attribués. Le cerf, figé par la flèche, sait que, pour chasser l'acier et ses inextricables persistances, il doit se guérir par la dentanéité. L'hirondelle, si elle rend ses petits aveugles, sait leur redonner des yeux grâce à son propre moût d'hirondelle. Le pécheur, sachant que l'exomologèse a été instituée par le Seigneur pour sa restauration, doit-il passer celle par laquelle le roi de Babylone a été restauré dans ses royaumes ? Il y a longtemps qu'il a offert au Seigneur son repentir, élaborant son exomologèse par une misère de sept ans, avec ses ongles poussant sauvagement à la manière de l'aigle, et ses cheveux mal soignés portant la houppe d'un lion. Une manipulation difficile ! Celui sur lequel les hommes frissonnaient, Dieu le recevait en retour. Mais, d'un autre côté, l'empereur égyptien - qui, après avoir poursuivi le peuple de Dieu autrefois affligé, longtemps refusé à leur Seigneur, s'est précipité dans la bataille - a, après tant de fléaux d'avertissement, péri dans la mer partagée, (qu'il était permis de passer au seul Peuple,) par le retour en arrière des vagues : Exode 14:15-31 pour la repentance et l'exomologèse de sa servante qu'il avait rejetée.

Pourquoi devrais-je ajouter plus de toucher ces deux planches (pour ainsi dire) de salut humain, en me souciant davantage des affaires de la plume que du devoir de ma conscience ? Car, pécheur comme je le suis de toute teinture, et né pour rien d'autre que le repentir, je ne peux pas facilement me taire sur ce que la tête et la source même de la race humaine, et de l'offense humaine, Adam, restauré par l'exomologèse dans son propre paradis, ne se tait pas.