HIPPOLYTE DE ROME

SUR LE CHRIST ET ANTI-CHRIST

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

Comme vous souhaitiez, mon cher frère Théophile, être bien informé sur les sujets que je vous ai présentés sommairement, j'ai pensé qu'il était juste de vous exposer clairement ces sujets d'enquête, en puisant largement dans les Saintes Écritures elles-mêmes comme dans une fontaine sainte, afin que vous puissiez non seulement avoir le plaisir de les entendre sur le témoignage des hommes, mais aussi être en mesure, en les examinant à la lumière de l'autorité (divine), de glorifier Dieu en tout. Car ce sera comme une provision sûre que nous vous avons fournie pour votre voyage dans la vie présente, afin qu'en appliquant des arguments faciles à des choses mal comprises et appréhendées par la plupart, vous puissiez les semer dans le sol de votre coeur, comme dans un sol riche et propre. Grâce à cela aussi, vous pourrez faire taire ceux qui s'opposent à la parole du salut et la contredisent. Veillez seulement à ne pas céder ces choses à des langues incrédules et blasphématoires, car ce n'est pas un danger commun. Mais transmettez-les à des hommes pieux et fidèles, qui désirent vivre saintement et justement dans la crainte. Car ce n'est pas pour rien que le bienheureux apôtre exhorte Timothée, et dit : "O Timothée, garde ce qui est confié à ta confiance, en évitant les bavardages profanes et vains, et les oppositions de la science faussement appelée ; que certains professant se sont trompés sur la foi. Et de nouveau, toi donc, mon fils, sois fort dans la grâce qui est dans le Christ Jésus. Et ce que tu as entendu de moi dans de nombreuses exhortations, confie-le à des hommes fidèles, qui pourront aussi l'enseigner aux autres. Si donc le bienheureux (l'apôtre) a délivré ces choses avec une pieuse prudence, qui pourrait être facilement connue de tous, puisqu'il a perçu dans l'esprit que tous les hommes n'ont pas la foi, 2 Thessaloniciens 3:2 combien plus grand sera notre danger, si, sans réfléchir et sans réfléchir, nous confions les révélations de Dieu à des hommes profanes et indignes ?


Car, de même que les prophètes bienheureux ont été faits, pour ainsi dire, yeux pour nous, ils ont pressenti par la foi les mystères de la parole, et ils en sont devenus les ministres aussi pour les générations suivantes, non seulement en rapportant le passé, mais aussi en m'annonçant le présent et l'avenir, afin que le prophète ne paraisse pas être un seul pour le moment, mais qu'il puisse aussi prédire l'avenir pour toutes les générations, et être ainsi considéré comme un (vrai) prophète. Car ces pères ont été pourvus de l'Esprit, et largement honorés par la Parole elle-même ; et tout comme il en est des instruments de musique, de même la Parole, comme le plectre, avait toujours été en union avec eux, et lorsqu'ils étaient mus par Lui, les prophètes annonçaient ce que Dieu voulait. Car ils ne parlaient pas de leur propre puissance (ne nous y trompons pas), et ils n'annonçaient pas non plus ce qui leur plaisait. Mais ils ont d'abord été dotés de sagesse par la Parole, puis ils ont été instruits à juste titre sur l'avenir au moyen de visions. Puis, une fois pleinement convaincus, ils ont dit ce que Dieu leur avait révélé, à eux seuls, et caché aux autres. Pour quelle raison le prophète devrait-il être appelé prophète, à moins qu'il n'ait prévu l'avenir en esprit ? Car si le prophète parlait d'un événement fortuit, il ne serait pas prophète en parlant de choses qui sont sous l'oeil de tous. Mais celui qui expose en détail des choses encore à venir, est à juste titre jugé comme un prophète. C'est pourquoi les prophètes ont été appelés à juste titre dès les premiers voyants. 1 Samuel 9:9 C'est pourquoi, nous aussi, qui sommes instruits à juste titre de ce qu'ils ont déclaré auparavant, nous ne parlons pas de notre propre chef. Car nous ne cherchons pas à changer d'une manière ou d'une autre entre nous les paroles qu'ils ont prononcées autrefois, mais nous rendons publiques les Écritures dans lesquelles elles sont écrites, et nous les lisons à ceux qui peuvent croire avec raison ; car c'est là un avantage commun pour les deux parties : pour celui qui parle, en gardant en mémoire et en exposant correctement les choses prononcées autrefois ; et pour celui qui entend, en prêtant attention aux choses dites. Puisque, en cela, il y a un travail commun aux deux parties, c'est-à-dire à celui qui parle, qu'il parle fidèlement sans prendre de risque, et à celui qui entend, qu'il écoute et reçoit dans la foi ce qui est dit, je vous prie de vous efforcer avec moi de prier Dieu.

Souhaitez-vous donc savoir de quelle manière la Parole de Dieu, qui était de nouveau le Fils de Dieu, comme il l'était autrefois, a communiqué ses révélations aux prophètes bénis dans les temps passés ? Eh bien, comme la Parole montre Sa compassion et Son refus de tout respect des personnes par tous les saints, Il les éclaire et les adapte à ce qui est avantageux pour nous, comme un médecin habile, comprenant la faiblesse des hommes. Et l'ignorant, il aime à enseigner, et l'égaré, il se tourne à nouveau vers sa propre voie. Et à ceux qui vivent par la foi, Il est facile à trouver ; et à ceux qui ont l'oeil pur et le coeur saint, qui désirent frapper à la porte, Il ouvre immédiatement. Car il ne rejette aucun de ses serviteurs comme étant indigne des mystères divins. Il n'estime pas le riche plus que le pauvre, et Il ne méprise pas le pauvre pour sa pauvreté. Il ne dédaigne pas le barbare, et Il ne met pas l'eunuque à l'écart comme personne. Il ne déteste pas la femme à cause de son acte de désobéissance au début, ni ne rejette le mâle à cause de la transgression de l'homme. Mais il cherche tout, et désire sauver tout le monde, désirant faire de tous les enfants de Dieu, et appelant tous les saints à un seul homme parfait. Car il y a aussi un Fils (ou Serviteur) de Dieu, par lequel nous aussi, recevant la régénération par le Saint-Esprit, désirons venir tous à un seul homme parfait et céleste.Ephésiens 4:13


Car, tandis que le Verbe de Dieu était sans chair, il a pris sur lui la sainte chair par la Sainte Vierge, et il s'est préparé une robe qu'il a tissée pour lui, comme un époux, dans les souffrances de la croix, afin qu'en unissant sa propre puissance à notre corps moral, et en mêlant l'incorruptible au corruptible, et le fort au faible, il sauve l'homme qui périt. Le faisceau de la toile, donc, est la transmission du Seigneur sur la croix, et la chaîne sur elle est la puissance du Saint-Esprit, et la trame est la chair sainte travaillée (tissée) par l'Esprit, et le fil est la grâce qui par l'amour du Christ lie et unit les deux en un, et les peignes ou (baguettes) sont la Parole ; et les ouvriers sont les patriarches et les prophètes qui tissent pour le Christ la tunique belle, longue et parfaite ; et la Parole qui passe à travers eux, comme les peignes ou (bâtons), complète par eux ce que son Père veut.

Mais comme le temps presse maintenant pour l'examen de la question immédiatement en main, et comme ce qui a déjà été dit dans l'introduction au sujet de la gloire de Dieu peut suffire, il convient de prendre en main les Saintes Ecritures elles-mêmes, et de découvrir à partir d'elles ce qu'est, et de quelle manière, la venue de l'Antéchrist ; à quelle occasion et à quel moment sera révélée cette supplication ; d'où et de quelle tribu je viens (il viendra) ; et quel est son nom, qui est indiqué par le nombre dans l'Ecriture ; et comment il commettra l'erreur parmi les peuples, les rassemblant des extrémités de la terre ; et (comment) il suscitera la tribulation et la persécution contre les saints ; et comment il se glorifiera lui-même comme Dieu ; et quelle sera sa fin ; et comment l'apparition soudaine du Seigneur sera révélée du ciel ; et quelle sera la conflagration du monde entier ; et quel sera le glorieux et céleste royaume des saints, quand ils règneront ensemble avec Christ ; et quel sera le châtiment des méchants par le feu.


De même que notre Seigneur Jésus-Christ, qui est aussi Dieu, a été prophétisé sous la forme d'un lion, à cause de sa royauté et de sa gloire, de même les Ecritures ont aussi parlé de l'Antéchrist comme d'un lion, à cause de sa tyrannie et de sa violence. Car le trompeur cherche à se comparer en toutes choses au Fils de Dieu. Le Christ est un lion, donc l'Antéchrist est aussi un lion ; le Christ est un roi, Jean 18:37 donc l'Antéchrist est aussi un roi. Le Sauveur s'est manifesté sous la forme d'un agneau ; Jean 1:29 donc lui aussi, de la même manière, apparaîtra sous la forme d'un agneau, bien qu'il soit un loup en son sein. Le Sauveur est venu au monde dans la circoncision, et il viendra de la même manière. Le Seigneur a envoyé des apôtres parmi toutes les nations, et il enverra de la même manière de faux apôtres. Le Sauveur a rassemblé les brebis qui étaient dispersées, et il rassemblera de la même manière un peuple dispersé. Le Seigneur a donné un sceau à ceux qui ont cru en Lui, et il en donnera un autre de la même manière. Le Sauveur est apparu sous la forme d'un homme, et il viendra lui aussi sous la forme d'un homme. Le Sauveur s'est élevé et a montré sa sainte chair comme un temple, Jean 2:19 et il élèvera un temple de pierre à Jérusalem. Et nous exposerons ses arts de séduction dans ce qui suit. Mais pour l'instant, passons à la question qui nous occupe.

Le bienheureux Jacob parle maintenant de l'effet suivant dans ses bénédictions, témoignant prophétiquement de notre Seigneur et Sauveur : Juda, que tes frères te louent ; ta main sera au cou de tes ennemis ; les enfants de ton père se prosterneront devant toi. Juda est un lionceau : dès le départ, mon fils, tu es monté ; il s'est baissé, il s'est couché comme un lion, comme un lionceau ; qui le réveillera ? Un chef ne s'éloignera pas de Juda, ni un dirigeant de ses cuisses, jusqu'à ce qu'il vienne, à qui il est réservé ; et il sera l'attente des nations. Il attachera son âne à la vigne, et son petit au sarment de la vigne ; il lavera son vêtement dans le vin, et ses vêtements dans le sang des raisins. Ses yeux seront éclatants comme le vin, et ses dents seront plus blanches que le lait.

Sachant donc, comme je le fais, expliquer ces choses en détail, j'estime qu'il est juste à présent de citer les mots eux-mêmes. Mais comme les expressions elles-mêmes nous incitent à en parler. Je n'omettrai pas de le faire. Car ce sont des choses vraiment divines et glorieuses, et des choses bien calculées pour le bien de l'âme. Le prophète, en utilisant l'expression, un lionceau, signifie celui qui a jailli de Juda et de David selon la chair, qui n'est pas vraiment de la semence de David, mais qui a été conçu par le (pouvoir du) Saint-Esprit, et est sorti de la sainte pousse de la terre. Car Esaïe dit : "Une verge sortira de la racine d'Isaï, et une fleur en sortira. Esaïe 11:1 Ce qu'Esaïe appelle une fleur, Jacob l'appelle un rameau. Car il a d'abord poussé, et ensuite il s'est épanoui dans le monde. Et l'expression "il s'est baissé, il a couché comme un lion", et "comme un lionceau" fait référence aux trois jours de sommeil (mort, couchage) du Christ ; comme le dit aussi Ésaïe : "Comment un Sion fidèle devient-il une prostituée ! Il était plein de jugement, dans lequel la justice s'est couchée, mais maintenant des meurtriers. Esaïe 1:21 Et David dit dans le même sens : Je me suis couché et je me suis endormi ; je me suis réveillé, car le Seigneur me soutiendra ; en ces termes, il indique le fait qu'il s'est endormi et qu'il s'est relevé. Et Jacob dit : Qui le réveillera ? Et c'est exactement ce que David et Paul évoquent tous deux, comme quand Paul dit, et Dieu le Père, qui l'a ressuscité des morts. Galates 1:1


Et en disant : Un chef ne s'éloignera pas de Juda, ni un dirigeant de ses cuisses, jusqu'à ce qu'il vienne, lui à qui cela est réservé ; et il sera l'attente des nations, il a renvoyé l'accomplissement (de cette prophétie) à Christ. Car c'est lui que nous attendons. Car nous l'attendons, (et) par la foi nous le voyons comme il vient du ciel avec puissance.

Attacher son âne à une vigne : cela signifie qu'il unit son peuple de la circoncision à sa propre vocation (vocation). Jean 15:1 et l'ânon de son âne au vase : cela désigne le peuple des Gentils, comme Il appelle la circoncision et l'incirconcision à une seule foi.

Il lavera son vêtement dans le vin, c'est-à-dire selon la voix de son Père qui est descendue par le Saint-Esprit au Jourdain. Et ses vêtements dans le sang du raisin. Dans le sang de quel raisin donc, mais seulement dans Sa propre chair, qui était suspendue à l'arbre comme une grappe de raisin... - De son côté coulaient aussi deux ruisseaux, de sang et d'eau, dans lesquels les nations sont lavées et purifiées, qu'Il est censé avoir comme un vêtement autour de Lui.

Ses yeux se réjouissent du vin. Et que sont les yeux du Christ sinon les prophètes bénis, qui ont prévu en Esprit et annoncé d'avance les souffrances qui allaient lui arriver, et qui se sont réjouis de le voir en puissance avec des yeux spirituels, étant meublés (pour leur vocation) par la parole elle-même et sa grâce ?


Et en disant : "Et ses dents seront plus blanches que le lait", il se référait aux commandements qui sortent de la bouche sainte du Christ, et qui sont purs (purifient) comme le lait.

C'est ainsi que les Ecritures ont prêché avant les temps de ce lion et de ce lionceau. Et de la même manière, nous trouvons également des écrits concernant l'Antéchrist. Car Moïse parle ainsi : Dan est un lionceau, et il sautera de Basan. Deutéronome 33:22 Mais afin que personne ne se trompe en supposant que cela est dit du Sauveur, qu'il s'occupe soigneusement de l'affaire. Dan, dit-il, est un lionceau ; et en nommant la tribu de Dan, il a clairement déclaré la tribu de laquelle l'Antéchrist est destiné à jaillir. Car de même que le Christ est issu de la tribu de Juda, de même l'Antéchrist doit être issu de la tribu de Dan. Et que le cas se présente ainsi, nous le voyons aussi dans les paroles de Jacob : Que Dan soit un serpent, couché sur le sol, mordant le talon du cheval. Genèse 49:17 Que signifie donc le serpent sinon l'Antéchrist, ce séducteur qui est mentionné dans la Genèse, Genèse 3:1 qui a trompé Eve et supplanté Adam (πτερνι'σας, le talon d'Adam meurtri) ? Mais puisqu'il est nécessaire de prouver cette affirmation par un témoignage suffisant, nous ne nous déroberons pas à la tâche.

Que c'est en réalité de la tribu de Dan, donc, que ce tyran et ce roi, ce juge redoutable, ce fils du diable, est destiné à jaillir et à se lever, le prophète témoigne quand il dit : Dan jugera son peuple, comme (il est) aussi une tribu en Israël. Genèse 49:16 Mais certains peuvent dire que cela se réfère à Samson, qui est né de la tribu de Dan, et qui a jugé le peuple pendant vingt ans. Eh bien, la prophétie a eu son accomplissement partiel en Samson, mais son accomplissement complet est réservé à l'Antéchrist. Car Jérémie parle aussi de cet effet : De Dan, nous devons entendre le son de la vitesse de ses chevaux : toute la terre tremble au son du hennissement, de la conduite de ses chevaux. Jérémie 8:16 Et un autre prophète dit : Il rassemblera toute sa force, depuis l'orient jusqu'à l'occident. Ceux qu'il appellera et ceux qu'il n'appellera pas iront avec lui. Il rendra la mer blanche avec les voiles de ses navires, et la plaine noire avec les boucliers de ses armes. Et quiconque s'opposera à lui dans la guerre tombera par l'épée. Que ces choses ne soient donc dites que par ce tyran, cet éhonté et cet adversaire de Dieu, nous le montrerons dans ce qui suit.


Mais Ésaïe parle aussi ainsi : Et quand le Seigneur aura accompli toute Son oeuvre sur la montagne de Sion et à Jérusalem, Il punira l'esprit fort, le roi d'Assyrie, et la grandeur (la hauteur) de la gloire de ses yeux. Car il a dit : "Par ma force, je le ferai, et par la sagesse de mon intelligence, j'ôterai les limites des peuples, et je les dépouillerai de leur force ; et je ferai trembler les villes habitées, et je rassemblerai le monde entier dans ma main comme un nid, et je le soulèverai comme les oeufs qui restent. Et personne n'échappera à moi, personne ne me contredira, personne n'ouvrira la bouche et ne bavardera. La hache se vantera-t-elle sans celui qui l'utilise ? Ou la scie s'agrandit-elle sans celui qui la secoue ? Comme si l'on devait lever une tige ou un bâton, et que le bâton s'élève de lui-même : et non ainsi. Mais l'Eternel enverra le déshonneur à votre honneur ; et dans votre gloire brûlera un feu ardent. Et la lumière d'Israël sera un feu, qui le sanctifiera par la flamme, et qui consumera la forêt comme l'herbe.

Et il dit encore dans un autre lieu : Comment l'exacteur a-t-il cessé, et comment l'oppresseur a-t-il cessé ! Dieu a brisé le joug des chefs des pécheurs, Lui qui a frappé le peuple dans sa colère, et d'un coup incurable : Celui qui frappe le peuple d'un coup incurable, qu'Il n'a pas épargné. Il a cessé (reposé) avec confiance : toute la terre crie de joie. Les arbres du Liban se sont réjouis pour toi, et le cèdre du Liban, (disant) : "Depuis que tu es couché, aucun abatteur n'est venu contre nous. L'enfer d'en bas est ému à ta rencontre : tous les puissants, les maîtres de la terre, sont réunis - les seigneurs de leurs trônes. Tous les rois des nations, tous ensemble, répondront et diront : Et toi aussi, tu es pris comme nous, et tu es compté parmi nous. Votre faste est descendu sur terre, votre grande joie : ils répandront la pourriture sous vous ; et le ver sera votre couverture. Comment es-tu tombé du ciel, ô Lucifer, fils du matin ! Il est descendu à terre, celui qui envoie à toutes les nations. Et tu as dit dans ton esprit : Je monterai au ciel, je placerai mon trône au-dessus des étoiles du ciel ; je m'assiérai sur les hautes montagnes, vers le nord : Je monterai au-dessus des nuages : Je serai semblable au Très-Haut. Mais maintenant, vous serez amenés en enfer et sur les fondements de la terre ! Ceux qui te verront s'émerveilleront devant toi, et diront : C'est lui qui a excité la terre, qui a fait trembler les rois, qui a fait du monde entier un désert, et qui a détruit les villes, qui n'a pas libéré les prisonniers. Tous les rois de la terre ont menti en honneur, chacun dans sa propre maison ; mais tu seras jeté sur les montagnes comme un cadavre répugnant, avec beaucoup de gens qui tombent, transpercés par l'épée et qui descendent au shéol. Comme un vêtement taché de sang n'est pas pur, ainsi vous ne serez pas agréables (ou propres) ; car vous avez détruit mon pays et tué mon peuple. Vous ne resterez pas éternellement une mauvaise graine. Prépare tes enfants au carnage, pour les péchés de ton père, afin qu'ils ne ressuscitent pas et ne possèdent pas mon pays. Esaïe 14:4-21


Ezéchiel parle de lui dans le même sens, donc : Ainsi parle le Seigneur Dieu : "Parce que ton cœur est élevé, et que tu as dit : Je suis Dieu, je suis assis sur le siège de Dieu, au milieu de la mer ; mais tu es un homme, et non pas Dieu, (bien que) tu aies mis ton cœur comme le cœur de Dieu. Es-tu plus sage que Daniel ? Les sages ne t'ont-ils pas instruit de leur sagesse ? Par ta sagesse ou par ton intelligence, as-tu obtenu de la puissance, et de l'or et de l'argent dans tes trésors ? Par ta grande sagesse et par ton trafic, as-tu augmenté ta puissance ? Ton coeur s'est élevé dans ta puissance. C'est pourquoi ainsi parle le Seigneur Dieu : Parce que tu as mis ton coeur comme le coeur de Dieu, voici que je vais faire venir sur toi des étrangers, des fléaux des nations ; ils tireront leurs épées contre toi et contre la beauté de ta sagesse, ils égaliseront ta beauté pour la détruire, ils te feront tomber, et tu mourras par la mort des blessés au milieu de la mer. Diras-tu encore devant ceux qui te tuent, que je suis Dieu ? Mais tu es un homme, et non Dieu, dans la main de ceux qui t'ont blessé. Tu mourras de la mort des incirconcis par la main des étrangers, car je l'ai dit, dit le Seigneur. Ezéchiel 28:2-10

Ces mots étant ainsi présentés, observons un peu plus en détail ce que Daniel dit dans ses visions. Car en distinguant les royaumes qui doivent s'élever après ces choses, il a aussi montré la venue de l'Antéchrist dans les derniers temps, et la consommation du monde entier. En exposant la vision de Nabuchodonosor, il parle donc ainsi : O roi, tu as vu, et voici une grande image qui se tient devant ta face, dont la tête est d'or fin, les bras et les épaules d'argent, le ventre et les cuisses d'airain, et les jambes de fer, (et) les pieds en partie de fer et en partie d'argile. Tu as donc vu qu'une pierre a été taillée sans les mains, et tu as frappé l'image sur les pieds qui étaient de fer et d'argile, et tu les as brisés jusqu'à la fin. Puis l'argile, le fer, l'airain, l'argent, (et) l'or furent brisés, et devinrent comme la balle de l'aire d'été ; et la force (du vent) les emporta, et il n'y eut plus de place pour eux. Et la pierre qui frappa l'image devint une grande montagne, et remplit toute la terre. Daniel 2:31-35


Maintenant, si nous mettons les visions de Daniel côte à côte avec cela, nous aurons une exposition à donner des deux ensemble, et nous montrerons (pourrons) combien elles sont concordantes l'une avec l'autre, et combien elles sont vraies. Car c'est ainsi qu'il parle : Moi, Daniel, j'ai vu, et voici que les quatre vents des cieux soufflaient sur la grande mer. Et quatre grands animaux sortirent de la mer, différents les uns des autres. Le premier était semblable à une lionne et avait des ailes comme un aigle. Je regardai jusqu'à ce qu'on lui arrache les ailes, et elle s'éleva de la terre, et se tint debout sur ses pieds comme un homme, et le coeur d'un homme lui fut donné. Et voici une seconde bête, semblable à un ours, qui se tenait debout sur une partie, et qui avait trois côtes dans la gueule. Et voici une bête semblable à un léopard, qui avait sur le dos quatre ailes de poule, et qui avait quatre têtes. Après cela, je regardai, et voici qu'il y avait une quatrième bête, terrible, épouvantable et extrêmement forte ; elle avait des dents de fer et des griffes d'airain, qui dévoraient et se brisaient en morceaux, et elle frappait le reste avec ses pattes ; elle était différente de toutes les bêtes qui l'avaient précédée, et elle avait dix cornes. Je considérai ses cornes, et voici qu'une autre petite corne s'éleva parmi elles, et devant elle il y avait trois des premières cornes arrachées par les racines ; et voici que dans cette corne il y avait des yeux comme des yeux d'homme, et une bouche qui disait de grandes choses. Daniel 7:2-8


Je regardai jusqu'à ce que les trônes fussent établis, et l'Ancien des jours s'assit ; et son vêtement était blanc comme neige, et les cheveux de sa tête comme de la pure laine : Son trône était une flamme de feu, Ses roues étaient un feu ardent. Un torrent de feu coulait devant lui. Des milliers de personnes le servaient, et dix mille fois dix mille se tenaient autour de lui : le jugement était prononcé, et les livres étaient ouverts. Je vis alors, à cause de la voix des grandes paroles que la corne prononçait, jusqu'à ce que la bête fût tuée et périsse, et que son corps fût livré à la flamme du feu. Et la domination des autres bêtes fut enlevée. Daniel 7:9-12

Je vis dans la vision nocturne, et voici qu'un homme semblable au Fils de l'homme arrivait avec les nuées du ciel, et qu'il s'approchait de l'Ancien des jours, et qu'il était amené devant Lui. Et il lui fut donné la domination, la gloire et le royaume ; et tous les peuples, les tribus et les langues le serviront : Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera point, et Son royaume ne sera point détruit. Daniel 7:13-14


Comme ces choses, dites avec un sens mystique, peuvent sembler difficiles à comprendre pour certains, nous ne retiendrons rien de ce qui peut en donner une compréhension intelligente à ceux qui sont sains d'esprit. Il dit donc qu'une lionne sortit de la mer, et par là il voulait dire le royaume des Babyloniens dans le monde, qui était aussi la tête d'or sur l'image. En disant qu'elle avait des ailes comme un aigle, il voulait dire que le roi Nabuchodonosor s'était élevé et s'était élevé contre Dieu. Puis il dit : ses ailes ont été arrachées, c'est-à-dire que sa gloire a été détruite, car il a été chassé de son royaume. Et ces paroles, le cœur d'un homme lui fut donné, et il fut mis debout sur ses pieds comme un homme, font référence au fait qu'il s'est repenti et s'est reconnu comme n'étant qu'un homme, et qu'il a donné la gloire à Dieu.

Puis, après la lionne, il voit une deuxième bête comme un ours, et cela désignait les Perses. Car, après les Babyloniens, les Perses détenaient le pouvoir souverain. Et en sauvant qu'il y ait trois côtes dans sa bouche, il désigna trois nations, à savoir les Perses, les Mèdes et les Babyloniens, qui étaient aussi représentés sur l'image par l'argent après l'or. Puis (il y avait) la troisième bête, un léopard, ce qui signifiait les Grecs. Car après les Perses, Alexandre de Macédoine a obtenu le pouvoir souverain en subvertissant Darius, comme le montre également l'airain sur l'image. Et en disant qu'il avait quatre ailes de poule, il nous a appris de la manière la plus claire comment le royaume d'Alexandre a été divisé. En effet, en parlant de quatre têtes, il a fait mention de quatre rois, à savoir ceux qui sont sortis de ce (royaume). En effet, Alexandre, en mourant, a divisé son royaume en quatre parties.


Puis il dit : Une quatrième bête, terrible et épouvantable ; elle avait des dents de fer et des griffes d'airain. Et qui sont-ils, sinon les Romains ? Ce que l'on entend par le fer - le royaume qui est maintenant établi ; car les pattes de cette (image) étaient de fer. Et après cela, que reste-t-il, bien-aimés, sinon les orteils des pieds de l'image, dans lesquels une partie est en fer et une autre en argile, mélangées ensemble ? Et mystiquement, par les orteils des pieds, il voulait dire les rois qui doivent s'élever du milieu d'eux. Comme le dit Daniel, je considérais la bête, et voici qu'il y avait dix cornes derrière elle, parmi lesquelles s'élèvera une autre (corne), un rejeton, et qui arrachera par les racines les trois (qui étaient) avant elle. Et sous cela était signifié nul autre que l'Antéchrist, qui est aussi lui-même pour élever le royaume des Juifs. Il dit que trois cornes sont arrachées par la racine par lui, à savoir les trois rois d'Egypte, et la Libye, et l'Ethiopie, qu'il coupe dans le champ de bataille. Et lui, après avoir acquis un terrible pouvoir sur tous, étant néanmoins un tyran, il suscitera des tribulations et des persécutions contre les hommes, s'exaltant contre eux. Car Daniel dit : "J'ai considéré la corne, et voici que cette corne a fait la guerre aux saints, et qu'elle a prévalu contre eux, jusqu'à ce que la bête soit tuée et périsse, et que son corps soit livré au feu.

Après un peu de temps, la pierre Daniel 2:34, 45 viendra des cieux ; elle frappera l'image et la brisera, elle renversera tous les royaumes, et elle donnera le royaume aux saints du Très-Haut. C'est la pierre qui devient une grande montagne, et qui remplit toute la terre, dont Daniel dit : J'ai eu des visions nocturnes, et voici qu'un homme semblable au Fils de l'homme est venu avec les nuées du ciel, il est venu vers l'Ancien des jours, et il a été amené devant Lui. Et il lui fut donné une domination, une gloire et un royaume ; et tous les peuples, tribus et langues le serviront. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et son royaume ne sera pas détruit. Daniel 7:13-14 Il a montré toute la puissance donnée par le Père au Fils, Matthieu 28:18 qui est ordonné Seigneur des choses du ciel, des choses de la terre et des choses sous la terre, et Juge de tout : Philippiens 2 : 10 des choses qui sont dans les cieux, parce qu'Il est né, la Parole de Dieu, avant tous les siècles ; et des choses qui sont sur la terre, parce qu'Il s'est fait homme au milieu des hommes, pour recréer notre Adam par Lui-même ; et des choses qui sont sous la terre, parce qu'Il a été aussi compté parmi les morts, prêchant l'Evangile aux âmes des saints,1 Pierre 3:19 (et) en vainquant la mort par la mort.


Comme ces choses sont donc dans le futur, et comme les dix orteils de l'image sont équivalents à (tant de) démocraties, et que les dix cornes de la quatrième bête sont réparties sur dix royaumes, examinons le sujet d'un peu plus près, et considérons ces questions comme à la lumière claire d'une enquête personnelle.

La tête d'or de l'image et la lionne désignaient les Babyloniens ; les épaules et les bras d'argent, et l'ours, représentaient les Perses et les Mèdes ; le ventre et les cuisses d'airain, et le léopard, signifiaient les Grecs, qui détenaient la souveraineté depuis l'époque d'Alexandre ; les jambes de fer, et la bête terrible et effrayante, exprimaient les Romains, qui détiennent la souveraineté actuellement ; les orteils des pieds, en partie argile et en partie fer, et les dix cornes, étaient les emblèmes des royaumes qui doivent encore s'élever ; l'autre petite corne qui grandit parmi eux signifiait l'Antéchrist au milieu d'eux ; la pierre qui frappe la terre et apporte le jugement sur le monde était le Christ.

Ces choses, bien-aimés, nous vous les communiquons avec crainte, et pourtant avec empressement, à cause de l'amour du Christ, qui surpasse tout. Car si les prophètes bienheureux qui nous ont précédés n'ont pas choisi de proclamer ces choses, bien qu'ils les aient connues, ouvertement et hardiment, de peur qu'elles ne troublent l'âme des hommes, mais ils les ont racontées mystiquement en paraboles et en paroles obscures, en disant ainsi : Voici l'esprit qui a de la sagesse, Apocalypse 17:9, combien plus grand sera le risque que nous courons en nous aventurant à déclarer ouvertement des choses qu'ils ont dites en termes obscurs ! Voyons donc ce qui arrivera à cette prostituée impure dans les derniers jours, et (considérons) quelle tribulation est destinée à la visiter dans la colère de Dieu avant le jugement, comme une cause sérieuse de son malheur.

Viens donc, ô Ésaïe béni ! Lève-toi, dis-nous clairement ce que tu as prophétisé au sujet de la puissante Babylone. Car tu as parlé de Jérusalem, et ta parole s'est accomplie. Car tu as parlé ouvertement et avec assurance : Ton pays est dévasté, tes villes sont brûlées par le feu ; ton pays, des étrangers le dévorent en ta présence, et il est déserté comme renversé par beaucoup d'étrangers. La fille de Sion sera laissée comme une maison de campagne dans une vigne, et comme une loge dans un jardin de concombres, comme une ville assiégée. Ésaïe 1:7-8 Et alors ? Ces choses n'arrivent-elles pas ? Les choses que tu as annoncées ne s'accomplissent-elles pas ? Leur pays, la Judée, n'est-il pas déserté ? Le lieu saint n'est-il pas brûlé par le feu ? Leurs murs ne sont-ils pas abattus ? Leurs villes ne sont-elles pas détruites ? Leur terre, les étrangers ne la dévorent-ils pas ? Les Romains ne dirigent-ils pas le pays ? En effet, ce peuple impie vous a haïs, il vous a vus en morceaux, et il a crucifié le Christ. Vous êtes morts dans le monde, mais vous vivez dans le Christ.

Lequel d'entre vous donc dois-je estimer plus que vous ? Pourtant, Jérémie aussi est lapidé. Mais si j'estime Jérémie, Daniel a lui aussi son témoignage. Daniel, je te recommande avant tout ; mais Jean aussi ne donne pas de faux témoignage. De combien de bouches et de langues je te louerais, ou plutôt de la Parole qui a parlé en toi ! Vous êtes morts avec Christ, et vous vivrez avec Christ. Écoutez et réjouissez-vous ; voici que les choses annoncées par vous se sont accomplies en leur temps. Car vous avez vu ces choses vous-mêmes d'abord, et vous les avez proclamées ensuite à toutes les générations. Vous avez servi les oracles de Dieu à toutes les générations. Vous avez été appelés prophètes, afin de pouvoir sauver tous les hommes. Car on est vraiment prophète quand, après avoir annoncé avant le temps les choses qui vont arriver, on peut ensuite montrer qu'elles sont réellement arrivées. Vous étiez les disciples d'un bon maître. Je vous adresse ces paroles comme si elles étaient vivantes, et avec justesse. Car vous tenez déjà la couronne de vie et d'immortalité qui est dressée pour vous dans le ciel. 2 Timothée 4:8


Parle-moi, ô Daniel bienheureux. Donne-moi une pleine assurance, je t'en supplie. Tu prophétises sur la lionne de Babylone ; Daniel 7:4 car tu y étais captif. Tu as dévoilé l'avenir au sujet de l'ours, car tu étais encore dans le monde, et tu as vu les choses s'accomplir. Alors tu me parles du léopard ; et d'où peux-tu savoir cela, car tu es déjà parti pour ton repos ? Qui t'a ordonné d'annoncer ces choses, sinon Celui qui t'a formé dans le ventre de ta mère ? Jérémie 1:5 C'est Dieu, dis-tu. Vous avez parlé en vérité, et cela n'est pas faux. Le léopard est apparu, le bouc est venu, il a frappé le bélier, il a brisé ses cornes en morceaux, il l'a piétiné. Il a été exalté par sa chute ; (les) quatre cornes sont montées de dessous celui-là.Daniel 8:2-8 Réjouis-toi, bienheureux Daniel ! Tu n'as pas été dans l'erreur : toutes ces choses sont arrivées.

Après cela, tu m'as encore parlé de la bête terrible et effrayante. Elle avait des dents de fer et des griffes d'airain : elle dévorait et se brisait en morceaux, et elle estampait le résidu avec ses pattes. Daniel 7:6 Déjà le fer règne ; déjà il soumet et brise tout en morceaux ; déjà il soumet tous les récalcitrants ; déjà nous voyons ces choses nous-mêmes. Maintenant, nous glorifions Dieu, étant instruits par toi.

Mais comme la tâche qui nous attendait consistait à parler de la prostituée, sois avec nous, ô bienheureux Esaïe. Marquons ce que tu dis de Babylone. Descends, assieds-toi à terre, vierge fille de Babylone ; assieds-toi, fille des Chaldéens ; on ne te traitera plus de tendre et de délicate. Prends la meule, broie de la farine, écarte ton voile, rase les cheveux gris, dénude les jambes, passe sur les rivières. Ta honte sera mise à nu, ton opprobre sera visible : Je te rendrai justice, je ne te livrerai plus aux hommes. Quant à votre Rédempteur, (il est) le Seigneur des armées, le Saint d'Israël est son nom. Assieds-toi en compagnonnage, entre dans les ténèbres, ô fille des Chaldéens : on ne t'appellera plus la force du royaume.


J'étais en colère contre mon peuple ; j'ai souillé mon héritage, je l'ai livré entre tes mains ; et tu ne leur as montré aucune pitié ; mais sur les anciens (les anciens) tu as très lourdement pesé ton joug. Et tu as dit : "Je serai une princesse pour toujours". Tu n'as pas mis ces choses dans ton coeur, ni ne t'es souvenu de ta fin dernière. Ecoute donc maintenant ceci, toi qui es délicate, qui es assise, qui est confiante, qui dit en ton coeur : je suis, et il n'y en a pas d'autre ; je ne m'assiérai pas comme une veuve, et je ne connaîtrai pas la perte des enfants. Mais maintenant, ces deux choses t'arriveront en un jour, le veuvage et la perte des enfants : elles t'arriveront soudainement dans ta sorcellerie, dans la force de tes enchantements, puissamment, dans l'espoir de ta fornication. Car tu as dit : je suis, et il n'y en a pas d'autre. Et ta fornication sera ta honte, parce que tu as dit en ton coeur : Je suis. Et la destruction viendra sur toi, et tu ne le sauras pas. Il y aura une fosse, et tu t'y rempliras ; la misère tombera sur toi, et tu ne pourras pas te purifier ; la ruine viendra sur toi, et tu ne le sauras pas. Reste avec tes enchantements, et avec la multitude de tes sortilèges, que tu as appris dès ta jeunesse ; s'il en est ainsi, tu pourras en tirer profit. Vous êtes las de vos conseils. Que les astrologues des cieux se lèvent et vous sauvent, que les astrologues vous annoncent ce qui vous attend. Voici qu'ils seront tous comme des bâtons pour le feu ; ils seront brûlés, et ils ne délivreront pas leur âme de la flamme. Parce que vous avez des charbons ardents, asseyez-vous dessus ; ainsi en sera-t-il pour votre secours. Tu es fatigué par les changements de ta jeunesse. L'homme s'est égaré (chacun) de lui-même ; et il n'y aura pas de salut pour vous. Esaïe 47:1-15 Voici ce qu'Esaïe prophétise pour vous. Voyons maintenant si Jean a parlé dans le même sens.


Car il voit, lorsqu'il est dans l'île de Patmos, une révélation de mystères terribles, qu'il raconte librement, et qu'il fait connaître aux autres. Dis-moi, bienheureux Jean, apôtre et disciple du Seigneur, qu'as-tu vu et entendu au sujet de Babylone ? Lève-toi, et parle, car elle t'a aussi envoyé au bannissement. Et l'un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m'adressa la parole, en me disant : Viens ici, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux, avec laquelle les rois de la terre se sont livrés à l'impudicité, et les habitants de la terre se sont enivrés du vin de son impudicité. Et il me transporta en esprit dans le désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes. Et la femme était vêtue de pourpre et d'écarlate, et parée d'or, de pierres précieuses et de perles ; elle tenait à la main une coupe d'or, pleine des abominations et des souillures de la fornication de la terre. Sur son front était écrit un nom, Mystère, Babylone la Grande, la Mère des prostituées et des abominations de la terre.

Et je vis la femme ivre du sang des saints et du sang des martyrs de Jésus ; et quand je la vis, je fus saisi d'une grande admiration. Et l'ange me dit : "Pourquoi t'étonnes-tu ? Je vais te dire le mystère de la femme et de la bête qui la porte, qui a les sept têtes et les dix cornes. La bête que tu as vue était, et n'est plus ; elle montera de l'abîme, et ira en perdition ; et les habitants de la terre s'étonneront (dont le nom n'a pas été écrit dans le livre de vie dès la fondation du monde) en voyant la bête qui était, et n'est plus, et qui sera encore.


Et voici l'esprit qui a de la sagesse. Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme est assise. Et il y a sept rois : cinq sont tombés, et l'un est, et l'autre n'est pas encore venu ; et quand il sera venu, il devra continuer un court espace. Et la bête qui était et qui n'est plus, (c'est même la huitième,) et qui est des sept, et qui va en perdition. Et les dix cornes que tu as vues sont dix rois, qui n'ont pas encore reçu de royaume, mais qui reçoivent une puissance de rois une heure avec la bête. Ils n'ont qu'un seul esprit, et ils donneront leur puissance et leur force à la bête. Ils feront la guerre à l'Agneau, et l'Agneau les vaincra ; car il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois ; et ceux qui sont avec lui sont appelés, choisis et fidèles.

Et il me dit : Les eaux que tu as vues, où se trouve la prostituée, sont des peuples, des foules, des nations et des langues. Et les dix cornes que tu as vues, et la bête, ceux-là haïront la prostituée, la rendront désolée et nue, mangeront ses chairs, et la brûleront par le feu. Car Dieu a mis dans leur coeur d'accomplir sa volonté, et d'acquiescer, et de donner leur royaume à la bête, jusqu'à ce que les paroles de Dieu s'accomplissent. Et la femme que tu as vue, c'est cette grande ville qui règne sur les rois de la terre.


Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange, qui avait une grande puissance ; et la terre fut éclairée de sa gloire. Et il cria d'une voix forte, disant : Babylone la grande est tombée, elle est tombée, et elle est devenue une habitation de démons, et la prise de tout esprit impur, et une cage de tout oiseau impur et odieux. Car toutes les nations ont bu du vin de la colère de son impudicité, les rois de la terre se sont livrés avec elle à l'impudicité, et les marchands de la terre se sont enrichis par l'abondance de ses délices. Et j'entendis du ciel une autre voix qui disait : Sortez du milieu d'elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés et que vous ne receviez point de ses fléaux ; car ses péchés se sont attachés jusqu'au ciel, et Dieu s'est souvenu de ses iniquités.


Récompensez-la comme elle a récompensé (vous), et doublez-lui selon ses oeuvres ; dans la coupe qu'elle a remplie, remplissez-la jusqu'à son double. Combien elle s'est glorifiée et a vécu délicieusement, tant de tourments et de douleurs lui donnent. Car elle dit en son coeur : Je suis assise en reine, je ne suis pas veuve, et je ne verrai pas de douleur. C'est pourquoi, en un jour, ses fléaux arriveront, la mort, le deuil et la famine, et elle sera consumée par le feu, car le Seigneur Dieu qui la juge est puissant. Et les rois de la terre, qui se sont livrés à l'impudicité et ont vécu délicieusement avec elle, la pleureront et se lamenteront à son sujet, quand ils verront la fumée de son embrasement, se tenant à distance par crainte de son tourment, en disant : Hélas, hélas ! Cette grande ville, Babylone, cette ville puissante ! Car en une heure est venu ton jugement. Et les marchands de la terre pleureront et se lamenteront sur elle, car plus personne n'achètera leurs marchandises. Les marchandises d'or, d'argent, de pierres précieuses, de perles, de fin lin, de pourpre, de soie, d'écarlate, et de tout bois de thym, et tous les objets d'ivoire, et tous les objets de bois très précieux, et d'airain, et le fer, et le marbre, et la cannelle, et les épices, et les odeurs, et les pommades, et l'encens, et le vin, et l'huile, et la farine fine, et le blé, et les bêtes, et les moutons, et les chèvres, et les chevaux, et les chars, et les esclaves (corps), et les âmes des hommes. Les fruits que votre âme désirait s'éloignent de vous, et tout ce qui était délicat et bon a péri, et vous ne les trouverez plus du tout. Les marchands de ces choses, qu'elle a enrichies, se tiendront à distance, par crainte de son tourment, en pleurant et en gémissant, et en disant : Hélas, hélas ! Cette grande ville, qui était vêtue de lin fin, de pourpre et d'écarlate, et parée d'or, de pierres précieuses et de perles ! Car en une heure, ces grandes richesses ont été réduites à néant. Et tous les capitaines, toute la compagnie des navires, les marins, et tous ceux qui faisaient du commerce par mer, se tenaient au loin, et s'écriaient, en voyant la fumée de son embrasement : "Quelle est la ville qui ressemble à cette grande ville ? Et ils jetaient de la poussière sur leurs têtes, et s'écriaient, en pleurant et en gémissant, en disant : Hélas, hélas ! Cette grande ville, où se sont enrichis tous ceux qui avaient des navires sur la mer à cause de sa graisse ! car en une heure elle est devenue une ruine.


Réjouis-toi pour elle, toi, le ciel, et toi, les anges, les apôtres et les prophètes, car Dieu t'a vengé d'elle. Et un ange puissant prit une pierre semblable à une grande meule de moulin, et la jeta dans la mer, en disant : C'est avec violence que la grande ville Babylone sera renversée, et elle ne sera plus trouvée. On n'entendra plus chez toi la voix des joueurs de harpe et des musiciens, des joueurs de cornemuse et des trompettistes ; on ne trouvera plus chez toi aucun artisan, quel que soit son métier ; on n'entendra plus chez toi le bruit d'une meule de moulin ; la lumière d'une bougie ne brillera plus chez toi ; on n'entendra plus chez toi la voix de l'époux et de l'épouse : car tes marchands étaient les grands hommes de la terre ; car toutes les nations ont été séduites par tes sortilèges. Et en elle a été trouvé le sang des prophètes et des saints, et de tous ceux qui ont été tués sur la terre. Apocalypse 17, Apocalypse 18

En ce qui concerne donc le jugement particulier sur les tourments qui doivent lui être infligés dans les derniers temps par la main des tyrans qui se lèveront alors, la déclaration la plus claire a été faite dans ces passages. Mais il nous appartient d'examiner et d'exposer avec plus de diligence la période à laquelle ces choses se produiront, et comment la petite corne naîtra au milieu d'eux. Car lorsque les jambes de fer auront sorti dans les pieds et les orteils, selon la similitude de l'image et celle de la bête terrible, comme cela a été montré ci-dessus, (alors sera le moment) où le fer et l'argile seront mêlés ensemble. Daniel va maintenant nous exposer ce sujet. Car il dit : "Une semaine fera alliance avec plusieurs, et au milieu de cette semaine, mon sacrifice et mon offrande cesseront. Daniel 9:27 Par une semaine, il entend donc la dernière semaine qui doit être la fin du monde entier, semaine dont les deux prophètes Hénoc et Élie prendront la moitié. Car ils prêcheront pendant 1 260 jours, revêtus de sacs, proclamant la repentance aux peuples et à toutes les nations.


Car deux avènements de notre Seigneur et Sauveur sont indiqués dans les Ecritures, l'un étant Son premier avènement dans la chair, qui a eu lieu sans honneur en raison de Son anéantissement, comme Esaïe en a parlé précédemment en disant : "Nous l'avons vu, et Il n'avait ni forme ni beauté, mais Sa forme était méprisée (et) rejetée (littéralement = déficiente) par-dessus tous les hommes ; un homme frappé et familier de l'infirmité qu'il porte (car Sa face était détournée) ; Il était méprisé et n'était pas estimé. Esaïe 53:2-5 Mais son second avènement est annoncé comme glorieux, quand il viendra du ciel avec l'armée des anges, et la gloire de son Père, comme dit le prophète : Vous verrez le Roi dans la gloire ; Esaïe 33:17 et, j'ai vu quelqu'un comme le Fils de l'homme venant avec les nuées du ciel ; et il est venu à l'Ancien des jours, et il a été amené à lui. Et il lui fut donné la domination, l'honneur, la gloire et le royaume ; toutes les tribus et toutes les langues le serviront : Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera point. C'est ainsi que deux précurseurs ont été indiqués. Le premier était Jean, fils de Zacharie, qui est apparu en toutes choses comme un précurseur et un héraut de notre Sauveur, prêchant la lumière céleste qui était apparue dans le monde. Il a d'abord accompli le parcours de précurseur, et cela dès le sein de sa mère, en étant conçu par Élisabeth, afin qu'à ceux qui sont aussi des enfants du sein de leur mère, il puisse déclarer la nouvelle naissance qui devait avoir lieu pour eux par le Saint-Esprit et la Vierge.


En entendant la salutation adressée à Élisabeth, il bondit de joie dans le ventre de sa mère, reconnaissant Dieu le Verbe conçu dans le sein de la Vierge. Il s'avança ensuite en prêchant dans le désert, proclamant le baptême de repentance au peuple, (et ainsi) annonçant prophétiquement le salut aux nations vivant dans le désert du monde. Après cela, au Jourdain, voyant le Sauveur de son propre œil, il le désigne, et dit : Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ! Il a également prêché pour la première fois à ceux du Hadès, devenant un précurseur là-bas lorsqu'il a été mis à mort par Hérode, afin que là aussi il puisse pressentir que le Sauveur descendait pour racheter les âmes des saints de la main de la mort.


Mais comme le Sauveur était le commencement de la résurrection de tous les hommes, il était juste que seul le Seigneur ressuscite d'entre les morts, par qui aussi le jugement doit entrer pour le monde entier, afin que ceux qui ont lutté dignement soient aussi dignement couronnés par Lui, par l'illustre Arbitre, c'est-à-dire celui qui, le premier, a accompli le parcours, a été reçu dans les cieux, a été déposé à la droite de Dieu le Père, et doit être manifesté de nouveau à la fin du monde comme Juge. Il va de soi que ses précurseurs doivent apparaître en premier, comme il le dit par Malachie et l'ange : "Je vous enverrai Élie, le Tishbite, avant que n'arrive le jour du Seigneur, le grand et notable jour ; et il tournera les cœurs des pères vers les enfants, et les désobéissants vers la sagesse des justes, de peur que je ne vienne frapper la terre par interdit. Ceux-ci viendront donc annoncer la manifestation du Christ qui doit venir du ciel ; ils accompliront aussi des signes et des prodiges, afin que les hommes soient confondus et repentis de leur méchanceté et de leur impiété.


Car Jean dit : Je donnerai pouvoir à mes deux témoins, et ils prophétiseront pendant mille deux cent soixante jours, revêtus de sacs. C'est la moitié de la semaine dont Daniel a parlé. Ce sont les deux oliviers et les deux chandeliers qui se tiennent devant le Seigneur de la terre. Si quelqu'un leur fait du mal, du feu sortira de leur bouche et dévorera leurs ennemis ; et si quelqu'un leur fait du mal, il faut qu'il soit tué de cette manière. Ils ont le pouvoir de fermer le ciel, afin qu'il ne pleuve pas aux jours de leur prophétie ; ils ont le pouvoir de changer les eaux en sang, et de frapper la terre de toutes sortes de fléaux, aussi souvent qu'ils le voudront. Et quand ils auront achevé leur course et leur témoignage, que dit le prophète ? La bête qui monte de l'abîme leur fera la guerre, les vaincra et les tuera, parce qu'ils ne rendront pas gloire à l'Antichrist. Car c'est ce que signifie la petite corne qui grandit. Lui qui est maintenant exalté dans son coeur, commence à s'exalter et à se glorifier comme Dieu, en persécutant les saints et en blasphémant le Christ, comme le dit Daniel, je considérais la corne, et voici, dans la corne il y avait des yeux comme des yeux d'homme, et une bouche qui disait de grandes choses ; et il ouvrit sa bouche pour blasphémer Dieu. Et le né fit la guerre aux saints, et il les vainquit jusqu'à ce que la bête fût tuée, et qu'elle périsse, et que son corps fût livré pour être brûlé.

Mais comme il nous incombe de discuter plus précisément de cette question de la bête, et en particulier de la question de savoir comment le Saint-Esprit a aussi mystiquement indiqué son nom au moyen d'un nombre, nous allons procéder à l'énoncé plus clair de ce qui le concerne. Jean s'exprime ensuite de la manière suivante : Et je vis monter de la terre une autre bête ; elle avait deux cornes, comme un agneau, et elle parlait comme un dragon. Et il exerça devant lui toute la puissance de la première bête ; et il fit que la terre et ceux qui l'habitent adorent la première bête, dont la blessure mortelle fut guérie. Et il fit de grands prodiges, en sorte qu'il fit descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes, et qu'il séduisit les habitants de la terre par les miracles qu'il avait le pouvoir de faire devant la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure par l'épée et qui vivait. Et il avait le pouvoir de donner la vie à l'image de la bête, afin que l'image de la bête parle et qu'elle fasse que tous ceux qui ne voulaient pas adorer l'image de la bête fussent tués. Et il fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussissent à recevoir une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ou vendre, si ce n'est celui qui avait la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. C'est là que réside la sagesse. Que celui qui a de l'intelligence compte le nombre de la bête ; car c'est le nombre d'un homme, et son nombre est six cent soixante-six.


Par la bête, donc, montant de la terre, il entend le royaume de l'Antéchrist ; et par les deux cornes, il entend lui et le faux prophète après lui. Et en parlant des cornes comme d'un agneau, il veut dire qu'il se rendra semblable au Fils de Dieu, et s'établira comme roi. Et les termes, il a parlé comme un dragon, signifient qu'il est trompeur, et non véridique. Et les paroles, il a exercé devant lui toute la puissance de la première bête, et il a fait que la terre et ceux qui l'habitent adorent la première bête, dont la blessure mortelle a été guérie, signifient que, selon la manière de la loi d'Auguste, par laquelle l'empire de Rome a été établi, lui aussi régnera et gouvernera, sanctionnant tout par elle, et prenant une plus grande gloire à lui-même. Car c'est la quatrième bête, dont la tête a été blessée et guérie à nouveau, en étant brisée ou même déshonorée, et divisée en quatre couronnes ; et il (l'Antéchrist) la guérira ensuite avec une habileté de valet, pour ainsi dire, et la restaurera. Car c'est ce que veut dire le prophète quand il dit : Il donnera la vie à l'image, et l'image de la bête parlera. Car il agira de nouveau avec vigueur, et il se montrera fort en raison des lois qu'il aura établies ; et il fera mourir tous ceux qui n'adoreront pas l'image de la bête. C'est là que la foi et la patience des saints apparaîtront, car il dit : Et il fera que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque dans leur main droite ou sur leur front, afin que personne ne puisse acheter ou vendre, si ce n'est celui qui a la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. Car, étant plein de ruse, et s'élevant contre les serviteurs de Dieu, avec le désir de les affliger et de les persécuter hors du monde, parce qu'ils ne lui rendent pas gloire, il ordonnera que des encensoirs soient dressés par tous, partout, afin que nul parmi les saints ne puisse acheter ou vendre sans avoir d'abord sacrifié ; car c'est ce que signifie la marque reçue sur la main droite. Et le mot - sur leur front - indique que tous sont couronnés et revêtus d'une couronne de feu, et non de vie, mais de mort. Car c'est aussi dans ce sens qu'Antiochus Epiphane, roi de Syrie, descendant d'Alexandre de Macédoine, a conçu des mesures contre les Juifs. Lui aussi, dans l'exaltation de son coeur, a promulgué un décret en ce temps-là, selon lequel tous devaient ériger des sanctuaires devant leurs portes, et faire des sacrifices, et qu'ils devaient marcher en procession en l'honneur de Dionysos, en agitant des chapelets de lierre ; et que ceux qui refusaient d'obéir devaient être mis à mort par strangulation et torture. Mais il a aussi reçu la récompense qui lui était due de la part du Seigneur, Juge juste et Dieu qui cherche tout, car il est mort rongé par les vers. Et si l'on souhaite s'enquérir plus précisément de cela, il le trouvera consigné dans les livres des Maccabées.


Mais maintenant, nous allons parler de ce qui est devant nous. Car c'est lui aussi qui va concevoir de telles mesures, cherchant à affliger les saints de toutes les manières possibles. Car le prophète et l'apôtre dit : Voici la sagesse : que celui qui a de l'intelligence compte le nombre de la bête ; car c'est le nombre d'un homme, et son nombre est six cent soixante-six. En ce qui concerne son nom, il n'est pas en notre pouvoir de l'expliquer exactement, comme le bienheureux Jean l'a compris et en a été instruit, mais seulement d'en donner un compte rendu conjectural ; car lorsqu'il apparaîtra, le bienheureux nous montrera ce que nous cherchons à savoir. Cependant, en ce qui concerne notre appréhension douteuse de la question, nous pouvons parler. Nous trouvons en effet de nombreux noms dont les lettres sont l'équivalent de ce nombre : comme, par exemple, le mot Titan, un nom ancien et notable ; ou Evanthas, car il constitue lui aussi le même nombre ; et bien d'autres que l'on pourrait trouver. Mais, comme nous l'avons déjà dit, la blessure de la première bête a été guérie, et il (la deuxième bête) devait faire parler l'image, c'est-à-dire qu'il devait être puissant ; et il est évident pour tous que ceux qui détiennent encore le pouvoir à l'heure actuelle sont des Latins. Si, donc, nous prenons le nom comme celui d'un seul homme, il devient latinus. C'est pourquoi nous ne devons pas le donner comme si c'était certainement son nom, ni ignorer une fois de plus qu'il ne peut pas être désigné autrement. Mais ayant le mystère de Dieu dans notre cœur, nous devons craindre de garder fidèlement ce qui nous a été dit par les prophètes bienheureux, afin que, lorsque ces choses arriveront, nous soyons préparés pour elles, et non trompés. Car, quand les temps avanceront, celui dont ces choses sont dites se manifestera lui aussi.


Mais pour ne pas nous limiter à ces seules paroles et à ces seuls arguments, dans le but de convaincre ceux qui aiment à étudier les oracles de Dieu, nous démontrerons la chose par bien d'autres preuves. Car Daniel dit : "Et ceux-ci échapperont à sa main, Édom, Moab et le chef des enfants d'Ammon. Ammon et Moab sont les enfants de Lot, nés de ses filles, et leur race survit encore aujourd'hui. Et Ésaïe dit : Ils voleront dans des bateaux d'étrangers, pillant ensemble la mer, et ils pilleront les gens de l'Est. Ils mettront la main sur Moab le premier, et les enfants d'Ammon leur obéiront le premier.

En ces temps-là, il se lèvera donc et les rencontrera. Et quand il aura maîtrisé trois des dix cornes de la guerre et qu'il les aura déracinées, à savoir l'Égypte, la Libye et l'Éthiopie, et qu'il aura pris leurs dépouilles et leur butin, et qu'il aura assujetti les cornes restantes qui souffrent, il commencera à s'élever le cœur et à s'élever contre Dieu comme maître du monde entier. Et sa première expédition sera contre Tyr et Bérytus, et le territoire environnant. Car en prenant d'abord d'assaut ces villes, il sèmera la terreur dans les autres, comme le dit Isaïe : "Honte à toi, Sidon ! La mer a parlé, la force même de la mer a parlé, en disant : Je n'ai pas traîné, je n'ai pas enfanté, je n'ai pas nourri de jeunes gens, je n'ai pas élevé de vierges. Mais quand le rapport arrivera en Égypte, la douleur les saisira pour Tyr.

Voilà donc ce qui arrivera à l'avenir, bien-aimés ; et quand les trois cornes seront coupées, il commencera à se montrer comme Dieu, comme l'a déjà dit Ézéchiel : Car ton coeur s'est élevé, et tu as dit : Je suis Dieu. Et à l'effet similaire, Ésaïe dit : Car tu as dit en ton cœur : Je monterai au ciel, j'élèverai mon trône au-dessus des étoiles du ciel, je serai semblable au Très-Haut. Mais maintenant, vous serez amenés en enfer (Hadès), jusqu'aux fondements de la terre. De la même manière, Ezéchiel : Diras-tu encore à ceux qui te tuent, que je suis Dieu ? Mais tu es un homme, et non un Dieu.


Comme sa tribu, donc, sa manifestation et sa destruction ont été exposées dans ces paroles, et comme son nom a également été indiqué de façon mystique, voyons aussi son action. Car il rassemblera à lui tout le peuple, de tous les pays de la dispersion, en le faisant sien, comme s'il était ses propres enfants, et en promettant de restaurer son pays, et d'établir à nouveau son royaume et sa nation, afin qu'il soit adoré par eux comme Dieu, comme le dit le prophète : Il rassemblera tout son royaume, depuis le lever du soleil jusqu'à son coucher ; ceux qu'il convoquera et ceux qu'il n'invoquera pas marcheront avec lui. Et Jérémie parle de lui ainsi dans une parabole : La perdrix a crié, (et) a ramassé ce qu'il n'a pas éclos, se faisant des richesses sans jugement. Au milieu de ses jours, ils le quitteront, et à sa fin, il sera un insensé.


Il ne sera donc pas préjudiciable au cours de notre présente argumentation, si nous expliquons l'art de cette créature, et montrons que le prophète n'a pas parlé sans but en utilisant la parabole (ou la similitude) de la créature. En effet, comme la perdrix est une créature vaniteuse, lorsqu'elle voit à portée de main le nid d'une autre perdrix avec ses petits, et que le parent oiseau est parti à la recherche de nourriture, elle imite le cri de l'autre oiseau et appelle les petits à elle ; et ceux-ci, le prenant pour leur propre parent, courent vers lui. Et il se délecte fièrement des poulettes étrangères comme des siennes. Mais lorsque le véritable oiseau parent revient et les appelle avec son propre cri familier, les jeunes le reconnaissent, abandonnent le trompeur et se prennent pour le véritable parent. Le prophète a donc adopté cette chose comme comparaison, en l'appliquant de manière similaire à l'Antéchrist. Car il séduira l'humanité par lui-même, désirant prendre possession de ceux qui ne sont pas à lui, et promettant la délivrance à tous, alors qu'il est incapable de se sauver lui-même.

Puis, ayant rassemblé à lui les incroyants partout dans le monde, il vient à leur appel pour persécuter les saints, leurs ennemis et leurs antagonistes, comme le dit l'apôtre et l'évangéliste : Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne regardait pas l'homme ; et il y avait dans cette ville une veuve qui s'approchait de lui en disant : Venge-moi de mon adversaire. Il ne voulut pas le faire pendant un certain temps, mais il dit ensuite en lui-même : "Bien que je ne craigne pas Dieu et que je n'aie pas égard à l'homme, c'est parce que cette veuve me trouble que je la vengerai.


Par le juge injuste, qui ne craint pas Dieu et ne regarde pas l'homme, il entend sans doute l'Antéchrist, comme un fils du diable et un vase de Satan. Car lorsqu'il en aura le pouvoir, il commencera à s'élever contre Dieu, ni en vérité craignant Dieu, ni à l'égard du Fils de Dieu, qui est le Juge de tous. Et en disant qu'il y avait une veuve dans la ville, il se réfère à Jérusalem elle-même, qui est une veuve en effet, abandonnée de son parfait époux céleste, Dieu. Elle l'appelle son adversaire, et non son Sauveur, car elle ne comprend pas ce qui a été dit par le prophète Jérémie : Parce qu'ils n'ont pas obéi à la vérité, un esprit d'erreur parlera alors à ce peuple et à Jérusalem. Et Esaïe aussi dans le même sens : Puisque le peuple refuse de boire l'eau de Siloé qui coule doucement, mais choisit d'avoir Rasin et le fils de Romelia comme roi sur toi, voici que le Seigneur fait monter sur toi l'eau du fleuve, forte et pleine, même le roi d'Assyrie. Par roi, il entend métaphoriquement l'Antéchrist, comme le dit aussi un autre prophète : Et cet homme sera la paix de ma part, quand l'Assyrien montera dans ton pays, et quand il foulera tes montagnes.


Et de la même manière, Moïse, sachant d'avance que le peuple rejetterait et renierait le vrai Sauveur du monde, qu'il participerait à l'erreur, qu'il choisirait un roi terrestre, et qu'il mettrait le roi céleste en déroute, dit : "N'est-ce pas là ce qui m'est réservé, et qui est scellé parmi mes trésors ? Au jour de la vengeance, je leur rendrai la pareille, et au moment où leur pied glissera. Ils ont donc glissé en toutes choses, comme ils se sont trouvés en harmonie avec la vérité en rien : ni en ce qui concerne la loi, parce qu'ils sont devenus des transgresseurs ; ni en ce qui concerne les prophètes, parce qu'ils ont coupé même les prophètes eux-mêmes ; ni en ce qui concerne la voix des Evangiles, parce qu'ils ont crucifié le Sauveur lui-même ; ni en ce qui concerne la foi des apôtres, parce qu'ils les ont persécutés. En tout temps, ils se sont montrés ennemis et traîtres à la vérité, et ils se sont révélés être des haineux de Dieu, et non des amoureux de Lui ; et ils le seront encore quand ils en auront l'occasion, car, s'élevant contre les serviteurs de Dieu, ils chercheront à obtenir vengeance par la main d'un mortel. Et lui, gonflé d'orgueil par leur servilité, commencera à envoyer des missives contre les saints, ordonnant de les couper tous partout, en raison de leur refus de le révérer et de l'adorer comme Dieu, selon la parole d'Ésaïe : Malheur aux ailes des vaisseaux de la terre, au-delà des fleuves d'Éthiopie : (malheur à lui) qui envoie des cautions par la mer, et des lettres de papyrus (sur l'eau ; car des messagers agiles iront) à une nation inquiète et impatiente, et un peuple étrange et amer contre eux ; une nation désespérée et foulée aux pieds.


Mais nous qui espérons le Fils de Dieu, nous sommes persécutés et foulés aux pieds par ces infidèles. Car les ailes des navires sont les églises ; et la mer est le monde, dans lequel l'Église est placée, comme un navire jeté dans l'abîme, mais non détruit ; car elle a avec elle le Pilote habile, le Christ. Et elle porte en son sein le trophée (qui est érigé) sur la mort, car elle porte avec elle la croix du Seigneur. Car sa proue est à l'orient, et sa poupe à l'occident, et sa cale au sud, et ses laboureurs sont les deux Testaments ; et les cordes qui l'entourent sont l'amour du Christ, qui lie l'Église ; et le filet qu'elle porte avec elle est la couche de la régénération qui renouvelle les croyants, d'où aussi ces gloires. Comme le vent, l'Esprit du ciel est présent, par lequel ceux qui croient sont scellés : elle a aussi des ancres de fer qui l'accompagnent, à savoir les saints commandements du Christ lui-même, qui sont forts comme le fer. Elle a aussi des marins à droite et à gauche, des assesseurs comme les saints anges, par lesquels l'Église est toujours gouvernée et défendue. L'échelle qu'elle porte jusqu'à la cour de récréation est l'emblème de la passion du Christ, qui conduit les fidèles à l'ascension du ciel. Et les voiles d'en haut sur la cour sont la compagnie des prophètes, des martyrs et des apôtres, qui sont entrés dans leur repos dans le royaume du Christ.

Maintenant, concernant la tribulation de la persécution qui doit s'abattre sur l'Eglise de la part de l'adversaire, Jean parle aussi ainsi : Et je vis dans le ciel un signe grand et admirable : une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles. Et elle, étant enceinte, pleure, elle est en travail d'accouchement, et elle souffre d'accouchement. Et le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, pour dévorer son enfant dès qu'il serait né. Et elle enfanta un enfant d'homme, qui doit régner sur toutes les nations ; et l'enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône. Et la femme s'enfuit dans le désert, où elle a un lieu préparé par Dieu, pour qu'on y fasse paître son enfant pendant mille deux cent soixante jours. Et quand le dragon vit cela, il persécuta la femme qui avait enfanté l'enfant. Et il donna à la femme deux ailes de grand aigle, afin qu'elle s'envolât dans le désert, où elle est nourrie pour un temps, des temps, et la moitié d'un temps, de la face du serpent. Et le serpent lança de sa bouche de l'eau comme un torrent après la femme, afin de l'entraîner dans le torrent. Et la terre secouru la femme, et ouvrit sa bouche, et engloutit le déluge que le dragon avait jeté) de sa bouche. Et le dragon s'irrita contre la femme, et il alla faire la guerre aux saints de sa race, qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus.


61. Par la femme alors vêtue de soleil, il entendait manifestement l'Église, revêtue de la parole du Père, dont l'éclat est au-dessus du soleil. Et par la lune sous ses pieds, il voulait dire qu'elle était ornée, comme la lune, de la gloire céleste. Et les mots, sur sa tête une couronne de douze étoiles, se réfèrent aux douze apôtres par lesquels l'Église a été fondée. Et ceux-là, elle qui est enceinte, pleure, travaille à l'accouchement, et souffre d'accouchement, signifient que l'Église ne cessera pas de porter de son cœur la Parole qui est persécutée par les incroyants dans le monde. Et elle a engendré, dit-il, un enfant-homme, qui doit gouverner toutes les nations ; ce qui signifie que l'Église, en engendrant toujours le Christ, l'enfant-homme parfait de Dieu, qui est déclaré être Dieu et homme, devient l'instructeur de toutes les nations. Et les paroles, son enfant a été enlevé vers Dieu et vers son trône, signifient que celui qui est toujours né d'elle est un roi céleste, et non terrestre ; comme David l'a aussi déclaré autrefois en disant : "L'Éternel a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied. Et le dragon, dit-il, vit et persécuta la femme qui avait enfanté l'homme-enfant. Et à la femme furent données deux ailes du grand aigle, afin qu'elle s'envolât dans le désert, où elle est nourrie pour un temps, des temps et la moitié d'un temps, de la face du serpent. Il s'agit des mille deux cent soixante jours (la moitié de la semaine) pendant lesquels le tyran doit régner et persécuter l'Église, qui fuit de ville en ville et cherche à se cacher dans le désert, au milieu des montagnes, ne possédait d'autre défense que les deux ailes du grand aigle, c'est-à-dire la foi de Jésus-Christ qui, en étendant ses saintes mains sur le saint arbre, déploya deux ailes, la droite et la gauche, et appela à lui tous ceux qui croyaient en lui, et les couvrit comme une poule ses poulets. Car c'est aussi par la bouche de Malachie qu'Il parle ainsi : Et pour vous qui craignez mon nom, le Soleil de justice se lèvera avec la guérison dans Ses ailes.


Le Seigneur dit aussi : Quand vous verrez l'abomination de la désolation se tenir dans le lieu saint (que celui qui lit comprenne), alors que ceux qui sont en Judée fuient dans les montagnes, et que celui qui est sur le toit ne descende pas pour prendre ses vêtements ; et que celui qui est dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre quoi que ce soit de sa maison. Et malheur à celles qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là ! Car alors viendra une grande tribulation, telle qu'il n'y en a pas eu depuis le commencement du monde. Et si ces jours ne sont pas abrégés, aucune chair ne sera sauvée. Et Daniel dit : Ils placeront l'abomination de la désolation pendant mille deux cent quatre-vingt-dix jours. Heureux celui qui attendra et qui arrivera jusqu'à mille deux cent quatre-vingt-quinze jours !

Et le bienheureux Apôtre Paul, écrivant aux Thessaloniciens, dit Nous vous supplions, frères, au sujet de l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ et de notre rassemblement, de ne pas être bientôt ébranlés dans vos pensées, ni troublés, ni par l'esprit, ni par la parole, ni par les lettres, comme nous, comme si le jour du Seigneur était proche. Que personne ne vous séduise en aucune façon, car (ce jour ne viendra) que si d'abord vient la chute, et que se révèle l'homme du péché, le fils de la perdition, qui s'oppose et s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu, ou de ce qu'on adore, afin qu'il soit assis dans le temple de Dieu, se montrant lui-même Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que lorsque j'étais encore avec vous, je vous ai dit ces choses ? Et maintenant tu sais ce qui retient, afin qu'il soit révélé en son temps. Car le mystère de l'iniquité agit déjà ; seul celui qui laisse maintenant (laissera), jusqu'à ce qu'il soit écarté du chemin. Et alors sera révélé ce méchant que le Seigneur Jésus consumera par l'Esprit de sa bouche, et qu'il détruira par l'éclat de sa venue : dont l'avènement se fera après l'action de Satan, avec toute puissance, tout signe, tout prodige mensonger, et avec toute séduction d'iniquité chez ceux qui périssent, parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité. C'est pourquoi Dieu leur enverra une forte illusion, pour qu'ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l'iniquité, soient condamnés. Et Ésaïe dit : Que le méchant soit retranché, afin qu'il ne voie pas la gloire du Seigneur.


Ces choses devant donc arriver, bien-aimés, et la semaine étant divisée en deux parties, et l'abomination de la désolation se manifestant alors, et les deux prophètes et précurseurs du Seigneur ayant achevé leur course, et le monde entier approchant enfin de la consommation, que reste-t-il sinon la venue du ciel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, pour lequel nous avons regardé avec espoir ? Qui apportera l'embrasement et le juste jugement sur tous ceux qui ont refusé de croire en Lui. Car le Seigneur dit : "Et quand ces choses commenceront à arriver, regardez et levez vos têtes, car votre rédemption est proche. Et il ne périra pas un cheveu de votre tête. Car, comme l'éclair sort de l'orient et brille jusqu'en occident, ainsi en sera-t-il de l'avènement du Fils de l'homme. Car où que soit le cadavre, là s'assembleront les aigles. Or la chute a eu lieu dans le paradis ; car Adam y est tombé. Et il dit encore : "Alors le Fils de l'homme enverra ses anges, et ils rassembleront ses élus des quatre vents du ciel. Et David aussi, en annonçant prophétiquement le jugement et la venue du Seigneur, dit, Sa sortie est de l'extrémité du ciel, et Son circuit jusqu'à l'extrémité du ciel : et il n'y a personne qui se cache de la chaleur de celui-ci. Par chaleur, il entend l'incendie. Et Ésaïe parle ainsi : Venez, mon peuple, entrez dans votre chambre, et fermez votre porte. Cachez-vous comme pour un petit moment, jusqu'à ce que la colère du Seigneur soit passée. Et Paul de la même façon : Car la colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes, qui tiennent la vérité de Dieu pour injuste.