Clément de Rome

RECONNAISSANCE & DOCTRINE CHRETIENNE

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

Chapitre 37. Comme des dieux, comme des adorateurs.



Mais puisque ces choses sont plutôt vraies, ce dont témoigne la bassesse publique, et que des dissimulations ont été recherchées et fabriquées par des hommes prudents pour les excuser par des discours apparents, non seulement elles ne sont pas interdites, mais même dans les mystères mêmes des figures sont produites de Saturne dévorant ses fils, et du garçon caché par les cymbales et les tambours des Corybantes ; et en ce qui concerne la mutilation de Saturne, quelle meilleure preuve de sa vérité que le fait que même ses adorateurs sont mutilés, par un sort aussi misérable, en l'honneur de leur dieu ? Depuis lors, ces choses sont manifestement vues, qui se trouvera d'un sens si restreint, voire d'une telle impassibilité, qu'il ne perçoit pas que ces choses sont vraies concernant les dieux malheureux, ce que leurs adorateurs plus malheureux attestent par les blessures et la mutilation de leur corps ?


 

Chapitre 38. Écrits des poètes.


Mais si, comme ils le disent, ces choses, faites avec tant de crédit et de piété, sont dispensées par un rituel si déshonorant et si impie, il est assurément sacrilège, quiconque soit a d'abord donné ces choses, soit persiste à les accomplir, maintenant qu'elles ont été malheureusement données. Et que dirons-nous des livres des poètes ? Ne doivent-ils pas, s'ils ont avili les actes honorables et pieux des dieux par de viles fables, être aussitôt rejetés et jetés au feu, afin de ne pas persuader le jeune âge des garçons que Jupiter lui-même, le chef des dieux, était parricide envers ses parents, incestueux envers ses sœurs et ses filles, et même impur envers les garçons, que Vénus et Mars étaient adultères, et toutes ces choses dont on a parlé plus haut ? Que pensez-vous de cette affaire, mon seigneur Pierre ?


 

Chapitre 39. Tout pour le mieux.


Alors il répondit : Sois sûr, cher Aquila, que tout est fait par la bonne providence de Dieu, que la cause qui devait être contraire à la vérité ne soit pas seulement infirme et faible, mais aussi vile. Car si l'affirmation de l'erreur avait été plus forte et plus conforme à la vérité, celui qui en aurait été trompé ne retournerait pas facilement dans le chemin de la vérité. Si, aujourd'hui encore, alors que tant de choses mauvaises et honteuses sont racontées sur les dieux des païens, rares sont ceux qui abandonnent l'erreur la plus grossière, combien plus si elle était apparente et vraie ? Car l'esprit est difficilement transféré des choses dont il a été imprégné dans sa prime jeunesse ; et à ce titre, comme je l'ai dit, il a été fait par la divine providence, que la substance de l'erreur soit à la fois faible et vile. Mais toutes les autres choses aussi, la divine Providence les dispense convenablement et avantageusement, bien que la méthode de la divine dispensation, aussi bonne, et la meilleure possible, ne soit pas claire pour nous qui ignorons les causes des choses.


 

Chapitre 40. Informations complémentaires recherchées.


Lorsque Pierre eut ainsi parlé, je demandai à Niceta qu'il nous explique, à titre d'instruction, certaines choses concernant les allégories des païens, qu'il avait soigneusement étudiées ; car, dis-je, il est utile que, lorsque nous nous disputons avec les païens, nous ne soyons pas étrangers à ces choses. Puis il dit Niceta : "Si mon seigneur Pierre me le permet, je peux faire ce que vous me demandez. Puis Pierre a dit Aujourd'hui, je vous ai donné la permission de parler en opposition aux païens, comme vous le savez. Et Niceta dit : Dis-moi donc, Clément, de quoi tu voudrais que je parle. Et je lui ai dit : Informe-nous de la façon dont les païens représentent les questions relatives au souper des dieux, qu'ils ont eu au mariage de Pélée et de Thétis. Que font-ils du berger Paris, et que font-ils de moins Junon, Minerve et Vénus, dont il était le juge ? Qu'en est-il de Mercure ? Et qu'en est-il de la pomme, et des autres choses qui suivent dans l'ordre ?


 

Chapitre 41. Explication de la mythologie.


Puis Niceta : L'affaire du souper des dieux se situe dans ce sens. On dit que le banquet est le monde, que l'ordre des dieux assis à table est la position des corps célestes. Ceux qu'Hésiode appelle les premiers enfants du ciel et de la terre, dont six étaient des hommes et six des femmes, ils font référence au nombre des douze signes, qui font le tour du monde. Ils disent que les plats du banquet sont les raisons et les causes des choses, douces et désirables, qui sous forme de déductions à partir des positions des signes et des courses des étoiles, expliquent comment le monde est gouverné et gouverné. Mais ils disent que ces choses existent à la manière libre d'un banquet, dans la mesure où l'esprit de chacun a le choix de goûter ou non à ce genre de connaissance, ou de s'en abstenir ; et comme dans un banquet personne n'est obligé, mais que chacun est libre de manger, de même la manière de philosopher dépend du choix de la volonté. On dit que la discorde est la convoitise de la chair, qui s'élève contre le dessein de l'esprit, et qui entrave le désir de philosopher ; c'est pourquoi on dit que le temps était celui où le mariage était célébré. Ainsi, ils font de Pélée et de la nymphe Thétis l'élément sec et l'élément humide, par le mélange desquels la substance des corps est composée. Ils soutiennent que Mercure est la parole, par laquelle l'instruction est transmise à l'esprit ; que Junon est la chasteté, Minerve le courage, Vénus la luxure, Paris l'intelligence. Si donc, disent-ils, il arrive qu'il y ait chez un homme une compréhension barbare et inculte, et ignorant le jugement juste, il méprisera la chasteté et le courage, et donnera le prix, qui est la pomme, à la luxure ; et ainsi, la ruine et la destruction viendront non seulement sur lui-même, mais aussi sur ses compatriotes et sur toute la race. Ces choses, donc, il est en leur pouvoir de composer à partir de tout ce qui leur plaît ; cependant, elles peuvent être adaptées à chaque homme ; car si quelqu'un a une compréhension pastorale et rustique et inculte, et ne veut pas être instruit, quand la chaleur de son corps fera des suggestions concernant le plaisir de la luxure, il méprise aussitôt les vertus des études et les bienfaits de la connaissance, et tourne son esprit vers les plaisirs corporels. C'est ainsi que des guerres implacables surgissent, que des villes sont détruites, que des pays tombent, comme Paris, par l'enlèvement d'Hélène, et que les Grecs et les barbares s'arment pour se détruire mutuellement.


 

Chapitre 42. Interprétation de l'Écriture.


Puis Pierre, se félicitant de sa déclaration, dit Les hommes ingénieux, comme je le perçois, tirent beaucoup de vraisemblances des choses qu'ils lisent ; et c'est pourquoi il faut prendre grand soin, quand on lit la loi de Dieu, de ne pas la lire selon l'intelligence de notre propre esprit. Car il y a dans les Ecritures divines beaucoup de paroles qui peuvent être tirées dans le sens que chacun s'est donné, et cela ne doit pas se faire. Car il ne faut pas chercher un sens étranger et étranger, que vous avez apporté de l'extérieur, et que vous pouvez confirmer par l'autorité des Ecritures, mais prendre le sens de la vérité dans les Ecritures elles-mêmes ; et il vous appartient donc d'apprendre le sens des Ecritures de celui qui le garde selon la vérité qui lui a été transmise par ses pères, afin qu'il puisse déclarer avec autorité ce qu'il a reçu à juste titre. Mais quand on a reçu des Ecritures une règle de vérité entière et ferme, il ne sera pas inconvenant qu'on contribue à l'établissement d'une doctrine vraie, quoi que ce soit de l'éducation commune et des études libérales, auxquelles, peut-être, on s'est attaché dans son enfance ; mais pour que, quand on a appris la vérité, on renonce au mensonge et au faux.


 

Chapitre 43. Un mot d'exhortation.


Et quand il eut dit cela, il se tourna vers notre père, et dit Toi donc, vieil homme, si tu tiens vraiment à la sécurité de ton âme, afin que, lorsque tu désires être séparé du corps, elle puisse, à la suite de cette courte conversion, trouver le repos éternel, demander ce qui te plaît, et chercher conseil, afin que tu puisses te libérer de tout doute qui subsiste en toi. Car même pour les jeunes hommes, le temps de la vie est incertain ; mais pour les vieillards, il n'est même pas incertain, car il ne fait aucun doute qu'il ne leur reste que peu de temps. C'est pourquoi jeunes et vieux doivent être très sincères dans leur conversion et leur repentir, et se parer pour l'avenir des plus beaux ornements de leur âme, tels que les doctrines de la vérité, la grâce de la chasteté, la splendeur de la justice, l'équité de la piété, et toutes les autres choses dont un esprit raisonnable se pare. En outre, ils doivent se séparer de leurs compagnons inconvenants et incrédules, tenir compagnie aux fidèles et fréquenter les assemblées où l'on traite de sujets relatifs à la chasteté, à la justice et à la piété ; prier Dieu toujours de tout cœur et lui demander ce qu'il faut lui demander ; lui rendre grâce ; se repentir vraiment de leurs actes passés ; dans une certaine mesure aussi, si possible, par des actes de miséricorde envers les pauvres, pour les aider à faire pénitence : car par ces moyens, le pardon sera plus facilement accordé, et la miséricorde sera plus rapidement accordée aux miséricordieux.


 

Chapitre 44. Le sérieux.


Mais si celui qui vient à la repentance est d'un âge plus avancé, il doit d'autant plus rendre grâce à Dieu que, ayant reçu la connaissance de la vérité, après que toute la violence de la convoitise charnelle a été brisée, il n'attend pas de combat de contestation, par lequel réprimer les plaisirs du corps s'élevant contre l'esprit. Il lui reste donc à s'exercer à l'apprentissage de la vérité et aux œuvres de miséricorde, afin de produire des fruits dignes de repentir ; et il ne suppose pas que la preuve de la conversion se montre par la durée, mais par la force de la dévotion et du dessein. Car les esprits sont manifestes à Dieu ; et il ne tient pas compte des temps, mais des coeurs. Car il approuve si quelqu'un, en entendant la prédication de la vérité, ne tarde pas, ni ne passe du temps dans la négligence, mais immédiatement, et si je puis dire, au même moment, abhorrant le passé, commence à désirer les choses à venir, et brûle d'amour du royaume des cieux.


 

Chapitre 45. Tout le monde doit se repentir.


C'est pourquoi, qu'aucun d'entre vous ne se dissimule plus ni ne regarde en arrière, mais s'approche volontairement de l'Évangile du royaume de Dieu. Que le pauvre ne dise pas : "Quand je serai riche, je me convertirai". Dieu ne vous demande pas de l'argent, mais un coeur miséricordieux et un esprit pieux. Que le riche ne retarde pas sa conversion à cause des soucis du monde, alors qu'il réfléchit à la façon dont il peut disposer de l'abondance de ses fruits, et qu'il ne dise pas en lui-même : "Que ferai-je ? Où vais-je donner mes fruits ? Ne dites pas non plus à son âme : "Vous avez beaucoup de biens en réserve pour de nombreuses années ; faites la fête et réjouissez-vous. Car il lui sera dit : "Insensé, cette nuit ton âme te sera enlevée, et à qui appartiendront les biens que tu as fournis ? Que tous les âges, tous les sexes, toutes les conditions, se hâtent donc de se repentir, afin d'obtenir la vie éternelle. Que les jeunes soient reconnaissants d'avoir mis leur cou sous le joug de la discipline dans la violence même de leurs désirs. Les vieux aussi sont dignes de louange, car ils changent pour la crainte de Dieu, la coutume d'un temps où ils ont été malheureux.


 

Chapitre 46. La parole sûre de la prophétie.


Que personne donc ne remette à plus tard. Que personne ne tarde. En quelle occasion peut-on retarder pour bien faire ? Ou bien avez-vous peur, de peur que, lorsque vous avez bien fait, vous ne trouviez pas la récompense que vous escomptiez ? Et quelle perte subirez-vous si vous faites bien sans récompense ? La conscience seule ne suffirait-elle pas dans ce cas ? Mais si vous trouvez comme vous le prévoyez, ne recevrez-vous pas de grandes choses pour de petites, et l'éternel pour le temporel ? Mais je dis cela pour le bien des non-croyants. Car les choses que nous prêchons sont comme nous les prêchons ; car il ne peut en être autrement, puisqu'elles ont été promises par la parole prophétique.


 

Chapitre 47. Une parole fidèle, et digne de toute acceptation.


Mais si quelqu'un désire apprendre exactement la vérité de notre prédication, qu'il vienne à l'entendre et qu'il s'informe sur le vrai Prophète ; et alors tout doute cessera pour lui, à moins qu'il ne résiste avec un esprit obstiné aux choses qu'il trouve vraies. Car il y en a qui n'ont d'autre but que de remporter la victoire de quelque manière que ce soit et qui cherchent à en tirer des louanges plutôt que leur salut. Il ne faut pas qu'une seule parole leur soit adressée, de peur que la noble parole ne soit blessée et ne condamne à la mort éternelle celui qui est coupable du mal qui lui a été fait. Pour quelles raisons quelqu'un devrait-il s'opposer à notre prédication ? Ou pour lequel la parole de notre prédication est jugée contraire à la croyance en ce qui est vrai et honorable ? Il est dit que Dieu le Père, le Créateur de tous, doit être honoré, comme aussi son Fils, qui seul le connaît et connaît sa volonté, et qui seul doit être cru en ce qui concerne toutes les choses qu'il a prescrites. Car Lui seul est la loi, le législateur et le juste juge, dont la loi ordonne que Dieu, le Seigneur de tous, soit honoré par une vie sobre, chaste, juste et miséricordieuse, et que tout espoir soit placé en Lui seul.


 

Chapitre 48. Les erreurs des philosophes.


Mais certains diront que des préceptes de ce genre sont aussi donnés par les philosophes. Rien de tel : car ils donnent en effet des commandements concernant la justice et la sobriété, mais ils ignorent que Dieu est le rémunérateur des bonnes et des mauvaises actions ; et donc leurs lois et leurs préceptes ne font que fuir un accusateur public, mais ne peuvent purifier la conscience. Car pourquoi craindrait-on de pécher en secret, qui ne sait pas qu'il y a un témoin et un juge des choses secrètes ? D'ailleurs, les philosophes ajoutent dans leurs préceptes que même les dieux, qui sont des démons, doivent être honorés ; et cela seul, même si par ailleurs ils ont paru dignes d'approbation, suffit pour les condamner de la plus terrible des impiétés, et les condamner par leur propre sentence, puisqu'ils déclarent en effet qu'il y a un Dieu unique, tout en ordonnant que beaucoup soient adorés, en guise d'humour contre l'erreur humaine. Mais les philosophes disent aussi que Dieu n'est pas en colère, ne sachant pas ce qu'ils disent. Car la colère est un mal, lorsqu'elle perturbe l'esprit, de sorte qu'il perd le bon conseil. Mais la colère qui punit les méchants ne trouble pas l'esprit ; mais c'est une seule et même affection, pour ainsi dire, qui assigne des récompenses au bien et des châtiments au mal ; car s'il devait accorder des bénédictions au bien et au mal, et conférer des récompenses égales aux pieux et aux impies, il apparaîtrait plus injuste que bon.



Chapitre 49. La longue souffrance de Dieu.


Mais vous dites : "Dieu ne doit pas non plus faire le mal. Vous dites vrai ; et Lui non plus. Mais ceux qui ont été créés par Lui, alors qu'ils ne croient pas qu'ils doivent être jugés, se livrant à leurs plaisirs, se sont éloignés de la piété et de la justice. Mais vous direz : "S'il est juste de punir les méchants, qu'ils soient punis aussitôt qu'ils font le mal. Vous faites bien de vous hâter ; mais celui qui est éternel, et de qui rien n'est secret, en tant qu'il est sans fin, dans la même proportion, sa patience est prolongée, et il ne considère pas la rapidité de la vengeance, mais les causes du salut. Car il n'est pas tant satisfait de la mort que de la conversion d'un pécheur. Ezéchiel 18:33 C'est pourquoi, en résumé, Il a accordé aux hommes le saint baptême, auquel, si quelqu'un se hâte d'aller, et pour l'avenir reste sans tache, tous ses péchés sont désormais effacés, qui ont été commis au temps de son ignorance.


 

Chapitre 50. Les philosophes ne sont pas les bienfaiteurs des hommes.


En quoi les philosophes ont-ils contribué à la vie de l'homme, en disant que Dieu n'est pas en colère contre les hommes ? Seulement à leur apprendre à ne craindre aucun châtiment ou jugement, et ainsi à ôter toute retenue aux pécheurs. Ou qu'ont-ils apporté à la race humaine, qui a dit qu'il n'y a pas de Dieu, mais que tout arrive par hasard et par accident ? Quoi d'autre que le fait que les hommes, entendant cela, et pensant qu'il n'y a pas de juge, pas de gardien des choses, sont poussés tête baissée, sans crainte de personne, à tout acte que la rage, ou l'avarice, ou la luxure peuvent dicter. Car ils ont vraiment beaucoup profité à la vie de l'homme qui a dit que rien ne peut être fait en dehors de la Genèse, c'est-à-dire que chacun, attribuant la cause de son péché à la Genèse, pourrait au milieu de ses crimes se déclarer innocent, alors qu'il ne lave pas sa culpabilité par la repentance, mais la double en la faisant porter au destin. Et que dire de ces philosophes qui ont soutenu que les dieux doivent être adorés, et de ceux qui vous ont été décrits il y a peu ? Qu'est-ce que c'était d'autre que de décréter que les vices, les crimes et les basses œuvres doivent être adorés ? J'ai honte de vous, et je vous plains, si vous n'avez pas encore découvert que ces choses étaient indignes de foi, impie et exécrable, ou si, les ayant découvertes et reconnues comme mauvaises, vous les avez néanmoins adorées comme si elles étaient bonnes, voire meilleures.


 

Chapitre 51. Le Christ, le vrai prophète.


Alors, d'ailleurs, de quelle sorte est ce que certains philosophes ont présumé parler même à propos de Dieu, bien qu'ils soient mortels, et ne peuvent parler par opinion que des choses invisibles, ou de l'origine du monde, puisqu'elles n'étaient pas présentes quand il a été fait, ou de sa fin, ou du traitement et du jugement des âmes dans les régions infernales, oubliant qu'il appartient en effet à un homme raisonnable de connaître les choses présentes et visibles, mais que c'est la part de la seule prescience prophétique de connaître les choses passées, et les choses futures, et les choses invisibles ? Ces choses, par conséquent, ne doivent pas être recueillies à partir de conjectures et d'opinions, dans lesquelles les hommes sont grandement trompés, mais à partir de la foi en la vérité prophétique, comme l'est cette doctrine qui est la nôtre. Car nous ne parlons pas de nous-mêmes, et nous n'annonçons pas des choses recueillies par le jugement humain ; car c'est pour tromper nos auditeurs. Mais nous prêchons les choses qui ont été commises et révélées par le vrai Prophète. Et concernant sa prescience et sa puissance prophétiques, si quelqu'un, comme je l'ai dit, désire recevoir des preuves évidentes, qu'il vienne immédiatement et soit attentif pour entendre, et nous donnerons des preuves évidentes par lesquelles il semblera non seulement entendre la puissance de la prescience prophétique avec ses oreilles, mais même la voir avec ses yeux et la manipuler de sa main ; et quand il aura entretenu une foi sûre à son égard, il prendra sans peine sur lui le joug de la justice et de la piété ; Matthieu 11 : 30 et il y verra une si grande douceur, que non seulement il n'y trouvera aucune faute, mais qu'il voudra même qu'on lui ajoute quelque chose de plus et qu'on lui impose.


 

Chapitre 52. Appion et Anubion.


Ayant dit cela, et plus encore dans le même but, et ayant guéri quelques personnes présentes, infirmes et possédées de démons, il renvoya les foules, tandis qu'elles rendaient grâces et louaient Dieu, les chargeant de venir au même endroit les jours suivants également pour être entendues. Et quand nous étions ensemble à la maison, et que nous nous préparions à manger, un entrant nous dit que Appion Pleistonices, avec Anubion, étaient récemment venus d'Antioche, et qu'ils logeaient chez Simon. Mon père, en entendant cela, se réjouit et dit à Pierre Si tu me le permets, je voudrais aller saluer Appion et Anubion, car ce sont de grands amis à moi ; et peut-être pourrai-je persuader Anubion de se disputer avec Clément au sujet de la Genèse . Alors Pierre dit : Je consens ; et je te recommande, parce que tu respectes tes amis. Mais considérez comment toutes choses vous arrivent selon votre volonté par la providence de Dieu ; car voici que non seulement les objets d'affection appropriés vous ont été rendus par la nomination de Dieu, mais aussi que la présence de vos amis est arrangée pour vous. Alors, mon père dit En vérité, je considère qu'il en est ainsi comme vous le dites. Et après avoir dit cela, il s'en alla à Anubion.


 

Chapitre 53. Une transformation.


Mais nous, assis avec Pierre toute la nuit, posant des questions, et apprenant de lui sur de nombreux sujets, nous sommes restés éveillés par la grande joie de son enseignement et la douceur de ses paroles ; et quand le jour s'est levé, Pierre, me regardant, moi et mes frères, a dit Je me demande ce qui est arrivé à ton père. Et comme il parlait, mon père entra et trouva Pierre qui nous parlait de lui. Et quand il a salué, il s'est mis à s'excuser et à expliquer la raison pour laquelle il était resté à l'étranger. Mais nous, en le regardant, nous étions horrifiés, car nous voyions sur lui le visage de Simon, et pourtant nous entendions la voix de notre père. Et lorsque nous nous sommes éloignés de lui et que nous l'avons maudit, mon père s'est étonné que nous le traitions si durement et si barbarement. Mais Pierre était le seul à voir son visage naturel, et il nous a dit Pourquoi maudissez-vous votre père ? Et nous, avec notre mère, nous lui avons répondu : Il nous apparaît comme Simon, bien qu'il ait la voix de notre père. Puis Pierre : Vous ne connaissez en effet que sa voix, qui n'a pas été changée par les sortilèges ; mais pour moi aussi son visage, qui pour d'autres apparaît changé par l'art de Simon, est connu pour être celui de votre père Faustinianus. Et en regardant mon père, il dit La cause du désarroi de ta femme et de tes fils est la suivante : l'aspect de ton visage ne semble pas être tel qu'il était, mais le visage du détestable Simon apparaît en toi.


 

Chapitre 54. L'excitation à Antioche.


Et pendant qu'il parlait ainsi, un de ceux qui étaient allés auparavant à Antioche revint et dit à Pierre Je veux que tu saches, mon seigneur Pierre, que Simon à Antioche, faisant beaucoup de signes et de prodiges en public, n'a inculqué au peuple que ce qui tend à exciter la haine contre toi, en te traitant de magicien, de sorcier, d'assassin ; et à tel point qu'il a excité la haine contre toi, qu'ils désirent ardemment, s'ils peuvent te trouver quelque part, même dévorer ta chair. C'est pourquoi nous qui avons été envoyés auparavant, voyant la ville s'agiter contre toi, nous nous sommes réunis en secret et avons réfléchi à ce qu'il fallait faire.


 

Chapitre 55. Un stratagème.


Et comme nous ne voyions aucun moyen de sortir de la difficulté, vint le centurion Corneille, envoyé par César au président de Césarée pour des affaires publiques. Nous l'avons envoyé chercher seul, et nous lui avons dit la raison de notre douleur, et nous l'avons supplié de nous aider s'il pouvait faire quelque chose. Il nous a alors promis qu'il le mettrait immédiatement en fuite, si seulement nous l'aidions à réaliser ses projets. Et lorsque nous lui avons promis que nous ferions tout ce qui était en notre pouvoir, il a dit : "César a ordonné de rechercher et de détruire les sorciers dans la ville de Rome et dans les provinces, et un grand nombre d'entre eux ont déjà été détruits. Je vais donc faire savoir, par l'intermédiaire de mes amis, que je suis venu arrêter ce magicien et que je suis envoyé par César à cette fin, afin qu'il soit puni avec le reste de sa fraternité. Que tes gens, qui sont déguisés avec lui, lui fassent savoir, comme s'ils l'avaient entendu de quelque part, que je suis envoyé pour l'appréhender ; et quand il entendra cela, il ne manquera pas de prendre la fuite. Ou si vous pensez à quelque chose de mieux, dites-le-moi. Pourquoi devrais-je en dire plus ? C'est ce qu'ont fait ceux d'entre nous qui étaient avec lui, déguisés pour l'espionner. Et lorsque Simon apprit que cela lui était arrivé, il reçut l'information comme une grande bonté qu'ils lui avaient conférée et prit la fuite. Il quitta donc Antioche et, comme nous l'avons entendu, vint ici avec Athénodorus.


 

Chapitre 56. Le dessein de Simon dans la transformation.



Nous tous, qui t'avons précédé, avons donc considéré qu'entre-temps tu ne devais pas monter à Antioche, jusqu'à ce que nous voyions si la haine qu'il a semée à ton égard parmi le peuple serait atténuée par son départ. Lorsque celui qui était venu d'Antioche nous a communiqué cette information, Pierre, regardant notre père, a dit : Faustinianus, ton visage a été transformé par Simon Mage, comme cela est évident ; car lui, pensant qu'il était recherché par César pour le châtiment, s'est enfui dans la terreur, et a placé son propre visage sur toi, si tu pouvais être appréhendé à sa place, et mis à mort, afin de causer du chagrin à tes fils. Mais mon père, en entendant cela, a pleuré et a dit en pleurant Tu as bien jugé, ô Pierre, car Anubion aussi, qui est très ami avec moi, a commencé à m'informer d'une certaine manière mystérieuse de ses complots ; mais malheureusement je ne l'ai pas cru, car je ne lui avais fait aucun mal.


 

Chapitre 57. Le grand chagrin.


Et lorsque nous tous, ainsi que mon père, nous fûmes agités de tristesse et de larmes, entre-temps Anubion vint à nous, nous intimidant que Simon s'était enfui pendant la nuit, en direction de la Judée. Mais en voyant notre père se lamenter et se lamenter, et en disant : "Misérable que je suis, ne pas croire quand j'ai entendu dire qu'il est magicien ! Ce qui m'est arrivé, c'est qu'un jour, reconnu par ma femme et mes fils, je n'ai pas pu me réjouir avec eux, mais j'ai été ramené aux anciennes misères que j'avais endurées dans mon errance - mais ma mère, déchirant ses cheveux ébouriffés, se lamentait avec beaucoup plus d'amertume - nous aussi, confondus par le changement de visage de notre père, nous étions pour ainsi dire abasourdis et hors de nous, et nous ne pouvions pas comprendre ce qui se passait. Mais Anubion, nous voyant tous ainsi affligés, se tenait comme un idiot. Alors Pierre, en nous regardant, ses fils, dit Crois-moi, c'est ton père, et c'est pourquoi je te demande de le respecter comme ton père. Car Dieu lui donnera une occasion de repousser le visage de Simon et de retrouver la figure manifeste de ton père, c'est-à-dire la sienne.


 

Chapitre 58. Comment tout cela s'est passé.


Puis, se tournant vers mon père, il dit Je t'ai donné la permission de saluer Appion et Anubion, qui, disais-tu, étaient tes amis d'enfance, mais non pas que tu parles avec Simon. Alors mon père a dit : Je confesse que j'ai péché. Alors Anubion dit : "Je confesse que j'ai péché : Moi aussi, avec lui, je te supplie de pardonner au vieil homme - homme bon et noble comme il est. Il a été malheureusement séduit et imposé par le magicien en question ; car je vais te dire comment la chose s'est faite. Lorsqu'il vint nous saluer, il arriva qu'à ce moment même nous étions autour de lui, l'entendant dire qu'il avait l'intention de s'enfuir cette nuit-là, car il avait entendu dire que des personnes étaient venues jusqu'à cette ville de Laodicée pour l'appréhender sur ordre de l'empereur, mais qu'il souhaitait retourner toute leur rage contre ce Faustinianus, qui est venu dernièrement ici. Et il nous dit : "Seulement, vous le faites souper avec nous, et je vais lui préparer un certain onguent avec lequel, après avoir soupé, il se parfumera le visage, et dès lors il semblera à tous avoir mon visage. Mais vous vous oignez d'abord le visage avec le jus d'une certaine herbe, afin que vous ne soyez pas trompés quant au changement de son visage, de sorte que pour tous, sauf pour vous, il semblera être Simon".


 

Chapitre 59. Une scène de deuil.


Quand il a dit cela, je lui ai dit : "Et quel avantage tirerez-vous de cet acte ? Simon répondit : "Tout d'abord, pour que ceux qui me cherchent puissent le saisir, et qu'ainsi ils renoncent à me chercher. Mais s'il est puni par César, afin que ses fils, qui m'ont abandonné et se sont enfuis chez Pierre, soient dans une grande détresse, et qu'ils soient maintenant ses assistants". Je te confesse maintenant, Pierre, ce qui est vrai. Je n'ai pas osé le dire à Faustinianus, mais Simon ne nous a pas non plus donné l'occasion de lui parler en privé et de lui révéler pleinement le projet de Simon. Entre-temps, vers le milieu de la nuit, Simon s'est enfui, se dirigeant vers la Judée. Athénodore et l'Appion sont allés le chercher, mais j'ai fait semblant d'être indisposé physiquement, afin de rester chez moi et de le faire revenir rapidement vers vous, s'il peut être caché de quelque façon que ce soit, de peur que, saisi par ceux qui sont à la recherche de Simon, il ne soit amené devant César et ne périsse sans cause. Et maintenant, dans mon angoisse à son sujet, je suis venu le voir, et pour revenir avant que ceux qui sont partis pour le convoi de Simon ne reviennent. Et se tournant vers nous, Anubion dit Moi, Anubion, je vois vraiment le vrai visage de ton père, car j'ai été auparavant oint par Simon lui-même, comme je te l'ai dit, pour que le vrai visage de Faustinianus apparaisse à mes yeux ; d'où mon étonnement et mon émerveillement devant l'art de Simon le Mage, car tu te tiens ici sans reconnaître ton père. Et tandis que mon père et ma mère, et nous tous, pleurions pour ce qui s'était passé, Anubion, ému de compassion, pleurait lui aussi.


 

Chapitre 60. Une contre-intrigue.


Alors Pierre, ému de compassion, promit qu'il rendrait le visage de notre père, en lui disant Écoute, Faustinianus : Dès que l'erreur de ton visage transformé nous aura procuré quelque avantage et aura conservé les desseins que nous avons en vue, je te rendrai la vraie forme de ton visage ; à condition toutefois que tu envoies d'abord ce que je t'ordonnerai. Et lorsque mon père promit qu'il accomplirait de toutes ses forces tout ce dont il pourrait l'accuser, à condition seulement qu'il retrouve son propre visage, Pierre commença ainsi : Vous avez appris de vos propres oreilles qu'un de ceux qui avaient été envoyés auparavant est revenu d'Antioche, et vous nous avez raconté comment Simon, pendant qu'il était là, a soulevé la foule contre moi, et a enflammé toute la ville en haine contre moi, déclarant que je suis un magicien, un assassin et un trompeur, de sorte qu'ils sont avides, s'ils me voient, de manger ma chair. Fais donc ce que je te dis : laisse Clément avec moi, et va avant nous à Antioche, avec ta femme et tes fils Faust et Faustin. Et j'enverrai aussi avec toi d'autres personnes que je jugerai bon d'envoyer, qui observeront tout ce que je leur ordonnerai.


 

Chapitre 61. Une mine creusée.


Quand tu seras venu avec eux à Antioche, comme on te prendra pour Simon, tu te tiendras sur la place publique pour proclamer ta repentance, et tu diras : "Moi, Simon, je te déclare et je confesse que tout ce que j'ai dit sur Pierre était faux, car il n'est ni séducteur, ni magicien, ni assassin, ni l'un des propos que j'ai tenus contre lui ; mais j'ai dit tout cela sous l'empire de la folie. C'est pourquoi je vous prie, moi qui vous ai donné autrefois des motifs de haine contre lui, de ne pas penser une telle chose à son sujet. Mais mettez de côté votre haine ; cessez de vous indigner ; car il est vraiment envoyé par Dieu pour le salut du monde - un disciple et un apôtre du vrai Prophète. C'est pourquoi je vous conseille, vous exhorte et vous ordonne de l'écouter et de le croire quand il vous prêche la vérité, de peur que, si vous le méprisez, votre ville ne périsse soudainement. Mais je vais vous dire pourquoi je vous fais maintenant cette confession. Cette nuit, un ange de Dieu m'a reproché ma méchanceté et m'a terriblement flagellé, car j'étais l'ennemi du héraut de la vérité. C'est pourquoi je vous supplie de faire en sorte que, même si je venais moi-même à nouveau chez vous et que je tentais de dire quelque chose contre Pierre, vous ne me receviez pas et ne me croiriez pas. Car je vous confesse que j'ai été un magicien, un séducteur, un imposteur ; mais je me repens, car il est possible par la repentance d'effacer les mauvaises actions passées".


 

Chapitre 62. Un cas de conscience.



Lorsque Pierre fit cette remarque à mon père, il répondit Je sais ce que tu désires ; ne t'inquiète pas davantage, car je comprends et je sais ce que je dois entreprendre quand je viendrai dans ce lieu. Et Pierre lui donna d'autres instructions, en disant Quand tu viendras dans ce lieu, et que tu verras le peuple se détourner de ton discours, mettre de côté sa haine et revenir à son désir ardent pour moi, envoie-moi le dire, et je viendrai aussitôt ; et quand je viendrai, je te libérerai sans délai de ce visage étrange, et je te rendrai le tien, qui est connu de tous tes amis. Ayant dit cela, il ordonna à mes frères de l'accompagner, ainsi qu'à notre mère Matthidia et à certains de nos amis. Mais ma mère a refusé de l'accompagner et a dit Il me semble que je serais adultère si je m'associais au visage de Simon ; mais si je suis obligée d'aller avec lui, il est en tout cas impossible que je puisse me coucher dans le même lit que lui ; mais je ne sais pas si je peux consentir à aller avec lui. Et lorsqu'elle refusa catégoriquement, Anubion se mit à l'exhorter en disant Crois-moi et crois Pierre. Mais même sa voix ne te persuade pas qu'il est ton mari Faustinianus, que je n'aime vraiment pas moins que toi ? En bref, moi aussi, je viendrai avec toi. Et quand Anubion a dit cela, ma mère a promis qu'elle irait avec lui.


 

Chapitre 63. Une pieuse escroquerie.


Alors je lui ai dit : Dieu arrange nos affaires à notre convenance ; car nous avons avec nous Anubion, un astrologue, avec lequel, si nous venons à Antioche, nous nous disputerons sérieusement au sujet de la Genèse. Et lorsque notre père se mit en route, après le milieu de la nuit, avec ceux que Pierre avait ordonné de l'accompagner, et avec Anubion ; le matin, avant que Pierre n'aille à la discussion, les hommes qui avaient convoyé Simon, à savoir Appion et Athénodore, revinrent et vinrent nous demander des nouvelles de mon père. Mais Pierre, informé de leur venue, leur ordonna d'entrer. Et lorsqu'ils furent assis, ils demandèrent : "Où est Faustinianus ? Pierre leur répondit : "Où est Faustinianus ? Nous ne le savons pas, car depuis le soir où il est allé chez vous, aucun de ses amis ne l'a vu. Mais hier matin, Simon est venu le chercher ; et comme nous ne lui avons pas répondu, je ne sais pas ce qu'il voulait dire, mais il a dit qu'il était Faustinianus. Mais comme personne ne le croyait, il s'en alla se lamenter et menacer de se détruire ; puis il s'en alla vers la mer.


 

Chapitre 64. Une compétition dans le mensonge.


Lorsque Appion entendit cela, et ceux qui étaient avec lui, ils poussèrent un grand cri, en disant Pourquoi as-tu fait cela ? Pourquoi ne l'as-tu pas reçu ? Et quand Athénodore allait me dire que c'était mon père Faustinianus lui-même, Appion l'en empêcha, et dit Nous avons appris de quelqu'un qu'il est parti avec Simon, et qu'à la demande de Faustinianus lui-même, ne voulant pas voir ses fils, parce qu'ils sont juifs. Quand nous avons entendu cela, nous sommes venus ici pour nous enquérir de lui ; mais comme il n'est pas ici, il semble qu'il ait dû parler en toute vérité qui nous a dit qu'il était parti avec Simon. Voilà donc ce que nous vous disons. Mais moi Clément, quand j'ai compris les desseins de Pierre, qu'il voulait leur faire supposer que le vieillard serait requis de leurs mains, afin qu'ils aient peur et s'enfuient, j'ai commencé à aider son dessein, et j'ai dit à Appion Ecoute, chère Appion : ce que nous croyons bon, nous voulons le livrer à notre père aussi ; mais s'il ne le reçoit pas, mais plutôt, comme tu le dis, s'enfuit par aversion pour nous - il est peut-être dur de le dire - nous ne nous soucions pas de lui. Et quand j'ai dit cela, ils sont partis, maudissant ma cruauté, et ont suivi la trace de Simon, comme nous l'avons appris le lendemain.


 

Chapitre 65. Le succès du complot.


Pendant que Pierre était chaque jour, selon sa coutume, à enseigner le peuple et à faire de nombreux miracles et guérisons, dix jours après, un de nos gens d'Antioche, envoyé par mon père, vint nous informer de la manière dont mon père se tenait en public, accusant Simon, dont il semblait en effet porter le visage, et exaltant Pierre avec des louanges démesurées, et le recommandant à tout le peuple, et le faisant désirer, de sorte que tous furent changés par son discours, et désiraient ardemment le voir ; et que beaucoup en étaient venus à aimer tellement Pierre, qu'ils se sont mis en colère contre mon père dans son caractère de Simon, et ont pensé à lui imposer les mains, parce qu'il avait fait tant de mal à Pierre ! C'est pourquoi, dit-il, hâtez-vous, de peur qu'il ne soit assassiné ; car il m'a envoyé vers vous avec empressement, dans une grande crainte, pour vous demander de venir sans tarder, afin que vous le trouviez vivant, et aussi pour que vous apparaissiez au moment favorable, lorsque la ville sera de plus en plus attachée à vous. Il nous a aussi raconté comment, dès que mon père est entré dans la ville d'Antioche, tout le peuple s'est rassemblé auprès de lui, supposant qu'il était Simon ; et il a commencé à leur faire des aveux publics à tous, selon ce qu'exigeait la restauration du peuple : car tous, tous ceux qui sont venus, nobles et communs, riches et pauvres, espérant que quelques prodiges seraient accomplis par lui à sa manière habituelle, il s'est adressé ainsi:-


 

Chapitre 66. La vérité racontée par des lèvres mensongères.


Il est long que la divine patience me supporte, Simon le plus malheureux des hommes ; car tout ce que tu t'es demandé en moi a été fait, non par le moyen de la vérité, mais par les mensonges et les ruses des démons, afin que je puisse renverser ta foi et condamner ma propre âme. Je confesse que tout ce que j'ai dit sur Pierre n'était que mensonge ; car il n'a jamais été ni magicien ni assassin, mais il a été envoyé par Dieu pour le salut de vous tous ; et si, dès cette heure, vous pensez qu'il doit être méprisé, soyez assurés que votre ville même peut être soudainement détruite. Mais, me demanderez-vous, pour quelle raison je vous fais cette confession de mon plein gré ? J'ai été violemment réprimandé par un ange de Dieu cette nuit, et très sévèrement fouetté, parce que j'étais son ennemi. Je te supplie donc de me chasser de ta vue si jamais, à partir de cette heure, j'ouvre moi-même la bouche contre lui, car ce démon infâme, ennemi du salut des hommes, parle contre lui par ma bouche, afin que tu n'atteignes pas la vie par ses moyens. Car quel miracle l'art magique pourrait-il te montrer à travers moi ? J'ai fait aboyer des chiens effrontés et bouger des statues, les hommes changent d'apparence et disparaissent soudain de la vue des hommes ; et pour ces choses, vous auriez dû maudire l'art magique, qui lie vos âmes avec des entraves diaboliques, afin que je vous fasse voir un vain miracle, pour que vous ne croyiez pas Pierre, qui guérit les malades au nom de Celui par qui il est envoyé, et qui expulse les démons, et qui rend la vue aux aveugles, et qui rend la santé aux paralytiques, et qui ressuscite les morts.


 

Chapitre 67. Faustinianus est de nouveau lui-même.


Pendant qu'il faisait ces déclarations et d'autres semblables, le peuple se mit à le maudire, à pleurer et à se lamenter parce qu'ils avaient péché contre Pierre, le croyant magicien ou méchant. Mais le même jour, au soir, Faustinianus se fit rendre son propre visage, et l'apparition de Simon le Mage le quitta. Or Simon, apprenant que son visage sur Faustinianus avait contribué à la gloire de Pierre, s'empressa d'anticiper Pierre, et entendait provoquer par son art que sa ressemblance soit enlevée à Faustinianus, alors que le Christ avait déjà accompli cela selon la parole de son apôtre. Mais Niceta et Aquila, voyant le visage de leur père restauré après l'annonce nécessaire, rendirent grâce à Dieu, et ne lui permirent plus de s'adresser au peuple.


 

Chapitre 68. L'entrée de Pierre à Antioche.


Mais Simon commença, bien que secrètement, à aller parmi ses amis et ses connaissances, et à diffamer Pierre plus qu'auparavant. Alors tous lui crachèrent au visage, et le chassèrent de la ville en disant Tu seras accusé de ta propre mort, si tu penses revenir ici, en parlant contre Pierre. Ces choses étant connues à Laodicée, Pierre ordonna au peuple de se réunir le lendemain ; et ayant ordonné un de ceux qui le suivaient comme évêque sur eux, et d'autres comme presbytres, et ayant baptisé des foules, et rétabli dans la santé tous ceux qui étaient troublés par des maladies ou des démons, il y resta trois jours de plus ; et toutes choses étant bien arrangées, il leur fit ses adieux, et partit de Laodicée, étant très attendu par les gens d'Antioche. Et toute la ville commença à entendre, par Niceta et Aquila, que Pierre allait venir. Alors tous les habitants de la ville d'Antioche, apprenant l'arrivée de Pierre, allèrent à sa rencontre, et presque tous les vieillards et les nobles vinrent avec de la cendre saupoudrée sur la tête, témoignant ainsi de leur repentir, car ils avaient écouté le magicien Simon, en opposition à sa prédication.


 

Chapitre 69. L'action de grâces de Pierre.


En disant cela et d'autres choses semblables, ils lui apportent ceux qui sont affligés par des maladies, et tourmentés par des démons, des paralytiques aussi, et ceux qui souffrent de divers périls ; et il y avait un nombre infini de malades recueillis. Et lorsque Pierre vit qu'ils se repentaient non seulement des mauvaises pensées qu'ils avaient entretenues à son sujet par l'intermédiaire de Simon, mais aussi qu'ils montraient une foi si entière en Dieu, qu'ils croyaient que tous ceux qui souffraient de toutes sortes de maux pouvaient être guéris par lui, il étendit les mains vers le ciel, en versant des prières avec des larmes, et rendit grâces à Dieu, en disant Je te bénis, ô Père, digne de toute louange, toi qui as daigné accomplir toute parole et toute promesse de ton Fils, afin que toute créature sache que toi seul es Dieu dans les cieux et sur la terre.


 

Chapitre 70. Les miracles.


Avec de telles paroles, il s'éleva sur une hauteur, et ordonna que toute la multitude des malades fût rangée devant lui, et s'adressa à tous en ces termes : Comme vous me voyez être un homme comme vous, ne croyez pas que vous puissiez recouvrer la santé auprès de moi, mais par Celui qui, descendant du ciel, a montré à ceux qui croient en Lui un remède parfait pour le corps et l'âme. Que tous ces gens soient donc témoins de votre déclaration, afin que de tout votre cœur vous croyiez au Seigneur Jésus-Christ, pour qu'ils sachent qu'eux-mêmes aussi peuvent être sauvés par Lui. Et lorsque toute la multitude des malades s'est écriée d'une seule voix qu'Il est le vrai Dieu que Pierre prêche, soudain une lumière éclatante de la grâce de Dieu est apparue au milieu du peuple ; et les paralytiques guéris se mirent à courir aux pieds de Pierre, les aveugles à crier pour recouvrer la vue, les boiteux à rendre grâce en retrouvant la force de marcher, les malades à se réjouir de leur santé retrouvée ; certains même à peine vivants, étant déjà sans conscience ni pouvoir de parole, furent relevés ; et tous les fous, et les possédés de démons, furent libérés.


 

Chapitre 71. Le succès.


En ce jour, le Saint-Esprit fit preuve d'une si grande grâce de sa puissance que tous, du plus petit au plus grand, confessèrent le Seigneur d'une seule voix ; et pour ne pas vous retarder par de nombreuses paroles, en sept jours, plus de dix mille hommes, croyant en Dieu, furent baptisés et consacrés par la sanctification : en sorte que Théophile, qui était plus élevé que tous les hommes de pouvoir de cette ville, consacra avec tout empressement le grand palais de sa maison sous le nom d'église, et qu'une chaise y fut placée pour l'apôtre Pierre par tout le peuple ; et toute la multitude assemblée chaque jour pour entendre la parole, crut à la saine doctrine qui était avouée par l'efficacité des remèdes.


 

Chapitre 72. Une fin heureuse.


Alors moi Clément, avec mes frères et notre mère, je parlai à notre père, lui demandant s'il lui restait des restes d'incrédulité. Et il répondit : Viens, et tu verras, en présence de Pierre, quel accroissement de la foi a grandi en moi. Alors Faustinianus s'approcha, et se jeta aux pieds de Pierre, en disant Les semences de ta parole, que le champ de mon esprit a reçues, ont maintenant levé et sont si avancées à une maturité féconde que rien ne manque, si ce n'est que tu me sépares de l'ivraie par ton moissonneur spirituel, et que tu me places dans la cueillette du Seigneur, en me faisant participer à la table divine. Alors Pierre, en saisissant sa main avec empressement, me présenta Clément et mes frères, en disant De même que Dieu vous a rendu vos fils, leur père, ainsi vos fils rendent à Dieu leur père. Et il proclama un jeûne à tout le peuple, et le lendemain il le baptisa ; et au milieu du peuple, profitant de sa conversion, il raconta toutes ses fortunes, de sorte que toute la ville le reçut comme un ange, et ne lui rendit pas moins d'honneur qu'à l'apôtre. Ces choses étant connues, Pierre ordonna au peuple de se réunir le lendemain ; et ayant ordonné un de ses disciples comme évêque, et d'autres comme presbytres, il baptisa aussi un grand nombre de personnes, et rendit la santé à tous ceux qui avaient été affligés par des maladies.