Méthode d'Olympe

ORAISON SUR SIMÉON ET ANNA

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

Le jour où ils se sont rencontrés au temple.




I. Bien que j'aie auparavant, aussi brièvement que possible, dans mon dialogue sur la chasteté, suffisamment jeté les bases, pour ainsi dire, d'un discours sur la virginité, aujourd'hui, la saison a mis en avant tout le sujet de la gloire de la virginité, et de son incorruptible couronne, pour la délicieuse considération des enfants nourriciers de l'Église. Car aujourd'hui, la salle du concile des oracles divins est grande ouverte, et les signes qui préfigurent ce jour glorieux, avec ses effets et ses enjeux, sont lus par les prêcheurs sacrés à l'Église assemblée. Aujourd'hui, l'accomplissement de cet ancien et véritable conseil est, en fait et en acte, glorieusement manifesté au monde. Aujourd'hui, sans aucune couverture, 2 Corinthiens 3:18 et avec le visage dévoilé, nous voyons, comme dans un miroir, la gloire du Seigneur, et la majesté de l'arche divine elle-même. Aujourd'hui, la très sainte assemblée, portant sur ses épaules la joie céleste qui était attendue depuis des générations, la transmet à la race humaine. Les choses anciennes sont passées 2 Corinthiens 5:17 - - les choses nouvelles éclatent en fleurs, et telles qu'elles ne se fanent pas. Ce n'est plus le décret sévère de la loi qui est en vigueur, mais la grâce du Seigneur qui règne et qui attire tous les hommes à lui en sauvant la longue souffrance. Il n'y a pas de deuxième fois qu'un Ozias 2 Samuel 6:7 est puni de façon invisible, pour avoir osé toucher ce qui ne peut être touché ; car Dieu lui-même invite, et qui restera hésitant avec crainte ? dit-il : Venez à Moi, vous tous qui peinez et qui êtes chargés de travail. Matthieu 11:28 Qui donc ne courra pas vers lui ? Qu'aucun Juif ne contredise la vérité, en regardant le type qui est allé devant la maison d'Obededom. 2 Samuel 6:10 Le Seigneur est manifestement venu chez les siens. Et, assis sur une arche vivante et non pas inanimée, comme sur le propitiatoire, il sort en procession solennelle sur la terre. Le publicain, lorsqu'il touche cette arche, s'en va tout juste ; la prostituée, lorsqu'elle s'en approche, est en quelque sorte remodelée et devient chaste ; le lépreux, lorsqu'il la touche, est rendu entier sans douleur. Elle ne repousse personne, elle ne recule devant personne, elle transmet les dons de la guérison, sans contracter elle-même aucune maladie ; car le Seigneur, qui aime et prend soin de l'homme, en elle fait sa demeure. Ce sont les dons de cette nouvelle grâce. C'est cette chose nouvelle et étrange qui s'est produite sous le soleil Siracide 1:10 - une chose qui n'avait jamais eu de place auparavant, et qui n'en aura plus. Ce que Dieu de sa compassion envers nous avait prévu s'est accompli, il l'a réalisé grâce à l'amour de l'homme qui lui est si cher. La trompette sacrée a donc sonné avec justesse, les choses anciennes ont disparu, voici que toutes les choses sont devenues nouvelles. 2 Corinthiens 5:17 Et que concevrai-je, que dirai-je digne de ce jour ? Je lutte pour atteindre l'inaccessible, car le souvenir de cette vierge sacrée transcende de loin toutes mes paroles. C'est pourquoi, puisque la grandeur du panégyrique requis met complètement à mal nos pouvoirs limités, mettons-nous à cet hymne qui ne dépasse pas nos facultés, et nous vantant de notre propre défaite inaltérable, rejoignons le chœur joyeux du troupeau du Christ, qui garde la fête. Et vous, mes divins et saints auditeurs, gardez un silence strict, afin que par le canal étroit des oreilles, comme dans le port de l'entendement, le navire affrété avec la vérité puisse naviguer paisiblement. Nous célébrons la fête, non pas selon les vaines coutumes de la mythologie grecque, mais selon une fête qui n'apporte pas de banquet ridicule ou frénétique des dieux, mais qui nous enseigne la merveilleuse condescendance, à nous les hommes, de la terrible gloire de Celui qui est Dieu par-dessus tout.Romains 9:5



II. Viens donc, Esaïe, le plus solennel des prédicateurs et le plus grand des prophètes, dévoiler avec sagesse à l'Eglise les mystères de la congrégation dans la gloire, et inciter nos excellents hôtes en abondance à se rassasier de délices durables, afin que, plaçant la réalité que nous possédons contre le miroir de ton prophète véridique que tu es, tu puisses joyeusement frapper des mains à la question de tes prédictions. L'année de la mort du roi Ozias, dit-il, j'ai vu le Seigneur assis sur un trône, haut et élevé, et la maison était pleine de sa gloire. Et les séraphins se tenaient autour de lui : chacun d'eux avait six ailes. Et l'un criait à l'autre, et disait : Saint, saint, saint, est le Seigneur des armées : toute la terre est pleine de Sa gloire. A la voix de celui qui criait, les poteaux de la porte furent déplacés, et la maison fut remplie de fumée. Et je dis : "Malheur à moi ! Je suis piqué au coeur, car je suis un homme aux lèvres impures, et j'habite au milieu d'un peuple aux lèvres impures ; car mes yeux ont vu le Roi, le Seigneur des armées. Et l'un des séraphins m'a été envoyé, ayant à la main un charbon vivant qu'il avait pris avec les pinces sur l'autel. Il toucha ma bouche et dit : Voici, ceci a touché tes lèvres ; ton iniquité est enlevée, et ton péché est purifié. Et j'entendis la voix de l'Éternel, qui disait : Qui dois-je contraindre, et qui ira vers ce peuple ? Et je dis : Me voici, envoie-moi. Et il dit : Va, et dis à ce peuple : Vous entendez bien, mais vous ne comprenez pas ; et vous voyez bien, mais vous ne percevez pas. Ce sont là les proclamations faites d'avance par le prophète par l'Esprit. Mes bien-aimés, considérez la force de ces paroles. Ainsi, vous comprendrez la question de ces symboles sacramentels, et vous saurez à la fois ce qu'est ce rassemblement de nous-mêmes et à quel point il est important. Et puisque le prophète a déjà parlé de ce miracle, venez, et avec la plus grande ardeur et exultation, et l'empressement du cœur, ainsi qu'avec la plus grande sagacité de votre intelligence, et ainsi approchez Bethléem la célèbre, et placez devant votre esprit une image claire et distincte, en comparant la prophétie avec l'issue réelle des événements. Vous n'aurez pas besoin de beaucoup de mots pour en arriver à une connaissance de la question ; fixez seulement vos yeux sur les choses qui s'y passent. Toutes les choses sont vraiment claires pour ceux qui comprennent, et justes pour ceux qui trouvent la connaissance. Proverbes 8:9 Car voici, comme un trône élevé et élevé par la gloire de Celui qui l'a façonné, la vierge-mère est là, préparée, et cela de la manière la plus évidente pour le Roi, l'Éternel des armées. Sur ce, considérez que le Seigneur vient maintenant à vous dans une chair pécheresse. Sur ce trône virginal, je dis, adorez Celui qui vient maintenant vers vous par cette nouvelle et toujours adorable voie. Regardez autour de vous avec l'oeil de la foi, et vous trouverez autour de Lui, comme par l'ordonnance de leurs cours, la compagnie royale et sacerdotale des séraphins. Ceux-ci, en tant que garde du corps, ont l'habitude d'assister à la présence de leur roi. C'est pourquoi, en ce lieu, on leur dit non seulement de chanter avec leurs louanges la substance divine de l'unité divine, mais aussi la gloire à adorer par tous ceux de la Sainte Trinité qui, par l'apparition de Dieu dans la chair, a même illuminé la terre. Ils disent : La terre entière est pleine de Sa gloire. Car nous croyons qu'avec le Fils, qui s'est fait homme pour nous, selon le bon plaisir de sa volonté, était également présent le Père, qui est inséparable de Lui quant à sa nature divine, ainsi que l'Esprit, qui est d'une seule et même essence avec Lui. Car, comme le dit Paul, l'interprète de l'oracle divin, Dieu était en Christ réconciliant le monde avec lui-même, ne lui imputant pas ses fautes. 2 Corinthiens 5:19 Il montre ainsi que le Père était dans le Fils, parce que cette seule et même volonté a agi en eux.



III. C'est pourquoi, ô amoureux de cette fête, lorsque tu auras bien considéré les glorieux mystères de Bethléem - qui se sont accomplis à cause de toi - joins-toi volontiers à l'armée céleste, qui célèbre magnifiquement ton salut.2 Samuel 6:14 Comme David l'a fait une fois devant l'arche, toi aussi, devant ce trône virginal, tu conduis joyeusement la danse. Hymne avec un chant de joie à l'Éternel, qui est toujours et partout présent, et à Celui qui, depuis Théman, Habacuc 3:3 comme le dit le prophète, a cru bon de paraître, et cela dans la chair, à la race des hommes. Dis, avec Moïse, qu'il est mon Dieu, et que je le glorifierai ; qu'il est le Dieu de mon père, et que je l'exalterai. Exode 15:2 Ensuite, après votre hymne d'action de grâces, nous nous renseignerons utilement sur ce qui a suscité l'apparition du Roi de Gloire à Bethléem. Sa compassion pour nous l'a contraint, lui qui ne peut être contraint, à naître dans un corps humain à Bethléem. Mais quelle nécessité y avait-il pour lui, lorsqu'un nourrisson était allaité, pour lui qui, bien que les deux aient été dans le temps, n'était pas limité par le temps, pour lui qui, bien qu'enveloppé dans des langes, n'était pas retenu par ceux-ci, quelle nécessité y avait-il pour lui d'être un exilé et un étranger de son pays ? Si vous voulez bien le savoir, vous qui êtes une assemblée très sainte et sur laquelle l'Esprit de Dieu a soufflé, écoutez Moïse qui proclame clairement au peuple, le stimulant pour ainsi dire à la connaissance de cette nativité extraordinaire, et qui dit : Tout mâle qui ouvre le ventre de sa mère sera appelé saint à l'Eternel. Exode 31:19 Ô merveilleuse circonstance ! Ô profondeur des richesses de la sagesse et de la connaissance de Dieu ! Romains 11:33 En effet, le Seigneur de la loi et les prophètes ont fait tout selon sa propre loi, non pas pour annuler la loi, mais pour l'accomplir, et plutôt pour relier à l'accomplissement de la loi le commencement de sa grâce. C'est donc que la mère, qui était supérieure à la loi, se soumet à la loi. Et elle, la sainte et la pure, observe ce temps de quarante jours qui a été fixé pour les impurs. Et celui qui nous affranchit de la loi, s'est soumis à la loi ; et il est offert pour celui qui nous a sanctifiés, une paire d'oiseaux purs, Luc 11:24 en témoignage de ceux qui s'approchent purs et irréprochables. Maintenant que cette parturition a été polluée, et qu'elle n'a pas eu besoin de victimes expiatoires, Esaïe est notre témoin, qui proclame distinctement à toute la terre sous le soleil : Avant qu'elle n'accouche, dit-il, elle a accouché avant que ses douleurs n'arrivent, elle s'est échappée, et a donné naissance à un homme-enfant. Esaïe 66:7 Qui a entendu une telle chose ? Qui a vu de telles choses ? La sainte vierge mère a donc échappé entièrement à l'emprise des femmes avant même d'avoir enfanté : sans doute, afin que le Saint-Esprit, en la fiançant à Lui-même et en la sanctifiant, lui permette de concevoir sans avoir de rapports avec un homme. Elle a engendré son Fils premier-né, le Fils unique de Dieu, Lui, je le dis, qui, dans les cieux d'en haut, a brillé comme le seul-né, sans mère, de la substance de son Père, et a préservé la virginité de son unité naturelle indivisible et inséparable ; et qui, sur terre, dans la chambre nuptiale de la vierge, s'est uni à la nature d'Adam, comme un époux, par une union inaliénable, et a préservé la pureté de sa mère, non corrompue et non blessée - Lui, en somme, qui dans le ciel a été engendré sans corruption, et sur terre a été engendré d'une manière tout à fait indicible. Mais pour en revenir à notre sujet.



IV. C'est pourquoi le prophète fit venir la vierge de Nazareth, afin qu'elle donne naissance à Bethléem à son enfant salvateur, et la ramena à Nazareth, afin de manifester au monde l'espoir de la vie. C'est pourquoi l'arche de Dieu s'est retirée de l'auberge de Bethléem, car c'est là qu'il a payé à la loi la dette des quarante jours, due non pas à la justice mais à la grâce, et qu'il s'est reposé sur les montagnes de Sion, recevant en son sein pur comme sur un trône élevé et transcendant la nature de l'homme, le monarque de tous, elle l'a présenté là à Dieu le Père, en tant que co-partenaire de son trône et inséparable de sa nature, avec cette chair pure et immaculée qu'il avait de sa substance assumée. La sainte mère monte au temple pour exposer à la loi un nouveau et étrange miracle, même cet enfant tant attendu, qui a ouvert le ventre de la vierge, et pourtant n'a pas fait éclater les barrières de la virginité ; cet enfant, supérieur à la loi, qui pourtant a accompli la loi ; cet enfant qui était à la fois devant la loi, et pourtant après elle ; cet enfant, en somme, qui était d'elle incarné au-delà de la loi de la nature. En effet, dans d'autres cas, tout utérus ouvert d'abord par la connexion avec un homme et, étant imprégné par sa semence, reçoit le début de la conception, et par les douleurs qui rendent la parturition parfaite, fait finalement naître à la lumière sa progéniture douée de raison, et de nature cohérente, conformément à la sage disposition de Dieu son Créateur. Car Dieu a dit : "Soyez féconds, multipliez, et remplissez la terre". Mais le ventre de cette vierge, sans avoir été ouvert auparavant, ni avoir été imprégné de semence, a donné naissance à une progéniture qui a transcendé la nature, tout en lui étant apparentée, et cela sans nuire à l'unité indivisible, de sorte que le miracle a été le plus prodigieux, la prérogative de la virginité restant également intacte. Elle monte donc au temple, elle qui était plus exaltée que le temple, revêtue d'une double gloire - la gloire, dis-je, de la virginité non souillée, et celle de la fécondité ineffable, la bénédiction de la loi, et la sanctification de la grâce. C'est pourquoi il dit qui l'a vu : Toute la maison était remplie de sa gloire, et les séraphins se tenaient autour de lui ; et l'un criait à l'autre, et disait Saint, saint, saint, est le Seigneur des armées : toute la terre est remplie de sa gloire. Esaïe 6:3 Comme l'a chanté avec charme le prophète bienheureux Habaquq, en disant : Au milieu de deux êtres vivants, tu seras connu ; à l'approche des années, tu seras reconnu ; quand l'heure sera venue, tu seras montré. Voyez, je vous prie, l'extrême précision de l'Esprit. Il parle de connaissance, de reconnaissance, de démonstration. Quant au premier de ces éléments : Au milieu de deux créatures vivantes, tu seras connu, Habacuc 3:2 il se réfère à l'ombre de la gloire divine qui, au temps de la loi, reposait dans le Saint des saints sur la couverture de l'arche, entre les chérubins typiques, comme il le dit à Moïse : Là, je te serai connu. Exode 25:22 Mais il se réfère également à ce rassemblement d'anges, qui est maintenant venu à notre rencontre, par la manifestation divine et toujours adorable du Sauveur lui-même dans la chair, bien qu'il ne puisse être vu par nous dans sa nature même, comme l'a déjà déclaré Isaïe. Mais quand Il dit : "Les années approchent, vous serez reconnus", Il veut dire, comme on l'a déjà dit, cette glorieuse reconnaissance de notre Sauveur, Dieu dans la chair, qui est autrement invisible aux yeux des mortels ; comme le dit quelque part Paul, ce grand interprète des mystères sacrés : Mais lorsque les temps furent accomplis, Dieu envoya son Fils, fait d'une femme, fait sous la loi, pour racheter ceux qui étaient sous la loi, afin que nous recevions l'adoption de fils. Galates 4:4-5 Et puis, en ce qui concerne ce qui est écrit : Le moment venu, tu seras manifesté, que faut-il pour que cela soit manifesté, si un homme dirige diligemment l'oeil de son esprit vers la fête que nous célébrons maintenant ? Car alors tu seras montré, dit-il, comme sur une charge royale, par ta mère pure et chaste, dans le temple, et cela dans la grâce et la beauté de la chair assumée par toi. Le prophète résume toutes ces choses, pour plus de clarté, en s'exclamant brièvement : L'Éternel est dans son saint temple ; Habacuc 2:20 Craignez devant lui toute la terre.



V. En vérité, le mystère qui te concerne est immense, ô vierge mère, trône spirituel, glorifié et rendu digne de Dieu. Tu as fait naître, sous les yeux de ceux qui sont dans le ciel et sur la terre, un prodige éminent. Et c'est une preuve, et un argument irréfutable, qu'à la nouveauté de ta grossesse surnaturelle, les anges ont chanté sur la terre, Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et sur la terre paix, bonne volonté envers les hommes, Luc 2,14 par leur triple chant apportant une triple sainteté. Heureux êtes-vous parmi les générations de femmes, ô vous de Dieu, très heureux, car par vous la terre a été remplie de cette gloire divine de Dieu ; comme dans les Psaumes, elle est chantée : Béni soit le Seigneur, Dieu d'Israël, et toute la terre sera remplie de sa gloire. Amen. Amen. Et les poteaux de la porte, dit le prophète, émus par la voix de celui qui criait, par lesquels est signifié le voile du temple tiré devant l'Arche de l'Alliance, qui vous a caractérisés, afin que la vérité m'apparaisse, et aussi afin que les types et les figures qui vous ont précédés m'apprennent à m'approcher avec révérence et tremblement pour faire honneur au mystère sacré qui vous est lié ; et que, grâce à cette mise en ombre préalable de la loi, je puisse être empêché de contempler avec audace et irrévérence, avec un regard fixe, Celui qui, dans son incompréhension, est assis bien au-dessus de tout. Car si à l'arche, qui était l'image et le type de votre sainteté, Dieu a rendu un tel honneur que seul l'ordre sacerdotal en a ouvert l'accès ou en a permis l'entrée, le voile qui la sépare et qui garde le vestibule comme celui d'une reine, quelle vénération vous est due, à vous qui êtes de la création la plus petite, à vous qui êtes vraiment une reine ; à toi, l'arche vivante de Dieu, le législateur ; à toi, le ciel qui contient Celui qui ne peut être contenu par personne ? Car depuis que toi, ô sainte vierge, tu as levé l'aurore comme un jour lumineux sur le monde et que tu as fait naître le Soleil de justice, cette horreur haineuse des ténèbres a été chassée ; le pouvoir du tyran a été brisé, la mort a été détruite, l'enfer a été englouti et toute inimitié dissoute devant la face de la paix ; les maladies nocives s'en vont maintenant que le salut se profile ; et l'univers entier a été rempli de la lumière pure et claire de la vérité. Ce à quoi Salomon fait allusion dans le Livre des Cantiques, et commence ainsi : Mon bien-aimé est à moi, et je suis à lui ; il se nourrit parmi les lis jusqu'au lever du jour, et les ombres s'enfuient. Cantique des Cantiques 2:16-17 Depuis lors, le Dieu des dieux est apparu à Sion, et la splendeur de sa beauté est apparue à Jérusalem ; et une lumière s'est levée pour les justes, et une joie pour ceux qui ont le cœur sincère. Selon le bienheureux David, le Parfait et Seigneur des parfaits a, par le Saint-Esprit, appelé le maître et le ministre de la loi à exercer son ministère et à rendre témoignage des choses qui ont été faites.



VI. C'est pourquoi le vieillard Siméon, repoussant la faiblesse de la chair, et revêtant la force de l'espérance, face à la loi, s'est empressé de recevoir le ministre de la loi, le Maître avec autorité, le Dieu d'Abraham, le Protecteur d'Isaac, le Saint d'Israël, l'Instructeur de Moïse ; Lui, dis-je, qui a promis de lui montrer sa divine incarnation, comme ses entrailles;Exode 3 : 23 Celui qui, au milieu de la pauvreté, était riche ; Celui qui, dans l'enfance, était avant les âges ; Celui qui, bien que vu, était invisible ; Celui qui, dans l'entendement, était incompréhensible ; Celui qui, bien qu'étant petit, dépassait toute grandeur - à la fois dans le temple et dans les cieux les plus élevés - sur un trône royal, et sur le char des chérubins ; Celui qui est continuellement au-dessus et au-dessous ; Celui qui est sous la forme d'un serviteur, et sous la forme de Dieu le Père ; un sujet, et pourtant Roi de tous. Il était entièrement livré au désir, à l'espoir, à la joie ; il n'était plus à lui, mais à Celui qui avait été cherché. L'Esprit Saint lui avait annoncé la joyeuse nouvelle et avant qu'il n'atteigne le temple, porté par les yeux de son intelligence, comme s'il possédait déjà ce qu'il désirait, il exultait de joie. Ainsi conduit, et dans sa hâte de fouler l'air de ses pas, il atteint le sanctuaire jusqu'alors tenu pour sacré ; mais, n'écoutant pas le temple, il tend ses bras sacrés au chef du temple, chantant en chants les tensions qui deviennent l'occasion joyeuse : J'aspire à Toi, Seigneur Dieu de mes pères et Seigneur de la miséricorde, qui a daigné, à Ta gloire et Ta bonté, qui pourvoit à tous, à Ta gracieuse condescendance, avec laquelle Tu t'inclines vers nous, en tant que Médiateur apportant la paix, pour établir l'harmonie entre la terre et le ciel. Je Te cherche, Toi, le Grand Auteur de tous. J'attends avec impatience que Tu sois celui qui, par Ta parole, embrasse toutes choses. Je T'attends, Toi, le Seigneur de la vie et de la mort. Je te cherche, Toi qui donnes la loi et qui la fais suivre. J'ai faim de Toi, qui ressuscite les morts ; j'ai soif de Toi, qui rafraîchit les fatigués ; je Te désire, Toi, le Créateur et le Rédempteur du monde.Esaïe 43:10 Tu es notre Dieu, et nous T'adorons ; Tu es notre saint Temple, et en Toi nous prions ; Tu es notre Législateur, et nous T'obéissons ; Tu es le Dieu de toutes choses, le Premier. Avant toi, il n'y avait pas d'autre dieu engendré par Dieu le Père ; après toi, il n'y aura pas d'autre fils consubstantiel et d'une seule gloire avec le Père. Te connaître est une justice parfaite, et connaître ta puissance est la racine de l'immortalité. Sagesse 15:3 Tu es celui qui, pour notre salut, a été fait la pierre de tête de l'angle, précieuse et honorable, déclarée devant Sion. Car toutes les choses sont placées sous ta direction, comme leur cause et leur auteur, comme celui qui a fait naître toutes choses du néant et qui a donné à ce qui était instable une solide cohérence, comme le lien et le gardien de ce qui a été créé, comme l'encadreur des choses différentes par nature, comme celui qui, d'une main sage et ferme, tient la barre de l'univers, comme le principe même de tout bon ordre, comme le lien irréfragable de la concorde et de la paix. C'est pourquoi, Seigneur mon Dieu, je te glorifierai, je louerai ton nom, car tu as fait des choses merveilleuses ; tes conseils d'autrefois sont la fidélité et la vérité ; tu es revêtu de majesté et d'honneur. Car quoi de plus splendide pour un roi qu'une robe pourpre brodée de fleurs, et un diadème brillant ? Ou qu'est-ce qui est plus magnifique pour Dieu, qui se délecte de l'homme, que cette miséricordieuse assomption de la virilité, illuminant de ses rayons resplendissants ceux qui sont assis dans les ténèbres et l'ombre de la mort ? Ésaïe 42, 7 ; Luc 1, 79. Ce roi temporel et ton serviteur ont bien fait de te chanter une fois comme le roi éternel, en disant : Tu es plus juste que les enfants des hommes, qui parmi les hommes sont Dieu et l'homme même. Car tu as ceint, par ton incarnation, tes reins de justice, et tu as oint tes veines de fidélité, toi qui es la justice et la vérité, la joie et l'allégresse de tous... Esaïe 11:5 Réjouissez-vous donc aujourd'hui avec moi, cieux, car le Seigneur a fait miséricorde à son peuple. Que les nuages répandent sur le monde la rosée de la justice, que les fondements de la terre sonnent de la trompette pour ceux qui sont dans le Hadès, car la résurrection de ceux qui dorment est venue.Esaïe 45:8 Que la terre aussi fasse jaillir la compassion pour ses habitants, car je suis rempli de consolation, je suis dans l'allégresse depuis que je T'ai vu, Toi, le Sauveur des hommes. 2 Corinthiens 7:4



VII. Alors que le vieil homme était ainsi dans l'exultation et la joie d'une joie immense et sainte, ce qui avait été dit auparavant par le prophète Esaïe, la sainte mère de Dieu, s'accomplissait maintenant manifestement. Car en prenant, comme sur un autel pur et immaculé, ce charbon vivant et ineffable, avec la chair de l'homme investie, dans l'étreinte de ses mains sacrées, pour ainsi dire avec les pinces, elle le tendit à ce juste, l'adressant et l'exhortant, comme il me semble, en des mots à cet effet : Recevez, ô révérend senior, vous des prêtres les plus excellents, recevez le Seigneur, et récoltez le plein épanouissement de votre espérance qui n'est pas laissée en veuvage et en désolation. Recevez, vous les hommes les plus illustres, le trésor inépuisable, et ces richesses qui ne pourront jamais vous être enlevées. Prends dans tes bras, ô toi qui es le plus sage des hommes, cette force indicible, cette puissance insondable, qui seule peut te soutenir. Embrassez, vous qui êtes le ministre du temple, la Grandeur infinie, et la Force incomparable. Plie-toi autour de Celui qui est la vie même, et vis, ô toi d'hommes très vénérables, Accroche-toi étroitement à l'incorruptibilité et sois renouvelé, ô toi d'hommes très justes. N'ayez pas trop d'audace dans votre tentative, n'y reculez pas, ô vous qui êtes des hommes très saints. Satisfais-toi de Celui que tu as désiré, et prends plaisir à Celui qui t'a été donné, ou plutôt qui se donne à toi, ô toi d'hommes très divins. Tirez joyeusement votre lumière, ô vous d'hommes très pieux, du Soleil de justice, qui brille autour de vous à travers le miroir immaculé de la chair. Ne craignez pas sa douceur, et ne laissez pas sa clémence vous terrifier, ô vous qui êtes les plus bénis des hommes. Ne crains pas sa clémence, ne recule pas devant sa bonté, ô toi qui es le plus modeste des hommes. Joignez-vous à lui avec empressement, et ne tardez pas à lui obéir. Ce qui vous est dit et ce qui vous est présenté ne goûte pas à l'audace. N'ayez donc pas de réticence, ô vous qui êtes les plus décorés. La flamme de la grâce de mon Seigneur ne consume pas, mais vous illumine, ô vous qui êtes le plus juste des hommes. Exode 3:2 Que le buisson qui m'a mis au type, par rapport à la vérité de ce feu qui n'avait pas encore de subsistance, t'enseigne ceci, ô toi qui es dans la loi le mieux instruit.Daniel 3:21 Que cette fournaise qui était comme une brise distillant la rosée te persuade, ô maître, de la dispensation de ce mystère. Que mon sein vous serve de preuve, en plus de tout cela, qu'Il était contenu, lui qui n'a jamais été contenu dans rien d'autre, de la substance dont le Verbe incarné a daigné s'incarner. Le souffle de l'Exode 19:16 de la trompette ne terrifie pas maintenant ceux qui s'approchent, ni une seconde fois la montagne toute en fumée ne terrorise ceux qui s'approchent, ni d'ailleurs la loi ne punit sans relâche ceux qui voudraient toucher avec audace. Ce qui est ici présent parle d'amour à l'homme ; ce qui est ici apparent, de la condescendance divine. Accueillez donc avec gratitude le Dieu qui vient à vous, car il effacera vos fautes et purifiera vos péchés. En vous, que la purification du monde d'abord, comme dans le type, ait lieu. En toi et par toi, que la justification qui est de la grâce soit connue d'avance des païens. Tu es digne des prémices de l'accélération. Vous avez fait bon usage de la loi. Faites désormais usage de la grâce. Avec la lettre, vous vous êtes lassé ; dans l'esprit, soyez renouvelés. Repoussez ce qui est ancien, et revêtez-vous de ce qui est nouveau. Je ne crois pas que vous soyez ignorants de ces choses.



VIII. Sur tout cela, ce juste, s'enhardissant et cédant à l'exhortation de la mère de Dieu, qui est la servante de Dieu pour les choses qui concernent les hommes, a reçu dans ses bras âgés celui qui, dans l'enfance, était encore l'Ancien des jours, et il a béni Dieu, et il a dit : Seigneur, que ton serviteur parte maintenant en paix, selon ta parole ; car mes yeux ont vu ton salut que tu as préparé devant la face de tout le peuple, une lumière pour éclairer les païens, et la gloire de ton peuple Israël. Luc 2:29-32 J'ai reçu de toi une joie non mêlée de douleur. Reçois-moi dans l'allégresse, Seigneur, et en chantant ta miséricorde et ta compassion. Tu m'as donné cette joie de coeur. Je Te rends avec joie mon tribut d'action de grâces. J'ai connu la puissance de l'amour de Dieu. Puisque, pour moi, le Dieu de toi, engendré de façon ineffable et sans corruption, s'est fait homme. J'ai connu la grandeur inexplicable de Ton amour et de Ton souci pour nous, car Tu as envoyé Tes propres entrailles pour venir à notre délivrance. Maintenant, je comprends longuement ce que j'ai appris de Salomon : L'amour est aussi fort que la mort, car c'est par elle que l'aiguillon de la mort disparaîtra, c'est par elle que les morts verront la vie, c'est par elle que la mort apprendra ce qu'est la mort, et qu'elle cessera d'exercer sa domination sur nous. C'est par elle aussi que le serpent, auteur de nos maux, sera capturé et accablé. Cantique des Cantiques 8:6 Tu nous as fait connaître, Seigneur, ton salut, en faisant germer pour nous la plante de la paix, et nous ne nous égarerons plus dans l'égarement. Tu nous as fait connaître, Seigneur, que tu n'as pas négligé jusqu'au bout tes serviteurs, et que tu n'as pas non plus, ô bienfaiteur, oublié entièrement l'œuvre de tes mains. Car, par compassion pour notre humiliation, Tu as répandu sur nous en abondance Ta bonté inépuisable, qui est en accord avec Ta nature même, en nous rachetant par Ton Fils unique, qui est immuable comme Toi, et d'un seul tenant avec Toi ; jugeant indigne de Ta majesté et de Ta bonté de confier à un serviteur l'oeuvre de sauver et de faire bénéficier Tes serviteurs, ou de faire réconcilier ceux qui avaient offensé par un ministre. Mais au moyen de cette lumière, qui est d'une seule substance avec Toi, Tu as donné la lumière à ceux qui étaient assis dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, afin que dans Ta lumière ils puissent voir la lumière de la connaissance ; et il T'a semblé bon, par le moyen de notre Seigneur et Créateur, de nous façonner à nouveau pour nous rendre immortels ; et Tu nous as gracieusement donné un retour au Paradis par le moyen de Celui qui nous a séparés des joies du Paradis ; et par le moyen de Celui qui a le pouvoir de pardonner les péchés Tu asMark 2 : 10 a effacé l'écriture qui était contre nous. Colossiens 2:4 Enfin, par le moyen de Celui qui participe à Ton trône et qui ne peut être séparé de Ta nature divine, Tu nous as fait le don de la réconciliation et de l'accès à Toi avec confiance, afin que, par le Seigneur qui ne reconnaît l'autorité souveraine de personne, par le Dieu véritable et tout-puissant, la sanction souscrite, pour ainsi dire, de tant et si grandes bénédictions puisse constituer les dons justifiants de la grâce pour être des droits certains et indubitables à ceux qui ont obtenu miséricorde. Et c'est précisément ce que le prophète avait annoncé auparavant dans ses paroles : Ce n'est pas un ambassadeur, ni un ange, mais le Seigneur lui-même qui les a sauvés ; car il les a aimés et épargnés, il les a pris et les a élevés. Et tout cela n'était pas des oeuvres de justice Tite 3 : 5 ce que nous avons fait, et ce n'est pas parce que nous t'avons aimé, car notre premier ancêtre terrestre, qui a été honorablement diverti dans la charmante demeure du Paradis, a méprisé ton commandement divin et salvateur, et a été jugé indigne de ce lieu de vie, et a mêlé sa semence avec les rejetons du péché, il l'a rendu très faible - mais Toi, Seigneur, de Ton propre moi et de Ton ineffable amour envers la créature de Tes mains, Tu as confirmé Ta miséricorde envers nous, et, ayant pitié de notre éloignement de Toi, Tu t'es ému à la vue de notre dégradation Jean 4 : 9 pour nous prendre en pitié. Ainsi, pour l'avenir, une joyeuse fête est établie pour nous de la race d'Adam, car le premier Créateur d'Adam de son propre gré est devenu le Second Adam. Et l'éclat du Seigneur notre Dieu est descendu pour séjourner avec nous, afin que nous voyions Dieu face à face, et que nous soyons sauvés C'est pourquoi, ô Seigneur, je cherche à ce que tu sois autorisé à partir. J'ai vu Ton salut ; laisse-moi être délivré du joug courbé de la lettre. J'ai vu le roi éternel, auquel nul autre ne succède ; que je sois libéré de cette chaîne servile et pesante. J'ai vu celui qui est par nature mon Seigneur et mon libérateur ; puissé-je obtenir son décret pour ma délivrance. Libère-moi du joug de la condamnation, et place-moi sous le joug de la justification. Délivre-moi du joug de la malédiction, et de la lettre qui tue ; 2 Corinthiens 3:6 et enrôle-moi dans la compagnie bénie de ceux qui, par la grâce de ton vrai Fils, qui est de gloire et de puissance égales à celles de toi, ont été reçus en adoption de fils.



IX. Que ce que j'ai dit jusqu'à présent, en bref, suffise donc, dit-il, pour le présent comme mon offrande de remerciement à Dieu. Mais que te dirai-je, ô mère-vierge et vierge-mère ? Car la louange même de celle qui n'est pas l'oeuvre de l'homme dépasse la puissance de l'homme. C'est pourquoi je ferai briller l'obscurité de ma pauvreté par la splendeur des dons des esprits qui t'entourent, et en t'offrant les tiens, je cueillerai dans les prairies immortelles une guirlande pour ta tête sacrée et divinement couronnée. Avec tes hymnes ancestraux, je te saluerai, ô fille de David, et mère du Seigneur et Dieu de David. Car il était vilain et malvenu de t'orner, toi qui, dans ta propre gloire, excelles avec ce qui appartient à autrui. Recevez donc, ô dame, des dons inestimables, précieux et qui ne sont destinés qu'à vous, ô vous qui êtes élevée au-dessus de toutes les générations et qui, parmi toutes les choses créées, visibles et invisibles, brillez comme la plus honorable. Bienheureuse la racine d'Isaï, et trois fois bénie la maison de David, dans laquelle tu as germé. Dieu est au milieu de toi et tu ne seras pas ébranlé, car le Très-Haut a sanctifié le lieu de sa demeure. Car en vous les alliances et les serments faits par Dieu aux pères ont reçu un accomplissement des plus glorieux, puisque par vous est apparu le Seigneur, le Dieu des armées avec nous. Ce buisson qui ne pouvait être touché, Exode 3:2, qui auparavant ombrageait votre figure dotée de la majesté divine, a porté Dieu sans se consumer, qui s'est manifesté au prophète juste au moment où il voulait être vu. Puis, de nouveau, ce rocher dur et rugueux, Exode 17:6, qui a fait apparaître la grâce et le rafraîchissement qui ont jailli de toi pour le monde entier, a fait surgir de ses flancs assoiffés, dans le désert, un courant d'air guérisseur pour les personnes évanouies. De plus, le bâton du prêtre qui, sans culture, a fleuri en fruit, Nombres 17:8, le gage et le sérieux d'un sacerdoce perpétuel, n'a fourni aucun symbole méprisable de votre grossesse surnaturelle. Hébreux 9:4 Quoi, d'ailleurs ? Le puissant Moïse n'a-t-il pas déclaré expressément qu'à cause de ce type de vous, difficile à comprendre, Exode 25:8, il s'attardait davantage sur la montagne, afin d'apprendre, ô saint, les mystères qui vous sont liés ? Pour avoir reçu l'ordre de construire l'arche comme signe et similitude de cette chose, il n'a pas été négligent dans l'obéissance à cet ordre, bien qu'un événement tragique se soit produit lors de sa descente de la montagne ; mais l'ayant faite de cinq coudées et demie, il l'a désignée comme le réceptacle de la loi et l'a recouverte des ailes des chérubins, te désignant de toute évidence comme la mère de Dieu, qui l'a conçue sans corruption et a fait naître de manière ineffable Celui qui est lui-même, pour ainsi dire, la consistance même de l'incorruptibilité, et cela dans les limites des cinq cercles et demi du monde. A cause de vous, et de l'Incarnation immaculée de Dieu, le Verbe, qui par vous a été mis en place à cause de cette chair qui demeure immuablement et indivisiblement avec Lui pour toujours.Hébreux 9:4 Le pot d'or, comme un type très certain, préservait aussi la manne qu'il contenait, qui dans d'autres cas était changée de jour en jour, inchangée, et se conservant fraîche pour les âges. De même, le prophète Élie 2 Rois 2:11, voyant votre chasteté et l'imitant par l'Esprit, lia autour de lui la couronne de cette vie de feu, étant par le décret divin jugé supérieur à la mort. Vous aussi, préfigurant son successeur Elisée, Siracide 48 : 1 ayant été instruit par un sage maître, et anticipant ta présence qui n'était pas encore née, par certaines indications sûres des choses qui auraient lieu dans l'au-delà, tu apportais à ceux qui en avaient besoin aide et guérison, ce qui était d'une vertu au-delà de la nature ; maintenant avec une nouvelle cruche, qui contenait du sel guérisseur, guérissant les eaux mortelles, pour montrer que le monde devait être recréé par le mystère manifesté en toi ; maintenant avec un repas sans levain, de type répondant à votre grossesse, sans être souillé par la semence de l'homme, bannissant de la nourriture l'amertume de la mort ; et puis encore, par des efforts qui ont transcendé la nature, s'élevant au-dessus des éléments naturels dans le Jourdain, et montrant ainsi, dans des signes préalables, la descente de notre Seigneur dans le Hadès, et sa merveilleuse délivrance de ceux qui étaient retenus dans la corruption. Car toutes choses ont cédé et succombé à cette image divine qui vous a préfiguré.



X. Mais pourquoi est-ce que je m'écarte du sujet, et que j'allonge mon discours en lui donnant le ton avec ces illustrations variées, et cela alors que la vérité de ta matière se tient comme une colonne devant l'oeil, dans laquelle il était meilleur et plus profitable de se délecter et de se réjouir ? C'est pourquoi, en faisant mes adieux aux récits spirituels et aux merveilles des saints de tous les temps, je vous transmets celui qui est le plus courageux à la tête de cette fête.

Heureux êtes-vous, vous qui êtes béni et que l'on peut désirer de tous. Béni du Seigneur est ton nom, plein de grâce divine, et extrêmement reconnaissant envers Dieu, mère de Dieu, toi qui donnes la lumière aux fidèles. Tu es la circonférence, pour ainsi dire, de Celui qui ne peut être circonscrit ; la racine Esaïe 40:1 de la plus belle des fleurs ; la mère du Créateur ; la nourrice du Nourricier ; la circonférence de Celui qui embrasse toutes choses ; le soutien de Celui - Hébreux 1:3 qui soutient toutes choses par Sa parole ; la porte par laquelle Dieu apparaît dans la chair ; Ezéchiel 44:2 les pinces de ce charbon purificateur ; Esaïe 6 : 6 le sein en petit de ce sein qui contient tout ; la toison de laine,Juges 6:37 dont le mystère ne peut être résolu ; le puits de Bethléem,2 Samuel 23:17 ce réservoir de vie que David désirait ardemment, d'où jaillissait le courant d'air de l'immortalité ; le propitiatoire Exode 35:17 d'où Dieu sous forme humaine a été fait connaître aux hommes ; la robe sans tache de Celui qui se revêt de lumière comme d'un vêtement. Tu as prêté à Dieu, qui n'a besoin de rien, cette chair qu'il n'avait pas, afin que le Tout-Puissant devienne ce qu'il voulait bien être. Qu'y a-t-il de plus splendide que cela ? Qu'est-ce qui est plus sublime que cela ? Celui qui remplit la terre et le ciel, Jérémie 23:24, à qui appartiennent toutes choses, a besoin de vous, car vous avez prêté à Dieu cette chair qu'il n'avait pas. Tu as revêtu le Puissant de cette belle panoplie de corps par laquelle il est devenu possible de Le voir de mes yeux. Et moi, afin de pouvoir m'approcher librement pour Le contempler, j'ai reçu ce qui éteindra toutes les flèches enflammées des méchants... Ephésiens 6:16 Saluez ! Ave ! Mère et servante de Dieu. Gloire à Dieu ! Gloire à Dieu ! Toi à qui le grand créancier de tous est débiteur. Nous sommes tous débiteurs de Dieu, mais c'est à toi qu'Il doit sa dette.

Car celui qui a dit : Honore ton père et ta mère, Exode 20, 12, aura très certainement, comme Lui-même veut être prouvé par de telles preuves, gardé inviolée cette grâce, et son propre décret envers celle qui l'a soigné cette nativité à laquelle Il s'est volontairement abaissé, et aura glorifié d'un honneur divin celle que Lui-même, comme étant sans père, comme elle était sans mari, a écrite comme mère. Il doit en être de même pour ces choses. Car les hymnes que nous vous offrons, ô vous très sainte et admirable demeure de Dieu, ne sont pas seulement des paroles inutiles et ornementales. Votre louange spirituelle n'est pas non plus une simple bagatelle séculaire, ni les cris d'une fausse flatterie, ô vous qui êtes loué par Dieu ; vous avez été nourri par Dieu, qui par la nativité donne aux mortels leur commencement d'être, mais ils sont d'une vérité claire et évidente. Mais le temps nous manquerait, aux âges et aux générations suivantes aussi, pour vous rendre le salut qui vous est dû en tant que mère du Roi Eternel, 1 Timothée 1:17, comme le dit quelque part l'illustre prophète, nous enseignant combien vous êtes incompréhensible. Quelle est la grandeur de la maison de Dieu, et quelle est la grandeur du lieu de sa possession ! Grande, et sans fin, élevée et incommensurable. Car, en vérité, en vérité, cet oracle prophétique, et cette parole très vraie, concerne votre majesté ; car vous seul avez été jugé digne de partager avec Dieu les choses de Dieu ; vous seul avez porté dans la chair Celui qui, de Dieu le Père, était l'Éternel et le Seul-né. C'est ainsi qu'ils croient vraiment ceux qui s'accrochent à la foi pure.



XI. Mais pour le temps qui reste, mes auditeurs les plus attentifs, prenons le vieil homme, le récepteur de Dieu, et notre pieux professeur, qui a mis ici, pour ainsi dire, à l'abri de cette mer virginale, et rafraîchissons-le, tous deux satisfaits de son désir divin, et nous transmettant cette théologie des plus bénies ; et suivons nous-mêmes le reste de notre discours, en orientant notre parcours infailliblement en fonction de notre but prescrit, et que sous la direction de Dieu le Tout-Puissant, nous ne soyons pas jugés totalement infructueux et non rentables quant à ce qui est exigé de nous. Lorsque, donc, à ces rites sacrés, la prophétie et le sacerdoce furent conjointement appelés, et que ce couple de justes élus de Dieu - Siméon, je veux dire, et Anna, portant en eux les images les plus évidentes des deux peuples - avaient pris place à côté de ce trône glorieux et virginal - car par le vieil homme était représenté le peuple d'Israël, et la loi devenait maintenant vieille ; Alors que la veuve représente l'Église des païens, qui était jusqu'alors une veuve - le vieil homme, en effet, en tant qu'incarnation de la loi, cherche à être renvoyé ; mais la veuve, en tant qu'incarnation de l'Église, a apporté sa joyeuse confession de foi et a parlé de Lui à tous ceux qui attendaient la rédemption à Jérusalem, de même que les choses qui ont été dites des deux ont été enregistrées de façon appropriée et excellente, et tout à fait en harmonie avec la fête sacrée. Car il était juste et nécessaire que le vieil homme qui connaissait si bien le décret de la loi, dans lequel il est dit : Écoutez-le, et toute âme qui ne l'écoutera pas sera retranchée de son peuple, et qu'il cherche à se libérer paisiblement de la tutelle de la loi ; car en vérité c'était de l'insolence et de la présomption, lorsque le roi est présent et s'adresse au peuple, qu'un de ses serviteurs fasse un discours contre lui, et qu'à cet homme ses sujets inclinent l'oreille. Il fallait aussi que la veuve, qui avait été comblée de dons démesurés, rende grâce à Dieu dans les fêtes, et que les choses qui se passaient soient conformes à la loi. Mais, pour ce qui reste, il faut se demander comment, puisque les types et les figures prophétiques présentent, comme on l'a montré, une certaine analogie et une certaine relation avec cette fête éminente, on dit que la maison était remplie de fumée. Le prophète ne le dit pas non plus de manière fortuite, mais avec signification, en parlant de ce cri du Trois-Sainte, prononcé par les séraphins célestes. Vous en découvrirez le sens, mon auditeur attentif, si vous ne faites que reprendre et examiner ce qui suit de ce récit : Car, dit-il, vous entendrez et vous ne comprendrez pas, et vous verrez et vous ne percevrez pas. Quand donc les enfants juifs insensés eurent vu les glorieux prodiges que, comme David le chantait, le Seigneur avait accomplis sur la terre, et qu'ils eurent vu le signe du fond et de la hauteur se réunir, sans division ni confusion ; comme Isaïe l'avait déjà déclaré, à savoir une mère au-delà de la nature et une progéniture au-delà de la raison, une mère terrestre et un fils céleste, une nouvelle prise de la nature de l'homme, je dis, par Dieu, et une procréation sans mariage ; quoi de plus glorieux et de plus éloquent que cela dans le circuit de la création ! Et pourtant, quand ils ont vu cela, c'est comme s'ils ne l'avaient pas vu ; ils ont fermé les yeux, et en ce qui concerne la louange, ils se sont couchés. C'est pourquoi la maison dans laquelle ils se vantaient était remplie de fumée.



XII. Et en plus de cela, lorsqu'en dehors du spectacle, et même au-delà du spectacle, ils entendirent un vieillard, très juste, très digne de crédit, digne aussi d'émulation, inspiré par l'Esprit Saint, un maître de la loi, honoré du sacerdoce, illustre dans le don de prophétie, par l'espérance qu'il avait conçue du Christ, repoussant les limites de la vie et repoussant la dette de la mort - quand ils l'ont vu, dis-je, bondir de joie, prononcer des paroles de bon augure, tout à fait transformé avec la joie du cœur, tout à fait envahi par une extase divine et sainte ; qui, d'homme, avait été changé en ange par un changement divin, et qui, pour l'immensité de sa joie, a chanté son hymne d'action de grâces, et a ouvertement proclamé la Lumière pour éclairer les païens, et la gloire de Ton peuple Israël. Ils ne voulaient pas entendre ce qu'on leur disait, et ils étaient vénérés par les êtres célestes eux-mêmes, c'est pourquoi la maison dans laquelle ils se glorifiaient était remplie de fumée. Or la fumée est un signe et une preuve certaine de la colère, comme il est écrit : "Une fumée s'est élevée dans sa colère, et le feu de son visage a été dévoré ; et dans un autre lieu, parmi les peuples désobéissants, le feu brûlera, ce que notre Seigneur a manifestement signifié dans les évangiles révérés, lorsqu'il a dit aux Juifs : Voici que votre maison vous est laissée en désolation. Dans un autre lieu, le roi envoya ses armées, fit périr ces meurtriers et incendia leur ville. De cette nature était la récompense adverse des Juifs pour leur incrédulité, ce qui les amena à refuser de payer à la Trinité le tribut de louange. Car après cela, les extrémités de la terre furent sanctifiées et la puissante maison de l'Église fut remplie, par la proclamation du Trois-Saint, de la gloire du Seigneur, comme les grandes eaux couvrent les mers, il leur arriva les choses qui avaient été déclarées auparavant, et le début de la prophétie fut confirmé par son émission, le prédicateur de la vérité signifiant, comme cela a été dit, par le Saint-Esprit, pour ainsi dire en exemple, la terrible destruction qui allait s'abattre sur eux, dans les paroles : L'année de la mort du roi Ozias, j'ai vu le Seigneur - Ozias, sans doute apostat, étant pris comme le représentant de tout le corps apostat - dont il était certainement la tête - qui, payant la peine due à sa présomption, portait aussi sur son front, comme sur une statue d'érection, la vengeance divine gravée, par la détestable lèpre, exposant à tous les châtiments de leur odieuse impiété. C'est pourquoi, avec une sagesse divine, celui qui avait la connaissance de ces événements s'opposa à l'entrée d'Anne, la reconnaissante, à la sortie de la synagogue ingrate. Son nom même est aussi un signe préalable de l'Église, qui est justifiée par la grâce du Christ et de Dieu dans le baptême. Car Anna est, par interprétation, la grâce.



XIII. Mais ici, comme au port, en mettant dans le navire qui porte l'enseigne de la croix, nous allons récibler les voiles de notre oraison, afin qu'elle soit à sa mesure. Mais d'abord, en peu de mots, saluons la ville du Grand Roi avec tout le corps de l'Église, comme étant présente avec eux en esprit, et gardant le jour saint avec le Père, et les frères les plus honorés qui s'y trouvent. Je vous salue, ville du Grand Roi, dans laquelle les mystères de notre salut sont consommés. Je te salue, toi le ciel sur la terre, Sion, la ville qui est fidèle à jamais au Seigneur. Je vous salue, et resplendissez, Jérusalem, car votre lumière est venue, la Lumière éternelle, la Lumière éternelle, la Lumière suprême, la Lumière immatérielle, la Lumière d'une seule substance avec Dieu et le Père, la Lumière qui est dans l'Esprit, et dans laquelle est le Père ; la Lumière qui illumine les âges ; la Lumière qui donne la lumière aux choses terrestres et supramondiales, le Christ notre Dieu même. Je vous salue, ville sacrée et élue du Seigneur. Garde avec joie tes jours de fête, car ils ne se multiplieront pas au point de vieillir et de disparaître. Je vous salue, ville très heureuse, car on parle de vous avec gloire ; votre prêtre sera revêtu de justice, vos saints crieront de joie, et vos pauvres seront rassasiés de pain. Je vous salue, Jérusalem, réjouissez-vous, car le Seigneur règne au milieu de vous. Ce Seigneur, dis-je, qui dans Sa Déité simple et immatérielle, est entré dans notre nature, et du sein de la vierge s'est ineffablement incarné ; ce Seigneur, qui n'a participé à rien d'autre que la masse d'Adam, qui était par le serpent trébuché. Car le Seigneur ne s'est pas emparé de la semence des anges - ceux, je dis, qui ne se sont pas éloignés de ce bel ordre et de ce rang qui leur ont été attribués dès le début. Il nous a condescendus, ce Verbe qui était toujours avec le Père, coexistant avec Dieu. Il n'est pas non plus venu dans le monde pour restaurer, et il ne restaurera pas, comme l'ont imaginé certains impies défenseurs du diable, ces méchants démons qui sont autrefois tombés de la lumière ; Mais quand le Créateur et l'Encadreur de toutes choses, comme le dit le très divin Paul, s'est emparé de la semence d'Abraham et, par lui, de toute la race humaine, Il a été fait homme pour toujours et sans changement, afin que, par Sa communion avec nous et notre union à Lui, l'entrée du péché en nous soit arrêtée, sa force étant brisée par degrés, et lui-même comme de la cire fondue, par ce feu que le Seigneur, quand Il est venu, a envoyé sur la terre. Je vous salue, vous, l'Église catholique, qui a été plantée sur toute la terre, et réjouissez-vous avec nous. Ne crains pas, petit troupeau, les tempêtes de l'ennemi, car il est du bon plaisir de ton Père de te donner le royaume, et que tu marches sur le cou de tes ennemis. Je vous salue et je me réjouis, vous qui étiez autrefois stériles et sans postérité pour la piété, mais qui avez maintenant beaucoup d'enfants de la foi. Je vous salue, peuple du Seigneur, génération élue, sacerdoce royal, nation sainte, peuple particulier, montrez ses louanges qui vous ont appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière ; et pour ses miséricordes, glorifiez-le.



XIV. Je te salue à jamais, vierge mère de Dieu, notre joie incessante, car c'est vers toi que je reviens. Tu es le commencement de notre fête, tu en es le milieu et la fin, la perle de grand prix qui appartient au royaume, la graisse de toute victime, l'autel vivant du pain de vie. Je te salue, trésor de l'amour de Dieu. Je te salue, source de l'amour du Fils pour l'homme. Gloire à toi, ombre du mont du Saint-Esprit. Tu as resplendi, douce mère dispensatrice de cadeaux, de la lumière du soleil ; tu as brillé des feux insupportables d'une charité des plus ferventes, faisant naître à la fin ce qui a été conçu de toi avant le commencement, rendant manifeste le mystère caché et indicible, le Fils invisible du Père - le Prince de la Paix, qui de manière merveilleuse s'est montré comme moins que toute petite. C'est pourquoi nous te prions, toi la plus excellente des femmes, qui te vantes de la confiance de tes honneurs maternels, de nous garder sans cesse en mémoire. O sainte mère de Dieu, souviens-toi de nous, je dis, qui faisons notre fierté en toi, et qui dans des hymnes célèbrent le souvenir, qui vivra toujours, et ne s'effacera jamais. Et aussi, ô vénérable Siméon, premier hôte de notre sainte religion et maître de la résurrection des fidèles, sois notre patron et notre avocat auprès de ce Dieu Sauveur, que tu as été jugé digne de recevoir dans tes bras. Avec toi, nous chantons nos louanges au Christ, qui a le pouvoir de vie et de mort, en disant : "Tu es la vraie Lumière, issue de la vraie Lumière ; le vrai Dieu, engendré du vrai Dieu ; le seul Seigneur, avant ton accession à l'humanité ; celui-là cependant, après ton accession, qui doit toujours être adoré ; Dieu de toi-même et non par grâce, mais pour nous aussi homme parfait ; dans ta propre nature le Roi absolu et souverain, mais pour nous et pour notre salut existant aussi sous la forme d'un serviteur. mais immaculé et sans souillure. Car Toi qui es incorruptible, Tu es venu libérer la corruption, afin de rendre toutes choses non corrompues. Car c'est à Toi qu'appartiennent la gloire, la puissance, la grandeur et la majesté, avec le Père et le Saint-Esprit, pour toujours. Amen.