Tertullien

HISTOIRE SACRÉE : LIVRE II

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

Chapitre 1.


Les temps de la captivité ont été rendus illustres par les prédictions et les actes des prophètes, et surtout par la remarquable persistance de Daniel à faire respecter la loi, et par la délivrance de Suzanne grâce à la sagesse divine, ainsi que par les autres choses qu'elle a accomplies, et que nous allons maintenant raconter dans leur ordre. Daniel a été fait prisonnier sous le roi Joachim, et a été amené à Babylone, alors qu'il était encore un tout petit enfant. Par la suite, en raison de la beauté de son visage, on lui a donné une place parmi les serviteurs du roi, et avec lui, Annanias, Misael et Azarias. Mais, lorsque le roi leur a ordonné de leur fournir les meilleurs aliments et a imposé à l'eunuque Asphane le devoir de s'en occuper, Daniel, conscient des traditions de ses pères qui lui interdisaient de prendre de la nourriture de la table d'un roi des païens, a supplié l'eunuque de lui permettre de suivre un régime uniquement à base de légumineuses. Asphane objecta que la maigreur qui s'ensuivrait pourrait révéler le fait que l'ordre du roi avait été désobéi ; mais Daniel, mettant sa confiance en Dieu, promit qu'il aurait une plus grande beauté de visage en vivant de pouls qu'en utilisant les délices du roi. Et ses paroles furent tenues, de sorte que les visages de ceux dont on s'occupait aux frais de l'État n'étaient pas du tout comparables à ceux de Daniel et de ses amis. En conséquence, étant promus par le roi à l'honneur et à la faveur, ils furent, en peu de temps, par leur prudence et leur sage conduite, préférés à tous ceux qui se trouvaient le plus près du roi. À peu près à la même époque, Susanna, la femme d'un certain Joachis, une femme d'une beauté remarquable, fut désirée par deux anciens et, lorsqu'elle ne voulut pas écouter leurs propositions peu chastes, fut assaillie par une fausse accusation. Ces anciens ont rapporté qu'un jeune homme avait été trouvé avec elle dans un lieu de retraite, mais qu'il leur avait échappé des mains par son agilité de jeunesse, alors qu'ils étaient affaiblis par l'âge. Le mérite en revient donc à ces anciens, et Susanna fut condamnée par la sentence du peuple. Et, alors qu'elle était conduite au châtiment selon la loi, Daniel, qui avait alors douze ans, après avoir reproché aux Juifs d'avoir livré des innocents à la mort, demanda qu'elle soit ramenée devant un tribunal et que sa cause soit à nouveau entendue. Car la multitude des Juifs présents à ce moment-là pensait qu'un garçon d'un âge si peu respectueux n'avait pas osé faire un pas aussi audacieux sans une impulsion divine, et, lui accordant la faveur qui lui était demandée, revint à nouveau au conseil. L'épreuve est donc recommencée, et Daniel est autorisé à prendre sa place parmi les anciens. Sur ce, il ordonne de séparer les deux accusateurs l'un de l'autre, et s'enquiert auprès de chacun d'eux à tour de rôle, sous quel genre d'arbre il avait découvert la femme adultère. De la différence des réponses qu'ils ont données, leur fausseté a été détectée : Susanna fut acquittée ; et les anciens, qui avaient mis l'innocente en danger, furent condamnés à mort.



Chapitre 2.


À cette époque, Nabuchodonosor avait un rêve merveilleux pour cette vision de l'avenir qu'il impliquait. Comme il ne pouvait pas de lui-même en faire ressortir l'interprétation, il fit venir les Chaldéens qui étaient supposés, par les arts magiques et par les entrailles des victimes, connaître des choses secrètes, et prédire l'avenir, afin de l'interpréter. Devenant à présent inquiet de peur que, à la manière habituelle des hommes, ils n'extraient du rêve non pas ce qui était vrai, mais ce qui serait acceptable pour le roi, il supprime les choses qu'il avait vues, et exige d'eux que, si un réel pouvoir de divination était en eux, ils lui rapportent le rêve lui-même ; disant qu'il croirait alors leur interprétation, s'ils faisaient d'abord la preuve de leur habileté en rapportant le rêve. Mais ils refusèrent de tenter une si grande difficulté, et confessèrent qu'une telle chose n'était pas à la portée du pouvoir humain. Le roi, furieux parce que, sous une fausse profession de divination, ils se moquaient des hommes avec leurs erreurs, alors qu'ils étaient contraints par le présent cas de reconnaître qu'ils n'avaient pas la connaissance qu'on prétendait, en fit une exposition au moyen d'un édit royal ; et tous les hommes professant cet art furent publiquement mis à mort. Lorsque Daniel apprit cela, il parla à l'un des plus proches du roi et promit de donner un compte-rendu du rêve, ainsi que de fournir son interprétation. La chose est rapportée au roi, et Daniel est envoyé chercher. Le mystère lui avait déjà été révélé par Dieu ; il relate donc la vision du roi, ainsi que son interprétation. Mais cette affaire exige que nous présentions le rêve du roi et son interprétation, ainsi que l'accomplissement de ses paroles par ce qui a suivi. Le roi avait donc vu dans son sommeil une image avec une tête d'or, avec une poitrine et des bras d'argent, avec un ventre et des cuisses d'airain, avec des jambes de fer, et qui dans ses pieds se terminait en partie par du fer et en partie par de l'argile. Mais le fer et l'argile, une fois mélangés, ne pouvaient pas adhérer l'un à l'autre. Finalement, une pierre découpée sans les mains a brisé l'image en morceaux, et le tout, réduit en poussière, a été emporté par le vent.



Chapitre 3.


En conséquence, selon l'interprétation du prophète, l'image qui a été vue fournissait une représentation du monde. La tête d'or est l'empire des Chaldéens, car nous avons compris qu'il était le premier et le plus riche. La poitrine et les bras d'argent représentent le second royaume ; car Cyrus, après la conquête des Chaldéens et des Mèdes, a conféré l'empire aux Perses. Dans le ventre d'airain, on dit que la troisième souveraineté était indiquée ; et nous voyons que cela s'est réalisé, car Alexandre a pris l'empire aux Perses, et a gagné la souveraineté pour les Macédoniens. Les jambes de fer indiquent une quatrième puissance, et c'est ce que l'on comprend de l'empire romain, qui est plus puissant que tous les royaumes qui l'ont précédé. Mais le fait que les pieds étaient en partie de fer et en partie d'argile, indique que l'empire romain doit être divisé, pour ne jamais être uni. Cela aussi a été réalisé, car l'État romain n'est pas dirigé par un seul empereur, mais par plusieurs, et ceux-ci se disputent toujours entre eux, soit dans une guerre réelle, soit par des factions. Enfin, le mélange de l'argile et du fer, sans jamais s'unir complètement dans leur substance, fait ombrage aux futurs mélanges de la race humaine qui ne sont pas d'accord entre eux, bien qu'ils soient apparemment combinés. Car il est évident que le territoire romain est occupé par des nations étrangères, ou par des rebelles, ou qu'il a été cédé à ceux qui se sont rendus sous une apparence de paix. Et il est également évident que des nations barbares, et surtout des Juifs, ont été mêlés à nos armées, à nos villes et à nos provinces ; et nous les voyons ainsi vivre parmi nous, sans pour autant accepter d'adopter nos coutumes. Et les prophètes déclarent que ce sont les derniers temps. Mais dans la pierre taillée sans main, qui a brisé l'or, l'argent, l'airain, le fer et l'argile, il y a une figure du Christ. Car lui, qui n'est pas né dans des conditions humaines (puisqu'il est né non de la volonté de l'homme, mais de la volonté de Dieu), réduira à néant ce monde dans lequel existent des royaumes terrestres, et établira un autre royaume, incorruptible et éternel, c'est-à-dire le monde futur, qui est préparé pour les saints. La foi de certains hésite encore sur ce seul point, alors qu'ils ne croient pas aux choses à venir, bien qu'ils soient convaincus des choses passées. Daniel a donc reçu de nombreux cadeaux du roi, a été placé au-dessus de Babylone et de tout l'empire, et a été tenu en très haute estime. Grâce à son influence, Annanias, Azarias et Misael ont également été élevés au rang de plus haute dignité et de plus grand pouvoir. À peu près à la même époque, les remarquables prophéties d'Ézéchiel ont été publiées, le mystère des choses futures et de la résurrection lui ayant été révélé. Son livre est d'un grand poids, et mérite d'être lu avec attention.



Chapitre 4.


Mais en Judée, où, comme nous l'avons raconté plus haut, Godolia a été mise en place après la destruction de Jérusalem, les Juifs ont pris très mal le fait qu'un souverain n'appartenant pas à la race royale leur ait été attribué par la seule volonté du conquérant, avec un certain Ismaël comme chef et instigateur de l'exécrable conspiration, a coupé Godolia par trahison alors qu'il était à un banquet. Mais ceux qui n'ont pas pris part au complot, désireux de prendre des mesures pour venger l'acte, prennent hâtivement les armes contre Ismaël. Mais lorsqu'il apprend que la destruction le menace, il quitte l'armée qu'il avait rassemblée, et avec huit compagnons au plus, il s'enfuit chez les Ammonites. La crainte s'empara donc de tout le peuple, de peur que le roi de Babylone ne venge la culpabilité de quelques-uns par la destruction de tous ; car, outre Godolia, ils avaient tué avec lui de nombreux Chaldéens. Ils forment donc un plan de fuite en Égypte, mais ils se rendent d'abord en corps à Jérémie, lui demandant le conseil divin. Il les exhorte alors tous, selon les paroles de Dieu, à rester dans leur pays natal, leur disant que s'ils le faisaient, ils seraient protégés par la puissance de Dieu, et qu'aucun danger ne viendrait des Babyloniens, mais que, s'ils entraient en Égypte, ils y périraient tous par l'épée, la famine et différentes sortes de mort. La populace, cependant, avec la tendance maléfique habituelle qu'ils montrent, n'étant pas habituée à céder aux conseils utiles et à la puissance divine, entra en Égypte. Les Saintes Écritures sont silencieuses quant à leur sort futur ; et je n'ai rien pu découvrir à ce sujet.



Chapitre 5.


À cette époque, Nabuchodonosor, exalté par la prospérité, s'érigea une statue d'or à lui-même, de taille énorme, et ordonna de la vénérer comme une image sacrée. Et lorsque tout le monde se mit à faire preuve de zèle, dans la mesure où leur esprit avait été corrompu par la flatterie universelle qui prévalait, Annanias, Azarias et Misael se tinrent à l'écart de l'observance profane, étant bien conscients que cet honneur était dû à Dieu seul. Ils étaient donc, selon un édit du roi, considérés comme des criminels, et une fournaise ardente leur était présentée comme moyen de punition, afin que, par la terreur actuelle, ils soient contraints d'adorer la statue. Mais ils préféraient être engloutis par les flammes plutôt que de commettre un tel péché. En conséquence, ils furent liés et jetés au milieu du feu. Mais les flammes ont pris les agents dans cet exécrable travail, alors qu'ils forçaient, avec tout leur empressement, les victimes dans le feu ; tandis que - merveilleux à dire, et même incroyable pour tous sauf les témoins oculaires - le feu n'a pas du tout touché les Hébreux. Ils étaient vus par les spectateurs qui marchaient au milieu de la fournaise et chantaient un chant de louange à Dieu, tandis qu'on voyait aussi avec eux une quatrième personne ayant l'apparence d'un ange, et que Nabuchodonosor, en se rapprochant de lui, reconnaissait être le Fils de Dieu. Alors le roi, ne doutant pas que la puissance divine était présente dans l'événement qui avait eu lieu, envoya des proclamations dans tout son royaume pour faire connaître le miracle qui avait eu lieu, et confesser que l'honneur devait être rendu à Dieu seul. Peu de temps après, instruit par une vision qui se présenta à lui, et bientôt aussi par une voix qui lui parvint du ciel, il aurait fait pénitence en mettant de côté son pouvoir royal, se retirant de tout rapport avec l'humanité, et aurait soutenu la vie par les herbes seules. Cependant, son empire lui a été gardé par la volonté de Dieu, jusqu'à ce que le temps soit accompli, et en reconnaissant longuement Dieu, il a été, après sept ans, restauré dans son royaume et son ancienne position. Après avoir conquis Sedechia (qu'il a emmenée captive à Babylone), comme nous l'avons dit plus haut, il est réputé avoir régné vingt-six ans, bien que je ne trouve pas cela inscrit dans l'histoire sacrée. Mais il est peut-être arrivé que, alors que j'étais en train de faire des recherches sur de nombreux points, je trouve cette remarque dans l'œuvre d'un auteur anonyme qui a été interpolée au fil du temps, et dans laquelle figuraient les dates des rois babyloniens. Je n'ai pas jugé bon de passer cette remarque inaperçue, car elle s'accorde en fait avec les Chroniques, et donc son récit est conforme à notre avis, à savoir que, par la succession des rois, dont les dates sont contenues dans le récit, il s'est écoulé soixante-dix ans jusqu'à la première année du roi Cyrus, et tel est en fait le nombre d'années qui est indiqué dans l'histoire sacrée comme s'étant écoulées de la captivité jusqu'au temps de Cyrus.



Chapitre 6.


Après Nabuchodonosor, le royaume est tombé aux mains de son fils, que je trouve appelé Euilmarodac dans les Chroniques. Il mourut dans la douzième année de son règne, et fit de la place pour son frère cadet, qui s'appelait Balthasar. Lorsqu'en la quatorzième année, il donna une fête publique à ses chefs et à ses dirigeants, il ordonna de sortir les vases sacrés (qui avaient été enlevés par Nabuchodonosor du temple de Jérusalem, mais qui n'avaient pas été utilisés pour les besoins du roi, et qui étaient conservés dans le trésor). Et lorsque toutes les personnes, hommes et femmes, avec ses épouses et concubines, les utilisèrent dans le luxe et la licence d'un banquet royal, le roi vit soudain des doigts écrire sur le mur, et les lettres furent perçues comme étant formées en mots. Mais personne ne put être trouvé capable de lire l'écriture. Le roi, perturbé, appela donc les mages et les Chaldéens. Lorsque ceux-ci se contentèrent de marmonner entre eux et ne répondirent pas, la reine rappela au roi qu'il y avait un certain hébreu, du nom de Daniel, qui avait autrefois révélé à Nabuchodonosor un rêve contenant un mystère secret, et qui avait ensuite, en raison de sa remarquable sagesse, été promu aux plus hautes distinctions. En conséquence, il fut envoyé pour lire et interpréter l'écrit, selon lequel, en raison du péché du roi, qui avait profané des vases sacrés pour Dieu, la destruction menaçait sur lui, et que son royaume fut donné aux Mèdes et aux Perses. Et cela se produisit bientôt. Car, la même nuit, Balthasar périt et Darius, un Mède par nation, prit possession de son royaume. De nouveau, constatant que Daniel était tenu en haute estime, il le plaça à la tête de tout l'empire, à la suite du jugement des rois qui l'avaient précédé. Car Nabuchodonosor l'avait également placé à la tête du royaume, et Balthasar lui avait offert une robe pourpre et une chaîne d'or, tout en le constituant également le troisième souverain du royaume.



Chapitre 7.


Ceux donc qui, avec lui, possédaient le pouvoir, stimulés par l'envie, parce qu'un étranger appartenant à une nation captive avait été mis sur un pied d'égalité avec eux, contraignent le roi, qui a été corrompu par la flatterie, à décréter que les honneurs divins lui seront payés pendant les trente prochains jours, et qu'il ne sera permis à personne de prier un dieu, sauf au roi. Darius en fut facilement persuadé, par la folie de tous les rois qui se réclament des honneurs divins. Dans ces circonstances, Daniel n'étant pas étranger à ce qui s'est passé, et n'ignorant pas que la prière doit être adressée à Dieu, et non à l'homme, est accusé de ne pas avoir obéi au commandement du roi. Contre la volonté de Darius, à qui il avait toujours été cher et acceptable, les souverains ont obtenu qu'on le fasse descendre dans un repaire. Mais aucun mal ne lui fut fait lorsqu'il fut ainsi exposé aux bêtes sauvages. Et lorsque le roi découvrit cela, il ordonna que ses accusateurs soient livrés aux lions. Mais ils n'ont pas vécu une expérience similaire, car ils ont été dévorés instantanément pour satisfaire la faim des bêtes sauvages. Daniel, qui avait été célèbre auparavant, était désormais estimé encore plus célèbre ; et le roi, abrogeant son ancien édit, en publia un nouveau selon lequel, toutes erreurs et superstitions étant abandonnées, le Dieu de Daniel devait être adoré. Il existe également un registre de visions de Daniel, dans lequel il a révélé l'ordre des événements dans les âges à venir, en y incluant également le nombre d'années au cours desquelles il a annoncé que le Christ descendrait sur terre (comme cela a eu lieu), et a clairement exposé la future venue de l'Antéchrist. Si quelqu'un est désireux d'enquêter sur ces points, il les trouvera traités plus en détail dans le livre de Daniel : notre objectif est simplement de présenter un exposé des événements qui y sont liés. Darius est censé avoir régné dix-huit ans, date après laquelle Astyages a commencé à régner sur les Mèdes.



Chapitre 8.


Lui, Cyrus, son petit-fils par sa fille, expulsé du royaume, ayant utilisé les armes des Perses à cette fin ; et donc le pouvoir principal fut transféré aux Perses. Les Babyloniens tombèrent également sous son pouvoir et son gouvernement. Au début de son règne, il autorisa les Juifs à rentrer dans leur pays par des édits publics et restaura les vases sacrés que Nabuchodonosor avait emportés du temple de Jérusalem. En conséquence, quelques-uns sont ensuite retournés en Judée ; quant aux autres, nous n'avons pas pu découvrir si le désir de revenir, ou le pouvoir de le faire, faisait défaut. Il y avait à cette époque chez les Babyloniens une image effrontée de Bélus, un roi très ancien, que Virgile a également mentionné. Celui-ci ayant été jugé sacré par la superstition du peuple, Cyrus avait également été habitué au culte, étant trompé par la ruse de ses prêtres. Ceux-ci affirmaient que l'image mangeait et buvait, tandis qu'eux-mêmes emportaient secrètement la portion quotidienne qui était offerte à l'idole. Cyrus, qui était en relation intime avec Daniel, lui demanda alors pourquoi il n'adorait pas l'image, puisqu'elle était un symbole manifeste du Dieu vivant, comme consommant les choses qui lui étaient offertes. Daniel, se moquant de l'erreur de l'homme, répondit que cela ne pouvait pas être le cas, que ce travail de l'airain - simple matière insensée - pouvait utiliser soit de la viande soit de la boisson. Le roi ordonna donc d'appeler les prêtres (ils étaient environ soixante-dix) ; et, les terrorisant, il leur demanda avec reproche qui était en train de consommer ce qui lui était offert, puisque Daniel, homme distingué pour sa sagesse, soutenait que cela ne pouvait se faire par une image insensée. Puis, se fiant à leur ruse toute prête, ils ordonnèrent que l'offrande habituelle soit faite et que le temple soit scellé par le roi, étant entendu que, à moins que le lendemain, on ne découvre que toute l'offrande avait été consommée, ils devaient subir la mort, alors qu'au contraire, on découvrait que le même sort attendait Daniel. En conséquence, le temple fut scellé par le sceau du roi ; mais Daniel avait auparavant, à l'insu des prêtres, recouvert le sol de cendres, afin que leurs traces de pas trahissent l'approche clandestine de ceux qui y entraient. Le roi, entré le lendemain dans le temple, s'aperçut donc que ces choses avaient été enlevées, qu'il avait ordonné de servir à l'idole. Alors Daniel révèle la fraude secrète par les empreintes de pas traîtresses, montrant que les prêtres, avec leurs femmes et leurs enfants, étaient entrés dans le temple par un trou ouvert par le bas, et avaient dévoré les choses qui avaient été servies à l'idole. En conséquence, ils furent tous mis à mort sur ordre du roi, tandis que le temple et l'image étaient soumis au pouvoir de Daniel, et furent détruits sur son ordre.



Chapitre 9.


Pendant ce temps, les Juifs qui, comme nous l'avons dit plus haut, sont retournés dans leur pays natal avec la permission de Cyrus, ont tenté de restaurer leur ville et leur temple. Mais, étant peu nombreux et pauvres, ils ne firent que peu de progrès, jusqu'à ce que, enfin, après une centaine d'années d'interruption, alors que le roi Artaxerxès régnait sur les Perses, ils furent absolument dissuadés de construire par ceux qui avaient l'autorité locale. Car, à cette époque, la Syrie et toute la Judée étaient gouvernées sous l'empire des Perses par des magistrats et des gouverneurs. Ceux-ci ont donc pris conseil d'écrire au roi Artaxerxès, qu'il n'était pas opportun d'accorder aux Juifs l'opportunité de reconstruire leur ville, de peur que, conformément à leur caractère obstiné, et étant habitués à régner sur d'autres nations, ils ne se soumettent, en retrouvant leurs forces, à vivre sous l'emprise d'une puissance étrangère. Ainsi, le plan des souverains étant approuvé par le roi, la construction de la ville fut arrêtée, et retardée jusqu'à la deuxième année du règne de Darius. Mais, qui étaient rois de Perse pendant toute cette période, nous allons ici insérer, afin que la succession des dates puisse être établie dans un ordre régulier et fixe. Bien, alors, après Darius le Mède, qui, comme nous l'avons dit plus haut, a régné dix-huit ans, Cyrus a détenu le pouvoir suprême pendant trente et un ans. Alors qu'il faisait la guerre aux Scythes, il est tombé au combat, la deuxième année après que Tarquinius Superbus ait commencé à régner à Rome. Cyrus succéda à son fils Cambyses, et régna huit ans. Après avoir harcelé de guerre l'Égypte et l'Éthiopie, et soumis ces pays, il revint victorieux en Perse, mais se blessa accidentellement, et mourut de cette blessure. Après sa mort, deux frères, qui étaient des mages, et des Mèdes par nation, ont régné sur les Perses pendant sept mois. Pour les tuer, sept des plus nobles des Perses formèrent un complot, dont le chef était Darius, le fils d'Hystaspes, qui était un cousin de Cyrus, et par consentement unanime le royaume lui fut accordé : il régna trente et six ans. Quatre ans avant sa mort, il a combattu à Marathon, dans une bataille très célèbre dans l'histoire grecque et romaine. Cela s'est passé environ deux cent soixante ans après la fondation de Rome, alors que Macerinus et Augurinus étaient consuls, c'est-à-dire il y a huit cent quatre-vingt-huit ans, à condition que les recherches que j'ai faites sur la succession des consuls romains ne me trompent pas, car j'ai fait tout le compte jusqu'à l'époque de Stilico. Après Darius, Xerxès est arrivé et il aurait régné pendant vingt et un ans, bien que j'aie constaté que la durée de son règne est, dans la plupart des cas, fixée à vingt-cinq ans. À lui a succédé Artaxerxès, dont nous avons parlé plus haut. Comme il a ordonné l'arrêt de la construction de la ville et du temple juifs, les travaux ont été suspendus jusqu'à la deuxième année du règne de Darius. Mais pour que la succession des dates soit complète jusqu'à lui, je dois préciser qu'Artaxerxès a régné quarante et un ans, Xerxès deux mois, et que, après lui, Sucdianus a régné pendant sept mois.



Chapitre 10.


Ensuite, Darius, sous lequel le temple a été restauré, a obtenu le royaume, son nom étant alors Ochus. Il avait pour garde du corps trois Hébreux d'une fidélité éprouvée, et parmi ceux-ci, la preuve de sa prudence qu'il avait donnée, avait attiré vers lui l'admiration du roi. Le choix lui étant alors donné de demander tout ce qu'il avait formé un désir dans son coeur, gémissant sur les ruines de son pays, il supplia la permission de restaurer la ville, et obtint du roi l'ordre d'exhorter les lieutenants et les souverains à accélérer la construction du temple saint, et à fournir les dépenses nécessaires à cette fin. En conséquence, le temple fut achevé en quatre ans, c'est-à-dire la sixième année après le début du règne de Darius, et cela semblait, pour l'époque, suffisant au peuple juif. Car, comme il s'agissait d'un travail de grande envergure pour restaurer la ville, se méfiant de leurs propres ressources, ils ne s'aventurèrent pas à l'époque à entreprendre une entreprise d'une si grande difficulté, mais se contentèrent d'avoir reconstruit le temple. En même temps, Esdras le scribe, qui était versé dans le droit, une vingtaine d'années après l'achèvement du temple (Darius étant maintenant mort qui avait possédé la souveraineté pendant dix-neuf ans), par la permission d'Artaxerxès le second (pas celui qui avait une place entre les deux Xerxès, mais celui qui avait succédé à Darius Ochus), partit de Babylone avec beaucoup de monde à sa suite, et ils portèrent à Jérusalem les vases de divers métiers, ainsi que les cadeaux que le roi avait envoyés pour le temple de Dieu. Avec eux, il n'y avait que douze Lévites, car on peut difficilement dire que ce nombre de la tribu ait été trouvé. Ayant constaté que les Juifs s'unissaient par mariage avec les païens, il les réprimanda sévèrement pour cette raison, et leur ordonna de renoncer à tout lien de ce genre, ainsi que de renvoyer les enfants qui avaient fait l'objet de tels mariages ; et tous obéirent à sa parole. Le peuple, alors sanctifié, accomplit les rites sanctionnés par l'ancienne loi. Mais je ne pense pas qu'Esdras ait fait quoi que ce soit en vue de restaurer la ville, car il pensait, comme je l'imagine, qu'un devoir plus urgent était de réformer le peuple des habitudes corrompues qu'il avait contractées.



Chapitre 11.


Il y avait à cette époque à Babylone un certain Néhémie, serviteur du roi, juif de naissance et très aimé d'Artaxerxès pour les services qu'il avait rendus. Ayant demandé à ses compatriotes juifs dans quel état se trouvait leur ville ancestrale, et ayant appris que sa terre natale était restée dans le même état de déchéance qu'auparavant, il aurait été perturbé de tout son coeur, et aurait prié Dieu avec des gémissements et beaucoup de larmes. Il a également rappelé les péchés de sa nation et a exprimé de toute urgence la compassion divine. En conséquence, le roi, constatant que, pendant qu'il attendait à table, il semblait plus triste que d'habitude, lui demanda d'expliquer les raisons de son chagrin. Il se mit alors à pleurer les malheurs de sa nation et la ruine de sa ville ancestrale qui, depuis près de deux cent cinquante ans, a été rasée, apportant ainsi une preuve des maux endurés et un point de vue sur ses ennemis. Il supplia donc le roi de lui accorder la liberté d'y aller et de la restaurer. Le roi céda à ces demandes et le renvoya immédiatement avec une garde de cavalerie, afin qu'il puisse accomplir son voyage en toute sécurité, et lui donna en même temps des lettres aux dirigeants leur demandant de lui fournir tout ce qui était nécessaire. Arrivé à Jérusalem, il distribua au peuple, homme par homme, les travaux liés à la ville, et tous rivalisèrent entre eux pour exécuter les ordres qu'ils recevaient. Et déjà le travail de reconstruction était à moitié achevé, lorsque la jalousie des païens environnants éclata, et que les villes voisines conspirèrent pour interrompre les travaux et dissuader les Juifs de construire. Mais Néhémie, qui avait posté des gardes contre ceux qui attaquaient le peuple, n'était pas du tout alarmé et il exécuta ce qu'il avait commencé. Ainsi, une fois le mur terminé et les entrées des portes terminées, il mesura la ville pour la construction par les familles de maisons à l'intérieur de celle-ci. Il estimait également que le nombre de personnes n'était pas suffisant pour la taille de la ville, car il n'y avait pas plus de cinquante mille personnes des deux sexes et de tous rangs - à tel point que leur nombre, autrefois énorme, avait été réduit par les guerres fréquentes et par la multitude maintenue en captivité. Car, autrefois, ces deux tribus, dont le reste de la population était tout ce qui restait, avaient, lorsque les dix tribus en furent séparées, pu fournir trois cent vingt mille hommes armés. Mais ayant été livrés par Dieu, à cause de leur péché, à la mort et à la captivité, ils avaient sombré dans le nombre misérablement faible qu'ils présentaient maintenant. Mais cette troupe, comme je l'ai dit, ne comprenait que les deux tribus : les dix qui avaient été emmenés auparavant furent dispersés parmi les Parthes, les Mèdes, les Indiens et les Éthiopiens qui ne revinrent jamais dans leur pays natal et qui sont encore aujourd'hui sous l'emprise de nations barbares. Mais l'achèvement de la ville restaurée est lié au fait qu'elle a été réalisée en la trente-deuxième année du règne d'Artaxerxès. De cette époque à la crucifixion du Christ, c'est-à-dire à l'époque où Fufius Geminus et Rubellius étaient consuls, il s'est écoulé trois cent quatre-vingt-dix-huit ans. Mais de la restauration du temple à sa destruction, qui a été achevée par Tite sous Vespasien, lorsqu'Auguste était consul, il y a eu une période de quatre cent quatre-vingt-trois ans. C'est ce qu'avait prédit Daniel, qui avait annoncé que de la restauration du temple à son renversement, il s'écoulerait soixante-dix-neuf semaines. Or, de la date de la captivité des Juifs jusqu'à la restauration de la ville, il s'est écoulé deux cent soixante ans.



Chapitre 12.


À cette époque, nous pensons qu'Esther et Judith ont vécu, mais j'avoue que je ne peux pas facilement percevoir avec quels rois, surtout je devrais relier les actions de leur vie. En effet, alors qu'Esther aurait vécu sous le roi Artaxerxès, je constate qu'il y a eu deux rois perses de ce nom, et il y a beaucoup d'hésitation à conclure à laquelle de ces dates il faut attribuer. Cependant, il m'a semblé préférable de relier l'histoire d'Esther à celle de cet Artaxerxès sous lequel Jérusalem a été restaurée, car il est peu probable que, si elle avait vécu sous l'ancien Artaxerxès, dont Esdras a rendu compte de l'époque, il n'aurait pas fait mention d'une femme aussi illustre. Cela est d'autant plus convaincant que nous savons que la construction du temple était (comme nous l'avons raconté plus haut) interdite par ce Artaxerxès et qu'Esther ne l'aurait pas permis si elle avait été ensuite unie à lui par les liens du mariage. Mais je vais maintenant répéter ce qu'elle a accompli. Il y avait à cette époque un certain Vastis lié au roi par les liens du mariage, une femme d'une beauté merveilleuse. Habitué à vanter sa beauté à tous, il ordonna un jour à la reine, alors qu'il donnait un spectacle public, d'y assister afin d'exposer sa beauté. Mais elle, plus prudente que le roi fou, et étant trop modeste pour faire étalage de sa personne devant les yeux des hommes, refusa d'obéir à ses ordres. Son esprit sauvage fut enragé par cette insulte, et il la chassa, tant de sa condition de mariage avec lui que du palais. Par conséquent, lorsqu'une jeune femme fut recherchée pour prendre sa place en tant qu'épouse du roi, Esther se trouva surpasser toutes les autres en beauté. Elle était une Juive de la tribu de Benjamin, et une orpheline, sans père ni mère, avait été élevée par son cousin allemand, Mardochée. Lorsqu'elle fut mariée au roi, elle dissimula sa nation et sa patrie, sur les instructions de celui qui l'avait élevée, et fut également invitée par lui à ne pas oublier ses traditions ancestrales, ni à participer à la nourriture des païens, bien qu'en tant que captive, elle ait contracté un mariage avec un étranger. Ainsi donc, étant unie au roi, elle, en peu de temps, comme il fallait s'y attendre, captiva facilement tout son esprit par la puissance de sa beauté, de sorte que, l'égalant à lui-même dans l'emblème du pouvoir souverain, il lui offrit une robe pourpre.



Chapitre 13.


À cette époque, Mardochée était parmi les plus proches du roi, ayant entièrement sous sa responsabilité les affaires de la maison. Il avait fait connaître au roi un complot qui avait été formé par deux eunuques, et, de ce fait, était devenu un favori plus grand, tandis qu'il était présenté avec les plus grands honneurs. Il y avait à cette époque un Haman, un ami très confidentiel du roi, qu'il s'était fait égal à lui-même et, à la manière des souverains, avait ordonné d'être vénéré. Mardochée étant le seul homme parmi tous ceux qui refusaient de le faire, il avait grandement attisé la colère du Perse contre lui-même. En conséquence, Haman, qui se préparait à travailler à la ruine de l'hébreu, alla voir le roi et affirma qu'il y avait dans son royaume une race d'hommes aux superstitions malveillantes et détestables pour Dieu comme pour les hommes. Il dit que, comme ils vivaient selon des lois étrangères, ils méritaient d'être détruits ; et qu'il était juste de livrer à la mort l'ensemble de cette nation. En même temps, il promit au roi d'immenses richesses provenant de leurs possessions. Le prince barbare fut facilement persuadé, et un édit fut émis pour le massacre des Juifs, tandis que des hommes furent aussitôt envoyés pour le publier à travers tout le royaume, de l'Inde jusqu'à l'Ethiopie. Lorsque Mardochée apprit cela, il déchira ses vêtements, se vêtit de sacs, dispersa des cendres sur sa tête et, se rendant au palais, il fit résonner tout l'endroit de ses gémissements et de ses plaintes, criant qu'il était indigne qu'une nation innocente périsse, alors qu'il n'existait aucun motif pour sa destruction. L'attention d'Esther fut attirée par la voix des lamentations, et elle apprit comment le cas se présentait réellement. Mais elle ne savait plus quelle mesure prendre (car, selon la coutume des Perses, la reine n'est pas autorisée à voir le roi, à moins qu'on ne l'ait fait venir, et elle n'est en effet pas admise à tout moment, mais seulement à une période déterminée) ; et il arriva alors que, selon cette règle, Esther fut tenue à l'écart de la présence du roi pendant les trente jours suivants. Cependant, pensant qu'elle devait courir un certain risque pour ses compatriotes, même si une destruction certaine l'attendait, elle était prête à affronter la mort pour une si noble cause, et, après avoir invoqué Dieu, elle entra dans la cour du roi. Mais le barbare, d'abord surpris par cet événement inhabituel, fut peu à peu séduit par les flatteries féminines, et alla jusqu'à accompagner la reine à un banquet qu'elle avait préparé. Avec lui, Haman, le favori du roi, mais un ennemi mortel de la nation des Juifs, l'accompagna également. Eh bien, quand, après le festin, le banquet commença à devenir jovial à travers les nombreuses coupes qui furent bues, Esther se jeta aux genoux du roi, et l'implora d'arrêter la destruction qui menaçait sa nation. Le roi promit alors de ne rien refuser à ses supplications, si elle avait d'autres demandes à formuler. Esther saisit aussitôt l'occasion et exige la mort d'Haman comme une satisfaction pour sa nation, qu'il avait souhaité voir détruite. Mais le roi ne pouvait pas oublier son ami, et hésitant un peu, il se retira pour un court moment afin d'examiner la question. Il revint ensuite, et lorsqu'il vit Haman saisir les genoux de la reine, excité de rage, et, criant que la violence était appliquée à la reine, il ordonna de le mettre à mort. Le roi apprit alors qu'Haman avait préparé une croix sur laquelle Mardochée devait souffrir. Ainsi, Haman fut fixé sur cette même croix, et tous ses biens furent remis à Mardochée, tandis que les Juifs en liberté étaient libérés. Artaxerxès régna soixante-deux ans, et Ochus lui succéda.



Chapitre 14.


A cette série d'événements, il sera juste d'ajouter un compte-rendu des actions de Judith, car elle est liée à avoir vécu après la captivité, mais l'histoire sacrée n'a pas révélé qui était roi des Perses en son temps. Elle appelle cependant le roi sous lequel ses exploits ont été accomplis le nom de Nabuchodonosor, et ce n'est certainement pas celui qui a pris Jérusalem. Mais je ne trouve pas que quelqu'un de ce nom ait régné sur les Perses après la captivité, à moins que, en raison de la colère et des efforts qu'il a manifestés, tout roi agissant ainsi ait été appelé Nabuchodonosor par les Juifs. La plupart des gens, cependant, pensent que c'est Cambyses, le fils de Cyrus, qui, en tant que conquérant, a pénétré en Égypte et en Éthiopie sur ce terrain. Mais l'histoire sacrée s'oppose à cette opinion ; car Judith est décrite comme ayant vécu la douzième année du roi en question. Or, Cambyses n'a pas possédé le pouvoir suprême pendant plus de huit ans. C'est pourquoi, s'il est permis de faire une conjecture sur un point de l'histoire, je serais enclin à croire que ses exploits ont été accomplis sous le roi Ochus, qui est venu après le second Artaxerxès. J'ai trouvé cette conjecture sur le fait que (comme je l'ai lu dans des histoires profanes) il est lié à avoir été par nature cruel et aimant la guerre. Car il a à la fois engagé des hostilités avec ses voisins, et récupéré par les guerres l'Egypte, qui s'était révoltée bien des années auparavant. À cette époque, il aurait également ridiculisé les rites sacrés des Égyptiens et d'Apis, qu'ils considéraient comme un dieu, ce que Baguas, l'un de ses eunuques, égyptien de souche, indigné par la conduite du roi, a ensuite vengé par la mort du roi, considérant que celui-ci avait insulté la race à laquelle il appartenait. Maintenant, l'histoire inspirée fait mention de cette Baguas ; car, lorsque Holopherne, par ordre du roi, a mené une armée contre les Juifs, il a raconté que Baguas était parmi l'armée. Ce n'est donc pas sans raison que je l'avance pour prouver l'opinion que j'ai exprimée, à savoir que ce roi qui s'appelait Nabuchodonosor était en réalité Ochus, puisque des historiens profanes ont raconté que Baguas vivait sous son règne. Mais personne ne devrait trouver remarquable que de simples écrivains mondains n'aient pas touché à l'un des points qui sont consignés dans les écrits sacrés. L'esprit de Dieu a donc veillé à ce que l'histoire soit strictement confinée dans ses propres mystères, non polluée par une quelconque bouche corrompue, ou par ce qui mêlait la vérité à la fiction. Cette histoire étant, en fait, séparée des affaires du monde, et d'un type qui ne peut être exprimé que par des mots sacrés, il est clair qu'elle n'aurait pas dû être mélangée à d'autres histoires, comme étant sur un pied d'égalité avec elles. Car il aurait été des plus indignes que cette histoire soit mêlée à d'autres traitant d'autres choses ou poursuivant d'autres enquêtes. Mais je vais maintenant passer à ce qui reste, et je vais raconter en quelques mots les actes accomplis par Judith.



Chapitre 15.


Les Juifs, donc, étant retournés, comme nous l'avons raconté ci-dessus, dans leur pays natal, et l'état de leurs affaires et de leur ville n'étant pas encore correctement réglé, le roi des Perses fit la guerre aux Mèdes, et engagea une bataille victorieuse contre leur roi, qui fut nommé Arphaxad. Ce monarque ayant été tué, il ajouta la nation à son empire. Il fit de même avec les autres nations, ayant envoyé devant lui Holopherne qu'il avait nommé maître de son armée, avec cent vingt mille fantassins et douze mille cavaliers. Après avoir ravagé à la guerre, la Cilicie et l'Arabie, il prit de nombreuses villes par la force, ou les contraignit par la peur à se rendre. Et maintenant, l'armée, après s'être rendue à Damas, avait frappé les Juifs avec une grande terreur. Mais comme ils n'ont pas pu résister, et comme, en même temps, ils n'ont pas pu amener leur esprit à acquiescer à l'idée de la reddition, puisqu'ils avaient auparavant connu par expérience les misères de l'esclavage, ils se sont traînés en foule jusqu'au temple. Là, avec un gémissement général et des lamentations mélangées, ils implorèrent l'assistance divine ; disant qu'ils avaient été suffisamment punis par Dieu pour leurs péchés et leurs offenses ; et le suppliant d'épargner le reste de ceux qui avaient été récemment délivrés de l'esclavage. Entre-temps, Holopherne avait admis que les Moabites se rendaient et les avait rejoints en tant qu'alliés dans la guerre contre les Juifs. Il demanda à leurs chefs sur quel pouvoir les Hébreux s'appuyaient pour ne pas amener leur esprit à se soumettre à la pensée de la soumission. En réponse, un certain Achior lui exposa les faits, à savoir que les Juifs, adorateurs de Dieu et entraînés par leurs pères à de pieuses observances, avaient autrefois traversé une période d'esclavage en Égypte, et que, sortis de ce pays par l'aide divine, et ayant traversé à pied la mer qui s'était asséchée devant eux, ils avaient enfin conquis toutes les nations adverses, et récupéré le territoire habité par leurs ancêtres. Par la suite, avec diverses fluctuations dans leurs affaires, ils avaient soit prospéré soit, au contraire, lorsqu'ils avaient sombré dans l'adversité, ils avaient de nouveau échappé à leurs souffrances, trouvant que Dieu était à son tour soit en colère contre eux, soit réconcilié avec eux, selon leurs déserts, de sorte que, lorsqu'ils péchaient, ils étaient châtiés par les attaques des ennemis ou par l'envoi en captivité, mais étaient toujours inconvaincus lorsqu'ils bénéficiaient de la faveur divine. Ainsi, si à l'heure actuelle ils sont exempts de toute culpabilité, ils ne peuvent être soumis ; mais s'ils se trouvent dans une autre situation, ils seront facilement conquis. Sur ce, Holopherne, débordant de nombreuses victoires, et pensant que tout doit céder devant lui, s'est mis en colère, car la victoire de sa part était considérée comme dépendant principalement du péché des Juifs, et a ordonné de pousser Achior dans le camp des Hébreux, afin qu'il périsse en compagnie de ceux dont il avait affirmé qu'ils ne pouvaient être vaincus. Les Juifs s'étaient alors dirigés vers les montagnes, et ceux à qui l'affaire avait été confiée se rendaient au pied des montagnes, où ils laissaient Achior enchaîné. Lorsque les Juifs s'en rendirent compte, ils le libérèrent de ses liens et le conduisirent en haut de la colline. Lorsqu'ils lui demandèrent la raison de ce qui s'était passé, il leur expliqua et, étant reçu en paix, il attendit le résultat. J'ajoute qu'après la victoire, il a été circoncis et est devenu juif. Eh bien, Holopherne, percevant la difficulté des localités, car il ne pouvait pas atteindre les hauteurs, entoura les montagnes de soldats, et se donna beaucoup de mal pour couper les Hébreux de toute alimentation en eau. De ce fait, ils ressentirent d'autant plus tôt la misère d'un siège. Vaincus par le manque d'eau, ils se rendirent en compagnie d'Ozias, leur chef, tous enclins à se rendre. Mais il leur répondit qu'ils devaient attendre un peu, et chercher l'assistance divine, de sorte que l'heure de la reddition fut fixée au cinquième jour suivant.



Chapitre 16.


Lorsque Judith (une femme veuve d'une grande richesse, et remarquable par sa beauté, mais toujours plus distinguée par sa vertu que par sa beauté), qui se trouvait alors dans le camp, en eut connaissance, elle pensa que, dans les circonstances de détresse de son peuple, elle devait faire un effort courageux, même si cela devait conduire à sa propre destruction. Elle se couvre donc la tête et embellit son visage, puis, accompagnée d'une seule servante, elle entre dans le camp de l'ennemi. Elle est immédiatement conduite à Holopherne, et lui raconte que les affaires de ses compatriotes sont désespérées, de sorte qu'elle a pris des précautions pour sa vie par la fuite. Puis elle supplie le général de lui accorder le droit de sortir librement du camp pendant la nuit, afin de pouvoir dire ses prières. Cet ordre est donc donné aux sentinelles et aux gardiens des portes. Mais lorsque, par la pratique de trois jours, elle s'était donné l'habitude de sortir et de rentrer, et avait ainsi inspiré aux barbares la croyance en elle, le désir s'empara d'Holopherne de maltraiter la personne de son prisonnier ; car, étant d'une beauté surpassant celle des autres, elle avait facilement impressionné le Persan. En conséquence, elle fut conduite à la tente du général par Baguas, l'eunuque ; et, au début d'un banquet, le barbare s'étonna avec une grande quantité de vin. Puis, lorsque les serviteurs se retirèrent, avant d'offrir de la violence à la femme, il s'endormit. Judith, saisissant l'occasion, coupa la tête de l'ennemi et l'emporta avec elle. Comme elle était considérée comme quittant simplement le camp selon sa coutume habituelle, elle retourna chez les siens en toute sécurité. Le jour suivant, les Hébreux firent une démonstration de la tête d'Holopherne depuis les hauteurs et, faisant une salve, marchèrent sur le camp ennemi. Puis les barbares se rassemblent en foule sous la tente de leur général, attendant le signal de la bataille. Lorsque son corps mutilé fut découvert, ils se mirent en fuite sous l'effet d'une panique honteuse, et s'enfuirent devant l'ennemi. Les Juifs, pour leur part, ont poursuivi les fugitifs et, après avoir tué plusieurs milliers de personnes, ont pris possession du camp et du butin qui s'y trouvait. Judith a été louée avec les plus grands éloges et aurait vécu cent cinq ans. Si ces choses ont eu lieu, comme nous le croyons, sous le roi Ochus, dans la douzième année de son règne, alors à partir de la date de la restauration de Jérusalem jusqu'à cette guerre, il s'est écoulé vingt-deux ans. Or, Ochus a régné en tout vingt-trois ans. Et il était plus cruel que tous les autres, et plus que barbare. Baguas, l'eunuque, l'empoisonna alors qu'il était malade. Après lui, Arses, son fils, a tenu le gouvernement pendant trois ans, et Darius pendant quatre ans.



Chapitre 17.


Contre lui, Alexandre de Macédoine s'engagea dans la guerre. Et lors de sa conquête, le pouvoir souverain fut enlevé aux Perses, après avoir duré, depuis sa création par Cyrus, deux cent cinquante ans. Alexandre, le conquérant de presque toutes les nations, aurait visité le temple de Jérusalem et y aurait apporté des présents ; et il aurait proclamé sur tout le territoire qu'il avait réduit sous son emprise qu'il devait être libre aux Juifs qui y vivaient de retourner dans leur propre pays. À la fin de la douzième année de son règne, et sept ans après avoir conquis Darius, il mourut à Babylone. Ses amis qui, avec lui, avaient mené ces guerres très importantes, se partagèrent son empire. Pendant un certain temps, ils ont administré les charges qu'ils avaient entreprises sans faire usage du nom de roi, tandis qu'un certain Arridée Philippus, le frère d'Alexandre, régnait, à qui, étant d'un caractère très faible, la souveraineté était nominalement et en apparence donnée, mais le vrai pouvoir était entre les mains de ceux qui avaient divisé entre eux l'armée et les provinces. Et en effet, cet état de choses ne dura pas longtemps, mais tous préféraient qu'on les appelle par le nom de rois. En Syrie, Séleucus fut le premier roi après Alexandre, la Perse et Babylone étant également soumises à son influence. À cette époque, les Juifs payaient au roi un tribut annuel de trois cents talents d'argent ; mais ils n'étaient pas gouvernés par des magistrats étrangers mais par leurs propres prêtres. Et ils vivaient selon les modes de leurs ancêtres jusqu'à ce que beaucoup d'entre eux, à nouveau corrompus par une longue paix, commencent à mêler toutes choses avec des expéditions, et à créer des troubles, alors qu'ils visaient le haut sacerdoce sous l'influence de la luxure, de l'avarice, et du désir de pouvoir.



Chapitre 18.


Car, tout d'abord, sous le roi Séleucus, fils d'Antiochus le grand, un certain Simon accusa le roi, sur de fausses accusations, le prêtre Onias, un homme saint et non corrompu, et tenta ainsi, mais en vain, de le renverser. Puis, après un certain temps, Jason, le frère d'Onias, se rendit chez le roi Antiochus, qui avait succédé à son frère Séleucus, et lui promit une augmentation du tribut, si le haut sacerdoce lui était transféré. Et bien que ce soit une chose inhabituelle, et en fait, jusqu'à présent, une chose non autorisée pour un homme de jouir de la haute prêtrise année après année, l'esprit avide du roi, malade d'avarice, a été facilement persuadé. En conséquence, Onias a été chassé de son poste et la prêtrise a été accordée à Jason. Il a harcelé ses compatriotes et son pays de la manière la plus honteuse qui soit. Puis, comme il avait envoyé par l'intermédiaire d'un certain Ménélas (le frère de ce Simon dont on a parlé) l'argent qu'il avait promis au roi, une voie qui s'ouvrait à son ambition, Ménélas obtint la prêtrise par les mêmes moyens que ceux utilisés par Jason auparavant. Mais peu de temps après, comme il n'avait pas fourni la somme promise, il fut chassé de son poste, et Lysimaque le remplaça. Des conflits scandaleux éclatèrent alors entre Jason et Ménélas, jusqu'à ce que Jason, en exil, quitte le pays. De tels exemples ont corrompu la morale du peuple à un tel point qu'un grand nombre d'indigènes ont demandé à Antiochus la permission de vivre à la mode des païens. Et lorsque le roi accéda à leur requête, tous les plus inutiles se mirent à rivaliser entre eux dans leurs efforts pour construire des temples, sacrifier aux idoles et profaner la loi. Entre-temps, Antiochus revint d'Alexandrie (car il avait alors fait la guerre au roi d'Égypte, qu'il abandonna cependant sur ordre du sénat et du peuple romain, lorsque Paulus et Crassus étaient consuls), et se rendit à Jérusalem. Trouvant le peuple en désaccord avec les diverses superstitions qu'il avait adoptées, il détruisit la loi de Dieu et fit preuve de bienveillance à l'égard de ceux qui suivaient des voies impies, tandis qu'il enlevait tous les ornements du temple et le gaspillait par de nombreuses destructions. Cela se passa en la cent cinquantième année après la mort d'Alexandre, Paulus et Crassus étant, comme nous l'avons dit, consuls, environ cinq ans après le début du règne d'Antioche.



Chapitre 19.


Mais afin que l'ordre des dates soit correctement conservé, et qu'il apparaisse plus clairement qui était cet Antiochus, nous allons énumérer à la fois les noms et les époques des rois qui sont venus après Alexandre en Syrie. Eh bien, le roi Alexandre étant mort, comme nous l'avons raconté ci-dessus, tout son empire a été divisé par ses amis, et a été gouverné pendant un certain temps par eux sous le nom du roi. Séleucus, après neuf ans de règne, a lui-même été nommé roi en Syrie et a régné trente-deux ans. Après lui, son fils Antiochus, avec un règne de vingt-et-un ans. Puis vint Antiochus, le fils d'Antiochus, qui fut surnommé Théos, et il régna quinze ans. Après lui, son fils Séleucus, surnommé Callinicus, régna vingt-et-un ans. Un autre Séleucus, le fils de Callinicus, régna trois ans. Après sa mort, Antiochus, le frère de Callinicus, a tenu l'Asie et la Syrie pendant trente-sept ans. C'est contre cet Antiochus que Lucius Scipion Asiaticus fit la guerre ; et lui, étant adulé pendant la guerre, fut dépouillé d'une partie de son empire. Il a eu deux fils, Séleucus et Antiochus, ce dernier ayant été donné en otage aux Romains. Ainsi donc, Antiochus le grand étant mort, son fils cadet Séleucus obtint le royaume, sous lequel, comme nous l'avons dit, le prêtre Onias avait une accusation portée contre lui par Simon. Puis Antiochus fut libéré par les Romains, et il fut remis à sa place comme otage Démétrius, le fils de Séleucus, qui régnait alors. Séleucus mourant dans la douzième année de son règne, son frère Antiochus, qui avait été otage à Rome, s'empara du royaume. Cinq ans après le début de son règne, il a, comme nous l'avons montré ci-dessus, dévasté Jérusalem. Car, comme il devait payer un lourd tribut aux Romains, il était presque obligé, pour faire face à cette énorme dépense, de se procurer de l'argent par le rapinage, et de ne négliger aucune occasion de pillage. Puis, au bout de deux ans, les Juifs étant à nouveau frappés par une catastrophe similaire à celle qu'ils avaient subie auparavant, de peur que, poussés par leurs nombreuses misères, ils ne commencent la guerre, il plaça une garnison dans la citadelle. Ensuite, dans le but de renverser la loi sacrée, il publia un édit, selon lequel tous, abandonnant les traditions de leurs ancêtres, devaient vivre à la manière des païens. Et l'on ne voulait pas que ceux qui obéissaient volontiers à ce texte profane. Alors, en vérité, un spectacle horrible se présentait ; dans toutes les villes, des sacrifices étaient offerts publiquement dans les rues, tandis que les volumes sacrés de la loi et des prophètes étaient consumés par le feu.



Le chapitre 20.


À cette époque, Matthathias, le fils de Jean, était grand prêtre. Lorsque les serviteurs du roi le contraignirent à obéir à l'édit, avec un courage merveilleux, il mit à néant les actes profanes, et tua, en présence de tous, un Hébreu qui accomplissait publiquement des actes profanes. Un chef ayant ainsi été trouvé, la rébellion a immédiatement eu lieu. Matthathias quitta la ville et, comme beaucoup de gens affluaient vers lui, il prit l'apparence d'une armée régulière. L'objectif de chaque homme de cette armée était de se défendre par les armes contre un gouvernement profane, et même de tomber en guerre plutôt que de participer à des cérémonies impies. Pendant ce temps, Antiochus contraignait les Juifs qui se trouvaient dans les villes grecques de ses dominions à offrir des sacrifices, et rendait visite avec des tourments inouïs à ceux qui refusaient. À cette époque, il y eut cette souffrance bien connue et remarquable des sept frères et de leur mère. Tous les frères, lorsqu'ils furent contraints de violer la loi de Dieu et les coutumes de leurs ancêtres, préférèrent mourir. Enfin, leur mère les a également accompagnés dans leurs souffrances et leur mort.



Chapitre 21.


Entre-temps, Matthathias meurt, ayant désigné à sa place son fils Juda, comme général de l'armée qu'il avait réunie. Sous sa direction, plusieurs batailles réussies ont eu lieu contre les forces royales. Tout d'abord, il détruisit, avec toute son armée, Apollonios, le général de l'ennemi, qui était entré dans le conflit avec un grand nombre de troupes. Quand un certain homme, nommé Seron, qui était alors le dirigeant de la Syrie, entendit cela, il augmenta ses forces, et attaqua Juda avec beaucoup d'esprit comme étant supérieur en nombre, mais quand une bataille eut lieu, il fut mis en déroute et mis en fuite ; et avec la perte de presque huit cents hommes, il retourna en Syrie. Lorsqu'Antiochus apprit cela, il fut rempli de rage et de regret, dans la mesure où il était vexé que ses généraux aient été conquis, malgré leurs grandes armées. Il recueille donc l'aide de tout son empire, et fait un don aux soldats, presque jusqu'à l'épuisement de son trésor. Car il souffre alors d'une manière toute particulière du manque d'argent. La raison en était, d'une part, que les Juifs, qui avaient été habitués à lui payer un tribut annuel de plus de trois cents talents d'argent, étaient maintenant en état de rébellion contre lui ; et d'autre part, que beaucoup de villes et de pays grecs étaient déstabilisés par le mal de la persécution. Car Antioche n'avait pas épargné même les païens, qu'il avait cherché à persuader d'abandonner leurs superstitions établies de longue date, et de se tourner vers une sorte d'observance religieuse. Et sans doute, ceux d'entre eux qui ne considéraient rien comme sacré, étaient facilement amenés à abandonner leurs anciennes formes de culte, mais en même temps tous étaient dans un état d'alarme et de désastre. Pour ces raisons, les impôts avaient donc cessé d'être payés. Bouillant de colère pour ces raisons (car celui qui avait été autrefois le plus riche des rois ressentait maintenant profondément la pauvreté due à sa propre méchanceté), il divisa ses forces avec Lysias, et lui confia la Syrie et la guerre contre les Juifs, tandis que lui-même se mit en route contre les Perses, pour collecter les impôts parmi eux. Lysias choisit alors Ptolémée, Gorgias, Doro et Nicanor comme généraux de guerre, auxquels il donna quarante mille hommes d'infanterie et sept mille hommes de cavalerie. Dès le début, ceux-ci ont suscité une grande inquiétude parmi les Juifs. Puis Juda, alors que tous étaient désespérés, exhorta ses hommes à aller au combat avec un coeur courageux - que, s'ils mettaient leur confiance en Dieu, tout cèderait devant eux ; car souvent auparavant la victoire avait été remportée par quelques uns luttant contre beaucoup. Un jeûne fut proclamé, et un sacrifice offert, après quoi ils descendirent au combat. Le résultat fut que les forces de l'ennemi furent dispersées, et Juda, prenant possession de leur camp, y trouva à la fois beaucoup d'or et des trésors tyriens. Car les marchands de Syrie, n'ayant aucun doute quant à la victoire, avaient suivi l'armée du roi dans l'espoir d'acheter des prisonniers, et étaient maintenant eux-mêmes gâtés. Lorsque ces faits furent rapportés à Lysias par des messagers, il rassembla des troupes avec des efforts encore plus grands, et en un an il attaqua à nouveau les Juifs avec une énorme armée ; mais étant vaincu, il se retira à Antioche.



Chapitre 22.


Juda, après la défaite de l'ennemi, retourna à Jérusalem et se consacra à la purification et à la restauration du temple, qui, renversé par Antioche et profané par les païens, offrait un spectacle mélancolique. Mais comme les Syriens tenaient la citadelle, qui était reliée au temple, mais qui se trouvait au-dessus en position, était vraiment imprenable, les parties inférieures s'avérèrent inaccessibles, car de fréquents saluts venant d'en haut empêchaient les personnes de s'en approcher. Mais Juda plaça contre ces assaillants un corps très puissant de ses hommes. Ainsi, le travail du bâtiment sacré fut protégé, et le temple fut entouré d'un mur, tandis que des hommes armés étaient désignés pour assurer une défense perpétuelle. Et Lysias, étant revenu en Judée avec des forces accrues, fut une fois de plus vaincu avec une grande perte à la fois de sa propre armée et des auxiliaires qui lui avaient été envoyés par différents États et qui s'étaient joints à lui dans la guerre. Entre-temps, Antiochus, qui, comme nous l'avons dit plus haut, avait marché en Perse, s'efforça de piller la ville d'Elymus, la plus riche du pays, et un temple qui s'y trouvait et qui était rempli d'or ; mais, comme une multitude se rassemblait de toutes parts pour la défense de l'endroit, il fut mis en fuite. De plus, il reçut des nouvelles du manque de succès qui avait accompagné les efforts de Lysias. Ainsi, de la détresse de l'esprit, il tomba dans une maladie corporelle. Mais alors qu'il était tourmenté par des souffrances intérieures, il se souvint des misères qu'il avait infligées au peuple de Dieu, et reconnut que ces maux avaient été envoyés sur lui à juste titre. Puis, au bout de quelques jours, il mourut, après avoir régné onze ans. Il laissa le royaume à son fils Antiochus, à qui le nom d'Eupator fut donné.



Chapitre 23.


À cette époque, Juda assiégea les Syriens qui étaient postés dans la citadelle. Ceux-ci, accablés par la famine et le manque de tout, envoyèrent des messagers au roi pour implorer son aide. En conséquence, Eupator vint à leur aide avec cent mille fantassins et vingt mille cavaliers, tandis que des éléphants marchaient devant sa ligne, provoquant une immense terreur chez les spectateurs. Puis Juda, abandonnant le siège, alla à la rencontre du roi, et mit en déroute les Syriens lors de la première bataille. Le roi demanda la paix qui, parce qu'il avait fait un mauvais usage de ses dispositions traîtresses, la vengeance suivit sa trahison. Car Démétrius, le fils de Séleucus, qui, nous l'avons dit plus haut, fut livré en otage aux Romains, lorsqu'il apprit le départ d'Antiochus, supplia qu'ils l'envoient prendre possession du royaume. Et lorsque cela lui fut refusé, il s'enfuit secrètement de Rome, vint en Syrie et s'empara du pouvoir suprême, ayant tué le fils d'Antiochus, qui avait régné un an et six mois. C'est pendant son règne que les Juifs ont d'abord sollicité l'amitié du peuple romain et une alliance avec lui ; et l'ambassade à cet effet ayant été aimablement reçue, ils ont été, par un décret du sénat, qualifiés d'alliés et d'amis. Pendant ce temps, Démétrius, par l'intermédiaire de ses généraux, menait la guerre contre Juda. L'armée fut d'abord dirigée par un certain Bacchidès, et par Alcimus, un Juif ; Nicanor, placé ensuite à la tête de la guerre, tomba au combat. Puis Bacchidès et Alcimus, récupérant leur pouvoir et ayant augmenté leurs forces, ont combattu contre Juda. Les Syriens, vainqueurs de cette bataille, abusèrent cruellement de leur victoire. Les Hébreux élisent Jonathan, le frère de Juda, à sa place. Entre-temps, Alkime, après avoir terriblement désolée Jérusalem, meurt ; Bacchidès, ainsi privé de son allié, revient auprès du roi. Puis, après un intervalle de deux ans, Bacchidès fait à nouveau la guerre aux Juifs et, battu, il supplie pour la paix. On lui accorda certaines conditions, à savoir qu'il devait abandonner les déserteurs et les prisonniers, ainsi que tout ce qu'il avait pris à la guerre.



Chapitre 24.


Pendant que ces choses se passent en Judée, un certain jeune homme éduqué à Rhodes, du nom d'Alexandre, s'est présenté comme étant le fils d'Antiochus (ce qui était faux), et aidé par le pouvoir de Ptolémée, roi d'Alexandrie, est entré en Syrie avec une armée. Il conquit Démétrius à la guerre et le tua après avoir régné douze ans. Cet Alexandre, avant de faire la guerre à Démétrius, avait conclu une alliance avec Jonathan et lui avait offert une robe pourpre et des insignes royaux. Pour cette raison, Jonathan l'avait aidé avec les forces auxiliaires et, après la défaite de Démétrius, avait été le premier à le féliciter. Par la suite, Alexandre n'a pas non plus violé la foi qu'il avait promise. En conséquence, pendant les cinq années où il a détenu le pouvoir principal, les affaires des Juifs ont été pacifiques. Dans ces circonstances, Démétrius, le fils de Démétrius, qui, après la mort de son père, s'était rendu en Crète, à l'instigation de Lasthène, général des Crétois, tenta par la guerre de récupérer le royaume de son père, mais trouvant son pouvoir inégal à la tâche, il implora Ptolémée Philomète, roi d'Égypte, beau-père d'Alexandre, mais qui était alors en mauvais termes avec son gendre, de lui prêter assistance. Mais celui-ci, poussé non pas tant par les suppliques du suppliant que par l'espoir de s'emparer de la Syrie, s'associe à celles de Démétrius, et lui donne sa fille, qui avait été mariée à Alexandre. Contre ces deux-là, Alexandre livre une bataille rangée. Ptolémée est tombé dans la bataille, mais Alexandre a été vaincu ; et il a été tué peu après, après avoir régné cinq ans, ou comme je le constate chez de nombreux auteurs, neuf ans.



Chapitre 25.


Démétrius, ayant ainsi obtenu le royaume, traita Jonathan avec gentillesse, conclut un traité avec lui, et rendit aux Juifs leurs propres lois. Entre-temps, Tryphon, qui avait appartenu au parti d'Alexandre, fut nommé gouverneur de la Syrie, pour le tenir en échec par la guerre. Jonathan, quant à lui, descendit au combat, redoutable avec une armée de quarante mille hommes. Tryphon, se voyant inégal à la compétition, feignit un désir de paix et tua les Ptolémées qui avaient été reçus et invités en amitié avec lui. Après Jonathan, le pouvoir principal fut conféré à son frère Simon. Il célébra en grande pompe les funérailles de son frère et construisit les sept pyramides bien connues de la plus noble facture, dans lesquelles il enterra les restes de ses deux frères et de son père. Puis Démétrius renouvela son traité avec les Juifs ; et en considération des pertes que leur causa Tryphon (car après la mort de Jonathan, il avait fait perdre à la guerre leurs villes et leurs territoires), il leur remit leur tribut annuel pour toujours ; car jusqu'alors, ils avaient payé un tribut aux rois de Syrie, sauf lorsqu'ils résistaient par la force des armes. Cela a eu lieu la deuxième année du roi Démétrius ; et nous avons noté que, parce que jusqu'à cette année nous avons parcouru les temps des rois asiatiques, que la série de dates données dans l'ordre pourrait être parfaitement claire. Mais maintenant, nous allons organiser l'ordre des événements en fonction de l'époque de ceux qui étaient soit des grands prêtres, soit des rois parmi les Juifs, jusqu'à la période de la naissance du Christ.



Chapitre 26.


Eh bien, après Jonathan, son frère Simon, comme on l'a dit plus haut, régna sur les Hébreux avec le pouvoir de grand prêtre. Car cet honneur lui fut alors conféré tant par ses propres compatriotes que par le peuple romain. Il a commencé à régner sur ses compatriotes la deuxième année du roi Démétrius, mais huit ans plus tard, trompé par un complot de Ptolémée, il a trouvé la mort. Son fils Jean lui a succédé. Et lui, au motif qu'il avait combattu avec distinction contre les Hyrcani, une nation très puissante, reçut le nom de Hyrcanus. Il est mort, après avoir détenu le pouvoir suprême pendant vingt-six ans. Après lui, Aristobule, nommé grand prêtre, fut le premier, après sa captivité, à prendre le nom de roi et à se faire placer une couronne sur la tête. Au bout d'un an, il mourut. Ensuite, Alexandre, son fils, qui était à la fois roi et grand prêtre, a régné vingt-sept ans ; mais je n'ai rien trouvé dans ses actes qui mérite d'être mentionné, si ce n'est sa cruauté. Ayant laissé deux jeunes fils nommés Aristobule et Hyrcanus, Salina ou Alexandra, son épouse, a détenu la souveraineté pendant trois ans. Après sa mort, de terribles conflits sur le pouvoir suprême ont éclaté entre les deux frères. Tout d'abord, Hyrcanus détenait le gouvernement, mais ayant été battu par son frère Aristobule, il s'est enfui à Pompée. Ce général romain, ayant terminé la guerre avec Mithridates, et colonisé l'Arménie et le Pont, étant, en fait, le conquérant de toutes les nations qu'il avait visitées, souhaitait marcher vers l'intérieur, et ajouter toutes les régions voisines à l'empire romain. Il s'est donc renseigné sur les causes de la guerre et les moyens d'en obtenir la maîtrise. En conséquence, il reçut volontiers Hyrcanus et, sous sa direction, attaqua les Juifs ; mais lorsque la ville fut prise et détruite, il épargna le temple. Il envoya Aristobule enchaîné à Rome, et rendit à Hyrcanus le droit au grand sacerdoce. Réglant le tribut à payer par les Juifs, il plaça sur eux comme gouverneur un certain Antipater d'Askelon. Hyrcanus resta le chef du pouvoir pendant trente-quatre ans, mais alors qu'il menait la guerre contre les Parthes, il fut fait prisonnier.



Chapitre 27.


Alors Hérode, un étranger, fils d'Antipater d'Askelon, demanda et reçut la souveraineté de la Judée du sénat et du peuple de Rome. Sous son règne, les Juifs commencèrent pour la première fois à avoir un étranger comme roi. Car comme l'avènement du Christ était proche, il fallait, selon les prédictions des prophètes, qu'ils soient privés de leurs propres souverains, afin qu'ils ne cherchent rien d'autre que le Christ. C'est sous l'égide de cet Hérode, en la trente-troisième année de son règne, que le Christ est né le vingt-cinq décembre dans le consulat de Sabinus et Rufinus. Mais nous n'osons pas aborder ces choses qui sont contenues dans les Évangiles, puis dans les Actes des Apôtres, de peur que le caractère de notre travail condensé ne porte atteinte, dans une certaine mesure, à la dignité des événements ; et je vais poursuivre sur ce qui reste. Hérode a régné quatre ans après la naissance du Seigneur ; pour toute la durée de son règne, il a régné trente-sept ans. Après lui, vint Archélaüs le tétrarque, pendant huit ans, et Hérode pendant vingt-quatre ans. Sous sa direction, la dix-huitième année de son règne, le Seigneur fut crucifié, Fufius Geminus et Rubellius Geminus étant consuls ; de cette date jusqu'au consulat de Stilico, il s'est écoulé trois cent soixante-douze ans.



Chapitre 28.


Luc a fait connaître les agissements des apôtres jusqu'à l'époque où Paul a été amené à Rome sous l'empereur Néron. Quant à Néron, je ne dirai pas qu'il était le pire des rois, mais qu'il était digne du plus vil des hommes, et même des bêtes sauvages. C'est lui qui a commencé la persécution, et je ne suis pas sûr qu'il sera le dernier à la poursuivre, si, en effet, nous admettons, comme beaucoup sont enclins à le croire, qu'il apparaîtra encore juste avant la venue de l'Antéchrist. Notre sujet m'inciterait à exposer longuement ses vices, s'il n'était pas incompatible avec le but de cet ouvrage d'aborder un sujet aussi vaste. Je me contente de la remarque qu'il s'est montré en tout point abominable et cruel, et qu'il est même allé jusqu'à assassiner sa propre mère. Après cela, il a également épousé une certaine Pythagore dans le style des alliances solennelles, le voile de mariée étant posé sur l'empereur, tandis que la dot habituelle, le divan de mariage, les torches de mariage, et, en bref, toutes les autres observances étaient à venir - des choses qui, même dans le cas des femmes, ne sont pas regardées sans un certain sentiment de modestie. Mais quant à ses autres actions, je doute que leur description suscite une plus grande honte ou une plus grande tristesse. Il a d'abord tenté d'abolir le nom de Christian, conformément au fait que les vices sont toujours contraires aux vertus, et que tous les hommes de bien sont toujours considérés par les méchants comme leur faisant des reproches. Car, à cette époque, notre religion divine avait obtenu une large diffusion dans la ville. Pierre y exerçait la fonction d'évêque, et Paul aussi, après avoir été amené à Rome, en appel à César du jugement injuste du gouverneur. Des multitudes se rassemblèrent alors pour entendre Paul, et ceux-ci, influencés par la vérité qu'il leur était donné de connaître, et par les miracles des apôtres, qu'ils accomplissaient alors si fréquemment, se tournèrent vers le culte de Dieu. Car alors eut lieu la fameuse et célèbre rencontre de Pierre et Paul avec Simon. Après s'être envolé grâce à ses arts magiques et soutenu par deux démons (dans le but de prouver qu'il était un dieu), les démons étant mis en fuite par les prières des apôtres, il tomba sur la terre sous les yeux de tout le peuple et fut mis en pièces.



Chapitre 29.


Entre-temps, le nombre de chrétiens étant désormais très important, il arriva que Rome soit détruite par un incendie, alors que Néron était stationné à Antium. Mais l'opinion de tous a jeté l'odium de la cause de l'incendie sur l'empereur, et on a cru qu'il avait ainsi cherché la gloire de construire une nouvelle ville. Et en fait, Néron ne put en aucun cas échapper à l'accusation selon laquelle l'incendie avait été causé par ses ordres. Il tourna donc l'accusation contre les chrétiens, et les tortures les plus cruelles furent par conséquent infligées aux innocents. On inventa même de nouveaux types de mort, de sorte que les animaux sauvages, couverts de peaux, périrent dévorés par les chiens, tandis que beaucoup furent crucifiés ou tués par le feu, et que beaucoup furent mis à part pour cela, afin qu'à la fin du jour, ils soient consumés pour servir de lumière pendant la nuit. C'est ainsi que la cruauté a commencé à se manifester contre les chrétiens. Par la suite, leur religion fut également interdite par des lois qui furent promulguées, et par des édits ouvertement énoncés, il fut proclamé illégal d'être chrétien. À cette époque, Paul et Pierre ont été condamnés à mort, le premier ayant été décapité par l'épée, tandis que Pierre a été crucifié. Et pendant que ces choses se passaient à Rome, les Juifs, incapables de supporter les blessures qu'ils avaient subies sous le règne de Festus Florus, commencèrent à se rebeller. Vespasien, envoyé par Néron contre eux, avec le pouvoir proconsulaire, les vainquit dans de nombreuses batailles importantes, et les obligea à fuir dans les murs de Jérusalem. Pendant ce temps, Néron, désormais détestable même pour lui-même du fait de la conscience de ses crimes, disparaît du milieu des hommes, laissant planer le doute sur le fait qu'il s'était imposé des mains violentes ou non : son corps ne fut certainement jamais retrouvé. On croyait donc que, même s'il s'était tué avec une épée, sa blessure était guérie et sa vie préservée, selon ce qui était écrit à son sujet - et sa blessure mortelle fut guérie, Apocalypse 13:3 - pour être renvoyé vers la fin du monde, afin qu'il puisse pratiquer le mystère de l'iniquité.



Chapitre 30.


Ainsi, après le départ de Néron, Galba s'empara du gouvernement ; et bientôt, après que Galba eut été tué, Otho s'en empara. Puis Vitellius de Gaule, se fiant aux armées qu'il commandait, entra dans la ville, et ayant tué Otho, il en assuma la souveraineté. Celle-ci passa ensuite à Vespasien, et bien que cela ait été accompli par de mauvais moyens, cela eut cependant le bon effet de sauver l'État des mains des méchants. Alors que Vespasien assiégeait Jérusalem, il prit possession du pouvoir impérial ; et comme le veut la mode, il fut salué comme empereur par l'armée, avec un diadème placé sur sa tête. Il fit de son fils Titus le César et lui assigna une partie des forces, ainsi que la tâche de poursuivre le siège de Jérusalem. Vespasien partit pour Rome, et fut reçu avec la plus grande faveur par le sénat et le peuple ; et Vitellius s'étant suicidé, son emprise sur le pouvoir souverain fut pleinement confirmée. Pendant ce temps, les Juifs, étroitement assiégés, car aucune chance de paix ou de reddition ne leur était accordée, périrent longuement de faim, et les rues commencèrent partout à se remplir de cadavres, car le devoir de les enterrer ne pouvait plus être accompli. De plus, ils s'aventuraient à manger toutes les choses les plus abominables et ne s'abstenaient même pas de manger des corps humains, sauf ceux que la putréfaction avait déjà emportés et qu'ils excluaient donc de l'alimentation. Les Romains, par conséquent, se précipitent sur les défenseurs épuisés de la ville. Et il arriva que toute la multitude du pays, et d'autres villes de Judée, s'était alors rassemblée pour le jour de la Pâque : sans doute parce qu'il plaisait à Dieu que la race impie soit livrée à la destruction au moment même de l'année où ils avaient crucifié le Seigneur. Pendant un certain temps, les Pharisiens ont maintenu leur position avec beaucoup d'audace pour défendre le temple, et finalement, avec des esprits obstinément tournés vers la mort, ils se sont volontairement engagés dans les flammes. Le nombre de ceux qui ont souffert de la mort est rapporté à onze cent mille, et cent mille ont été faits prisonniers et vendus. On dit que Titus, après avoir convoqué un conseil, a d'abord délibéré pour savoir s'il devait détruire le temple, une structure d'un travail aussi extraordinaire. Car il a semblé bon à certains qu'un édifice sacré, qui se distinguait par-dessus toutes les réalisations humaines, ne devait pas être détruit, dans la mesure où, s'il était conservé, il apporterait une preuve de la modération romaine, mais, s'il était détruit, il servirait de preuve perpétuelle de la cruauté romaine. Mais, à l'opposé, d'autres et Titus lui-même pensaient que le temple devait être spécialement renversé, afin que la religion des juifs et des chrétiens soit plus profondément subvertie ; car ces religions, bien que contraires entre elles, étaient néanmoins issues des mêmes auteurs ; que les chrétiens étaient nés du milieu des juifs ; et que, si la racine était extirpée, la ramification périrait rapidement. Ainsi, selon la volonté divine, les esprits de tous étant enflammés, le temple fut détruit, il y a trois cent trente et un ans. Ce dernier renversement du temple et la captivité définitive des Juifs, par lesquels, exilés de leur terre natale, ils sont vus dispersés dans le monde entier, fournissent une démonstration quotidienne au monde, qu'ils n'ont été punis que pour les mains impies qu'ils ont posées sur le Christ. Car si, en d'autres occasions, ils ont souvent été livrés à la captivité à cause de leurs péchés, ils n'ont jamais payé la peine de l'esclavage au-delà d'une période de soixante-dix ans.



Chapitre 31.


Puis, après un intervalle, Domitien, le fils de Vespasien, persécuta les chrétiens. À cette date, il bannit l'apôtre et évangéliste Jean sur l'île de Patmos. Là, après lui avoir révélé des mystères secrets, il écrivit et publia son livre de la sainte Apocalypse, qui, en effet, n'est pas accepté par beaucoup, soit bêtement, soit impie. Et sans grand intervalle, la troisième persécution sous Trajan se produisit alors. Mais lui, qui après avoir été torturé et racketté n'a rien trouvé chez les chrétiens qui soit digne de mort ou de punition, interdit toute nouvelle cruauté à leur égard. Puis, sous Adrien, les Juifs tentèrent de se rebeller, et s'efforcèrent de piller la Syrie et la Palestine ; mais sur une armée envoyée contre eux, ils furent soumis. À cette époque, Adrien, pensant qu'il allait détruire la foi chrétienne en infligeant une blessure au lieu, installa les images de démons à la fois dans le temple et dans le lieu où le Seigneur souffrait. Et comme on pensait que les chrétiens étaient principalement constitués de juifs (car l'église de Jérusalem n'avait alors pas de prêtre, sauf pour la circoncision), il ordonna à une cohorte de soldats de monter la garde en permanence afin d'empêcher tous les juifs de s'approcher de Jérusalem. Cette mesure a cependant été plutôt bénéfique pour la foi chrétienne, car presque tous croyaient alors au Christ en tant que Dieu tout en continuant à observer la loi. Sans aucun doute, cela a été organisé par le soin suprême du Seigneur, afin que l'esclavage de la loi soit retiré de la liberté de la foi et de l'église. C'est ainsi que Marc, issu du milieu des païens, fut d'abord évêque à Jérusalem. Une quatrième persécution a eu lieu sous Adrien, qui a toutefois interdit par la suite de la poursuivre, déclarant qu'il était injuste que quelqu'un soit jugé sans qu'une accusation soit portée contre lui.



Chapitre 32.


Après Adrien, les églises ont connu la paix sous le règne d'Antoninus Pius. Puis la cinquième persécution commença sous Aurelius, le fils d'Antoninus. Et puis, pour la première fois, on vit des martyres se produire en Gaule, car la religion de Dieu avait été acceptée un peu tard au-delà des Alpes. Ensuite, la sixième persécution des chrétiens eut lieu sous l'empereur Sévère. À cette époque, Leonida, le père d'Origène, a versé son sang sacré en martyre. Puis, pendant un intervalle de trente-huit ans, les chrétiens ont connu la paix, sauf qu'au milieu de cette période, Maximinus a persécuté les clercs de certaines églises. Peu de temps après, sous l'empereur Dèce, la septième persécution sanglante éclata contre les chrétiens. Ensuite, Valérien s'est révélé être le huitième ennemi des saints. Après lui, avec un intervalle d'environ cinquante ans, il y eut, sous les empereurs Dioclétien et Maximien, une persécution des plus amères qui, pendant dix années consécutives, gaspilla le peuple de Dieu. À cette époque, presque tout le monde était taché du sang sacré des martyrs. En fait, ils rivalisaient les uns avec les autres pour se précipiter dans ces glorieuses luttes, et le martyre par des morts glorieuses était alors beaucoup plus recherché que les évêchés ne le sont aujourd'hui par de vilaines ambitions. Jamais plus qu'à cette époque le monde n'a été épuisé par les guerres, et jamais nous n'avons remporté de victoire plus grande que lorsque nous avons montré que nous ne pouvions pas être vaincus par les massacres de dix longues années. Il subsiste aussi des récits des souffrances des martyrs de l'époque qui ont été engagés dans l'écriture ; mais je ne pense pas qu'il convienne de les sous-joindre de peur de dépasser les limites prescrites à cet ouvrage.



Chapitre 33.


Eh bien, la fin des persécutions a été atteinte il y a quatre-vingt-huit ans, date à laquelle les empereurs ont commencé à être chrétiens. Car Constantin a alors obtenu la souveraineté, et il a été le premier chrétien de tous les souverains romains. À cette époque, il est vrai, Licinius, qui était un rival de Constantin pour l'empire, avait ordonné à ses soldats de se sacrifier, et expulsait du service ceux qui refusaient de le faire. Mais cela n'est pas pris en compte dans les persécutions ; c'était une affaire de trop peu de temps pour pouvoir infliger une quelconque blessure aux églises. Depuis lors, nous avons continué à jouir de la tranquillité ; je ne crois pas non plus qu'il y aura d'autres persécutions, sauf celle que l'Antéchrist poursuivra juste avant la fin du monde. Car il a été proclamé dans les paroles divines que le monde allait être visité par dix afflictions ; et puisque neuf d'entre elles ont déjà été endurées, celle qui reste doit être la dernière. Durant cette période, il est merveilleux de voir comment la religion chrétienne a pu s'imposer. Car Jérusalem qui avait présenté une horrible masse de ruines s'est alors parée des églises les plus nombreuses et les plus magnifiques. Et Helena, la mère de l'empereur Constantin (qui régnait avec son fils sous le nom d'Augusta), ayant un fort désir de voir Jérusalem, a renversé les idoles et les temples qui s'y trouvaient ; et au fil du temps, par l'exercice de ses pouvoirs royaux, elle a érigé des églises sur le site de la passion, de la résurrection et de l'ascension du Seigneur. Il est remarquable que l'endroit où les empreintes divines avaient été laissées pour la dernière fois lorsque le Seigneur a été emporté dans une nuée vers le ciel, ne pouvait pas être relié par un trottoir avec le reste de la rue. Car la terre, peu habituée au simple contact humain, rejetait tous les appareils posés sur elle, et rejetait souvent les blocs de marbre au visage de ceux qui cherchaient à les placer. De plus, le fait que les empreintes de pas soient encore visibles est une preuve durable que la terre de ce lieu a été foulée par Dieu ; et bien que la foi de ceux qui affluent quotidiennement en ce lieu les amène à rivaliser les uns avec les autres en cherchant à emporter ce qui a été foulé par les pieds du Seigneur, le sable de ce lieu ne souffre d'aucune blessure ; et la terre conserve toujours la même apparence qu'elle présentait autrefois, comme si elle avait été scellée par les empreintes de pas qui y sont imprimées.



Chapitre 34.


Grâce aux aimables efforts de la même reine, la croix du Seigneur fut alors trouvée. Elle n'a bien sûr pas pu être consacrée au début, en raison de l'opposition des Juifs, et elle a ensuite été recouverte par les détritus de la ville en ruines. Et maintenant, elle n'aurait jamais été révélée si ce n'était à celui qui la cherchait dans un tel esprit de croyance. Ainsi, Helena ayant d'abord été informée du lieu de la passion de notre Seigneur, fit venir une bande de soldats, tandis que toute la multitude des habitants de la localité rivalisaient les uns avec les autres pour tenter de satisfaire les désirs de la reine, et ordonna de déterrer la terre, et de nettoyer toutes les ruines adjacentes les plus étendues. En récompense de sa foi et de son travail, on découvrit trois croix (qui avaient été fixées pour le Seigneur et les deux voleurs). Mais sur ce point, la plus grande difficulté à distinguer le gibet sur lequel le Seigneur avait été pendu, troublait l'esprit et la pensée de tous, de peur que, par erreur, assez probable pour être commise par de simples mortels, ils ne consacrent peut-être comme croix du Seigneur, celle qui appartenait à l'un des brigands. Ils forment alors le projet de mettre en contact avec les croix celui qui vient de mourir. Il n'y a pas non plus de retard dans la réalisation de ce dessein, car comme si par la volonté de Dieu, les funérailles d'un mort se déroulaient alors selon les cérémonies habituelles, et tous se précipitaient pour prendre le corps dans le cercueil. Elle fut appliquée en vain aux deux premières croix, mais quand elle toucha celle du Christ, merveilleux à dire, alors que tous se tenaient debout en tremblant, le cadavre fut secoué, et se mit debout au milieu de ceux qui le regardaient. La croix fut ainsi découverte et consacrée avec toute la cérémonie qui s'imposait.



Chapitre 35.


Telles étaient les choses accomplies par Helena, alors que, sous un prince chrétien, le monde avait atteint la liberté et possédait en lui un exemple de foi. Mais un danger bien plus terrible que tout ce qui avait précédé s'abattit sur toutes les églises à partir de cet état de tranquillité. Car alors l'hérésie arienne éclata et troubla le monde entier par l'erreur qu'elle lui inculqua. Car par le biais des deux Arius, qui furent les plus actifs à l'origine de cette infidélité, l'empereur lui-même fut égaré ; et alors qu'il semblait remplir un devoir religieux, il procéda à un violent exercice de persécution. Les évêques furent poussés à l'exil : on fit preuve de cruauté envers les clercs ; et même les laïcs, qui s'étaient séparés de la communion des Ariens, furent punis. Or, les doctrines que les Ariens proclamaient étaient de la nature suivante, - que Dieu le Père avait engendré son Fils dans le but de créer le monde ; et que, par sa puissance, il avait fait du néant une substance nouvelle et seconde, un Dieu nouveau et second ; et qu'il y eut un temps où le Fils n'avait pas d'existence. Pour faire face à ce mal, un synode fut convoqué du monde entier pour se réunir à Nicée. Trois cent dix-huit évêques y étaient réunis : la foi y fut pleinement exposée par écrit, l'hérésie arienne fut condamnée et l'empereur confirma le tout par un décret impérial. Les Ariens, n'osant plus faire de tentative contre la foi orthodoxe, se mêlèrent alors aux églises, comme s'ils approuvaient les conclusions auxquelles on était parvenu, et n'avaient pas d'opinions différentes. Il restait cependant dans leur cœur une haine profonde contre les catholiques, et ils attaquaient, avec des accusateurs subornés et des accusations inventées de toutes pièces, ceux avec lesquels ils ne pouvaient pas se disputer sur des questions de foi.



Chapitre 36.


En conséquence, ils attaquent d'abord et condamnent en son absence Athanase, évêque d'Alexandrie, un saint homme, qui avait été présent comme diacre au Synode de Nicée. Car ils ajoutent aux accusations que de faux témoins avaient accumulées contre lui, celle-ci, qu'avec de mauvaises intentions, il avait reçu Marcellus et Photinus, des prêtres hérétiques qui avaient été condamnés par une sentence du Synode. Or, il n'était pas douteux pour Photinus qu'il avait été justement condamné. Mais dans le cas de Marcellus, il semblait que rien n'avait alors été jugé digne de condamnation, et la croyance en son innocence était surtout renforcée par l'animosité de ce parti, dans la mesure où personne ne doutait que ces mêmes juges étaient hérétiques par qui il avait été condamné. Mais les Ariens n'ont pas tant voulu écarter ces personnes qu'Athanase lui-même. En conséquence, ils contraignent l'empereur à aller jusqu'à ce qu'Athanase soit envoyé en exil en Gaule. Mais avant cela, quatre-vingts évêques, réunis en Égypte, déclarent qu'Athanase a été injustement condamné. L'affaire est renvoyée à Constantin : il ordonne aux évêques du monde entier de se réunir à Sardes, et que tout le processus par lequel Athanase a été condamné, soit reconsidéré par le concile. Entre-temps, Constantin meurt, mais le Synode, convoqué alors qu'il était encore empereur, acquitte Athanase. Marcellus, lui aussi, est réintégré dans son évêché, mais la condamnation de Photinus, évêque de Sirmion, n'est pas annulée ; car même aux yeux de nos amis, il est considéré comme un hérétique. Cependant, même ce résultat a chagriné Marcellus, car Photinus était connu pour avoir été son disciple dans sa jeunesse. Mais cela aussi tendit à obtenir l'acquittement d'Athanase, qu'Ursace et Valens, chefs de file des Ariens, lorsqu'ils furent ouvertement séparés de la communion de l'Église après le synode de Sardes, entrèrent en présence de Jules, évêque de Rome, lui demandèrent pardon pour avoir condamné des innocents, et déclarèrent publiquement qu'il avait été justement acquitté par le décret du concile de Sardes.



Chapitre 37.


Lorsqu'après un certain temps, Athanase, constatant que Marcellus n'était nullement sain dans la foi, le suspendit de la communion. Et il eut ce degré de modestie, qu'étant censuré par le jugement d'un si grand homme, il céda volontairement. Mais si, à une époque, il était innocent, mais qu'il s'est confessé ensuite en devenant hérétique, on peut conclure qu'il était alors réellement coupable lorsque le jugement a été prononcé à son égard. Les Ariens, trouvant une occasion de ce genre, conspirent donc pour subvertir complètement les décrets du Synode de Sardes. Car une certaine couleur de droit semblait leur être donnée dans ce fait, qu'un jugement favorable avait été aussi injustement formé du côté d'Athanase, que Marcellus avait été abusivement acquitté, puisque maintenant, même dans l'opinion d'Athanase lui-même, il était considéré comme un hérétique. Car Marcellus s'était présenté comme un défenseur de l'hérésie sabellienne. Mais Photinus avait déjà mis en avant une nouvelle hérésie, différente de celle de Sabellius en ce qui concerne l'union des personnes divines, mais proclamant que le Christ avait son commencement en Marie. Les Ariens, par conséquent, avec une conception astucieuse, mélangent ce qui était inoffensif avec ce qui était blâmable, et embrassent, sous le même jugement, la condamnation de Photinus, et de Marcellus, et d'Athanase. Ils ont sans doute fait cela dans le but d'amener les esprits des ignorants à conclure que ceux-ci n'avaient pas porté de jugement erroné sur Athanase, qui, il est vrai, avait exprimé une opinion bien fondée sur Marcellus et Photinus. À cette époque, cependant, les Ariens dissimulaient leur trahison ; et n'osant pas ouvertement proclamer leurs doctrines erronées, ils se déclaraient catholiques. Ils pensaient que leur premier grand objectif devait être de faire sortir Athanase de l'église, qui avait toujours présenté un mur d'opposition à leurs efforts, et ils espéraient que, s'il était écarté, le reste passerait à leur mauvaise opinion. Or, cette partie des évêques qui ont suivi les Ariens ont accepté avec joie la condamnation d'Athanase. Une autre partie, contrainte par la peur et la faction, céda au souhait de la partie arienne ; et seuls quelques-uns, à qui la vraie foi était plus chère que toute autre considération, refusèrent d'accepter leur jugement injuste. Parmi eux se trouvait Paulinus, l'évêque de Trèves. On raconte que celui-ci, lorsqu'une lettre sur le sujet lui fut adressée, écrivit ainsi qu'il donnait son consentement à la condamnation de Photinus et de Marcellus, mais n'approuvait pas celle d’Athanase.



Chapitre 38.


Mais les Ariens, voyant que ce stratagème n'a pas réussi, décidèrent de procéder par la force. Car il était facile pour ceux qui étaient soutenus par la faveur du monarque, qu'ils s'étaient complètement gagnés à eux-mêmes par de méchantes flatteries, de tenter et d'exécuter quoi que ce soit. De plus, ils étaient par le consentement de tous incontrôlables ; car presque tous les évêques des deux Pannonias, et beaucoup d'évêques orientaux, et ceux de toute l'Asie, s'étaient unis dans leur infidélité. Mais les principaux hommes de cette mauvaise compagnie étaient Ursace de Singidunum, Valens de Mursa, Théodore d'Héraclée, Stéphane d'Antioche, Acatius de Césarée, Ménofantus d'Éphèse, Géorgius de Laodicie et Narcisse de Néronopolis. Ceux-ci avaient pris possession du palais à tel point que l'empereur ne fit rien sans leur accord. Il était en effet à la disposition de tous, mais surtout sous l'influence de Valens. En effet, à cette époque, lors d'une bataille à Mursa contre Magnentius, Constance n'eut pas le courage de descendre pour témoigner lui-même du conflit, mais il s'installa dans une église des martyrs qui se trouvait à l'extérieur de la ville, Valens qui était alors l'évêque du lieu étant avec lui pour garder son courage. Mais Valens s'était astucieusement arrangé, par l'intermédiaire de ses agents, pour être le premier à prendre connaissance du résultat de la bataille. Il le fit soit pour gagner la faveur du roi, s'il devait être le premier à lui annoncer la bonne nouvelle, soit pour sauver sa propre vie, puisqu'il obtiendrait du temps pour s'enfuir, si la question se révélait malheureuse. Ainsi, les quelques personnes qui se trouvaient avec le roi étant en état d'alerte, et l'empereur lui-même étant en proie à l'anxiété, Valens fut le premier à leur annoncer la fuite de l'ennemi. Lorsque Constance demanda que la personne qui avait apporté la nouvelle soit présentée à sa présence, Valens, pour augmenter la révérence ressentie pour lui-même, dit qu'un ange était le messager qui était venu à lui. L'empereur, qui était facile à croire, avait ensuite l'habitude de déclarer ouvertement qu'il avait remporté la victoire grâce aux mérites de Valens, et non par la valeur de son armée.



Chapitre 39.


De cette première preuve que le prince avait été gagné à leur cause, les Aryens puisèrent leur courage, sachant qu'ils pouvaient utiliser le pouvoir du roi, alors qu'ils ne pouvaient pas faire grande impression par leur propre autorité. Ainsi, lorsque nos amis n'acceptèrent pas le jugement qu'ils avaient prononcé à l'égard d'Athanase, un édit fut émis par l'empereur afin que ceux qui ne souscrivaient pas à la condamnation d'Athanase soient envoyés au bannissement. Mais, à cette époque, des conseils d'évêques étaient tenus par nos amis à Arles et à Bitteræ, villes situées en Gaule. Ils demandèrent qu'avant d'être contraints de souscrire à la condamnation d'Athanase, ils entament plutôt une discussion sur la foi véritable ; et ils soutinrent que ce n'est qu'alors qu'une décision serait prise pour respecter le point en question, lorsqu'ils se seraient mis d'accord sur la personne des juges. Mais Valens et ses confédérés ne s'aventurant pas dans une discussion sur la foi, ont d'abord voulu obtenir par la force la condamnation d'Athanase. En raison de ce conflit de parties, Paulinus fut poussé au bannissement. Entre-temps, une assemblée se tient à Milan, où se trouve alors l'empereur ; mais la même controverse s'y poursuit sans que son amertume ne s'atténue. Puis Eusèbe, évêque des Vercellenses, et Lucifer, évêque de Caralis en Sardaigne, furent exilés. Mais Dionysos, prêtre de Milan, souscrit à la condamnation d'Athanase, à condition qu'il y ait une enquête parmi les évêques sur la vraie foi. Mais Valens et Ursace, avec le reste de ce parti, par peur du peuple, qui maintenait la foi catholique avec un enthousiasme extraordinaire, ne se risquèrent pas à exposer en public leurs monstrueuses doctrines, mais se rassemblèrent dans le palais. De ce lieu, et sous le nom de l'empereur, ils publièrent une lettre pleine de toutes sortes de méchancetés, dans le but, sans doute, que, si le peuple lui accordait une audience favorable, il avancerait alors, sous l'autorité publique, les choses qu'il désirait ; mais si l'on recevait autrement, que tout le malaise serait dirigé contre le roi, tandis que son erreur serait considérée comme excusable, car n'étant alors qu'un catéchumène, on pourrait facilement supposer qu'il s'est trompé sur les mystères de la foi. Eh bien, lorsque la lettre a été lue à l'église, le peuple a exprimé son aversion à son égard. Et Dionysius, parce qu'il n'était pas d'accord avec eux, a été banni de la ville, tandis qu'Auxentius a été immédiatement choisi comme évêque à sa place. Liberius, lui aussi évêque de la ville de Rome, et Hilarius, évêque de Poictiers, furent chassés en exil. Rhodanius, également évêque de Toulouse (qui, étant par nature de nature plus douce, avait résisté aux Ariens, non pas tant par ses propres moyens que par sa communion avec Hilarius) fut impliqué dans la même punition. Toutes ces personnes étaient cependant prêtes à suspendre Athanase de la communion, uniquement pour qu'une enquête soit ouverte auprès des évêques sur la véritable foi. Mais il semblait préférable aux Ariens de retirer les hommes les plus célèbres de la controverse. Ainsi, ceux que nous avons mentionnés plus haut ont été poussés à l'exil, il y a quarante-cinq ans, alors qu'Arbitio et Lollianus étaient consuls. Le Liberius, cependant, a été, un peu plus tard, restitué à la ville, en conséquence des troubles de Rome. Mais il est bien connu que les exilés étaient célébrés par l'admiration du monde entier, et que d'abondantes sommes d'argent étaient recueillies pour répondre à leurs besoins, tandis qu'ils recevaient la visite de députés du peuple catholique de presque toutes les provinces.



Chapitre 40.


Entre-temps, les Ariens, non pas secrètement, comme auparavant, mais ouvertement et publiquement proclamaient leurs monstrueuses doctrines hérétiques. En outre, ils interprétèrent le Synode de Nicée selon leurs propres vues et, par l'ajout d'une lettre à sa conclusion, jetèrent une sorte d'obscurité sur la vérité. Car là où l'expression Homoousion avait été écrite, qui désigne une substance, ils soutenaient qu'elle s'écrivait Homoiousion, qui signifie simplement de même substance. Ils accordaient ainsi une ressemblance, mais enlevaient l'unité ; car la ressemblance est très différente de l'unité ; tout comme, à titre d'illustration, une image d'un corps humain pourrait être comme un homme, et pourtant ne rien posséder de la réalité d'un homme. Mais certains sont allés encore plus loin, et ont maintenu l'Anomoiousia, c'est-à-dire une substance différente. Et ces controverses se sont étendues à un tel niveau que le monde entier a été impliqué dans ces erreurs monstrueuses. Car Valens et Ursatius, avec leurs partisans, dont nous avons cité les noms, ont infecté l'Italie, l'Illyrie et l'Orient avec ces opinions. Saturninus, évêque d'Arles, un homme violent et factieux, a harcelé notre pays de Gaule de la même manière. On croyait aussi qu'Osius d'Espagne était passé au même parti infidèle, ce qui paraît d'autant plus merveilleux et incroyable à ce titre, qu'il avait été, presque toute sa vie, le défenseur le plus déterminé de nos opinions, et le synode de Nice était considéré comme ayant été tenu à son instigation. S'il est passé par là, c'est peut-être parce qu'il était tombé en désuétude dans son extrême vieillesse (car il était alors plus que centenaire, comme le raconte saint Hilaire dans ses épîtres). Alors que le monde était troublé par ces événements et que les églises languissaient comme d'une sorte de maladie, une anxiété, moins excitante certes, mais non moins grave, s'emparait de l'empereur, et bien que les Ariens, qu'il favorisait, semblaient plus forts, il n'y avait toujours pas d'accord entre les évêques concernant la foi.



Chapitre 41.


En conséquence, l'empereur ordonne à un synode de se réunir à Ariminum, une ville d'Italie, et donne instruction au préfet Taureau de ne pas les laisser se séparer, après qu'ils aient été une fois réunis, jusqu'à ce qu'ils se soient mis d'accord sur une seule foi, tout en lui promettant le poste de consul, s'il mène l'affaire à bonne fin. Les officiers impériaux étant envoyés en Illyrie, en Italie, en Afrique et dans les deux Gaulois, quatre cents autres évêques occidentaux furent convoqués ou contraints de se réunir à Ariminum, et l'empereur avait ordonné que des provisions et des logements soient fournis pour tous. Mais cela paraissait inconvenant aux hommes de notre partie du monde, c'est-à-dire aux Aquitains, aux Gaulois et aux Britanniques, de sorte que, refusant l'approvisionnement public, ils préféraient vivre à leurs propres frais. Trois seulement des Britanniques, faute de moyens propres, ont fait usage de la prime publique, après avoir refusé les contributions offertes par les autres ; car ils estimaient plus respectueux de faire peser le fardeau sur le trésor public que sur les particuliers. J'ai entendu dire que Gavidius, notre évêque, avait l'habitude d'évoquer cette conduite d'une manière censurante, mais je serais enclin à juger bien autrement ; et je suis admiratif de voir que les évêques n'avaient rien à eux, alors qu'ils n'acceptaient pas l'aide d'autres personnes plutôt que celle du trésor public, de sorte qu'ils ne chargeaient personne. Sur ces deux points, ils nous ont donc fourni un noble exemple. Rien de ce qui concerne les autres ne mérite d'être mentionné ; mais je reviens au sujet qui nous occupe. Après que tous les évêques aient été réunis, comme nous l'avons dit, une séparation des partis a eu lieu. Nos amis prennent possession de l'église, tandis que les Ariens choisissent, comme lieu de prière, un temple qui était alors intentionnellement vide. Mais ils ne sont pas plus de quatre-vingt personnes : le reste appartient à notre parti. Eh bien, après de fréquentes réunions, rien n'a vraiment été accompli, nos amis continuant dans la foi, et les autres n'abandonnant pas leur infidélité. Il fut finalement décidé d'envoyer dix députés auprès de l'empereur, afin qu'il apprenne quelle était la foi ou l'opinion des partis, et qu'il sache qu'il ne pouvait y avoir de paix avec les hérétiques. Les Ariens font la même chose, et envoient un nombre équivalent d'adjoints, qui doivent affronter nos amis en présence de l'empereur. Mais de la part de notre peuple, on avait choisi des jeunes gens peu instruits et peu prudents ; tandis que du côté des Ariens, on envoyait des vieillards, habiles et pleins de talent, imprégnés eux aussi de leurs vieilles doctrines infidèles ; et ceux-ci prenaient facilement le dessus sur le prince. Mais nos amis avaient été spécialement chargés de ne pas entrer en communion avec les Ariens, et de réserver chaque point, dans son intégralité, à la discussion dans un synode.



Chapitre 42.


Entre-temps, en Orient, à l'instar de l'Occident, l'empereur ordonna à presque tous les évêques de se réunir à Seleucia, une ville d'Isaurie. À cette époque, Hilarius, qui passe maintenant la quatrième année de son exil en Phrygie, est contraint d'être présent parmi les autres évêques, le moyen de transport public lui étant fourni par le lieutenant et le gouverneur. Mais comme l'empereur n'a pas donné d'ordre spécial à son sujet, les juges, suivant simplement l'ordre général par lequel ils ont reçu l'ordre de réunir tous les évêques au concile, l'envoient également parmi les autres qui sont disposés à y aller. Cela se faisait, comme je l'imagine, par l'ordination spéciale de Dieu, afin qu'un homme qui était très profondément instruit des choses divines, puisse être présent lorsqu'une discussion devait être menée dans le respect de la foi. En arrivant à Seleucia, il fut reçu avec une grande faveur, et attira les esprits et les affections de tous vers lui. Sa première question fut de savoir quelle était la véritable foi des Gaulois, car à cette époque les Ariens avaient répandu de mauvais rapports à notre sujet, et les Pâques nous soupçonnaient d'avoir adopté la croyance de Sabellius, selon laquelle l'unité du Dieu unique se distinguait simplement par un triple nom. Mais après avoir exposé sa foi en harmonie avec les conclusions auxquelles les pères étaient parvenus à Nicée, il a témoigné en faveur des Occidentaux. Ainsi, l'esprit de tous ayant été satisfait, il fut admis à la communion, et étant également reçu en alliance, il fut ajouté au concile. Ils passèrent ensuite au travail concret, et les auteurs de l'hérésie malfaisante découverte furent séparés du corps de l'Église. Dans ce nombre se trouvaient Georgius d'Alexandrie, Acacius, Eudoxius, Vranius, Leontius, Theodosius, Evagrius, Theodulus. Mais à la fin du Synode, une ambassade a été désignée pour se rendre auprès de l'empereur et lui faire connaître ce qui avait été fait. Ceux qui avaient été condamnés se rendaient également chez le prince, en s'appuyant sur le pouvoir de leurs confédérés, et sur une cause commune avec le monarque.



Chapitre 43.


Entre-temps, l'empereur oblige les députés de notre parti qui avaient été envoyés par le concile d'Ariminum à se joindre à la communion avec les hérétiques. En même temps, il leur remet une confession de foi qui avait été rédigée par ces hommes méchants, et qui, étant exprimée en termes trompeurs, semblait montrer la foi catholique, alors que l'infidélité s'y cachait secrètement. Car sous une apparence de faux raisonnement, il abolit l'usage du mot Ousia comme étant ambigu, et comme ayant été adopté trop hâtivement par les pères, alors qu'il ne reposait sur aucune autorité scripturaire. L'objectif était de faire en sorte que le Fils ne soit pas considéré comme ayant une seule substance avec le Père. La même confession de foi reconnaissait que le Fils était semblable au Père. Mais la tromperie était soigneusement préparée dans les paroles, afin qu'il puisse être semblable, mais pas égal. Ainsi, les députés étant renvoyés, des ordres furent donnés au préfet pour qu'il ne dissolve pas le Synode, jusqu'à ce que tous professent par leurs souscriptions leur accord à la déclaration de foi qui avait été rédigée ; et si certains devaient se retenir avec une obstination excessive, ils devaient être chassés dans le bannissement, à condition que leur nombre ne s'élève pas à quinze. Mais à leur retour, les députés se virent refuser la communion, bien qu'ils aient plaidé la force qui leur avait été imposée par le roi. En effet, lorsque l'on découvrit ce qui avait été décrété, leurs affaires et leurs objectifs furent encore plus perturbés. Puis, par degrés, un certain nombre de nos concitoyens, en partie vaincus par la faiblesse de leur caractère, et en partie influencés par la pensée d'un voyage fatiguant en terre étrangère, se sont rendus à la partie adverse. Ceux-ci étaient maintenant, au retour des députés, les plus forts des deux corps, et avaient pris possession de l'église, nos amis en étant chassés. Et lorsque l'esprit de notre peuple commença à s'incliner dans cette direction, ils se précipitèrent en troupeaux de l'autre côté, jusqu'à ce que le nombre de nos amis soit réduit à vingt.



Chapitre 44.


Mais ceux-ci, moins ils étaient nombreux, se montrèrent d'autant plus puissants que le plus solide d'entre eux était notre ami Fœgadius, et Servatio, évêque de la Tungri. Comme ceux-ci n'avaient pas cédé aux menaces et aux terreurs, le Taureau les assaille d'implorations et les supplie avec des larmes d'adopter des conseils plus doux. Il fait valoir que les évêques en sont maintenant au septième mois depuis qu'ils ont été enfermés dans une ville - qu'aucun espoir de rentrer chez eux ne se présente à eux, épuisés par l'inclémence de l'hiver et le besoin positif ; et quelle serait alors la fin ? Il les a exhortés à suivre l'exemple de la majorité et à s'en inspirer, au moins pour ce qui est des chiffres qui les avaient précédés. Car Fœgadius déclarait ouvertement qu'il était prêt à être banni et à subir toutes les peines qui pourraient lui être infligées, mais qu'il n'accepterait pas la confession de foi rédigée par les Ariens. Ainsi, plusieurs jours passèrent dans ce genre de discussion. Et lorsqu'ils ne firent que peu de progrès vers une pacification, Fœgadius commença à céder progressivement, et fut finalement dépassé par une proposition qui lui fut faite. En effet, Valens et Ursace affirmaient que la présente confession de foi était élaborée sur la base de la doctrine catholique, et qu'ayant été présentée par les Pâques à l'instigation de l'empereur, elle ne pouvait être rejetée sans impiété ; et quelle pourrait être la fin des conflits si une confession qui satisfaisait les Pâques était rejetée par ceux de l'Occident ? Enfin, si la présente confession semblait moins complète que ce qui était souhaitable, ils devraient ajouter eux-mêmes ce qu'ils estimaient devoir être ajouté, et qu'ils accepteraient, pour leur part, les choses qui pourraient être ajoutées. Cette profession amicale fut accueillie avec un esprit favorable par tous. Notre peuple ne s'est pas non plus risqué à s'y opposer, désireux comme il l'a fait d'une manière ou d'une autre de mettre fin à l'affaire. C'est alors que les confessions rédigées par Fœgadius et Servatio commencèrent à être publiées ; et dans ces premières, Arius et tout son plan infidèle furent condamnés, tandis que le Fils de Dieu fut également déclaré égal au Père, et sans commencement, c'est-à-dire sans commencement dans le temps. Puis Valens, comme s'il assistait nos amis, s'est joint à la déclaration (dans laquelle se cachait une ruse secrète) selon laquelle le Fils de Dieu n'était pas une créature comme les autres créatures ; et la tromperie impliquée dans cette déclaration a échappé à l'attention des auditeurs. Car dans ces mots, dans lesquels le Fils était nié d'être comme les autres créatures, il était néanmoins prononcé comme une créature, seulement supérieure aux autres. Ainsi, aucune des deux parties ne pouvait prétendre avoir totalement conquis ou avoir été totalement conquise, puisque la confession elle-même était en faveur des Ariens, mais les déclarations ajoutées par la suite étaient en faveur de nos amis. Il faut cependant faire exception de celle que Valens avait sous-tendue et qui, n'étant pas comprise à l'époque, fut longuement comprise lorsqu'il fut trop tard. C'est ainsi, en tout cas, que s'est achevé le conseil, un conseil qui avait bien commencé mais qui s'est achevé de façon honteuse.



Chapitre 45.


Ainsi donc, les Ariens, dont les affaires sont très florissantes, et dont tout se passe selon leurs désirs, se rendent en corps à Constantinople où se trouve l'empereur. Là, ils trouvent les députés du synode de Séleucie, et les contraignent par l'exercice du pouvoir royal à suivre l'exemple des Occidentaux, et à accepter cette confession de foi hérétique. Ceux qui refusèrent furent torturés par un emprisonnement douloureux et la faim, de sorte qu'ils finirent par rendre leur conscience captive. Mais beaucoup de ceux qui ont résisté plus courageusement, étant privés de leur évêché, ont été poussés à l'exil, et d'autres ont été substitués à leur place. Ainsi, les meilleurs prêtres, soit terrifiés par les menaces, soit poussés à l'exil, ont tous cédé devant l'infidélité de quelques-uns. Hilarius était là à ce moment-là, après avoir suivi les députés de Séleucie ; et comme aucun ordre n'avait été donné à son sujet, il attendait la volonté de l'empereur pour voir si, par hasard, on devait lui ordonner de retourner en exil. Lorsqu'il perçut l'extrême danger dans lequel la foi avait été amenée, dans la mesure où les Occidentaux avaient été séduits et où les Pâques étaient vaincus par la méchanceté, il supplia le roi, dans trois documents présentés publiquement, de l'entendre pour qu'il puisse débattre des points de foi en présence de ses adversaires. Mais les Ariens s'y opposèrent dans toute la mesure de leurs moyens. Finalement, Hilarius reçut l'ordre de retourner en Gaule, en tant que semeur de discorde et fauteur de troubles de l'Est, tandis que la sentence d'exil prononcée contre lui restait non annulée. Mais alors qu'il avait erré sur presque toute la terre infectée par le mal de l'infidélité, son esprit était plein de doutes et profondément agité par le puissant fardeau des soucis qui le pressaient. Percevant qu'il semblait bon à beaucoup de ne pas entrer en communion avec ceux qui avaient reconnu le Synode d'Ariminum, il pensa que la meilleure chose à faire était de ramener tout le monde à la repentance et à la réforme. Lors de fréquents conciles en Gaule, et alors que presque tous les évêques étaient publiquement responsables de l'erreur qui avait été commise, il condamne le procès d'Ariminum, et redonne à la foi des églises sa forme originelle. Saturninus, cependant, évêque d'Arles, qui était, en vérité, un homme très mauvais, de caractère mauvais et corrompu, résiste à ces mesures judicieuses. Il était en fait un homme qui, outre l'infamie d'être un hérétique, a été condamné pour de nombreux crimes innommables et chassé de l'Église. Ainsi, ayant perdu son chef, la force du parti opposé à Hilarius était brisée. Paternus, également de Petrocorii, tout aussi épris, et ne reculant pas devant sa profession d'infidélité, fut expulsé du sacerdoce : le pardon fut accordé aux autres. Ce fait est admis par tous, que nos régions de Gaule ont été libérées de la culpabilité de l'hérésie par les seuls efforts bienveillants d'Hilaire. Mais Lucifer, qui était alors à Antioche, avait une opinion bien différente. Il condamnait en effet ceux qui se réunissaient à Ariminum à un point tel qu'il s'est même séparé de la communion de ceux qui les avaient reçus en amis, après qu'ils aient fait satisfaction ou fait pénitence. Que sa résolution ait été bonne ou mauvaise, je ne me chargerai pas de le dire. Paulinus et Rhodanius sont morts en Phrygie ; Hilarius est mort dans son pays natal dans la sixième année suivant son retour.



Chapitre 46.


Suivent les moments de notre propre journée, à la fois difficiles et dangereux. En ces temps, les églises ont été souillées par un mal qui n'est pas ordinaire, et tout a été jeté dans la confusion. Pour la première fois, l'hérésie infâme des gnostiques a été détectée en Espagne - une superstition mortelle qui se dissimule sous des rites mystiques. Le lieu de naissance de cette hérésie était l'Orient, et plus particulièrement l'Égypte, mais il n'est pas facile d'expliquer comment elle a commencé et s'est développée là-bas. Marcus a été le premier à l'introduire en Espagne, après être parti d'Égypte, son lieu de naissance étant Memphis. Ses élèves étaient une certaine Agapè, une femme d'origine peu commune, et un rhétoricien nommé Helpidius. C'est par eux que Priscillien fut à nouveau instruit, un homme de noble naissance, d'une grande richesse, audacieux, agité, éloquent, appris par de nombreuses lectures, très prêt au débat et à la discussion - en fait, un homme tout à fait heureux, s'il n'avait pas ruiné un excellent intellect par de mauvaises études. Sans aucun doute, il y avait en lui de nombreuses qualités admirables, tant de l'esprit que du corps. Il était capable de passer beaucoup de temps à veiller, et de supporter à la fois la faim et la soif ; il n'avait guère envie d'accumuler des richesses, et il était très économe dans l'utilisation de celles-ci. Mais en même temps, c'était un homme très vaniteux, et il était beaucoup plus bouffi qu'il n'aurait dû l'être avec la connaissance des simples choses terrestres : on pensait d'ailleurs qu'il avait pratiqué les arts magiques dès son enfance. Après avoir lui-même adopté le système pernicieux évoqué, il attira dans son acceptation de nombreuses personnes de rang noble et des multitudes du peuple par les arts de la persuasion et de la flatterie qu'il possédait. En outre, les femmes qui aimaient les nouveautés et la foi instable, ainsi qu'une curiosité prurigineuse en toutes choses, affluaient vers lui en foule. Cela renforçait cette tendance qu'il affichait, une sorte d'humilité dans son visage et dans ses manières, et suscitait ainsi en tout un plus grand honneur et un plus grand respect de lui-même. Et maintenant, par degrés, le désordre de cette hérésie s'était répandu dans la plus grande partie de l'Espagne, et même certains évêques se trouvaient sous son influence dépravée. Parmi ceux-ci, Instantius et Salvianus avaient pris fait et cause pour Priscillien, non seulement en exprimant leur accord avec ses vues, mais même en s'engageant envers lui par une sorte de serment. Cela se poursuivit jusqu'à ce qu'Hyginus, évêque de Cordoue, qui habitait dans les environs, découvre l'état des choses et rapporte le tout à Ydacius, prêtre d'Émerite. Mais en harcelant Instantius et ses confédérés sans mesure, et au-delà de ce que l'occasion demandait, il a en quelque sorte mis le feu aux poudres, de sorte qu'il a plutôt exaspéré que réprimé ces hommes mauvais.



Chapitre 47.


Ainsi donc, après de nombreuses controverses entre eux, qui ne sont pas dignes de mention, un Synode fut réuni à Saragosse, auquel même les évêques aquitains étaient présents. Mais les hérétiques n'osèrent pas se soumettre au jugement du concile ; la sentence, cependant, fut prononcée contre eux en leur absence, et Instantius et Salvianus, évêques, avec Helpidius et Priscillian, laïcs, furent condamnés. Il fut également ajouté que si quelqu'un devait admettre les condamnés à la communion, il devrait comprendre que la même sentence serait prononcée contre lui-même. Et le devoir fut confié à Ithace, évêque de Sossuba, de veiller à ce que le décret des évêques soit porté à la connaissance de tous, et qu'Hyginus en particulier soit exclu de la communion, lui qui, bien qu'il ait été le premier à engager une procédure ouverte contre les hérétiques, s'était ensuite honteusement effondré et les avait admis à la communion. Entre-temps, Instantius et Salvianus, condamnés par le jugement des prêtres, nomment évêque de la ville d'Arles Priscillien, laïc certes, mais chef de file de tous ces troubles, et qui avait été condamné avec eux au synode de Saragosse. Ils le font dans le but d'accroître leur force, en imaginant sans doute que, s'ils arment d'une autorité sacerdotale un homme au caractère audacieux et subtil, ils se trouveront dans une position plus sûre. Mais Ydacius et Ithacius ont ensuite poursuivi leurs mesures avec plus d'ardeur, dans la conviction que le mal pouvait être supprimé dès son commencement. Avec des conseils imprudents, ils s'adressèrent cependant à des juges laïques, afin que, par leurs décrets et leurs poursuites, les hérétiques soient expulsés des villes. En conséquence, après de nombreuses querelles scandaleuses, un rescrit fut obtenu de Gratianus, qui était alors empereur, sur l'ordre d'Ydacius, en vertu duquel tous les hérétiques devaient non seulement quitter les églises ou les villes, mais être chassés au-delà de tout le territoire sous sa juridiction. Lorsque cet édit fut connu, les gnostiques, se méfiant de leurs propres affaires, ne s'aventurèrent pas à s'opposer au jugement, mais ceux d'entre eux qui portaient le nom d'évêques cédèrent de leur propre chef, tandis que la peur dispersait le reste.



Chapitre 48.


Et puis Instantané, Salvianus et Priscillien se mirent en route pour Rome, afin de se dégager des accusations portées contre eux devant Damas, qui était alors l'évêque de la ville. Leur voyage les mena au cœur de l'Aquitaine, et y étant reçus en grande pompe par ceux qui ne connaissaient pas mieux, ils répandirent les graines de leur hérésie. Par-dessus tout, ils pervertirent par leurs mauvais enseignements les habitants d'Elusa, qui étaient alors de bonne humeur et religieux. Ils furent chassés de Bordeaux par Delfinus, mais s'attardant un peu sur le territoire d'Euchrotie, ils en infectèrent certains par leurs erreurs. Ils poursuivirent alors le voyage dans lequel ils étaient entrés, accompagnés d'une compagnie vile et honteuse, parmi laquelle se trouvaient leurs épouses et même des femmes étranges. Parmi celles-ci, il y avait Euchrotia et sa fille Procula, dont on rapporte couramment que, enceinte par adultère avec Priscillian, elle se fit avorter en utilisant certaines plantes. Lorsqu'elles arrivèrent à Rome avec le souhait de se dédouaner devant Damas, elles ne furent même pas admises en sa présence. De retour à Milan, ils ont constaté qu'Ambrose était tout aussi opposé à eux. Ils modifièrent alors leurs plans, estimant que, n'ayant pas obtenu gain de cause auprès des deux évêques, alors détenteurs de la plus haute autorité, ils pourraient, par des pots-de-vin et des flatteries, obtenir de l'empereur ce qu'ils désiraient. En conséquence, ayant convaincu Macédonien, qui était le maître des services publics, ils se procurèrent un rescrit par lequel, les décrets qui avaient été pris auparavant étant foulés aux pieds, ils furent ordonnés de les restaurer dans leurs églises. Sur cette base, Instantané et Priscillien retournèrent en Espagne (car Salvianus était mort dans la ville) ; et ils récupérèrent ensuite, sans aucune lutte, les églises sur lesquelles ils avaient régné.



Chapitre 49.


Mais le pouvoir, et non la volonté, de résister, échoua Ithace ; car les hérétiques avaient gagné par des pots-de-vin Voluentius, le proconsul, et ainsi consolidé leur propre pouvoir. De plus, Ithace fut jugé par ces hommes comme perturbateur des églises et, à la suite d'une poursuite féroce, il fut emmené comme prisonnier et s'enfuit en Gaule, terrorisé, où il s'en remit à Grégoire le préfet. Celui-ci, après avoir appris ce qui s'était passé, ordonne que les auteurs de ces tumultes soient traduits devant lui, et fait un rapport sur tout ce qui est arrivé à l'empereur, afin qu'il puisse fermer aux hérétiques tout moyen de flatterie ou de corruption. Mais cela fut fait en vain, car, par la licence et la puissance de quelques-uns, tout était là pour être acheté. En conséquence, les hérétiques, par leurs artifices, ayant remis à Macédoine une importante somme d'argent, ont fait en sorte que, par l'autorité impériale, l'audience du procès soit retirée au préfet, et transférée au lieutenant en Espagne. À ce moment-là, les Espagnols n'avaient plus de proconsul comme dirigeant, et des fonctionnaires furent envoyés par le maître pour ramener en Espagne Ithace qui vivait alors à Trèves. Il leur échappa cependant habilement, et étant par la suite défendu par l'évêque Pritannius, il les mit au défi. De même, une faible rumeur s'était répandue selon laquelle Maximus avait pris le pouvoir impérial en Grande-Bretagne et ferait, dans un court laps de temps, une incursion en Gaule. En conséquence, Ithace décida alors, bien que ses affaires fussent dans un état chatouilleux, d'attendre l'arrivée du nouvel empereur ; et que, dans l'intervalle, aucune mesure ne devait être prise de sa part. Lorsque Maxime, en vainqueur, entra donc dans la ville des Treveri, il lança des suppliques pleines de malveillance et d'accusations contre Priscillien et ses confédérés. L'empereur, influencé par ces déclarations, envoya des lettres au préfet de Gaule et au lieutenant en Espagne, ordonnant que tous ceux que cette hérésie honteuse avait touchés soient amenés à un synode à Bordeaux. En conséquence, Instantané et Priscillien y furent escortés et, parmi ceux-ci, Instantané fut enjoint de plaider sa cause ; et après avoir été jugé incapable de se disculper, il fut déclaré indigne de la charge d'évêque. Mais Priscillien, afin d'éviter d'être entendu par les évêques, fit appel à l'empereur. Et cela a pu se faire par manque de résolution de la part de nos amis, qui auraient dû soit prononcer une sentence même contre celui qui s'y opposait, soit, s'ils étaient eux-mêmes considérés comme des personnes suspectes, réserver l'audience à d'autres évêques, et ne pas transférer à l'empereur une cause impliquant de telles infractions manifestes.



Chapitre 50.


Ainsi donc, tous ceux que le processus embrassait étaient amenés devant le roi. Les évêques Ydacius et Ithacius suivirent comme accusateurs ; et je ne blâmerais nullement leur zèle à renverser les hérétiques, s'ils n'avaient pas lutté pour la victoire avec plus d'ardeur qu'il ne convenait. Et mon sentiment est en effet que les accusateurs m'ont été aussi désagréables que les accusés. Je suis convaincu qu'Ithace n'avait aucune valeur ni aucune sainteté à son égard. Car c'était un homme audacieux, loquace, impudent et extravagant, excessivement dévoué aux plaisirs de la sensualité. Il allait jusqu'à accuser de folie tous ces hommes, aussi saints soient-ils, qui prenaient plaisir à lire ou qui se faisaient un devoir de rivaliser entre eux dans la pratique du jeûne, en étant amis ou disciples de Priscillien. Le misérable s'aventura même à porter publiquement une accusation d'hérésie scandaleuse contre Martin, qui était alors évêque, et un homme clairement digne d'être comparé aux apôtres. Car Martin, étant alors installé à Trèves, ne cessa pas d'importer Ithace, de renoncer à ses accusations, ou d'implorer Maxime de ne pas verser le sang des malheureux en question. Il soutenait qu'il était tout à fait suffisant que, ayant été déclarés hérétiques par une sentence des évêques, ils aient été expulsés des églises ; et que c'était, en outre, une faute et une indignité inouïe, qu'un souverain séculier soit jugé dans une cause ecclésiastique. Et, en fait, tant que Martin survivait, le procès était reporté ; alors que, sur le point de quitter ce monde, il obtenait, par sa remarquable influence, la promesse de Maximus, qu'aucune mesure cruelle ne serait prise à l'égard des coupables. Mais par la suite, l'empereur étant égaré par Magnus et Rufus, et se détournant de la voie plus douce que Martin lui avait conseillée, confia l'affaire au préfet Evodius, un homme au caractère sévère et sévère. Il jugea Priscillien en deux assemblées, et le condamna pour mauvaise conduite. En fait, Priscillien ne nia pas qu'il s'était livré à des doctrines obscènes ; il avait l'habitude de tenir, la nuit, des assemblées de femmes viles, et de prier dans un état de nudité. En conséquence, Evodius le déclara coupable et le renvoya en prison, jusqu'à ce qu'il ait le temps de consulter l'empereur. L'affaire, dans tous ses détails, fut alors rapportée au palais, et l'empereur décréta que Priscillien et ses amis devaient être mis à mort.



Le chapitre 51.


Mais Ithace, voyant le mal que cela lui ferait parmi les évêques, s'il se présentait comme accusateur également lors du dernier procès sur une accusation de peine capitale (car il était nécessaire que le procès soit répété), se retira de l'accusation. Sa ruse, cependant, en agissant ainsi, fut vaine, car le méfait était déjà accompli. Eh bien, un certain Patricius, un avocat lié au Trésor, fut alors nommé accusateur par Maximus. En conséquence, sous sa direction en tant que procureur, Priscillien fut condamné à mort, ainsi que Felicissimus et Armenius, qui, lorsqu'ils étaient clercs, avaient récemment adopté la cause de Priscillien et s'étaient révoltés contre les catholiques. Latronianus, également, et Euchrotia furent décapités. Instantius, qui, comme nous l'avons dit plus haut, avait été condamné par les évêques, a été transporté sur l'île de Sylina qui se trouve au-delà de la Grande-Bretagne. Un procès a ensuite été intenté contre les autres dans les procès qui ont suivi, et Asarivus, et Aurelius le diacre, ont été condamnés à être décapités, tandis que Tibérianus a été privé de ses biens, et banni sur l'île de Sylina. Tertulle, Potamius et Joannes, en tant que personnes de moindre importance et méritant un traitement miséricordieux, dans la mesure où ils avaient fait des aveux avant le procès, tant pour eux-mêmes que pour leurs compagnons, furent condamnés à un bannissement temporaire en Gaule. De cette manière, les hommes les plus indignes de la lumière du jour étaient, afin de servir d'exemple terrible aux autres, soit mis à mort, soit punis d'exil. Cette conduite qu'il avait d'abord défendue par son droit d'appel devant les tribunaux, et par égard pour le bien public, Ithace, harcelé d'invectives, et enfin vaincu, jetait le blâme sur ceux dont les directives et les conseils avaient fait son objet. Mais il fut le seul d'entre eux à être exclu de l'épiscopat. Car Ydacius, bien que moins coupable, avait volontairement démissionné de son évêché : cela fut fait avec sagesse et respect, s'il n'avait pas ensuite gâché le mérite d'une telle démarche en s'efforçant de retrouver la position qui avait été perdue. Eh bien, après la mort de Priscillien, non seulement l'hérésie qui, sous sa direction, en tant qu'auteur, avait éclaté, n'a pas été supprimée, mais elle a pris de la force et s'est répandue. Pour ses disciples qui l'avaient auparavant honoré en tant que saint, il a commencé par la suite à le vénérer en tant que martyr. Les corps de ceux qui avaient été mis à mort furent transportés en Espagne et leurs funérailles furent célébrées en grande pompe. On en vint à penser que le fait de jurer par Priscillien était le plus haut exercice de la religion. Mais entre eux et nos amis, une guerre perpétuelle de querelles a été entretenue. Et ce conflit, après avoir été entretenu pendant quinze ans avec d'horribles dissensions, ne pouvait en aucun cas être apaisé. Et maintenant, tout était perturbé et confus par la discorde, surtout des évêques, alors que tout était corrompu par eux par leur haine, leur partialité, leur peur, leur incrédulité, leur envie, leur facétie, leur luxure, leur avarice, leur orgueil, leur somnolence et leur inactivité. En un mot, un grand nombre d'entre eux s'efforçaient, avec des plans insensés et des inclinations obstinées, d'empêcher quelques uns de donner de sages conseils : tandis que, dans le même temps, le peuple de Dieu et tous les excellents de la terre étaient exposés aux moqueries et aux insultes.