Origène

COMMENTAIRE SUR L'EVANGILE DE MATTHIEU : LIVRE XII

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE

1. Concernant ceux qui lui ont demandé de leur montrer un signe du ciel.


Les Sadducéens et les Pharisiens vinrent, et le tentaient sans cesse en lui demandant de leur montrer un signe du ciel. Matthieu 16:1 Les Sadducéens et les Pharisiens qui étaient en désaccord entre eux sur les vérités les plus essentielles, - car les Pharisiens défendent la doctrine de la résurrection des morts, espérant qu'il y aura un monde à venir, tandis que les Sadducéens ne savent rien de ce que la vie réserve à un homme, s'il a progressé vers la vertu, ou s'il n'a fait aucun effort pour sortir des montagnes de la méchanceté - sont, je le dis, d'accord pour tenter Jésus. Or, une chose similaire, comme l'a raconté Luc, s'est produite dans le cas d'Hérode et de Pilate, qui se sont liés d'amitié pour tuer Jésus ; car, peut-être, leur hostilité mutuelle aurait-elle empêché Hérode de demander qu'il soit mis à mort, afin de plaire au peuple, qui disait : Crucifie-le, Crucifie-le, Luc 23 : 21 et aurait influencé Pilate, qui était quelque peu enclin à sa condamnation, son hostilité envers Hérode donnant une nouvelle impulsion à l'inclination qu'il nourrissait auparavant de libérer Jésus. Mais leur amitié apparente rendit Hérode plus fort dans sa demande contre Jésus avec Pilate, qui souhaitait, peut-être aussi à cause de cette amitié nouvellement formée, faire quelque chose pour satisfaire Hérode et toute la nation des Juifs. Et souvent, même maintenant, vous pouvez voir dans la vie quotidienne ceux qui ont les opinions les plus divergentes, que ce soit dans la philosophie des Grecs ou dans d'autres systèmes de pensée, sembler être d'accord pour se moquer et attaquer Jésus-Christ en la personne de ses disciples. Et à partir de ces éléments, je pense que vous pouvez poursuivre votre réflexion par des arguments rationnels, pour savoir si lorsque des forces s'opposent et sont en désaccord les unes avec les autres, comme c'est le cas pour Pharaon avec Nebucadnetsar, 2 Rois 24:7 et pour Tirhaka, roi des Éthiopiens, avec Sennachérib, 2 Rois 19:9, une combinaison se produit alors contre Jésus et Son peuple. Alors peut-être aussi, les rois de la terre se sont mis en place et les dirigeants se sont réunis, mais pas du tout avant en harmonie les uns avec les autres, afin de prendre conseil contre le Seigneur et son Christ, pour tuer le Seigneur de gloire.



2. Pourquoi les Pharisiens ont-ils demandé un signe du ciel.


Nous sommes arrivés à ce point dans notre discours, à cause de la rencontre entre les Pharisiens et les Sadducéens et Jésus, qui n'étaient pas d'accord sur les questions relatives à la résurrection, mais qui se sont mis d'accord pour tenter notre Sauveur et lui demander de leur montrer un signe du ciel. En effet, non satisfaits des merveilleux signes qui se sont manifestés parmi le peuple dans la guérison de toutes les formes de maladies et d'infirmités, et du reste des miracles que notre Sauveur avait accomplis à la connaissance de beaucoup, ils souhaitaient qu'Il leur montre aussi un signe du ciel. Et je suppose qu'ils soupçonnaient que les signes sur la terre n'étaient peut-être pas de Dieu, car ils n'hésitaient pas à dire : "Jésus chasse les démons par Béelzéboul, le prince des démons" ; et il leur semblait qu'un signe du ciel ne pouvait pas jaillir de Béelzéboul ni d'aucune autre puissance malfaisante. Mais ils se trompaient sur les deux, sur les signes de la terre comme sur les signes du ciel, n'étant pas des changeurs approuvés, ni ne sachant distinguer les esprits qui travaillent, ceux qui viennent de Dieu, et ceux qui se sont révoltés contre Lui. Et ils auraient dû savoir que même beaucoup des présages qui ont agi contre l'Egypte au temps de Moïse, bien qu'ils ne soient pas du ciel, étaient clairement de Dieu, et que le feu qui est tombé du ciel sur les brebis de Job n'était pas de Dieu ; Job 1:16 car ce feu appartenait à celui à qui appartenaient ceux qui ont enlevé et fait trois bandes de cavaliers contre le bétail de Job. Je pense d'ailleurs qu'en Esaïe - comme si des signes pouvaient être montrés tant de la terre que du ciel, l'être véritable venant de Dieu, mais avec toute puissance et des signes et des prodiges mensongers 2 Thessaloniciens 2:9 ceux du malin - il a été dit à Achaz : Demande-toi un signe du Seigneur ton Dieu dans la profondeur ou dans la hauteur. Esaïe 7:11 Car, s'il n'y avait pas eu dans l'abîme ou dans la hauteur des signes qui ne venaient pas du Seigneur Dieu, il n'aurait pas été dit : Demande-toi un signe du Seigneur ton Dieu, dans l'abîme ou dans la hauteur. Mais je sais bien qu'une telle interprétation du passage : Demande-toi un signe du Seigneur ton Dieu, paraîtra à certains plutôt forcée ; mais prends garde à ce que dit l'Apôtre au sujet de l'homme du péché, le fils de la perdition, afin que, par toute puissance, par des signes, par des prodiges mensongers et par toute fraude d'iniquité, 2 Thessaloniciens 2:9-10, il soit manifesté à ceux qui périssent, en imitant toutes sortes de prodiges, à savoir ceux de la vérité. Et comme les enchanteurs et les magiciens des Égyptiens, comme étant inférieurs à l'homme du péché et au fils de la perdition, imitaient certaines puissances, les signes et les prodiges de la vérité, faisant des prodiges mensongers afin que le vrai ne soit pas cru, ainsi je pense que l'homme du péché imitera les signes et les puissances. Et peut-être aussi les Pharisiens ont-ils soupçonné ces choses à cause des prophéties le concernant ; mais je me demande si les Sadducéens qui le tentaient ont eux aussi demandé à Jésus de leur montrer un signe du ciel. Car si nous ne disons pas qu'ils s'en doutaient, comment décrire leur relation avec les présages que Jésus a faits, qui ont continué à se montrer intransigeants et n'ont pas été confondus par les choses miraculeuses qui ont été faites ? Mais si quelqu'un suppose que nous avons donné une occasion de défense aux Pharisiens et aux Sadducéens, à la fois lorsqu'ils disent que les démons ont été chassés par Jésus par l'intermédiaire de Belzébuth, et lorsqu'ils le tentent, ils interrogent Jésus sur un signe céleste, faites-lui savoir que nous disons de façon plausible qu'ils ont été attirés à la fin pour ne pas croire aux miracles de Jésus ; mais pas pour mériter le pardon ; car ils ne regardaient pas les paroles des prophètes qui s'accomplissaient dans les actes de Jésus, qu'une puissance malfaisante n'était pas du tout capable d'imiter. Mais pour ramener une âme qui était sortie, de sorte qu'elle sortait du tombeau alors qu'elle était déjà puante et qu'elle passait le quatrième jour, Jean 11:39 n'était l'oeuvre de personne d'autre que de Celui qui a entendu la parole du Père : Faisons l'homme à notre image et à notre ressemblance. Genèse 1:26 Mais aussi commander aux vents et faire cesser en un mot la violence de la mer, n'était l'oeuvre de personne d'autre que Celui par qui toutes choses, la mer elle-même et les vents, ont pris naissance. D'ailleurs, quant à l'enseignement qui stimule les hommes à l'amour du Créateur, en harmonie avec la loi et les prophètes, et qui contrôle les passions et façonne les moeurs selon la piété, qu'indiquait-il d'autre à ceux qui pouvaient voir, sinon qu'Il était vraiment le Fils de Dieu qui a accompli des oeuvres si puissantes ? A propos de quelles choses Il a dit aussi aux disciples de Jean : "Allez et dites à Jean ce que vous voyez et entendez de grand ; les aveugles recouvrent la vue, etc. Matthieu 11:4-5



3. La réponse de Jésus à leur demande.


Remarquons ensuite de quelle manière, lorsqu'on lui demande, à propos d'un signe, de le montrer du ciel, aux Pharisiens et aux Sadducéens qui posent la question, il répond et dit : "Une génération mauvaise et adultère cherche un signe, et il ne lui sera donné d'autre signe que celui du prophète Jonas, quand aussi, il les a quittés et s'en est allé. Matthieu 16:4 Mais le signe de Jonas, en vérité, selon leur question, n'était pas seulement un signe, mais aussi un signe venant du ciel ; de sorte que même à ceux qui l'ont tenté et ont cherché un signe venant du ciel, il a néanmoins, de sa propre grande bonté, donné le signe. Car si, comme Jonas est passé trois jours et trois nuits dans le ventre de la baleine, ainsi le Fils de l'homme a agi au coeur de la terre, et après cela s'en est relevé - d'où dira-t-on que le signe de la résurrection du Christ est venu si ce n'est du ciel ? Et surtout quand, au moment de la passion, Il est devenu un signe pour le brigand qui a obtenu de Lui la faveur d'entrer dans le paradis de Dieu ; après cela, je pense, en descendant dans l'Hadès vers les morts, comme libre parmi les morts. Et le Sauveur me semble joindre le signe qui devait venir de Lui-même à la raison du signe à l'égard de Jonas lorsqu'Il dit, non seulement qu'un signe semblable à celui-ci est accordé par Lui, mais ce signe même ; car attendez les paroles : Et il ne lui sera donné aucun autre signe que le signe du prophète Jonas. Matthieu 16:4 En conséquence, ce signe était ce signe, parce que cela est devenu indicatif, afin que l'élucidation de ce signe, qui était obscur à sa face même, se trouve dans le fait que le Sauveur a souffert et qu'il a passé trois jours et trois nuits au coeur de la terre. En même temps, nous apprenons aussi le principe général selon lequel, si le signe signifie quelque chose, chacun des signes qui sont enregistrés, que ce soit comme dans l'histoire réelle ou comme précepte, est indicatif de quelque chose qui s'est accompli par la suite ; par exemple, le signe de Jonas sortant après trois jours du ventre de la baleine était indicatif de la résurrection de notre Sauveur, ressuscitant après trois jours et trois nuits d'entre les morts ; et ce qu'on appelle la circoncision est le signe de ce qui est indiqué par Paul dans les paroles : Nous sommes la circoncision. Philippiens 3:3 Cherchez aussi tout signe dans l'Ancienne Ecriture comme indiquant un passage de la Nouvelle Ecriture, et ce qui est appelé un signe dans la Nouvelle Alliance comme indiquant quelque chose soit dans le siècle à venir, soit même dans les générations suivantes après que le signe a eu lieu.



4. Pourquoi Jésus les a appelés une génération adultère. La loi en tant que mari.


Et Il les a appelés, en effet, une génération mauvaise, à cause de la qualité découlant du mal qui avait été produit en eux, car la méchanceté est une mauvaise action volontaire, mais adultère parce que lorsque les Pharisiens et les Sadducéens ont quitté ce qui est appelé figurativement l'homme, la parole de la vérité ou la loi, ils ont été débauchés par le mensonge et la loi du péché. Car s'il y a deux lois, la loi de nos membres qui combattent la loi de l'esprit, et la loi de l'esprit, Romains 7:23, nous devons dire que la loi de l'esprit - c'est-à-dire le spirituel - est l'homme, à qui l'âme a été donnée par Dieu comme épouse, c'est-à-dire à l'homme qui est la loi, selon ce qui est écrit : Une femme est mariée à un homme par Dieu ; Proverbes 19:14 mais l'autre est un amant de l'âme qui lui est soumise, qui, à cause d'elle aussi, est appelée adultère. Maintenant que la loi est mari de l'âme, Paul expose clairement dans l'Epître aux Romains, en disant : La loi domine sur l'homme tant qu'il vit ; car la femme qui a un mari est liée à celui-ci tant qu'il vit, au mari qui est loi, etc. En effet, la femme qui a un mari est liée à son mari tant qu'il vit, au mari qui est la loi, etc. Car considérez en ces choses que la loi domine sur l'homme tant qu'elle vit - comme un mari sur une femme. Car la femme qui a un mari, c'est-à-dire l'âme de la loi, est liée au mari tant qu'il vit, au mari qui est la loi ; mais si le mari - c'est-à-dire la loi - meurt, elle est libérée de la loi, qui est son mari. Or la loi meurt à celui qui est monté à la condition de bienheureux, et qui ne vit plus sous la loi, mais agit comme le Christ, qui, bien qu'il soit devenu sous la loi à cause de ceux qui sont sous la loi, afin de gagner ceux qui sont sous la loi, 1 Corinthiens 9 : 10 ne s'est pas maintenu sous la loi, et n'a pas laissé soumis à la loi ceux qui avaient été libérés par lui ; car il les a conduits avec lui à la citoyenneté divine qui est au-dessus de la loi, qui contient, comme pour les imparfaits et ceux qui sont encore pécheurs, des sacrifices pour la rémission des péchés. Celui donc qui est sans péché, et qui n'a plus besoin de sacrifices légaux, peut-être quand il est devenu parfait, a dépassé même la loi spirituelle, et arrive au Verbe au-delà de celle-ci, qui s'est fait chair pour ceux qui vivent dans la chair, mais pour ceux qui ne font plus du tout la guerre après la chair, il est perçu comme étant le Verbe, comme il était Dieu au commencement avec Dieu, et révèle le Père. Il faut donc penser à trois choses en rapport avec ce lieu : la femme qui a un mari, qui est sous un mari - la loi ; et la femme qui est adultère, à savoir l'âme, qui, pendant que son mari, la loi, vit, s'est unie à un autre mari, à savoir la loi de la chair ; et la femme qui est mariée au frère du mari mort, au Verbe qui est vivant et ne meurt pas, qui ressuscite d'entre les morts ne meurt plus, car la mort n'a plus de pouvoir sur Lui. Romains 6:9 Jusqu'ici donc, à cause de la parole : Mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, le mari, et à cause de cela, tant que son mari vivra, elle sera appelée adultère, si elle est unie à un autre homme, et à cause de cela, mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu'elle n'est pas adultère, même si elle est unie à un autre homme. Romains 7:2-3 Mais cette même parole : Tant que son mari vivra, elle sera appelée adultère, nous l'avons mise en avant, voulant montrer clairement pourquoi, en réponse aux Pharisiens et aux Sadducéens qui le tentaient et lui demandaient de leur montrer un signe du ciel, il a dit non seulement une génération méchante, mais une génération adultère. Matthieu 16:4 D'une manière générale, donc, la loi dans les membres qui fait la guerre à la loi de l'esprit, Romains 7:23 comme un homme qui est adultère, est un adultère de l'âme. Mais maintenant aussi toute puissance hostile, qui acquiert la maîtrise de l'âme humaine, et qui a des rapports avec elle, commet un adultère avec celle qui a eu un époux donné par Dieu, à savoir la Parole. Après ces choses, il est écrit qu'Il les a quittées et qu'Il est parti. Car comment l'époux - la Parole - n'allait-il pas quitter la génération adultère et s'en écarter ? Mais vous pourriez dire que la Parole de Dieu, laissant la synagogue des Juifs comme adultère, s'en est éloignée, et a pris une femme d'impudicité, Osée 1:2, c'est-à-dire une femme des païens ; car ceux qui étaient Sion, ville fidèle, Esaïe 1:21, sont devenus des prostitués ; mais ceux-ci sont devenus comme la prostituée Rahab, qui a reçu les espions de Josué, et qui a été sauvée avec toute sa maison, Josué 6 : 25 après cela, ne se prostituant plus, mais venant aux pieds de Jésus, et les mouillant des larmes de la repentance, et les oignant du parfum du parfum de la sainte conversation, à cause de qui, reprochant à Simon le lépreux - le premier peuple - il a dit ces choses qui sont écrites.



5. Concernant le levain des pharisiens.


Et ses disciples vinrent de l'autre côté et oublièrent de prendre des pains. Matthieu 16:5 Comme les pains qu'ils avaient avant de passer de l'autre côté n'étaient plus utiles aux disciples quand ils passaient de l'autre côté, car ils avaient besoin d'une sorte de pains avant de passer et d'une autre sorte quand ils passaient - à cause de cela, étant donné qu'ils ne prenaient pas de pains quand ils passaient de l'autre côté, ils oubliaient de prendre des pains avec eux. De l'autre côté, il y avait les disciples de Jésus qui étaient passés des choses matérielles aux choses spirituelles, et des choses sensibles aux choses intellectuelles. Et peut-être pour qu'Il fasse revenir en arrière ceux qui, en passant de l'autre côté, avaient commencé en esprit, de la course vers les choses charnelles, Jésus leur dit, lorsqu'ils étaient de l'autre côté : "Prenez garde et faites attention. Matthieu 16:6 Car il y avait une masse d'enseignement et de levain vraiment ancien - qui, selon la lettre, et à cause de cela, n'était pas libéré des choses qui proviennent de la méchanceté - que les Pharisiens et les Sadducéens offraient, et dont Jésus ne veut plus que ses propres disciples mangent, leur ayant fait une masse nouvelle et spirituelle, en s'offrant lui-même à ceux qui avaient abandonné le levain des Pharisiens et des Sadducéens et étaient venus à lui - le pain vivant qui est descendu du ciel et qui donne la vie au monde. Jean 6:33, 51 Mais puisque, pour celui qui n'utilisera plus le levain, la pâte et l'enseignement des pharisiens et des sadducéens, la première chose à faire est de voir, et ensuite de prendre garde, afin que personne, ne voyant pas et ne prenant pas garde, ne puisse jamais prendre part à leur levain interdit - c'est pourquoi il dit aux disciples : d'abord voir, et ensuite prendre garde. C'est la marque de la clairvoyance et de la prudence que de séparer le levain des Pharisiens et des Sadducéens et toute nourriture qui n'est pas du pain sans levain de la sincérité et de la vérité 1 Corinthiens 5:8 du pain vivant, de celui qui est descendu du ciel, afin que celui qui mange n'adopte pas les choses des Pharisiens et des Sadducéens, mais qu'en mangeant le pain vivant et véritable il fortifie son âme. Et nous pourrions appliquer ce dicton à ceux qui, en plus du mode de vie chrétien, préfèrent vivre comme les Juifs, matériellement, car ceux-ci ne voient pas et ne se méfient pas du levain des Pharisiens et des Sadducéens, mais, contrairement à la volonté de Jésus qui l'a interdit, mangent le pain des Pharisiens. De même que tous ceux qui ne veulent pas comprendre que la loi est spirituelle et qu'elle est l'ombre des bonnes choses à venir, Hébreux 10:1 et qu'elle est l'ombre des choses à venir, Colossiens 2:17 ne se demandent pas quelle est la bonne chose de chacune des lois, et ils ne voient pas le levain des Pharisiens et ne s'en soucient pas ; et ceux qui rejettent la doctrine de la résurrection des morts ne sont pas non plus sur leurs gardes contre le levain des Sadducéens. Et il y a beaucoup parmi les hétérodoxes qui, en raison de leur incrédulité à l'égard de la résurrection des morts, sont imprégnés du levain des Sadducéens. Or, pendant que Jésus disait ces choses, les disciples raisonnaient, ne disant pas à haute voix, mais dans leur propre cœur : Nous n'avons pas pris de pains. Matthieu 16:7 Et voici ce qu'ils dirent : Si nous avions eu des pains, nous n'aurions pas eu à prendre du levain des pharisiens et des sadducéens ; mais comme, faute de pains, nous risquons de prendre de leur levain, tandis que le Sauveur ne veut pas que nous revenions à leur enseignement, il nous dit : Prenez garde et méfiez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens. Matthieu 16:6 Ils raisonnèrent ainsi : Jésus, regardant ce qu'il y avait dans leur coeur et entendant les raisons qui étaient en eux, comme le véritable surveillant des coeurs, les reprend, parce qu'ils n'ont pas vu ni ne se sont souvenus des pains qu'ils ont reçus de lui, et à cause desquels, même lorsqu'ils semblaient manquer de pains, ils n'avaient pas besoin du levain des pharisiens et des sadducéens.



6. La signification du levain. La connaissance du coeur de Jésus.


Puis, expliquant clairement et représentant à ceux qui étaient distraits à cause de la signification équivoque du pain et du levain, de façon non déguisée, qu'Il ne leur parlait pas de pain sensible mais du levain dans l'enseignement, Il leur dit : "Comment se fait-il que vous ne perceviez pas que je ne vous ai pas parlé de pain ? Mais prenez garde au levain des pharisiens et des sadducéens. Matthieu 16:11 Et bien qu'Il n'ait pas dévoilé l'interprétation, mais qu'Il ait continué à utiliser un langage métaphorique, les disciples auraient compris que le discours du Sauveur portait sur l'enseignement, appelé au sens figuré le levain, que les Pharisiens et les Sadducéens enseignaient. Aussi longtemps que nous aurons Jésus avec nous pour accomplir la promesse qui court, voici, je suis avec vous pour toujours jusqu'à la consommation du siècle, Matthieu 28:20 nous ne pouvons ni jeûner ni manquer de nourriture, de sorte que, faute de quoi, nous devrions désirer prendre et manger le levain interdit, même de la part des Pharisiens et des Sadducéens. Or, il peut arriver qu'à un moment donné, lorsqu'Il est avec nous, nous soyons sans nourriture, comme il est dit dans le passage ci-dessus, Ils continuent avec moi maintenant trois jours et n'ont rien à manger ; Matthieu 15:32 mais, même si cela devait arriver, ne voulant pas nous renvoyer à jeun de peur que nous nous évanouissions en chemin, Il rend grâce pour les pains qui étaient avec les disciples, et nous fait avoir les sept paniers en plus des sept pains, comme nous l'avons enregistré. Et cela aussi est à observer, au regard de ceux qui pensent que la divinité du Sauveur n'est pas du tout démontrable à partir de l'Évangile de Matthieu, que le fait que, lorsque les disciples raisonnaient entre eux et disaient : Nous n'avons pas de pains, Jésus connaissait leurs raisonnements et disait : Pourquoi raisonnez-vous entre vous, gens de peu de foi, parce que vous n'avez pas pris de pains, Matthieu 16:8 était au-dessus de la puissance des hommes ; car le Seigneur seul, comme le dit Salomon dans le troisième livre des Rois, connaît le coeur des hommes. 1 Rois 8:39 Mais puisque les disciples ont compris, quand Jésus a dit : Méfiez-vous du levain, Matthieu 16 : 6 qu'il ne leur a pas dit de se méfier des pains, mais de l'enseignement des pharisiens et des sadducéens, vous comprendrez que chaque fois que le levain est nommé, il est mis au figuré pour l'enseignement, soit dans la loi, soit dans les Ecritures qui viennent après la loi ; et peut-être donc le levain n'est-il pas offert sur l'autel, car il n'est pas juste que les prières prennent la forme d'un enseignement, mais doivent être seulement des supplications de bonnes choses de la part de Dieu. Mais on peut se demander, à cause de ce qui a été dit sur les disciples qui sont venus de l'autre côté, si quelqu'un qui a atteint l'autre côté peut être reproché comme étant de peu de foi, et comme ne comprenant pas encore ni ne se souvenant de ce qui a été fait par Jésus. Mais il n'est pas difficile, je pense, de dire à ce sujet que, par rapport à ce qui est parfait, à l'avènement duquel ce qui est en partie détruit, 1 Corinthiens 13:10, toute notre foi est ici de peu de foi, et à cet égard, nous qui savons en partie ne savons pas encore ni ne nous souvenons ; car nous ne sommes pas capables d'obtenir une mémoire suffisante et capable d'atteindre l'ampleur de la nature des spéculations.



7. Ampleur relative des péchés du coeur et des péchés réels.


Mais nous pouvons aussi en tirer la leçon que, s'agissant des seuls raisonnements que nous raisonnons en nous-mêmes, on nous condamne et on nous reproche parfois d'être de peu de foi. Et je pense que tout comme un homme ne commet l'adultère que dans son cœur, sans passer par l'acte manifeste, de même il commet dans son cœur le reste des choses qui sont interdites. De même que celui qui a commis l'adultère dans son coeur sera puni proportionnellement à un tel adultère, de même celui qui a fait dans son coeur l'une des choses interdites, par exemple, celui qui a volé dans son coeur seulement, ou qui a fait un faux témoignage dans son coeur seulement, ne sera pas puni comme celui qui a volé en fait, ou qui a accompli l'acte même du faux témoignage, mais seulement comme celui qui a fait de telles choses dans son coeur. Il y a aussi le cas de l'homme qui, s'il n'est pas arrivé à l'action mauvaise, l'a manquée malgré sa propre volonté. Car si, en plus de le vouloir, il l'a tenté, mais ne l'a pas exécuté, il sera puni non pas comme celui qui a péché dans son seul coeur, mais en acte. Aux questions de ce genre, on pourrait demander si quelqu'un commet l'adultère dans son cœur, même s'il ne commet pas l'acte d'adultère, mais manque de maîtrise de soi dans son seul cœur. Et vous direz la même chose à propos des autres choses qui méritent d'être louées. Mais le passage contient peut-être un sophisme plausible qu'il faut, je pense, éliminer de cette manière : l'adultère qui a lieu dans le cœur est un péché moins grave que si l'on y ajoutait aussi l'acte. Mais il est impossible que la chasteté du coeur puisse faire obstacle à l'action chaste - à moins que l'on n'avance pour illustration le cas de la vierge qui, selon la loi, a été violée dans la solitude ; Deutéronome 22,25 car il peut être accordé que le coeur de quelqu'un soit le plus pur, mais que la force en matière de licence a provoqué la corruption du corps de celle qui était chaste. En vérité, elle me semble être tout à fait chaste dans le secret du coeur, mais ne plus être pure de corps comme elle l'était avant l'acte de violence ; mais bien qu'elle ne soit pas pure extérieurement, est-elle donc maintenant aussi chaste ? J'ai dit ces choses à cause des paroles : Ils raisonnaient entre eux en disant : Nous n'avons pas pris de pains, auxquels s'ajoutent, et Jésus, l'ayant perçu, dit : O vous de peu de foi, pourquoi raisonnez-vous entre vous, Matthieu 16:7-8 etc... ; car il fallait faire des recherches sur la censure des choses en secret et corrélativement sur la louange des choses en secret.

8. Le levain figuré comme l'eau dont Jésus parle à la femme de Samarie.

Mais je me demande si les disciples pensaient, avant que Jésus ne leur explique cette parole, que leur Maître et Seigneur leur interdisait de se méfier du levain sensible des Pharisiens ou des Sadducéens comme étant impur, et à ce titre interdit, de peur qu'ils n'utilisent ce levain parce qu'ils n'avaient pas pris de pains. Nous pourrions faire une enquête similaire sur d'autres choses, mais à titre d'illustration, le récit de la femme de Samarie suffit : "Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ; mais celui qui boit de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif. Jean 14:13-14 Car là aussi, en ce qui concerne la simple forme d'expression, la femme samaritaine semble avoir pensé que le Sauveur faisait une promesse concernant l'eau sensible, lorsqu'Il dit : Quiconque boit de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif. Il faut donc interpréter ces choses au sens figuré, et examiner et comparer l'eau de la source de Jacob dont la femme de Samarie a tiré de l'eau avec l'eau de Jésus ; et ici il faut faire de même, car peut-être les pains n'ont-ils pas été cuits, mais une sorte de levain cru uniquement, l'enseignement, à savoir, des Pharisiens et des Sadducéens.



9. Concernant la question de Jésus en Césarée, qui les hommes disent-ils que je suis ? Différentes conceptions de Jésus.


Lorsque Jésus est venu dans les régions de Césarée de Philippe, il a posé la question à ses disciples. Matthieu 16:13 Jésus demande à ses disciples : Qui les hommes disent-ils que je suis, afin que nous apprenions de la réponse des Apôtres les différentes conceptions qui existaient alors parmi les Juifs au sujet de notre Sauveur ; et peut-être aussi que les disciples de Jésus apprennent à s'intéresser à ce que les hommes disent d'eux, car cela sera un avantage pour ceux qui le font, en supprimant de toutes les manières les occasions de mal si l'on parle de mal, et en augmentant les incitations au bien, si l'on parle de bien. Seulement, observez comment, en raison des différents mouvements d'opinion parmi les Juifs à propos de Jésus, certains, sous l'influence de théories peu solides, ont dit qu'il était Jean-Baptiste, comme Hérode le tétrarque qui disait à ses serviteurs : "Voici Jean-Baptiste, il est ressuscité des morts, et donc les puissances agissent en lui ; Matthieu 14:2 mais d'autres que celui qui était maintenant appelé Jésus était Élie, soit étant né une seconde fois, soit vivant de ce temps-là dans la chair, et apparaissant au temps présent. Mais ceux qui ont dit que Jésus était Jérémie, et non que Jérémie était un type du Christ, ont peut-être été influencés par ce qui est dit au début de Jérémie à propos du Christ, qui ne s'est pas accompli dans le prophète à cette époque, mais qui commençait à s'accomplir en Jésus, que Dieu a établi sur des nations et des royaumes pour déraciner, détruire, anéantir, édifier et transplanter, Jérémie 1:10 l'ayant fait devenir un prophète pour les païens à qui il a proclamé la parole. De plus, ceux qui ont dit qu'il était un des prophètes, Matthieu 16:14, ont conçu cette opinion à son sujet à cause de ce qui avait été dit dans les prophètes comme leur étant destiné, mais qui ne s'était pas accompli dans leur cas. Mais les Juifs aussi, comme étant dignes du voile qui était sur leur cœur, ont eu de fausses opinions concernant Jésus ; tandis que Pierre, en tant que disciple non pas de chair et de sang, Matthieu 16:17 mais en tant que personne apte à recevoir la révélation du Père dans les cieux, a confessé qu'il était le Christ. Le fait que Pierre ait dit au Sauveur : "Tu es le Christ", alors que les Juifs ne savaient pas qu'il était le Christ, était en effet une grande chose, mais plus grande encore qu'il le connaissait non seulement pour être le Christ, mais aussi le Fils du Dieu vivant, Matthieu 16:16 qui avait aussi dit par les prophètes : "Je vis, Jérémie 22" : 24 et ils m'ont abandonné, moi, la source d'eau vive ; Jérémie 2:13 - et il est la vie, comme du Père, la source de vie, qui a dit : Je suis la Vie ; Jean 14:6 et considérez attentivement, si, comme la source du fleuve n'est pas la même chose que le fleuve, la source de vie n'est pas la même chose que la vie. Et nous avons ajouté ces choses parce qu'à la parole "Tu es le Christ, le Fils de Dieu" a été adjoint le mot "vivant" ; Matthieu 16:16 car il était nécessaire d'énoncer quelque chose de remarquable par rapport à ce qui est dit de Dieu et du Père de toutes choses comme vivant, à la fois par rapport à Sa vie absolue, et par rapport aux choses qui y participent. Mais puisque nous avons dit qu'ils étaient sous l'influence d'opinions non fondées qui déclaraient que Jésus était Jean-Baptiste, ou l'un quelconque des noms cités, en disant cela, prouvons que s'ils étaient tombés avec Jésus alors qu'il allait se faire baptiser par Jean, ou avec Jean lorsqu'il baptisait Jésus, ou s'ils l'avaient entendu de la bouche de quelqu'un, ils n'auraient pas dit que Jésus était Jean. Mais aussi s'ils avaient compris les opinions sous l'influence desquelles Jésus a dit : "Si vous êtes prêts à le recevoir, voici Élie qui vient, Matthieu 11:14" et s'ils avaient entendu ce qui a été dit, comme des hommes ayant des oreilles, certains n'auraient pas dit qu'il était Élie. Et si ceux qui ont dit qu'Il était Jérémie avaient perçu que la plupart des prophètes avaient pris sur eux certains traits qui étaient symboliques de Lui, ils n'auraient pas dit qu'Il était Jérémie ; et de la même manière les autres n'auraient pas dit qu'Il était l'un des prophètes.



10. La réponse de Pierre.


Et peut-être ce à quoi Simon Pierre a répondu et a dit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant, Matthieu 16 : 16 Si nous le disons comme Pierre, non par la chair et le sang qui nous le révèlent, mais par la lumière du Père qui brille dans notre coeur, nous devenons nous aussi comme Pierre, étant déclarés bienheureux comme il l'était, parce que les motifs pour lesquels il a été déclaré bienheureux s'appliquent aussi à nous, en raison du fait que la chair et le sang ne nous ont pas révélé, en ce qui concerne Jésus, qu'il est le Christ, le Fils du Dieu vivant, mais le Père qui est dans les cieux, depuis les cieux mêmes, afin que notre citoyenneté soit dans les cieux, Philippiens 3 : 20 nous révélant la révélation qui fait monter au ciel ceux qui ôtent tout voile du cœur et reçoivent l'esprit de la sagesse et de la révélation de Dieu. Ephésiens 1:17 Et si nous aussi nous avons dit comme Pierre : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant, non pas comme si la chair et le sang nous l'avaient révélé, mais par la lumière du Père qui est dans les cieux, ayant resplendi dans notre coeur, nous devenons un Pierre, et il pourrait nous être dit par la Parole : Tu es Pierre, etc. Matthieu 16:18 Car un rocher est tout disciple du Christ dont les buveurs ont bu du rocher spirituel qui les a suivis, 1 Corinthiens 10:4 et sur ce rocher est bâtie toute parole de l'Église, et la politique en conformité avec elle ; car en chacun des parfaits, qui ont la combinaison de paroles, d'actions et de pensées qui remplit la béatitude, est l'Église bâtie par Dieu.



11. La promesse donnée à Pierre ne se limite pas à lui, mais s'applique à tous les disciples comme lui.


Mais si vous supposez que sur ce seul Pierre, l'église entière est construite par Dieu, que diriez-vous de Jean, le fils du tonnerre, ou de chacun des apôtres ? Oserions-nous dire autrement, que contre Pierre en particulier les portes de l'Hadès ne prévaudront pas, mais qu'elles prévaudront contre les autres Apôtres et les parfaits ? Le dicton déjà dit : Les portes du séjour des morts ne prévaudront pas contre lui, Matthieu 16:18, ne s'applique-t-il pas à tous et à chacun d'eux ? Et aussi le dicton : Sur cette pierre je bâtirai mon église ? Matthieu 16:18 Les clés du royaume des cieux sont-elles données par le Seigneur à Pierre seul, et aucun autre des bienheureux ne les recevra ? Mais si cette promesse, je vous donne les clefs du royaume des cieux, Matthieu 16:19, est commune aux autres, comment toutes les choses dont il a été précédemment question, et celles qui sont jointes comme ayant été adressées à Pierre, ne leur seront-elles pas communes ? Car en ce lieu, ces paroles semblent s'adresser à Pierre seul : Tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans les cieux, Matthieu 16:19 etc. ; mais dans l'Evangile de Jean le Sauveur, ayant donné le Saint-Esprit aux disciples en soufflant sur eux, dit : Recevez le Saint-Esprit, Jean 20:22 etc. Beaucoup diront alors au Sauveur : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ; mais tous ceux qui diront cela ne le lui diront pas, comme ne l'ayant pas du tout appris par la révélation de la chair et du sang, mais par le Père qui est aux cieux lui-même, en enlevant le voile qui était sur leur coeur, afin qu'après cela, le visage découvert reflétant comme un miroir la gloire du Seigneur 2 Corinthiens 3:18, ils puissent parler par l'Esprit de Dieu en disant à son sujet : Seigneur Jésus, et à lui : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Matthieu 16:16 Et si quelqu'un lui dit cela, non par la chair et le sang qui lui sont révélés, mais par le Père qui est dans les cieux, il obtiendra les choses qui ont été dites selon la lettre de l'Evangile à ce Pierre, mais, comme l'esprit de l'Evangile l'enseigne, à quiconque devient tel que ce Pierre était. Car tous portent le nom de rocher qui sont les imitateurs du Christ, c'est-à-dire du rocher spirituel qui a suivi ceux qui sont sauvés, 1 Corinthiens 10:4 afin qu'ils y boivent le courant spirituel. Mais ceux-ci portent le nom du rocher tout comme le Christ. Mais aussi en tant que membres du Christ, qui tirent leur nom de famille de Lui, ils sont appelés chrétiens, et du rocher, Peters. C'est pourquoi vous direz que les justes portent le nom du Christ qui est Justice, et les sages celui du Christ qui est Sagesse. 1 Corinthiens 1:30 Ainsi, pour tous ses autres noms, vous les appliquerez comme noms de famille aux saints ; et à tous ceux-là pourrait être prononcée la parole du Sauveur, Tu es Pierre, etc. Mais qu'est-ce que c'est ? Est-ce le rocher sur lequel le Christ construit l'église, ou est-ce l'église ? Car la phrase est ambiguë. Ou est-ce comme si le rocher et l'église étaient une seule et même chose ? Je pense que c'est vrai, car ni contre le rocher sur lequel le Christ construit l'église, ni contre l'église, les portes de l'Hadès ne prévaudront, tout comme on ne trouve pas la voie du serpent sur le rocher, selon ce qui est écrit dans les Proverbes. Or, si les portes du séjour des morts prévalent contre quelqu'un, celui-ci ne peut être un rocher sur lequel le Christ construit l'Église, ni l'Église construite par Jésus sur le rocher ; car le rocher est inaccessible au serpent, et il est plus fort que les portes du séjour des morts qui lui sont opposées, de sorte qu'à cause de sa force les portes du séjour des morts ne prévalent pas contre lui ; mais l'Église, en tant qu'édifice du Christ qui a sagement construit sa propre maison sur le roc, Matthieu 7 : 24 est incapable d'admettre les portes du séjour des morts qui s'opposent à tout homme qui est hors du rocher et de l'Église, mais qui n'ont aucun pouvoir contre elle.



12. Chaque péché - chaque fausse doctrine est une porte du Hadès.


Mais quand nous aurons compris que chacun des péchés par lesquels il y a un chemin vers le Hadès est une porte du Hadès, nous appréhenderons que l'âme, qui a une tache, une ride ou une chose semblable, Ephésiens 5:27 et à cause de la méchanceté n'est ni sainte ni irréprochable, n'est ni un rocher sur lequel le Christ construit, ni une église, ni une partie d'une église que le Christ construit sur le rocher. Mais si quelqu'un veut nous faire honte à propos de ces choses à cause de la grande majorité de ceux de l'église qui sont censés croire, il faut lui dire que non seulement beaucoup sont appelés, mais peu sont élus ; Matthieu 22 : 14 mais aussi ce qui a été dit par le Sauveur à ceux qui viennent à Lui, tel qu'il est écrit dans Luc en ces termes : "Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, car beaucoup, je vous le dis, chercheront à entrer par la porte étroite et ne le pourront pas" ; Luc 13:24 et aussi ce qui est écrit dans l'Evangile de Matthieu ainsi : "Car étroite est la porte, et étroit est le chemin qui mène à la vie, et peu nombreux sont ceux qui le trouvent. Matthieu 7:14 Or, si vous vous tenez à la parole : Beaucoup, je vous le dis, chercheront à entrer et ne pourront pas, Luc 13:24 vous comprendrez que cela concerne ceux qui se vantent d'être de l'Eglise, mais qui vivent faiblement et contrairement à la parole. Parmi ceux qui cherchent à entrer, ceux qui ne peuvent pas entrer ne pourront pas le faire, parce que les portes du séjour des morts l'emportent sur eux ; mais pour ceux contre qui les portes du séjour des morts ne l'emportent pas, ceux qui cherchent à entrer seront forts et pourront tout faire, en Jésus-Christ, qui les fortifie. Philippiens 4:13 Et de même, chacun de ceux qui ont une mauvaise opinion est devenu l'architecte d'une certaine porte du séjour des morts ; mais ceux qui collaborent à l'enseignement de l'architecte de ces choses sont des serviteurs et des intendants, qui sont les esclaves de la mauvaise doctrine qui va édifier l'impiété. Et bien que les portes de l'Hadès soient nombreuses et presque innombrables, aucune porte de l'Hadès ne prévaudra contre le rocher ou contre l'église que le Christ construit sur lui. Néanmoins, ces portes ont un certain pouvoir qui leur permet de dominer ceux qui ne leur résistent pas et ne luttent pas contre elles ; mais elles sont dépassées par d'autres qui, parce qu'ils ne se détournent pas de Celui qui a dit : Je suis la porte, Jean 10:9, ont arraché de leur âme toutes les portes du séjour des morts. Et cela aussi nous devons savoir que, comme les portes des villes ont chacune leur propre nom, de même les portes du Hadès peuvent être nommées d'après l'espèce des péchés ; de sorte qu'une porte du Hadès est appelée fornication, par laquelle passent les fornicateurs, et une autre négation, par laquelle les négateurs de Dieu descendent dans le Hadès. De même, chacun des hétérodoxes et de ceux qui ont engendré une connaissance faussement appelée ainsi, 1 Timothée 6:20 a construit une porte du Hadès - Marcion une porte, Basilide une autre, et Valentinus une autre.



13. Les portes de l'Hadès et les portes de Sion se sont opposées.


En ce lieu donc, on parle des portes du Hadès ; mais dans les Psaumes, le prophète rend grâce en disant : "Celui qui m'élève des portes de la mort, afin que je publie toutes tes louanges aux portes de la fille de Sion". Et nous apprenons par là qu'il n'est jamais possible à quiconque d'être digne de proclamer les louanges de Dieu, à moins d'avoir été élevé des portes de la mort et d'être venu aux portes de Sion. Or, les portes de Sion peuvent être conçues à l'opposé des portes de la mort, de sorte qu'il y a une porte de la mort, la dissolution, mais une porte de Sion, la maîtrise de soi ; et ainsi une porte de la mort, l'iniquité, mais une porte de Sion, la justice, que le prophète montre en disant : Voici la porte de l'Eternel, les justes y entreront. Il y a encore la lâcheté, une porte de mort, mais le courage viril, une porte de Sion ; et l'absence de prudence, une porte de mort, mais son contraire, la prudence, une porte de Sion. Mais à toutes les portes de la connaissance qui est faussement appelée 1 Timothée 6:20 s'oppose une porte, la porte de la connaissance qui est exempte de mensonge. Mais considérez si, à cause du dicton, notre lutte n'est pas contre la chair et le sang, Ephésiens 6:12 etc., vous pouvez dire que chaque puissance et chef de ce monde de ténèbres, et chacune des armées spirituelles de la méchanceté dans les lieux célestes Ephésiens 6:12 est une porte du Hadès et une porte de la mort. Que les principautés et les puissances avec lesquelles nous luttons soient donc appelées portes du Hadès, mais les esprits serviteurs Hébreux 1:14 portes de la justice. Mais comme dans le cas des choses meilleures, on parle d'abord de plusieurs portes, et qu'après les portes, il y en a une, dans le passage : Ouvrez-moi les portes de la justice, j'entrerai dedans, et je confesserai pleinement au Seigneur, et voici la porte du Seigneur, par elle entreront les justes ; de même, dans le cas des portes qui s'opposent, il y a plusieurs portes du séjour des morts et de la mort, chacune étant une puissance ; mais sur toutes ces portes le méchant lui-même. Prenons garde à chaque péché, comme si nous descendions à quelque porte de la mort si nous péchons ; mais quand nous serons relevés des portes de la mort, proclamons toutes les louanges du Seigneur aux portes de la fille de Sion ; comme, par exemple, à une porte de la fille de Sion - ce qu'on appelle la maîtrise de soi - nous proclamerons par notre maîtrise de soi les louanges de Dieu ; et dans une autre qui s'appelle la justice, par la justice nous déclarerons les louanges de Dieu ; et, généralement, dans toutes les choses dignes de louange dont nous sommes occupés, dans celles-ci nous sommes à une porte de la fille de Sion, déclarant à chaque porte une louange de Dieu. Mais nous devons nous demander si, dans l'un des Douze, il est dit : "Ils haïssaient celui qui réprimande aux portes, et ils détestaient la parole sainte. Amos 5:10 Peut-être, alors, celui qui réprimande aux portes est-il des portes de la fille de Sion, réprimandant ceux qui sont dans les péchés qui s'opposent à cette porte, même des portes du Hadès ou de la mort. Mais si vous ne comprenez pas ces paroles : "Ils détestent celui qui réprimande aux portes", soit l'expression aux portes sera considérée comme superflue, soit on cherchera à savoir comment ce qui est dit peut être digne de l'esprit prophétique.



14. Dans quel sens les clés sont données à Pierre, et à chaque Pierre. Limites de ce pouvoir.


Et après cela, voyons dans quel sens il est dit à Pierre, et à chaque Pierre, je vous donnerai les clés du royaume des cieux. Matthieu 16:19 Et, en premier lieu, je pense que l'adage : Je vous donnerai les clefs du royaume des cieux, est dit en cohérence avec les mots : Les portes du séjour des morts ne prévaudront pas contre lui. Matthieu 16:18 Car il est digne de recevoir de la même Parole les clefs du royaume des cieux, lui qui est fortifié contre les portes du séjour des morts, afin qu'elles ne lui soient pas opposées, et qui a reçu, pour ainsi dire, en prix, les clefs du royaume des cieux, parce que les portes du séjour des morts n'avaient aucun pouvoir contre lui, afin qu'il s'ouvre lui-même les portes qui étaient fermées à ceux qui avaient été conquis par les portes du séjour des morts. Et il entre, comme un homme tempéré, par une porte ouverte - la porte de la tempérance - par la clé qui ouvre la tempérance ; et, comme un homme juste, par une autre porte - la porte de la justice - qui est ouverte par la clé de la justice ; et ainsi de suite avec le reste des vertus. Car je pense que pour chaque vertu de la connaissance, certains mystères de la sagesse correspondant à l'espèce de la vertu sont ouverts à celui qui a vécu selon la vertu ; le Sauveur donnant à ceux qui ne sont pas maîtrisés par les portes de l'Hadès autant de clés qu'il y a de vertus, qui ouvrent des portes égales en nombre, qui correspondent à chaque vertu selon la révélation des mystères. Et peut-être aussi que chaque vertu est un royaume des cieux, et que toutes ensemble sont un royaume des cieux, de sorte que, selon cela, celui qui vit selon les vertus est déjà dans le royaume des cieux, de sorte que, selon cela, la parole : "Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche," doit être rapportée, non pas aux temps, mais aux actes et aux dispositions ; car le Christ, qui est toute vertu, est venu et parle, et à cause de cela le royaume de Dieu est dans ses disciples, et non pas ici ou là. Luc 17:21 Mais considérez quelle est la puissance du rocher sur lequel l'Eglise est bâtie par le Christ, et quelle est la puissance de quiconque dit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant, afin que les jugements de cet homme demeurent fermes, comme si Dieu jugeait en lui, afin que, dans le jugement même, les portes du séjour des morts ne l'emportent pas sur lui. Mais si quelqu'un juge injustement, s'il ne lie pas sur la terre selon la Parole de Dieu et s'il ne relâche pas sur la terre selon sa volonté, les portes du séjour des morts l'emportent sur lui ; mais si quelqu'un n'est pas jugé selon les portes du séjour des morts, cet homme juge justement. C'est pourquoi il a les clefs du royaume des cieux, ouvrant à ceux qui ont été déliés sur la terre, pour qu'ils soient aussi déliés dans les cieux et libres, et fermant à ceux qui, par son juste jugement, ont été liés sur la terre, pour qu'ils soient aussi liés dans les cieux et condamnés. Mais lorsque ceux qui remplissent la fonction d'épiscopat se servent de cette parole en tant que Pierre et que, ayant reçu du Sauveur les clefs du royaume des cieux, ils enseignent que les choses qu'ils ont liées, c'est-à-dire condamnées, sont aussi liées dans les cieux, et que ceux qui ont obtenu par eux la rémission sont aussi déliés dans les cieux, nous devons dire qu'ils parlent sainement s'ils ont le mode de vie en raison duquel il a été dit à ce Pierre : "Tu es Pierre" ; Matthieu 16 : 18. et s'ils sont tels que l'Église a été bâtie sur eux par le Christ, et qu'on pourrait leur en référer à juste titre ; et que les portes du séjour des morts ne doivent pas l'emporter sur lui quand il veut lier et délier. Mais s'il est lié par les liens de ses péchés, Proverbes 5:22, il ne peut pas être lié et détaché. Et peut-être pouvez-vous dire que dans les cieux qui sont dans le sage - c'est-à-dire les vertus - le mauvais homme est lié ; et encore dans ceux-ci l'homme vertueux est délié, et a reçu une indemnité pour les péchés qu'il a commis avant sa vertu. Mais, comme l'homme qui n'a pas les cordes des péchés ni des iniquités comparées à une longue corde ou à la courroie du joug d'une génisse, Esaïe 5 : 18 même Dieu ne pourrait lier de la même manière aucun Pierre, quel qu'il soit ; et si quelqu'un qui n'est pas Pierre, et qui ne possède pas les choses dont il est question ici, s'imagine comme un Pierre qu'il va lier sur la terre de telle sorte que les choses liées soient liées dans le ciel, et qu'il va délier sur la terre de telle sorte que les choses déchargées soient déchargées dans le ciel, il est gonflé, ne comprenant pas le sens des Écritures, et, étant gonflé, il est tombé dans la ruine du diable. 1 Timothée 3:10



15. Relation entre l'ancienne commission donnée par Jésus aux disciples et son injonction de silence actuelle. Croyance et connaissance contrastées.


Puis Il enjoignit à Ses disciples de ne dire à personne qu'Il était le Christ. Matthieu 16:20 Il est écrit ci-dessus que Jésus a envoyé ces douze personnes en leur disant : "N'allez pas dans les voies des païens", Matthieu 10:5 et les autres paroles qui leur ont été dites lorsqu'il les a envoyées à l'apostolat. A-t-il alors souhaité qu'ils proclament, alors qu'ils remplissaient déjà la fonction d'Apôtres, qu'Il était le Christ ? Car s'il l'a voulu, il convient de se demander pourquoi il ordonne maintenant aux disciples de ne pas dire qu'il est le Christ ? Ou, s'il ne le souhaitait pas, comment les choses concernant l'apostolat peuvent-elles être maintenues en toute sécurité ? Et c'est aussi dans ce lieu que l'on peut se demander si, lorsqu'Il a renvoyé les Douze, Il ne les a pas renvoyés en sachant qu'Il était le Christ ? Mais si les Douze avaient une telle compréhension, manifestement Pierre l'avait aussi ; comment donc est-il maintenant déclaré bienheureux ? Car l'expression utilisée ici indique clairement que c'est la première fois que Pierre confesse que le Christ est le Fils du Dieu vivant. Matthieu a donc écrit, selon certains manuscrits, qu'il a ordonné à ses disciples de ne dire à personne qu'il était le Christ, mais Matthieu 16:20 Marc dit : Il leur a ordonné de ne le dire à personne ; Marc 8:30 et Luc : Il leur a ordonné de ne le dire à personne. Luc 9:21 Mais qu'est-ce que c'est ? Est-ce que c'est aussi selon lui que Pierre a répondu et dit à la question : Qui dites-vous que je suis, le Christ, le Fils du Dieu vivant ? Matthieu 16:15-16 Vous devez savoir, cependant, que certains manuscrits de l'Evangile selon Matthieu ont, Il a chargé. Matthieu 16:20 La difficulté ainsi commencée me paraît bien réelle ; mais qu'on cherche une solution qui ne puisse être contestée, et que celui qui la trouvera la fasse valoir avant tous, si elle est plus crédible que celle que nous avancerons comme une vue assez tempérée. Considérez donc, si vous pouvez dire, que la croyance que Jésus est le Christ est inférieure à la connaissance de ce que l'on croit. Et peut-être y a-t-il aussi une différence dans la connaissance de Jésus en tant que Christ, car tous ceux qui le connaissent ne le connaissent pas de la même façon. D'après les paroles de Jean, "Si vous demeurez dans ma parole, vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira" (Jean 8:31-32), il est clair que la croyance sans connaissance est inférieure à la connaissance ; mais qu'il y ait une différence dans la connaissance de Jésus en tant que Christ, car tous ceux qui le connaissent ne le connaissent pas de la même façon, est un fait évident pour quiconque accorde ne serait-ce qu'une toute petite attention à cette question. En effet, qui ne reconnaîtrait pas, par exemple, que Timothée, bien qu'il sache que Jésus est le Christ, n'a pas été éclairé dans une mesure aussi grande dans la connaissance de Jésus que l'Apôtre l'a été ? Et qui n'admettrait pas non plus que, bien que beaucoup, disant la vérité, disent de Dieu qu'il m'a donné une vraie connaissance des choses qui sont, ils ne le diront pas avec la même perspicacité et la même appréhension des choses connues, ni comme connaissant le même nombre de choses ? Mais ce n'est pas seulement en ce qui concerne la différence de savoir que ceux qui savent ne savent pas pareillement, mais aussi selon ce qui est la source de la connaissance ; de sorte que, selon cela, celui qui connaît le Fils par la révélation du Père, Matthieu 16:16 comme Pierre est attesté l'avoir connu, a la plus haute béatitude. Maintenant, si notre point de vue est fondé, vous allez considérer si les Douze ont cru auparavant mais ne savaient pas ; mais, après avoir cru, ils ont aussi acquis les rudiments de la connaissance et ont su quelques choses sur Lui ; et ensuite ils ont continué à progresser dans la connaissance afin de pouvoir recevoir la connaissance du Père qui révèle le Fils ; position dans laquelle Pierre était, quand il a été déclaré béni ; car aussi il est déclaré béni non seulement parce qu'il a dit : Tu es le Christ, mais avec l'addition, le Fils du Dieu vivant. En conséquence, Marc et Luc qui ont enregistré que Pierre a répondu et dit : Tu es le Christ, mais n'ont pas donné l'addition trouvée dans Matthieu, n'ont pas enregistré qu'il a été déclaré béni pour ce qui avait été dit, ni la bénédiction qui a suivi la déclaration de bénédiction, Tu es Pierre, Matthieu 16:18 etc.



16. Croissance graduelle de la connaissance des disciples.


Mais maintenant, nous devons d'abord examiner le fait qu'ils déclaraient d'autres choses sur Lui comme étant grandes et merveilleuses, mais qu'ils n'avaient pas encore proclamé qu'Il était le Christ, de peur que le Sauveur ne semble leur enlever l'autorité d'annoncer qu'Il était le Christ, qu'Il leur avait autrefois accordée. Et peut-être que quelqu'un soutiendra un argument de ce genre, en disant que lors de leur introduction dans l'école du Christ, les Juifs ont reçu des disciples un enseignement glorieux sur Jésus, afin qu'en temps voulu, les choses concernant le fait que Jésus soit le Christ soient construites sur ces bases ; et peut-être que beaucoup des choses qui leur ont été dites l'ont été à tous ceux qui croyaient pratiquement ; car ce n'est pas seulement aux Apôtres que s'applique la parole : "Devant les gouverneurs et les rois aussi, vous serez amenés à cause de moi, pour leur rendre témoignage, à eux et aux païens" (Matthieu 10) : 18 et peut-être pas non plus aux Apôtres absolument, mais à tous ceux qui étaient sur le point de croire à la parole : Et frère livrera frère à la mort, Matthieu 10 : 21 etc. mais, à quiconque me confessera, Matthieu 10:32 etc, n'est pas dit spécialement aux Apôtres, mais aussi à tous les croyants. C'est pourquoi, à travers ce qui a été dit aux Apôtres, on a donné au préalable un aperçu de l'enseignement qui leur sera ensuite utile, ainsi qu'à tout enseignant.



17. Raisons de cette connaissance progressive.


Et de même, celui qui soutient que le fait qu'il était le Christ avait été autrefois proclamé par les Apôtres lorsqu'ils entendirent la parole : "Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le dans la lumière, et ce que vous entendez à l'oreille, proclamez-le sur les toits", Matthieu 10 : 27 dira qu'il a voulu d'abord donner une instruction catéchétique en quelque sorte à ceux des Apôtres qui devaient entendre le nom du Christ, puis permettre que cela soit digéré pour ainsi dire dans l'esprit des auditeurs, afin que, après une période de silence dans la proclamation de quelque chose de ce genre à son sujet, à un moment plus opportun, il y ait une construction sur les anciens rudiments du Christ Jésus crucifié et ressuscité des morts, ce que, au début, même les Apôtres ne savaient pas ; car il est écrit dans le passage que nous examinons maintenant : "Dès ce moment, Jésus commença à montrer à ses disciples qu'il devait aller à Jérusalem Matthieu 16 : 21 et souffrir ceci et cela. Mais si maintenant, pour la première fois, les Apôtres apprennent de Jésus les choses qui allaient lui arriver, à savoir que les anciens comploteront contre lui, qu'il sera mis à mort et qu'après cela, le troisième jour, il ressuscitera d'entre les morts - quelle nécessité y a-t-il de supposer que ceux qui avaient été enseignés par les Apôtres au sujet de Jésus les connaissaient auparavant, ou que, bien que le Christ leur ait été annoncé, il leur a été annoncé par une introduction qui n'élucidait pas clairement les choses le concernant ? Car notre Sauveur a voulu, lorsqu'il a enjoint aux disciples de ne dire à personne qu'il était le Christ, réserver l'enseignement plus parfait à son sujet à un moment plus opportun, lorsque les disciples qui l'avaient vu crucifié et ressuscité pourraient témoigner des choses relatives à sa résurrection. Car si les Apôtres, qui étaient toujours avec lui et qui avaient vu toutes les choses merveilleuses qu'il avait faites, et qui témoignaient de ses paroles comme étant des paroles de vie éternelle, Jean 6:68, étaient offensés dans la nuit où il a été trahi - quels auraient été, à votre avis, les sentiments de ceux qui avaient appris auparavant qu'il était le Christ ? Pour les épargner, je pense qu'Il a donné cet ordre.



18. Jésus a d'abord été proclamé par les Douze comme un travailleur et un enseignant seulement.


Mais celui qui soutient que les choses dites aux Douze se rapportent aux temps ultérieurs, et que les Apôtres n'avaient pas encore annoncé à leurs auditeurs qu'Il était le Christ, dira qu'Il souhaitait que la conception du Christ qui était impliquée dans le nom de Jésus soit réservée à cette prédication qui était plus parfaite, et qui apportait le salut, telle que Paul la connaissait lorsqu'il dit aux Corinthiens : "J'ai décidé de ne rien savoir parmi vous, sauf Jésus-Christ et Lui crucifié. 1 Corinthiens 2:2 C'est pourquoi, autrefois ils proclamaient Jésus comme faisant certaines choses et enseignant certaines autres ; mais maintenant, quand Pierre confesse qu'il est le Christ, le Fils du Dieu vivant, comme il ne voulait pas qu'on proclame déjà qu'il est le Christ, afin qu'il soit proclamé à un moment plus propice, et que, crucifié, il ordonne à ses disciples de ne dire à personne qu'il est le Christ. Et que c'était là sa signification, lorsqu'il a interdit de proclamer qu'il était le Christ, est dans une mesure établie par les mots : "Dès ce moment, Jésus commença à montrer à ses disciples comment il devait aller à Jérusalem, et souffrir beaucoup de choses des anciens, et ce qui est annexé ; Matthieu 16 : 21 car alors, au moment opportun, il proclame, pour ainsi dire, aux disciples qui savaient que Jésus était le Christ, le Fils du Dieu vivant, le Père leur ayant révélé, qu'au lieu de croire en Jésus-Christ qui avait été crucifié, ils devaient croire en Jésus-Christ qui allait être crucifié. Mais aussi, au lieu de croire en Jésus-Christ et en Celui qui est ressuscité d'entre les morts, il leur enseigne à croire en Jésus-Christ et en Celui qui est sur le point de ressusciter d'entre les morts. Mais comme il a éloigné de lui les principautés et les pouvoirs, il les a fait paraître ouvertement, en triomphant sur la croix, Colossiens 2:15. Si quelqu'un a honte de la croix du Christ, il a honte de la dispense pour laquelle ces pouvoirs ont été triomphés ; et il convient que celui qui croit et qui sait ces choses se glorifie dans la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, Galates 6 : 14 par laquelle, lorsque le Christ fut crucifié, les principautés - parmi lesquelles, je pense, se trouvait aussi le prince de ce monde - furent mises en spectacle et triomphèrent devant le monde des croyants. C'est pourquoi, alors que sa souffrance était proche, il dit : Maintenant le prince de ce monde a été jugé, Jean 16:11 et : Maintenant le prince de ce monde sera chassé, et, si je suis élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi ; Jean 12:31-32 car il n'avait plus le pouvoir suffisant pour empêcher ceux qui allaient à Jésus d'être attirés par lui.



19. Importance de la proclamation de Jésus comme le Crucifié.


Il est donc nécessaire pour la proclamation de Jésus comme le Christ, qu'Il soit proclamé comme crucifié ; et la proclamation que Jésus était le Christ ne me semble pas si défectueuse lorsque l'un de Ses autres miracles est passé sous silence, comme lorsque le fait de Sa crucifixion est passé sous silence. C'est pourquoi, se réservant la proclamation plus parfaite des choses le concernant par les Apôtres, il a ordonné à ses disciples de ne dire à personne qu'il était le Christ ; et il les a préparés à dire qu'il était le Christ crucifié et ressuscité des morts, quand il a commencé non seulement à dire, ni même à avancer au point d'enseigner simplement, mais à montrer Matthieu 16:21 à ses disciples qu'il doit aller à Jérusalem, etc. pour s'occuper de l'expression "montrer", car tout aussi sensées sont les choses qu'il dit montrer que les choses qu'il dit à ses disciples sont dites par Jésus. Et je ne pense pas que chacune des choses vues ait été montrée à ceux qui l'ont vu souffrir beaucoup de choses dans son corps de la part des anciens du peuple, avec autant de clarté que ne l'a été la démonstration rationnelle sur Lui aux disciples.



20. Pourquoi Jésus devait aller à Jérusalem.


Il commença alors à montrer ; Matthieu 16:21 et probablement après, lorsqu'ils purent le recevoir, il montra plus clairement, ne commençant plus à montrer comme à ceux qui apprenaient l'introduction, mais avançant déjà dans la démonstration ; et s'il est raisonnable de concevoir que Jésus a entièrement achevé ce qu'il a commencé, alors, quelque temps, il a entièrement achevé ce qu'il a commencé à montrer à ses disciples sur la nécessité de sa souffrance les choses qui sont écrites. Car, lorsque quelqu'un appréhende de la Parole la connaissance parfaite de ces choses, il faut dire que, à partir d'une exposition rationnelle (l'esprit voyant les choses qui sont montrées,) l'exposition devient complète pour celui qui a la volonté et le pouvoir de contempler ces choses, et qui les contemple. Mais comme il ne peut pas arriver qu'un prophète périsse hors de Jérusalem, Luc 13,33 - une disparition qui correspond aux paroles : "Celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera", Matthieu 10,39 - il lui fallait donc se rendre à Jérusalem, afin qu'après avoir beaucoup souffert dans cette Jérusalem, il puisse faire les prémices 1 Corinthiens 15,20 de la résurrection des morts dans la Jérusalem d'en haut, en détruisant et en brisant la ville sur la terre avec tout le culte qui y était entretenu. Tant que le Christ n'était pas ressuscité des morts, les prémices de ceux qui dorment, 1 Corinthiens 15 : 20 et que ceux qui se conforment à sa mort et à sa résurrection ne sont pas encore ressuscités avec lui, la cité de Dieu a été recherchée en bas, le temple, les purifications et le reste ; mais quand cela a eu lieu, ce ne sont plus les choses d'en bas qui ont été recherchées, mais les choses d'en haut ; et, pour que tout cela soit établi, il fallait qu'il aille à la Jérusalem d'en bas, et qu'il y ait beaucoup de souffrances de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes du peuple, afin qu'il soit glorifié par les anciens célestes qui pourraient recevoir ses bienfaits, et par les grands prêtres devins qui sont ordonnés sous l'unique souverain sacrificateur, et qu'il soit glorifié par les scribes du peuple qui sont occupés par des lettres non écrites avec de l'encre 2 Corinthiens 3 : 3 mais que l'Esprit du Dieu vivant le fasse connaître, et qu'il soit mis à mort dans la Jérusalem d'en bas, et qu'il règne, après être ressuscité des morts, sur la montagne de Sion et dans la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste. Hébreux 12 : 22 Mais le troisième jour, il ressuscita d'entre les morts, afin de les délivrer du méchant et de son fils, en qui étaient le mensonge, l'iniquité, la guerre, et tout ce qui était contraire à ce qu'est le Christ, et aussi de l'esprit profane qui se transforme en Esprit Saint, Il pourrait gagner pour ceux qui ont été délivrés le droit d'être baptisés en esprit, en âme et en corps, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, qui représentent les trois jours éternellement présents en même temps à ceux qui, par leur intermédiaire, sont fils de lumière.



21. La Révélation de Pierre et la Réponse de Jésus.


Et Pierre le prit et se mit à le réprimander, en disant : Dieu te soit propice. Seigneur, cela ne t'arrivera jamais. Matthieu 16:22 A qui il dit : Arrière de moi, Satan, tu es pour moi une pierre d'achoppement, car tu ne te soucies pas des choses de Dieu, mais des choses des hommes. Matthieu 16:23 Puisque Jésus avait commencé à montrer à Ses disciples qu'Il devait aller à Jérusalem, et souffrir beaucoup de choses, Pierre a jusqu'ici appris le commencement de ces choses qui ont été montrées. Mais comme il pensait que les souffrances étaient indignes de Christ, le Fils du Dieu vivant, et au-dessous de la dignité du Père qui lui avait révélé de si grandes choses sur Christ, - car les choses qui concernaient sa souffrance à venir ne lui avaient pas été révélées - à ce titre, il le prit, et comme oubliant l'honneur dû à Christ, et que le Fils du Dieu vivant ne fait ni ne dit rien de digne de réprimande, il commença à le réprimander ; et comme quelqu'un qui avait besoin de propitiation - car il ne savait pas encore que Dieu l'avait établi pour être une propitiation par la foi en son sang, Romains 3 : 25 il dit : Que Dieu te soit propice, Seigneur ! Matthieu 16:22 approuvant son dessein, mais réprimandant son ignorance, parce que le dessein était juste, il lui dit : "Passe derrière moi, Matthieu 16:23 comme à quelqu'un qui, à cause des choses dont il était ignorant et ne parlait pas correctement, avait abandonné la suite de Jésus ; mais à cause de son ignorance, comme à quelqu'un qui avait quelque chose d'antagoniste aux choses de Dieu, il dit : Satan, qui en hébreu signifie adversaire. Mais, si Pierre n'avait pas parlé par ignorance, et s'il n'avait pas réprimandé le Fils du Dieu vivant, en lui disant : Dieu t'est favorable, Seigneur, cela ne t'arrivera jamais, le Christ ne lui aurait pas dit : "Passe derrière moi", comme à celui qui avait renoncé à être derrière lui et à le suivre ; et il n'aurait pas dit comme à celui qui avait tenu des propos contraires à ce qu'il avait dit : Satan. Mais maintenant, Satan l'a emporté sur celui qui avait suivi Jésus et qui allait derrière lui, pour qu'il cesse de le suivre et d'être derrière le Fils de Dieu, et qu'il le rende digne, en raison des paroles qu'il a prononcées dans l'ignorance, d'être appelé Satan et d'être une pierre d'achoppement pour le Fils de Dieu, et de ne pas s'occuper des choses de Dieu mais des choses des hommes. Mais le fait que Pierre était autrefois derrière le Fils de Dieu, avant qu'il ne commette ce péché, se manifeste par les paroles : "Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes". Matthieu 4:19



22. Importance des expressions derrière et retournées.


Mais vous comparerez ensemble sa parole à Pierre : Viens derrière moi, Satan, Matthieu 16:23 avec celle dite au diable (qui lui dit : Je te donnerai toutes ces choses si tu te prosternes et m'adores), Matthieu 4:9 vous en sortir, Matthieu 4:10 sans l'addition, derrière moi ; car être derrière Jésus est une bonne chose. C'est pourquoi il a été dit : Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes. Matthieu 4:19 Et au même effet, il est dit : Celui qui ne prend pas sa croix et ne suit pas derrière moi n'est pas digne de moi. Matthieu 10:38 Et, en principe, observez l'expression derrière ; car il est bon que quelqu'un aille derrière le Seigneur Dieu et soit derrière le Christ ; mais c'est le contraire qui se produit quand quelqu'un jette les paroles de Dieu derrière lui, ou quand il transgresse le commandement qui dit : Ne marchez pas derrière vos convoitises. Siracide 18:30 Et Élie, dans le troisième livre des Rois, dit aussi au peuple : Jusqu'à quand vous arrêterez-vous à genoux ? Si Dieu est l'Eternel, marchez derrière lui, mais si Baal est l'Eternel, marchez derrière lui. 1 Rois 18:21 Et Jésus dit cela à Pierre quand il se retourna, et il le fait en conférant une faveur. Et si donc vous rassemblez plus d'illustrations des personnes qui se sont tournées, et surtout celles qui sont attribuées à Jésus, et que vous les comparez les unes aux autres, vous constaterez que l'expression n'est pas superflue. Mais il suffit pour l'instant de faire ressortir ceci de l'Evangile selon Jean : Jésus se retourna et les vit - clairement, Pierre et André - suivre, et leur dit : "Que cherchez-vous ? Jean 1:38 Car observez que, lorsqu'Il s'est tourné, c'est pour le bien de ceux vers qui Il s'est tourné.



23. Pierre comme pierre d'achoppement de Jésus.


Ensuite, nous devons nous demander comment il a dit à Pierre : Tu es pour moi une pierre d'achoppement, Matthieu 16:23, surtout lorsque David dit : Les gens qui aiment ta loi ont une grande paix, et il n'y a pour eux aucune pierre d'achoppement. Car quelqu'un dira, si cela est dit dans le prophète, à cause de la fermeté de ceux qui ont de l'amour, et qui ne peuvent être offensés, car l'amour supporte tout, croit tout, espère tout, supporte tout, l'amour ne fait jamais défaut, 1 Corinthiens 13:7-8 comment le Seigneur lui-même, qui soutient tous ceux qui tombent et relève tous ceux qui se prosternent, a-t-il dit à Pierre : Tu es pour moi une pierre d'achoppement ? Mais il faut dire que non seulement le Sauveur, mais aussi celui qui est parfait dans l'amour, ne peut être offensé. Mais, dans la mesure où cela dépend de lui-même, celui qui dit ou fait de telles choses est une pierre d'achoppement même pour celui qui ne veut pas être offensé ; à moins que peut-être Jésus ne traite le disciple qui a péché de pierre d'achoppement même pour lui-même, autant que Paul, il aurait dit par amour : "Qui est faible, et je ne suis pas faible ? Qui est fait pour trébucher, et je ne brûle pas ? 2 Corinthiens 11:29 En accord avec ce que nous pouvons dire : Qui est fait pour trébucher, et je ne suis pas fait pour trébucher ? Mais si Pierre, en ce temps-là, à cause de la parole : Dieu t'est favorable, Seigneur, cela ne t'arrivera pas, Matthieu 16:22 a été appelé une pierre d'achoppement par Jésus, comme ne se souciant pas des choses de Dieu dans ce qu'il a dit, mais des choses des hommes, ce qu'il faut dire de tous ceux qui prétendent être devenus des disciples de Jésus, mais qui ne se soucient pas des choses de Dieu, et qui ne regardent pas aux choses invisibles et éternelles, mais qui se soucient des choses des hommes, et qui regardent aux choses visibles et temporelles, 2 Corinthiens 4 : 18 mais que de tels encore plus seraient stigmatisés par Jésus comme une pierre d'achoppement pour lui, et parce que pierre d'achoppement pour lui, comme pierre d'achoppement pour ses frères aussi ? Comme il dit à leur sujet : J'ai eu soif et vous ne m'avez pas donné à boire, Matthieu 25:42 etc..., il pourrait aussi dire : Quand je courais, vous m'avez fait trébucher. Ne supposons donc pas que c'est un péché insignifiant de se préoccuper des choses des hommes, puisque nous devons en tout se préoccuper des choses de Dieu. Et il conviendra de dire cela aussi à quiconque s'est écarté des doctrines de Dieu, des paroles de l'Église et d'un esprit véritable ; comme, par exemple, à celui qui se soucie autant de l'enseignement de Basilide, ou de Valentinus, ou de Marcion, ou de n'importe lequel de ceux qui enseignent les choses des hommes comme les choses de Dieu.



24. Renoncement à soi-même et port de la croix.


Alors Jésus dit à ses disciples : "Si quelqu'un veut me suivre, etc. Matthieu 16:24 Il montre par ces paroles que la volonté de venir après Jésus et de Le suivre, ne vient pas d'un courage viril ordinaire, et que personne qui ne s'est pas renié lui-même ne peut venir après Jésus. Et l'homme qui se renie lui-même, qui anéantit par une révolution éclatante sa propre vie passée dans la méchanceté, comme par exemple celui qui était autrefois licencieux, se renie lui-même licencieux, étant devenu maître de lui-même, même de façon durable. Mais il est probable que quelqu'un puisse formuler l'objection, soit qu'il s'est nié lui-même, donc qu'il se confesse aussi, soit qu'il s'est nié lui-même, l'injuste, et se confesse lui-même, le juste. Mais, si le Christ est justice, celui qui a reçu la justice ne se confesse pas lui-même mais le Christ ; de même, celui qui a trouvé la sagesse, par la possession même de la sagesse, confesse le Christ. Et celui qui croit de tout son coeur à la justice, et qui confesse de sa bouche pour le salut, Romains 10:10, et qui témoigne des oeuvres de Christ, comme confessant toutes ces choses de Christ devant les hommes, sera confessé par lui devant son Père qui est aux cieux. Matthieu 10:32 De même, celui qui ne s'est pas renié lui-même, mais qui a renié le Christ, fera l'expérience de la parole : Je le renierai aussi. Matthieu 10:33 A cause de cela, que toute pensée, tout but, toute parole et toute action deviennent un reniement de soi-même, mais un témoignage sur Christ et en Christ ; car je suis persuadé que toute action de l'homme parfait est un témoignage de Jésus-Christ, et que l'abstinence de tout péché est un reniement de soi, le conduisant à suivre Christ. Et tel est celui qui est crucifié avec le Christ, et qui se charge de sa propre croix suit celui qui, pour nous, porte sa propre croix, selon ce qui est dit dans Jean : Ils ont donc pris Jésus et l'ont mis sur lui, etc. Jean 19:17-18 Mais le Jésus selon Jean, pour ainsi dire, porte la croix pour lui-même, et la porte à l'extérieur ; mais le Jésus selon Matthieu et Marc et Luc, ne la porte pas pour lui-même, car c'est Simon de Cyrène qui la porte. Et peut-être cet homme fait-il référence à nous qui, à cause de Jésus, prenons la croix de Jésus, mais que Jésus lui-même la prend sur lui ; car il y a, pour ainsi dire, deux conceptions de la croix, celle que Simon de Cyrène porte, et celle que Jésus porte lui-même pour lui-même.



25. Référence à la parole de Paul sur la crucifixion avec le Christ.


En outre, en ce qui concerne le dicton "Qu'il se renie lui-même", Matthieu 16:24, la phrase suivante de Paul qui s'est renié lui-même semble appropriée : "Je vis, et ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi" ; Galates 2 : 20 car l'expression "Je vis, et pourtant ce n'est plus moi" était la voix de celui qui se reniait lui-même, comme de celui qui avait mis de côté sa propre vie et pris sur lui le Christ, afin de vivre en lui comme Justice, et comme Sagesse, et comme Sanctification, et comme notre Paix, et comme Puissance de Dieu, qui opère toutes choses en lui. Mais veillez également à ce que, bien qu'il existe de nombreuses formes de mort, le Fils de Dieu ait été crucifié, pendu à un arbre, afin que tous ceux qui meurent au péché ne meurent que par le chemin de la croix. C'est pourquoi ils diront : J'ai été crucifié avec le Christ, et : Loin de moi la gloire, si ce n'est dans la croix du Seigneur, par laquelle le monde a été crucifié pour moi et moi pour le monde. Car peut-être aussi chacun de ceux qui ont été crucifiés avec le Christ éloigne de lui les principautés et les puissances, et en fait un spectacle et triomphe sur elles dans la croix ; Colossiens 2:15 ou plutôt, le Christ fait ces choses en elles.



26. La perte de la vie ; et son sauvetage.


Car quiconque veut sauver sa propre vie la perdra. Matthieu 16:25 La première expression est ambiguë ; car elle peut être comprise d'une certaine manière ainsi. Si quelqu'un comme étant un amoureux de la vie, et pensant que la vie présente est bonne, tend soigneusement sa propre vie en vue de vivre dans la chair, ayant peur de mourir, comme par la mort allant la perdre, cet homme, par la volonté même de sauver de cette façon sa propre vie la perdra, la plaçant hors des frontières de la béatitude. Mais si quelqu'un qui méprise la vie présente à cause de ma parole, qui l'a persuadé de lutter pour la vie éternelle jusqu'à la mort pour la vérité, perd sa propre vie, la livrant par piété à ce qu'on appelle communément la mort, cet homme, comme à cause de ma parole il a perdu sa vie, la sauvera plutôt, et la gardera en sa possession. Et selon une deuxième façon, nous pourrions interpréter le dicton comme suit. Si quelqu'un, qui a saisi ce qu'est vraiment le salut, veut procurer le salut de sa propre vie, que cet homme, après avoir pris congé de cette vie, s'étant renié lui-même et ayant pris sa propre croix, et me suivant, perde sa propre vie pour le monde ; car l'ayant perdue à cause de moi et à cause de tout mon enseignement, il gagnera la fin de la perte de ce genre - le salut.



27. La vie perdue pour le monde est sauvée.


Mais en même temps, observez aussi qu'au début il est dit : "Celui qui veut, mais après, celui qui perdra. Matthieu 16:25 Si donc nous voulons être sauvés, perdons-la pour le monde, comme ceux qui ont été crucifiés avec Christ et qui ont pour leur gloire ce qui est sur la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par laquelle le monde doit être crucifié pour nous et nous pour le monde, Galates 6:14, afin que nous puissions gagner notre fin, le salut de notre vie, qui commence dès le moment où nous la perdons à cause de la parole. Mais si nous pensons que le salut de notre vie est une chose bénie, en référence au salut qui est en Dieu et aux bénédictions qui sont avec Lui, alors toute perte de vie doit être une bonne chose, et, pour l'amour du Christ, doit s'avérer être le prélude au salut béni. Il me semble donc, en suivant l'analogie du renoncement à soi, selon ce qui a été dit, que chacun doit perdre sa propre vie. Que chacun perde donc sa propre vie de pécheur, afin qu'ayant perdu ce qui est pécheur, il puisse recevoir ce qui est sauvé par des actions justes ; mais un homme ne sera aucunement avantagé s'il gagne le monde entier. Or, il gagne le monde, je pense, à qui le monde n'est pas crucifié ; et à qui le monde n'est pas crucifié, à cet homme-là sera la perte de sa propre vie. Mais lorsque deux choses nous sont proposées, soit en gagnant sa vie pour perdre le monde, soit en gagnant le monde pour perdre sa vie, il est beaucoup plus souhaitable que nous choisissions de perdre le monde et de gagner notre vie en la perdant à cause du Christ.



28. L'échange contre la vie.


Mais le dicton "Que doit donner un homme en échange de sa propre vie", Matthieu 16 : 26, si elle est prononcée en guise d'interrogatoire, semblera pouvoir indiquer qu'un échange pour sa propre vie est donné par l'homme qui, après ses péchés, a renoncé à toute sa substance, afin que ses biens nourrissent les pauvres, comme s'il allait par là obtenir le salut ; mais, si elle est prononcée de manière affirmative, je pense, pour indiquer qu'il n'y a rien dans l'homme par le don duquel, en échange de sa propre vie qui a été vaincue par la mort, il la rançonnera de sa main. L'homme ne pouvait donc rien donner en échange de sa propre vie, mais Dieu a donné en échange de la vie de tous, le précieux sang de Jésus-Christ, 1 Pierre 1:19 selon que nous avons été achetés avec un prix, 1 Corinthiens 6:20 ayant été rachetés, non avec des choses périssables comme l'argent ou l'or, mais avec du sang précieux, comme celui d'un agneau sans défaut et sans tache, même de Christ. 1 Pierre 1:18-19 Et dans Ésaïe, il est dit à Israël : J'ai donné l'Éthiopie en échange de toi, et l'Égypte et Syène en échange de toi ; depuis lors, tu es devenu honorable devant moi, tu as été glorifié. Esaïe 43:3-4 Car l'échange, par exemple, du premier-né d'Israël était le premier-né des Egyptiens, et l'échange pour Israël était les Egyptiens qui sont morts dans les derniers fléaux qui sont tombés sur l'Egypte, et dans la noyade qui a eu lieu après les fléaux. Mais, de ces choses, que celui qui est capable de s'enquérir si l'échange du véritable Israël donné par Dieu, qui rachète Israël de toutes ses transgressions, est la véritable Éthiopie, et, pour ainsi dire, l'Égypte spirituelle, et Syène d'Égypte ; et pour s'enquérir avec plus d'audace, peut-être Syène est-il l'échange pour Jérusalem, et l'Égypte pour la Judée, et l'Éthiopie pour ceux qui craignent, qui sont différents d'Israël, et la maison de Lévi, et la maison d'Aaron.



29. L'avènement du Fils de l'homme dans la gloire.


Car le Fils de l'homme viendra dans la gloire de son propre Père avec ses anges. Matthieu 16:27 Or, le Fils de l'homme n'est pas venu dans sa gloire ; car nous l'avons vu, et il n'avait ni forme ni beauté ; mais sa forme était déshonorée et défectueuse par rapport aux fils des hommes ; c'était un homme qui souffrait et travaillait dur, et qui connaissait la maladie persistante, parce que son visage était détourné, il était déshonoré et peu estimé. Esaïe 53:2-3 Et il fallait qu'Il vienne sous une forme telle qu'Il puisse porter nos péchés Esaïe 53:4 et souffrir pour nous, car ce n'est pas Lui qui s'est glorifié de porter nos péchés et de souffrir pour nous. Mais Il vient aussi dans la gloire, ayant préparé les disciples par cette épiphanie qui n'a ni forme ni beauté ; et, étant devenu comme eux pour devenir comme Lui, s'étant conformé à l'image de Sa gloire, Romains 8:29 depuis qu'Il s'est autrefois conformé au corps de notre humiliation, Philippiens 3:21 quand Il s'est vidé et a pris sur Lui la forme d'un serviteur, Philippiens 2:7 Il est restauré à l'image de Dieu et les fait aussi se conformer à elle.



30. La Parole apparaît sous différentes formes ; le temps de sa venue dans la gloire.


Mais si vous comprenez les différences de la Parole qui, par la folie de la prédication 1 Corinthiens 1:21, est proclamée à ceux qui croient, et dite avec sagesse à ceux qui sont parfaits, vous verrez en quoi la Parole a la forme d'un esclave pour ceux qui apprennent les rudiments, de sorte qu'ils disent : Nous l'avons vu et il n'avait ni forme ni beauté. Esaïe 53:2 Mais pour les parfaits, Il vient dans la gloire de Son propre Père, Matthieu 16:27 qui pourrait dire, et nous avons vu Sa gloire, la gloire comme du seul né du Père, pleine de grâce et de vérité. Jean 1:14 Car c'est à celui qui est parfait qu'apparaît la gloire de la Parole, et le Fils unique de Dieu son Père, et la plénitude de la grâce et de la vérité, ce que ne peut percevoir l'homme qui, pour croire, a besoin de la folie de la prédication. Mais le Fils de l'homme viendra dans la gloire de son propre Père, non pas seul, mais avec ses propres anges. Et si vous pouvez concevoir de tous ceux qui sont des compagnons dans la gloire de la Parole, et dans la révélation de la Sagesse qu'est le Christ, venant avec Lui, vous verrez de quelle manière le Fils de l'homme vient dans la gloire de son propre Père avec ses propres anges. Et considérez si vous pouvez dire à ce propos que les prophètes qui autrefois souffraient en vertu de leur parole n'ayant ni forme ni beauté avaient une position analogue à la Parole qui n'avait ni forme ni beauté. Et, comme le Fils de l'homme vient dans la gloire de son propre Père, de même les anges, qui sont les paroles des prophètes, sont présents avec lui en conservant la mesure de leur propre gloire. Mais lorsque la Parole viendra sous cette forme avec ses propres anges, il donnera à chacun une part de sa propre gloire et de l'éclat de ses propres anges, selon l'action de chacun. Mais nous disons ces choses sans rejeter même la seconde venue du Fils de Dieu comprise sous sa forme la plus simple. Mais quand ces choses arriveront-elles ? Quand s'accomplira cet oracle apostolique qui dit : "Car il faut que nous soyons tous debout devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive les choses faites dans le corps, selon ce qu'il a fait, soit bien, soit mal" ? 2 Corinthiens 5:10 Mais s'il rend à chacun selon ses oeuvres, non seulement la bonne action, ni le mal en dehors du bien, il est manifeste qu'il rendra à chacun selon tout mal, et selon toute bonne action. Mais je suppose - en suivant également l'Apôtre, mais en comparant aussi les paroles d'Ézéchiel, dans lesquelles les péchés de celui qui est un parfait converti sont effacés, et la droiture antérieure de celui qui est complètement déchu n'est pas prise en compte - que dans le cas de celui qui est parfait, et qui a totalement mis de côté la méchanceté, les péchés sont effacés, mais que, dans le cas de celui qui s'est totalement révolté contre la piété, si quelque chose de bon a été fait auparavant par lui, cela n'est pas pris en compte. Ezéchiel 18:21-24 Mais pour nous, qui occupons une position intermédiaire entre l'homme parfait et l'apostat, lorsque nous nous tenons devant le tribunal de Christ, 2 Corinthiens 5:10, ce que nous avons fait est rendu, que ce soit bien ou mal ; car nous n'avons pas été purs au point que nos mauvaises actions ne nous soient pas du tout imputées, et nous ne sommes pas tombés au point que nos meilleures actions soient oubliées.



31. L'interprétation simplifiée de la promesse de ne pas goûter à la mort.


En vérité, je vous le dis, il y en a qui se tiennent ici qui ne goûteront pas à la mort. Matthieu 16:28 Certains font référence à la montée - six jours après, ou, comme le dit Luc, Luc 9:28 huit jours - des trois disciples sur la haute montagne avec Jésus à part ; et ceux qui adoptent cette interprétation disent que Pierre et les deux autres n'ont pas goûté à la mort avant d'avoir vu le Fils de l'homme venir dans son propre royaume et dans sa propre gloire. En effet, lorsqu'ils ont vu Jésus transfiguré devant eux, de sorte que son visage brillait, etc., ils ont vu le royaume de Dieu venir avec puissance. Marc 9:1 Car, de même que des porteurs de lances se tiennent autour d'un roi, ainsi Moïse et Élie apparurent à ceux qui étaient montés sur la montagne, parlant avec Jésus. Mais il convient de se demander si l'assise à droite et à gauche du Sauveur dans son royaume se réfère à eux, de sorte que les paroles "Mais pour qui cela est préparé" ont été prononcées à cause d'eux dans Matthieu 20:23. Or cette interprétation sur les trois Apôtres ne goûtant pas à la mort avant d'avoir vu Jésus transfiguré, est adaptée à ceux qui sont désignés par Pierre comme des nouveau-nés désirant ardemment le lait raisonnable qui est sans artifice, 1 Pierre 2:2 à qui Paul dit : Je vous ai nourris de lait, non de viande, 1 Corinthiens 3:2 etc. Maintenant aussi, toute interprétation d'un texte capable d'édifier ceux qui ne peuvent recevoir de plus grandes vérités pourrait raisonnablement être appelée lait, coulant de la terre sainte des Ecritures, qui coule avec le lait et le miel. Mais celui qui a été sevré, comme Isaac, Genèse 21:8, digne de la bonne humeur et de la réception qu'Abraham a données au sevrage de son fils, chercherait ici et dans toute l'Ecriture une nourriture qui soit différente, je pense, de celle qui est de la viande, certes, mais qui n'est pas une nourriture solide, et de ce qu'on appelle figurativement les herbes, qui sont la nourriture de celui qui a été sevré et qui n'est pas encore fort mais faible, selon le dicton : Celui qui est faible mange des herbes. Romains 14:2 De même, celui qui a été sevré, comme Samuel, et consacré à Dieu par sa mère - elle était Anne, ce qui est, selon l'interprétation, une grâce - serait aussi un fils de la grâce, cherchant, comme celui qui est nourri dans le temple, la chair de Dieu, la nourriture sainte de ceux qui sont à la fois parfaits et prêtres.



32. Se tenir aux côtés du Sauveur.


Voici les réflexions relatives au passage qui nous est proposé et qui nous viennent à l'esprit à l'heure actuelle : Certains se tenaient là où se trouvait Jésus, ayant les pieds de l'âme solidement ancrés avec Jésus, et la position de leurs pieds était semblable à celle dont Moïse a parlé dans le passage : Et je me tins sur la montagne quarante jours et quarante nuits, Deutéronome 10:10 qui a été jugé digne de le faire dire par Dieu qui lui a demandé de se tenir près de lui, Mais tenez-vous ici avec moi. Deutéronome 5:31 Ceux qui se tiennent vraiment près de Jésus - c'est-à-dire par la Parole de Dieu - ne se tiennent pas tous de la même manière ; car parmi ceux qui se tiennent près de Jésus, il y a des différences les uns par rapport aux autres. C'est pourquoi, non pas tous ceux qui se tiennent aux côtés du Sauveur, mais quelques-uns d'entre eux comme se tenant mieux, ne goûtent pas à la mort, jusqu'à ce qu'ils aient vu la Parole qui a habité avec les hommes, et à cause de cela appelée Fils de l'homme, venant dans son propre royaume ; Car Jésus ne vient pas toujours dans son propre royaume quand il vient, car aux nouveaux initiés il est tel qu'ils pourraient dire, en voyant la Parole elle-même, non pas glorieuse ni grande, mais inférieure à beaucoup d'entre eux, Nous l'avons vu, et il n'avait ni forme ni beauté, mais sa forme était déshonorée, défectueuse par rapport à tous les fils des hommes. Esaïe 53:2-3 Et ces choses seront dites par ceux qui ont vu Sa gloire en relation avec leur propre époque, quand d'abord la Parole telle qu'elle était comprise dans la synagogue n'avait pour eux ni forme ni beauté. A la Parole, qui a manifestement pris le dessus sur toutes les paroles, il appartient donc une dignité royale qui est visible pour certains de ceux qui se tiennent aux côtés de Jésus, lorsqu'ils ont pu le suivre lorsqu'il va devant eux et monte sur la haute montagne de sa propre manifestation. Et de cet honneur, certains de ceux qui se tiennent aux côtés de Jésus sont jugés dignes s'ils sont soit un Pierre contre lequel les portes du Hadès ne l'emportent pas, soit les fils du tonnerre, Marc 3:17 et sont engendrés par la voix puissante de Dieu qui tonne et crie du ciel de grandes choses à ceux qui ont des oreilles et sont sages. Ceux-là au moins ne goûtent pas à la mort.



33. Interprétation de "Goûter la mort".


Mais nous devons chercher à comprendre ce que signifie "goûter la mort". Et Il est la vie qui dit, je suis la vie, Jean 14:6 et cette vie a été cachée avec Christ en Dieu ; et. quand Christ notre vie sera manifestée, alors avec Lui Colossiens 3:3-4 seront manifestés ceux qui sont dignes d'être manifestés avec Lui dans la gloire. Mais l'ennemi de cette vie, qui est aussi le dernier ennemi de tous ses ennemis qui seront détruits, est la mort, 1 Corinthiens 15:26 dont l'âme qui pèche meurt, ayant la disposition opposée à celle qui a lieu dans l'âme qui vit dans la droiture, et en conséquence de la vie dans la droiture. Et quand il est dit dans la loi : J'ai mis la vie devant ta face, Deutéronome 30:15 l'Ecriture dit ceci à propos de Celui qui a dit : Je suis la Vie, et à propos de Son ennemi, la mort ; l'un ou l'autre que chacun de nous choisit toujours par ses actes. Et quand nous péchons avec la vie devant notre face, la malédiction s'accomplit contre nous qui dit : Et ta vie sera suspendue devant toi, etc. Deutéronome 28:66-67 Comme donc la Vie est aussi le pain vivant qui est descendu du ciel et qui a donné la vie au monde, Jean 6:33, 51 ainsi la mort de Son ennemi est le pain mort. Or, toute âme rationnelle se nourrit soit de pain vivant, soit de pain mort, par les opinions bonnes ou mauvaises qu'elle reçoit. Comme dans le cas d'aliments plus courants, il est d'usage à un moment donné de ne les goûter que, et à un autre de les manger plus largement ; de même, dans le cas de ces pains, on mange insuffisamment en ne les goûtant que, mais un autre est rassasié - celui qui est bon ou est en voie de l'être avec le pain vivant qui est descendu du ciel, mais celui qui est mauvais avec le pain mort, qui est la mort ; et certains, peut-être avec parcimonie, et en péchant un peu, ne goûtent que la mort ; mais ceux qui sont parvenus à la vertu n'y goûtent même pas, mais se nourrissent toujours du pain vivant. Il s'ensuit naturellement, dans le cas de Pierre, contre lequel les portes de l'Hadès ne prévaudront pas, qu'il ne goûte pas la mort, puisque chacun goûte la mort et la mange au moment où les portes de l'Hadès prévaudront contre lui ; et on mange ou on goûte la mort en proportion de ce que les portes de l'Hadès plus ou moins, plus ou moins nombreuses, prévaudront contre lui. Mais aussi pour les fils du tonnerre qui ont été engendrés par le tonnerre, qui est une chose céleste, il était impossible de goûter à la mort, qui est extrêmement éloignée du tonnerre, leur mère. Mais ces choses, la Parole les prophétise à ceux qui seront parfaits, et qui, en se tenant avec la Parole, ont avancé si loin qu'ils n'ont pas goûté à la mort, jusqu'à ce qu'ils aient vu la manifestation et la gloire et le royaume et l'excellence de la Parole de Dieu en vertu de laquelle Il surpasse toute parole, qui, par une apparence de vérité, attire et entraîne ceux qui ne sont pas capables de briser les liens de la distraction, et de monter jusqu'à la hauteur de l'excellence de la Parole de vérité.



34. Signification de Jusqu'à. Pas de limitation de la promesse.


Mais puisque certains peuvent penser que la promesse du Sauveur prescrit une limite de temps pour ne pas goûter à la mort, à savoir qu'ils ne goûteront pas à la mort avant Matthieu 16:28, ils voient le Fils de l'homme venir dans son propre royaume, mais après cela ils y goûteront, montrons que selon l'usage scripturaire le mot jusqu'à signifie que le temps concernant la chose signifiée est pressant, mais n'est pas défini de telle sorte qu'après le jusqu'à, ce qui est contraire à la chose signifiée devrait avoir lieu. Or, le Sauveur dit aux onze disciples, lorsqu'il ressuscita d'entre les morts, ceci entre autres choses : "Voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la consommation de l'âge. Matthieu 28:20 En disant cela, a-t-Il promis qu'Il serait avec eux jusqu'à la consommation du siècle, mais qu'après la consommation du siècle, lorsqu'un autre siècle serait proche, appelé le siècle à venir, Il ne serait plus avec eux ? Mais je ne pense pas que quiconque osera dire qu'après la consommation de l'âge, le Fils de Dieu ne sera plus avec les disciples, parce que l'expression déclare qu'Il sera avec eux pendant si longtemps, jusqu'à la consommation de l'âge ; car il est clair que la question à l'étude était de savoir si le Fils de Dieu allait être immédiatement avec Ses disciples avant l'âge à venir et l'espoir des promesses de Dieu qui ont été données en récompense. Mais on aurait pu se demander - étant entendu qu'Il serait avec eux - si parfois Il était présent avec eux, et parfois pas. C'est pourquoi, nous libérant du soupçon qui aurait pu naître du doute, il a déclaré que maintenant et même tous les jours il serait avec les disciples, et qu'il ne laisserait pas ceux qui étaient devenus ses disciples jusqu'à la consommation de l'âge ; (car il a dit tous les jours qu'il ne niait pas que la nuit, au coucher du soleil, il serait présent avec eux). Mais si telle est la force de ces paroles, jusqu'à la consommation du siècle, nous ne serons pas contraints d'admettre que ceux qui voient le Fils de l'homme venir dans son propre royaume goûteront à la mort, après avoir été jugés dignes de le voir sous cette apparence. Mais comme dans le cas du passage que nous avons présenté, l'urgence était de nous enseigner que jusqu'à la consommation de l'âge, Il ne nous quitterait pas mais serait avec nous tous les jours ; aussi, dans ce cas également, je pense qu'il est clair pour ceux qui savent regarder la cohérence logique des choses que Celui qui a vu une fois pour toutes le Fils de l'homme venir dans Son propre royaume, et l'a vu dans Sa propre gloire, et a vu le royaume de Dieu venir avec puissance, ne pourrait pas goûter à la mort après la contemplation de choses si bonnes et si grandes. Mais en dehors de la parole de la promesse de Jésus, nous avons supposé, non sans raison, que nous goûterions à la mort, tant que nous ne serions pas encore jugés dignes de voir le royaume de Dieu venir avec puissance, et le Fils de l'homme venir dans sa propre gloire et dans son propre royaume.



35. Références bibliques à la mort.


Mais puisqu'il est écrit ici dans les trois évangélistes : "Ils ne goûteront pas à la mort", mais que dans d'autres écrits, des choses différentes sont écrites concernant la mort, il n'est peut-être pas déplacé d'avancer et d'examiner ces passages en même temps que le goût. Dans les Psaumes, il est donc dit : "Quel est l'homme qui vivra sans voir la mort ? Et encore, dans un autre lieu, que la mort vienne sur eux et qu'ils descendent vivants dans le Hadès ; mais dans l'un des prophètes, la mort devenue puissante les a engloutis ; Esaïe 25:8 et dans l'Apocalypse, la mort et le Hadès en suivent certains. Apocalypse 6:10 Or, dans ces passages, il me semble que c'est une chose de goûter à la mort, mais une autre de la voir, et une autre de la voir arriver sur quelques-uns, et qu'une quatrième chose, différente de ce qui précède, est signifiée par les mots : la Mort devenant puissante les a engloutis, et une cinquième chose, différente de celles-ci, par les mots : la Mort et le Hadès les suivent. Et si vous les rassembliez, vous trouveriez peut-être aussi d'autres différences que celles que nous avons mentionnées, par une comparaison entre elles et une juste enquête, vous trouveriez les choses signifiées dans chaque endroit. Mais ici je me demande si c'est un moindre mal de voir la mort, mais un plus grand mal que de la voir goûter, mais pire encore que de voir la mort suivre quelqu'un, et non seulement le suivre, mais aussi maintenant venir sur lui et s'emparer de celui qu'il suivait autrefois ; mais être englouti semble être plus grave que toutes les choses dont on parle. Mais en prêtant attention à ce qui est dit, et aux différences des péchés commis, vous ne serez pas, je pense, lent à admettre que des choses de ce genre ont été voulues par l'Esprit qui a fait que ces choses soient écrites dans les oracles de Dieu. Mais, s'il est nécessaire d'exposer plus clairement que ce qui a été dit ce qui est signifié en voyant le Fils de l'homme venir dans Son propre royaume, ou dans Sa propre gloire, et ce qui est signifié en voyant le royaume de Dieu venir avec puissance, ces choses - qu'elles soient faites pour briller dans nos cœurs, ou qu'elles soient trouvées par ceux qui cherchent, ou qu'elles entrent progressivement dans nos pensées, - que chacun juge comme il veut - nous les exposerons. Celui qui contemple et appréhende l'excellence de la Parole, en décomposant et en réfutant toutes les formes plausibles de choses qui sont vraiment des mensonges mais qui se déclarent être des vérités, voit le Fils de l'homme (selon la parole de Jean, la Parole de Dieu) venir dans Son propre royaume ; mais si un tel homme devait contempler la Parole, non seulement en décomposant les oppositions plausibles, mais aussi en représentant Ses propres vérités avec une parfaite clarté, il contemplerait Sa gloire en plus de Son royaume. Et un tel homme verrait en lui le royaume de Dieu venir avec puissance ; et il verrait cela comme quelqu'un qui n'est plus maintenant sous le règne du péché qui règne dans le corps mortel de ceux qui pèchent, Romains 6:12 mais qui est toujours sous les ordres du roi, qui est le Dieu de tous, dont le royaume est en effet potentiellement en nous, Luc 17:21 mais en réalité, et, comme Marc l'a appelé, avec puissance, et pas du tout dans la faiblesse au sein du seul parfait. Ces choses, Jésus les a donc promises aux disciples qui se tenaient debout, prophétisant non pas sur tous, mais sur certains.



36. Concernant la Transfiguration du Sauveur.


Au bout de six jours, selon Matthieu et Marc, il prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, son frère, et les emmène séparément sur une haute montagne, et il est transfiguré devant eux. Maintenant, il faut aussi admettre, avant l'exposé qui nous est fait de ces choses, que cela s'est passé il y a longtemps, et selon la lettre. Mais il me semble que ceux qui sont conduits par Jésus sur la haute montagne, et qui sont jugés dignes de voir sa transfiguration à part, ne sont pas conduits sans raison six jours après les discours prononcés précédemment. Car puisqu'en six jours - le nombre parfait - le monde entier - cette oeuvre d'art parfaite - a été fait, à ce titre je pense que celui qui transcende toutes les choses du monde en voyant non plus les choses qui se voient, car elles sont temporelles, mais déjà les choses qui ne se voient pas, et seulement les choses qui ne se voient pas, parce qu'elles sont éternelles, est représenté dans les paroles, Après six jours, Jésus prit avec Lui certaines personnes. Si donc l'un de nous veut être pris par Jésus, et conduit par lui sur la haute montagne, et être jugé digne de voir sa transfiguration à part, qu'il passe au-delà des six jours, car il ne voit plus les choses qui se voient, et n'aime plus le monde, ni les choses du monde, 1 Jean 2 : 15 ni ne convoite aucune convoitise mondaine, c'est-à-dire la convoitise des corps, et des richesses du corps, et de la gloire qui est après la chair, et toutes les choses dont la nature est de distraire et d'entraîner l'âme loin des choses meilleures et plus divines, et de la faire descendre et de la fixer à la tromperie de ce siècle, dans la richesse et la gloire, et le reste des convoitises qui sont les ennemis de la vérité. Car après avoir passé les six jours, comme nous l'avons dit, il observera un nouveau sabbat, se réjouissant sur la haute montagne, parce qu'il voit Jésus transfiguré devant lui ; car la Parole a des formes différentes, car elle apparaît à chacun selon ce qui lui convient, et elle ne se manifeste à personne au-delà de ses capacités.



37. La force des mots devant eux.


Mais vous demanderez si, lorsqu'Il a été transfiguré devant ceux qui ont été conduits par Lui sur la haute montagne, Il leur est apparu sous la forme de Dieu, comme Il l'était auparavant, de sorte qu'Il avait pour ceux qui se trouvaient en dessous la forme d'un serviteur, mais pour ceux qui L'ont suivi après les six jours sur la haute montagne, Il n'avait pas cette forme, mais la forme de Dieu. Mais écoutez ces choses, si vous le pouvez, tout en y prêtant attention spirituellement, afin qu'il ne soit pas dit simplement : Il a été transfiguré, mais avec une certaine addition nécessaire, que Matthieu et Marc ont consignée ; car, selon les deux, Il a été transfiguré avant eux. Et selon cela, en effet, vous direz qu'il est possible pour Jésus d'être transfiguré devant les uns avec cette transfiguration, mais devant d'autres en même temps de ne pas être transfiguré. Mais si vous voulez voir la transfiguration de Jésus devant ceux qui sont montés longtemps à part avec Lui sur la haute montagne, voyez avec moi le Jésus des Evangiles, comme plus simplement appréhendé, et comme on pourrait dire, connu selon la chair, par ceux qui ne montent pas, par des œuvres et des paroles édifiantes, sur la haute montagne de la sagesse, mais connu non plus selon la chair, mais connu dans sa divinité au moyen de tous les Evangiles, et vu sous la forme de Dieu selon leur connaissance ; car devant eux est Jésus transfiguré, et non pas devant l'un de ceux d'en bas. Mais quand Il est transfiguré, Son visage brille aussi comme le soleil, afin qu'Il soit manifesté aux enfants de lumière, qui ont renoncé aux oeuvres des ténèbres et revêtu les armes de la lumière, Romains 13:12, et qui ne sont plus les enfants des ténèbres ou de la nuit, mais qui sont devenus les fils du jour, et qui marchent honnêtement comme au jour ; et étant manifesté, Il leur resplendira non pas simplement comme le soleil, mais comme le soleil de la justice.



38. Les vêtements blancs comme la lumière.


Et non seulement Il est transfiguré devant de tels disciples, et Il n'ajoute pas seulement à la transfiguration l'éclat de Son visage comme le soleil ; mais en outre, pour ceux qui ont été conduits par Lui sur la haute montagne à l'écart, Ses vêtements apparaissent blancs comme la lumière. Matthieu 17:2 Mais les vêtements de Jésus sont les expressions et les lettres des évangiles dont Il s'est investi. Mais je pense que même les paroles des Apôtres qui indiquent les vérités le concernant sont des vêtements de Jésus, qui deviennent blancs pour ceux qui montent sur la haute montagne avec Jésus. Mais comme il y a aussi des différences entre les choses blanches, ses vêtements deviennent blancs comme la plus brillante et la plus pure de toutes les choses blanches ; et cela, c'est la lumière. Lorsque vous voyez quelqu'un qui a non seulement une compréhension approfondie de la théologie concernant Jésus, mais aussi qui rend claire chaque expression des Évangiles, n'hésitez pas à lui dire que les vêtements de Jésus sont devenus blancs comme la lumière. Mais lorsque le Fils de Dieu, dans sa transfiguration, sera ainsi compris et vu, que son visage est un soleil et que ses vêtements sont blancs comme la lumière, aussitôt, celui qui verra Jésus sous cette forme verra apparaître Moïse - la loi - et Élie - à la manière de la synecdoque, non pas un seul prophète, mais tous les prophètes - en conversation avec Jésus ; car telle est la force des paroles qui lui parlent ; Matthieu 17 : 3 mais, selon Luc, Moïse et Élie sont apparus dans la gloire, jusqu'aux paroles, à Jérusalem. Luc 9:30-31 Mais si quelqu'un voit la gloire de Moïse, ayant compris la loi spirituelle comme un discours en harmonie avec Jésus, et la sagesse des prophètes qui est cachée dans un mystère, 1 Corinthiens 2:7 il voit Moïse et Élie dans la gloire quand il les voit avec Jésus.



39. Jésus a été transfiguré - alors qu'il priait.


Ensuite, puisqu'il sera nécessaire d'exposer le passage tel qu'il est donné dans Marc, et comme il priait, il a été transfiguré devant eux, nous devons dire qu'il est peut-être possible de voir la Parole transfigurée devant nous si nous avons fait les choses mentionnées ci-dessus, et sommes montés sur la montagne, et avons vu la Parole absolue tenir conversation avec le Père, et le prier pour des choses telles que le vrai Grand Prêtre pourrait prier pour le seul vrai Dieu. Mais pour qu'il puisse ainsi tenir la communion avec Dieu et prier le Père, il monte sur la montagne ; et alors, selon Marc, ses vêtements deviennent blancs et brillants comme la lumière, de sorte qu'aucun foulonnier sur terre ne peut les blanchir. Marc 9 : 3 Et peut-être que les fouisseurs sur la terre sont les sages de ce monde qui font attention à la diction qu'ils considèrent comme brillante et pure, de sorte que même leurs pensées les plus basses et leurs faux dogmes semblent être embellis par leur foulage, pour ainsi dire ; Mais celui qui montre ses propres vêtements scintillants à ceux qui sont montés et plus brillants que leur plénitude ne peut le faire, c'est le Verbe, qui expose dans les expressions des Ecritures que beaucoup méprisent les scintillements des pensées, quand le vêtement de Jésus, selon Luc, devient blanc et éblouissant. Luc 9:29



40. Discussion de la Parole de Pierre.


Mais voyons ensuite quelle a été la pensée de Pierre lorsqu'il a répondu et dit à Jésus : Seigneur, il est bon pour nous d'être ici ; faisons trois tabernacles, etc. Et à ce titre, ces paroles appellent un examen très particulier, car Marc, en personne, a ajouté : "Car il ne savait pas quoi répondre, Marc 9,6 mais Luc, ne sachant pas, dit-il, ce qu'il disait. Luc 9:33 Vous considérerez donc qu'il a parlé comme étant en transe, étant rempli de l'esprit qui l'a poussé à dire ces choses, ce qui ne pouvait être un Esprit Saint ; car Jean a enseigné dans l'Evangile qu'avant la résurrection du Sauveur, personne n'avait l'Esprit Saint, disant : "Car l'Esprit n'était pas encore, parce que Jésus n'était pas encore glorifié. Jean 7:39 Mais si l'Esprit n'était pas encore là, et si, ne sachant ce qu'il disait, il parlait sous l'influence d'un esprit quelconque, l'esprit qui faisait dire ces choses était un des esprits qui n'avaient pas encore été vaincus sur la croix, et qui ne se montraient pas avec eux, au sujet desquels il est écrit : Ayant éloigné de lui les dominations et les puissances, il les montra ouvertement, triomphant d'eux sur la croix. Colossiens 2:15 Mais cet esprit était peut-être celui que Jésus appelle une pierre d'achoppement, et dont il est question comme de Satan dans le passage : Passe derrière moi, Satan ; tu es pour moi une pierre d'achoppement. Matthieu 16:23 Mais je sais bien que de telles choses offenseront beaucoup de ceux qui les rencontrent, parce qu'ils pensent qu'il est contraire à la saine raison de dire du mal de celui qui, peu auparavant, avait été déclaré béni par Jésus, parce que le Père céleste lui avait révélé les choses concernant le Sauveur, à savoir qu'il était en vérité Jésus, et le Christ, et le Fils du Dieu vivant. Mais qu'il s'attarde plus précisément sur les déclarations concernant Pierre et les autres apôtres, sur le fait qu'ils ont eux-mêmes fait des demandes comme s'ils étaient encore étrangers à Celui qui devait les racheter de l'ennemi et les acheter par son précieux sang ; ou qu'ils nous disent aussi, eux qui voudront que même avant la passion de Jésus les apôtres étaient parfaits, d'où il est venu que Pierre et ceux qui étaient avec lui étaient accablés de sommeil. Luc 9 : 32 Mais pour anticiper une autre partie de ce qui suit et l'appliquer au sujet qui nous occupe, je soulèverai à mon tour ces questions : est-il possible que quelqu'un trouve en Jésus une occasion de trébucher en dehors de l'action du diable qui l'a fait trébucher ? et s'il est possible à quiconque de renier Jésus, et cela en présence d'une petite servante, d'un portier et d'hommes sans valeur, à moins qu'un esprit ne soit avec lui dans son reniement, hostile à l'Esprit qui est donné et à la sagesse, (qui est donnée) à ceux qui sont assistés par Dieu pour faire des confessions, selon un certain désert qui leur est propre. Mais celui qui a appris à référer les racines du péché au père du péché, le diable, ne dira pas qu'en dehors de lui, ni les Apôtres n'ont trébuché, ni que Pierre a renié le Christ trois fois avant ce fameux chant du coq. Mais si tel est le cas, demandez-vous si ce n'est pas dans le but de faire trébucher Jésus, dans la mesure où cela était en son pouvoir, et de le détourner de la dispensation dont la caractéristique était la souffrance qui apportait le salut aux hommes, ce qu'il a entrepris avec une grande volonté, cherchant à réaliser ces choses qui semblaient contribuer à cette fin, il souhaite lui-même ici aussi, pour ainsi dire par tromperie, éloigner Jésus, comme s'il l'appelait à ne plus condescendre aux hommes, à venir vers eux et à subir la mort pour eux, mais à demeurer sur la haute montagne avec Moïse et Élie. Mais il promit aussi de construire trois tabernacles, un à part pour Jésus, un pour Moïse et un pour Élie, comme si un seul tabernacle n'aurait pas suffi pour les trois, s'il avait fallu qu'ils soient dans des tabernacles et sur la haute montagne. Et peut-être aussi en cela a-t-il agi avec une mauvaise intention, lorsqu'il a incité celui qui ne savait pas ce qu'il disait, à ne pas désirer que Jésus, Moïse et Élie soient ensemble, mais à vouloir les séparer les uns des autres, sous prétexte des trois tabernacles. De même, c'était un mensonge : "Il est bon pour nous d'être ici ; Matthieu 17:4 car si cela avait été une bonne chose, ils y seraient aussi restés. Mais si c'était un mensonge, vous chercherez à savoir qui est à l'origine du mensonge ; et d'autant plus que selon Jean, Quand il dit un mensonge, il parle des siens ; car il est menteur et le père du mensonge, Jean 8:44 et comme il n'y a pas de vérité en dehors de l'action de celui qui dit : Je suis la Vérité, Jean 14:6, ainsi il n'y a pas de mensonge en dehors de celui qui est l'ennemi de la vérité. Ces qualités contraires, par conséquent, étaient encore dans la vérité et le mensonge de Pierre ; et de la vérité il a dit, Tu es le Christ, le fils du Dieu vivant, Matthieu 16:16 mais du mensonge il a dit, Que Dieu te soit propice, Seigneur, ceci ne te sera pas, Matthieu 16:20 et aussi, Il est bon pour nous d'être ici. Matthieu 17:4 Mais si quelqu'un ne veut pas admettre que Pierre a dit ces choses d'une mauvaise inspiration, mais que ses paroles étaient de son propre choix, et qu'on lui demande comment il interprétera, ne sachant pas ce qu'il a dit, et, Luc 9:33 car il ne savait que répondre, Marc 9 : 6 il dira que, dans le premier cas, Pierre a jugé honteux et indigne de Jésus d'admettre que le Fils du Dieu vivant, le Christ, que le Père lui avait déjà révélé, devait être tué ; et que, dans le cas présent, ayant vu les deux formes de Jésus et celle de la transfiguration, qui était beaucoup plus excellente, il s'en réjouissait, il disait qu'il était bon de faire leur séjour sur cette montagne, afin que lui-même et ceux qui étaient avec lui se réjouissent en voyant la transfiguration de Jésus et son visage brillant comme le soleil, et ses vêtements blancs comme la lumière, et qu'en plus de ces choses, ils puissent toujours voir dans la gloire ceux qu'ils avaient autrefois vus dans la gloire, Moïse et Élie ; et pour qu'ils se réjouissent des choses qu'ils entendaient, comme ils parlaient et avaient des rapports entre eux, Moïse et Élie avec Jésus, et Jésus avec eux.



41. Interprétation figurée de la même chose.


Mais puisque nous n'avons pas encore dépensé notre énergie à interpréter les choses du lieu au sens figuré, mais que nous avons dit ces choses en cherchant dans la simple lettre, examinons, en conformité avec ces choses, si ledit Pierre et les fils du tonnerre qui ont été enlevés dans la montagne des dogmes de la vérité, et qui ont vu la transfiguration de Jésus, de Moïse et d'Élie, qui sont apparus dans la gloire avec lui, pourraient vouloir faire des tabernacles en eux-mêmes pour la Parole de Dieu qui allait les habiter, pour sa loi qui avait été contemplée dans la gloire, et pour la prophétie qui parlait de la mort de Jésus, qu'il allait accomplir ; Luc 9 : 31 et Pierre, aimant la vie contemplative, et ayant préféré ce qui y était agréable à la vie au milieu de la foule et de son tumulte, dit, dans le but de profiter à ceux qui le désiraient : Il est bon pour nous d'être ici. Matthieu 17:4 Mais comme l'amour ne cherche pas à s'approprier, 1 Corinthiens 13:5 Jésus n'a pas fait ce que Pierre jugeait bon ; c'est pourquoi il est descendu de la montagne vers ceux qui ne pouvaient y monter et voir sa transfiguration, afin qu'ils le voient sous la forme qu'ils pouvaient voir. C'est donc la part d'un homme juste qui possède l'amour qui ne cherche pas son propre 1 Corinthiens 13:5 à être libre de tous, mais à se mettre en servitude avec tous ceux d'en bas pour en gagner le plus possible. 1 Corinthiens 9:19 Mais quelqu'un, se référant à ce que nous avons allégué sur la transe et l'action d'un mauvais esprit chez Pierre, concernant les paroles, ne sachant pas ce qu'il a dit, Luc 9:33 n'acceptant pas notre interprétation, peut dire que certains mentionnés par Paul désirant être des enseignants de la loi, 1 Timothée 1:7 qui ne savent pas ce qu'ils disent, mais qui, bien qu'ils n'exposent pas clairement la nature de ce qui est dit, ni ne comprennent leur sens, affirment avec assurance des choses qu'ils ne savent pas. De cette nature était aussi l'affection de Pierre, pour ne pas avoir appréhendé ce qui était bon en référence à la dispensation de Jésus et de ceux qui sont apparus sur la montagne -Moses et Elie, - il dit : Il est bon pour nous d'être ici, etc, ne sachant pas ce qu'il disait, car il ne savait que dire, car si un homme sage comprend les choses de sa propre bouche, et porte la prudence sur ses lèvres, Proverbes 16:23 celui qui n'est pas ainsi ne comprend pas les choses de sa propre bouche, ni ne comprend la nature des choses dites par lui.



42. La signification du nuage lumineux.


A côté de ces mots, il y a les mots suivants : "Pendant qu'il parlait encore, voici qu'un nuage lumineux les couvrit, Matthieu 17:5 etc. Maintenant, je pense que Dieu, voulant dissuader Pierre de faire trois tentes, sous lesquelles, dans la mesure où cela dépendait de son choix, il allait habiter, montre un tabernacle meilleur, pour ainsi dire, et beaucoup plus excellent, la nuée. Car, puisque la fonction d'un tabernacle est de faire de l'ombre à celui qui s'y trouve et de l'abriter, et que la nuée brillante les éclipse, Dieu a fait, pour ainsi dire, un tabernacle divinatoire, en ce sens qu'il est lumineux, afin qu'il soit pour eux un modèle de la résurrection à venir ; car une nuée brillante fait de l'ombre aux justes, qui sont à la fois protégés et éclairés, et brillés par elle. Mais que pourrait être le nuage lumineux qui éclipse les justes ? Est-ce peut-être la puissance paternelle, d'où provient la voix du Père qui rend témoignage au Fils comme bien-aimé et agréable, et qui exhorte ceux qui étaient sous son ombre à l'entendre, Lui et personne d'autre ? Mais de même qu'Il parle de l'ancien, de même Il parle toujours à travers ce qu'Il veut. Et peut-être aussi que le Saint-Esprit est la nuée lumineuse qui couvre les justes et prophétise les choses de Dieu, qui agit en elle et dit : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je suis bien-aimé ; mais j'oserais aussi dire que notre Sauveur est une nuée lumineuse. C'est pourquoi, lorsque Pierre dit : Faisons ici trois tabernacles,. ... un du Père lui-même, un du Fils et un du Saint-Esprit. Car une nuée lumineuse du Père, du Fils et du Saint-Esprit couvre les véritables disciples de Jésus ; ou une nuée couvre l'Évangile, la loi et les prophètes, ce qui est lumineux pour celui qui peut en voir la lumière dans l'Évangile, la loi et les prophètes. Mais peut-être la voix de la nuée dit-elle à Moïse et à Élie : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je suis bien-aimé, écoutez-le, comme ils désiraient voir et entendre le Fils de l'homme, et le voir comme il était dans la gloire. Et peut-être enseigne-t-il aux disciples que Celui qui était, au sens littéral, le Fils de Dieu, et son bien-aimé en qui il était agréable, qu'il leur appartenait d'entendre spécialement, était celui qui était alors vu et transfiguré, et dont le visage brillait comme le soleil, et qui était vêtu de vêtements blancs comme la lumière.



43. Relation de Moïse et d'Élie avec Jésus. L'injonction du silence.


Mais après ces choses, il est écrit que, lorsqu'ils entendirent la voix de la nuée rendant témoignage au Fils, les trois Apôtres, ne pouvant supporter la gloire de la voix et la puissance qui reposait sur elle, tombèrent sur leur visage, Matthieu 17:6 et implorèrent Dieu ; car ils étaient saisis d'une grande crainte à la vue du surnaturel et des choses qui se disaient de la vue. Mais considérez si vous pouvez également dire ceci en vous référant aux détails du passage, que les disciples, ayant compris que le Fils de Dieu avait tenu une conférence avec Moïse, et que c'était Lui qui avait dit : Un homme ne verra pas Ma face et ne vivra pas, Exode 30:20 et prenant plus loin le témoignage de Dieu à Son sujet, comme ne pouvant pas supporter le rayonnement de la Parole, s'humilièrent sous la main puissante de Dieu ; 1 Pierre 5:6 mais, après le contact de la Parole, levant les yeux, ils ne virent que Jésus et aucun autre. Matthieu 17:8 Moïse, la loi, et Élie, le prophète, ne faisaient plus qu'un avec l'Évangile de Jésus ; et non plus comme ils étaient trois auparavant, mais les trois sont devenus un. Mais considérez ces choses avec moi par rapport aux questions mystiques ; Car en ce qui concerne le sens de la lettre, Moïse et Élie, après être apparus dans la gloire et avoir parlé avec Jésus, s'en allèrent au lieu d'où ils étaient venus, peut-être pour communiquer les paroles que Jésus leur avait dites, à ceux qui devaient en bénéficier, presque immédiatement, c'est-à-dire au moment de la passion, lorsque de nombreux corps de saints qui s'étaient endormis, leurs tombes étant ouvertes, devaient aller dans la ville qui est vraiment sainte - et non dans la Jérusalem sur laquelle Jésus pleurait - et là, ils apparurent à beaucoup. Matthieu 27:52-53 Mais après la dispensation sur la montagne, lorsque les disciples descendirent de la montagne pour servir le Fils de Dieu dans le salut du peuple, Jésus donna cet ordre aux disciples : Ne dites à personne la vision jusqu'à ce que le Fils de l'homme ressuscite d'entre les morts. Matthieu 17:9 Mais cette parole : Ne dis à personne la vision, est semblable à celle qui a été étudiée dans le passage ci-dessus, lorsqu'il a ordonné aux disciples de ne dire à personne qu'il était le Christ. Matthieu 16:20 C'est pourquoi les choses qui ont été dites dans ce passage peuvent nous être utiles aussi pour le passage qui nous précède, puisque Jésus veut aussi, conformément à ces choses, qu'on ne parle pas des choses de Sa gloire, avant Sa gloire après la passion ; car ceux qui l'ont entendu, et en particulier la foule, auraient été blessés en le voyant crucifié, lui qui avait été ainsi glorifié. C'est pourquoi, puisque sa glorification dans la résurrection est apparentée à sa transfiguration et à la vision de son visage comme le soleil, il souhaite que les Apôtres parlent de ces choses lorsqu'il ressuscitera d'entre les morts.