HIPPOLYTE DE ROME

DÉMONSTRATION DU CHRIST ET ANTICHRIST : PARTIE IV

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE

LXI. Par la femme qui a le soleil pour vêtement, l’Apôtre désigne évidemment l’Église, comme enveloppée du Verbe de Dieu le Père, et qui est plus brillante que le soleil. Quant à la lune qui est sous ses pieds, c’est la figure de cette clarté céleste qui lui sert comme de parure. Et lorsqu’il ajoute, elle porte sur sa tête une couronne de douze étoiles, il désigne les douze Apôtres, qui sont les fondateurs de l’Église. Puis, quand il dit : « et elle pousse des cris, que lui arrache la douleur de l’enfantement, » il représente encore l’Église, qui ne cesse de porter le Verbe dans son sein, parce qu’au sein du monde il est poursuivi et persécuté par les infidèles. Il ajoute : « Et elle met au monde un enfant mâle, qui doit régénérer toutes les nations. » En effet, l’Église n’engendre-t-elle pas sans cesse le Christ, et cette race choisie, qui est chargée d’annoncer Dieu au monde et de le prêcher à toutes les nations. Enfin, en disant : « Son fils a été ravi jusqu’au trône de Dieu, » il veut parler du royaume céleste, qui se perpétue et se peuple sans cesse par l’Église, comme David l’a annoncé, quand il a dit[75] : « Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Asseyez-vous à ma droite jusqu’à ce que je réduise vos ennemis à vous servir de marche-pied. » « Et il vit, continue Jean[76], que le dragon persécutait la femme qui avait mis au monde un enfant mâle. Et il fut donné à la femme deux grandes ailes semblables à celles de l’aigle, afin qu’elle s’envolât dans le désert, où elle demeure pendant un temps et des temps, et une moitié de temps, à l’abri des atteintes du serpent. » Il veut signifier les mille deux cent soixante jours (c’est-à-dire la moitié de la semaine), temps pendant lequel le tyran aura la domination suprême, où il persécutera l’Église s’enfuyant de cités en cités, se cachant dans la solitude des montagnes, n’ayant pour se soustraire à son ennemi que ces deux grandes ailes d’aigle dont il est parlé ; ces deux ailes sont encore la figure du Christ, dans le moment où, étendant ses mains sacrées sur la croix, à droite et à gauche, il appelle à lui tous les fidèles, semblable à une poule qui couvre ses petits de ses ailes. Car il dit, par la bouche du prophète Malachie[77] : « Le soleil de justice se lèvera pour vous qui avez une crainte respectueuse pour mon nom, et vous trouverez votre salut sous mes ailes. »



LXII. Or, le Seigneur a dit[78] : « Quand donc vous verrez que l’abomination de la désolation sera dans le lieu saint, que celui qui lit comprenne bien ce qu’il lit. Alors que ceux qui sont dans la Judée s’enfuient sur les montagnes. Que celui qui est sur le toit n’en descende point pour emporter quelque chose de sa maison. Et que celui qui sera dans le champ ne retourne point pour prendre ses vêtements. Mais malheur aux femmes qui seront enceintes ou nourrices dans ces jours-là. Car l’affliction de ce temps-là sera si grande, qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde, et il n’y en aura jamais. Et si ces jours n’avaient été abrégés, nul homme n’aurait été sauvé. » Daniel dit aussi[79] : « Et l’abomination de la désolation durera pendant mille quatre-vingt-dix jours. Heureux celui qui pourra vivre jusqu’après ce temps. »



LXIII. Le bienheureux Apôtre Paul, écrivant à ceux de Thessalonique, s’exprime ainsi[80] : « Or, nous vous conjurons, mes frères, par l’avénement de notre Seigneur Jésus-Christ et par notre réunion avec lui, que vous ne vous laissiez pas facilement ébranler, et que vous ne vous troubliez pas en croyant sur la foi de quelque prophétie, de quelque discours, de quelque lettre qu’on nous attribuerait, que le jour du Seigneur soit près d’arriver. Ne vous laissez séduire par qui que ce soit ; car ce jour ne viendra point, que l’apostasie ne soit arrivée auparavant, et qu’on n’ait vu paraître l’homme de péché, cet enfant de la perdition, cet ennemi de Dieu, qui se prétendra plus grand que Dieu même, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, voulant lui-même passer pour Dieu. Ne vous souvient-il pas que je vous ai dit ces choses, lorsque j’étais encore avec vous ? Et vous savez bien ce qui empêche qu’il ne vienne en ce moment, afin qu’il paraisse lorsqu’il en sera temps. Car le mystère d’iniquité se forme dès à présent ; et il faut que celui qui tient maintenant tienne encore, jusqu’à ce qu’il soit ôté du monde, et alors se découvrira l’hérésie que le Seigneur Jésus détruira d’un souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de sa présence. Cet impie, qui doit venir accompagné de la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges trompeurs, et avec toutes les illusions qui peuvent porter au péché ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas voulu accueillir dans leur cœur la vérité et la charité nécessaires pour le salut. C’est pourquoi Dieu leur enverra l’œuvre de l’erreur, et ils croiront au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont point cru la vérité, mais qui ont consenti à l’iniquité, soient condamnés. »

Enfin, Isaïe dit : « L’impie a fait des actions injustes dans la terre des saints ; il ne verra point la gloire de Dieu[81]. »



LXIV. Lorsque ces choses arriveront, le temps qui s’écoulera pendant leur durée sera divisé en deux semaines d’années. Alors apparaîtra l’abomination de la désolation. Enfin, lorsque les deux prophètes et précurseurs du Seigneur auront accompli leur mission, le jour de l’embrasement général du monde sera proche ; et pour que tout soit consommé, il ne restera plus que la venue de notre Seigneur Jésus-Christ, dans lequel nous espérons. Il viendra pour livrer aux flammes et frapper du juste jugement tous ceux qui auront refusé de croire en lui. Car le Seigneur a dit : « Lorsque ces choses commenceront, levez les yeux en haut et regardez, parce que le jour de votre délivrance approche, et il ne tombera pas un seul cheveu de votre tête[82] ; comme la foudre qui s’élance de l’Orient et qui brille jusqu’à l’Occident, ainsi sera l’avénement du Fils de l’homme. En tout lieu où il y aura un cadavre, là s’assembleront les aigles[83]. » Or, il y a eu un cadavre dans le Paradis terrestre ; car c’est là qu’Adam est tombé dans le péché, et il ajoute : « Alors le Fils de l’homme enverra ses anges, et il assemblera ses élus des quatre vents du ciel[84]. » David également, quand il annonce la venue du Seigneur et son jugement, dit[85] : « Il part de l’extrémité du ciel ; il arrive jusqu’à l’autre extrémité ; et il n’y a personne qui puisse se soustraire à sa chaleur. »

Par sa chaleur, il désigne l’embrasement universel. Enfin, Isaïe[86] dit : « Allez, mon peuple, entrez dans le secret de votre maison ; fermez vos portes sur vous, et tenez-vous caché pour un moment, jusqu’à ce que ma colère soit passée. » Et saint Paul[87] : « On verra la colère de Dieu qui éclatera du haut du ciel contre l’impiété et l’injustice des hommes, qui cachent la vérité de Dieu sous l’injustice. »



LXV. Au reste, il faut voir comment parle Daniel au sujet de la résurrection et du royaume des cieux. Voici ce qu’il dit :[88] « Et toute la multitude de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveillera, les uns pour la vie éternelle, et les autres pour un opprobre éternel. » Isaïe dit aussi[89] : « Ceux qui avaient été tués ressusciteront. Réveillez-vous de votre sommeil, et chantez les louanges de Dieu, vous qui habitez dans la poussière, parce que la rosée qui tombe sur vous est une rosée de lumière et de vie. » Et le Seigneur dit[90], par la bouche de saint Jean : « Les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’entendront vivront. » Et le prophète s’écrie : « Réveillez-vous, vous qui dormez, et levez-vous d’entre les morts, et le Christ vous illuminera de sa lumière[91]. » Saint Jean de même[92] : « Heureux et saint celui qui a part à la première résurrection ; la seconde mort n’aura point de pouvoir sur lui ; car la seconde mort est un étang de feu. » Et le Seigneur ajoute encore : « Alors la gloire des justes sera aussi éclatante que la lumière du soleil[93], » et il dira aux élus : « Venez, les bénis de mon Père, possédez le royaume qui vous a été préparé depuis le commencement du monde[94], » et il dira aux méchants : « Allez, maudits, dans le feu éternel, qui a été préparé pour le diable et ses anges. » Or, saint Jean dit : « Seront exclus les luxurieux, les meurtriers, les fornicateurs et les homicides, les idolâtres, et tous ceux qui se livrent au mensonge et qui l’aiment[95] ; » car ils n’ont droit qu’au feu de l’enfer. Isaïe dit aussi dans le même sens[96] : « Ils sortiront pour voir les corps morts de ceux qui ont péché contre moi. Leur ver ne mourra point, et ils seront un objet de dégoût et d’horreur aux yeux de toute chair. »



LXVI. L’apôtre saint Paul, parlant à ceux de Thessalonique de la résurrection des justes, leur écrivait[97] : « Or, nous ne voulons pas, mes frères, que vous ignoriez ce que vous devez savoir touchant ceux qui dorment du sommeil de la mort, afin que vous ne vous attristiez point, comme font ceux qui n’ont pas d’espérance. Car, si nous croyons que Jésus est mort et ressuscité, nous devons croire aussi que Dieu amènera avec Jésus ceux qui se seront endormis en lui. Ainsi, nous vous déclarons, comme l’ayant appris du Seigneur, que nous qui sommes vivants, et qui aurons été réservés pour son avénement, nous n’irons point dans le sein de Dieu avant ceux qui dorment du sommeil de la mort. Car, aussitôt que le signal aura été donné par la voix de l’Archange, et par le son de la trompette de Dieu, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et ceux qui seront morts en Jésus-Christ ressusciteront aussitôt. Ensuite, nous qui serons vivants, et qui aurons été réservés pour cet avénement, nous serons emportées avec eux dans les nuées, et ainsi, nous serons à jamais avec le Seigneur. »



LXVII. C’est ainsi, mon cher Théophile, que je viens de vous exposer toutes ces choses, dont j’ai puisé la connaissance dans les divines Écritures, afin qu’en observant fidèlement ce qui a été écrit, en vue de ce qui doit arriver, vous vous absteniez de toute offense, tant envers Dieu qu’envers les hommes, plein d’espérance dans votre salut et dans la gloire du Dieu notre Sauveur[98], lorsqu’il viendra avec ses Saints glorifier Dieu le Père. Gloire à lui dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.




Note :

  1. Ps. cxix, 1.

  2. ↑ Apoc. ii, 3.

  3. ↑ Malach. iv, 2.

  4. ↑ Math. xxiv, 15.

  5. ↑ Dan. xi, 31.

  6. ↑ Thess. xi, 1 et suiv.

  7. ↑ Is. xxvi, 10.

  8. ↑ Luc, xxi, 28.

  9. ↑ Math. xxiv, 26.

  10. ↑ Id. xxiv, 31.

  11. ↑ Dav. Ps. xviii, 6.

  12. ↑ Is. xxvi, 20.

  13. ↑ Rom. i, 18.

  14. ↑ Dan. xii, 2.

  15. ↑ Is. xxvi, 19.

  16. ↑ Joan. v, 25.

  17. ↑ Éph. v, 14.

  18. ↑ Apoc. xx, 6-14.

  19. ↑ Math. xiii, 43.

  20. ↑ Id. xxv, 34.

  21. ↑ Apoc. xxi, 8.

  22. ↑ Is. lxvi, 24.

  23. ↑ Thess. iv, 13.

  24. ↑ Tit. ii, 13.