Justin Martyr

LES FRAGMENTS DE JUSTIN

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

I


Le plus admirable Justin a déclaré à juste titre que les démons susmentionnés ressemblaient à des voleurs - Discours de Tatian aux Grecs, chap. xviii.



II


Et Justin a bien dit dans son livre contre Marcion, qu'il n'aurait pas cru le Seigneur lui-même, s'il avait annoncé un autre Dieu que le Créateur et le Modificateur [du monde], et notre Nourricier. Mais puisque du Dieu unique, qui a fait ce monde et nous a formés, et qui contient et administre toutes choses, nous est venu le Fils unique, résumant en lui-même son propre travail, ma foi en lui est inébranlable, et mon amour envers le Père est immuable, Dieu nous accordant l'un et l'autre... Irénée : Hérésies, iv. 6.



III


Justin l'a bien dit : Avant l'avènement du Seigneur, Satan ne s'est jamais aventuré à blasphémer Dieu, dans la mesure où il n'était pas encore sûr de sa propre damnation, puisque celle-ci n'était annoncée à son sujet par les prophètes que sous forme de paraboles et d'allégories. Mais après l'avènement du Seigneur, apprenant clairement des discours du Christ et de ses apôtres que le feu éternel était préparé pour celui qui s'est volontairement écarté de Dieu et pour tous ceux qui, sans repentir, persévèrent dans l'apostasie, alors, par le biais d'un tel homme, il blasphème, comme s'il était déjà condamné, ce Dieu qui lui inflige un jugement et impute le péché de son apostasie à son Créateur, au lieu de sa propre volonté et de sa prédilection. - Irénée : Hérésies, v. 26.



IV


Expliquant la raison de l'incessant complot du diable contre nous, il déclare : Avant l'avènement du Seigneur, le diable ne connaissait pas aussi clairement la mesure de son propre châtiment, dans la mesure où les prophètes divins l'avaient annoncé de façon énigmatique ; comme, par exemple, Isaïe, qui en la personne de l'Assyrien a tragiquement révélé la voie à suivre contre le diable. Mais lorsque le Seigneur apparut, et que le diable comprit clairement que le feu éternel était allumé et préparé pour lui et ses anges, il se mit alors à comploter sans cesse contre les fidèles, désireux d'avoir de nombreux compagnons dans son apostasie, afin de ne pas subir seul la honte de la condamnation, se consolant par cette froide et malicieuse consolation.- Des écrits de Jean d'Antioche .



V


Et Justin de Neapolis, un homme qui n'était pas très éloigné des apôtres, ni par l'âge, ni par l'excellence, dit que le mortel hérite, mais que l'immortel hérite, et que la chair meurt, mais que le royaume des cieux vit... De Methodius sur la résurrection, dans Photius.



VI


Il n'y a pas non plus d'étroitesse avec Dieu, ni rien qui ne soit absolument parfait. - Extrait du manuscrit des écrits de Justin .



VII


Nous ne blesserons pas Dieu en restant ignorants de lui, mais nous nous priverons de son amitié.



VIII


L'incompétence de l'enseignant s'avère destructrice pour ses disciples, et l'insouciance des disciples entraîne un danger pour l'enseignant, et surtout s'ils doivent leur négligence à son manque de connaissance.



IX


L'âme peut difficilement être rappelée aux bonnes choses dont elle est tombée, et est difficilement traînée loin des maux auxquels elle s'est habituée. Si, à un moment quelconque, vous vous montrez enclin à vous blâmer, alors peut-être, grâce au remède du repentir, je devrais nourrir de bons espoirs à votre égard. Mais lorsque vous méprisez la peur et que vous rejetez avec mépris la foi même du Christ, il valait mieux pour vous que vous ne soyez jamais né du sein de votre mère - d'après les écrits de Jean de Damas.



XX


Le Christ est désigné par les deux oiseaux, tous deux morts en tant qu'homme et vivants en tant que Dieu. Il est assimilé à un oiseau, car il est compris et déclaré comme venant d'en haut et du ciel. Et l'oiseau vivant, après avoir été trempé dans le sang du mort, a été relâché. Car le Verbe vivant et divin était dans le temple crucifié et mort [du corps], comme participant à la passion, et pourtant impassible pour Dieu.

Par ce qui s'est passé dans l'eau courante, dans laquelle le bois, l'hysope et l'écarlate ont été plongés, se manifeste la passion sanglante du Christ sur la croix pour le salut de ceux qui sont aspergés de l'Esprit, de l'eau et du sang. C'est pourquoi le matériel de purification n'a pas été fourni principalement en référence à la lèpre, mais en ce qui concerne le pardon des péchés, afin que la lèpre puisse être comprise comme un emblème du péché, et les choses qui ont été sacrifiées comme un emblème de Celui qui devait être sacrifié pour les péchés.

Pour cette raison, il ordonna que l'écarlate soit plongée en même temps dans l'eau, prédisant ainsi que la chair ne devait plus posséder ses propriétés naturelles [maléfiques]. C'est pour cette raison également que les deux oiseaux furent sacrifiés dans l'eau, l'un étant plongé dans le sang et dans l'eau, puis renvoyé, comme le raconte le récit concernant les chèvres.

La chèvre qui a été renvoyée présentait une sorte de Celui qui enlève les péchés des hommes. Mais les deux contenaient une représentation de l'unique économie de Dieu incarné. Car il a été blessé pour nos transgressions, il a porté les péchés de beaucoup, et il a été délivré pour nos iniquités. - Extrait du manuscrit des écrits de Justin .



XI


Lorsque Dieu a formé l'homme au commencement, il a suspendu les choses de la nature à sa volonté, et a fait une expérience au moyen d'un commandement. Il a en effet ordonné que, s'il le gardait, il participerait à l'existence immortelle ; mais que, s'il le transgressait, le contraire lui serait réservé. L'homme ayant été ainsi fait, et regardant immédiatement vers la transgression, devenait naturellement sujet à la corruption. La corruption devenant alors inhérente à la nature, il fallait que Celui qui voulait sauver soit celui qui détruise la cause efficace de la corruption. Et il ne pouvait en être autrement que par la vie qui est selon la nature, unie à celle qui avait reçu la corruption, et détruisant ainsi la corruption, tout en préservant comme immortelle pour l'avenir celle qui l'avait reçue. Il était donc nécessaire que le Verbe devienne possédé d'un corps, afin qu'il puisse nous délivrer de la mort de la corruption naturelle. Car si, comme vous le dites, il avait simplement écarté de nous la mort par un signe de tête, la mort ne nous aurait pas approchés à cause de l'expression de sa volonté ; mais nous serions néanmoins redevenus corruptibles, dans la mesure où nous aurions porté en nous cette corruption naturelle - Léontius contre les Eutychiens, etc..., livre ii.



XII


Comme il est inhérent à tout corps formé par Dieu d'avoir une ombre, il convient que Dieu, qui est juste, rende à ceux qui choisissent ce qui est bon, et à ceux qui préfèrent ce qui est mauvais, à chacun selon ses mérites. - D'après les écrits de Jean de Damas .



XIII


Il ne parle pas des païens en terre étrangère, mais de ceux qui sont d'accord avec les païens, selon ce que dit Jérémie : Il est amer pour vous de m'avoir abandonné, dit l'Éternel, votre Dieu, de ce que vous avez autrefois brisé votre joug et déchiré vos liens, et que vous avez dit : Je ne te servirai pas, mais j'irai sur toute colline élevée et sous tout arbre, et là je serai dissolu dans mon impudicité. - Extrait du manuscrit des écrits de Justin .



XIV


La lumière ne sera jamais plus que les ténèbres tant que la lumière existera, et la vérité des choses qui nous concernent ne sera pas contestée. Car la vérité est ce que rien n'est plus puissant. Quiconque dira la vérité et ne la dira pas sera jugé par Dieu. Manuscrit et oeuvres de Jean de Damas .



XV


Et le fait qu'il n'ait pas été dit du septième jour à égalité avec les autres jours, Et il y eut soir, et il y eut matin, est une indication distincte de la consommation qui doit avoir lieu en lui avant qu'il ne soit terminé, comme le déclarent les pères, en particulier saint Clément, et Irénée, et Justin le martyr et philosophe, qui, commentant avec une sagesse extrême le nombre six du sixième jour, affirme que l'âme intelligente de l'homme et ses cinq sens sensibles étaient les six oeuvres du sixième jour. C'est pourquoi, après avoir longuement parlé du nombre six, il déclare que toutes les choses qui ont été conçues par Dieu sont divisées en six classes, à savoir en choses intelligentes et immortelles, comme les anges ; en choses raisonnables et mortelles, comme l'humanité ; en choses sensibles et irrationnelles, comme le bétail, les oiseaux et les poissons ; en choses qui peuvent avancer, bouger et être insensibles, comme les vents, les nuages, les eaux et les étoiles ; en choses qui augmentent et sont immobiles, comme les arbres ; et en choses insensibles et immobiles, comme les montagnes, la terre et autres. Car toutes les créatures de Dieu, dans le ciel et sur la terre, tombent sous l'une ou l'autre de ces divisions, et sont circonscrites par elles... D'après les écrits d'Anastase.



XVI


La saine doctrine n'entre pas dans le cœur dur et désobéissant ; mais, comme battue en retraite, elle entre à nouveau en elle-même.



XVII


De même que le bien du corps est la santé, le bien de l'âme est la connaissance, qui est en fait une sorte de santé de l'âme, par laquelle on atteint une ressemblance avec Dieu - d'après les écrits de Jean de Damas.



XVIII


Céder et laisser libre cours à nos passions est le plus bas des esclavages, même si les dominer est la seule liberté.

Le plus grand de tous les biens est d'être libéré du péché, le suivant est d'être justifié ; mais il faut compter le plus malheureux des hommes qui, tout en vivant dans l'injustice, reste longtemps impuni.

Les animaux harnachés ne peuvent qu'être portés par-dessus un précipice par l'inexpérience et la méchanceté de leur conducteur, de même que par son habileté et son excellence ils seront sauvés.

La fin envisagée par un philosophe est la ressemblance avec Dieu, dans la mesure du possible - d'après les écrits d'Antonius Melissa .



XIX


Justin, philosophe et martyr, dans la cinquième partie de son Apologie : - Je pense que la prospérité, ô hommes, ne consiste en rien d'autre que de vivre selon la vérité. Mais nous ne vivons pas correctement, ou selon la vérité, si nous ne comprenons pas la nature des choses.

Il leur échappe apparemment que celui qui, par une foi véritable, est passé de l'erreur à la vérité, s'est vraiment connu, non pas, comme on le dit, comme étant dans un état de frénésie, mais comme étant libéré de la corruption instable et (comme de toutes sortes d'erreurs) changeante, par la vérité simple et toujours identique... Des écrits de Jean de Damas .