Tertullien

CONTRE TOUTES LES HÉRÉSIES

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE

Chapitre 1. Les premiers hérétiques : Simon Magus, Ménandre, Saturne, Basilide, Nicolas. [L'oeuvre commence comme un fragment.]


Dont les hérétiques, je vais (pour passer outre) résumer quelques détails. Je me tais car parmi les hérétiques du judaïsme, je veux dire Dositheus le Samaritain, qui fut le premier à avoir la hardiesse de répudier les prophètes, au motif qu'ils n'avaient pas parlé sous l'inspiration du Saint-Esprit. Je me tais des Sadducéens qui, partant de la racine de cette erreur, ont eu la hardiesse d'adjoindre à cette hérésie la négation de la résurrection de la chair. Je prémets les Pharisiens, qui se sont séparés des Juifs en superposant à la loi certains éléments qui les rendaient également dignes de recevoir ce nom, et, avec eux, les Hérodiens, qui ont dit qu'Hérode était le Christ. Je me prends pour ceux qui ont choisi de faire de l'Évangile le point de départ de leurs hérésies.


Parmi eux, le premier est Simon Mage, qui, dans les Actes des Apôtres, a obtenu de l'apôtre Pierre une sentence condignante et juste. Il a eu la hardiesse de s'appeler la vertu suprême, c'est-à-dire le Dieu suprême ; et de plus, (d'affirmer) que l'univers avait été créé par ses anges ; qu'il était descendu en quête d'un dæmon erroné, qui était la Sagesse ; que, dans un semblant de Dieu fantasque, il n'avait pas souffert parmi les Juifs, mais était comme s'il avait souffert.


Après lui, Menander, son disciple (également magicien), dit la même chose que Simon. Quoi que Simon ait affirmé être, Menander s'est également affirmé comme tel, affirmant que personne ne pouvait être sauvé sans être baptisé en son nom.

Ensuite, une fois de plus, suivit Saturne : lui aussi, affirmant que la vertu innascible, c'est-à-dire Dieu, réside dans les régions les plus élevées, et que ces régions sont infinies, ainsi que dans les régions immédiatement au-dessus de nous ; mais que des anges très éloignés de lui ont créé le monde inférieur ; et que, parce que la lumière d'en haut avait brillé de façon réflective dans les régions inférieures, les anges avaient soigneusement essayé de former l'homme après la similitude de cette lumière ; que l'homme gisait en rampant à la surface de la terre ; que cette lumière et cette vertu supérieure étaient, grâce à la miséricorde, l'étincelle salvatrice en l'homme, tandis que tout le reste de celui-ci périt ; que le Christ n'avait pas existé dans une substance corporelle, et avait subi une quasi-passion sous une forme purement fantasmatique ; qu'une résurrection de la chair n'aura nullement lieu.


Par la suite, l'hérétique Basilide a éclaté. Il affirme qu'il existe une Déité suprême, du nom d'Abraxas, par laquelle a été créé l'Esprit, qu'il appelle en grec Νοῦς ; que de là a jailli le Verbe ; que de lui sont nées la Providence, la Vertu et la Sagesse ; que de celles-ci sont nées les Principautés, les Puissances et les Anges ; qu'il s'en est suivi une infinité d'émanations et de processions d'anges ; que par ces anges 365 cieux ont été formés, et le monde, en l'honneur d'Abraxas, dont le nom, s'il est calculé, a en lui-même ce nombre. Or, parmi les derniers des anges, ceux qui ont fait ce monde, il place le Dieu des Juifs le plus récent, c'est-à-dire le Dieu de la Loi et des Prophètes, qu'il nie être un Dieu, mais affirme être un ange. Il lui est attribué, dit-il, la postérité d'Abraham, et c'est lui qui a transféré les fils d'Israël du pays d'Égypte au pays de Canaan, affirmant qu'il est plus turbulent que les autres anges, et qu'il est donc donné à l'éveil fréquent des expéditions et des guerres, oui, et à l'effusion du sang humain. Le Christ, en outre, affirme avoir été envoyé, non pas par ce créateur du monde, mais par le susnommé Abraxas, et être venu dans un fantasme, et avoir été dépourvu de la substance de la chair : que ce n'est pas Lui qui a souffert parmi les Juifs, mais que Simon a été crucifié à sa place ; d'où, encore une fois, il ne faut pas croire en celui qui a été crucifié, de peur qu'on ne confesse avoir cru en Simon. Les martyrs, dit-il, ne doivent pas être endurés. La résurrection de la chair, il l'implore vigoureusement, affirmant que le salut n'a pas été promis aux corps.


Un frère hérétique est apparu chez Nicolas. Il était l'un des sept diacres qui ont été nommés dans les Actes des Apôtres. Il affirme que les Ténèbres ont été saisies d'une concupiscence - et, en fait, d'une concupiscence fétide et obscène - après la Lumière : de ce mélange, il est honteux de dire ce qui est fétide et impur (des combinaisons sont apparues). Le reste (de ses principes) est également obscène. Car il parle de certains Æons, fils de la turpitude, et de conjonctions d'étreintes et de mélanges exécrables et obscènes, et de certains résultats encore plus bas de ceux-ci. Il enseigne qu'il est né, en outre, des dæmons et des dieux, et des esprits sept, et d'autres choses suffisamment sacrilèges. semblables et infâmes, que nous rougissons de raconter, et tout de suite les passer. Assez, c'est pour nous que cette hérésie des Nicolaïtes a été condamnée par l'Apocalypse du Seigneur avec la plus grande autorité attachée à une sentence, en disant Parce que cela vous tient, vous détestez la doctrine des Nicolaïtes, que je déteste moi aussi.



Chapitre 2. Ophites, Caïnites, Sethites


A cela s'ajoutent les hérétiques que l'on appelle également Ophites, car ils magnifient le serpent à un tel point qu'ils le préfèrent même au Christ lui-même, car c'est lui, disent-ils, qui nous a donné l'origine de la connaissance du bien et du mal. Sa puissance et sa majesté (disent-ils) Moïse, en voyant cela, a créé le serpent d'airain ; et quiconque le regardait a obtenu la santé. Le Christ lui-même (disent-ils plus loin) dans son Évangile imite la puissance sacrée du serpent de Moïse, en disant Et comme Moïse a élevé le serpent dans le désert, il appartient au Fils de l'homme d'être élevé. Jean 3:14 Ils l'introduisent pour bénir leurs éléments eucharistiques. Or, tout le défilé et la doctrine de cette erreur découlent de la source suivante. On dit que de l'Æon primaire suprême dont les hommes parlent émanent plusieurs autres Æons inférieurs. A tous ceux-ci, cependant, s'opposait un Æon qui se nommait Ialdabaoth. Il avait été conçu par le mélange d'un second Æon avec des Æons inférieurs ; et ensuite, lorsqu'il avait été désireux de forcer son chemin dans les régions supérieures, il avait été handicapé par le mélange de la gravité de la matière avec lui-même pour arriver aux régions supérieures ; il avait été laissé au milieu, et s'était étendu à ses dimensions complètes, et avait ainsi fait le ciel. Ialdabaoth, cependant, était descendu plus bas, et avait fait de lui sept fils, et avait fermé à leur vue les régions supérieures par auto-distension, afin que, puisque (ces) anges ne pouvaient pas savoir ce qui était en haut, ils puissent penser qu'il était le seul Dieu. Ces vertus et ces anges inférieurs avaient donc fait l'homme ; et, parce qu'il était issu de puissances plus faibles et médiocres, il gisait, rampant, comme un ver. Mais cet Æon, dont Ialdaboath était issu, s'était déplacé vers le coeur avec envie, avait injecté à l'homme une certaine étincelle, l'excitant par la prudence pour qu'il devienne sage et puisse comprendre les choses ci-dessus. Ainsi, de nouveau, le Ialdaboath précité, s'indignant, avait émis de lui-même la vertu et la ressemblance du serpent ; et c'était la vertu au paradis - c'est-à-dire le serpent - qu'Eve avait cru comme s'il était Dieu le Fils. Il a cueilli, disent-ils, le fruit de l'arbre, et a ainsi conféré à l'humanité la connaissance des choses bonnes et mauvaises. Le Christ, d'ailleurs, n'existait pas en substance de chair : le salut de la chair n'est pas du tout à espérer.


En outre, une autre hérésie a également éclaté, qui est appelée celle des Caïnites. La raison en est qu'ils magnifient Caïn comme s'il avait été conçu d'une puissante vertu qui opère en lui ; car Abel a été procréé après avoir été conçu d'une vertu inférieure, et a donc été trouvé inférieur. Ceux qui affirment cela défendent également le traître Judas, en nous disant qu'il est admirable et grand, en raison des avantages qu'il est vanté d'avoir conférés à l'humanité ; car certains d'entre eux pensent qu'il faut rendre grâce à Judas pour cette raison : à savoir, Judas, disent-ils, en observant que le Christ a voulu subvertir la vérité, l'a trahi, afin qu'il n'y ait aucune possibilité que la vérité soit subvertie. Et d'autres contestent donc contre eux, et disent Parce que les puissances de ce monde ne voulaient pas que le Christ souffre, de peur que par sa mort le salut ne soit préparé pour l'humanité, il a, en vue du salut de l'humanité, trahi le Christ, afin qu'il n'y ait aucune possibilité que le salut soit entravé, ce qui était entravé par les vertus qui s'opposaient à la passion du Christ ; et ainsi, par la passion du Christ, il n'y aurait aucune possibilité que le salut de l'humanité soit retardé.


Mais, une fois encore, l'hérésie a commencé, que l'on appelle celle des Séthites. La doctrine de cette perversité est la suivante. Deux êtres humains ont été formés par les anges - Caïn et Abel. C'est pourquoi la vertu qui était au-dessus de toutes les vertus - qu'ils considèrent comme la Mère - lorsqu'ils ont dit qu'Abel avait été tué, a voulu que leur Seth soit conçu et né à la place d'Abel, afin que les anges qui avaient créé ces deux anciens êtres humains soient déshérités, tandis que cette pure semence monte et naît. Car on dit qu'il y a eu un mélange inique de deux anges et d'êtres humains ; c'est pourquoi la Vertu qu'ils ont (comme nous l'avons dit) modelée sur la Mère a même provoqué le déluge, dans un but de vengeance, afin que cette semence de mélange soit balayée, et que cette seule semence pure soit maintenue entière. Mais (en vain) : car ceux qui avaient été à l'origine de ceux de la première semence envoyés dans l'arche (secrètement et furtivement, et inconnus de cette Mère-Vertu), avec ces huit âmes, la semence également de Cham, afin que la semence du mal ne périsse pas, mais soit conservée, avec les autres, et qu'après le déluge, elle retourne à la terre, et, par l'exemple des autres, grandisse et se diffuse, et remplisse et occupe tout l'orbe. De plus, les sentiments du Christ sont tels qu'ils l'appellent simplement Seth et disent qu'il était à la place du Seth actuel.



Chapitre 3. Carpocrates, Cérinthe, Ébion


Carpocrates, en outre, a introduit la secte suivante Il affirme qu'il existe une seule vertu, la plus importante parmi les régions supérieures : c'est de là que sont nés les anges et les vertus qui, loin des vertus supérieures, ont créé ce monde dans les régions inférieures : que le Christ n'est pas né de la Vierge Marie, mais qu'il a été engendré - un simple être humain - de la semence de Joseph, supérieur (ils admettent) à tous les autres dans la pratique de la justice et dans l'intégrité de la vie ; qu'il a souffert parmi les Juifs ; et que seule son âme a été reçue au ciel comme ayant été plus ferme et plus robuste que toutes les autres : d'où il déduirait, en ne retenant que le salut des âmes, qu'il n'y a pas de résurrections du corps.

Après lui, l'hérétique Cérinthe a éclaté, enseignant de la même manière. Car lui aussi dit que le monde a été créé par ces anges ; et il présente le Christ comme né de la semence de Joseph, affirmant qu'il était simplement humain, sans divinité ; affirmant aussi que la Loi a été donnée par des anges ; représentant le Dieu des Juifs comme n'étant pas le Seigneur, mais un ange.

Son successeur était Ébion, qui n'était pas d'accord avec Cérinthe sur tous les points, en ce sens qu'il affirmait que le monde avait été créé par Dieu et non par des anges, et parce qu'il est écrit : "Aucun disciple au-dessus de son maître, ni aucun serviteur au-dessus de son seigneur, n'établit de même la loi comme étant contraignante, bien entendu dans le but d'exclure l'Évangile et de justifier le judaïsme.



Chapitre 4. Valentinus, Ptolémée et Secundus, Heracleon


Valentinus l'hérétique, d'ailleurs, a introduit de nombreuses fables. Je vais les retrancher et les résumer brièvement. Car il introduit le Plérôme et les trente Æons. Ces Æons, d'ailleurs, il les explique à la manière des syzygies, c'est-à-dire des unions conjugales en quelque sorte. Car parmi les premières, dit-il, il y a eu la Profondeur et le Silence ; de celles-ci sont nées l'Esprit et la Vérité ; de là ont jailli la Parole et la Vie ; de là, à nouveau, ont été créés l'Homme et l'Église. Mais (ce n'est pas tout), car de ces derniers sont également nés douze Æons ; de la Parole, en outre, et de la Vie sont nés dix autres Æons : telle est la Triacontad d'Æons, qui se compose dans le Plérôme d'un ogdoad, d'une décade et d'un duodécade. Le trentième Æon, d'ailleurs, voulait voir le grand Bythus ; et, pour le voir, avait la dureté de monter dans les régions supérieures ; et n'étant pas capable de voir sa grandeur, découragé, et ayant presque souffert de dissolution, n'avait-on pas envoyé quelqu'un - celui qu'il appelle Horos, en quelque sorte - pour le revigorer, le fortifier en prononçant le mot Iao. Ce Æon, d'ailleurs, qui fut ainsi réduit au découragement, il appelle Achamoth, (et dit) qu'il fut saisi de certaines passions regrettables, et de ses passions naquirent des essences matérielles. Car il était pris de panique, dit-il, et de terreur, et accablé de tristesse ; et de ces passions, il a conçu et mis à nu. C'est pourquoi il a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qui s'y trouve, et c'est pourquoi tout ce qu'il a fait est infirme, fragile, capable de chute et mortel, puisqu'il a lui-même été conçu et produit par l'abattement. Il a cependant créé ce monde à partir des essences matérielles qu'Achamoth, par sa panique, sa terreur, sa tristesse ou sa sueur, lui avait fournies. Car de sa panique, dit-il, est née l'obscurité ; de sa peur et de son ignorance, les esprits de la méchanceté et de la malignité ; de sa tristesse et de ses larmes, l'humidité des fontaines, l'essence matérielle des inondations et de la mer. Le Christ, en outre, a été envoyé par ce Premier-Père qui est Bythus. Il n'était d'ailleurs pas dans la substance de notre chair ; mais, faisant descendre du ciel tel ou tel corps spirituel, il est passé par la Vierge Marie comme l'eau par un tuyau, n'y recevant ni n'y empruntant rien. Il nie la résurrection de notre chair actuelle, mais (soutient que) de quelque chair-soeur. De la Loi et des prophètes, il approuve certaines parties, il désapprouve certaines autres, c'est-à-dire qu'il désapprouve tout en réprouvant certaines. Il a également un Evangile à lui, à côté de ceux qui sont les nôtres.


Après lui, les hérétiques Ptolémée et Secundus, qui sont d'accord avec Valentinus, ne diffèrent que sur le point suivant : alors que Valentinus n'avait feint que trente ans, ils en ont ajouté plusieurs autres, car ils en ont d'abord ajouté quatre, puis quatre autres. Et l'affirmation de Valentin que c'était le trentième Æon qui s'était écarté du Plérôme (comme s'il était tombé dans le découragement), ils le nient, car celui qui s'est découragé à cause de son désir déçu de voir le Premier-Père n'était pas du triacontad original, disent-ils.


Il y a eu, en outre, Heracleon, un frère -heretic, dont les sentiments se conjuguent avec ceux de Valentine ; mais, par une certaine nouveauté terminologique, il est désireux de donner l'impression d'avoir des sentiments différents. En effet, il introduit la notion qu'il existe d'abord ce qu'il appelle une Monade, puis deux Monades, et enfin le reste des Æons. Puis il introduit tout le système de la Saint-Valentin.



Chapitre 5. Marcus et Colarbasus


Après cela, on ne voulait pas d'un Marcus et d'un Colarbasus, composant une hérésie romanesque à partir de l'alphabet grec. Car ils affirment que sans ces lettres, la vérité ne peut être trouvée, mais que dans ces lettres se trouve toute la plénitude et la perfection de la vérité, car c'est pour cela que le Christ a dit : "Je suis l'Alpha et l'Oméga". En fait, ils disent que Jésus-Christ est descendu, c'est-à-dire que la colombe est descendue sur Jésus ; et, comme la colombe est désignée par le nom grec περιστερά - (peristera), elle porte en elle-même ce numéro DCCCI. Ces hommes parcourent leurs Ω, Ψ, Χ, Φ, Υ, Τ - à travers tout l'alphabet, en fait, jusqu'à Α et Β - et calculent les ogdoads et les decads. Il est donc inutile et inutile de raconter toutes leurs bagatelles. Mais ce qui doit être permis, non seulement en vain, mais aussi en danger, c'est ceci : ils feignent un second Dieu, à côté du Créateur ; ils affirment que le Christ n'était pas dans la substance de la chair ; ils disent qu'il n'y aura pas de résurrection de la chair.



Chapitre 6. Cerdo, Marcion, Lucan, Apelles


A cela s'ajoute un Cerdo. Il introduit deux causes premières, c'est-à-dire deux Dieux, l'un bon, l'autre cruel : le bon étant le supérieur ; le second, le cruel, étant le créateur du monde. Il répudie les prophéties et la Loi ; il renonce à Dieu le Créateur ; il soutient que le Christ qui est venu était le Fils du Dieu supérieur ; il affirme qu'il n'était pas dans la substance de la chair ; il affirme qu'il n'a été que sous une forme fantasmatique, qu'il n'a pas vraiment souffert, mais qu'il a subi une quasi-passion, et qu'il n'est pas né d'une vierge, voire qu'il n'est vraiment pas né du tout. Une résurrection de l'âme ne fait qu'approuver, en niant celle du corps. Il ne reçoit que l'Evangile de Luc, et non pas tout l'Evangile. De l'apôtre Paul, il ne prend ni toutes les épîtres, ni dans leur intégrité. Les Actes des Apôtres et l'Apocalypse, il les rejette comme étant faux.


Après lui est apparu un de ses disciples, un certain Marcion, originaire du Pont, fils d'évêque, excommunié à cause d'un viol commis sur une certaine vierge. Partant du fait qu'il est dit : "Tout bon arbre porte de bons fruits, mais un mauvais mal", il a tenté d'approuver l'hérésie du Cerdo ; de sorte que ses affirmations sont identiques à celles de l'ancien hérétique avant lui.


Après lui s'est levé un Lucan de nom, disciple de Marcion. Lui aussi, pataugeant dans les mêmes types de blasphèmes, enseigne la même chose que Marcion et Cerdo avaient enseigné.


Sur leurs talons suit Apelles, un disciple de Marcion, qui, après avoir sombré dans sa propre charnalité, a été séparé de Marcion. Il introduit un Dieu unique dans les régions supérieures infinies, et affirme qu'il a créé de nombreux pouvoirs et anges ; à côté de lui, avecal, une autre vertu, qu'il affirme être appelée Seigneur, mais qu'il représente comme un ange. Par lui, il fera croire que le monde est né de l'imitation d'un monde supérieur. Avec ce monde inférieur, il a mêlé tout (un principe de) repentance, parce qu'il ne l'avait pas rendu aussi parfait que ce monde supérieur avait été créé. La Loi et les prophètes qu'il répudie. Le Christ, comme Marcion, n'affirme pas avoir été dans une forme fantasmatique, ni encore dans la substance d'un vrai corps, comme l'enseigne l'Évangile ; mais il dit, parce qu'il est descendu des régions supérieures, qu'au cours de sa descente, il a tissé pour lui-même une chair étoilée et aérée ; et, à sa résurrection, il a restitué, au cours de sa montée, aux divers éléments individuels ce qui avait été emprunté dans sa descente : et ainsi - les différentes parties de Son corps se sont dispersées - Il a rétabli dans le ciel Son seul esprit. Cet homme nie la résurrection de la chair. Il utilise aussi un seul apôtre ; mais c'est celui de Marcion, c'est-à-dire un mutilé. Il n'enseigne que le salut des âmes. Il a, en outre, des lections privées mais extraordinaires, qu'il appelle Manifestations d'une Philomène, une fille qu'il suit comme une prophétesse. Il a, en outre, ses propres livres, qu'il a intitulés livres de Syllogismes, dans lesquels il cherche à prouver que tout ce que Moïse a écrit sur Dieu n'est pas vrai, mais est faux.



Chapitre 7. Les Tatiens, les Cataphrygiens, les Cataproclans, les Catéchinetiens


A tous ces hérétiques s'ajoute un Tatien, un frère-hérétique. Cet homme était le disciple de Justin Martyr. Après la mort de Justin, il a commencé à chérir des opinions différentes des siennes. Car il savoure pleinement le Valentinus ; ajoutant ceci, qu'Adam ne peut même pas atteindre le salut : comme si, lorsque les branches deviennent salutaires, la racine ne l'était pas !


D'autres hérétiques viennent s'ajouter à la liste, que l'on appelle les Cataphrygiens, mais leur enseignement n'est pas uniforme. En effet, certains d'entre eux sont appelés Cataproclans ; d'autres sont appelés Catéchinetans. Ceux-ci ont un blasphème commun, et un blasphème non commun, mais particulier et spécial. Le blasphème commun réside dans le fait qu'ils disent que le Saint-Esprit était dans les apôtres, alors que le Paraclet ne l'était pas ; et dans le fait qu'ils disent que le Paraclet a dit dans Montanus plus de choses que ce que le Christ a apporté dans (la boussole de) l'Évangile, et pas seulement plus, mais également mieux et plus grand. Mais ce qu'ont en particulier ceux qui suivent Æschines, c'est qu'ils ajoutent ceci, à savoir qu'ils affirment que le Christ est lui-même Fils et Père.



Chapitre 8. Blastus, deux Théodoti, Praxeas


En plus de tout cela, il y a aussi Blastus, qui introduirait le judaïsme de manière latente. Car il dit que la Pâque ne doit pas être célébrée autrement que selon la loi de Moïse, le quatorze du mois. Mais qui ne verrait pas que la grâce évangélique est déshéritée s'il rappelle le Christ à la Loi ?

Ajoutez à cela Théodote le Byzantin qui, après avoir été appréhendé pour le Nom du Christ, et avoir apostaté, a cessé de ne pas blasphémer contre le Christ. Car il a introduit une doctrine par laquelle il affirme que le Christ n'était qu'un être humain, mais nie sa divinité, enseignant qu'il est né du Saint-Esprit, en fait d'une vierge, mais qu'il était un être humain solitaire et nu, sans aucune prééminence sur le reste (de l'humanité), mais seulement celle de la justice.


Après lui, un second Théodote hérétique a éclaté, qui a lui-même introduit un secte-soeur, et dit que l'être humain, le Christ lui-même, a simplement été conçu de la même façon, et est né du Saint-Esprit et de la Vierge Marie, mais qu'il était inférieur à Melchizédek ; car il est dit du Christ, tu es prêtre pour l'éternité, selon l'ordre de Melchizédek. Car ce Melchizédek, dit-il, était une vertu céleste de grâce prééminente ; en ce que le Christ agit pour les êtres humains, en étant fait leur Dépravé et leur Avocat : Melchizédek le fait pour les anges et les vertus célestes. Car à un tel degré, dit-il, il est meilleur que le Christ, qu'il est ἀμήτωρ (sans père), ἀπάτωρ (sans mère), ἀγενεαλογητον (sans généalogie), dont ni le début ni la fin n'ont été compris, ni ne peuvent être compris.


Mais après tout cela, une fois de plus, un Praxeas a introduit une hérésie que Victorinus a pris soin de corroborer. Il affirme que Jésus-Christ est Dieu le Père tout puissant. Il affirme avoir été crucifié, avoir souffert et être mort, et il affirme en outre, avec une témérité profane et sacrilège, qu'il est lui-même assis à sa droite.