Méthode d'Olympe

DISCOURS SUR LA RESSURECTION

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE

Première partie




I. Dieu n'a pas fait le mal, et il n'est en aucune façon l'auteur du mal ; mais tout ce qui n'a pas observé la loi qu'il a ordonnée en toute justice, après avoir été faite par lui avec la faculté du libre arbitre, dans le but de la garder et de la conserver, est appelé mal. Or, c'est la faute la plus grave que de désobéir à Dieu, en dépassant les limites de cette justice qui est conforme au libre arbitre.



II. La question a déjà été soulevée, et il y est répondu, que les manteaux de peaux Genèse 3:21 ne sont pas des corps. Néanmoins, parlons-en à nouveau, car il ne suffit pas de l'avoir mentionné une fois. Avant la préparation de ces peaux, le premier homme reconnaît lui-même qu'il a à la fois des os et de la chair ; car lorsqu'il a vu la femme qui lui était amenée, il s'est rendu compte qu'elle n'avait pas de corps : C'est maintenant, s'écria-t-il, Genèse 2:23-24 os de mes os et chair de ma chair. Et encore : On l'appellera femme, parce qu'elle a été tirée de l'homme. C'est pourquoi elle sera appelée femme, et les deux ne feront qu'une seule chair. Car je ne puis supporter la bagatelle de certains qui violent sans vergogne l'Ecriture, afin que leur opinion, selon laquelle la résurrection est sans chair, trouve un appui ; en supposant des os et une chair rationnels, et en la changeant de différentes manières en faisant des allégories. Et le Christ confirme la prise de ces choses telles qu'elles sont écrites, quand, à la question des Pharisiens sur le renvoi d'une femme, Il répond : N'avez-vous pas lu que Celui qui les a faites au commencement les a faites mâle et femelle, et qu'Il a dit : C'est pourquoi l'homme quittera son père, Matthieu 19:4-5 et ainsi de suite.



III. Mais il est évidemment absurde de penser que le corps ne coexistera pas avec l'âme à l'état éternel, parce qu'il est un lien et des entraves ; afin que, selon leur point de vue, nous qui allons vivre dans le royaume de lumière ne soyons pas condamnés à jamais à être des esclaves de la corruption. En effet, la question ayant été suffisamment résolue, et l'énoncé réajusté dans lequel ils définissaient la chair comme étant la chaîne de l'âme, l'argument est également détruit, à savoir que la chair ne se relèvera pas, de peur que, si nous la reprenons, nous soyons prisonniers dans le royaume de lumière.



IV. Pour que l'homme ne soit pas un mal immortel ou éternel, comme cela aurait été le cas si le péché avait dominé en lui, puisqu'il avait pris naissance dans un corps immortel et qu'il était pourvu d'une nourriture immortelle, Dieu l'a déclaré mortel pour cette raison et l'a revêtu de la mortalité. Car c'est ce que l'on entendait par les manteaux de peaux, afin que, par la dissolution du corps, le péché soit entièrement détruit à partir des racines mêmes, afin qu'il ne reste pas la moindre particule de racine à partir de laquelle de nouvelles pousses de péché pourraient à nouveau éclater.



V. En effet, comme un figuier qui a poussé dans les splendides édifices d'un temple, qui a atteint une grande taille et qui est réparti sur toutes les jointures des pierres avec des racines à grosses ramifications, ne cesse de croître, jusqu'à ce que, par le détachement des pierres de l'endroit où il a poussé, il soit entièrement arraché ; car il est possible que les pierres s'ajustent à leur place, lorsque le figuier est enlevé, afin que le temple soit préservé, n'ayant plus à supporter ce qui a été la cause de sa propre destruction ; tandis que le figuier, arraché par les racines, meurt ; de même aussi, Dieu, le constructeur, contrôlé par l'application saisonnière de la mort, Son propre temple, l'homme, lorsqu'il a favorisé le péché, comme un figuier sauvage, en tuant, Deutéronome 32 : 39, selon les paroles de l'Écriture, et faire vivre, afin que la chair, après le péché, soit desséchée et morte, puisse, comme un temple restauré. soit ressuscitée avec les mêmes parties, indemne et immortelle, tandis que le péché est totalement et entièrement détruit. Car tant que le corps vit encore, avant qu'il ne passe par la mort, le péché doit aussi vivre avec lui, car il a ses racines cachées en nous, même s'il est vérifié extérieurement par les blessures infligées par les corrections et les avertissements ; car, autrement, il n'arriverait pas que nous commettions des fautes après le baptême, comme nous devrions être entièrement et absolument libérés du péché. Mais maintenant, même après avoir cru, et après avoir été touché par l'eau de la sanctification, nous sommes souvent trouvés dans le péché. Car personne ne peut se vanter d'être si libre de péché que de ne pas avoir une mauvaise pensée. C'est ainsi que le péché est maintenant retenu et endormi par la foi, de sorte qu'il ne produit pas de fruits nuisibles, mais qu'il n'est pas encore déchiré par les racines. Pour l'instant, nous retenons ses germes, comme les mauvaises imaginations, nous testons toute racine d'amertume qui jaillit et nous trouble Hébreux 12:15, nous ne souffrons pas que ses feuilles se défassent et s'ouvrent en pousses, tandis que la Parole, comme une hache, coupe ses racines qui poussent en bas. Mais désormais, la pensée même du mal disparaîtra.



VI. Mais venons-en maintenant, puisqu'il faut de nombreux exemples dans des affaires de ce genre, examinons-les tout particulièrement de ce point de vue, sans renoncer jusqu'à ce que notre argumentation se termine par une explication et une preuve plus claires. Il semble donc qu'un éminent artisan doive refondre une image noble, façonnée par lui-même en or ou en un autre matériau, et magnifiquement proportionnée dans tous ses membres, lorsqu'il perçoit soudain qu'elle a été mutilée par un homme infâme qui, trop envieux pour supporter que l'image soit belle, la gâte et jouit ainsi du plaisir vide d'une jalousie complaisante. Car attention, très sage Aglaophon, si l'artiste souhaite que ce à quoi il a consacré tant de peine, de soins et de travail soit exempt de toute blessure, il sera contraint de le faire fondre et de le remettre dans son état initial. Mais s'il ne doit pas le refondre, ni le reconstruire, mais le laisser tel quel, le réparer et le restaurer, il faut que l'image, passée au feu et forgée, ne puisse plus être conservée telle quelle, mais qu'elle soit altérée et perdue. C'est pourquoi, si l'on veut qu'elle soit parfaitement belle et irréprochable, il faut la briser et la refondre, afin que toutes les défigurations et mutilations qui lui ont été infligées par la trahison et l'envie, soient éliminées par la brisure et la refonte, tandis que l'image est restaurée indemne et non altérée à la même forme qu'auparavant, et rendue aussi semblable que possible à elle-même. Car il est impossible de perdre une image sous les mains de l'artiste original, même si elle est fondue à nouveau, car elle peut être restaurée ; mais il est possible de repousser les imperfections et les blessures, car elles fondent et ne peuvent être restaurées ; car dans toute œuvre d'art, le meilleur artisan ne recherche pas l'imperfection ou l'échec, mais la symétrie et la justesse dans son travail. Or, le plan de Dieu me semble avoir été le même que celui qui prévaut entre nous. Car en voyant l'homme, son oeuvre la plus belle, corrompue par une trahison envieuse, il ne pouvait pas supporter, avec son amour pour l'homme, de le laisser dans un tel état, de peur qu'il ne soit à jamais défectueux, et qu'il n'en porte la responsabilité pour l'éternité ; mais il l'a dissous à nouveau dans ses matériaux d'origine, afin que, par un remodelage, toutes les imperfections en lui puissent se perdre, s'en aller et disparaître. Car la fusion de la statue dans le premier cas correspond à la mort et à la dissolution du corps dans le second, et le remodelage de la matière dans le premier, à la résurrection après la mort dans le second ; comme le dit aussi le prophète Jérémie, car il s'adresse aux Juifs en ces termes : "Et je descendis à la maison du potier ; et voici qu'il fit un ouvrage sur les pierres. Et le vase qu'il avait fait de ses mains fut brisé ; et de nouveau il fit un autre vase, comme il lui plut de le faire. Et la parole de l'Éternel me fut adressée, en ces termes : Ne puis-je pas vous faire comme ce potier, maison d'Israël ? Voici, comme l'argile du potier, vous êtes entre mes mains. Jérémie 18:3-6



VII. Car j'attire votre attention sur le fait que, comme je l'ai dit, après la transgression de l'homme, la Grande Main ne s'est pas contentée de laisser comme un trophée de victoire son propre travail, avili par le Malin, qui l'a méchamment blessé par envie ; mais elle l'a humidifié et réduit en argile, comme un potier brise un vase, afin que, en le remodelant, toutes les imperfections et les meurtrissures qu'il contient disparaissent, et qu'il soit rendu à nouveau irréprochable et agréable.



VIII. Mais il n'est pas satisfaisant de dire que l'univers sera complètement détruit, et que la mer, l'air et le ciel ne le seront plus. Car le monde entier sera envahi par le feu du ciel et brûlé pour être purifié et renouvelé ; mais il ne sera pas complètement détruit et corrompu. Car s'il valait mieux pour le monde de ne pas être que d'être, pourquoi Dieu, en faisant le monde, a-t-il pris la pire voie ? Mais Dieu n'a pas travaillé en vain, ni fait ce qui était le pire. Dieu a donc ordonné la création en vue de son existence et de sa continuation, comme le confirme également le Livre de la Sagesse, en disant : "Car Dieu a créé toutes choses pour qu'elles aient leur être ; et les générations du monde ont été saines, et il n'y a pas en elles de poison de destruction. Sagesse 1:14 Et Paul en témoigne clairement, en disant : Car l'attente sincère de la créature attend la manifestation des fils de Dieu. Car la créature a été soumise à la vanité, non pas volontairement, mais à cause de celui qui l'a soumise dans l'espérance : car la créature elle-même sera délivrée de l'esclavage de la corruption dans la glorieuse liberté des enfants de Dieu. Romains 8:19-21 Car la création a été soumise à la vanité, dit-il, et il s'attend à ce qu'elle soit libérée de cette servitude, comme il entend appeler ce monde par le nom de création. Car ce n'est pas ce qui est invisible, mais ce qui est visible qui est sujet à la corruption. La création, donc, après avoir été restaurée à un état meilleur et plus apparent, demeure, se réjouissant et exultant pour les enfants de Dieu à la résurrection ; à cause de laquelle elle gémit et travaille maintenant, attendant elle-même notre rédemption de la corruption du corps, qui, lorsque nous serons ressuscités et que nous aurons secoué la mortalité de la chair, selon ce qui est écrit : Secouez la poussière, et levez-vous, et asseyez-vous, ô Jérusalem, Esaïe 52 : 2 et que nous aurons été affranchis du péché, elle sera aussi affranchie de la corruption et ne sera plus soumise à la vanité, mais à la justice. Esaïe dit aussi : "Car, comme le nouveau ciel et la nouvelle terre que je fais subsistent devant moi, dit l'Eternel, ainsi sera ta postérité et ton nom ; Esaïe 66:22 et encore : Ainsi parle l'Eternel qui a créé le ciel, c'est Lui qui a préparé la terre et l'a créée, Il l'a déterminée ; Il ne l'a pas créée en vain, mais l'a formée pour être habitée. Esaïe 45:18 Car en réalité, Dieu n'a pas établi l'univers en vain, ou dans un but autre que la destruction, comme le disent ces hommes faibles d'esprit, mais pour exister, et être habité, et continuer. C'est pourquoi la terre et le ciel doivent exister à nouveau après l'embrasement et l'ébranlement de toutes choses.



IX. Mais si nos adversaires disent : "Comment donc, si l'univers n'est pas détruit, le Seigneur dit que le ciel et la terre passeront ; Matthieu 24:35 et le prophète, que le ciel périra comme une fumée, et la terre vieillira comme un vêtement ; Esaïe 51 : 6 nous répondons, parce qu'il est habituel pour les Ecritures d'appeler le changement du monde de sa condition actuelle à une condition meilleure et plus glorieuse, la destruction ; comme sa forme antérieure est perdue dans le changement de toutes choses à un état de plus grande splendeur ; car il n'y a aucune contradiction ni absurdité dans les Saintes Ecritures. Car ce n'est pas le monde, mais la mode de ce monde qui passe1, dit Corinthiens 7:31 ; il est donc habituel que les Ecritures appellent le changement d'une forme antérieure à un état meilleur et plus agréable, la destruction ; tout comme lorsqu'on appelle par le nom de destruction le changement d'une forme enfantine en un homme parfait, comme la stature de l'enfant est transformée en taille et en beauté virile. Nous pouvons nous attendre à ce que la création passe, comme si elle devait périr dans l'incendie, afin qu'elle soit renouvelée, et non pas détruite, afin que nous, qui sommes renouvelés, puissions habiter dans un monde renouvelé, sans goût de tristesse ; selon qu'il est dit : "Quand tu laisseras ton souffle sortir, ils seront faits, et tu renouvelleras la face de la terre ; Dieu pourvoit désormais à la juste température de ce qui l'entoure. Car, comme la terre doit exister après l'âge présent, il faut qu'il y ait pour elle des habitants par tous les moyens, qui ne soient plus pas passibles de mort, qui ne se marient pas et n'engendrent pas d'enfants, mais qui vivent en tout bonheur, comme les anges, sans changement ni décadence. C'est pourquoi il est stupide de discuter de la façon dont nos corps existeront alors, s'il n'y a plus d'air, ni de terre, ni rien d'autre.



X. Mais en plus de ce qui a été dit, il y a ce point qui mérite d'être pris en considération, car il induit beaucoup en erreur, si l'on peut s'exprimer franchement sur des questions d'une telle importance, Aglaophon Car tu as dit que le Seigneur a déclaré clairement que ceux qui obtiendront la résurrection seront alors comme les anges.Matthieu 22:30 Tu as apporté cette objection : Les anges, étant sans chair, sont à ce titre dans le plus grand bonheur et la plus grande gloire. Nous devons donc, comme nous devons être rendus égaux aux anges, être comme eux, dépouillés de leur chair, et être des anges. Mais vous avez oublié, mon excellent ami, que Celui qui a créé et mis en ordre l'univers à partir de rien, a ordonné que la nature des êtres immortels soit répartie non seulement entre les anges et les ministres, mais aussi entre les principautés, et les trônes, et les puissances. Car la race des anges est une, et celle des principautés et des pouvoirs une autre ; car les êtres immortels ne sont pas tous d'un même ordre, et constitution, et tribu, et famille, mais il y a des différences de race et de tribu. Et les chérubins, s'écartant de leur propre nature, n'assument pas non plus la forme des anges ; et, encore une fois, les anges n'assument pas la forme des autres. Car ils ne peuvent être que ce qu'ils sont et ont été faits. De plus, l'homme ayant été désigné par l'ordre originel des choses pour habiter le monde et régner sur tout ce qui s'y trouve, lorsqu'il est immortel, ne sera jamais changé de sa condition d'homme en une forme d'ange ou autre ; car les anges ne changent pas non plus de forme originelle pour en prendre une autre. Car le Christ, lors de sa venue, n'a pas proclamé que la nature humaine, lorsqu'elle est immortelle, doit être remodelée ou transformée en une autre nature, mais en ce qu'elle était avant la chute. Car il faut que chacun reste à sa place parmi les choses créées, afin que personne ne manque de rien, mais que tous soient rassasiés : le ciel des anges, les trônes des puissances, les luminaires des ministres ; et les taches plus divines, et les luminaires non souillés et non souillés, avec les séraphins, qui assistent au Conseil suprême, et qui soutiennent l'univers ; et le monde des hommes. Car si nous admettions que les hommes sont transformés en anges, il s'ensuivrait que nous disons que les anges sont également transformés en pouvoirs, et ceux-ci en une chose et l'autre, jusqu'à ce que notre argument aille trop loin pour la sécurité.



XI. Dieu n'a pas non plus, comme s'il avait mal fait l'homme, ou commis une erreur dans la formation de celui-ci, déterminé par la suite à faire un ange, en se repentant de son oeuvre, comme le font les pires des artisans ; il n'a pas non plus façonné l'homme, après avoir voulu à l'origine faire un ange, et a échoué ; car ce serait un signe de faiblesse, etc. Pourquoi alors a-t-il fait l'homme et non l'ange, s'Il voulait que les hommes soient des anges et non des hommes ? Était-ce parce qu'Il n'en était pas capable ? C'est un blasphème de le supposer. Ou bien était-il si occupé à faire le pire au point de s'attarder sur le meilleur ? Cela aussi est absurde. Car Il ne manque pas de faire ce qui est bon, Il ne le diffère pas, Il n'en est pas incapable ; mais Il a le pouvoir d'agir comme et quand Il veut, dans la mesure où Il est Lui-même le pouvoir. C'est donc parce qu'Il a voulu que l'homme soit homme, qu'Il l'a fait à l'origine. Mais s'Il l'a voulu ainsi - puisqu'Il veut ce qui est bon - l'homme est bon. Or, on dit que l'homme est composé d'une âme et d'un corps ; il ne peut donc exister sans corps, mais avec un corps, à moins qu'un autre homme ne soit produit en plus de l'homme. Car tous les ordres des êtres immortels doivent être préservés par Dieu, et parmi eux se trouve l'homme. Car, dit le Livre de la Sagesse, Dieu a créé l'homme pour qu'il soit immortel, et il l'a fait pour qu'il soit une image de sa propre éternité. Sagesse 2:23 Le corps ne périt donc pas, car l'homme est composé d'une âme et d'un corps.



XII. Observez donc que ce sont là les choses mêmes que le Seigneur a voulu enseigner aux Sadducéens, qui ne croyaient pas à la résurrection de la chair. Car telle était l'opinion des Sadducéens. C'est pourquoi, après avoir inventé la parabole de la femme et des sept frères, afin de mettre en doute la résurrection de la chair, il vint à lui, dit Matthieu 22:23, les Sadducéens aussi, qui disent qu'il n'y a pas de résurrection. Le Christ, donc, s'il n'y avait pas eu de résurrection de la chair, mais que seule l'âme était sauvée, aurait été d'accord avec leur opinion comme étant juste et excellente. Mais, comme il en était ainsi, Il répondit : A la résurrection, ils ne se marient pas et ne sont pas donnés en mariage, mais ils sont comme les anges dans le ciel, Matthieu 22:23, non pas parce qu'ils n'ont pas de chair, mais parce qu'ils ne se marient pas et ne sont pas donnés en mariage, mais parce qu'ils sont désormais incorruptibles. Et il parle de notre proximité avec les anges à cet égard, que comme les anges dans le ciel, nous aussi dans le paradis, nous ne passons plus notre temps dans des fêtes de mariage ou d'autres festivités. mais dans la vision de Dieu et la culture de la vie, sous la direction du Christ. Car il n'a pas dit qu'ils seraient des anges, mais comme les anges, en étant, par exemple, couronnés, comme il est écrit, de gloire et d'honneur ; en se distinguant un peu des anges, tout en étant proches d'être des anges. Comme s'Il avait dit. En observant le bel ordre du ciel, et le calme de la nuit, et tout ce qui est illuminé par la lumière céleste de la lune, la lune brille comme le soleil. Nous ne devrions donc pas dire qu'Il a affirmé que la lune était absolument le soleil, mais comme le soleil. De même, ce qui n'est pas de l'or, mais qui se rapproche de la nature de l'or, n'est pas de l'or, mais est comme de l'or. Mais si c'était de l'or, on dirait que c'est de l'or, et non pas comme de l'or. Mais comme ce n'est pas de l'or, mais qu'il s'approche de la nature de l'or, et qu'il en a l'apparence, on dit qu'il est semblable à l'or ; ainsi aussi quand Il dit que les saints seront, à la résurrection, semblables aux anges, nous ne comprenons pas qu'Il affirme qu'ils seront alors réellement des anges, mais qu'ils s'approchent de la condition des anges. Il est donc tout à fait déraisonnable de dire : "Puisque le Christ a déclaré que les saints dans la résurrection apparaissent comme des anges, leurs corps ne ressuscitent donc pas, bien que les mots mêmes employés donnent une preuve claire de l'état réel de l'affaire. Car le terme de résurrection ne s'applique pas à ce qui n'est pas tombé, mais à ce qui est tombé et qui ressuscite ; comme lorsque le prophète dit, je ressusciterai aussi le tabernacle de David qui est tombé. Amos 9:11 Or, la tente de l'âme, tant désirée, est tombée, et elle a été engloutie dans la poussière de la terre. Daniel 12:2 Car ce n'est pas ce qui n'est pas mort, mais ce qui est mort qui est déposé. Mais c'est la chair qui meurt, l'âme est immortelle. Ainsi donc, si l'âme est immortelle et le corps est le cadavre, ceux qui disent qu'il y a une résurrection, mais non de la chair, nient toute résurrection ; car ce n'est pas ce qui reste debout, mais ce qui est tombé et ce qui a été déposé, qui est remis en place ; selon ce qui est écrit : Celui qui remplit ne ressuscite-t-il pas, et celui qui se détourne ne revient-il pas ? Jérémie 8:4



XIII. Puisque la chair a été faite à la limite de l'incorruptibilité et de la corruption, n'étant elle-même ni l'une ni l'autre, et qu'elle a été vaincue par la corruption pour le plaisir, bien qu'elle fût l'œuvre et la propriété de l'incorruptibilité, elle est devenue corruptible et a été déposée dans la poussière de la terre. Quand donc il fut vaincu par la corruption, et livré à la mort par la désobéissance, Dieu ne le laissa pas à la corruption. pour être triomphé en héritage ; mais, après avoir vaincu la mort par la résurrection, il le livra de nouveau à l'incorruptibilité, afin que la corruption ne reçoive pas la propriété de l'incorruptibilité, mais. l'incorruptibilité celle de la corruption. C'est pourquoi l'apôtre répond ainsi : "Car ce corruptible doit revêtir l'incorruptibilité, et ce mortel doit revêtir l'immortalité. 1 Corinthiens 15:53 Or, le corruptible et le mortel revêtant l'immortalité, qu'est-ce que c'est sinon ce qui est semé dans la corruption et élevé dans l'incorruptibilité, 1 Corinthiens 5:42 - car l'âme n'est ni corruptible ni mortelle ; mais ce qui est mortel et corruptible est de chair - afin que, comme nous avons porté l'image du terrestre, nous portions aussi l'image du céleste ? 1 Corinthiens 15:49 Car l'image du terrestre que nous avons portée est celle-ci : Tu es poussière, et tu retourneras à la poussière. Genèse 3:19 Mais l'image du céleste, c'est la résurrection des morts et l'incorruptibilité, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions dans la nouveauté de la vie. Romains 6:4 Mais si quelqu'un devait penser que l'image terrestre est la chair elle-même, mais que l'image céleste est un autre corps spirituel que la chair, qu'il considère d'abord que le Christ, l'homme céleste, lorsqu'il est apparu, avait la même forme de membres et la même image de la chair que les nôtres, par laquelle lui aussi, qui n'était pas homme, est devenu homme, afin que, comme en Adam, tous meurent, de même en Christ, tous soient rendus vivants. 1 Corinthiens 15:22 Car s'il a porté la chair pour une autre raison que celle de la libérer et de la ressusciter, pourquoi a-t-il porté la chair de façon superflue, comme il n'a voulu ni la sauver ni la ressusciter ? Mais le Fils de Dieu ne fait rien de superflu. Il n'a donc pas pris inutilement la forme d'un serviteur, mais celle de l'élever et de la sauver. Car Il a vraiment été fait homme et Il est mort, et non en apparence, mais afin qu'Il soit vraiment montré comme le premier né des morts, changeant le terrestre en céleste, et le mortel en immortel. Lorsque Paul dit donc que la chair et le sang ne peuvent hériter du royaume de Dieu, 1 Corinthiens 15:50, il ne donne pas une opinion désobligeante sur la régénération de la chair, mais enseigne que le royaume de Dieu, qui est la vie éternelle, n'est pas possédé par le corps, mais le corps par la vie. Car si le royaume de Dieu, qui est la vie, était possédé par le corps, il arriverait que la vie soit consumée par la corruption. Mais maintenant la vie possède ce qui est en train de mourir, afin que la mort soit engloutie dans la victoire 1 Corinthiens 15:54 par la vie, et que le corruptible soit vu comme la possession de l'incorruptibilité et de l'immortalité, tandis qu'il devient libre et délié de la mort et du péché, mais l'esclave et le serviteur de l'immortalité ; afin que le corps soit la possession de l'incorruptibilité, et non l'incorruptibilité celle du corps.



XIV. Si donc, à partir d'une telle goutte, petite, et auparavant sans existence, dans son état actuel d'humidité, de contraction et d'insignifiance, en fait à partir de rien, l'homme est amené à l'existence, combien plus l'homme pourra-t-il ressurgir à partir d'un homme existant auparavant ? Car il n'est pas si difficile de refaire quelque chose après qu'il ait déjà existé et qu'il soit tombé en décomposition, que de produire à partir du néant ce qui n'a jamais existé. Maintenant, si nous choisissons d'exposer le liquide séminal d'un homme et d'y placer un cadavre, chacun de son côté, lequel d'entre eux, lorsqu'ils sont exposés à la vue, les spectateurs penseront le plus probablement devenir un homme - cette goutte, qui n'est rien du tout, ou ce qui a déjà une forme, une taille et une substance ? Car si ce qui n'est rien du tout, simplement parce que Dieu le veut, devient un homme, à quel point ce qui existe et qui est amené à la perfection redeviendra un homme, s'il plaît à Dieu ? Pour quelle raison le théologien Moïse a-t-il introduit, dans un sens mystique, la fête des Tabernacles dans le livre du Lévitique ? Était-ce pour que nous puissions célébrer la fête de Dieu, comme les Juifs l'interprètent avec leur vision basse des Écritures ? Comme si Dieu prenait plaisir à de tels tabernacles, décorés de fruits, de branches et de feuilles, qui se flétrissent et perdent immédiatement leur verdure. Nous ne pouvons pas le dire. Dites-moi donc quel était l'objet de la fête des Tabernacles ? Il a été introduit pour désigner notre véritable tabernacle, qui, après avoir été détruit par la transgression de la loi et brisé par le péché, a été détruit par la corruption, et que Dieu a promis de reconstituer et de relever dans l'incorruptibilité, afin que nous puissions vraiment célébrer en son honneur la grande et célèbre fête des Tabernacles à la résurrection ; lorsque nos tabernacles seront reconstitués dans l'ordre parfait de l'immortalité et de l'harmonie, et relevés de la poussière dans l'incorruptibilité ; lorsque les os desséchés, Ezéchiel 37 : 4 selon la prophétie la plus vraie, entendront une voix et seront amenés à leurs articulations par Dieu, le Créateur et l'Artificier Parfait, qui alors renouvellera la chair et la liera, non plus avec des liens comme ceux par lesquels elle était d'abord tenue ensemble, mais par ceux qui seront pour toujours indécroissables et indissolubles. Car j'ai vu un jour sur l'Olympe, qui est une montagne de Lycie, le feu jaillir spontanément du sol au sommet de la montagne ; et à côté de lui se tenait un arbre Agnos, si florissant, vert et ombragé, qu'on pourrait supposer qu'un flot d'eau inépuisable avait nourri sa croissance, plutôt que ce qui était réellement le cas. C'est pourquoi, bien que la nature des choses soit corruptible et leur corps consumé par le feu, et qu'il soit impossible que des choses autrefois inflammables ne soient pas affectées par le feu, cet arbre, loin d'être brûlé, est en fait plus vigoureux et plus vert que d'habitude, bien qu'il soit naturellement inflammable, et cela aussi lorsque le feu brille autour de ses racines. J'ai certainement jeté quelques branches d'arbres du bois voisin sur l'endroit où le feu a éclaté, et elles ont immédiatement pris feu et ont été réduites en cendres. Maintenant, dites-moi pourquoi ce qui ne supporte même pas de sentir la chaleur du soleil, mais qui dépérit sous elle à moins d'être aspergé d'eau, ne se consume pas lorsqu'il est assailli par une telle chaleur ardente, mais vit et prospère à la fois ? Quelle est la signification de cette merveille ? Dieu l'a désignée comme exemple et introduction au jour qui vient, afin que nous sachions plus certainement que, lorsque toutes choses sont envahies par le feu du ciel, les corps qui se distinguent par la chasteté et la justice seront pris par Lui comme libres de toute blessure du feu comme de l'eau froide. Car, en vérité, ô Seigneur bienfaisant et généreux, la créature qui te sert, qui est le Créateur, augmente sa force contre les injustes pour leur châtiment, et diminue sa force au profit de ceux qui se confient en toi ; Sagesse 16:24 et à ton gré le feu refroidit, et ne blesse rien de ce que tu décides de préserver ; et encore, l'eau brûle plus ardemment que le feu, et rien ne s'oppose à ta puissance et à ta force incontrôlables. Car tu as créé toutes choses à partir de rien ; c'est pourquoi aussi tu changes et tu transformes toutes choses comme tu veux, car elles sont à toi, et toi seul es Dieu.



XV. L'apôtre, après avoir attribué la plantation et l'arrosage à l'art, à la terre et à l'eau, a certainement concédé la croissance à Dieu seul, où il dit : "Celui qui plante n'est rien, celui qui arrose n'est rien, mais Dieu qui donne la croissance. 1 Corinthiens 3:7 Car il savait que la Sagesse, le premier-né de Dieu, le père et l'artisan de toutes choses, fait naître toute chose dans le monde, que les anciens appelaient la Nature et la Providence, parce que c'est elle qui, avec des soins et des provisions constants, donne à toutes choses la naissance et la croissance. Car, dit la Sagesse de Dieu, mon Père travaille jusqu'à présent, et moi je travaille. Jean 5:17 Or c'est à ce titre que Salomon a appelé la Sagesse l'artifice de toutes choses, puisque Dieu n'est en aucun cas pauvre, mais qu'il est richement capable de créer, de faire, de varier et d'augmenter toutes choses.



XVI. Dieu, qui a créé toutes choses, et qui pourvoit et prend soin de toutes choses, a pris la poussière du sol, et a fait notre homme extérieur.


Deuxième partie

Le deuxième discours sur la résurrection



Ainsi, les images de nos rois ici, même si elles ne sont pas formées des matériaux les plus précieux - or ou argent - sont honorées par tous. Car les hommes, s'ils traitent avec respect les images des matériaux les plus précieux, ne minimisent pas celles des matériaux moins précieux, mais honorent toutes les images du monde, même si elles sont en craie ou en bronze. Et celui qui parle contre l'un ou l'autre, n'est pas acquitté comme s'il n'avait parlé que contre l'argile, ni condamné pour avoir méprisé l'or, mais pour avoir été irrespectueux envers le Roi et le Seigneur lui-même. Les images des anges de Dieu, qui sont façonnées en or, les principautés et les pouvoirs, nous les faisons pour son honneur et sa gloire.



Troisième partie

I. Extrait du discours sur la résurrection.



I. Lisez le livre sur la résurrection de saint Méthode, évêque et martyr, dont ce qui suit est une sélection, que le corps n'est pas l'entrave de l'âme, comme le pensait Origène, et que les âmes appelées par le prophète Jérémie ne sont pas non plus entravées du fait de leur être dans les corps. En effet, il pose le principe que le corps n'entrave pas les énergies de l'âme, mais que le corps est plutôt porté par elle et coopère à tout ce que l'âme lui confie. Mais comment comprendre l'opinion de Grégoire le théologien, et de bien d'autres ?



II. Que Origène a dit que le corps a été donné à l'âme comme une entrave après la chute, et qu'auparavant elle vivait sans corps ; mais que ce corps que nous portons est la cause de nos péchés ; c'est pourquoi il l'a aussi appelé une entrave, car il peut empêcher l'âme de faire de bonnes œuvres.



III. Que si le corps a été donné à l'âme après la chute comme une entrave, il doit avoir été donné comme une entrave sur le mal ou le bien. Or, il est impossible qu'il soit sur le bien ; car aucun médecin ou artificateur ne donne à ce qui a mal tourné un remède pour causer une nouvelle erreur, et encore moins Dieu. Il reste donc que c'était une entrave au mal. Mais nous voyons bien qu'au début, Caïn, vêtu de ce corps, a commis un meurtre ; et il est évident dans quelle méchanceté ceux qui lui ont succédé ont couru. Le corps n'est donc pas une entrave au mal, ni même une entrave du tout ; et l'âme n'en fut pas revêtue pour la première fois après la chute.



IV. On dit que l'homme, par rapport à sa nature, n'est ni une âme sans corps, ni, d'autre part, un corps sans âme ; mais un être composé de l'union de l'âme et du corps en une forme du beau. Mais Origène a dit que l'âme seule est l'homme, comme l'a fait Platon.



V. Qu'il y a une différence entre l'homme et les autres créatures vivantes ; et qu'on leur donne des variétés de formes naturelles, aussi nombreuses que les forces tangibles et visibles de la nature produites sur ordre de Dieu ; tandis qu'à lui ont été données la forme et l'image de Dieu, avec chaque partie exactement terminée, selon la ressemblance très originale du Père et du Fils unique. Nous devons maintenant examiner comment le saint affirme cela.



VI. Il dit que Phidias le statuaire, après avoir fait l'image pisaïenne de l'ivoire, a ordonné de verser de l'huile devant elle, afin qu'elle soit conservée impérissable, dans la mesure où il pouvait la sécuriser.



VII. Il dit, comme l'a dit aussi Athénagoras, que le diable est un esprit, créé par Dieu, dans le voisinage de la matière, comme le sont bien sûr les autres anges, et qu'on lui a confié la surveillance de la matière et des formes de la matière. Car, selon la constitution originelle des anges, ils ont été faits par Dieu, dans sa providence, pour le soin de l'univers ; afin que, tandis que Dieu exerce une surveillance parfaite et générale sur l'ensemble, et garde l'autorité et le pouvoir suprême sur tous - car de lui dépend leur existence - les anges désignés à cet effet prennent en charge les détails. Les autres restèrent dans les positions pour lesquelles Dieu les avait faits et désignés ; mais le diable fut insolent, et ayant conçu l'envie de nous, il se conduisit mal dans la charge qui lui était confiée ; de même que ceux qui, par la suite, furent épris de charmes charnels, et de mauvaises relations illicites avec les filles des hommes. Car à eux aussi, comme aux hommes, Dieu a accordé la possession de leur propre choix. Et comment cela doit-il être pris ?



VIII. Il dit que par les manteaux de peaux est signifiée la mort. Car il dit d'Adam que lorsque le Dieu tout-puissant vit que, par trahison, lui, un être immortel, était devenu mauvais, tout comme l'était le diable qui l'avait trompé, il prépara les manteaux de peaux à cet effet ; afin que, lorsqu'il serait ainsi, pour ainsi dire, revêtu de mortalité, tout ce qui était mauvais en lui puisse mourir dans la dissolution du corps.



IX. Il soutient que Saint Paul a eu deux révélations. Car l'apôtre, dit-il, ne suppose pas que le paradis soit dans le troisième ciel, de l'avis de ceux qui ont su observer les subtilités du langage, quand il dit : "Je connais un tel homme qui a été enlevé au troisième ciel ; et je connais un tel homme, dans le corps ou hors du corps, Dieu sait, qui a été enlevé au paradis. 2 Corinthiens 12:2-3 Il signifie ici qu'il a vu deux révélations, ayant été manifestement enlevé deux fois, une fois au troisième ciel, et une fois au paradis. Pour les mots, je sais qu'un tel homme a été enlevé, assurez-vous qu'il a été personnellement montré une révélation concernant le troisième ciel. Et les paroles qui suivent, Et je sais qu'un tel homme, qu'il soit dans le corps ou hors du corps, Dieu le sait, qu'il a été enlevé au paradis, montrent qu'une autre révélation lui a été faite concernant le paradis. Or, il a été amené à faire cette déclaration par son adversaire qui a établi à partir des paroles de l'apôtre que le paradis est une simple conception, comme il l'est au-dessus du ciel, pour en tirer la conclusion que la vie au paradis est incorporelle.



X. Il dit qu'il est en notre pouvoir de faire, ou d'éviter de faire, le mal ; car autrement nous ne devrions pas être punis pour avoir fait le mal, ni être récompensés pour avoir fait le bien ; mais la présence ou l'absence de mauvaises pensées ne dépend pas de nous. C'est pourquoi même le saint Paul dit : Ce que je voudrais, je ne le fais pas, mais ce que je ne voudrais pas, je le fais ; Romains 7:15, c'est-à-dire : Mes pensées ne sont pas ce que je voudrais, mais ce que je ne voudrais pas. Il dit maintenant que l'habitude d'imaginer le mal est enracinée par l'approche de la mort physique, - puisque c'est pour cette raison que la mort a été fixée par Dieu pour le pécheur, afin que le mal ne demeure pas éternellement.

Mais quel est le sens de cette affirmation ? Il est à noter qu'elle a également été faite par d'autres de nos Pères. Quel est le sens, puisque ceux qui rencontrent la mort n'y trouvent à l'époque ni augmentation ni diminution des péchés ?



II. Synthèse de quelques mots apostoliques du même discours.



1. Lisez une interprétation synthétique de quelques mots apostoliques du même discours. Voyons donc ce que nous nous sommes efforcés de dire en respectant l'apôtre. Pour cette parole de l'apôtre, "J'ai vécu une fois sans loi", Romains 7,9 se réfère à la vie qui a été vécue au paradis devant la loi, non pas sans corps, mais avec un corps, par nos premiers parents, comme nous l'avons montré plus haut ; car nous vivions sans concupiscence, en ignorant totalement ses assauts. En effet, le fait de ne pas avoir de loi selon laquelle nous devrions vivre, ni de pouvoir établir quel mode de vie nous devrions adopter, afin d'être justement approuvés ou blâmés, est considéré comme exemptant une personne de toute accusation. Car on ne peut pas convoiter les choses dont on n'est pas empêché, et même si on les convoitait, on ne serait pas blâmé. Car la convoitise ne vise pas les choses qui sont devant nous, et soumises à notre pouvoir, mais celles qui sont devant nous, et non en notre pouvoir. Car comment prendre soin d'une chose qui ne lui est ni interdite ni nécessaire ? Et c'est pourquoi il est dit : "Je n'ai pas connu la convoitise, si ce n'est que la loi a dit : Tu ne convoiteras pas. Romains 7:7 Car lorsque (nos premiers parents) ont entendu : De l'arbre de la connaissance du bien et du mal, vous n'en mangerez pas ; car le jour où vous en mangerez, vous mourrez. Genèse 2:17 Alors ils ont conçu la convoitise, et l'ont recueillie. C'est pourquoi il a été dit : Je n'ai pas connu la convoitise, si ce n'est que la loi a dit : Tu ne convoiteras pas ; et ils n'auraient pas voulu en manger, si ce n'est qu'il a été dit : Tu n'en mangeras pas. Car c'est de là que le péché a pris l'occasion de me tromper. Car lorsque la loi a été donnée, le diable avait en son pouvoir d'opérer la convoitise en moi ; car sans la loi, le péché était mort ; Romains 7:8 ce qui signifie que lorsque la loi n'a pas été donnée, le péché ne pouvait pas être commis. Mais j'étais vivant et irréprochable devant la loi, n'ayant pas de commandement selon lequel il fallait vivre ; mais quand le commandement est venu, le péché est revenu à la vie, et je suis mort. Et le commandement, qui a été ordonné à la vie, je l'ai trouvé jusqu'à la mort. Romains 7:9-10 Car, après que Dieu eut donné la loi et m'eut prescrit ce que je devais faire et ce que je ne devais pas faire, le diable fit naître en moi la convoitise. Car la promesse de Dieu qui m'a été faite était pour la vie et pour l'incorruptibilité, afin que, si je l'exécutais, j'aie une vie et une joie toujours florissantes jusqu'à l'incorruptibilité ; mais pour celui qui la désobéissait, elle donnait lieu à la mort. Mais le diable, qu'il appelle péché, parce qu'il est l'auteur du péché, en saisissant l'occasion par le commandement de me tromper pour me faire désobéir, m'a trompé et m'a tué, me rendant ainsi sujet à la condamnation : Le jour où tu en mangeras, tu mourras sûrement. Genèse 2:17 C'est pourquoi la loi est sainte, et le commandement est saint, et juste et bon ; Romains 7:12 parce qu'il a été donné, non pour blesser, mais pour être en sécurité ; car ne supposons pas que Dieu rende quoi que ce soit inutile ou blessant. Que fais-tu ? Ce qui est bon a-t-il donc été pour moi une mort ? Romains 7:13, c'est-à-dire ce qui a été donné comme loi, afin qu'il soit la cause du plus grand bien ? A Dieu ne plaise. Car ce n'est pas la loi de Dieu qui m'a assujetti à la corruption, mais le diable, afin que se manifeste celui qui, par le bien, a fait le mal, afin que l'inventeur du mal devienne le plus grand de tous les pécheurs et qu'il soit prouvé qu'il l'a fait. Car nous savons que la loi est spirituelle ; Romains 7:14 et donc elle ne peut en aucun cas être préjudiciable à quiconque ; car les choses spirituelles sont très éloignées de la convoitise irrationnelle et du péché. Mais je suis charnel, vendu sous le péché ; Romains 7:14 ce qui signifie : Mais je suis charnel, et étant placé entre le bien et le mal comme un agent volontaire, je suis afin d'avoir en mon pouvoir de choisir ce que je veux. Car voici que je vous propose la vie et la mort, ce qui signifie que la mort résulterait de la désobéissance à la loi spirituelle, c'est-à-dire au commandement, et de l'obéissance à la loi charnelle, c'est-à-dire au conseil du serpent ; car par un tel choix je suis vendu au diable, tombé sous le péché. D'où le mal, comme s'il m'assiégeait, s'attache à moi et m'habite, la justice me livrant pour être vendue au Malin, en conséquence d'avoir violé la loi. D'où aussi les expressions : Ce que je fais, je ne le permets pas, et ce que je hais, je le fais, Romains 7:15 ne doit pas être compris comme faisant le mal, mais seulement comme le pensant. Car il n'est pas en notre pouvoir de penser ou de ne pas penser à des choses inappropriées, mais d'agir ou de ne pas agir en fonction de nos pensées. Car nous ne pouvons pas empêcher les pensées de venir dans notre esprit, puisque nous les recevons lorsqu'elles nous sont inspirées de l'extérieur ; mais nous pouvons nous abstenir de leur obéir et d'agir sur elles. Il est donc en notre pouvoir de ne pas vouloir penser ces choses, mais de ne pas faire en sorte qu'elles disparaissent pour ne plus revenir à l'esprit ; car cela n'est pas en notre pouvoir, comme je l'ai dit ; ce qui est le sens de cette déclaration : Le bien que je voudrais, je ne le fais pas ; Romains 7:19 car je ne veux pas penser aux choses qui me blessent ; car ce bien est tout à fait innocent. Mais le bien que je voudrais, je ne le fais pas ; mais le mal que je ne voudrais pas, je le fais ; je ne veux pas penser, et pourtant je pense ce que je ne veux pas. Et demandez-vous si ce n'est pas pour ces choses-là que David a invoqué Dieu, en se plaignant de ce qu'il pensait de ce qu'il ne voulait pas : Purifie-moi de mes fautes secrètes. Garde aussi Ton serviteur des péchés présomptueux, de peur qu'ils ne s'emparent de moi ; ainsi je serai exempt de souillure et innocent de la grande offense. Et l'apôtre aussi, dans un autre lieu : Renversant les imaginations, et toute chose élevée qui s'élève contre la connaissance de Dieu, et amenant en captivité toute pensée à l'obéissance du Christ. 2 Corinthiens 10:5



II. Mais si quelqu'un s'aventure à s'opposer à cette affirmation, et à répondre que l'apôtre enseigne que nous haïssons non seulement le mal qui est dans la pensée, mais que nous faisons ce que nous ne voulons pas, et que nous le haïssons même dans l'acte même de le faire, car il dit : Le bien que je voudrais, je ne le fais pas ; mais le mal que je ne voudrais pas, je le fais ; Romains 7 : 19 si celui qui dit cela dit la vérité, demandons-lui d'expliquer quel est le mal que l'apôtre a détesté et qu'il n'a pas voulu faire, mais qu'il a fait ; et le bien qu'il a voulu faire, mais qu'il n'a pas fait ; et inversement, si aussi souvent qu'il a voulu faire le bien, aussi souvent il n'a pas fait le bien qu'il a voulu, mais qu'il a fait le mal qu'il n'a pas voulu ? Et comment peut-il dire, lorsqu'il nous exhorte à nous débarrasser de toutes sortes de péchés : "Soyez mes disciples, comme je le suis aussi du Christ ? 1 Corinthiens 11:1 Il voulait donc dire les choses déjà mentionnées, qu'il ne voulait pas faire, qu'il ne voulait pas être fait, mais qu'il voulait seulement être pensé. Car comment pourrait-il être autrement une imitation exacte de Christ ? Il serait donc excellent, et très agréable, que nous n'ayons pas ceux qui s'opposent à nous et qui nous combattent ; mais comme cela est impossible, nous ne pouvons pas faire ce que nous voulons. Car nous ne voulons pas de ceux qui nous conduisent à la passion, car nous pourrions alors être sauvés sans lassitude ni effort ; mais ce n'est pas ce que nous voulons qui arrive, mais ce que nous ne voulons pas. Car il est nécessaire, comme je l'ai dit, que nous soyons jugés. Ne cédons donc pas, ô mon âme, au Malin ; mais revêtons toute l'armure de Dieu, qui est notre protection, ayons la cuirasse de la justice, et que vos pieds soient chaussés de la préparation de l'Évangile (de la paix). Surtout, prenez le bouclier de la foi, grâce auquel vous pourrez éteindre toutes les flèches enflammées des méchants. Et prenez le casque du salut, et l'épée de l'esprit, qui est la Parole de Dieu, afin de pouvoir résister aux ruses du diable, en abattant les pensées et tout ce qui s'élève contre la connaissance de Christ, 2 Corinthiens 10:5 car nous ne luttons pas contre la chair et le sang ; Ephésiens 6:12 car ce que je fais, je ne le permets pas ; car ce que je veux, je ne le fais pas ; mais ce que je hais, je le fais. Si donc je fais ce que je ne veux pas, je consens à ce que la loi soit bonne. Ce n'est donc plus moi qui le fais, mais le péché qui habite en moi. Car je sais qu'en moi, c'est-à-dire dans ma chair, il n'y a rien de bon. Romains 7:15-18 Et cela est dit à juste titre. Car souvenez-vous qu'il a déjà été démontré que, depuis le temps où l'homme s'est égaré et a désobéi à la loi, le péché, naissant de sa désobéissance, a habité en lui. Car c'est ainsi que s'est produite une agitation, que nous avons été remplis d'agitations et d'imaginations étrangères, vidés de l'inspiration divine et remplis du désir charnel que le serpent rusé nous a insufflé. Et, par conséquent, Dieu a inventé la mort pour nous, afin de détruire le péché, de peur qu'il ne s'élève en nous, immortels, comme je l'ai dit, qu'il ne soit immortel. Quand l'apôtre dit, car je sais qu'en moi - c'est-à-dire dans ma chair - n'habite aucune bonne chose, par ces mots il entend indiquer que le péché habite en nous, depuis la transgression, par la convoitise ; d'où, comme de jeunes pousses, s'élèvent autour de nous les imaginations de plaisir. Car il y a deux sortes de pensées en nous : celle qui naît de la convoitise qui réside dans le corps et qui, comme je l'ai dit, provient de l'art de l'Esprit malin ; l'autre provient de la loi, qui est conforme au commandement, que nous avions implanté en nous comme une loi naturelle, en éveillant nos pensées au bien, lorsque nous prenons plaisir à la loi de Dieu selon notre esprit, car c'est l'homme intérieur ; mais à la loi du diable selon la convoitise qui réside dans la chair. Car celui qui combat et s'oppose à la loi de Dieu, c'est-à-dire à la tendance de l'esprit au bien, est le même qui excite les pulsions charnelles et sensuelles à l'anarchie.



III. Car l'apôtre énonce ici clairement, comme je le pense, trois lois : Une en accord avec le bien qui est implanté en nous, qu'il appelle clairement la loi de l'esprit. L'autre est celle qui découle de l'assaut du mal, et qui pousse souvent l'âme à des fantaisies lascives, ce qui, dit-il, va à l'encontre de la loi de l'esprit. Romains 7:23 Et la troisième, qui est conforme au péché, établie dans la chair par la convoitise, qu'il appelle la loi du péché qui habite nos membres ; Romains 7:23 que le Malin, poussant, suscite souvent contre nous, nous poussant à l'iniquité et aux mauvaises actions. Car il semble y avoir en nous une chose qui est meilleure et une autre qui est pire. Et quand ce qui est meilleur dans sa nature est sur le point de devenir plus puissant que ce qui est pire, tout l'esprit est porté vers le bien ; mais quand le pire augmente et se déséquilibre, l'homme est au contraire poussé vers de mauvaises imaginations. C'est pourquoi l'apôtre prie pour en être délivré, considérant cela comme la mort et la destruction ; comme le fait aussi le prophète lorsqu'il dit : "Purifie-moi de mes fautes secrètes". Il en est de même pour les paroles : "Car je prends plaisir à la loi de Dieu après l'homme intérieur ; mais je vois une autre loi dans mes membres, qui combat la loi de mon esprit, et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres. Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ? Romains 7:22-24 par lequel il ne veut pas dire que le corps est la mort, mais la loi du péché qui est dans ses membres, qui est cachée en nous par la transgression, et qui trompe toujours l'âme jusqu'à la mort de l'iniquité. Et il ajoute immédiatement, en montrant clairement de quel genre de mort il désirait être délivré, et qui était celui qui l'a délivré, je remercie Dieu, par Jésus-Christ. Romains 7:25 Et il faut considérer que s'il disait que ce corps était la mort, ô Aglaophon, comme tu le supposais, il ne mentionnerait pas ensuite le Christ comme le délivrant d'un si grand mal. Car dans ce cas, quelle chose étrange aurions-nous dû avoir depuis l'avènement du Christ ? Et comment l'apôtre aurait-il pu dire cela, comme pouvant être délivré de la mort par l'avènement du Christ ; alors que c'était le lot de tous de mourir avant la venue du Christ dans le monde ? Et donc, ô Aglaophon, il dit que ce corps n'était pas la mort, mais le péché qui habite le corps par la convoitise, dont Dieu l'a délivré par l'avènement du Christ. Car la loi de l'Esprit de vie en Jésus-Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort, afin que celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts ranime aussi vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous, ayant condamné le péché qui est dans le corps à sa destruction, afin que s'allume et se manifeste la justice de la loi de la nature qui nous attire au bien et qui est conforme au commandement. Pour le bien que la loi de la nature ne pouvait pas faire, en ce qu'elle était faible, étant vaincue par la convoitise qui se trouve dans le corps, Dieu a donné la force d'accomplir, en envoyant Son propre Fils dans la ressemblance de la chair pécheresse ; afin que le péché étant condamné, à sa destruction, pour qu'il ne porte jamais de fruit dans la chair, la justice de la loi de la nature puisse s'accomplir, abondant dans l'obéissance de ceux qui marchent non pas selon la convoitise de la chair, mais selon la convoitise et la direction de l'Esprit ; car la loi de l'Esprit de vie, qui est l'Evangile, étant différente des lois antérieures, conduisant par sa prédication à l'obéissance et à la rémission des péchés, nous a délivrés de la loi du péché et de la mort, ayant vaincu entièrement le péché qui régnait sur notre chair.



IV. Il dit que les plantes ne sont ni nourries ni augmentées à partir de la terre. Car, dit-il, que chacun se demande comment la terre peut être changée et prise dans la substance des arbres. Car alors la place de la terre qui se trouvait autour, et qui a été attirée par les racines dans tout le compas de l'arbre, où l'arbre a poussé, doit être évidée ; de sorte qu'une chose telle qu'ils tiennent en respectant le flux des corps, est absurde. Car comment la terre pourrait-elle d'abord entrer par les racines dans les troncs des plantes, puis, passant par leurs canaux dans toutes leurs branches, se transformer en feuilles et en fruits ? Or, il existe de grands arbres, comme le cèdre, les pins, les sapins, qui portent chaque année beaucoup de feuilles et de fruits ; et l'on peut voir qu'ils ne consomment rien de la terre environnante dans la masse et la substance de l'arbre. Car il faudrait, s'il était vrai que la terre monte par les racines et se transforme en bois, que tout l'endroit où la terre se trouve autour d'eux soit évidé ; car il n'est pas dans la nature d'une substance sèche de s'écouler, comme une substance humide, et de remplir la place de ce qui s'éloigne. De plus, il existe des figuiers et d'autres plantes similaires qui poussent fréquemment dans les bâtiments des monuments, mais qui ne consomment jamais tout le bâtiment en eux-mêmes. Mais si quelqu'un choisissait de récolter leurs fruits et leurs feuilles pendant de nombreuses années, il s'apercevrait que leur volume est devenu beaucoup plus important que la terre des monuments. Il est donc absurde de supposer que la terre est consommée dans la récolte de fruits et de feuilles ; et même si elles étaient toutes fabriquées par elle, elles ne l'utiliseraient que pour leur siège et leur place. Car le pain n'est pas fait sans moulin, sans lieu, sans temps, sans feu, et pourtant le pain n'est fait d'aucune de ces choses. On peut dire la même chose de mille autres choses.



V. Les disciples d'Origène avancent ce passage, car nous savons que si notre maison terrestre de ce tabernacle était dissoute, 2 Corinthiens 5:1 et ainsi de suite, pour réfuter la résurrection du corps, disant que le tabernacle est le corps, et la maison non faite de mains dans les cieux est notre vêtement spirituel. C'est pourquoi, dit le saint Méthode, par cette maison terrestre, il faut entendre métaphoriquement notre existence de courte durée ici, et non ce tabernacle ; car si vous décidez de considérer le corps comme étant la maison terrestre qui est dissoute, dites-nous quel est le tabernacle dont la maison est dissoute ? Car le tabernacle est une chose, et la maison du tabernacle une autre, et encore une autre nous qui avons le tabernacle. Car, dit-il, si notre maison terrestre de ce tabernacle est dissoute - ce par quoi il fait remarquer que les âmes sont nous-mêmes, que le corps est un tabernacle, et que la maison du tabernacle représente figurativement la jouissance de la chair dans la vie présente. Si donc cette vie présente du corps est dissoute comme une maison, nous aurons ce qui n'est pas fait de main d'homme dans les cieux. Pas fait de mains, dit-il, pour souligner la différence ; car on peut dire que cette vie est faite de mains, puisque tous les emplois et les activités de la vie sont exercés par les mains des hommes. Car le corps, étant l'œuvre de Dieu, n'est pas dit fait de mains, dans la mesure où il n'est pas formé par les arts des hommes. Mais si l'on dit qu'il est fait de main d'homme, parce qu'il est l'oeuvre de Dieu, alors nos âmes aussi, les anges et les vêtements spirituels dans les cieux sont faits de main d'homme, car toutes ces choses sont aussi l'oeuvre de Dieu. Quelle est donc la maison qui est faite de main d'homme ? C'est, comme je l'ai dit, l'existence de courte durée qui est soutenue par les mains humaines. Car Dieu a dit : A la sueur de ton visage tu mangeras du pain ; Genèse 3:19 et quand cette vie est dissoute, nous avons la vie qui n'est pas faite de mains. Comme l'a montré aussi le Seigneur, lorsqu'il a dit Faites-vous des amis du mammon de l'iniquité, afin que, lorsque vous échouez, ils vous accueillent dans des demeures éternelles. Luc 16:9 Car ce que le Seigneur appelait alors habitations, l'apôtre l'appelle ici vêtements. Et ce qu'il appelle là les amis de l'iniquité, l'apôtre l'appelle ici les maisons dissoutes. Comme alors, lorsque les jours de notre vie présente seront écoulés, ces bonnes actions de bienfaisance auxquelles nous sommes parvenus dans cette vie injuste, et dans ce monde qui repose dans la méchanceté, 1 Jean 5:19 recevra nos âmes ; ainsi, lorsque cette vie périssable sera dissoute, nous aurons la demeure qui est avant la résurrection - c'est-à-dire que nos âmes seront avec Dieu, jusqu'à ce que nous recevions la nouvelle maison qui nous est préparée, et qui ne tombera jamais. C'est pourquoi nous gémissons, non pas pour être dévêtus comme le corps, mais pour être revêtus de 2 Corinthiens 5:4 par lui dans l'autre vie. Car la maison du ciel, dont nous voulons être revêtus, c'est l'immortalité, avec laquelle, lorsque nous serons revêtus, toute faiblesse et toute mortalité seront entièrement englouties en elle, étant consumées par la vie sans fin. Car c'est par la foi que nous marchons, et non par la vue, 2 Corinthiens 5:7 ; c'est-à-dire que c'est par la foi que nous avançons encore, en regardant les choses de l'au-delà avec une intelligence obscurcie, et non pas clairement, afin de voir ces choses, d'en jouir et d'être en elles. Or, je dis ceci, frères, que la chair et le sang ne peuvent hériter du royaume de Dieu, et que la corruption n'hérite pas non plus de l'incorruptibilité. 1 Corinthiens 15:50 Par chair, il n'entendait pas la chair elle-même, mais l'impulsion irrationnelle vers les plaisirs lascifs de l'âme. Et donc, lorsqu'il dit : La chair et le sang ne peuvent hériter du royaume de Dieu, il ajoute l'explication : La corruption n'hérite pas non plus de l'incorruptibilité. Or la corruption n'est pas la chose qui se corrompt, mais la chose qui corrompt. Car quand la mort prévaut, le corps sombre dans la corruption ; mais quand la vie y demeure, il reste non corrompu. Par conséquent, puisque la chair est la frontière entre la corruption et l'incorruptibilité, n'étant ni la corruption ni l'incorruptibilité, elle a été vaincue par la corruption à cause du plaisir, bien que ce soit le travail et la possession de l'incorruptibilité. Par conséquent, elle est devenue sujette à la corruption. Quand, alors, elle a été vaincue par la corruption, et qu'elle a été livrée à la mort pour le châtiment, Il ne l'a pas laissée pour être vaincue et livrée en héritage à la corruption ; mais en vainquant à nouveau la mort par la résurrection, Il l'a rendue à l'incorruptibilité, afin que la corruption n'hérite pas de l'incorruptibilité, mais de l'incorruptibilité ce qui est corruptible. Et donc l'apôtre répond : Ce corruptible doit revêtir l'incorruptibilité, et cette immortalité mortelle. 1 Corinthiens 15:53 Mais le corruptible et le mortel revêtant l'incorruptibilité et l'immortalité, qu'est-ce que c'est, sinon ce qui est semé dans la corruption qui s'élève dans l'incorruptibilité ? 1 Corinthiens 15:42 Car, comme nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste. Car l'image du terrestre que nous avons portée se réfère à la parole : Tu es poussière, et tu retourneras à la poussière. Et l'image du ciel est la résurrection des morts et de l'incorruptibilité.



VI. Or Justin de Néapolis, un homme non éloigné ni des temps ni des vertus des apôtres, dit que le mortel hérite, mais que la vie hérite ; et que la chair meurt, mais que le royaume des cieux vit. Lorsque Paul dit donc que la chair et le sang ne peuvent hériter du royaume des cieux, il ne parle pas comme s'il voulait minimiser la régénération de la chair, mais comme s'il enseignait que le royaume de Dieu, qui est la vie éternelle, n'est pas hérité par le corps, mais le corps par la vie. Car si le royaume de Dieu, qui est la vie, était hérité par le corps, il arriverait que la vie soit engloutie par la corruption. Mais maintenant la vie hérite de ce qui est mortel, afin que la mort soit engloutie par la vie pour la victoire, et que ce qui est corruptible apparaisse comme la possession de l'incorruptibilité, étant libéré de la mort et du péché, et devenant l'esclave et le sujet de l'immortalité, afin que le corps devienne la possession de l'incorruptibilité, et non l'incorruptibilité du corps.



VII. Maintenant, le passage : "Les morts en Christ ressusciteront d'abord ; puis nous qui sommes vivants", explique ainsi saint Méthode : Ce sont nos corps ; car les âmes, c'est nous-mêmes qui, ressuscitant, reprenons ce qui est mort de la terre ; afin qu'en les rejoignant pour rencontrer le Seigneur, nous puissions célébrer glorieusement la splendide fête de la résurrection, parce que nous avons reçu nos tabernacles éternels, qui ne mourront plus et ne seront plus dissous.



VIII. J'ai vu, dit-il, sur l'Olympe (l'Olympe est une montagne en Lycie), un feu qui jaillissait spontanément de la terre au sommet de la montagne, à côté duquel se trouve la plante Puragnos, si florissante, verte et ombragée, qu'on aurait dit qu'elle poussait à partir d'une fontaine. Pour quelle raison, bien qu'elles soient par nature corruptibles et que leur corps soit consumé par le feu, cette plante n'était-elle pas non seulement non brûlée, mais plutôt plus florissante, bien que dans sa nature elle soit facilement brûlée, et le feu brûlait autour de ses racines ? J'ai alors jeté des branches d'arbres du bois environnant à l'endroit où le feu a jailli, et, s'enflammant immédiatement, elles ont été transformées en cendres. Quel est donc le sens de cette contradiction ? Ce Dieu a établi comme signe et prélude du Jour à venir, afin que nous sachions que, lorsque toutes choses seront submergées par le feu, les corps qui sont doués de chasteté et de justice passeront à travers lui comme s'il s'agissait d'eau froide.



IX. Considérez, dit-il, si le bienheureux Jean aussi, lorsqu'il dit : Et la mer a livré les morts qui étaient en elle ; et la mort et l'enfer ont livré les morts qui étaient en eux, ne signifie-t-il pas les parties qui sont livrées par les éléments pour la reconstruction de chacun ? Par la mer, on entend l'élément humide ; par l'enfer, l'air, dérivé de ἀειδε'ς, parce qu'il est invisible, comme l'a dit Origène ; et par la mort, la terre, parce que ceux qui meurent y sont déposés ; d'où aussi on l'appelle dans les Psaumes la poussière de la mort, le Christ disant qu'Il est amené dans la poussière de la mort.



X. Car, dit-il, tout ce qui est composé et constitué d'air pur et de feu pur, et qui est de même substance que les êtres angéliques, ne peut avoir la nature de la terre et de l'eau ; car il serait alors terrestre. Et de telle nature, et composé de telles choses, Origène a montré que le corps de l'homme sera ce qui s'élèvera, ce qui, dit-il aussi, sera spirituel.



XI. Et il demande quelle sera l'apparence du corps ressuscité, lorsque cette forme humaine, selon lui inutile, aura entièrement disparu ; car c'est la plus belle de toutes les choses qui se combinent dans les créatures vivantes, comme étant la forme que la Déité elle-même emploie, comme l'explique le très sage Paul : L'homme, en effet, ne doit pas se couvrir la tête, car il est l'image et la gloire de Dieu ; en fonction de quoi les corps rationnels des anges sont mis en ordre ? sera-t-il circulaire, ou polygonal, ou cubique, ou pyramidal ? Car il existe de très nombreux types de formes ; mais c'est impossible. Que penser alors de l'affirmation selon laquelle la forme divine doit être rejetée comme étant plus ignoble, car il permet lui-même que l'âme soit comme le corps et que l'homme se relève sans mains ni pieds ?



XII. La transformation, dit-il, est la restauration dans un état impassible et glorieux. Pour l'instant, le corps est un corps de désir et d'humiliation, et c'est pourquoi Daniel a été appelé un homme de désirs. Mais alors il sera transfiguré en un corps impassible, non pas par le changement de la disposition des membres, mais par ses plaisirs charnels non désirés.

Puis il dit, réfutant Origène, Origène pense donc que la même chair ne sera pas restituée à l'âme, mais que la forme de chacun, selon l'apparence par laquelle la chair est maintenant distinguée, se lèvera estampillée sur un autre corps spirituel ; de sorte que chacun apparaîtra à nouveau sous la même forme ; et que c'est la résurrection qui est promise. Car, dit-il, le corps matériel étant fluide, et ne demeurant en aucun cas en lui-même, mais s'usant et se remplaçant autour de l'apparence par laquelle sa forme se distingue, et par laquelle la figure est contenue, il est nécessaire que la résurrection ne soit que celle de l'avant.



XIII. Puis, après un peu, il dit : Si donc, ô Origène, tu maintiens que la résurrection du corps changé en corps spirituel n'est à attendre qu'en apparence, et que tu en donnes la preuve la plus convaincante avec la vision de Moïse et d'Elie, disant qu'ils sont apparus après leur départ de la vie, ne conservant pas d'apparence différente de celle qu'ils avaient depuis le début, de même sera la résurrection de tous les hommes. Mais Moïse et Elie se sont levés et sont apparus sous cette forme dont vous parlez, avant que le Christ ne souffre et ne ressuscite. Comment donc le Christ pourrait-il être célébré par les prophètes et les apôtres comme le premier-né des morts ? Car si l'on croit que le Christ est le premier-né des morts, il est le premier-né des morts comme étant ressuscité avant tous les autres. Mais Moïse est apparu aux apôtres avant que le Christ ne souffre, ayant cette forme sous laquelle vous dites que la résurrection est accomplie. Il n'y a donc pas de résurrection de la forme sans la chair. Car ou bien il y a une résurrection de la forme comme vous l'enseignez, et alors le Christ n'est plus le premier-né des morts, du fait que les âmes sont apparues devant Lui, ayant cette forme après la mort ; ou bien Il est vraiment le premier-né, et il est tout à fait impossible que quelqu'un ait pu penser à une résurrection devant Lui, pour ne pas mourir de nouveau. Mais si personne ne s'est levé devant Lui, et que Moïse et Elie sont apparus aux apôtres sans avoir de chair, mais seulement son apparence, la résurrection dans la chair est clairement manifestée. Car il est des plus absurdes que la résurrection ne se manifeste que dans la forme, puisque les âmes, après leur départ de la chair, ne semblent jamais mettre de côté la forme qui, dit-il, ressuscite. Mais si cela reste avec elles, de sorte qu'elles ne peuvent être enlevées, comme l'âme de Moïse et d'Elie, et qu'elles ne périssent pas, comme tu le penses, ni ne sont détruites, mais sont partout présentes avec elles, alors on ne peut pas dire que la forme qui n'est jamais tombée ressuscite.



XIV. Mais si quelqu'un, trouvant cela inadmissible, répond : "Mais comment donc, si personne n'est ressuscité avant que le Christ ne descende dans l'Hadès, plusieurs sont-ils enregistrés comme étant ressuscités avant Lui ? Parmi eux, on trouve le fils de la veuve de Sarepta, le fils du Shunamite et Lazare. Il faut dire : Ils sont ressuscités pour mourir à nouveau ; mais nous parlons de ceux qui ne mourront jamais après leur résurrection. Et si quelqu'un devait parler avec doute de l'âme d'Elie, comme les Ecritures disent qu'il a été enlevé dans la chair, et que nous disons qu'il est apparu aux apôtres dépouillés de la chair, nous devons dire, que permettre qu'il soit apparu aux apôtres dans la chair est plus favorable à notre argument. Car il est démontré par cette affaire que le corps est susceptible d'immortalité, comme l'a également prouvé la traduction d'Hénoch. Car s'il ne pouvait pas recevoir l'immortalité, il ne pourrait pas rester dans un état d'insensibilité aussi longtemps. Si, donc, il est apparu avec le corps, c'était vraiment après sa mort, mais certainement pas comme ayant ressuscité d'entre les morts. Et cela, nous pouvons le dire, si nous sommes d'accord avec Origène quand il dit que la même forme est donnée à l'âme après la mort ; quand elle est séparée du corps, ce qui est de toutes choses le plus impossible, du fait que la forme de la chair a été détruite avant par ses changements, comme aussi la forme de la statue fondue avant sa dissolution complète. Car la qualité ne peut être séparée de la matière, de manière à exister par elle-même ; car la forme qui disparaît autour du laiton est séparée de la statue fondue, et n'a plus d'existence substantielle.



XV. Puisque l'on dit que la forme est séparée dans la mort de la chair, viens, considérons de combien de façons ce qui est séparé est dit séparé. On dit qu'une chose est séparée d'une autre soit en acte et en subsistance, soit en pensée ; soit en acte, mais pas en subsistance. Comme si, par exemple, on devait séparer l'un de l'autre le blé et l'orge qui ont été mélangés ensemble ; dans la mesure où ils sont séparés en mouvement, on dit qu'ils sont séparés en acte dans la mesure où ils sont séparés lorsqu'ils sont séparés, on dit qu'ils sont séparés en subsistance. Ils sont séparés en pensée lorsque nous séparons la matière de ses qualités, et les qualités de la matière ; en acte, mais non en subsistance, lorsqu'une chose séparée d'une autre n'existe plus, n'ayant pas d'existence matérielle. Et l'on peut observer qu'il en est de même en mécanique, lorsque l'on regarde une statue ou un cheval effronté fondu. Car, lorsqu'il considère ces choses, il voit leur forme naturelle changer ; et elles se transforment en une autre figure dont la forme originale disparaît. Car si quelqu'un fait fondre les œuvres formées en un semblant d'homme ou de cheval, il verra l'apparence de la forme disparaître, mais la matière elle-même rester. Il est donc indéfendable de dire que la forme surgira en nowise corrompue, mais que le corps dans lequel la forme a été estampillée sera détruit.



XVI. Mais il dit qu'il en sera ainsi ; car elle sera changée dans un corps spirituel. Par conséquent, il faut confesser que la même chose qu'au début ne survient pas, du fait qu'elle est changée et corrompue par la chair. Car bien qu'il soit changé en un corps spirituel, ce ne sera pas proprement la substance originale, mais une certaine ressemblance de celle-ci, façonnée dans un corps éthéré. Si, toutefois, ce n'est pas la même forme, ni encore le corps qui naît, alors c'est un autre à la place du premier. Car ce qui est semblable, étant différent de ce à quoi il ressemble, ne peut pas être la toute première chose selon laquelle il a été fait.



XVII. En outre, il dit que c'est l'apparence ou la forme qui fait ressortir l'identité des membres dans le caractère distinctif de la forme.



XVIII. Et, lorsque Origène allègue ce qui est dit par le prophète Ezéchiel au sujet de la résurrection des morts, et le pervertit au retour des Israélites de leur captivité à Babylone, le saint, en le réfutant, après bien d'autres remarques, dit cela aussi : Car ils n'ont pas obtenu une liberté parfaite, ils n'ont pas vaincu leurs ennemis par une puissance plus grande, et ils ont habité de nouveau à Jérusalem ; et quand ils ont eu l'intention de construire (le temple), ils ont été empêchés par d'autres nations. D'où, aussi, ils ne purent construire en quarante-six ans ce que Salomon acheva des fondations en sept ans. Mais que faut-il dire à ce sujet ? Car depuis l'époque de Nabuchodonosor et de ses successeurs à Babylone jusqu'à l'expédition des Perses contre les Assyriens, l'empire d'Alexandre et la guerre des Romains contre les Juifs, Jérusalem a été six fois renversée par ses ennemis. Et cela est consigné par Josèphe, qui dit Jérusalem a été prise en la deuxième année du règne de Vespasien. Elle avait été prise auparavant cinq fois ; mais maintenant, pour la deuxième fois, elle a été détruite. Car Asochaeus, roi d'Egypte, et après lui Antiochus, ensuite Pompée, et après eux Sosius, avec Hérode, ont pris la ville et l'ont brûlée ; mais avant eux, le roi de Babylone l'a conquise et détruite.



XIX. Il dit qu'Origène a ces opinions qu'il réfute. Et il peut y avoir un doute concernant Lazare et le riche. Les personnes les plus simples pensent que ces choses ont été dites comme si tous deux recevaient leur dû pour les choses qu'ils avaient faites dans la vie dans leur corps ; mais les plus justes pensent que, comme il ne reste personne dans la vie après la résurrection, ces choses ne se produisent pas à la résurrection. Car le riche dit : "J'ai cinq frères ; ... de peur qu'ils ne viennent eux aussi dans ce lieu de tourment, envoyez Lazare, afin qu'il leur parle des choses qui sont ici. Et donc, si nous demandons de respecter la langue, le doigt, le sein d'Abraham, et le couchage, il se peut que l'âme reçoive dans le changement une forme semblable en apparence à son corps grossier et terrestre. Si donc l'un de ceux qui se sont endormis est enregistré comme étant apparu, de la même manière qu'il a été vu sous la forme qu'il avait lorsqu'il était dans la chair. En outre, lorsque Samuel est apparu, il est clair qu'étant vu, il était vêtu d'un corps ; et cela doit être particulièrement admis, si nous sommes pressés par des arguments qui prouvent que l'essence de l'âme est incorporelle, et se manifeste par elle-même. Mais on dit que le riche en tourment, et le pauvre qui a été consolé dans le sein d'Abraham, l'un sera puni dans l'Hadès, et l'autre sera consolé dans le sein d'Abraham, avant l'apparition du Sauveur, et avant la fin du monde, et donc avant la résurrection ; en enseignant que déjà maintenant, au changement, l'âme se lève un corps. C'est pourquoi le saint dit ceci : En affirmant que l'âme, après son enlèvement, a une forme semblable en apparence à ce corps sensible ; Origène représente-t-il l'âme, après Platon, comme étant incorporelle ? Et comment ce qui, après avoir été retiré du monde, aurait besoin d'un véhicule et d'un vêtement pour ne pas être trouvé nu, pourrait-il être en soi autre chose qu'incorporel ? Mais s'il est incorporel, ne doit-il pas aussi être incapable de passion ? Car il s'ensuit, de son être incorporel, qu'il est aussi impassible et imperturbable. Si, donc, elle n'a pas été distraite par un désir irrationnel, elle n'a pas non plus été changée par un corps douloureux ou souffrant. Car l'incorporel ne peut pas non plus sympathiser avec un corps, ni un corps avec l'incorporel, si, en effet, l'âme doit paraître incorporelle, conformément à ce qui a été dit. Mais si elle sympathise avec le corps, comme le prouvent les témoignages de ceux qui comparaissent, elle ne peut pas être incorporelle. C'est pourquoi Dieu seul est célébré, comme la nature non engendrée, indépendante et inaltérable ; étant incorporel, et donc invisible ; car aucun homme n'a vu Dieu. Mais les âmes, étant des corps rationnels, sont arrangées par le Créateur et Père de toutes choses en membres qui sont visibles à la raison, ayant reçu cette impression. C'est pourquoi, dans l'Hadès, comme dans le cas de Lazare et du riche, on dit qu'elles ont une langue, un doigt et les autres membres, non pas comme si elles avaient avec elles un autre corps invisible, mais que les âmes elles-mêmes, naturellement, lorsqu'elles sont entièrement dépouillées de leur enveloppe, sont telles selon leur essence.



XX. Le saint dit à la fin : Les mots : "Car à cette fin, le Christ est mort, ressuscité et ressuscité, afin d'être Seigneur des morts et des vivants" doivent être considérés comme se rapportant aux âmes et aux corps ; les âmes étant les vivants, comme étant immortels, et les corps étant morts.



XXI. Puisque le corps de l'homme est plus honorable que les autres créatures vivantes, parce qu'on dit qu'il a été formé par les mains de Dieu et qu'il a atteint le stade de véhicule de l'âme raisonnable, comment se fait-il qu'il soit si éphémère, plus court même que certaines créatures irrationnelles ? N'est-il pas clair que sa longue existence se fera après la résurrection ?