Pierre D'Alexandrie

ÉPITRE CANONIQUE

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

CHAPITRE


Avec les commentaires de Theodore Balsamon et John Zonaras.

Les Canons du Bienheureux Pierre, Archevêque d'Alexandrie, tels qu'ils sont donnés dans son Sermon sur la Pénitence.



Canon 1

Mais depuis que la quatrième Pâque de la persécution est arrivée, il suffit, dans le cas de ceux qui ont été appréhendés et jetés en prison, et qui ont subi des tourments à ne pas supporter, des coups de fouet intolérables, et bien d'autres afflictions épouvantables, et qui ont ensuite été trahis par la fragilité de la chair, même s'ils n'ont pas été reçus au départ En raison de leur chute douloureuse qui a suivi encore parce qu'ils ont lutté avec acharnement et résisté longtemps ; car ils n'y sont pas parvenus de leur propre gré, mais ils ont été trahis par la fragilité de la chair, car ils portent dans leur corps les marques de Jésus, et certains, pour la troisième année, déplorent leur faute : Il suffit, dis-je, qu'à partir du moment où ils se sont soumis, on leur enjoigne d'observer quarante autres jours pour se souvenir de ces choses ; ces quarante jours pendant lesquels, bien que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ait jeûné, il a encore été, après avoir été baptisé, tenté par le diable. Et quand ils auront, pendant ces jours, beaucoup travaillé et constamment jeûné, qu'ils veillent en prière, en méditant ce que le Seigneur a dit à celui qui l'a tenté de se prosterner et de l'adorer : Derrière moi, Satan, car il est écrit : "Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu ne serviras que lui". Matthieu 4:10

Balsamon. Les canons actuels traitent de ceux qui, dans la persécution, ont renié la foi, et font pénitence. Et le premier canon ordonne que, sur ceux qui, après bien des tourments, ont sacrifié aux dieux, ne pouvant, à cause de leur faiblesse, persévérer, et qui ont passé trois ans en pénitence, quarante autres jours soient prescrits, et qu'ils soient ensuite admis dans l'Eglise. Observez ces canons actuels qui établissent des règles diverses et utiles en faveur de ceux qui ont renié leur Dieu et qui cherchent à se repentir, et concernant ceux qui ont volontairement cherché le martyre, et qui sont tombés en désuétude, puis ont de nouveau confessé la foi, et d'autres choses de même nature. Consultez également, car vous le ferez avec profit, de nombreux canons du Conseil d'Ancyre.

Zonaras. Parmi ceux qui, en ces temps troublés, ont renié la foi, le saint Pierre fait une distinction, et dit, que sur ceux qui avaient été amenés devant le tyran, et jetés en prison, et qui avaient enduré de très graves tourments, et des fléaux intolérables, et tels que pouvait être guéri par aucun soin ou médicament (pour ἀνη'κεστον signifie soins médicaux, et α'κος est la même chose qu'immédicalement), et d'autres afflictions terribles, et ensuite céder, sacrifier aux dieux, être trahi en quelque sorte par la faiblesse de la chair, qui ne pouvait pas tenir sous la douleur jusqu'à la fin, que pour eux le temps passé suffise pour la punition ; car, en effet, dit-il, la quatrième Pâque est maintenant passée depuis qu'ils ont fait cette très grave chute. Et bien qu'au début, lorsqu'ils s'approchaient en pénitence, ils n'étaient peut-être pas reçus, mais parce qu'ils n'avaient pas procédé de leur plein gré au sacrifice aux dieux, ils ont résisté longtemps et ont entendu avec eux les marques de Jésus, c'est-à-dire les cicatrices des blessures qui, au nom du Christ, qu'ils ont endurés, et que la troisième année s'est maintenant écoulée depuis qu'ils ont salué leur chute pour la première fois, il décrète qu'à titre de punition supplémentaire, quarante autres jours à compter du moment où ils sont venus demander à être admis à la communion devraient leur être imposés à la place de toute autre sévérité ; pendant lesquels ils devront exercer une pénitence encore plus grande, et jeûner plus sérieusement, c'est-à-dire avec plus d'attention, en se gardant, en étant attentifs dans la prière, en méditant, c'est-à-dire en retournant perpétuellement dans leur esprit, et en disant en paroles, le texte cité par le Seigneur contre le tentateur, "Passe derrière moi, Satan ; car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu ne serviras que lui.



Canon 2

Mais dans le cas de ceux qui, après cela, ont été jetés en prison, et dans le donjon, comme dans un lieu assiégé, ont enduré des afflictions et des odeurs nauséabondes, Bill par la suite, sans le conflit des tourments, a été conduit en captivité, étant brisé dans son esprit par la pauvreté de la force, et une certaine cécité de l'entendement, une année en plus du temps précédent suffira ; car ils se sont livrés à l'affliction pour le nom du Christ, bien que dans leur cachot ils aient joui d'une grande consolation de la part de leurs frères, qu'ils retrouveront d'ailleurs nombreux, désireux d'être libérés de cette captivité la plus amère du diable, en se souvenant surtout de Celui qui a dit L'esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a oint pour annoncer l'Evangile aux pauvres ; il m'a envoyé pour guérir les coeurs brisés, pour annoncer aux captifs la délivrance et aux aveugles le retour à la vue, pour libérer les blessés, pour annoncer l'année du Seigneur et le jour de la rétribution de notre Dieu. Esaïe 61:1-2 ; Luc 4:18-19

Balsamon. Ce canon stipule que ceux qui n'ont été maltraités qu'en prison, et qui sans tourment ont cessé d'être maltraités, doivent être punis après les trois ans avec une année supplémentaire. En effet, s'ils ont obtenu une consolation, certains fidèles qui leur ont apporté le nécessaire pour vivre, doivent néanmoins obtenir le pardon, comme étant ceux qui ont gravement souffert pour la foi.

Zonaras. Dans le second ordre, il place ceux qui n'ont été que jetés en prison, et dont le mal est entré dans le cachot, et qui, bien que n'ayant été harcelés par aucun tourment, ont commis une offense ; sur lesquels, outre le temps écoulé, les trois années, à savoir celles dont nous avons parlé, il propose d'infliger la peine d'une année supplémentaire, puisqu'eux aussi, dit-il, ont, pour le nom du Christ, enduré la dureté, même s'ils ont obtenu quelque consolation des frères pendant leur emprisonnement. Car il est probable que les fidèles, qui n'étaient pas en prison, ont apporté à ceux qui étaient en esclavage le nécessaire pour vivre, et leur ont apporté un certain soulagement. Ce qu'ils rendront, en effet, beaucoup de plis ; pour les consolations dont ils ont joui en prison, ils se vexeront avec pénitence, et s'affligeront de diverses manières, s'ils veulent être libérés de la captivité du diable, étant devenus ses captifs et ses esclaves par leur reniement du Christ. Il rejoint la parole du prophète, tirée d'Esaïe, qu'il dit qu'ils doivent garder en mémoire.



Canon 3

Mais quant à ceux qui n'ont souffert d'aucune de ces choses, et qui n'ont montré aucun fruit de la foi, mais qui, de leur propre gré, sont passés à la méchanceté, étant trahis par la peur et la lâcheté, et qui maintenant en viennent à la repentance, il est nécessaire et commode de proposer la parabole du figuier infructueux, comme le dit le Seigneur : Un homme avait un figuier planté dans sa vigne ; il vint y chercher du fruit, et n'en trouva point. Il dit alors au vigneron de sa vigne : "Voici trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n'en trouve point ; coupez-le, pourquoi l'entasser dans le sol ? Il lui répondit : Seigneur, laisse-le encore cette année, jusqu'à ce que je creuse autour de lui et que je l'enfonce dans le sol. Et s'il porte du fruit, eh bien ! sinon, changez de tapis, et vous le couperez. En gardant cela sous leurs yeux, et en montrant des fruits dignes de repentance, après un si long intervalle de temps, ils seront profilés.

Balsamon. Ceux qui, par peur et par timidité, ont abandonné la foi, et ont ensuite eu un regard vers la repentance, le canon les punit de trois ans d'exclusion, selon la parabole du figuier dans les évangiles. Car le Seigneur a dit : "Trois ans que j'y viens pour chercher du fruit, et je n'en trouve point ; mais le vigneron répond, Seigneur, et encore moins cette année.

Zonaras. Mais ceux, dit-il, qui n'ont pas souffert de la dureté, n'ont abandonné que la peur et la timidité, en ce sens qu'ils se sont approchés d'eux-mêmes de la méchanceté ; puis ils ont regardé vers la repentance, leur cas la parabole du figuier dans les Évangiles conviendra exactement. Qu'ils gardent cela sous les yeux, et qu'ils fassent des efforts dignes de pénitence pendant une période égale, et ils en tireront profit, c'est-à-dire après la quatrième année. Car le Seigneur a dit : "Trois ans que je viens à elle pour chercher du fruit, et je n'en trouve point ; et le vigneron répondit : "Seigneur, laisse cette année aussi.



Canon 4

A ceux qui sont tout à fait réprouvés et impénitents, qui possèdent la peau immuable de l'Ethiopien, Jérémie 13:23 et les taches du léopard, il sera dit, comme il a été dit à un autre figuier : Que désormais aucun fruit ne pousse sur toi pour toujours, et qu'il se dessèche bientôt. Matthieu 21:19 Car en eux s'accomplit ce qui a été dit par le prédicateur : Ce qui est tordu ne peut être redressé, et ce qui manque ne peut être compté. Ecclésiaste 1:15 Car si ce qui est tordu n'est pas d'abord redressé, il est impossible de le parer ; et si ce qui manque n'est pas d'abord redressé, il ne peut être compté. C'est pourquoi, à la fin, ce qui a été dit par le prophète Isaïe leur arrivera aussi : Ils verront les cadavres des hommes qui ont péché contre moi, car leur ver ne mourra pas et leur feu ne s'éteindra pas, et ils seront en horreur à toute chair. Esaïe 66:24 Car comme il a été prédit par elle aussi, Mais les méchants sont comme la mer agitée, quand elle ne peut se reposer, dont les eaux jettent de la boue et de la saleté. Il n'y a pas de paix, dit mon Dieu, pour les méchants. Esaïe 57:20-21

Balsamon. Ce qui a été dit précédemment sur les caducs, a été dit sur les repentis. Mais contre ceux qui ne se repentent pas, il avance la malédiction d'un autre figuier, auquel le Seigneur a dit, à cause de son manque de rentabilité : "Aucun fruit ne poussera sur toi désormais pour toujours.

Zonaras. Ce qui a été dit précédemment sur les caducs, a été dit sur les repentants. Contre ceux qui, par désespoir ou par opinion dépravée, sont impénitents, et portent avec eux perpétuellement la noirceur inhérente et indélébile du péché, comme de la peau d'un Éthiopien, ou des taches du léopard, il avance la malédiction d'un autre figuier. A qui le Seigneur a dit pour sa stérilité : "Qu'aucun fruit ne pousse sur toi désormais pour toujours". Et il dit qu'en eux doit s'accomplir cette parole du Prêcheur : Ce qui est tordu ne peut être redressé ; et ce qui manque ne peut être compté. Puis, après avoir expliqué ces choses, il joint les paroles d'Isaïe.



Canon 5

Mais sur ceux qui ont utilisé la dissimulation comme David, qui a régné lui-même pour être fou afin d'éviter la mort, n'étant pas fou en réalité ; et ceux qui n'ont pas écrit nue leur reniement de la foi, mais étant dans une grande tribulation, comme des garçons doués de sagacité et de prudence parmi les enfants insensés, se sont moqués des pièges de leurs ennemis, soit en passant devant les autels, soit en donnant un écrit, soit en envoyant des païens faire des sacrifices à leur place, même si certains d'entre eux qui se sont confessés ont, comme je l'ai entendu, pardonné à des individus, puisqu'avec la plus grande prudence ils ont évité de toucher le feu de leurs propres mains, et d'offrir de l'encens aux démons impurs ; mais dans la mesure où ils ont ainsi échappé à leurs persécuteurs, qu'une peine de six mois de pénitence leur soit infligée. Car c'est ainsi qu'ils seront les plus profitables, méditant les paroles du prophète et disant : "Un enfant nous est né, un Fils nous est donné ; et le gouvernement sera sur son épaule ; et son nom sera appelé le Messager de mon puissant conseil. Esaïe 9:6 Qui, comme vous le savez, lorsqu'un autre enfant, au sixième mois de sa conception, Luc 1:76-77, avait prêché avant sa venue la repentance pour la rémission des péchés, était lui aussi conçu pour prêcher la repentance. De plus, nous entendons les deux prêcher, en premier lieu, non seulement la repentance, mais aussi le royaume des cieux qui, comme nous l'avons appris, est en nous;Luc 17 : 21 car la parole que nous croyons est proche de nous, dans notre bouche et dans notre coeur, et ils apprendront à confesser de leur bouche que Jésus est le Christ, croyant dans leur coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, et étant comme ceux qui écoutent, qu'avec le coeur l'homme croit à la justice, et qu'avec la bouche la confession est faite au salut. Romains 10:8-10

Balsamon. Mais si certains ont prétendu s'approcher des autels, ou écrire leur reniement de la foi, et ne l'ont pas fait nus et ouvertement, mais par les arts régnants ont illusionné ceux qui leur ont offert la violence, comme David, qui, lorsqu'il volait de Saül, et se trouvait parmi des étrangers, a feint d'être fou, et a ainsi échappé à la mort. Ils se sont donc moqués des pièges de leurs ennemis, comme des enfants doués de sagesse et de prudence se moquent des enfants insensés ; car ils ont trompé les païens impies, en ce sens qu'ils ont semblé sacrifier, bien qu'ils n'aient pas sacrifié, ou peut-être ont-ils suborné des païens et des infidèles pour prendre leur place, et par ces moyens ils ont cru offrir un sacrifice ; pour eux, dit-il, une période de six mois suffira pour la pénitence. En effet, bien qu'ils n'aient pas sacrifié, mais parce qu'ils ont promis de sacrifier, ou qu'ils ont envoyé d'autres personnes le faire à leur place, on pense qu'ils ont besoin de se repentir, même si certains de ceux qui ont témoigné pour la foi ont pardonné à des individus d'entre eux. Il les compare à des enfants, comme s'ils n'avaient pas résisté virilement aux idolâtres, mais à des enfants prudents, parce que, par artifice, ils ont évité de faire des sacrifices.

Zonaras. Mais si quelqu'un a fait semblant de s'approcher des autels, ou d'écrire sa négation de la foi, mais n'a pas écrit nue son abnégation, c'est-à-dire pas manifestement, pas ouvertement ; mais par une sorte de ruse il a trompé ceux qui lui offraient la violence ; comme David, qui pendant le mensonge s'envolait de Saül, et que le mal venait parmi les étrangers, s'est régi lui-même pour être fou, et a ainsi évité la mort. Ils se sont moqués, en effet, enfants, doués de sagesse et de sagacité, et ceux-là, dit-on, des artifices insidieux de leurs ennemis ; comme des prudents qui prennent habilement conseil, trompent les enfants insensés. Comparons maintenant ceux-là à des enfants prudents par lesquels les païens impies ont été trompés, et ceux qui, bien qu'ils n'aient pas sacrifié, semblaient sacrifier, prudents en effet, comme ayant jusqu'ici évité de sacrifier ; mais des enfants, en ce qu'ils n'ont pas montré un esprit mûr et viril, et n'ont pas noblement résisté aux adorateurs des idoles, mais se sont engagés à sacrifier, même s'ils ont suborné certains à leur place, païens, asociaux et infidèles, et quand ceux-ci ont sacrifié, ils ont été considérés comme ayant sacrifié. Pour les hommes de ce genre, dit-il, une période de six mois suffira pour faire pénitence. Car, bien qu'ils n'aient pas sacrifié, mais parce qu'ils se sont engagés à sacrifier, ou qu'ils ont contraint d'autres personnes à le faire, et qu'ainsi ils semblaient eux-mêmes avoir sacrifié, ils ont été jugés comme ayant besoin de se repentir ; même si certains confesseurs ont pu pardonner à certains d'entre eux ; car certains de ceux qui ont témoigné de la foi et qui ont souffert pour elle, ont pardonné à ceux qui, par un artifice, comme on l'a dit, ont échappé à l'offrande du sacrifice, et les ont admis à la communion avec les fidèles, parce qu'ils ont soigneusement évité d'offrir le sacrifice aux démons. Et en raison de la fixation de ce délai de six mois, il rappelle l'annonce faite par Gabriel, au sixième mois de la conception du Précurseur, dans lequel le Seigneur a été conçu. Puis il joint les paroles de l'apôtre.



Canon 6

Dans le cas de ceux qui ont envoyé des esclaves chrétiens offrir des sacrifices pour eux, les esclaves étaient en effet entre les mains de leur maître, et d'une certaine manière eux-mêmes sous la garde de leurs maîtres, et étaient menacés par eux, et par leur crainte d'être passés par là, montrera pendant l'année les œuvres de pénitence, en apprenant pour l'avenir, comme les esclaves du Christ, à faire la volonté du Christ et à le craindre, en écoutant surtout ceci, que tout ce que fait un homme de bien, il le recevra du Seigneur, qu'il soit esclave ou libre. Ephésiens 6:8

Balsamon. Les esclaves qui, sous les ordres et les menaces de leurs maîtres, ont offert des sacrifices, ce père les punit d'une année d'exclusion ; mais il leur pardonne comme ayant agi sous les ordres d'un maître, et ne leur inflige pas un lourd châtiment. Mais comme ils sont bien plus les serviteurs du Christ, comme ils doivent le craindre davantage, il leur inflige un châtiment modéré ; car, comme le dit le grand Paul, tout ce qu'un homme fait de bien, il le recevra du Seigneur, qu'il soit esclave ou libre.

Zonaras. Certains ont envoyé leurs propres serviteurs chrétiens, même contre leur volonté, pour offrir des sacrifices à leur place. Ces serviteurs, bien qu'ils ne l'aient pas fait de leur plein gré, mais sous la contrainte de leurs maîtres, ont offert des sacrifices. Ce père ordonne une année de pénitence et leur enjoint de se souvenir qu'étant du nombre des fidèles, ils sont les serviteurs du Christ, et qu'ils doivent plutôt le craindre ; car tout ce que fait un homme, dit le grand apôtre, il le recevra, qu'il soit esclave ou libre.



Canon 7

Mais les hommes libres seront jugés par pénitence pendant trois ans, à la fois pour leur dissimulation et pour avoir contraint leurs compagnons de service à offrir des sacrifices, dans la mesure où ils n'ont pas obéi à l'apôtre, qui voulait que les maîtres fassent les mêmes choses au serviteur, en supportant les menaces ; Éphésiens 6:9 sachant, dit-il, que notre et leur Maître est au ciel, et qu'il n'y a pas de respect des personnes avec Lui. Romains 2:11 Or, si nous avons tous un seul Maître, avec lequel il n'y a pas de respect des personnes, puisque Christ est tout et en tous, en barbare, en Scythe, en esclave ou en liberté,Colossiens 3:11 ils doivent considérer ce qu'ils ont fait, désireux de préserver leur propre vie. Ils ont attiré à l'idolâtrie leurs compagnons de service qui auraient pu s'en sortir s'ils leur avaient donné ce qui est juste et égal, comme le dit encore l'apôtre.

Balsamon. Mais sur les affranchis, ou les maîtres du serviteur contraint au sacrifice, il enjoint une peine de trois ans, à la fois parce qu'ils ont fait semblant de sacrifier, et parce qu'ils ont semblé y consentir ; et aussi parce qu'ils ont contraint leurs compagnons de service à offrir des sacrifices, et n'ont pas obéi à l'apôtre, qui leur a ordonné de s'abstenir de menacer leurs serviteurs, dans la mesure où eux-mêmes, les maîtres, sont les serviteurs de Dieu, et les compagnons de service avec leurs propres domestiques Et puis ils se sont empressés de préserver leur propre vie, et ont poussé à l'idolâtrie leurs compagnons de service qui auraient pu s'échapper.

Zonaras. Mais sur les hommes libres, c'est-à-dire les maîtres des serviteurs qui ont été obligés de sacrifier, il prescrit une peine de trois ans, à la fois parce qu'ils ont fait semblant de sacrifier et qu'ils ont semblé succomber, et aussi parce qu'ils ont obligé leurs compagnons à offrir des sacrifices et n'ont pas obéi à l'injonction de l'apôtre de s'abstenir de menacer leurs serviteurs, puisqu'eux aussi, les maîtres, sont les serviteurs de Dieu et les compagnons de leurs propres domestiques. Ils se sont en effet empressés de préserver leur propre vie, et ont poussé leurs compagnons de service, qui auraient pu s'échapper, à l'idolâtrie.



Canon 8

Mais à ceux qui ont été livrés et sont tombés, qui se sont aussi approchés d'eux-mêmes du concours en se confessant chrétiens, et qui ont été tourmentés et jetés en prison, il est juste, avec joie et exultation du coeur, de leur donner de la force et de leur communiquer en toutes choses, tant dans la prière et la participation au corps et au sang du Christ que dans le discours d'exhortation, afin que, dans la lutte plus constante, ils soient comptés comme dignes du prix de leur haute vocation. Philippiens 3:14 Car sept fois, dit-il, un juste tombe et se relève, Proverbes 24:16, ce qui, en effet, si tous ceux qui ont péché avaient agi, ils auraient manifesté une pénitence des plus parfaites, et qui pénètre tout le coeur.

Balsamon. Certains avaient été dénoncés devant le tyran et avaient été livrés, ou bien ils s'étaient eux-mêmes livrés de leur plein gré, et, vaincus par leurs tourments, avaient échoué dans leur témoignage. Après s'être repentis et avoir reconnu ce qui était juste et bon, ils ont avoué être chrétiens, de sorte qu'ils ont été jetés en prison et ont été affligés de tourments. Ce saint homme pense qu'il est juste de recevoir avec joie de cœur, de confirmer dans la foi orthodoxe et de communiquer avec eux, tant par la prière que par la participation aux sacrements, et d'exhorter par des paroles d'encouragement, afin qu'ils soient plus constants dans le concours et comptés comme dignes du royaume des cieux. Et afin qu'il ne soit pas pensé qu'ils ne doivent pas être reçus, parce qu'ils sont tombés en désuétude, il apporte le témoignage de l'Écriture selon lequel sept fois, c'est-à-dire souvent, le juste tombe et se relève. Et, dit-il, si tous ceux qui ont échoué dans leur confession avaient fait cela, c'est-à-dire repris leur lutte, et avant que le tyran ne se confesse chrétien, ils auraient fait preuve d'une pénitence des plus parfaites. Le sujet compris dans ce canon diffère donc de celui du premier canon, car là, en effet, ceux qui, à cause de leur tourment, avaient cessé de se convertir, ne se sont pas convertis pour confesser la foi devant les tyrans ; mais là, ceux qui, à cause de leur tourment, ont cessé de se convertir, confessent le Seigneur devant les tyrans avec une pénitence digne de ce nom, et ils sont donc considérés comme n'étant pas tombés.

Zonaras. Mais, dit-il, si quelqu'un a été dénoncé devant les tyrans et a été livré, ou s'est livré lui-même, et que, vaincu par la violence de ses tourments, il a échoué dans son témoignage, ne pouvant supporter les détresses et les afflictions dont il a été affligé dans le cachot ; et qu'ensuite, reprenant le combat, il se soit confessé chrétien, de sorte qu'il a été de nouveau jeté en prison et affligé de tourments : Ce saint martyr juge raisonnable que ces hommes soient accueillis avec joie, qu'ils soient fortifiés, c'est-à-dire qu'on leur ajoute force, esprit et confiance, afin qu'ils confessent la foi, qu'on leur communique tout, tant dans la prière que dans la participation aux sacrements, et qu'on les exhorte par des paroles d'amour à se réveiller pour rendre témoignage à la foi, afin qu'ils soient plus constants dans la lutte et qu'ils soient considérés comme dignes du royaume des cieux. Et pour que personne ne pense qu'ils ne doivent pas être reçus du fait qu'ils ont perdu la foi et qu'ils ont été sacrifiés aux idoles, il apporte ce témoignage de la Sainte Écriture : Sept fois, c'est-à-dire souvent, le juste tombe et se relève. Et, dit-il, si tous ceux qui ont échoué dans leur confession avaient agi ainsi, c'est-à-dire après leur chute, repris le combat, et confessé être chrétiens devant les tyrans, ils auraient donné la preuve d'un repentir des plus parfaits.



Canon 9

Avec ceux qui, depuis leur sommeil, se lancent dans une lutte longue et prolongée, et qui attirent sur eux les tentations d'un combat naval et les inondations de vagues, ou plutôt qui sont pour les frères des charbons ardents des pécheurs, nous devons aussi communiquer avec eux, dans la mesure où ils y parviennent au nom du Christ, même s'ils ne prêtent pas attention à ses paroles, lorsqu'il nous enseigne à prier pour ne pas entrer en tentation ; Matthieu 26 : 41 et encore dans Sa prière, Il dit à Son Père, et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du mal. Matthieu 6:13 Et peut-être aussi ne savent-ils pas que le Maître de la Maison et notre Grand Maître se retirait souvent de ceux qui lui tendaient des pièges, et que parfois il ne marchait pas ouvertement à cause d'eux ; et même lorsque le temps de sa passion approchait, il ne se livrait pas lui-même, mais attendait qu'ils viennent à lui avec des épées et des bâtons. Il leur dit donc : "Êtes-vous sortis, comme contre un voleur avec des épées et des bâtons, pour me prendre ? Matthieu 26:55 Et ils le livrèrent, dit-il, à Pilate. Matthieu 27:2 Comme ce fut le cas avec lui, il arrive à ceux qui marchent de le garder devant eux comme exemple, en se souvenant de ses paroles divines, dans lesquelles, nous confirmant, il parle de persécution : Prenez garde à vous-mêmes, car ils vous livreront aux conciles, et ils vous fouetteront dans leurs synagogues. Matthieu 10:17 Or, il dit : On vous livrera, et non, vous vous livrerez vous-mêmes ; et vous serez amenés devant des gouverneurs et des rois à cause de moi, Matthieu 10:18 mais non, vous vous livrerez vous-mêmes, car il veut que nous allions de lieu en lieu tant qu'il y aura des persécuteurs à cause de son nom ; comme nous l'entendons encore dire : Mais quand on vous persécutera dans cette ville, fuyez dans une autre. Matthieu 10:23 Car il ne veut pas que nous allions vers les ministres et les satellites du diable, afin de ne pas leur causer une multitude de morts, et de les contraindre ainsi à être plus sévères et à accomplir leurs oeuvres mortelles ; mais il veut que nous attendions, et que nous nous gardions, que nous veillions et que nous priions, de peur que nous n'entrions en tentation. Matthieu 26:41 Ainsi, le premier Étienne, pressant ses pas, souffrit le martyre, étant appréhendé à Jérusalem par les transgresseurs et amené devant le sanhédrin, il fut lapidé et glorifié pour le nom du Christ, priant par ces mots : Seigneur, ne leur impute pas ce péché. Actes 7:59 Jacques, en second lieu, étant d'Hérode appréhendé, fut décapité par l'épée. Ainsi Pierre, le premier des apôtres, ayant été souvent appréhendé, jeté en prison et traité avec igominie, fut le dernier de tous crucifié à Rome. De même, le célèbre Paul, qui a souvent été livré et mis en danger de mort, qui a enduré beaucoup de maux et qui s'est vanté de ses nombreuses persécutions et de ses afflictions, a été lui-même décapité dans la même ville, et qui, dans les choses dont il se glorifiait, a aussi mis fin à ses jours ; et à Damas, il a été descendu de nuit dans une corbeille près de la muraille, et a échappé aux mains de celui qui cherchait à le prendre, 2 Corinthiens 11:32-33. Car ce qu'ils se proposaient avant tout, c'était de faire l'œuvre d'un évangéliste et d'enseigner la Parole de Dieu, dans laquelle, confirmant les frères pour qu'ils continuent dans la foi, ils disaient aussi ceci, à savoir que nous devons, après bien des tribulations, entrer dans le royaume de Dieu. Actes 14:22 Car ils ne cherchaient pas ce qui leur était utile, mais ce qui était utile à la multitude, afin d'être sauvés et de pouvoir leur dire beaucoup de choses pour y parvenir, afin d'agir selon la Parole de Dieu, à moins que, comme le dit l'apôtre, le temps ne me manque pour parler. Hébreux 11:32

Balsamon. Ceux qui viennent de sortir du sommeil, et surtout s'ils ont été accablés d'un sommeil lourd et profond, n'ont pas de raison constante, mais une raison perturbée et instable. A ceux-là ressemble ce martyr béni qui, non pas dans l'ordre, mais de manière irréfléchie et inconsidérée, s'est jeté sur le combat, qui est pour ainsi dire en travail, et a retardé et prolongé, dans la mesure où il n'a pas éclaté ouvertement, mais médite et retarde, hésitant en vérité à faire naître les combattants, qui apportent la tentation sur eux-mêmes, ou l'attirent vers eux. Or, ce sont surtout eux qui, pour le reste des fidèles, allument les charbons ardents des pécheurs, c'est-à-dire le châtiment des tyrans. Mais s'il condamne ceux qui agissent ainsi, il enjoint néanmoins aux fidèles de communiquer avec eux, car à cause du Christ ils ont subi la contestation, même s'ils ont ignoré son enseignement, car il leur enseigne à prier pour ne pas être tentés ; et il ne s'est pas livré lui-même, mais il a été livré ; et nous ne devons pas aller vers les bourreaux, afin de ne pas leur faire porter la culpabilité de nombreux meurtres, comme le font ceux qui les incitent à infliger un châtiment aux pieux. Le canon présente différents exemples tirés de la Sainte Écriture.

Zonaras. Ceux qui sont récemment sortis du sommeil, surtout s'ils ont été opprimés par un lourd sommeil, n'ont pas de raison stable, mais une raison inconstante et perturbée. À ce genre d'hommes, ce saint martyr compare ceux qui se précipitent sur le concours, c'est-à-dire ceux qui, non pas en temps voulu, mais de manière irréfléchie et inconsidérée, s'y immiscent. Il est, pour ainsi dire, en travail, et retardé et prolongé, dans la mesure où il n'a pas encore éclaté ouvertement, mais médite et retarde, et hésite à faire naître les combattants, qui apportent la tentation sur eux-mêmes, c'est-à-dire l'attirent vers eux, ou plutôt, pour le reste des fidèles, allument les charbons des pécheurs, les tourments, à savoir, qui sont par les tyrans infligés. Mais s'il trouve à redire à ceux qui agissent ainsi, il décrète néanmoins que les fidèles doivent communiquer avec eux, car au nom du Christ, ils s'avancent, confiants, c'est-à-dire en Christ, ou en son nom, exigeant cette épreuve pour eux-mêmes, même si, peut-être, ils n'obéissent pas à ses préceptes ; car il leur a appris à prier pour ne pas être tentés ; et ils ignorent aussi que le Seigneur s'est retiré de ceux qui lui tendaient des pièges, et qu'il a parfois eu l'habitude de ne pas marcher ouvertement ; Il ne s'est pas livré lui-même à sa passion, mais il a été abandonné par d'autres ; et il a ordonné à ses disciples, lorsque leurs ennemis les persécutent, de voler de ville en ville, et non de se livrer de leur propre gré aux bourreaux, de peur qu'ils ne soient la cause de la culpabilité de beaucoup de sang sur leur tête, les irritant pour ainsi dire pour infliger un châtiment aux hommes pieux. Il donne l'exemple des apôtres, d'Étienne, de Jacques, et des chefs de l'ordre, Pierre et Paul.



Canon 10

D'où il n'est pas non plus juste que ceux du clergé qui ont déserté de leur propre chef, et qui sont tombés en désuétude, et qui ont repris le combat, restent plus longtemps dans leur fonction sacrée, dans la mesure où ils ont laissé le troupeau du Seigneur dans la misère, et se sont rendus coupables, ce qui n'était pas le cas d'un des apôtres. En effet, après avoir subi de nombreuses persécutions et avoir montré les prix de nombreux concours, le bienheureux apôtre Paul savait qu'il valait mieux s'en aller et être avec le Christ, mais il en parle et dit : "Néanmoins, il vous est plus nécessaire de demeurer dans la chair. Philippiens 1:23-24 Car, considérant non pas son propre avantage, mais l'avantage de plusieurs, afin qu'ils soient sauvés, il jugea plus nécessaire que son propre repos de rester avec les frères et de prendre soin d'eux ; qui plus est, il voulait que celui qui enseigne à être dans la doctrine Tite 2:7 soit un exemple pour les fidèles. Il s'ensuit que ceux qui, en prison, sont tombés de leur ministère et ont repris le combat, manquent manifestement de discernement. Comment, en effet, pourraient-ils chercher ce qui leur reste, alors qu'en ce moment ils peuvent être utiles aux frères ? Aussi longtemps qu'ils sont restés fermes et stables, de ce qu'ils ont fait contre la raison, de cette indulgence leur a été accordée. Mais lorsqu'ils sont tombés en désuétude, comme s'étant emportés avec ostentation, et qu'ils se sont attiré des reproches, ils ne peuvent plus exercer leur ministère sacré ; et, par conséquent, qu'ils prennent plutôt garde de passer leur vie dans l'humilité, en cessant de se glorifier en vain. Car la communion leur suffit, ce qui leur est accordé avec diligence et soin pour deux raisons : d'une part, pour qu'ils ne paraissent pas affligés de chagrin et donc qu'ils saisissent par la violence leur départ de ce monde ; d'autre part, pour qu'aucun des caducs n'ait de prétexte pour être négligent à l'occasion du châtiment. Et ceux-ci, en effet, récolteront plus de honte et d'ignominie que tous les autres, de même que celui qui a posé les fondations et n'a pas pu les achever ; car tous ceux qui passent, dit-il, commenceront à se moquer de lui, en disant : "Cet homme a posé les fondations et n'a pas pu les achever.

Balsamon. Le père ayant parlé de ceux qui sont allés de leur propre gré au concours de martyre, parle maintenant aussi de ceux du clergé qui sont dans un tel cas, et il dit, que si un ecclésiastique a de son propre chef cherché le concours, et ensuite, ne pouvant supporter les tortures, est tombé, mais est revenu à lui-même, s'est rétracté, et avant que les tyrans ne se confessent chrétiens, celui-ci ne remplira plus son ministère sacré, parce qu'il a déserté le troupeau du Seigneur, et parce que, ayant de son propre chef cherché la contestation, en ne pouvant supporter le tourment, il s'est attiré des reproches. Car négliger l'enseignement du peuple, et préférer son propre avantage, ce n'est pas ce qu'ont fait les apôtres. Car le puissant Paul, après avoir enduré de nombreux tourments, bien qu'il ait perçu qu'il valait mieux quitter cette vie, a choisi plutôt de vivre et d'être tourmenté pour le salut et l'instruction du peuple. Ils sont donc tout à fait dépourvus de perception qui cherchent le ministère sacré dont ils sont tombés de leur propre chef. Car comment se fait-il qu'ils recherchent ce qu'il leur reste, alors qu'ils sont capables, en cette période de persécution, d'être utiles à leurs frères ? Si en effet ils n'étaient pas tombés, de ce qu'ils ont fait contre la raison, de leur fuite spontanée par exemple, ou de leur laxisme à enseigner et à confirmer les frères, de ces choses l'indulgence leur serait accordée. Mais si de leur propre arrogance et vanité ils sont tombés - car de telle nature il est imprudent de s'aventurer à s'exposer à la torture, et de ne pas pouvoir l'endurer, et ainsi un triomphe a été gagné sur eux - ils ne peuvent plus exécuter leur office sacré. Qu'ils veillent donc plutôt à parfaire leur confession par l'humilité, en cessant de rechercher en vain le ministère sacré ; car la communion avec les fidèles leur suffit, ce qui est accordé pour deux raisons, avec une prudence diligente et un jugement juste. Car si nous disons que nous ne les tiendrons pas pour des communicateurs, nous les affligerons tous deux de chagrin, en donnant notre sentence pour ainsi dire qu'ils quittent cette vie avec violence ; et nous ferons en sorte que d'autres aussi, qui auraient pu tomber en désuétude et souhaiteraient revenir à ce qui est juste, soient négligents et négligents à cet égard, ayant pour prétexte qu'ils ne seront pas admis à communiquer avec les fidèles, alors même qu'après leur chute ils devraient confesser la foi, qui, s'ils ne sont pas convertis, subiront plus de honte et d'ignominie que les autres, tout comme celui qui a posé les fondations et n'a pas achevé l'édifice. A ceux-là ressemblent ceux qui, à cause du Christ, se sont offerts pour être tourmentés, et qui, ayant posé pour ainsi dire de bons fondements, n'ont pas pu perfectionner ce qui est bon en raison de leur chute. Observez donc que même la confession pour l'amour du Christ ne rétablit pas celui qui, une fois tombé, est devenu un étranger à son office clérical.

Zonaras. Le père, après avoir parlé de ceux qui se sont exposés de leur propre gré au martyre, commence à parler de ceux du clergé qui ont fait la même chose. Il dit que si un ecclésiastique s'est livré de son propre gré, et qu'ensuite, ne pouvant plus supporter la violence du supplice, il est tombé, et qu'en se recueillant à nouveau, il s'est réveillé à nouveau au combat et s'est confessé comme chrétien devant les tyrans, un homme de cette sorte ne peut plus être admis au ministère sacré. Et la raison en est qu'il s'est soumis ; parce qu'il a abandonné le troupeau du Seigneur, et parce que, s'étant offert de son propre gré à l'ennemi, et n'ayant pas supporté avec constance ses tourments, il s'est attiré des reproches. Mais qu'ils méprisent l'instruction du peuple et préfèrent leur propre avantage, ce n'est pas ce qu'ont fait les apôtres. Car le puissant Paul, bien qu'il ait enduré de nombreux tourments, et qu'il ait estimé qu'il valait mieux qu'il quitte cette vie, préférait vivre et être tourmenté pour le salut et l'instruction du peuple. C'est pourquoi il montre du doigt ceux qui sont totalement dépourvus de perception et qui demandent le ministère sacré dont ils sont volontairement tombés. Car comment se fait-il, dit-il, qu'ils demandent ce qui leur reste, alors qu'en une telle saison de persécution, ils peuvent être d'une grande aide pour les frères ? Tant qu'ils étaient libres de l'accusation d'être tombés, ils auraient obtenu le pardon de leur action entreprise avec précipitation, à savoir de s'offrir volontairement à l'adversaire, ou de leur négligence à instruire les frères. Mais depuis leur chute, dans la mesure où ils ont agi de manière ostentatoire, ils ne doivent plus être autorisés à exercer leurs fonctions sacrées. Si, dit-il, ils n'étaient pas tombés, ils auraient obtenu le pardon de leur action qui était dépourvue de raison ; qualifiant cette action de dépourvue de raison, non seulement parce qu'ils se sont livrés à l'ennemi, mais plutôt parce qu'ils ont déserté le troupeau du Seigneur, et ne sont pas restés pour le garder, et pour confirmer les frères qui ont été harcelés en ce temps de persécution. Mais s'ils sont tombés, du fait qu'ils se sont portés avec vantardise, et il appelle ici l'orgueil et l'arrogance περπερει'α, car c'est par arrogance qu'ils ont pris confiance en eux, qu'ils ont mis fin à la contestation, et qu'ils se sont attiré des reproches, c'est-à-dire qu'à cause de leur chute, ils ont contracté une tache et une souillure, il n'est plus licite qu'ils soient occupés au ministère sacré. C'est pourquoi, dit-il, qu'ils étudient pour parfaire leur confession par l'humilité, en cessant de s'adonner à toute vaine gloire. Car s'ils cherchent à être inscrits dans le ministère sacré, c'est par ambition et par égoïsme. Car la communion leur suffit, pour que les fidèles communiquent avec eux et prient avec eux, et pour qu'ils participent aux mystères sacrés. Et cela doit être accordé avec une prudence et un soin diligents, de peur qu'ils ne paraissent affligés par le chagrin, saisissant une dissolution de cette vie, de peur, comme il le dit, d'être accablés par le chagrin, de s'éloigner et de se libérer du corps, c'est-à-dire de sortir de lui, de la violence des tourments et des afflictions qu'ils subissent dans la prison ; et que personne ne puisse avoir le prétexte de sa punition pour s'être comporté de manière dissolue et lâche dans le concours de la confession, et ainsi tomber. Qui plutôt sera confondu, selon le dicton de l'Évangile : "Qui n'a pu finir après avoir posé les fondations.

De plus, que ceux-là appliquent leur esprit à ce qui est en ce lieu mis en avant par ce grand père et saint martyr, qui disent qu'il est licite pour les évêques de renoncer à leur siège, et de conserver la dignité du sacerdoce. Car si au clergé qui s'est volontairement offert au concours de la confession, et qui, tourmenté, a échoué dans sa constance et a cédé, et est ensuite retourné au concours, si à eux l'indulgence n'est guère accordée, parce qu'ils ont différé à exécuter leurs devoirs ministériels ; Il ne leur est rien objecté non plus, de l'avis de ce père divin, sinon qu'ils ont déserté les frères, alors qu'en des temps défavorables et troublés ils auraient pu être utiles pour les confirmer dans la foi, et qu'après cela ils avaient été jugés dignes de rendre témoignage à la foi, et qu'on les a portés dans leur chair, ce premier prêtre et les marques du Christ ; comment le pasteur, qui doit donner sa vie pour les brebis, quand il a déserté le troupeau qui lui était confié, et répudié sa garde et son administration, et dans la mesure où en lui se trouve remis au loup, peut-il être jugé digne de conserver la dignité du ministère sacré, et non pas plutôt être jugé digne des plus sévères punitions pour avoir déserté le peuple confié à ses soins ? Non, mais il exigera une récompense pour cette chose, ou plutôt il se la fournira lui-même : refusant ce qui leur apporte du travail, à savoir la charge d'enseigner et de corriger le vice ; mais embrassant ce qui leur apporte l'honneur et la gloire, le faisant sien, s'en emparant avec leurs dents pour ainsi dire, et ne le lâchant pas le moins du monde. Car si, dans le cas du clergé, on appelle acte contraire à la raison le fait de déserter le peuple et de s'en éloigner pour participer à la lutte pour la piété, combien plus contraire à la raison sera jugé le fait pour un évêque de déserter son peuple, non pas pour participer à une lutte, mais pour se livrer à l'aisance et à l'indolence, et se mettre à l'écart et se soustraire entièrement à ses soucis pour le salut des âmes ? Le seizième canon également du septième concile œcuménique accuse gravement de folie ceux qui décrètent que la dignité du ministère sacré peut être conservée par un évêque qui a répudié son évêché. Car si, selon la sentence dudit canon, un évêque qui a été absent de son siège pendant plus de six mois, à moins que l'une des causes qui y sont énumérées ne soit intervenue, est tombé à la fois de l'épiscopat et de la plus haute dignité du sacerdoce, et en est privé ; comment celui qui a répudié l'épiscopat, et qui refuse plus longtemps de nourrir le troupeau qui lui est confié, et qui en méprise le soin par son désir d'une vie facile, sera-t-il considéré comme étant du nombre des évêques ? Car si celui qui a commis la moindre faute, celle de laisser pendant plus de six mois les personnes placées sous ses ordres, dépourvues des soins et de l'administration d'un pasteur, encourt la privation de l'épiscopat et de sa dignité sacrée ; celui qui aura commis une faute plus grave et beaucoup plus grave, à savoir celle de déserter complètement la multitude que la grâce de l'Esprit Saint lui a confiée pour qu'elle soit soignée et gardée, sera puni avec une plus grande sévérité et paiera la peine la plus lourde en perdant, en ce qui le concerne, le troupeau dont il avait été nommé berger par le grand et principal berger et grand prêtre. Mais ceux qui lui décrètent la dignité de la prêtrise comme récompense et honoraires pour avoir décliné sa charge, à mon avis, se rendent, ainsi que lui, odieux au jugement de Dieu.



Canon 11

Pour ceux qui, les premiers, lorsque la persécution s'est réchauffée, se sont levés d'un bond, se tenant autour du siège du jugement, et contemplant les saints martyrs qui se hâtaient vers le prix de leur haute vocation, Philippiens 3 : 14 puis, animés d'un saint zèle, ils s'y livrèrent avec beaucoup d'audace, et surtout lorsqu'ils virent ceux qui étaient écartés et déchus, à cause d'eux, ils furent puissamment excités intérieurement et, pour ainsi dire par une voix intérieure, poussés à faire la guerre et à soumettre l'adversaire qui exultait ; c'est pour cela qu'ils soutenaient avec ardeur, afin qu'il ne paraisse pas être sage dans sa propre conception, Romains 12 : 16 à cause de ces choses dans lesquelles, en raison de sa subtilité, ils lui paraissaient inférieurs, même s'il lui échappait de constater qu'il était vaincu par ceux qui supportaient avec constance les tourments du fouet et du fléau, et le tranchant de l'épée, la brûlure du feu et l'immersion dans l'eau. Il est juste de donner notre consentement à ceux qui implorent que les prières et les supplications de la foi soient faites soit en faveur de ceux qui ont été punis par l'emprisonnement et qui ont été délivrés par la faim et la soif, soit en faveur de ceux qui, hors de prison, ont été torturés par les juges avec des coups de fouet et des flagellations, et qui ont ensuite été vaincus par l'infirmité de la chair. Car compatir à la douleur et à l'affliction de ceux qui, dans le concours, ont été vaincus par la grande force du diable malfaisant, que ce soit pour les parents, les frères ou les enfants, ne fait de mal à personne. Car nous savons que, grâce à la foi des autres, certains ont obtenu la bonté de Dieu, tant dans la rémission des péchés que dans la santé de leur corps et dans la résurrection des morts. C'est pourquoi, ayant à l'esprit les nombreux travaux et détresses qu'ils ont subis pour le nom du Christ, puisqu'ils se sont eux aussi repentis, et qu'ils ont regretté ce qu'ils avaient fait en étant trahis par la langueur et la mortification du corps ; et puisqu'en outre ils témoignent que, dans leur vie, ils ont été pour ainsi dire des étrangers de leur ville, prions avec eux et implorons leur réconciliation, ainsi que d'autres choses qui conviennent, par l'intermédiaire de notre Avocat auprès du Père, qui fait propitiation pour nos péchés. Et si quelqu'un pèche, dit-il, nous avons un Avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste : et Il est le propitiatoire pour nos péchés. 1 Jean 2:1

Balsamique. Le saint ayant dit auparavant que ceux qui, de leur propre gré, s'étaient engagés dans le concours et étaient tombés en désuétude, et qui ne se sont pas repentis ni n'ont rétracté leur erreur, seraient couverts d'une plus grande honte, car étant comme des hommes qui n'ont pas poursuivi la construction au-delà des fondations, c'est-à-dire qui n'ont pas perfectionné ce qui est bon, il apporte maintenant une confirmation de ceci et d'autres choses, en disant : "Ceux qui, dans la ferveur et la véhémence de la persécution, voyant les saints martyrs et avec quel zèle divin ils prétendaient recevoir la couronne céleste, se sont livrés au martyre avec beaucoup d'audace, et surtout lorsqu'ils ont vu certains être mis à l'écart, c'est-à-dire égarés et trompés par le diable, et délaisser ou renier la piété ; C'est pourquoi, intérieurement enflammés et le coeur enflammé, ayant entendu dire qu'ils devaient par ce moyen faire la guerre et soumettre l'orgueilleux adversaire qu'est le diable, ils étaient désireux de subir le martyre, de peur que le diable ne se vante et ne semble être sage dans sa propre vanité, comme ayant par sa subtilité et sa malice vaincu ceux qui, de leur propre chef, cherchaient le martyre : même s'il lui a échappé qu'il était plutôt vaincu par ces combattants qui ont bravement résisté aux tourments. C'est pourquoi les fidèles qui prient pour ceux qui subissent le châtiment, et qui en sont affligés, ont le droit d'y consentir ou d'y être d'accord, ce qui est également décrété ; et il ne peut en aucun cas être blessant de sympathiser dans leur peine et leur affliction avec les parents ou autres proches au nom de ceux qui ont donné leur témoignage et subi le martyre, mais qui sont tombés dans les arts et les pièges du diable. Car nous savons que beaucoup ont obtenu la bonté et la compassion de Dieu par les prières des autres. C'est pourquoi nous prierons pour eux afin que Dieu leur accorde la rémission de leurs péchés ; et avec les autres qui sont tombés en déchéance, et qui ont ensuite rétracté leur erreur et confessé leur piété, nous communiquerons, en ayant à l'esprit les épreuves qu'ils ont subies avant leur chute pour l'amour de Dieu, et aussi leur digne repentance ultérieure, et qu'ils témoignent qu'à cause de leur péché ils ont été pour ainsi dire des étrangers de leur ville ; et nous ne communiquerons pas seulement avec eux, mais nous prierons aussi pour leur réconciliation, ainsi que pour d'autres choses qui conviennent, soit pour les bonnes œuvres qu'ils doivent faire - le jeûne, par exemple, l'aumône et la pénitence - par lesquelles Celui qui est notre Avocat rend le Père propice à notre égard. Il se sert ensuite d'un passage de la Sainte Écriture, tiré de la première épître catholique du saint apôtre et évangéliste Jean.

Zonaras. La signification du présent canon est la suivante : - Ceux, dit-il, qui ont mis dans la ferveur de la persécution, c'est-à-dire dans sa plus grande hauteur et dans sa chaleur la plus véhémente, ont vu les martyrs des saints, et combien ils se sont empressés de recevoir la couronne céleste, enflammés par une sainte émulation, se sont livrés au martyre, sautant pour ainsi dire dans le combat avec beaucoup d'audace, à l'imitation des saints qui ont souffert, et se sont offerts volontiers pour la confirmation de la foi par leur témoignage ; et à ce titre surtout, parce qu'ils voient beaucoup de gens qui ont été mis à l'écart, c'est-à-dire égarés, en reniant leur foi. Alors, enflammés, c'est-à-dire fatigués dans leur cœur, ils s'efforcèrent de soumettre l'adversaire qui leur était hostile, afin qu'il ne puisse pas, en tant que vainqueur, exulter sur les pieux. Bien qu'il lui ait échappé qu'il était plutôt conquis par eux, beaucoup, même jusqu'à la mort, ont fait preuve de constance dans la foi. Ils se sont donc empressés, dit-il, de faire cela, mais ils ont été vaincus par la violence de leurs tourments, à cause de l'infirmité de la chair, les uns étant maltraités en prison, et les autres punis par décret des juges, et ne pouvant supporter leur châtiment. Il est donc normal de sympathiser avec ceux qui pleurent pour eux. Ils pleurent maintenant, dit-il, la déchéance des parents, des frères et des enfants. Le deuil de ceux qui pleurent les déchus ne fait de mal à personne, ni la prière et le deuil de ceux qui prient pour eux-mêmes, ainsi que d'autres choses raisonnables, afin que ceux qui sont déchus puissent montrer d'autres choses qui soient compatibles avec la pénitence, telles que le jeûne, les larmes et autres humiliations, et qu'ils observent la punition qui leur est infligée, et, si leurs moyens le permettent, qu'ils donnent de l'argent aux pauvres ; par ce moyen, Celui qui est l'Avocat en notre faveur rendra le Père propice. Puis il avance un passage de la Sainte Écriture, tiré de la première épître du saint apôtre et évangéliste Jean.



Canon 12

Une accusation ne peut pas être portée contre ceux qui ont donné de l'argent en pensant qu'ils pourraient être totalement épargnés par le mal. Car ils ont subi la perte et le sacrifice de leurs biens pour ne pas faire de mal ou détruire leur âme, ce que d'autres n'ont pas fait à cause d'un sale lucre ; et pourtant le Seigneur dit : A quoi profite un homme, s'il gagne le monde entier et perd sa propre âme ? Matthieu 16:26 et encore : Vous ne pouvez pas servir Dieu et Mamon. Matthieu 6:24 En ces choses, donc, ils se sont montrés les serviteurs de Dieu, dans la mesure où ils ont haï, foulé aux pieds et méprisé l'argent, et ont ainsi accompli ce qui est écrit : La rançon de la vie d'un homme, ce sont ses richesses. Proverbes 13:8 Car nous lisons aussi dans les Actes des Apôtres que ceux qui, à la place de Paul et de Silas, ont été traînés devant les magistrats à Thessalonique, ont été renvoyés avec une lourde amende. Car après cela, ils leur avaient été très pénibles pour son nom, et ils avaient troublé le peuple et les magistrats de la ville, ayant pris la sécurité, dit-il, de Jason et des autres, ils les laissèrent partir. Aussitôt, les frères renvoyèrent de nuit Paul et Silas à Bérée. Actes 17:9-10

Balsamon. Après que le saint eut terminé son discours concernant ceux qui, de leur propre gré, s'étaient offerts au martyre, il dit qu'il ne fallait pas réprouver ceux qui, par une somme d'argent versée, se libéraient de l'affliction de la persécution. Car ils préféraient sacrifier leur argent plutôt que leur âme. Puis il confirme cela, et présente différents exemples bibliques tirés des Actes des Apôtres concernant le bienheureux apôtre Paul et d'autres.

Zonaras. Mais, dit-il, il ne faut pas réprouver ceux qui ont versé de l'argent, et qui ont ainsi échappé et maintenu leur piété, car personne ne peut porter d'accusation contre eux. Car ils ont préféré perdre leur argent plutôt que leur âme, et ils ont montré qu'ils voulaient servir Dieu et non Mammon, c'est-à-dire la richesse. Et il met en avant les paroles de l'Ecriture, et l'exemple, comme dans les Actes des Apôtres, du bienheureux apôtre Paul et d'autres. Or, quand il est dit qu'ils n'ont pas été troublés par tout mal ? Il faut prendre pour acquis, soit qu'ils ont été épargnés, en ce qui concerne la négation de la foi, qui surmonte tout mal, soit qu'il s'agit des affres des persécutions.



Canon 13

Il n'est donc pas non plus licite d'accuser ceux qui ont tout quitté, et qui se sont retirés pour la sécurité de leur vie, comme si d'autres avaient été retenus par eux. Car à Éphèse aussi, ils se sont emparés de Gaïus et d'Aristarque à la place de Paul, et se sont précipités au théâtre, ces derniers étant les compagnons de voyage de Paul (Actes 19:26-30) et celui-ci désirant entrer lui-même dans le peuple, puisque c'est à cause de sa persuasion, et en attirant une grande multitude au culte du vrai Dieu, que le tumulte s'est levé. Les disciples ne l'ont pas souffert, dit-il. De plus, certains des chefs de l'Asie, qui étaient ses amis, lui ont envoyé des messages pour lui demander de ne pas s'aventurer dans le théâtre. Mais si quelqu'un s'obstine à les affronter, qu'il s'applique avec sincérité à celui qui lui dit : "Sauve-toi pour ta vie ; ne regarde pas derrière toi. Genèse 19:17 Qu'ils se souviennent aussi comment Pierre, le chef des apôtres, a été jeté en prison et livré à quatre quaternaires de soldats pour le garder ; Actes 12:4. Quand il s'est échappé de nuit, et qu'il a été préservé de la main des Juifs par le commandement de l'ange du Seigneur, il est dit : Dès qu'il a fait jour, il n'y a pas eu un petit remue-ménage parmi les soldats, ce qui est arrivé à Pierre. Hérode le chercha, et ne le trouva pas. Il examina les gardiens, et ordonna de les mettre à mort, Actes 12:18-19, à cause desquels aucun blâme n'est imputé à Pierre ; car il était en leur pouvoir, quand ils virent ce qui se passait, de s'enfuir, comme tous les enfants de Bethléem, Matthieu 2:13-16 et tout le littoral, auraient pu s'enfuir, si leurs parents avaient su ce qui allait arriver. Ils ont été mis à mort par le meurtrier Hérode, afin d'assurer la mort d'un enfant qu'il cherchait et qui s'est lui aussi échappé sur l'ordre de l'ange du Seigneur, qui commençait maintenant à piller rapidement et à hâter la proie, selon le nom qu'on lui avait donné : comme il est écrit : Appelle-le Maher-shalal-hash-baz, car avant que l'enfant n'ait la connaissance pour crier, Mon père et ma mère, les richesses de Damas et le butin de Samarie seront enlevés devant le roi d'Assyrie. Les Mages, alors comme maintenant dépouillés et divisés pour une proie, humblement, et sous l'apparence de suppliants, adorent l'Enfant, ouvrant leurs trésoriers, et lui offrant les cadeaux les plus opportuns et les plus magnifiques - or, encens et myrrhe - comme à un roi, à Dieu et à l'homme ; d'où ils ne voulaient plus retourner au roi d'Assyrie, la Providence leur en ayant interdit. Pour avoir été avertis par Dieu dans un rêve, dit-il, qu'ils ne devaient pas retourner chez Hérode, ils partirent dans leur propre pays par un autre chemin. Matthieu 2:11-13 Ainsi, Hérode, assoiffé de sang, voyant qu'on se moquait des sages, fut très irrité, et il envoya, dit-il, tuer tous les enfants qui se trouvaient à Bethléem et dans tout son territoire, depuis l'âge de deux ans et moins, selon le temps qu'il avait pris pour s'enquérir des sages. Matthieu 2:16 Avec lui, ayant cherché à tuer un autre enfant qui était né avant lui, et n'ayant pu le trouver, il tua le père de l'enfant, Zacharie, entre le temple et l'autel, l'enfant s'étant échappé avec sa mère Élisabeth. D'où ces hommes qui se sont retirés ne sont pas du tout à blâmer.

Balsamon. Mais s'il y en a, dit-il, qui ont quitté leur bien et sont partis, de peur qu'ils ne soient détaillés et mis en danger, car étant peut-être ceux qui ne pourront pas persister dans leur confession jusqu'au bout, en raison de la cruauté de leurs bourreaux, ils ne seront pas jugés coupables, même si d'autres ont été détenus pour leur compte. Et il présente comme exemple à ce sujet Gaius et Aristarque, qui ont été détenus à la place de Paul ; les soldats qui ont gardé Pierre ; les enfants en bas âge qui ont été massacrés par Hérode à cause du Christ ; et Zacharie, le père du vénéré et bienheureux précurseur.

Zonaras. Mais si certains, dit-il, ont laissé leurs biens et sont partis, de peur d'être détenus, et parce que, peut-être, ils ne pourraient pas persister dans leur confession à cause de la cruauté des bourreaux, ils ne doivent pas être accusés, même si d'autres sont détaillés et publiés sur leur compte. Et, de nouveau, il donne un exemple tiré des Actes des Apôtres, disant qu'à Éphèse aussi Gaïus et Aristarque ont été appréhendés à la place de Paul, et que Paul n'a pas été blâmé pour cela ; de même que Pierre, lorsqu'il a été sorti de prison par un ange et qu'il a échappé au danger, et que les soldats qui le gardaient ont été punis à cause de lui. Il cite ensuite un autre exemple tiré de l'Évangile, à savoir les enfants mis à mort par Hérode, à cause desquels, dit-il, notre Seigneur n'a pas été blâmé. Et quand Élisabeth s'est enfuie avec Jean et l'a préservé, son père Zacharie a été mis à mort, l'enfant lui étant demandé ; et cela n'a pas été imputé comme un crime à Jean.



Canon 14

Mais si certains ont enduré beaucoup de violence et la forte pression de la nécessité, recevant dans leur bouche du fer et des chaînes, et pour leur bonne affection envers la foi ont bravement supporté la brûlure de leurs mains qui contre leur volonté avaient été mises au sacrifice profane, comme de leur prison les martyrs trois fois bénis m'ont écrit en respectant ceux de la Libye, et d'autres leurs confrères ; tels, sur le témoignage du reste de leurs frères, peuvent être placés dans le ministère parmi les confesseurs, comme ceux qui ont été mortifiés par de nombreux tourments, et qui n'étaient plus capables ni de parler, ni de s'exprimer, ni d'agir, afin de résister à ceux qui leur ont vainement offert la violence. Car ils n'ont pas consenti à leur impiété ; comme je l'ai encore entendu de la part de leurs collègues ministres, ils seront comptés parmi les confesseurs, comme aussi celui qui, à l'exemple de Timothée, a ordonné sa vie, obéissant à celui qui dit : "Suis la justice, la piété, la foi, l'amour, la patience, la douceur". Combattez le bon combat de la foi, tenez à la vie éternelle, à laquelle vous êtes également appelés, et avez professé une bonne profession devant de nombreux témoins. 1 Timothée 6:11-12

Balsamon. Ceux qui, par la violence du tyran, semblaient manger de la viande qui avait été offerte aux idoles, ou boire du vin des libations grecques - car il arrivait parfois qu'on les jette à terre, et qu'on leur mette des crochets ou des morceaux de fer dans la bouche pour les maintenir ouverts, et alors les tyrans leur versaient du vin dans la gorge, ou leur jetaient des morceaux de viande ; ou bien ils mettaient des charbons ardents dans leurs mains, ainsi que de l'encens, et les obligeaient à faire des sacrifices - s'ils étaient des ecclésiastiques, le canon décrète qu'ils doivent être classés parmi les confesseurs, chacun à son degré ; mais s'ils étaient des laïcs. qu'ils devaient être comptés comme des martyrs, car ils n'ont pas fait ces choses de leur plein gré, ni n'ont du tout consenti à l'action. De même que parmi les confesseurs, il faut compter ceux qui, à l'extrémité des tortures, ont perdu la force de leur corps et n'ont pas pu résister à ceux qui ont versé dans leur bouche le vin des libations. Et ensuite, dans l'ordre, il parle de ceux qui donnent le témoignage d'une bonne conscience, et les énumère parmi les confesseurs.

Zonaras. Ceux qui châtiaient les bienheureux martyrs, après de nombreux tourments, dans le cas de certains, versaient violemment dans leur bouche le vin des libations, ou même entassaient dans leur bouche une partie de la viande qui avait été offerte aux idoles, et mettant de l'encens entre leurs mains, ils les traînaient jusqu'aux autels, puis, se saisissant violemment des mains, ils saupoudrent l'encens sur l'autel ou placent des charbons chauds avec l'encens dans leurs mains, afin que, ne pouvant supporter la douleur de la brûlure, ils puissent faire tomber l'encens avec les charbons sur l'autel ; car ils étaient contraints par ces charbons. Les hommes de cette sorte, affirme-t-il, peuvent rester inscrits au ministère sacré, ou plutôt être placés au rang de confesseurs. En effet, ils n'ont ni goûté les libations, ni placé l'encens sur l'autel, mais, contraints par la violence, leur raison ne consentant pas à l'action, ils doivent être placés parmi les cofondateurs, de même que ceux qui, à l'extrémité de la souffrance, ont perdu leur vigueur corporelle, de manière à ne pouvoir ni parler ni bouger, ni résister à ceux qui versaient violemment dans leurs mois le vin des libations. Et ensuite, dans l'ordre, il parle de ceux qui donnent le témoignage d'une bonne conscience, et les place aussi dans le nombre des confesseurs.



Canon 15

Personne ne nous reprochera d'observer le quatrième jour de la semaine, et la préparation, sur laquelle il est raisonnablement enjoint de jeûner selon la tradition. Le quatrième jour, en effet, parce que c'est en ce jour que les Juifs ont pris conseil pour la trahison du Seigneur ; et le sixième, parce que c'est en ce jour qu'Il a lui-même souffert pour nous. Mais le jour du Seigneur, nous le célébrons comme un jour de joie, parce qu'en ce jour, Il est ressuscité, jour où nous l'avons reçu pour une coutume consistant à ne même pas fléchir le genou.

Balsamon. Conforme au soixante-quatrième canon apostolique, qui décrète que nous ne devons pas jeûner le jour du sabbat, à une exception près, le grand sabbat ; et au soixante-neuvième canon, qui punit sévèrement ceux qui ne jeûnent pas pendant le saint carême, et tous les quatre jours de la semaine et le jour de la préparation. C'est ce que fait également le présent décret canonique.

Zonaras. Toujours, dit-il, les quatrième et sixième jours de chaque semaine doivent être tenus comme des jeûnes ; et personne ne nous reprochera d'y avoir jeûné ; et les raisons qu'il invoque. Mais au jour du Seigneur, nous ne devons pas jeûner, car c'est un jour de joie pour la résurrection du Seigneur, et c'est là-dessus, dit-il, que nous avons reçu, que nous ne devons même pas fléchir le genou. Cette parole doit donc être observée avec attention, nous l'avons reçue, et elle nous est enjointe selon la tradition. Car il est évident que la coutume établie de longue date a été prise pour loi. De plus, le grand Basile annexe également les causes pour lesquelles il était interdit de fléchir le genou le jour du Seigneur, et de la Pâque à la Pentecôte. Lisez également les soixante-sixième et soixante-neuvième canons apostoliques.