Irénée de Lyon

DÉMONSTRATION DE LA PRÉDICATION APOSTOLIQUE

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE

1. Connaissant, mon bien-aimé Marcianus, ton désir de marcher dans la piété, qui seule conduit l'homme à la vie éternelle, je me réjouis avec toi et je fais ma prière pour que tu puisses conserver ta foi entière et être ainsi agréable à Dieu qui t'a fait. Serait-il possible que nous soyons toujours ensemble, que nous nous entraidions et que nous allégions le travail de notre vie terrestre par un discours commun continu sur les choses qui profitent.1 Mais, puisque nous sommes actuellement séparés les uns des autres dans le corps, nous ne manquerons pas, selon notre pouvoir, de te parler un peu par écrit et de te montrer brièvement la prédication de la vérité pour la confirmation de ta foi.2 Nous vous envoyons en quelque sorte un manuel de l'essentiel,3 afin que vous puissiez peu à peu atteindre beaucoup, en apprenant en peu de temps tous les membres du corps de la vérité, et en recevant en bref la démonstration des choses de Dieu. Ainsi cela sera fructueux pour votre propre salut, et vous mettrez dans la honte tous ceux qui inculquent le mensonge, et vous apporterez avec toute confiance notre enseignement sain et pur à tous ceux qui désirent le comprendre. Car le chemin qui mène vers le haut est unique pour tous ceux qui voient, éclairé par la lumière céleste ; mais les voies de ceux qui ne voient pas sont nombreuses, sombres et contraires. Ce chemin mène au royaume des cieux, unissant l'homme à Dieu : mais ces chemins font descendre à la mort, séparant l'homme de Dieu. C'est pourquoi il est nécessaire, pour vous et pour tous ceux qui ont le souci de leur propre salut, de suivre une voie sans faille, ferme et sûre par la foi, afin de ne pas faiblir, de ne pas être retardés et retenus par des désirs matériels, et de ne pas se détourner et s'écarter de la droite.



2. Or, puisque l'homme est un être vivant composé d'âme et de chair, il doit avoir besoin de l'une et de l'autre ; et, tandis que de l'une et de l'autre viennent les offenses, la pureté de la chair est l'abstention modérée de toute chose honteuse et de toute action injuste, et la pureté de l'âme est le maintien de la foi envers Dieu tout entière, sans rien y ajouter ni en diminuer. Car la piété est obscurcie et émoussée par la souillure et la tache de la chair, et elle est brisée et souillée, et non plus entière, si le mensonge entre dans l'âme ; mais elle se gardera dans sa. beauté et sa mesure, quand la vérité est constante dans l'âme4 et la pureté dans la chair. A quoi bon connaître la vérité en paroles, polluer la chair et accomplir les œuvres du mal ? Ou quel profit la pureté de la chair peut-elle apporter, si la vérité n'est pas dans l'âme ? Car ceux-ci se réjouissent les uns les autres, et s'unissent et s'allient pour mettre l'homme face à face avec Dieu. C'est pourquoi l'Esprit Saint dit par David : "Heureux l'homme qui n'a pas suivi le conseil des impies8, c'est-à-dire le conseil des nations qui ne connaissent pas Dieu ; car ceux qui n'adorent pas le Dieu qui est vraiment sont des impies. Et c'est pourquoi la Parole dit à Moïse Je suis Celui qui est:5 9 mais ceux qui n'adorent pas le Dieu qui est, ce sont les impies. Et il n'a pas fait obstacle aux pécheurs ; mais les pécheurs sont ceux qui ont la connaissance de Dieu et qui n'observent pas Ses commandements, c'est-à-dire les méprisants. Et il ne s'est pas assis sur le siège du pestiféré:6 Or, les pestiféré sont ceux qui, par des doctrines mauvaises et perverses, se corrompent non seulement eux-mêmes, mais aussi les autres. Car le siège est un symbole de l'enseignement. Ce sont donc tous des hérétiques : ils s'assoient sur les sièges des pestilentiels, et ceux qui sont corrompus reçoivent le venin de leur doctrine.



3. Or, pour ne pas souffrir, il faut tenir la règle de la foi sans déviation7 et pratiquer les commandements de Dieu, en croyant en Dieu, en le craignant comme Seigneur et en l'aimant comme Père. Or, cette action est produite |72 par la foi, car Esaïe dit : "Si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas".10 Et la foi est produite par la vérité ; car la foi repose sur les choses qui sont vraiment. Car nous croyons aux choses qui sont, telles qu'elles sont, et, croyant aux choses qui sont, telles qu'elles sont, nous gardons fermement notre confiance en elles. Puisque la foi est la perpétuation de notre salut, il nous faut accorder beaucoup de peine à son maintien, afin que nous puissions avoir une véritable compréhension des choses qui sont. C'est ce que la foi nous permet de faire, comme les anciens, les disciples des Apôtres, nous l'ont transmis. Elle nous invite tout d'abord à garder à l'esprit que nous avons reçu le baptême pour la rémission des péchés, au nom de Dieu le Père et au nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, qui s'est incarné, est mort et est ressuscité, et dans le Saint-Esprit de Dieu. Et que ce baptême est le sceau de la vie éternelle, et est la nouvelle naissance de Dieu, afin que nous ne soyons plus les fils d'hommes mortels, mais du Dieu éternel et perpétuel ; et que ce qui est éternel et continu est fait Dieu ; 11 et qu'il est au-dessus de tout ce qui a été fait, et que tout a été mis sous lui ; |73 et que tout ce qui a été mis sous lui est devenu sien ; car Dieu n'est pas le chef et le Seigneur des choses d'autrui, mais des siennes12 et que tout est à Dieu ; et donc que Dieu est tout-puissant, et que tout est de Dieu.



4. Car il est nécessaire que les choses qui sont faites aient le commencement de leur fabrication à partir d'une grande cause ; et le commencement de toutes choses est Dieu. Car ce n'est par personne qu'Il a été fait, et c'est par Lui que toutes choses ont été faites. Il est donc juste de croire tout d'abord qu'il y a un Dieu unique, le Père, qui a fait et façonné toutes choses, et qui a fait ce qui n'était pas comme il fallait, et qui, contenant toutes choses, est seul à ne pas être contenu.13 Or, parmi toutes choses, il y a ce monde qui est à nous, et dans le monde il y a l'homme : ainsi donc ce monde aussi a été formé par Dieu.



5. Il n'y a donc qu'un seul Dieu, le Père, qui n'est pas fait, invisible, créateur de toutes choses, au-dessus duquel il n'y a pas d'autre Dieu, et après lequel il n'y a pas d'autre Dieu.15 Et, puisque Dieu est rationnel, Il a donc créé par la Parole les choses qui ont été faites;16 et Dieu est Esprit, et par l'Esprit Il a orné toutes choses, comme le dit aussi le prophète : C'est par la parole du Seigneur que les cieux ont été établis, et par son esprit toute leur puissance.17 Depuis lors, la Parole établit, c'est-à-dire donne corps 18 et accorde la réalité de l'être, et l'Esprit donne ordre et forme à la diversité des puissances ; à juste titre et comme il se doit, la Parole est appelée le Fils, et l'Esprit la Sagesse de Dieu. C'est ce que dit également l'apôtre Paul : Un seul Dieu, le Père, qui est au-dessus de tous, par tous et en nous tous.19 Car le Père est au-dessus de tous, et le Fils est par tous, car c'est par lui que toutes choses ont été faites par le Père, et l'Esprit est en nous tous, qui crie Abba Père,20 et qui façonne l'homme à la ressemblance de Dieu.4 Or l'Esprit manifeste la Parole, et c'est pourquoi les prophètes ont annoncé le Fils de Dieu ; et la Parole prononce l'Esprit, et c'est pourquoi elle est elle-même l'annonceur des prophètes, et elle conduit et attire l'homme vers le Père.



6. Voilà donc l'ordre de la règle de notre foi, et le fondement de l'édifice, et la |75 stabilité de notre conversation : Dieu, le Père, non fait, non matériel, invisible ; un seul Dieu, créateur de toutes choses : c'est le premier point21 de notre foi. Le deuxième point est : La Parole de Dieu, Fils de Dieu, le Christ Jésus notre Seigneur, qui a été manifesté aux prophètes selon la forme de leur prophétie et selon la méthode de la dispensation du Père22 , par lequel toutes choses ont été faites ; qui aussi à la fin des temps, pour compléter et rassembler23 toutes choses, a été fait homme parmi les hommes, visible et tangible24 , afin d'abolir la mort et de faire apparaître la vie et de produire une communauté d'union entre Dieu et l'homme. Et le troisième point est : L'Esprit Saint, par lequel les prophètes ont prophétisé et les pères ont appris les choses de Dieu, et les justes ont été conduits dans la voie de la justice ; et qui, à la fin des temps, a été répandu d'une manière nouvelle sur l'humanité de toute la terre, renouvelant l'homme en Dieu.



7. Et c'est pour cette raison que le baptême de notre |76 régénération se déroule à travers ces trois points : Dieu le Père nous accorde la régénération par son Fils par le Saint-Esprit. Car tous ceux qui portent (en eux) l'Esprit de Dieu sont conduits au Verbe, c'est-à-dire au Fils ; et le Fils les amène au Père ; et le Père leur fait posséder l'incorruptibilité. Sans l'Esprit, il n'est pas possible de contempler la Parole de Dieu, et sans le Fils, personne ne peut s'approcher du Père ; car la connaissance du Père est le Fils, et la connaissance du Fils de Dieu est par l'Esprit-Saint ; et, selon le bon plaisir du Père, le Fils dispense l'Esprit à qui le Père veut et comme Il veut.



8. Et par l'Esprit, le Père est appelé Très Haut et Tout-Puissant et Seigneur des armées ; afin que nous apprenions, au sujet de Dieu, que c'est Lui qui a créé le ciel et la terre et tout le monde, qui a fait les anges et les hommes, et qui est le Seigneur de tous, par qui tout existe et qui soutient tout ; miséricordieux, compatissant et très tendre, bon, juste, le Dieu de tous, tant des Juifs que des Gentils, et de ceux qui croient. Mais pour les Juifs, comme Seigneur et législateur, car dans les temps intermédiaires, lorsque l'homme a oublié Dieu et s'est écarté et révolté de Lui, Il les a soumis à la Loi, afin qu'ils apprennent qu'ils avaient pour Seigneur le créateur, qui donne aussi le souffle de vie et que nous devons adorer jour et nuit : et aux païens comme créateur et créatrice et comme tout-puissant ; et à tous ceux qui soutiennent et nourrissent, et qui sont roi et juge ; car nul n'échappera et ne sera délivré de son jugement, ni Juif ni païen, ni croyant qui a péché, ni ange ; mais ceux qui maintenant rejettent sa bonté connaîtront sa puissance en jugement, selon ce que dit le saint apôtre : Ne sachant pas que la bonté de Dieu te conduit à la repentance ; mais selon ta dureté et ton cœur impénitent, tu t'amasses de la colère au jour de la colère et de la révélation du juste jugement de Dieu, qui rendra à chacun selon ses œuvres.25 C'est Lui qui est appelé dans la Loi le Dieu d'Abraham et le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob, le Dieu des vivants ; bien que la sublimité et la grandeur de ce Dieu soient indicibles.



9. Ce monde est entouré de sept cieux,26 dans lesquels habitent des puissances, des anges et 78 archanges, qui rendent service à Dieu, le Tout-Puissant et le Créateur de toutes choses, non pas comme s'il était dans le besoin, mais afin qu'ils ne soient pas désoeuvrés, inutiles et inefficaces.27 C'est pourquoi l'Esprit de Dieu est également présent dans ses demeures,28 et sous sept formes de service,29 il est considéré par le prophète Esaïe comme reposant sur le Fils de Dieu, c'est-à-dire la Parole, lors de sa venue en tant qu'homme. L'Esprit de Dieu, dit-il, reposera sur lui, l'Esprit de sagesse et d'intelligence, l'Esprit de conseil et de puissance, (l'Esprit de connaissance) et de piété ; l'Esprit de crainte de Dieu le remplira.30 Le ciel qui est le premier d'en haut31 et qui englobe le reste, c'est la sagesse, le deuxième, l'intelligence, le troisième, le conseil, le quatrième, la force, le cinquième, la connaissance, le sixième, la piété, et le septième, notre firmament, est rempli de la crainte de l'Esprit qui éclaire les cieux. Car Moïse a reçu comme modèle le chandelier à sept branches qui brillait continuellement dans le lieu saint ; car il a reçu comme modèle des cieux ce service, selon ce que la Parole lui a dit : Tu le feras selon tout le modèle des choses que tu as vues sur la montagne.32



10. Ce Dieu est glorifié par Sa Parole qui est Son Fils continuellement,33 et par le Saint-Esprit qui est la Sagesse du Père de tous ; et la (les) puissance(s) de ceux-ci, (à savoir) de la Parole et de la Sagesse, qui sont appelés Chérubins et Séraphins,34 glorifient Dieu d'une voix incessante ; et |80 toute chose créée qui est dans les cieux offre la gloire à Dieu le Père de tous.35 Il a créé le monde entier par Sa Parole, et dans le monde se trouvent les anges ; et Il a donné au monde entier des lois dans lesquelles chaque chose doit demeurer, et selon ce qui est déterminé par Dieu, ne doit pas dépasser ses limites, chacun remplissant la tâche qui lui a été assignée.



11. Mais l'homme, il l'a formé de ses propres mains36, prenant de la terre ce qui était le plus pur et le plus fin, et mêlant dans la mesure de son pouvoir à la terre. Car Il a tracé Sa propre forme sur la formation37, afin que ce qui devait être vu soit de forme divine, car l'image de Dieu était l'homme formé et placé sur la terre. Et pour qu'il devienne vivant, Il a soufflé sur son visage le souffle de vie, afin que, tant pour le souffle que pour la formation, l'homme soit semblable à Dieu. De plus, il était libre et maître de lui-même, ayant été créé par Dieu dans ce but, afin de pouvoir régner sur toutes les choses qui étaient sur la terre. Et ce grand monde créé, préparé par Dieu avant la formation de l'homme, fut donné à l'homme comme son lieu, contenant toutes choses en lui-même.38 Et il y avait aussi en ce lieu, avec leurs tâches, les serviteurs de ce Dieu qui a formé toutes choses ; et l'intendant, qui était placé au-dessus de tous ses compagnons de service, a reçu ce lieu. Les serviteurs étaient des anges, et l'intendant était l'archange.39



12. Or, ayant fait de l'homme le maître de la terre et de tout ce qui s'y trouve, Il le nomma secrètement maître de ceux qui y étaient serviteurs. Ils étaient cependant dans leur perfection ; mais le Seigneur, c'est-à-dire l'homme, était petit, car il était un enfant ; et il fallait qu'il grandisse, et qu'il atteigne ainsi sa perfection. Et, pour qu'il puisse se nourrir et grandir avec des viandes festives et délicates, Il lui prépara un endroit meilleur que ce monde40, excellant en air, beauté, lumière, nourriture, plantes, |82 fruits, eau, et tous les autres nécessités de la vie : et son nom est le Paradis. Et ce paradis était si beau et si bon que la Parole de Dieu y avait continuellement recours, et qu'elle y marchait et parlait avec l'homme, en imaginant à l'avance ce qui devait arriver dans l'avenir, (à savoir) qu'Il devait habiter avec lui et parler avec lui, et être avec les hommes, en leur enseignant la justice. Mais l'homme était un enfant, dont l'intelligence n'était pas encore parfaite ; c'est pourquoi aussi il était facilement égaré par le séducteur.



13. Et pendant que l'homme habitait le Paradis, Dieu amena devant lui tous les êtres vivants et lui ordonna de leur donner à tous un nom ; et tout ce qu'Adam appelait une âme vivante, c'était son nom.41 Et il décida aussi de faire un auxiliaire pour l'homme ; car ainsi Dieu dit : Il n'est pas bon que l'homme soit seul : faisons en sorte qu'un auxiliaire se réunisse pour lui.42 Car parmi tous les autres êtres vivants, il n'a pas été trouvé d'auxiliaire égal et comparable à Adam. Mais Dieu Lui-même mit Adam en transe et le fit dormir;43 et, pour que l'œuvre s'accomplisse par l'œuvre, puisqu'il n'y avait pas de sommeil au Paradis, cela fut amené sur Adam par la volonté de Dieu ; et Dieu prit une des côtes d'Adam et remplit la chair à sa place, et la côte qu'Il prit, Il la transforma en femme;44 et ainsi Il l'amena à Adam ; et il dit en la voyant Voici maintenant l'os de mon os, la chair de ma chair : elle sera appelée femme, parce qu'elle a été prise à son mari. |83



14. Et Adam et Eve - car c'est le nom de la femme - étaient nus et n'avaient pas honte45 ; car il y avait en eux un esprit innocent et enfantin, et il ne leur était pas possible de concevoir et de comprendre quoi que ce soit de ce qui, par la méchanceté, naît dans l'âme par des convoitises et des désirs honteux. Car ils étaient alors entiers, préservant leur propre nature ; puisqu'ils avaient le souffle de vie qui fut soufflé sur leur création : et, tant que ce souffle reste à sa place et à sa puissance, il n'a pas de compréhension et d'entendement des choses qui sont basses. Et donc ils n'avaient pas honte, s'embrassant et s'embrassant en toute pureté à la manière des enfants.



15. Mais, de peur que l'homme ne conçoive des pensées trop élevées, et qu'il ne soit exalté et élevé comme s'il n'avait pas de seigneur, à cause de l'autorité et de la liberté qui lui sont accordées, et qu'il ne transgresse ainsi contre son Dieu créateur, en dépassant sa mesure, et qu'il n'entretienne des imaginations égoïstes d'orgueil en opposition à Dieu, une loi lui a été donnée par Dieu, afin qu'il perçoive qu'il a pour seigneur le Seigneur de tous. Et il lui fixa certaines limites, afin que, s'il gardait le commandement de Dieu, il reste toujours tel qu'il était, c'est-à-dire immortel ; mais, s'il ne le gardait pas, il devenait mortel et se dissolvait sur la terre d'où sa formation avait été prise. Or, le commandement était le suivant : Tu mangeras librement de tout arbre qui se trouve dans le Paradis ; mais de cet arbre seul dont on connaît le bien et le mal, tu n'en mangeras pas ; car le jour où tu en mangeras, tu mourras certainement.46



16. Ce commandement, l'homme ne l'a pas observé, mais il a désobéi à Dieu, étant égaré par l'ange qui, en raison des grands dons de Dieu qu'il avait faits à l'homme, était jaloux et envieux de lui47. Ainsi l'ange, devenu par sa fausseté l'auteur et l'initiateur du péché, fut lui-même frappé, ayant offensé Dieu, et l'homme qu'il fit chasser du Paradis. Et, parce que, par la conduite de sa disposition, il s'est apostaté et s'est écarté de Dieu, il a été appelé Satan, selon la parole hébraïque, c'est-à-dire Apostat : 48 mais il est aussi appelé Calomniateur. Or, Dieu a maudit le serpent qui portait et transmettait la calomnie ; et cette malédiction est venue sur la bête elle-même et sur l'ange caché et dissimulé en elle, même sur Satan ; et l'homme, il l'a écarté de sa présence, l'enlevant et le faisant habiter sur le chemin du Paradis 49 en ce temps-là ; car le Paradis ne reçoit pas le pécheur.



17. Et lorsqu'ils furent chassés du Paradis, Adam et sa femme Ève tombèrent dans de nombreux troubles d'angoisse et de chagrin, allant de pair avec la tristesse et le labeur |85 et la lamentation dans ce monde. Car sous les rayons de ce soleil, l'homme labourait la terre, et elle produisait des épines et des chardons, le châtiment du péché. Alors s'accomplit ce qui était écrit : Adam connut sa femme, et elle conçut et enfanta Caïn50 ; et après lui elle enfanta Abel, l'ange apostat, qui conduisit l'homme à la désobéissance et le rendit pécheur et provoqua son expulsion du Paradis, non content du premier mal, en fit un second sur les frères ; pour avoir rempli Caïn de son esprit, il en fit un fratricide. C'est ainsi qu'Abel mourut, tué par son frère ; signifiant ainsi que désormais certains doivent être persécutés et opprimés et tués, les injustes tuant et persécutant les justes. Sur quoi Dieu fut encore plus irrité, et il maudit Caïn ; et il arriva que tous les membres de cette race, au cours des générations successives, furent rendus semblables à l'engendreur. Et Dieu éleva un autre fils à Adam, au lieu d'Abel qui fut tué.51



18. Pendant un très long moment, la méchanceté s'étendit et se répandit, et elle atteignit et saisit toute la race humaine, jusqu'à ce qu'il ne reste parmi eux qu'une toute petite semence de justice ; et des unions illicites eurent lieu sur la terre, depuis que les anges se sont unis aux filles de la race humaine ; et ils leur donnèrent des fils qui, à cause de leur extrême grandeur, furent appelés des géants. Et les anges apportèrent en cadeau à leurs femmes des enseignements de méchanceté52, en ce qu'ils leur apportèrent |86 les vertus des racines et des herbes, la teinture dans les couleurs et les cosmétiques, la découverte de substances rares, les potions d'amour, les aversions, les amours, la concupiscence, les contraintes de l'amour, les sorts d'envoûtement, et toute sorcellerie et idolâtrie haineuse de Dieu ; par l'entrée de ces choses dans le monde le mal s'étendit et se répandit, tandis que la justice fut diminuée et affaiblie.



19. Jusqu'à ce que le jugement vienne sur le monde de la part de Dieu par le biais d'un déluge, à la dixième génération du premier formé (l'homme) ; seul Noé étant trouvé juste. Et lui, à cause de sa justice, fut lui-même délivré, et sa femme et ses trois fils, et les trois femmes de ses fils, furent enfermés dans l'arche. Et quand la destruction s'abattit sur tous les hommes et sur les animaux qui étaient sur la terre, ce qui était conservé dans l'arche s'échappa. Les trois fils de Noé étaient Sem, Cham et Japhet, d'où la race s'accrut encore, car ce fut le commencement de l'humanité après le déluge.



20. L'un d'eux fut maudit, et les deux autres héritèrent d'une bénédiction en raison de leurs œuvres. En effet, le plus jeune d'entre eux53, appelé Cham, après s'être moqué de son père et avoir été condamné pour le péché d'impiété à cause de son indignation et de son iniquité envers son père, reçut une malédiction ; et toute la postérité qui lui succéda fut impliquée dans la malédiction ; d'où il résulta que toute sa race après lui fut maudite, et qu'elle augmenta et se multiplia dans les péchés. Mais Shem et Japhet, ses frères, à cause de leur piété envers leur père, obtinrent une bénédiction. Voici maintenant la malédiction de Cham, avec laquelle son père Noé l'a maudit : Maudit soit l'enfant Cham ; 54 il sera un serviteur pour ses frères.55 Cela étant arrivé à sa race, il engendra une nombreuse descendance sur la terre, (même) pendant quatorze générations, grandissant dans un état sauvage ; puis sa race fut retranchée par Dieu, étant livrée au jugement. Car les Cananéens, les Hittites, les Pérésites, les Hivvites, les Amorites, les Jébusiens, les Gergasites et les Sodomites, les Arabes aussi, les habitants de la Phénicie, tous les Égyptiens et les Libyens56 , sont de la postérité de Cham, qui est tombé sous la malédiction ; car la malédiction est de longue durée sur les impies.



21. Et de même que la malédiction s'est transmise, de même la bénédiction s'est transmise à la race de celui qui a été |88 béni, à chacun dans son propre ordre. Car c'est Shem qui a été le premier à être béni en ces termes : Béni soit le Seigneur, le Dieu de Sem, et Cham 57 sera son serviteur.58 La puissance de la bénédiction réside dans le fait que le Dieu et Seigneur de tous soit pour Sem une possession particulière d'adoration. Et la bénédiction s'étendit et atteignit Abraham, qui fut considéré comme descendant de la race de Sem à la dixième génération ; et c'est pourquoi le Père et Dieu de tous fut heureux d'être appelé le Dieu d'Abraham et le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob ; parce que la bénédiction de Sem s'étendit et s'attacha à Abraham. Or, la bénédiction de Japhet est sur ce sage : Dieu s'élargira à Japhet, il habitera dans la maison de Sem, et Cham 59 sera son serviteur.60 C'est-à-dire : A la fin des âges, il s'est épanoui, à l'apparition du Seigneur, par l'appel des païens, lorsque Dieu leur a donné l'appel, et que leur voix s'est répandue sur toute la terre, et leurs paroles jusqu'à la fin du monde.61 L'élargissement est donc l'appel des païens, c'est-à-dire de l'Eglise.62 Et il habite dans la maison |89 de Sem, c'est-à-dire dans l'héritage des pères, recevant dans le Christ Jésus le droit de premier-né. Ainsi, dans le rang dans lequel chacun a été béni, dans ce même ordre par sa postérité, il a reçu le fruit de la bénédiction.63



22. Après le déluge, Dieu fit une alliance avec le monde entier, y compris avec tous les êtres vivants, animaux et humains, afin de ne plus détruire par le déluge tout ce qui croîtrait sur la terre. Et Il leur a donné un signe (disant) Quand le ciel sera couvert d'une nuée, on verra l'arc dans la nuée ; et je me souviendrai de mon alliance, et je ne détruirai plus par l'eau tout ce qui se meut sur la terre.64 Et Il changea la nourriture des hommes, leur donnant la permission de manger de la chair : car depuis Adam le premier-né jusqu'au Déluge, les hommes ne mangeaient que des graines et des fruits d'arbres, et il ne leur était pas permis de manger de la chair. Mais comme les trois fils de Noé étaient le commencement d'une race d'hommes, Dieu les bénit pour la multiplication et l'accroissement, en disant Augmentez et multipliez, remplissez la terre et dominez-la ; et la crainte et l'effroi de vous seront sur tout ce qui vit des animaux et sur tous les oiseaux du ciel ; et ils vous serviront de nourriture, comme l'herbe verte ; mais vous ne mangerez pas la chair avec le sang de la vie, car je rendrai compte de votre sang à toutes les bêtes et à l'homme. Quiconque verse le sang d'un homme, en échange de son sang, celui-ci sera versé.65 Car Il a fait de l'homme l'|90 image de Dieu ; et l'image de Dieu est le Fils, selon l'image duquel l'homme a été fait ; et c'est pour cela qu'Il est apparu à la fin des temps afin de montrer l'image (à être) semblable à Lui-même. Selon cette alliance, la race humaine s'est multipliée, en jaillissant de la semence des trois. Et sur la terre, il n'y avait qu'une lèvre, c'est-à-dire une langue.66



23. Et ils se levèrent et vinrent du pays d'Orient ; et, en parcourant le pays, ils se heurtèrent au pays de Shinéar, qui était très large ; où ils prirent en main la construction d'une tour. Ils cherchèrent ainsi le moyen de monter au ciel, et de pouvoir laisser leur travail comme un mémorial aux hommes qui viendraient après eux. Et l'édifice fut construit avec des briques brûlées et du bitume ; et la hardiesse de leur audace s'avança, comme ils étaient tous d'un même esprit et d'un même consentement, et par un seul discours ils servirent le but de leurs désirs. Mais pour que l'œuvre n'avance plus, Dieu divisa leurs langues, pour qu'ils ne puissent plus se comprendre. Ils furent donc dispersés et plantés, ils prirent possession du monde et habitèrent en groupes et en compagnies, chacun selon sa langue, d'où venaient les diverses tribus et les diverses langues sur la terre. Ainsi donc, alors que trois races d'hommes prirent possession de la terre, et que l'une d'elles était sous la malédiction, et deux sous la bénédiction, la bénédiction vint d'abord à Sem, dont la race |91 habitait à l'est et détenait la terre des Chaldéens.



24. Au cours du temps, c'est-à-dire à la dixième génération après le Déluge, Abraham apparut67 , cherchant le Dieu qui, par la bénédiction de son ancêtre, lui était dû et propre.68 Et lorsque, poussé par l'ardeur de son esprit, il parcourut le monde, cherchant où se trouve Dieu, et ne parvint pas à le découvrir, Dieu eut pitié de celui qui seul le cherchait en silence ; et il apparut à Abraham, se faisant connaître par la Parole, comme par un faisceau de lumière. Car il lui parla du ciel et lui dit Sors de ton pays, de ta parenté et de la maison de ton père, et entre dans le pays que je te montrerai,69 et là, tu habiteras. Et il crut à la voix céleste, étant alors âgé de soixante-dix ans, et ayant une femme ; et il sortit de Mésopotamie avec elle, prenant avec lui Lot, le fils de son frère qui était mort. Lorsqu'il arriva dans le pays qui s'appelle aujourd'hui la Judée, et dans lequel habitaient alors sept tribus descendantes de Cham, Dieu lui apparut en vision et dit Je te donnerai ce pays, et à ta postérité après toi, pour une possession éternelle, 71 et (Il dit) que sa postérité sera étrangère dans un pays qui ne lui appartient pas, et qu'elle y sera maltraitée et asservie pendant quatre cents ans ; et qu'à la quatrième génération elle retournera au lieu promis à Abraham ; et que Dieu jugera la race qui a asservi sa postérité. Et, afin qu'Abraham connaisse aussi bien la multitude que la gloire de sa postérité, Dieu le fit sortir de nuit, et dit Regarde le ciel, et vois les étoiles du ciel, si tu peux les compter ; ainsi en sera-t-il de ta postérité.72 Et quand Dieu vit la certitude inébranlable et inébranlable de son esprit, Il lui rendit témoignage par le Saint-Esprit, en disant dans l'Ecriture Et Abraham crut, et cela lui fut compté comme justice.73 Et il était incirconcis quand ce témoignage fut rendu ; et, pour que l'excellence de sa foi soit connue par un signe, Il lui donna la circoncision, sceau de la justice 74 de cette foi qu'il avait dans l'incirconcision.75 Après cela, il lui naquit un fils, Isaac, de Sara qui était stérile, selon la promesse de Dieu ; et il le circoncit, selon ce que Dieu avait convenu avec lui. Et d'Isaac naquit Jacob ; et c'est ainsi que la bénédiction originelle de Sem parvint à Abraham, et d'Abraham à Isaac, et d'Isaac à Jacob, l'héritage de l'Esprit leur étant donné, car il fut appelé le Dieu d'Abraham et le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob. Et Jacob engendra douze fils, d'où furent nommées les douze tribus d'Israël. 



25. Et quand la famine s'abattit sur toute la terre, il arriva qu'en Egypte seulement, il y eut de la nourriture ; et Jacob, avec toute sa postérité, partit et s'établit en Egypte ; et le nombre de tous ceux qui émigrèrent fut de soixante quinze âmes:76 et en quatre cents ans, comme l'oracle l'avait déclaré auparavant, ils devinrent six cent soixante mille. Et, parce qu'ils furent gravement affligés et opprimés par une servitude malfaisante, et qu'ils soupiraient et gémissaient devant Dieu, le Dieu de leurs pères, Abraham, Isaac et Jacob, il les fit sortir d'Égypte par la main de Moïse et d'Aaron, frappant les Égyptiens de dix fléaux et, dans le dernier fléau, envoyant un ange destructeur et tuant leurs premiers-nés, tant humains que bestiaux : d'où Il sauva les enfants d'Israël, révélant dans un mystère les souffrances du Christ par le sacrifice d'un agneau sans tache, et donnant son sang pour qu'il soit répandu sur les maisons des Hébreux par précaution. Et le nom de ce mystère est la Passion77, source de délivrance. Et divisant la mer Rouge, Il amena les enfants d'Israël au désert en toute sécurité ; et quant aux Égyptiens qui les poursuivaient et qui entrèrent dans la mer, ils furent tous accablés ; ce jugement de Dieu venant sur ceux qui avaient iniquement opprimé la postérité d'Abraham.



26. Et dans le désert, Moïse reçut de Dieu la Loi, les Dix Paroles sur des tables de pierre, écrites avec le doigt de Dieu 78 (maintenant le doigt de |94 Dieu est celui qui est étendu du Père dans le Saint-Esprit);79 et les commandements et les ordonnances qu'il livra aux enfants d'Israël pour qu'ils les observent. Et le tabernacle du témoignage qu'il a construit par ordre de Dieu, la forme visible sur terre des choses qui sont spirituelles et invisibles dans les cieux, et une figure de la forme de l'Église, et une prophétie des choses à venir : dans laquelle se trouvaient aussi les vases et les autels des sacrifices et l'arche dans laquelle il a placé les tables (de la Loi). Et il désigna comme prêtres Aaron et ses fils, assignant le sacerdoce à toute leur tribu ; et ils étaient de la race de Lévi. Et il appela toute cette tribu, par la parole de Dieu, à accomplir le service dans le temple de Dieu, et leur donna la loi lévitique, pour qu'ils sachent quels sont les hommes qu'il faut employer continuellement pour le service du temple de Dieu.



27. Lorsqu'ils furent près du pays que Dieu avait promis à Abraham et à sa descendance, Moïse choisit un homme de chaque tribu et les envoya explorer le pays et les villes qui s'y trouvaient, ainsi que les habitants des villes. En ce temps-là, Dieu lui révéla le Nom qui seul peut sauver ceux qui y croient ; et Moïse changea le nom d'Osée, fils de Nun, l'un de ceux qui avaient été envoyés, et le nomma Jésus:80 et il les envoya donc avec la puissance du Nom, croyant qu'il les recevrait en retour sains et saufs grâce à la direction du Nom : ce qui arriva.81 Après être allés chercher et s'être renseignés, ils revinrent en apportant une grappe de raisin ; et quelques-uns des douze envoyés jetèrent toute la foule dans la crainte et la consternation, en disant que les villes étaient très grandes et très fortifiées, et que les fils des géants y habitaient, de sorte qu'il ne leur était pas possible de prendre le pays. Et il s'ensuivit que toute la foule pleura, ne croyant pas que c'était Dieu qui devait leur accorder le pouvoir et leur soumettre tout. Et ils dirent aussi du mal du pays, comme n'étant pas bon, et comme s'il ne valait pas la peine de subir le danger pour un tel pays. Mais deux des douze, Jésus, fils de Nun, et Caleb, fils de Jephunné, déchirèrent leurs vêtements à cause du mal qui avait été fait, et ils prièrent le peuple de ne pas se décourager ni de perdre courage, car Dieu avait tout remis entre leurs mains, et le pays était très bon. Et comme ils ne croyaient pas, mais que le peuple continuait à ne pas croire, Dieu changea et modifia leur voie, afin qu'ils errent dans le désert, désolés et frappés de douleur. Et selon les jours qu'ils passaient et qu'ils revenaient, ceux qui avaient espionné la terre - et ils étaient quarante -, il leur accorda un jour pendant 96 ans, et les garda dans le désert pendant quarante ans ; et aucun de ceux qui avaient atteint l'âge adulte et qui avaient de l'intelligence ne le jugea digne d'entrer dans le pays à cause de leur incrédulité, sauf les deux qui avaient témoigné de l'héritage, Jésus fils de Nun et Caleb fils de Jephunné, et ceux qui étaient très jeunes et qui ne connaissaient ni la main droite ni la main gauche. Ainsi, toute la multitude des incrédules périt et fut consumée dans le désert, recevant un à un la juste récompense de leur manque de foi : mais les enfants, grandissant au cours de quarante ans, comblèrent le nombre des morts.



28. Lorsque les quarante ans furent écoulés, le peuple s'approcha du Jourdain, et se rassembla et se mit en rang contre Jéricho. C'est là que Moïse rassembla le peuple, et résuma tout à nouveau, proclamant les puissantes oeuvres de Dieu jusqu'à ce jour, façonnant et préparant ceux qui avaient grandi dans le désert à craindre Dieu et à garder ses commandements, leur imposant comme une nouvelle législation, ajoutant à celle qui avait été faite auparavant. Et ceci fut appelé Deutéronome:82 et dans celui-ci furent écrites de nombreuses prophéties concernant notre Seigneur Jésus-Christ et concernant le peuple, et aussi concernant l'appel des Gentils et concernant le royaume.



29. Et, lorsque Moïse eut achevé sa course, |97 il lui fut dit par Dieu Monte sur la montagne et meurs, car tu ne feras pas entrer mon peuple dans le pays. Il mourut donc selon la parole du Seigneur84 et Jésus, fils de Nun, lui succéda. Il divisa le Jourdain et fit passer le peuple dans le pays ; et, après avoir renversé et détruit les sept races qui y habitaient, il assigna au peuple la Jérusalem temporelle,85 dans laquelle David était roi, et Salomon son fils, qui construisit le temple au nom de Dieu, selon la ressemblance du tabernacle qui avait été fait par Moïse selon le modèle des choses célestes et spirituelles.



30. C'est là que les prophètes furent envoyés par Dieu par le Saint-Esprit ; ils instruisirent le peuple et le tournèrent vers le Dieu de leurs pères, le Tout-Puissant ; et ils devinrent les hérauts de la révélation de notre Seigneur Jésus-Christ, le Fils de Dieu, déclarant que de la postérité de David, sa chair devait fleurir ; afin qu'après la chair Il soit le fils de David, qui fut le fils d'Abraham par une longue succession ; mais selon l'esprit Fils de Dieu, préexistant86 au Père, engendré avant toute la création du monde, et à la fin des temps apparaissant au monde entier comme homme, le Verbe de Dieu rassemblant en Lui toutes les choses qui sont au ciel et qui sont sur la terre. 87



31. Il a donc uni l'homme à Dieu, et a établi une communauté d'union 88 entre Dieu |98 et l'homme ; puisque nous ne pouvions participer d'aucune autre manière à l'incorruptibilité, si ce n'est par sa venue parmi nous. Tant que l'incorrection était invisible et non révélée, elle ne nous aidait pas du tout : elle devenait donc visible89 , afin que nous puissions à tous égards participer à la réception de l'incorrection. Et parce que, dans la formation originelle d'Adam, nous étions tous liés et liés à la mort par sa désobéissance, il était juste que par l'obéissance de Celui qui s'est fait homme pour nous, nous soyons libérés de la mort ; et parce que la mort régnait sur la chair, il était juste que par la chair elle perde sa force et libère l'homme de son oppression. Ainsi le Verbe s'est fait chair90, afin que, par cette même chair que le péché avait gouvernée et dominée, il perde sa force et ne soit plus en nous. Et donc notre Seigneur a pris cette même formation originelle que celle de Son entrée dans la chair, afin de pouvoir s'approcher et lutter au nom des pères, et conquérir par Adam ce qui par Adam nous avait terrassés.



32. D'où vient donc la substance du premier formé (l'homme) ? De la volonté et de la sagesse |99 de Dieu, et de la terre vierge.91 Car Dieu n'avait pas envoyé la pluie, dit l'Ecriture, sur la terre, avant que l'homme ne soit fait ; et il n'y avait pas d'homme pour cultiver la terre.92 De là, donc, alors qu'elle était encore vierge, Dieu prit la poussière de la terre et forma l'homme, le commencement de l'humanité. Ainsi donc, le Seigneur, résumant à nouveau cet homme, prit la même dispense de l'entrée dans la chair, étant né de la Vierge par la Volonté et la Sagesse de Dieu ; afin qu'Il montre aussi la ressemblance de l'entrée d'Adam dans la chair,2 et qu'il y ait ce qui a été écrit au commencement, l'homme à l'image et à la ressemblance de Dieu.93



33. Et de même qu'à travers une vierge désobéissante l'homme a été frappé et est tombé dans la mort, de même à travers la Vierge qui était obéissante à la Parole de Dieu l'homme a été réanimé et a reçu la vie.94 Car le Seigneur est venu chercher de nouveau la brebis qui |100 était perdue;95 et l'homme c'est ce qui a été perdu : et pour cette raison il n'y a pas eu d'autre formation, mais dans celle-là même qui avait sa descendance d'Adam Il a conservé la ressemblance de la (première) formation.96 Car il fallait qu'Adam soit résumé dans le Christ, pour que la mortalité soit engloutie et écrasée par l'immortalité ; et Ève résumée en Marie, pour qu'une vierge soit l'intercesseur d'une vierge, et par l'obéissance d'une vierge défaire et écarter la désobéissance d'une vierge.97



34. Et la transgression qui était venue de l'arbre fut défaite par l'arbre de l'obéissance, lorsque, écoutant Dieu, le Fils de l'homme fut cloué à l'arbre ; écartant ainsi la connaissance du mal et introduisant et établissant la connaissance du bien : maintenant, c'est le mal que de désobéir à Dieu, de même qu'écouter Dieu est bon. C'est pourquoi la Parole a été prononcée par le prophète Ésaïe, annonçant d'avance ce qui devait arriver... Car ce sont donc des prophètes, car ils annoncent ce qui doit arriver : c'est donc par lui que la Parole a été prononcée : |101 Je ne refuse pas, ni ne conteste : J'ai donné mon dos à la flagellation, et mes joues à la frappe;98 et mon visage ne s'est pas détourné de la honte de cracher.99 Ainsi donc, par l'obéissance dont Il a fait preuve jusqu'à la mort,100 suspendu à l'arbre, Il a mis de côté la vieille désobéissance qui s'était forgée dans l'arbre. Maintenant, voyant qu'Il est la Parole de Dieu Tout-Puissant, qui, dans une sagesse invisible au milieu de nous, est universellement étendue dans le monde entier, et englobe sa longueur, sa largeur, sa hauteur et sa profondeur 101 - car par la Parole de Dieu, l'univers entier est ordonné et disposé - - en ce qu'il est crucifié le Fils de Dieu, inscrit en croix sur tout cela:102 car il est juste qu'étant rendu visible, Il mette sur toutes choses visibles le partage de Sa croix, afin de montrer Son opération sur les choses visibles à travers une forme visible. Car c'est Lui qui éclaire la hauteur, c'est-à-dire les cieux, qui embrasse l'abîme qui est sous la terre, qui s'étend et se déploie d'est en ouest, qui dirige sur la largeur du nord et du sud, |102 convoquant à la connaissance du Père tous ceux qui sont dispersés de part en part.



35. De plus, il accomplit la promesse faite à Abraham, que Dieu lui avait promis, de faire de sa 

semence comme les étoiles du ciel. C'est ce qu'a fait le Christ, né de la Vierge qui était de la descendance d'Abraham, et qui a constitué ceux qui ont la foi en lui des lumières dans le monde,1 et par la même foi avec Abraham a justifié les païens. Car Abraham a cru en Dieu, et cela lui a été compté comme justice. De la même manière, nous sommes aussi justifiés par la foi en Dieu : car le juste vivra par la foi. Or, ce n'est pas par la loi que la promesse a été faite à Abraham, mais par la foi ; car Abraham a été justifié par la foi, et pour un homme juste, la loi n'est pas faite. De même, nous ne sommes pas justifiés par la loi, mais par la foi, dont témoignent la loi et les prophètes, que la Parole de Dieu nous présente.103



36. Et il accomplit la promesse faite à David ; car Dieu lui avait promis qu'il élèverait, du fruit de son corps, un roi éternel104 dont le règne n'aurait pas de fin. Et ce Roi est le Christ, le Fils de Dieu, qui est devenu le Fils de l'homme, c'est-à-dire qui est devenu le fruit de cette Vierge qui est descendue de David. Et pour cette raison |103 la promesse était, du fruit de ton corps 105---- qu'il pourrait déclarer l'unicité particulière de Celui qui était le fruit du corps vierge qui était de David, (même de Lui) qui était Roi sur la maison de David, (et) dont le règne n'aura pas de fin.



37. Ainsi donc, Il a glorieusement accompli notre rédemption, et a accompli la promesse des pères, et a aboli l'ancienne désobéissance. Le Fils de Dieu est devenu Fils de David et Fils d'Abraham, perfectionnant et résumant cela en Lui-même, afin qu'Il nous fasse posséder la vie. Le Verbe de Dieu s'est fait chair par la dispensation de la Vierge, pour abolir la mort et faire vivre l'homme. Car nous avons été emprisonnés par le péché, étant nés dans le péché et vivant sous la mort.



38. Mais Dieu le Père a été très miséricordieux : il a envoyé sa Parole créatrice qui, en venant nous délivrer, est venue à l'endroit même où nous avions perdu la vie et a brisé les liens de nos entraves. Sa lumière est apparue, a fait disparaître les ténèbres de la prison, a sanctifié notre naissance et a détruit la mort, en rompant les mêmes chaînes qui nous étaient attachées. Et Il a manifesté |104 la résurrection,107 devenant Lui-même le premier-né des morts,108 et ressuscitant en Lui-même l'homme qui était tombé, l'élevant bien au-dessus du ciel à la droite de la gloire du Père : comme Dieu l'a promis par le prophète, en disant Et je ressusciterai la tente de David qui est tombée109 , c'est-à-dire la chair 110 qui était de David. Et c'est ce que notre Seigneur Jésus-Christ a vraiment accompli, lorsqu'il a accompli glorieusement notre rédemption, afin de nous relever vraiment, nous rendant libres pour le Père. Et si quelqu'un ne veut pas recevoir sa naissance d'une vierge, comment recevra-t-il sa résurrection d'entre les morts ? Car il n'y a rien de merveilleux, d'étonnant et d'extraordinaire à ce que celui qui n'est pas né ressuscite d'entre les morts ; mais nous ne pouvons pas parler de résurrection de celui qui est venu à l'existence sans être né. En effet, celui qui n'est pas né et immortel, et qui n'a pas connu la naissance, ne connaîtra pas non plus la mort. Car celui qui n'a pas pris le commencement de l'homme, comment pourrait-il recevoir sa fin ?



39. Or, s'il n'est pas né et s'il n'est pas mort, s'il n'est pas mort et s'il n'est pas ressuscité d'entre les morts, s'il n'est pas ressuscité d'entre les morts, s'il n'a pas vaincu la mort et n'a pas anéanti son règne" ; et si la mort n'est pas vaincue, comment peut-on monter à la vie, qui dès le commencement est tombé sous la mort ? Ainsi donc, ceux qui enlèvent la rédemption à l'homme, et qui ne croient pas en Dieu pour qu'Il les ressuscite d'entre les morts, ceux-là aussi méprisent |105 la naissance de notre Seigneur, qu'Il a subie en notre faveur, afin que le Verbe de Dieu se fasse chair pour qu'Il puisse manifester la résurrection de la chair, et pourrait avoir la prééminence sur toutes choses dans les cieux, en tant que premier-né et aîné des descendants de la pensée du Père, le Verbe, accomplissant toutes choses, et Lui-même guidant et dirigeant sur la terre. Car il était le premier-né de la Vierge, un homme juste et saint, craignant Dieu, bon, agréable à Dieu, parfait en toutes choses, et délivrant de l'enfer tous ceux qui le suivent ; car il était lui-même le premier-né des morts111 , le Prince et l'Auteur de la vie pour Dieu.



40. Ainsi donc, la Parole de Dieu a la prééminence en toutes choses;112 car Il est le vrai homme, le Merveilleux Conseiller et le Dieu Puissant;113 appelant les hommes à être de nouveau en communion avec Dieu, afin que, par cette communion, nous participions à l'incorruptibilité. Ainsi donc, Celui qui a été proclamé par la loi, par Moïse, et par les prophètes du Dieu Très Haut et Tout-Puissant, comme Fils du Père de tous ; Celui de qui tout est, Celui qui a parlé avec Moïse---Il est venu en Judée, engendré de Dieu par le Saint-Esprit, et né de la Vierge Marie, même de celle qui était de la semence de David et d'Abraham, Jésus l'Oint de Dieu, |106 se montrant comme Celui qui a été proclamé d'avance par les prophètes.



41. Et Son précurseur fut Jean-Baptiste) qui prépara et prépara d'avance le peuple à la réception de la Parole de vie ; déclarant qu'Il était le Christ, sur lequel reposait l'Esprit de Dieu, se mêlant à Sa chair.114 Ses disciples, témoins de toutes ses bonnes actions, de ses enseignements, de ses souffrances, de sa mort et de sa résurrection, et de son ascension au ciel après sa résurrection corporelle, étaient les apôtres qui, après avoir reçu la puissance du Saint-Esprit, ont été envoyés par lui dans le monde entier, et a répondu à l'appel des païens, en montrant à l'humanité le mode de vie, pour les détourner des idoles, de la fornication et de la convoitise, en purifiant leurs âmes et leurs corps par le baptême d'eau et du Saint-Esprit ; Le Saint-Esprit qu'ils avaient reçu du Seigneur, ils le distribuèrent et le communiquèrent à ceux qui croyaient ; et ainsi ils ordonnèrent et établirent les Églises. Par la foi, la charité et l'espérance, ils ont établi ce qui avait été annoncé par les prophètes, l'appel des païens, selon la miséricorde de Dieu qui leur avait été accordée ; ils l'ont fait connaître par le ministère de leur service et les ont admis à la promesse des pères : à savoir qu'à ceux qui ont ainsi cru et aimé le Seigneur, et qui ont persévéré dans la sainteté, la justice et la patience, le Dieu de tous avait promis d'accorder la vie éternelle par la résurrection des morts ; par Celui qui est mort et ressuscité, Jésus-Christ, à qui il a donné le règne de toutes les choses existantes, la règle des morts et des vivants, et aussi le jugement. Et ils leur conseillèrent, par la parole de la vérité, de garder leur chair intacte jusqu'à la résurrection et leur âme non souillée.



42. Car tel est l'état de ceux qui ont cru, puisqu'en eux demeure continuellement le Saint-Esprit, qui a été donné par lui dans le baptême, et qui est retenu par le récepteur, s'il marche dans la vérité, la sainteté, la justice et la patience. Car cette âme a une résurrection en ceux qui croient, le corps recevant l'âme à nouveau, et avec elle, par la puissance du Saint-Esprit, étant ressuscité et entrant dans le royaume de Dieu. C'est le fruit de la bénédiction de Japhet, dans l'appel des païens, rendu manifeste par l'Église, qui se tient prête à recevoir sa demeure dans la maison de Sem selon la promesse de Dieu. Que toutes ces choses s'accomplissent ainsi, l'Esprit de Dieu déclaré d'avance par les prophètes ; qu'à leur égard la foi de ceux qui adorent Dieu dans la vérité soit confirmée. Car ce Dieu a fait connaître d'avance par les prophètes ce qui était impossible à notre nature, et donc prêt à donner de la crédibilité à l'humanité, afin que, par sa prédication dans des temps lointains, et en trouvant enfin un effet de cette manière, même si elle était prédite, nous sachions que c'est Dieu qui nous a (ainsi) proclamé d'avance notre rédemption.



43. Nous devons donc croire en Dieu en toutes choses, car en toutes choses Dieu est vrai. Maintenant qu'il y a eu un Fils de Dieu, et qu'il existait non seulement avant son apparition dans le monde, mais aussi avant que le monde ne soit fait, Moïse, qui fut le premier à prophétiser117 , dit en hébreu Baresith bara Elowin basan benuam samenthares.118 Et ceci, traduit dans notre langue,119 est : "Le Fils au commencement : Dieu établit alors le ciel et la terre." 120 Ce Jérémie, le prophète, a également témoigné en disant Avant l'étoile du matin, je t'ai engendré ; et avant le soleil, ton nom ; 121 et c'est-à-dire avant la création du monde ; car avec le monde, les étoiles ont été faites. Et il en est de même : Heureux celui qui était avant de devenir homme:122 car pour Dieu, le Fils était le commencement avant la création du monde;123 mais pour nous, Il était alors, quand Il est apparu ; et avant cela, Il n'était pas pour nous, qui ne Le connaissaient pas.124 C'est pourquoi aussi Son disciple Jean, en nous enseignant qui est le Fils de Dieu, qui était avec le Père avant que le monde ne soit fait, et que toutes les choses qui ont été faites l'ont été par Lui, dit ainsi : Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu, Il en était de même au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par Lui, et sans Lui rien n'a été fait:125 montrant avec certitude que le Verbe, qui était au commencement avec le Père, et par qui toutes choses ont été faites, c'est Son Fils.



44. Et Moïse raconte encore une fois comment le Fils de Dieu s'est approché pour tenir conversation avec Abraham : Et Dieu lui apparut au milieu du jour, près du chêne de Mamré. Il leva les yeux vers le ciel et voici que trois hommes se tenaient face à lui. Et il se prosterna à terre et dit Seigneur, si vraiment j'ai trouvé grâce à tes yeux.126 Et tout ce qui suit, il en parla au Seigneur, et le Seigneur lui parla. Or, deux des trois étaient des anges ; mais l'autre était le Fils de Dieu, avec lequel Abraham aussi parla, plaidant au nom des hommes de Sodome, pour qu'ils ne périssent pas si au moins dix justes s'y trouvaient. Pendant que ceux-ci parlaient, les deux anges entrèrent dans Sodome, et Lot les reçut. Et alors l'Écriture dit : Et le Seigneur fit pleuvoir sur Sodome et Gomorrhe du soufre et du feu de |110 le Seigneur du ciel:127 c'est-à-dire que le Fils, qui parlait avec Abraham, étant Seigneur, reçut du Seigneur du ciel, du Père qui règne sur tous, le pouvoir de punir les hommes de Sodome. Abraham fut donc prophète et vit les choses à venir, qui devaient se passer sous une forme humaine : le Fils de Dieu, afin qu'il parle aux hommes et mange avec eux, et qu'ensuite il fasse venir le jugement du Père, ayant reçu de Celui qui règne sur tout le pouvoir de punir les hommes de Sodome.



45. Et Jacob, lorsqu'il se rendit en Mésopotamie, le vit en songe, debout sur l'échelle128, c'est-à-dire l'arbre qui a été dressé de la terre au ciel 129, car c'est ainsi que ceux qui croient en lui montent aux cieux. Car ses souffrances sont notre ascension dans les cieux. Et toutes ces visions montrent le Fils de Dieu, parlant avec les hommes et se trouvant au milieu d'eux. Car ce n'est pas le Père de tous, qui n'est pas vu par le monde, le Créateur de tous ceux qui ont dit Le ciel est mon trône, et la terre est mon marchepied : quelle maison me bâtirez-vous, ou quel est le lieu de mon repos?130 et qui comprend la terre de sa main, et le ciel de son empan 131----ce n'est pas Lui qui est venu et s'est tenu dans un espace très restreint et a parlé avec Abraham ; mais la Parole de Dieu, qui a toujours été avec l'humanité, et qui a fait connaître |111 à l'avance ce qui devait arriver dans l'avenir, et qui a enseigné aux hommes les choses de Dieu.



46. C'est lui qui a parlé avec Moïse dans le buisson, et qui a dit J'ai vu l'affliction de ton peuple qui est en Égypte, et je suis descendu pour le délivrer.132 C'est lui qui est sorti et descendu pour la délivrance des opprimés, nous faisant sortir de la puissance des Égyptiens, c'est-à-dire de toute idolâtrie et de toute impiété, et nous délivrant de la mer Rouge, c'est-à-dire nous délivrant de la confusion mortelle des païens et de la vexation douloureuse de leur blasphème. Car c'est en eux que la Parole de Dieu a préparé et répété d'avance les choses qui nous concernent. Il nous a fait sortir de l'impitoyable service des païens, et il a fait jaillir d'un rocher un torrent d'eau dans le désert, et ce rocher, c'est lui-même, et il a donné douze sources, c'est-à-dire l'enseignement des douze apôtres. Et il a mis fin aux incrédules obstinés et les a fait périr dans le désert ; mais ceux qui ont cru en lui, et qui étaient des enfants par malice, il les a fait entrer dans l'héritage des pères ; que non pas Moïse, mais Jésus met en possession de l'héritage : qui nous délivre aussi d'Amalek par l'expansion de ses mains,133 et nous amène au royaume du Père.134 |112



47. Ainsi donc, le Père est Seigneur et le Fils est Seigneur, et le Père est Dieu et le Fils est Dieu ; car ce qui est engendré de Dieu est Dieu. Ainsi, dans la substance et la puissance de son être, il n'y a qu'un seul Dieu, mais il y a aussi, selon l'économie de notre rédemption, le Fils et le Père. Parce que pour les choses créées, le Père de tous est invisible et inaccessible135 , ceux qui doivent s'approcher de Dieu doivent donc avoir accès au Père par le Fils. Et pourtant, de façon plus claire et plus évidente, David parle du Père et du Fils comme suit Ton trône, ô Dieu, est aux siècles des siècles ; tu as aimé la justice et haï l'injustice ; c'est pourquoi Dieu t'a oint d'une huile d'allégresse au-dessus de tes semblables.136 Car le Fils, en tant que Dieu, reçoit du Père, c'est-à-dire de Dieu, le trône du royaume éternel et l'huile d'onction au-dessus de ses semblables. L'huile d'onction est l'Esprit, avec lequel Il a été oint ; et Ses compagnons sont des prophètes, des hommes justes et des apôtres, et tous ceux qui reçoivent la communion de Son royaume, c'est-à-dire Ses disciples.



48. Et David dit encore : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je fasse de tes |113 ennemis ton marchepied. Le Seigneur fera sortir de Sion le bâton de ta force, et il te gouvernera au milieu de tes ennemis. Avec toi au commencement, au jour de ta puissance, dans l'éclat des saints ; dès le sein de ta mère, avant l'étoile du matin, je t'ai engendré. Le Seigneur a juré et ne se repentira pas : Tu es prêtre pour toujours, selon l'ordre de Melchisédech. Et le Seigneur, à ta droite, a brisé des rois au jour de la colère. Il jugera parmi les païens, il remplira les ruines, et brisera les têtes de beaucoup de gens sur la terre ? Il boira du ruisseau sur le chemin, et il relèvera la tête. Il proclame maintenant qu'il est né avant tous, qu'il domine sur les nations, qu'il juge toute l'humanité et les rois qui le haïssent et qui persécutent son nom, car ce sont ses ennemis, et qu'en l'appelant prêtre de Dieu pour toujours, il a déclaré son immortalité. C'est pourquoi il a dit Il boira du ruisseau dans le chemin ; c'est pourquoi il relèvera la tête ; proclamant l'exaltation avec gloire qui suivit son humanité, et l'humiliation et l'ingloriété.137



49. Et de nouveau, le prophète Ésaïe dit Ainsi parle le Seigneur Dieu à mon Oint le Seigneur,138 dont j'ai tenu la main droite, afin que les païens l'écoutent.139 Et comment le Christ est appelé Fils de Dieu et Roi des païens, c'est-à-dire de toute l'humanité ; et qu'Il n'est pas seulement appelé mais qu'Il est Fils de Dieu et Roi de tous, déclare ainsi David : Le Seigneur m'a dit : Tu es mon Fils, aujourd'hui je t'ai engendré. Demande-moi et je te donnerai les païens en héritage et en possession des extrémités de la terre.140 Ces choses n'ont pas été dites de David, car il n'a pas régné sur les païens ni sur les extrémités de la terre, mais seulement sur les Juifs. Il est donc évident que la promesse faite à l'Oint de régner sur les extrémités de la terre est faite au Fils de Dieu, que David lui-même reconnaît comme son Seigneur, en disant cela : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite141 et ainsi de suite, comme nous l'avons dit plus haut. Car il veut dire que le Père parle avec le Fils ; comme nous l'avons montré un peu plus haut à propos d'Esaïe, qu'il a dit ainsi : Dieu dit à mon Oint le Seigneur, que les païens écoutent devant lui. Car la promesse des deux prophètes est la même, à savoir qu'il sera roi, de sorte que la parole de Dieu s'adresse à un seul et même, je veux dire au Christ, le Fils de Dieu. Pour autant que David le dise : Le Seigneur m'a dit,142 il faut dire que ce n'est pas David qui parle, ni aucun des prophètes, en sa propre personne ; car ce n'est pas un homme qui dit les prophéties ; mais l'Esprit de Dieu, s'assimilant et s'apparentant aux personnes représentées, parle dans les prophètes, et prononce les paroles tantôt du Christ, tantôt du Père.143 |115



50. C'est donc avec justesse que le Christ dit par David qu'il parle avec le Père ; et c'est avec justesse qu'il dit les autres choses qui le concernent par l'intermédiaire des prophètes ; comme dans d'autres cas, c'est aussi de cette manière qu'Esaïe l'a fait : Et maintenant, ainsi parle le Seigneur, qui m'a formé comme son serviteur dès le sein de sa mère, pour rassembler Jacob et rassembler Israël auprès de lui ; et je serai glorifié devant le Seigneur, et mon Dieu sera pour moi une force. Et il dit : Il te sera donné d'être appelé mon serviteur, pour affermir et confirmer la tribu de Jacob, et pour ramener la dispersion d'Israël ; et je t'ai établi comme lumière des nations,144 afin que tu sois pour le salut jusqu'aux extrémités de la terre.145



51. On voit ici, tout d'abord, que le Fils de Dieu a préexisté, du fait que le Père a parlé avec Lui,146 et qu'avant sa naissance, il l'a révélé aux hommes ; et, ensuite, qu'il faut qu'il naisse homme parmi les hommes ; et que le même Dieu le forme dès le sein maternel, c'est-à-dire qu'il doit naître de l'Esprit de Dieu ; et qu'il est Seigneur de tous les hommes, et Sauveur de ceux qui croient en lui, tant les Juifs que les autres. Car le peuple des Juifs est appelé Israël en langue hébraïque, de Jacob leur père, qui fut le premier à être appelé Israël, et les païens, il les appelle toute l'humanité. Et que le Fils du Père se dit serviteur, (c'est) à cause de sa |116 soumission au Père : car parmi les hommes aussi tout fils est le serviteur de son père.



52. Que le Christ, donc, étant Fils de Dieu devant tout le monde, est avec le Père ; et qu'être avec le Père147 est aussi proche et uni à l'humanité ; et qu'il est Roi de tous, parce que le Père lui a soumis toutes choses ; et Sauveur de ceux qui croient en lui---toutes ces choses, les Ecritures les déclarent. Car il n'est pas possible et faisable d'énumérer toutes les Ecritures dans l'ordre ; et de celles-ci vous pouvez comprendre les autres aussi qui ont été dites de la même manière, en croyant en Christ, et en cherchant à comprendre et à être compris par Dieu, afin de comprendre ce qui a été dit par les prophètes.



53. Et que ce Christ, qui était avec le Père, étant le Verbe du Père, devait par la suite se faire chair et devenir homme et subir le processus de la naissance et naître d'une vierge et habiter parmi les hommes, le Père de tous ceux qui réalisent son incarnation----Isaïe dit ainsi : C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : voici que la vierge concevra et enfantera un fils, et vous l'appellerez Emmanuel ; il mangera du beurre et du miel ; avant de connaître ou de choisir le mal, il choisit le bien ; car, avant que l'enfant ne rende le bien ou le mal, il rejette la méchanceté pour choisir le bien.148 Il a donc proclamé qu'il était né d'une vierge, et qu'il était vraiment un homme, il l'a déclaré d'avance en mangeant, et aussi parce qu'il l'a appelé l'enfant |117 et en lui donnant un nom, car c'est aussi la coutume pour celui qui naît.149 Et son nom est double : dans la langue hébraïque, Messie Jésus, et dans la nôtre, Christ Sauveur. Et les deux noms sont des noms d'œuvres réellement réalisées. Car il a été appelé Christ, parce que par lui le Père a oint et orné toutes choses, et parce qu'à son avènement en tant qu'homme il a été oint de l'Esprit de Dieu et de son Père. Comme il le dit aussi dans Ésaïe, il se nomme lui-même : L'Esprit du Seigneur est sur moi ; c'est pourquoi il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres.150 Et (il a été nommé) Sauveur pour cela, afin qu'il devienne la cause du salut pour ceux qui, en ce temps-là, ont été délivrés par lui de toutes les maladies et de la mort,151 et pour ceux qui, par la suite, ont cru en lui l'auteur du salut dans l'avenir et pour les siècles des siècles.



54. C'est pour cette cause qu'Il est le Sauveur. Or l'Emmanuel est, selon l'interprétation qu'on en fait, avec toi Dieu ; 152 ou comme un cri de désir 153 prononcé par le prophète, comme celui-ci : Avec nous sera Dieu ; selon lequel il est l'explication et la manifestation de la bonne nouvelle proclamée. Car voici, dit-il, la vierge concevra et enfantera un fils154 et Lui, étant Dieu, sera avec nous. Et, comme s'il était tout à fait étonné 155 de ces choses, il proclame à propos de ces événements futurs que Avec nous sera Dieu. |118 Et encore une fois, concernant sa naissance, le même prophète dit en un autre lieu Avant que celle qui a voyagé n'accouche, et avant que les douleurs de l'accouchement n'arrivent, elle s'est échappée et a accouché d'un enfant humain.156 Ainsi il a montré que Sa naissance de la vierge était imprévue et inattendue. Et le même prophète dit encore Un fils nous est né, et un enfant nous est donné157 ; et son nom est appelé Merveilleux Conseiller, Dieu puissant158.



55. Il l'appelle le Merveilleux Conseiller, ce qui signifie le Père : par lequel il est déclaré que le Père travaille toutes choses avec Lui ; comme cela est contenu dans le premier livre de Moïse qui est intitulé Genèse : Et Dieu dit : Faisons l'homme à notre image et à notre ressemblance.159 Car on voit en ce lieu le Père parler au Fils, le Merveilleux Conseiller du Père. De plus, Il est aussi notre Conseiller, donnant des conseils ; non pas contraignant comme Dieu, bien qu'Il soit Dieu Puissant, (comme) il dit ; mais donnant des conseils pour que nous abandonnions l'ignorance et que nous acquérions la connaissance, et |119 que nous nous écartions de l'erreur et que nous venions à la vérité, et que nous mettions fin à la corruption et que nous recevions l'incorruptibilité.



56. Et encore une fois, Esaïe dit : Et ils souhaiteront avoir été brûlés par le feu, car un enfant nous est né et un fils nous est donné, dont le gouvernement est sur ses épaules et dont le nom est appelé Ange du grand conseil. Car je ferai venir la paix sur les cavaliers, et lui rendrai la paix et la santé. Son règne est grand, et de sa paix il n'y a aucune obligation, sur le trône de David et sur son royaume, de prospérer et d'achever, de secourir et d'entreprendre, dans la justice et le jugement, dès maintenant et pour toujours.160 Car par la présente, le Fils de Dieu est proclamé à la fois comme étant né et comme Roi éternel. Mais ils souhaiteront avoir été brûlés par le feu (il est dit) de ceux qui ne croient pas en Lui et qui lui ont fait tout ce qu'ils ont fait ; car ils diront au jugement : "Combien mieux avons-nous été brûlés par le feu avant la naissance du Fils de Dieu, que de ne pas avoir cru en Lui quand Il est né. Car pour ceux qui sont morts avant que le Christ ne soit apparu, il y a l'espoir qu'au jugement des ressuscités 161 ils obtiendront le salut, même ceux qui craignaient Dieu et sont morts dans la justice et qui avaient en eux l'Esprit de Dieu, comme les patriarches et les prophètes et les hommes justes. Mais pour ceux qui, après l'apparition du Christ, n'ont pas cru en Lui, il y a une vengeance sans pardon dans le jugement. |120 Maintenant dans ceci : Dont le gouvernement est sur son épaule, la croix est dans une figure déclarée, sur laquelle Il a été cloué. Pour ce qui lui était et est un reproche, et pour l'amour de Dieu, pour nous, même la croix, c'est, dit-il, son gouvernement, étant un signe de son royaume. Et, Ange de grand conseil, dit-il, c'est-à-dire du Père qu'Il nous a déclaré.



57. Que le Fils de Dieu naisse, et de quelle manière il devait naître, et qu'il soit montré comme étant le Christ - d'après ce qui a été dit, il est clair que cela a été annoncé à l'avance par les prophètes. Et en plus de cela, dans quel pays et parmi qui de l'humanité Il devait naître et apparaître, cela aussi a été proclamé à l'avance avec des paroles comme celles-ci. C'est ce que dit Moïse dans la Genèse : Il ne manquera pas un prince de Juda, ni un chef de ses reins, jusqu'à ce que vienne celui pour qui il restera ; et il sera l'attente des païens : il lavera sa robe dans le vin, et son vêtement dans le sang du raisin.162 Or Juda était l'ancêtre des Juifs, le fils de Jacob ; de qui aussi ils ont obtenu le nom. |121 Et il ne manqua pas un prince parmi eux et un chef, jusqu'à la venue du Christ. Mais dès sa venue, la puissance du carquois fut saisie,163 et le pays des Juifs fut livré aux Romains, et ils n'eurent plus de prince ni de roi à eux. Car il est venu, lui pour qui le royaume demeure dans les cieux, lui qui a lavé son vêtement dans le vin, et son vêtement dans le sang du raisin. Sa robe comme son vêtement sont ceux qui croient en lui, qu'il a purifiés, nous rachetant par son sang. On dit que Son sang est le sang du raisin ; car, comme le sang du raisin, nul ne le fait, si ce n'est Dieu qui le produit, et qui réjouit ceux qui en boivent, ainsi Sa chair et Son sang, nul ne les a faits, si ce n'est Dieu qui les a faits. Le Seigneur Lui-même a donné le signe de la vierge, cet Emmanuel qui vient de la vierge, qui réjouit aussi ceux qui boivent de Lui, c'est-à-dire qui reçoivent Son Esprit, une joie éternelle. C'est pourquoi il est aussi l'attente des païens, de ceux qui espèrent en lui ; car nous attendons de lui qu'il établisse de nouveau le royaume.164



58. Et Moïse dit encore : Une étoile s'élèvera de Jacob, et un chef 165 s'élèvera d'Israël, montrant encore plus clairement que la dispensation de sa venue en chair doit être parmi les Juifs. Et de Jacob et de la tribu de Juda, Celui qui est né, descendant du ciel, a pris sur Lui cette économie de dispense, car l'étoile est apparue dans le ciel. Et par chef, il veut dire roi, car il est le roi de tous les rachetés. Et à sa naissance, l'étoile apparut aux Mages qui habitaient en Orient;166 et ils apprirent ainsi que le Christ était né ; et ils vinrent en Judée, conduits par l'étoile ; jusqu'à ce que l'étoile vînt à Bethléem où le Christ est né, et entra dans la maison où était couché l'enfant, enveloppé de langes ; et elle se tint au-dessus de sa tête,167 déclarant aux Mages le Fils de Dieu, le Christ.



59. De plus, Ésaïe lui-même dit encore plus loin : Une verge sortira des racines d'Isaï, et une fleur sortira de sa racine. Et l'esprit de Dieu reposera sur lui, l'esprit de sagesse et d'intelligence, l'esprit de conseil et de puissance, l'esprit de connaissance et de piété : l'esprit de crainte de Dieu le remplira ? Il ne jugera pas selon l'opinion, et il ne condamnera pas selon la parole ; mais il jugera pour les humbles, et il fera miséricorde aux humbles de la terre. Il frappera la terre par la parole de sa bouche, et par le souffle de ses lèvres, il tuera l'impie. Il sera ceint de justice dans ses reins, Et la vérité sera enveloppée dans ses reins. Le loup paîtra avec l'agneau, la panthère avec le chevreau, le veau et le lion paissent ensemble. Le nourrisson mettra sa main sur le trou des aspics et sur la tanière de la progéniture des aspics, et ils ne lui feront pas de mal. En ce jour-là, il y aura une racine d'Isaï, et celui qui se lèvera pour dominer les païens ; en lui les païens espéreront, et son élévation sera un honneur.169 Par ces mots, il déclare qu'il est né de celle qui était de la race de David et d'Abraham. Car Isaï était le descendant d'Abraham et le père de David ; (et le descendant de David) la vierge était celle qui a conçu le Christ. La verge : c'est pourquoi Moïse a montré à Pharaon, avec 170, une verge, et avec d'autres hommes, la verge est un signe de domination. Et par fleur, il entend Sa chair ; 171 car c'est de l'esprit qu'elle a germé, comme nous l'avons déjà dit.



60. Ce n'est pas selon l'opinion qu'il jugera, ce n'est pas selon la parole qu'il réprouvera ; mais il jugera pour les humbles, et il fera miséricorde aux humbles de la terre--(par ceci) il établit et déclare sa divinité. Car juger sans respect des personnes et sans partialité, et non pas comme favorisant les illustres, mais en accordant aux humbles dignes et semblables un traitement égal, s'accorde avec la hauteur et le sommet de la justice de Dieu : car Dieu n'est influencé et ému par personne, sauf par les justes. Et faire preuve de miséricorde est l'attribut particulier de Dieu, qui par miséricorde est capable de sauver. Il frappera la terre avec une parole, et il tuera les impies avec une parole seulement : cela appartient à Dieu qui fait toutes choses avec une parole. Et en disant : Il sera ceint des reins de la justice, et de la vérité, il déclare sa forme et son aspect humains, et sa propre justice qui surpasse tout.



61. Quant à l'union, la concorde et la paix entre les animaux de différentes espèces172 , qui par nature sont opposés et hostiles les uns aux autres, les anciens disent qu'il en sera ainsi en vérité lors de la venue du Christ, lorsqu'il régnera sur tous. Car déjà dans un symbole, il annonce le rassemblement dans la paix et la concorde, par le nom du Christ, d'hommes de races différentes et (encore) de dispositions semblables. En effet, lorsqu'ils sont ainsi unis, les justes, qui sont assimilés à des veaux, des agneaux et des enfants et qui sucent 125 enfants, n'infligent aucun mal à ceux qui, autrefois, par leur rapacité, étaient comme des bêtes sauvages par leurs manières et leurs dispositions, hommes et femmes ; à tel point que certains d'entre eux étaient comme des loups et des lions, ravageant les plus faibles et se battant pour leurs égaux ; tandis que les femmes (étaient comme) des léopards ou des aspics, qui tuaient, il se peut, même leurs proches avec des poisons mortels, ou en raison d'un désir lascif. (Mais maintenant) réunis en un seul nom 173, ils ont acquis de justes habitudes par la grâce de Dieu, changeant leur nature sauvage et indomptée. Et cela s'est déjà produit. En effet, ceux qui, auparavant, étaient très méchants, de sorte qu'ils ne laissaient aucune oeuvre d'impiété inachevée, en apprenant à connaître Christ et en croyant en lui, ont immédiatement cru et ont été changés, de sorte qu'ils ne laissent aucune excellence de justice inachevée ; tant est grande la transformation que la foi en Christ, le Fils de Dieu, opère pour ceux qui croient en lui. Et il dit : Il se lève pour gouverner les païens, parce qu'Il doit mourir et ressusciter, et être confessé et cru comme le Fils de Dieu (et) Roi. À ce titre, il dit : Et Son ressuscité sera l'honneur, c'est-à-dire la gloire ; car alors Il a été glorifié comme Dieu, quand Il s'est levé.



62. C'est pourquoi le prophète dit encore:174 En ce jour-là, je ressusciterai la tente de David qui est tombée:175 ce corps 176 du Christ, qui, comme nous l'avons déjà dit, est né de David, il déclare clairement qu'après la mort il ressuscitera des morts. Car le corps est appelé un |126 tabernacle.177 Car par ces paroles, il dit que Celui qui, selon la chair, est de la race de David, sera le Christ, le Fils de Dieu ; qu'Il mourra et ressuscitera, et qu'Il est en apparence un homme, mais en puissance Dieu ; et qu'Il sera Lui-même comme juge de tout le monde et comme seul ouvrier de justice et rédempteur---tout cela, l'Ecriture l'a déclaré.



63. Et de nouveau le prophète Michée parle du lieu où le Christ doit naître, que ce soit à Bethléem de Judée, en disant ainsi : Et toi, Bethléem de Judée, es-tu le moindre des princes de Juda ? Car de toi sortira un prince qui fera paître mon peuple Israël.178 Mais Bethléem est le lieu de naissance de David, de sorte que non seulement par rapport à la Vierge qui l'a enfanté, il est de la race de David, mais aussi par rapport à sa naissance à Bethléem, le lieu de naissance de David.



64. Et de nouveau, David dit que de sa race, le Christ doit naître, (parlant) après... de cette manière : A cause de David, mon 179 serviteur, ne détourne pas la face de ton Christ. Le Seigneur a juré la vérité à David, et il ne le décevra pas : Du fruit de ton corps |127 je mettrai sur ton trône : si tes enfants gardent mon alliance et mes témoignages, que j'ai conclus avec eux, leurs fils pour toujours (seront assis sur ton trône).180 Mais aucun des fils de David ne régna pour toujours, et leur royaume ne fut pas éternel, car il fut réduit à néant. Mais le roi qui est né de David, c'est le Christ. Tous ces témoignages déclarent en termes clairs Sa descendance selon la chair, et la race et le lieu où Il devait naître ; afin que nul ne cherche parmi les païens ou ailleurs la naissance du Fils de Dieu, mais à Bethléem de Judée, d'Abraham et de la race de David.



65. Et la manière dont Il est entré à Jérusalem, qui était la capitale de la Judée, où se trouvait aussi Son siège royal et le temple de Dieu, le prophète Ésaïe le déclare : Dites à la fille de Sion : Voici qu'un roi vient à toi, doux et assis sur un âne, un ânon, le petit d'une ânesse.181 Car, assis sur l'ânon d'une ânesse, Il entra dans Jérusalem, la foule se répandant et déposant pour Lui ses vêtements. Et par la fille de Sion, il entend Jérusalem.



66. Ainsi donc, afin que le Fils de Dieu naisse, et de quelle manière, et où qu'il naisse, et que le Christ soit l'unique Roi éternel,182 les prophètes ont ainsi déclaré. Et de nouveau ils ont dit d'avance à son sujet comment, issu de l'humanité, il devait guérir ceux qu'il guérissait, |128 et ressusciter les morts qu'il ressuscitait, et être haï et méprisé et subir des souffrances et être mis à mort et crucifié, comme il a été haï et méprisé et mis à mort.



67. Parlons à présent de ses guérisons. Esaïe le dit ainsi : Il a pris nos infirmités et mis à nu nos maladies:183 c'est-à-dire qu'Il prendra et portera. Car il y a des passages dans lesquels l'Esprit de Dieu, par l'intermédiaire des prophètes, raconte des choses qui doivent être comme ayant eu lieu. Car ce qui, avec Dieu, est essayé et conçu comme étant déterminé à se produire, est considéré comme ayant déjà eu lieu ; et l'Esprit, concernant et voyant le temps dans lequel les questions de la prophétie sont accomplies, prononce les mots (en conséquence). Et concernant le type de guérison, Il fera ainsi mention, en disant En ce jour-là, les sourds entendront les paroles du livre, et dans les ténèbres et dans la brume, les yeux des aveugles verront.184 Et il en est de même : Soyez forts, mains faibles et genoux faibles et tremblants ; soyez réconfortés, vous qui êtes d'un esprit craintif. Soyez forts, ne craignez rien. Voici que notre Dieu récompensera le jugement : Il viendra et nous sauvera. Alors les yeux des aveugles s'ouvriront, et les oreilles des sourds entendront ; alors le boiteux sautera comme un cerf, et la langue des bégayeurs sera claire.185 Et concernant les morts, qu'ils soient ressuscités, il dit ainsi Les morts ressusciteront, et ceux qui sont dans les tombes |129 ressusciteront.186 Et en accomplissant ces choses, on croira qu'il est le Fils de Dieu.



68. Et qu'Il sera méprisé et tourmenté et qu'à la fin Il sera mis à mort, Esaïe dit ainsi : Voici que mon fils comprendra,187 et sera grandement exalté et glorifié. De même que beaucoup seront stupéfaits à cause de toi, de même ta forme sera sans gloire de la part des hommes. Et beaucoup de races seront dans l'étonnement, et des rois fermeront leur bouche ; car ceux à qui il n'a pas été annoncé verront, et ceux qui n'ont pas entendu réfléchiront. Seigneur, qui a cru à notre rapport ? Et à qui le bras du Seigneur a-t-il été révélé ? Nous l'avons déclaré devant lui comme un enfant, comme une racine dans une terre sèche ; et il n'y a pour lui ni forme ni gloire. Nous l'avons vu, et il n'avait ni forme ni beauté ; et sa forme était sans honneur, plus méchante que celle des autres hommes : un homme dans le châtiment, et qui savait supporter la douleur ; car son visage était détourné, il était déshonoré et sans compte. Il porte nos péchés, et pour nous, il supporte la douleur ; et nous l'avons considéré comme étant dans la douleur, le châtiment et l'affliction. Mais il a été blessé pour nos iniquités, et il a été tourmenté pour nos péchés. La discipline de notre paix (était) sur lui ; par ses meurtrissures, nous avons été guéris.188 Par ces mots, il est déclaré qu'il a été tourmenté ; comme le dit aussi David : Et j'ai été tourmenté.189 Or, David n'a jamais été tourmenté, mais le Christ (l'était), lorsque l'ordre a été donné qu'Il soit crucifié. Et encore par Esaïe, Sa Parole dit : J'ai donné mon dos à la flagellation, et mes joues à la frappe ; et mon visage ne s'est pas détourné de la honte de cracher.190 Et Jérémie le prophète dit la même chose, ainsi : Il donnera sa joue au frappeur : il sera rempli de reproches.191 Toutes ces choses, le Christ les a souffertes.



69. Voici ce qui suit dans Ésaïe : C'est par ses meurtrissures que nous avons été guéris. Nous étions tous égarés comme des brebis ; un homme s'est égaré sur son chemin, et le Seigneur l'a livré à nos péchés.192 Il est donc manifeste que, par la volonté du Père, ces choses lui sont arrivées pour notre salut. Puis il dit Et il n'a pas ouvert la bouche à cause de ses souffrances : il a été conduit comme une brebis à l'abattoir, comme un agneau 193 muet devant le tondeur.194 Voici comment il déclare sa venue volontaire à la mort. Et quand le prophète dit : "Dans l'humiliation, son jugement lui a été enlevé, il signifie l'apparition de son humiliation : selon la forme de l'abaissement était l'enlèvement du jugement. Et la soustraction au jugement est pour les uns le salut, et pour les autres les tourments de la perdition. Car il y a une soustraction pour une personne, et aussi pour une personne. |De même, le jugement - ceux pour qui il est enlevé l'ont pour les tourments de leur perdition ; mais ceux à qui il est enlevé sont sauvés par lui. Or, ceux qui ont enlevé à eux-mêmes le jugement qui l'a crucifié, et qui lui ont fait cela, n'ont pas cru en lui ; car par ce jugement qui leur a été enlevé, ils seront détruits par des tourments. Et de ceux qui croient en Lui, le jugement leur est enlevé, et ils ne sont plus sous son emprise. Et le jugement, c'est celui qui, par le feu, anéantira les infidèles à la fin du monde.



70. Puis il dit : "Sa génération qui déclarera ?195 Ceci a été dit pour nous avertir, de peur que, à cause de ses ennemis et de l'indignation de ses souffrances, nous ne le méprisions comme un homme méprisable et mesquin. Car Celui qui a enduré tout cela a une génération indéclarable ; car par génération Il entend la descendance ; (car) Celui qui est Son Père est indéclarable et indicible. Sache donc que cette descendance est celle qui a enduré ces souffrances ; et ne le méprise pas à cause des souffrances qu'il a endurées pour toi, mais le craint à cause de sa descendance.



71. Et à un autre endroit, Jérémie dit L'Esprit de notre visage, le Seigneur Christ;196 et comment il a été pris dans leurs pièges, dont nous avons dit : "Sous son ombre, nous vivrons parmi les païens". Que, étant (l') Esprit de Dieu, le Christ devait devenir un |132 homme souffrant ; l'Écriture déclare ; et est, pour ainsi dire, étonnée et stupéfaite de ses souffrances, qu'il devait ainsi endurer des souffrances, à l'ombre desquelles nous avons dit que nous devions vivre. Et par ombre, il entend Son corps.197 Car de même qu'une ombre est faite par un corps, de même le corps du Christ a été fait par Son Esprit.198 Mais, en outre, l'humiliation et le mépris de Son corps, il l'indique par l'ombre. Car, de même que l'ombre des corps debout est sur le sol et est foulée, de même le corps du Christ est tombé sur le sol par Ses souffrances et a été foulé en effet. Et il nomma le corps du Christ une ombre, parce que l'Esprit l'écrasa pour ainsi dire de gloire et le couvrit.199 De plus, lorsque le Seigneur passait, on mettait souvent sur le chemin ceux qui étaient retenus par diverses maladies, et sur qui son ombre tombait, ils étaient guéris.200



72. Et encore le même prophète (dit) ainsi concernant les souffrances du Christ : Voici comment le juste est détruit, et personne n'y prend garde ; et les justes sont enlevés, et personne ne comprend. Car c'est de la face de l'iniquité qu'on enlève le juste : la paix sera sa sépulture, il a été enlevé du milieu.201 Et qui d'autre est parfaitement juste, sinon le Fils de Dieu, qui fait les justes et perfectionne ceux qui croient en Lui, qui comme Lui sont persécutés |133 et mis à mort ? 202 Mais en disant : La paix sera sa sépulture, il déclare comment, à cause de notre rédemption, il est mort, car c'est dans la paix de la rédemption. Et (il déclare aussi) que par sa mort, ceux qui auparavant étaient ennemis et opposés les uns aux autres, croyant d'un commun accord en lui, doivent avoir la paix les uns avec les autres, devenant amis et bien-aimés à cause de leur foi commune en lui, comme ils le sont devenus. Mais en disant : Il a été enlevé du milieu, il signifie sa résurrection d'entre les morts. De plus, puisqu'il n'est plus apparu après sa mort et son enterrement, le prophète déclare qu'après sa mort et sa résurrection, il devait rester immortel, (disant) ainsi : Il a demandé la vie, et tu lui as donné, ainsi que la durée des jours pour toujours et à jamais.203 Or, qu'est-ce qu'il dit, Il a demandé la vie, puisqu'Il allait mourir ? Il proclame Sa résurrection d'entre les morts, et qu'étant ressuscité d'entre les morts, Il est immortel. Car il a reçu à la fois la vie, pour ressusciter, et la durée des jours pour les siècles des siècles, pour être incorruptible.



73. Et encore une fois David dit ainsi à propos de la mort et de la résurrection du Christ : Je me suis couché et je me suis endormi : je me suis réveillé, car le Seigneur m'a reçu.204 David ne dit pas cela de lui-même, car il n'est pas ressuscité après la mort ; mais l'Esprit du Christ, qui (a parlé) aussi dans d'autres prophètes à son sujet, dit ici par David : Je me suis couché et je me suis endormi : je me suis réveillé, car le Seigneur m'a reçu. Par sommeil, il entend la mort ; car Il est ressuscité.



74. Et de nouveau David (dit) ainsi à propos des souffrances du Christ : Pourquoi les païens se sont-ils mis en colère et les gens ont-ils imaginé des choses vaines ? Des rois se sont levés sur la terre, et des princes se sont rassemblés, contre le Seigneur et son Oint.205 Car Hérode, roi des Juifs, et Ponce Pilate, gouverneur de Claude César,206 se sont réunis et l'ont condamné à la crucifixion.207 Car Hérode craignait, comme s'il devait être un roi terrestre, d'être expulsé du royaume par lui. Mais Pilate fut contraint par Hérode et les Juifs qui étaient avec lui, contre sa volonté, de le livrer à la mort : (car ils l'avaient menacé) s'il ne préférait pas faire cela208 plutôt que d'agir contrairement à César, en laissant partir un homme qui était appelé roi.



75. Et plus loin, concernant les souffrances du Christ, le même prophète dit Tu nous as repoussés et méprisés, et tu as rejeté ton Oint. Tu as rompu l'alliance de mon serviteur de 209 ans ; tu as jeté sa sainteté par terre. Tu as renversé toutes ses haies, tu as fait trembler ses |135 forteresses.210 Ceux qui passent sur le chemin l'ont ravagé, il est devenu un objet d'opprobre pour ses voisins. Tu as exalté la droite de ses oppresseurs, tu as réjoui ses ennemis à son sujet, tu as détourné le secours de son épée, tu ne lui as pas donné la main dans le combat. Tu l'as enlevé et précipité de la purification, Tu as renversé son trône à terre. Tu as abrégé les jours de son temps, et tu as répandu sur lui la honte. Qu'il supporte ces choses, et cela aussi par la volonté du Père, déclarait-il manifestement ; car par la volonté du Père il devait supporter des souffrances.



76. Et Zacharie dit ainsi : Épée, réveille-toi contre mon berger et contre l'homme (qui est) mon compagnon. Frappez 211 le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées.212 Et cela arriva lorsqu'il fut pris par les Juifs : car tous les disciples l'abandonnèrent, craignant de mourir avec lui. Car ils n'ont pas encore cru en lui, jusqu'à ce qu'ils l'aient vu ressuscité d'entre les morts.



77. Il dit encore dans les Douze Prophètes:213 Ils le lièrent et le présentèrent au roi.214 Car Ponce Pilate était gouverneur de Judée, et il avait en ce temps-là un ressentiment contre Hérode, le roi des Juifs.215 Mais lorsque le Christ lui fut amené lié, Pilate l'envoya à Hérode, lui donnant l'ordre de se renseigner sur lui, afin qu'il sache avec certitude ce qu'il devait désirer à son sujet ; faisant du Christ une occasion commode de réconciliation avec le roi.


78. Et dans Jérémie, il déclare ainsi sa mort et sa descente aux enfers, en disant Et le Seigneur, le Saint d'Israël, s'est souvenu de ses morts, qui auparavant s'étaient endormis dans la poussière de la terre ; et il est descendu vers eux, pour leur annoncer la nouvelle de son salut, pour les délivrer.216 En ce lieu, il rend aussi la cause de sa mort : car sa descente aux enfers était le salut de ceux qui étaient morts.



79. Et, de nouveau, concernant sa croix, Isaïe dit ceci : J'ai tendu mes mains tout le jour vers un peuple désobéissant et contestataire.217 Car c'est là une indication de la croix,218 Et plus manifestement encore, David dit : Les chiens de chasse m'ont encerclé : l'assemblée des malfaiteurs est venue autour de moi. Ils m'ont transpercé les mains et les pieds.219 Et encore, dit-il : Mon cœur est devenu comme de la cire qui fond au milieu de mon corps ; et ils ont mis mes os en pièces, et encore une fois il dit : Épargnez mon âme de l'épée et clouez ma chair, car l'assemblée des malfaiteurs s'est levée contre moi.220 Par ces mots, il signifie avec une clarté manifeste qu'il doit être crucifié. Et Moïse dit la même chose au peuple, ainsi : Ta vie sera suspendue sous tes yeux, et tu craindras jour et nuit, et tu ne croiras pas en ta vie.221



80. Et encore une fois, David dit : Ils me regardèrent, ils se partagèrent mes vêtements, et ils tirèrent au sort mon vêtement.222 Car à Sa crucifixion, les soldats se partagèrent Ses vêtements comme ils en avaient l'habitude, et ils se partagèrent les vêtements en les déchirant ; mais pour le vêtement, parce qu'il était tissé de dessus et n'était pas cousu, ils tirèrent au sort, afin que celui à qui il tomberait le prenne.223


81. Et de nouveau Jérémie le prophète dit : Et ils prirent les trente pièces d'argent, le prix de celui qui a été vendu, qu'ils avaient achetées aux enfants d'Israël ; et ils les donnèrent pour le champ du potier, comme l'Éternel me l'a ordonné.224 Car Judas, étant l'un des disciples du Christ, était d'accord avec les Juifs et s'était engagé avec eux, quand il vit qu'ils désiraient le tuer, parce qu'il avait été réprouvé par lui. Il prit les trente statues 226 de la province, et leur livra le Christ225 ; puis, se repentant de ce qu'il avait fait, il rendit l'argent aux chefs des Juifs, et se pendit. Mais eux, pensant qu'il n'était pas juste de le jeter dans leur trésor, car c'était le prix du sang, achetèrent avec lui la terre qui était celle d'un certain potier pour l'enterrement des étrangers.



82. Et lors de sa crucifixion, lorsqu'il demanda à boire, ils lui donnèrent à boire du vinaigre mêlé de fiel.227 Et cela fut déclaré par David : Ils ont donné du fiel à ma viande, et dans ma soif ils m'ont donné du vinaigre à boire.228



83. Et que, ressuscité des morts, il devait monter au ciel, dit ainsi David : Le char de Dieu (est) dix mille fois plus grand, les conducteurs sont des milliers : le Seigneur (est) parmi eux au Sinaï dans (son) sanctuaire.229 Il est monté en haut, il a conduit des captifs : il a reçu, il a donné des dons aux hommes.230 Et par captivité, il entend la destruction de la domination des anges apostats. Il déclare également le lieu où il devait monter au ciel depuis la terre. Car le Seigneur, dit-il, est monté d'en haut, de Sion. En effet, contre Jérusalem, |139 sur le mont appelé (la montagne) des Oliviers, après qu'il fut ressuscité des morts, il rassembla ses disciples et leur exposa les choses concernant le royaume des cieux ; et ils virent qu'il était monté, et ils virent comment les cieux s'ouvrirent et le reçurent.



84. Et cela dit encore David : Élevez vos portes, chefs, et soyez des portes éternelles, et le Roi de gloire entrera.231 Car les portes éternelles, ce sont les cieux. Mais parce que la Parole est descendue invisible jusqu'aux choses créées, Il n'a pas été fait connaître dans Sa descente jusqu'à elles. Parce que le Verbe s'est fait chair, Il était visible dans Son ascension ; et, lorsque les puissances Le virent, les anges d'en bas crièrent à ceux qui étaient sur le firmament : Élevez vos portes, et soyez des portes éternelles, afin que le Roi de gloire entre. Et quand ils furent émerveillés et dirent : Qui est-ce ? Ceux qui l'avaient déjà vu témoignèrent une seconde fois : Le Seigneur fort et puissant, c'est le Roi de gloire.232



85. Et étant ressuscité des morts et élevé à la droite du Père, il attend le temps fixé par le Père pour le jugement, où tous les ennemis seront mis sous sa coupe. Or les ennemis sont tous ceux qui ont été trouvés en apostasie, les anges et les archanges, les puissances et les trônes, qui ont méprisé la vérité. Et le prophète David |140 lui-même le dit ainsi : L'Eternel a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied.233 Et qu'Il est monté là d'où Il était descendu, dit David : C'est de l'extrémité du ciel qu'il sort, et c'est à l'extrémité du ciel qu'il cesse. Il signifie alors son jugement : Et nul ne sera tenu à l'écart de sa chaleur.234



86. Si donc les prophètes ont prophétisé que le Fils de Dieu devait apparaître sur la terre, et ont aussi prophétisé où sur la terre et comment et de quelle manière il devait faire connaître son apparition, et toutes ces prophéties, le Seigneur les a prises sur Lui ; notre foi en Lui était bien fondée, et la tradition de la prédication (est) vraie : c'est-à-dire le témoignage des apôtres, qui, envoyés par le Seigneur, ont prêché dans le monde entier le Fils de Dieu, qui est venu pour souffrir et qui a enduré la destruction de la mort et l'accélération de la chair : qu'en écartant l'inimitié envers Dieu, qui est l'injustice, nous devrions obtenir la paix avec Lui, en faisant ce qui Lui est agréable. Et cela a été déclaré par les prophètes dans les paroles : Que sont beaux les pieds de ceux qui annoncent la paix, et de ceux qui annoncent de bonnes choses.235 Et que ceux-ci devaient sortir de Judée et de Jérusalem, pour nous annoncer la parole de Dieu, qui est pour nous la loi, dit ainsi Esaïe : Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l'Éternel.236 Et qu'ils devaient prêcher sur toute la terre, David dit : "C'est sur toute la terre qu'est sorti leur discours, et leurs paroles jusqu'aux extrémités du monde.237



87. Et que ce n'est pas par le grand discours de la loi, mais par la brièveté de la foi et de l'amour que 238 hommes devaient être sauvés, dit ainsi Isaïe : Une parole brève et courte dans la justice : car une parole brève, Dieu la fera dans le monde entier.239 Et c'est pourquoi l'apôtre Paul dit L'amour est l'accomplissement de la loi:240 car celui qui aime Dieu a accompli la loi. De plus, le Seigneur, lorsqu'on lui demanda quel était le premier commandement, dit : "L'amour est l'accomplissement de la loi".240 Car celui qui aime Dieu a accompli la loi : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur et de toute ta force.1 Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Sur ces deux commandements, dit-il, pèse toute la loi et les prophètes.241 Ainsi donc, par notre foi en Lui, Il a fait grandir notre amour pour Dieu et pour notre prochain, nous rendant pieux, justes et bons. C'est pourquoi, dans le monde, Dieu a fait une courte parole sur la terre.



88. Et qu'après son ascension, il devait être élevé au-dessus de tout, et qu'il n'y aura personne pour le comparer et l'égaler, Esaïe dit ainsi:2 Qui est celui qui entre en jugement (avec moi) ? Qu'il se tienne debout contre (moi). Et |142 qui est celui qui est justifié ? Qu'il s'approche du Fils du Seigneur. Malheur à vous, car vous vieillissez comme un vêtement, et la mite vous dévore. Et toute chair sera humiliée et abaissée, et seul le Seigneur sera élevé au plus haut des cieux.242 Et qu'à la fin, par Son nom, soient sauvés ceux qui ont servi Dieu, dit Esaïe : Et sur ceux qui me servent, on appellera un nouveau nom, qui sera béni sur la terre, et ils béniront le vrai Dieu.243 Et pour que cette bénédiction, Il la produise Lui-même, et qu'Il nous rachète par Son propre sang, Esaïe déclare : "Je suis le seul à avoir été sauvé par Son nom : Pas de médiateur, pas d'ange, mais le Seigneur lui-même les a sauvés ; car il les a aimés et les a épargnés : il les a rachetés lui-même.244



89. Il ne renverrait pas les rachetés à la législation de Moïse - car la loi s'est accomplie dans le Christ - mais les ferait vivre dans la nouveauté par la Parole, par la foi au Fils de Dieu et par l'amour, a déclaré Ésaïe : Ne vous souvenez pas des choses passées, et ne vous rappelez pas les choses qui étaient au commencement. Voici que je fais du neuf, qui va maintenant surgir, et vous le saurez. Et je ferai dans le désert un chemin et dans le lieu sans eau des ruisseaux, pour donner à boire à ma race élue et à mon peuple que j'ai acheté pour proclamer mes vertus.246 Un désert et un lieu sans eau furent d'abord l'appel des païens, car la Parole ne les avait pas traversés et ne leur avait pas donné à boire le Saint-Esprit, qui a tracé la nouvelle voie de la piété et de la justice, et qui a fait jaillir de grands fleuves, répandant sur la terre le Saint-Esprit, comme il avait été promis par les prophètes, afin qu'à la fin des temps il répandît l'Esprit sur la face de la terre.



90. C'est donc par la nouveauté de l'esprit que nous sommes appelés, et non par l'ancienneté de la lettre247 , comme l'a prophétisé Jérémie : Voici venir des jours, dit le Seigneur, où j'accomplirai pour la maison d'Israël et pour la maison de Juda l'alliance du testament que j'ai conclu avec leurs pères, au jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir du pays d'Égypte ; car ils n'ont pas persévéré dans l'alliance, et je ne les ai pas regardés, dit le Seigneur. Car c'est ici l'alliance du testament que je conclurai avec la maison d'Israël après ces jours-là, dit l'Éternel : Je mettrai mes lois 248 dans leur esprit, et je les écrirai dans leur coeur ; je serai pour eux un Dieu, et ils seront pour moi un peuple ; et ils n'enseigneront plus chacun son prochain, et chacun son frère, en disant : Connaissez l'Eternel, car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu'au plus grand d'entre eux. Car je pardonnerai et je ferai miséricorde aux péchés de leurs iniquités, et je ne me souviendrai plus de leurs péchés.249



91. Et que ces promesses doivent hériter de l'appel des païens, à qui le nouveau testament a également été ouvert, dit ainsi Ésaïe : Voici ce que dit le Dieu d'Israël : En ce jour-là, l'homme se confiera250 en son Créateur, et ses yeux se tourneront vers le Saint d'Israël ; et ils ne se fieront pas aux autels ni à l'œuvre de leurs propres mains, que leurs doigts ont faite.251 Car il a été dit très clairement cela de ceux qui ont abandonné les idoles et ont cru en Dieu notre Créateur par le Saint d'Israël. Et le Saint d'Israël est le Christ, et Il est devenu visible aux hommes, et c'est vers Lui que nous regardons avec impatience et que nous le voyons, et nous ne nous fions pas aux autels ni à l'œuvre de nos mains.



92. Et afin qu'Il devienne visible parmi nous - car le Fils de Dieu est devenu Fils de l'homme - et qu'Il se trouve parmi nous qui n'avions auparavant aucune connaissance (de Lui), le Verbe Lui-même dit ainsi dans Esaïe : Je me suis manifesté à ceux qui ne me cherchaient pas ; je me suis trouvé parmi ceux qui ne me demandaient pas. J'ai dit : "Me voici, à une race qui n'a pas invoqué mon nom.253



93. Et que cette race allait devenir un peuple saint a été déclaré dans les Douze Prophètes par Osée, ainsi : J'appellerai mon peuple ce qui n'était pas (mon) |145 peuple, mon peuple ; et elle qui n'était pas aimée, aimée. Il arrivera qu'au lieu où elle n'était pas appelée mon peuple, elle sera appelée fils du Dieu vivant.254 C'est également ce qui a été dit par Jean-Baptiste : Que Dieu est capable, grâce à ces pierres, d'élever des fils à Abraham.255 Car nos cœurs étant retirés et éloignés du culte des pierres par le moyen de la foi, voici Dieu, et nous devenons fils d'Abraham, qui a été justifié par la foi. Et c'est pourquoi Dieu dit par le prophète Ezéchiel Je leur donnerai un autre coeur, et je leur donnerai un esprit nouveau ; je retirerai de leur chair le coeur de pierre, et je leur donnerai un autre coeur de chair, afin qu'ils marchent selon mes préceptes, qu'ils observent mes ordonnances et les mettent en pratique. Ils seront pour moi un peuple, et je serai pour eux un Dieu. 256



94. Ainsi donc, par le nouvel appel, un changement des cœurs des païens s'est produit par la Parole de Dieu, lorsqu'Il a été fait chair et a été mis sous le tabernacle des hommes ; comme le dit aussi Son disciple Jean : Et sa Parole a été faite chair et a habité parmi nous.257 C'est pourquoi l'Eglise porte beaucoup de fruits des rachetés : car ce n'est plus Moïse (comme médiateur) ni Elie (comme messager), mais le Seigneur lui-même qui nous a rachetés, en accordant à l'Eglise beaucoup plus d'enfants qu'à la première Synagogue;258 |146 comme l'a déclaré Esaïe, en disant Réjouis-toi stérile, toi qui n'as pas porté.259 La stérile, c'est l'Eglise, qui n'a jamais présenté de fils à Dieu dans les temps passés. Crie et appelle, toi qui n'as pas travaillé, car les enfants de la désolation sont plus nombreux que ceux qui ont un mari. Or, la première synagogue avait pour mari la Loi.



95. De plus, Moïse, dans le Deutéronome, dit que les païens doivent être à la tête, et le peuple incrédule à la queue. Et il dit encore : Vous m'avez rendu jaloux de ceux qui ne sont pas des dieux, et vous m'avez irrité par vos idoles ; et je vous rendrai jaloux de ce qui n'est pas une nation, et je vous irriterai par une nation insensée.260 Parce qu'ils ont abandonné le Dieu qui est, et qu'ils ont adoré et servi les dieux qui ne sont pas ; et qu'ils ont tué les prophètes de Dieu, et qu'ils ont prophétisé pour Baal,261 qui était l'idole des Cananéens. Et le Fils de Dieu, qui est,262 ils ont méprisé et condamné, mais ils ont choisi Barabbas le brigand qui avait été pris pour meurtre ; et le Roi éternel 263 ils ont désavoué, et ils ont reconnu comme leur roi le César temporel. (Ainsi) il plut à Dieu d'accorder leur héritage aux païens insensés, même à ceux qui n'étaient pas de la polis de Dieu et ne savaient pas ce qu'est Dieu. Puisque, par cet appel, la vie nous a été donnée et que Dieu a résumé pour Lui-même en nous la foi d'Abraham, nous ne devons plus revenir en arrière, je veux dire, à la première législation. Car nous avons reçu le Seigneur de la Loi, le Fils de Dieu ; et par la foi en Lui nous apprenons à aimer Dieu de tout notre coeur, et notre prochain comme nous-mêmes. Or l'amour de Dieu est loin de tout péché,264 et l'amour du prochain ne fait pas de mal au prochain.265



96. C'est pourquoi nous n'avons pas non plus besoin de la loi comme tuteur. Voici que nous parlons avec le Père, et que nous nous tenons en sa présence, étant des enfants dans la malice, et devenus forts en toute justice et sobriété.266 Car la Loi ne dira plus : "Ne commet pas d'adultère, à celui qui ne désire pas du tout la femme d'autrui ; et tu ne tueras pas, à celui qui a éloigné de lui toute colère et toute inimitié ; (et) tu ne convoiteras pas le champ, le boeuf ou l'âne de ton prochain, 267 à ceux qui n'ont aucun souci des choses terrestres, mais qui accumulent les fruits célestes : ni oeil pour oeil, et dent pour dent,268 à celui qui ne compte pas un homme pour son ennemi, mais tous les hommes pour son prochain, et ne peut donc pas du tout étendre la main pour se venger. Il n'exigera pas de dîme de celui qui consacre tous ses biens à Dieu, en laissant père et mère et toute sa parenté, et en suivant la Parole de Dieu. Et il n'y aura pas d'ordre de rester oisif pendant un jour de repos, à celui qui observe perpétuellement le sabbat269 , c'est-à-dire à celui qui, dans le temple de Dieu, qui est le corps de l'homme, rend service à Dieu, et qui à chaque heure pratique la justice. Car je désire la miséricorde, dit-il, et non les sacrifices ; et la connaissance de Dieu plus que les holocaustes. Mais le méchant qui me sacrifie un veau est comme s'il devait tuer un chien ; et qui offre de la farine fine, comme s'il offrait du sang de porc. Mais quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. Et il n'y a pas d'autre nom du Seigneur donné sous le ciel par lequel les hommes soient sauvés,270 que celui de Dieu, qui est Jésus-Christ le Fils de Dieu, auquel sont également soumis les démons et les mauvais esprits et toutes les énergies apostates, par l'invocation du nom de Jésus-Christ, crucifié sous Ponce Pilate.271



97. Il est séparé et retiré d'entre les hommes, et (pourtant) il y a une séparation et une division parmi les hommes ; et partout où quelqu'un de ceux qui croient en Lui l'invoquera, l'appellera et fera Sa volonté, Il est proche et présent, accomplissant les demandes de ceux qui avec des coeurs purs l'appellent. En recevant le salut, nous rendons continuellement grâce à Dieu qui, par sa grande, insondable et insondable sagesse, nous a délivrés et a proclamé le salut du ciel, c'est-à-dire la venue visible de notre Seigneur, c'est-à-dire sa vie d'homme, à laquelle nous ne pouvions pas parvenir par nous-mêmes, car ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu.272 C'est pourquoi Jérémie dit aussi à son sujet (c'est-à-dire la sagesse):273 Qui est monté au |149 ciel, l'a prise, et l'a fait descendre des nuées ? Qui a traversé la mer, l'a trouvée, et la fera passer pour de l'or précieux ? Il n'y a personne qui ait trouvé son chemin, ni personne qui comprenne sa voie. Mais celui qui sait tout la connaît par son intelligence ; celui qui prépare la terre pour l'éternité, l'a remplie de bêtes à quatre pattes ; celui qui envoie la lumière et elle s'en va ; il l'a appelée, et elle lui a obéi avec crainte ; et les étoiles ont brillé à leurs veilles, et se sont réjouies ; il les a appelées, et elles ont dit : Nous voici, elles ont brillé avec allégresse pour celui qui les a faites. Voici notre Dieu : il n'y en a pas d'autre qui soit comparable à lui. Il a découvert toute voie par la science, et il l'a donnée à Jacob, son serviteur, et à Israël, son bien-aimé. Ensuite, il est apparu sur la terre, et il a parlé aux hommes. Voici le livre des commandements de Dieu, et de la loi qui subsiste à jamais. Tous ceux qui le maintiennent dans la vie, mais ceux qui le quittent meurent. Par Jacob et Israël, il entend le Fils de Dieu, qui a reçu du Père le pouvoir sur notre vie, et qui, après l'avoir reçu, l'a fait descendre sur nous qui étions loin de Lui, lorsqu'Il est apparu sur terre et qu'Il a converser avec les hommes, mêlant et mélangeant l'Esprit de Dieu le Père avec la créature formée par Dieu,274 afin que l'homme soit à l'image et à la ressemblance de Dieu.



98. Ceci, bien-aimés, est la prédication de la vérité, et c'est la manière de notre rédemption, et c'est le mode de vie, que les prophètes ont proclamé, et le Christ a établi, et les apôtres ont délivré, et l'Église dans le monde entier remet la main à ses enfants. C'est ce que nous devons garder en toute certitude, avec une volonté saine et agréable à Dieu, avec de bonnes œuvres et une disposition de droite.



99. Afin que personne ne s'imagine que Dieu le Père est autre que notre Créateur, comme l'imaginent les hérétiques ; (car) ils méprisent le Dieu qui est, et font des dieux de ce qui n'est pas ; et ils façonnent un Père à eux au-dessus de notre Créateur, et s'imaginent qu'ils ont découvert pour eux-mêmes quelque chose de plus grand que la vérité. Car tous ces gens sont des impies et des blasphémateurs contre leur Créateur et contre le Père, comme nous l'avons montré dans l'exposition et le renversement de la connaissance faussement appelée. Et d'autres encore rejettent la venue du Fils de Dieu et la dispensation de son incarnation, que les apôtres ont délivrée et que les prophètes ont déclarée d'avance, même celle qui devrait être le résumé de l'humanité, comme nous vous l'avons montré en bref : et ceux-là aussi sont comptés parmi ceux qui manquent de foi. D'autres ne reçoivent pas les dons de l'Esprit Saint et rejettent la grâce prophétique, arrosée par laquelle l'homme porte à Dieu le fruit de la vie, et ce sont ceux dont parle Isaïe : Car ils seront, dit-il, comme un chêne dépouillé de ses feuilles, et comme un jardin sans eau.275 Et ceux-là ne sont pas du tout au service de Dieu, puisqu'ils ne peuvent porter aucun fruit.



100. Ainsi donc, en ce qui concerne les trois points276 de notre sceau, l'erreur s'est largement écartée de la vérité. Car soit ils rejettent le Père, soit ils n'acceptent pas le Fils et parlent contre la dispensation de son incarnation ; soit encore ils ne reçoivent pas l'Esprit, c'est-à-dire qu'ils rejettent la prophétie. Et de tous ceux-là, nous devons prendre garde et éviter leurs voies, si en vérité nous désirons être agréables à Dieu et atteindre la rédemption qui est de Lui.




[Certaines notes de bas de page ont été déplacées vers la fin et renumérotées.]

1. 1 Cette section d'ouverture est à la manière des introductions de chacun des cinq livres contre les hérésies : dans le premier d'entre eux, dont le grec est conservé, nous avons des parallèles avec le langage utilisé ici : ...

2. 2. "Pour faire connaître la prédication". Cela correspond à la formulation du titre : e0pi/deicij, ostensio, ou "démonstration" de la prédication apostolique.

3. 3. Lit. "un souvenir plus essentiel".

4. 2 Ou, "esprit". Le mot arménien pour "esprit" (pneu~ma) est parfois utilisé aussi pour "âme" (yuxh&) : le contexte montre qu'il est ainsi utilisé ici.

5. 1 Lit. "Je suis l'Existant", comme dans LXX .... Dans III, vi. 2, les mots sont cités tels qu'ils ont été prononcés par le Père.

6. 2 Ici, comme d'habitude, le LXX est suivi...

7. 3 Cf. I, i. 20 :... Le bras. a repris le mot grec kanw&n.

8. Ps. i. 1.

9. Ex. iii. 14.

10. Isa. vii. 9

11. 2 Ce passage est obscur, et je ne peux avoir confiance en ma façon de le rendre. Le traducteur arménien a probablement mal compris la construction du grec : ses verbes sont tous à l'infinitif, ce qui suggère qu'Irénée enregistre ce que la foi enseigne. Les mots "a fait Dieu" représentent qeopoiei=sqai. Ce mot, s'il ne peut être retrouvé ailleurs chez Irénée, se retrouve chez d'autres écrivains anciens : par exemple Hippolyte, Philos. x. 34 : .... Il est fréquent chez Athanase ; par exemple, De Incarn. 54 : .... Chez Irénée, la pensée s'exprime sous diverses formes : voir IV, lxiii. 3 : "quoniam non ab initio dii facti sumus, sed primo quidem homines, tunc demum dii :" aussi III, vi. i.

12. 1 Ceci rappelle la controverse avec les hérétiques qui ont nié que le Dieu bon du Nouveau Testament était le Dieu créateur de l'Ancien Testament : voir IV, xxxiv. 2 : "non enim aliena sed sua tradidit ei" (du Père confiant toutes choses au Fils) ; V, ii. i : "vani autem qui in aliena dicunt Dominum venisse, velut aliena concupiscentem" (où l'Arm. nous permet de corriger le latin, qui a "Deum").

13. 2 Dans IV, xxxiv. 2 il cite, comme "Écriture", le berger d'Hermas, Mand. I : .... Cf. aussi I, XV. 1.

14. 4 Ou "montré comme étant" : cf. V, xviii. 1 : "Et sic unus Deus Pater ostenditur ( = dei/knutai)."

15. Cf. Isa. xliii. 10.

16. 1 Dieu est logiko&j, donc par lo&goj Il a créé le monde. Le jeu de mots est donné par l'arménien, mais ne peut être donné par la traduction anglaise.

17. Ps. xxxiii. 6.

18. 2 "Donne corps :" représentant apparemment swmatopoiei= : cf. I. i. 9, du Démiurge de Valentinus : ....

19. Eph. iv. 6.

20. Cf. Gal. iv. 6.

21. 1 Lit. "tête" : cf. cc. 7, 100.

22. 2 Ceci est pleinement expliqué dans IV, lv. 1-6 : les prophètes étaient "membres du Christ", et ainsi chacun, selon le "membre" qu'il était, a déclaré sa part de prophétie, tous ensemble annonçant le tout.

23. 3 La même double interprétation de a0nakefalaiw&sasqai (Eph. i. 10) se trouve dans la version armée de V, i. 2.

24. 4 IV, xi. 4 : "visibilem et palpabilem ;" cf. IV, xiii. 1, où le bras. montre que le latin "passibilis" doit être corrigé en "palpabilis".

25. Rom. ii. 4-6.

26. 1 Un compte rendu de l'enseignement juif tardif concernant les Sept Cieux est donné dans le précieux livre de M. H. St John Thackeray, St Paul and Contemporary Jewish Thought, pp. 172-179, où l'on trouve trois tableaux parallèles de leurs descriptions. Les références à ces ouvrages dans la littérature apocryphe chrétienne sont rassemblées dans le livre du Dr Charles sur les secrets d'Hénoch (tiré du Sclavonien), pp. xliv-xlvii. Hippolyte, dans son commentaire sur Daniel (ed. Achelis, p. 96), se référant à ... dans le Benedicite, dit : ... . Clément d'Alexandrie (Strom, iv. 25) dit : ..., Origène (c. Cels, vi. 21) mentionne également les Sept Cieux, mais sans s'engager sur le nombre exact.

Irénée (I, i. 9) se réfère à l'enseignement valentinien qui identifie les Sept Cieux avec des anges plus ou moins puissants. Dans notre passage, il relie étrangement les Sept Cieux aux Sept Dons de l'Esprit. Nous observons deux particularités dans sa description. Premièrement, en comptant de haut en bas, il considère que le