Origène

COMMENTAIRE SUR L'EVANGILE DE JEAN : LIVRE X

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE

1. Jésus vient à Capharnaüm. Déclarations des quatre évangélistes à ce sujet.


Après cela, Jean 2:12-25, il descendit à Capharnaüm, lui et sa mère, ses frères et ses disciples, et ils n'y restèrent pas longtemps. La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem. Il trouva dans le temple ceux qui vendaient des boeufs, des brebis et des colombes, et les changeurs d'argent assis ; il fit une sorte de fléau de cordes, et il les jeta tous hors du temple, avec les brebis et les boeufs ; il versa le petit argent des changeurs et renversa leurs tables, et à ceux qui vendaient les colombes il dit : "Prenez ces choses d'ici ; ne faites pas de la maison de mon Père une maison de commerce. Alors ses disciples se souvinrent qu'il était écrit que le zèle de votre maison me dévorerait. Les Juifs lui répondirent : Quel signe nous montres-tu, pour que tu fasses de telles choses ? Jésus leur répondit : Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. Les Juifs répondirent : Ce temple est en construction depuis quarante-six ans, et dans trois jours tu le relèveras. Mais il parla du temple de son corps. Lorsqu'il ressuscita d'entre les morts, ses disciples se souvinrent qu'il avait dit cela, et ils crurent à l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite. Lorsqu'il était à Jérusalem, à la fête de la Pâque, beaucoup crurent en son nom, voyant les signes qu'il faisait. Mais Jésus lui-même ne s'est pas confié à eux, parce qu'il connaissait tous les hommes, et parce qu'il n'avait pas besoin que quelqu'un témoigne au sujet de l'homme. Car Il savait Lui-même ce qu'il y avait dans l'homme.


Les nombres qui sont inscrits dans le livre de ce nom ont obtenu une place dans l'Ecriture selon un principe quelconque qui détermine leur proportion à chaque chose. Nous devons donc nous demander si le livre de Moïse, appelé Nombres, nous enseigne, si nous pouvons en retracer, d'une manière particulière, le principe en la matière. Je vous fais cette remarque au début de mon dixième livre, car dans de nombreux passages de l'Écriture j'ai observé que le nombre dix avait un privilège particulier, et vous pouvez examiner attentivement si l'espoir est justifié que ce volume vous apportera de Dieu un bénéfice particulier. Si c'est le cas, nous chercherons à nous livrer aussi pleinement que possible à Dieu, qui aime à accorder ses dons les plus précieux. Le livre commence par les mots : Après cela, il descendit à Capharnaüm, lui et sa mère, ses frères et ses disciples, et ils n'y restèrent pas longtemps. Les trois autres évangélistes disent que le Seigneur, après son conflit avec le diable, est parti en Galilée. Matthieu et Luc représentent qu'il était d'abord à Nazara, puis qu'il les a quittés et qu'il est venu habiter à Capharnaüm. Matthieu et Marc mentionnent également une certaine raison pour laquelle il est parti de là, à savoir qu'il avait entendu dire que Jean avait été jeté en prison. Les mots sont les suivants : Matthieu dit : Le diable le quitte, et voici que des anges sont venus le servir. Mais lorsqu'il apprit que Jean avait été livré, il partit pour la Galilée, et quittant Nazareth, il vint s'établir à Capharnaüm, sur le bord de la mer, dans le territoire de Zabulon et de Nephthali, afin que s'accomplît ce qui avait été dit par le prophète Ésaïe : "Le pays de Zabulon et le pays de Nephthali", et selon la citation d'Ésaïe : Dès lors, Jésus commença à prêcher et à dire : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. Voici ce que dit Marc : Il était dans le désert, quarante jours et quarante nuits, tenté par Satan, et il était avec les bêtes sauvages ; et les anges le servaient. Mais après que Jean eut été livré, Jésus vint en Galilée, prêchant l'Évangile de Dieu, que le temps est accompli et que le royaume de Dieu est proche ; repentez-vous, et croyez à l'Évangile. Puis, après le récit sur André et Pierre, Jacques et Jean, Marc écrit Il entra dans Capharnaüm, et aussitôt le jour du sabbat, il enseignait dans la synagogue. Luc l'a fait. Et ayant fini la tentation, le diable s'éloigna de lui pour un temps. Et Jésus, par la puissance de l'Esprit, retourna en Galilée, et la renommée se répandit à son sujet dans toute la région environnante, et il enseignait dans leurs synagogues, étant glorifié de tous. Et il vint à Nazara, où il avait été élevé, et il entra, selon sa coutume, dans la synagogue le jour du sabbat. Alors Luc raconte ce qu'il a dit à Nazara, et comment ceux qui étaient dans la synagogue se sont indignés contre lui, l'ont chassé de la ville et l'ont amené sur le sommet de la colline sur laquelle leurs villes étaient bâties, pour le faire tomber la tête la première, et comment le Seigneur est passé au milieu d'eux ; et avec cela il relie la déclaration : Et il descendit à Capharnaüm, ville de Galilée, et il les enseignait le jour du sabbat.



2. La divergence entre Jean et les trois premiers évangiles dans cette partie du récit, lue littéralement, les récits ne peuvent pas être harmonisés : Ils doivent être interprétés spirituellement.


La vérité de ces questions doit se trouver dans ce qui est vu par l'esprit. Si la divergence entre les Évangiles n'est pas résolue, nous devons abandonner notre confiance dans les Évangiles, comme étant vrais et écrits par un esprit divin, ou comme des documents dignes de foi, car ces deux personnages sont considérés comme appartenant à ces œuvres. Ceux qui acceptent les quatre Évangiles, et qui ne considèrent pas que leur apparente divergence doit être résolue de manière anagogique (par une interprétation mystique), devront éclaircir la difficulté, évoquée plus haut, concernant les quarante jours de la tentation, période pour laquelle il n'y a aucune place dans le récit de Jean ; et ils devront également nous dire quand le Seigneur est venu à Capharnaüm. Si c'était après les six jours de la période de Son baptême, le sixième étant celui des noces de Cana de Galilée, alors il est clair que la tentation n'a jamais eu lieu, qu'Il n'a jamais été à Nazara, et que Jean n'a pas encore été livré. Or, après Capharnaüm, où il ne resta pas longtemps, la Pâque des Juifs était proche, et il monta à Jérusalem, où il jeta les brebis et les boeufs hors du temple, et versa la petite monnaie des banquiers. A Jérusalem aussi, il semble que Nicodème, le souverain et le pharisien, soit d'abord venu à lui de nuit, et qu'il ait entendu ce que nous pouvons lire dans l'Evangile. Après cela, Jean 3:23-26 Jésus vint avec ses disciples dans le pays de Judée, et là, il resta avec eux et baptisa, au moment où Jean aussi baptisait à Ænon près de Salim, car il y avait là beaucoup d'eaux, et ils vinrent et furent baptisés ; car Jean n'était pas encore jeté en prison. A cette occasion aussi, les disciples de Jean ont été interrogés par les Juifs sur la purification, et ils sont venus vers Jean en disant du Sauveur : "Voici qu'il baptise, et tous viennent à lui. Ils avaient entendu des paroles du Baptiste, dont il vaut mieux reprendre la teneur exacte dans l'Écriture elle-même. Maintenant, si nous demandons quand le Christ était pour la première fois à Capharnaüm, nos répondants, s'ils suivent les paroles de Matthieu, et des deux autres, diront : "Après la tentation, quand, quittant Nazareth, Il vint et demeura à Capharnaüm, au bord de la mer. Mais comment peuvent-ils montrer que les deux affirmations sont vraies, celle de Matthieu et celle de Marc, que c'est parce qu'il a entendu que Jean a été livré qu'il est parti en Galilée, et celle de Jean, trouvé là, après plusieurs autres transactions, après son séjour à Capharnaüm, après son départ pour Jérusalem, et son voyage de là vers la Judée, que Jean n'a pas encore été jeté en prison, mais qu'il baptisait à Ænon près de Salim ? Il y a beaucoup d'autres points sur lesquels l'étudiant attentif des Évangiles trouvera que leurs récits ne concordent pas ; et ceux-ci, nous les placerons devant le lecteur, selon notre pouvoir, au fur et à mesure qu'ils se produiront. L'étudiant, stupéfait par l'examen de ces points, soit renoncera à la tentative de trouver tous les évangiles vrais, et ne s'aventurera pas à conclure que toutes nos informations sur notre Seigneur ne sont pas dignes de confiance, choisira au hasard l'un d'entre eux pour être son guide ; soit il acceptera les quatre, et considérera que leur vérité n'est pas à rechercher dans la lettre extérieure et matérielle.



3. Ce que nous devons penser des divergences entre les différents évangiles.


Nous devons cependant essayer de nous faire une idée de l'intention des évangélistes en la matière, et nous nous y orientons. Supposons qu'il y ait plusieurs hommes qui, par l'esprit, voient Dieu, et connaissent Ses paroles adressées à Ses saints, et Sa présence dont Il se porte garant, leur apparaissant à des moments choisis pour leur avancement. Il y a plusieurs de ces hommes, et ils se trouvent dans des endroits différents, et les avantages qu'ils reçoivent d'en haut varient en forme et en caractère. Et que ces hommes rapportent, chacun séparément, ce qu'il voit en esprit au sujet de Dieu et de Ses paroles, et de Ses apparitions à Ses saints, de sorte que l'un d'eux parle des apparitions et des paroles de Dieu et agisse à un homme juste dans un tel endroit, et un autre au sujet d'autres oracles et de grandes oeuvres du Seigneur, et un tiers de quelque chose d'autre que ce que les deux premiers ont traité. Et qu'il y en ait un quatrième, faisant à l'égard d'une affaire particulière quelque chose de même nature que ces trois-là. Et que les quatre s'accordent entre eux sur quelque chose que l'Esprit leur a suggéré à tous, et qu'ils fassent aussi de brefs rapports sur d'autres sujets que celui-là ; alors leurs récits tomberont quelque chose sur ce point : Dieu est apparu à tel homme en tel temps et en tel lieu, et lui a fait ainsi et ainsi ; comme s'il lui était apparu sous telle forme, et l'avait conduit par la main en tel lieu, et lui avait fait ainsi et ainsi. Le second rapportera que Dieu est apparu au moment même des faits susmentionnés, dans une certaine ville, à une personne qui est nommée, une seconde personne, et dans un lieu éloigné de celui du premier récit, et il rapportera un ensemble différent de mots prononcés en même temps à cette seconde personne. Et qu'il en soit de même pour la troisième et pour la quatrième. Et qu'ils s'accordent, comme nous l'avons dit, ces témoins qui rapportent des choses vraies sur Dieu, et sur ses bienfaits conférés à certains hommes, qu'ils s'accordent entre eux sur certains des récits qu'ils rapportent. Ainsi, celui qui prend les écrits de ces hommes pour l'histoire, ou pour une représentation des choses réelles par une image historique, et qui suppose que Dieu est dans certaines limites dans l'espace, et qu'il est incapable de présenter à plusieurs personnes en différents lieux plusieurs visions de Lui-même en même temps, ou de faire plusieurs discours au même moment, il jugera impossible que nos quatre écrivains disent tous la vérité. Pour lui, il est impossible que Dieu, qui se trouve dans certaines limites de l'espace, puisse dire une chose à un homme et en même temps en dire une autre à un autre, et qu'il fasse une chose et la chose opposée aussi, et, pour parler franchement, qu'il soit à la fois assis et debout, si l'un des écrivains le représente comme étant debout à ce moment-là, et qu'il fasse un certain discours en un tel endroit à un tel homme, alors qu'un second écrivain parle de lui comme étant assis.



4. L'Écriture contient de nombreuses contradictions et de nombreuses affirmations qui ne sont pas littéralement vraies, mais qui doivent être lues spirituellement et mystiquement.


Dans le cas où j'ai supposé que les historiens désirent nous enseigner par une image ce qu'ils ont vu dans leur esprit, leur sens serait trouvé, si les quatre étaient sages, pour ne montrer aucun désaccord ; et nous devons comprendre qu'avec les quatre évangélistes il n'en est pas autrement. Ils ont pleinement utilisé pour leur propos les choses faites par Jésus dans l'exercice de son pouvoir merveilleux et extraordinaire ; ils utilisent de la même façon ses paroles, et à certains endroits ils s'attaquent à leur écriture, avec un langage qui implique apparemment des choses de sens, des choses qui leur sont rendues manifestes de façon purement intellectuelle. Je ne les condamne pas s'ils traitent même parfois librement de choses qui, aux yeux de l'histoire, se sont passées différemment, et s'ils les modifient de manière à servir les objectifs mystiques qu'ils avaient en vue ; de manière à parler d'une chose qui s'est passée dans un certain endroit, comme si elle s'était passée dans un autre, ou de ce qui s'est passé à un certain moment, comme si elle s'était passée à un autre moment, et à introduire dans ce qui a été dit d'une certaine manière certains changements qui leur sont propres. Ils ont proposé de dire la vérité là où c'était possible, tant matériellement que spirituellement, et là où ce n'était pas possible, leur intention était de préférer le spirituel au matériel. La vérité spirituelle était souvent préservée, comme on pourrait le dire, dans la fausseté matérielle. Comme, par exemple, nous pourrions juger de l'histoire de Jacob et d'Ésaü. Genèse xxvii Jacob dit à Isaac : "Je suis Ésaü, ton fils premier-né", et spirituellement il dit la vérité, car il avait déjà pris part aux droits du premier-né, qui périssaient chez son frère, et s'était vêtu des peaux de chèvre ; il avait pris l'apparence extérieure d'Ésaü, et était Ésaü tout sauf la voix qui louait Dieu, afin qu'Ésaü puisse ensuite trouver un endroit pour recevoir une bénédiction. Car si Jacob n'avait pas été béni en tant qu'Ésaü, Ésaü n'aurait peut-être pas non plus pu recevoir une bénédiction de sa part. Et Jésus aussi est beaucoup de choses, selon les conceptions qu'on a de lui, dont il est fort probable que les évangélistes ont repris différentes notions ; alors qu'ils étaient pourtant en accord les uns avec les autres dans les différentes choses qu'ils ont écrites. Des déclarations verbalement opposées sont faites au sujet de notre Seigneur, à savoir qu'il est descendu de David et qu'il n'est pas descendu de David. La déclaration est vraie, Il est descendu de David, comme le dit l'Apôtre, Romains 1:3 né de la semence de David selon la chair, si nous appliquons cela à la partie corporelle de Lui ; mais la même déclaration est fausse si nous comprenons qu'Il est né de la semence de David de Sa puissance de devin ; car Il a été déclaré être le Fils de Dieu avec puissance. Et c'est peut-être pour cette raison aussi que les prophéties sacrées parlent de Lui maintenant comme d'un serviteur, et maintenant comme d'un Fils. Elles l'appellent un serviteur à cause de la forme de serviteur qu'il portait, et parce qu'il était de la semence de David, mais elles l'appellent le Fils de Dieu selon son caractère de premier-né. Il est donc vrai qu'on L'appelle homme et qu'on ne L'appelle pas homme ; homme, parce qu'Il était capable de mourir ; pas homme, parce qu'Il était plus devin que l'homme. Marcion, je suppose, a pris des mots sains dans un sens erroné, lorsqu'il a rejeté sa naissance de Marie, et a déclaré que, quant à sa nature divine, il n'était pas né de Marie, et a donc osé supprimer de l'Evangile les passages qui ont cet effet. Et un destin semblable semble avoir pris le dessus sur ceux qui se débarrassent de Son humanité et reçoivent Sa divinité seule ; et aussi sur les opposants de ceux qui annulent Sa divinité et Le confessent comme un homme saint, et le plus juste de tous les hommes. Et ceux qui tiennent la doctrine de la Dokésie, ne se rappelant pas qu'Il s'est humilié jusqu'à la mort Philippiens 2:8 et qu'Il est devenu obéissant jusqu'à la croix, mais imaginant seulement en Lui l'absence de souffrance, la supériorité sur tous ces accidents, ils font ce qu'ils peuvent pour nous priver de l'homme qui est plus juste que tous les hommes, et se retrouvent avec une figure qui ne peut les sauver, car comme par un seul homme est venue la mort, ainsi par un seul homme est aussi la justification de la vie. Nous n'aurions pas pu recevoir un tel bénéfice du Logos s'Il n'avait pas assumé l'homme, s'Il était resté tel qu'Il était dès le début avec Dieu le Père, et s'Il n'avait pas assumé l'homme, le premier de tous, l'homme plus précieux que tous les autres, plus pur que tous les autres et capable de Le recevoir. Mais après cet homme, nous pourrons aussi Le recevoir, Le recevoir si grand et de telle nature qu'Il était, si nous lui préparons une place à sa mesure dans notre âme. J'ai tant parlé des divergences apparentes des Evangiles et de mon désir de les voir traitées à la manière d'une interprétation spirituelle.



5. Paul fait également des déclarations contradictoires sur lui-même, et agit de manière opposée à différents moments.


Sur le même passage, on peut aussi utiliser un exemple comme celui de Paul, qui à un endroit Romains 7:14 dit qu'il est charnel, vendu sous le péché, et qu'il n'a donc pas pu juger quoi que ce soit, alors qu'à un autre endroit il est l'homme spirituel qui est capable de juger toutes choses et de se faire juger par personne. De celui qui est charnel, il y a les paroles : "Ce n'est pas ce que je voudrais que je fasse que je pratique, mais ce que je hais que je fasse." Et celui qui a été enlevé au troisième ciel et qui a entendu des paroles indicibles est un autre Paul que celui qui dit : "Je me glorifierai d'un tel, mais je ne me glorifierai pas de moi-même. S'il devient 1 Corinthiens 9 : 20-22 aux Juifs comme Juif, afin qu'il gagne les Juifs, et à ceux qui sont sous la loi comme sous la loi, afin qu'il gagne ceux qui sont sous la loi, et à ceux qui sont sans loi comme sans loi, n'étant pas sans loi pour Dieu, mais sous la loi pour Christ, afin qu'il gagne ceux qui sont sans loi, et si pour le faible il devient faible, afin qu'il gagne le faible, il est clair que ces déclarations doivent être examinées chacune par elle-même, qu'il devient Juif, et que parfois il est sous la loi et à un autre moment sans loi, et que parfois il est faible. Là où, par exemple, il dit quelque chose en vertu d'une permission 1 Corinthiens 7:6 et non d'un commandement, nous pouvons reconnaître qu'il est faible ; car qui, dit-il, 2 Corinthiens 11:29 est faible, et je ne suis pas faible ? Quand il se rase la tête et fait une offrande, ou quand il circoncit Timothée, Actes 16:3, il est Juif ; mais quand il dit aux Athéniens, Actes 17:23, je trouve un autel avec l'inscription : Au Dieu inconnu. Ce que vous adorez sans le savoir, c'est donc moi qui vous le déclare, et, comme l'ont dit aussi quelques-uns de vos propres poètes : Car nous aussi nous sommes sa descendance, alors il devient pour les hommes sans loi comme sans loi, adjurant le moins religieux des hommes à épouser la religion, et tournant à son propre avantage la parole du poète : De l'amour nous commençons ; sa race, c'est nous. Et l'on pourrait peut-être trouver des exemples où, pour les hommes non juifs et pourtant sous la loi, il est sous la loi.



6. Différents récits de l'appel de Pierre, et de l'emprisonnement du Baptiste. La signification de Capharnaüm.


Ces exemples peuvent être utiles pour illustrer des déclarations non seulement sur le Sauveur, mais aussi sur les disciples, car ici aussi il y a une certaine divergence de déclaration. Car il y a peut-être une différence de pensée entre Simon qui est trouvé par son propre frère André, et à qui on s'adresse Tu seras appelé Céphas, Jean 1:41 et celui qui est vu par Jésus alors qu'il marchait au bord de la mer de Galilée, avec son frère, et à qui on s'adresse conjointement avec ce frère : Viens après moi, et je te ferai pêcheur d'hommes. Il y avait une certaine justesse dans le fait que l'écrivain qui va plus au fond des choses et qui raconte le Verbe qui s'est fait chair, et qui ne consigne donc pas la génération humaine du Verbe qui était au commencement avec Dieu, ne devrait pas nous parler de la découverte de Simon au bord de la mer et de son appel à partir de là, mais de sa découverte par son frère qui était resté avec Jésus à la dixième heure, et de sa réception du nom de Céphas en rapport avec son être ainsi découvert. Si Jésus l'avait vu en marchant au bord de la mer de Galilée, il ne lui aurait guère été adressé par la suite : "Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon église. Avec Jean, les Pharisiens savent que Jésus baptise avec ses disciples, ce qui s'ajoute à ses autres grandes activités, mais le Jésus des trois ne baptise pas du tout. Jean-Baptiste, lui aussi, avec l'évangéliste du même nom, continue longtemps sans être jeté en prison. Avec Matthieu, au contraire, il est mis en prison presque au moment de la tentation de Jésus, et c'est l'occasion pour Jésus de se retirer en Galilée, pour éviter d'être mis en prison. Mais chez Jean, il n'y a rien du tout à propos de la mise en prison de Jean. Qui est si sage et si capable d'apprendre toutes les choses qui sont enregistrées sur Jésus dans les quatre évangélistes, et à la fois de comprendre chaque incident par lui-même, et d'avoir une vue d'ensemble de tous ses séjours, de ses paroles et de ses actes à chaque endroit ? Quant au passage qui nous est présenté, il donne dans l'ordre des événements que le sixième jour, le Sauveur, après les noces de Cana de Galilée, est descendu avec sa mère, ses frères et ses disciples à Capharnaüm, ce qui signifie champ de consolation. Car après le festin et le vin, il convenait que le Sauveur vienne au champ de consolation avec sa mère et ses disciples, pour consoler ceux qu'il formait pour les disciples et l'âme qui l'avait conçu par le Saint-Esprit, avec les fruits qui devaient se trouver dans ce plein champ.



7. Pourquoi ses frères ne sont pas appelés aux noces ; et pourquoi il reste à Capharnaüm peu de jours.


Mais nous devons nous demander pourquoi ses frères ne sont pas appelés aux noces : ils n'étaient pas là, car il n'est pas dit qu'ils y étaient ; mais ils descendent à Capharnaüm avec Lui, sa mère et ses disciples. Nous devons également examiner pourquoi, à cette occasion, ils ne vont pas à Capharnaüm, ni ne montent à Capharnaüm, mais y descendent. Examinons si nous ne devons pas comprendre par ses frères ici présents les puissances qui sont descendues avec lui, non appelées aux noces selon les explications données ci-dessus, puisque c'est dans des lieux plus bas et plus humbles que ceux qui sont appelés disciples du Christ, et d'une autre manière, que ces frères reçoivent une assistance. Car si sa mère est appelée, il y en a qui portent du fruit, et même à ceux-ci le Seigneur descend avec les serviteurs et les disciples de la Parole, pour aider de telles personnes, sa mère étant aussi avec lui. Ceux qui sont appelés Capharnaüm ne semblent pas pouvoir permettre à Jésus et à ceux qui sont descendus avec lui de faire un séjour plus long avec eux : ils ne restent donc pas longtemps avec eux. Car le champ de consolation inférieur n'admet pas l'illumination de beaucoup de doctrines, mais n'en est capable que de quelques-unes. Pour bien voir la différence entre ceux qui reçoivent Jésus plus longtemps et ceux qui le reçoivent moins longtemps, nous pouvons comparer avec ceci : Ils n'y restent pas beaucoup de jours, les paroles enregistrées dans Matthieu telles que le Christ les a prononcées lorsqu'il est ressuscité d'entre les morts à ses disciples qui étaient envoyés pour enseigner à toutes les nations : Voici, je suis avec vous pour toujours, jusqu'à la fin du monde. A ceux qui doivent connaître tout ce que la nature humaine peut connaître pendant qu'elle est encore ici, il est dit avec insistance, je suis avec vous ; et comme la montée de chaque nouveau jour sur le champ de la contemplation amène plus de jours devant les yeux du bienheureux, c'est pourquoi il dit, Tous les jours jusqu'à la fin du monde. Quant à ceux de Capharnaüm, au contraire, à qui ils descendent comme aux plus nécessiteux, non seulement Jésus, mais aussi Sa mère et Ses frères et Ses disciples y demeurent peu de jours.



8. Comment le Christ demeure avec les croyants jusqu'à la fin des temps, et s'il demeure avec eux après cette consommation.


Certains peuvent très probablement, et ce n'est pas déraisonnable, se demander si, lorsque tous les jours de cet âge seront passés, il n'y aura plus personne pour dire : "Voici, je suis avec vous, avec ceux, notamment, qui l'ont reçu jusqu'à l'accomplissement de l'âge, car le "jusqu" semble indiquer une certaine limite de temps. Il faut dire à cela que la phrase "Je suis avec vous" n'est pas la même que "Je suis en vous". Nous pourrions dire plus proprement que le Sauveur n'était pas dans ses disciples mais avec eux, tant qu'ils n'étaient pas arrivés dans leur esprit à l'achèvement de l'âge. Mais quand ils verront être proche, dans leur effort, la consommation du monde qui leur est crucifié, alors Jésus ne sera plus avec eux, mais en eux, et ils diront : Ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi, Galates 2:20 et Si vous cherchez une preuve du Christ qui parle en moi. 2 Corinthiens 13:3 En disant cela, nous nous en tenons pour notre part à l'interprétation ordinaire qui fait que le temps s'écoule toujours jusqu'à la consommation de l'âge, et nous ne demandons pas plus que ce qui est accessible à la nature humaine telle qu'elle est ici. Cette interprétation peut être respectée et justice doit être rendue au "je". Celui qui est avec ses disciples, envoyés pour enseigner à toutes les nations, jusqu'à la consommation, peut être celui qui s'est vidé de lui-même et a pris la forme d'un serviteur, et qui, après cela, peut être un autre en état ; après cela, il peut être tel qu'il était avant de se vider de lui-même, jusqu'à ce que tous ses ennemis soient faits par son Père le marchepied de ses pieds ; et après cela, quand le Fils aura livré le royaume à Dieu et au Père, il se peut que ce soit le Père qui leur dise : Voici, je suis avec vous. Mais que ce soit tous les jours jusqu'à ce moment, ou simplement tous les jours, ou non pas tous les jours mais tous les jours, chacun peut considérer que cela lui plaît. Notre plan ne nous permet pas pour l'instant de nous écarter du sujet.



9. Heracleon dit que Jésus n'est pas déclaré avoir fait quoi que ce soit à Capharnaüm. Mais dans les autres évangiles, il y fait beaucoup de choses.


Mais Heracleon, traitant des mots "Après cela, il descendit à Capharnaüm", déclare qu'ils indiquent l'introduction d'une autre transaction, et que le mot descendu n'est pas sans signification. Capharnaüm, dit-il, signifie ces régions les plus éloignées du monde, ces quartiers de matière, dans lesquels Il est descendu, et parce que l'endroit n'était pas convenable, dit-il, Il n'y aurait rien fait ni rien dit. Or, si le Seigneur n'avait pas été rapporté dans les autres évangiles comme ayant fait ou dit quelque chose à Capharnaüm, nous aurions peut-être hésité à recevoir ce point de vue. Mais c'est loin d'être le cas. Matthieu dit que notre Seigneur a quitté Nazareth et est venu habiter à Capharnaüm, au bord de la mer, et qu'à partir de ce moment-là, il a commencé à prêcher en disant : "Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. Et Marc, partant dans son récit de la tentation du diable, raconte qu'après que Jean ait été jeté en prison, Jésus est venu en Galilée, proclamant l'Evangile de Dieu, et après l'appel des quatre pêcheurs à l'Apostolat, ils entrent à Capharnaüm ; et aussitôt le jour du sabbat, il enseignait dans la synagogue, et ils étaient étonnés de sa doctrine. Et Marc rapporte un acte de Jésus qui eut lieu aussi à Capharnaüm, car il dit encore : "Dans leur synagogue, il y avait un homme à l'esprit impur, et il s'écria : Ah ! qu'avons-nous à faire avec toi, toi, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous détruire ? Nous savons qui tu es, le Fils de Dieu. Jésus le menaça, en disant : Tais-toi et sors de lui ; et l'esprit impur, le déchirant et criant d'une voix forte, sortit de lui. Et ils furent tous étonnés. Et à Capharnaüm, la belle-mère de Simon est guérie de sa fièvre. Et Marc ajoute que le soir venu, tous ceux qui étaient malades et possédés de démons ont été guéris. Le reportage de Luc ressemble beaucoup à celui de Marc sur Capharnaüm. Il dit : "Et il vint à Capharnaüm, ville de Galilée, et il les enseignait le jour du sabbat, et ils furent étonnés de ses enseignements, car sa parole était puissante. Et il y avait dans la synagogue un homme qui avait un esprit de démon impur, et il s'écria d'une voix forte : "Ah ! qu'avons-nous à faire avec toi, toi, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous détruire ? Je sais qui Tu es, le saint de Dieu. Et Jésus le réprimanda en disant : "Tais-toi et sors de lui. Alors le démon l'ayant jeté au milieu, il sortit de lui, ne lui faisant aucun mal. Luc raconte ensuite que le Seigneur se leva de la synagogue et entra dans la maison de Simon, et qu'il réprimanda la fièvre chez sa belle-mère, et la guérit de sa maladie ; et après cette guérison, au coucher du soleil, il dit que tous, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses maladies, les lui amenèrent, et qu'il imposa les mains à chacun d'eux et les guérit. Et des démons sortirent aussi de beaucoup, en criant et en disant : Tu es le Fils de Dieu, et il les réprimanda et leur permit de ne pas parler, parce qu'ils savaient qu'il était le Christ. Nous avons présenté toutes ces déclarations concernant les paroles et les actes du Sauveur à Capharnaüm afin de réfuter l'interprétation d'Heracleon de notre passage, d'où il ressort qu'il n'y aurait rien fait ou parlé. Il doit soit donner deux significations à Capharnaüm et nous montrer les raisons qui les justifient, soit, s'il ne peut le faire, il doit renoncer à dire que le Sauveur a visité un endroit quelconque sans but. Pour notre part, nous devrions en venir à des passages où même une comparaison des autres évangiles ne parvient pas à montrer que la visite de Jésus en ce lieu ou qui n'a pas été accompagnée de résultats, cherchera avec l'assistance divine à faire comprendre que sa venue n'a pas été vaine.



10. Signification de Capharnaüm.


Matthieu, pour sa part, ajoute que lorsque le Seigneur est entré dans Capharnaüm, le centurion est venu à lui en disant : "Mon garçon est couché dans ma maison, malade de la paralysie, gravement tourmenté, et après en avoir parlé au Seigneur, il a reçu la réponse : "Va, et comme tu as cru, qu'il en soit ainsi pour toi. Et Matthieu nous donne ensuite l'histoire de la belle-mère de Pierre, en accord étroit avec les deux autres. Je la conçois comme une œuvre digne de crédit et devenant pour celui qui est désireux d'entendre parler du Christ, de recueillir dans les quatre évangiles tout ce qui est raconté sur Capharnaüm, les discours prononcés et les œuvres qui y ont été faites, et combien de visites le Seigneur a rendues à ce lieu, et comment, à un moment donné, il y est descendu, et à un autre y est entré, et d'où il est venu quand il l'a fait. Si nous comparons tous ces points ensemble, nous ne nous égarerons pas dans le sens que nous attribuons à Capharnaüm. D'une part, les malades y sont guéris et d'autres œuvres de puissance y sont accomplies, et d'autre part, la prédication "Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche" y commence, et cela semble être un signe, comme nous l'avons montré en entrant sur ce sujet, de quelque lieu de consolation plus nécessiteux, fait peut-être par Jésus, qui consolait les hommes par ce qu'il enseignait et par ce qu'il y faisait, dans ce lieu de consolation. Car nous savons que les noms des lieux concordent dans leur signification avec les choses liées à Jésus ; comme Gergesa, où les citoyens de ces régions l'ont supplié de quitter leurs côtes, signifie, La demeure des casseurs. Et ceci, nous l'avons également remarqué à Capharnaüm, que non seulement la prédication, Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche, a commencé là, mais que selon les trois évangélistes, Jésus y a accompli ses premiers miracles. Cependant, aucun des trois n'a ajouté aux premiers miracles qu'il rapporte comme ayant été accomplis à Capharnaüm, cette note jointe par le disciple Jean à la première œuvre de Jésus, Ce commencement de ses signes a fait Jésus à Cana de Galilée. Car ce qui s'est fait à Capharnaüm n'était pas le commencement des signes, puisque le signe principal du Fils de Dieu était la bonne humeur, et à la lumière de l'expérience humaine, c'est aussi le plus représentatif de Lui. Car la Parole de Dieu ne montre pas tant sa propre beauté dans la guérison des malades que dans le fait qu'elle tend la main aux courants d'air tempérés pour réjouir ceux qui sont en bonne santé et qui peuvent se joindre au banquet.



11. Pourquoi la Pâque est dite être celle des Juifs. Son institution : et la distinction entre les fêtes du Seigneur et les fêtes dont on ne parle pas tant.


Et la Pâque des Juifs était à portée de main. Jean 2:13 En m'enquérant de l'exactitude du plus sage des Jean (sur ce passage), je me suis posé la question : Qu'indique l'addition des Juifs ? De quelle autre nation la Pâque était-elle une fête ? N'aurait-il pas suffi de dire : "Et la Pâque était proche ? Il se peut, cependant, que la Pâque humaine soit une chose lorsqu'elle est célébrée par des hommes qui ne sont pas comme le veut l'Ecriture, et que la Pâque divine en soit une autre, la vraie Pâque, observée en esprit et en vérité par ceux qui adorent Dieu en esprit et en vérité ; et alors la distinction indiquée dans le texte peut être celle entre la Pâque divine et celle dite des Juifs. Nous devrions nous occuper de la loi de la Pâque et observer ce que le Seigneur dit d'elle lorsqu'elle est mentionnée pour la première fois dans l'Ecriture. Exode 12:1-3 Et l'Éternel parla à Moïse et à Aaron dans le pays d'Égypte, en disant : Ce mois-ci est pour vous le commencement des mois, c'est le premier pour vous parmi les mois de l'année. Parlez à toute l'assemblée des enfants d'Israël, et dites : Le dix de ce mois, chacun prendra un mouton, selon les maisons de ses familles ; puis, après quelques indications, pour que la parole de la Pâque ne se répète pas, il ajoute : Ainsi vous le mangerez, la ceinture de vos reins, les chaussures à vos pieds, les bâtons à vos mains, et vous le mangerez avec empressement. C'est la Pâque de l'Éternel. Il ne dit pas : C'est votre Pâque. Et un peu plus loin, Il donne le même nom à la fête : Et il arrivera que vos fils vous disent : Quel est ce service ? Et vous leur direz : C'est le sacrifice, la Pâque de l'Éternel, comme Il a gardé les maisons des enfants d'Israël. Et encore un peu plus loin, l'Éternel parla à Moïse et à Aaron, et dit : Voici la loi de la Pâque. Aucun étranger n'en mangera. Et encore un peu plus loin : Si un prosélyte vient chez vous, et qu'il célèbre la Pâque de l'Éternel, tout mâle sera circoncis. Observez que dans la loi, il n'est jamais dit : Votre Pâque ; mais dans tous les passages cités, la phrase se produit une fois sans aucun adjonction, alors que nous avons trois fois La Pâque du Seigneur. Pour s'assurer qu'il y a une telle distinction entre la Pâque du Seigneur et la Pâque des Juifs, nous pouvons considérer la façon dont Esaïe parle de la question : Esaïe 1:13 Vos nouvelles lunes, vos sabbats et votre grand jour, je ne peux les supporter ; votre jeûne et votre fête, vos nouvelles lunes et vos fêtes, mon âme les hait. L'Éternel ne les appelle pas siennes, ces observances des pécheurs (elles sont haïes de Son âme, si tant est qu'il y en ait) ; ni les nouvelles lunes, ni les sabbats, ni le grand jour, ni le jeûne, ni les fêtes. Et dans la législation concernant le sabbat dans l'Exode, nous lisons : "Moïse leur dit : Voici la parole que l'Eternel a prononcée : Le sabbat est un saint repos pour l'Eternel. Et un peu plus loin, Moïse dit : Mangez, car aujourd'hui est un sabbat pour l'Eternel. Et dans les Nombres, avant les sacrifices qui sont offerts à chaque fête, comme si toutes les fêtes étaient soumises à la loi du sacrifice perpétuel et quotidien, nous trouvons écrit : Et l'Éternel parla à Moïse : Annonce aux enfants d'Israël, et ainsi tu leur diras : Mes dons, Mes offrandes, Mes fruits en odeur de sainteté, vous aurez soin de M'offrir à Mes fêtes. Et tu leur diras : Voici les offrandes que vous présenterez à l'Éternel. La fête décrite dans les Ecritures, Il l'appelle la sienne, et non celle des gens qui reçoivent la loi, Il parle de Ses dons, de Ses offrandes. Une façon similaire de parler est celle de l'Exode en ce qui concerne le peuple ; il est dit par Dieu qu'il est Son propre peuple, quand il ne pèche pas ; mais dans la partie concernant le veau, Il l'abjure et l'appelle le peuple de Moïse. Exode 8:21-23 D'une part, tu diras à Pharaon : Ainsi parle l'Éternel : Laisse aller mon peuple, afin qu'il me serve dans le désert. Mais si tu ne laisses pas aller Mon peuple, voici que J'enverrai contre toi et contre tes serviteurs, contre ton peuple et contre tes maisons, la mouche du chien ; et les maisons des Égyptiens seront pleines de mouches du chien, et sur le pays où elles se trouvent, Je les enverrai contre elle. En ce jour-là, Je glorifierai le pays de Gésem, sur lequel se trouve Mon peuple ; il n'y aura plus de mouches à chien, afin que vous sachiez que Je suis l'Éternel, l'Éternel de toute la terre. Et Je ferai une distinction entre Mon peuple et ton peuple. A Moïse, par contre, Il dit : Exode 32:7 Va, descends vite, car ton peuple a péché, que tu as fait sortir du pays d'Égypte. Ainsi donc, le peuple, lorsqu'il ne pèche pas, est le peuple de Dieu, mais lorsqu'il ne parle plus de ses péchés comme étant les siens, de même, les fêtes où ils sont haïs par l'âme de l'Éternel sont dites fêtes des pécheurs, mais lorsque la loi est donnée à leur sujet, elles sont appelées fêtes de l'Éternel. Or, de ces fêtes, la Pâque en est une qui, dans le passage qui nous occupe, est dite non pas du Seigneur, mais des Juifs. Dans un autre passage également, Lévitique 23:2, il est dit : Ce sont les fêtes de l'Eternel, que vous appellerez saintes, les fêtes des élus. De la bouche de l'Éternel lui-même, nous voyons donc qu'il n'y a pas de contre-indication à notre déclaration sur ce point. Certains, sans doute, s'interrogeront sur les paroles de l'Apôtre, où il écrit aux Corinthiens : 1 Corinthiens 5:7 Car notre Pâque aussi a été sacrifiée pour nous, c'est-à-dire le Christ ; il ne dit pas : La Pâque du Seigneur a été sacrifiée, même le Christ. Nous devons dire à cela, soit que l'Apôtre appelle simplement la Pâque notre "Passover" parce qu'elle a été sacrifiée pour nous, soit que tout sacrifice qui est vraiment celui du Seigneur, et la Pâque est l'un de ceux-ci, attend sa consommation non pas dans ce siècle ni sur la terre, mais dans le siècle à venir et dans les cieux quand le royaume des cieux apparaîtra. Quant à ces fêtes, l'un des douze prophètes dit : Osée 9:5 Que ferez-vous aux jours de l'assemblée, et aux jours de la fête du Seigneur ? Mais Paul dit dans l'Epître aux Hébreux Mais vous êtes venus sur la montagne de Sion, dans la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, et auprès de dix mille anges, l'assemblée et l'Église des premiers-nés, qui sont écrits dans le ciel. Et dans l'Épître aux Colossiens : Que personne ne vous juge en matière de nourriture et de boisson, ni à l'occasion d'une fête, d'une nouvelle lune ou d'un sabbat, qui sont l'ombre des choses à venir.



12. Des fêtes célestes, dont celles de la Terre sont typiques.


De quelle manière, dans ces choses célestes dont l'ombre était présente aux Juifs sur la terre, ceux-ci célébreront les fêtes qui ont été formées par des tuteurs et des gouverneurs sous la vraie loi, jusqu'à ce que vienne la plénitude des temps, c'est-à-dire, en haut, quand nous pourrons recevoir en nous la mesure parfaite du Fils de Dieu, c'est le travail de cette sagesse de mettre en évidence ce qui a été caché dans un mystère ; et cela peut aussi montrer à notre pensée comment les lois sur les viandes sont des symboles de ces choses qui y nourriront et fortifieront notre âme. Mais il est vain de penser qu'un homme désireux d'élaborer dans sa fantaisie la grande mer de telles idées, même s'il voulait montrer que le culte local est encore un modèle et l'ombre des choses célestes, et que les sacrifices et les moutons sont pleins de sens, qu'il devrait avancer plus loin que l'Apôtre, qui cherche en effet à élever nos esprits au-dessus des vues terrestres de la loi, mais qui ne nous montre pas du tout comment ces choses doivent être. Même si nous regardons les fêtes, dont la Pâque fait partie, du point de vue de l'âge à venir, nous devons encore nous demander comment il se fait que notre Pâque soit maintenant sacrifiée, à savoir le Christ, et non seulement ainsi, mais qu'elle soit sacrifiée dans l'avenir.



13. Signification spirituelle de la Pâque.


Quelques points peuvent être ajoutés en relation avec les doctrines actuellement à l'étude, bien qu'il faudrait une discussion spéciale dans de nombreux volumes pour traiter de toutes les déclarations mystiques sur la loi, et spécialement de celles liées aux fêtes, et plus particulièrement encore à la Pâque. La Pâque des Juifs consiste en un sacrifice de moutons, chacun prenant un mouton selon la maison de son père ; et la Pâque est accompagnée de l'abattage de milliers de béliers et de chèvres, proportionnellement au nombre des maisons du peuple. Mais notre Pâque est sacrifiée pour nous, à savoir le Christ. Une autre caractéristique de la fête juive est les pains sans levain ; tout le levain est fait pour disparaître de leurs maisons ; mais nous célébrons la fête 1 Corinthiens 5:8 non pas avec du vieux levain, ni avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la sincérité et de la vérité. Nous devons examiner plus attentivement s'il y a une Pâque et une fête du levain autres que celles que nous avons mentionnées, car elles servent de modèle et d'ombre aux fêtes célestes dont nous avons parlé, et non seulement des choses comme la nourriture et la boisson, les nouvelles lunes et les sabbats, mais aussi les fêtes, sont l'ombre des choses à venir. En premier lieu, lorsque l'Apôtre dit : "Notre Pâque est sacrifiée, Christ", on peut ressentir à ce propos des doutes comme ceux-ci. Si la brebis avec les Juifs est une sorte de sacrifice du Christ, alors il faut en offrir une seule et non une multitude, comme le Christ est un ; ou si l'on offre beaucoup de brebis, c'est pour suivre la sorte, comme si beaucoup de Christs étaient sacrifiés. Mais pour ne pas nous étendre sur ce point, nous pouvons nous demander comment la brebis, qui a été victime, contient une image du Christ, alors que la brebis a été sacrifiée par des hommes qui observaient la loi, mais que le Christ a été mis à mort par des transgresseurs de la loi, et quelle application peut être trouvée dans le Christ de la direction, Exode 12 : 8 Ils mangeront cette nuit la chair, rôtie au feu, et des pains sans levain aux herbes amères ; ils n'en mangeront pas à cru ni trempé d'eau, mais rôti au feu, la tête avec les pieds et les entrailles ; tu n'en mettras rien à part jusqu'au matin, et tu n'en briseras pas un os. Mais ce qui en restera jusqu'au matin, vous le brûlerez. La phrase : "Tu n'en briseras pas un os", Jean semble l'avoir utilisée dans son Evangile, comme s'appliquant aux transactions liées à Christ, et en rapport avec l'occasion dont parle la loi, lorsque ceux qui mangent les brebis sont tenus de ne pas en briser un os. Il écrit ce qui suit : Les soldats vinrent donc et brisèrent les jambes du premier, et de l'autre qui avait été crucifié avec lui ; mais quand ils vinrent à Jésus et virent qu'il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il en sortit du sang et de l'eau. Et celui qui a vu a rendu témoignage, et son témoignage est vrai, et il sait qu'il dit la vérité, afin que vous aussi vous croyiez. Et ces choses se sont passées afin que s'accomplît l'Écriture : "Tu ne briseras pas un os de lui. Il y a une myriade d'autres points, en plus de celui-ci, dans le langage de l'Apôtre, qui appelleraient une enquête, tant sur la Pâque que sur les pains sans levain, mais ils devraient être traités, comme nous l'avons dit plus haut, dans un travail spécial de grande longueur. Nous ne pouvons actuellement en donner qu'un aperçu dans la mesure où ils portent sur le texte qui nous est présenté et visent à résoudre brièvement le problème principal. Nous rappelons les paroles suivantes : "Voici l'Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde, car il est dit de la Pâque : Exode 12, 5 Tu le prendras des agneaux ou des chèvres. L'évangéliste ici présent est d'accord avec Paul, et tous deux sont impliqués dans les difficultés dont nous avons parlé plus haut. Mais d'un autre côté, nous devons dire que si le Verbe s'est fait chair, et que le Seigneur dit : Jean 6:53 Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l'homme et ne buvez pas son sang, vous n'avez pas la vie en vous. Celui qui mange Ma chair et boit Mon sang a la vie éternelle, et Je le ressusciterai au dernier jour. Car Ma chair est vraiment une viande et Mon sang est vraiment une boisson. Celui qui mange Ma chair et boit Mon sang demeure en Moi, et Moi en lui. La chair dont on parle ainsi est celle de l'Agneau qui ôte le péché du monde ; et voici le sang, dont on devait mettre une partie sur les deux montants de la porte et sur les linteaux des maisons où l'on mange la Pâque. De la chair de cet Agneau, il faut que nous mangions au temps du monde, qui est la nuit, et la chair doit être rôtie au feu et mangée avec des pains sans levain ; car la Parole de Dieu n'est pas seulement chair et chair. Il dit en effet Lui-même, Jean 6:48-50 Je suis le pain de vie, et Celui-ci est le pain de vie qui est descendu du ciel, afin que l'homme en mange et ne meure pas. Je suis le pain de vie qui est descendu du ciel ; si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. Nous ne devons pas oublier, cependant, que par un usage lâche des mots, tout aliment est appelé pain, comme nous le lisons dans Moïse dans le Deutéronome, Quarante jours Il ne mangea pas de pain et ne but pas d'eau, au lieu de quoi, Il ne prit aucun aliment, ni humide ni sec. Je suis conduit à cette observation par la parole de Jean : "Et le pain que je donnerai, c'est ma chair, pour la vie du monde. De même, nous mangeons la chair de l'Agneau, avec des herbes amères et des pains sans levain, lorsque nous nous repentons de nos péchés et que nous sommes affligés par la douleur qui est selon Dieu, une repentance qui opère pour notre salut, et dont il ne faut pas se repentir ; ou lorsque, à cause de nos épreuves, nous nous tournons vers les spéculations qui se révèlent être celles de la vérité, et que nous en sommes nourris. Mais nous ne devons pas manger la chair de l'Agneau crue, comme le font ceux qui sont esclaves de la lettre, comme des animaux irrationnels, et ceux qui sont enragés contre les hommes vraiment raisonnables, parce qu'ils désirent comprendre les choses spirituelles ; en vérité, ils partagent la nature des bêtes sauvages. Mais nous devons nous efforcer de convertir la crudité de l'Ecriture en nourriture bien cuite, en ne laissant pas ce qui est écrit devenir flasque, humide et maigre, comme le font ceux qui ont des oreilles qui démangent, 2 Timothée 4:3-4 et qui détournent leurs oreilles de la vérité ; leurs méthodes tendent à une conduite de vie lâche et flasque. Mais soyons d'un esprit fervent et gardons les paroles enflammées que Dieu nous a données, telles que Jérémie les a reçues de celui qui lui a parlé, Jérémie 5:14 Voici, j'ai rendu mes paroles dans ta bouche semblables à du feu, et voyons que la chair de l'Agneau soit bien cuite, afin que ceux qui y prennent part disent, comme le Christ parle en nous : Notre coeur a brûlé par le chemin, comme il nous a ouvert les Ecritures. Luc 24:32 De plus, s'il est de notre devoir d'enquêter sur un point tel que le rôtissage de la chair de l'Agneau au feu, nous ne devons pas oublier le parallèle de ce que Jérémie a souffert à cause des paroles de Dieu, comme il le dit : Et ce fut comme un feu ardent, brûlant dans mes os, et je suis sans force, et je ne peux le supporter. Mais, dans ce manger, il faut commencer par la tête, c'est-à-dire par les principales et les plus essentielles doctrines sur les choses célestes, et il faut terminer par les pieds, les dernières branches de l'apprentissage qui s'enquièrent de la nature finale des choses, ou des choses plus matérielles, ou des choses sous la terre, ou des mauvais esprits et des démons impurs. Car il se peut que le récit de ces choses ne soit pas évident, comme elles-mêmes, mais qu'il soit rangé parmi les mystères de l'Écriture, afin qu'on l'appelle, tropicalement, les pieds de l'Agneau. Nous ne devons pas non plus négliger les entrailles qui sont en nous et qui nous sont cachées ; nous devons aborder l'ensemble de l'Écriture comme un seul corps, nous ne devons pas lacérer ni briser les liens forts et bien tissés qui existent dans l'harmonie de toute sa composition, comme le font ceux qui lacèrent, autant qu'ils le peuvent, l'unité de l'Esprit qui est dans toutes les Écritures. Mais cette prophétie de l'Agneau ne doit être notre nourriture que pendant la nuit de cette vie sombre qui est la nôtre ; ce qui vient après cette vie est, pour ainsi dire, l'aube du jour, et pourquoi devrions-nous laisser jusque-là la nourriture qui ne peut nous être utile que maintenant ? Mais quand la nuit sera passée et que le jour suivant sera proche, nous aurons à manger du pain qui n'a rien à voir avec le pain levé de l'état ancien et inférieur des choses, mais qui est sans levain, et qui servira à notre tour jusqu'à ce que ce qui vient après le pain sans levain nous soit donné, la manne, qui est une nourriture pour les anges plutôt que pour les hommes. Chacun de nous peut donc sacrifier son agneau dans chaque maison de nos pères ; et si l'un enfreint la loi en ne sacrifiant pas du tout l'agneau, un autre peut garder le commandement entièrement, en offrant son sacrifice et en le cuisant correctement, sans en briser un seul os. Telle est donc, en bref, l'interprétation de la Pâque sacrifiée pour nous, qui est le Christ, conformément à la conception qu'en ont les Apôtres, et à l'Agneau dans l'Évangile. Car nous ne devons pas supposer que les choses historiques sont des types de choses historiques, et les choses matérielles des choses matérielles, mais que les choses matérielles sont typiques des choses spirituelles, et les choses historiques des choses intellectuelles. Il n'est pas nécessaire que notre discours s'élève maintenant jusqu'à cette troisième Pâque qui doit être célébrée avec des myriades d'anges dans l'exode le plus parfait et le plus béni ; nous avons déjà parlé de ces choses dans une plus large mesure que ne l'exige le passage.



14. Dans les trois premiers évangiles, la Pâque n'est évoquée qu'à la fin du ministère ; dans Jean, au début. Remarques à ce sujet. Heracleon sur la Pâque.


Nous ne devons pas, cependant, manquer d'enquêter sur l'affirmation selon laquelle la Pâque des Juifs était proche, lorsque le Seigneur était à Capharnaüm avec sa mère, ses frères et ses disciples. Dans l'Évangile selon Matthieu, après avoir été abandonné par le diable, et après que les anges soient venus le servir, lorsqu'il apprit que Jean avait été livré, il se retira en Galilée, et quittant Nazara, il vint habiter à Capharnaüm. Alors il se mit à prêcher, et choisit les quatre pêcheurs pour ses Apôtres, et il enseigna dans les synagogues de toute la Galilée et guérit ceux qui lui étaient amenés. Puis il monte sur la montagne et prononce les béatitudes et ce qui les suit ; et après avoir terminé cette instruction, il descend de la montagne et entre une seconde fois à Capharnaüm. Matthieu viii Puis il s'embarque dans un bateau et passe de l'autre côté au pays des Gergéniens. Lorsqu'ils le supplièrent de quitter leurs côtes, il embarqua dans un bateau et traversa pour venir dans sa propre ville. Puis il fit certaines guérisons et parcourut toutes les villes et les villages, enseignant dans leurs synagogues ; après cela, la plupart des événements des évangiles ont lieu, avant que Matthieu n'indique l'approche du temps de la Pâque. Comme les autres évangélistes, après le séjour à Capharnaüm, il faudra attendre longtemps avant d'entendre parler de la Pâque, ce qui peut confirmer, à leur avis, les opinions de ceux qui ont été exposées ci-dessus au sujet de Capharnaüm. Ce séjour, dans le voisinage de la Pâque des Juifs, est placé sous une lumière plus vive par cette proximité, à la fois parce qu'il était meilleur en soi, et plus encore parce qu'à la Pâque des Juifs, on trouve dans le temple ceux qui vendent des bœufs, des moutons et des colombes. Cela renforce l'affirmation selon laquelle la Pâque n'était pas celle du Seigneur mais celle des Juifs ; la maison du Père était faite, aux yeux de ceux qui ne la sanctifiaient pas, une maison de marchandises, et la Pâque du Seigneur devenait pour ceux qui la regardaient de haut et matériellement une Pâque juive. Une occasion plus propice que la présente se présentera pour s'enquérir de l'heure de la Pâque, qui a eu lieu au sujet de l'équinoxe de printemps, et pour toute autre question qui pourrait se poser à ce sujet. Quant à Heracleon, il dit : "C'est la grande fête ; car c'était une sorte de passion du Sauveur ; non seulement l'agneau était mis à mort, mais le fait de le manger permettait de se détendre, le fait de le tuer indiquait ce qu'était la passion du Sauveur dans ce monde, et le fait de le manger aux autres lors du mariage. Nous avons donné ses paroles, afin que l'on puisse voir avec quelle prudence et quelle liberté il procède, et avec quelle absence d'habileté constructive, même sur un thème comme celui-ci ; et le peu de considération qu'il faut lui accorder en conséquence.



15. Divergence des récits évangéliques liés à la purification du Temple.


Et Jésus monta à Jérusalem. Jean 2:13-17 Et il trouva dans le temple ceux qui vendaient des boeufs, des brebis et des colombes, et les changeurs assis ; et il fit un fléau de cordes, et jeta hors du temple les brebis et les boeufs, et versa la petite monnaie des changeurs, et renversa leurs tables ; et à ceux qui vendaient les colombes, il dit : Prenez ces choses d'ici ; ne faites pas de la maison de mon Père une maison de marchandises. Alors ses disciples se souvinrent qu'il était écrit : Le zèle de ta maison me dévorera. Il est à noter que Jean fait de cette transaction de Jésus avec ceux qu'il a trouvés en train de vendre des bœufs, des moutons et des colombes dans le temple sa deuxième œuvre ; tandis que les autres évangélistes racontent un incident similaire presque à la fin et en relation avec l'histoire de la passion. C'est ainsi que Matthieu le raconte : Matthieu 21:10-13 A l'entrée de Jésus à Jérusalem, toute la ville fut agitée, en disant : Qui est-ce ? Et la foule disait : C'est Jésus, le prophète, de Nazareth en Galilée. Jésus entra dans le temple, et il chassa tous ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple ; il renversa les tables des changeurs et les sièges de ceux qui vendaient des colombes. Et il leur dit : Il est écrit : Ma maison sera appelée maison de prière, mais vous en faites un repaire de brigands. Voici ce que dit Marc : Et ils vinrent à Jérusalem. Et étant entré dans le temple, il se mit à chasser ceux qui vendaient et achetaient dans le temple, ainsi que les tables des changeurs qu'il renversa et les sièges de ceux qui vendaient des colombes. Et Il ne souffrit pas que quelqu'un porte un vase dans le temple ; et Il leur enseigna et leur dit : N'est-il pas écrit que Ma maison sera appelée une maison de prière pour toutes les nations ? Mais vous en avez fait un repaire de brigands. Et Luc : Luc 19:41-42 Et quand il s'approcha, il vit la ville et pleura sur elle, disant que si vous aviez connu en ce jour, vous aussi, les choses qui appartiennent à la paix ; mais maintenant elles sont cachées à vos yeux. Car des jours viendront sur toi, où l'on t'entourera et t'enfermera de tous côtés, où l'on te jettera à terre avec tes enfants, et où l'on ne laissera pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas connu le temps de ta visite. Il entra dans le temple et se mit à chasser les vendeurs, en leur disant : Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière, mais vous en avez fait un repaire de brigands. Il faut également noter que ce qui est enregistré par les trois comme ayant eu lieu en relation avec la montée du Seigneur à Jérusalem, lorsqu'Il a fait ces choses dans le temple, est raconté de façon très similaire par Jean comme ayant eu lieu longtemps après cela, après une autre visite à Jérusalem différente de celle-ci. Nous devons considérer les déclarations, et en premier lieu celle de Matthieu, où nous lisons : Matthieu 21:1 Lorsqu'il s'approcha de Jérusalem et qu'il arriva à Bethphagé, en face de la montagne des Oliviers, Jésus envoya deux disciples, en leur disant : Allez au village, en face de vous, et vous trouverez aussitôt une ânesse attachée et un ânon avec elle ; détachez-les et amenez-les-moi. Et si quelqu'un vous dit : Que faites-vous ? Vous répondrez : Le Seigneur en a besoin, et aussitôt il les enverra. Mais cela arriva afin que s'accomplît ce qui avait été dit par le prophète : Dites à la fille de Sion : Voici ton roi qui vient, doux et assis sur un âne et sur un ânon. Les disciples s'en allèrent et firent ce que Jésus leur avait ordonné ; ils amenèrent l'âne et le poulain, ils mirent sur eux leurs vêtements, et il s'assit dessus. La plupart des gens étendirent leurs vêtements sur la route, mais la foule qui marchait devant lui et celle qui le suivait criaient : "Hosanna au Fils de David, béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux. Après cela vient, Et quand Il entra dans Jérusalem, toute la ville fut agitée, ce que nous avons cité plus haut. Ensuite, nous avons le récit de Marc : Marc 11, 1-12. Lorsqu'ils approchèrent de Jérusalem, de Bethphagé et de Béthanie, de la montagne des oliviers, il envoya deux de ses disciples et leur dit : Allez au village, en face de vous. Et aussitôt que vous y entrerez, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel personne ne s'est jamais assis, détachez-le et apportez-le. Et si quelqu'un vous dit : "Pourquoi faites-vous cela ? Dites : "Parce que le Seigneur a besoin de lui, et aussitôt il le renverra ici. Et ils allèrent trouver l'ânon attaché à la porte, dehors, sur la route, et ils le détachèrent. Et quelques-uns de ceux qui se tenaient là leur dirent : Que faites-vous, en détachant l'ânon ? Ils leur répondirent comme Jésus le leur avait dit, et ils le relâchèrent. Et ils amenèrent l'ânon à Jésus, et ils y jetèrent leurs vêtements. Mais d'autres coupèrent des branches des champs et les étendirent sur le chemin. Et ceux qui précédaient et ceux qui suivaient criaient : Hosanna, béni soit celui qui vient au nom du Seigneur, béni soit le royaume qui vient, de notre père David ! Hosanna au plus haut des cieux ! Il entra dans Jérusalem, dans le temple, et regarda tout autour de lui, et comme il faisait déjà nuit, il sortit à Béthanie avec les douze. Et le lendemain, quand ils sortirent de Béthanie, il eut faim. Puis, après l'affaire du figuier desséché, ils arrivèrent à Jérusalem. Il entra dans le temple et se mit à chasser les vendeurs. Luc raconte ainsi : Luc 19:29 Lorsqu'il approcha de Bethphagé et de Béthanie, sur le mont appelé Mont des Oliviers, il envoya deux de ses disciples, en disant : Allez au village qui est en face de vous ; quand vous y serez entrés, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel personne n'a jamais pris de repas ; détachez-le et amenez-le. Et si quelqu'un vous demande : Pourquoi le détachez-vous ? Vous direz alors : Le Seigneur a besoin de lui. Et les disciples allèrent et trouvèrent comme il leur avait dit. Lorsqu'ils eurent perdu l'ânon, ses propriétaires leur dirent : "Pourquoi avez-vous perdu l'ânon ? Ils l'amenèrent à Jésus, et ils jetèrent leurs vêtements sur l'ânon, sur lequel ils mirent Jésus. Et comme il allait, ils jetèrent leurs vêtements sur le chemin. Comme il approchait, et qu'il était maintenant à la descente du Mont des Oliviers, toute la foule des disciples se mit à se réjouir et à louer Dieu à haute voix pour toutes les merveilles qu'ils avaient vues, en disant : Béni soit le Roi au nom du Seigneur, paix au ciel et gloire au plus haut des cieux. Et quelques-uns des pharisiens de la foule lui dirent : Maître, réprimande tes disciples. Il répondit : Je vous le dis, si ceux-ci se taisent, les pierres crieront. Et quand Il s'approcha, Il vit la ville et pleura sur elle, et ainsi de suite, comme nous l'avons cité plus haut. Jean, au contraire, après avoir donné un récit presque identique à celui-ci, jusqu'à : "Et Jésus monta à Jérusalem, et il trouva dans le temple ceux qui vendaient des boeufs et des brebis", donne un second récit d'une montée du Seigneur à Jérusalem, puis raconte le souper à Béthanie six jours avant la Pâque, au cours duquel Marthe a servi et Lazare était à table. Le lendemain, Jean 12:12-15, une grande foule qui était venue à la fête, ayant appris que Jésus venait à Jérusalem, prit des branches de palmier et sortit à sa rencontre ; et ils crièrent : Hosanna, béni soit le Roi d'Israël au nom du Seigneur. Et Jésus, ayant trouvé un jeune âne, s'assit dessus, comme il est écrit : "Ne crains point, fille de Sion ; voici ton Roi qui vient, assis sur un ânon. J'ai écrit de longs passages des Évangiles, mais j'ai pensé qu'il était nécessaire de le faire, afin de montrer la divergence de cette partie de notre Évangile. Trois des Evangiles situent ces incidents, que nous sommes censés être les mêmes que ceux relatés par Jean, dans le cadre d'une visite du Seigneur à Jérusalem. Jean, en revanche, les situe dans le cadre de deux visites très éloignées l'une de l'autre et entre lesquelles se sont déroulés divers voyages du Seigneur en d'autres lieux. Je pense qu'il est impossible pour ceux qui n'admettent rien de plus que l'histoire dans leur interprétation de montrer que ces déclarations divergentes sont en harmonie les unes avec les autres. Si quelqu'un considère que nous n'avons pas fait une bonne exposition, qu'il écrive une réplique motivée à cette déclaration qui est la nôtre.



16. L'histoire de la purge du Temple spiritualisé. Pris littéralement, il présente des caractéristiques très difficiles et peu probables.


Nous exposerons cependant, selon la force qui nous est donnée, les raisons qui nous poussent à reconnaître ici une harmonie ; et ce faisant, nous implorons Celui qui donne à quiconque demande et s'efforce avec acuité d'enquêter, et nous frappons pour que par les clés de la connaissance supérieure les choses cachées de l'Ecriture nous soient ouvertes. Et d'abord, fixons notre attention sur les paroles de Jean, commençant ainsi : "Et Jésus monta à Jérusalem. Jean 2:13 Or, Jérusalem, comme le Seigneur lui-même l'enseigne dans l'Evangile selon Matthieu, Matthieu 5:35 est la ville du grand Roi. Elle n'est ni en dépression, ni en situation d'infériorité, mais elle est bâtie sur une haute montagne, et il y a des montagnes tout autour, et la participation de celle-ci est au même endroit, et là les tribus du Seigneur sont montées, témoignage pour Israël. Mais cette ville est aussi appelée Jérusalem, à laquelle aucun de ceux qui sont sur la terre ne monte ni n'entre ; mais toute âme qui possède par nature une certaine élévation et une certaine acuité pour percevoir les choses de l'esprit est citoyenne de cette ville. Et il est possible qu'un habitant de Jérusalem soit dans le péché (car il est possible que même les esprits les plus aigus pèchent), s'il ne se retourne pas rapidement après son péché, lorsqu'il a perdu la force de son esprit et qu'il est sur le point non seulement d'habiter dans l'une de ces villes étranges de Judée, mais même d'être inscrit comme citoyen de cette ville. Jésus monte à Jérusalem, après avoir porté secours à ceux de Cana de Galilée, puis descend à Capharnaüm, afin de faire à Jérusalem les choses qui sont écrites. Il trouve dans le temple, certes, qui est dit être la maison du Père du Sauveur, c'est-à-dire dans l'église ou dans la prédication de la parole ecclésiastique et sonore, certains qui font de la maison de son Père une maison de marchandises. Et à tout moment, Jésus en trouve de ce genre dans le temple. Car dans ce qu'on appelle l'église, qui est la maison du Dieu vivant, la colonne et la base de la vérité, 1 Timothée 3:15, quand ne sont pas assis des changeurs qui ont besoin des coups du fléau que Jésus a fait avec des petits cordons, et des marchands de petites pièces qui ont besoin de faire couler leur argent et de renverser leurs tables ? Quand n'y a-t-il pas ceux qui sont enclins à la marchandise, mais qui ont besoin d'être tenus à la charrue et aux bœufs, afin qu'ayant mis la main à la pâte et ne se tournant pas vers les choses derrière eux, ils soient aptes au royaume de Dieu ? Quand n'y a-t-il pas ceux qui préfèrent le mammon de l'iniquité aux moutons qui leur donnent le matériel pour leur véritable parure ? Et il y en a toujours beaucoup qui méprisent ce qui est sincère et pur, non mêlé d'amertume ou de fiel, et qui, au nom d'un misérable gain, trahissent les soins de ces colombes tropicales. C'est pourquoi, lorsque le Sauveur trouve dans le temple, la maison de son Père, ceux qui vendent des bœufs, des moutons et des colombes, et les changeurs d'argent assis, il les chasse, en utilisant le fléau des petites cordes qu'il a fabriquées, avec les moutons et les bœufs de leur commerce, et verse leur stock de pièces, comme ne méritant pas d'être gardées ensemble, tant cela vaut peu. Il renverse aussi les tables dans les âmes de ceux qui aiment l'argent, en disant même à ceux qui vendent des colombes : "Prenez ces choses, afin qu'elles ne puissent plus circuler dans la maison de Dieu. Mais je crois que par ces paroles, il a également indiqué une vérité plus profonde, et que nous pouvons considérer ces événements comme un symbole du fait que le service de ce temple ne devait plus être assuré par les prêtres à la manière des sacrifices matériels, et que le temps arrivait où la loi ne pouvait plus être observée, quelle que soit la volonté des Juifs selon la chair. En effet, si Jésus a chassé les bœufs et les moutons et ordonné que les colombes soient enlevées, c'est parce que les bœufs, les moutons et les colombes ne devaient plus être sacrifiés là selon les pratiques juives. Et peut-être que les pièces de monnaie qui portaient le sceau des choses matérielles et non celui de Dieu étaient versées en guise de type ; car la loi qui paraît si vénérable, avec sa lettre qui tue, était, maintenant que Jésus était venu et avait utilisé son fléau sur le peuple, à dissoudre et à verser, l'office sacré (l'épiscopat) étant transféré à ceux des païens qui croyaient, et le royaume de Dieu étant enlevé aux Juifs Matthieu 21:43 et donné à une nation qui en produisait les fruits. Mais il se peut aussi que le temple naturel soit l'âme douée de raison, qui, en raison de sa raison innée, est plus élevée que le corps ; auquel Jésus monte de Capharnaüm, le lieu le plus bas et le moins digne, et dans lequel, avant que la discipline de Jésus ne lui soit appliquée, se trouvent des tendances terrestres, insensées et dangereuses, et des choses qui ont le nom mais pas la réalité de la beauté, et qui sont chassés par Jésus avec sa parole tressée de doctrines de démonstration et de réprimande, afin que la maison de son Père ne soit plus une maison de marchandises mais qu'elle reçoive, pour son propre salut et celui des autres, ce service de Dieu qui s'accomplit selon les lois célestes et spirituelles. Le bœuf est le symbole des choses terrestres, car il est un cultivateur. Le mouton, des choses insensées et brutales, car il est plus servile que la plupart des créatures sans raison. De pensées vides et instables, la colombe. Des choses que l'on pense bonnes mais qui ne le sont pas, le petit changement. Si quelqu'un s'oppose à cette interprétation du passage et dit que seuls des animaux purs y sont mentionnés, nous devons dire que le passage aurait autrement un air improbable. L'occurrence est nécessairement liée en fonction des possibilités de l'histoire. Il n'aurait pas pu être raconté qu'un troupeau d'animaux autres que purs avait trouvé l'accès au temple, ni qu'aucun n'y avait été vendu, à l'exception de ceux utilisés pour le sacrifice. L'évangéliste se sert de la pratique connue des marchands à l'époque des fêtes juives ; ils amenaient ces animaux dans la cour extérieure ; cette pratique, avec un fait réel qu'il connaissait, était son matériel. Cependant, quiconque s'y intéresse peut se demander s'il est en accord avec la position de Jésus en ce monde, puisqu'il est réputé être le fils d'un charpentier, de s'aventurer dans un acte tel que celui de chasser une foule de marchands du temple ? Ils étaient venus à la fête pour vendre à un grand nombre de personnes, les brebis, plusieurs myriades en nombre, qu'ils devaient sacrifier selon les maisons de leurs pères. Aux Juifs les plus riches, ils avaient des bœufs à vendre, et il y avait des colombes pour ceux qui avaient fait le voeu de posséder de tels animaux, et beaucoup d'entre eux les achetaient sans doute en vue de leur bonne humeur pendant la fête. Et Jésus n'a-t-il pas fait une chose injustifiable en versant l'argent des changeurs, qui était le leur, et en renversant leurs tables ? Et celui qui a reçu un coup du fléau des petites cordes aux mains de Celui qui n'avait qu'une faible estime, a été chassé du temple, n'aurait pas pu l'attaquer et pousser un cri et se venger de sa propre main, surtout quand il y avait une telle multitude de personnes présentes qui pourraient toutes se sentir insultées par Jésus de la même façon ? De plus, le fait que le Fils de Dieu ait pris les petites cordes dans ses mains et les ait tressés en signe de fléau pour cette expulsion du temple ne dénote-t-il pas de l'audace, de la témérité et même une certaine anarchie ? Un refuge demeure pour l'écrivain qui souhaite défendre ces choses et qui a l'intention de traiter l'événement comme une véritable histoire, à savoir faire appel à la nature divine de Jésus, qui a pu, lorsqu'il l'a voulu, éteindre la colère croissante de ses ennemis, par la grâce divine, pour obtenir le meilleur des myriades et disperser les artifices des hommes tumultueux ; car le Seigneur disperse les conseils des nations et anéantit les artifices des peuples, mais le conseil du Seigneur demeure éternellement. Ainsi l'événement de notre passage, s'il a vraiment eu lieu, n'est pas le second en importance par rapport à la puissance dont il fait preuve à l'égard des oeuvres les plus merveilleuses que le Christ a accomplies, et il n'en revendique pas moins par son caractère divin la foi des spectateurs. On peut montrer qu'il s'agit d'une œuvre plus grande que celle qui a été accomplie à Cana de Galilée, lors de la transformation de l'eau en vin ; car dans ce cas, seule la matière sans âme a été changée, mais ici, c'était l'âme et la volonté de milliers d'hommes. Il faut cependant noter qu'au mariage, la mère de Jésus serait présente, et que Jésus aurait été invité, ainsi que ses disciples, mais que personne d'autre que Jésus ne serait descendu à Capharnaüm. Ses disciples, cependant, apparaissent ensuite comme présents avec Lui ; ils se sont souvenus que le zèle de votre maison me dévorera. Et peut-être Jésus était-il dans chacun des disciples lorsqu'il est monté à Jérusalem, d'où il n'est pas dit que Jésus est monté à Jérusalem et ses disciples, mais qu'il est descendu à Capharnaüm, lui et sa mère, ses frères et ses disciples.



17. Histoire de l'entrée de Matthieu à Jérusalem. Difficultés rencontrées par ceux qui le prennent au pied de la lettre.


Nous devons maintenant prendre en considération les déclarations des autres évangiles sur l'expulsion du temple de ceux qui en ont fait une maison de marchandises. Prenons en premier lieu ce que nous trouvons dans Matthieu. En entrant dans Jérusalem, le Seigneur dit : "Toute la ville s'agita, en disant : Qui est celui-ci ? Mais avant cela, il a l'histoire de l'âne et du poulain qui ont été pris par ordre du Seigneur et trouvés par les deux disciples qu'il avait envoyés de Bethphagé dans le village d'en face. Ces deux disciples ont détaché l'âne qui était attaché, et ils ont ordre, si quelqu'un leur dit quelque chose, de répondre que le Seigneur a besoin d'eux ; et aussitôt il les enverra. Par ces incidents, Matthieu déclare que la prophétie s'est accomplie et qu'elle dit : "Voici que le roi vient, doux et assis sur un âne et un ânon, le petit d'une ânesse, que nous trouvons à Zacharie. Zacharie 9:9 Les disciples s'en allèrent donc et firent ce que Jésus leur avait ordonné ; ils amenèrent l'âne et l'ânon, et ils mirent sur eux, dit-il, leurs propres vêtements, et le Seigneur s'assit sur eux, clairement sur l'âne et l'ânon. Alors la plus grande partie de la foule étendit ses vêtements sur le chemin, et d'autres coupèrent des branches des arbres et les répandirent sur le chemin, et la foule qui précédait et celle qui suivait criait : Hosanna au Fils de David, béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Hosanna au plus haut des cieux. C'est pourquoi, lorsqu'il entra dans Jérusalem, toute la ville fut émue, en disant : "Qui est-ce ?" et la foule dit, à ceux qui manifestement marchaient devant lui et qui le suivaient, à ceux qui demandaient qui il était : "C'est le prophète Jésus de Nazareth de Galilée. Jésus entra dans le temple, et il chassa tous ceux qui vendaient et achetaient dans le temple ; il renversa les tables des changeurs et les sièges des vendeurs de pigeons ; et il leur dit : Il est écrit : Ma maison sera appelée maison de prière ; mais vous, vous en faites une caverne de brigands. Demandons à ceux qui considèrent que Matthieu n'avait que l'histoire en tête lorsqu'il a écrit son Evangile, quelle était la nécessité pour deux des disciples d'être envoyés au village, en face de Bethphagé, pour trouver un âne attaché et son ânon avec lui et pour les détacher et les amener ? Et comment méritait-il d'être consigné qu'il s'était assis sur l'âne et le poulain et qu'il était entré dans la ville ? Et comment Zacharie prophétise-t-il sur le Christ quand il dit : Zacharie 9:9 Réjouis-toi, fille de Sion, proclame-le, fille de Jérusalem. Voici que ton roi vient à toi, il est juste et apporte le salut, il est doux et assis sur un âne et un jeune poulain ? Si cette prophétie prédit simplement l'incident matériel décrit par les évangélistes, comment ceux qui se tiennent sur la lettre peuvent-ils soutenir qu'il en est ainsi en ce qui concerne la partie suivante de la prophétie, qui se déroule également : Il fera périr les chars d'Éphraïm et les chevaux de Jérusalem, l'arc du guerrier sera détruit, et une multitude et la paix des païens, et Il dominera sur les eaux jusqu'à la mer, et les fleuves jusqu'aux extrémités de la terre, etc. Il est à noter également que Matthieu ne donne pas les paroles telles qu'elles se trouvent dans le prophète, car au lieu de se réjouir grandement, toi, fille de Sion, proclame-le, toi, fille de Jérusalem, il le fait, Dis-le à la fille de Sion. Il réduit l'énoncé prophétique en omettant les mots : "Il est juste et apporte le salut", puis il donne, doux et assis, comme dans l'original, mais au lieu de donner sur un âne et un jeune ânon, il donne, sur un âne et un jeune ânon, le poulain d'un âne. Les Juifs, en examinant l'application de la prophétie à ce qui est enregistré à propos de Jésus, nous pressent d'une manière que nous ne pouvons pas négliger avec l'enquête sur la façon dont Jésus a détruit les chars d'Ephraïm et les chevaux de Jérusalem, et comment Il a détruit l'arc de l'ennemi et a accompli les autres actes mentionnés dans le passage. Voilà pour ce qui est de la prophétie. Nos interprètes littéraux, cependant, s'il n'y a rien de digne de l'apparition du Fils de Dieu dans l'âne et le poulain, peuvent peut-être indiquer la longueur du chemin pour une explication. Mais, en premier lieu, quinze étapes ne sont pas une grande distance et ne permettent pas une explication raisonnable de la question, et, en second lieu, ils devraient nous dire comment il a fallu deux bêtes de somme pour un si court voyage ; Il s'est assis, dit-on, sur elles. Et puis les mots : Si quelqu'un vous dit quelque chose, dites que le Seigneur a besoin d'elles, et aussitôt il les enverra. Il ne me semble pas digne de la grandeur de la divinité du Fils de dire qu'une nature telle que la sienne a confessé avoir besoin d'un âne pour se libérer de ses liens et d'un poulain pour venir avec lui ; car tout ce dont le Fils de Dieu a besoin doit être grand et digne de Sa bonté. Et alors la très grande foule jette ses vêtements sur le chemin, tandis que Jésus les laisse faire et ne les réprimande pas, comme il ressort des paroles utilisées dans un autre passage, Luc 19:40 Si ceux-ci se taisent, les pierres crieront. Je ne sais pas si cela n'indique pas un certain degré de stupidité de la part de l'écrivain de prendre plaisir à de telles choses, si elles ne signifient rien de plus que ce qui se trouve à la surface. Et les branches coupées des arbres et éparpillées sur la route où passent les ânes, sont sûrement plutôt un obstacle pour Celui qui est au centre de la foule qu'une réception bien pensée de Sa part. Les difficultés que nous avons rencontrées de la part de ceux qui ont été chassés du temple par Jésus nous rencontrent ici à un degré encore plus élevé. Dans l'Évangile de Jean, il chasse ceux qui ont acheté, mais Matthieu dit qu'il chasse ceux qui ont vendu et ceux qui ont acheté dans le temple. Et les acheteurs seraient naturellement plus nombreux que les vendeurs. Nous devons nous demander si l'expulsion des acheteurs et des vendeurs dans le temple n'était pas contraire à la réputation de celui que l'on croyait être le fils d'un charpentier, à moins que, comme nous l'avons dit précédemment, ce ne soit par une puissance divine qu'Il les a soumis. Les paroles qui leur sont adressées sont, elles aussi, plus dures chez les autres évangélistes que chez Jean. Car Jean dit que Jésus leur a dit : "Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de marchandises", tandis que dans les autres, on leur reproche de faire de la maison de prière un repaire de brigands. Or, la maison de son Père n'a pas admis avoir été transformée en repaire de brigands, bien que par les actes des hommes pécheurs elle ait été amenée à être une maison de marchandises. Elle n'était pas seulement la maison de prière, mais en fait la maison de Dieu, et par la force de la négligence humaine, elle abritait des voleurs, et elle fut transformée non seulement en leur maison mais aussi en leur repaire - une chose qu'aucune compétence, ni de l'architecture ni de la raison, ne pouvait faire.



18. L'âne et l'ânon sont l'Ancien et le Nouveau Testament. Signification spirituelle des différents éléments de l'histoire. Différences entre le récit de Jean et celui des autres évangélistes.


Maintenant, pour voir la vérité réelle de ces questions, il faut voir la partie de cette intelligence véritable qui est donnée à ceux qui peuvent dire : 1 Corinthiens 2:16 Mais nous avons l'intelligence du Christ pour voir les choses qui nous sont données gratuitement par Dieu ; et sans doute cela dépasse nos pouvoirs. En effet, le principe directeur de notre âme n'est pas exempt d'agitation, et nos yeux ne sont pas non plus comme ceux de la belle épouse du Christ, dont l'époux dit : Cantique des Cantiques 1:15 Vos yeux sont des colombes, ce qui signifie peut-être, par une énigme, la puissance observatrice qui réside dans le spirituel, car le Saint-Esprit est venu comme une colombe à notre Seigneur et au seigneur en chacun. Cependant, tels que nous sommes, nous ne tarderons pas, mais nous ressentirons les paroles de vie qui nous ont été dites et nous nous efforcerons de saisir en elles cette puissance qui s'écoule vers celui qui les touche dans la foi. Or, Jésus est la parole de Dieu qui entre dans l'âme qui s'appelle Jérusalem, montée sur l'âne libéré de ses liens par les disciples. C'est-à-dire sur le langage simple de l'Ancien Testament, interprété par les deux disciples qui le libèrent : en premier lieu celui qui applique ce qui est écrit au service de l'âme et en montre le sens allégorique par rapport à elle, et en second lieu celui qui met en lumière par les choses qui se trouvent dans l'ombre les choses bonnes et vraies de l'avenir. Mais il monte aussi sur le jeune poulain, le Nouveau Testament ; car dans les deux, nous trouvons la parole de vérité qui nous purifie et chasse en nous toutes ces pensées qui tendent à vendre et à acheter. Mais il ne vient pas seul à Jérusalem, l'âme, ni seulement avec quelques compagnons ; car il faut que beaucoup de choses entrent en nous avant la parole de Dieu qui nous rend parfaits, et que autant de choses viennent après lui, tous cependant, le hymnant et le glorifiant et mettant sous lui leurs ornements et leurs vestes, afin que les bêtes qu'il monte ne touchent pas la terre, quand celui qui est descendu du ciel est assis sur elles. Mais pour que ses porteurs, les anciennes et les nouvelles paroles de l'Écriture, soient élevés encore plus haut au-dessus du sol, il faut couper les branches des arbres pour qu'ils puissent marcher sur des expositions raisonnables. Mais les multitudes qui le précèdent et le suivent peuvent aussi signifier les ministères angéliques, dont certains préparent le chemin pour lui dans nos âmes et aident à leur parure, tandis que d'autres viennent après sa présence en nous, dont nous avons souvent parlé, de sorte que nous n'avons pas besoin maintenant d'en rendre témoignage. Et ce n'est peut-être pas sans raison que j'ai comparé à un âne les voix environnantes qui conduisent la Parole elle-même à l'âme ; car c'est une bête de somme, et nombreux sont les fardeaux, les charges lourdes, qui sont mis en évidence par le texte, surtout de l'Ancien Testament, car il voit bien qui observe ce qui se fait à ce propos de la part des juifs. Mais le poulain n'est pas une bête de somme au même titre que l'âne. En effet, si chaque plomb de ce dernier est lourd pour ceux qui n'ont pas en eux-mêmes la force portante et la plus éclairante de l'Esprit, la parole nouvelle est cependant moins lourde que l'ancienne. Je connais certains qui interprètent l'âne attaché comme étant des croyants issus de la circoncision, qui sont libérés de nombreux liens par ceux qui sont vraiment et spirituellement instruits de la parole ; et les poulains qu'ils prennent pour être ceux des païens, qui avant de recevoir la parole de Jésus sont libres de tout contrôle et ne sont soumis à aucun joug dans leur existence débridée et plaisante. Les écrivains dont je parle ne disent pas qui sont ceux qui précèdent et qui suivent ; mais il ne serait pas absurde de dire que ceux qui ont précédé étaient comme Moïse et les prophètes, et ceux qui ont suivi les saints Apôtres. Il nous appartient maintenant de savoir dans quelle Jérusalem vont tous ces gens, et quelle est la maison qui a beaucoup de vendeurs et d'acheteurs à chasser par le Fils de Dieu. Et peut-être que la Jérusalem au-dessus de laquelle le Seigneur doit monter en conduisant comme un charioteur les circoncis et les croyants des païens, tandis que les prophètes et les apôtres le précèdent et le suivent (ou bien est-ce les anges qui le servent, car eux aussi peuvent être visés par ceux qui le précèdent et ceux qui le suivent), peut-être est-ce cette ville qui, avant qu'il n'y monte, contenait ce qu'on appelle les Ephésiens 6 : 12 armées spirituelles de méchanceté dans les lieux célestes, ou les Cananéens, les Hittites, les Amorites et les autres ennemis du peuple de Dieu, et en un mot, les étrangers. Car dans cette région aussi, il a été possible que s'accomplisse la prophétie qui dit : Esaïe 1:7 Ton pays est dévasté, tes villes sont brûlées par le feu, ton pays, des étrangers le dévorent en ta présence. Car ce sont eux qui se souillent et se transforment en un repaire de brigands, c'est-à-dire en la maison céleste du Père, la sainte Jérusalem, la maison de prière ; ils ont de l'argent factice, et ils donnent des pence et de la petite monnaie, des pièces sans valeur, à tous ceux qui viennent à eux. Ce sont eux qui, aux prises avec les âmes, leur prennent ce qu'il y a de plus précieux, les dépouillent de leur meilleure part pour leur rendre ce qui ne vaut rien. Mais les disciples vont trouver l'âne attaché et le détachent, car il ne peut avoir Jésus à cause de la couverture que lui impose la loi. 2 Corinthiens 3:14 Et l'ânon se trouve avec elle, les deux ayant été perdus jusqu'à la venue de Jésus ; je veux dire, à savoir, ceux des circoncis et ceux des païens qui ont cru par la suite. Mais comment ceux-ci sont-ils renvoyés après que Jésus soit monté à Jérusalem assis sur eux, c'est un peu dangereux à dire ; car il y a quelque chose de mystique dans cette histoire, en rapport avec la transformation des saints en anges. Après ce changement, ils seront renvoyés, dans l'âge qui suivra celui-ci, comme les esprits tutélaires, Hébreux 1:11, qui sont envoyés pour faire du service à cause de ceux qui hériteront ainsi du salut. Mais si l'âne et le poulain sont les anciennes et les nouvelles Ecritures, sur lesquelles la Parole de Dieu chevauche, il est facile de voir comment, après que la Parole leur soit apparue, ils sont renvoyés et n'attendent pas que la Parole soit entrée à Jérusalem parmi ceux qui ont chassé toutes les pensées de vente et d'achat. Je considère aussi qu'il n'est pas sans importance que le lieu où l'âne a été trouvé attaché, et le poulain, était un village, et un village sans nom. Car en comparaison avec le grand monde céleste, la terre entière est un village où l'âne est trouvé attaché et le poulain, et il est simplement appelé le village sans qu'aucune autre désignation ne lui soit ajoutée. De Bethphage, Matthieu dit que les disciples sont envoyés pour aller chercher l'âne et l'ânon ; et Bethphage est un lieu sacerdotal, dont le nom signifie "Maison des os de la mâchoire". Nous avons beaucoup parlé du texte de Matthieu, comme notre pouvoir nous l'a permis, en réservant pour une prochaine occasion, lorsque nous pourrons reprendre l'Évangile de Matthieu seul, une discussion plus complète et plus précise de ses déclarations. Marc et Luc disent que les deux disciples, agissant sur les instructions de leur Maître, ont trouvé un poulain attaché, sur lequel personne ne s'était jamais assis, et qu'ils l'ont détaché et apporté au Seigneur. Marc ajoute qu'ils ont trouvé le poulain attaché à la porte, dehors sur la route. Mais qui est dehors ? Ceux des païens qui étaient étrangers aux alliances (Ephésiens 2:12), et étrangers à la promesse de Dieu ; ils sont en chemin, ne se reposant pas sous un toit ou une maison, liés par leurs propres péchés, et devant être déliés par la double connaissance dont il a été question plus haut, des amis de Jésus. Et les liens auxquels le poulain était lié, et les péchés commis contre la loi saine et réprouvés par elle - car elle est la porte de la vie - à son égard, je dis qu'ils n'étaient pas à l'intérieur mais à l'extérieur de la porte, car peut-être qu'à l'intérieur de la porte il ne peut y avoir un tel lien de méchanceté. Mais il y avait des personnes qui se tenaient à côté du poulain attaché, comme le dit Marc ; ceux, je suppose, qui l'avaient attaché ; comme Luc le rapporte, ce sont les maîtres du poulain qui ont dit aux disciples : "Pourquoi détachez-vous le poulain ? Car les seigneurs qui ont soumis et lié le pécheur sont des maîtres illégaux et ne peuvent pas regarder le vrai maître en face lorsqu'il libère le poulain de ses liens. Ainsi, lorsque les disciples disent : "Le Seigneur a besoin de lui", ces maîtres méchants n'ont rien à répondre. Les disciples amènent alors le poulain nu à Jésus, et lui mettent leur propre robe, afin que le Seigneur puisse s'asseoir à son aise sur les vêtements des disciples qui sont dessus. Ce qui est dit plus loin ne présentera, à la lumière des déclarations de Matthieu, aucune difficulté ; comment Marc 11:15 Ils arrivent à Jérusalem, et entrant dans le temple, il commença à chasser ceux qui vendaient et achetaient dans le temple, ou comment Luc 19:41 Quand il s'approcha et vit la ville, il pleura sur elle ; et entrant dans le temple, il commença à chasser ceux qui vendaient. En entrant dans le temple, il commença à chasser ceux qui vendaient. En effet, il chassa tous ceux qui vendaient et achetaient dans le temple pour les uns, mais pour les autres qui n'obéissaient pas à la parole de Dieu, il commença seulement à chasser les vendeurs et les acheteurs. Il y a aussi une troisième classe, dans laquelle Il a commencé à chasser les vendeurs seulement, et pas aussi les acheteurs. Avec Jean, au contraire, ils sont tous chassés par le fléau tissé de petits cordons, avec les moutons et les boeufs. Il convient d'examiner attentivement s'il est possible que les changements des choses décrites et les divergences qu'on y trouve puissent être résolus de manière satisfaisante par la méthode anagogique. Chacun des évangélistes attribue à la Parole des modes d'action différents, qui produisent dans des âmes de tempéraments différents non pas les mêmes effets mais des effets similaires. La divergence que nous avons constatée en ce qui concerne les voyages de Jésus à Jérusalem, que l'Évangile maintenant en main rapporte de manière très différente des trois autres, comme nous avons exposé leurs paroles, ne peut être comblée d'aucune autre manière. Jean donne des déclarations qui sont similaires à celles des trois autres mais pas identiques ; au lieu de branches coupées des arbres ou de chaumes apportées des champs et éparpillées sur la route, il dit qu'ils ont pris des branches de palmiers. Il dit que beaucoup de gens étaient venus à la fête, et que ceux-ci sont sortis à sa rencontre en criant : "Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur, et béni soit le roi d'Israël. Il dit aussi que c'est Jésus lui-même qui a trouvé le jeune âne sur lequel le Christ était assis, et l'expression "jeune âne" a sans doute une signification supplémentaire, car le petit animal n'a pas profité aux hommes, ni par les hommes, mais par Jésus-Christ. Jean d'ailleurs, pas plus que les autres, ne reproduit exactement les paroles prophétiques ; à leur place, il nous donne Ne crains rien, fille de Sion ; voici que ton Roi vient assis (au lieu d'être monté) sur le poulain d'un âne (car sur un âne et un jeune poulain). Les mots "Ne crains pas, fille de Sion" ne sont pas du tout dans le prophète. Mais comme la parole prophétique a été appliquée par tous de cette façon, voyons s'il n'était pas nécessaire que la fille de Sion se réjouisse beaucoup et que la plus grande d'entre elles, la fille de Jérusalem, non seulement se réjouisse beaucoup, mais aussi qu'elle le proclame lorsque son roi viendra chez elle, juste et porteur de salut, et doux, ayant monté un âne et un jeune ânon. Celui qui le recevra n'aura donc plus peur de ceux qui sont armés des discours spécieux des hétérodoxes, de ces chars d'Ephraïm que l'on dit détruits par l'Eternel, Zacharie 9,10, ni du cheval, vaine sécurité, c'est-à-dire du désir fou qui s'est habitué aux choses de sens et qui est nuisible à beaucoup de ceux qui désirent habiter Jérusalem et s'occuper de la parole saine. Il convient également de se réjouir de la destruction par Celui qui monte sur l'âne et le jeune poulain de toute fléchette hostile, puisque les fléchettes enflammées de l'ennemi ne doivent plus l'emporter sur celui qui a reçu Jésus dans son propre temple. Et il y aura aussi une multitude de païens en paix Zacharie 9:9-10 lors de la venue du Sauveur à Jérusalem, quand Il règnera sur les eaux pour écraser la tête du dragon sur l'eau, et nous foulerons les flots de la mer et l'embouchure de tous les fleuves de la terre. Cependant, Marc, en écrivant sur le poulain, rapporte que le Seigneur a dit : "Sur lequel jamais homme ne s'est assis" ; et il me semble faire allusion à la circonstance que ceux qui ont cru par la suite ne s'étaient jamais soumis à la Parole avant la venue de Jésus. Car, peut-être que personne n'a jamais pris place sur le poulain, mais que des cœurs ou des puissances étrangères à la Parole en ont pris place, puisque dans le prophète Esaïe, la richesse des puissances opposées est, dit-on, portée sur des ânes et des chameaux. Esaïe 30:6 Dans la détresse et l'affliction, écrit-il, le lion et le lionceau, d'où aussi la progéniture des aspics volants, qui portaient leurs richesses sur des ânes et des chameaux. La question se pose à nouveau, pour ceux qui n'ont d'esprit que pour les mots crus, de savoir si, selon eux, les mots, sur lesquels l'homme ne s'est jamais assis, ne sont pas tout à fait dénués de sens. Pour qui d'autre qu'un homme s'est-il jamais assis sur un poulain ? Voilà notre point de vue.



19. Diverses opinions d'Heracleon sur la purge du Temple.


Voyons ce qu'Heracleon en pense. Il dit que la montée à Jérusalem signifie que le Seigneur passe des choses matérielles au lieu spirituel, qui est une ressemblance de Jérusalem. Et il considère que les mots sont : "Il a trouvé dans le temple, et non dans le sanctuaire", parce que le Seigneur ne doit pas être compris comme instrument de cet appel seulement, qui a lieu là où l'esprit n'est pas. Il considère que le temple est le Saint des Saints, dans lequel nul autre que le Grand Prêtre n'entre, et là je crois qu'il dit que le spirituel va ; tandis que la cour du temple, où les lévites entrent également, est un symbole de ces psychiques qui sont sauvés, mais en dehors du Plérôme. Puis ceux qui se trouvent dans le temple, vendant des bœufs, des moutons et des colombes, et les changeurs assis, il a pris pour représenter ceux qui n'attribuent rien à la grâce, mais considèrent l'entrée des étrangers dans le temple comme une question de marchandise et de gain, et qui font les sacrifices pour le culte de Dieu, en vue de leur propre gain et de l'amour de l'argent. Et le fléau que Jésus a fait de petits cordons et qu'il n'a pas reçu d'un autre, il l'expose d'une manière qui lui est propre, en disant que le fléau est une image de la puissance et de l'énergie du Saint-Esprit, chassant par son souffle ceux qui sont mauvais. Et il déclare que le fléau, le linge, la serviette et d'autres choses de ce genre sont symboliques de la puissance et de l'énergie du Saint-Esprit. Puis il assume ce qui n'est pas écrit, comme le fait que le fléau était attaché à un morceau de bois, et ce bois qu'il prend pour une sorte de croix ; sur ce bois les joueurs, les marchands, et tout le mal a été cloué et éliminé. En étudiant l'acte de Jésus, et en discutant de la composition du fléau à partir de deux substances, il fait l'amour d'une manière extraordinaire ; il ne l'a pas fabriqué, dit-il, à partir de cuir mort. Il a voulu faire de l'Église non plus un repaire de voleurs, mais la maison de son Père. Il faut dire ici ce qui est le plus nécessaire sur la divinité, telle qu'elle est évoquée dans le texte d'Heracleon. Si Jésus appelle le temple de Jérusalem la maison de son Père, et que ce temple a été fait en l'honneur de Celui qui a fait le ciel et la terre, pourquoi ne nous dit-on pas tout de suite qu'il n'est le Fils de personne d'autre que le Créateur du ciel et de la terre, qu'il est le Fils de Dieu ? Dans cette maison du Père de Jésus, qui est la maison de prière, les Apôtres du Christ aussi, comme nous le trouvons dans leurs Actes, se font dire par l'ange Actes 5:20 d'aller et de se tenir là et de prêcher toutes les paroles de cette vie. Mais ils sont venus à la maison de prière, par la Belle Porte, pour y prier, ce qu'ils n'auraient pas fait s'ils n'avaient pas su qu'il était le même que le Dieu adoré par ceux qui avaient consacré ce temple. C'est pourquoi ils disent aussi, ceux qui ont obéi à Dieu plutôt qu'aux hommes, Pierre et les Apôtres, que le Dieu Actes 5:29-30 de nos Pères a ressuscité Jésus, que vous avez tué, en le suspendant au bois ; car ils savent que Jésus n'a été ressuscité des morts par aucun autre Dieu que le Dieu des pères, que Jésus exalte aussi comme le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, qui ne sont pas morts mais vivants. Comment les disciples auraient-ils pu, eux aussi, si la maison n'était pas celle du même Dieu que le Dieu du Christ, se souvenir de la parole du Psaume soixante-neuvième : "Le zèle de ta maison me dévorera ; car c'est ainsi qu'il se trouve dans le prophète, et il ne m'a pas dévoré. Or, le Christ est surtout zélé pour cette maison de Dieu qui est en chacun de nous ; il ne veut pas qu'elle soit une maison de marchandises, ni que la maison de prière soit un repaire de brigands, car il est le Fils d'un Dieu jaloux. Nous devons donner une interprétation libérale à de telles paroles de l'Ecriture ; elles parlent des choses humaines, mais à la manière d'une métaphore, pour montrer que Dieu désire que rien d'étranger ne soit mêlé à sa volonté dans l'âme de tous les hommes, en effet, mais principalement de ceux qui sont disposés à accepter le message de notre foi la plus divine. Mais nous devons nous rappeler que le soixante-neuvième Psaume, qui contient les mots : "Le zèle de ta maison me dévorera", et un peu plus loin : "Ils m'ont donné du fiel pour ma boisson et pour ma soif ils m'ont donné du vinaigre", les deux textes étant consignés dans les Évangiles, que ce Psaume est prononcé en la personne du Christ, et qu'il ne montre nulle part un changement de personne. Cela montre un grand manque d'observation de la part d'Heracleon, qui considère les mots : "Le zèle de ta maison me dévorera", comme étant prononcés en la personne des puissances qui ont été chassées et détruites par le Sauveur ; il ne voit pas le lien entre la prophétie du Psaume. Car si ces paroles sont comprises comme étant prononcées par les puissances expulsées et détruites, il s'ensuit qu'il doit prendre les paroles : Ils m'ont donné à boire du vinaigre, qui font partie du même psaume, pour être prononcées également par ces puissances. Ce qui l'a induit en erreur, c'est probablement qu'il ne pouvait pas comprendre comment les "me dévoreront" pouvaient être prononcées par le Christ, car il n'appréciait pas la manière dont les déclarations anthropopathiques sont appliquées à Dieu et au Christ.



20. Le temple que le Christ dit qu'il va élever est l'Église. Comment les os desséchés seront amenés à revivre.


Les Juifs lui répondirent alors et lui dirent : "Quel signe nous montres-tu, en voyant que tu fais ces choses ? Jean 2:18-19 Jésus leur répondit : Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. Ceux du corps, et ceux qui sont enclins aux choses matérielles, me semblent être visés par les Juifs, qui, après que Jésus a chassé ceux qui font de la maison de Dieu une maison de marchandises, sont en colère contre Lui pour avoir traité ces questions de cette manière, et exigent un signe, un signe qui montrera que la Parole, qu'ils ne reçoivent pas, a le droit de faire de telles choses. Le Sauveur ajoute à sa déclaration sur le temple une déclaration qui ne fait qu'un avec la première, sur son propre corps, et à la question : "Quel signe faites-vous, en voyant que vous faites de telles choses ? Réponses : "Détruisez ce temple, et dans trois jours, je le relèverai. Il aurait pu montrer mille autres signes, mais à la question "Quel signe faites-vous, puisque vous faites de telles choses ?", il ne pouvait répondre à rien d'autre ; il a donné une réponse appropriée sur le signe lié au temple, et non sur les signes sans lien avec le temple. Or, ces deux choses, le temple et le corps de Jésus, m'apparaissent, dans une interprétation au moins, comme des types d'Église, et pour signifier qu'elle est construite de pierres vivantes, 1 Pierre 2:5 une maison spirituelle pour un saint sacerdoce, a construit Éphésiens 2:20 sur le fondement des Apôtres et des prophètes, Jésus-Christ étant la pierre angulaire de la tête ; et elle est donc appelée un temple. Or, d'après le texte, 1 Corinthiens 12 : 27 Vous êtes le corps du Christ, et membres chacun dans sa partie, nous voyons que même si l'harmonie des pierres du temple semble se dissoudre et se disperser, comme il est écrit dans le vingt-deuxième psaume que tous les os du Christ sont, par les complots qui lui sont opposés dans les persécutions et les afflictions, de la part de ceux qui luttent contre l'unité du temple dans les persécutions. Pourtant, le temple sera ressuscité, et le corps ressuscitera le troisième jour après le jour du mal qui le menace, et le jour de la consommation qui suit. Car le troisième jour se lèvera sur le nouveau ciel et la nouvelle terre, quand ces ossements, toute la maison d'Israël, Ezéchiel 37:11 se lèvera au grand jour, la mort ayant été vaincue. Et ainsi la résurrection du Sauveur de la passion de la croix contient le mystère de la résurrection de tout le corps du Christ. Mais, de même que ce corps matériel de Jésus a été sacrifié pour le Christ, qu'il a été enseveli, puis ressuscité, de même tout le corps des saints du Christ est crucifié avec lui, et ne vit plus ; pour chacun d'eux, comme Paul, Galates 6:14 ne se glorifie de rien d'autre que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par laquelle il est crucifié pour le monde, et le monde pour lui. Il n'est donc pas seulement crucifié avec le Christ, et crucifié pour le monde ; il est aussi enseveli avec le Christ, car nous avons été ensevelis avec le Christ, dit Paul. Romains 6:4 Puis il dit, comme s'il jouissait d'une résurrection sérieuse : Nous sommes ressuscités avec lui, parce qu'il marche dans une certaine nouveauté de vie, bien qu'il ne soit pas encore ressuscité dans cette résurrection bénie et parfaite qu'on espère. Ou bien il est maintenant crucifié et ensuite enterré, ou bien il est maintenant enterré et descendu de la croix et, étant maintenant enterré, il doit ressusciter à un moment futur. Mais pour la plupart d'entre nous, le mystère de la résurrection est grand et difficile à contempler ; il est évoqué dans de nombreux autres passages de l'Écriture et est spécialement annoncé dans le passage suivant d'Ézéchiel : La main de l'Éternel fut sur moi, et il me conduisit par l'Esprit de l'Éternel, et il me plaça au milieu de la plaine, et elle était remplie d'ossements humains. Il me fit tourner autour d'eux en cercle, et voici qu'ils étaient très nombreux sur la face de la plaine, et voici qu'ils étaient très secs. Et Il me dit : Fils d'homme, ces os vivront-ils ? Et j'ai dit : Seigneur, Seigneur, tu le sais. Et il me dit : Prophétise sur ces os, et tu leur diras : Écoutez la parole de l'Éternel, vous, les os desséchés ! Et un peu plus loin, l'Éternel me dit : Fils d'homme, ces os sont la maison d'Israël. Et ils dirent : Nos os sont desséchés, notre espérance est perdue, nous avons rendu notre dernier soupir. Car quels sont ces os dont on dit : Écoutez la parole de l'Éternel, comme s'ils écoutaient la parole de l'Éternel ? Ils appartiennent à la maison d'Israël, ou au corps de Christ, dont le Seigneur dit : Tous mes os sont dispersés, bien que les os de son corps n'aient pas été dispersés, et qu'aucun d'eux n'ait été brisé. Mais quand la résurrection elle-même aura lieu du vrai corps plus parfait de Christ, alors ceux qui sont maintenant les membres de Christ, car ils seront alors des os secs, seront rassemblés, os à os, et de taille appropriée (car aucun de ceux qui sont démunis de taille appropriée (ἁρμονία) ne viendra à l'homme parfait), à la mesure d'Ephésiens 4:13 de la stature de la plénitude du corps de Christ. Et alors les membres multiples seront un seul corps, tous, bien que nombreux, devenant membres d'un seul corps. Mais il appartient à Dieu seul de faire la distinction entre les pieds, les mains, les yeux, l'ouïe et l'odorat, qui dans un sens remplissent la tête, mais dans un autre les pieds et le reste des membres, et les plus faibles et les plus humbles, les plus et les moins honorables. Dieu tempérera le corps ensemble, et alors, plutôt que maintenant, il donnera à celui qui manque de l'honneur le plus abondant, afin qu'il n'y ait, en aucune façon, de schisme dans le corps, mais que les membres aient les mêmes soins les uns pour les autres, et que, si un membre est aisé, tous les membres puissent participer à ses bonnes choses, ou si un membre est glorifié, tous les membres puissent se réjouir avec lui.



21. Que le Fils a été élevé par le Père. L'accusation portée contre Jésus lors de son procès était basée sur l'incident qui nous occupe actuellement.


Ce que j'ai dit n'est pas étranger au passage qui nous engage maintenant, traitant du temple et de ceux qui en sont chassés, dont le Sauveur dit : "Le zèle de votre maison me dévorera ; et des Juifs qui ont demandé qu'on leur montre un signe, et de la réponse du Sauveur à leur égard, dans laquelle Il combine le discours sur le temple avec celui sur son propre corps, et dit : "Détruisez ce temple et en trois jours je le relèverai. Car de ce temple, qui est le corps du Christ, il faut chasser tout ce qui est irrationnel et les saveurs de la marchandise, afin qu'il ne soit plus une maison de marchandises. Et ce temple doit être détruit par ceux qui complotent contre la Parole de Dieu, et après sa destruction, il doit être ressuscité le troisième jour dont nous avons parlé plus haut ; quand les disciples se souviendront aussi de ce que Lui, la Parole, a dit avant que le temple de Dieu ne soit détruit, et qu'ils croiront, non seulement leur connaissance mais aussi leur foi étant alors rendue parfaite, et cela par la parole que Jésus a prononcée. Et quiconque est de cette nature, Jésus le purifiant, Jean 15:3 met de côté les choses irrationnelles et les choses qui savourent la vente, pour être détruit à cause du zèle du Logos qui est en Lui. Mais elles sont détruites pour être ressuscitées par Jésus, non pas le troisième jour, si nous tenons compte des paroles exactes qui nous sont données, mais dans trois jours. Car la résurrection du temple a lieu le premier jour après sa destruction et le deuxième jour, et sa résurrection s'accomplit en ces trois jours. Il y a donc eu et il y aura une résurrection, si nous avons été ensevelis avec le Christ et si nous sommes ressuscités avec lui. Et puisque la parole "Nous sommes ressuscités avec lui" ne couvre pas toute la résurrection, en Christ tous seront rendus vivants, 1 Corinthiens 15:22-24 mais chacun dans son ordre, Christ les premiers fruits, puis ceux qui sont à Christ à sa venue, et ensuite la fin. Il appartient à la résurrection que l'on soit le premier jour dans le paradis de Dieu, Luc 23:43 et il appartient à la résurrection quand Jésus apparaît et dit : Ne me touchez pas ; car je ne suis pas encore monté vers mon Père, Jean 20:17 mais la perfection de la résurrection était quand il est venu au Père. Maintenant, certains tombent dans la confusion sur cette tête du Père et du Fils, et nous devons leur consacrer quelques mots. Ils citent le texte, 1 Corinthiens 15 : 15 Oui, et nous sommes trouvés de faux témoins de Dieu, parce que nous avons témoigné contre Dieu qu'il a ressuscité le Christ, qu'il n'a pas ressuscité, et d'autres textes semblables qui montrent que le ressuscité est une autre personne que celui qui a été ressuscité ; et le texte "Détruis ce temple et en trois jours je le ressusciterai", comme s'il en résultait que le Fils ne différait pas en nombre du Père, mais que tous deux étaient un, non seulement sur le plan du fond mais aussi sur celui du sujet, et que le Père et le Fils étaient dits différents sous certains aspects, mais non dans leurs hypostases. Contre de tels points de vue, nous devons en premier lieu citer les textes principaux qui prouvent que le Fils est autre que le Père, et que le Fils doit nécessairement être le fils d'un Père, et le Père, le père d'un Fils. Ensuite, nous pouvons très bien nous référer à la déclaration du Christ selon laquelle il ne peut rien faire d'autre que ce qu'il voit le Père faire et dire, Jean 5:19, car quoi que fasse le Père, le Fils le fait aussi de la même manière, et qu'il avait ressuscité les morts, c'est-à-dire le corps, le Père lui accordant cela, qui doit être dit comme ayant été l'agent principal dans la résurrection du Christ d'entre les morts. Mais Heracleon dit : "En trois jours, au lieu du troisième jour, n'ayant pas examiné le point (et ayant pourtant noté les paroles en trois), que la résurrection se fait en trois jours. Mais il appelle également le troisième le jour spirituel, dans lequel ils considèrent que la résurrection de l'Église est indiquée. Il s'ensuit que le premier jour doit être appelé le jour terrestre, et le deuxième le jour psychique, la résurrection de l'Église n'ayant pas eu lieu sur eux. Or, les déclarations des faux témoins, consignées dans l'Évangile selon Matthieu et Marc vers la fin de l'Évangile, et l'accusation qu'ils ont portée contre notre Seigneur Jésus-Christ, semblent faire référence à cette déclaration de Sa part : "Détruisez ce temple, et je le bâtirai en trois jours. Car il parlait du temple de son corps, mais ils supposaient que ses paroles se référaient au temple de pierre, et ils disaient donc en l'accusant : "Cet homme a dit : je suis capable de détruire le temple de Dieu et de le rebâtir en trois jours, ou, comme l'a dit Marc, Nous l'avons entendu dire : je détruirai ce temple fait de main d'homme, et en trois jours je bâtirai un autre temple non fait de main d'homme. Ici, le grand prêtre se leva et lui dit : "Ne réponds-tu rien ? Qu'est-ce qu'ils témoignent contre toi ? Mais Jésus se tut. Ou, comme le dit Marc, le souverain sacrificateur se leva au milieu et demanda à Jésus : "Ne réponds-tu rien ? Qu'est-ce qu'ils témoignent contre toi ? Mais il se tut et ne répondit rien. Ces paroles doivent, je pense, nécessairement faire référence au texte qui nous est présenté.



22. Le temple de Salomon n'a pas mis quarante-six ans à être construit. Par rapport à celui d'Esdras, nous ne pouvons pas dire combien de temps il a fallu. Importance du nombre quarante-six.


Les Juifs dirent donc : "Ce temple a été construit en quarante-six ans, Jean 2:20, et vous le relèverez en trois jours ? Comment les Juifs ont-ils dit que le temple avait été construit pendant quarante-six ans, nous ne pouvons pas dire, si nous adhérons à l'histoire. Car il est écrit dans le troisième Livre des Rois, 1 Rois 5:18 qu'ils ont préparé les pierres et le bois pendant trois ans, et la quatrième année, au deuxième mois, 1 Rois 6:1, lorsque Salomon était roi sur Israël, le roi a ordonné, et ils ont apporté de grandes pierres précieuses pour la fondation de la maison, et des pierres non taillées. Les fils de Salomon et les fils de Hiram taillèrent les pierres et les posèrent la quatrième année, et ils fondèrent le Temple de l'Eternel au mois de Nisan et au deuxième mois ; la dixième année, au mois de Baal, qui était le huitième mois, le Temple fut achevé selon tout le compte et tout le plan. Ainsi, si l'on compare le temps de son achèvement avec la période de construction, la construction de la maison occupe moins de onze ans. Comment, alors, les Juifs en arrivent-ils à dire que le temple a été construit pendant quarante-six ans ? On pourrait, en effet, faire violence aux mots et distinguer à tout prix la période de quarante-six ans, en comptant à partir du moment où David, après avoir planifié la construction du temple, dit au prophète Natan : 2 Samuel 7:2 Voici que j'habite dans une maison de cèdre, et que l'arche de Dieu habite au milieu de la tente, car s'il est vrai qu'on l'a empêché, en tant qu'homme de sang, d'exécuter la construction, il semble s'être occupé de rassembler des matériaux pour celle-ci. Dans le premier livre des Chroniques, 1 Chroniques 29:1-5 certainement, le roi David dit à toute l'assemblée : Salomon mon fils, que l'Éternel a choisi, est jeune et tendre, et l'ouvrage est grand, car il ne doit pas bâtir pour l'homme mais pour l'Éternel Dieu. J'ai préparé, selon toute ma puissance, pour la maison de mon Dieu, de l'or, de l'argent, de l'airain et du fer, du bois, des pierres de Soom et des pierres de remplissage, des pierres précieuses de toutes sortes, toutes sortes de bois précieux, et une grande quantité de marbre de Parian. Et en outre, pour le plaisir que j'ai pris dans la maison de mon Dieu, l'or et l'argent que je possède, voici que je les ai donnés pour la maison de mon Seigneur, en totalité ; de ces provisions j'ai préparé pour la maison des saints, trois mille talents d'or de Suphir, et sept mille talents d'argent estampé, afin que les maisons de Dieu en soient recouvertes par les mains des artisans. Car David a régné sept ans à Hébron et trente-trois ans à Jérusalem ; 1 Rois 2:11, afin que, s'il pouvait être démontré que le début des préparatifs du temple et de la collecte du matériel nécessaire par David, se situait dans la cinquième année de son règne, alors, avec un peu de forcing, la déclaration d'environ quarante-six ans pourrait tenir. Mais d'autres diront que le temple dont on parle n'est pas celui construit par Salomon, car il a été détruit pendant la période de captivité, mais celui construit à l'époque d'Esdras, Esdras 6:1, à propos duquel on peut démontrer que les quarante-six ans sont tout à fait exacts. Mais pendant cette période des Maccabées, les choses étaient très instables en ce qui concerne les gens et le temple, et je ne sais pas si le temple a vraiment été construit pendant ce nombre d'années. Heracleon ne fait pas attention à l'histoire, mais il dit qu'en quarante-six ans de préparation du temple, Salomon était une image du Sauveur. Le nombre six qu'il relie à la matière, c'est-à-dire l'image, et le nombre quarante, qu'il dit être la tétrade, n'admettant pas de combinaison, il se relie à l'inspiration et à la semence dans l'inspiration. Considérez si le quarante ne peut pas être considéré comme dû aux quatre éléments du monde disposés dans la construction du temple aux points en question, et le six au fait que l'homme a été créé le sixième jour.



23. Le temple dont parle le Christ, c'est l'Église. Application à l'Église des déclarations concernant la construction du temple de Salomon et des chiffres indiqués dans ce récit.


Mais Il a parlé du temple de Son corps. Jean 2:21 Quand donc il fut ressuscité des morts, ses disciples se souvinrent qu'il avait dit cela, et ils crurent à l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite. Cela fait référence à la déclaration selon laquelle le corps du Fils est Son temple. On peut se demander si cela doit être pris dans son sens propre, ou si nous devons essayer de relier chaque déclaration qui est enregistrée au sujet du temple, avec la vision que nous avons du corps de Jésus, que ce soit le corps qu'Il a reçu de la Vierge, ou le corps du Christ que l'Église est censée être, comme le dit l'Apôtre 1 Corinthiens 12:27, comme étant tous les membres de Son corps. On peut, d'une part, supposer qu'il est désespéré de relier tout ce qui est dit sur le temple au corps, quel que soit le sens dans lequel le corps est pris, et on peut avoir recours à une explication plus simple, et dire que le corps (dans l'un ou l'autre de ces sens) est appelé le temple, car de même que le temple a la gloire de Dieu qui y habite, de même Celui qui est l'image et la gloire de Dieu, le premier-né de toute créature, peut à juste titre être appelé, en ce qui concerne Son corps ou l'Église, le temple contenant l'image. Pour notre part, nous estimons qu'il est difficile d'exposer chaque détail de ce qui est dit sur le temple dans le troisième Livre des Rois, et ce bien au-delà de nos compétences linguistiques, et nous le reportons en attendant, comme une chose dépassant l'échelle du présent ouvrage. Nous avons également la ferme conviction qu'en de telles matières, qui transcendent la nature humaine, ce doit être l'œuvre de la sagesse divine de faire comprendre le sens des Écritures inspirées, de cette sagesse qui est cachée dans un mystère, qu'aucun des dirigeants de ce monde ne connaissait. Nous sommes également conscients que nous avons besoin de l'assistance de cet excellent Esprit de sagesse pour comprendre ces questions, telles qu'elles doivent être comprises par les ministres des choses sacrées ; et à cet égard, nous tenterons de décrire, dès que possible, notre point de vue sur ce qui appartient à ce sujet. Le corps est l'Église, et nous apprenons de Pierre 1 Pierre 2:5 que c'est une maison de Dieu, construite de pierres vivantes, une maison spirituelle pour un saint sacerdoce. Ainsi, le fils de David, qui construit cette maison, est une sorte de Christ. Il la bâtit lorsque ses guerres sont terminées, 1 Rois 5:3-5 et qu'une période de paix profonde est arrivée ; il construit le temple pour la gloire de Dieu dans la Jérusalem terrestre, afin que le culte ne soit plus célébré dans une érection mobile comme le tabernacle. Cherchons à trouver dans l'Église la vérité de chaque déclaration faite au sujet du temple. Si tous les ennemis du Christ deviennent le marchepied de ses pieds, 1 Corinthiens 15:25 et que la mort, le dernier ennemi, est détruite, alors il y aura la paix la plus parfaite. Le Christ sera Salomon, ce qui signifie "pacifique", 1 Chroniques 22:9 et la prophétie trouvera son accomplissement en Lui, qui dit : Avec ceux qui haïssaient la paix, j'étais pacifique. Et alors chacune des pierres vivantes sera, selon l'œuvre de sa vie ici, une pierre de ce temple, l'une, à la fondation, un apôtre ou un prophète, portant ceux qui sont placés sur lui, et une autre, après celles de la fondation, et soutenue par les Apôtres, aidera elle-même, avec les Apôtres, à porter ceux qui sont plus dans le besoin. L'un sera une pierre des parties intérieures, là où se trouve l'arche, et les chérubins, et le propitiatoire ; un autre sera sur le mur extérieur, et un autre encore en dehors du mur extérieur des lévites et des prêtres, une pierre de l'autel des holocaustes complets. La direction et le service de ces choses seront confiés à des puissances saintes, des anges de Dieu, qui seront respectivement des seigneuries, des trônes, des dominations ou des pouvoirs ; et il y en aura d'autres qui leur seront soumis, caractérisés par les trois mille six cent 1 Rois 5:15-18, qui furent désignés pour les oeuvres de Salomon, et les soixante-dix mille de ceux qui portaient des fardeaux, et les quatre-vingt mille tailleurs de pierre de la montagne, qui travaillaient à l'ouvrage et préparaient les pierres et le bois. Il est à noter que ceux qui sont rapportés comme portant des fardeaux sont liés à l'Hébdomade. Les carriers et les tailleurs de pierre, qui fabriquent les pierres destinées au temple, ont un lien de parenté avec l'ogdoad. Et les officiers, qui sont au nombre de six cents, sont liés au nombre parfait six multiplié en lui-même. La préparation des pierres, telles qu'elles sont extraites et montées pour le bâtiment, s'étend sur trois ans ; cela me semble indiquer uniquement le temps de l'intervalle éternel qui est apparenté à la triade. Cela se produira lorsque la paix sera consommée après le nombre d'années de la transaction des affaires liées à l'exode d'Égypte, à savoir trois cent quarante, et de ce qui s'est passé en Égypte quatre cent trente ans après l'alliance conclue par Dieu avec Abraham. Ainsi, depuis Abraham jusqu'au début de la construction du temple, il y a deux nombres sabbatiques, le 700 et le 70 ; et à ce moment-là aussi, notre Roi le Christ ordonnera aux soixante-dix mille porteurs de charges de ne prendre aucune pierre de hasard pour la fondation du temple, mais de grosses pierres, précieuses, non taillées, afin qu'elles soient taillées, non par des ouvriers de hasard, mais par les fils de Salomon ; car c'est ce que nous trouvons écrit dans le troisième Livre des Rois. De même, en raison de la paix profonde, Hiram, roi de Tyr, coopère à la construction du temple, et donne ses propres fils aux fils de Salomon, pour qu'ils taillent, en leur compagnie, les grandes pierres précieuses pour le lieu saint, qui, la quatrième année, sont placées dans les fondations de la maison du Seigneur. Mais en une ogdoad d'années, la maison est achevée au huitième mois de la huitième année après sa fondation.



24. Le récit de la construction du temple de Salomon présente de sérieuses difficultés et doit être interprété spirituellement.


Cependant, pour ceux qui considèrent que ces mots ne doivent pas aller au-delà du récit lui-même, il n'est peut-être pas inopportun d'introduire ici des considérations auxquelles ils ne peuvent guère résister, pour montrer que les mots doivent être considérés comme ceux de l'Esprit, et que l'esprit de l'Esprit doit être recherché en eux. Les fils des rois passaient-ils vraiment leur temps à tailler les grandes pierres précieuses et pratiquaient-ils un métier si peu conforme à la naissance royale ? Et le nombre de porteurs de charges, de tailleurs de pierre et d'officiers, la durée, aussi, de la période de préparation des pierres et de leur marquage, tout cela est-il consigné comme il l'était vraiment ? La maison sainte, elle aussi, a été préparée en paix et devait être construite pour Dieu sans marteau, ni hache, ni aucun outil en fer, afin qu'il n'y ait pas de perturbations dans la maison de Dieu. Et je demande encore une fois à ceux qui sont esclaves de la lettre comment il est possible qu'il y ait quatre-vingt mille tailleurs de pierre et que la maison de Dieu soit construite en pierres blanches dures sans que le bruit du marteau, de la hache ou de tout autre outil de fer ne se fasse entendre dans Sa maison pendant la construction ? Ne s'agit-il pas de pierres vivantes qui sont taillées sans bruit ni tumulte quelque part à l'extérieur du temple, afin qu'elles soient amenées prêtes à l'endroit qui les attend dans le bâtiment ? Et il y a une sorte d'ascension autour du temple de Dieu, non pas avec des angles, mais avec des courbes de lignes droites. Car il est écrit, 1 Rois 6:8 Et il y avait un escalier en colimaçon au milieu, et du milieu au troisième étage ; car l'escalier dans la maison de Dieu devait être en colimaçon, imitant ainsi dans son ascension le cercle, qui est la figure la plus parfaite. Mais pour que cette maison soit sûre, cinq attaches y sont construites, 1 Rois 6:10 aussi juste que possible, d'une hauteur d'une coudée, afin qu'en levant les yeux on puisse voir comment on s'élève des choses sensibles aux perceptions dites divines, et ainsi être amené à percevoir ces choses qui ne sont vues que par l'esprit. Mais l'endroit des pierres les plus heureuses semble être celui appelé Dabir, où se trouvait l'Arche de l'Alliance du Seigneur, et, comme je peux le dire, l'écriture de Dieu, les tables écrites avec son propre doigt. Et toute la maison est recouverte d'or ; toute la maison, lisons-nous, 1 Rois 6:21 il l'a recouverte d'or jusqu'à ce que toute la maison soit achevée. Mais il y avait deux chérubins en Dabir, un mot que les traducteurs de la Bible hébraïque en grec n'ont pas réussi à rendre de façon satisfaisante. Certains, ne rendant pas justice à la langue, la rendent le temple ; mais elle est plus sacrée que le temple. Or tout ce qui se trouve dans la maison a été rendu doré, pour un signe que l'esprit qui est tout à fait parfait estime avec précision les choses perçues par l'intellect. Mais il n'est pas donné à tous de les approcher et de les connaître ; et c'est pourquoi le voile de la cour est érigé, puisque pour la plupart des prêtres et des lévites les choses au plus profond du temple ne sont pas révélées.



25. Poursuite de la spiritualisation de la construction du temple de Salomon.


Il est intéressant de se demander comment, d'une part, le roi Salomon aurait construit le temple, et d'autre part, le maître d'œuvre que Salomon a envoyé chercher, 1 Rois 7:13 Hiram de Tyr, fils d'une femme qui était veuve ; et il était de la tribu de Nephtali, et son père était un homme de Tyr, ouvrier en bronze, et rempli de sagesse et d'intelligence, pour faire tous les travaux en bronze ; et il a été amené au roi Salomon et a fait tous ses travaux. Je demande ici si Salomon peut être pris pour le premier-né de toute la création, Colossiens 1:15 et Hiram pour l'homme qu'il a assumé, de la contrainte des hommes - car le mot Tyr signifie contrainte - l'homme qui a tiré sa naissance de la nature, et étant rempli de toutes sorte