Origène

COMMENTAIRE SUR L'EVANGILE DE MATTHIEU : LIVRE X

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE

1. La parabole de l'ivraie : la maison de Jésus.


Il quitta la foule et entra dans sa maison. Ses disciples s'approchèrent de lui en disant : "Déclare-nous la parabole de l'ivraie des champs". Matthieu 13:36 Lorsque Jésus est donc avec la foule, il n'est pas dans sa maison, car la foule est hors de la maison, et c'est un acte qui vient de son amour des hommes que de quitter la maison et de s'en aller vers ceux qui ne peuvent pas venir à lui. Or, ayant suffisamment parlé aux foules en paraboles, il les renvoie et va dans sa propre maison, où ses disciples, qui n'ont pas demeuré avec ceux qu'il avait renvoyés, viennent à lui. Et tous ceux qui sont de véritables auditeurs de Jésus le suivent d'abord, puis, après s'être enquis de sa demeure, sont autorisés à la voir, et, étant venus, à la voir et à demeurer avec lui, tout cela pour ce jour-là, et peut-être même pour certains plus longtemps. Et, à mon avis, de telles choses sont indiquées dans l'Évangile selon Jean en ces termes : "Le lendemain, Jean se tenait de nouveau debout avec deux de ses disciples. Jean 1:35 Et pour expliquer le fait que parmi ceux qui ont été autorisés à aller avec Jésus et à voir sa demeure, celui qui était le plus éminent devient aussi un Apôtre, ces mots sont ajoutés : L'un des deux qui ont entendu Jean parler et qui l'ont suivi était André, le frère de Simon Pierre. Jean 1:40 Et si donc, contrairement à la foule qu'Il envoie, nous voulons entendre Jésus et aller à la maison et recevoir quelque chose de meilleur que la foule, devenons amis de Jésus, afin que, comme Ses disciples, nous venions à Lui lorsqu'Il entrera dans la maison, et qu'étant venus, nous nous renseignions sur l'explication de la parabole, que ce soit de l'ivraie des champs, ou de toute autre. Et pour mieux comprendre ce que représente la maison de Jésus, que quelqu'un recueille dans les Évangiles tout ce qui est dit sur la maison de Jésus, et ce qu'il y a dit ou fait ; car tous les passages recueillis convaincront quiconque s'applique à cette lecture que les lettres de l'Évangile ne sont pas absolument simples comme certains le supposent, mais qu'elles sont devenues simples pour les simples par une concession divine ; mais pour ceux qui ont la volonté et le pouvoir de les entendre avec plus d'acuité, il y a des choses cachées sages et dignes de la Parole de Dieu.



2. Exposition de la parabole.


Après cela, il leur répondit et leur dit : Celui qui sème la bonne semence est le Fils de l'homme. Matthieu 13:37 Bien que nous ayons déjà, dans les sections précédentes, selon nos capacités, discuté de ces questions, nous allons néanmoins dire maintenant ce qui est en harmonie avec elles, même s'il y a un motif raisonnable pour une autre explication. Et considérez maintenant, si en plus de ce que nous avons déjà raconté, vous pouvez autrement prendre la bonne semence pour être les enfants du royaume, parce que toutes les bonnes choses qui sont semées dans l'âme humaine, ce sont les descendants du royaume de Dieu et ont été semées par Dieu la Parole qui était au commencement avec Dieu, Jean 1:2 de sorte que des paroles saines sur n'importe quoi sont des enfants du royaume. Mais pendant que les hommes endormis n'agissent pas selon le commandement de Jésus, veillez et priez pour ne pas entrer en tentation, Matthieu 26:41 le diable de garde sème ce qu'on appelle l'ivraie - c'est-à-dire les mauvaises opinions - sur et parmi ce qu'on appelle par certaines conceptions naturelles, même les bonnes graines qui sont issues de la Parole. Et selon cela, le monde entier pourrait être appelé un champ, et non pas seulement l'Église de Dieu, car dans le monde entier le Fils de l'homme a semé la bonne semence, mais le méchant a de l'ivraie - c'est-à-dire des mauvaises paroles - qui, issues de la méchanceté, sont les enfants du méchant. Et à la fin des choses, ce qu'on appelle la consommation du siècle, il y aura nécessairement une récolte, afin que les anges de Dieu qui ont été désignés pour cette œuvre puissent recueillir les mauvaises opinions qui ont grandi dans l'âme, et les renverser pour les livrer au feu dont on dit qu'il brûle, afin qu'elles soient consumées. Et ainsi les anges et les serviteurs de la Parole recueilleront de tout le royaume de Christ toutes les choses qui font trébucher les âmes et les raisonnements qui créent l'iniquité, qu'ils disperseront et jetteront dans la fournaise ardente du feu. Alors ceux qui prendront conscience qu'ils ont reçu en eux la semence du malin, à cause de leur sommeil, se lamenteront et, pour ainsi dire, s'iront contre eux-mêmes ; car c'est un grincement de dents. Matthieu 13:42 C'est pourquoi, dans les Psaumes, il est dit : Ils m'ont grincé des dents. Alors les justes brilleront par-dessus tout, non plus différemment qu'autrefois, mais tous comme un seul soleil dans le royaume de leur Père. Matthieu 13:43 Alors, comme pour indiquer qu'il y avait bien un sens caché, peut-être, dans tout ce qui concerne l'explication de la parabole, peut-être surtout dans le dicton : Alors les justes brilleront comme le soleil dans le royaume de leur Père, le Sauveur ajoute : Que celui qui a des oreilles pour entendre entende, qu'il entende, Matthieu 13 : 43, enseignant ainsi à ceux qui pensent que dans l'exposé, la parabole a été présentée avec une clarté si parfaite qu'elle peut être comprise par le vulgaire, que même les choses liées à l'interprétation de la parabole ont besoin d'explication.



3. L'éclat des justes. Son interprétation.


Mais comme nous l'avons dit plus haut en référence aux mots : "Alors le juste brillera comme le soleil, que le juste ne brillera pas différemment comme autrefois, mais comme un seul soleil, nous exposerons nécessairement ce qui nous apparaît sur le point. Daniel, sachant que les intelligents sont la lumière du monde, et que les multitudes des justes diffèrent en gloire, semble avoir dit ceci : Et les intelligents brilleront comme l'éclat du firmament, et d'entre les multitudes des justes comme les étoiles, aux siècles des siècles. Daniel 12:3 Et dans ce passage, il y a une gloire du soleil, une autre gloire de la lune, et une autre gloire des étoiles ; car une étoile diffère d'une autre étoile par sa gloire, de même que la résurrection des morts, 1 Corinthiens 15:41-42 l'Apôtre dit la même chose que Daniel, reprenant cette pensée de sa prophétie. On peut se demander comment certains parlent de la différence de lumière chez les justes, alors que le Sauveur dit au contraire : "Ils brilleront comme un seul soleil". Je pense donc qu'au début de la béatitude dont jouissent ceux qui sont sauvés (car ceux qui ne le sont pas ne sont pas encore purifiés), la différence liée à la lumière des sauvés a lieu : mais quand, comme nous l'avons indiqué, il recueille de tout le royaume du Christ tout ce qui fait trébucher les hommes, et que les raisonnements qui font l'iniquité sont jetés dans la fournaise de feu, et les éléments les plus mauvais entièrement consumés, et que, lorsque cela se produit, ceux qui ont reçu les paroles qui sont les enfants du malin prennent conscience d'eux-mêmes, alors les justes étant devenus une seule lumière du soleil brillent dans le royaume de leur Père. Pour qui brilleront-ils ? Pour ceux d'en bas qui jouiront de leur lumière, selon l'analogie du soleil qui brille maintenant pour ceux qui sont sur la terre ? Car, bien sûr, ils ne brilleront pas pour eux-mêmes. Mais peut-être que le dicton : "Que votre lumière brille devant les hommes", Matthieu 5:16, peut être écrit sur la table du coeur, selon ce qui est dit par Salomon, d'une triple manière ; de sorte que, même maintenant, la lumière des disciples de Jésus brille avant le reste des hommes, et après la mort, avant la résurrection, et après la résurrection, jusqu'à ce que tous atteignent l'âge adulte, Ephésiens 4:13, et que tous deviennent un seul soleil. Alors ils brilleront comme le soleil dans le royaume de leur Père.



4. Concernant la parabole du trésor caché dans le champ. La parabole qui se distingue de la parabole de la Similitude.


Le royaume des cieux est comme un trésor caché dans un champ, qu'un homme a trouvé et caché. Matthieu 13:44 Les paraboles précédentes, il les a dites à la foule ; mais celle-ci et les deux qui la suivent, qui ne sont pas des paraboles mais des similitudes par rapport au royaume des cieux, il semble avoir parlé aux disciples quand il était dans la maison. A propos de cette parabole et des deux suivantes, que celui qui prête attention à la lecture de 1 Timothée 4:13 s'informe s'il s'agit de paraboles. Dans le cas de ces dernières, l'Ecriture n'hésite pas à y joindre dans chaque cas le nom de la parabole ; mais dans le cas présent, elle ne l'a pas fait ; et cela naturellement. Car, s'il a parlé en paraboles à la foule, et s'il a dit toutes ces choses en paraboles, et que sans parabole il ne leur ait rien dit, Matthieu 13:34, mais qu'en allant à la maison il parle non pas à la foule, mais aux disciples qui sont venus à lui dans la maison, il est évident que les choses dites dans la maison n'étaient pas des paraboles ; car, à ceux qui sont dehors, à ceux à qui il n'est pas donné de connaître les mystères du royaume des cieux, Matthieu 13:11, il parle en paraboles. Quelqu'un dira alors : "Si ce ne sont pas vraiment des paraboles, que sont-elles ? Devons-nous alors dire, conformément à la diction de l'Écriture, qu'il s'agit de similitudes (de comparaisons) ? Or, une similitude diffère d'une parabole ; car il est écrit dans Marc : "A quoi comparerons-nous le royaume de Dieu, ou dans quelle parabole l'exposerons-nous ? Marc 4:30 Il est clair qu'il y a une différence entre une similitude et une parabole. La similitude semble être générique, et la parabole spécifique. Et peut-être aussi que comme la similitude, qui est le genre le plus élevé de la parabole, contient la parabole comme une de ses espèces, elle contient cette forme particulière de similitude qui a le même nom que le genre. C'est le cas d'autres mots comme l'ont observé ceux qui sont habiles à donner de nombreux noms ; qui disent que l'impulsion est le genre le plus élevé de nombreuses espèces, comme, par exemple, de la réticence et de l'inclinaison, et qui disent que, dans le cas de l'espèce qui a le même nom que le genre, l'inclinaison est prise en opposition et en distinction de la réticence.



5. Le champ et le trésor interprétés.


Et ici nous devons nous enquérir séparément du champ, et séparément du trésor qui y est caché, et de quelle manière l'homme qui a trouvé ce trésor caché s'en va avec joie et vend tout ce qu'il a pour acheter ce champ ; et nous devons aussi nous enquérir - quelles sont les choses qu'il vend. Le champ, en effet, me semble, selon ces choses, être l'Écriture, qui a été plantée avec ce qui est manifeste dans les paroles de l'histoire, de la loi, des prophètes et du reste des pensées ; car grande et variée est la plantation des paroles dans toute l'Écriture ; mais le trésor caché dans le champ, ce sont les pensées cachées et couchées sous ce qui est manifeste, de la sagesse cachée dans un mystère, le Christ même, en qui sont cachés tous les trésors de sagesse et de connaissance. Colossiens 2:3 Mais un autre pourrait dire que le champ est ce qui est vraiment plein, ce que le Seigneur a béni, le Christ de Dieu ; mais le trésor qui y est caché, ce sont les choses que Paul dit avoir été cachées en Christ, qui parle de Christ, en qui sont cachés les trésors de la sagesse et de la connaissance. Les choses célestes, donc, même le royaume des cieux, comme dans une figure il est écrit dans les Écritures - qui sont le royaume des cieux, ou le Christ - lui-même roi des âges, sont le royaume des cieux qui est assimilé à un trésor caché dans les champs.



6. L'exposition continue.


Et à ce stade, vous vous demanderez si le royaume des cieux n'est comparé qu'au trésor caché dans le champ, de sorte que nous devons considérer le champ comme différent du royaume, ou s'il est comparé à l'ensemble de ce trésor caché dans le champ, de sorte que le royaume des cieux contient selon la similitude à la fois le champ et le trésor caché dans le champ. Or, l'homme qui vient au champ, que ce soit aux Écritures ou au Christ qui est constitué à la fois de choses manifestes et de choses cachées, trouve le trésor caché de la sagesse, que ce soit en Christ ou dans les Écritures. Car, en allant visiter le champ, en fouillant dans les Écritures et en cherchant à comprendre le Christ, il y trouve le trésor ; et, l'ayant trouvé, il le cache, pensant qu'il n'est pas sans danger de révéler à tous le sens secret des Écritures, ou les trésors de sagesse et de connaissance en Christ. Et, l'ayant caché, il s'en va, travaillant et imaginant comment il achètera le champ, ou les Ecritures, pour en faire sa propriété, recevant du peuple de Dieu les oracles de Dieu qui ont été confiés aux Juifs en premier lieu. Romains 3:2 Et quand l'homme enseigné par le Christ a acheté le champ, le royaume de Dieu qui, selon une autre parabole, est une vigne, lui est enlevé et est donné à une nation qui en produit les fruits, Matthieu 21:43 - à celui qui, dans la foi, a acheté le champ, comme le fruit de la vente de tout ce qu'il avait, et ne gardant plus par lui rien de ce qui était à lui auparavant, car ils étaient pour lui une source de malheur. Et vous donnerez la même application, si le champ contenant le trésor caché est le Christ, car ceux qui abandonnent tout et le suivent, ont, pour ainsi dire d'une autre manière, vendu leurs biens, afin qu'en les ayant vendus et cédés, et en ayant reçu à leur place de Dieu - leur aide - une noble résolution, ils puissent acheter, à grand prix digne du champ, le champ contenant le trésor caché en lui-même.



7. La parabole de la perle de grand prix. La formation et la différence des perles.


Une fois de plus, le royaume des cieux est comme un homme qui est un marchand à la recherche de belles perles. Matthieu 13:45 Il y a beaucoup de marchands engagés dans de nombreuses formes de marchandises, mais le royaume des cieux n'est semblable à aucun d'eux, mais seulement à celui qui cherche de belles perles, et qui en a trouvé une de valeur égale à plusieurs, une perle très coûteuse qu'il a achetée à la place de plusieurs. Je considère donc qu'il est raisonnable de s'interroger sur la nature de la perle. Attention toutefois à noter que le Christ n'a pas dit : "Il a vendu toutes les perles qu'il avait, car il a vendu non seulement celles que celui qui cherche des perles de qualité avait achetées, mais aussi tout ce qu'il avait, pour acheter cette perle de qualité. Nous trouvons donc chez ceux qui écrivent sur le sujet des pierres, en ce qui concerne la nature de la perle, que certaines perles se trouvent par terre, et d'autres dans la mer. Les perles de terre ne sont produites que chez les Indiens, pour la fabrication de bagues, de colliers et de colliers, et les perles de mer, qui sont supérieures, se trouvent chez les mêmes Indiens, les meilleures étant produites dans la mer Rouge. Les perles de mer, qui sont supérieures, se trouvent chez les mêmes Indiens, les meilleures étant produites dans la mer Rouge. Les perles de deuxième qualité sont celles qui sont prélevées sur la mer en Grande-Bretagne ; et celles de troisième qualité, qui sont inférieures non seulement à la première mais aussi à la deuxième, se trouvent au Bosphore, au large de Scythia. En ce qui concerne la perle indienne, ces choses sont dites plus loin. On les trouve dans les moules, comme dans la nature dans de très grandes coquilles d'escargots en spirale ; et on les décrit comme des troupes qui font de la mer leur pâturage, comme si elles étaient sous la direction d'un chef, remarquable par sa couleur et sa taille, et différent de ceux qui sont sous lui, de sorte qu'il a une position analogue à ce qu'on appelle la reine des abeilles. Et de même, en ce qui concerne la pêche des meilleurs - c'est-à-dire ceux de l'Inde - on dit ce qui suit. Les indigènes entourent avec des filets un grand cercle du rivage, et plongent, s'efforçant de saisir celui d'entre eux qui est le chef ; car ils disent que, lorsque celui-ci est capturé, la capture de la troupe qui en fait l'objet ne coûte rien, car aucun des membres de la troupe ne reste immobile, mais comme s'il était lié par un string suit le chef de la troupe. On dit aussi que la formation des perles en Inde nécessite des périodes de temps, la créature subissant de nombreux changements et altérations jusqu'à ce qu'elle soit perfectionnée. Et on raconte aussi que la coquille - je veux dire la coquille de l'animal qui porte la perle - s'ouvre et se creuse, pour ainsi dire, et qu'en s'ouvrant, elle reçoit en elle la rosée du ciel ; lorsqu'elle est remplie de rosée pure et sans trouble, elle s'illumine et donne naissance à une perle grande et bien formée ; mais si à un moment donné elle reçoit de la rosée obscurcie, ou irrégulière, ou en hiver, elle conçoit une perle nuageuse et défigurée par des taches. Et on constate aussi que si elle est interceptée par la foudre alors qu'elle est en route vers l'achèvement de la pierre dont elle est enceinte, elle se ferme, et pour ainsi dire dans la terreur, elle disperse et déverse sa progéniture, de manière à former ce qu'on appelle des physemata. Et parfois, comme prématurés, ils naissent petits, et sont un peu nuageux bien que bien formés. En comparaison avec les autres, la perle indienne présente ces caractéristiques. Elle est de couleur blanche, comme l'argent en transparence, et brille d'un éclat jaune verdâtre, et est généralement de forme ronde ; elle est aussi de peau tendre, et plus délicate que la nature d'une pierre ; il est donc agréable de la voir, digne d'être célébrée parmi les plus notables, comme le disait celui qui a écrit sur le sujet des pierres. Et c'est aussi la marque de la meilleure perle, à arrondir sur la surface extérieure, très blanche, très translucide et de très grande taille. Voilà pour la perle indienne. Mais celle que l'on trouve en Grande-Bretagne, dit-on, est d'une teinte dorée, mais quelque peu trouble, et plus terne dans son éclat. Et celle que l'on trouve dans le détroit du Bosphore est plus sombre que celle de la Grande-Bretagne, et livide, et parfaitement sombre, douce et petite. Et ce qui est produit dans le détroit du Bosphore ne se trouve pas dans le pinnule, qui est l'espèce de coquille perlière, mais dans ce qu'on appelle les moules, et leur habitat - je veux dire celles du Bosphore - se trouve dans les marais. On dit aussi qu'il y a une quatrième classe de perles en Acarnanie dans le pinnacle des huîtres. Ces perles ne sont pas très recherchées, mais elles sont de forme irrégulière, parfaitement foncées et de couleur fétide ; et il en existe d'autres, différentes de celles de la même Acarnania, qui sont rejetées sur tous les terrains.



8. La parabole interprétée est la lumière de ces vues.


Maintenant, ayant recueilli ces choses à partir de dissertations sur les pierres, je dis que le Sauveur, connaissant la différence entre les perles, dont certaines sont en nature et bonnes et d'autres sans valeur, a dit : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui est marchand et qui cherche de bonnes perles ; Matthieu 13:45 car, si quelques-unes des perles n'avaient pas été sans valeur, il n'aurait pas été dit à un homme qui cherche de bonnes perles. Or, parmi les paroles de toute espèce qui prétendent annoncer la vérité, et parmi ceux qui les rapportent, il cherche des perles. Et que les prophètes soient, pour ainsi dire, les moules qui conçoivent la rosée du ciel, et qui deviennent enceintes de la parole de vérité du ciel, les perles de qualité que, selon la phrase ici énoncée, le marchand cherche. Et le chef des perles, à la découverte duquel les autres se trouvent avec elle, est la perle très coûteuse, le Christ de Dieu, la Parole qui est supérieure aux précieuses lettres et pensées de la loi et des prophètes, à la découverte de laquelle tous les autres se laissent facilement prendre. Et le Sauveur s'entretient avec tous les disciples, comme des marchands qui ne cherchent pas seulement les bonnes perles mais qui les ont trouvées et les possèdent, quand Il dit : "Ne jetez pas vos perles devant les porcs". Matthieu 7:6 Or, il est manifeste que ces choses ont été dites aux disciples d'après le préfixe de Ses paroles. Voyant la foule, Il monta sur la montagne, et, après s'être assis, Ses disciples vinrent à Lui ; Matthieu 5:1 car, au cours de ces paroles, Il dit : Ne donnez pas ce qui est saint aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux. Matthieu 7:6 Il n'est donc peut-être pas un disciple du Christ, qui ne possède pas de perles ou la perle très coûteuse, les perles, je veux dire, qui sont bonnes ; ni le nuage, ni l'obscurcissement, comme les paroles de l'hétérodoxe, qui sont produites non pas au lever du soleil, mais au coucher du soleil ou dans le nord, s'il est nécessaire de prendre aussi dans la comparaison ces choses à cause desquelles nous avons trouvé une différence dans les perles qui sont produites dans différents endroits. Et peut-être que les mots boueux et les hérésies qui sont liés aux œuvres de la chair, sont les perles obscurcies, et celles qui sont produites dans les marais, pas les perles de bonne qualité.



9. Le Christ, la perle de grand prix.


Maintenant, vous allez dire à l'homme qui cherche des perles de grande valeur : "Cherchez et vous trouverez", Matthieu 7:7 et ceci : "Quiconque cherche trouve". Matthieu 7:8 Car que cherchez-vous ? Ou que trouve celui qui cherche ? Je me permets de répondre : les perles et la perle qu'il possède, lui qui a tout abandonné et les a comptées comme une perte, et pour lequel, dit Paul, j'ai tout compté, sauf la perte, afin de gagner le Christ ; Philippiens 3:8 par toutes choses signifiant les belles perles, afin que je gagne le Christ, la seule perle très précieuse. Précieuse est donc la lampe pour les hommes dans les ténèbres, et il faut une lampe jusqu'au lever du soleil ; précieuse aussi est la gloire sur la face de Moïse, et des prophètes aussi, je pense, et un beau spectacle, par lequel nous sommes présentés pour pouvoir voir la gloire du Christ, à laquelle le Père rend témoignage en disant : Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je suis bien-aimé. Matthieu 3:17 Mais ce qui a été glorifié n'a pas été glorifié à cause de la gloire qui surpasse ; 2 Corinthiens 3:10 et il nous faut d'abord la gloire qui admet d'être supprimée, à cause de la gloire qui surpasse ; comme il faut la connaissance qui est en partie, qui sera supprimée quand viendra celle qui est parfaite. 1 Corinthiens 13 : 9-10 Toute âme, donc, qui vient à l'enfance et qui est en voie de pleine croissance, jusqu'à ce que la plénitude des temps soit proche, a besoin d'un tuteur, d'intendants et de gardiens, afin que, après toutes ces choses, celui qui autrefois ne différait en rien d'un esclave, bien qu'il soit le maître de tout, peut recevoir, lorsqu'il est libéré d'un tuteur et d'intendants et gardiens, le patrimoine correspondant à la perle très coûteuse, et à ce qui est parfait, qui à son avènement fait disparaître ce qui est en partie, lorsqu'on est capable de recevoir l'excellence de la connaissance du Christ, Philippiens 3 : 8 ayant été exercée auparavant, pour ainsi dire, dans ces formes de connaissance qui sont dépassées par la connaissance du Christ. Mais la multitude, ne percevant pas la beauté des nombreuses perles de la loi, et toute la connaissance, en partie, quoique ce soit, des prophètes, suppose qu'elle peut, sans une claire exposition et appréhension de celles-ci, trouver en tout la seule perle précieuse, et voir l'excellence de la connaissance du Christ, par rapport à laquelle tout ce qui est venu avant une telle et si grande connaissance, bien qu'elle ne soit pas un refus dans sa propre nature, apparaît comme un refus. Ce refus est peut-être le fumier jeté à côté du figuier par le gardien de la vigne, qui est la cause de sa fécondité. Luc 13:8



10. La perle de l'Evangile par rapport à l'Ancien Testament.


Il y a donc pour toute chose une saison et un temps pour tout ce qui est sous le ciel, Ecclésiaste 3:1 ; un temps pour cueillir les belles perles, et un temps après leur cueillette pour trouver l'unique perle précieuse, quand il convient à un homme de s'en aller et de vendre tout ce qu'il a afin d'acheter cette perle. Car de même que tout homme qui va être sage dans les paroles de la vérité doit d'abord recevoir les rudiments, et ensuite passer par l'instruction élémentaire, et l'apprécier hautement mais ne pas s'y tenir, de même celui qui, l'ayant honoré au début mais passé à la perfection, est reconnaissant de l'introduction parce qu'elle était utile au début ; ainsi la parfaite appréhension de la loi et des prophètes est une discipline élémentaire pour la parfaite appréhension de l'Evangile, et de tout le sens des paroles et des actes du Christ.



11. La parabole du filet.


De nouveau, le royaume des cieux est comme un filet qui a été jeté dans la mer. Matthieu 13 : 47 Comme dans le cas des images et des statues, les ressemblances ne sont pas des ressemblances à tous égards pour les choses par rapport auxquelles elles sont faites ; mais, par exemple, l'image peinte avec de la cire sur la surface plane du bois a la ressemblance de la surface avec la couleur, mais ne préserve pas davantage les creux et les proéminences, mais seulement leur apparence extérieure ; et dans le moulage des statues, on s'efforce de préserver la ressemblance en ce qui concerne les creux et les proéminences, mais pas en ce qui concerne la couleur ; et, si le moulage est en cire, on s'efforce de préserver les deux, je veux dire la couleur et aussi les creux et les proéminences, mais ce n'est pas vraiment une image des choses en ce qui concerne la profondeur ; concevez donc avec moi aussi que, dans le cas des similitudes de l'Évangile, lorsque le royaume des cieux est comparé à quoi que ce soit, la comparaison ne s'étend pas à tous les traits de ce à quoi le royaume est comparé, mais seulement aux traits qui sont requis par l'argument en question. Et ici, par conséquent, le royaume des cieux est comme un filet qui a été jeté dans la mer, et non pas (comme le supposent certains, qui représentent que par ce mot les différentes natures de ceux qui sont venus dans le filet, à savoir les méchants et les justes, sont traitées), comme s'il fallait penser qu'à cause de la phrase qui a rassemblé toutes sortes de gens, il y a beaucoup de natures différentes des justes et aussi des méchants ; Car à une telle interprétation s'opposent toutes les Ecritures, qui mettent l'accent sur la liberté de la volonté, et qui censurent ceux qui pèchent et approuvent ceux qui font le bien ; ou bien le blâme ne pourrait pas s'attacher à juste titre à ceux qui sont de telle nature, ni la louange à ceux qui sont d'une meilleure espèce. La raison pour laquelle les poissons sont bons ou mauvais ne réside pas dans l'âme des poissons, mais elle est basée sur ce que la Parole a dit avec connaissance : "Que les eaux produisent des reptiles avec des âmes vivantes" (Genèse 1:20), alors que Dieu a créé de grands montres marins et toute âme de reptiles que les eaux ont fait naître selon leur espèce. Genèse 1:21 Là, en conséquence, les eaux ont fait naître toute âme de reptiles selon leur espèce, la cause n'en étant pas ; mais ici nous sommes responsables d'être de bonne espèce et dignes de ce qu'on appelle des vases, ou mauvais et dignes d'être jetés dehors. Car ce n'est pas la nature en nous qui est la cause du mal, mais c'est le choix volontaire qui fait le mal ; et donc notre nature n'est pas la cause de la justice, comme si elle était incapable d'admettre l'injustice, mais c'est le principe que nous avons admis qui rend les hommes justes ; Car on ne voit jamais non plus les espèces de poissons dans l'eau passer de mauvaises à bonnes, ou de la meilleure à la pire ; mais on peut toujours voir le juste ou le mauvais parmi les hommes, soit passer de la méchanceté à la vertu, soit revenir du progrès vers la vertu au flot de la méchanceté. C'est pourquoi il est également écrit dans Ézéchiel, au sujet de l'homme qui se détourne de l'iniquité pour s'adonner à l'observation des commandements divins Mais si le méchant se détourne de toutes les méchancetés qu'il a commises, etc., jusqu'aux paroles, pour se détourner de sa mauvaise voie et vivre ; Ezéchiel 18:20-23 mais concernant l'homme qui revient du progrès vers la vertu au déluge de méchanceté, il est dit : Mais si le juste se détourne de sa justice et commet l'iniquité, etc. jusqu'aux paroles, il mourra dans les péchés qu'il a commis en elles. Ezéchiel 18:24 Que ceux qui, à partir de la parabole du filet traînant, introduisent la doctrine des différentes natures, nous disent à propos du méchant qui s'est ensuite détourné de toutes les méchancetés qu'il a commises et garde tous les commandements de Dieu, et qui fait ce qui est juste et miséricordieux, de quelle nature était-il quand il était méchant ? Il est clair qu'il n'est pas de nature à être loué. S'il est vraiment de nature à être censuré, de quel genre de nature peut-il raisonnablement être décrit, lorsqu'il se détourne de tous ses péchés qu'il a commis ? Car s'il était de la mauvaise classe des natures, en raison de ses actes passés, comment est-il passé à ce qui était meilleur ? Ou si, en raison de ses actes ultérieurs, vous diriez qu'il était de la bonne classe, comment, étant bon de nature, est-il devenu méchant ? Et vous serez également confronté à un dilemme similaire en ce qui concerne l'homme juste qui se détourne de sa justice et commet l'iniquité dans toutes sortes de péchés. Car avant de se détourner de la justice, il n'était pas de mauvaise nature, car une mauvaise nature ne peut pas être dans la justice, puisqu'un mauvais arbre - c'est-à-dire la méchanceté - ne peut pas produire de bons fruits - ceux qui proviennent de la vertu. D'autre part, s'il avait été de nature bonne et immuable, il ne se serait pas détourné du bien après avoir été appelé juste, afin de commettre l'injustice dans tous les péchés qu'il a commis.



12. Les Écritures divines comparées à un filet.


Ceci étant dit, nous devons considérer que le royaume des cieux est semblable à un filet jeté dans la mer et ramassé de toutes sortes, Matthieu 13:47, afin d'exposer le caractère varié des principes d'action entre les hommes, qui sont aussi différents que possible les uns des autres, de sorte que l'expression ramassée de toutes sortes englobe à la fois ceux qui sont dignes de louanges et ceux qui sont dignes de reproches en ce qui concerne leurs penchants vers les formes de vertus ou de vices. Et le royaume des cieux est comparé à la texture bigarrée d'un filet, en référence à l'Ancienne et à la Nouvelle Écriture qui est tissée de pensées de toutes sortes et très variées. Comme dans le cas des poissons qui tombent dans le filet, certains se trouvent dans une partie du filet et d'autres dans une autre partie, et chacun dans la partie où il a été pris, ainsi dans le cas de ceux qui sont venus dans le filet des Ecritures, vous en trouverez qui ont été pris dans le filet prophétique ; par exemple, d'Ésaïe, selon cette expression, ou de Jérémie ou de Daniel ; et d'autres dans le filet de la loi, et d'autres dans le filet de l'Évangile, et d'autres encore dans le filet apostolique ; car lorsqu'une personne est d'abord capturée par la Parole ou semble l'être, elle est prise dans une partie du filet entier. Et il n'y a rien d'étrange à ce que certains des poissons capturés soient entourés par toute la texture du filet dans les Écritures, et qu'ils soient pressés de tous les côtés et attrapés, de sorte qu'ils ne peuvent pas s'échapper mais sont, pour ainsi dire, absolument asservis, et ne peuvent pas s'échapper du filet. Et ce filet a été jeté dans la mer - la vague - qui a jeté la vie des hommes dans toutes les parties du monde, et qui nage dans les amères affaires de la vie. Et devant notre Sauveur Jésus-Christ, ce filet n'a pas été entièrement rempli ; car le filet de la loi et des prophètes devait être complété par Celui qui dit : "Ne croyez pas que je sois venu pour détruire la loi et les prophètes, je ne suis pas venu pour détruire mais pour accomplir. Matthieu 5:17 Et la texture du filet a été achevée dans les Evangiles, et dans les paroles du Christ par les Apôtres. A ce titre, le royaume des cieux est semblable à un filet qui a été jeté dans la mer et qui a été ramassé de toutes sortes. Et, en dehors de ce qui a été dit, l'expression "rassemblés de toute espèce" peut montrer l'appel des païens de toute race. Et ceux qui se sont occupés du filet qui a été jeté dans la mer sont Jésus-Christ, le maître du filet, et les anges qui sont venus et l'ont servi, Matthieu 4:11 qui ne tirent pas le filet de la mer, et ne le portent pas sur le rivage au-delà de la mer - c'est-à-dire vers les choses au-delà de cette vie, à moins que le filet ne soit plein, c'est-à-dire à moins que la plénitude des Gentils n'y soit entrée. Mais quand il est venu, alors ils le tirent des choses d'ici-bas, et le portent jusqu'à ce qu'on appelle figurativement le rivage, où il sera l'œuvre de ceux qui l'ont tiré, à la fois pour s'asseoir sur le rivage, et là pour s'installer, afin qu'ils puissent placer chacun des bons du filet dans son propre ordre, selon ce qu'on appelle ici des vases, mais en rejetant de côté et d'autre ceux qui sont de caractère opposé et qu'on appelle mauvais. Par sans, on entend la fournaise de feu telle que le Sauveur l'a interprétée, en disant : "Ainsi en sera-t-il à la consommation de l'âge. Les anges sortiront et sépareront les méchants du milieu des justes et les jetteront dans la fournaise de feu. Matthieu 13:49-50 Seulement, il faut observer que nous sommes déjà instruits par la parabole de l'ivraie et de la similitude exposée, que les anges doivent être chargés du pouvoir de distinguer et de séparer les méchants des justes ; car il est dit plus haut : Le Fils de l'homme enverra ses anges, qui rassembleront de son royaume tous ceux qui font tomber et ceux qui commettent l'iniquité, et les jetteront dans la fournaise ardente ; là seront les pleurs et les grincements de dents. Matthieu 13:42 Mais ici il est dit : Les anges sortiront, sépareront les méchants du milieu des justes, et les jetteront dans la fournaise ardente.



13. Relation des hommes avec les anges.


Il ne s'ensuit pas, comme certains le supposent, que les hommes qui sont sauvés en Christ soient supérieurs même aux saints anges ; car comment peut-on comparer ceux qui sont jetés par les saints anges dans des vases avec ceux qui les jettent dans des vases, vu qu'ils ont été mis sous l'autorité des anges ? Tout en disant cela, nous n'ignorons pas que les hommes qui seront sauvés en Christ surpassent certains anges - à savoir ceux qui n'ont pas été chargés de cette fonction - mais pas tous. Car nous lisons, Ce que les anges désirent examiner, 1 Pierre 1:12 où il n'est pas dit tous les anges. Et nous savons aussi ceci - Nous jugerons les anges 1 Corinthiens 6:3 où il n'est pas dit tous les anges. Or, puisque ces choses sont écrites sur le filet et sur ceux qui sont dans le filet, nous disons que celui qui désire qu'avant la consommation du siècle et avant la venue des anges pour séparer les méchants du milieu des justes, il n'y ait pas de méchants de toute espèce dans le filet, semble ne pas avoir compris l'Ecriture, et désirer l'impossible. Ne nous étonnons donc pas si, avant la séparation des méchants d'avec les justes par les anges qui sont envoyés dans ce but, nous voyons nos assemblées également remplies de méchants. Et que ceux qui seront jetés dans la fournaise de feu ne soient pas plus nombreux que les justes ! Mais puisque nous avons dit au début que les paraboles et les similitudes ne doivent pas être acceptées pour toutes les choses auxquelles elles sont comparées, mais seulement pour certaines d'entre elles, nous devons encore établir à partir des choses à dire, que dans le cas des poissons, en ce qui concerne leur vie, une mauvaise chose leur arrive lorsqu'ils sont trouvés dans le filet. En effet, ils sont privés de la vie qui leur appartient par nature et, qu'ils soient jetés dans des bateaux ou rejetés, ils ne souffrent rien de plus que la perte de la vie telle qu'elle est chez les poissons ; mais, dans le cas de ceux auxquels la parabole se réfère, le mal est d'être dans la mer et de ne pas venir dans le filet, afin d'être jeté avec le bien dans des bateaux. Et de la même manière, les mauvais poissons sont jetés au dehors et jetés au loin ; mais les mauvais comme ceux qui sont devant nous sont jetés dans la fournaise de feu, afin que ce qui est dit dans Ézéchiel au sujet de la fournaise de feu les atteigne aussi - Et la parole de l'Éternel me fut adressée en ces termes : Fils de l'homme, voici que la maison d'Israël est devenue pour moi tout entière mêlée d'airain et de fer, etc. Ezéchiel 18:17-22



14. Les disciples comme scribes.


Avez-vous compris toutes ces choses ? Ils disent : "Oui. Matthieu 13:51 Jésus-Christ, qui connaît les choses dans le coeur des hommes, Jean 2:25 comme Jean l'a aussi enseigné à son sujet dans l'Evangile, pose la question non pas comme un ignorant, mais ayant une fois pour toutes pris sur Lui la nature de l'homme, Il utilise aussi toutes les caractéristiques d'un homme dont la demande est une. Et il n'y a rien d'étonnant à ce que le Sauveur fasse cela, puisqu'en effet le Dieu de l'univers, portant avec les manières des hommes comme un homme porte avec les manières de son fils, fait enquête, comme - Adam, où es-tu ? Genèse 3:9 et, Où est Abel ton frère ? Genèse 4:9 Mais quelqu'un qui a une interprétation forcée dira ici que les mots compris ne doivent pas être pris de manière interrogative mais affirmative ; et il dira que les disciples qui témoignent de son affirmation, disent : Oui. Seulement, qu'il pose une question ou qu'il fasse une affirmation, on dit nécessairement non pas ces choses seulement - ce qui est démonstratif - non pas toutes les choses seulement, mais toutes ces choses. Et ici, il semble représenter les disciples comme ayant été scribes devant le royaume des cieux ; Matthieu 13:52 mais à cela s'oppose ce qui est dit dans les Actes des Apôtres ainsi, Or, lorsqu'ils virent l'audace de Pierre et de Jean, et qu'ils reconnurent qu'ils étaient des hommes ignorants et sans instruction, ils s'émerveillèrent, et ils apprirent d'eux qu'ils avaient été avec Jésus. Actes 4:13 On peut se renseigner sur ces choses : s'ils étaient scribes, comment parle-t-on dans les Actes d'eux comme d'hommes ignorants et sans instruction ? Ou si c'étaient des hommes ignorants et sans instruction, comment le Sauveur les appelle-t-il très clairement "scribes" ? Et on pourrait répondre à ces questions que, en fait, ce ne sont pas tous les disciples mais seulement Pierre et Jean qui sont décrits dans les Actes des Apôtres comme des hommes ignorants et sans instruction, mais qu'il y avait plus de disciples à l'égard desquels, parce qu'ils comprenaient toutes choses, il est dit : Tout scribe, etc. Ou bien on pourrait dire que toute personne qui a été instruite dans l'enseignement selon la lettre de la loi est appelée un scribe, de sorte que ceux qui n'ont pas été appris et ignorants et qui ont été emmenés captifs par la lettre de la loi sont considérés comme des scribes dans un sens particulier. Et c'est tout particulièrement la caractéristique des hommes ignorants, qui ne sont pas habiles dans l'interprétation figurative et ne comprennent pas ce qui concerne l'exposition mystique des Écritures, mais croient la lettre nue, et, pour le justifier, qu'ils s'appellent eux-mêmes scribes. Et ainsi on interprétera les mots : Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, Matthieu 23:13, comme ayant été dit à tous ceux qui ne connaissent que la lettre. Vous vous demanderez ici si le scribe de l'Evangile est comme le scribe de la loi, et si le premier traite de l'Evangile, comme le second de la loi, en lisant, en écoutant et en disant les choses qui contiennent une allégorie, Galates 4 : 24 afin de comprendre, tout en préservant la vérité historique des événements, le principe infaillible de l'interprétation mystique appliquée aux choses spirituelles, afin que les choses apprises ne soient pas des choses spirituelles dont la caractéristique est la méchanceté, Éphésiens 6 : 12, mais qu'elles soient tout à fait opposées à celles-ci, à savoir des choses spirituelles dont la caractéristique est la bonté. Et on est un scribe fait disciple du royaume des cieux au sens simple, lorsqu'il vient du judaïsme et reçoit l'enseignement de Jésus-Christ tel que défini par l'Église ; mais on est un scribe au sens plus profond, lorsqu'ayant reçu des connaissances élémentaires par la lettre des Écritures il s'élève vers des choses spirituelles, qui sont appelées le royaume des cieux. Et selon que chaque pensée est atteinte, et saisie de façon abstraite et prouvée par l'exemple et la démonstration absolue, on peut comprendre le royaume des cieux, de sorte que celui qui abonde en connaissance libre de toute erreur est dans le royaume de la multitude de ce qui est ici représenté comme les cieux. De même, vous allégoriserez le mot "Repentez-vous", car le royaume des cieux est proche, Matthieu 3:2, comme signifiant que les scribes - c'est-à-dire ceux qui se contentent de la simple lettre - peuvent se repentir de cette méthode d'interprétation et être instruits dans l'enseignement spirituel qui est appelé le royaume des cieux par Jésus-Christ, la Parole vivante. C'est pourquoi aussi, dans la mesure où Jésus-Christ, qui était au commencement avec Dieu, Dieu la Parole, Jean 1:1-2 n'a pas sa demeure dans une âme, le royaume des cieux n'y est pas, mais quand quelqu'un s'approche de l'admission de la Parole, pour lui le royaume des cieux est proche. Mais si le royaume des cieux et le royaume de Dieu sont la même chose en réalité, sinon en idée, manifestement à ceux à qui il est dit : Le royaume de Dieu est au dedans de vous, Luc 17:21 à eux aussi il pourrait être dit : Le royaume des cieux est au dedans de vous ; et surtout à cause de la repentance de la lettre à l'esprit ; car lorsqu'on se tourne vers le Seigneur, le voile sur la lettre est enlevé. Mais le Seigneur est l'Esprit. 2 Corinthiens 3:16-17 Et celui qui est vraiment maître de maison est à la fois libre et riche ; riche parce que, de par la fonction de scribe, il a été fait disciple du royaume des cieux, en toute parole de l'Ancien Testament et en toute connaissance du nouvel enseignement de Jésus-Christ, et que cette richesse est déposée dans sa propre maison du trésor - dans le ciel, où il conserve son trésor comme un disciple du royaume des cieux - où ni les mites ne consomment, ni les voleurs ne percent. Matthieu 6:20 Et en ce qui concerne celui qui, comme nous l'avons dit, dépose un trésor dans le ciel, nous pouvons vraiment affirmer que pas un seul papillon de nuit des passions ne peut toucher ses possessions spirituelles et célestes. Un papillon de nuit des passions, dis-je, en prenant la suggestion des Proverbes dans lesquels il est écrit, un ver dans le bois, de sorte que la douleur blesse le cœur de l'homme. Proverbes 25:20 Car la douleur est un ver et un papillon de nuit, qui blesse le coeur qui n'a pas ses trésors dans les cieux et les choses spirituelles, car si l'homme a son trésor dans ces choses - car là où est le trésor, là aussi sera le coeur, Matthieu 6:21 - il a son coeur dans les cieux, et à cause de cela il dit : Si une armée campe contre moi, mon coeur ne craindra pas. De même, les voleurs, à propos desquels le Sauveur a dit : Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands, Jean 10:8, ne peuvent pas non plus briser les choses qui sont gardées dans le ciel, et le cœur qui est dans le ciel et dit donc : Il nous a élevés avec Lui, et nous a fait asseoir avec Lui dans les lieux célestes en Christ, Ephésiens 2:6 et : Notre citoyenneté est dans le ciel. Philippiens 3:20



15. Le maître de maison et sa trésorerie.


Puisque tout scribe qui a été fait disciple du royaume des cieux est comme un maître de maison qui tire de son trésor des choses nouvelles et anciennes, Matthieu 13:52, il s'ensuit clairement, par la conversion de la proposition, comme on l'appelle, que quiconque ne tire pas de son trésor des choses nouvelles et anciennes n'est pas un scribe qui a été fait disciple du royaume des cieux. Nous devons donc nous efforcer de recueillir dans notre cœur, en prêtant attention à la lecture, à l'exhortation, à l'enseignement, 1 Timothée 4:13 et en méditant dans la loi du Seigneur jour et nuit, non seulement les nouveaux oracles des Evangiles et des Apôtres et leur Apocalypse, mais aussi les choses anciennes dans la loi qui a l'ombre des bonnes choses à venir, Hébreux 10:1 et dans les prophètes qui ont prophétisé selon eux. Et ces choses seront rassemblées, lorsque nous les aurons lues et connues, et que nous nous en souviendrons, pour comparer au moment opportun les choses spirituelles entre elles, non pas pour comparer des choses qui ne peuvent l'être entre elles, mais des choses qui admettent la comparaison, et qui ont une certaine ressemblance de diction signifiant la même chose, et de pensées et d'opinions, afin que, par la bouche de deux ou trois témoins ou plus, Matthieu 18:16 de l'Ecriture, nous puissions établir et confirmer toute parole de Dieu. C'est par eux aussi que nous devons réfuter ceux qui, en eux, coupent la divinité en deux et séparent le Nouveau de l'Ancien, afin qu'ils soient loin de la ressemblance avec le maître de maison qui fait sortir de son trésor des choses nouvelles et anciennes. Et puisque celui qui est comparé à quelqu'un est différent de celui auquel il est comparé, le scribe qui est fait disciple du royaume des cieux sera celui qui est comparé, mais différent de lui est le maître de maison qui fait sortir de son trésor des choses nouvelles et anciennes. Mais celui qui lui est comparé, comme à son imitation, veut faire ce qui lui ressemble. Alors peut-être que l'homme qui est maître de maison est Jésus lui-même, qui fait sortir de son trésor, selon le temps de l'enseignement, des choses nouvelles, des choses spirituelles, qui sont aussi toujours renouvelées par Lui dans l'homme intérieur des justes, qui sont eux-mêmes toujours renouvelés jour après jour, 2 Corinthiens 4:16 et des choses anciennes, des choses écrites et gravées sur des pierres, 2 Corinthiens 3 : 7 et dans le coeur de pierre du vieillard, afin que, par la comparaison de la lettre et par l'exposition de l'esprit, il enrichisse le scribe qui se fait disciple du royaume des cieux, et le rende semblable à lui-même, jusqu'à ce que le disciple soit comme le Maître, imitant d'abord l'imitateur du Christ, et après lui le Christ lui-même, selon ce qui est dit par Paul : Soyez mes imitateurs comme moi aussi du Christ. 1 Corinthiens 11:1 Et de même, Jésus le maître de maison peut, au sens le plus simple, faire sortir de son trésor des choses nouvelles - c'est-à-dire l'enseignement évangélique - et des choses anciennes - c'est-à-dire la comparaison des paroles qui sont tirées de la loi et des prophètes, dont nous pouvons trouver des exemples dans les Evangiles. Et en ce qui concerne ces choses nouvelles et anciennes, nous devons aussi nous occuper de la loi spirituelle qui dit dans le Lévitique : "Vous mangerez des choses anciennes et les vieilles choses des vieilles, et vous ferez sortir le vieux de devant le nouveau ; et je mettrai mon tabernacle au milieu de vous. Lévitique 26:10-11 Car nous mangeons avec bénédiction les choses anciennes - les paroles prophétiques - et les choses anciennes des choses anciennes - les paroles de la loi ; et, quand les paroles nouvelles et évangéliques sont venues, vivant selon l'Évangile, nous faisons sortir les choses anciennes de la lettre d'avant les nouvelles, et Il établit Son tabernacle en nous, accomplissant la promesse qu'Il a dite : J'habiterai au milieu d'eux et je marcherai en eux.



16. Paraboles en rapport avec les similitudes. Jésus dans son propre pays.


Lorsque Jésus eut achevé ces paraboles, il partit de là. Et il vint dans sa patrie. Matthieu 13:53-54 Puisque nous avons demandé ci-dessus si les choses dites à la foule étaient des paraboles, et que celles dites aux disciples étaient des similitudes, et que nous avons exposé des observations à ce sujet qui, à mon avis, ne sont pas méprisables, vous devez savoir que la phrase qui est jointe, Et il advint que, lorsque Jésus eut achevé ces paraboles, Il partit de là, apparaîtra en opposition à tous ces arguments, comme s'appliquant non seulement aux paraboles, mais aussi aux similitudes telles que nous les avons exposées. Nous nous demandons donc si toutes ces choses doivent être rejetées, ou si nous devons parler de deux sortes de paraboles, celles qui sont dites aux foules et celles qui sont annoncées aux disciples ; ou si nous devons considérer le nom de la parabole comme équivoque ; ou si le dicton : "Et il advint, lorsque Jésus eut achevé ces paraboles, qu'il ne se référa qu'aux paraboles ci-dessus, qui précèdent les similitudes. Car, à cause de la parole : Il vous est donné de connaître les mystères du royaume des cieux, mais aux autres en paraboles, Matthieu 13:11, il n'était pas possible de dire aux disciples, dans la mesure où ils n'étaient pas du dehors, que le Sauveur leur parlait en paraboles. Et il s'ensuit que la parole : Et il advint, lorsque Jésus eut achevé ces paraboles, qu'il partit de là, doit être rapportée aux paraboles dites ci-dessus, ou que le nom de parabole est équivoque, ou qu'il y a deux sortes de paraboles, ou que celles que nous avons nommées similitudes n'étaient pas du tout des paraboles. Et observez que c'est hors de son propre pays qu'il dit les paraboles qu'il a achevées, qu'il a quittées de là, et qu'en arrivant dans son propre pays il les a enseignées dans leur synagogue. Et Marc dit : Il est venu dans sa patrie, et ses disciples le suivent. Marc 6:1 Nous devons donc nous demander si, par l'expression "sa propre patrie", on entend Nazareth ou Bethléem-Nazareth, à cause de la parole : Il sera appelé Nazaréen, Matthieu 2:23 ou Bethléem, puisqu'en elle il est né. Je me demande également si les évangélistes auraient pu dire "venir à Bethléem" ou "venir à Nazareth". Ils ne l'ont pas fait, mais ils l'ont nommé Son pays, à cause de quelque chose qui a été déclaré dans un sens mystique dans le passage sur Son pays - à savoir, l'ensemble de la Judée - dans lequel Il a été déshonoré selon le dicton : "Un prophète n'est pas sans honneur, sauf dans son propre pays. Matthieu 13:57 Et si quelqu'un pense à Jésus-Christ, pierre d'achoppement pour les Juifs, 1 Corinthiens 1:23 parmi lesquels Il est persécuté jusqu'à présent, mais proclamé parmi les païens et auquel Il a cru - car Sa parole a couru dans le monde entier - il verra que dans Son propre pays, Jésus n'a pas eu d'honneur, mais que parmi ceux qui étaient étrangers aux alliances, Ephésiens 2:12 les païens, Il est tenu en honneur. Mais ce qu'Il a enseigné et dit dans leur synagogue, les évangélistes ne l'ont pas consigné, mais seulement qu'ils étaient si grands et de telle nature que tous en ont été stupéfaits. Et probablement que les choses dites étaient trop élevées pour être écrites. Il faut seulement noter qu'Il a enseigné dans leur synagogue, sans s'en séparer, ni l'ignorer.



17. Les frères de Jésus.


Et le dicton : D'où vient cette sagesse, Matthieu 13:54 indique clairement qu'il y avait une grande et surpassante sagesse dans les paroles de Jésus, digne de l'expression : Voici, il y a ici plus que Salomon. Matthieu 12:42 Et il avait l'habitude de faire de plus grands miracles que ceux qui avaient été accomplis par Elie et Elisée, et plus tôt encore par Moïse et Josué, le fils de Nun. Et ils parlaient, s'interrogeant, (ne sachant pas qu'il était fils de vierge, ou ne le croyant pas même si on le leur disait, mais supposant qu'il était fils de Joseph le charpentier,) n'est-ce pas là le fils du charpentier ? Matthieu 13:55 Et dépréciant tout ce qui leur paraissait être sa plus proche parenté, ils dirent : Sa mère ne s'appelle-t-elle pas Marie ? Et ses frères, Jacques, Joseph, Simon et Judas ? Et ses soeurs, ne sont-elles pas toutes avec nous ? Matthieu 13:55-56 Ils pensaient donc qu'il était le fils de Joseph et de Marie. Mais certains disent, en se basant sur une tradition de l'Évangile selon Pierre, comme il est intitulé, ou du Livre de Jacques, que les frères de Jésus étaient fils de Joseph par une ancienne femme, qu'il a épousée avant Marie. Or, ceux qui disent cela veulent préserver jusqu'à la fin l'honneur de Marie dans la virginité, afin que son corps, qui était destiné à servir la Parole qui disait : "Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre", Luc 1:35, ne puisse pas connaître de relations sexuelles avec un homme après que le Saint-Esprit soit entré en elle et que la puissance d'en haut l'ait couverte de son ombre. Et je pense en harmonie avec la raison que Jésus était le premier fruit parmi les hommes de la pureté qui consiste dans la chasteté, et Marie parmi les femmes ; car il n'était pas pieux d'attribuer à autre chose qu'à elle le premier fruit de la virginité. Et Jacques est celui que Paul dit dans l'Epître aux Galates qu'il a vu, mais d'autres Apôtres n'ont vu que Jacques, le frère du Seigneur. Galates 1:19 Et ce Jacques s'est élevé à une si grande renommée de justice parmi le peuple que Flavius Josèphe, qui a écrit les Antiquités des Juifs en vingt livres, en voulant exposer la cause pour laquelle le peuple a souffert de si grands malheurs que même le temple a été rasé, a dit, que ces choses leur sont arrivées conformément à la colère de Dieu à la suite des choses qu'ils avaient osé faire contre Jacques, le frère de Jésus qui est appelé Christ. Et ce qui est merveilleux, c'est que, bien qu'il n'ait pas accepté Jésus comme Christ, il a pourtant rendu témoignage que la justice de Jacques était si grande ; et il dit que le peuple pensait avoir souffert ces choses à cause de Jacques. Et Jude, qui a écrit une lettre de quelques lignes, c'est vrai, mais remplie des paroles salutaires de la grâce céleste, dit dans la préface : Jude, le serviteur de Jésus-Christ et le frère de Jacques. Jude 1 En ce qui concerne Joseph et Simon, nous n'avons rien à dire ; mais le dicton : Et ses soeurs ne sont pas toutes avec nous, Matthieu 13:56 me semble signifier quelque chose de cette nature - elles s'occupent de nos affaires, non de celles de Jésus, et n'ont pas de part inhabituelle de sagesse supérieure à celle de Jésus. Et peut-être ces choses indiquent-elles un nouveau doute à son sujet, à savoir que Jésus n'était pas un homme mais un devin, dans la mesure où il était, comme ils le supposaient, le fils de Joseph et de Marie, le frère de quatre personnes, et des autres - les femmes - aussi, et qu'il n'avait rien de semblable à aucun de ses semblables, et qu'il n'était pas parvenu, par son éducation et son enseignement, à un tel degré de sagesse et de puissance. Car on dit aussi ailleurs : "Comment cet homme peut-il écrire sans avoir jamais appris ? Jean 7:15 qui est similaire à ce qui est dit ici. Seulement, bien qu'ils disent ces choses et qu'ils soient si perplexes et étonnés, ils n'ont pas cru, mais ils ont été offensés en Lui ; comme s'ils avaient été maîtrisés aux yeux de leur esprit par les puissances que, au temps de la passion, Il allait conduire en triomphe sur la croix.



18. Les prophètes dans leur pays.


Mais Jésus leur dit : Un prophète n'est pas sans honneur, sauf dans son propre pays. Matthieu 13:57 Nous devons nous demander si l'expression a la même force lorsqu'elle est appliquée universellement à chaque prophète (comme si chacun des prophètes était déshonoré dans son propre pays seulement, mais pas comme si chacun de ceux qui étaient déshonorés l'était dans son pays) ; ou, du fait que l'expression est singulière, ces choses ont été dites à propos d'un seul. Si donc ces paroles sont prononcées sur une personne, ces choses qui ont été dites suffisent, si l'on se réfère à ce qui est écrit au Sauveur. Mais si elle est générale, elle n'est pas historiquement vraie ; car Elie n'a pas été déshonoré à Tishbeth de Galaad, ni Elisée à Abelmeholah, ni Samuel à Ramathaim, ni Jérémie à Anathoth. Mais, interprété au sens figuré, c'est absolument vrai ; car nous devons considérer la Judée comme leur pays, et ce fameux Israël comme leur parenté, et peut-être le corps comme la maison. Car tous ont subi en Judée le déshonneur de l'Israël conforme à la chair, alors qu'ils étaient encore dans le corps, comme il est écrit dans les Actes des Apôtres, comme ayant été dit dans la censure au peuple : Lequel des prophètes vos pères n'ont-ils pas persécuté, qui a montré d'avance la venue du Juste ? Actes 7:52 et par Paul dans la Première Epître aux Thessaloniciens comme on le dit : Car vous, frères, vous êtes devenus les imitateurs des Églises de Dieu qui sont en Judée dans le Christ Jésus, car vous avez aussi souffert les mêmes choses de vos compatriotes qu'eux des Juifs, qui ont tué le Seigneur Jésus et les prophètes, et qui nous ont chassés, sans plaire à Dieu, et qui sont contraires à tous les hommes. 1 Thessaloniciens 2:14-15 Un prophète n'est donc pas sans honneur parmi les païens ; car soit ils ne le connaissent pas du tout, soit, l'ayant appris et reçu comme prophète, ils l'honorent. Et tels sont ceux qui sont de l'Église. Les prophètes sont déshonorés, d'une part, lorsqu'ils sont persécutés, selon les faits historiques, par le peuple et, d'autre part, lorsque leur prophétie n'est pas crue par le peuple. Car s'ils avaient cru Moïse et les prophètes, ils auraient cru le Christ, qui a montré que lorsque les hommes ont cru Moïse et les prophètes, la croyance au Christ a logiquement suivi, et que lorsque les hommes n'ont pas cru le Christ, ils n'ont pas cru Moïse. Jean 5:46 De plus, de même que par la transgression de la loi il est dit que celui qui pèche déshonore Dieu, de même en ne croyant pas à ce qui est prophétisé le prophète est déshonoré par l'homme qui ne croit pas aux prophéties. Et en ce qui concerne la vérité littérale, il est utile de rappeler ce que Jérémie a souffert parmi le peuple, à propos duquel il a dit : "J'ai dit : je ne parlerai pas, et je n'invoquerai pas le nom du Seigneur". Jérémie 20:9 Et encore, ailleurs, on se moquait continuellement de moi. Jérémie 20:7 Et les grandes souffrances qu'il a endurées de la part du roi d'Israël de l'époque sont écrites dans sa prophétie. Il est également écrit qu'une partie du peuple venait souvent lapider Moïse, car sa patrie n'était pas les pierres d'un lieu quelconque, mais le peuple qui le suivait, parmi lequel il était aussi déshonoré. Et Esaïe aurait été scié par le peuple ; et si quelqu'un n'accepte pas cette déclaration parce qu'elle se trouve dans l'Apocryphe Esaïe, qu'il croie ce qui est écrit ainsi dans l'Epître aux Hébreux : Ils ont été lapidés, ils ont été sciés, ils ont été tentés ; Hébreux 11 : 37 car l'expression "Ils ont été sciés" se réfère à Ésaïe, tout comme les mots "Ils ont été tués par l'épée" se réfèrent à Zacharie, qui a été tué entre le sanctuaire et l'autel, comme l'a enseigné le Sauveur, témoignant, comme je le pense, d'une Écriture, bien qu'elle n'existe pas dans les livres communs et largement diffusés, mais peut-être dans les livres apocryphes. Et eux aussi ont été déshonorés dans leur propre pays, parmi les Juifs qui se déplaçaient en peaux de mouton, en peaux de chèvre, étant indigents, affligés, etc. ; Hébreux 11:37 Car tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés. 2 Timothée 3:12 Et probablement parce que Paul savait cela, qu'un prophète n'a pas d'honneur dans son propre pays, bien qu'il ait prêché la Parole dans de nombreux endroits, il ne l'a pas prêchée à Tarse. C'est pourquoi les Apôtres quittèrent Israël et firent ce que leur avait prescrit le Sauveur : Faites de toutes les nations des disciples, Matthieu 28:19 et : Vous serez Mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. Actes 1:8 Car ils firent ce qui leur avait été ordonné en Judée et à Jérusalem ; mais, comme un prophète n'a pas d'honneur dans son pays, lorsque les Juifs ne reçurent pas la Parole, ils s'en allèrent vers les païens. Considérez aussi que si, à cause du fait que la parole : Je répandrai de mon Esprit sur toute chair, et ils prophétiseront, Joël 2:28 s'est accomplie dans les églises des païens, vous pouvez dire que ceux qui étaient autrefois du monde et qui, en croyant, ne sont plus du monde, ayant reçu le Saint-Esprit dans leur propre pays - c'est-à-dire le monde - et prophétisant, n'ont pas d'honneur, mais sont déshonorés. Heureux donc ceux qui souffrent les mêmes choses que les prophètes, selon ce qui a été dit par le Sauveur, car de la même manière leurs pères ont agi envers les prophètes. Luc 6:23 Or, si quelqu'un qui prend soin de ces choses est haï et attaqué, à cause de sa vie de rigueur et de sa réprimande des pécheurs, comme un homme qui est persécuté et insulté à cause de la justice, non seulement il ne sera pas affligé, mais il sera dans la joie et l'allégresse, étant assuré qu'à cause de ces choses, il a une grande récompense dans le ciel, de la part de celui qui l'a comparé aux prophètes, pour avoir souffert les mêmes choses. C'est pourquoi, celui qui imite avec zèle la vie prophétique, et qui atteint à l'esprit qui était en eux, doit être déshonoré dans le monde, et aux yeux des pécheurs, auxquels la vie du juste est un fardeau.



19. Relation de la foi et de l'incrédulité avec les pouvoirs surnaturels de Jésus.


Vous pouvez voir qu'il n'y a pas eu beaucoup d'oeuvres puissantes à cause de leur incrédulité. Matthieu 13:58 Nous sommes enseignés par ces choses que des pouvoirs ont été trouvés dans ceux qui ont cru, car à tout homme qui a été donné et qui aura de l'abondance, Matthieu 13:12 mais parmi les incroyants, non seulement les pouvoirs n'ont pas fonctionné, mais comme Marc l'a écrit, ils ne pouvaient pas fonctionner. Matthieu 17:19-20 Car il faut tenir compte de ces paroles : Il ne pouvait faire aucune oeuvre puissante, car il n'est pas dit : Il ne voulait pas, mais il ne pouvait pas ; comme si, lorsqu'elle travaillait, la puissance venait à coopérer avec la foi de celui sur qui la puissance travaillait, mais cette coopération était entravée dans son exercice par l'incrédulité. Voyez donc que pour ceux qui ont dit : "Pourquoi ne pouvions-nous pas le chasser ? Il a dit : "À cause de votre peu de foi. Matthieu 14:31 Et à Pierre, lorsqu'il commença à couler, il fut dit : O toi qui as peu de foi, pourquoi as-tu douté ? Luc 8:45-46 Mais, en outre, celle qui avait la question du sang, qui ne demandait pas la guérison, mais qui se contentait de raisonner en disant que si elle touchait l'ourlet de son vêtement, elle serait guérie, fut guérie sur-le-champ. Et le Sauveur, reconnaissant la méthode de guérison, dit : "Qui m'a touchée ? Car j'ai perçu que la puissance est sortie de moi. Matthieu 17:20 Et peut-être, comme dans le cas des choses matérielles il existe dans certaines choses une attraction naturelle vers une autre chose, comme dans l'aimant pour le fer, et dans ce qu'on appelle le naphte pour le feu, ainsi il y a une attraction dans une telle foi vers la puissance divine, selon ce qui est dit : Si vous avez la foi comme un grain de moutarde, vous direz à cette montagne : Enlève-toi d'ici à là-bas, et elle s'en ira. Matthieu 13:58 Et Matthieu et Marc, voulant exposer l'excellence de la puissance divine, qui a une puissance même dans l'incrédulité, mais pas aussi grande que dans la foi de ceux qui en bénéficient, me semblent avoir dit avec exactitude, non pas qu'il n'ait pas fait de grandes oeuvres à cause de leur incrédulité, mais qu'il n'en ait pas fait beaucoup là-bas. Marc 6:5 Et Marc ne dit pas non plus qu'il n'a pu faire aucune oeuvre puissante à cause de leur incrédulité, et qu'il s'est arrêté là, mais il a ajouté : A part qu'il a imposé les mains à quelques malades et qu'il les a guéris, Marc 6:5 la puissance qui est en lui a permis de vaincre l'incrédulité. Or il me semble que, comme pour les choses matérielles, le travail du sol ne suffit pas à lui seul pour la récolte des fruits, à moins que l'air ne coopère à cette fin, non, plutôt, Celui qui forme l'air avec la qualité qu'Il veut et en fait ce qu'Il veut ; ni l'air en dehors du travail du sol, mais plutôt Celui qui, par sa providence, a fait en sorte que les choses qui jaillissent de la terre ne puissent pas jaillir en dehors du travail du sol ; c'est ce qu'Il a fait une fois pour toutes dans la loi : Que la terre produise de l'herbe semant de la semence selon son espèce et selon sa ressemblance ; Genèse 1 : 11 De même, les opérations des puissances, en dehors de la foi de ceux qui sont guéris, ne montrent pas non plus l'œuvre absolue de guérison, ni la foi, si grande soit-elle, en dehors de la puissance divine. Et ce qui est écrit sur la sagesse, vous pouvez l'appliquer aussi à la foi, et aux vertus en particulier, afin de faire un précepte de ce genre : Si quelqu'un est parfait en sagesse parmi les fils des hommes, et que la puissance qui vient de Toi soit insuffisante, il sera considéré comme rien ; Sagesse 9 : 6. ou, si quelqu'un est parfait dans la maîtrise de soi, autant qu'il est possible pour les fils des hommes, et que la maîtrise qui vient de Toi manque, il sera compté comme rien ; ou, si quelqu'un est parfait dans la justice, et dans le reste des vertus, et que la justice et le reste des vertus qui viennent de Toi manquent à lui, il sera compté comme rien. C'est pourquoi, que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, ni l'homme fort de sa force, Jérémie 9:23, car ce qui est propre à la gloire n'est pas à nous, mais est un don de Dieu ; la sagesse vient de lui, et la force vient de lui ; et il en est de même pour le reste.



20. Différentes conceptions de Jean-Baptiste.


En cette saison, Hérode le tétrarque entendit le rapport concernant Jésus et dit à ses propres serviteurs : "Voici Jean-Baptiste. Matthieu 14:1 Dans Marc 6:14, c'est la même chose, et aussi dans Luc. Luc 9:7 Les Juifs avaient différentes opinions, certaines fausses, comme celle des Sadducéens sur la résurrection des morts, selon laquelle ils ne ressuscitent pas, et sur les anges, selon laquelle ils n'existent pas, mais que les choses qui ont été écrites à leur sujet ne doivent être interprétées que de façon figurée, mais n'ont pas de réalité en fait ; et certaines opinions vraies, comme celle des Pharisiens sur la résurrection des morts, selon laquelle ils ressuscitent. Nous devons donc nous demander ici si l'opinion concernant l'âme, que se sont fait par erreur Hérode et certains du peuple, était un peu comme cela : Jean, qui avait été tué par lui un peu auparavant, était ressuscité des morts après avoir été décapité, et était la même personne sous un autre nom, et étant maintenant appelé Jésus, il possédait les mêmes pouvoirs qui s'exerçaient autrefois en Jean. Car quelle crédibilité y a-t-il dans l'idée que Celui qui était si largement connu de tout le peuple, et dont le nom était rapporté à l'étranger dans toute la Judée, qu'ils déclaraient être le fils du charpentier et de Marie, et avoir tel et tel pour frères et sœurs, n'était pas considéré comme différent de Jean dont le père était Zacharie, et dont la mère était Élisabeth, qui n'étaient pas eux-mêmes indifférenciés parmi le peuple ? Mais il est probable que le fait qu'il soit le fils de Zacharie n'était pas inconnu du peuple, qui pensait à propos de Jean qu'il était vraiment un prophète, et étaient si nombreux que les pharisiens, pour éviter de donner l'impression de dire ce qui déplaisait au peuple, avaient peur de répondre à la question : "Son baptême était-il du ciel ou des hommes ? Matthieu 21:25 Et peut-être aussi, pour certains d'entre eux, la connaissance de l'incident de la vision qui a été vue dans le temple, lorsque Gabriel est apparu à Zacharie. Quelle crédibilité, donc, a l'opinion erronée, que ce soit celle d'Hérode ou de certains, que Jean et Jésus n'étaient pas deux personnes, mais que c'était un seul et même Jean qui est ressuscité d'entre les morts après avoir été décapité et qu'il a été appelé Jésus ? Certains pourraient cependant dire qu'Hérode et certains de ses compagnons d'infortune avaient le faux dogme de la transmigration des âmes vers les corps, ce qui leur faisait penser que l'ancien Jean était réapparu par une nouvelle naissance et était revenu d'entre les morts à la vie sous le nom de Jésus. Mais le délai entre la naissance de Jean et la naissance de Jésus, qui ne dépassait pas six mois, ne permet pas de considérer cette fausse opinion comme crédible. Et peut-être que cette idée était plutôt présente dans l'esprit d'Hérode, que les pouvoirs qui avaient été exercés par Jean étaient passés à Jésus, ce qui avait pour conséquence que le peuple le prenait pour Jean-Baptiste. Et l'on pourrait utiliser la ligne d'argumentation suivante. De même que l'esprit et la puissance d'Élie, et non pas son âme, il est dit de Jean : "Voici l'Élie à venir" (Matthieu 11:14), l'esprit d'Élie et la puissance en lui étant passés à Jean - Hérode pensait que les pouvoirs de Jean exerçaient dans son cas des œuvres de baptême et d'enseignement - car Jean n'a pas fait un seul miracle, Jean 10:41, mais en Jésus des présages miraculeux. On peut dire que quelque chose de ce genre était la pensée de ceux qui disaient qu'Élie était apparu en Jésus, ou qu'un des anciens prophètes était ressuscité. Luc 9:8 Mais l'opinion de ceux qui ont dit que Jésus était un prophète, même comme l'un des prophètes, Marc 6:15, n'a aucune incidence sur la question. Le dicton concernant Jésus est donc faux, que ce soit l'opinion d'Hérode ou celle des autres. Seul le dicton selon lequel Jean a précédé dans l'esprit et la puissance d'Élie, Luc 1:17, qui correspond aux pensées qu'ils chérissaient maintenant concernant Jean et Jésus, me semble plus crédible. Mais puisque nous avons appris, en premier lieu, que lorsque le Sauveur après la tentation a entendu que Jean avait été livré, il s'est retiré en Galilée, et en second lieu, que lorsque Jean était en prison et qu'il a entendu les choses sur Jésus, il a envoyé deux de ses disciples et lui a dit : "Es-tu celui qui vient, ou en cherchons-nous un autre ? Matthieu 11:2-3 et en troisième lieu, généralement, que Hérode a dit de Jésus : C'est Jean le Baptiste, il est ressuscité d'entre les morts, Matthieu 14:2 mais nous n'avons appris d'aucun quartier la manière dont le Baptiste a été tué, donc Matthieu l'a maintenant enregistré, et Marc presque comme lui ; mais Luc a passé sous silence la plus grande partie du récit tel qu'il se trouve en eux.



21. Hérode et le Baptiste.


Le récit de Matthieu est le suivant - car Hérode s'était emparé de Jean et l'avait lié dans la prison. Matthieu 14:3 En référence à ces choses, il me semble que comme la loi et les prophètes l'étaient jusqu'à Jean, Luc 16 : 16 après quoi la grâce de la prophétie a cessé d'exister parmi les Juifs ; ainsi l'autorité de ceux qui avaient régné parmi le peuple, qui comprenait le pouvoir de tuer ceux qu'ils jugeaient dignes de mort, a existé jusqu'à Jean ; et lorsque le dernier des prophètes a été illégalement tué par Hérode, le roi des Juifs a été privé du pouvoir de mettre à mort ; car, si Hérode n'en avait pas été privé, Pilate n'aurait pas condamné Jésus à mort ; mais pour cela, Hérode aurait suffi avec le conseil des grands prêtres et des anciens du peuple, réunis à cet effet. Et alors, je pense que s'est accompli ce qui a été dit comme suit par Jacob à Juda : Un chef ne s'éloignera pas de Juda, ni un dirigeant d'Israël, jusqu'à ce que vienne ce qui est prévu, et il est l'attente des païens. Genèse 49:10 Et peut-être aussi les Juifs ont-ils été privés de ce pouvoir, la Providence de Dieu faisant en sorte de répandre l'enseignement du Christ parmi le peuple, afin que, même si cela était entravé par les Juifs, l'opposition n'aille pas jusqu'à tuer des croyants, ce qui semblait être conforme à la loi. Mais Hérode s'empara de Jean, le mit en prison et le fit enfermer, Matthieu 14:3 par cet acte signifiant que, dans la mesure où cela dépendait de sa puissance et de la méchanceté du peuple, il liait et emprisonnait la parole prophétique, et l'empêchait de continuer à demeurer un héraut de la vérité en liberté comme autrefois. Mais cet Hérode le fit pour le bien d'Hérodiade, la femme de son frère Philippe. Car Jean lui dit : "Il ne t'est pas permis de l'avoir. Matthieu 14, 3-4 Or ce Philippe était tétrarque de la région d'Iturée et de Trachonite. Certains supposent donc que, lorsque Philippe mourut en laissant une fille, Hérodias, Hérode épousa la femme de son frère, bien que la loi n'autorise le mariage que lorsqu'il n'y a pas d'enfants. Mais, comme nous ne trouvons aucune preuve évidente de la mort de Philippe, nous concluons qu'une transgression encore plus grande a été commise par Hérode, à savoir qu'il a incité la femme de son frère à se révolter contre son mari alors qu'il était encore en vie.



22. La danse d'Hérodias. La tenue des serments.


C'est pourquoi Jean, avec une audace prophétique et sans être terrifié par la dignité royale d'Hérode, ni par la crainte de la mort, gardant le silence sur un péché si flagrant, rempli d'un esprit divin, dit à Hérode : "Il ne t'est pas permis de l'avoir ; car il ne t'est pas permis d'avoir la femme de ton frère. Car Hérode, ayant saisi Jean, l'a lié et mis en prison, n'osant pas le tuer purement et simplement et enlever au peuple la parole prophétique ; mais la femme du roi de Trachonite - ce qui est une sorte de mauvaise opinion et de mauvais enseignement - a donné naissance à une fille du même nom, dont les mouvements, apparemment harmonieux, plaisant à Hérode, qui aimait les questions liées aux anniversaires, ont fait qu'il n'y a plus de tête prophétique parmi le peuple. Et jusqu'à ce jour, je pense que les mouvements du peuple des Juifs, qui semblent être conformes à la loi, n'étaient rien d'autre que les mouvements de la fille d'Hérodiade ; mais la danse d'Hérodiade s'opposait à cette danse sainte avec laquelle ceux qui n'ont pas dansé seront blâmés lorsqu'ils entendront les paroles : "Nous t'avons joué de la flûte et tu n'as pas dansé. Et les anniversaires, quand la parole anarchique règne sur eux, ils dansent pour que leurs mouvements plaisent à cette parole. Certains de ceux qui nous ont précédés ont observé ce qui est écrit dans la Genèse à propos de l'anniversaire de Pharaon, et ont dit que l'homme sans valeur qui aime les choses liées à la naissance organise des fêtes d'anniversaire ; et nous, suivant cette suggestion de sa part, nous ne trouvons dans aucune Écriture qu'un anniversaire a été célébré par un homme juste. Car Hérode était plus injuste que ce célèbre Pharaon, car c'est par ce dernier qu'un chef boulanger est tué à l'occasion de sa fête d'anniversaire ; Genèse 40:20 mais par le premier, Jean, que personne de plus grand que lui n'est ressuscité parmi les femmes, Matthieu 11:11 à propos duquel le Sauveur dit : Mais dans quel but êtes-vous sortis ? Pour voir un prophète ? Oui, je vous le dis, et plus qu'un prophète. Luc 7:26 Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, même si la grâce de la prophétie a été retirée au peuple, grâce plus grande que tout ce qui a été répandu parmi les païens par notre Sauveur Jésus-Christ, qui est devenu libre parmi les morts ; car, bien qu'il ait été crucifié par faiblesse, il vit par la puissance de Dieu. 2 Corinthiens 13:4 Considérez aussi la parole par laquelle on enquête sur les viandes pures et impures ; mais la prophétie est méprisée lorsqu'elle est présentée dans un chargeur au lieu de viande. Mais les Juifs n'ont pas la tête de la prophétie, en ce qu'ils renient la couronne de toute prophétie, Jésus-Christ ; et le prophète est décapité, à cause d'un serment, dans un cas où le devoir était plutôt de rompre le serment que de le tenir ; car l'accusation de témérité dans la prise d'un serment et de sa rupture à cause de la témérité n'est pas la même dans la culpabilité que la mort d'un prophète. Et ce n'est pas seulement pour cette raison qu'il est décapité, mais à cause de ceux qui se sont assis à table avec lui, qui ont préféré que le prophète soit tué plutôt que de vivre. Et ils s'allongent à la même table et festoient aussi avec la mauvaise parole qui règne sur les Juifs, qui se réjouissent de sa naissance. Parfois, vous pouvez appliquer avec grâce le passage à ceux qui jurent sans réfléchir et qui souhaitent tenir les serments prêtés en vue d'actes illicites, en disant que toute tenue de serment n'est pas apparente, tout comme la tenue du serment d'Hérode ne l'était pas. Et notez, en outre, que ce n'est pas ouvertement mais secrètement et en prison qu'Hérode a mis Jean à mort. Car même la parole actuelle des Juifs ne nie pas ouvertement les prophéties, mais les nie virtuellement et en secret, et est condamnée pour ne pas y croire. Car comme s'ils avaient cru Moïse, ils auraient cru Jésus, Jean 5:46 ; ainsi, s'ils avaient cru les prophètes, ils auraient reçu Celui qui avait été le sujet de la prophétie. Mais, en le croyant, ils le méconnaissent aussi, et ils retranchent et mettent en prison la parole prophétique, et ils la tiennent pour morte et divisée, et en aucune façon pour saine, puisqu'ils ne la comprennent pas. Mais nous avons tout Jésus, la prophétie le concernant s'étant accomplie, qui disait : "Un os ne sera pas brisé".



23. Le retrait de Jésus.


Les disciples de Jean étant venus enterrer ses restes, ils allèrent le dire à Jésus. Matthieu 14:12 Et il se retira dans un lieu désert, c'est-à-dire chez les païens, et, après la mort du prophète, une foule de gens le suivit de toutes les villes, voyant qu'il était grand, il eut pitié d'eux et guérit leurs malades ; et ensuite, avec les pains bénis et multipliés de quelques pains, il nourrit ceux qui le suivaient. Quand Jésus entendit cela, il se retira de là dans une barque pour se rendre dans un lieu désert à l'écart. Matthieu 14:13 La lettre nous enseigne à nous retirer autant qu'il est en notre pouvoir de ceux qui nous persécutent, et des conspirations attendues par la parole ; car ce serait agir avec prudence ; et, quand on peut se tenir en dehors des positions critiques, aller à leur rencontre est imprudent et têtu. Car qui hésiterait encore à éviter de telles choses, alors que non seulement Jésus a battu en retraite au vu de ce qui est arrivé à Jean, mais qu'il a aussi enseigné et dit : "S'ils vous persécutent dans cette ville, fuyez dans l'autre" ? Matthieu 10:23 Quand vient une tentation qu'il n'est pas en notre pouvoir d'éviter, nous devons l'endurer avec une noblesse et un courage extrêmes ; mais, quand il est en notre pouvoir de l'éviter, ne pas le faire est téméraire. Mais comme, après la lettre, nous devons également enquêter sur le lieu selon le sens mystique, nous devons dire que, lorsque la prophétie a été conspirée parmi les Juifs et détruite, en raison de l'honneur qu'ils accordaient aux questions d'anniversaires, et en ce qui concerne leur réception de vains mouvements qui, bien que conçus par le chef des méchants et ceux qui festoient avec lui pour être réguliers et agréables à leurs yeux, étaient irréguliers et désaccordés, si la vérité est arbitraire, alors Jésus se retire du lieu où la prophétie a été attaquée et condamnée ; et il se retire dans le lieu qui avait été stérile pour Dieu parmi les païens, afin que la Parole de Dieu, lorsque le royaume fut enlevé aux Juifs et donné à une nation qui en produisait les fruits, Matthieu 21 : 43 soit parmi les païens ; et que, à cause d'elle, les enfants de la désolée, qui n'avait été instruite ni dans la loi ni dans les prophètes, soient plus nombreux que ceux de celle qui a le mari, c'est-à-dire la loi. Quand donc la parole fut ancienne chez les Juifs, elle ne le fut pas chez eux comme elle l'est chez les païens ; c'est pourquoi on dit que, dans une barque, - c'est-à-dire dans le corps - il se rendit à part dans le lieu désert, quand il apprit le meurtre du prophète. Et, étant venu à part dans le désert, il y était, parce que la Parole y habitait à part, et que son enseignement était contraire aux coutumes et aux usages qui s'obtenaient chez les païens. Et les foules parmi les païens, lorsqu'elles apprirent que Jésus était venu pour rester dans leur désert, et qu'il était séparé, comme nous l'avons déjà rapporté, le suivirent depuis leurs propres villes, parce que chacun avait quitté les coutumes superstitieuses de ses pères et était venu à la loi du Christ. Et c'est par terre qu'ils le suivirent, et non dans une barque, en ce sens que ce n'est pas avec le corps mais avec l'âme seulement, et avec la résolution à laquelle ils avaient été persuadés par la Parole, qu'ils suivaient l'Image de Dieu. Et Jésus sort vers eux, comme ils n'ont pas pu aller vers Lui, afin qu'après être allé vers le dehors, Il conduise dans le dehors. Et grande est la foule sans laquelle la Parole de Dieu sort, et qui, ayant répandu sur elle la lumière de sa visitation, la contemple ; et, voyant qu'ils méritaient plutôt d'être pris en pitié, parce qu'ils étaient dans de telles circonstances, comme un amoureux des hommes, Lui qui était impassible, a subi l'émotion de la pitié, et a non seulement eu pitié mais a guéri leurs malades, qui avaient des maladies diverses et de toutes sortes découlant de leur méchanceté.



24. Les diverses formes de maladies spirituelles.


Et si vous voulez voir de quelle nature sont les maladies de l'âme, contemplez avec moi les amoureux de l'argent, les amoureux de l'ambition, les amoureux des garçons, et si quelqu'un aime les femmes ; car ceux-là aussi qui regardent parmi les foules et qui ont de la compassion pour elles, Il les a guéries. Car tout péché ne doit pas être considéré comme une maladie, mais comme ce qui s'est installé dans toute l'âme. Car c'est ainsi que vous pouvez voir les amoureux de l'argent qui ne pensent qu'à l'argent, à le conserver et à le rassembler, les amoureux de l'ambition qui ne pensent qu'à un peu de gloire, car ils aspirent à la louange des masses et des vulgaires ; et de même vous comprendrez dans le cas des autres que nous avons nommés, et s'il y en a d'autres comme eux. Puisque donc, en exposant les paroles, Il a guéri leurs malades, Matthieu 14:14 nous avons dit que tout péché n'est pas une maladie, il convient de discuter à partir de l'Ecriture la différence entre ceux-ci. L'Apôtre dit en effet, en écrivant aux Corinthiens qui avaient des maladies diverses : "C'est pourquoi beaucoup parmi vous sont faibles et maladifs, et il y en a qui dorment. 1 Corinthiens 11:30 Écoutez-le en ces termes, en tricotant une bande et en la tressant de différents péchés, selon que certains sont faibles, et d'autres maladifs plus que faibles, et d'autres, en comparaison des deux, dorment. Pour les uns, à cause de l'impuissance de leur âme, ayant tendance à se glisser dans n'importe quel péché, quoiqu'ils ne soient pas entièrement à la merci d'une forme quelconque de péché, comme le sont les maladifs, ne sont que faibles ; mais d'autres qui, au lieu d'aimer Dieu de toute leur âme, de tout leur coeur et de tout leur esprit, aiment l'argent, ou un peu de gloire, ou leur femme, ou leurs enfants, souffrent de quelque chose de pire que la faiblesse, et sont maladifs. Et ceux qui dorment sont ceux qui, alors qu'ils devraient être attentifs et regarder avec leur âme, ne le font pas, mais qui, par grand manque d'attention, hochent la tête pour résoudre le problème et sont assoupis dans leurs réflexions, comme dans leurs rêves, souillent la chair, et mettent à mal ce qui est le plus haut placé dans l'autorité, et se plaignent des dignités. Jude 8 Et ceux-ci, parce qu'ils dorment, vivent dans une atmosphère de vaines fantaisies oniriques concernant les réalités, n'admettant pas les choses qui sont réellement vraies, mais trompés par ce qui apparaît dans leurs vaines imaginations, à propos desquelles il est dit dans Ésaïe : "Comme un homme assoiffé rêve qu'il boit, mais qu'il s'est levé et qu'il a encore soif, et que son âme a nourri une vaine espérance, ainsi sera la richesse de toutes les nations qui ont fait la guerre à Jérusalem. Si donc nous avons semblé faire une digression en racontant la différence entre les faibles et les malades et ceux qui dorment, à cause de ce que l'Apôtre a dit dans la lettre aux Corinthiens que nous avons exposée, nous avons fait cette digression dans notre désir de représenter ce que l'on entend par le dicton : "Et il guérit leurs malades". Matthieu 14:14



25. La guérison précède la participation aux pains de Jésus.


Après cela, la parole dit : Et quand le soir fut venu, ses disciples s'approchèrent de lui, en disant : Le lieu est désert et le temps est déjà passé ; renvoie donc la foule, afin qu'elle aille dans les villages s'acheter de la nourriture. Matthieu 14:15 Et observez d'abord que, lorsqu'il s'est agi de donner aux disciples les pains de la bénédiction, pour qu'ils les présentent à la foule, il a guéri les malades, afin que, ayant recouvré la santé, ils participent aux pains de la bénédiction ; car tant qu'ils sont encore malades, ils ne peuvent pas recevoir les pains de la bénédiction de Jésus. Mais si quelqu'un, lorsqu'il doit écouter le précepte : Que chacun fasse ses preuves, et qu'ainsi il mange du pain, etc., 1 Corinthiens 11:28 n'obéit pas à ces paroles, mais participe au hasard au pain du Seigneur et à sa coupe, il devient faible ou malade, ou même - si je peux utiliser l'expression - à cause d'être stupéfait par la puissance du pain, endormi.