Origène

COMMENTAIRE SUR L'EVANGILE DE JEAN : LIVRE IV

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE

[Trois feuilles depuis le début.]


1. Celui qui distingue en lui la voix et le sens des choses dont le sens est établi, ne sera pas offensé par la grossièreté du langage si, à la demande, il trouve les choses dont on parle saines. D'autant plus que nous nous souvenons que les saints hommes reconnaissent que leur discours et leur prédication ne sont pas une persuasion de la sagesse des mots, mais une démonstration de l'Esprit et de la puissance...



[Puis, après avoir parlé de la rudesse du style de l'Évangile, il poursuit :]


2. Les Apôtres n'ignorent pas qu'en certaines choses ils sont offensés, et qu'à certains égards leur culture est défectueuse, et ils se confessent 2 Corinthiens 11:6 en conséquence d'être grossiers en parole mais non en connaissance ; car il faut considérer que les autres Apôtres auraient dit cela aussi, ainsi que Paul. Quant au texte, 2 Corinthiens 4:7 Mais nous avons ce trésor dans des vases de terre, afin que l'excellence de la puissance soit de Dieu et non de nous, nous l'interprétons ainsi. Par trésors, nous entendons ici, comme dans d'autres passages, le trésor de la connaissance (gnose) et de la sagesse cachée. Par vases de terre, nous entendons l'humble diction des Écritures, que le Grec pourrait si facilement être amené à mépriser, et dans laquelle l'excellence de la puissance de Dieu apparaît si clairement. Le mystère de la vérité et la puissance des choses dites n'ont pas été empêchés par l'humble diction de voyager jusqu'aux extrémités de la terre, ni de soumettre à la parole du Christ, non seulement les choses folles du monde, mais parfois aussi ses choses sages. Car nous voyons notre vocation, 1 Corinthiens 1:26-27, non pas qu'aucun homme sage selon la chair, mais que peu de sages selon la chair. Mais Paul, dans sa prédication de l'Evangile, est débiteur Romains 1:14 pour livrer la parole non seulement aux barbares, mais aussi aux Grecs, et non seulement aux imprudents, qui seraient facilement d'accord avec lui, mais aussi aux sages. Car Dieu l'a rendu suffisant 2 Corinthiens 3:6 pour être un ministre de la Nouvelle Alliance, exerçant la démonstration de l'esprit et de la puissance, afin que, lorsque les croyants s'accordent avec lui, leur croyance ne soit pas dans la sagesse des hommes, mais dans la puissance de Dieu. Car, peut-être, si l'Écriture possédait, comme les œuvres que les Grecs admirent, l'élégance et la maîtrise de la diction, alors on pourrait supposer que ce n'est pas la vérité qui s'est emparée des hommes, mais que la séquence et la splendeur apparentes du langage ont emporté les auditeurs, et les ont emportés par ruse.