Méthode d'Olympe

DISCOURS SUR LE BANQUET DES DIX VIERGES OU LA CHASTETÉ VII

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

Chapitre 1. Quelle est la véritable et apparente manière de louer le Père plus grand que le Fils, non pas en substance, mais en ordre ; la virginité du lis ; les âmes fidèles et les vierges, l'unique épouse du Christ unique.



Il ne m'est pas permis de différer, ô Arete, après de tels discours, car je me confie sans aucun doute à la sagesse multiple de Dieu, qui donne richement et largement à qui il veut. Car les marins qui ont l'expérience de la mer déclarent que le même vent souffle sur tous ceux qui naviguent ; et que des personnes différentes, gérant leur route différemment, s'efforcent d'atteindre des ports différents. Certains ont un bon vent, d'autres en ont un mauvais, et pourtant tous deux accomplissent facilement leur voyage. Maintenant, de la même manière, l'Esprit compréhensif, saint, unique, respirant doucement des trésors du Père d'en haut, nous donnant à tous le bon vent clair de la connaissance, suffira à guider le cours de nos paroles sans offense. Et maintenant, il est temps pour moi de parler. C'est là, ô vierges, le seul mode de louange vrai et apparent, quand celui qui loue rend un témoignage meilleur que tous ceux qui sont loués. C'est pourquoi on peut apprendre avec certitude que la louange n'est pas donnée par faveur, ni par nécessité, ni par réputation, mais en accord avec la vérité et un jugement peu flatteur. C'est pourquoi les prophètes et les apôtres, qui ont parlé plus longuement du Fils de Dieu et qui lui ont attribué une divinité supérieure aux autres hommes, n'ont pas fait l'éloge de lui en se référant à l'enseignement des anges, mais à celui dont dépendent toute autorité et tout pouvoir. Car il convenait que celui qui est plus grand que toutes choses après le Père, ait pour témoin le Père, qui seul est plus grand que lui-même, Jean 14:28. C'est pourquoi je ne ferai pas l'éloge de la virginité à partir d'un simple rapport humain, mais de Celui qui prend soin de nous et qui s'est chargé de toute l'affaire, montrant qu'Il est le maître de cette grâce, l'amoureux de sa beauté et un témoin approprié. Et cela est très clair, dans le Cantique des Cantiques, pour quiconque veut le voir, là où le Christ lui-même, louant ceux qui sont fermement établis dans la virginité, dit : Cantique des Cantiques 2:2 Comme le lis parmi les épines, ainsi est mon amour parmi les filles ; comparant la grâce de la chasteté au lis, à cause de sa pureté et de son parfum, et de sa douceur et de sa joie. Car la chasteté est comme une fleur de printemps, qui exhale toujours doucement l'immortalité de ses pétales blancs. Il n'a donc pas honte d'avouer qu'il aime la beauté de sa primeur, dans les termes suivants : Cantique des Cantiques 4, 9-12 Tu as ravi mon cœur, ma sœur, mon épouse ; tu as ravi mon cœur d'un de tes yeux, d'une chaîne de ton cou. Que ton amour est juste, ma soeur, mon épouse ! Combien ton amour est meilleur que le vin ! Et l'odeur de tes onguents plus que toutes les épices ! Tes lèvres, ô mon époux, tombent comme un rayon de miel ; le miel et le lait sont sous ta langue ; et l'odeur de tes vêtements est comme l'odeur du Liban. Un jardin clos est ma sœur, mon épouse ; une source fermée, une fontaine scellée.

Ces louanges, le Christ les proclame à ceux qui sont arrivés aux limites de la virginité, en les décrivant tous sous le seul nom de son épouse ; car l'épouse doit être fiancée à l'Époux, et appelée par son nom. Et, de plus, elle doit être pure et non polluée, comme un jardin scellé, dans lequel toutes les odeurs du parfum du ciel ont poussé, afin que Christ seul vienne les cueillir, fleurissant avec des semences incorporelles. Car le Verbe n'aime aucune des choses de la chair, parce qu'il n'est pas de nature à se contenter de ce qui est corruptible, comme les mains, le visage ou les pieds ; mais il regarde et se réjouit de la beauté qui est immatérielle et spirituelle, sans toucher à la beauté du corps.




Chapitre 2. L'interprétation de ce passage des cantiques.



Considérez maintenant, ô vierges, qu'en disant à l'épouse : "Tu as ravi mon coeur, ma soeur, mon époux", il montre l'oeil clair de l'entendement, alors que l'homme intérieur l'a purifié et regarde plus clairement la vérité. Car il est clair pour chacun qu'il y a une double force de vue, celle de l'âme et celle du corps. Mais la Parole ne professe pas un amour pour celui du corps, mais seulement pour celui de l'intelligence, en disant : "Tu as ravi mon cœur d'un de tes yeux, d'une chaîne de ton cou ; ce qui signifie : Par la plus belle vue de ton esprit, tu as poussé mon cœur à l'amour, rayonnant de l'intérieur la beauté glorieuse de la chasteté. Or les chaînes du cou sont des colliers composés de diverses pierres précieuses ; et les âmes qui prennent soin du corps, mettent autour du cou extérieur de la chair cet ornement visible pour tromper ceux qui regardent ; mais ceux qui vivent chastement, par contre, se parent intérieurement d'ornements vraiment composés de diverses pierres précieuses, à savoir, de liberté, de magnanimité, de sagesse et d'amour, se souciant peu de ces décorations temporelles qui, comme des feuilles qui fleurissent pendant une heure, s'assèchent avec les changements du corps. Car il y a dans l'homme une double beauté, dont le Seigneur accepte ce qui est intérieur et immortel, en disant : "Tu as ravi mon cœur d'une seule chaîne de ton cou ; ce qui veut dire qu'il a été attiré par l'amour par la splendeur de l'homme intérieur qui brille dans sa gloire, comme le Psalmiste en témoigne aussi en disant : "La fille du Roi est toute glorieuse en son sein.




Chapitre 3. Les vierges étant des martyrs d'abord parmi les compagnons du Christ.



Que personne ne suppose que toute la compagnie restante de ceux qui ont cru soit condamnée, en pensant que nous qui sommes vierges, nous serons les seuls à être conduits à atteindre les promesses, sans comprendre qu'il y aura des tribus, des familles et des ordres, selon l'analogie de la foi de chacun. Et ce Paul, lui aussi, s'exprime en disant : 1 Corinthiens 15:41-42 Il y a une gloire du soleil, et une autre gloire de la lune, et une autre gloire des étoiles ; car une étoile diffère d'une autre étoile par sa gloire. Il en est de même pour la résurrection des morts. Et le Seigneur ne prétend pas rendre les mêmes honneurs à tous ; mais aux uns, il promet qu'ils seront comptés dans le royaume des cieux, aux autres l'héritage de la terre, et aux autres de voir le Père. Matthieu 5:3-16 Et ici aussi, il annonce que l'ordre et le saint chœur des vierges entreront d'abord en compagnie de lui dans le reste de la nouvelle dispensation, comme dans une chambre nuptiale. Car elles ont été martyres, non pas comme supportant les douleurs du corps pendant un petit moment, mais comme les supportant toute leur vie, ne reculant pas devant un véritable combat dans un concours olympien pour le prix de la chasteté ; mais résistant aux tourments féroces des plaisirs, des peurs et des peines, et aux autres maux de l'iniquité des hommes, elles emportent d'abord le prix, prenant leur place au rang supérieur de ceux qui reçoivent la promesse. Ce sont sans doute les âmes que le Verbe appelle seules son épouse choisie et sa sœur, mais le reste, ce sont les concubines, les vierges et les filles, qui parlent ainsi : Cantique des Cantiques 6:8-9 Il y a soixante reines et quatre-vingts concubines, et des vierges sans nombre. Ma colombe, ma souillure, n'est qu'une seule ; elle est la seule de sa mère, elle est l'élue de celle qui l'a enfantée ; les filles l'ont vue et l'ont bénie ; les reines et les concubines aussi, et elles l'ont louée. Car il y a manifestement beaucoup de filles de l'Église, une seule est l'élue et la plus précieuse à ses yeux avant tout, à savoir l'ordre des vierges.




Chapitre 4. Le passage expliqué ; Les reines, les âmes saintes avant le déluge ; Les concubines, les âmes des prophètes ; La semence divine pour la progéniture spirituelle dans les livres des prophètes ; Les noces de la parole dans les prophètes comme si elles étaient clandestines.



Or, si quelqu'un devait avoir un doute sur ces choses, dans la mesure où elles ne sont nulle part complètement achevées, et qu'il souhaite encore mieux en percevoir la signification spirituelle, à savoir ce que sont les reines, les concubines et les vierges, nous dirons que ces choses ont pu être dites à propos de ceux qui ont brillé par leur justice depuis le commencement et tout au long du progrès des temps ; comme de ceux qui étaient avant le déluge, et de ceux qui étaient après le déluge, et ainsi de suite de ceux qui sont après le Christ. L'Église est donc l'épouse. Les reines sont ces âmes royales avant le déluge, qui sont devenues bienveillantes pour Dieu, c'est-à-dire celles d'Abel, de Seth et d'Hénoch. Les concubines celles d'après le déluge, c'est-à-dire celles des prophètes, en qui, avant que l'Église ne soit fiancée au Seigneur, étant unie à elles à la manière des concubines, il a semé des paroles vraies dans une philosophie incorruptible et pure, afin que, concevant la foi, elles lui apportent l'Esprit de salut. Car c'est de tels fruits que naissent les âmes avec lesquelles le Christ a eu des rapports, fruits qui portent un renom toujours mémorable. Car si vous regardez les livres de Moïse, de David, de Salomon, d'Esaïe, ou des prophètes qui suivent, ô vierges, vous verrez quelle descendance ils ont laissée, pour le salut de la vie, de leurs rapports avec le Fils de Dieu. C'est pourquoi le Verbe a appelé avec une profonde perception les âmes des prophètes concubines, parce qu'Il ne les a pas épousées ouvertement, comme Il l'a fait pour l'Église, ayant tué pour elle le veau gras. Luc 15:23




Chapitre 5. Les soixante reines : Pourquoi soixante, et pourquoi des reines ; L'excellence des saints du premier âge.



En plus de ces questions, il y a aussi ceci à considérer, afin que rien ne nous échappe des choses qui sont nécessaires, pourquoi Il a dit que les reines étaient soixante, et les concubines quatre-vingt, et les vierges si nombreuses qu'elles ne sont pas comptées parmi leur multitude, mais l'épouse une. Et parlons d'abord des soixante. J'imagine qu'Il a nommé sous les soixante reines, celles qui avaient plu à Dieu depuis le premier fait d'homme à la suite de Noé, pour cette raison, puisque celles-ci n'avaient pas besoin de préceptes et de lois pour leur salut, la création du monde en six jours étant encore récente. Car ils se souvenaient qu'en six jours Dieu avait formé la création et les choses qui avaient été faites dans le paradis ; et comment l'homme, recevant l'ordre de ne pas toucher à l'arbre de la connaissance, s'était échoué, l'auteur du mal l'ayant égaré. Genèse 3:3 De là, il donna le nom symbolique de soixante reines à ces âmes qui, dès la création du monde, choisirent successivement Dieu comme objet de leur amour, et qui furent presque, pour ainsi dire, la progéniture du premier âge, et voisines du grand travail des six jours, dès leur naissance, comme je l'ai dit, immédiatement après les six jours. Car ceux-ci ont eu un grand honneur, en étant associés aux anges, et en voyant souvent Dieu se manifester visiblement, et non dans un rêve. Car considérez quelle confiance Seth avait envers Dieu, et Abel, et Énos, et Hénoc, et Mathusalem, et Noé, les premiers amoureux de la justice, et les premiers des premiers-nés qui sont écrits dans le ciel, Hébreux 11:23 étant considérés comme dignes du royaume, comme une sorte de prémices des plantes pour le salut, sortant comme des fruits prématurés pour Dieu. Et tant de choses peuvent suffire à leur sujet.




Chapitre 6. Les quatre-vingts concubines, quoi ; La connaissance de l'incarnation communiquée aux prophètes.



Il reste encore à parler des concubines. Pour ceux qui ont vécu après le déluge, la connaissance de Dieu était désormais plus éloignée, et ils avaient besoin d'autres instructions pour éloigner le mal, et pour être leur aide, puisque l'idolâtrie s'insinuait déjà. C'est pourquoi Dieu, afin que la race humaine ne soit pas entièrement détruite par l'oubli des choses qui sont bonnes, a ordonné à son propre Fils de révéler aux prophètes sa future apparition dans le monde par la chair, dans laquelle seront proclamées la joie et la connaissance du huitième jour spirituel, qui apportera la rémission des péchés et la résurrection, et qu'ainsi les passions et les corruptions des hommes seront circoncises. C'est pourquoi Il a appelé par le nom des quatre-vingts vierges la liste des prophètes d'Abraham, en raison de la dignité de la circoncision, qui englobe le nombre huit, selon lequel la loi est également encadrée ; car elles ont d'abord, avant que l'Eglise ne soit épousée à la Parole, reçu la semence divine, et ont prédit la circoncision du huitième jour spirituel.




Chapitre 7. Les vierges, les justes anciens ; l'Église, l'unique épouse, plus excellente que les autres.



Il appelle maintenant par le nom de vierges, qui appartiennent à une assemblée innombrable, ceux qui, étant inférieurs aux meilleurs, ont pratiqué la justice, et ont lutté contre le péché avec une énergie jeune et noble. Mais parmi ceux-ci, ni les reines, ni les concubines, ni les vierges, ne sont comparées à l'Église. Car au-delà de tout cela, elle est considérée comme la parfaite et l'élue, constituée et composée de tous les apôtres, l'Épouse qui surpasse tout dans la beauté de la jeunesse et de la virginité. C'est pourquoi, elle est aussi bénie et louée de tous, parce qu'elle a vu et entendu librement ce que ceux qui désiraient voir, même pour un peu de temps, ne voyaient pas, et entendaient, mais n'entendaient pas. Car heureux, dit notre Seigneur à ses disciples, Matthieu 13:16-17 sont vos yeux, car ils voient ; et vos oreilles, car elles entendent. Car, en vérité, je vous le dis, beaucoup de prophètes ont voulu voir ce que vous voyez, et ne l'ont pas vu, et entendre ce que vous entendez, et ne l'ont pas entendu. C'est pourquoi les prophètes les considèrent comme bénis et les admirent, parce que l'Église a été jugée digne de participer à ce qu'ils n'ont pas réussi à entendre ou à voir. Car il y a soixante reines, quatre-vingts concubines et des vierges sans nombre. Ma colombe, ma souillure, n'en est qu'une. Cantique des Cantiques 6:8-9




Chapitre 8. La nature humaine du Christ, son unique colombe.



Peut-on dire autrement que l'Epouse est la chair intacte du Seigneur, à cause de laquelle Il a quitté le Père et est descendu ici, et a été uni à lui, et, étant incarné, a habité en lui ? C'est pourquoi Il l'a appelée figurativement colombe, car cette créature est apprivoisée et domestique, et s'adapte facilement au mode de vie de l'homme. Car elle seule, pour ainsi dire, a été trouvée sans tache et sans souillure, et excellant en tout dans la gloire et la beauté de la justice, de sorte qu'aucun de ceux qui avaient le plus parfaitement plu à Dieu ne pouvait s'approcher d'elle dans une comparaison de vertu. C'est pourquoi elle fut jugée digne de participer au royaume du Fils unique, d'être fiancée et unie à Lui. Et dans le quarante-quatrième psaume, la reine qui, choisie parmi beaucoup, se tient à la droite de Dieu, revêtue de l'ornement doré de la vertu, dont le Roi a voulu la beauté, est, comme je l'ai dit, la chair pure et bénie, que le Verbe lui-même a portée dans les cieux, et présentée à la droite de Dieu, travaillée avec des couleurs variées, c'est-à-dire dans la poursuite de l'immortalité, qu'il appelle symboliquement franges d'or. Car ce vêtement est bigarré et tissé de diverses vertus, comme la chasteté, la prudence, la foi, l'amour, la patience et d'autres bonnes choses, qui, couvrant, comme elles le font, l'inconvenance de la chair, ornent l'homme d'un ornement d’or.




Chapitre 9. Les vierges immédiatement après la reine et son épouse.



De plus, nous devons examiner plus avant ce que l'Esprit nous délivre dans le reste du psaume, après l'intronisation de l'homme assumé par le Verbe à la droite du Père. Les vierges, dit-il, qui sont ses compagnes, porteront sa compagnie et vous seront amenées. Avec joie et allégresse, elles seront amenées et entreront dans le palais du roi. Ici, l'Esprit semble tout simplement louer la virginité, après, comme nous l'avons expliqué, l'Epouse du Seigneur, qui promet que les vierges s'approcheront du Tout-Puissant avec joie et allégresse, gardées et escortées par des anges. Car la gloire de la virginité est en vérité si belle et si désirable que, à côté de la Reine, que le Seigneur exalte et présente au Père dans une gloire sans péché, le chœur et l'ordre des vierges portent sa compagnie, affectée à une place secondaire à celle de l'Épouse. Que mes efforts pour te parler, ô Arete, de la chasteté, soient gravés sur un monument.


Et Procilla ayant ainsi parlé, Thekla dit : "C'est à mon tour, après elle, de continuer le concours ; et je me réjouis, car j'ai moi aussi la sagesse favorable des mots, en percevant que je suis, comme une harpe, intérieurement en accord, et prête à parler avec élégance et convenance.

Arete . Je salue volontiers ta disponibilité, ô Thekla, dans laquelle je me confie pour me donner un discours approprié, selon tes pouvoirs ; car tu ne cèderas à personne dans la philosophie et l'instruction universelles, instruite par Paul dans ce qu'il convient de dire de la doctrine évangélique et divine.