IGNACE D'ANTIOCHE

LE MARTYR D'IGNACE D'ANTIOCHE

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

Chapitre 1. Désir de martyre d'Ignace


Lorsque Trajan, peu de temps après, succéda à l'empire des Romains, Ignace, le disciple de l'apôtre Jean, un homme à tous égards de caractère apostolique, gouverna l'Eglise des Antiochiens avec beaucoup de soin, ayant échappé avec difficulté aux anciennes tempêtes des nombreuses persécutions sous Domitien, dans la mesure où, tel un bon pilote, par la prière et le jeûne, par la rigueur de son enseignement et par son travail spirituel, il a résisté au flot qui s'est abattu sur lui, craignant de perdre ceux qui manquaient de courage ou qui étaient susceptibles de souffrir de leur simplicité. C'est pourquoi il se réjouit de la tranquillité de l'Église, lorsque la persécution cesse pour un temps, mais il s'afflige lui-même de n'avoir pas encore atteint un véritable amour pour le Christ, ni le rang parfait de disciple. Car il s'est dit intérieurement que la confession, qui se fait par le martyre, l'amènerait à une relation encore plus intime avec le Seigneur. C'est pourquoi, continuant quelques années de plus avec l'Église, et, comme une lampe divine, éclairant la compréhension de chacun par ses expositions des Écritures [saintes], il atteignit [enfin] l'objet de son désir.


Chapitre 2. Ignace est condamné par Trajan


En effet, Trajan, en la neuvième année de son règne, s'étant élevé [avec fierté], après la victoire qu'il avait remportée sur les Scythes et les Daces, et sur de nombreuses autres nations, et pensant que le corps religieux des chrétiens voulait encore achever l'assujettissement de toutes choses à lui-même, et les menaçant de persécution s'ils n'acceptaient pas d'adorer les dæmons, comme le faisaient toutes les autres nations, contraignit ainsi tous ceux qui vivaient pieusement à sacrifier [aux idoles] ou à mourir. C'est pourquoi le noble soldat du Christ [Ignace], craignant pour l'Église d'Antioche, fut, conformément à son propre désir, amené devant Trajan, qui séjournait alors à Antioche, mais qui était pressé [de se lancer] contre l'Arménie et les Parthes. Et lorsqu'il fut présenté à l'empereur Trajan, [ce prince] lui dit : "Qui es-tu, démon malfaisant, qui brise avec tant de zèle nos commandements et persuade les autres de faire de même, afin qu'ils périssent misérablement ? Ignace lui répondit : "Personne ne doit traiter Théophore de méchant, car tous les démons se sont éloignés des serviteurs de Dieu. Mais si, parce que je suis l'ennemi de ces [démons], tu me traites de méchant à leur égard, je suis tout à fait d'accord avec toi ; car dans la mesure où j'ai le Christ Roi des cieux [en moi], je détruis tous les appareils de ces [démons]. Trajan répondit : "Et qui est Théophore ? Ignace répondit : Celui qui a le Christ dans son sein. Trajan dit : Ne vous semble-t-il pas que nous avons dans notre esprit les dieux dont nous bénéficions pour combattre nos ennemis ? Ignace répondit : Tu es dans l'erreur quand tu appelles les dieux des nations des dieux. Car il n'y a qu'un seul Dieu, qui a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qui s'y trouve, et un seul Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, dont je puisse jouir du royaume. Trajan a dit : "Voulez-vous dire celui qui a été crucifié sous Ponce Pilate ? Ignace répondit : Je veux dire celui qui a crucifié mon péché, avec celui qui l'a inventé, et qui a condamné [et renversé] toute la tromperie et la malice du diable sous les pieds de ceux qui le portent dans leur cœur. Trajan a dit : "Portez-vous donc en vous Celui qui a été crucifié ? Ignace répondit : Oui, car il est écrit : "J'habiterai et je marcherai en eux".  2 Corinthiens 6:16 Trajan prononça alors la sentence suivante Nous ordonnons qu'Ignace, qui affirme porter en lui celui qui a été crucifié, soit lié par des soldats et transporté à la grande Rome pour y être dévoré par les bêtes, pour la satisfaction du peuple. Lorsque le saint martyr entendit cette phrase, il s'écria avec joie : "Je te remercie, Seigneur, de t'être porté garant de l'honneur d'un amour parfait envers toi, et de m'avoir fait attacher avec des chaînes de fer, comme ton apôtre Paul. Ayant ainsi parlé, il serra alors avec délice les chaînes autour de lui ; et quand il eut d'abord prié pour l'Église, et qu'il la recommanda avec larmes au Seigneur, il fut précipité par la cruauté sauvage des soldats, comme un bélier distingué à la tête d'un bon troupeau, afin qu'il soit transporté à Rome, là pour fournir de la nourriture aux bêtes assoiffées de sang.


Chapitre 3. Ignace navigue vers Smyrne


C'est pourquoi, avec beaucoup d'empressement et de joie, par son désir de souffrir, il descendit d'Antioche à Séleucie, d'où il mit les voiles. Après avoir beaucoup souffert, il est arrivé à Smyrne, où il a débarqué avec une grande joie, et s'est empressé de voir le saint Polycarpe, [autrefois] son compagnon de disciple, et [maintenant] évêque de Smyrne. Car tous deux avaient été, dans le passé, disciples de l'apôtre Jean. On lui apporta alors, et après lui avoir communiqué quelques dons spirituels, et s'être glorifié de ses liens, il le pria de travailler avec lui pour l'accomplissement de son désir ; Il le demandait sincèrement à toute l'Eglise (car les villes et les Eglises d'Asie avaient accueilli le saint homme par l'intermédiaire de leurs évêques, de leurs presbytres et de leurs diacres, tous se hâtant de le rencontrer, si par quelque moyen que ce soit ils pouvaient recevoir de lui quelque don spirituel), mais surtout au saint Polycarpe, afin que, par l'intermédiaire des bêtes sauvages, il disparaisse bientôt de ce monde, se manifeste devant la face du Christ.


Chapitre 4. Ignace écrit aux églises


Et c'est ainsi qu'il a parlé et témoigné, étendant son amour au Christ jusqu'à celui qui était sur le point d'assurer le ciel par sa bonne confession, et le sérieux de ceux qui ont joint leurs prières aux siennes pour son conflit, et pour récompenser les Églises qui sont venues à sa rencontre par l'intermédiaire de leurs dirigeants, en leur envoyant des lettres d'action de grâces, qui ont laissé tomber la grâce spirituelle, ainsi que la prière et l'exhortation. C'est pourquoi, voyant tous les hommes si gentiment affectés à son égard, et craignant que l'amour de la fraternité ne freine son zèle envers le Seigneur, alors qu'une juste porte du martyre souffrant lui était ouverte, il écrivit à l'Église des Romains l'Épître qui est ici jointe.


Chapitre 5. Ignace est amené à Rome


Ayant donc, par le biais de cette épître, réglé, comme il le souhaitait, ceux des frères de Rome qui ne voulaient pas [de son martyre] et ayant mis les voiles depuis Smyrne (car les soldats pressaient Christophe de se hâter vers les spectacles publics de la puissante Rome [ville], afin que, livré aux bêtes sauvages aux yeux du peuple romain, il puisse atteindre la couronne à laquelle il aspirait), il débarqua [ensuite] à Troas. De là, il se rendit à Néapolis, traversa Philippes, la Macédoine et la région de l'Epire, près d'Epidamne, et trouva un bateau dans l'un des ports maritimes. Il traversa la mer Adriatique, et de là, sur la Tyrrhene, il passa par les différentes îles et villes, jusqu'à ce que, lorsque Puteoli arriva, il eut envie d'y débarquer, désirant marcher sur les traces de l'apôtre Paul. Actes 28, 13-14 Mais un vent violent qui se levait ne lui permit pas de le faire, le navire étant poussé rapidement en avant ; et, exprimant simplement sa joie de l'amour des frères en ce lieu, il passa. C'est pourquoi, continuant à jouir de vents favorables, nous nous sommes précipités à contrecœur en un jour et une nuit, pleurant [comme nous l'avons fait] sur le départ prochain de cet homme juste. Mais pour lui, cela s'est passé comme il le souhaitait, puisqu'il s'est empressé de quitter ce monde le plus tôt possible, afin de rejoindre le Seigneur qu'il aimait. Naviguant alors dans le port romain, et les sports interdits étant sur le point de se terminer, les soldats commencèrent à être agacés par notre lenteur, mais l'évêque céda avec joie à leur urgence.


Chapitre 6. Ignace est dévoré par les bêtes à Rome


Ils partirent donc du lieu appelé Portus, et (la renommée de tout ce qui concerne le saint martyr étant déjà répandue à l'étranger) nous rencontrâmes les frères pleins de crainte et de joie, se réjouissant en effet parce qu'ils étaient jugés dignes de rencontrer Théophore, mais frappés de peur parce qu'un homme si éminent était conduit à la mort. Il enjoignit maintenant à certains de se taire qui, dans leur zèle fervent, disaient qu'ils allaient apaiser le peuple, afin qu'il ne demande pas la destruction de ce seul. Il en fut immédiatement conscient par l'Esprit, et il les salua tous, les pria de lui témoigner une véritable affection, s'attarda plus longuement que dans son épître, et les persuada de ne pas l'envier en se hâtant vers le Seigneur, Après avoir, avec tous les frères agenouillés, imploré le Fils de Dieu au nom des Églises, afin que cesse la persécution et que l'amour mutuel continue entre les frères, il fut conduit en toute hâte dans l'amphithéâtre. Puis, étant aussitôt jeté dans l'amphithéâtre, selon l'ordre de César donné il y a quelque temps, les spectacles publics étant sur le point de se terminer (car c'était alors un jour solennel, comme ils le jugeaient, étant celui qu'on appelle le treizième en langue romaine, sur lequel le peuple se rassemblait en nombre plus qu'ordinaire), il fut ainsi jeté aux bêtes sauvages près du temple, afin que s'accomplisse par elles le désir du saint martyr Ignace, selon ce qui est écrit, Le désir des justes est acceptable Proverbes 10 : 24 [à Dieu], afin qu'aucun de ses frères ne soit importuné par la collecte de sa dépouille, comme il l'avait déjà souhaité dans son épître, afin que sa fin soit ainsi. Car il ne restait que les parties les plus dures de sa dépouille, qui furent transportées à Antioche et enveloppées dans du lin, comme un trésor inestimable laissé à la sainte Église par la grâce du martyr.


Chapitre 7. Ignace apparaît dans une vision après sa mort


Or, ces événements se sont produits le treizième jour avant les Kalends de janvier, c'est-à-dire le 20 décembre, Sura et Senecio étant alors consuls des Romains pour la deuxième fois. Ayant nous-mêmes été témoins de ces choses, ayant passé toute la nuit en larmes dans la maison, et ayant supplié le Seigneur, à genoux fléchis et par de nombreuses prières, qu'il nous donne, à nous les faibles, la pleine assurance des choses qui ont été faites, il advint, en tombant dans un bref sommeil, que certains d'entre nous ont vu le bienheureux Ignace se tenir soudain à nos côtés et nous embrasser, tandis que d'autres l'ont vu prier à nouveau pour nous, et d'autres encore l'ont vu tomber en sueur, comme s'il venait de sortir de son grand travail, et se tenir aux côtés du Seigneur. C'est pourquoi, lorsque nous avons été témoins de ces choses avec une grande joie et que nous avons comparé nos différentes visions, nous avons chanté la louange à Dieu, le donateur de toutes les bonnes choses, et nous avons exprimé notre sentiment de bonheur du saint [martyr] ; et maintenant nous vous avons fait connaître le jour et l'heure [où ces choses se sont produites], afin que, nous rassemblant selon le temps de son martyre, nous puissions être en communion avec le champion et noble martyr du Christ, qui a foulé aux pieds le diable, et a perfectionné la voie que, par amour pour le Christ, il avait désirée, dans le Christ Jésus notre Seigneur ; par qui, et avec qui, soyez gloire et puissance au Père, avec l'Esprit Saint, pour toujours !


Amen.