Tertullien

HISTOIRE SACRÉE : LIVRE I

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE

Chapitre 1.



Je m'adresse à vous pour vous donner un compte rendu condensé des choses qui sont énoncées dans les Saintes Écritures depuis le début du monde et pour vous les raconter, en distinguant les dates et selon leur importance, jusqu'à la période de notre propre mémoire. Nombreux sont ceux qui, désireux de se familiariser avec les choses divines par le biais d'un traité de synthèse, m'ont demandé avec empressement d'entreprendre ce travail. Cherchant à réaliser leur souhait, je n'ai pas épargné mon travail, et j'ai ainsi réussi à réunir en deux petits livres des choses qui, ailleurs, remplissaient de nombreux volumes. En même temps, dans l'étude de la brièveté, je n'ai pratiquement rien omis des faits. De plus, il ne m'a pas semblé déplacé, après avoir parcouru l'histoire sacrée jusqu'à la crucifixion du Christ et l'action des apôtres, d'ajouter un récit des événements qui ont eu lieu par la suite. Je dois donc raconter la destruction de Jérusalem, les persécutions du peuple chrétien, les temps de paix qui ont suivi, et de toutes choses encore jetées dans la confusion par les dangers intestinaux des églises. Mais je n'hésiterai pas à confesser que, chaque fois que la raison l'a exigé, j'ai fait appel à des historiens profanes pour fixer des dates et conserver la série des événements sans rupture, et j'en ai retiré ce qui était nécessaire à une connaissance complète des faits, afin de pouvoir à la fois instruire les ignorants et porter la conviction aux savants. Néanmoins, en ce qui concerne les choses que j'ai condensées à partir des livres sacrés, je ne souhaite pas me présenter comme un auteur à mes lecteurs, afin qu'ils, négligeant la source d'où proviennent mes matériaux, soient satisfaits de ce que j'ai écrit. Mon but est que celui qui connaît déjà l'original reconnaisse ici ce qu'il a lu là ; car tous les mystères des choses divines ne peuvent être révélés que par la source elle-même. Je vais maintenant entrer dans mon récit.

Chapitre 2.

Le monde a été créé par Dieu il y a près de six mille ans, comme nous le verrons au cours de ce livre ; bien que ceux qui ont entré et publié un calcul des dates, mais peu sont d'accord entre eux. Cependant, comme ce désaccord est dû soit à la volonté de Dieu, soit à la faute de l'Antiquité, il ne devrait pas être un sujet de censure. Après la formation du monde, l'homme a été créé, le mâle étant nommé Adam, et la femelle Eve. Ayant été placés au Paradis, ils ont mangé de l'arbre dont ils étaient interdits, et ont donc été jetés comme des exilés sur notre terre. Caïn et Abel leur sont nés ; mais Caïn, étant un homme impie, a tué son frère. Il eut un fils appelé Hénok, par qui une ville fut d'abord construite, et qui fut appelée d'après le nom de son fondateur. De lui descendait Irad, et de lui encore Maüiahel. Il eut un fils appelé Mathusalam, qui à son tour engendra Lamech, par lequel un jeune homme aurait été tué, sans que le nom de l'homme tué soit mentionné - un fait qui, selon les sages, présageait d'un futur mystère. Adam, après la mort de son fils cadet, engendra un autre fils appelé Seth, alors qu'il avait deux cent trente ans : il vécut au total huit cent trente ans. Seth engendra Enos, Enos Cainan, Cainan Malaleel, Malaleel Jared et Jared Enoch, qui, en raison de sa justice, aurait été traduit par Dieu. Son fils s'appelait Mathusalam qui engendra Lémec, dont Noé descendait, remarquable par sa justice, et au-dessus de tous les autres mortels chers et acceptables pour Dieu. Lorsque, à cette époque, la race humaine était devenue une grande multitude, certains anges, dont la demeure se trouvait au ciel, furent captivés par l'apparition de quelques belles vierges, et nourrirent après elles des désirs illicites, à tel point que, tombant sous leur propre nature et origine, ils quittèrent les régions supérieures dont ils étaient habitants, et s'allièrent dans des mariages terrestres. Ces anges ont progressivement répandu de mauvaises habitudes, ont corrompu la famille humaine, et de leur alliance sont nés, dit-on, des géants, car le mélange avec eux d'êtres de nature différente a, bien entendu, donné naissance à des monstres.



Chapitre 3.


Dieu étant offensé par ces choses, et surtout par la méchanceté de l'humanité, qui avait dépassé toute mesure, avait décidé de détruire toute la race humaine. Mais il a exempté Noé, un homme juste et d'une vie irréprochable, du destin qui l'attendait. Prévenu par Dieu qu'un déluge allait s'abattre sur la terre, il construisit une arche de bois d'une taille immense et la recouvrit de poix afin de la rendre imperméable à l'eau. Il y fut enfermé avec sa femme, ses trois fils et ses trois belles-filles. Des couples d'oiseaux et des bêtes de toutes sortes y furent également accueillis, tandis que tous les autres furent isolés par un déluge. Noé, lorsqu'il comprit que la violence de la pluie avait cessé et que l'arche flottait tranquillement sur le fond, pensant (comme c'était vraiment le cas) que les eaux diminuaient, envoya d'abord un corbeau pour enquêter sur la question, et comme elle ne revenait pas, s'étant installée, comme je le suppose, sur les cadavres, il envoya ensuite une colombe. Celle-ci, ne trouvant pas de lieu de repos, revint vers lui et, étant de nouveau envoyée, elle ramena une feuille d'olivier, preuve manifeste que l'on pouvait désormais voir la cime des arbres. Puis, étant envoyée une troisième fois, elle ne revint plus, et l'on comprit que les eaux s'étaient retirées ; et Noé sortit donc de l'arche. Cela s'est fait, selon moi, deux mille deux cent quarante-deux ans après le commencement du monde.



Chapitre 4.


Alors Noé érigea d'abord un autel à Dieu, et offrit des sacrifices du milieu des oiseaux. Aussitôt après, il fut béni par Dieu avec ses fils, et reçut l'ordre de ne pas manger de sang, ni de verser le sang d'aucun être humain, car Caïn, n'ayant pas un tel précepte, avait souillé le premier âge du monde. En conséquence, les fils de Noé furent laissés seuls dans le monde alors vacant ; car il en avait trois, Sem, Cham et Japhet. Mais Cham, parce qu'il s'était moqué de son père lorsqu'il était insensé avec le vin, encourait la malédiction de son père. Son fils, nommé Chas, engendra le géant Nebroth, par lequel la ville de Babylone aurait été construite. De nombreuses autres villes sont liées à la fondation de cette époque, que je n'ai pas l'intention de nommer ici une par une. Mais bien que la race humaine se soit maintenant multipliée, et que les hommes aient occupé différents lieux et îles, tous ont néanmoins utilisé une seule langue, tant que la multitude, qui devait ensuite être dispersée dans le monde entier, s'est maintenue en un seul corps. Ceux-ci, à la manière de la nature humaine, ont formé le dessein d'obtenir un grand nom en construisant quelque grande œuvre avant qu'ils ne soient séparés les uns des autres. Ils ont donc tenté de construire une tour qui devait atteindre le ciel. Mais par l'ordre de Dieu, afin d'entraver le travail des ouvriers, ils se mirent à parler dans une sorte de langage très différent de leur forme habituelle de discours, alors que personne ne comprenait les autres. Ils se dispersent alors d'autant plus facilement que, se considérant comme des étrangers, ils sont facilement amenés à se séparer. Et le monde était tellement divisé pour les fils de Noé, que Sem occupait l'Est, Japhet l'Ouest et Cham les parties intermédiaires. Après cela, jusqu'à l'époque d'Abraham, leur généalogie ne présentait rien de très remarquable ou de digne d'être enregistré.



Chapitre 5.


Abraham, dont le père était Thara, est né en l'an mille dix-sept après le déluge. Sa femme s'appelait Sara, et son lieu de résidence fut d'abord le pays des Chaldéeens. Il a ensuite habité avec son père à Charræ. A cette époque, Dieu lui ayant parlé, il quitta son pays et son père, et emmena avec lui Lot, le fils de son frère, il vint au pays des Cananéens, et s'installa au lieu-dit Sychem. Très vite, faute de blé, il se rendit en Égypte et y retourna. Lot, en raison de la taille de sa famille, se sépare de son oncle pour profiter de territoires plus vastes dans ce qui était alors une région déserte, et s'installe à Sodome. Cette ville était tristement célèbre en raison de ses habitants, des hommes s'imposant aux hommes, et on dit à ce titre qu'ils étaient haineux envers Dieu. À cette époque, les rois des peuples voisins étaient en armes, bien qu'auparavant il n'y ait pas eu de guerre entre les hommes. Mais les rois de Sodome et de Gomorrhe et des territoires adjacents sont allés se battre contre ceux qui faisaient la guerre aux régions environnantes, et le fait d'être mis en déroute dès le début a permis à la partie adverse de remporter la victoire. Puis Sodome fut pillée et mise à sac par l'ennemi victorieux, tandis que Lot fut emmené en captivité. Lorsqu'Abraham apprit cela, il arma rapidement ses serviteurs, au nombre de trois cent dix-huit, et, dépouillant leurs dépouilles et leurs armes, les rois éclatants de victoire, il les mit en fuite. Puis il fut béni par le prêtre Melchisédech et lui donna la dîme du butin. Il rendit le reste à ceux à qui il avait été pris.



Chapitre 6.


En même temps, Dieu parla à Abraham et lui promit que sa postérité serait multipliée comme le sable de la mer et qu'elle vivrait dans un pays qui n'était pas le sien, tandis que sa postérité subirait l'esclavage dans un pays hostile pendant quatre cents ans, mais qu'elle serait ensuite rendue à la liberté. Puis son nom fut changé, ainsi que celui de sa femme, par l'ajout d'une lettre ; de sorte qu'au lieu d'Abram, il s'appelait Abraham, et, au lieu de Sara, elle s'appelait Sarra. Le mystère de tout cela n'est pas anodin, mais ce n'est pas le sujet de cette œuvre d'en traiter. En même temps, la loi de la circoncision a été imposée à Abraham, et il a eu un fils appelé Ismaël par une servante. De plus, quand il eut lui-même cent ans et que sa femme en eut quatre-vingt-dix, Dieu promit qu'ils auraient un fils Isaac, le Seigneur étant venu à lui avec deux anges. Les anges étant envoyés à Sodome, ils trouvèrent Lot assis à la porte de la ville. Il les supposa être des êtres humains, les accueillit pour partager son hospitalité et leur offrit un divertissement dans sa maison, mais la jeunesse malfaisante de la ville exigeait les nouveaux arrivants à des fins impures. Lot leur proposa ses filles à la place de ses invités, mais elles n'acceptèrent pas l'offre, ayant plutôt un désir de choses interdites, et Lot lui-même fut alors saisi de vils desseins. Mais les anges le sauvèrent rapidement du danger, en faisant tomber la cécité sur les yeux de ces pécheurs peu scrupuleux. Alors Lot, informé par ses invités que la ville allait être détruite, s'en alla avec sa femme et ses filles ; mais on leur ordonna de ne pas regarder en arrière. Sa femme, cependant, n'obéissant pas à ce précepte (conformément à cette mauvaise tendance de la nature humaine qui rend difficile l'abstention des choses interdites), détourna les yeux, et on dit qu'elle fut aussitôt transformée en monument. Quant à Sodome, elle a été réduite en cendres par le feu du ciel. Et les filles de Lot, imaginant que toute la race humaine avait péri, cherchèrent à s'unir à leur père alors qu'il était enivré, et ainsi naquit la race de Moab et d'Ammon.



Chapitre 7.


Presque au même moment, alors qu'Abraham avait maintenant cent ans, son fils Isaac naquit. Alors Sara expulsa la servante par laquelle Abraham avait eu un fils ; et on dit qu'elle a habité dans le désert avec son fils, et qu'elle a été défendue par l'aide de Dieu. Peu de temps après, Dieu a mis à l'épreuve la foi d'Abraham et a exigé que son fils Isaac lui soit sacrifié par son père. Abraham n'hésita pas à l'offrir, et avait déjà déposé le jeune homme sur l'autel, et tirait l'épée pour le tuer, quand une voix vint du ciel lui ordonnant d'épargner le jeune homme ; et un bélier fut trouvé à portée de main pour servir de victime. Lorsque le sacrifice fut offert, Dieu parla à Abraham et lui promit les choses qu'il avait déjà dit qu'il accorderait. Mais Sara mourut en sa cent vingt-septième année, et son corps fut enterré à Hébron, ville des Cananéens, sous la garde de son mari, car Abraham séjournait dans ce lieu. Alors Abraham, voyant que son fils Isaac était maintenant jeune, car il était en fait dans sa quarantième année, enjoignit à son serviteur de lui chercher une femme, mais seulement de cette tribu et de ce territoire dont il était lui-même connu comme descendant. Il reçut cependant l'instruction, une fois la fille trouvée, de l'amener au pays des Cananéens, et de ne pas supposer qu'Isaac retournerait dans le pays de son père dans le but d'obtenir une femme. Afin que le serviteur puisse exécuter ces instructions avec zèle, Abraham lui fit prêter serment, tandis que sa main reposait sur la cuisse de son maître. Le serviteur se mit donc en route pour la Mésopotamie et arriva dans la ville de Nachor, le frère d'Abraham. Il entra dans la maison de Bathuel, le Syrien, fils de Nachor ; et ayant vu Rebecca, une belle vierge, fille de Nachor, il la demanda, et l'amena à son maître. Après cela, Abraham prit une femme nommée Kéthura, qui est appelée dans les Chroniques sa concubine, et engendra des enfants par elle. Mais il laissa ses biens à Isaac, le fils de Sara, tout en distribuant des cadeaux à ceux qu'il avait engendrés par ses concubines ; et ainsi ils furent séparés d'Isaac. Abraham mourut après une vie de cent soixante-quinze ans ; et son corps fut déposé dans la tombe de Sara, sa femme.



Chapitre 8.


Or, Rebecca, longtemps restée stérile, grâce aux prières incessantes de son mari au Seigneur, donna naissance à des jumeaux environ vingt ans après le moment de son mariage. On dit que ceux-ci ont souvent sauté dans le ventre de leur mère ; et il a été annoncé par la réponse du Seigneur à ce sujet, que deux peuples étaient prédits dans ces enfants, et que l'aîné serait, en rang, inférieur au cadet. Eh bien, le premier qui naquit, hérissé de cheveux, s'appelait Ésaü, tandis que Jacob était le nom donné au plus jeune. À cette époque, une grave famine avait eu lieu. Sous la pression de cette nécessité, Isaac se rendit à Gérar, auprès du roi Abimélek, ayant été averti par le Seigneur de ne pas descendre en Égypte. Là, on lui promet la possession de tout le pays, et il est béni. Ayant été grandement augmenté en bétail et en toutes sortes de biens, il est, sous l'influence de l'envie, chassé par les habitants. Ainsi expulsé de cette région, il séjourne par le puits, connu sous le nom de puits du serment. Au fur et à mesure qu'il avançait en âge et qu'il perdait la vue, alors qu'il s'apprêtait à bénir son fils Ésaü, Jacob, sur les conseils de sa mère Rebecca, se présenta pour être béni à la place de son frère. Ainsi, Jacob est placé devant son frère comme celui qui doit être honoré par les princes et les peuples. Ésaü, enragé par ces événements, complote la mort de son frère. Jacob, à cause de la peur ainsi suscitée, et sur les conseils de sa mère, s'enfuit en Mésopotamie, ayant été poussé par son père à prendre une femme de la maison de Laban, le frère de Rebecca : tant leurs soins étaient grands, alors qu'ils habitaient dans un pays étranger, que leurs enfants devaient se marier dans leur propre famille. Ainsi, on dit que Jacob, partant pour la Mésopotamie, eut une vision du Seigneur dans son sommeil ; et à ce titre, considérant le lieu de son rêve comme sacré, il en prit une pierre ; et il fit le vœu que, s'il revenait dans la prospérité, le nom de la colonne serait la maison du Seigneur, et qu'il consacrerait à Dieu la dîme de tous les biens qu'il avait acquis. Puis il se lia à Laban, le frère de sa mère, et fut aimablement reçu par lui pour partager son hospitalité en tant que fils reconnu de sa sœur.



Chapitre 9.


Laban avait deux filles, Leah et Rachel ; mais Leah avait des yeux tendres, tandis que Rachel était, dit-on, très belle. Jacob, captivé par sa beauté, brûlait d'amour pour la vierge, et, la demandant en mariage au père, se livra à une servitude de sept ans. Mais lorsque le temps fut écoulé, Léa lui fut imposée et il fut soumis à une autre servitude de sept ans, après quoi Rachel lui fut donnée. Mais on nous dit qu'elle était stérile depuis longtemps, alors que Leah était féconde. Voici les noms des fils que Jacob a eus de Léa Ruben, Syméon, Lévi, Juda, Issachar, Zabulon, et une fille Dina ; tandis que lui naquirent la servante de Léa, Gad et Aser, et la servante de Rachel, Dan et Nephthali. Mais Rachel, après avoir désespéré d'avoir une progéniture, enfanta Joseph. Puis Jacob, désireux de retourner chez son père, alors que Laban, son beau-père, lui avait donné une partie du troupeau en récompense de ses services, et Jacob, le gendre, pensant qu'il n'agissait pas avec justice dans cette affaire, alors qu'il soupçonnait [également] une tromperie de sa part, s'en alla en privé environ trente ans après son arrivée. Rachel, à l'insu de son mari, a volé les idoles de son père, et en raison de cette blessure, Laban a suivi son gendre, mais n'ayant pas trouvé ses idoles, est revenu, après s'être réconcilié, après avoir strictement chargé son gendre de ne pas prendre d'autres femmes en plus de ses filles. Puis Jacob, en poursuivant sa route, aurait eu une vision des anges et de l'armée du Seigneur. Mais, alors qu'il dirigeait son voyage en passant par la région d'Édom, que son frère Ésaü habitait, soupçonnant le caractère d'Ésaü, il envoya d'abord des messagers et des cadeaux pour le mettre à l'épreuve. Puis il alla à la rencontre de son frère, mais Jacob prit soin de ne pas lui faire confiance au-delà de ce qu'il pouvait aider. La veille du jour où les frères devaient se rencontrer, on dit que Dieu, prenant une forme humaine, a lutté avec Jacob. Et lorsqu'il avait vaincu Dieu, il n'ignorait pas encore que son adversaire n'était pas un simple mortel ; et il supplia donc d'être béni par lui. Puis son nom a été changé par Dieu, de sorte que de Jacob, il s'est appelé Israël. Mais lorsqu'il demanda à son tour à Dieu le nom de Dieu, on lui répondit qu'il ne fallait pas le demander, car c'était merveilleux. De plus, à cause de cette lutte, la largeur de la cuisse de Jacob diminua.



Chapitre 10.


Israël, évitant la maison de son frère, envoya donc sa compagnie à Salem, une ville des Sichemites, et là il planta sa tente sur un emplacement qu'il avait acheté. Emor, prince de Chorée, était le chef de cette ville. Son fils Sychem souilla Dinah, la fille de Jacob par Léa. Syméon et Lévi, les frères de Dina, le découvrant, coupèrent par un stratagème tous ceux du sexe masculin dans la ville, et vengeaient ainsi terriblement le mal fait à leur sœur. La ville fut pillée par les fils de Jacob, et tout le butin fut emporté. Jacob aurait été très mécontent de cette procédure. Peu après avoir été instruit par Dieu, il se rendit à Béthel, où il érigea un autel à Dieu. Puis il installa sa tente dans une partie du territoire appartenant à la tour Gader. Rachel mourut en couches : le garçon qu'elle portait s'appelait Benjamin. Israël mourut à l'âge de cent quatre-vingts ans. Ésaü était riche et avait pris des femmes de la nation cananéenne. Je ne pense pas que, dans un ouvrage aussi concis que le présent, je sois appelé à mentionner ses descendants, et, si quelqu'un est curieux sur le sujet, il peut se tourner vers l'original. Après la mort de son père, Jacob est resté à l'endroit où Isaac avait vécu. Ses autres fils le quittaient parfois avec les troupeaux, pour faire paître les animaux, mais Joseph et le petit Benjamin restaient à la maison. Joseph était très aimé de son père, et à ce titre, il était détesté par ses frères. Leur aversion était d'autant plus grande que ses rêves fréquents semblaient indiquer qu'il serait plus grand qu'eux tous. En conséquence, ayant été envoyé par son père pour inspecter les troupeaux et rendre visite à ses frères, il leur semblait que c'était l'occasion rêvée de lui faire du mal. En effet, en voyant leur frère, ils ont pris conseil pour le tuer. Mais Ruben, dont l'esprit frissonnait à l'idée d'un tel crime, s'opposant à leur plan, Joseph fut laissé tomber dans un puits. Par la suite, grâce aux persuasions de Juda, ils furent amenés à des mesures plus douces, et le vendirent à des marchands, qui étaient en route pour l'Égypte. Et par eux, il fut livré à Pétifra, un gouverneur de Pharaon.



Chapitre 11.


Vers cette même époque, Juda, fils de Jacob, prit en mariage Sava, une femme de Canaan. Par elle, il eut trois fils : Elle, Onan et Séla. Elle était alliée à Thamar par concubinage. À sa mort, Onan prit la femme de son frère ; et il est apparenté à celui qui fut détruit par Dieu, parce qu'il avait répandu sa semence sur la terre. Alors Thamar, prenant l'habit de prostituée, s'unit à son beau-frère, et lui donna deux fils. Mais lorsqu'elle les a mis au monde, il y a eu ce fait remarquable, à savoir que, lorsque sur l'un des garçons en train de naître, la sage-femme lui avait lié la main avec un fil écarlate pour indiquer lequel d'entre eux était né le premier, lui, se retirant à nouveau dans le ventre de sa mère, est né le dernier des deux. Les noms de Fares et Zarah ont été donnés aux enfants. Mais Joseph, aimablement traité par le gouverneur royal qui l'avait obtenu pour une somme d'argent, et ayant été nommé gérant de sa maison et de sa famille, avait attiré les regards de la femme de son maître sur lui par sa remarquable beauté. Et comme elle était en proie à cette passion vile, elle lui fit des avances plus d'une fois, et quand il ne voulait pas céder à ses désirs, elle le déshonorait en lui imputant un faux crime, et se plaignait à son mari qu'il avait fait une tentative sur sa vertu. En conséquence, Joseph fut jeté en prison. Dans le même lieu de détention se trouvaient deux des serviteurs du roi, qui firent part de leurs rêves à Joseph, et celui-ci, les interprétant comme porteurs d'avenir, déclara que l'un d'eux serait mis à mort, et l'autre gracié. Et c'est ainsi que cela se passa. Eh bien, après deux ans, le roi a lui aussi fait un rêve. Et lorsque cela ne pouvait pas être expliqué par les sages parmi les Égyptiens, ce serviteur du roi qui a été libéré de prison informe le roi que Joseph était un merveilleux interprète des rêves. En conséquence, Joseph est sorti de prison, et a interprété au roi son rêve, à cet effet, que, pendant les sept années suivantes, il y aurait la plus grande fertilité dans le pays ; mais dans celles qui ont suivi, la famine. Le roi, alarmé par cette terreur, et voyant qu'il y avait un esprit divin en Joseph, le plaça au-dessus du département de l'approvisionnement alimentaire et le rendit égal à lui-même dans le gouvernement. Puis Joseph, alors que le grain était abondant dans toute l'Égypte, rassembla une quantité immense, et, en augmentant le nombre de greniers, prit des mesures contre la future famine. À cette époque, l'espoir et la sécurité de l'Égypte étaient placés en lui seul. Vers la même période, Aseneh lui donna deux fils, Manassé et Ephraïm. Lui-même, lorsqu'il reçut le pouvoir principal du roi, avait trente ans ; car il fut vendu par ses frères à l'âge de dix-sept ans.



Chapitre 12.


Pendant ce temps, les affaires ayant été bien réglées en Egypte pour faire face à la famine, une grave pénurie de céréales commença à affliger le monde. Jacob, contraint par cette nécessité, envoya ses fils en Égypte, ne gardant que Benjamin avec lui à la maison. Joseph étant alors à la tête des affaires, et ayant un pouvoir complet sur les approvisionnements en grains, ses frères viennent le voir, et lui rendent le même honneur qu'à un roi. Lorsqu'il les voit, il cache habilement sa reconnaissance à leur égard et les accuse d'être venus en ennemis, subtilement pour espionner le pays. Mais il fut contrarié de ne pas voir parmi eux son frère Benjamin. On en vient donc à la conclusion qu'ils ont promis sa présence, notamment pour qu'on lui demande s'ils sont entrés en Égypte dans le but d'espionner le pays. Afin de garantir l'accomplissement de cette promesse, Syméon fut retenu en otage, tandis qu'on leur donnait librement du grain. Ils revinrent donc avec Benjamin, comme cela avait été convenu. Joseph se fit alors connaître de ses frères, à la honte de ces malheureux déserteurs. Ainsi, il les renvoya chez eux, chargés de grain, et leur offrit de nombreux cadeaux, les avertissant qu'il y avait encore cinq ans de famine à venir, et leur conseillant de descendre avec leur père, leurs enfants et tous leurs liens avec l'Égypte. Jacob descendit donc en Égypte, à la grande joie des Égyptiens et du roi lui-même, tandis qu'il était accueilli avec tendresse par son fils. Cela eut lieu en la cent trentième année de la vie de Jacob, et mille trois cent soixante ans après le déluge. Mais depuis le moment où Abraham s'installa au pays des Cananéens jusqu'à celui où Jacob entra en Égypte, il y a deux cent quinze ans. Après cela, Jacob, en la dix-septième année de sa résidence en Égypte, souffrant gravement d'une maladie, supplia Joseph de placer sa dépouille dans le tombeau. Puis Joseph présenta ses fils pour qu'ils soient bénis ; et lorsque cela fut fait, mais de manière à ce que le plus jeune soit placé avant l'aîné quant à la valeur de la bénédiction donnée, Jacob bénit alors tous ses fils dans l'ordre. Il mourut à l'âge de cent quarante-sept ans. Ses funérailles furent d'un caractère très imposant, et Joseph déposa sa dépouille dans la tombe de ses pères. Il continua à traiter ses frères avec gentillesse, même si, après la mort de leur père, ils se sentirent alarmés par la conscience du mal qu'ils avaient fait. Joseph lui-même mourut dans sa cent dixième année.



Chapitre 13.


Il est presque incroyable de raconter comment les Hébreux qui étaient descendus en Égypte si tôt augmentèrent en nombre, et remplirent l'Égypte de leurs nombreux descendants. Mais à la mort du roi, qui les a aimablement chéris pour les services de Joseph, ils ont été repoussés par le gouvernement des rois qui leur ont succédé. En effet, les deux rois se sont chargés de la lourde tâche de construire des villes, et parce qu'ils craignaient de devoir un jour assurer leur indépendance par les armes, ils ont été contraints par un édit royal de noyer leurs enfants mâles nouvellement nés. Et aucune permission ne leur fut accordée pour se soustraire à cet ordre cruel. À cette époque, la fille du pharaon trouva un enfant dans la rivière et le fit élever comme son propre fils, en lui donnant le nom de Moïse. Ce Moïse, lorsqu'il fut devenu homme, vit un Hébreu se faire agresser par un Égyptien ; et, rempli de tristesse à cette vue, il délivra son frère de ses blessures, et tua l'Égyptien avec une pierre. Peu après, craignant d'être puni pour ses actes, il s'enfuit au pays de Madian et, s'installant chez Jothor, le prêtre de ce district, il reçut en mariage sa fille Sepphora, qui lui donna deux fils, Gersam et Éliézer. À cette époque vivait Job, qui avait acquis à la fois la connaissance de Dieu et toute la justice simplement par la loi de la nature. Il était extrêmement riche, et à ce titre d'autant plus illustre, qu'il n'était ni corrompu par cette richesse tant qu'elle restait entière, ni perverti par elle lorsqu'elle était perdue. Car, lorsque, par l'intermédiaire du diable, il fut dépouillé de ses biens, privé de ses enfants, et enfin recouvert dans sa propre personne de terribles furoncles, il ne put être décomposé, de sorte que, par l'impatience de ses souffrances, il ne put en aucune façon commettre de péché. Il obtint finalement la récompense de l'approbation divine et, ayant recouvré la santé, il retrouva le double de tout ce qu'il avait perdu.



Chapitre 14.


Mais les Hébreux, opprimés par les maux multipliés de l'esclavage, dirigeaient leurs plaintes vers le ciel, et chérissaient l'espoir d'une assistance de Dieu. Puis, alors que Moïse faisait paître ses brebis, un buisson lui apparut soudain brûlant, mais, ce qui était surprenant, les flammes ne lui firent aucun mal. Étonné par ce spectacle extraordinaire, il s'approcha du buisson, et aussitôt Dieu lui parla en ces termes : il était le Seigneur d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, et il désirait que leurs descendants, qui avaient été maintenus sous la tyrannie des Égyptiens, soient délivrés de leurs souffrances, et qu'il aille donc voir le roi d'Égypte, et se présente comme un chef pour les ramener à la liberté. Lorsqu'il hésita, Dieu le fortifia par sa puissance et lui donna le don de faire des miracles. Ainsi, Moïse, se rendant en Égypte, après avoir d'abord fait des miracles en présence de son propre peuple, et après avoir associé son frère Aaron avec lui, alla voir le roi, déclarant qu'il avait été envoyé par Dieu, et qu'il lui disait maintenant, selon les paroles de Dieu, de laisser partir le peuple hébreu. Mais le roi, affirmant qu'il ne connaissait pas le Seigneur, refusa d'obéir à l'ordre qui lui était adressé. Et lorsque Moïse, pour prouver que les ordres qu'il avait donnés venaient de Dieu, changea son bâton en serpent et, peu après, convertit toute l'eau en sang, tandis qu'il remplissait tout le pays de grenouilles, comme les Chaldéens faisaient des choses semblables, le roi déclara que les merveilles accomplies par Moïse étaient simplement dues aux arts de la magie, et non à la puissance de Dieu, jusqu'à ce que le pays soit couvert d'insectes urticants apportés sur lui, lorsque les Chaldéens confessèrent que cela avait été fait par la majesté divine. Alors le roi, contraint par ses souffrances, appela Moïse et Aaron, et donna au peuple la liberté de partir, à condition que la calamité apportée sur le royaume soit supprimée. Mais, une fois les souffrances terminées, son esprit, n'ayant aucun contrôle sur lui-même, retourna à son ancien état, et ne permit pas aux Israélites de partir, comme cela avait été convenu. Mais finalement, il fut brisé et vaincu par les dix fléaux qui furent envoyés sur sa personne et son royaume.



Chapitre 15.


Mais la veille de la sortie d'Égypte, le peuple, qui ne connaissait pas encore les dates, reçut l'ordre de Dieu de reconnaître le mois qui passait alors comme le premier de tous les mois, et on lui dit que le sacrifice du jour devait être offert solennellement et régulièrement dans les âges à venir, de sorte que, le quatorzième jour du mois, un agneau sans défaut, âgé d'un an, soit tué comme victime, et que les poteaux des portes soient aspergés de son sang ; que sa chair soit entièrement mangée, mais qu'aucun de ses os ne soit brisé ; qu'ils s'abstiennent de ce qui a levé pendant sept jours, en n'utilisant que des pains sans levain ; et qu'ils transmettent cette observance à leur postérité. C'est ainsi que le peuple partit riche, à la fois par ses propres richesses et plus encore par le butin de l'Égypte. Leur nombre était passé de soixante-quinze Hébreux, les premiers à descendre en Égypte, à six cent mille hommes. Or, il s'était écoulé une période de quatre cent trente ans depuis le moment où Abraham atteignit pour la première fois le pays des Cananéens, mais une période de cinq cent soixante-quinze ans depuis le déluge. Eh bien, alors qu'ils partaient en hâte, une colonne de nuée le jour et une colonne de feu la nuit marchaient devant eux. Mais comme le golfe de la mer Rouge se trouvait entre les deux, le chemin mené par la terre des Philistins, afin de ne pas offrir par la suite aux Hébreux, qui se retiraient du désert, l'occasion de rentrer en Égypte par une route bien connue, par un voyage terrestre continu, sur ordre de Dieu, ils se détournèrent et se dirigèrent vers la mer Rouge, où ils s'arrêtèrent et établirent leur camp. Lorsqu'on annonça au roi que le peuple hébreu, en se trompant de route, était arrivé à avoir la mer juste devant lui, et qu'il n'avait aucun moyen de s'échapper puisque les profondeurs l'en empêcheraient, vexé et furieux que tant de milliers d'hommes échappent à son royaume et à sa puissance, il fit avancer son armée à la hâte. Et déjà les armes, les étendards et les lignes tracées dans les plaines étendues étaient visibles, lorsque, alors que les Hébreux étaient dans un état de terreur et regardaient vers le ciel, Moïse, ainsi instruit par Dieu, frappa la mer avec sa canne et la divisa. Ainsi une route fut ouverte au peuple comme sur une terre ferme, les eaux cédant des deux côtés. Le roi d'Égypte n'hésita pas non plus à suivre les Israélites en marche, car il entra dans la mer où elle s'était ouverte ; et, comme les eaux se rejoignaient rapidement, il fut détruit avec toute son armée.



Chapitre 16.


Alors Moïse, exultant pour la sécurité de son propre peuple et pour la destruction de l'ennemi, par un tel miracle, chanta un chant de louange à Dieu, et toute la multitude, hommes et femmes, y prit part. Mais, après leur entrée dans le désert et leur voyage de trois jours, le manque d'eau les angoissa et, lorsqu'elle fut trouvée, elle se révéla inutile en raison de son amertume. Alors, pour la première fois, l'obstination du peuple impatient se manifesta et éclata contre Moïse, qui, selon les instructions de Dieu, jeta du bois dans les eaux, et sa puissance fut telle qu'elle rendit le goût du liquide doux. De là, en avançant, la foule trouva à Elim douze fontaines d'eau, avec soixante-dix palmiers, et ils y campèrent. De nouveau, le peuple, se plaignant de la famine, fit des reproches à Moïse, et désira l'esclavage de l'Égypte, accompagné comme il l'était de l'abondance pour satisfaire son appétit, quand un troupeau de cailles fut divinement envoyé, et remplit le camp. D'ailleurs, le lendemain, ceux qui étaient sortis du camp ont perçu que le sol était couvert d'une sorte de cosses, dont l'aspect ressemblait à une graine de coriandre d'une blancheur neigeuse, comme on le voit souvent pendant les mois d'hiver, recouverte du givre qui s'est répandu sur la terre. Alors le peuple fut informé, par Moïse, que ce pain lui avait été envoyé par le don de Dieu ; que chacun devait en recueillir, dans des vases préparés à cet effet, la quantité suffisante pour chacun, selon son nombre, pendant un jour ; mais qu'au sixième jour, il devait en recueillir le double, car il n'était pas permis de le recueillir le jour du sabbat. Cependant, le peuple, n'étant jamais enclin à l'obéissance, n'a pas, conformément à la nature humaine, restreint ses désirs, pourvoyant dans ses magasins non seulement à l'un, mais aussi au jour suivant. Mais ce qui a été mis en réserve grouillait de vers, et son odeur fétide était épouvantable, alors que ce qui a été mis en réserve le sixième jour en vue du sabbat est resté intact. Les Hébreux utilisèrent cette nourriture pendant quarante ans ; son goût ressemblait beaucoup à celui du miel et son nom est transmis comme étant la manne. De plus, en tant que témoin permanent du don divin, Moïse est censé en avoir déposé une pleine quantité dans un vase d'or.



Chapitre 17.


Le peuple qui partit de là, et qui fut à nouveau jugé faute d'eau, ne se retint guère de détruire son chef. Alors Moïse, sous les ordres divins, frappant de sa baguette le rocher à l'endroit appelé Horeb, fit jaillir une abondante réserve d'eau. Mais lorsqu'ils arrivèrent à Raphidin, les Amalécites détruisirent un grand nombre de personnes par leurs attaques. Moïse, menant ses hommes au combat, plaça Josué à la tête de l'armée ; et, en compagnie d'Aaron et de Hur, il devait lui-même être simplement spectateur du combat, tandis qu'en même temps, pour prier le Seigneur, il montait au sommet d'une montagne. Mais lorsque les armées se sont heurtées à un problème douteux, grâce aux prières de Moïse, Josué a tué l'ennemi jusqu'à la tombée de la nuit. Au même moment, Jothor, le beau-père de Moïse, avec sa fille Sepphora (qui, ayant été mariée à Moïse, était restée à la maison lorsque son mari est parti en Égypte), et ses enfants, ayant appris les choses qui étaient faites par Moïse, sont venus à lui. Sur ses conseils, Moïse divisa le peuple en différents rangs et, en établissant des tribunes, des centurions et des décurions sur eux, il fournit ainsi un mode de discipline et d'ordre pour la postérité. Jothor retourna ensuite dans son propre pays, tandis que les Israélites se rendaient sur le mont Sinaï. Là, Moïse fut averti par le Seigneur que le peuple devait être sanctifié, puisqu'il devait écouter les paroles de Dieu ; et cela fut soigneusement veillé. Mais lorsque Dieu se reposa sur la montagne, l'air fut secoué par le bruit des trompettes, et d'épais nuages roulèrent autour avec de fréquents éclairs. Mais Moïse et Aaron étaient au sommet de la montagne, à côté de l'Éternel, tandis que le peuple se tenait au bas de la montagne. Ainsi fut donnée une loi, multiple et pleine des paroles de Dieu, et fréquemment répétée ; mais si quelqu'un désire en connaître les détails, il doit consulter l'original, car nous n'en parlons ici que brièvement. Il n'y aura pas, dit Dieu, de dieux étrangers parmi vous, mais vous m'adorerez seul ; vous ne ferez pas de temps d'idole ; vous ne prendrez pas le nom de votre Dieu en vain ; vous ne ferez pas de travaux le jour du sabbat ; vous honorerez votre père et votre mère ; vous ne tuerez pas ; vous ne commettrez pas d'adultère ; vous ne volerez pas ; vous ne porterez pas de faux témoignage contre votre prochain ; vous ne convoiterez rien qui appartienne à votre prochain.



Chapitre 18.


Ces choses étant dites par Dieu, tandis que les trompettes retentissaient, que les lampes flamboyaient et que la fumée couvrait la montagne, le peuple tremblait de terreur ; et il supplia Moïse que Dieu lui parle seul à seul, et qu'il rapporte au peuple ce qu'il avait ainsi entendu. Or, les commandements de Dieu à Moïse étaient les suivants : Un serviteur hébreu acheté avec de l'argent servira six ans, et après cela il sera libre ; mais son oreille s'ennuiera, s'il reste volontairement en esclavage. Quiconque esclave un homme sera mis à mort ; celui qui le fait involontairement sera banni en bonne et due forme. Quiconque battra son père ou sa mère, et dira du mal d'eux, sera puni de mort. Si quelqu'un vend un Hébreu volé, il sera mis à mort. Si quelqu'un frappe son propre serviteur ou sa propre servante, et qu'il meurt du coup, il sera mis à l'épreuve pour avoir agi ainsi. Si quelqu'un provoque une fausse couche à une femme, il sera mis à mort. Si quelqu'un frappe l'œil ou la dent de son serviteur, celui-ci recevra sa liberté en bonne et due forme. Si un taureau tue un homme, il sera lapidé ; et si son maître, connaissant le caractère vicieux de l'animal, n'a pas pris de précautions à son égard, il sera également lapidé, ou se rachètera par un prix aussi élevé que l'accusateur le demandera. Si un taureau tue un serviteur, une somme d'argent de trente drachmes doubles sera versée à son maître. Si quelqu'un ne couvre pas une fosse qui a été creusée, et qu'un animal tombe dans cette fosse, il doit payer le prix de l'animal à son maître. Si un taureau tue le taureau d'un autre homme, l'animal est vendu, et les deux maîtres se partagent le prix ; ils se partagent également l'animal tué. Mais si un maître, connaissant le caractère vicieux du taureau, n'a pas pris de précautions à son égard, il doit rendre le taureau. Si quelqu'un vole un veau, il en restituera cinq ; s'il vole un mouton, la peine sera quadruple ; et si les animaux sont retrouvés vivants dans les mains de celui qui les a chassés, il en restituera le double. Il est permis de tuer un voleur la nuit, mais pas un seul le jour. Si le bétail de l'un a mangé le grain de l'autre, le maître du bétail restituera ce qui a été détruit. Si un dépôt disparaît, celui entre les mains duquel il a été déposé jure qu'il ne s'est rendu coupable d'aucune tromperie. Le voleur qui est pris doit payer le double. Un animal donné en dépôt, s'il est dévoré par une bête sauvage, ne sera pas réparé. Si quelqu'un souille une vierge non encore fiancée, il donnera une dot à la jeune fille, et la prendra ainsi pour femme ; mais si le père de la jeune fille refuse de la donner en mariage, le ravisseur lui donnera une dot. Si quelqu'un s'unit à une bête, il sera mis à mort. Que périsse celui qui sacrifie aux idoles. La veuve et l'orphelin ne doivent pas être opprimés ; le pauvre débiteur ne doit pas être maltraité, ni l'usure exigée : le vêtement du pauvre ne doit pas être pris en gage. On ne doit pas parler du mal d'un chef du peuple. Tous les premiers-nés doivent être offerts à Dieu. La chair d'une bête sauvage ne doit pas être mangée. Il est interdit de conclure des accords pour porter un faux témoignage ou dans un but malveillant. Tu ne passeras pas à côté d'un animal de ton ennemi qui s'est égaré, mais tu le ramèneras. Si vous trouvez un animal de votre ennemi tombé sous un fardeau, il sera de votre devoir de le relever. Tu ne tueras pas les innocents et les justes. Tu ne justifieras pas les méchants par des récompenses. Les cadeaux ne doivent pas être acceptés. Un étranger doit être traité avec gentillesse. Le travail doit être effectué pendant six jours : le repos doit être pris le jour du sabbat. Les récoltes de la septième année ne doivent pas être récoltées, mais doivent être laissées pour les pauvres et les nécessiteux.



Chapitre 19.


Moïse rapporta ces paroles de Dieu au peuple, et plaça un autel de douze pierres au pied de la montagne. Puis il monta de nouveau sur la montagne où l'Éternel avait pris place, amenant avec lui Aaron, Nabad et soixante-dix des anciens. Mais ceux-ci ne purent pas regarder l'Éternel ; ils virent néanmoins le lieu où se tenait Dieu, dont la forme est racontée comme ayant été merveilleuse, et sa splendeur glorieuse. Or, Moïse, appelé par Dieu, entra dans la nuée intérieure qui s'était rassemblée autour de Dieu, et il est dit qu'il y resta quarante jours et quarante nuits. Pendant ce temps, il a reçu l'enseignement de Dieu sur la construction du tabernacle et de l'arche, et sur le rituel des sacrifices - des choses que je n'ai pas cru bon d'insérer dans une œuvre aussi concise que celle-ci, comme on le leur a évidemment longuement expliqué. Mais comme Moïse est resté longtemps à l'écart, puisqu'il a passé quarante jours en présence du Seigneur, le peuple, désespéré de son retour, a contraint Aaron à construire des images. Puis, de métaux qui avaient été fondus ensemble, sortit la tête d'un veau. Le peuple, sans se soucier de Dieu, ayant offert des sacrifices pour cela, et s'étant livré à la consommation, Dieu, en regardant ces choses, aurait, dans sa juste indignation, détruit le méchant peuple, si Moïse ne l'avait pas exhorté à le faire. Mais Moïse, à son retour, faisant tomber les deux tables de pierre qui avaient été écrites de la main de Dieu, et voyant le peuple voué au luxe et au sacrilège, brisa les tables, pensant que la nation n'était pas digne de se voir délivrer la loi du Seigneur. Il appela alors autour de lui les Lévites, qui avaient été assaillis de nombreuses insultes, et leur ordonna de frapper le peuple avec des épées tirées. Dans ce début, vingt-trois mille hommes auraient été tués. Alors Moïse dressa le tabernacle à l'extérieur du camp ; et, chaque fois qu'il y entrait, on observait la colonne de nuée se tenir devant la porte ; et Dieu parlait, face à face, avec Moïse. Mais lorsque Moïse demanda à voir le Seigneur dans sa majesté particulière, on lui répondit que la forme de Dieu ne pouvait pas être vue par les yeux des mortels, mais qu'il pouvait voir ses parties postérieures, et les tables que Moïse avait autrefois brisées furent reconstruites. Et l'on rapporte que Moïse, au cours de cette conférence avec Dieu, est resté quarante jours avec le Seigneur. De plus, lorsqu'il descendit de la montagne, apportant avec lui les tables, son visage brillait d'un éclat si grand que le peuple ne pouvait pas le regarder. C'est pourquoi, lorsqu'il devait leur faire connaître les commandements de Dieu, il se couvrit le visage d'un voile, et parla ainsi au peuple dans les paroles de Dieu. Dans cette partie de l'histoire, il est question du tabernacle et de la construction de ses parties intérieures. Une fois achevée, la nuée descendit d'en haut, et éclipsa tellement le tabernacle qu'elle empêcha Moïse lui-même d'y entrer. Ce sont là les principaux éléments contenus dans les deux livres de la Genèse et de l'Exode.



Chapitre 20.


Puis suit le livre du Lévitique, dans lequel sont exposés les préceptes relatifs au sacrifice ; des commandements sont également ajoutés à la loi autrefois donnée ; et presque tout est rempli d'instructions liées aux prêtres. Si quelqu'un souhaite en prendre connaissance, il obtiendra des informations plus complètes de cette source. Car, dans les limites du travail entrepris, nous ne faisons qu'effleurer l'histoire. La tribu de Lévi étant mise à part pour le sacerdoce, les autres tribus ont été comptées, et on a trouvé qu'elles comptaient six cent trois mille cinq cents personnes. Lorsque le peuple se servit de la manne pour se nourrir, comme nous l'avons raconté plus haut, même au milieu de tant et de tant de grandes bontés de Dieu, se montrant, comme toujours, ingrat, il aspira aux vierges sans valeur auxquelles il avait été habitué en Égypte. Alors le Seigneur fit entrer dans le camp une énorme provision de cailles ; et comme ils s'empressaient de les mettre en pièces, dès que leurs lèvres touchèrent la chair, elles périrent. Il y eut en effet ce jour-là une grande destruction dans le camp, si bien qu'on dit que vingt-trois mille hommes sont morts. Ainsi, le peuple fut puni par la nourriture même qu'il désirait. De là, la troupe s'avança et vint à Faran ; et Moïse fut instruit par l'Eternel que le pays était maintenant proche, dont l'Eternel leur avait promis la possession. Des espions y ayant été envoyés, ils rapportent que c'était un pays béni de toute abondance, mais que les nations étaient puissantes, et les villes fortifiées par d'immenses murailles. Lorsque cela fut connu du peuple, la crainte s'empara de l'esprit de tous ; et ils arrivèrent à un tel degré de méchanceté que, méprisant l'autorité de Moïse, ils se préparèrent à se désigner un chef, sous la direction duquel ils pourraient retourner en Égypte. Alors Josué et Caleb, qui avaient été du nombre des espions, déchirèrent leurs vêtements avec larmes, et implorèrent le peuple de ne pas croire les espions qui racontaient de telles terreurs ; car eux-mêmes avaient été avec eux, et n'avaient rien trouvé d'épouvantable dans ce pays ; et qu'il leur incombait de se fier aux promesses de Dieu, que ces ennemis préféreraient devenir leur proie plutôt que de prouver leur destruction. Mais cette race au cou raide, s'opposant à tout bon conseil, se précipita sur eux pour les détruire. Et le Seigneur, irrité par ces choses, exposa une partie du peuple à être tuée par l'ennemi, tandis que les espions étaient tués pour avoir excité la peur parmi le peuple.



Chapitre 21.


Il s'ensuivit la révolte de ceux qui, avec Dathan et Abiron comme chefs, s'efforcèrent de s'élever contre Moïse et Aaron ; mais la terre, s'ouvrant, les engloutit vivants. Peu de temps après, une révolte de tout le peuple s'éleva contre Moïse et Aaron, de sorte qu'ils se précipitèrent dans le tabernacle, où il n'était permis à personne d'entrer, sauf aux prêtres. Alors la mort les faucha vraiment en tas ; et tous auraient péri en un instant, si le Seigneur, apaisé par les prières de Moïse, n'avait détourné le désastre. Néanmoins, le nombre de ceux qui furent tués s'élevait à sept cent quatorze mille. Et peu de temps après, comme cela s'était déjà souvent produit, une révolte du peuple se produisit à cause du manque d'eau. Alors Moïse, chargé par Dieu de frapper le rocher avec son bâton, avec une sorte d'épreuve qui lui était nouvelle, puisqu'il l'avait déjà fait auparavant, frappa le rocher une fois de plus, et ainsi l'eau s'écoula. Mais jusqu'à présent, on dit que Moïse a été réprimandé par Dieu, que, faute de foi, il n'a fait sortir l'eau que par des coups répétés ; en fait, à cause de cette transgression, il n'est pas entré dans le pays qui lui avait été promis, comme je le montrerai plus loin. Moïse, donc, s'éloignant de ce lieu, alors qu'il s'apprêtait à conduire sa compagnie aux frontières d'Édom, envoya des ambassadeurs auprès du roi pour demander la liberté de passer ; car il estimait juste de s'abstenir de faire la guerre à cause du lien du sang ; car cette nation descendait d'Ésaü. Mais le roi méprisait les fournisseurs et leur refusait la liberté de passer, étant prêt à combattre par les armes. Alors Moïse dirigea sa marche vers la montagne, d'or, en se tenant à l'écart de la route interdite, afin de ne pas fournir de cause de guerre entre ceux liés par le sang, et sur cette route il détruisit le roi de la nation des Cananéens. Il battit également Seon, roi des Amorites, et s'empara de toutes leurs villes : il conquit aussi Basan et Balac. Il installa son camp au-delà du Jourdain, non loin de Jéricho. Puis une bataille eut lieu contre les Madianites, et ils furent conquis et soumis. Moïse mourut, après avoir dirigé le peuple pendant quarante ans dans le désert. Mais on dit que les Hébreux sont restés dans le désert pendant si longtemps, dans cette optique, jusqu'à ce que tous ceux qui n'avaient pas cru aux paroles de Dieu aient péri. Car, à l'exception de Josué et de Caleb, aucun de ceux qui avaient plus de vingt ans à leur sortie d'Égypte n'a passé le Jourdain. Que Moïse lui-même n'ait vu que la terre promise, et ne l'ait pas atteinte, est attribué à son péché, car, à l'époque où il avait reçu l'ordre de frapper le rocher et de faire jaillir de l'eau, il doutait, même après tant de preuves de sa puissance miraculeuse. Il mourut en la cent vingtième année de son âge. On ne sait rien sur le lieu de sa sépulture.



Chapitre 22.


Après la mort de Moïse, le pouvoir principal passa entre les mains de Josué le fils de Nun, car Moïse l'avait désigné comme son successeur, étant un homme très semblable à lui par les bonnes qualités dont il faisait preuve. Au début de son règne, il envoya des messagers à travers le camp pour ordonner au peuple de préparer des provisions de céréales et annonça qu'ils devaient marcher le troisième jour. Mais le Jourdain, un fleuve très puissant, les empêchait de traverser, car ils n'avaient pas de bateaux de ravitaillement pour l'occasion, et le fleuve ne pouvait pas être traversé à gué, car il se précipitait alors en pleine crue. Il ordonne donc que l'arche soit portée par les prêtres, et qu'ils prennent position contre le courant du fleuve. Ce faisant, la Jordanie aurait été divisée et l'armée aurait été conduite sur un terrain sec. Il y avait en ces lieux une ville appelée Jéricho, fortifiée par des murs très solides, et pas facile à prendre, que ce soit par la tempête ou le blocus. Mais Josué, mettant sa confiance en Dieu, n'a pas attaqué la ville ni par les armes ni par la force ; il a simplement ordonné que l'arche de Dieu soit portée autour des murs, pendant que les prêtres marchaient devant l'arche et faisaient sonner les trompettes. Mais lorsque l'arche a été portée sept fois, les murs et les tours sont tombés, et la ville a été pillée et brûlée. On dit alors que Josué s'est adressé à l'Éternel, et qu'il a lancé une malédiction sur quiconque tenterait de restaurer la ville qui avait ainsi été démolie par l'aide divine. Ensuite, l'armée fut menée contre Geth, et une embuscade ayant été placée derrière la ville, Josué, feignant la peur, s'enfuit devant l'ennemi. En voyant cela, ceux qui étaient dans la ville, ouvrant les portes, commencèrent à presser l'ennemi à céder. Ainsi, les hommes qui étaient en embuscade prirent la ville, et tous les habitants furent tués, sans qu'aucun ne s'échappe : le roi aussi fut pris, et subit la peine capitale.



Chapitre 23.


Lorsque les rois des nations voisines apprirent cela, ils conclurent une alliance guerrière pour abattre les Hébreux par les armes. Mais les Gibéonites, une nation puissante avec une ville riche, cédèrent spontanément aux Hébreux, promettant de faire ce qui leur était ordonné, et furent reçus sous protection, tandis qu'on leur disait d'apporter du bois et de l'eau. Mais leur reddition avait suscité le ressentiment des rois des villes les plus proches. En conséquence, en remontant leurs troupes, ils entourent d'un blocus leur ville, qui s'appelle Gabaoth. Les citadins, donc, dans leur détresse, envoient des messagers à Josué, pour qu'il les aide dans leur état de siège. En conséquence, celui-ci, par une marche forcée, s'est heurté à l'ennemi à l'improviste, et plusieurs milliers d'entre eux ont été complètement détruits. Lorsque le jour manqua aux vainqueurs, et qu'il semblait que la nuit apporterait une protection aux vaincus, le général hébreu, par la puissance de sa foi, repoussa la nuit, et le jour continua, de sorte qu'il n'y avait aucun moyen d'échapper à l'ennemi. Cinq rois qui furent pris subirent la mort. Par la même attaque, les villes voisines furent également placées sous le pouvoir de Josué, et leurs rois furent coupés. Mais comme il n'était pas dans mes intentions, aussi studieuses que brèves, de suivre toutes ces choses dans l'ordre, je me contente d'observer attentivement que vingt-neuf royaumes furent mis sous le joug des Hébreux, et que leur territoire fut réparti entre onze tribus, homme après homme. Car aux Lévites, qui avaient été mis à part pour le sacerdoce, aucune part ne fut donnée, afin qu'ils servent Dieu plus librement. Je ne veux pas, en silence, passer sous silence l'exemple ainsi donné, mais je le mettrai sérieusement en avant, aussi digne d'être lu par les ministres de l'Eglise. Car ceux-ci me semblent non seulement ne pas avoir conscience de ce précepte, mais même l'ignorer totalement - une telle soif de possession s'est emparée, à notre époque, comme d'une maladie incurable, de leur esprit. Ils s'en prennent aux possessions, ils cultivent des domaines, ils se reposent sur l'or, ils achètent et vendent, ils étudient le gain par tous les moyens possibles. Et même si certains d'entre eux semblent avoir un meilleur but dans la vie, ne possédant ni ne faisant de commerce, restant (ce qui est bien plus scandaleux) inactifs, ils cherchent des cadeaux, et ont corrompu toute la gloire de la vie par leurs dispositions mercenaires, tout en présentant une apparence de sainteté, comme si même cela pouvait être une source de gain. Mais je suis allé plus loin que je ne l'avais prévu dans l'expression de ma répugnance et de mon dégoût pour le caractère de notre époque ; et je m'empresse de revenir sur le sujet en question. Le territoire vaincu, donc, comme je l'ai déjà dit, ayant été divisé entre les tribus, les Hébreux jouissaient d'une paix profonde ; leurs voisins, étant terrifiés par la guerre, ne s'aventuraient pas à tenter des hostilités contre ceux qui se distinguaient par tant de victoires. À la même époque, Josué est mort en la cent dixième année de son âge. Je n'exprime aucune opinion précise quant à la durée de son règne : l'opinion dominante, cependant, est qu'il a été à la tête des affaires hébraïques pendant vingt-sept ans. Si tel était le cas, trois mille huit cent quatre-vingt-quatre ans se seraient écoulés depuis le début du monde jusqu'à sa mort.



Chapitre 24.


Après la mort de Josué, le peuple a agi sans chef. Mais la nécessité de faire la guerre aux Cananéens s'étant fait sentir, Juda fut nommé général de la guerre. Sous sa direction, les choses se déroulèrent avec succès : la plus grande tranquillité régnait tant à l'intérieur qu'à l'extérieur : le peuple régnait sur les nations qui avaient été soumises ou reçues en échange de la reddition. Puis, comme cela arrive presque toujours en période de prospérité, devenant insensible à la morale et à la discipline, ils commencèrent à contracter des mariages parmi les conquis, et à adopter des coutumes étrangères, oui, même de manière sacrilège pour offrir des sacrifices aux idoles : tant toute alliance avec des étrangers est pernicieuse. Dieu, prévoyant ces choses bien avant, avait, par un précepte salutaire, enjoint aux Hébreux de livrer les nations conquises à la destruction totale. Mais le peuple, par soif de pouvoir, a préféré (à sa propre ruine) régner sur ceux qui étaient conquis. En conséquence, lorsque, abandonnant Dieu, ils adorèrent des idoles, ils furent privés de l'assistance divine et, étant vaincus et soumis par le roi de Mésopotamie, ils payèrent la peine de huit ans de captivité, jusqu'à ce que, avec Gothoniel comme chef, ils soient restaurés en liberté et jouissent de l'indépendance pendant cinquante ans. Puis, corrompus par l'effet maléfique d'une paix prolongée, ils commencèrent à sacrifier aux idoles. Et rapidement, le châtiment s'est abattu sur eux, les faisant ainsi pécher. Conquis par Églon, roi des Moabites, ils lui servirent dix-huit ans, jusqu'à ce que, par une impulsion divine, Aod tue le roi des ennemis par un stratagème, et, rassemblant une armée précipitée, les rétablisse dans la liberté par la force des armes. Le même homme a dirigé les Hébreux en paix pendant quarante ans. Semigar lui réussit et, en s'engageant dans la bataille contre les Philistins, il s'assura une victoire décisive. Mais une fois de plus, le roi des Cananéens, Jabin de son nom, soumit les Hébreux qui servaient à nouveau des idoles, et exerça sur eux une tyrannie sévère pendant vingt ans, jusqu'à ce que Déborah, une femme, les rétablisse dans leur état antérieur. Ils avaient à ce point perdu confiance en leurs généraux qu'ils étaient désormais protégés par une femme. Mais il est intéressant de noter que cette forme de délivrance a été organisée à l'avance, comme une sorte d'Église, par l'aide de laquelle la captivité du diable est échappée. Les Hébreux ont été quarante ans sous ce chef ou ce juge. Et étant à nouveau livrés aux Madianites pour leurs péchés, ils étaient maintenus sous un régime sévère ; et, étant affligés par les maux de l'esclavage, ils imploraient l'aide divine. Ainsi, toujours dans la prospérité, ils ne se souciaient pas des bienfaits du ciel et priaient les idoles ; mais dans l'adversité, ils criaient à Dieu. C'est pourquoi, aussi souvent que je me souvienne, ces gens qui étaient tenus à tant d'obligations envers la bonté de Dieu, qui ont été châtiés par tant de désastres lorsqu'ils ont péché et qui ont fait l'expérience de la miséricorde et de la sévérité de Dieu, n'ont pourtant pas été rendus meilleurs, et que, bien qu'ils aient toujours obtenu le pardon de leurs transgressions, ils ont pourtant constamment péché à nouveau après avoir été pardonnés, il ne peut rien paraître de merveilleux que le Christ, lorsqu'il est venu, n'ait pas été reçu par eux, puisque déjà, dès le début, ils se sont trouvés si souvent en révolte contre le Seigneur. Il est en fait bien plus merveilleux que la clémence de Dieu ne leur ait jamais fait défaut lorsqu'ils péchaient, si seulement ils invoquaient son nom.



Chapitre 25.


En conséquence, lorsque les Madianites, comme nous l'avons raconté plus haut, ont régné sur eux, ils se sont tournés vers le Seigneur, implorant sa tendre miséricorde gagnée, et l'ont obtenue. Il y avait alors parmi les Hébreux un Gédéon de nom, un homme juste qui était cher et acceptable pour Dieu. L'ange se tenait à ses côtés alors qu'il revenait des champs de moisson et lui disait : "Le Seigneur est avec toi, puissant homme de valeur. Mais il se plaignit d'une voix humble que l'Éternel n'était pas avec lui, parce que la captivité pressait sur son peuple, et il se souvint avec larmes des miracles accomplis par l'Éternel, qui les avait fait sortir du pays d'Égypte. Alors l'ange dit : Va, dans cet esprit dans lequel tu as parlé, et délivre le peuple de la captivité. Mais il déclara qu'il ne pouvait pas, avec ses faibles forces, puisqu'il était un homme de très petite importance, entreprendre une tâche aussi lourde. L'ange, cependant, persista à l'exhorter à ne pas douter que les choses que le Seigneur avait dites pouvaient être faites. Alors, après avoir offert un sacrifice et renversé l'autel que les Madianites avaient consacré à l'image de Baal, il se rendit chez les siens et installa son camp près du camp de l'ennemi. Mais la nation des Amalécites s'était également jointe aux Madianites, tandis que Gédéon n'avait pas rassemblé plus d'une armée de trente-deux mille hommes. Mais avant que la bataille ne commence, Dieu lui dit que ce nombre était supérieur à ce qu'il souhaitait pour mener le conflit ; que, s'il en utilisait autant, les Hébreux, conformément à leur méchanceté habituelle, attribueraient le résultat du combat, non pas à Dieu, mais à leur propre bravoure ; il devait donc fournir une occasion de partir à ceux qui le désiraient. Lorsque cela fut connu du peuple, vingt-deux mille personnes quittèrent le camp. Mais sur les dix mille qui étaient restés, Gédéon, selon les instructions de Dieu, n'en conserva pas plus de trois cents : le reste, il le renvoya du champ de bataille. Ainsi, entrant dans le camp de l'ennemi au milieu de la nuit, et ayant ordonné à tous ses hommes de sonner des trompettes, il sema une grande terreur chez l'ennemi ; et personne n'eut le courage de résister ; mais ils s'enfuirent dans une fuite honteuse partout où ils le purent. Les Hébreux, cependant, les rencontrant dans toutes les directions, mirent les fugitifs en pièces. Gideon poursuivit les rois au-delà de la Jordanie et, après les avoir capturés, les livra à la mort. Au cours de cette bataille, on dit que cent vingt mille ennemis ont été tués et quinze mille capturés. Puis, par consentement universel, une proposition fut faite à Gédéon pour qu'il soit roi du peuple. Mais il rejeta cette proposition, et préféra vivre à égalité avec ses concitoyens plutôt que d'être leur chef. Ayant donc échappé à leur captivité, qui avait pesé sur le peuple pendant sept ans, ils jouissent maintenant de la paix pour une période de quarante ans.



Chapitre 26.


Mais à la mort de Gédéon, son fils Abimélek, dont la mère était une concubine, ayant tué ses frères avec l'accord d'une multitude de méchants, et surtout avec l'aide des chefs des Schéchémites, prit possession du royaume. Et lui, harcelé par les troubles civils, alors qu'il pressait son peuple par la guerre, tenta de prendre d'assaut une certaine tour dans laquelle, après avoir perdu la ville, il s'était engouffré par la fuite. Mais, alors qu'il s'approchait de l'endroit sans précaution suffisante, il fut tué par une pierre qu'une femme avait jetée, après avoir détenu le gouvernement pendant trois ans. À lui succéda Thola, qui régna deux ans et vingt ans. Après lui vint Jaïr ; et après qu'il eut tenu la place principale pendant une période similaire de vingt-deux ans, le peuple, abandonnant Dieu, se livra aux idoles. À cause de cela, les Israélites furent soumis par les Philistins et les Ammonites, et restèrent sous leur pouvoir pendant dix-huit ans. À la fin de cette période, ils commencèrent à invoquer Dieu ; mais la réponse divine à leur égard fut qu'ils devaient plutôt invoquer l'aide de leurs images, car il n'étendrait plus sa miséricorde à ceux qui avaient été si ingrats. Mais ils confessèrent leur faute avec des larmes et implorèrent le pardon, tandis qu'en jetant leurs idoles et en invoquant Dieu avec ardeur, ils obtinrent la compassion divine, bien qu'elle ait été refusée au début. Ainsi, sous le commandement de Jephté, ils se rassemblèrent en grand nombre pour recouvrer leur liberté par les armes. Ils envoyèrent d'abord des ambassadeurs auprès du roi Ammon, le suppliant de ne pas leur faire la guerre, content de son propre territoire. Mais, loin de décliner la bataille, il a aussitôt constitué son armée. Puis, avant que le signal de la bataille ne soit donné, Jephté aurait juré que, s'il obtenait la victoire, la personne qui le rencontrerait pour la première fois à son retour serait offerte à Dieu en sacrifice. En conséquence, lorsque l'ennemi fut vaincu, alors que Jephtha rentrait chez lui, sa fille le rencontra, après être partie joyeusement avec des tambours et des danses pour recevoir son père en tant que conquérant. Alors Jephté, accablé de chagrin, déchira ses vêtements dans son affliction et fit connaître à sa fille la stricte obligation de son vœu. Mais, avec un courage qu'on ne peut attendre d'une femme, elle ne refusa pas de mourir ; elle supplia seulement que sa vie soit épargnée pendant deux mois, qu'elle puisse, avant de mourir, avoir la possibilité de voir les amis de son âge. Cela étant fait, elle retourna volontiers auprès de son père et accomplit le vœu qu'elle avait fait à Dieu. Jephtha détient le pouvoir principal pendant six ans. Esebon lui succéda, et après avoir régné en toute tranquillité pendant sept ans, il mourut. Après lui, Elon le Zébulonite a régné pendant dix ans, et Abdon aussi pendant huit ans ; mais, comme leur règne était pacifique, ils n'ont rien fait que l'histoire puisse enregistrer.



Chapitre 27.


Les Israélites se tournèrent une fois de plus vers les idoles ; et, privés de la protection divine, ils furent soumis par les Philistins, et payèrent la peine de leur infidélité par quarante ans de captivité. A cette époque, Samson est apparenté à la naissance. Sa mère, après avoir été longtemps stérile, eut la vision d'un ange, et on lui dit de s'abstenir de vin, de boissons fortes et de tout ce qui est impur, afin de donner naissance à un fils qui serait le restaurateur de la liberté des Israélites et leur vengeur contre leurs ennemis. On dit qu'il était doté d'une force merveilleuse, à tel point qu'il mit en pièces de ses mains un lion qui le rencontrait sur son chemin. Il avait une femme des Philistins, et lorsqu'elle, en l'absence de son mari, avait contracté un mariage avec un autre, il, par indignation à cause du fait que sa femme lui avait ainsi été enlevée, a causé la destruction de sa nation. Croyant en Dieu et en sa propre force, il a ouvertement apporté le désastre à ceux qui étaient jusqu'alors vainqueurs. Car, attrapant trois cents renards, il leur attacha des torches enflammées à la queue et les envoya dans les champs de l'ennemi. Il arriva qu'au moment où la récolte était mûre, et donc que le feu se prit facilement, tandis que les vignes et les oliviers furent réduits en cendres. Il est donc considéré comme ayant vengé la blessure qu'il a subie en emmenant sa femme, par une grande perte infligée aux Philistins. Et ceux-ci, furieux de ce désastre, détruisirent par le feu la femme qui avait été la cause d'une si grande calamité, ainsi que sa maison et son père. Mais Samson, se croyant encore mal vengé, cessa de harceler la race païenne avec toutes sortes d'artifices maléfiques. Les Juifs, y étant contraints, le livrèrent comme prisonnier aux Philistins ; mais, lorsqu'il fut ainsi livré, il rompit ses liens et saisit la mâchoire d'un âne, que le hasard lui offrit comme arme, il tua un millier de ses ennemis. Et, comme la chaleur du jour devenait violente et qu'il commençait à souffrir de la soif, il invoqua Dieu, et de l'eau jaillit de l'os qu'il tenait dans sa main.



Chapitre 28.


En ce temps-là, Samson régnait sur les Hébreux, les Philistins ayant été subjugués par les prouesses d'un seul individu. Ils ont donc cherché sa vie par stratagème, n'osant pas l'agresser ouvertement, et dans cette optique, ils ont soudoyé sa femme (qu'il avait reçue après que ce qui a été dit ait eu lieu) pour la trahir où se trouvait la force de son mari. Elle l'attaqua avec des flatteries féminines ; et, après qu'il l'eut trompée, et qu'il eut longtemps repoussé son but, elle le persuada de lui dire que sa force se trouvait dans ses cheveux. Actuellement, elle lui coupe furtivement les cheveux pendant qu'il dort et le livre ainsi aux Philistins, car bien qu'il leur ait souvent été livré auparavant, ils n'ont pas réussi à le retenir. Puis, après lui avoir arraché les yeux, ils l'ont lié avec des chaînes et l'ont jeté en prison. Mais, au fil du temps, ses cheveux coupés recommencèrent à pousser et sa force à revenir avec eux. Et maintenant, Samson, conscient de sa force retrouvée, n'attendait plus que l'occasion d'une juste vengeance. Les jours de fête, les philistins avaient l'habitude de produire Samson comme s'il s'agissait d'un spectacle public, tandis qu'ils se moquaient de leur illustre prisonnier. En conséquence, un certain jour, alors qu'ils faisaient un festin en l'honneur de leur idole, ils ordonnaient que Samson soit exposé. Or, le temple, dans lequel tout le peuple et tous les princes des Philistins festoyaient, reposait sur deux piliers de taille remarquable ; et Samson, une fois sorti, était placé entre ces piliers. Puis, ayant d'abord invoqué le Seigneur, il saisit l'occasion et jeta les piliers. Toute la foule fut accablée par les ruines de l'édifice, et Samson lui-même mourut avec ses ennemis, non sans s'être vengé d'eux, après avoir régné vingt ans sur les Hébreux. C'est à lui que Simmichar a succédé, dont les Écritures ne racontent rien de plus que ce simple fait. Car je ne trouve pas que même l'époque où son règne a pris fin soit mentionnée, et je vois que le peuple a été pendant un certain temps sans chef. Par conséquent, lorsque la guerre civile a éclaté contre la tribu de Benjamin, Juda a été choisi comme chef temporaire dans la guerre. Mais la plupart de ceux qui ont écrit sur cette époque notent que son règne n'a duré qu'une seule année. À ce titre, beaucoup le dépassent tout à fait, et placent Eli, le prêtre, immédiatement après Samson. Nous laisserons ce point douteux, comme on ne l'a pas établi avec certitude.



Chapitre 29.


A cette époque, la guerre civile, comme nous l'avons dit, avait éclaté ; et voici la cause du tumulte. Un certain Lévite était en voyage avec sa concubine et, contraint par l'approche de la nuit, il s'installa dans la ville de Gabaa, habitée par des hommes de Benjamin. Un vieil homme l'ayant aimablement admis à l'hospitalité, les jeunes hommes de la ville ont entouré le lévite en vue de lui faire subir un mauvais traitement. Après avoir été beaucoup réprimandés par le vieil homme, et difficilement dissuadés de leur but, ils reçurent longuement pour leur sport gratuit la personne de sa concubine en remplacement de la sienne ; et ils épargnèrent ainsi l'étrangère, mais la maltraitèrent toute la nuit, et ne la rétablirent que le lendemain. Mais elle (que ce soit à cause de la blessure que lui avait infligée leur vilain comportement, ou de la honte, je n'ose pas l'affirmer) est morte en revoyant son mari. Le lévite, en témoignage de l'acte horrible, divisa alors ses membres en douze parties, et les répartit entre les douze tribus afin que l'indignation face à une telle conduite soit plus facilement excitée en chacun d'eux. Et quand ils l'apprirent tous, les onze autres tribus entrèrent dans une confédération guerrière contre Benjamin. Dans cette guerre, Juda, comme nous l'avons dit, était le général. Mais ils ont eu de mauvais résultats dans les deux premières batailles. Mais dans la troisième, les Benjamites ont été conquis et coupés à un homme ; ainsi, le crime de quelques-uns a été puni par la destruction d'une multitude. Ces choses sont également contenues dans le Livre des Juges : les Livres des Rois suivent. Mais pour moi qui suis la succession des années, et l'ordre des dates, l'histoire n'apparaît pas marquée par une stricte précision chronologique. Car, puisque après Samson comme juge, il y a eu Semigar, et qu'un peu plus tard l'histoire certifie que le peuple a vécu sans juges, le prêtre Eli est relaté dans les Livres des Rois comme ayant également été juge, mais l'Écriture n'a pas précisé combien d'années il y a eu entre Eli et Samson. Je vois qu'il y a eu une partie du temps entre ces deux-là, qui est laissée dans l'obscurité. Mais, depuis le jour de la mort de Josué jusqu'au moment où Samson est mort, on compte quatre cent dix-huit ans, et depuis le commencement du monde, quatre mille trois cent trois. Je n'ignore pas, cependant, que d'autres s'écartent de ce calcul, mais je suis en même temps conscient que j'ai, non sans précaution, établi l'ordre des événements des années successives (chose jusqu'alors restée dans l'obscurité), jusqu'à ce que je tombe sur ces temps, au sujet desquels j'avoue avoir des doutes. Je vais maintenant passer à ce qui reste.



Chapitre 30.


Les Hébreux, donc, comme je l'ai raconté ci-dessus, vivaient selon leur propre volonté, sans aucun juge ni général. Éli était prêtre ; et de son temps, Samuel est né. Son père s'appelait Elchana, et sa mère, Anna. On dit qu'elle était stérile depuis longtemps, lorsqu'elle demandait à un enfant de Dieu, d'avoir fait le vœu que, si c'était un garçon, il soit consacré à Dieu. En conséquence, ayant donné naissance à un garçon, elle l'a remis au prêtre Eli. Quand il a grandi, Dieu lui a parlé. Il dénonça la colère contre le prêtre Éli à cause de la vie de ses fils, qui avaient fait du sacerdoce de leur père un moyen de gagner de l'argent pour eux-mêmes, et qui exigeaient des dons de ceux qui venaient pour sacrifier ; et, bien que leur père soit apparenté pour les avoir souvent réprimandés, ses réprimandes étaient trop douces pour servir le but de la discipline. Eh bien, les Philistins firent une incursion en Judée, et furent accueillis par les Israélites. Mais les Hébreux, battus, se préparent à renouveler le combat : ils emportent l'arche de l'Eternel avec eux dans la bataille, et les fils des prêtres partent avec elle, parce que lui-même, accablé par les années, et affligé de cécité, ne pouvait pas s'acquitter de ce devoir. Mais, lorsque l'arche a été amenée à la vue de l'ennemi, terrifiés comme par la majesté de la présence de Dieu, ils étaient prêts à prendre la fuite. Mais reprenant courage, et changeant d'avis (non sans une impulsion divine), ils se précipitent au combat de toutes leurs forces. Les Hébreux sont conquis, l'arche est prise, les fils du prêtre tombent. Eli, lorsque la nouvelle de la calamité lui fut apportée, accablé par le chagrin, rendit son dernier soupir, après avoir détenu la prêtrise pendant vingt ans.



Chapitre 31.


Les Philistins, victorieux dans cette prospère bataille, amenèrent l'arche de Dieu, qui était tombée entre leurs mains, dans le temple de Dagon, dans la ville d'Azotus. Mais l'image, dédiée à un démon, tomba lorsque l'arche y fut amenée ; et, lorsqu'ils remirent l'idole à sa place, la nuit suivante, elle fut déchirée en morceaux. Puis des souris, qui ont surgi dans tout le pays, ont causé par leurs morsures venimeuses la mort de plusieurs milliers de personnes. Les hommes d'Azotus, contraints par cette source de souffrance, afin d'échapper à la calamité, ont transporté l'arche à Gath. Mais les gens de cette ville, affligés des mêmes maux, ont transporté l'arche à Ascalon. Mais les habitants de ce lieu, les chefs de la nation ayant été réunis, ont formé le projet de renvoyer l'arche aux Hébreux. Ainsi, conformément à l'opinion des chefs, des augures et des prêtres, elle fut placée sur un chariot et renvoyée avec de nombreux cadeaux. Ce qui est remarquable, c'est que lorsqu'ils ont attelé les génisses au convoi, et qu'ils ont gardé leurs veaux à la maison, ces bêtes ont pris leur route, sans aucun guide, vers la Judée, et n'ont montré aucun désir de revenir, par affection envers leurs petits laissés derrière. Les souverains des Philistins, qui avaient suivi l'arche dans le territoire des Hébreux, furent si frappés par la merveille de cet événement qu'ils effectuèrent un service religieux. Mais les Juifs, lorsqu'ils virent l'arche ramenée, rivalisèrent entre eux pour se précipiter joyeusement de la ville de Betsamis à sa rencontre, et pour se hâter, exultant et revenant grâce à Dieu. Actuellement, les Lévites, dont c'était l'affaire, offrent un sacrifice à Dieu et offrent les génisses qui avaient apporté l'arche. Mais l'arche ne pouvait pas être gardée dans la ville que j'ai nommée ci-dessus, et ainsi une grave maladie tomba par la nomination de Dieu, sur toute la ville. L'arche fut alors transférée dans la ville de Cariathiarim, et elle y resta vingt ans.



Chapitre 32.


À cette époque, le prêtre Samuel régnait sur les Hébreux ; et comme toute guerre avait cessé, le peuple vivait en paix. Mais cette tranquillité fut troublée par une invasion des Philistins, et tous les rangs étaient dans un état de terreur dû à leur conscience de leur culpabilité. Samuel, ayant d'abord offert un sacrifice, et ayant confiance en Dieu, mena ses hommes au combat, et l'ennemi étant mis en déroute dès le premier instant, la victoire fut déclarée pour les Hébreux. Mais lorsque la peur de l'ennemi fut ainsi dissipée et que les affaires furent désormais prospères et pacifiques, le peuple, changeant d'avis pour le pire, à la manière de la foule, qui est toujours fatiguée de ce qu'elle a, et qui aspire à des choses dont elle n'a pas l'expérience, exprima le désir de porter le nom de roi - un nom que presque toutes les nations libres détestent. Oui, avec un exemple de folie certainement très remarquable, ils ont maintenant préféré échanger la liberté contre l'esclavage. C'est pourquoi ils viennent en grand nombre voir Samuel, afin que, comme il était lui-même devenu un vieil homme, il leur fasse un roi. Mais il s'efforça, dans une allocution utile, de dissuader tranquillement le peuple de son désir insensé ; il exposa la tyrannie et l'arrogance des rois, tandis qu'il prônait la liberté et dénonçait l'esclavage ; enfin, il les menaça de la colère divine, s'ils se montraient des hommes si corrompus dans leur esprit que, ayant Dieu pour roi, ils exigeraient pour eux-mêmes un roi parmi les hommes. Ayant prononcé ces paroles et d'autres de même nature sans aucun but, constatant que le peuple persistait dans sa détermination, il consulta Dieu. Et Dieu, ému par la folie de cette nation folle, lui répondit qu'il ne fallait rien leur refuser en demandant contre leurs propres intérêts.



Chapitre 33.


En conséquence, Saül, après avoir été oint par Samuel de l'huile sacerdotale, fut nommé roi. Il était de la tribu de Benjamin, et le nom de son père était Kish. Il était modeste d'esprit, et d'une figure singulièrement belle, de sorte que la dignité de sa personne correspondait dignement à la dignité royale. Mais au début de son règne, une partie du peuple s'était révoltée contre lui, refusant de reconnaître son autorité, et s'était ralliée aux Ammonites. Saül, cependant, se vengea énergiquement de ce peuple ; l'ennemi fut vaincu, et le pardon fut accordé aux Hébreux. Puis Saül aurait été oint par Samuel une seconde fois. Ensuite, une guerre sanglante s'est déclenchée par une invasion des Philistins ; et Saül avait désigné Gilgal comme le lieu où son armée devait se rassembler. Alors qu'ils attendaient là depuis sept jours Samuel, pour qu'il offre un sacrifice à Dieu, le peuple s'est progressivement retiré en raison de son retard, et le roi, avec une présomption illégale, a présenté un holocauste, prenant ainsi sur lui la fonction de prêtre. Pour cela, il fut sévèrement réprimandé par Samuel, et reconnut son péché avec une pénitence trop tardive. Car, à la suite du péché du roi, la peur avait envahi toute l'armée. Le camp de l'ennemi, situé à faible distance, leur montrait à quel point le danger était réel, et personne n'avait le courage de penser à aller au combat : la plupart s'étaient réfugiés dans les marais. En effet, outre le manque de courage de ceux qui se sentaient éloignés de Dieu à cause du péché du roi, l'armée manquait cruellement d'armes de fer, à tel point que personne, à l'exception de Saül et de son fils Jonathan, n'aurait possédé ni épée ni lance. Car les Philistins, en tant que conquérants dans les guerres précédentes, avaient privé les Hébreux de l'usage des armes, et personne n'avait eu le pouvoir de forger une quelconque arme de guerre, ni même de fabriquer un quelconque instrument à des fins rurales. Dans ces circonstances, Jonathan, avec un dessein audacieux, et avec son armurier comme seul compagnon, entra dans le camp de l'ennemi, et après avoir tué une vingtaine d'entre eux, répandit la terreur dans toute l'armée. Et puis, par la nomination de Dieu, se mettant en fuite, ils n'ont ni exécuté les ordres ni gardé leurs rangs, mais ont placé tout l'espoir de la sécurité dans la fuite. Saül, s'en rendant compte, a rapidement fait sortir ses hommes et a poursuivi les fugitifs, obtenant ainsi une victoire. Ce jour-là, le roi aurait publié une proclamation selon laquelle personne ne devait se servir de nourriture jusqu'à ce que l'ennemi soit détruit. Mais Jonathan, ne sachant rien de cette interdiction, trouva un rayon de miel et, y trempant la pointe de son arme, mangea le miel. Lorsque le roi l'apprit par la colère de Dieu qui s'ensuivit, il ordonna de mettre son fils à mort. Mais grâce à l'aide du peuple, il a été sauvé de la destruction. À ce moment-là, Samuel, instruit par Dieu, alla voir le roi et lui dit, selon les paroles de Dieu, de faire la guerre à la nation des Amalécites, qui avaient depuis longtemps empêché les Hébreux de sortir d'Égypte ; et l'interdiction fut ajoutée de ne convoiter aucun des butins des vaincus. En conséquence, une armée fut conduite sur le territoire de l'ennemi, le roi fut pris et la nation soumise. Mais Saül, incapable de résister à l'ampleur du butin, et sans tenir compte des injonctions divines, ordonna de sauver le butin et de le rassembler.



Chapitre 34.


Dieu, mécontent de ce qui avait été fait, parla à Samuel, disant qu'il se repentait d'avoir fait de Saül un roi. Le prêtre rapporte au roi ce qu'il a entendu. Et bientôt, instruit par Dieu, il oignit David avec l'huile royale, alors qu'il n'était encore qu'un petit garçon vivant sous la garde de son père, et agissant comme un berger, alors qu'il était habitué à jouer souvent de la harpe. Pour cette raison, il fut ensuite pris en charge par Saül, et compté parmi les serviteurs du roi. Les Philistins et les Hébreux étant à cette époque fortement engagés dans la guerre, alors que les armées étaient stationnées en face les unes des autres, un certain homme des Philistins nommé Goliath, un homme d'une taille et d'une force merveilleuses, passant dans les rangs de ses compatriotes, lança des insultes, dans les termes les plus féroces, sur l'ennemi, et défia quiconque de s'engager dans un seul combat avec lui. Le roi promit alors une grande récompense et sa fille en mariage à quiconque ramènerait le butin de ce vantard ; mais personne parmi une si grande multitude ne s'aventura à faire cette tentative. Dans ces circonstances, bien qu'il soit encore jeune, David s'est offert pour le concours et a rejeté les armes par lesquelles son âge encore tendre était alourdi, simplement avec un bâton et cinq pierres qu'il avait pris, avancé au combat. Au premier coup, après avoir déchargé une des pierres d'une fronde, il renversa le Philistin ; puis il coupa la tête de son ennemi vaincu, emporta son butin et déposa ensuite son épée dans le temple. Entre-temps, tous les Philistins, se tournant vers la fuite, cédèrent la victoire aux Hébreux. Mais la grande faveur dont bénéficia David à son retour de la bataille excita l'envie du roi. Craignant cependant que s'il mettait à mort un être si cher à tous, ce qui pourrait susciter la haine contre lui-même et s'avérer désastreux, il décida, sous une apparence de lui faire honneur, de l'exposer au danger. Il le fit d'abord capitaine, afin qu'il soit chargé des affaires de la guerre ; puis, bien qu'il lui eût promis sa fille, il ne tint pas sa parole et la donna à un autre. Ere long, une fille cadette du roi, Melchol de nom, tomba violemment amoureuse de David. En conséquence, Saül pose à David la condition suivante pour l'obtenir en mariage : s'il rapporte cent prépuces de l'ennemi, la jeune fille royale lui sera donnée en mariage ; car il espère que la jeunesse, s'aventurant sur de si grands dangers, périra probablement. Mais le résultat s'avéra très différent de ce qu'il avait imaginé, car David, selon la proposition qui lui avait été faite, apporta rapidement cent prépuces des Philistins ; et ainsi il obtint la fille du roi en mariage.



Chapitre 35.


La haine du roi à son égard s'accrut chaque jour, sous l'influence de la jalousie, car les méchants persécutent toujours les bons. Il ordonna donc à ses serviteurs et à Jonathan, son fils, de préparer des pièges contre sa vie. Mais Jonathan avait dès le début une grande estime et affection pour David ; et donc le roi, pris à partie par son fils, supprima l'ordre cruel qu'il avait donné. Mais les méchants ne sont pas bons pour longtemps. Car, lorsque Saül fut affligé par un esprit d'égarement, et que David se tint à ses côtés, le soulageant avec la harpe sous son trouble, Saül essaya de le transpercer avec une lance, et il l'aurait fait s'il n'avait pas rapidement échappé au coup mortel. À partir de ce moment, le roi ne chercha plus à comprimer sa mort en secret mais ouvertement, et David ne se fiait plus à son pouvoir. Il s'enfuit, et se livre d'abord à Samuel, puis à Abimélek, et enfin au roi de Moab. Au fur et à mesure, sous les instructions du prophète Gad, il retourna au pays de Juda, où il courut le danger de sa vie. En ce temps-là, Saül tua le prêtre Abimélek parce qu'il avait reçu David ; et comme aucun des serviteurs du roi ne s'aventurait à mettre la main sur le prêtre, Doeg, le Syrien, accomplit ce cruel devoir. Après cela, David se rendit au désert. Là, Saül le suivit également, mais ses efforts pour le détruire furent vains, car Dieu le protégea. Il y avait une grotte dans le désert, qui s'ouvrait sur une vaste cavité. David s'était jeté dans les profondeurs de cette grotte. Saül, ne sachant pas qu'il était là, y était entré dans le but de prendre un rafraîchissement corporel, et là, vaincu par le sommeil, il se reposait. Lorsque David s'en rendit compte, bien que tout le monde l'ait incité à profiter de l'occasion, il s'abstint de tuer le roi et retira simplement son manteau. En sortant, il s'adressa au roi d'une position sûre derrière lui, racontant les services qu'il lui avait rendus, combien de fois il avait exposé sa vie au danger pour le bien du royaume, et enfin, comment, en cette occasion, il n'avait pas cherché à le tuer alors qu'il lui avait été remis par Dieu. En entendant ces choses, Saül confessa sa faute, demanda pardon, versa des larmes, exalta la piété de David et blâma sa propre méchanceté, tout en s'adressant à David en tant que roi et fils. Il avait tellement changé par rapport à son ancien caractère féroce, que personne ne pouvait penser qu'il allait encore tenter de s'en prendre à son gendre. Mais David, qui avait minutieusement testé et connu ses mauvaises dispositions, ne pensait pas qu'il était prudent de se mettre au pouvoir du roi, et se garda dans le désert. Saül, presque fou de rage, parce qu'il n'a pas pu capturer son gendre, a donné en mariage à un Faltim sa fille Melchol, qui, comme nous l'avons raconté plus haut, avait été mariée à David. David s'enfuit chez les Philistins.



Chapitre 36.


A cette époque, Samuel est mort. Saül, lorsque les Philistins lui firent la guerre, consulta Dieu, et aucune réponse ne lui fut donnée. Alors, par l'intermédiaire d'une femme dont les entrailles étaient remplies d'un esprit d'erreur, il appela et consulta Samuel. Celui-ci informa Saül que le jour suivant, lui et ses fils, vaincus par les Philistins, tomberaient dans la bataille. Les Philistins, ayant établi leur camp sur le territoire de l'ennemi, dressèrent donc leur armée en ordre de bataille le lendemain, David étant cependant renvoyé du camp, car ils ne croyaient pas qu'il leur serait fidèle contre son propre peuple. Mais le combat ayant lieu, les Hébreux furent mis en déroute et les fils du roi tombèrent ; Saül, après avoir coulé de son cheval, afin de ne pas être pris vivant par l'ennemi, tomba sur sa propre épée. Nous ne trouvons pas de déclarations précises quant à la durée de son règne, à moins qu'il ne soit dit dans les Actes des Apôtres qu'il a régné quarante ans. A ce sujet, je suis toutefois enclin à penser que Paul, qui a fait cette déclaration dans sa prédication, voulait alors inclure également les années de Samuel dans la durée du règne de ce roi. Cependant, la plupart de ceux qui ont écrit sur cette époque font remarquer qu'il a régné trente ans. Je ne peux en aucun cas être d'accord avec cette opinion, car au moment où l'arche de Dieu a été transférée dans la ville de Cariathiarim, Saül n'avait pas encore commencé à régner, et il est raconté que l'arche a été retirée de cette ville par le roi David après vingt ans de présence. Par conséquent, puisque Saül a régné et est mort pendant cette période, il n'a dû tenir le gouvernement que pendant un très bref laps de temps. Nous trouvons la même obscurité concernant l'époque de Samuel, qui, étant né sous le sacerdoce d'Éli, est lié, lorsqu'il était très âgé, à avoir rempli les fonctions de prêtre. Certains ont cependant écrit sur cette époque (car l'histoire sacrée n'a presque rien enregistré sur ses années), mais la plupart disent qu'il a dirigé le peuple pendant soixante-dix ans. Je n'ai cependant pas pu découvrir quelle autorité il y a pour cette hypothèse. Au milieu d'une telle variété d'erreurs, nous avons suivi le récit des Chroniques, car nous pensons qu'il a été tiré (comme dit plus haut) des Actes des Apôtres, et nous répétons que Samuel et Saul ont ensemble tenu le gouvernement pendant quarante ans.



Chapitre 37.


Saül ayant ainsi été retranché, David, lorsque la nouvelle de sa mort lui fut apportée au pays des Philistins, est rapporté avoir pleuré, et avoir donné une merveilleuse preuve de son affection. Il se rendit alors à Hébron, une ville de Judée, et, étant là encore oint de l'huile royale, il reçut le titre de roi. Mais Abenner, qui avait été maître de l'armée du roi Saül, méprisa David, et fit d'Isbaal le fils du roi Saül. Diverses batailles ont alors eu lieu entre les généraux des rois. Abenner fut généralement mis en déroute, mais dans sa fuite, il coupa la route au frère de Joab, qui avait le commandement de l'armée aux côtés de David. Joab, en raison de la peine qu'il ressentait pour cela, ordonna ensuite, lorsque Abenner s'était rendu au roi David, qu'il soit assassiné, non sans regret de la part du roi, dont il avait ainsi terni l'honneur. En même temps, presque tous les hommes âgés des Hébreux lui conférèrent par consentement public la souveraineté de toute la nation ; car pendant sept ans, il n'avait régné qu'à Hébron. Ainsi, il fut oint roi pour la troisième fois, à l'âge de trente ans environ. Il repoussa dans des batailles réussies les Philistins qui faisaient des incursions dans son royaume. Et à cette époque, il a transféré à Sion l'arche de Dieu qui, comme je l'ai dit plus haut, se trouvait dans la ville de Cariathiarim. Et lorsqu'il eut formé l'intention de construire un temple à Dieu, la réponse divine lui fut donnée à l'effet que cela était réservé à son fils. Il a alors conquis les Philistins en guerre, soumis les Moabites, et soumis la Syrie, lui imposant un tribut. Il ramena avec lui un énorme butin en or et en cuivre. Ensuite, une guerre s'est déclenchée contre les Ammonites à cause des blessures infligées par leur roi, Annon. Et lorsque les Syriens se révoltèrent à nouveau, ayant formé une confédération pour la guerre avec les Ammonites, David confia le commandement principal de la guerre à Joab, le maître de son armée, et lui-même resta à Jérusalem loin du lieu du conflit.



Chapitre 38.


A cette époque, il connaissait de façon coupable Bersabe, une femme d'une beauté remarquable. Elle aurait été l'épouse d'un certain Urie, qui se trouvait alors dans le camp. David l'a fait tuer en l'exposant à l'ennemi à un endroit dangereux de la bataille. Il ajouta ainsi au nombre de ses épouses la femme qui était désormais libérée du lien du mariage, mais qui était déjà enceinte par adultère. Puis David, après avoir été sévèrement réprimandé par le prophète Nathan, bien qu'il ait confessé son péché, n'a pas échappé au châtiment de Dieu. Car il a perdu en quelques jours le fils né de la clandestinité, et beaucoup de choses terribles sont arrivées à sa maison et à sa famille. Enfin, son fils Absalom a levé les bras impies contre son père, avec le désir de le chasser du trône. Joab le rencontra sur le champ de bataille, et le roi le supplia d'épargner le jeune homme lorsqu'il serait conquis ; mais, faisant fi de cet ordre, il se vengea avec l'épée de ses tentatives parricides. On dit que cette victoire fut une victoire funèbre pour le roi : son affection naturelle était si grande qu'il souhaitait que même son fils parricide soit pardonné. Cette guerre semblait à peine terminée qu'une autre se déclencha, sous la direction d'un certain général appelé Sabæa, qui avait poussé tous les méchants aux armes. Mais toute cette agitation fut rapidement endiguée par la mort du chef. David s'engagea alors dans plusieurs batailles contre les Philistins avec des résultats favorables ; et tous étant soumis à la guerre, les troubles intérieurs et extérieurs ayant été réglés, il possédait en paix un royaume des plus florissants. Puis, un désir soudain le saisit de compter le peuple, afin de déterminer la force de son empire ; et en conséquence, ils furent comptés par Joab, le maître de l'armée, et on découvrit qu'ils s'élevaient à un million trois cent mille citoyens. David regretta et se repentit bientôt de cette démarche, et implora le pardon de Dieu pour avoir élevé ses pensées à ce sujet, afin qu'il compte la puissance de son royaume plutôt sur la multitude de ses sujets que sur la faveur divine. En conséquence, un ange lui fut envoyé pour lui révéler un triple châtiment, et lui donner le pouvoir de choisir l'un ou l'autre. Lorsqu'une famine de trois ans s'installa devant lui, une fuite de trois mois devant ses ennemis et une peste de trois jours, évitant à la fois la fuite et la famine, il fit le choix de la peste, et, presque en un instant, soixante-dix mille hommes périrent. Alors David, voyant l'ange par la main droite duquel le peuple a été renversé, a imploré le pardon et s'est offert seul au châtiment au lieu de tous, disant qu'il méritait la destruction dans la mesure où c'était lui qui avait péché. Ainsi, le châtiment du peuple fut écarté ; et David construisit un autel à Dieu à l'endroit où il avait vu l'ange. Après cela, étant devenu infirme à cause des années et de la maladie, il désigna Salomon, qui lui était né par Bersabe, la femme d'Urie, son successeur dans le royaume. Après avoir été oint de l'huile royale par le prêtre Sadoc, il a reçu le titre de roi, alors que son père était encore en vie. David mourut, après avoir régné quarante ans.



Chapitre 39.


Au début de son règne, Salomon entoura la ville d'une muraille. Pendant son sommeil, Dieu lui apparut, debout à ses côtés, et lui donna le choix de tout ce qu'il désirait. Mais il demanda qu'on ne lui accorde que la sagesse, estimant toutes les autres choses de peu de valeur. C'est pourquoi, lorsqu'il se réveilla du sommeil, en se tenant devant le sanctuaire de Dieu, il donna une preuve de la sagesse que Dieu lui avait accordée. Pour deux femmes qui habitaient une même maison, ayant donné naissance à des enfants mâles en même temps, et dont l'un était mort dans la nuit, trois jours plus tard, la mère de l'enfant mort, pendant que l'autre femme dormait, substitua insidieusement son enfant, et prit celui qui était vivant. Puis il y eut une altercation entre eux, et l'affaire fut longuement portée devant le roi. Comme aucun témoin ne s'est manifesté, il était difficile de rendre un jugement entre les deux nions la culpabilité. Alors Salomon, dans l'exercice de son don de sagesse divine, ordonna que l'enfant soit tué et que son corps soit partagé entre les deux demandeurs douteux. Eh bien, lorsque l'un d'eux a acquiescé à ce jugement, mais que l'autre a préféré abandonner l'enfant plutôt que de le couper en morceaux, Salomon, concluant du sentiment affiché par cette femme qu'elle était la vraie mère, lui a adjugé l'enfant. Les spectateurs ne pouvaient réprimer leur admiration devant cette décision, car il avait ainsi fait ressortir la vérité cachée par sa sagacité. En conséquence, les rois des nations voisines, par admiration pour sa capacité et sa sagesse, courtisèrent son amitié et son alliance, étant prêts à exécuter ses ordres.



Chapitre 40.


Faisant confiance à ces ressources, Salomon entreprit d'ériger un temple de taille immense pour Dieu, les fonds nécessaires ayant été réunis pendant trois ans, et il en posa les fondations vers la quatrième année de son règne. C'était environ la cinq cent quatre-vingt-huitième année après le départ des Hébreux d'Égypte, bien que dans le troisième Livre des Rois les années soient comptées à quatre cent quarante. Ce n'est pas du tout exact, car il aurait été plus probable que, dans l'ordre des dates que j'ai donné ci-dessus, je devrais peut-être compter moins d'années que plus. Mais je ne doute pas que la vérité ait été falsifiée par la négligence des copistes, d'autant plus que tant d'âges sont intervenus, plutôt que que l'erreur de l'écrivain sacré. De même, dans le cas de notre petite œuvre, nous pensons qu'il arrivera que, par la négligence des transcripteurs, les choses qui ont été mises en place, non sans soin de notre part, soient corrompues. Alors, Salomon a terminé son travail de construction du temple dans la vingtième année qui a suivi son commencement. Puis, après avoir offert un sacrifice en ce lieu, ainsi que prononcé une prière par laquelle il bénissait le peuple et le temple, Dieu lui a parlé, déclarant que si, à un moment quelconque, ils devaient pécher et abandonner Dieu, leur temple devrait être rasé. Nous voyons que cela s'est accompli il y a longtemps et, en temps voulu, nous présenterons l'ordre des événements qui y sont liés. Pendant ce temps, Salomon abondait en richesses, et était, en fait, le plus riche de tous les rois qui ont vécu. Mais, comme cela se produit toujours dans de telles circonstances, il est passé de la richesse au luxe et au vice, formant des mariages (malgré l'interdiction de Dieu) avec des femmes étrangères, jusqu'à ce qu'il ait sept cents épouses et trois cents concubines. En conséquence, il leur a érigé des idoles, à la manière de leurs nations, auxquelles elles pouvaient offrir des sacrifices. Dieu, s'étant détourné de lui par de tels actes, le réprimanda sévèrement, et lui fit savoir, en guise de punition, que la plus grande partie de son royaume serait prise à son fils, et donnée à un serviteur. Et cela arriva en conséquence.



Chapitre 41.


Car, à la mort de Salomon, la quarantième année de son règne, Roboam son fils ayant succédé au trône de son père, la seizième année de son âge, une partie du peuple, offensée, se révolta contre lui. Car, ayant demandé que le très lourd tribut que Salomon leur avait imposé soit allégé, il rejeta les suppliques de ces suppliants, et s'aliéna ainsi la faveur de tout le peuple. En conséquence, par consentement universel, le gouvernement fut accordé à Jéroboam. Issu d'une famille de rang moyen, il était depuis un certain temps au service de Salomon. Mais lorsque le roi découvrit que la souveraineté des Hébreux lui avait été promise par une réponse du prophète Achie, il avait décidé en privé de lui couper les vivres. Jéroboam, sous l'influence de cette peur, s'enfuit en Égypte, et y épousa une femme de la famille royale. Mais, lorsqu'il apprit enfin la mort de Salomon, il retourna dans son pays natal et, par la volonté du peuple, comme nous l'avons dit plus haut, il assuma le gouvernement. Deux tribus, cependant, Juda et Benjamin, étaient restées sous l'emprise de Roboam ; et de celles-ci, il prépara une armée de trente mille hommes. Mais lorsque les deux armées avancèrent, le peuple reçut l'instruction, par les paroles de Dieu, de s'abstenir de combattre, car Jéroboam avait reçu le royaume par nomination divine. Ainsi, l'armée dédaigna le commandement du roi et se dispersa, tandis que la puissance de Jéroboam s'accrut. Mais, depuis que Roboam tenait Jérusalem, où le peuple avait l'habitude d'offrir des sacrifices à Dieu dans le temple construit par Salomon, Jéroboam, craignant que ses sentiments religieux n'éloignent le peuple de lui, décida de remplir son esprit de superstition. Il installa donc un veau d'or à Béthel et un autre à Dan, auxquels le peuple pouvait offrir des sacrifices, et, passant par la tribu de Lévi, il désigna des prêtres parmi le peuple. Mais la censure suivit cette culpabilité si détestable pour Dieu. De fréquentes batailles ont alors eu lieu entre les rois, qui ont donc conservé leurs royaumes respectifs dans des conditions douteuses. Roboam mourut à la fin de la dix-septième année de son règne.



Chapitre 42.


Dans sa chambre, Abiud, son fils, détenait le royaume de Jérusalem pendant six ans, bien que les Chroniques disent qu'il a régné trois ans. Asab son fils lui succéda, étant le cinquième de David, car il était son arrière-arrière-petit-fils. Il était un pieux adorateur de Dieu, car en détruisant les autels et les bosquets des idoles, il a effacé les traces de l'infidélité de son père. Il s'est allié au roi de Syrie et, grâce à son aide, a infligé de lourdes pertes au royaume de Jéroboam, qui était alors détenu par son fils, et souvent, après avoir vaincu l'ennemi, il a emporté le butin à la suite d'une victoire. Après quarante et un ans, il mourut, atteint d'une maladie aux pieds. On lui attribue un triple péché : premièrement, il s'est trop fié à son alliance avec le roi de Syrie ; deuxièmement, il a jeté en prison un prophète de Dieu qui l'a réprimandé pour cela ; et troisièmement, lorsqu'il souffrait d'une maladie aux pieds, il a cherché un remède, non pas auprès de Dieu, mais auprès des médecins. Au début de son règne, Jéroboam, roi des dix tribus, mourut et laissa son trône à son fils Nabath. Il ne posséda pas le royaume plus de deux ans, à cause de ses mauvaises actions et de celles de son père, odieux envers Dieu, et ses enfants, jugés indignes, furent privés du gouvernement. Il avait pour successeur Baasa, le fils d'Achia, et il se montra tout aussi éloigné de Dieu. Il mourut en la vingt-sixième année de son règne : son pouvoir passa à Ela, son fils, mais ne fut pas conservé plus de deux ans. Car Zambri, chef de sa cavalerie, l'a tué lors d'un banquet, et s'est emparé du royaume, - un homme tout aussi odieux envers Dieu et les hommes. Une partie du peuple se révolta contre lui, et le pouvoir royal fut conféré à un Thamnis. Mais Zambri régna devant lui sept ans, et en même temps avec lui douze ans. Et, à la mort d'Asab, Josaphat, son fils, commença à régner sur une partie de la tribu de Juda, un homme qui méritait d'être célèbre pour ses pieuses vertus. Il a vécu en paix avec Zambri ; et il est mort, après un règne de vingt-cinq ans.



Chapitre 43.


Au temps de son règne, Achab, le fils d'Ambri, était le roi des dix tribus, impies avant tout contre Dieu. Pour avoir pris en mariage Jézabel, la fille de Basa, roi de Sidon, il érigea un autel et des bosquets à l'idole Bahal, et tua les prophètes de Dieu. En ce temps-là, le prophète Élie, par une prière, fit taire le ciel, afin qu'il ne donne pas de pluie à la terre, et le révéla au roi, afin que, dans son impiété, il se reconnaisse comme la cause du mal. Les eaux du ciel étant donc retenues, et puisque tout le pays, brûlé par la chaleur du soleil, ne fournissait de nourriture ni aux hommes ni aux bêtes, le prophète s'était même exposé au côté de la mort par la faim. À cette époque, lorsqu'il se rendit dans le désert, il dépendait à vie des corbeaux qui lui fournissaient de la nourriture, tandis qu'un ruisseau voisin lui fournissait de l'eau, jusqu'à ce qu'elle soit sèche. Puis, instruit par Dieu, il se rendit dans la ville de Saraptæ, et se retira pour loger chez une veuve. Et quand, dans sa faim, il lui demanda de la nourriture, elle se plaignit qu'elle n'avait qu'une poignée de repas et un peu d'huile, dont elle attendait la mort avec ses enfants. Mais quand Elie promit, selon les paroles de Dieu, que ni le repas ne diminuerait dans le tonneau ni l'huile dans le vase, la femme n'hésita pas à croire le prophète exigeant la foi, et obtint l'accomplissement de ce qui avait été promis, puisque par augmentation quotidienne on ajoutait autant que l'on enlevait jour après jour. Dans le même temps, Elie a rendu la vie au fils mort de la même veuve. Puis, par ordre de Dieu, il alla voir le roi et, après avoir réprouvé son impiété, il ordonna de rassembler tout le peuple à lui. Une fois ceux-ci rassemblés, les prêtres des idoles et des bosquets, au nombre d'environ quatre cent cinquante, furent également convoqués. Une dispute s'éleva entre eux, Élie exposant l'honneur de Dieu, tandis qu'ils maintenaient leurs propres superstitions. Ils convinrent longuement qu'un procès devrait être fait à cet effet, que si le feu envoyé du ciel devait consumer la victime de l'un d'eux, la religion devrait être acceptée comme étant la vraie qui a accompli le miracle. En conséquence, les prêtres, après avoir tué un veau, commencèrent à invoquer l'idole Bahal ; et, après avoir gaspillé leurs invocations en vain, ils reconnurent tacitement l'impuissance de leur Dieu. Alors Élie se moqua d'eux et dit : "Criez plus fort, de peur qu'il ne dorme, et qu'ainsi vous ne le réveilliez du sommeil dans lequel il est plongé. Les misérables ne pouvaient rien faire d'autre que de trembler et de marmonner, mais ils attendaient quand même de voir ce qu'Élie allait faire. Il tua un veau et le déposa sur l'autel, après avoir d'abord rempli d'eau le lieu sacré ; puis, invoquant le nom du Seigneur, le feu tomba du ciel aux yeux de tous, et consuma à la fois l'eau et la victime. Puis, en vérité, le peuple, se jetant sur la terre, confessa Dieu et exécuta les idoles ; tandis que finalement, sur ordre d'Élie, les prêtres impies furent saisis et, étant descendus au ruisseau, ils y furent tués. Le prophète suivit le roi à son retour de ce lieu ; mais comme Jézabel, la femme du roi, imaginait des moyens pour lui ôter la vie, il se retira dans un endroit plus éloigné. Là, Dieu s'adressa à lui en lui disant qu'il y avait encore sept mille hommes qui ne s'étaient pas livrés aux idoles. Ce fut pour Élie une déclaration merveilleuse, car il avait supposé qu'il était le seul à s'être libéré de l’impiété.



Chapitre 44.


À cette époque, Achab, roi de Samarie, convoitait la vigne de Naboth, qui était adjacente à la sienne. Et comme Naboth ne voulait pas la lui vendre, il fut coupé par les ruses de Jézabel. Achab prit donc possession du vignoble, bien qu'on dise qu'il ait en même temps regretté la mort de Naboth. Reconnaissant son crime, il aurait fait pénitence vêtu d'un sac ; et de cette façon, il a écarté la menace d'une punition. En effet, le roi de Syrie avec une grande armée, ayant formé une confédération militaire avec trente-deux rois, pénétra dans les territoires de Samarie, et commença à assiéger la ville avec son roi. Les affaires des assiégés étant alors dans un état de grande détresse, le roi de Syrie offre ces conditions dans la guerre - s'ils devaient abandonner leur or et leur argent et leurs femmes, il épargnerait leur vie. Mais, avec de telles conditions iniques offertes, il semblait préférable de souffrir les plus grandes extrémités. Et maintenant, alors que la sécurité de tous était désespérée, un prophète envoyé par Dieu se rendit auprès du roi, l'encouragea à aller au combat, et lorsqu'il hésita, renforça sa confiance de bien des façons. Ainsi, en faisant un salut, l'ennemi fut mis en déroute et un butin abondant fut mis en sécurité. Mais, au bout d'un an, le roi syrien revint en Samarie avec une force recrutée, brûlant de venger la défaite qu'il avait reçue, mais il fut de nouveau renversé. Dans cette bataille, cent vingt mille Syriens périrent ; le roi fut gracié, et son royaume et son ancienne position lui furent accordés. Le prophète reprocha alors à Achab, selon les paroles de Dieu, d'avoir abusé de la bonté divine et épargné l'ennemi livré à lui. Le roi syrien, après trois ans, fit donc la guerre aux Hébreux. Contre lui, Achab, sur le conseil d'un faux prophète, partit au combat, ayant méprisé les paroles du prophète Michée et jeté en prison, car le prophète l'avait prévenu que le combat lui serait désastreux. C'est ainsi qu'Achab, tué dans cette bataille, laissa le royaume à son fils Ochozia.



Chapitre 45.


Lui, étant malade de corps, et ayant envoyé certains de ses serviteurs consulter une idole sur son rétablissement, Élie, selon les instructions de Dieu, les rencontra sur le chemin, et, après les avoir réprimandés, leur ordonna d'informer le roi que sa mort découlerait de cette maladie. Puis le roi ordonna qu'il soit saisi et amené en sa présence, mais ceux qui furent envoyés dans ce but furent consumés par le feu du ciel. Le roi mourut, comme le prophète l'avait prédit. Son frère Joram lui succéda, et il assura le gouvernement pendant douze ans. Mais du côté des deux tribus, le roi Josaphat étant mort, Joram son fils posséda le royaume pendant dix-huit ans. Il avait pour épouse la fille d'Achab et se montra plus proche de son beau-père que de son père. Après lui, Ochozias son fils obtint le royaume. Pendant son règne, Elie est réputé avoir été élevé au ciel. En même temps, Elisha, son disciple, s'est montré puissant en accomplissant de nombreux miracles, qui sont trop connus pour avoir besoin d'une description de ma plume. Grâce à lui, le fils d'une veuve a été ramené à la vie, un lépreux de Syrie a été purifié, à une époque de famine, l'abondance de toutes choses a été apportée dans la ville par l'ennemi ayant été mis en fuite, l'eau a été fournie pour l'usage de trois armées, et à partir d'un peu d'huile, la dette d'une femme a été payée par l'huile étant immensément multipliée, et des moyens de subsistance suffisants ont été fournis pour elle-même. En son temps, comme nous l'avons dit, Ochozia était le roi des deux tribus, tandis que Joram, comme nous l'avons raconté plus haut, régnait sur les dix ; et une alliance se forma entre eux. Car ils firent la guerre en combinant leurs forces contre les Syriens et contre Jeu, qui avait été oint par le prophète comme roi des dix tribus ; et étant partis au combat en compagnie, ils périrent tous deux dans le même combat.



Chapitre 46.


Mais Jeu possédait le royaume de Joram. Après la mort d'Ochozia en Judée, alors qu'il avait régné un an, sa mère, Gotholiah, s'empara du pouvoir suprême, ayant privé son petit-fils (qui s'appelait Joas) du gouvernement, lui qui n'était alors qu'un petit enfant. Mais le pouvoir ainsi arraché par sa grand-mère lui a été restitué, après huit ans, par le biais des prêtres et du peuple, tandis que sa grand-mère était contrainte à l'exil. Au début de son règne, il était très dévoué au culte divin et embellissait le temple à grands frais ; par la suite, cependant, étant corrompu par les flatteries des chefs, et indûment honoré par eux, il s'est mis en colère. Azahel, roi de Syrie, lui fit la guerre et, comme les choses allaient mal pour lui, il acheta la paix avec l'or du temple. Mais il ne l'obtint pas ; mais par ressentiment pour ce qu'il avait fait, il fut tué par son propre peuple en la quarantième année de son règne. Son fils Amassia lui a succédé. Mais, du côté des dix tribus, Jeu étant mort, Joachas son fils commença à régner, déplaisante pour Dieu à cause de ses mauvaises actions, en punition desquelles son royaume fut ravagé par les Syriens, jusqu'à ce que, par la miséricorde de Dieu, l'ennemi soit repoussé, et que les habitants du pays commencent à occuper leur ancienne position. Joachas, ayant terminé ses jours, laissa le royaume à son fils Joa. Il déclencha une guerre civile contre Amassia, roi des deux tribus, et, après avoir obtenu la victoire, il fit entrer beaucoup de butin dans son propre royaume. Cela est lié au fait qu'Amassia s'est produit en punition de son péché, car, étant entré en tant que conquérant dans les territoires des Idumæans, il avait adopté les idoles de cette nation. Il est décrit comme ayant régné neuf ans, pour autant que je trouve cela indiqué dans les Livres des Rois. Mais dans les Chroniques de l'Écriture, ainsi que dans les Chroniques d'Eusèbe, il est affirmé qu'il a tenu le gouvernement pendant vingt-neuf ans ; et le mode de calcul qui peut être facilement perçu dans ces Livres des Rois conduit sans doute à cette conclusion. En effet, Jéroboam aurait commencé à régner en tant que roi des dix tribus la huitième année du règne d'Amassie, aurait tenu le gouvernement pendant quarante et un ans et serait mort la quatrième année du règne d'Ozia, fils d'Amassie. Selon ce mode de calcul, le règne d'Amassia s'étend sur vingt-huit ans. En conséquence, nous avons accepté l'autorité des Chroniques, dans la mesure où nous avons l'intention de respecter dans ce travail les dates dans leur ordre d'apparition.



Chapitre 47.


Ozias, donc, fils d'Amassia, lui succéda. Car, du côté des dix tribus, Joachim, arrivé au terme de ses jours, avait cédé la place à son fils Jéroboa, et après lui, de nouveau, son fils Zacharie commença à régner. Parmi ces rois, et parmi tous ceux qui ont régné sur la Samarie du côté des dix tribus, nous n'avons pas jugé nécessaire de noter les dates, car, par souci de concision, nous avons omis tout le superflu ; et nous avons pensé qu'il fallait soigneusement retracer les années pour connaître surtout l'époque de cette partie des Juifs, qui a été emmenée en captivité à une époque plus tardive que l'autre, est passée par un temps plus long en tant que royaume. Ozias, ayant obtenu le royaume de Juda, s'est donc attaché principalement à connaître le Seigneur, en faisant grand usage du prophète Zacharie (Esaïe, lui aussi, aurait prophétisé pour la première fois sous ce roi) ; et, à ce titre, il a mené une guerre contre ses voisins avec des résultats méritoires, tout en conquérant également les Arabes. Et déjà, il avait ébranlé l'Égypte par la terreur de son nom ; mais, exalté par la prospérité, il s'aventura sur ce qui était interdit, et offrit de l'encens à Dieu, une chose que la coutume établie voulait que seuls les prêtres fassent. Il fut alors réprimandé par le prêtre Azaria et contraint de quitter le lieu sacré, il éclata de rage, mais fut, lorsqu'il se retira finalement, couvert de lèpre. Sous l'influence de cette maladie, il mit fin à ses jours, après avoir régné cinquante-deux ans. Puis le royaume fut donné à son fils Joathas, qui est réputé avoir été très pieux et avoir mené le gouvernement avec succès : il soumit en guerre la nation des Ammonites et les obligea à payer le tribut. Il a régné seize ans, et son fils Achaz lui a succédé.



Chapitre 48.


La foi remarquable des Ninevites est liée à la manifestation de cette époque. Cette ville, fondée autrefois par Assure, le fils de Sem, était la capitale du royaume des Assyriens. Elle était alors peuplée d'une multitude d'habitants, soutenant cent vingt mille hommes, et regorgeant de méchanceté, comme c'est généralement le cas parmi un vaste ensemble de personnes. Dieu, ému par leur péché, ordonna au prophète Jonas de quitter la Judée et de dénoncer la destruction de la ville, comme Sodome et Gomorrhe avaient été autrefois consumées par le feu du ciel. Mais le prophète déclina cette charge de prédication, non par contumace, mais par clairvoyance, ce qui lui permit de voir Dieu réconcilié par la repentance du peuple ; et il embarqua à bord d'un navire qui se dirigeait vers Tharsus, dans une toute autre direction. Mais, après être partis au large, les marins, contraints par la violence de la mer, s'enquièrent par le biais du sort de qui était la cause de cette souffrance. Et lorsque le sort tomba sur Jonas, il fut jeté à la mer, pour être, en quelque sorte, un sacrifice pour calmer la tempête, et il fut saisi et avalé par une baleine - un monstre des profondeurs. Jeté trois jours plus tard sur les rivages des Ninevites, il prêcha comme on le lui avait ordonné, à savoir que la ville serait détruite en trois jours, en punition des péchés du peuple. La voix du prophète fut écoutée, non pas de manière hypocrite, comme à Sodome, autrefois, et immédiatement, sur ordre du roi et à son exemple, tout le peuple, y compris les nouveau-nés, reçut l'ordre de s'abstenir de manger et de boire : les bêtes de somme qui se trouvaient sur place et les animaux de toutes sortes, poussés par la faim et la soif, firent leur apparition, tout comme les habitants humains, pour se lamenter. De cette façon, le mal menacé était évité. À Jonas, se plaignant à Dieu que ses paroles n'avaient pas été accomplies, il fut répondu que le pardon ne pouvait jamais être refusé au pénitent.



Chapitre 49.


Mais en Samarie, le roi Zacharie, qui était très méchant, et dont nous avons parlé plus haut comme occupant le trône, fut tué par une certaine Sella, qui s'empara du royaume. Il périt à son tour par la trahison de Mane, qui ne fit que répéter la conduite de son prédécesseur. Mane a conservé le gouvernement qu'il avait enlevé à Sella, et l'a laissé à son fils Pache. Mais une certaine personne du même nom a tué Pache et s'est emparée du royaume. Longtemps coupé par l'Osee, il perdit la souveraineté par le même crime que celui par lequel il l'avait reçue. Cet homme, impie par rapport à tous les rois qui l'avaient précédé, s'est vu infliger un châtiment de Dieu et une captivité perpétuelle pour sa nation. Car Salmanasar, roi des Assyriens, lui fit la guerre et, une fois conquis, lui rendit tributaire. Mais lorsqu'avec des plans secrets, il se préparait à la rébellion et avait demandé l'aide du roi des Éthiopiens, qui possédait alors l'Égypte, Salmanasar, en découvrant cela, le jeta en prison avec des fers jamais enlevés, tandis qu'il détruisait la ville et entraînait tout le peuple dans son propre royaume, les Assyriens étant placés dans le pays de l'ennemi pour le garder. C'est pourquoi ce quartier a été appelé Samarie, car dans la langue des Assyriens, les gardes sont appelés Samaritæ. Un très grand nombre de leurs colons ont accepté les rites divins de la religion juive, tandis que d'autres sont restés dans les erreurs du païenisme. Dans cette guerre, Tobias a été emmené en captivité. Mais du côté des deux tribus, Achaz, qui déplaisait à Dieu en raison de son impiété, constatant qu'il avait souvent le pire dans les guerres avec ses voisins, décida d'adorer les dieux des païens, sans doute parce que grâce à leur aide ses ennemis s'étaient avérés victorieux dans de fréquentes batailles. Il termina ses jours avec ce crime dans son esprit malfaisant, après un règne de seize ans.



Chapitre 50.


A lui succéda Ezekias son fils, un homme dont le caractère ne ressemblait pas du tout à celui de son père. En effet, au début de son règne, exhortant le peuple et les prêtres à adorer Dieu, il leur adressa de nombreux discours, montrant combien de fois, après avoir été châtiés par le Seigneur, ils avaient obtenu miséricorde, et comment les dix tribus, ayant été enfin emmenées en captivité, comme cela s'était produit dernièrement, payaient maintenant le prix de leur impiété. Il ajouta que leur devoir était de se tenir soigneusement sur leurs gardes, de peur qu'ils ne méritent de subir les mêmes choses. Ainsi, l'esprit de tous étant tourné vers la religion, il désigna les lévites et tous les prêtres pour offrir des sacrifices selon la loi, et fit en sorte que la Pâque, longtemps négligée, soit célébrée. Et lorsque le jour saint était proche, il proclamait le jour spécial de l'assemblée par des messagers envoyés dans tout le pays, afin que, si certains étaient restés en Samarie, après le déplacement des dix tribus, ils puissent se rassembler pour l'observance sacrée. Ainsi,