Irénée de Lyon

FRAGMENTS D'ÉCRITS PERDUS

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

1

Je vous adjure, vous qui transcrirez ce livre, par notre Seigneur Jésus-Christ et par sa glorieuse apparition, lorsqu'il viendra juger les vivants et les morts, de comparer ce que vous avez transcrit et de veiller à le rectifier selon cette copie dont vous avez fait la transcription ; de même, de copier cette adjonction et de l'insérer dans la transcription.



2

Ces opinions, Florinus, que je peux parler en termes doux, ne sont pas de bonne doctrine ; ces opinions ne sont pas conformes à l'Église, et impliquent leurs électeurs dans la plus grande impiété ; ces opinions, même les hérétiques au-delà de la pâle Église ne se sont jamais aventurés à les aborder ; ces opinions, ces presbytres qui nous ont précédés, et qui connaissaient les apôtres, ne vous ont pas été transmises. Car, alors que j'étais encore un garçon, je vous ai vu en Basse-Asie avec Polycarpe, vous distinguer à la cour royale et tenter de gagner son approbation. Car j'ai un souvenir plus vif de ce qui s'est passé à cette époque que des événements récents (dans la mesure où les expériences de l'enfance, suivant le rythme de la croissance de l'âme, s'y intègrent) ; Je peux même décrire l'endroit où le bienheureux Polycarpe s'asseyait et parlait - ses sorties et ses entrées -, son mode de vie général et son apparence personnelle, ainsi que les discours qu'il prononçait devant le peuple ; je peux aussi décrire comment il parlait de ses relations familières avec Jean et avec les autres personnes qui avaient vu le Seigneur, et comment il se souvenait de leurs paroles. Tout ce qu'il avait entendu d'eux en respectant le Seigneur, tant en ce qui concerne Ses miracles que Son enseignement, Polycarpe ayant ainsi reçu [des informations] des témoins oculaires de la Parole de vie, les racontait tous en harmonie avec les Écritures. Ces choses, par la miséricorde de Dieu qui était sur moi, je les ai ensuite écoutées attentivement, et je les ai gardées précieusement, non pas sur le papier, mais dans mon cœur ; et je suis continuellement, par la grâce de Dieu, en train de tourner ces choses avec précision dans mon esprit. Et je peux témoigner devant Dieu que si ce presbytre béni et apostolique avait entendu une telle chose, il aurait crié et bouché ses oreilles, s'exclamant comme il avait l'habitude de le faire : O bon Dieu, pour quelles périodes m'as-tu réservé, pour que je supporte ces choses ? Et il se serait enfui de l'endroit même où, assis ou debout, il avait entendu de telles paroles. Ce fait aussi peut être mis en évidence par les épîtres qu'il a envoyées, soit aux Églises voisines pour les confirmer, soit à certains des frères, pour les exhorter et les avertir.



3

Car la controverse ne porte pas seulement sur le jour, mais aussi sur la forme même du jeûne. En effet, certains se considèrent obligés de jeûner un jour, d'autres deux jours, d'autres encore plus, d'autres encore [le font pendant] quarante heures : les heures diurnes et nocturnes qu'ils mesurent ensemble sont leur jour [de jeûne]. Et cette variété d'observateurs [du jeûne] n'a pas son origine dans notre époque, mais bien avant dans celle de nos prédécesseurs, dont certains, probablement, n'étant pas très précis dans leur observation, ont transmis à la postérité la coutume telle qu'elle avait été, par simplicité ou par fantaisie privée, introduite parmi eux. Et pourtant, tous ces gens vivaient en paix les uns avec les autres, et nous aussi, nous maintenons la paix ensemble. Ainsi, en fait, la différence [dans l'observation] du jeûne établit l'harmonie de notre foi [commune]. Et les presbytres qui ont précédé Soter dans le gouvernement de l'Église que vous dirigez maintenant - je veux dire Anicetus et Pius, Hyginus et Telesphorus, et Sixtus - ne l'ont pas eux-mêmes observé [de cette façon], ni permis à ceux qui étaient avec eux de le faire. Malgré cela, ceux qui n'ont pas célébré [la fête de cette manière] étaient pacifiquement disposés envers ceux qui venaient d'autres diocèses où elle était observée, bien que cette observance ait été ressentie comme une contrariété plus marquée [telle qu'elle était présentée] par ceux qui ne s'y conformaient pas ; et personne n'a jamais été chassé [de l'Église] pour cette raison. Au contraire, les presbytres qui vous ont précédé et qui n'ont pas observé [cette coutume] ont envoyé l'Eucharistie à ceux d'autres diocèses qui l'ont observée. Et lorsque le bienheureux Polycarpe séjournait à Rome au temps d'Anicetus, bien qu'une légère controverse ait surgi entre eux sur certains autres points, ils étaient tout de suite bien disposés les uns envers les autres [en ce qui concerne l'affaire en question], ne voulant pas qu'une querelle survienne entre eux sur ce point. Car Anicetus ne pouvait pas non plus persuader Polycarpe de renoncer à l'observance [à sa manière], dans la mesure où ces choses avaient toujours été observées par Jean le disciple de notre Seigneur, et par d'autres apôtres avec lesquels il avait été en contact ; et, d'autre part, Polycarpe ne pouvait pas non plus réussir à persuader Anicetus de garder [l'observance à sa manière], car il soutenait qu'il était tenu de respecter l'usage des presbytres qui l'avaient précédé. Et dans cet état de choses, ils étaient en communion les uns avec les autres ; et Anicetus concéda à Polycarpe la célébration de l'Eucharistie dans l'Église, en lui montrant du respect ; de sorte qu'ils se séparèrent en paix les uns des autres, en maintenant la paix avec toute l'Église, tant ceux qui observaient [cette coutume] que ceux qui ne l'observaient pas.



4

Tant que quelqu'un aura les moyens de faire du bien à son prochain et ne le fera pas, il sera considéré comme un étranger à l'amour du Seigneur.



5

La volonté et l'énergie de Dieu sont la cause effective et prévisible de chaque époque, de chaque lieu, de chaque âge et de chaque nature. La volonté est la raison (λόγος) de l'âme intellectuelle, qui [la raison] est en nous, dans la mesure où c'est la faculté qui lui appartient qui est dotée de la liberté d'action. La volonté est l'esprit qui désire [un objet], et un appétit d'intelligence, qui aspire à la chose désirée.



6

Puisque Dieu est vaste, architecte du monde et tout-puissant, il a créé des choses qui atteignent l'immensité à la fois par l'architecte du monde et par une volonté tout-puissante, et avec un effet nouveau, avec puissance et efficacité, afin que toute la plénitude de ces choses qui ont été produites puisse naître, bien qu'elles n'aient pas eu d'existence antérieure - c'est-à-dire tout ce qui ne relève pas de [notre] observation, et aussi ce qui se trouve sous nos yeux. C'est ainsi qu'Il contient toutes les choses en particulier, et les conduit à leur propre résultat, en raison duquel elles ont été appelées à l'existence et produites, sans être transformées en autre chose que ce qu'elles avaient été à l'origine par la nature (la fin). Car c'est là la propriété de l'œuvre de Dieu, non seulement de procéder à l'infinité de l'entendement, ou même de dépasser [nos] pouvoirs d'esprit, de raison et de parole, de temps et de lieu, et de chaque âge ; mais aussi d'aller au-delà de la substance, de la plénitude ou de la perfection.



7

Cette [coutume], de ne pas fléchir le genou le dimanche, est un symbole de la résurrection, par laquelle nous avons été libérés, par la grâce du Christ, des péchés et de la mort, qui a été mise à mort sous Lui. Cette coutume remonte aux temps apostoliques, comme le déclare le bienheureux Irénée, martyr et évêque de Lyon, dans son traité sur la Pâque, où il mentionne également la Pentecôte, fête au cours de laquelle nous ne fléchissons pas le genou, car elle a la même signification que le jour du Seigneur, pour la raison déjà invoquée à son sujet.



8

Car, de même que l'arche [de l'alliance] était dorée d'or pur à l'intérieur et à l'extérieur, de même le corps du Christ était pur et resplendissant ; car il était orné au dedans par le Verbe et protégé au dehors par l'Esprit, afin que la splendeur des deux [matériaux] soit clairement mise en évidence.



9

En effet, en parlant de ceux qui le méritent, mais jamais de ceux qui ne le méritent pas, nous atteindrons aussi la gloire et le royaume de Dieu.



10

Il est en effet propre à Dieu, et conforme à son caractère, de faire preuve de miséricorde et de pitié, et d'apporter le salut à ses créatures, même si elles sont menacées de destruction. Car avec Lui, dit l'Écriture, il y a propitiation.



11

L'activité du chrétien n'est rien d'autre que de se préparer à la mort (μελεπᾷν ἀποθνήσκειν).



12

Nous avons donc formé la croyance que [nos] corps aussi se relèvent. Car s'ils vont à la corruption, ils ne périssent pas pour autant ; car la terre, en recevant les restes, les préserve, même comme une graine fertile mélangée à un sol plus fertile. De même qu'un grain nu est semé et, germant sur l'ordre de Dieu son Créateur, il ressuscite, revêtu et glorieux, mais pas avant d'être mort, de se décomposer et de se mêler à la terre, ainsi [on voit par là que] nous n'avons pas eu une vaine croyance en la résurrection du corps. Mais bien qu'il soit dissous au moment prévu, à cause de la désobéissance primitive, il est placé, pour ainsi dire, dans le creuset de la terre, pour être refondu à nouveau ; non pas alors comme ce [corps] corruptible, mais pur, et non plus sujet à la décomposition : et quand il sera revêtu de ce corps, il ne connaîtra pas la tristesse, mais il se réjouira, demeurant en permanence dans un état de pureté, ayant pour compagnon une compagne juste et non insidieuse, possédant à tous égards les choses qui lui appartiennent, il les recevra avec une parfaite exactitude ; il ne recevra pas des corps différents de ceux qu'ils avaient été, ni délivrés de la souffrance ou de la maladie, ni comme [rendus] glorieux, mais comme ils ont quitté cette vie, dans les péchés ou dans les actions justes : et tels qu'ils étaient, tels qu'ils seront revêtus à la reprise de la vie ; et tels qu'ils étaient dans l'incrédulité, tels qu'ils seront fidèlement jugés.



13

Car lorsque les Grecs, après avoir arrêté les esclaves des catéchumènes chrétiens, ont ensuite utilisé la force contre eux, afin d'apprendre d'eux quelque chose de secret [pratiqué] parmi les chrétiens, ces esclaves, n'ayant rien à dire qui puisse répondre aux souhaits de leurs bourreaux, si ce n'est qu'ils avaient entendu de leurs maîtres que la communion divine était le corps et le sang du Christ, et imaginant qu'il s'agissait en fait de chair et de sang, ont donné à leurs inquisiteurs une réponse à cet effet. Ces derniers, supposant que c'était le cas pour les pratiques des chrétiens, donnèrent des informations à ce sujet à d'autres Grecs et cherchèrent à contraindre les martyrs Sanctus et Blandina à avouer, sous la torture, [que l'allégation était correcte]. À ces hommes, Blandina répondit très admirablement par ces mots : Comment ces personnes devraient-elles supporter de telles [accusations], qui, au nom de la pratique [de la piété], ne se sont même pas prévalues de la chair qu'on leur permettait de manger ?



14

Comment est-il possible de dire que le serpent, créé par Dieu muet et irrationnel, a été doté de la raison et de la parole ? Car s'il avait le pouvoir de parler, de discerner, de comprendre et de répondre à ce qui était dit par la femme, rien n'aurait empêché chaque serpent de faire de même. Mais s'ils répètent que c'est selon la volonté et la dispensation divines que ce [serpent] a parlé d'une voix humaine à Eve, ils rendent Dieu l'auteur du péché. Il n'était pas non plus possible pour le démon de donner la parole à une nature muette, et donc de ce qui n'est pas pour produire ce qui est ; car si tel était le cas, il n'aurait jamais cessé (dans le but d'égarer les hommes) de conférer avec eux et de les tromper au moyen de serpents, de bêtes et d'oiseaux. De quel côté, lui aussi, étant une bête, a-t-il obtenu des informations concernant l'injonction de Dieu à l'homme donnée à lui seul, et en secret, sans que la femme elle-même en soit consciente ? Pourquoi n'a-t-il pas non plus préféré s'attaquer à l'homme plutôt qu'à la femme ? Et si vous dites qu'il l'a attaquée comme étant la plus faible des deux, [je réponds que], au contraire, elle était la plus forte, puisqu'elle semble avoir été l'aide de l'homme dans la transgression du commandement. Car elle a résisté seule au serpent, et c'est après avoir tenu bon pendant un certain temps et s'être opposée qu'elle a mangé de l'arbre, en étant contournée par un artisanat ; tandis qu'Adam, ne faisant aucune lutte, ni refus, a participé au fruit que lui a remis la femme, ce qui est un signe de la plus grande imbécillité et effémination de l'esprit. Et la femme, en effet, ayant été vaincue dans le combat par un démon, mérite le pardon ; mais Adam ne mérite rien, car il a été adoré par une femme - lui qui, en sa propre personne, avait reçu l'ordre de Dieu. Mais la femme, ayant entendu parler de l'ordre d'Adam, le traita avec mépris, soit parce qu'elle jugeait indigne de Dieu de parler par ce moyen, soit parce qu'elle avait des doutes, peut-être même qu'elle pensait que l'ordre lui avait été donné par Adam de son propre chef. Le serpent l'a trouvée travaillant seule, de sorte qu'il a pu conférer avec elle séparément. La voyant alors manger ou ne pas manger dans les arbres, il lui présenta le fruit de l'arbre [interdit]. Et s'il l'a vue manger, il est évident qu'elle faisait partie d'un corps sujet à la corruption. Car tout ce qui entre par la bouche est jeté dans le courant d'air. Matthieu 15:17 Si donc elle était corruptible, il est évident qu'elle était aussi mortelle. Mais si elle était mortelle, alors il n'y avait certainement pas de malédiction ; et ce n'était pas non plus une sentence [condamnatoire], lorsque la voix de Dieu parla à l'homme : Car tu es sur la terre, et tu reviendras sur la terre, Genèse 3:19, selon le véritable cours des choses [maintenant et toujours]. Mais encore, si le serpent observait la femme qui ne mangeait pas, comment l'incitait-il à manger alors qu'elle n'avait jamais mangé ? Et qui a fait remarquer à ce maudit serpent tueur d'hommes que la sentence de mort prononcée contre eux par Dieu ne prendrait pas effet [immédiatement], lorsqu'Il a dit : "Car le jour où vous en mangerez, vous mourrez sûrement" ? Et non seulement cela, mais aussi que, parallèlement à l'impunité [de leurs péchés], il fallait ouvrir les yeux de ceux qui n'avaient pas vu jusqu'alors ? Mais avec l'ouverture [de leurs yeux] évoquée, ils firent leur entrée sur le chemin de la mort.



15

Quand, dans les temps anciens, Balaam disait ces choses en paraboles, il n'était pas reconnu ; et maintenant, quand le Christ est apparu et les a accomplies, il n'a pas été cru. C'est pourquoi [Balaam], prévoyant cela et s'en étonnant, s'est exclamé : "Hélas ! Hélas ! Qui vivra quand Dieu fera advenir ces choses ? Nombres 24:23



16

Expliquant à nouveau la loi à la génération qui suivait ceux qui avaient été tués dans le désert, il publia le Deutéronome ; non pas comme leur donnant une loi différente de celle qui avait été établie pour leurs pères, mais comme récapitulant cette dernière, afin qu'ils puissent, en entendant ce qui était arrivé à leurs pères, craindre Dieu de tout leur cœur.



17

C'est par eux que le Christ a été incarné, reconnu et mis au monde, car il a été préfiguré en Joseph, puis il est descendu de Lévi et de Juda, selon la chair, comme roi et sacrificateur, et il a été reconnu par Siméon dans le temple. C'est par Zabulon qu'il a été cru parmi les païens, comme le dit le prophète, le pays de Zabulon, par Ésaïe 9:1 et par Benjamin [c'est-à-dire Paul] qu'il a été glorifié, en étant prêché dans le monde entier.



18

Cela n'était pas sans signification, mais le nombre des dix hommes lui donnait l'impression d'avoir Jésus pour assistant, comme l'indique le pacte conclu avec eux. Et lorsqu'il ne choisit pas de participer avec eux à leur adoration des idoles, ils lui en firent porter le blâme, car Jerubbaal signifie le siège du jugement de Baal.



19

Prenez Joshua (᾿Ιησοῦν), le fils de Nun. Nombres 27:18 Car il convenait que Moïse conduise le peuple hors d'Égypte, mais que Jésus (Josué) le conduise dans l'héritage. Il fallait aussi que Moïse, comme c'était le cas pour la loi, cesse d'être, mais que Josué (᾿Ιησοῦν), en tant que parole, et non en tant que type faux du Verbe fait chair (ἐνυποστάτου), soit un prédicateur pour le peuple. De même, [il convenait] que Moïse donne la manne comme nourriture aux pères, mais Josué le blé, comme prémices de la vie, une sorte de corps de Christ, comme l'Écriture le déclare, la manne du Seigneur a cessé lorsque le peuple a mangé le blé du pays. Josué 5:12



20

Et il lui imposa les mains. Nombres 27:23 Le visage de Josué fut aussi glorifié par l'imposition des mains de Moïse, mais pas au même degré [que celui de Moïse]. Comme il avait obtenu un certain degré de grâce, le Seigneur dit : Et tu lui donneras de ta gloire. Nombres 27:20 Car [dans ce cas] la chose donnée ne cesse pas d'appartenir à celui qui la donne.



21

Mais il ne donne pas, comme le Christ l'a fait, par le biais de la respiration, car il n'est pas la source de l'Esprit.



22

Tu n'iras pas avec eux, et tu ne maudiras pas le peuple. Nombres 22:12 Il ne fait aucune allusion au peuple, car tous sont sous ses yeux, mais [il se réfère] au mystère du Christ indiqué d'avance. Car, comme il devait naître des pères selon la chair, l'Esprit donne d'avance des instructions à l'homme (Balaam), de peur que, partant dans l'ignorance, il ne prononce une malédiction sur le peuple. Non pas que [sa malédiction] puisse avoir un quelconque effet contraire à la volonté de Dieu, mais [cela a été fait] comme une démonstration de la providence de Dieu qu'Il a exercée à leur égard à cause de leurs ancêtres.



23

Et il est monté sur son cul. Nombres 22:22-23 L'âne était le type du corps du Christ, sur lequel tous les hommes, se reposant de leurs travaux, sont portés comme sur un char. Car le Sauveur a pris sur lui le fardeau de nos péchés. L'ange qui apparut à Balaam était la Parole elle-même ; et il tenait dans sa main une épée, pour indiquer la puissance qu'il avait d'en haut.



24

Dieu n'est pas comme un homme. Nombres 23:19 Il montre ainsi que tous les hommes sont effectivement coupables de mensonge, dans la mesure où ils passent d'une chose à l'autre (μεταφερόμενοι) ; mais tel n'est pas le cas de Dieu, car Il continue toujours à être vrai, perfectionnant ce qu'Il veut.



25

Pour infliger à Madian la vengeance du Seigneur. Nombres 31:3 Pour cet homme (Balaam), lorsqu'il ne parle plus dans l'esprit de Dieu, mais contrairement à la loi de Dieu, en établissant une loi différente en ce qui concerne la fornication, Nombres 31:16 ne doit certainement pas alors être compté comme un prophète, mais comme un devin. Car celui qui n'a pas observé le commandement de Dieu, a reçu la juste rétribution de ses propres mauvaises actions. Nombres 31:8



26

Sachez que chaque homme est soit vide, soit plein. Car s'il n'a pas l'Esprit Saint, il n'a pas la connaissance du Créateur ; il n'a pas reçu Jésus-Christ la Vie ; il ne connaît pas le Père qui est aux cieux ; s'il ne vit pas selon les préceptes de la raison, selon la loi céleste, il n'est pas un homme sobre d'esprit, et il n'agit pas avec droiture : un tel homme est vide. Par contre, s'il reçoit Dieu qui dit : J'habiterai et je marcherai avec eux, et je serai leur Dieu, Lévitique 26:12, il n'est pas vide, mais il est plein.



27

Le petit garçon qui a guidé Samson par la main, Juges 16:26, a donc pré-typé Jean-Baptiste, qui a montré au peuple la foi en Christ. Et la maison dans laquelle ils étaient assemblés signifie le monde, dans lequel habitent les différentes nations païennes et incroyantes, offrant des sacrifices à leurs idoles. De plus, les deux piliers sont les deux alliances. Le fait que Samson se soit appuyé sur les piliers indique donc que le peuple, lorsqu'il a été instruit, a reconnu le mystère du Christ.



28

Et l'homme de Dieu dit : "Où est-il tombé ? Et il lui montra l'endroit. Et il coupa un arbre, et le jeta là-dedans, et le fer flotta. C'était un signe que les âmes devaient être portées en haut (ἀναγωγῆς ψυχῶν) par l'instrumentalité du bois, sur lequel Il a souffert et qui peut conduire en haut les âmes qui suivent Son ascension. Cet événement a également montré que lorsque l'âme sainte du Christ est descendue [dans l'Hadès], de nombreuses âmes sont montées et ont été vues dans leur corps. Matthieu 27:52 Car, de même que le bois, qui est le corps le plus léger, a été plongé dans l'eau, mais que le fer, le plus lourd, a flotté, ainsi, lorsque le Verbe de Dieu s'est uni à la chair, par une union physique et hypostatique, la partie lourde et terrestre, rendue immortelle, a été portée au ciel, par la nature divine, après la résurrection.



29

L'Évangile selon Matthieu a été écrit pour les Juifs. Car ils insistaient particulièrement sur le fait que le Christ [devait être] de la semence de David. Matthieu aussi, qui avait un désir encore plus grand [d'établir ce point], s'est particulièrement efforcé de leur fournir une preuve convaincante que le Christ est de la semence de David ; et c'est pourquoi il commence par [un compte-rendu de] sa généalogie.



30

La hache à la racine, dit-il dans Matthieu 3:10, nous pousse à la connaissance de la vérité, nous purifie par la crainte et nous prépare à porter du fruit en temps voulu.



31

Observez que, par le grain de moutarde de la parabole, on désigne la doctrine céleste qui est semée comme une graine dans le monde, comme dans un champ, [graine] qui a une force inhérente, ardente et puissante. Car ainsi est proclamé le Juge du monde entier qui, après avoir été caché au coeur de la terre dans un tombeau pendant trois jours, et être devenu un grand arbre, a étendu ses branches jusqu'aux extrémités de la terre. Les douze apôtres, devenus des rameaux beaux et féconds, ont fait jaillir de lui un abri pour les nations comme pour les oiseaux du ciel, sous lequel les rameaux, ayant tous trouvé refuge, comme les oiseaux qui se rassemblent dans un nid, ont été rendus participants de cette nourriture saine et céleste qui en découle.



32

Josèphe dit que, lorsque Moïse fut élevé dans les palais royaux, il fut choisi comme général contre les Éthiopiens ; et s'étant montré victorieux, il obtint en mariage la fille de ce roi, puisqu'en effet, par affection pour lui, elle lui livra la ville.

Pourquoi, alors que ces deux-là (Aaron et Miriam) avaient tous deux agi avec dépit envers lui (Moïse), ce dernier était le seul à être jugé puni ? Nombres 12:1, etc. Premièrement, parce que la femme était la plus coupable, puisque la nature et la loi la placent dans une condition de subordination par rapport à l'homme. Ou peut-être était-ce le fait qu'Aaron était, dans une certaine mesure, excusable, étant donné qu'il était l'aîné [frère] et qu'il était paré de la dignité de grand prêtre. D'autre part, dans la mesure où le lépreux était considéré comme impur par la loi, alors que l'origine et le fondement du sacerdoce se trouvaient en Aaron, [le Seigneur] ne lui a pas infligé une punition similaire, de peur que ce stigmate ne s'attache à la race [sacerdotale] tout entière ; mais grâce à l'exemple de sa sœur, il a réveillé ses craintes et lui a donné la même leçon. Car le châtiment de Miriam l'a tellement affecté qu'à peine l'a-t-elle subi qu'il a supplié [Moïse], qui avait été blessé, de mettre fin à cette affliction par son intercession. Et il ne négligea pas de le faire, mais il se mit immédiatement à prier. Sur ce, le Seigneur, qui aime les hommes, lui fit comprendre qu'il ne l'avait pas châtiée comme juge, mais comme père, car il dit : "Si son père lui avait craché au visage, n'aurait-elle pas honte ? Qu'elle soit exclue du camp pendant sept jours, et qu'elle y revienne ensuite. Nombres 12:14



33

Dans la mesure où certains hommes, poussés par des considérations que je ne connais pas, enlèvent à Dieu la moitié de sa puissance créatrice, en affirmant qu'il n'est que la cause de la qualité résidant dans la matière, et en maintenant que la matière elle-même n'est pas créée, venons-en maintenant à la question : ce qui est à tout moment ... est immuable. La matière, donc, est immuable. Mais si la matière est immuable, et que l'immuable ne subit aucun changement de qualité, elle ne constitue pas la substance du monde. C'est pourquoi il leur semble superflu que Dieu ait annexé des qualités à la matière, car en effet la matière n'admet aucune altération possible, elle étant en elle-même une chose non créée. Mais en outre, si la matière n'est pas créée, elle a été faite tout entière selon une certaine qualité, et ceci immuable, de sorte qu'elle ne peut être réceptive à plus de qualités, ni ne peut être la chose dont le monde est fait. Mais si le monde n'en est pas fait, [cette théorie] exclut totalement que Dieu puisse exercer son pouvoir sur la création [du monde].



34

Et il s'est trempé, dit [l'Écriture], sept fois en Jordanie. 2 Rois 5:14 Ce n'est pas pour rien que Naaman, qui souffrait de la lèpre, a été purifié lors de son baptême, mais cela nous a servi d'indication. Car, comme nous sommes lépreux dans le péché, nous sommes purifiés, par l'eau sacrée et l'invocation du Seigneur, de nos anciennes transgressions ; nous sommes spirituellement régénérés comme des nouveau-nés, comme le Seigneur l'a déclaré : Si un homme ne naît pas de nouveau par l'eau et l'Esprit, il n'entrera pas dans le royaume des cieux. Jean 3:5



35

Si le cadavre d'Élisée a ressuscité un mort, 2 Rois 13:21, à combien plus forte raison Dieu, lorsqu'il a ressuscité les cadavres des hommes, les fera-t-il monter pour le jugement ?



36

La vraie connaissance consiste donc dans la compréhension du Christ, que Paul appelle la sagesse de Dieu cachée dans un mystère, que l'homme naturel ne reçoit pas, 1 Corinthiens 2:14 la doctrine de la croix ; dont si quelqu'un goûte, 1 Pierre 2:3 il n'accédera pas aux disputes et aux chicanes des hommes orgueilleux et gonflés à bloc, 1 Timothée 6:4-5 qui entrent dans des affaires dont ils n'ont pas conscience. Colossiens 2:18 Car la vérité est simple (ἀσχημάτιστος) ; et la parole est près de vous, dans votre bouche et dans votre coeur, Romains 10:8 ; Deutéronome 30:14 comme le déclare le même apôtre, étant facile à comprendre pour ceux qui sont obéissants. Car il nous rend semblables au Christ, si nous faisons l'expérience de la puissance de sa résurrection et de la communion de ses souffrances. Philippiens 3:10 Car c'est là l'affinité de l'enseignement apostolique et de la très sainte foi qui nous a été donnée, Jude 3, que reçoivent les ignorants, et que les érudits ont enseignée, sans se soucier des généalogies sans fin, 1 Timothée 1:4, mais en étudiant plutôt [pour observer] un cours de vie simple, de peur que, privés de l'Esprit divin, ils ne parviennent pas à atteindre le royaume des cieux. Car, en vérité, la première chose est de se renier soi-même et de suivre le Christ ; et ceux qui font cela sont portés vers la perfection, ayant accompli toute la volonté de leur Maître, devenant fils de Dieu par la régénération spirituelle, et héritiers du royaume des cieux ; ceux qui cherchent les premiers ne seront pas abandonnés.



37

Ceux qui ont fait connaissance avec les constitutions secondaires (c'est-à-dire sous le Christ) des apôtres, savent que le Seigneur a institué une nouvelle oblation dans la nouvelle alliance, selon [la déclaration du] prophète Malachie. Car, depuis le lever du soleil jusqu'au coucher, mon nom a été glorifié parmi les païens, et en tout lieu on offre à mon nom de l'encens et un pur sacrifice ; Malachie 1:11 comme Jean le déclare également dans l'Apocalypse : L'encens est la prière des saints. Ensuite, Paul nous exhorte à présenter nos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui est votre service raisonnable. Romains 12:1 Et encore : Offrons le sacrifice de louange, c'est-à-dire le fruit des lèvres. Hébreux 13:15 Or ces offrandes ne sont pas conformes à la loi, dont le Seigneur a ôté l'écriture du milieu en l'annulant ; Colossiens 2:14 mais elles sont conformes à l'Esprit, car nous devons adorer Dieu en esprit et en vérité. Jean 4:24 Et donc l'oblation de l'Eucharistie n'est pas charnelle, mais spirituelle ; et à cet égard elle est pure. Car nous faisons une oblation à Dieu du pain et de la coupe de la bénédiction, en lui rendant grâce en ce qu'il a commandé à la terre de produire ces fruits pour notre nourriture. Et ensuite, lorsque nous avons perfectionné l'oblation, nous invoquons le Saint-Esprit, afin qu'il expose ce sacrifice, à la fois le pain - le corps du Christ - et la coupe - le sang du Christ - afin que les receveurs de ces antitypes puissent obtenir la rémission des péchés et la vie éternelle. Les personnes qui font ces offrandes en mémoire du Seigneur ne se rangent donc pas dans le camp des Juifs, mais, en accomplissant le service d'une manière spirituelle, elles seront appelées fils de la sagesse.



38

Les apôtres ont ordonné de ne juger personne en ce qui concerne la viande ou la boisson, ou en ce qui concerne un jour de fête, ou les nouvelles lunes, ou les sabbats. Colossiens 2:16 D'où viennent donc ces affirmations ? D'où viennent ces schismes ? Nous célébrons la fête, mais dans un levain de malice et de méchanceté, en mettant en pièces l'Église de Dieu ; et nous conservons ce qui appartient à son extérieur, afin de rejeter ces meilleures choses, la foi et l'amour. Les paroles prophétiques nous ont appris que ces fêtes et ces jeûnes déplaisent au Seigneur. Ésaïe 1:14



39

Le Christ, qui a été appelé le Fils de Dieu avant les âges, s'est manifesté dans la plénitude des temps, afin qu'il puisse nous purifier par son sang, nous qui étions sous la puissance du péché, en nous présentant comme des fils purs à son Père, si nous nous soumettons avec obéissance au châtiment de l'Esprit. Et à la fin des temps, Il viendra pour faire disparaître tout mal, et pour réconcilier toutes choses, afin qu'il y ait une fin à toutes les impuretés.



40

Et il a trouvé la mâchoire d'un âne. Juges 15:15 Il est à noter qu'après que [Samson ait commis] la fornication, la sainte Écriture ne parle plus des choses heureusement accomplies par lui en rapport avec la formule : L'Esprit du Seigneur est venu sur lui. Juges 14:6-19 Car ainsi, selon le saint apôtre, le péché de fornication est perpétré contre le corps, comme impliquant aussi le péché contre le temple de Dieu. 1 Corinthiens 3:16-17



41

Cela indique la persécution contre l'Église mise à pied par les nations qui continuent encore dans l'incrédulité. Mais lui (Samson) qui a souffert de ces choses, a cru qu'il y aurait des représailles contre ceux qui mènent cette guerre. Mais des représailles par quels moyens ? Tout d'abord, en se rendant aux Juges du Rocher 15:11, qui n'est pas reconnaissable par les sens ; ensuite, en trouvant la mâchoire d'un âne. Or, le type de mâchoire est le corps du Christ.



42

En parlant toujours en bien des méritants, mais jamais en mal des indignes, nous atteindrons aussi la gloire et le royaume de Dieu.



43

Dans ces choses, il a été signifié par la prophétie que le peuple, devenu transgresseur, sera lié par les chaînes de ses propres péchés. Mais la rupture des liens de leur propre gré indique que, lors de la repentance, ils seront de nouveau libérés des chaînes du péché.



44

Il n'est pas facile pour une âme, sous l'influence d'une erreur, de se laisser convaincre de l'opinion contraire.



45

Et Balaam, le fils de Beor, ils le tuèrent par l'épée. Nombres 31:8 Car, ne parlant plus par l'Esprit de Dieu, mais établissant une autre loi de fornication contraire à la loi de Dieu, Apocalypse 2:14 cet homme ne sera plus compté comme prophète, mais comme devin. Car, comme il n'a pas continué à suivre le commandement de Dieu, il a reçu la juste récompense de ses mauvaises actions.



46

Le dieu du monde ; 2 Corinthiens 4:4 c'est-à-dire, Satan, qui a été désigné Dieu à ceux qui ne croient pas.



47

La naissance de Jean [le Baptiste] a mis fin au mutisme de Zacharie. En effet, il n'a pas accablé son père lorsque la voix est sortie du silence ; mais comme lorsque l'on ne croyait pas qu'elle le rendait muet, la voix qui résonnait a clairement libéré son père, à qui il avait été annoncé et qui l'avait vu naître. Or, la voix et la lumière ardente Jean 5:35 étaient un précurseur de la Parole et de la Lumière.



48

Comme donc soixante-dix langues sont indiquées par un nombre, et que de la dispersion les langues sont rassemblées en une seule par leur interprétation, ainsi cette arche a déclaré un type de corps du Christ, qui est à la fois pur et immaculé. Car, de même que cette arche était dorée d'or pur à l'intérieur et à l'extérieur, de même le corps du Christ est pur et resplendissant, étant orné à l'intérieur par le Verbe et protégé à l'extérieur par l'Esprit, afin que la splendeur des deux [matériaux] soit exposée ensemble.



49

C'est pourquoi, par le biais de ce qui a été mis en avant depuis longtemps déjà, la Parole a assigné une interprétation. Nous sommes convaincus qu'il existe [pour ainsi dire] deux hommes en chacun de nous. L'un est caché et l'autre est apparent, l'un est corporel et l'autre spirituel, bien que leur génération soit comparable à celle des jumeaux. Car tous deux sont révélés au monde comme un seul, car l'âme n'était pas antérieure au corps dans son essence ; et, en ce qui concerne sa formation, le corps n'a pas précédé l'âme : mais les deux ont été produits en même temps ; et leur nourriture consiste en pureté et en douceur.



50

Car alors, il y aura en vérité une joie commune consommée à tous ceux qui croient à la vie, et en chacun sera confirmé le mystère de la Résurrection, et l'espérance de l'incorruptibilité, et le commencement du royaume éternel, quand Dieu aura détruit la mort et le diable. Car la nature humaine et la chair qui est ressuscitée des morts ne mourra plus ; mais après avoir été changée en incorruptibilité et rendue semblable à l'esprit, quand le ciel fut ouvert, [notre Seigneur] l'a offerte (la chair) au Père, pleine de gloire.



51

Mais maintenant, dans la mesure où les livres de ces hommes ont peut-être échappé à votre attention, mais qu'ils ont été portés à notre connaissance, j'attire votre attention sur eux, afin que, pour votre réputation, vous puissiez expulser ces écrits du milieu de vous, comme une honte pour vous, puisque leur auteur se vante d'être un de vos collaborateurs. Car ils constituent une pierre d'achoppement pour beaucoup, qui reçoivent simplement et sans réserve, comme venant d'un presbytre, le blasphème qu'ils profèrent contre Dieu. Considérez seulement l'auteur de ces choses, comment par leur intermédiaire il ne blesse pas seulement les assistants [dans le service divin], qui se trouvent être préparés à l'esprit pour des blasphèmes contre Dieu, mais il nuit aussi à ceux d'entre nous, puisque par ses livres il imprègne leurs esprits de fausses doctrines concernant Dieu.



52

Les livres sacrés reconnaissent à l'égard du Christ que, comme Il est le Fils de l'homme, le même Etre n'est pas un [simple] homme ; et comme Il est chair, Il est aussi esprit, et la Parole de Dieu, et Dieu. De même qu'Il est né de Marie dans les derniers temps, de même Il est venu de Dieu comme le Premier-né de toute créature ; de même qu'Il a eu faim, de même Il a rassasié [les autres] ; de même qu'Il a eu soif, de même Il a fait boire les Juifs, car le Rocher était le Christ 1 Corinthiens 10:4 Lui-même : ainsi Jésus donne-t-il maintenant à Son peuple croyant le pouvoir de boire des eaux spirituelles, qui jaillissent à la vie éternelle. Jean 4:14 Et comme il était le fils de David, il était aussi le Seigneur de David. Et comme Il était d'Abraham, Il existait aussi avant Abraham. Jean 8:58 Et comme Il était le serviteur de Dieu, Il est le Fils de Dieu et le Seigneur de l'univers. Et comme on lui a craché dessus de façon ignominieuse, de même Il a insufflé le Saint-Esprit à Ses disciples. Jean 20:22 Et comme il a été attristé, il a aussi donné de la joie à son peuple. Et comme il était capable d'être manipulé et touché, de même, sous une forme non compréhensible, il est passé au milieu de ceux qui cherchaient à le blesser, Jean 8:59 et est entré sans entrave par des portes fermées. Jean 20:26 Et comme il dormait, il dominait aussi la mer, les vents et les tempêtes. Et comme il a souffert, il est vivant, il donne la vie, et il guérit toutes nos infirmités. Et comme Il est mort, Il est aussi la Résurrection des morts. Il a souffert la honte sur la terre, alors qu'Il est plus élevé que toute gloire et toute louange dans les cieux ; Lui qui, bien qu'il ait été crucifié par faiblesse, vit par la puissance divine ; 2 Corinthiens 13:4 qui est descendu dans les parties inférieures de la terre, et qui est monté au-dessus des cieux ; Ephésiens 4:9-10 pour qui une crèche a suffi, et qui a rempli toutes choses ; Lui qui était mort, et qui vit aux siècles des siècles. Amen.



53

En ce qui concerne le Christ, la loi, les prophètes et les évangélistes ont proclamé qu'il est né d'une vierge, qu'il a souffert sur une poutre de bois et qu'il est apparu d'entre les morts ; qu'il est aussi monté aux cieux, qu'il a été glorifié par le Père et qu'il est le Roi éternel ; qu'il est l'Intelligence parfaite, le Verbe de Dieu, qui a été engendré devant la lumière ; qu'il est le Fondateur de l'univers, avec lui (la lumière), et le Créateur de l'homme ; qu'il est Tout en tout : Patriarche parmi les patriarches ; Loi dans les lois ; Grand prêtre parmi les prêtres ; Chef parmi les rois ; Prophète parmi les prophètes ; Ange parmi les anges ; Homme parmi les hommes ; Fils dans le Père ; Dieu en Dieu ; Roi pour l'éternité. Car c'est Lui qui a navigué [dans l'arche] avec Noé, et qui a guidé Abraham ; qui a été lié avec Isaac, et qui était un vagabond avec Jacob ; le Pasteur de ceux qui sont sauvés, et l'Époux de l'Église ; le Chef des chérubins, le Prince des pouvoirs angéliques ; Dieu de Dieu ; Fils du Père ; Jésus-Christ ; Roi pour les siècles des siècles. Amen.



54

La loi, les prophètes et les évangélistes ont déclaré que le Christ est né d'une vierge et a souffert sur la croix, qu'il est aussi ressuscité des morts et enlevé au ciel, qu'il a été glorifié et qu'il règne à jamais. Il est lui-même appelé l'intellect parfait, la Parole de Dieu. Il est le Premier-né, d'une manière transcendante, le Créateur de l'homme ; Tout en tous ; Patriarche parmi les patriarches ; Loi dans la loi ; Prêtre parmi les prêtres ; parmi les rois Premier chef ; Prophète parmi les prophètes ; Ange parmi les anges ; l'Homme parmi les hommes ; Fils dans le Père ; Dieu en Dieu ; Roi pour l'éternité. Il a été vendu avec Joseph, et il a guidé Abraham ; il a été lié avec Isaac, et il a erré avec Jacob ; avec Moïse, il était le chef et, respectant le peuple, le législateur. Il a prêché dans les prophètes ; il s'est incarné dans une vierge ; il est né à Bethléem ; il a été reçu par Jean et baptisé dans le Jourdain ; il a été tenté dans le désert et s'est révélé être le Seigneur. Il a rassemblé les apôtres et prêché le royaume des cieux, il a donné la lumière aux aveugles et ressuscité les morts, il a été vu dans le temple, mais n'a pas été considéré par le peuple comme digne de crédit, il a été arrêté par les prêtres, conduit devant Hérode et condamné en présence de Pilate ; Il s'est manifesté dans le corps, a été suspendu à une poutre de bois et ressuscité des morts ; il a été montré aux apôtres et, ayant été porté au ciel, il est assis à la droite du Père et a été glorifié par lui comme la résurrection des morts. De plus, Il est le Salut des perdus, la Lumière pour ceux qui habitent dans les ténèbres, et la Rédemption pour ceux qui sont nés ; le Berger des sauvés, et l'Époux de l'Église ; le Chorégraphe des chérubins, le Chef de l'armée angélique ; le Dieu de Dieu ; Jésus-Christ notre Sauveur.



55

Alors s'approcha de lui la mère des enfants de Zébédée, avec ses fils, se prosternant devant lui et lui demandant quelque chose. Matthieu 20:20 Ces gens ne sont certainement pas dépourvus d'intelligence, et les paroles énoncées dans ce passage ne sont pas dénuées de sens : étant énoncées d'avance comme une préface, elles ont quelque accord avec les points précédemment exposés.

Puis ils s'approchèrent. Parfois, la vertu suscite notre admiration, non seulement en raison de l'étalage qui en est fait, mais aussi de l'occasion où elle s'est manifestée. Je pense, par exemple, au fruit prématuré du raisin, de la figue ou de tout autre fruit dont on n'attend pas la maturité ou le développement complet au cours de son processus de croissance ; Cependant, bien que quiconque puisse percevoir qu'il est encore quelque peu imparfait, il ne méprise pas pour autant le raisin immature lorsqu'il est cueilli, mais il le cueille avec plaisir comme s'il apparaissait tôt dans la saison ; il ne considère pas non plus si le raisin possède une douceur parfaite ; non, il éprouve immédiatement la satisfaction de penser que celui-ci est apparu avant les autres. De même que Dieu, lorsqu'il perçoit que les fidèles possèdent une sagesse encore imparfaite, et une faible foi, ignore leur défaut à cet égard, et ne les rejette donc pas ; non, mais au contraire, il les accueille avec bonté et les accepte comme des fruits prématurés, et il honore l'esprit, quel qu'il soit, qui est empreint de vertu, bien qu'il ne soit pas encore parfait. Il en tient compte, car il est l'un des précurseurs du millésime, et il l'estime beaucoup, car, étant plus disposé que les autres, il s'est en quelque sorte empêché de se bénir lui-même.

Abraham, Isaac et Jacob, nos pères, doivent donc être estimés avant tout, puisqu'ils nous ont effectivement donné des exemples de vertu aussi précoces. Combien de martyrs peuvent être comparés à Daniel ? Combien de martyrs, je le demande, peuvent rivaliser avec les trois jeunes de Babylone, bien que le souvenir du premier n'ait pas été porté devant nous de façon aussi évidente que celui du second ? C'étaient vraiment des prémices, et des indications de la fructification [réussie]. C'est pourquoi Dieu a ordonné que leur vie soit enregistrée, comme un modèle pour ceux qui devraient venir après.

Et que leur vertu soit ainsi acceptée par Dieu, comme les prémices du produit, entendez ce qu'Il a Lui-même déclaré : Comme un raisin, dit-il, j'ai trouvé Israël dans le désert, et comme des figues mûres vos pères. Osée 9:10 N'appelez donc pas la foi d'Abraham simplement bénie parce qu'il a cru. Souhaitez-vous regarder Abraham avec admiration ? Voyez donc comment ce seul homme a professé la piété alors que dans le monde six cents personnes ont été contaminées par l'erreur. Souhaitez-vous que Daniel vous emporte dans l'étonnement ? Voyez cette Babylone, fière dans la fleur et l'orgueil de l'impiété, et ses habitants complètement livrés au péché de toute sorte. Mais lui, sortant des profondeurs, crache la saumure des péchés et se réjouit de plonger dans les douces eaux de la piété. Et maintenant, de la même manière, en ce qui concerne cette mère des enfants de Zébédée, n'admirez pas seulement ce qu'elle a dit, mais aussi le moment où elle a prononcé ces paroles. Car quand s'est-elle approchée du Rédempteur ? Pas après la résurrection, ni après la prédication de Son nom, ni après l'établissement de Son royaume ; mais c'est lorsque le Seigneur a dit : Voici, nous montons à Jérusalem, et le Fils de l'homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils Le feront mourir, et le troisième jour Il ressuscitera. Matthieu 20:18-19

Ces choses que le Sauveur a racontées en référence à ses souffrances et à sa croix ; à ces personnes, il a prédit sa passion. Il n'a pas non plus caché le fait qu'elle devait être d'une nature des plus ignominieuses, aux mains des grands prêtres. Cette femme, cependant, avait attaché un autre sens à la dispensation de ses souffrances. Le Sauveur annonçait la mort, et elle demandait la gloire de l'immortalité. Le Seigneur affirmait qu'il devait être mis en accusation devant des juges impies ; mais elle, ne prenant pas note de ce jugement, demandait comme du juge : Accorde, dit-elle, que mes deux fils siègent, l'un à droite et l'autre à gauche, dans Ta gloire. Dans un cas, on parle de la passion, dans l'autre, on comprend le royaume. Le Sauveur parlait de la croix, tandis qu'elle avait en vue la gloire qui n'admet aucune souffrance. Cette femme, donc, comme je l'ai déjà dit, est digne de notre admiration, non seulement pour ce qu'elle a cherché, mais aussi pour l'occasion de sa demande.

Elle a effectivement souffert, non seulement en tant que personne pieuse, mais aussi en tant que femme. Car, ayant été instruite par Ses paroles, elle a considéré et cru qu'il arriverait que le royaume du Christ s'épanouisse dans la gloire, qu'il marche dans son immensité à travers le monde et qu'il soit accru par la prédication de la piété. Elle comprenait, comme c'était le cas, que Celui qui apparaissait sous une apparence humble avait tenu et reçu toutes les promesses. Je demanderai à une autre occasion, lorsque je viendrai traiter de cette humilité, si le Seigneur a rejeté sa demande concernant Son royaume. Mais elle pensait que la même confiance ne serait pas possédée par elle, alors qu'à l'apparition des anges, Il devrait être servi par les anges, et recevoir le service de toute l'armée céleste. Prenant donc le Sauveur à part dans un lieu de retraite, elle désirait ardemment de Lui ces choses qui transcendent toute nature humaine.