Méthode d'Olympe

DISCOURS SUR LE BANQUET DES DIX VIERGES OU LA CHASTETÉ IX

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

Chapitre 1. La chasteté, principale décoration du vrai tabernacle ; sept jours de fête des Tabernacles pour les Juifs : Ce qu'ils signent ; La somme de cette incertitude septennale ; Pas clair pour quiconque quand la consommation du monde sera ; Même maintenant la toile du monde est achevée.



Ô Arete, vous vous vantez auprès des amoureux de la virginité, je vous implore également de m'accorder votre aide, de peur que je ne manque de mots, le sujet ayant été si largement et diversement traité. C'est pourquoi je vous demande de m'excuser pour l'exordium et les présentations, de peur que, pendant que je retarde les embellissements qui leur conviennent, je ne m'éloigne du sujet : si glorieuse, si honorable et si renommée que soit la virginité.

Dieu, lorsqu'il a établi pour les vrais Israélites le rite légal de la vraie fête des tabernacles, a ordonné, dans le Lévitique, comment ils devaient garder et faire honneur à la fête ; surtout, en disant que chacun devait orner sa tente avec chasteté. J'ajouterai les paroles mêmes de l'Écriture, d'où, sans aucun doute, il sera montré combien cette ordonnance de virginité est agréable à Dieu, et acceptable pour Lui : Le quinzième jour du septième mois, quand vous aurez cueilli les fruits du pays, vous célébrerez une fête pour l'Eternel pendant sept jours : le premier jour sera un jour de repos, et le huitième jour sera un jour de sabbat. Le premier jour, tu prendras des rameaux d'arbres de qualité, des branches de palmiers, des rameaux d'arbres touffus et des saules du torrent, et tu te réjouiras sept jours devant l'Éternel, ton Dieu. Tu feras une fête en l'honneur de l'Éternel sept jours par an. Ce sera une loi perpétuelle dans vos générations ; vous la célébrerez au septième mois. Vous habiterez sous des tentes pendant sept jours ; tous les Israélites nés habiteront sous des tentes, afin que vos descendants sachent que j'ai fait habiter sous des tentes les enfants d'Israël, quand je les ai fait sortir d'Égypte : Je suis l'Éternel, ton Dieu. Lévitique 23:39-42


Ici, les Juifs, battant des ailes autour de la simple lettre de l'Écriture, comme des bourdons autour des feuilles d'herbes, mais pas autour des fleurs et des fruits comme l'abeille, croient pleinement que ces paroles et ces ordonnances ont été prononcées à propos d'un tel tabernacle qu'ils érigent ; comme si Dieu se réjouissait de ces ornements insignifiants qu'ils préparent et fabriquent à partir des arbres, sans percevoir la richesse des biens à venir ; alors que ces choses, étant comme des ombres aériennes et fantômes, annoncent la résurrection et l'érection de notre tabernacle qui était tombé sur la terre et qui, finalement, dans le septième millénaire, reprenant son aspect immortel, nous célébrerons la grande fête des vrais tabernacles dans la nouvelle et indissoluble création, les fruits de la terre ayant été recueillis, et les hommes n'engendrant plus et n'étant plus engendrés, mais Dieu se reposant des oeuvres de la création.


Car, puisqu'en six jours Dieu a fait les cieux et la terre, et qu'il a achevé le monde entier, et qu'il s'est reposé le septième jour de toutes les oeuvres qu'il avait faites, et qu'il a béni le septième jour et l'a sanctifié, Genèse 2:1 ainsi, par un chiffre au septième mois, lorsque les fruits de la terre auront été recueillis, il nous est commandé de célébrer la fête de l'Éternel, ce qui signifie que, lorsque ce monde sera achevé au septième millénaire, lorsque Dieu aura achevé le monde, il se réjouira en nous. Car, jusqu'à ce jour, toutes choses ont été créées par Sa volonté toute-puissante et Sa puissance inconcevable ; la terre donnant encore ses fruits, et les eaux étant rassemblées dans leurs réceptacles ; la lumière étant encore séparée des ténèbres, et le nombre des hommes n'étant pas encore complet ; le soleil se levant pour gouverner le jour, et la lune la nuit ; les quadrupèdes et les bêtes, et les reptiles surgissant de la terre, et les créatures ailées et les créatures qui nagent, de l'eau. Ensuite, lorsque les temps fixés seront accomplis, et que Dieu aura cessé de former cette création, au septième mois, le grand jour de la résurrection, il est ordonné que la fête de nos Tabernacles soit célébrée pour le Seigneur, dont les choses dites dans le Lévitique sont des symboles et des figures, choses que, en étudiant attentivement, nous devrions considérer la vérité nue elle-même, car Il dit : Un homme sage écoutera, et augmentera son savoir ; et un homme intelligent atteindra des conseils sages : pour comprendre un proverbe, et son interprétation ; les paroles des sages, et leurs sombres sentences. Proverbes 1:5-6


Qu'il soit donc honteux que les Juifs ne perçoivent pas les choses profondes des Ecritures, pensant que la loi et les prophètes ne contiennent rien d'autre que des choses extérieures ; car ils ont, pour les choses terrestres, une plus grande estime pour les richesses du monde que pour celles de l'âme. Car puisque les Ecritures sont ainsi divisées que certaines d'entre elles donnent la ressemblance des événements passés, d'autres une sorte de futur, les misérables, en revenant en arrière, traitent les figures du futur comme si elles étaient déjà des choses du passé. Comme dans le cas de l'immolation de l'Agneau, dont ils considèrent que le mystère n'est qu'un souvenir de la délivrance de leurs pères d'Égypte, lorsque, bien que les premiers-nés d'Égypte aient été frappés, ils ont eux-mêmes été préservés en marquant de leur sang les poteaux de leurs maisons. Ils ne comprennent pas non plus que c'est par là que se personnifie la mort du Christ, par le sang duquel les âmes sauvées et scellées seront préservées de la colère dans l'incendie du monde, tandis que les premiers-nés, les fils de Satan, seront détruits avec une destruction totale par les anges vengeurs, qui vénéreront le sceau du Sang imprimé sur les premiers.




Chapitre 2. Figure, Image, Vérité : Loi, Grâce, Gloire ; L'homme créé immortel : La mort apportée par le péché destructeur.



Et que ces choses soient dites à titre d'exemple, montrant que les Juifs sont merveilleusement tombés de l'espoir d'un bien futur, parce qu'ils considèrent les choses présentes comme étant seulement des signes de choses déjà accomplies ; alors qu'ils ne perçoivent pas que les figures représentent des images, et que les images sont les représentants de la vérité. Car la loi est bien la figure et l'ombre d'une image, c'est-à-dire de l'Évangile ; mais l'image, à savoir l'Évangile, est le représentant de la vérité elle-même. Car les hommes des temps anciens et la loi nous ont annoncé les caractéristiques de l'Église, et l'Église représente celles de la nouvelle dispensation qui est à venir. D'où nous, ayant reçu le Christ, en disant : Je suis la vérité, Jean 14, 16, nous savons que les ombres et les figures ont cessé ; et nous nous hâtons vers la vérité, en proclamant ses images glorieuses. Nous savons maintenant, en partie et pour ainsi dire à travers une vitre, 1 Corinthiens 13:12, car ce qui est parfait n'est pas encore venu à nous, à savoir le royaume des cieux et la résurrection, quand ce qui est en partie sera détruit. 1 Corinthiens 13:10 Car alors tous nos tabernacles seront solidement dressés, quand le corps se relèvera, avec des os de nouveau réunis et compactés avec la chair. Alors nous célébrerons véritablement pour le Seigneur un jour de fête joyeuse, où nous recevrons des tentes éternelles, où aucun ronflement ne périra ni ne sera dissous dans la poussière du tombeau. Or, notre tabernacle a d'abord été fixé dans un état immuable, mais il a été déplacé par la transgression et plié à la terre, Dieu mettant fin au péché par la mort, de peur que l'homme immortel, vivant en pécheur, et le péché vivant en lui, ne soient sujets à une malédiction éternelle. C'est pourquoi il est mort, bien qu'il n'ait pas été créé pour la mort ou la corruption, et que l'âme ait été séparée de la chair, afin que le péché périsse par la mort, ne pouvant vivre plus longtemps dans un seul mort. D'où le péché étant mort et détruit, je ressusciterai immortel ; et je loue Dieu qui par la mort libère ses fils de la mort, et je célèbre légalement en son honneur un jour de fête, en ornant mon tabernacle, c'est-à-dire ma chair, de bonnes œuvres, comme l'ont fait les cinq vierges avec les lampes à cinq lumières.




Chapitre 3. Comment chacun doit se préparer à la future résurrection.



Au premier jour de la résurrection, on m'examine si j'apporte les choses qui me sont commandées, si je suis paré d'œuvres vertueuses, si je suis éclipsé par les rameaux de la chasteté. Car la résurrection est l'érection du tabernacle. Je prends donc en considération, le premier jour des choses qui sont déposées, c'est-à-dire le jour où je dois être jugé, si j'ai orné mon tabernacle des choses prescrites, si ces choses se trouvent en ce jour qu'il nous est ordonné de préparer ici et d'offrir à Dieu. Mais venez, considérons ce qui suit.


Tu prendras le premier jour, dit-il, des rameaux d'arbres de qualité, des branches de palmiers, des rameaux d'arbres touffus, des saules (et l'arbre de la chasteté) du torrent, et tu te réjouiras devant le Seigneur ton Dieu. Les Juifs, incirconcis de cœur, pensent que le plus beau fruit du bois est le bois de cédrat, en raison de sa taille ; ils n'ont pas honte non plus de dire que le cèdre est adoré par Dieu, auquel tous les quadrupèdes de la terre ne suffiraient pas comme holocauste ou comme encens à brûler. Et d'ailleurs, ô poitrine dure, si le cédrat vous paraît beau, pourquoi pas la grenade, et d'autres fruits d'arbres, et parmi eux les pommes, qui surpassent de beaucoup le cédrat ? En effet, dans le Cantique des Cantiques, Cantique des Cantiques 4:13, Salomon ayant fait mention de tous ces fruits, ne passe en silence que le cédrat. Mais cela trompe les imprudents, car ils n'ont pas compris que l'arbre de vie Genèse 2:9 que le Paradis portait autrefois, l'Eglise l'a maintenant à nouveau produit pour tous, même le fruit mûr et agréable de la foi.


Ce fruit, il est nécessaire que nous l'apportions lorsque nous arrivons au tribunal du Christ, le premier jour de la fête ; car si nous en sommes privés, nous ne pourrons pas festoyer avec Dieu, ni participer, selon Jean, Apocalypse 20:6, à la première résurrection. Car l'arbre de vie, c'est la sagesse première engendrée de tous. Elle est un arbre de vie pour ceux qui la retiennent, dit le prophète ; Proverbes 3:18 et heureux tous ceux qui la retiennent. Un arbre planté au bord de l'eau, qui portera son fruit en temps voulu ; c'est-à-dire que l'instruction, la charité et la discrétion sont communiquées en temps voulu à ceux qui viennent aux eaux de la rédemption.


Celui qui n'a pas cru au Christ, ni compris qu'il est le premier principe et l'arbre de vie, puisqu'il ne peut montrer à Dieu son tabernacle orné du plus beau des fruits, comment célébrera-t-il la fête ? Comment se réjouira-t-il ? Désirez-vous connaître le bon fruit de l'arbre ? Considérez les paroles de notre Seigneur Jésus-Christ, comme elles sont agréables au-delà des enfants des hommes. Le bon fruit est venu de Moïse, c'est la Loi, mais pas aussi bon que l'Evangile. Car la Loi est une sorte de figure et d'ombre des choses à venir, mais l'Évangile est la vérité et la grâce de la vie. Agréable était le fruit des prophètes, mais pas aussi agréable que le fruit de l'immortalité qui est cueilli dans l’Évangile.




Chapitre 4. L'esprit plus clair lorsqu'il est purifié du péché ; Les ornements de l'esprit et l'ordre de la vertu ; La charité profonde et pleine ; La chasteté, dernier ornement de tous ; L'usage même du mariage pour être restreint.



Et tu prendras le premier jour les branches des arbres de bien, les branches des palmiers. Lévitique 23:40 Cela signifie l'exercice de la discipline divine, par laquelle l'esprit qui subjugue les passions est purifié et paré par le balayage et l'expulsion des péchés. Car il est nécessaire de venir purifié et paré à la fête, revêtu, comme par un décorateur, de la discipline et de l'exercice de la vertu. Car l'esprit, purifié par des exercices laborieux des pensées distrayantes qui l'obscurcissent, perçoit rapidement la vérité ; comme la veuve dans les évangiles Luc 15:8 a trouvé la pièce d'argent après avoir balayé la maison et chassé la saleté, c'est-à-dire les passions qui obscurcissent et embrouillent l'esprit, qui augmentent en nous de notre luxure et de notre insouciance.


Que celui donc qui veut venir à la fête des Tabernacles, pour être compté parmi les saints, se procure d'abord le bon fruit de la foi, puis des rameaux de palmier, c'est-à-dire une méditation attentive et l'étude des Écritures, ensuite les branches de la charité qui s'étendent loin et qui ont d'épaisses feuilles, qu'il nous commande de prendre après les rameaux de palmier ; la plupart appellent fort justement la charité des rameaux denses, parce qu'elle est toute épaisse et proche et très féconde, n'ayant rien de lièvre ni de vide, mais tout plein, aussi bien des branches que des troncs. Telle est la charité, n'ayant rien de vide ou d'infructueux. Car si je vends tous mes biens et que je donne aux pauvres, si je livre mon corps au feu, si j'ai une si grande foi que je peux enlever des montagnes, et si je n'ai pas la charité, je ne suis rien. La charité est donc l'arbre le plus épais et le plus fécond de tous, plein et abondant, abondant en grâces.


Après cela, que veut-il que nous prenions d'autre ? Des branches de saule ; par cette figure indiquant la justice, car le juste, selon le prophète, poussera comme l'herbe au milieu des eaux, comme les saules au bord des cours d'eau, fleurissant dans la parole. Enfin, pour couronner le tout, il est ordonné que la branche de l'arbre Agnos soit apportée pour décorer le Tabernacle, car c'est par son nom même l'arbre de la chasteté, dont se parent ceux qui sont déjà nommés. Que disparaissent maintenant les dévergondés qui, par amour du plaisir, rejettent la chasteté. Comment entreront-ils dans la fête avec le Christ, eux qui n'ont pas orné leur tabernacle de branches de chasteté, cet arbre divin et béni avec lequel tous ceux qui se hâtent d'aller à cette assemblée et à ce banquet nuptial devraient être engendrés, et qui leur couvrirait les reins ? Venez, belles vierges, considérez l'Ecriture elle-même et ses commandements, comment la parole divine a assumé la chasteté comme la couronne des vertus et des devoirs qui ont été mentionnés, montrant combien elle est devenue et est désirable pour la résurrection, et que sans elle personne n'obtiendra les promesses que nous, qui professons la virginité, cultivons suprêmement et offrons au Seigneur. Ils la possèdent aussi, eux qui vivent chastement avec leurs femmes, et qui, comme pour le tronc, cèdent ses humbles branches portant la chasteté, ne pouvant comme nous atteindre ses hautes et puissantes rameaux, ni même les toucher ; mais eux aussi n'offrent pas moins véritablement, quoique dans une moindre mesure, les branches de la chasteté. Mais ceux qui sont poussés par leurs convoitises, bien qu'ils ne commettent pas de fornication, et qui, même dans les choses qui sont permises avec une épouse légitime, par la chaleur d'une concupiscence insoumise, sont excessifs dans les étreintes, comment célébreront-ils la fête ? Comment se réjouiront-ils, eux qui n'ont pas orné leur tabernacle, c'est-à-dire leur chair, avec les rameaux des Agnos, et qui n'ont pas écouté ce qui a été dit, que ceux qui ont des femmes soient comme s'ils n'en avaient pas ? 1 Corinthiens 7:29




Chapitre 5. Le mystère des Tabernacles.



C'est pourquoi, par-dessus tout, je dis à ceux qui aiment les concours, et qui ont l'esprit fort, qu'ils doivent sans tarder honorer la chasteté, comme une chose des plus utiles et des plus glorieuses. Car dans la création nouvelle et indissoluble, celui qui ne sera pas trouvé décoré des rameaux de la chasteté n'obtiendra pas de repos, parce qu'il n'aura pas accompli le commandement de Dieu selon la loi, et il n'entrera pas dans la terre promise, parce qu'il n'aura pas célébré auparavant la fête des Tabernacles. Car seuls ceux qui ont célébré la fête des Tabernacles viennent en Terre Sainte, quittant les demeures appelées tabernacles, pour entrer dans le temple et la cité de Dieu, en avançant vers une joie plus grande et plus glorieuse, comme l'indiquent les types juifs. En effet, tout comme les Israélites, ayant quitté les frontières de l'Égypte, sont d'abord venus aux Tabernacles, et de là, étant repartis, sont entrés dans la terre promise, ainsi nous aussi. Car moi aussi, en partant de l'Égypte de cette vie, je suis arrivé le premier à la résurrection, qui est la vraie fête des Tabernacles, et là, ayant dressé mon tabernacle, orné des fruits de la vertu, le premier jour de la résurrection, qui est le jour du jugement, je célèbre avec le Christ le millénaire du repos, qui est appelé le septième jour, le vrai sabbat. De là, je suis un disciple de Jésus, qui est entré dans les cieux, Hébreux 4 : 14 comme eux aussi, après le reste de la fête des Tabernacles, sont entrés dans la louange de la promesse, viennent dans les cieux, ne continuant pas à rester dans les tabernacles - c'est-à-dire que mon corps ne reste pas comme il était avant, mais, après l'espace de mille ans, a changé d'une forme humaine et corruptible en une taille et une beauté angéliques, où enfin nous, les vierges, lorsque la fête de la résurrection sera consommée, nous passerons du lieu merveilleux du tabernacle à des choses plus grandes et meilleures, en montant dans la maison même de Dieu au-dessus des cieux, comme le dit le Psalmiste, à la voix de la louange et de l'action de grâces, parmi ceux qui gardent le jour saint. Moi, ô Arete, ma maîtresse, je t'offre en cadeau cette robe, parée selon mes capacités.


Euboulios . Je suis très ému, ô Grégoire, de constater en moi-même combien Domnina doit être angoissée par le caractère des discours, perplexe de cœur comme elle l'est, et à juste titre, craignant qu'elle ne soit à court de mots, et qu'elle ne parle plus faiblement que le reste des vierges, puisqu'elles ont parlé sur le sujet avec tant d'habileté et de variété. Si, par conséquent, elle était manifestement émue, venez compléter ceci aussi ; car je me demande si elle avait quelque chose à dire, étant la dernière à parler.


Gregorion . Theopatra m'a dit, Euboulios, qu'elle était très émue, mais qu'elle n'était pas perplexe à cause du manque de mots. Donc, après que Tusiane eut cessé, Arete la regarda et dit : "Viens, ma fille, fais aussi un discours, que notre banquet soit tout à fait complet. A cette Domnina, rougissant, et après un long délai, à peine levant les yeux, se leva pour prier, et se retourna, invoquant la Sagesse pour être son aide présente. Et lorsqu'elle eut prié, Théopâtre dit que soudain le courage lui vint, et qu'une certaine confiance divine la posséda, et elle dit : -