LACTANCE

LE PHÉNIX

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

Écrit par un auteur incertain, et attribué à Lactance

Il y a un endroit heureux, retiré dans le premier Est, où la grande porte du pôle éternel est ouverte. Elle n'est cependant pas située à proximité de son lever en été ou en hiver, mais là où le soleil déverse le jour de son char vernal. Là, une plaine s'étend à découvert ; aucun monticule ne s'élève, ni aucune vallée creuse ne s'ouvre. Mais à travers deux fois six ells ce lieu s'élève au-dessus des montagnes, dont on pense que les sommets sont élevés parmi nous. C'est le bosquet du soleil ; un bois est planté de nombreux arbres, qui fleurissent avec l'honneur d'un feuillage perpétuel. Quand le pôle a brûlé avec les feux de Phaethon, ce lieu n'a pas été touché par les flammes ; et quand le déluge a plongé le monde dans les vagues, il s'est élevé au-dessus des eaux de Deucalion. Ici, ni les maladies, ni la vieillesse maladive, ni la mort cruelle, ni la peur sévère, n'approchent, ni le crime épouvantable, ni le désir fou de richesse, ni Mars, ni la fureur, brûlant d'amour de l'abattage. Le chagrin amer est absent, et le besoin vêtu de haillons, et les soins insomniaques, et la faim violente. Aucune tempête ne s'y déchaîne, ni la violence épouvantable du vent, ni le givre qui couvre la terre de rosée froide. Aucun nuage n'étend sa couverture molle au-dessus des plaines, ni l'humidité turbide de l'eau ne tombe d'en haut ; mais il y a une fontaine au milieu, qu'on appelle du nom de la vie ; elle est claire, douce, et regorge d'eaux douces, qui, jaillissant une fois par mois, irrigue douze fois tout le bosquet. Ici, une espèce d'arbre, au tronc haut, porte des fruits moelleux qui ne sont pas prêts de tomber par terre. Ce bosquet, ces bois, un seul oiseau, le phœnix, habite - seul, mais il vit reproduit par sa propre mort. Il obéit et se soumet à Phœbus, un remarquable accompagnateur. Sa nature de parent lui a donné de posséder cette fonction. Lorsqu'à son premier lever, le matin safrané devient rouge, lorsqu'il fait voler les étoiles avec sa lumière rosée, trois et quatre fois elle plonge son corps dans les vagues sacrées, trois et quatre fois elle sirote l'eau du ruisseau vivant. Elle s'élève et prend place sur la plus haute cime du grand arbre qui seul regarde tout le bosquet ; et se tournant vers les fraîches ascensions du Phœbus naissant, elle attend ses rayons et son rayon ascendant. Et lorsque le soleil a repoussé le seuil de la porte brillante et que la lueur de la première lumière a brillé, elle commence à déverser des souches de chants sacrés et à saluer la nouvelle lumière d'une voix merveilleuse, que ni les notes du rossignol ni la flûte des Muses ne peuvent égaler avec les souches Cyrrhéennes. Mais on ne pense pas non plus que le cygne mourant puisse l'imiter, ni les cordes mélodieuses de la lyre de Mercure. Ensuite, Phœbus a ramené ses chevaux au ciel et, avançant sans cesse, a montré tout son orbe ; elle applaudit en battant des ailes trois fois de suite et, après avoir adoré trois fois la tête de feu, se tait. Et elle distingue aussi les heures rapides par des sons non susceptibles d'erreur de jour comme de nuit : une surveillante des bosquets, une vénérable prêtresse des bois, et seule à avoir avoué tes secrets, ô Phœbus. Et lorsqu'elle a accompli les mille ans de sa vie, et que la longueur des jours l'a rendue pesante, afin de renouveler l'âge qui a glissé, les destins la pressant, elle fuit le divan bien-aimé du bosquet habituel. Et quand elle a quitté les lieux sacrés, par désir de renaître, elle cherche ce monde où règne la mort. Pleine d'années, elle dirige sa fuite rapide vers la Syrie, à laquelle Vénus elle-même a donné le nom de Phœnice ; et à travers des déserts sans traces, elle cherche les bosquets retirés de l'endroit, où un bois lointain se cache à travers les vallons. Elle choisit ensuite une haute paume, dont le sommet s'élève vers le ciel, qui porte le nom agréable de phœnix, d'après l'oiseau, et où aucune créature vivante blessante ne peut percer, ou un serpent visqueux, ou un quelconque oiseau de proie. Ensuite, Æolas se ferme au vent dans des cavernes suspendues, de peur qu'il ne blesse l'air vif par ses souffles, ou de peur qu'un nuage collecté par le vent du sud à travers le ciel vide n'enlève les rayons du soleil et ne soit une gêne pour l'oiseau. Ensuite, elle se construit un nid ou une tombe, car elle périt pour vivre, mais elle se produit elle-même. C'est pourquoi elle recueille les sucs et les odeurs que l'Assyrien tire du bois riche, que l'Arabe riche recueille, que les nations pygmées, l'Inde ou la terre sabéenne tirent de son doux sein. C'est pourquoi elle amasse de la cannelle et l'odeur de l'amomum lointain, et des baumes aux feuilles mélangées. Ni le rameau de la cassia douce ni l'acanthe odorant ne sont absents, ni les larmes et la riche goutte d'encens. Elle y ajoute de tendres épis de nard fleuri et rejoint les pâturages trop agréables de la myrrhe. Elle place immédiatement son corps sur le point d'être changé sur le nid parsemé, et ses membres tranquilles sur un tel canapé. Puis, avec sa bouche, elle répand des jus autour et sur ses membres, sur le point de mourir avec ses propres rites funéraires. Puis, au milieu de diverses odeurs, elle cède sa vie, sans craindre la foi d'un si grand dépôt. Entre-temps, son corps, détruit par la mort, qui s'avère être la source de la vie, est chaud, et la chaleur elle-même produit une flamme ; et elle conçoit un feu loin de la lumière du ciel : elle flambe, et se dissout en cendres brûlantes. Et ces cendres recueillies dans la mort, elle fusionne, pour ainsi dire, en une masse, et a un effet ressemblant à une semence. On dit qu'un animal en sort sans membres, mais que le ver est de couleur laiteuse. Et il augmente soudain considérablement avec un corps imparfaitement formé, et se rassemble pour donner l'apparence d'un œuf bien rond. Ensuite, il se reforme, tel qu'il était auparavant, et le phœnix, après avoir éclaté sa coquille, jaillit, même comme les chenilles dans les champs, lorsqu'elles sont fixées par un fil à une pierre, sont transformées en papillon. Aucune nourriture ne lui est réservée dans notre monde, et personne ne se soucie de la nourrir lorsqu'elle n'est pas encore adulte. Elle sirote les délicates rosées ambrosiennes du nectar céleste tombé du pôle céleste. Elle les recueille ; avec elles, l'oiseau est nourri au milieu des odeurs, jusqu'à ce qu'il porte une forme naturelle. Mais lorsqu'elle commence à s'épanouir dans sa prime jeunesse, elle s'envole maintenant pour retourner dans sa demeure natale. Mais auparavant, elle enferme dans un onguent de baume, de myrrhe et d'encens dissous tous les restes de son propre corps, les os ou les cendres et les reliques d'elle-même, et avec sa bouche pieuse, elle lui donne une forme ronde, et en la portant avec ses pieds, elle va au lever du soleil, et en s'attardant à l'autel, elle la fait sortir dans le temple sacré. Elle se montre et se présente comme un objet d'admiration pour le spectateur ; une telle beauté est là, un tel honneur abonde. En premier lieu, sa couleur est comme l'éclat de ce que les graines de la grenade prennent à maturité sous la peau lisse ; une couleur qui est contenue dans les feuilles que le coquelicot produit dans les champs, lorsque Flora étend ses vêtements sous le ciel rougissant. Ses épaules et ses beaux seins brillent avec cette couverture ; avec cela sa tête, avec cela son cou, et les parties supérieures de son dos brillent. Et sa queue est étendue, variée de métal jaune, aux taches desquelles se mêlent des rougeurs violettes. Entre ses ailes, il y a une marque brillante au-dessus, car Tris en haut a l'habitude de peindre un nuage d'en haut. Elle resplendit d'un mélange de vert émeraude et un bec brillant de corne pure s'ouvre. Ses yeux sont grands, on pourrait croire qu'il s'agit de deux jacinthes au milieu desquelles brille une flamme. Une couronne irradiée est posée sur l'ensemble de sa tête, ressemblant en hauteur à la gloire de la tête de Phœbus. Des écailles recouvrent ses cuisses parsemées de métal jaune, mais une couleur rosée peint ses griffes avec honneur. Sa forme semble mêler la figure du paon à celle de l'oiseau peint de Phasis. La créature ailée qui est produite sur les terres des Arabes, qu'il s'agisse d'une bête ou d'un oiseau, peut difficilement égaler sa taille. Elle n'est cependant pas lente, comme les oiseaux qui, par la grandeur de leur corps, ont des mouvements lents et un poids très lourd. Mais elle est légère et rapide, pleine de beauté royale. Elle se montre toujours ainsi à la vue des hommes. L'Égypte vient ici pour un spectacle si merveilleux, et la foule exultante salue l'oiseau rare. Aussitôt, ils gravent son image sur le marbre consacré et marquent l'événement et le jour d'un nouveau titre. Des oiseaux de toutes sortes se rassemblent, aucun n'est attentif à sa proie, aucun n'a peur. Accompagnée d'un chœur d'oiseaux, elle vole dans le ciel, et une foule l'accompagne, exultant le devoir pieux. Mais lorsqu'elle est arrivée dans les régions de l'éther pur, elle y retourne à présent ; ensuite, elle est cachée dans ses propres régions. Mais ô, oiseau du sort et du destin, à qui le dieu lui-même a accordé de naître d'elle-même ! Qu'elle soit femelle, mâle, ni l'un ni l'autre, ou les deux, heureuse celle qui n'entre dans aucun contrat de Vénus. La mort est Vénus pour elle ; son seul plaisir est dans la mort : pour qu'elle puisse naître, elle désire auparavant mourir. Elle est une progéniture pour elle-même, son propre père et héritier, sa propre nourrice, et toujours un enfant adoptif pour elle-même. Elle est bien elle-même, mais ce n'est pas la même chose, puisqu'elle est elle-même, et non pas elle-même, ayant obtenu la vie éternelle par la bénédiction de la mort.