Origène

TRAITÉ DES PRINCIPES IV (LATIN)

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

I. Mais comme il ne suffit pas, dans la discussion de questions d'une telle importance, de confier la décision aux sens et à l'entendement humains, et de se prononcer sur les choses invisibles comme si nous les voyions, nous devons, pour établir les positions que nous avons prises, apporter le témoignage de la Sainte Écriture. Et pour que ce témoignage puisse produire une croyance sûre et sans hésitation, soit par rapport à ce qu'il nous reste à avancer, soit par rapport à ce qui a déjà été dit, il semble nécessaire de montrer, en premier lieu, que les Écritures elles-mêmes sont divines, c'est-à-dire qu'elles ont été inspirées par l'Esprit de Dieu. Nous allons donc, avec toute la brièveté possible, tirer des Saintes Écritures elles-mêmes, les preuves sur ce point qui peuvent nous donner une impression appropriée, (en faisant nos citations) de Moïse, le premier législateur de la nation hébraïque, et des paroles de Jésus-Christ, l'auteur et le chef du système religieux chrétien. En effet, bien qu'il y ait eu de nombreux législateurs parmi les Grecs et les Barbares, ainsi que d'innombrables professeurs et philosophes qui ont déclaré la vérité, nous ne nous souvenons d'aucun législateur qui ait pu produire dans l'esprit des nations étrangères une affection et un zèle (pour lui) tels qu'ils les aient amenés soit à adopter volontairement ses lois, soit à les défendre avec tous les efforts de leur esprit. Personne, donc, n'a pu introduire et faire connaître ce qui lui semblait être la vérité, parmi, je ne dis pas beaucoup de nations étrangères, mais même parmi les individus d'une seule nation, de telle manière que la connaissance et la croyance de cette dernière devraient s'étendre à tous. Et pourtant, il ne fait aucun doute que les législateurs ont voulu que leurs lois soient observées par tous les hommes, si possible ; et les maîtres, que ce qui leur paraissait être la vérité, soit connu de tous. Mais sachant qu'ils ne pouvaient en aucune façon réussir à produire en eux une puissance telle qu'elle puisse amener les nations étrangères à obéir à leurs lois, ou à tenir compte de leurs déclarations, ils ne se risquèrent même pas à essayer, de peur que l'échec de l'entreprise ne marque leur conduite du sceau de l'imprudence. Et pourtant, dans le monde entier - dans toute la Grèce et dans tous les pays étrangers - il y a d'innombrables individus qui ont abandonné les lois de leur pays et de ceux qu'ils croyaient être des dieux, et qui se sont soumis à l'obéissance de la loi de Moïse, à la vie de disciple et au culte du Christ ; et ils l'ont fait, non sans susciter contre eux-mêmes la haine intense des adorateurs d'images, au point d'être fréquemment exposés aux cruelles tortures de ces derniers, et parfois même d'être mis à mort. Et pourtant, ils embrassent, et conservent avec toute leur affection, les paroles et l'enseignement du Christ.



II. Nous voyons d'ailleurs comment cette religion elle-même a grandi en peu de temps, progressant par le châtiment et la mort de ses adorateurs, par le pillage de leurs biens, et par les tortures de toute sorte qu'ils enduraient ; et ce résultat est d'autant plus surprenant que même ses maîtres n'étaient pas eux-mêmes des hommes de talent, ni très nombreux ; et pourtant ces paroles sont prêchées dans le monde entier, de sorte que Grecs et Barbares, sages et insensés, adoptent les doctrines de la religion chrétienne. D'où il ne fait aucun doute que ce n'est pas par la force ou la puissance humaine que les paroles de Jésus-Christ finissent par prévaloir avec toute la foi et le pouvoir sur les conceptions et les âmes de tous les hommes. Car, que ces résultats aient été à la fois prédits par Lui, et établis par des réponses divines venant de Lui, est clair d'après Ses propres paroles : Vous serez traduits devant des gouverneurs et des rois à cause de moi, pour rendre témoignage contre eux et contre les païens. Et encore : Cet Évangile du royaume sera prêché parmi toutes les nations. Et encore : Beaucoup me diront en ce jour-là : "Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas mangé et bu en ton nom, et n'avons-nous pas chassé les démons en ton nom ? Et je leur dirai : Retirez-vous de moi, ouvriers d'iniquité, je ne vous ai jamais connus. Si ces paroles, en effet, avaient été prononcées par Lui, et si ces prédictions ne s'étaient pas réalisées, elles pourraient peut-être paraître fausses, et ne posséder aucune autorité. Mais maintenant, quand Ses déclarations s'accomplissent, puisqu'elles ont été prédites avec tant de puissance et d'autorité, il est très clairement démontré qu'Il, lorsqu'Il a été fait homme, a délivré aux hommes les préceptes du salut.



III. Que devons-nous donc dire de ce que les prophètes lui avaient annoncé d'avance, à savoir que les princes ne cesseraient pas d'être en Judée, ni les chefs d'entre ses cuisses, jusqu'à ce que vienne celui à qui il a été réservé (c'est-à-dire le royaume), et jusqu'à ce que vienne l'attente des païens ? Car il est très clairement évident, d'après l'histoire elle-même, d'après ce que l'on voit clairement aujourd'hui, qu'à partir du temps du Christ, il n'y a pas eu de rois parmi les Juifs. En fait, tous les objets de l'orgueil juif, dont ils se vantaient tant et dont ils se réjouissaient, que ce soit la beauté du temple ou les ornements de l'autel, et tous les filets et robes sacerdotales des grands prêtres, ont été détruits ensemble. Car la prophétie qui avait été déclarée s'est accomplie : Les enfants d'Israël resteront longtemps sans roi ni prince ; il n'y aura ni victime, ni autel, ni sacerdoce, ni réponse. Ces témoignages, par conséquent, nous les utilisons contre ceux qui semblent affirmer que ce qui est dit dans la Genèse par Jacob se réfère à Juda ; et qui disent qu'il reste encore un prince de la race de Juda - lui, c'est-à-dire, qui est le prince de leur nation, qu'ils qualifient de Patriarche - et qu'il ne peut pas manquer (un souverain) de sa race, qui restera jusqu'à l'avènement de ce Christ qu'ils s'imaginent. Mais si les paroles du prophète sont vraies, lorsqu'il dit : Les enfants d'Israël resteront longtemps sans roi, sans chef, et il n'y aura ni victime, ni autel, ni sacerdoce ; et si, certes, depuis le renversement du temple, on n'offre pas de victimes, on ne trouve pas d'autel, et il n'existe pas de sacerdoce, il est très certain que, comme il est écrit, des chefs se sont éloignés de Juda, et un chef d'entre ses cuisses, jusqu'à l'avènement de celui à qui il a été réservé. Il est donc établi qu'il est venu pour qui il a été réservé, et en qui est l'attente des païens. Et cela semble manifestement se réaliser dans la multitude de ceux qui ont cru en Dieu par le Christ, parmi les différentes nations.



IV. Dans le chant du Deutéronome, il est également déclaré prophétiquement que, à cause des péchés du peuple précédent, il devait y avoir l'élection d'une nation insensée - qui n'est autre, certes, que celle qui a été amenée par le Christ ; car ainsi vont les paroles : Ils m'ont irrité par leurs images, et je les exciterai à la jalousie ; je les exciterai à la colère contre une nation insensée. Nous pouvons donc évidemment voir comment les Hébreux, dont on dit qu'ils ont excité la colère de Dieu au moyen de ces (idoles), qui ne sont pas des dieux, et qu'ils ont suscité Sa colère par leurs images, ont eux-mêmes été excités à la jalousie au moyen d'une nation insensée, que Dieu a choisie par l'avènement de Jésus-Christ et de Ses disciples. Car voici le langage de l'apôtre : Car vous voyez, frères, combien vous êtes appelés, que parmi vous, peu de sages selon la chair, peu de puissants, peu de nobles (sont appelés) ; mais Dieu a choisi les choses folles du monde, et les choses qui ne le sont pas, pour détruire ce qui existait auparavant. L'Israël charnel ne doit donc pas se vanter ; car tel est le terme utilisé par l'apôtre : Aucune chair, dis-je, ne doit se glorifier en présence de Dieu.



V. Que dire, d'ailleurs, des prophéties du Christ contenues dans les Psaumes, en particulier de celle qui porte l'inscription : "Un chant pour le bien-aimé", dans laquelle il est dit que sa langue est la plume d'un écrivain prêt à écrire, plus belle que les enfants des hommes, que la grâce est versée sur ses lèvres ? Or, l'indication que la grâce a été versée sur Ses lèvres est la suivante : après une courte période - car Il n'a enseigné que pendant un an et quelques mois - le monde entier s'est néanmoins rempli de Sa doctrine, et de la foi en Sa religion. Il y eut donc, en ses jours, des hommes justes et une abondance de paix, qui dura jusqu'à la fin, laquelle fin est appelée l'enlèvement de la lune ; et sa domination s'étendra d'une mer à l'autre, et du fleuve jusqu'aux extrémités de la terre. Un signe a également été donné à la maison de David. Car une vierge a conçu et mis au monde l'Emmanuel, ce qui, interprété, signifie, Dieu avec nous : sachez-le, ô nations, et soyez vaincus. Car nous sommes vaincus et vaincus, nous qui sommes des païens, et nous restons comme une sorte de butin de sa victoire, nous qui avons soumis notre cou à sa grâce. Même le lieu de Sa naissance a été prédit dans les prophéties de Michée, qui a dit : "Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n'es pas en reste parmi les chefs de Juda ; car de toi sortira un chef, qui gouvernera Mon peuple Israël. Les semaines d'années que le prophète Daniel avait prédites, s'étendant à la direction du Christ, se sont également accomplies. De plus, il est à portée de main, lui qui dans le livre de Job est dit sur le point de détruire l'énorme bête, lui qui a aussi donné le pouvoir à ses propres disciples de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l'ennemi, sans être blessé par lui. Mais si l'on considère les voyages des apôtres du Christ à travers les différents endroits où ils ont prêché l'Evangile en tant que ses messagers, on constate que ce qu'ils ont entrepris est au-delà de la puissance de l'homme et que ce qu'ils ont pu accomplir vient de Dieu seul. Si nous considérons comment les hommes, en entendant qu'une nouvelle doctrine a été introduite par ceux-ci, ont pu les recevoir ; ou plutôt, en désirant souvent les détruire, ils en ont été empêchés par une puissance divine qui était en eux, nous constaterons qu'en cela rien n'a été fait par la force humaine, mais que le tout a été le résultat de la puissance et de la providence divines - signes et prodiges, manifestés au-delà de tout doute, témoignant de leur parole et de leur doctrine.



VI. Ces points étant maintenant brièvement établis, c'est-à-dire en ce qui concerne la divinité du Christ et l'accomplissement de tout ce qui a été prophétisé à son sujet, je pense que cette position a également été redressée, à savoir que les Ecritures elles-mêmes, qui contenaient ces prédictions, étaient divinement inspirées, - celles, à savoir, qui avaient soit prédit son avènement, soit la puissance de sa doctrine, soit l'avènement de toutes les nations (à son obéissance). Il faut ajouter à cette remarque que la divinité et l'inspiration des prédictions des prophètes et de la loi de Moïse ont été clairement révélées et confirmées, surtout depuis l'avènement du Christ dans le monde. En effet, avant l'accomplissement des événements qu'ils avaient prédits, il n'était pas possible de montrer qu'ils étaient vrais et inspirés par Dieu, car ils ne s'étaient pas encore réalisés. Mais la venue du Christ était une déclaration selon laquelle leurs déclarations étaient vraies et inspirées par Dieu, bien qu'il était certainement douteux avant cela qu'il y ait un accomplissement des choses qui avaient été prédites.

Si quelqu'un, d'ailleurs, considère les paroles des prophètes avec tout le zèle et la vénération qu'elles méritent, il est certain que, dans l'examen attentif et minutieux qui leur est ainsi donné, il sentira son esprit et ses sens touchés par un souffle divin, et reconnaîtra que les paroles qu'il lit n'étaient pas des énoncés humains, mais le langage de Dieu ; et de ses propres émotions il sentira que ces livres n'étaient la composition d'aucune habileté humaine, ni d'aucune éloquence mortelle, mais, pour ainsi dire, d'un style qui est divin. La splendeur de l'avènement du Christ, éclairant la loi de Moïse par la lumière de la vérité, a donc ôté ce voile qui avait été posé sur la lettre (de la loi), et a descellé, pour quiconque croit en Lui, toutes les bénédictions qui étaient cachées par la couverture de la parole.



VII. Mais c'est un travail considérable que d'indiquer, dans chaque cas, comment et quand les prédictions des prophètes se sont accomplies, afin de paraître confirmer ceux qui ont des doutes, car il est possible à tous ceux qui veulent mieux connaître ces choses, de recueillir d'abondantes preuves dans les registres de la vérité eux-mêmes. Mais si le sens de la lettre, qui est au-delà de l'homme, ne semble pas se présenter d'emblée, au premier abord, à ceux qui sont moins versés dans la discipline divine, il n'y a pas lieu de s'en étonner, car les choses divines sont ramenées un peu lentement aux hommes (à leur compréhension), et échappent à la vue dans la mesure où l'on est soit sceptique, soit indigne. Car s'il est certain que toutes les choses qui existent en ce monde, ou qui s'y déroulent, sont ordonnées par la Providence de Dieu, et si certains événements apparaissent effectivement avec suffisamment de clarté pour être à la disposition de Son gouvernement providentiel, d'autres encore se déroulent de façon si mystérieuse et incompréhensible, que le plan de la Providence divine à leur égard est complètement caché ; de sorte que certains croient parfois que des événements particuliers n'appartiennent pas à la Providence, parce que le principe leur échappe, selon lequel les oeuvres de la Providence sont administrées avec une compétence indescriptible, n'est pas également caché à tous. En effet, même parmi les hommes eux-mêmes, un individu y consacre moins d'attention, un autre plus ; tandis que par tout homme, Celui qui est sur la terre, celui qui est l'habitant du ciel, est plus reconnu. Et la nature des corps nous apparaît clairement d'une manière, celle des arbres d'une autre, celle des animaux d'une troisième ; la nature des âmes, elle aussi, est dissimulée d'une manière différente ; et la manière dont les divers mouvements des conceptions rationnelles sont ordonnés par la Providence, échappe davantage à la vue des hommes, et même, à mon avis, dans une mesure non négligeable, à celle des anges aussi. Mais comme l'existence de la Providence divine n'est pas réfutée par ceux surtout qui sont certains de son existence, mais qui ne comprennent pas ses rouages ou ses dispositions par les pouvoirs de l'esprit humain ; l'inspiration divine de la Sainte Écriture, qui s'étend à tout son corps, ne sera pas non plus considérée comme inexistante, parce que la faiblesse de notre compréhension est incapable de tracer le sens caché et secret de chaque mot individuel, le trésor de la sagesse divine étant caché dans les récipients vulgaires et impolis des mots, comme le souligne également l'apôtre lorsqu'il dit : "Nous avons ce trésor dans des récipients de terre, afin que la vertu de la puissance divine brille d'autant plus, aucune couleur de l'éloquence humaine ne se mêlant à la vérité des doctrines. Car si nos livres incitaient les hommes à croire parce qu'ils étaient composés soit par des arts rhétoriques, soit par la sagesse de la philosophie, alors sans aucun doute notre foi serait considérée comme fondée sur l'art des mots, et sur la sagesse humaine, et non sur la puissance de Dieu ; alors qu'il est maintenant connu de tous que la parole de cette prédication a été ainsi acceptée par un grand nombre dans presque le monde entier, parce qu'ils ont compris que leur croyance reposait non sur les paroles persuasives de la sagesse humaine, mais sur la manifestation de l'Esprit et de la puissance. C'est pourquoi, étant conduits par une puissance non pas céleste, mais céleste, à la foi et à l'acceptation, afin d'adorer le seul Créateur de toutes choses comme notre Dieu, nous devons aussi faire tout notre possible, en abandonnant le langage des éléments du Christ, qui ne sont que les premiers commencements de la sagesse, pour aller jusqu'à la perfection, afin que la sagesse qui est donnée à ceux qui sont parfaits, nous soit donnée à nous aussi. Car telle est la promesse de celui à qui a été confiée la prédication de cette sagesse, en paroles : Nous parlons de sagesse parmi les parfaits, mais non de la sagesse de ce monde, ni des princes de ce monde, qui seront réduits à néant ; il montre par là que notre sagesse n'a rien de commun avec la sagesse de ce monde en ce qui concerne la beauté du langage. Cette sagesse s'inscrira donc plus clairement et plus parfaitement dans notre coeur, si elle nous est révélée selon la révélation du mystère qui a été caché de l'éternité, mais qui se manifeste maintenant à travers les Ecritures de la prophétie, et l'avènement de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, à qui soit la gloire pour toujours. Amen.

Beaucoup, ne comprenant pas les Écritures dans un sens spirituel, mais à tort, sont tombés dans l'hérésie.



VIII. Ces détails étant brièvement exposés concernant l'inspiration des Saintes Écritures par le Saint-Esprit, il semble nécessaire d'expliquer également ce point, à savoir comment certaines personnes, ne les lisant pas correctement, se sont livrées à des opinions erronées, dans la mesure où la procédure à suivre, pour parvenir à une compréhension des saintes Écritures, est inconnue de beaucoup. Les Juifs, in fine, par dureté de coeur et par désir de paraître sages à leurs propres yeux, n'ont pas cru en notre Seigneur et Sauveur, estimant que les déclarations qui ont été faites à son égard doivent être comprises littéralement, c'est-à-dire qu'il doit prêcher la délivrance aux captifs d'une manière raisonnable et visible, et d'abord construire une ville qu'ils considèrent vraiment comme la cité de Dieu, et couper en même temps les chars d'Éphraïm et les chevaux de Jérusalem ; qu'il doit aussi manger du beurre et du miel, afin de choisir le bien avant de savoir faire le mal. Ils pensent aussi qu'il a été prédit que le loup - cet animal à quatre pattes - doit, à l'avènement du Christ, paître avec les agneaux, que le léopard doit se coucher avec les chevreaux, que le veau et le taureau doivent paître avec les lions, et qu'ils doivent être conduits au pâturage par un petit enfant ; que le boeuf et l'ours doivent se coucher ensemble dans les champs verts, et que leurs petits doivent être nourris ensemble ; que les lions aussi fréquenteront les stalles avec les boeufs, et se nourriront de paille. Et voyant que, selon l'histoire, il n'y a eu accomplissement d'aucune de ces choses prédites de Lui, dans lesquelles ils croyaient que les signes de l'avènement du Christ devaient être spécialement observés, ils ont refusé de reconnaître la présence de notre Seigneur Jésus-Christ ; non, contrairement à tous les principes de la loi humaine et divine, c'est-à-dire contrairement à la foi de la prophétie, ils l'ont crucifié pour s'être attribué le nom du Christ. C'est pourquoi les hérétiques, lisant qu'il est écrit dans la loi : "Un feu s'est allumé dans ma colère ; et que moi, le Seigneur, je suis jaloux (Dieu), visitant les péchés des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et quatrième génération ; et qu'il me repent que j'ai oint Saul pour être roi ; et, je suis le Seigneur, qui fais la paix et crée le mal ; et encore, il n'y a pas de mal dans une ville que le Seigneur n'ait pas fait ; et, Des maux sont descendus de l'Éternel sur les portes de Jérusalem ; et, Un esprit mauvais de l'Éternel a frappé Saül ; et en lisant beaucoup d'autres passages semblables à ceux-ci, qui se trouvent dans l'Écriture, ils n'ont pas osé affirmer que ce n'étaient pas les Écritures de Dieu, mais ils les ont considérées comme étant les paroles de ce Dieu créateur que les Juifs adoraient, et qui, selon eux, devait être considéré comme juste seulement, et non pas aussi comme bon ; mais que le Sauveur était venu nous annoncer un Dieu plus parfait, qui, prétendaient-ils ; n'est pas le créateur du monde - les opinions divergent même sur ce point, car lorsqu'ils se sont écartés de la croyance en Dieu le Créateur, qui est le Seigneur de tous, ils se sont livrés à diverses inventions et fables, inventant certaines (fictions) et affirmant que certaines choses étaient visibles et faites par l'un (Dieu), et que d'autres étaient invisibles et créées par un autre, selon les suggestions vaines et fantaisistes de leur propre esprit. Mais les plus simples d'entre eux, qui semblent être limités dans la foi de l'Église, sont nombreux à penser qu'il n'y a pas de plus grand Dieu que le Créateur, et ils ont une opinion correcte et solide à ce sujet, mais ils ont à son égard des opinions qui ne seraient pas valables pour les hommes les plus injustes et les plus cruels.



IX. Or, la raison de l'appréhension erronée de tous ces points de la part de ceux que nous avons mentionnés ci-dessus, n'est autre que celle-ci, que la sainte Écriture n'est pas comprise par eux selon son sens spirituel, mais selon son sens littéral. C'est pourquoi nous nous efforcerons, dans la mesure où nos capacités modérées le permettront, de signaler à ceux qui croient que les Saintes Écritures ne sont pas des compositions humaines, mais qu'elles ont été écrites sous l'inspiration du Saint-Esprit, et qu'elles nous ont été transmises et confiées par la volonté de Dieu le Père, par son Fils unique Jésus-Christ, ce qui nous apparaît, à nous qui observons les choses avec une juste compréhension, comme la norme et la discipline délivrées aux apôtres par Jésus-Christ, et qu'ils ont transmises à leur postérité, les maîtres de la sainte Église. Or, qu'il y ait certaines économies mystiques indiquées dans la sainte Écriture, est admis par tous, je pense, même par le plus simple des croyants. Mais ce qu'elles sont, ou de quelle nature elles sont, celui qui a raison, et qui n'est pas vaincu par le vice de la vantardise, reconnaîtra scrupuleusement son ignorance. Car si quelqu'un, par exemple, invoquait le cas des filles de Lot, qui semblent, contrairement à la loi de Dieu, avoir eu des rapports avec leur père, ou celui des deux épouses d'Abraham, ou des deux soeurs qui ont été mariées à Jacob, ou des deux servantes qui ont augmenté le nombre de ses fils, quelle autre réponse pourrait être donnée que celle selon laquelle il s'agit de certains mystères, et de certaines formes de choses spirituelles, mais que nous ignorons de quelle nature elles sont ? Non, même lorsque nous lisons la construction du tabernacle, nous avons la certitude que les descriptions écrites sont les figures de certaines choses cachées ; mais pour les adapter à leurs normes appropriées, et pour ouvrir et discuter chaque point individuel, je considère qu'il est extrêmement difficile, pour ne pas dire impossible. Mais que cette description soit, comme je l'ai dit, pleine de mystères, n'échappe même pas à la compréhension commune. Mais toute la partie narrative, relative soit aux mariages, soit à la procréation des enfants, soit à des batailles de différentes sortes, soit à toute autre histoire quelle qu'elle soit, que peuvent-elles être supposées être d'autre, si ce n'est les formes et les figures des choses cachées et sacrées ? Mais comme les hommes ne font guère d'efforts pour exercer leur intellect, ou s'imaginent qu'ils possèdent des connaissances avant d'avoir réellement appris, la conséquence est qu'ils ne commencent jamais à avoir des connaissances ou si l'on ne manque pas d'un désir, au moins, ni d'un instructeur, et si l'on recherche la connaissance divine, comme il se doit, dans un esprit religieux et saint, et dans l'espoir que de nombreux points seront ouverts par la révélation de Dieu - car au sens humain ils sont extrêmement difficiles et obscurs - alors, peut-être, celui qui cherche de cette manière trouvera-t-il ce qu'il est licite de découvrir.



X. Mais si l'on ne veut pas que cette difficulté n'existe que dans le langage des prophètes, puisque le style prophétique est autorisé par tous à regorger de chiffres et d'énigmes, que trouve-t-on en arrivant aux évangiles ? N'y trouve-t-on pas aussi un sens intérieur, à savoir un sens divin, qui se révèle par cette seule grâce qu'il avait reçue et qui disait : "Mais nous avons l'esprit du Christ, afin de connaître les choses que Dieu nous a données gratuitement. Quelles sont les choses que nous disons aussi, non pas dans les paroles que la sagesse de l'homme enseigne, mais dans celles que l'Esprit enseigne ? Et si l'on lisait maintenant les révélations qui ont été faites à Jean, combien ne serait-il pas étonné qu'il y ait en elles une si grande quantité de mystères cachés, ineffables, dans lesquels il est clairement compris, même par ceux qui ne peuvent pas comprendre ce qui est caché, que quelque chose est certainement caché. Et pourtant, les Épîtres des Apôtres, qui semblent à certains plus simples, ne sont-elles pas remplies de significations si profondes, qu'à travers elles, comme par quelque petit réceptacle, la clarté d'une lumière incalculable semble se déverser sur ceux qui sont capables de comprendre le sens de la sagesse divine ? Et donc, parce que c'est le cas, et parce qu'il y en a beaucoup qui se trompent dans cette vie, je ne considère pas qu'il soit facile de prononcer, sans danger, que quelqu'un connaisse ou comprenne ces choses, qui, pour être ouvertes, ont besoin de la clé de la connaissance ; cette clé, a déclaré le Sauveur, se trouve chez ceux qui sont habiles en droit. Et ici, bien que ce soit une digression, je pense que nous devrions nous enquérir auprès de ceux qui affirment qu'avant l'avènement du Sauveur, il n'y avait pas de vérité parmi ceux qui étaient engagés dans l'étude de la loi, comment il pouvait être dit par notre Seigneur Jésus-Christ que les clés de la connaissance étaient avec eux, qui avaient les livres des prophètes et de la loi dans leurs mains. Car c'est ainsi qu'Il a parlé : Malheur à vous, maîtres de la loi, qui avez enlevé la clef de la connaissance ; vous n'êtes pas entrés en vous-mêmes, et vous avez gêné ceux qui voulaient entrer.



XI. Mais, comme nous avions commencé à l'observer, la voie qui nous semble la plus correcte pour la compréhension des Ecritures et pour l'étude de leur signification, nous la considérons comme étant de la nature suivante : car nous sommes instruits par l'Ecriture elle-même en ce qui concerne les idées que nous devons en former. Dans les Proverbes de Salomon, nous trouvons certaines règles comme celles qui suivent, qui respectent la considération de la Sainte Écriture : Et toi, dit-il, décris ces choses à toi-même d'une triple manière, en conseil et en connaissance, et afin que tu répondes aux paroles de la vérité à ceux qui te les ont proposées. Chacun doit donc décrire dans son esprit, d'une triple manière, la compréhension des lettres divines - c'est-à-dire pour que les individus les plus simples puissent être édifiés, pour ainsi dire, par le corps même de l'Écriture ; c'est ce que nous appelons le sens commun et historique : tandis que si certains ont commencé à faire des progrès considérables et sont capables de voir quelque chose de plus (que cela), ils peuvent être édifiés par l'âme même de l'Écriture. Ceux, encore, qui sont parfaits, et qui ressemblent à ceux dont l'apôtre dit : Nous parlons de sagesse parmi ceux qui sont parfaits, mais non de la sagesse de ce monde, ni des princes de ce monde, qui seront réduits à néant ; mais nous parlons de la sagesse de Dieu, cachée dans un mystère, que Dieu a décrété avant les siècles pour notre gloire ; - tous ceux-là peuvent être édifiés par la loi spirituelle elle-même (qui a une ombre des bonnes choses à venir), comme par l'Esprit. Car, de même que l'homme est constitué de corps, d'âme et d'esprit, de même l'Écriture sainte, qui a été accordée par la bonté divine pour le salut de l'homme ; ce que nous voyons d'ailleurs souligné dans le petit livre du Berger, qui semble être méprisé par certains, où Hermas est chargé d'écrire deux petits livres, et d'annoncer ensuite aux presbytres de l'Église ce qu'il a appris de l'Esprit. Car ce sont les mots qui sont écrits : Et tu écriras, dit-il, deux livres ; et tu donneras l'un à Clément, et l'autre à Raisin. Et que Raisin avertisse les veuves et les orphelins, et que Clément envoie dans toutes les villes qui sont à l'étranger, tandis que vous annoncerez aux presbytres de l'Église. Ainsi, la Raisin, à qui il est commandé de réprimander les orphelins et les veuves, est la pure compréhension de la lettre elle-même ; par laquelle sont réprimandés les jeunes esprits qui n'ont pas encore mérité d'avoir Dieu pour Père, et qui sont à ce titre qualifiés d'orphelins. Ce sont, encore une fois, les veuves, qui se sont retirées de l'homme injuste, auquel elles avaient été unies contrairement à la loi ; mais qui sont restées veuves, parce qu'elles n'ont pas encore atteint le stade d'être unies à un Époux céleste. De plus, il est ordonné à Clément d'envoyer dans les villes étrangères ce qui est écrit aux personnes qui se sont déjà retirées de la lettre - comme si le sens était pour les âmes qui, en s'édifiant par ce moyen, ont commencé à s'élever au-dessus des soucis du corps et des désirs de la chair ; tandis que lui-même, qui a appris de l'Esprit Saint, est ordonné d'annoncer, non par lettre ni par livre, mais par la voix vivante, aux presbytres de l'Église du Christ, c'est-à-dire à ceux qui possèdent une faculté de sagesse mûre, capable de recevoir un enseignement spirituel.



XII. Ce point, en effet, ne doit pas être passé sous silence, à savoir qu'il y a certains passages de l'Ecriture où ce corps, comme nous l'avons appelé, c'est-à-dire ce sens historique inférentiel, ne se trouve pas toujours, comme nous le prouverons dans les pages suivantes, mais où ce que nous avons appelé âme ou esprit ne peut être compris que. Et cela, je pense, est indiqué dans les Evangiles, où l'on dit qu'il y a, selon la manière de purification chez les Juifs, six vases à eau, contenant deux ou trois peaux de sapin par pièce ; ce par quoi, comme je l'ai dit, le langage de l'Evangile semble indiquer, en ce qui concerne ceux qui sont secrètement appelés par l'apôtre des Juifs, qu'ils sont purifiés par la parole de l'Ecriture - recevant en effet parfois deux peaux de sapin, c'est-à-dire la compréhension de l'âme ou de l'esprit, selon notre déclaration ci-dessus ; parfois même trois (firkins), lorsque dans la lecture (de l'Ecriture) le sens corporel, qui est l'historique, peut être préservé pour l'édification du peuple. On parle à présent de six vases à eau, en ce qui concerne les personnes qui sont purifiées en étant placées dans le monde ; car nous avons lu qu'en six jours - ce qui est le nombre parfait - ce monde et toutes les choses qui s'y trouvent étaient terminés. L'utilité de ce premier sens historique que nous avons évoqué est donc grande, comme en témoigne la multitude de tous les croyants, qui croient avec une foi et une simplicité adéquates, et n'ont pas besoin de beaucoup d'arguments, car elle est ouvertement manifeste pour tous ; tandis que de ce sens que nous avons appelé au-dessus de l'âme, pour ainsi dire, de l'Ecriture, l'Apôtre Paul nous en a donné de nombreux exemples dans la première Epître aux Corinthiens. Car nous trouvons l'expression : Tu ne muselleras pas la gueule du boeuf qui foule le grain. Et ensuite, lorsqu'il explique quel précepte doit être compris par là, il ajoute les mots Dieu prend-il soin des bœufs ? Ou bien dit-il tout simplement pour notre bien ? Pour notre bien, sans doute, il est écrit que celui qui laboure doit labourer dans l'espoir, et celui qui bat, dans l'espoir de participer. De très nombreux autres passages de cette nature, qui sont ainsi expliqués de la loi, apportent une information complète aux auditeurs.



XIII. Une interprétation spirituelle est maintenant de cette nature : lorsqu'on peut indiquer quelles sont les choses célestes dont elles servent de modèle et d'ombre, qui sont juives selon la chair, et de quelles choses futures la loi contient une ombre, et toutes autres expressions de ce genre que l'on peut trouver dans la sainte Écriture ; ou lorsqu'il s'agit d'un sujet d'enquête, quelle est cette sagesse cachée dans un mystère que Dieu a ordonné au monde pour notre gloire, et qu'aucun des princes de ce monde ne connaissait ; ou encore le sens du langage de l'apôtre, lorsqu'il dit, en employant certaines illustrations de l'Exode ou des Nombres : Ces choses leur sont arrivées dans une figure, et elles sont écrites sur notre compte, sur lequel la fin des âges est venue. Maintenant, il nous donne l'occasion de comprendre ce que ces choses qui leur sont arrivées étaient des figures, lorsqu'il ajoute : Et ils buvaient à ce rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était le Christ. Dans une autre épître, en parlant du tabernacle, il mentionne également la direction qui a été donnée à Moïse : Tu feras (toutes choses) selon le modèle qui t'a été montré dans la montagne. Et écrivant aux Galates, et réprimandant certains individus qui semblent eux-mêmes lire la loi, et pourtant sans la comprendre, à cause de leur ignorance du fait qu'un sens allégorique sous-tend ce qui est écrit, il leur dit sur un certain ton de réprimande : Dites-moi, vous qui désirez être sous la loi, n'entendez-vous pas la loi ? Car il est écrit qu'Abraham a eu deux fils, l'un par une servante, l'autre par une femme libre. Mais celui qui était de la servante est né selon la chair ; mais celui de la femme libre l'est par promesse. Ce qui est une allégorie, car ce sont là les deux alliances. Et c'est ici qu'il faut s'occuper de ce point, c'est-à-dire de la prudence avec laquelle l'apôtre emploie l'expression : "Vous qui êtes sous la loi, n'entendez-vous pas la loi ? N'entendez-vous pas, c'est-à-dire, ne comprenez-vous pas et ne savez-vous pas ? Dans l'Épître aux Colossiens, il résume et condense à nouveau brièvement le sens de toute la loi : Que personne ne vous juge donc en matière de viande, de boisson, de jours saints, de nouvelle lune ou de sabbat, qui sont l'ombre des choses à venir. Il écrit aussi aux Hébreux, et traite de ceux qui appartiennent à la circoncision, dit-il : Ceux qui servent à l'exemple et à l'ombre des choses célestes. Maintenant, peut-être que, grâce à ces illustrations, ceux qui considèrent les écrits de l'apôtre comme étant d'inspiration divine ne manqueront pas de s'amuser au sujet des cinq livres de Moïse. Et s'ils exigent, pour le reste de l'histoire, que les événements qui y sont contenus soient considérés comme étant survenus pour l'exemple de ceux dont ils sont écrits, nous avons observé que cela a également été dit dans l'Epître aux Romains, où l'apôtre ajoute un passage du troisième livre des Rois, disant : "Je me suis laissé sept mille hommes qui n'ont pas fléchi le genou devant Baal ; expression que Paul a comprise comme parlant au sens figuré de ceux qui sont appelés Israélites selon l'élection, afin de montrer que l'avènement du Christ n'avait pas seulement été avantageux pour les païens, mais que beaucoup même de la race d'Israël avait été appelée au salut.



XIV. Ceci étant l'état des choses, nous allons esquisser, comme à titre d'illustration et de modèle, ce qui peut nous arriver quant à la manière dont il faut comprendre la Sainte Ecriture sur ces différents points, en répétant en premier lieu, et en signalant ce fait, que l'Esprit Saint, par la providence et la volonté de Dieu, par la puissance de Sa Parole unique, qui était au commencement Dieu avec Dieu, a éclairé les ministres de la vérité, les prophètes et les apôtres, pour comprendre les mystères des choses ou des causes qui se passent parmi les hommes, ou par rapport aux hommes. Et par hommes, j'entends maintenant les âmes qui sont placées dans des corps, qui, en racontant ces mystères qui leur sont connus et révélés par le Christ, comme s'il s'agissait d'une sorte de transactions humaines, ou en donnant certaines observances et injonctions légales, les ont décrits au sens figuré ; non pas que quiconque veuille bien considérer ces expositions comme méritant d'être foulées aux pieds, mais que celui qui se consacre en toute chasteté, sobriété et vigilance à de telles études, puisse par ce moyen tracer le sens de l'Esprit de Dieu, qui est peut-être profondément enfoui, et le contexte, qui peut être à nouveau orienté dans une autre direction que celle qu'indiquerait l'usage ordinaire de la parole. Et de cette façon, il pourrait devenir un participant à la connaissance de l'Esprit, et un participant au conseil divin, parce que l'âme ne peut arriver à la perfection de la connaissance autrement que par l'inspiration de la vérité de la sagesse divine. C'est donc de Dieu, c'est-à-dire du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, que ces hommes, remplis de l'Esprit divin, traitent en premier lieu ; ensuite les mystères relatifs au Fils de Dieu - comment le Verbe s'est fait chair, et pourquoi il est descendu jusqu'à prendre la forme d'un serviteur - font l'objet, comme je l'ai dit, d'explications par les personnes qui sont remplies de l'Esprit divin. Il s'ensuit nécessairement qu'ils doivent instruire les mortels par l'enseignement divin, concernant les créatures rationnelles, tant celles du ciel que les plus heureuses de la terre ; et aussi (doivent expliquer) les différences entre les âmes, et l'origine de ces différences ; et ensuite doivent dire ce qu'est ce monde, et pourquoi il a été créé ; d'où aussi a jailli la grande et terrible méchanceté qui s'étend sur la terre. Et si cette méchanceté se trouve uniquement sur cette terre, ou en d'autres lieux, c'est un point qu'il nous fallait apprendre de l'enseignement divin. Comme l'intention du Saint-Esprit était donc d'éclairer sur ces sujets et sur d'autres sujets similaires, ces saintes âmes qui s'étaient consacrées au service de la vérité, cet objet a été gardé en vue, en second lieu, à savoir.., pour le bien de ceux qui ne pouvaient ou ne voulaient pas se donner à ce travail et à ce labeur par lesquels ils pourraient mériter d'être instruits ou de reconnaître des choses d'une telle valeur et importance, d'envelopper et de dissimuler, comme nous l'avons dit précédemment, dans un langage ordinaire, sous le couvert d'une histoire et d'un récit de choses visibles, des mystères cachés. On y introduit donc le récit de la création visible, de la création et de la formation du premier homme ; puis les descendants qui lui ont succédé, et certaines des actions qui ont été faites par le bien parmi sa postérité, sont relatés, et parfois aussi certains crimes, qui sont déclarés avoir été commis par eux comme étant humains ; et ensuite certains actes non chastes ou méchants sont également racontés comme étant les actes des méchants. La description des batailles, d'ailleurs, est donnée de manière merveilleuse, et l'alternance de vainqueurs et de vaincus, par laquelle certains mystères ineffables sont portés à la connaissance de ceux qui savent enquêter sur des déclarations de ce genre. Par une admirable discipline de sagesse, aussi, la loi de la vérité, même des prophètes, est implantée dans les Écritures de la loi, dont chacune est tissée par un art divin de la sagesse, comme une sorte de couverture et de voile des vérités spirituelles ; et c'est ce que nous avons appelé le corps de l'Écriture, afin que, de cette façon aussi, ce que nous avons appelé la couverture de la lettre, tissée par l'art de la sagesse, puisse être capable d'édifier et de profiter à beaucoup, quand d'autres n'en tireraient aucun bénéfice.



XV. Mais comme si, dans tous les cas de cette couverture (c'est-à-dire de cette histoire), le lien logique et l'ordre de la loi avaient été préservés, nous ne croirions certainement pas, en possédant ainsi le sens de l'Ecriture dans une série continue, que tout autre chose y soit contenu, sauf ce qui est indiqué en surface ; c'est pourquoi la sagesse divine a veillé à ce que certains écueils, ou interruptions, du sens historique aient lieu, par l'introduction au milieu (du récit) de certaines impossibilités et incongruités ; afin que l'interruption même du récit puisse, comme par l'interposition d'un verrou, constituer un obstacle pour le lecteur, lui permettant de refuser de reconnaître le chemin qui conduit au sens ordinaire ; et étant ainsi exclus et bannis, nous pourrions être rappelés au début d'un autre chemin, afin que, en entrant dans un sentier étroit, et en passant par une route plus élevée et plus sublime, il puisse ouvrir l'immense étendue de la sagesse divine. Mais nous ne devons pas oublier que l'objet principal de l'Esprit Saint est de préserver la cohérence de la signification spirituelle, soit dans les choses qui doivent être faites, soit dans celles qui ont déjà été faites, si quelque part Il trouve que les événements qui, selon l'histoire, ont eu lieu, peuvent être adaptés à une signification spirituelle, Il a composé une texture des deux sortes dans un style de narration, en cachant toujours plus profondément la signification cachée ; mais lorsque le récit historique ne pouvait pas être adapté à la cohérence spirituelle des événements, il insérait parfois certaines choses qui n'ont pas eu lieu ou ne pouvaient pas avoir lieu ; parfois aussi ce qui pouvait avoir lieu, mais ce qui n'a pas eu lieu : et Il le fait à un moment donné par quelques mots qui, pris dans leur sens corporel, semblent incapables de contenir la vérité, et à un autre moment par l'insertion de plusieurs. Et cela se produit fréquemment dans les parties législatives, où il y a beaucoup de choses manifestement utiles parmi les préceptes corporels, mais un très grand nombre aussi dans lesquelles aucun principe d'utilité n'est du tout discernable, et parfois même des choses qui sont jugées impossibles. Tout cela, comme nous l'avons dit, a été fait par l'Esprit Saint pour que, voyant que les événements qui se trouvent à la surface ne peuvent être ni vrais ni utiles, nous soyons conduits à rechercher la vérité qui est plus profondément cachée et à trouver un sens digne de Dieu dans les Écritures que nous croyons inspirées par Lui.



XVI. Ce n'est pas non plus seulement en ce qui concerne les Ecritures qui ont été composées jusqu'à l'avènement du Christ que le Saint-Esprit a agi ainsi ; mais comme étant un seul et même Esprit, et procédant d'un seul Dieu, il a agi de la même manière avec les évangélistes et les apôtres. Car même les récits qu'il leur a inspirés n'ont pas été composés sans l'aide de sa sagesse, dont nous avons expliqué la nature plus haut. C'est pourquoi, dans ces récits aussi, se mêlent des éléments qui, l'ordre historique du récit étant interrompu et fragmenté, l'attention du lecteur peut être rappelée, par l'impossibilité du cas, à un examen du sens intérieur. Mais, afin que notre sens puisse être déterminé par les faits eux-mêmes, examinons les passages de l'Écriture. Qui est là, priez, possédé de compréhension, qui considérera comme appropriée l'affirmation que le premier jour, et le deuxième, et le troisième, dans lequel aussi le soir et le matin sont mentionnés, ont existé sans soleil, et la lune, et les étoiles - le premier jour même sans ciel ? Et qui se trouve dans l'ignorance au point de supposer que Dieu, comme s'il avait été un cultivateur, a planté des arbres dans le paradis, en Éden vers l'est, et un arbre de vie en lui, c'est-à-dire un arbre de bois visible et palpable, de sorte que quiconque en mange avec les dents du corps devrait obtenir la vie, et, en mangeant à nouveau d'un autre arbre, devrait parvenir à la connaissance du bien et du mal ? Personne, je pense, ne peut douter que l'affirmation selon laquelle Dieu marchait dans l'après-midi au paradis, et qu'Adam était couché caché sous un arbre, est relatée figurativement dans l'Écriture, qu'elle peut avoir une signification mystique. Le départ de Caïn de la présence du Seigneur amènera manifestement un lecteur attentif à se demander quelle est la présence de Dieu, et comment quelqu'un peut en sortir. Mais pour ne pas étendre la tâche qui nous attend au-delà de ses limites, il est très facile pour quiconque veut bien rassembler dans l'Écriture Sainte ce qui est effectivement consigné comme ayant été fait, mais ce qui ne peut néanmoins pas être considéré comme ayant eu lieu de façon raisonnable et appropriée selon le récit historique. Le même style de récit biblique se retrouve abondamment dans les Évangiles, comme lorsque le diable aurait placé Jésus sur une haute montagne, afin de lui faire voir de là tous les royaumes du monde et la gloire de ceux-ci. Comment pourrait-il arriver, littéralement, que Jésus soit conduit par le diable sur une haute montagne, ou que ce dernier lui montre tous les royaumes du monde (comme s'ils se trouvaient sous ses yeux corporels, et adjacents à une montagne), c'est-à-dire les royaumes des Perses, des Scythes et des Indiens ? Ou comment pourrait-il montrer de quelle manière les rois de ces royaumes sont glorifiés par les hommes ? Et bien d'autres exemples similaires se retrouveront dans les Évangiles par quiconque les lira avec attention, et constatera que dans ces récits qui semblent être littéralement enregistrés, il y a des choses insérées et entrelacées qui ne peuvent être admises historiquement, mais qui peuvent être acceptées dans une signification spirituelle.



XVII. Dans les passages contenant les commandements, on trouve également des choses similaires. Car dans la loi, il est ordonné à Moïse de détruire tout mâle qui n'est pas circoncis le huitième jour, ce qui est extrêmement incongru ; car il faudrait, si l'on rapporte que la loi est exécutée selon l'histoire, ordonner de punir les parents qui ne circoncisent pas leurs enfants, et aussi ceux qui ont été les nourrices de petits enfants. La déclaration de l'Écriture est maintenant la suivante : "Le mâle non circoncis, c'est-à-dire qui n'aura pas été circoncis, sera retranché de son peuple. Et si nous devons nous enquérir des impossibilités de la loi, nous trouvons un animal appelé le bouc-tag, qui ne peut exister, mais dont Moïse ordonne la consommation, comme étant dans le nombre des bêtes propres ; et un griffon, dont personne ne se souvient ou n'a jamais entendu dire qu'il cédait au pouvoir humain, mais dont le législateur interdit l'utilisation pour la nourriture. Respectant la célèbre observance du sabbat, il parle aussi ainsi : Vous vous assiérez, chacun dans sa demeure ; personne ne bougera de sa place le jour du sabbat. Un précepte qu'il est impossible d'observer à la lettre, car nul ne peut s'asseoir toute une journée sans bouger de son lieu de résidence. En ce qui concerne chacun de ces points maintenant, ceux qui appartiennent à la circoncision, et tous ceux qui n'auraient pas plus de sens à trouver dans l'Écriture sacrée que ce qui est indiqué par la lettre, considèrent qu'il ne devrait pas y avoir d'enquête concernant le bouc-tag, et le griffon, et le vautour ; et ils inventent quelques contes vides et insignifiants sur le sabbat, tirés de certaines sources traditionnelles ou autres, en prétendant que la place de chacun lui est calculée à deux mille coudées près. D'autres, dont Dosithée le Samaritain, censurent effectivement les expositions de ce genre, mais ils établissent eux-mêmes quelque chose de plus ridicule, à savoir que chacun doit rester jusqu'au soir dans la posture, l'endroit ou la position dans laquelle il se trouve le jour du sabbat ; c'est-à-dire que s'il est assis, il doit rester assis toute la journée, ou s'il est couché, il doit être couché toute la journée. En outre, l'injonction qui court, "Ne porte aucune charge le jour du sabbat", me semble impossible. Car les médecins juifs, en conséquence de ces (prescriptions), se sont livrés, comme le dit le saint apôtre, à d'innombrables fables, disant que ce n'est pas un fardeau si un homme porte des chaussures sans clous, mais que c'est un fardeau si on porte des chaussures avec des clous ; et que si on le porte sur une épaule, ils le considèrent comme un fardeau, mais si sur les deux, ils déclarent qu'il n'en est pas un.



XVIII. Et maintenant, si nous instituons un examen similaire en ce qui concerne les Evangiles, comment apparaîtra-t-il autrement qu'absurde de prendre l'injonction à la lettre, Salute no man by the way ? Et pourtant, il y a de simples individus qui pensent que notre Sauveur a donné cet ordre à ses apôtres ! Comment, aussi, peut-il sembler possible qu'un tel ordre soit observé, surtout dans les pays où l'hiver est rigoureux, avec du gel et de la glace, à savoir qu'il ne faut posséder ni manteaux, ni chaussures ? Et que lorsqu'on est frappé sur la joue droite, on doit aussi présenter la gauche, puisque quiconque frappe de la main droite frappe la joue gauche ? Ce précepte, également dans les Évangiles, doit être comptabilisé parmi les impossibilités, à savoir que si l'œil droit vous offense, il doit être arraché ; car même si l'on supposait qu'il est question d'yeux corporels, comment conviendrait-il, lorsque les deux yeux ont la propriété de la vue, que la responsabilité de l'offense soit transférée à un seul œil, et que le droit ? Ou qui sera considéré comme exempt d'un crime de la plus grande ampleur, qui met la main sur lui-même ? Mais peut-être les épîtres de l'apôtre Paul sembleront-elles aller au-delà de cela. En effet, que veut-il dire lorsqu'il dit : "Quelqu'un est-il appelé à être circoncis ? Qu'il ne devienne pas incirconcis. Cette expression, en effet, ne semble pas, à première vue, être prononcée en référence au sujet dont il traitait à l'époque, car ce discours consistait en des injonctions relatives au mariage et à la chasteté ; et ces mots, par conséquent, auront l'apparence d'un ajout inutile à un tel sujet. Mais en second lieu, quelle objection y aurait-il si, pour éviter l'inconvenance de la circoncision, un homme pouvait se faire circoncire ? Et, en troisième lieu, c'est tout à fait impossible.

L'objet de toutes ces déclarations de notre part est de montrer que c'était le dessein du Saint-Esprit, qui a daigné nous accorder les Saintes Écritures, de montrer que nous ne devions pas être édifiés par la lettre seule, ou par tout ce qu'elle contient - ce qui nous paraît souvent impossible et incohérent ; car ainsi il n'en résulterait pas seulement des absurdités, mais des impossibilités ; mais que nous devons comprendre que certains événements se sont entrelacés dans cette histoire visible, qui, considérés et compris dans leur sens intérieur, donnent naissance à une loi avantageuse pour les hommes et digne de Dieu.



XIX. Que personne, cependant, n'entretienne le soupçon que nous ne croyons aucune histoire dans l'Écriture comme réelle, parce que nous soupçonnons que certains événements qui y sont liés n'ont pas eu lieu ; ou qu'aucun précepte de la loi ne doit être pris à la lettre, parce que nous considérons que certains d'entre eux, dans lesquels la nature ou la possibilité du cas l'exige, ne peuvent être observés ; ou que nous ne croyons pas que les prédictions écrites du Sauveur se soient réalisées d'une manière palpable pour les sens ; ou que ses commandements ne doivent pas être suivis littéralement. Nous devons donc répondre, puisque nous sommes manifestement d'avis, que la vérité de l'histoire peut et doit être préservée dans la plupart des cas. Car qui peut nier qu'Abraham a été enterré dans la double grotte d'Hébron, ainsi qu'Isaac et Jacob, et chacune de leurs épouses ? Ou qui doute que Sichem ait été donnée en partage à Joseph ? ou que Jérusalem soit la métropole de la Judée, sur laquelle le temple de Dieu a été construit par Salomon ? et d'innombrables autres déclarations. Car les passages qui tiennent bon dans leur acceptation historique sont beaucoup plus nombreux que ceux qui contiennent une signification purement spirituelle. Et puis, encore une fois, qui ne soutiendrait pas que le commandement d'honorer votre père et votre mère, pour qu'il vous convienne, se suffit à lui-même sans aucune signification spirituelle, et est nécessaire à ceux qui l'observent ? Surtout lorsque Paul a également confirmé ce commandement en le répétant dans les mêmes mots. Et que faut-il dire des interdictions : Tu ne commettras pas d'adultère, tu ne voleras pas, tu ne porteras pas de faux témoignage, et d'autres de même nature ? Et en ce qui concerne les préceptes prescrits dans les Evangiles, on peut sans doute considérer que nombre d'entre eux doivent être observés littéralement, comme par exemple lorsque le Seigneur dit : "Mais moi, je vous dis de ne pas jurer du tout", et lorsqu'il dit : "Quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son coeur", les exhortations que l'on trouve aussi dans les écrits de l'apôtre Paul : "Avertissez les indisciplinés, réconfortez les faibles d'esprit, soutenez les faibles, soyez patients envers tous les hommes, et bien d'autres encore. Et pourtant, je ne doute pas qu'un lecteur attentif hésitera, dans de nombreux cas, à savoir si telle ou telle histoire peut être considérée comme littéralement vraie ou non ; ou si tel ou tel précepte doit être observé selon la lettre ou non. C'est pourquoi de grandes peines et de grands efforts doivent être déployés, jusqu'à ce que chaque lecteur comprenne avec révérence qu'il s'agit de mots divins et non humains insérés dans les livres sacrés.



XX. La compréhension des Saintes Écritures, que nous considérons comme devant être maintenue de manière méritée et constante, est donc de la nature suivante. Une certaine nation est déclarée par les Saintes Écritures comme ayant été choisie par Dieu sur la terre, laquelle nation a reçu plusieurs noms : tantôt la totalité est appelée Israël, tantôt Jacob ; et elle a été divisée par Jéroboam fils de Nebat en deux parties ; et les dix tribus qui se sont formées sous lui ont été appelées Israël, tandis que les deux autres (avec lesquelles se sont unies la tribu de Lévi, et celle qui descend de la race royale de David) ont été nommées Juda. Or tout le pays possédé par cette nation, qu'elle avait reçu de Dieu, s'appelait Judée, dans laquelle se trouvait la métropole, Jérusalem ; et elle est appelée métropole, étant pour ainsi dire la mère de nombreuses villes, dont les noms sont fréquemment mentionnés ici et là dans les autres livres de l'Écriture, mais qui sont rassemblés en un seul catalogue dans le livre de Josué le fils de Nun.



XXI. Ceci étant l'état des choses, le saint apôtre, désireux d'élever dans une certaine mesure, et d'élever notre compréhension au-dessus de la terre, dit en un certain endroit : "Voici Israël selon la chair ; par là il veut certainement dire qu'il y a un autre Israël qui n'est pas selon la chair, mais selon l'Esprit. Et encore dans un autre passage, car ce ne sont pas tous les Israélites qui sont d'Israël.



XXII. Ayant donc appris par lui qu'il y a un Israël selon la chair et un autre selon l'Esprit, lorsque le Sauveur dit : Je ne suis pas envoyé mais aux brebis perdues de la maison d'Israël, nous ne comprenons pas ces paroles comme le font ceux qui savourent les choses terrestres, c'est-à-dire les Ebionites, qui tirent de leur nom même l'appellation de pauvre (car Ebion signifie pauvre en hébreu) ; mais nous comprenons qu'il existe une race d'âmes qui est appelée Israël, comme l'indique l'interprétation du nom lui-même : car Israël est interprété comme signifiant un esprit, ou un homme qui voit Dieu. L'apôtre, une fois encore, fait une révélation similaire concernant Jérusalem, en disant : "La Jérusalem d'en haut est libre, elle est notre mère à tous. Et dans une autre de ses épîtres, il dit : "La Jérusalem d'en haut est libre, elle est notre mère à tous : Mais vous êtes venus sur la montagne de Sion, dans la cité du Dieu vivant, dans la Jérusalem céleste, avec une multitude d'anges, et dans l'Église des premiers-nés qui est écrite dans le ciel. S'il y a donc en ce monde certaines âmes qui s'appellent Israël et une ville du ciel qui s'appelle Jérusalem, il s'ensuit que les villes qui sont dites appartenir à la nation d'Israël ont pour métropole la Jérusalem céleste ; et que, d'un commun accord, nous comprenons comme se référant à l'ensemble de Juda (dont nous pensons également que les prophètes ont parlé dans certains récits mystiques), toute prédiction faite soit au sujet de la Judée soit au sujet de Jérusalem, ou toute invasion de quelque nature que ce soit, que les histoires sacrées déclarent être arrivées à la Judée ou à Jérusalem. Tout ce qui est donc raconté ou prédit à propos de Jérusalem doit, si nous acceptons les paroles de Paul comme celles du Christ parlant en lui, être compris comme étant dit en conformité avec son opinion concernant cette ville qu'il appelle la Jérusalem céleste, et tous ces lieux ou villes qui sont dits être des villes de la terre sainte, dont Jérusalem est la métropole. Car nous devons supposer que c'est de ces villes mêmes que le Sauveur, voulant nous élever à un degré d'intelligence supérieur, promet à ceux qui ont bien géré l'argent qu'Il leur a confié, qu'ils auront le pouvoir sur dix ou cinq villes. Si donc les prophéties qui ont été données concernant la Judée, Jérusalem, Juda, Israël et Jacob, n'étant pas comprises par nous dans un sens charnel, signifient certains mystères divins, il s'ensuit certainement que les prophéties qui ont été données concernant l'Égypte ou les Égyptiens, ou la Babylone et les Babyloniens, et Sidon et les Sidoniens, ne doivent pas être comprises comme étant celles qui parlent de l'Égypte qui est située sur la terre, ou de la Babylone terrestre, de Tyr ou de Sidon. Les prédictions que le prophète Ézéchiel a faites au sujet de Pharaon, roi d'Égypte, ne peuvent pas non plus s'appliquer à tout homme qui semble avoir régné sur l'Égypte, comme le déclare la nature même du passage. De même, ce qui est dit du prince de Tyr ne peut être compris d'aucun homme ou roi de Tyr. Et comment pourrions-nous accepter, comme on le dit d'un homme, ce qui est relaté dans de nombreux passages de l'Écriture, et en particulier dans Ésaïe, concernant Nabuchodonosor ? Car ce n'est pas un homme dont on dit qu'il est tombé du ciel, ou qu'il était Lucifer, ou qu'il s'est levé le matin. Mais en ce qui concerne les prédictions que l'on trouve dans Ézéchiel au sujet de l'Égypte, telles que le fait qu'elle doit être détruite dans quarante ans, afin que le pied de l'homme n'y soit pas trouvé, et qu'elle subisse une telle dévastation, que dans tout le pays le sang des hommes s'élève jusqu'aux genoux, je ne sais pas si quelqu'un de sensé pourrait se référer à cette Égypte terrestre qui jouxte l'Éthiopie. Mais voyons si elle ne pourrait pas être comprise de manière plus appropriée de la manière suivante : à savoir.., de même qu'il y a une Jérusalem céleste et la Judée, et une nation qui l'habite sans aucun doute et qui est appelée Israël, de même il est possible qu'il y ait certaines localités proches de celles-ci qui peuvent sembler s'appeler soit Égypte, soit Babylone, soit Tyr, soit Sidon, et que les princes de ces lieux, et les âmes, s'il y en a, qui les habitent, soient appelés Égyptiens, Babyloniens, Tyriens et Sidoniens. De qui aussi, selon le mode de vie qu'ils y mènent, il semble résulter une sorte de captivité, à la suite de laquelle ils seraient tombés de Judée en Babylonie ou en Égypte, d'un état supérieur et meilleur, ou auraient été dispersés dans d'autres pays.



XXIII. Car, peut-être comme ceux qui, quittant ce monde en vertu de cette mort commune à tous, sont disposés, conformément à leurs actions et à leurs déserts - selon qu'ils en seront jugés dignes - les uns dans le lieu qu'on appelle l'enfer, les autres dans le sein d'Abraham, et dans différentes localités ou demeures ; de même aussi que de ces lieux, comme s'ils y mouraient, si l'on peut utiliser l'expression, ils descendent du monde supérieur vers cet enfer. Car cet enfer vers lequel les âmes des morts sont conduites depuis ce monde, est, je crois, à cause de cette distinction, appelé l'enfer inférieur par l'Écriture, comme il est dit dans le livre des Psaumes : Tu as délivré mon âme de l'enfer le plus bas. Chacun, par conséquent, de ceux qui descendent sur la terre est, selon ses déserts, ou selon la position qu'il y occupait, ordonné à naître en ce monde, dans un pays différent, ou parmi une nation différente, ou dans un mode de vie différent, ou entouré d'infirmités d'un genre différent, ou à descendre de parents religieux, ou de parents qui ne sont pas religieux ; de sorte qu'il peut arriver qu'un Israélite descende parmi les Scythes, et qu'un pauvre Égyptien soit amené en Judée. Et pourtant notre Sauveur est venu rassembler les brebis perdues de la maison d'Israël ; et comme beaucoup d'Israélites n'ont pas accepté son enseignement, ceux qui appartenaient aux païens ont été appelés. D'où il semblera que les prophéties qui sont délivrées aux différentes nations doivent plutôt se référer aux âmes, et à leurs différentes demeures célestes. En revanche, les récits des événements qui se seraient produits soit dans la nation d'Israël, soit à Jérusalem, soit en Judée, lorsqu'elle a été assaillie par telle ou telle nation, ne peuvent pas, dans de nombreux cas, être compris comme s'étant réellement produits, et sont bien plus appropriés aux nations d'âmes qui habitent ce ciel dont on dit qu'il a disparu, ou qui sont supposées en être les habitants, même maintenant.


Si quelqu'un nous demande maintenant de faire des déclarations claires et distinctes sur ces points de la Sainte Écriture, nous devons répondre que c'était le dessein du Saint-Esprit, dans les passages qui semblent relater l'histoire des événements, plutôt de couvrir et de dissimuler le sens : dans ces passages, par exemple où il est dit qu'ils descendent en Égypte, ou qu'ils sont emmenés en captivité à Babylone, ou encore que, dans ces mêmes pays, certains sont amenés à une humiliation excessive et sont placés sous l'esclavage de leurs maîtres ; tandis que d'autres, toujours dans ces mêmes pays de captivité, étaient tenus en honneur et en estime, de manière à occuper des positions de rang et de pouvoir, et étaient nommés au gouvernement des provinces - toutes choses qui, comme nous l'avons dit, sont gardées cachées et couvertes dans les récits de la sainte Écriture, parce que le royaume des cieux est comme un trésor caché dans un champ ; quand un homme le trouve, il le cache, et pour sa joie il s'en va vendre tout ce qu'il a, et achète ce champ. Par quelle similitude, examinons s'il ne faut pas souligner que le sol et la surface même, pour ainsi dire, de l'Écriture - c'est-à-dire le sens littéral - est le champ, rempli de plantes et de fleurs de toutes sortes ; tandis que ce sens spirituel plus profond et plus profond sont les trésors de sagesse et de connaissance très cachés que l'Esprit Saint, par Esaïe, appelle les trésors sombres et invisibles et cachés, pour la découverte desquels l'aide divine est requise : car seul Dieu peut faire éclater les portes d'airain qui les enferment et les dissimulent, et briser en morceaux les verrous et les leviers de fer qui empêchent l'accès à toutes ces choses qui sont écrites et dissimulées dans la Genèse concernant les différentes sortes d'âmes, et de ces semences et générations qui soit ont un lien étroit avec Israël, soit sont largement séparées de ses descendants ; ainsi que ce qu'est cette descente de soixante-dix âmes en Égypte, que soixante-dix âmes sont devenues dans ce pays comme les étoiles du ciel en multitude. Mais comme ils n'étaient pas tous la lumière de ce monde - car tous ceux qui sont d'Israël ne sont pas Israël - ils sont passés de soixante-dix âmes à un peuple important, et comme le sable au bord de la mer, ils sont innombrables.