Lactance

INSTITUTS DIVINS : LIVRE IV

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE

Chapitre 1. De l'ancienne religion des hommes, et comment l'erreur était répandue à chaque époque, et des sept sages de Grèce.


Lorsque je réfléchis, ô Empereur Constantin, et que je pense souvent à la condition originelle des hommes, il est habituel de paraître à la fois merveilleux et indigne que, par la folie d'un âge embrassant diverses superstitions, et croyant en l'existence de nombreux dieux, ils soient soudain arrivés à une telle ignorance d'eux-mêmes, que la vérité étant arrachée à leurs yeux, la religion du vrai Dieu n'était pas observée, ni la condition de la nature humaine, puisque les hommes ne cherchaient pas le bien principal dans le ciel, mais sur la terre. Et c'est à ce titre que le bonheur des anciens âges a certainement été modifié. Car, ayant quitté Dieu, le parent et le fondateur de toutes choses, les hommes ont commencé à adorer les œuvres insensées de leurs propres mains. Et quels ont été les effets de cette corruption, ou quels maux elle a introduits, le sujet lui-même le déclare suffisamment. Car, se détournant du bien principal, qui est béni et éternel à cause de cela, parce qu'il ne peut être vu, ni touché, ni compris, et des vertus qui sont en accord avec ce bien, et qui sont également immortelles, glissant vers ces dieux corrompus et frêles, et se consacrant aux choses par lesquelles le corps seul est orné, et nourri, et enchanté, ils ont cherché la mort éternelle pour eux-mêmes, avec leurs dieux et les biens relatifs au corps, parce que tous les corps sont sujets à la mort. Les superstitions de ce genre étaient donc suivies d'injustice et d'impiété, comme cela doit nécessairement être le cas. Car les hommes cessaient d'élever leur visage vers le ciel, mais, l'esprit déprimé, ils s'accrochaient aux biens de la terre, comme ils le faisaient aux superstitions nées sur la terre. Il s'ensuivit le désaccord des hommes, la fraude et toute la méchanceté, car, méprisant les biens éternels et incorruptibles, qui seuls devraient être désirés par l'homme, ils ont plutôt choisi les choses temporelles et éphémères, et les hommes ont mis une plus grande confiance dans le mal, en ce sens qu'ils ont préféré le vice à la vertu, parce qu'elle s'était présentée comme plus proche.


Ainsi, la vie humaine, qui dans les âges passés avait été occupée par la lumière la plus claire, fut envahie de ténèbres et d'obscurité ; et conformément à cette dépravation, lorsque la sagesse fut retirée, alors les hommes commencèrent enfin à revendiquer pour eux-mêmes le nom de sage. Car à l'époque où tous étaient sages, personne n'était appelé par ce nom. Et que ce nom, autrefois commun à toute la classe, bien que réduit à quelques-uns, garde encore son pouvoir ! Car ce petit nombre pourrait peut-être, soit par son talent, soit par son autorité, soit par des exhortations continuelles, libérer le peuple des vices et des erreurs. Mais la sagesse avait tellement disparu qu'il est évident, par l'arrogance même du nom, qu'aucun de ceux qui étaient appelés ainsi n'était vraiment sage. Et pourtant, avant la découverte de cette philosophie, comme on l'appelle, il y en aurait eu sept, qui, parce qu'ils s'aventuraient à enquêter et à discuter sur des sujets naturels, méritaient d'être estimés et appelés sages.

O époque misérable et calamiteuse, où dans le monde entier il n'y avait que sept personnes qui étaient appelées par le nom des hommes, car personne ne peut être appelé à juste titre un homme s'il n'est pas sage ! Mais si tous les autres en dehors d'eux-mêmes étaient insensés, eux-mêmes n'étaient pas sages, car personne ne peut être vraiment sage dans le jugement des insensés. Ils se sont tellement éloignés de la sagesse que même après, lorsque l'apprentissage s'est accru et que de nombreux et grands esprits se sont toujours penchés sur ce sujet, la vérité n'a pas pu être perçue et vérifiée. Car, après la renommée de ces sept sages, il est incroyable de constater à quel point le désir d'enquêter sur la vérité a enflammé toute la Grèce. Et tout d'abord, ils trouvaient le nom même de sagesse arrogant, et ne s'appelaient pas sages, mais désireux de sagesse. Par cet acte, ils condamnèrent tous deux ceux qui s'étaient arrogé le nom de sages, de l'erreur et de la folie, et eux-mêmes aussi de l'ignorance, ce qu'ils ne nièrent d'ailleurs pas. Car partout où la nature du sujet avait, pour ainsi dire, mis la main sur leur esprit, de sorte qu'ils étaient incapables de rendre compte, ils étaient habitués à témoigner que, ne sachant rien, ils ne discernaient rien. C'est pourquoi on les trouve beaucoup plus sages, qui, dans une certaine mesure, se voyaient eux-mêmes, que ceux qui avaient cru qu'ils étaient sages.



Chapitre 2. Où se trouve la sagesse ; pourquoi Pythagore et Platon n'ont pas approché les Juifs.


C'est pourquoi, s'ils n'étaient pas les sages qui ont été appelés, ni ceux des temps plus tardifs, qui n'ont pas hésité à confesser leur manque de sagesse, ce qui reste mais cette sagesse est à chercher ailleurs, puisqu'elle n'a pas été trouvée là où elle a été cherchée. Mais quelle est la raison pour laquelle elle n'a pas été trouvée, bien qu'elle ait été recherchée avec le plus grand sérieux et le plus grand travail par tant d'intelligences, et pendant tant d'âges, si ce n'est que les philosophes l'ont recherchée hors de leurs propres limites ? Et puisqu'ils ont parcouru et exploré toutes les parties, mais qu'ils n'ont trouvé aucune sagesse, et qu'elle doit nécessairement se trouver quelque part, il est évident qu'il faut surtout la chercher là où apparaît le titre de folie ; sous le couvert de laquelle Dieu cache le trésor de la sagesse et de la vérité, de peur que le secret de son oeuvre divine ne soit exposé à la vue. C'est pourquoi je me demande si, lorsque Pythagore, et après lui Platon, enflammé par l'amour de la recherche de la vérité, se rendirent jusqu'aux Égyptiens, aux Mages et aux Perses pour connaître leurs rites et leurs institutions religieuses (car ils soupçonnaient que la sagesse était liée à la religion), ils ne s'adressèrent pas seulement aux Juifs, qui étaient alors les seuls à posséder ce trésor et vers lesquels ils auraient pu aller plus facilement. Mais je pense qu'ils ont été détournés d'eux par la divine providence, afin qu'ils ne connaissent pas la vérité, car il n'était pas encore permis que la religion du vrai Dieu et de la vraie justice soit connue des hommes d'autres nations. Car Dieu avait décidé, à l'approche de la dernière fois, d'envoyer du ciel un grand chef, qui devait révéler aux nations étrangères ce qui avait été enlevé à un peuple perfide et ingrat. Et je m'efforcerai d'aborder le sujet dans ce livre, si j'ai d'abord montré que la sagesse est si étroitement unie à la religion, que l'une ne peut être séparée de l'autre.



Chapitre 3. Sagesse et religion ne peuvent être séparées : le Seigneur de la Nature doit nécessairement être le Père de chacun.


Le culte des dieux, comme je l'ai enseigné dans le livre précédent, n'implique pas la sagesse ; non seulement parce qu'il abandonne l'homme, qui est un animal divin, aux choses terrestres et fragiles, mais parce que rien n'y est fixé qui puisse servir à la culture du caractère et à l'encadrement de la vie ; il ne contient aucune investigation de la vérité, mais seulement le rite du culte, qui ne consiste pas dans le service de l'esprit, mais dans l'emploi du corps. Ce n'est donc pas une vraie religion, car elle n'instruit et n'améliore pas les hommes par des préceptes de droiture et de vertu. Ainsi la philosophie, dans la mesure où elle ne possède pas la vraie religion, c'est-à-dire la plus haute piété, n'est pas la vraie sagesse. Car si la divinité qui gouverne ce monde soutient l'humanité avec une incroyable bienveillance, et la chérit comme avec une indulgence paternelle, souhaite vraiment qu'on lui rende reconnaissance et honneur, l'homme ne peut conserver sa piété s'il se montre ingrat pour les bienfaits célestes ; et ce n'est certainement pas le rôle d'un homme sage. Puisque donc, comme je l'ai dit, la philosophie et le système religieux des dieux sont séparés, et éloignés l'un de l'autre ; vu que certains sont des professeurs de sagesse, par lesquels il est manifeste qu'il n'y a pas d'approche des dieux, et que d'autres sont des prêtres de religion, par lesquels la sagesse n'est pas apprise ; il est manifeste que l'un n'est pas la vraie sagesse, et que l'autre n'est pas la vraie religion. Par conséquent, la philosophie n'a pas pu concevoir la vérité, et le système religieux des dieux n'a pas pu rendre compte de lui-même, puisqu'il en est dépourvu. Mais lorsque la sagesse est liée à la religion, les deux doivent nécessairement être vraies ; car dans notre culte, nous devons être sages, c'est-à-dire connaître l'objet et le mode de culte appropriés, et dans notre sagesse de culte, c'est-à-dire compléter notre connaissance par des actes et des actions.


Où, alors, la sagesse est-elle liée à la religion ? Là, en effet, où le Dieu unique est adoré, où la vie et chaque action sont renvoyées à une seule source, et à une seule autorité suprême : en bref, les maîtres de la sagesse sont les mêmes, qui sont aussi les prêtres de Dieu. Mais que cela n'affecte personne non plus, car il est souvent arrivé, et cela peut arriver, qu'un philosophe entreprenne un sacerdoce des dieux ; et quand cela se produit, la philosophie n'est cependant pas jointe à la religion ; mais la philosophie sera au chômage au milieu des rites sacrés, et la religion sera au chômage quand la philosophie sera traitée. Car ce système de rites religieux est muet, non seulement parce qu'il se rapporte à des dieux muets, mais aussi parce que son observance se fait par la main et les doigts, et non par le cœur et la langue, comme c'est le cas pour le nôtre, ce qui est vrai. La religion est donc contenue dans la sagesse, et la sagesse dans la religion. L'une ne peut donc pas être séparée de l'autre, car la sagesse n'est rien d'autre que l'adoration du vrai Dieu avec une adoration juste et pieuse. Mais que le culte de nombreux dieux ne soit pas conforme à la nature, peut être déduit et conçu même par cet argument : que tout dieu qui est adoré par l'homme doit, au milieu des rites et des prières solennelles, être invoqué comme père, non seulement pour l'honneur, mais aussi pour la raison ; parce qu'il est à la fois plus ancien que l'homme, et parce qu'il offre la vie, la sécurité et la subsistance, comme le fait un père. C'est pourquoi Jupiter est appelé père par ceux qui le prient, tout comme Saturne, Janus, Liber et le reste dans l'ordre, ce dont Lucilius se moque lors du conseil des dieux : De sorte qu'il n'y a aucun de nous qui ne soit appelé excellent père des dieux ; de sorte que le père Neptunus, Liber, le père Saturne, Mars, Janus, le père Quirinus, sont appelés d'après un seul nom. Mais si la nature ne permet pas qu'un homme ait plusieurs pères (car il est issu d'un seul), le culte de plusieurs dieux est donc contraire à la nature, et contraire à la piété.


On ne doit donc adorer qu'un seul dieu, que l'on peut vraiment appeler Père. Il doit aussi, par nécessité, être Seigneur, car de même qu'il a le pouvoir de se livrer, il a aussi le pouvoir de retenir. Il doit être appelé Père à ce titre, parce qu'il nous accorde de nombreuses et grandes choses ; et Seigneur à ce titre, parce qu'il a le plus grand pouvoir de châtier et de punir. Mais le fait que celui qui est Père est aussi Seigneur, est démontré même par référence au droit civil. Car qui pourra élever des fils, s'il n'a pas sur eux le pouvoir d'un seigneur ? Il n'est pas non plus appelé sans raison père de famille, bien qu'il n'ait que des fils : car il est évident que le nom de père englobe aussi les esclaves, parce que la famille suit ; et le nom de famille comprend aussi les fils, parce que le nom de père précède : d'où il ressort que la même personne est à la fois père de ses esclaves et seigneur de ses fils. Enfin, le fils est mis en liberté comme s'il était un esclave ; et l'esclave libéré reçoit le nom de son protecteur, comme s'il était un fils. Mais si l'on nomme un homme père de famille, afin qu'il apparaisse qu'il possède un double pouvoir, parce qu'en tant que père il doit se livrer, et en tant que seigneur se retenir, il s'ensuit que celui qui est fils est aussi esclave, et que celui qui est père est aussi seigneur. Comme, par conséquent, par la nécessité de la nature, il ne peut y avoir plus d'un père, il ne peut y avoir qu'un seul seigneur. Car que fera l'esclave si plusieurs seigneurs donnent des ordres divergents les uns des autres ? Le culte de plusieurs dieux est donc contraire à la raison et à la nature, puisqu'il ne peut y avoir plusieurs pères ou seigneurs ; mais il faut considérer les dieux à la fois comme des pères et des seigneurs.


La vérité ne peut donc pas être retenue lorsqu'un même homme est soumis à plusieurs pères et seigneurs, lorsque l'esprit, attiré dans des directions différentes par de nombreux objets, vagabonde ici et là. La religion ne peut pas non plus avoir de fermeté, lorsqu'elle est sans domicile fixe et établi. Il ne peut donc y avoir de véritable adoration de plusieurs dieux, tout comme on ne peut pas appeler cela un mariage, dans lequel une femme a plusieurs maris, mais elle sera appelée soit une prostituée, soit une adultère. Car lorsqu'une femme est dépourvue de modestie, de chasteté et de fidélité, elle doit nécessairement être dépourvue de vertu. Ainsi, le système religieux des dieux est lui aussi impur et impie, car il est dépourvu de foi, car cet honneur incertain et instable n'a ni source ni origine.



Chapitre 4. De la sagesse également, de la religion et du droit du Père et du Seigneur.


Il est évident que la sagesse et la religion sont étroitement liées. La sagesse est liée aux fils, et cette relation requiert de l'amour ; la religion aux serviteurs, et cette relation requiert de la peur. Car de même que les premiers sont tenus d'aimer et d'honorer leur père, de même les seconds sont tenus de respecter et de vénérer leur seigneur. Mais en ce qui concerne Dieu, qui est unique, dans la mesure où il soutient le double caractère de Père et de Seigneur, nous sommes tenus de l'aimer, dans la mesure où nous sommes des fils, et de le craindre, dans la mesure où nous sommes des serviteurs. La religion ne peut donc être séparée de la sagesse, ni la sagesse de la religion, car c'est le même Dieu, qui doit être compris, ce qui est la part de la sagesse, et honoré, ce qui est la part de la religion. Mais la sagesse précède, la religion suit ; car la connaissance de Dieu vient en premier, son culte est le résultat de la connaissance. Ainsi, dans les deux noms, il n'y a qu'une seule signification, bien qu'elle semble différente dans chaque cas. Car l'une concerne la compréhension, l'autre l'action. Mais, cependant, ils ressemblent à deux ruisseaux qui coulent d'une même fontaine. Mais la fontaine de la sagesse et de la religion est Dieu ; et si ces deux ruisseaux se détournent de Lui, il faut les assécher : car ceux qui l'ignorent ne peuvent être sages ou religieux.


Il arrive donc que les philosophes, et ceux qui adorent de nombreux dieux, ressemblent soit à des fils déshérités, soit à des esclaves en fuite, car l'un ne cherche pas son père, ni l'autre son maître. Et de même que les déshérités n'obtiennent pas l'héritage de leur père, ni les esclaves en fuite l'impunité, de même les philosophes ne recevront pas l'immortalité, qui est l'héritage du royaume céleste, c'est-à-dire le bien principal, qu'ils recherchent tout particulièrement ; et les adorateurs des dieux n'échapperont pas à la peine de mort éternelle, qui est le châtiment du vrai Maître contre ceux qui sont déserteurs de Sa majesté et de Son nom. Mais ce Dieu est Père et aussi Seigneur était inconnu des deux, des adorateurs des dieux comme des professeurs de sagesse eux-mêmes : dans la mesure où soit ils pensaient que rien du tout ne devait être adoré ; soit ils approuvaient les fausses religions ; soit, bien qu'ils comprenaient la force et la puissance du Dieu suprême (comme Platon, qui dit qu'il y a un seul Dieu, Créateur du monde, et Marcus Tullius, qui reconnaît que l'homme a été produit par le Dieu suprême dans un excellent état), néanmoins ils ne rendaient pas le culte qui lui était dû comme au Père suprême, ce qui était leur devoir approprié et nécessaire. Mais le fait que les dieux ne peuvent être ni pères ni seigneurs, est déclaré non seulement par leur multitude, comme je l'ai montré ci-dessus, mais aussi par la raison : car il n'est pas rapporté que l'homme ait été créé par des dieux, et il n'est pas non plus constaté que les dieux eux-mêmes aient précédé l'origine de l'homme, puisqu'il semble qu'il y ait eu des hommes sur la terre avant la naissance de Vulcain, et de Liber, et d'Apollon, et de Jupiter lui-même. Mais la création de l'homme n'est pas habituée à être attribuée à Saturne, ni à son père Cœlus.


Mais si aucun de ceux qui sont vénérés n'est censé avoir formé et créé l'homme à l'origine, il s'ensuit qu'aucun d'entre eux ne peut être appelé le père de l'homme, et donc qu'aucun d'entre eux ne peut être Dieu. Il n'est donc pas licite d'adorer ceux par qui l'homme n'a pas été produit, car il n'a pas pu être produit par beaucoup. C'est pourquoi il faut adorer le seul et unique Dieu, qui était avant Jupiter, et Saturne, et Cœlus lui-même, et la terre. Car il a dû façonner l'homme, qui, avant la création de l'homme, a achevé le ciel et la terre. Lui seul doit être appelé Père qui nous a créés ; Lui seul doit être considéré comme le Seigneur qui règne, qui a le pouvoir véritable et perpétuel de la vie et de la mort. Et celui qui ne l'adore pas est un serviteur insensé, qui fuit son Maître ou ne le connaît pas ; et un fils indigne, qui soit déteste son vrai Père, soit l'ignore.



Chapitre 5. Les Oracles des Prophètes doivent être surveillés ; et de leur temps, et du temps des Juges et des Rois.


Maintenant, puisque j'ai montré que la sagesse et la religion ne peuvent être séparées, il reste que nous parlons de la religion elle-même, et de la sagesse. Je sais bien qu'il est difficile de parler de sujets célestes, mais il faut quand même tenter de faire comprendre et de mettre en lumière la vérité, et de libérer de l'erreur et de la mort beaucoup de gens qui méprisent et refusent la vérité, alors qu'elle est dissimulée sous une couverture de folie. Mais avant de commencer à parler de Dieu et de ses oeuvres, je dois d'abord dire quelques mots sur les prophètes, dont je dois maintenant utiliser le témoignage, ce que je me suis abstenu de faire dans les livres précédents. Par-dessus tout, celui qui désire comprendre la vérité doit non seulement s'appliquer à comprendre les paroles des prophètes, mais aussi s'enquérir avec le plus grand soin de l'époque où chacun d'eux a existé, afin de savoir quels événements futurs ils ont prédit, et après combien d'années leurs prédictions se sont réalisées. Il n'y a pas non plus de difficulté à faire ces calculs, car ils témoignent sous quel roi chacun d'eux a reçu l'inspiration de l'Esprit Divin. Et nombreux sont ceux qui ont écrit et publié des livres respectant l'époque, en prenant comme point de départ le prophète Moïse, qui a vécu environ sept cents ans avant la guerre de Troie. Mais lui, après avoir gouverné le peuple pendant quarante ans, a été remplacé par Josué, qui a tenu la première place pendant vingt-sept ans.

Ensuite, ils ont été sous le gouvernement des juges pendant trois cent soixante-dix ans. Puis leur condition a changé, et ils ont commencé à avoir des rois ; et quand ils ont gouverné pendant quatre cent cinquante ans, jusqu'au règne de Sédécias, les Juifs ayant été assiégés par le roi de Babylone, et emmenés en captivité, ont enduré une longue servitude, jusqu'à ce que, dans la soixante-dixième année qui a suivi, les Juifs captifs aient été rendus à leurs propres terres et colonies par Cyrus l'ancien, qui a atteint le pouvoir suprême sur les Perses, au moment où Tarquinius Superbus régnait à Rome. C'est pourquoi, puisque toute la série des temps peut être recueillie à la fois dans les histoires juives et dans celles des Grecs et des Romains, on peut également recueillir les temps des prophètes individuellement ; le dernier d'entre eux était Zacharie, et il est convenu qu'il a prophétisé au temps du roi Darius, la deuxième année de son règne, et au huitième mois. Les prophètes sont beaucoup plus anciens que les écrivains grecs. Et j'avance toutes ces choses, afin qu'ils puissent percevoir leur erreur qui s'efforce de réfuter la Sainte Écriture, comme si elle était nouvelle et récemment composée, ignorant de quelle source jaillit l'origine de notre sainte religion. Mais si quelqu'un, après avoir rassemblé et examiné les temps, pose dûment les fondements de l'apprentissage, et s'assure pleinement de la vérité, il mettra également de côté son erreur lorsqu'il aura acquis la connaissance de la vérité.



Chapitre 6. Dieu tout-puissant a engendré son fils ; et les témoignages des Sibylles et du Trismégiste le concernant.


Dieu, donc, l'artisan et le fondateur de toutes choses, comme nous l'avons dit dans le second livre, avant qu'Il ne commence cette excellente œuvre du monde, a engendré un Esprit pur et incorruptible, qu'Il a appelé Son Fils. Et bien qu'Il ait ensuite créé par Lui-même d'innombrables autres êtres, que nous appelons des anges, ce premier-né était cependant le seul qu'Il considérait digne d'être appelé par le nom divin, comme étant puissant dans l'excellence et la majesté de Son Père. Mais l'existence d'un Fils du Dieu Très-Haut, doté de la plus grande puissance, est démontrée non seulement par les déclarations unanimes des prophètes, mais aussi par la déclaration de Trismégiste et les prédictions des Sibylles. Hermès, dans le livre qui s'intitule La Parole parfaite, s'est servi de ces paroles : Le Seigneur et Créateur de toutes choses, que nous avons cru bon d'appeler Dieu, puisqu'Il a rendu le second Dieu visible et sensible. Mais j'utilise le terme sensible, non pas parce qu'il perçoit lui-même (car la question n'est pas de savoir s'il perçoit lui-même), mais parce qu'il conduit à la perception et à l'intelligence. Ainsi, puisqu'il l'a fait premier, seul et unique, il lui est apparu beau et plein de toutes les bonnes choses, il l'a sanctifié et l'a aimé comme son propre Fils. La sibylle érythréenne, au début de son poème, qu'elle a commencé par le Dieu suprême, proclame le Fils de Dieu comme le chef et le commandant de tous, dans ces versets:-

Le nourricier et le créateur de toutes choses, qui a mis le doux souffle en tous, et qui a fait de Dieu le chef de tous.

Et encore, à la fin du même poème:-

Mais que Dieu a donné pour que les hommes fidèles l'honorent.

Et une autre sibylle ordonne qu'Il soit connu:-

Connais-le comme ton Dieu, qui est le Fils de Dieu.

Il est assurément le Fils de Dieu qui, par le très sage roi Salomon, plein d'inspiration divine, a dit ces choses que nous avons ajoutées : "Dieu m'a fondé au début de Ses voies, dans Son oeuvre avant les siècles. Il m'a établi au commencement, avant de faire la terre, avant d'établir les abîmes, avant que les sources d'eau ne jaillissent : l'Éternel m'a engendré devant toutes les collines ; Il a fait les régions, et les frontières inhabitables sous le ciel. Quand il a préparé les cieux, j'étais près de lui ; quand il a séparé son propre siège, quand il a fait les nuages forts au-dessus des vents, quand il a fortifié les montagnes et les a placées sous les cieux ; quand il a posé les fondements solides de la terre, j'étais avec lui en train de tout arranger. J'étais celui en qui Il se plaisait : J'étais chaque jour ravi, quand Il se réjouissait, le monde étant achevé. Mais à ce titre, Trismégiste parle de Lui comme de l'artificiel de Dieu, et la Sibylle l'appelle Conseiller, parce qu'il est doté par Dieu le Père d'une telle sagesse et d'une telle force, que Dieu a employé à la fois sa sagesse et ses mains dans la création du monde.



Chapitre 7. Du nom du Fils, et d'où il est appelé Jésus et Christ.


Certains peuvent peut-être se demander qui est ce personnage si puissant, si aimé de Dieu, et quel est son nom, qui non seulement a été engendré avant le monde, mais qui l'a aussi arrangé par sa sagesse et construit par sa puissance. Tout d'abord, il est bon que nous sachions que son nom n'est pas connu même des anges qui habitent dans les cieux, mais de lui-même seulement et de Dieu le Père ; ce nom ne sera pas non plus publié, comme le rapportent les écrits sacrés, avant que le dessein de Dieu ne soit accompli. Ensuite, nous devons savoir que ce nom ne peut être prononcé par la bouche de l'homme, comme l'enseigne Hermès en disant ces choses : Or la cause de cette cause est la volonté du bien divin qui a produit Dieu, dont le nom ne peut être prononcé par la bouche de l'homme. Et peu après à Son Fils : Il y a, ô Fils, une parole secrète de sagesse, sainte, respectant le seul Seigneur de toutes choses, et le Dieu perçu en premier par l'esprit, dont le nom est hors de la portée de l'homme. Mais si Son nom, que le Père suprême Lui a donné dès le commencement, n'est connu de personne d'autre que de Lui-même, Il a néanmoins un nom parmi les anges, et un autre parmi les hommes, puisqu'Il est appelé Jésus parmi les hommes : car le Christ n'est pas un nom propre, mais un titre de puissance et de domination ; car par cela les Juifs avaient l'habitude d'appeler leurs rois. Mais la signification de ce nom doit être précisée, à cause de l'erreur des ignorants, qui par le changement d'une lettre ont l'habitude de l'appeler Chrestus. Les Juifs avaient auparavant reçu l'ordre de composer une huile sacrée, avec laquelle ceux qui étaient appelés au sacerdoce ou au royaume pouvaient être oints. Et comme maintenant la robe de pourpre est un signe de l'accession à la dignité royale chez les Romains, de même chez eux l'onction avec l'huile sacrée conférait le titre et le pouvoir de roi. Mais comme les Grecs anciens utilisaient le mot χρι'εσθαι pour exprimer l'art de l'onction, qu'ils expriment maintenant par ἀλει'φεσθαι, comme le montre le verset d'Homère,

Mais les préposés les lavaient et les oignaient avec de l'huile ;

C'est pourquoi nous l'appelons le Christ, c'est-à-dire l'Oint, qui en hébreu est appelé le Messie. Ainsi, dans certains écrits grecs, mal traduits de l'hébreu, on trouve le mot eleimmenos écrit à partir du mot aleiphesthai, onction. Mais, cependant, les deux noms signifient un roi : non pas qu'il ait obtenu ce royaume terrestre, le temps de recevoir qui n'est pas encore arrivé, mais qu'il balance un royaume céleste et éternel, dont nous parlerons dans le dernier livre. Mais parlons maintenant de Sa première nativité.



Chapitre 8. De la naissance de Jésus dans l'Esprit et dans la chair : des esprits et des témoignages des prophètes.


Car nous témoignons surtout qu'Il est né deux fois, d'abord dans l'esprit, et ensuite dans la chair. D'où il est ainsi parlé par Jérémie : Avant de te former dans le ventre de ta mère, je te connaissais. Et par la même occasion : qui a été béni avant sa naissance, ce qui n'a été le cas de personne d'autre que le Christ. Car s'il était Fils de Dieu dès le commencement, il est né une seconde fois selon la chair ; et cette double naissance a introduit une grande terreur dans l'esprit des hommes, et a répandu les ténèbres même sur ceux qui conservaient les mystères de la vraie religion. Mais nous le montrerons clairement et distinctement, afin que ceux qui aiment la sagesse puissent être plus facilement et plus diligemment instruits. Celui qui entend le Fils de Dieu mentionné ne doit pas concevoir dans son esprit une si grande impiété qu'il pense que Dieu l'a engendré par le mariage et l'union avec une femme, ce que personne ne fait, mais un animal possédé d'un corps, et soumis à la mort. Mais avec qui Dieu pourrait-il s'unir, puisqu'il est seul ? Ou bien, puisque sa puissance est si grande qu'il accomplit ce qu'il veut, il n'a certainement pas besoin de la coopération d'un autre pour procréer. A moins que par hasard nous n'imaginions, comme le supposait Orphée, que Dieu est à la fois mâle et femelle, car sinon Il aurait été incapable de procréer, à moins qu'Il n'ait le pouvoir de chaque sexe, comme s'Il pouvait avoir des rapports avec Lui-même, ou sans ces rapports être incapable de produire.


Mais Hermès était également du même avis, lorsqu'il dit qu'il était son propre père, et sa propre mère. Mais s'il en était ainsi, comme il est appelé par les prophètes père, il serait également appelé mère. De quelle manière, alors, l'a-t-il engendré ? Tout d'abord, les opérations divines ne peuvent être connues ou déclarées par personne ; mais néanmoins les écrits sacrés nous enseignent, dans lesquels il est établi que ce Fils de Dieu est la parole, ou même la raison de Dieu, et aussi que les autres anges sont des esprits de Dieu. Car la parole est un souffle envoyé par une voix qui signifie quelque chose. Mais comme le souffle et la parole sont envoyés de différentes parties, comme le souffle vient des narines et la parole de la bouche, la différence entre le Fils de Dieu et les autres anges est grande. En effet, ils sont partis de Dieu comme des esprits silencieux, car ils n'ont pas été créés pour enseigner la connaissance de Dieu, mais pour Son service. Bien qu'il soit lui-même un esprit, il est sorti de la bouche de Dieu avec une voix et un son, comme la Parole, parce qu'il allait faire usage de sa voix pour le peuple, c'est-à-dire parce qu'il allait enseigner la connaissance de Dieu et du mystère céleste à révéler aux hommes.


C'est donc à juste titre qu'Il est appelé la Parole et le Verbe de Dieu, car Dieu, par une certaine énergie incompréhensible et la puissance de Sa majesté, a enfermé l'esprit vocal sortant de Sa bouche, qu'il n'avait pas conçu dans le ventre de sa mère, mais dans Son esprit, dans une forme qui a vie grâce à sa propre perception et à sa sagesse, et Il a également façonné d'autres de Ses esprits en anges. Nos esprits sont susceptibles de se dissoudre, parce que nous sommes mortels : mais les esprits de Dieu vivent, sont durables et ont une perception, parce que Lui-même est immortel et qu'Il donne à la fois la perception et la vie. Nos expressions, bien qu'elles se mêlent à l'air et s'effacent, restent généralement comprises dans les lettres ; combien plus devons-nous croire que la voix de Dieu reste à la fois éternelle et accompagnée de perception et de puissance, qu'elle a dérivée de Dieu le Père, comme un ruisseau de sa fontaine ! Mais si quelqu'un se demande si Dieu pourrait être produit à partir de Dieu par une mise en avant de la voix et du souffle, s'il connaît les paroles sacrées des prophètes, il cessera de s'interroger. Le fait que Salomon et son père David étaient des rois très puissants, et aussi des prophètes, peut peut-être être connu même de ceux qui ne se sont pas appliqués aux écrits sacrés ; l'un d'eux, qui a régné après l'autre, a précédé de cent quarante ans la destruction de la ville de Troie. Son père, l'auteur des hymnes sacrés, parle ainsi dans le trente-deuxième psaume : Par la parole de Dieu, les cieux ont été affermis, et toute leur puissance par le souffle de sa bouche. Et encore dans le quarante-quatrième psaume : Mon coeur a prononcé une bonne parole, je parle de mes actions envers le roi, attestant en vérité que les oeuvres de Dieu ne sont connues que du Fils seul, qui est la Parole de Dieu et qui doit régner pour toujours. Salomon montre également que c'est la Parole de Dieu, et personne d'autre, par les mains de qui ces œuvres du monde ont été faites. Moi, dit-il, je suis sorti de la bouche du Très-Haut devant toutes les créatures : J'ai fait que la lumière qui ne se lève pas dans les cieux ne se lève pas, et j'ai couvert toute la terre d'un nuage. J'ai habité dans les hauteurs, et mon trône est dans la colonne de la nuée. Jean aussi enseignait ainsi : Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu. Il en était de même au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par Lui, et sans Lui rien n'a été fait. Jean 1:1-3



Chapitre 9. De la Parole de Dieu.


Mais les Grecs parlent de Lui comme du Logos, plus convenablement que nous ne le faisons comme de la parole, ou du discours : car le Logos signifie à la fois la parole et la raison, dans la mesure où Il est à la fois la voix et la sagesse de Dieu. Et les philosophes eux-mêmes n'ignoraient rien de ce discours divin, puisque Zénon représente le Logos comme l'organisateur de l'ordre établi des choses et l'encadreur de l'univers, qu'il appelle aussi Destin, nécessité des choses, Dieu et âme de Jupiter, conformément à la coutume selon laquelle ils ont l'habitude de considérer Jupiter comme Dieu. Mais les mots ne sont pas un obstacle, puisque le sentiment est en accord avec la vérité. Car c'est l'esprit de Dieu qu'il a nommé l'âme de Jupiter. Car Trismégiste, qui d'une manière ou d'une autre a cherché dans presque toute la vérité, a souvent décrit l'excellence et la majesté de la parole, comme le déclare l'exemple précité, dans lequel il reconnaît qu'il existe un discours ineffable et sacré, dont la relation dépasse la mesure des capacités de l'homme. J'ai parlé brièvement, comme j'ai pu le faire, de la première nativité. Je dois maintenant aborder plus en détail la seconde, car c'est le sujet le plus controversé, afin que nous puissions offrir la lumière de la compréhension à ceux qui désirent connaître la vérité.



Chapitre 10. De l'avènement de Jésus ; de la fortune des Juifs et de leur gouvernement, jusqu'à la passion du Seigneur.


En premier lieu, donc, les hommes doivent savoir que les dispositions du Dieu Très-Haut ont tellement progressé depuis le début, qu'il était nécessaire, à l'approche de la fin du monde, que le Fils de Dieu descende sur la terre, afin de construire un temple pour Dieu, et d'enseigner la justice ; mais, non pas avec la puissance d'un ange ou avec la puissance céleste, mais sous la forme d'un homme et dans la condition d'un mortel, afin que, lorsqu'il aurait rempli la charge de son ministère, il soit livré aux mains des méchants et qu'il subisse la mort, afin qu'après l'avoir vaincue par sa puissance, il ressuscite et apporte à l'homme, dont il avait revêtu et représenté la nature, l'espoir de vaincre la mort, et qu'il l'admette aux récompenses de l'immortalité. Et afin que personne ne puisse ignorer cet arrangement, nous montrerons que tout ce qui a été prédit et que nous voyons s'accomplir en Christ a été annoncé. Que personne ne croie à notre affirmation, à moins que je ne montre que les prophètes, avant une longue série d'âges, ont publié qu'il devait arriver longuement que le Fils de Dieu naisse comme un homme, qu'il accomplisse des actes merveilleux, qu'il sème le culte de Dieu sur toute la terre, qu'il soit enfin crucifié et qu'il ressuscite le troisième jour. Et quand j'aurai prouvé toutes ces choses par les écrits de ces mêmes hommes qui ont traité avec violence leur Dieu qui avait pris un corps mortel, qu'est-ce qui empêchera de manifester que la vraie sagesse ne connaît que cette religion ? Maintenant, il s'agit de relier l'origine de tout le mystère.

Nos ancêtres, qui étaient chefs des Hébreux, lorsqu'ils étaient affligés par la famine et le besoin, passèrent en Égypte pour s'approvisionner en céréales ; et y séjournant longtemps, ils furent opprimés par un intolérable joug d'esclavage. Alors Dieu les plaignit, les fit sortir et les libéra de la main du roi des Égyptiens, après quatre cent trente ans, sous la direction de Moïse, par qui la loi leur fut ensuite donnée par Dieu ; et en les faisant sortir, Dieu montra la puissance de sa majesté. Car il a fait passer son peuple au milieu de la mer Rouge, son ange marchant devant lui et divisant les eaux, afin que le peuple puisse marcher sur la terre ferme, dont on pourrait dire (comme le dit le poète) que la vague, se refermant sur lui après l'apparition d'une montagne, se tenait autour de lui. Et lorsqu'il apprit cela, le tyran des Égyptiens suivit avec cette grande armée de ses hommes, et pénétra précipitamment dans la mer qui restait ouverte, fut détruit, avec toute son armée, par les vagues qui revenaient à leur place. Mais les Hébreux, une fois entrés dans le désert, ont vu de nombreux actes merveilleux. Car lorsqu'ils souffrirent de la soif, un rocher ayant été frappé par une baguette, une fontaine d'eau jaillit et rafraîchit le peuple. Et de nouveau, quand ils eurent faim, une pluie de nourriture céleste descendit. De plus, le vent amena aussi des cailles dans leur camp, de sorte qu'ils se contentèrent non seulement de pain céleste, mais aussi de banquets plus variés. Et pourtant, en échange de ces bienfaits divins, ils ne rendaient pas honneur à Dieu ; mais lorsque l'esclavage leur fut retiré, et que leur soif et leur faim furent mises de côté, ils tombèrent dans le luxe, et transférèrent leur esprit vers les rites profanes des Égyptiens. Car lorsque Moïse, leur chef, fut monté sur la montagne, et qu'il y resta quarante jours, ils fabriquèrent la tête d'un bœuf en or, qu'ils appelèrent Apis, afin qu'elle leur serve d'étendard. Par quel péché et quel crime Dieu fut offensé, et il châtia sévèrement le peuple impie et ingrat, et le soumit à la loi qu'il avait donnée par Moïse.


Mais par la suite, lorsqu'ils se sont installés dans une partie déserte de la Syrie, les Hébreux ont perdu leur ancien nom ; et comme le chef de leur armée était Judas, ils ont été appelés Juifs, et le pays qu'ils habitaient Judée. Et au début, en effet, ils n'étaient pas soumis à la domination des Rois, mais des Juges civils présidaient le peuple et la loi : ils n'étaient cependant pas nommés seulement pour un an, comme les consuls romains, mais soutenus par une juridiction perpétuelle. Puis, le nom des juges étant retiré, le pouvoir royal fut introduit. Mais pendant le gouvernement des Juges, le peuple avait souvent entrepris des rites religieux corrompus ; et Dieu, offensé par eux, les a aussi souvent mis en esclavage avec des étrangers, jusqu'à ce qu'à nouveau, adouci par le repentir du peuple, Il les libère de l'esclavage. De même, sous les Rois, opprimés par les guerres avec leurs voisins en raison de leurs iniquités, et enfin faits prisonniers et conduits à Babylone, ils subirent le châtiment de leur impiété par un esclavage oppressif, jusqu'à ce que Cyrus vienne au royaume, qui restaura immédiatement les Juifs par un édit. Ensuite, ils eurent des tétrarques jusqu'à l'époque d'Hérode, qui était sous le règne de Tibère César ; dans la quinzième année de ce règne, dans le consulat des deux Gémeaux, le 23 mars, les Juifs crucifièrent le Christ. Cette série d'événements, cet ordre, est contenue dans les secrets des écrits sacrés. Mais je vais d'abord montrer pour quelle raison le Christ est venu sur terre, afin que le fondement et le système de la religion divine se manifestent.



Chapitre 11. De la Cause de l'Incarnation du Christ.


Lorsque les Juifs résistaient souvent à des préceptes salutaires, et s'écartaient de la loi divine, s'égarant dans le culte impie de faux dieux, alors Dieu remplissait les hommes justes et élus de l'Esprit Saint, les désignant comme prophètes au milieu du peuple, par lesquels il pouvait réprimander par des paroles menaçantes les péchés du peuple ingrat, et néanmoins les exhorter à se repentir de leur méchanceté ; Car s'ils ne faisaient pas cela, et si, laissant de côté leurs vanités, ils ne retournaient pas à leur Dieu, il arriverait qu'il change son alliance, c'est-à-dire qu'il accorderait l'héritage de la vie éternelle aux nations étrangères, et qu'il se rassemblerait un peuple plus fidèle parmi les étrangers de naissance. Mais, lorsqu'ils furent réprimandés par les prophètes, non seulement ils rejetèrent leurs paroles, mais, étant offensés parce qu'ils furent blâmés pour leurs péchés, ils tuèrent les prophètes eux-mêmes avec des tortures étudiées : tout ce qui est scellé et conservé dans les écrits sacrés. Car le prophète Jérémie dit Jérémie 25:4-6 Je vous ai envoyé mes serviteurs les prophètes, je les ai envoyés avant la lumière du matin ; mais vous n'avez pas écouté, et vous n'avez pas prêté l'oreille quand je vous ai parlé. Que chacun de vous se détourne de sa mauvaise voie et de ses affections les plus corrompues, et vous habiterez dans le pays que j'ai donné à vous et à vos pères pour toujours. Ne marchez pas après des dieux étrangers, pour les servir ; et ne m'irritez pas par les oeuvres de vos mains, pour que je vous détruise. Le prophète Esdras, qui était au temps du même Cyrus par lequel les Juifs ont été restaurés, parle ainsi Ils se sont révoltés contre Toi, ils ont jeté Ta loi derrière leur dos, et ils ont tué Tes prophètes qui témoignaient contre eux, afin qu'ils se tournent vers Toi.


Le prophète Élie aussi, dans le troisième livre des Rois : J'ai été très jaloux de l'Éternel, le Dieu des armées, parce que les enfants d'Israël t'ont abandonné, ont renversé tes autels et ont tué tes prophètes par l'épée ; il ne me reste que moi, et ils cherchent à m'ôter la vie. A cause de leurs impiété, il les a rejetés pour toujours, et il a cessé de leur envoyer des prophètes. Mais il a ordonné à son propre Fils, le premier-né, le créateur de toutes choses, son propre conseiller, de descendre du ciel, afin de transférer la religion sacrée de Dieu aux païens, c'est-à-dire à ceux qui ignoraient Dieu, et de leur enseigner la justice, que le peuple perfide avait rejetée. Et Il avait bien avant menacé de faire cela, comme le montre le prophète Malachie 1:10-11, en disant Je ne prends pas plaisir en toi, dit l'Eternel, et je ne veux pas accepter une offrande de tes mains ; car depuis le lever du soleil jusqu'à son coucher, mon nom sera grand parmi les païens. David dit aussi dans le dix-septième psaume Tu me mettras à la tête des païens ; un peuple que je n'ai pas connu me servira. Esaïe parle aussi ainsi : Je viens pour rassembler toutes les nations et toutes les langues ; elles viendront et verront ma gloire ; j'enverrai parmi elles un signe, et j'enverrai ceux qui leur échapperont vers les nations lointaines qui n'ont pas entendu ma renommée ; et elles publieront ma gloire parmi les païens. C'est pourquoi, lorsque Dieu a voulu envoyer sur la terre celui qui devait mesurer son temple, il n'a pas voulu l'envoyer avec la puissance et la gloire célestes, afin que le peuple qui avait été ingrat envers Dieu soit conduit dans la plus grande erreur, et qu'il subisse le châtiment de ses crimes, puisqu'il n'avait pas reçu son Seigneur et Dieu, comme les prophètes l'avaient annoncé auparavant. Car ainsi parle Esaïe, que les Juifs ont cruellement tué en le coupant à la scie : Ésaïe 1:2-3 Écoute, ô ciel, et prête l'oreille, ô terre ! Car l'Éternel a parlé, j'ai engendré des fils, je les ai élevés dans les hauteurs, et ils m'ont rejeté. Le boeuf connaît son maître, et l'âne l'étal de son maître ; mais Israël n'a pas su, mon peuple n'a pas compris. Jérémie dit aussi, de la même manière Jérémie 8:7-9 La tortue et l'hirondelle ont connu leur temps, et les moineaux des champs ont observé les temps de leur arrivée ; mais mon peuple n'a pas connu le jugement de l'Eternel. Comment dites-vous : Nous sommes sages, et la loi de l'Eternel est avec nous ? La rencontre est vaine ; les scribes sont trompés et confondus ; les sages sont consternés et pris, car ils ont rejeté la parole de l'Eternel.

C'est pourquoi (comme j'avais commencé à le dire), lorsque Dieu a décidé d'envoyer aux hommes un maître de justice, Il lui a commandé de naître une seconde fois dans la chair, et d'être rendu semblable à l'homme lui-même, dont il allait être le guide, le compagnon et le maître. Mais comme Dieu est bon et miséricordieux envers son peuple, il l'a envoyé vers ceux-là mêmes qu'il haïssait, afin de ne pas leur fermer à jamais la voie du salut, mais de leur donner la libre possibilité de suivre Dieu, afin qu'ils obtiennent tous deux la récompense de la vie s'ils le suivent (ce que beaucoup d'entre eux font et ont fait), et qu'ils encourent la peine de mort par leur faute s'ils rejettent leur roi. Il a donc ordonné qu'Il naisse de nouveau parmi eux et de leur descendance, de peur que, s'Il naissait d'une autre nation, ils puissent invoquer une juste excuse de la loi pour leur rejet de Lui ; et en même temps, qu'il n'y ait aucune nation sous le ciel à laquelle l'espoir de l'immortalité serait refusé.



Chapitre 12. De la naissance de Jésus de la Vierge ; de sa vie, de sa mort et de sa résurrection, et des témoignages des prophètes concernant ces choses.


C'est pourquoi le Saint-Esprit de Dieu, descendant du ciel, a choisi la Sainte Vierge, afin qu'il entre dans son sein. Mais elle, étant remplie par la possession de l'Esprit divin, conçut ; et sans aucun rapport avec un homme, son ventre vierge fut soudainement fécondé. Mais si tout le monde sait que certains animaux sont habitués à concevoir par le vent et la brise, pourquoi quelqu'un devrait-il trouver cela merveilleux quand on dit qu'une vierge a été rendue féconde par l'Esprit de Dieu, à qui tout ce qu'il peut souhaiter est facile ? Et cela aurait pu paraître incroyable, si les prophètes n'avaient pas prédit son avènement bien des années auparavant. Ainsi parle Salomon : Le ventre d'une vierge a été fortifié et conçu, et une vierge a été fécondée et est devenue mère dans une grande pitié. De même le prophète Esaïe, Esaïe 7:14 dont voici les paroles : C'est pourquoi Dieu lui-même vous donnera un signe : Voici qu'une vierge concevra et enfantera un fils, et tu lui donneras le nom d'Emmanuel. Qu'y a-t-il de plus manifeste que cela ? Ceci a été lu par les Juifs, qui l'ont renié. Si quelqu'un pense que ces choses ont été inventées par nous, qu'il se renseigne, qu'il les prenne spécialement : le témoignage est suffisamment fort pour prouver la vérité, quand elle est alléguée par les ennemis eux-mêmes. Mais il n'a jamais été appelé Emmanuel, mais Jésus, qui en latin s'appelle Sauveur, parce qu'il vient apporter le salut à toutes les nations. Mais par ce nom, le prophète a déclaré que Dieu incarné était sur le point de venir aux hommes. Car l'Emmanuel signifie Dieu avec nous ; car lorsqu'il est né d'une vierge, les hommes doivent confesser que Dieu était avec eux, c'est-à-dire sur la terre et dans la chair mortelle. C'est pourquoi David dit dans le Psaume 84 : "La vérité a jailli de la terre, car Dieu, en qui est la vérité, a pris un corps de terre pour ouvrir un chemin de salut à ceux de la terre". De la même manière, Ésaïe aussi : Esaïe 63:10 Mais ils ne crurent pas, et ils contrarièrent son Esprit Saint ; et il devint leur ennemi. Et Lui-même combattit contre eux, et Il se souvint des jours d'autrefois, qui avait fait surgir de la terre un berger de brebis. Mais il déclara en un autre lieu qui était ce berger, en disant Que les cieux se réjouissent et que les nuages fassent justice, que la terre s'ouvre et qu'elle produise un Sauveur. Car c'est moi, le Seigneur, qui l'ai engendré. Mais le Sauveur est, comme nous l'avons déjà dit, Jésus. Mais dans un autre lieu, le même prophète a également proclamé ainsi : Voici qu'un enfant nous est né, un Fils nous est donné, dont la domination est sur ses épaules, et son nom est appelé Messager de grands desseins. Car c'est à ce titre qu'il a été envoyé par Dieu le Père, afin de révéler à toutes les nations qui sont sous les cieux le mystère sacré du seul vrai Dieu, qui a été enlevé au peuple perfide, qui a souvent péché contre Dieu. Daniel a également prédit des choses similaires : Daniel 7:13-14 Je vis, dit-il, dans une vision de la nuit, et voici, un homme semblable au Fils de l'homme arriva avec les nuées des cieux, et il vint jusqu'à l'Ancien des jours. Et ceux qui se tenaient là Le firent approcher de Lui. Et il lui fut donné un royaume, une gloire, et une puissance ; et tous les peuples, toutes les tribus, et toutes les langues le serviront ; et sa puissance est éternelle, elle ne passera jamais, et son royaume ne sera pas détruit. Comment donc les Juifs confessent-ils et attendent-ils le Christ de Dieu ? Qui l'a rejeté à ce titre, parce qu'il est né de l'homme. En effet, puisque Dieu a fait en sorte que le même Christ vienne deux fois sur la terre, une fois pour annoncer aux nations le Dieu unique, puis une autre fois pour régner, pourquoi ceux qui n'ont pas cru à son premier avènement croient-ils au second ?


Mais le prophète comprend les deux avènements en peu de mots. Voici, dit-il, un comme le Fils de l'homme venant avec les nuées du ciel. Il n'a pas dit comme le Fils de Dieu, mais comme le Fils de l'homme, pour montrer qu'il devait être revêtu de chair sur la terre, pour qu'ayant pris la forme d'un homme et la condition de mortalité, il puisse enseigner aux hommes la justice ; et quand, ayant accompli les commandements de Dieu, il aurait révélé la vérité aux nations, il pourrait aussi souffrir la mort, pour qu'il puisse vaincre et ouvrir l'autre monde aussi, et ainsi se relever enfin, il pourrait aller vers son Père porté en haut sur une nuée. Car le prophète a dit en plus : Il est venu jusqu'à l'Ancien des jours, et il lui a été présenté. Il a appelé le Dieu Très-Haut l'Ancien des jours, dont l'âge et l'origine ne peuvent être compris ; car Lui seul était de génération en génération, et Il le sera toujours de génération en génération. Mais que le Christ, après sa passion et sa résurrection, était sur le point de monter vers Dieu le Père, David en a témoigné par ces mots dans le psaume cixe : L'Éternel a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied. Qui ce prophète, étant lui-même roi, pouvait-il appeler son Seigneur, qui était assis à la droite de Dieu, sinon le Christ, le Fils de Dieu, qui est le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs ? Et c'est ce que montre plus clairement Ésaïe, lorsqu'il dit Ainsi parle le Seigneur Dieu à mon Seigneur le Christ, dont j'ai tenu la main droite ; je soumettrai les nations devant lui, et je briserai la force des rois. J'ouvrirai devant Lui des portes, et les villes ne seront pas fermées. Je marcherai devant Toi, et je nivellerai les montagnes ; je briserai les portes d'airain, et je briserai les barres de fer ; je Te donnerai les trésors cachés et invisibles, afin que Tu saches que je suis le Seigneur Dieu, qui T'appelle par Ton nom, le Dieu d'Israël. Enfin, à cause de la bonté et de la fidélité dont il a fait preuve envers Dieu sur la terre, il lui a été donné un royaume, une gloire et une domination ; tous les peuples, toutes les tribus et toutes les langues le serviront ; sa domination est éternelle, ce qui ne passera jamais, et son royaume ne sera pas détruit. Et cela est compris de deux façons : qu'il a déjà une domination éternelle, quand toutes les nations et toutes les langues adorent Son nom, confessent Sa majesté, suivent Son enseignement et imitent Sa bonté : Il a la puissance et la gloire, en ce que toutes les tribus de la terre obéissent à Ses préceptes. Et aussi, lorsqu'Il reviendra avec majesté et gloire pour juger toute âme, et pour ramener les justes à la vie, alors Il aura vraiment le gouvernement de toute la terre : alors, tout mal ayant été écarté des affaires des hommes, un âge d'or (comme l'appellent les poètes), c'est-à-dire un temps de justice et de paix, se lèvera. Mais nous parlerons de ces choses plus en détail dans le dernier livre, lorsque nous parlerons de Son second avènement ; traitons maintenant de Son premier avènement, comme nous avons commencé.



Chapitre 13. De Jésus, Dieu et homme ; et les témoignages des prophètes à son sujet.


C'est pourquoi le Dieu Très-Haut, et Parent de tous, lorsqu'il a voulu transférer sa religion, a envoyé du ciel un maître de justice, afin qu'en lui ou par lui il donne une nouvelle loi à de nouveaux adorateurs ; non pas comme il l'avait fait auparavant, par l'instrumentalité de l'homme. Néanmoins, il lui a plu de naître en tant qu'homme, afin d'être en toutes choses comme son Père suprême. Car Dieu le Père lui-même, qui est l'origine et la source de toutes choses, dans la mesure où Il est sans parents, est très véritablement nommé par Trismégiste sans père et sans mère, parce qu'Il est né de personne. C'est pourquoi il convenait que le Fils aussi naisse deux fois, afin qu'il devienne lui aussi orphelin de père et de mère. Car dans sa première naissance, qui était spirituelle, il était orphelin de mère, parce qu'il avait été engendré par Dieu le Père seul, sans la fonction de mère. Mais dans sa seconde, qui était dans la chair, il est né dans le ventre d'une vierge sans père, afin de pouvoir, en tant que substance intermédiaire entre Dieu et l'homme, prendre par la main cette nature fragile et faible qui est la nôtre, et l'élever jusqu'à l'immortalité. Il est devenu à la fois le Fils de Dieu par l'Esprit et le Fils de l'homme par la chair - c'est-à-dire à la fois Dieu et l'homme. La puissance de Dieu s'est manifestée en lui, par les oeuvres qu'il a accomplies ; la fragilité de l'homme, par la passion qu'il a endurée : je dirai un peu plus tard à quel titre il l'a entreprise. En attendant, les prédictions des prophètes nous apprennent qu'Il était à la fois Dieu et homme - composé des deux natures. Esaïe témoigne qu'Il était Dieu dans ces paroles : Esaïe 45:14-16 L'Egypte est fatiguée, les marchandises de l'Ethiopie et les Sabéens, hommes de taille, viendront vers toi et seront tes serviteurs ; ils marcheront derrière toi, ils tomberont enchaînés vers toi, et te feront des supplications, puisque Dieu est en toi et qu'il n'y a pas d'autre Dieu que toi. Car tu es Dieu, et nous ne t'avons pas connu, le Dieu d'Israël, le Sauveur. Tous ceux qui s'opposent à Toi seront confondus et honteux, et tomberont dans la confusion. De la même façon, le prophète Jérémie parle ainsi : Celui-ci est notre Dieu, et nul autre ne lui sera comparé. Il a découvert toute la voie de la connaissance, et il l'a donnée à Jacob, son serviteur, et à Israël, son bien-aimé. Ensuite, Il a été vu sur la terre, et Il a habité parmi les hommes.


David aussi, dans le quarante-quatrième psaume : Ton trône, ô Dieu, est pour les siècles des siècles ; le sceptre de ton règne est un sceptre de justice. Tu as aimé la justice, et tu as haï la méchanceté ; c'est pourquoi Dieu, ton Dieu, t'a oint de l'huile de joie. Par cette parole, il montre aussi son nom, puisque (comme je l'ai montré ci-dessus) il a été appelé Christ de son onction. Puis, qu'il était aussi un homme, Jérémie l'enseigne, en disant Et Il est un homme, et qui L'a connu ? Ésaïe aussi : Et Dieu leur enverra un homme qui les sauvera, qui les sauvera en jugeant. Mais Moïse aussi, dans Nombres, parle ainsi : De Jacob sortira une étoile, et d'Israël sortira un homme. C'est pourquoi l'Apollon de Silésie, à qui l'on demandait s'il était Dieu ou homme, répondit de cette manière : Il était mortel quant à Son corps, étant sage avec des œuvres merveilleuses ; mais étant pris d'armes sous les juges chaldéens, avec des clous et la croix, Il a enduré une fin amère. Dans le premier verset, il a dit la vérité, mais il a habilement trompé celui qui posait la question, qui était totalement ignorant du mystère de la vérité. Car il semble avoir nié qu'il était Dieu. Mais lorsqu'il reconnaît qu'il était mortel quant à la chair, ce que nous déclarons également, il s'ensuit que quant à l'esprit, il était Dieu, ce que nous affirmons. Car pourquoi aurait-il été nécessaire de faire mention de la chair, puisqu'il suffisait de dire qu'Il était mortel ? Mais étant poussé par la vérité, il ne pouvait pas nier l'état réel de l'affaire ; comme ce qu'il dit, qu'Il était sage.


Que réponds-tu à cela, Apollon ? S'il est sage, alors son système d'instruction est la sagesse, et aucun autre ; et ceux qui le suivent sont des sages, et aucun autre. Pourquoi donc sommes-nous communément considérés comme des insensés, des visionnaires et des insensés, qui suivent un Maître qui est sage même par la confession des dieux eux-mêmes ? Car en disant qu'il a accompli des actes merveilleux, par lesquels il a surtout affirmé que la foi est sa divinité, il semble maintenant nous donner son assentiment, alors qu'il dit les mêmes choses dont nous nous glorifions. Mais, cependant, il se reprend, et a de nouveau recours à des fraudes démoniaques. En effet, alors qu'il avait été contraint de dire la vérité, il apparaît maintenant comme un traître des dieux et de lui-même, à moins qu'il n'ait, par un mensonge trompeur, caché ce que la vérité lui avait extorqué. Il dit donc qu'il a effectivement accompli des œuvres merveilleuses, mais pas par la puissance divine, mais par la magie. Quelle surprise si Apollon a ainsi persuadé les hommes ignorant la vérité, alors que les Juifs aussi, adorateurs (comme ils semblaient l'être) du Dieu Très-Haut, entretenaient la même opinion, bien qu'ils aient chaque jour sous les yeux les miracles que les prophètes leur avaient annoncés comme étant sur le point de se produire, et que pourtant la contemplation de telles puissances ne pouvait les amener à croire que Celui qu'ils voyaient était Dieu ? A ce titre, David, qu'ils lisent surtout au-dessus des autres prophètes, les condamne ainsi dans le vingt-septième psaume : Rends-leur leur désert, car ils ne regardent pas les oeuvres du Seigneur. David lui-même et les autres prophètes ont annoncé que de la maison de ce même David, le Christ devait naître selon la chair. C'est ce qui est écrit dans Esaïe : Esaïe 11:10 En ce jour-là, il y aura une racine d'Isaï, et celui qui se lèvera pour dominer sur les nations, les païens se confieront en lui, et son repos sera glorieux. Et dans un autre lieu : Esaïe 11:1-2 De la tige d'Isaï sortira une verge, et de sa racine poussera une fleur ; et sur lui reposera l'Esprit de Dieu, l'esprit de sagesse et d'intelligence, l'esprit de conseil et de puissance, l'esprit de connaissance et de piété ; et il sera rempli de l'esprit de crainte de l'Eternel. Isaï était le père de David, de la racine duquel il avait prédit qu'une fleur s'élèverait, à savoir celui dont parle la Sibylle : "Une fleur pure poussera.

Dans le deuxième livre des Rois, le prophète Nathan fut envoyé à David, qui voulait construire un temple pour Dieu : Va dire à mon serviteur David : "Ainsi parle le Seigneur tout-puissant : Tu ne me bâtiras pas une maison pour que j'y habite ; mais quand tes jours seront accomplis, et que tu te coucheras avec tes pères, je relèverai ta postérité après toi, et j'établirai Son royaume. Il me bâtira une maison à mon nom, et j'établirai Son trône pour toujours ; je serai pour Lui un père, et Il sera pour moi un fils ; et Sa maison sera établie, et Son royaume pour toujours. Mais la raison pour laquelle les Juifs n'ont pas compris ces choses est la suivante : Salomon, fils de David, a construit un temple pour Dieu, et la ville qu'il a appelée de son propre nom, Jérusalem. ["Hierosolyma", comme s'il était dérivé de ἰερον et Σολ]. Mais Salomon n'était pas le fondateur de la ville. Le nom est probablement dérivé de Salem, dont Melchisédech était le roi. Certains le dérivent de Jebus (l'ancien nom de la ville) et de Salem. [Voir vol. 2, p. 107, cette série.]}--> C'est pourquoi ils lui ont transmis les prédictions des prophètes. Maintenant, Salomon a reçu le gouvernement du royaume de son père lui-même. Mais les prophètes parlèrent de celui qui était alors né après que David eut couché avec ses pères. D'ailleurs, le règne de Salomon ne fut pas éternel, car il régna quarante ans. Ensuite, Salomon n'a jamais été appelé fils de Dieu, mais fils de David ; et la maison qu'il a construite n'a pas été solidement établie, comme l'Église, qui est le véritable temple de Dieu, qui ne consiste pas en murs, mais dans le cœur et la foi des hommes qui croient en Lui, et sont appelés fidèles. Mais ce temple de Salomon, dans la mesure où il a été construit par la main, est tombé par la main. Enfin, son père, dans le Psaume cxxvith, a prophétisé de cette manière en respectant les œuvres de son fils : Si le Seigneur ne bâtit la maison, ils ont travaillé en vain pour la bâtir ; si le Seigneur ne garde pas la ville, le gardien ne s'est réveillé qu'en vain.



Chapitre 14. Du sacerdoce de Jésus annoncé par les prophètes.


D'où il ressort que tous les prophètes ont déclaré à propos du Christ, qu'il arriverait un jour, qu'étant né avec un corps de la race de David, il devrait construire un temple éternel en l'honneur de Dieu, qui s'appelle l'Église, et rassembler toutes les nations pour le vrai culte de Dieu. C'est la maison fidèle, c'est le temple éternel ; et si quelqu'un n'a pas sacrifié en cela, il n'aura pas la récompense de l'immortalité. Et puisque le Christ a été le constructeur de ce grand temple éternel, il doit aussi y avoir un sacerdoce éternel en lui ; et il ne peut y avoir d'approche du sanctuaire du temple, et de la vue de Dieu, que par Celui qui a construit le temple. David dans le psaume de la cixe enseigne la même chose, en disant Avant l'étoile du matin, je t'engendre. Le Seigneur a juré, et il ne se repentira pas ; Tu es prêtre pour toujours, selon l'ordre de Melchisédech. Egalement dans le premier livre des Rois : 1 Samuel 2:35 Et je me lèverai un Prêtre fidèle, qui fera tout ce qui est dans mon coeur ; je lui bâtirai une maison sûre, et il marchera sous mes yeux tous ses jours. Mais celui à qui cela allait arriver, à qui Dieu a promis un sacerdoce éternel, Zacharie l'enseigne très clairement, mentionnant même son nom : Zacharie 3:1-8 Et le Seigneur Dieu me montra Jésus, le grand Prêtre, debout devant la face de l'ange du Seigneur, et l'adversaire se tenait à sa droite pour lui résister. Et l'Éternel dit à l'adversaire : L'Éternel, qui a choisi Jérusalem, te reprendra ; et voici, une marque arrachée au feu. Jésus était revêtu de vêtements sales, et il se tenait devant la face de l'ange. Il prit la parole et dit à ceux qui se tenaient devant sa face : Ôtez-lui les vêtements sales, revêtez-le d'un vêtement qui coule, et mettez-lui une belle mitre sur la tête ; ils le revêtirent d'un vêtement, et mirent une belle mitre sur sa tête. L'ange du Seigneur se leva et protesta, en disant à Jésus Ainsi parle l'Eternel des armées : "Si tu marches dans mes voies et si tu observes mes préceptes, tu jugeras ma maison, et je te donnerai ceux qui marcheront avec toi au milieu de ceux qui sont là. Ecoute donc, ô Jésus, grand prêtre.


Qui ne croirait donc pas que les Juifs étaient alors privés d'intelligence, qu'en lisant et en entendant ces choses, ils imposaient des mains impies à leur Dieu ? Mais depuis l'époque où Zacharie a vécu, jusqu'à la quinzième année du règne de Tibère César, au cours de laquelle le Christ a été crucifié, près de cinq cents ans sont comptés ; puisqu'il a prospéré au temps de Darius et d'Alexandre, qui ont vécu peu de temps après le bannissement de Tarquinius Superbus. Mais ils ont encore été trompés et trompés de la même manière, en supposant que ces choses ont été dites au sujet de Jésus fils de Nef, qui était le successeur de Moïse, ou au sujet de Jésus grand prêtre fils de Josedech, à qui aucune de ces choses que le prophète a racontées ne convenait. Car ils n'ont jamais été revêtus de vêtements sales, puisque l'un d'eux était un prince très puissant et l'autre un grand prêtre, et ils n'ont jamais souffert d'une quelconque infirmité, de sorte qu'ils doivent être considérés comme une marque arrachée au feu ; ils ne se sont jamais trouvés en présence de Dieu et des anges, et le prophète n'a jamais parlé du passé autant que du futur. Il a donc parlé de Jésus, le Fils de Dieu, pour montrer qu'Il viendrait d'abord dans l'humilité et dans la chair. Car c'est là le vêtement sale, afin qu'il prépare un temple pour Dieu, et qu'il soit brûlé comme une marque par le feu - c'est-à-dire qu'il puisse supporter les tortures des hommes, et qu'il soit enfin éteint. Car une marque à moitié brûlée, tirée de l'âtre et éteinte, est communément appelée ainsi. Mais de quelle manière et avec quels ordres il a été envoyé par Dieu sur la terre, l'Esprit de Dieu a déclaré par le biais du prophète, nous enseignant que lorsqu'il aurait fidèlement et uniformément accompli la volonté de son Père suprême, il devrait recevoir le jugement et une domination éternelle. S'il dit : "Tu marcheras dans mes voies et tu observeras mes préceptes", alors tu jugeras ma maison. Ce qu'étaient ces voies de Dieu et ses préceptes n'est ni douteux ni obscur. Car Dieu, voyant que la méchanceté et l'adoration de faux dieux avaient tellement prévalu dans le monde entier, que son nom avait maintenant aussi été retiré de la mémoire des hommes (puisque même les Juifs, à qui seul le secret de Dieu avait été confié, avaient déserté le Dieu vivant, et, pris au piège par les tromperies des démons, s'était égaré et s'était détourné du culte des images, et lorsque les prophètes l'ont réprimandé, il n'a pas choisi de revenir à Dieu), il a envoyé son Fils comme ambassadeur auprès des hommes, afin de les détourner de leur culte impie et vain pour les amener à la connaissance et au culte du vrai Dieu ; et aussi pour qu'Il fasse passer leur esprit de la folie à la sagesse, et de la méchanceté aux actes de justice. Ce sont les voies de Dieu, dans lesquelles Il lui a enjoint de marcher. Ce sont les préceptes qu'Il a ordonné d'observer. Mais il a montré sa foi en Dieu. Car Il a enseigné qu'il n'y a qu'un seul Dieu, et que Lui seul doit être adoré. Il n'a jamais dit non plus qu'il était lui-même Dieu, car il n'aurait pas gardé sa fidélité si, lorsqu'il a été envoyé pour abolir les faux dieux et pour affirmer l'existence du Dieu unique, il en avait introduit un autre en plus de celui-ci. Cela n'aurait pas été pour proclamer un Dieu unique, ni pour faire l'œuvre de Celui qui l'a envoyé, mais pour s'acquitter d'une fonction particulière et se séparer de Celui qu'Il est venu révéler. C'est pourquoi, parce qu'il était si fidèle, parce qu'il ne s'arrogeait rien du tout, afin d'accomplir les commandements de celui qui l'a envoyé, il a reçu la dignité de Prêtre éternel, et l'honneur de Roi suprême, et l'autorité de Juge, et le nom de Dieu.



Chapitre 15. De la vie et des miracles de Jésus, et des témoignages à leur sujet.


Après avoir parlé de la seconde nativité, au cours de laquelle il s'est montré aux hommes dans la chair, venons-en à ces œuvres merveilleuses, pour lesquelles, bien qu'elles fussent des signes de la puissance céleste, les Juifs l'estimaient comme un magicien. Lorsqu'il commença à atteindre la maturité, il fut baptisé par le prophète Jean dans le Jourdain, afin de laver dans la cuve spirituelle non pas ses propres péchés, car il est évident qu'il n'en avait pas, mais ceux de la chair, qu'il a portés ; afin que, comme il a sauvé les Juifs en se faisant circoncire, il puisse sauver les païens aussi par le baptême - c'est-à-dire par le déversement de la rosée purificatrice. Alors une voix venant du ciel se fit entendre : Tu es mon Fils, aujourd'hui je t'ai engendré. Cette voix s'est avérée avoir été annoncée par David. Et l'Esprit de Dieu descendit sur lui, formé après l'apparition d'une blanche colombe. Dès lors, il commença à accomplir les plus grands miracles, non pas par des tours de magie, qui ne montrent rien de vrai et de substantiel, mais par la force et la puissance céleste, qui ont été annoncées il y a longtemps encore par les prophètes qui l'ont annoncé ; ces oeuvres sont si nombreuses, qu'un seul livre ne suffit pas à les comprendre toutes. Je vais donc les énumérer brièvement et de façon générale, sans désignation de personnes et de lieux, afin de pouvoir arriver à l'exposé de sa passion et de sa croix, auquel mon discours s'est depuis longtemps hâté. Ses pouvoirs étaient ceux qu'Apollon qualifiait de merveilleux : que partout où Il allait, par une seule parole, et en un seul instant, Il guérissait les malades et les infirmes, et les affligés de toutes sortes de maladies : de sorte que ceux qui étaient privés de l'usage de tous leurs membres, ayant soudain reçu le pouvoir, étaient fortifiés, et eux-mêmes portaient leurs divans, sur lesquels ils avaient eu un peu de temps auparavant. Mais aux boiteux et à ceux qui souffraient d'un défaut des pieds, Il a donné non seulement la force de marcher, mais aussi de courir. Puis, si certains d'entre eux avaient été aveuglés dans les ténèbres les plus profondes, il leur rendait la vue. Il a également délié les langues des muets, de sorte qu'ils parlent et s'expriment avec éloquence. Il a aussi ouvert les oreilles des sourds et les a fait entendre ; Il a purifié les pollués et les souillés. Et il accomplit toutes ces choses non pas par ses mains, ni par l'application d'un quelconque remède, mais par sa parole et son ordre, comme l'avait prédit aussi la Sibylle : Il accomplit toutes choses par Sa parole, et guérit toute maladie.

Il n'est pas non plus merveilleux qu'Il ait fait des choses merveilleuses par Sa parole, puisqu'Il était Lui-même la Parole de Dieu, s'appuyant sur la force et la puissance célestes. Il ne suffisait pas non plus qu'Il donne la force aux faibles, la solidité du corps aux mutilés, la santé aux malades et aux languissants, à moins qu'Il ne ressuscite aussi les morts, pour ainsi dire déliés du sommeil, et qu'Il les rappelle à la vie.


Et les Juifs, lorsqu'ils ont vu ces choses, ont soutenu qu'elles étaient le fait d'une puissance démoniaque, bien qu'il soit écrit dans leurs écrits secrets que toutes les choses devraient se passer ainsi. Ils lurent en effet les paroles d'autres prophètes, et d'Isaïe, disant Soyez forts, vous qui avez les mains détendues ; et vous qui avez les genoux faibles, soyez consolés. Vous qui avez le cœur effrayé, ne craignez pas, ne craignez pas : notre Seigneur fera justice ; Lui-même viendra nous sauver. Alors les yeux des aveugles s'ouvriront, et les oreilles des sourds entendront ; alors le boiteux sautera comme un cerf, et la langue du muet parlera franchement, car dans le désert l'eau a jailli, et un torrent dans la terre assoiffée. Mais la Sibylle a prédit la même chose dans ces versets:-

Les morts ressusciteront, les boiteux auront une course rapide, les sourds entendront, les aveugles verront, les muets parleront.

A cause de ces pouvoirs et de ces oeuvres divines qu'Il a accomplis lorsqu'une grande multitude de mutilés, de malades ou de ceux qui désiraient présenter leurs malades pour être guéris Le suivait, Il monta sur une montagne déserte pour y prier. Et lorsqu'il y resta trois jours, et que le peuple souffrait de la faim, il appela ses disciples et leur demanda quelle quantité de nourriture ils avaient avec eux. Mais ils lui dirent qu'ils avaient cinq pains et deux poissons dans un portefeuille. Il ordonna alors que ceux-ci soient apportés et que la foule, répartie par cinquantaine, s'allonge sur le sol . Lorsque les disciples eurent fait cela, Lui-même rompit le pain en morceaux, et partagea la chair des poissons, et dans Ses mains les deux se multiplièrent. Et lorsqu'Il ordonna aux disciples de les placer devant le peuple, cinq mille hommes furent rassasiés, et de plus douze paniers furent remplis des fragments qui restaient. Quoi de plus merveilleux, que ce soit dans la narration ou dans l'action ? Mais la Sibylle avait auparavant prédit que cela se produirait, dont les versets sont relatés à cet effet:-

Avec cinq pains en même temps, et avec deux poissons,

Il satisfera cinq mille hommes dans le désert ;

Et ensuite, il prendra tous les fragments qui restent,

Il remplira douze paniers pour l'espoir de beaucoup.

Je demande donc ce que l'art de la magie a pu faire dans ce cas, dont l'habileté ne sert à rien d'autre qu'à tromper les yeux ? Il a aussi, alors qu'il était sur le point de se retirer sur une montagne, comme il en avait l'habitude, pour l'amour de la prière, ordonné à ses disciples de prendre un petit bateau et d'aller devant lui. Mais ils se mirent en route alors que le soir approchait et commencèrent à être affligés par un vent contraire. Et comme ils étaient déjà au milieu de la mer, alors qu'il posait ses pieds sur la mer, Matthieu 14:24 s'approcha d'eux, marchant comme sur la terre ferme, et non pas comme le poète Orion marchant sur la mer, qui, alors qu'une partie de son corps était enfoncée dans l'eau,

Son épaule s'élève au-dessus des vagues.

Et de nouveau, lorsqu'il s'est endormi dans le navire, et que le vent s'est mis à souffler, jusqu'à l'extrême danger, étant réveillé par le sommeil, il a immédiatement ordonné au vent de se taire ; et les vagues, qui étaient portées avec une grande violence, se sont immobilisées, et aussitôt à sa parole il y a eu un calme.

Mais peut-être que les écrits sacrés parlent à tort, quand ils enseignent qu'il y avait une telle puissance en Lui, que par Son ordre, Il a contraint les vents à obéir, les mers à Le servir, les maladies à s'en aller, les morts à se soumettre. Pourquoi devrais-je dire que les Sibylles ont déjà enseigné les mêmes choses dans leurs versets ? L'un d'entre eux, déjà mentionné, parle ainsi:-

Il fera taire les vents par sa parole, et calmera la mer

Comme il fait rage, marchant avec des pieds de paix et dans la foi.

Et encore un autre, qui dit:-

Il marchera sur les flots, Il libérera les hommes de la maladie.

Il ressuscitera les morts, et chassera beaucoup de douleurs ;

Et du pain d'un seul portefeuille, il y aura une satisfaction pour les hommes.

Certains, réfutés par ces témoignages, ont l'habitude d'avoir recours à l'affirmation que ces poèmes n'ont pas été écrits par les Sibylles, mais qu'ils ont été composés par nos propres écrivains. Mais il ne pensera certainement pas cela qui a lu Cicéron, et Varro, et d'autres écrivains anciens, qui font mention de l'Erythrée et des autres Sibylles, dont nous tirons ces exemples ; et ces auteurs sont morts avant la naissance du Christ selon la chair. Mais je ne doute pas que ces poèmes étaient autrefois considérés comme des divagations, puisque personne ne les comprenait alors. Car ils annonçaient des merveilles dont ni la manière, ni le temps, ni l'auteur n'étaient signifiés. Enfin, la sibylle érythréenne dit qu'il arriverait qu'elle soit traitée de folle et de trompeuse. Mais il est certain que

Ils diront que la Sibylle

est folle et trompeuse, mais quand tout s'accomplira,

Alors vous vous souviendrez de moi ; et personne ne se souviendra plus

Dites que moi, la prophétesse du grand Dieu, je suis folle.

C'est pourquoi ils ont été négligés pendant de nombreuses années ; mais ils ont reçu de l'attention après que la nativité et la passion du Christ aient révélé des choses secrètes. Il en fut de même pour les paroles des prophètes, qui furent lues par le peuple des Juifs pendant quinze cents ans et plus, mais qui ne furent comprises qu'après que le Christ les eut expliquées à la fois par sa parole et par ses œuvres. Car les prophètes ont parlé de lui, et les choses qu'ils ont dites n'ont pu être comprises que si elles se sont accomplies.



Chapitre 16. De la Passion de Jésus-Christ ; qu'elle était annoncée.


J'en viens maintenant à la passion elle-même, qui nous est souvent reprochée : que nous adorions un homme qui a été visité et tourmenté par un châtiment remarquable, afin de montrer que cette même passion a été subie par Lui selon un grand plan divin, et que la bonté, la vérité et la sagesse n'y sont contenues qu'en elle. Car s'il avait été le plus heureux sur la terre, et s'il avait régné toute sa vie dans la plus grande prospérité, aucun homme sage ne l'aurait cru comme un Dieu, ni ne l'aurait jugé digne de l'honneur divin : C'est le cas de ceux qui sont dépourvus de véritable divinité, qui non seulement admirent les richesses périssables, la puissance fragile et les avantages découlant du bénéfice d'autrui, mais les consacrent même, et rendent sciemment service à la mémoire des morts, adorant la fortune lorsqu'elle est maintenant éteinte, ce que les sages n'ont jamais considéré comme un objet de culte, même lorsqu'ils sont vivants et présents avec eux. Car rien parmi les choses terrestres ne peut être vénérable et digne du ciel ; mais c'est la vertu seule, et la justice seule, qui peut être jugée un bien vrai, céleste et perpétuel, parce qu'elle n'est ni donnée à personne, ni enlevée. Et depuis que le Christ est venu sur terre, pourvu de vertu et de justice, ou plutôt, puisqu'il est lui-même vertu et lui-même justice, il est descendu pour l'enseigner et façonner le caractère de l'homme. Et ayant rempli cette fonction et cette ambassade de Dieu, en raison de cette vertu même qu'Il a à la fois enseignée et pratiquée, Il a mérité, et a pu, être cru en Dieu par toutes les nations. C'est pourquoi, lorsqu'une grande multitude affluait de temps en temps vers Lui, soit à cause de la justice qu'Il enseignait, soit à cause des miracles qu'Il accomplissait, et qu'elle écoutait Ses préceptes et croyait qu'Il était envoyé par Dieu et qu'Il était le Fils de Dieu, alors les dirigeants et les prêtres des Juifs, excités de colère parce qu'ils étaient réprimandés par Lui comme des pécheurs, et perverti par l'envie, car, tandis que la foule affluait vers lui, ils se voyaient méprisés et abandonnés, et (ce qui était le couronnement de leur culpabilité) aveuglés par la folie et l'erreur, et sans se soucier des instructeurs envoyés du ciel, et des prophètes, ils se sont rebellés contre lui, et ont conçu le dessein impie de le mettre à mort, et de le torturer : ce que les prophètes avaient écrit bien avant.

Car David, au début de ses Psaumes, prévoyant en esprit le crime qu'ils allaient commettre, dit : "Béni soit l'homme qui n'a pas marché dans la voie des impies ; et Salomon, dans le livre de la Sagesse, a utilisé ces mots : Sagesse 2:12-22 Fraudons le juste, car il nous est désagréable, et il nous réprimande par nos offenses contre la loi. Il se glorifie d'avoir la connaissance de Dieu, et il se nomme lui-même Fils de Dieu. Il est fait pour réprouver nos pensées : cela nous afflige même de le regarder, car sa vie n'est pas semblable à celle des autres ; ses voies sont d'une autre manière. Il nous considère comme des insignifiants, il se retire de nos voies comme de la souillure ; il loue beaucoup la dernière extrémité du juste, et se vante d'avoir Dieu pour Père. Voyons donc si ses paroles sont vraies ; éprouvons quelle sera sa fin ; examinons-le par des reproches et des tourments afin de connaître sa douceur, et éprouvons sa patience ; condamnons-le à une mort honteuse. Ils ont imaginé de telles choses et se sont égarés. Car leur propre folie les a aveuglés, et ils ne comprennent pas les mystères de Dieu. Ne décrit-il pas ce dessein impie que le méchant a fait contre Dieu, de sorte qu'il semble avoir été présent ? Mais de Salomon, qui a prédit ces choses, jusqu'au moment de leur accomplissement, dix cent dix ans se sont écoulés. Nous ne feignons rien, nous n'ajoutons rien. Ceux qui ont accompli les actes avaient ces récits ; ceux contre qui ces choses ont été dites les ont lus. Mais aujourd'hui encore, les héritiers de leur nom et de leur culpabilité possèdent ces récits, et dans leurs lectures quotidiennes, ils réitèrent leur propre condamnation telle qu'elle a été annoncée par la voix des prophètes ; ils ne les admettent jamais dans leur cœur, qui est lui-même une partie de leur condamnation. C'est pourquoi les Juifs, souvent réprimandés par le Christ, qui les a réprimandés par leurs péchés et leurs iniquités, et presque désertés par le peuple, ont été excités pour le mettre à mort.

Son humilité les encourageait à agir ainsi. Car lorsqu'ils lurent avec quelle grande puissance et quelle gloire le Fils de Dieu allait descendre du ciel, mais qu'ils virent par contre Jésus humble, paisible, de basse condition, sans coméléité, ils ne crurent pas qu'Il était le Fils de Dieu, ignorant que deux avènements de Sa part avaient été annoncés par les prophètes : le premier, obscur dans l'humilité de la chair ; l'autre, manifeste dans la puissance de Sa majesté. Du premier, David parle ainsi dans le soixante et onzième psaume : Il descendra comme la pluie sur une toison, et en ses jours, la justice jaillira, et l'abondance de la paix, tant que la lune sera levée. Car comme la pluie, si elle tombe sur une toison, ne peut être perçue, parce qu'elle ne fait pas de bruit, ainsi il a dit que le Christ viendrait sur la terre sans exciter l'attention de personne, afin d'enseigner la justice et la paix. C'est ainsi qu'Ésaïe a également parlé : Ésaïe 53:1-6 Seigneur, qui a cru à notre rapport ? Et à qui le bras de l'Éternel est-il révélé ? Nous l'avons proclamé devant lui comme des enfants, et comme une racine dans un pays assoiffé : Il n'a ni forme ni gloire ; et nous l'avons vu, et il n'a ni forme ni beauté. Mais sa forme était sans honneur, et défectueuse au-delà du reste des hommes. C'est un homme qui connaît le chagrin, et qui sait supporter l'infirmité, parce qu'Il a détourné Son visage de nous ; et Il n'a pas été estimé. Il porte nos péchés, et Il supporte la douleur pour nous ; et nous pensions qu'Il était Lui-même dans la douleur, le chagrin et la vexation. Mais Il a été blessé pour nos transgressions, Il a été meurtri pour nos offenses ; le châtiment de notre paix était sur Lui, par Ses meurtrissures nous sommes guéris. Nous avons tous été égarés comme des brebis, et Dieu l'a livré pour nos péchés. Et de la même manière, la Sibylle a parlé : Bien qu'il soit un objet de pitié, déshonoré, sans forme, Il donnera de l'espoir à ceux qui sont des objets de pitié. En raison de cette humilité, ils ne reconnurent pas leur Dieu et entrèrent dans le dessein détestable de Le priver de la vie, Lui qui était venu leur donner la vie.



Chapitre 17. Des superstitions des Juifs, et de leur haine contre Jésus.


Mais ils invoquaient d'autres causes de leur colère et de leur envie, qu'ils portaient enfermés dans leur coeur, à savoir qu'il avait détruit l'obligation de la loi donnée par Moïse, c'est-à-dire qu'il ne s'était pas reposé le jour du sabbat, mais avait travaillé pour le bien des hommes, qu'il avait aboli la circoncision, qu'il avait supprimé la nécessité de s'abstenir de la chair des porcs, - ce en quoi consistent les mystères de la religion juive. C'est pourquoi le reste du peuple, qui ne s'était pas encore retiré vers le Christ, a été incité par les prêtres à le considérer comme impie, parce qu'il a détruit l'obligation de la loi de Dieu, bien qu'il l'ait fait non pas par son propre jugement, mais selon la volonté de Dieu, et après les prédictions des prophètes. Car Michée a annoncé qu'il allait donner une nouvelle loi, en ces termes : Michée 4:2-3 La loi sortira de Sion, et la parole de l'Éternel sortira de Jérusalem. Il jugera parmi des peuples nombreux, et réprimandera les nations fortes. Car l'ancienne loi, qui a été donnée par Moïse, n'a pas été donnée sur le mont Sion, mais sur le mont Horeb ; et la Sibylle montre qu'il arriverait que cette loi serait détruite par le Fils de Dieu:-

Mais quand toutes ces choses que je vous ai dites s'accompliront, alors toute la loi s'accomplira à son égard.

Mais même Moïse, par qui a été donnée la loi qu'ils maintiennent avec tant de ténacité, bien qu'ils se soient éloignés de Dieu et n'aient pas reconnu Dieu, avait prédit qu'il arriverait qu'un très grand prophète serait envoyé par Dieu, qui devrait être au-dessus de la loi, et être porteur de la volonté de Dieu aux hommes. Dans le Deutéronome, il a donc laissé cela écrit : Deutéronome 18:17-19 Et l'Eternel me dit : Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi ; je mettrai ma parole dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai. Et quiconque n'écoutera pas ce que ce prophète dira en mon nom, je le lui demanderai. Le Seigneur a manifestement annoncé par le législateur lui-même qu'il allait envoyer son propre Fils - c'est-à-dire une loi vivante et présente en personne - et détruire cette ancienne loi donnée par un mortel, afin de ratifier à nouveau une loi éternelle par Celui qui était éternel.

De la même manière, Ésaïe a ainsi prophétisé sur l'abolition de la circoncision : Ainsi parle l'Eternel aux hommes de Juda qui habitent à Jérusalem : "Défrichez votre jachère, et ne semez pas parmi les épines. Circoncisez-vous à l'Éternel, votre Dieu, et enlevez les prépuces de votre coeur, de peur que ma fureur ne s'enflamme comme un feu, et ne brûle sans que personne ne puisse l'éteindre. C'est ce que dit aussi Moïse lui-même : Deutéronome 30:6 Dans les derniers jours, l'Éternel circoncira ton coeur pour aimer l'Éternel, ton Dieu. Jésus, fils de Nun, son successeur, a dit aussi Et l'Éternel dit à Jésus : Fais-toi des couteaux de silex très aiguisés, et assieds-toi, et circoncis les enfants d'Israël pour la seconde fois. Il a dit que cette seconde circoncision ne serait pas de la chair, comme la première, que les Juifs pratiquent encore aujourd'hui, mais du cœur et de l'esprit, qui ont été délivrés par le Christ, qui était le vrai Jésus. Car le prophète ne dit pas : "Et le Seigneur m'a dit, mais à Jésus, pour montrer que Dieu ne parlait pas de lui, mais du Christ, à qui Dieu parlait alors. C'est pour cela que Jésus représentait le Christ : car lorsqu'il fut appelé Auses, Moïse, prévoyant l'avenir, ordonna qu'on l'appelât Jésus, afin que, ayant été choisi comme chef de la guerre contre Amalek, qui était l'ennemi des enfants d'Israël, il soumît l'adversaire par l'emblème du nom, et qu'il conduisît le peuple dans la terre promise. Et c'est pour cette raison qu'il a également succédé à Moïse, pour montrer que la nouvelle loi donnée par le Christ Jésus était sur le point de succéder à l'ancienne loi qui avait été donnée par Moïse. Car cette circoncision de la chair est manifestement irrationnelle ; car, si Dieu l'avait voulu ainsi, Il aurait pu former l'homme dès le commencement, afin qu'il soit sans prépuce. Mais c'était une figure de cette seconde circoncision, signifiant que la poitrine doit être mise à nu, c'est-à-dire que nous devons vivre avec un coeur ouvert et simple, puisque la partie du corps qui est circoncise a une sorte de ressemblance avec le coeur, et doit être traitée avec révérence. C'est pourquoi Dieu a ordonné qu'elle soit mise à nu, afin que, par cet argument, il nous avertisse de ne pas avoir la poitrine cachée dans l'obscurité, c'est-à-dire de ne pas dissimuler un acte honteux dans les secrets de la conscience. C'est la circoncision du cœur dont parlent les prophètes, que Dieu a transférée de la chair mortelle à l'âme, qui seule est sur le point d'endurer. Car, désireux de promouvoir notre vie et notre salut selon sa propre bonté, il a mis devant nous la repentance dans cette circoncision, afin que, si nous ouvrons notre cœur - c'est-à-dire si nous confessons nos péchés et donnons satisfaction à Dieu - nous obtenions le pardon, qui est refusé à ceux qui s'obstinent et dissimulent leurs fautes, par Celui qui ne considère pas l'apparence extérieure, comme le fait l'homme, mais les secrets les plus intimes du cœur.

L'interdiction de la chair des porcs a la même intention ; car lorsque Dieu leur a ordonné de s'en abstenir, il a voulu que cela soit spécialement compris, qu'ils s'abstiennent des péchés et des impuretés. Car cet animal est souillé et impur, il ne regarde jamais le ciel, mais il se prosterne sur la terre avec tout son corps et sa face : il est toujours esclave de son appétit et de sa nourriture ; et pendant sa vie il ne peut se permettre aucun autre service, comme le font les autres animaux, qui soit fournissent un véhicule pour monter à cheval, soit aident à cultiver les champs, soit tirent des chariots par le cou, soit portent des fardeaux sur le dos, soit fournissent une couverture avec leurs peaux, soit abondent en lait, soit veillent à la garde de nos maisons. C'est pourquoi il leur interdit d'utiliser la chair du porc comme nourriture, c'est-à-dire de ne pas imiter la vie des porcs, qui ne sont nourris que pour la mort ; de peur qu'en se consacrant à leur appétit et à leurs plaisirs, ils ne soient inutiles pour le travail de la justice, et qu'ils ne soient visités par la mort. De même, qu'ils ne se plongent pas dans des convoitises infâmes, comme la truie qui se vautre dans la boue ; de même qu'ils ne servent pas les images terrestres, et ne se souillent donc pas avec de la boue, car ils se bedaubent de boue en adorant des dieux, c'est-à-dire en adorant la boue et la terre. Ainsi, tous les préceptes de la loi juive ont pour objet d'énoncer la justice, puisqu'ils sont donnés d'une manière mystérieuse, afin que sous la figure des choses charnelles, celles qui sont spirituelles soient connues.



Chapitre 18. De la Passion du Seigneur, et qu'elle fut annoncée.


Lorsque, par conséquent, le Christ a accompli ces choses que Dieu aurait faites, et qu'il avait prédites bien des siècles auparavant par ses prophètes, incités par ces choses, et ignorant les Saintes Écritures, ils ont conspiré ensemble pour condamner leur Dieu. Et bien qu'il ait su que cela allait arriver, et qu'il ait dit à maintes reprises qu'il devait souffrir et être mis à mort pour le salut de beaucoup, il s'est néanmoins retiré avec ses disciples, non pas pour éviter ce qu'il devait subir et endurer, mais pour montrer ce qui devait arriver dans toute persécution, afin que personne ne paraisse y être tombé par sa propre faute ; et il a annoncé qu'il arriverait qu'il soit trahi par l'un d'eux. Et c'est ainsi que Judas, incité par un pot-de-vin, livra aux Juifs le Fils de Dieu. Mais ils le prirent et l'amenèrent devant Ponce Pilate, qui administrait alors la province de Syrie en tant que gouverneur, et exigèrent qu'il soit crucifié, bien qu'ils ne lui aient rien demandé d'autre que de dire qu'il était le Fils de Dieu, le Roi des Juifs ; Il a également dit : "Détruisez ce temple, dont la construction a duré quarante-six ans, et en trois jours je le relèverai sans mains", ce qui signifiait que sa passion allait bientôt avoir lieu et que, ayant été mis à mort par les Juifs, il ressusciterait le troisième jour. Car Il était Lui-même le véritable temple de Dieu. Ils s'insurgèrent contre ses expressions, aussi malfaisantes qu'impie. Et lorsque Pilate entendit ces choses, et qu'il ne dit rien pour sa propre défense, il donna la sentence qu'il n'y avait en lui rien qui méritait d'être condamné. Mais ces accusateurs les plus injustes, ainsi que le peuple qu'ils avaient excité, se mirent à crier, et à réclamer à haute voix sa crucifixion.

Ponce fut alors accablé à la fois par leurs cris et par l'instigation du tétrarque Hérode, qui craignait d'être déchu de sa souveraineté. Il ne prononça cependant pas lui-même la sentence, mais le livra aux Juifs, afin qu'ils le jugent eux-mêmes selon leur loi. C'est pourquoi ils l'emmenèrent, après l'avoir fouetté de verges, et avant de le crucifier, ils se moquèrent de lui ; car ils lui mirent une robe écarlate et une couronne d'épines, le saluèrent comme roi, lui donnèrent du fiel pour nourriture et lui préparèrent du vinaigre pour boisson. Après cela, ils lui crachèrent au visage et le frappèrent avec les paumes de leurs mains ; et lorsque les bourreaux eux-mêmes se disputèrent ses vêtements, ils tirèrent au sort entre eux sa tunique et son manteau. Et pendant que tout cela se passait, il ne fit entendre aucune voix de sa bouche, comme s'il était muet. Alors ils le soulevèrent au milieu de deux malfaiteurs, qui avaient été condamnés pour vol, et le fixèrent à la croix. Que puis-je déplorer ici dans un crime aussi grand ? Ou en quels mots puis-je déplorer une si grande méchanceté ? Car nous ne relatons pas la crucifixion de Gavius, à laquelle Marcus Tullius a donné suite avec tout l'esprit et la force de son éloquence, déversant pour ainsi dire les fontaines de tout son génie, proclamant que c'était un acte indigne qu'un citoyen romain soit crucifié en violation de toutes les lois. Et bien qu'il fût innocent et qu'il ne méritait pas ce châtiment, il fut mis à mort, et cela aussi, par un homme impie, qui ignorait la justice. Que dire de l'indignité de cette croix, sur laquelle le Fils de Dieu a été suspendu et cloué ? Qui sera trouvé si éloquent, et pourvu d'une si grande abondance d'actes et de paroles, quel discours coulant avec une exubérance si copieuse, pour se lamenter d'une manière si convenable sur cette croix, que le monde lui-même, et tous les éléments du monde, ont déplorée ?

Mais que ces choses soient ainsi sur le point de se produire, était annoncé à la fois par les déclarations des prophètes et par les prédictions des Sibylles. Dans Esaïe, il est ainsi écrit : Je ne suis pas rebelle, je ne m'oppose pas : j'ai tourné le dos au fléau, et mes joues à la main : Je n'ai pas détourné mon visage de la faute des crachats. De la même manière, David, dans le trente-quatrième psaume : Les abjects se sont rassemblés contre moi, et ils ne m'ont pas connu ; ils se sont dispersés, et ils n'ont pas eu de remords ; ils m'ont tenté, et ils m'ont beaucoup ridiculisé ; et ils m'ont grincé des dents. La sibylle montra aussi que les mêmes choses allaient se produire :-

Il tombera ensuite entre les mains des injustes et des infidèles ; ils infligeront à Dieu des coups avec des mains impures, et avec des bouches souillées ils enverront des crachats empoisonnés ; et Il rendra alors absolument sa sainteté aux rayures.

De même, respectant son silence, qu'il a maintenu avec persévérance jusqu'à sa mort, Esaïe a ainsi parlé à nouveau : Esaïe 53:7 Il a été conduit comme une brebis à l'abattoir ; et comme un agneau devant le tondeur est muet, ainsi Il n'a pas ouvert la bouche. Et la sibylle susmentionnée dit:-

Et étant battu, Il se taira, de peur que quiconque ne sache ce qu'est la Parole, ou d'où elle vient, pour qu'elle parle aux mortels ; et Il portera la couronne d'épines.

Mais en respectant la nourriture et la boisson qu'ils lui ont offertes avant de l'attacher à la croix, David parle ainsi dans le soixante-huitième psaume : Ils m'ont donné du fiel pour ma viande, et dans ma soif ils m'ont donné du vinaigre à boire. La Sibylle a prédit que cela aussi arriverait:-

Ils m'ont donné du fiel pour ma nourriture, et du vinaigre pour ma soif ; ils montreront cette table inhospitalière.

Et une autre sibylle réprimande le pays de Judée dans ces versets:-

Car vous, qui avez des pensées douloureuses, vous n'avez pas reconnu votre Dieu, qui a des pensées mortelles, mais vous l'avez couronné d'une couronne d'épines, et vous avez mêlé un terrible fiel.

Or, pour que les Juifs mettent la main sur leur Dieu et le mettent à mort, ces témoignages des prophètes ont été annoncés. Il est ainsi écrit à Esdras : Et Esdras dit au peuple : Cette Pâque est notre Sauveur et notre refuge. Considère et fais venir dans ton coeur que nous devons l'abaisser en une figure ; et après ces choses, nous espérerons en lui, de peur que ce lieu ne soit désert à jamais, dit le Seigneur, Dieu des armées. Si vous ne le croyez pas et n'écoutez pas son annonce, vous serez une risée parmi les nations. D'où il ressort que les Juifs n'avaient pas d'autre espoir, à moins qu'ils ne se purifient du sang, et qu'ils ne mettent leurs espoirs dans cette même personne qu'ils ont reniée. Esaïe souligne également leur acte, et dit : Dans Son humiliation, Son jugement a été enlevé. Qui déclarera sa génération ? Car sa vie sera ôtée de la terre, des transgressions de mon peuple, il a été conduit à la mort. Et je lui donnerai le méchant pour sa sépulture, et le riche pour sa mort, parce qu'il n'a pas fait de mal, et qu'il n'a pas parlé avec sa bouche. C'est pourquoi Il se procurera une grande quantité et partagera le butin des puissants, parce qu'Il a été livré à la mort et qu'Il a été compté parmi les transgresseurs ; Il a porté les péchés de beaucoup de gens et Il a été livré à cause de leurs transgressions. David aussi, dans le quatre-vingt-treizième psaume : Ils chasseront l'âme des justes, et ils condamneront le sang innocent ; et l'Éternel est devenu mon refuge. Et Jérémie aussi : Seigneur, annonce-le-moi, et je le saurai. Je vis alors leurs desseins ; je fus conduit comme un agneau innocent au sacrifice ; ils méditèrent un plan contre moi, en disant : Viens, envoyons du bois dans son pain, et balayons sa vie de la terre, et on ne se souviendra plus de son nom. Or le bois signifie la croix, et le pain son corps ; car il est lui-même la nourriture et la vie de tous ceux qui croient en la chair qu'il a portée, et à la croix à laquelle il a été suspendu.

Cependant, Moïse lui-même a parlé plus clairement de cela dans le Deutéronome : Deutéronome 28:66 Ta vie sera suspendue devant tes yeux ; tu craindras jour et nuit, et tu n'auras aucune assurance de ta vie. Il en est de même dans les Nombres : Dieu n'est pas dans le doute comme un homme, ni ne souffre de menaces comme un fils d'homme. Zacharie a également écrit ceci : Zacharie 12:10 Et ils me regarderont, moi qu'ils ont percé. Ainsi que David dans le vingt-et-unième psaume : Ils ont percé mes mains et mes pieds, ils ont compté tous mes os, ils m'ont regardé et fixé, ils ont partagé mes vêtements entre eux, et ils ont tiré au sort mon vêtement. Il est évident que le prophète n'a pas dit ces choses à son sujet. Car il était roi, et il n'a jamais enduré ces souffrances ; mais l'Esprit de Dieu, qui allait souffrir ces choses, après dix cent cinquante ans, a parlé par lui. Car c'est le nombre d'années qui s'écoulent entre le règne de David et la crucifixion du Christ. Mais Salomon aussi, son fils, qui a construit Jérusalem, a prophétisé que cette même ville allait périr pour se venger de la croix sacrée : Mais si tu te détournes de moi, dit l'Éternel, et si tu ne gardes pas ma vérité, je chasserai Israël du pays que je lui ai donné ; et cette maison que je leur ai bâtie en mon nom, je la chasserai de tous ; et Israël sera pour le peuple une ruine et un opprobre ; et cette maison sera dévastée, et tous ceux qui passeront près d'elle seront stupéfaits et diront : Pourquoi Dieu a-t-il fait ces maux à ce pays et à cette maison ? Et ils diront : Parce qu'ils ont abandonné l'Éternel, leur Dieu, et qu'ils ont persécuté leur roi bien-aimé de Dieu, et qu'ils l'ont crucifié avec une grande avilissement, c'est pourquoi Dieu a fait venir sur eux ces maux.



Chapitre 19. De la mort, de l'ensevelissement et de la résurrection de Jésus ; et des prédictions de ces événements.


Que peut-on dire de plus sur le crime des Juifs, sinon qu'ils étaient alors aveuglés et saisis d'une folie incurable, qu'ils lisaient ces choses quotidiennement, mais qu'ils ne les comprenaient pas et qu'ils ne pouvaient être sur leurs gardes pour ne pas les faire ? C'est pourquoi, ayant été élevé et cloué sur la croix, il cria au Seigneur d'une voix forte, et de son plein gré, il rendit son esprit. A la même heure, il y eut un tremblement de terre ; le voile du temple, qui séparait les deux tabernacles, se déchira en deux parties ; le soleil retira soudain sa lumière, et il y eut des ténèbres de la sixième à la neuvième heure. Événement dont le prophète Amos témoigne : Amos 8:9-10 En ce jour-là, dit l'Éternel, le soleil se couchera à midi, et la lumière du jour s'obscurcira ; je changerai vos fêtes en deuil, et vos chants en lamentations. Jérémie aussi : Jérémie 15:9 Celle qui enfante est dans l'épouvante et dans l'angoisse ; son soleil s'est couché alors qu'il était encore midi ; elle a été confuse et confuse, et je donnerai le reste à l'épée aux yeux de leurs ennemis. Et la Sibylle : -

Le voile du temple se déchirera, et à midi, il y aura une vaste nuit noire pendant trois heures,

Quand ces choses ont été faites, même par les prodiges célestes, ils n'ont pas pu comprendre leur crime.

Mais comme il avait prédit que le troisième jour il ressusciterait d'entre les morts, de peur que, le corps ayant été volé par les disciples et enlevé, tous ne croient qu'il était ressuscité, et qu'il y aurait un trouble bien plus grand parmi le peuple, ils le descendirent de la croix, et l'ayant enfermé dans un tombeau, ils l'entourèrent d'une garde de soldats. Mais le troisième jour, avant la lumière, il y eut un tremblement de terre, et le sépulcre fut soudain ouvert ; et le garde, qui était étonné et stupéfait de peur, ne voyant rien, sortit du sépulcre, indemne et vivant, et alla en Galilée chercher ses disciples ; mais rien ne fut trouvé dans le sépulcre, si ce n'est les vêtements funéraires dans lesquels ils avaient enfermé et enveloppé son corps. Les prophètes avaient prédit qu'il ne resterait pas en enfer, mais qu'il ressusciterait le troisième jour. David dit, dans le quinzième psaume Tu ne laisseras pas mon âme dans la géhenne, et Tu ne laisseras pas Ton saint voir la corruption. Egalement dans le troisième psaume : Je me suis couché pour m'endormir, je me suis reposé et je me suis relevé, car l'Éternel m'a soutenu. Osée aussi, le premier des douze prophètes, a témoigné de sa résurrection : Osée 13:13-14 Ce mon Fils est sage, c'est pourquoi il ne restera pas dans l'angoisse de ses fils, et je le rachèterai de la puissance du tombeau. Où est ton jugement, ô mort ? Ou où est ton aiguillon ? Le même dans un autre lieu : Osée 6:2 Après deux jours, Il nous fera revivre le troisième jour. C'est pourquoi la Sibylle dit qu'après trois jours de sommeil, il mettrait fin à la mort : -

Et après avoir dormi trois jours, Il mettra fin au sort de la mort ; puis, se délivrant des morts, Il viendra à la lumière, montrant d'abord aux appelés le commencement de la résurrection.

Car c'est en vainquant la mort qu'Il nous a donné la vie. Il n'y a donc aucun espoir de devenir immortel pour l'homme, s'il ne croit pas en lui et ne prend pas cette croix pour la porter et l'endurer.



Chapitre 20. Du départ de Jésus en Galilée après sa résurrection ; et des deux Testaments, l'Ancien et le Nouveau.


C'est pourquoi il est allé en Galilée, car il ne voulait pas se montrer aux Juifs, de peur qu'il ne les conduise à la repentance et ne les ramène de leur impiété à un esprit sain. Et là, il ouvrit à ses disciples de nouveau les écrits de la Sainte Écriture, c'est-à-dire les secrets des prophètes, qui avant sa souffrance ne pouvaient nullement être compris, car ils parlaient de lui et de sa passion. C'est pourquoi Moïse, et les prophètes eux-mêmes, appellent testament la loi qui a été donnée aux Juifs : car si le testateur n'est pas mort, le testament ne peut être confirmé, et ce qui y est écrit ne peut être connu, car il est fermé et scellé. Ainsi, si le Christ n'était pas mort, le testament n'aurait pas pu être ouvert, c'est-à-dire que le mystère de Dieu n'aurait pas pu être dévoilé et compris.

Mais toute l'Écriture est divisée en deux Testaments. Ce qui a précédé l'avènement et la passion du Christ - c'est-à-dire la loi et les prophètes - est appelé l'Ancien ; mais ce qui a été écrit après sa résurrection est appelé le Nouveau Testament. Les Juifs se servent de l'Ancien, nous du Nouveau ; mais ils ne sont pas discordants, car le Nouveau est l'accomplissement de l'Ancien, et dans les deux il y a le même testateur, le Christ lui-même, qui, ayant souffert la mort pour nous, nous a fait héritiers de Son royaume éternel, le peuple des Juifs étant privé et déshérité. Comme en témoigne le prophète Jérémie lorsqu'il dit de telles choses : Jérémie 31:31-32 Voici, les jours viennent, dit l'Éternel, où je ferai une nouvelle alliance à la maison d'Israël et à la maison de Juda, non pas selon l'alliance que j'ai faite à leurs pères, le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir du pays d'Égypte ; car ils n'ont pas persévéré dans mon alliance, et je les ai méprisés, dit l'Éternel. Il dit de même dans un autre lieu : Jérémie 12:7-8 J'ai abandonné ma maison, j'ai livré mon héritage entre les mains de ses ennemis. Mon héritage est devenu pour moi comme un lion dans la forêt ; il a crié contre moi, c'est pourquoi je l'ai haï. Puisque l'héritage est son royaume céleste, il est évident qu'Il ne dit pas qu'Il déteste l'héritage lui-même, mais les héritiers, qui ont été ingrats envers Lui, et impies. Mon héritage, dit-il, est devenu pour moi comme un lion, c'est-à-dire que je suis devenu une proie et un dévorant pour mes héritiers, qui m'ont tué comme le troupeau. Il a crié contre moi, c'est-à-dire qu'ils ont prononcé contre moi la sentence de mort et la croix. Car ce qu'Il a dit ci-dessus, qu'Il ferait un nouveau testament à la maison de Juda, montre que l'ancien testament qui a été donné par Moïse n'était pas parfait ; mais que celui qui devait être donné par le Christ serait complet. Mais il est clair que la maison de Juda ne signifie pas les Juifs, qu'Il rejette, mais nous, qui avons été appelés par Lui du milieu des païens, et qui avons succédé par adoption à leur place, et sommes appelés fils des Juifs, ce que la Sibylle déclare lorsqu'elle dit:-

La race divine des juifs bénis et célestes.


Mais ce que cette race était sur le point de devenir, Isaïe l'enseigne, dans le livre duquel le Très Haut Père s'adresse à son Fils : Esaïe 42:6-7 Moi, l'Éternel Dieu, je t'ai appelé dans la justice, je te tiendrai la main et je te garderai ; et je t'ai donné pour une alliance de ma race, pour une lumière des nations, pour ouvrir les yeux des aveugles, pour faire sortir de la prison les prisonniers et de la prison ceux qui sont assis dans les ténèbres. C'est pourquoi, lorsque nous étions autrefois, comme aveugles, et comme enfermés dans la prison de la folie, assis dans les ténèbres, ignorant Dieu et la vérité, nous avons été éclairés par lui, qui nous a adoptés par son testament ; et, après nous avoir libérés des chaînes cruelles, et nous avoir fait sortir à la lumière de la sagesse, il nous a admis dans l'héritage de son royaume céleste.



Chapitre 21. De l'Ascension de Jésus, et de sa prédiction ; et de la prédication et des actions des disciples.


Mais lorsqu'il avait pris des dispositions avec ses disciples pour la prédication de l'Évangile et de son nom, une nuée l'entoura soudain et le transporta au ciel, le quarantième jour après sa passion, comme Daniel l'avait montré en disant Daniel 7:13 Et voici qu'un homme semblable à un Fils d'homme vint avec les nuées du ciel, et vint vers l'Ancien des jours. Mais les disciples, dispersés à travers les provinces, posèrent partout les fondements de l'Église, eux-mêmes aussi au nom de leur divin Maître en faisant de nombreux et presque incroyables miracles ; car à Son départ, Il les avait dotés de puissance et de force, par lesquelles le système de leur nouvelle annonce pouvait être fondé et confirmé. Mais il leur a aussi ouvert tout ce qui allait arriver, ce que Pierre et Paul ont prêché à Rome ; et cette prédication, écrite en souvenir, est devenue permanente, dans laquelle ils ont tous deux déclaré d'autres choses merveilleuses, et ont aussi dit qu'il allait arriver, qu'après peu de temps, Dieu enverrait contre eux un roi qui soumettrait les Juifs, et raserait leurs villes, et assiégerait le peuple lui-même, épuisé par la faim et la soif. Alors, il faudrait qu'ils se nourrissent du corps de leurs propres enfants et qu'ils se dévorent les uns les autres. Enfin, ils seront faits prisonniers et tomberont entre les mains de leurs ennemis ; ils verront leurs femmes harcelées de la manière la plus cruelle sous leurs yeux, leurs vierges enlevées et souillées, leurs fils mis en pièces, leurs petits jetés à terre ; enfin, tout sera détruit par le feu et l'épée, les captifs seront bannis à jamais de leurs terres, parce qu'ils auront exalté le Fils de Dieu bien-aimé et très approuvé. Ainsi, après leur mort, quand Néron les eut mis à mort, Vespasien détruisit le nom et la nation des Juifs, et fit tout ce qu'ils avaient prédit comme étant sur le point de se réaliser.



Chapitre 22. Arguments des incroyants contre l'incarnation de Jésus.


J'ai maintenant confirmé, comme je l'imagine, les choses qui sont considérées comme fausses et incroyables par ceux qui ne sont pas instruits dans la vraie connaissance du savoir céleste. Mais, afin que nous puissions réfuter aussi ceux qui sont trop sages, non sans se nuire à eux-mêmes, et qui détournent le crédit dû aux choses divines, réfutons leur erreur, afin qu'ils puissent enfin percevoir que le fait aurait dû être tel que nous montrons qu'il l'a été en réalité. Et si, chez les bons juges, soit les témoignages ont un poids suffisant sans arguments, soit les arguments sans témoignages, nous ne nous contentons pas de l'un ou de l'autre, puisque nous sommes pourvus des deux, de sorte que nous ne pouvons laisser à l'un ou à l'autre d'une ingéniosité dépravée la possibilité de se méprendre ou de contester dans la partie adverse. On dit qu'il était impossible de retirer quoi que ce soit d'une nature immortelle. Ils disent, en somme, qu'il était indigne de Dieu de vouloir se faire homme, et de s'accabler de l'infirmité de la chair ; de se soumettre de son plein gré aux souffrances, à la douleur et à la mort : comme s'il ne Lui avait pas été facile de se montrer aux hommes sans la faiblesse qui est propre à un corps, et de leur enseigner la justice (s'Il le voulait) avec une plus grande autorité, comme à celui qui se reconnaît Dieu. Car dans ce cas, tous auraient obéi aux préceptes célestes, si l'influence et la puissance de Dieu les enjoignant leur avaient été unies. Pourquoi, alors (disent-ils), n'est-il pas venu en tant que Dieu pour enseigner les hommes ? Pourquoi s'est-Il rendu si humble et si faible, qu'il lui était possible à la fois d'être méprisé par les hommes et de recevoir un châtiment ? Pourquoi a-t-il subi la violence de ceux qui sont faibles et mortels ? Pourquoi n'a-t-il pas repoussé par la force, ou évité par sa connaissance divine, les mains des hommes ? Pourquoi n'a-t-il pas, au moins dans sa mort même, révélé sa majesté ? Mais Il a été conduit comme un être sans force à un procès, a été condamné comme un coupable, a été mis à mort comme un mortel. Je réfuterai soigneusement ces choses, et je ne permettrai à personne de se tromper. Car ces choses ont été faites selon un grand et merveilleux plan ; et celui qui comprendra cela, non seulement cessera de s'étonner que Dieu ait été torturé par les hommes, mais il verra aussi facilement qu'on ne pouvait pas croire qu'il était Dieu si ces choses mêmes qu'il censure n'avaient pas été faites.



Chapitre 23. De donner des préceptes et d'agir.


Si quelqu'un donne aux hommes des préceptes de vie et façonne le caractère des autres, je me demande s'il est tenu de pratiquer lui-même les choses qu'il lui enjoint ou s'il n'est pas tenu de le faire. S'il ne le fait pas, ses préceptes sont annulés. Car si les choses prescrites sont bonnes, si elles mettent la vie des hommes dans la meilleure condition, l'instructeur ne doit pas se séparer du nombre et de l'assemblée des hommes parmi lesquels il agit ; et il doit vivre de la même manière qu'il enseigne que les hommes doivent vivre, de peur qu'en vivant d'une autre manière, il ne dénigre lui-même ses propres préceptes et ne rende son instruction moins valable, si en réalité il assouplit les obligations de ce qu'il s'efforce d'établir par ses paroles. Car chacun, lorsqu'il entend un autre donner des préceptes, ne veut pas qu'on lui impose la nécessité d'obéir, comme si on lui enlevait le droit de liberté. C'est pourquoi il répond ainsi à son maître : Je ne suis pas capable de faire les choses que tu ordonnes, car elles sont impossibles. Car tu m'interdis de me mettre en colère, tu m'interdis de convoiter, tu m'interdis d'être excité par le désir, tu m'interdis de craindre la douleur ou la mort ; mais cela est si contraire à la nature, que tous les animaux sont soumis à ces affections. Ou bien, si vous êtes si entièrement d'avis qu'il est possible de résister à la nature, pratiquez-vous vous-même les choses que vous m'enjoignez, afin que je sache qu'elles sont possibles ? Mais puisque vous ne les pratiquez pas vous-même, quelle arrogance de vouloir imposer à un homme libre des lois auxquelles vous n'obéissez pas vous-même ! Vous qui enseignez, apprenez d'abord ; et avant de corriger le caractère des autres, corrigez le vôtre. Qui pourrait nier la justice de cette réponse ? Non ! Un tel professeur tombera dans le mépris, et sera à son tour raillé, car il semblera aussi se moquer des autres.

Que fera donc cet instructeur, si on lui objecte ces choses ? Comment privera-t-il d'un prétexte les personnes volontaires, à moins qu'il ne leur apprenne par des actes sous leurs yeux qu'il enseigne des choses qui sont possibles ? D'où il résulte que personne n'obéit aux préceptes des philosophes. Car les hommes préfèrent les exemples aux mots, car il est facile de parler, mais difficile d'accomplir. Que le ciel veuille qu'il y ait autant de gens qui agissent bien que de gens qui parlent bien ! Mais ceux qui donnent des préceptes, sans les mettre en pratique, sont méfiants ; et s'ils sont des hommes, ils seront méprisés comme incohérents : si c'est Dieu, il sera rencontré avec l'excuse de la fragilité de la nature de l'homme. Il reste que les paroles doivent être confirmées par des actes, ce que les philosophes sont incapables de faire. C'est pourquoi, comme les instructeurs eux-mêmes sont dépassés par les affections qu'ils disent qu'il est de notre devoir de surmonter, ils ne peuvent former personne à la vertu, qu'ils proclament faussement ; et pour cette raison ils imaginent qu'il n'existe pas encore d'homme sage parfait, c'est-à-dire en qui la plus grande vertu et la justice parfaite soient en harmonie avec le plus grand savoir et la plus grande connaissance. Et c'était bien vrai. Car personne n'a été tel depuis la création du monde, si ce n'est le Christ, qui a à la fois délivré la sagesse par Sa parole et confirmé Son enseignement en présentant la vertu aux yeux des hommes.



Chapitre 24. Le renversement des arguments ci-dessus par voie d'objection.


Allons, considérons maintenant si un enseignant envoyé du ciel peut ne pas être parfait. Je ne parle pas encore de Celui qu'ils nient être venu de Dieu. Supposons que quelqu'un soit envoyé du ciel pour instruire la vie des hommes dans les premiers principes de la vertu, et pour les former à la justice. Nul ne peut douter que ce maître, qui est envoyé du ciel, serait aussi parfait dans la connaissance de toutes choses que dans la vertu, de peur qu'il n'y ait aucune différence entre un maître céleste et un maître terrestre. Car dans le cas d'un homme, son instruction ne peut en aucun cas venir de l'intérieur et de lui-même. Car l'esprit, enfermé dans des organes terrestres, et entravé par un corps corrompu, ne peut par lui-même ni comprendre ni recevoir la vérité, à moins qu'elle ne soit enseignée par une autre source. Et s'il avait ce pouvoir au plus haut degré, il serait pourtant incapable d'atteindre la plus haute vertu, et de résister à tous les vices, dont les matériaux sont contenus dans nos organes corporels. Il s'ensuit qu'un maître terrestre ne peut pas être parfait. Mais un maître du ciel, à qui Sa nature divine donne la connaissance et Son immortalité la vertu, doit nécessairement, dans Son enseignement aussi, comme dans les autres choses, être parfait et complet. Mais cela ne peut en aucun cas arriver, à moins qu'il ne prenne un corps mortel. Et la raison pour laquelle cela ne peut pas se produire est évidente. Car s'Il vient aux hommes comme Dieu, sans compter que les yeux des mortels ne peuvent pas voir et supporter la gloire de Sa majesté en Sa propre personne, il est certain que Dieu ne pourra pas enseigner la vertu ; car, dans la mesure où Il est sans corps, Il ne pratiquera pas les choses qu'Il enseignera, et par là Son enseignement ne sera pas parfait. Autrement, si la plus grande vertu est de supporter patiemment la douleur pour la justice et le devoir, si la vertu est de ne pas craindre la mort elle-même quand elle est menacée et quand elle est infligée, de la subir avec force, il s'ensuit que le maître parfait doit à la fois enseigner ces choses par des préceptes et les confirmer par la pratique. Car celui qui donne des préceptes pour la vie doit supprimer toute excuse, afin d'imposer aux hommes la nécessité d'obéir, non par contrainte, mais par honte, et de leur laisser la liberté, afin de récompenser ceux qui obéissent, parce qu'il était en leur pouvoir de ne pas obéir s'ils le voulaient, et de punir ceux qui n'obéissent pas, parce qu'il était en leur pouvoir d'obéir s'ils le voulaient. Comment peut-on alors retirer l'excuse, à moins que le professeur ne mette en pratique ce qu'il enseigne, et pour ainsi dire aller avant et tendre la main à celui qui est sur le point de suivre ? Mais comment peut-on pratiquer ce qu'il enseigne, à moins d'être comme lui, celui à qui il enseigne ? Car s'il n'est soumis à aucune passion, l'homme peut ainsi répondre à celui qui est le maître : "Je ne veux pas pécher, mais je suis vaincu ; car je suis revêtu d'une chair fragile et faible : c'est elle qui convoite, qui est en colère, qui craint la douleur et la mort. C'est ainsi que je suis conduit contre ma volonté, et je pèche, non pas parce que je le veux, mais parce que je suis contraint. Je perçois moi-même que je pèche ; mais la nécessité imposée par ma fragilité, à laquelle je ne peux résister, me pousse. Que dira ce maître de justice en réponse à ces choses ? Comment réfutera-t-il et condamnera-t-il un homme qui invoquera la fragilité de la chair comme excuse de ses fautes, à moins qu'il ne soit lui aussi revêtu de chair, afin de montrer que même la chair est capable de vertu ? Car l'obstination ne peut être réfutée que par l'exemple. Car les choses que vous enseignez ne peuvent avoir aucun poids, à moins que vous ne soyez le premier à les pratiquer ; car la nature des hommes est encline aux fautes, et veut pécher non seulement avec indulgence, mais aussi avec un plaidoyer raisonnable. Il convient qu'un maître et un éducateur de la vertu ressemble le plus possible à l'homme, afin qu'en maîtrisant le péché, il puisse enseigner à l'homme que le péché peut être maîtrisé par lui. Mais s'il est immortel, il ne peut en aucun cas proposer un exemple à l'homme. Car il y en a un qui persévérera dans son opinion et qui dira Vous ne péchez pas, en effet, parce que vous êtes libres de ce corps ; vous ne convoitez pas, parce que rien n'est nécessaire à un immortel ; mais j'ai besoin de beaucoup de choses pour le soutien de cette vie. Vous ne craignez pas la mort, car elle ne peut avoir aucun pouvoir contre vous. Vous méprisez la douleur, parce que vous ne pouvez souffrir aucune violence. Mais moi, mortel, je crains les deux, car elles m'infligent les tortures les plus sévères, que la faiblesse de la chair ne peut pas supporter. Un maître de la vertu aurait donc dû enlever aux hommes cette excuse, afin que personne ne puisse attribuer à la nécessité qu'il pèche, plutôt qu'à sa propre faute. C'est pourquoi, pour qu'un maître soit parfait, il ne doit pas y avoir d'objection de la part de celui qui doit être instruit, de sorte que s'il devait dire : "Vous prescrivez des impossibilités ; le maître peut répondre : "Voyez, je les fais moi-même. Mais je suis revêtu de la chair, et le péché est la propriété de la chair. Moi aussi, je porte la même chair, et pourtant le péché ne porte pas en moi de règle. Il m'est difficile de mépriser la richesse, car sinon je ne peux pas vivre dans ce corps. Voyez-vous, moi aussi j'ai un corps, et pourtant je lutte contre tout désir. Je ne suis pas capable de supporter la douleur ou la mort pour la justice, car je suis frêle. Voyez, la douleur et la mort ont aussi un pouvoir sur moi ; et je surmonte ces choses mêmes que vous craignez, afin de vous rendre victorieux de la douleur et de la mort. Je vous précède dans ces choses que vous prétendez qu'il est impossible de supporter : si vous n'êtes pas capables de me suivre en donnant des instructions, suivez-moi en allant devant vous. De cette façon, toute excuse est supprimée, et vous devez confesser que l'homme est injuste par sa propre faute, puisqu'il ne suit pas un maître de vertu, qui est en même temps un guide. Vous voyez donc combien un maître mortel est plus parfait, parce qu'il est capable d'être un guide pour un mortel, qu'un immortel, car il est incapable d'enseigner l'endurance à un patient qui n'est pas soumis aux passions. Mais cela ne va pas jusqu'à me faire préférer l'homme à Dieu ; mais pour montrer que l'homme ne peut être un maître parfait que s'il est aussi Dieu, afin que, par son autorité céleste, il puisse imposer aux hommes la nécessité de l'obéissance ; ni Dieu, que s'il n'est pas revêtu d'un corps mortel, afin qu'en accomplissant ses préceptes jusqu'à leur achèvement dans les actes, il puisse lier les autres par la nécessité de l'obéissance. Il apparaît donc clairement que celui qui est guide de vie et maître de justice doit avoir un corps, et que son enseignement ne peut être autrement plein et parfait, à moins qu'il n'ait une racine et un fondement, et qu'il ne reste ferme et fixé parmi les hommes ; et qu'il doit lui-même subir la faiblesse de la chair et du corps, et manifester en lui la vertu dont il est maître, afin de l'enseigner en même temps par des paroles et des actes. Il doit aussi être soumis à la mort et à toutes les souffrances, puisque les devoirs de la vertu sont occupés par la souffrance et la mort, ce que, comme je l'ai dit, un maître parfait doit endurer, afin d'enseigner la possibilité de les endurer.



Chapitre 25. De l'avènement de Jésus en chair et en os, afin qu'il soit le médiateur entre Dieu et l'homme.


Que les hommes apprennent et comprennent donc pourquoi le Dieu Très-Haut, lorsqu'Il a envoyé Son ambassadeur et Son messager pour instruire les mortels des préceptes de Sa Justice, a voulu qu'Il soit revêtu de chair mortelle, qu'Il soit affligé de t