Méthode d'Olympe

DISCOURS SUR LE BANQUET DES DIX VIERGES OU LA CHASTETÉ III

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

Chapitre 1. Comparaison des passages de l'Écriture Sainte..




Il me semble, ô Théophile, que tu excelles dans l'action et dans la parole, et que tu es sans égal en matière de sagesse. Car nul ne pourra trouver à redire à ton discours, aussi litigieux et contradictoire soit-il. Pourtant, si tout le reste semble bien dit, une chose, mon ami, m'angoisse et me trouble, étant donné que cet homme sage et très spirituel - je veux dire Paul - ne se réfèrerait pas vainement au Christ et à l'Eglise : l'union du premier homme et de la première femme, si l'Ecriture ne signifiait rien de plus que ce qui est véhiculé par les simples mots et l'histoire ; Car si nous devons prendre l'Écriture comme une simple représentation se référant entièrement à l'union de l'homme et de la femme, pour quelle raison l'apôtre, rappelant ces choses et nous guidant, comme je le pense, dans la voie de l'Esprit, devrait-il allégoriser l'histoire d'Adam et Eve comme ayant une référence au Christ et à l'Église ? Car le passage de la Genèse se lit ainsi : Et Adam dit : Ceci est maintenant l'os de mes os et la chair de ma chair : elle sera appelée Femme, parce qu'elle a été prise de l'homme. C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils ne feront plus qu'une seule chair. Genèse 2:23-24 Mais l'apôtre qui considère ce passage, n'entend nullement, comme je l'ai dit, le prendre selon son sens purement naturel, comme se référant à l'union de l'homme et de la femme, comme vous le faites ; car vous, expliquant le passage dans un sens trop naturel, avez établi que l'Esprit ne parle que de la conception et des naissances ; que l'os pris des os a été fait d'un autre homme, et que les êtres vivants qui s'assemblent gonflent comme des arbres au moment de la conception. Mais lui, se référant plus spirituellement au passage au Christ, enseigne ainsi : Celui qui aime sa femme s'aime lui-même. Car jamais encore l'homme n'a haï sa propre chair, mais il la nourrit et la chérit, comme le Seigneur l'Église : car nous sommes membres de Son corps, de Sa chair et de Ses os. C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils ne feront plus qu'une seule chair. C'est un grand mystère : mais je parle du Christ et de l'Église.




Chapitre 2. Les digressions de l'apôtre Paul ; le caractère de sa doctrine : Rien de contradictoire ; La condamnation d'Origène, qui transforme à tort tout en allégorie.



Que cela ne vous dérange pas si, en discutant d'une catégorie de sujets, lui, c'est-à-dire Paul, passe dans une autre, de manière à donner l'impression de les mélanger, et d'importer des sujets étrangers au sujet considéré, en s'écartant de la question, comme c'est le cas maintenant par exemple. Pour renforcer, semble-t-il, le plus soigneusement possible l'argumentation en faveur de la chasteté, il prépare à l'avance le mode d'argumentation, en commençant par le mode de discours le plus persuasif. Car le caractère de son discours étant très varié, et agencé dans un but de preuve progressive, il commence doucement, mais s'enchaîne dans un style plus noble et plus magnifique. Et puis, passant à nouveau à ce qui est profond, il finit tantôt par ce qui est simple et facile, tantôt par ce qui est plus difficile et délicat ; et pourtant, n'introduisant rien d'étranger au sujet par ces changements, mais, les réunissant tous selon une certaine relation merveilleuse, il travaille à l'un la question qui lui est posée comme sujet. Il est donc nécessaire que je développe plus précisément le sens des arguments de l'apôtre, sans rien rejeter de ce qui a été dit auparavant. Car il me semble, ô Théophile, que tu as amplement et clairement discuté ces paroles de l'Écriture et que tu les as exposées telles qu'elles sont sans erreur. Car il est dangereux de mépriser totalement le sens littéral, comme on l'a dit, et surtout la Genèse, où sont énoncés les immuables décrets de Dieu pour la constitution de l'univers, en accord avec lesquels, même jusqu'à présent, le monde est parfaitement ordonné, de la plus belle manière selon une règle parfaite, jusqu'à ce que le Législateur lui-même, l'ayant réarrangé, voulant le réordonner, brise les premières lois de la nature par une nouvelle disposition. Mais, comme il ne convient pas de laisser la démonstration de l'argument sans examen - et, pour ainsi dire, sans reproche -, venons, pour ainsi dire, compléter notre paire, faire ressortir le sens analogique, en approfondissant l'Ecriture ; car il ne faut pas mépriser Paul quand il passe sur le sens littéral, et montre que les paroles s'étendent au Christ et à l'Eglise.



Chapitre 3. Comparaison instituée entre le premier et le deuxième Adam.


Et, tout d'abord, nous devons nous demander si Adam peut être comparé au Fils de Dieu, lorsqu'il a été trouvé dans la transgression de la Chute, et qu'il a entendu la phrase : "Tu es poussière, et tu retourneras à la poussière". Genèse 3:19 Car comment pourra-t-il être considéré comme le premier-né de toute créature, Colossiens 1:15 qui, après la création de la terre et du firmament, a été formé d'argile ? Et comment sera-t-il admis comme l'arbre de vie qui a été chassé pour sa transgression, Apocalypse 2:7, afin qu'il n'étende plus sa main et n'en mange plus, et qu'il ne vive plus jamais ? Genèse 3:22 Car il est nécessaire qu'une chose qui est semblable à toute autre chose, soit à bien des égards semblable et analogue à celle dont elle est la similitude, et n'ait pas sa constitution opposée et dissemblable. Car celui qui s'aventurerait à comparer l'inégalité au pair, ou l'harmonie à la discorde, ne serait pas considéré comme rationnel. Mais le pair devrait être comparé à ce qui est pair dans sa nature, bien qu'il ne le soit que dans une faible mesure ; et le blanc à ce qui est blanc dans sa nature, bien qu'il soit très petit, et ne devrait montrer que modérément la blancheur en raison de laquelle il est appelé blanc. Or, il est clair pour tous que ce qui est sans péché et incorruptible est égal, harmonieux et brillant comme la sagesse ; mais ce qui est mortel et pécheur est inégal et discordant, et rejeté comme coupable et sujet à condamnation.




Chapitre 4. Certaines choses ici sont difficiles et trop peu traitées, et apparemment pas assez élaborées selon la règle de la théologie.



Telles sont donc, à mon avis, les objections formulées par ceux qui, méprisant, semble-t-il, la sagesse de Paul, n'aiment pas la comparaison du premier homme avec le Christ. Considérons, en effet, la justesse avec laquelle Paul a comparé Adam au Christ, non seulement en considérant qu'il en était le type et l'image, mais aussi que le Christ lui-même est devenu la même chose, parce que le Verbe éternel est tombé sur lui. Car il convenait que le premier-né de Dieu, le premier rameau, le seul - engendré, même la sagesse de Dieu, soit uni à l'homme premier-né, et premier et premier-né de l'humanité, et s'incarne. Et ce fut le Christ, un homme rempli de la divinité pure et parfaite, et Dieu reçu dans l'homme. Car il était tout à fait approprié que le plus ancien des éons et le premier des archanges, lorsqu'il était sur le point de communier avec les hommes, habite le plus ancien et le premier des hommes, même Adam. Et ainsi, en rénovant ces choses qui étaient du commencement, et en les formant à nouveau de la Vierge par l'Esprit, Il cadre de la même façon qu'au commencement. Lorsque la terre était encore vierge et non cultivée, Dieu, prenant forme, en a formé la créature raisonnable sans semence.




Chapitre 5. Un passage de Jérémie examinée.



Et ici, je peux présenter le prophète Jérémie comme un témoin digne de confiance et lucide, qui parle ainsi : Je descendis donc à la maison du potier, et voici qu'il travaillait sur les roues. Et le vase qu'il avait fait en argile était abîmé dans la main du potier : il en fit donc un autre vase, comme il lui semblait bon de le faire. Jérémie 18:3-4 Car lorsqu'Adam, formé d'argile, était encore mou et humide, et non encore, comme un carreau, rendu dur et incorruptible, le péché l'a ruiné, s'écoulant et tombant sur lui comme de l'eau. C'est pourquoi Dieu, en l'humidifiant à nouveau et en formant à nouveau la même argile en son honneur, l'ayant d'abord durcie et fixée dans le sein de la Vierge, puis unie et mélangée au Verbe, l'a fait naître à la vie non plus molle et brisée ; de peur qu'en étant à nouveau submergée par des courants de corruption venus de l'extérieur, elle ne devienne molle et ne périsse, comme le Seigneur dans son enseignement le montre dans la parabole de la recherche des brebis ; où mon Seigneur dit à ceux qui sont là : Quel homme d'entre vous, ayant cent brebis, s'il en perd une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf dans le désert, et ne poursuit pas ce qui est perdu jusqu'à ce qu'il le retrouve ? Et quand il l'a retrouvée, il la met sur ses épaules en se réjouissant ; et quand il rentre chez lui, il réunit ses amis et ses voisins, en leur disant : Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé ma brebis qui était perdue.




Chapitre 6. Le nombre entier de moutons spirituels ; L'homme, un second chœur, après les anges, à la louange de Dieu ; La parabole de la brebis perdue expliquée.



Or, puisqu'Il était et est vraiment, étant au commencement avec Dieu, et étant Dieu, Jean 1:1 Il est le commandant en chef et le Berger des cieux, auquel toutes les créatures raisonnables obéissent et assistent, qui veille à l'ordre et au nombre des multitudes des anges bénis. Car c'est le nombre égal et parfait des créatures immortelles, divisées selon leurs races et leurs tribus, l'homme étant ici aussi pris dans le troupeau. Car l'homme a été créé sans corruption, afin d'honorer le roi et le créateur de toutes choses, répondant aux cris des anges mélodieux venus du ciel. Mais quand il arriva que, en transgressant le commandement (de Dieu), il subit une chute terrible et destructrice, étant ainsi réduit à un état de mort, pour cette raison le Seigneur dit qu'Il est venu du ciel dans la vie (humaine), quittant les rangs et les armées des anges. Car les montagnes s'expliquent par les cieux, et les quatre-vingt-dix-neuf brebis par les principautés et les pouvoirs que le Capitaine et le Berger ont laissés lorsqu'Il est descendu chercher le perdu. Car il restait à inclure l'homme dans ce catalogue et ce nombre, le Seigneur le soulevant et l'enveloppant, afin qu'il ne soit plus, comme je l'ai dit, débordé et englouti par les vagues de la tromperie. C'est dans ce but que le Verbe a pris la nature de l'homme, afin qu'après avoir vaincu le serpent, il détruise par lui-même la condamnation qui s'était formée en même temps que la ruine de l'homme. Car il convenait que le Malin ne soit vaincu que par celui qu'il avait trompé et qu'il se vantait de soumettre, car il n'était pas possible que le péché et la condamnation soient détruits, à moins que ce même homme pour qui il avait été dit : "Tu es poussière, et tu retourneras à la poussière" (Genèse 3) : 19 devrait être créé de nouveau, et annuler la sentence qui, à cause de lui, avait été prononcée contre tous, à savoir que, comme en Adam, tous meurent d'abord, de même en Christ, qui a assumé la nature et la position d'Adam, tous soient rendus vivants. 1 Corinthiens 15:22




Chapitre 7. Les œuvres du Christ, propres à Dieu et à l'homme, les œuvres de Celui qui est Un.



Et maintenant, il semble que nous en ayons presque assez dit sur le fait que l'homme est devenu l'organe et le vêtement de l'Unique, et sur ce qu'est celui qui est venu habiter en lui. Mais le fait qu'il n'y ait pas d'inégalité ou de discorde morale peut à nouveau être considéré brièvement dès le début. Car il parle bien celui qui dit que cela est en soi bon, juste et saint, par la participation duquel d'autres choses deviennent bonnes, et que la sagesse est en rapport avec Dieu, et que, d'autre part, le péché est impie et injuste et mauvais. Car la vie et la mort, la corruption et l'incorruptibilité, sont deux choses au plus haut degré opposées l'une à l'autre. Car la vie est une égalité morale, mais la corruption une inégalité ; et la droiture et la prudence une harmonie, mais l'injustice et la folie une discorde. Or, l'homme qui se trouve entre ces deux éléments n'est ni la justice elle-même, ni l'injustice ; mais, placé à mi-chemin entre l'incorruptibilité et la corruption, on dit que celui à qui il s'adresse participe à la nature de ce qui l'a saisi. Or, quand il s'incline vers la corruption, il devient corrompu et mortel, et quand il s'incline vers l'incorruptibilité, il devient incorruptible et immortel. Car, étant placé à mi-chemin entre l'arbre de vie et l'arbre de la connaissance du bien et du mal, du Fruit dont il a goûté, Genèse 2 : 9 il a été changé dans la nature de ce dernier, n'étant lui-même ni l'arbre de vie ni celui de la corruption ; mais ayant été montré comme mortel, de par sa participation et sa présence à la corruption, et, de nouveau, comme incorruptible et immortel par sa connexion et sa participation à la vie ; comme Paul l'a également enseigné, en disant : "La corruption n'hérite ni de l'incorruptibilité, ni de la vie de la mort", définissant à juste titre la corruption et la mort comme étant ce qui corrompt et tue, et non ce qui est corrompu et meurt ; et l'incorruptibilité et la vie comme étant ce qui donne la vie et l'immortalité, et non ce qui reçoit la vie et l'immortalité. Et ainsi l'homme n'est ni une discorde et une inégalité, ni une égalité et une harmonie. Mais quand il a reçu la discorde, qui est la transgression et le péché, il est devenu discordant et inconvenant ; mais quand il a reçu l'harmonie, c'est-à-dire la justice, il est devenu un organe harmonieux et convenable, afin que le Seigneur, l'Incorrupteur qui a vaincu la mort, puisse harmoniser la résurrection avec la chair, ne la laissant pas être à nouveau héritée par la corruption. Et sur ce point aussi, que ces déclarations suffisent.




Chapitre 8. Les os et la chair de la sagesse ; le côté duquel est formée l'Eve spirituelle, le Saint-Esprit ; la femme", la rencontre de secours d'Adam ; les vierges fiancées au Christ.



Car il a déjà été établi par aucun argument méprisable de l'Ecriture, que le premier homme peut être correctement référé au Christ lui-même, et n'est plus un type et une représentation et une image du Seul-engendré, mais est devenu en réalité la Sagesse et la Parole.

Car l'homme, ayant été composé, comme l'eau, de sagesse et de vie, est devenu identique à la même lumière intacte qui s'est déversée en lui. C'est pourquoi l'apôtre a directement renvoyé au Christ les paroles qui avaient été prononcées par Adam. Car c'est ainsi qu'il sera très certainement convenu que l'Eglise est formée de ses os et de sa chair ; et c'est pour cette raison que le Verbe, quittant son Père qui est aux cieux, est descendu pour s'unir à sa femme ; Ephésiens 5 : 31. Il s'est endormi pendant la transe de sa passion, et il a volontairement souffert la mort pour elle, afin de se présenter à lui-même l'Église glorieuse et irréprochable, après l'avoir purifiée par la cuve, Éphésiens 5 : 26-27 pour recevoir la semence spirituelle et bénie, qui est semée par Celui qui l'implante avec des murmures dans les profondeurs de l'esprit ; et qui est conçue et formée par l'Église, comme par une femme. afin de donner naissance et nourriture à la vertu. Car c'est ainsi aussi que le commandement, Augmenter et multiplier, Genèse 1 : 18 est dûment accompli, l'Église augmentant chaque jour en grandeur, en beauté et en multitude, par l'union et la communion du Verbe qui maintenant encore descend vers nous et tombe en transe par le mémorial de sa passion ; Car autrement l'Eglise ne pourrait concevoir les croyants et leur donner une nouvelle naissance par la cuve de la régénération, que si le Christ, se vidant pour eux, afin d'être contenu par eux, comme je l'ai dit, par la récapitulation de sa passion, devait mourir à nouveau, en descendant du ciel, et en s'unissant à son épouse, l'Église, devrait prévoir qu'une certaine puissance soit prise de son propre côté, afin que tous ceux qui sont édifiés en lui grandissent, même ceux qui sont nés de nouveau au bord de la cuve, recevant de ses os et de sa chair, c'est-à-dire de sa sainteté et de sa gloire. Car celui qui dit que les os et la chair de la Sagesse sont l'intelligence et la vertu, le dit très justement ; et que le côté est l'Esprit de vérité, le Paraclet, dont les illuminés qui le reçoivent sont bien nés de nouveau à l'incorruptibilité. Car il est impossible à quiconque de participer à l'Esprit Saint et d'être choisi comme membre du Christ, à moins que la Parole ne soit d'abord descendue sur lui et ne soit tombée en transe, afin que, rempli de l'Esprit et se relevant du sommeil avec celui qui a été endormi à cause de lui, il puisse recevoir le renouveau et la restauration. Car il peut être appelé à juste titre le côté de la Parole, le septuple Esprit de vérité, selon le prophète ; Esaïe 11:2 dont Dieu prenant, dans la transe du Christ, c'est-à-dire après son incarnation et sa passion, prépare une aide pour Lui Genèse 2:18 - je veux dire les âmes qui sont fiancées et données en mariage à Lui. Car il est fréquent que les Écritures appellent ainsi l'assemblée et la masse des croyants par le nom de l'Église, plus leur progression est parfaite, plus ils sont amenés à être l'unique personne et corps de l'Église. Car ceux qui sont les meilleurs, et qui embrassent plus clairement la vérité, étant délivrés des maux de la chair, deviennent, en raison de leur parfaite purification et de leur foi, une église et une aide du Christ, fiancée et donnée en mariage à Lui comme une vierge, selon l'apôtre, 2 Corinthiens 11:12 afin de recevoir la semence pure et authentique de Sa doctrine, ils peuvent coopérer avec Lui, aidant à prêcher pour le salut des autres. Et ceux qui sont encore imparfaits et qui commencent leurs leçons, naissent pour le salut, et sont façonnés, comme par des mères, par ceux qui sont plus parfaits, jusqu'à ce qu'ils soient mis au monde et régénérés à la grandeur et à la beauté de la vertu ; et ainsi ceux-ci, à leur tour, progressant, étant devenus une église, aident à travailler pour la naissance et l'éducation d'autres enfants, accomplissant dans le réceptacle de l'âme, comme dans un ventre, la volonté irréprochable de la Parole.




Chapitre 9. La dispense de grâce dans l'Apôtre Paul.



Nous devrions maintenant considérer le cas du célèbre Paul, qui, alors qu'il n'était pas encore parfait en Christ, est né et a été allaité, Ananias lui prêchant et le renouvelant par le baptême, comme le raconte l'histoire dans les Actes. Mais lorsqu'il est devenu un homme, qu'il a été édifié, puis modelé jusqu'à la perfection spirituelle, il est devenu l'aide et l'épouse de la Parole ; et en recevant et en concevant les semences de vie, celui qui était avant l'enfant devient une église et une mère, travaillant lui-même à la naissance de ceux qui, par lui, ont cru dans le Seigneur, jusqu'à ce que le Christ soit formé et né en eux aussi. Car il dit : Mes petits enfants, dont je travaille encore à la naissance jusqu'à ce que le Christ soit formé en vous ; Galates 4:19 et encore : En Jésus-Christ, je vous ai engendrés par l'Évangile. 1 Corinthiens 4:15

Il est donc évident que la déclaration concernant Ève et Adam doit se référer à l'Église et au Christ. Car c'est vraiment un grand mystère et un surnaturel, dont je suis incapable, du fait de ma faiblesse et de ma monotonie, de parler, selon sa valeur et sa grandeur. Néanmoins, essayons de le faire. Il reste que je vous parle de ce qui suit, et de sa signification.




Chapitre 10. La doctrine du même apôtre concernant la pureté.



Or, Paul, en convoquant tous les hommes à la sanctification et à la pureté, renvoyait ainsi à ce qui avait été dit au sujet du premier homme et d'Eve dans un sens secondaire par rapport au Christ et à l'Eglise, afin de faire taire les ignorants, désormais privés de toute excuse. Car les hommes qui sont incontinents par suite des pulsions incontrôlées de la sensualité en eux, osent forcer les Ecritures au-delà de leur vrai sens, de manière à tordre en défense de leur incontinence le dicton : Augmente et multiplie ; Genèse 2:18 et l'autre : C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère ; Genèse 2 : 24 et ils n'ont pas honte d'aller à l'encontre de l'Esprit, mais, comme s'ils étaient nés dans ce but, ils allument la passion qui couve et qui se cache, l'attisent et la provoquent ; et c'est pourquoi, coupant très net ces folies malhonnêtes et inventant des excuses, il est arrivé au sujet de leur apprendre comment les hommes doivent se comporter avec leurs femmes, montrant que cela doit être comme le Christ a fait pour l'Église, qui s'est donné pour elle, afin de la sanctifier et de la purifier par le lavage de l'eau par la Parole, il s'est référé à la Genèse, en mentionnant les choses dites sur le premier homme, et en expliquant que ces choses avaient un rapport avec le sujet qui lui était soumis, afin d'éviter l'abus de ces passages par ceux qui enseignaient la satisfaction sensuelle du corps, sous prétexte d'engendrer des enfants.




Chapitre 11. Le même argument.



Car considérez, ô vierges, comment lui, désirant de toutes ses forces que les croyants en Christ soient chastes, s'efforce par de nombreux arguments de leur montrer la dignité de la chasteté, comme lorsqu'il dit : "Maintenant, concernant les choses que vous m'avez écrites : Il est bon qu'un homme ne touche pas à une femme, montrant ainsi déjà très clairement qu'il est bon de ne pas toucher une femme, la couchant et la mettant en avant sans condition. Mais par la suite, conscient de la faiblesse du moindre continent, et de leur passion pour les rapports sexuels, il a permis à ceux qui sont incapables de gouverner la chair de se servir de leurs propres femmes, plutôt que, transgressant honteusement, de se livrer à la fornication. Puis, après avoir donné cette permission, il ajouta immédiatement ces mots, 1 Corinthiens 7:5 que Satan ne vous tente pas pour votre incontinence ; ce qui signifie que si vous, tels que vous êtes, ne pouvez, à cause de l'incontinence et de la mollesse de vos corps, être parfaitement continentaux, je vous permettrai plutôt d'avoir des rapports sexuels avec vos propres femmes, de peur que, professant une parfaite continence, vous ne soyez constamment tentés par le malin, et que vous ne soyez enflammés de convoitise pour les femmes des autres hommes.




Chapitre 12. Paul, un exemple pour les veuves et pour ceux qui ne vivent pas avec leur femmes.



Allons, maintenant, examiner plus attentivement les paroles mêmes qui sont devant nous, et constatons que l'apôtre n'a pas accordé ces choses sans condition à tous, mais a d'abord exposé la raison pour laquelle il a été conduit à cela. En effet, après avoir exposé qu'il est bon pour un homme de ne pas toucher une femme, il ajouta aussitôt : "Cependant, pour éviter la fornication, que chacun ait sa propre femme 1 Corinthiens 7:2 - c'est-à-dire à cause de la fornication qui résulterait de ton incapacité à retenir ta volupté - et que chaque femme ait son propre mari. Que le mari rende à la femme la bienveillance qui lui est due ; et de même la femme au mari. La femme n'a pas de pouvoir de son propre corps, mais le mari ; et de même le mari n'a pas de pouvoir de son propre corps, mais la femme. Ne vous escroquez pas l'un l'autre, à moins que ce ne soit avec le consentement d'un temps, afin que vous vous donniez à la prière ; et réunissez-vous de nouveau, afin que Satan ne vous tente pas pour votre incontinence. Mais je parle de cela par permission, et non par commandement. 1 Corinthiens 7:2-6 Et ceci est très soigneusement examiné. Il dit par permission, montrant qu'il donnait des conseils, et non des ordres ; car il reçoit des ordres concernant la chasteté et le fait de ne pas toucher une femme, mais une permission concernant ceux qui sont incapables, comme je l'ai dit, de chasser leurs appétits. Ces choses, donc, il les établit concernant les hommes et les femmes qui sont mariés à un seul conjoint, ou qui le seront par la suite ; mais nous devons maintenant examiner attentivement le langage de l'apôtre concernant les hommes qui ont perdu leurs femmes, et les femmes qui ont perdu leurs maris, et ce qu'il déclare à ce sujet.

Je dis donc, poursuit-il, 1 Corinthiens 7:8-9 aux célibataires et aux veuves : Il est bon pour eux qu'ils demeurent comme moi. Mais s'ils ne peuvent se contenir, qu'ils se marient ; car il vaut mieux se marier que de brûler. Là encore, il s'obstine à privilégier la continence. Car, se prenant lui-même comme exemple notable, afin de les inciter à l'émulation, il a défié ses auditeurs à cet état de vie, enseignant qu'il valait mieux qu'un homme qui avait été lié à une seule femme reste désormais célibataire, comme le mensonge aussi. Mais si, par contre, cela devait poser problème à quelqu'un, en raison de la force de la passion animale, il permet que celui qui est dans une telle condition puisse, par permission, contracter un second mariage ; non pas comme s'il exprimait l'opinion qu'un second mariage était en soi un déluge, mais en le jugeant mieux que le feu. Comme si, dans le jeûne qui prépare la célébration de Pâques, on devait offrir de la nourriture à un autre qui était dangereusement malade, et dire : "En vérité, mon ami, il était convenable et bon que tu tiennes courageusement comme nous, et que tu participes aux mêmes choses, car il est interdit de penser même à la nourriture aujourd'hui ; Mais comme tu es affaibli par la maladie et que tu ne peux pas la supporter, "par permission", nous te conseillons de manger, de peur que, ne pouvant pas, par maladie, résister au désir de nourriture, tu ne périsses. C'est ainsi que l'apôtre parle ici, disant d'abord qu'il souhaitait que tous soient sains et continentaux, comme lui aussi, mais autorisant ensuite un second mariage à ceux qui sont accablés par la maladie des passions, de peur qu'ils ne soient entièrement souillés par la fornication, poussés par les démangeaisons des organes de la génération à des rapports de promiscuité, considérant qu'un tel second mariage est de loin préférable à la brûlure et à l'indécence.




Chapitre 13. La doctrine de Paul concernant la virginité expliquée.



J'ai maintenant terminé ce que j'avais à dire sur la continence, le mariage et la chasteté, les rapports avec les hommes, et sur ce qui, parmi ces derniers, contribue au progrès de la justice ; mais il reste à parler de la virginité - si, en effet, quelque chose est prescrit à ce sujet. Traitons donc aussi de ce sujet, car il en est ainsi : 1 Corinthiens 7:25-28 Or, en ce qui concerne les vierges, je n'ai pas de commandement du Seigneur ; mais je donne mon jugement, comme celui qui a obtenu du Seigneur la miséricorde pour être fidèle. Je suppose donc que cela est bon pour la détresse actuelle ; je dis, qu'il est bon pour un homme d'être ainsi. Es-tu lié à une femme ? Ne cherchez pas à en être délié. Es-tu libéré d'une femme ? Ne cherche pas de femme. Mais si tu te maries, tu n'as pas péché ; et si une vierge se marie, elle n'a pas péché. Mais ceux-là auront des difficultés dans la chair ; mais moi, je vous épargne. Ayant donné son avis avec une grande prudence en ce qui concerne la virginité, et étant sur le point de conseiller à celui qui le désire de donner sa vierge en mariage, afin qu'aucune de ces choses qui conduisent à la sanctification ne soit par nécessité et par contrainte, mais selon le libre dessein de l'âme. car cela est agréable à Dieu, il ne veut pas que ces choses soient dites comme par autorité, et comme la pensée du Seigneur, en ce qui concerne le don d'une vierge en mariage ; car après avoir dit, 1 Corinthiens 7:28 si une vierge se marie, elle n'a pas péché, immédiatement après, avec la plus grande prudence, il a modifié sa déclaration, montrant qu'il avait conseillé ces choses par permission humaine, et non par divin. Ainsi, aussitôt après avoir dit : "Si une vierge se marie, elle n'a pas péché", il ajouta : "Ceux-là auront des ennuis dans la chair ; mais moi, je vous épargne. 1 Corinthiens 7:28 par lequel il entend : Je vous épargne, vous qui avez consenti à ces choses, parce que vous avez choisi d'y penser ainsi, afin que je ne paraisse pas vous presser par la violence, et n'obliger personne à cela. Mais s'il vous plaît, à vous qui trouvez la chasteté difficile à supporter, de vous tourner plutôt vers le mariage, je considère qu'il vous est profitable de vous contenir dans la satisfaction de la chair, en ne faisant pas de votre mariage une occasion d'abuser de vos propres vases pour vous souiller. Puis il ajoute : "Mais cela, je le dis, mes frères, le temps est court : il reste, que les deux qui ont des femmes soient comme s'ils n'en avaient pas. Et de nouveau, continuant et les défiant aux mêmes choses, il confirma sa déclaration, soutenant puissamment l'état de virginité, et ajoutant expressément les mots suivants à ceux qu'il avait prononcés auparavant, il s'exclama : 1 Corinthiens 7:32-34 Je vous veux sans ménagement. Celui qui n'est pas marié s'occupe des choses qui appartiennent au Seigneur ; mais celui qui est marié s'occupe des choses du monde, de la manière dont il peut plaire à sa femme. Il y a aussi une différence entre une femme et une vierge. La femme non mariée prend soin des choses du Seigneur, afin d'être sainte de corps et d'esprit ; mais la femme mariée prend soin des choses du monde, afin de plaire à son mari. Il est maintenant clair pour tous, sans aucun doute, que prendre soin des choses du Seigneur et plaire à Dieu, c'est bien mieux que de prendre soin des choses du monde et plaire à sa femme. Car qui est là, insensé et aveugle, au point de ne pas percevoir dans cette déclaration la louange supérieure que Paul accorde à la chasteté ? Et ceci, dit-il, 1 Corinthiens 7:35 Je parle pour votre bien, non pour vous tendre un piège, mais pour ce qui est convenable.




Chapitre 14. La virginité, un don de Dieu : le but de la virginité n'est pas d'être adoptée à la hâte par quiconque.



Considérez d'ailleurs comment, en plus des mots déjà cités, il loue l'état de virginité comme un don de Dieu. C'est pourquoi il rejette ceux des plus incontinents qui, sous l'influence d'une vaine gloire, s'avanceraient vers cet état, leur conseillant de se marier, de peur qu'à leur époque de force virile, la chair n'attise les désirs et les passions, et qu'ils ne soient poussés à souiller l'âme. Car considérons ce qu'il prescrit : Mais si quelqu'un pense qu'il se comporte de manière inconvenante envers sa vierge, il dit : "Si elle passe la fleur de son âge, et que le besoin s'en fasse sentir, qu'il fasse ce qu'il veut, il ne pèche pas : qu'il se marie ; à juste titre ici, préférant le mariage à l'inconvenance, dans le cas de ceux qui avaient choisi l'état de virginité, mais le trouvant ensuite intolérable et douloureux, et se vantant en paroles de leur persévérance devant les hommes, par honte, mais n'ayant en effet plus le pouvoir de persévérer dans la vie d'un eunuque. Mais pour celui qui, de son propre gré et dans un but précis, décide de préserver sa chair dans la pureté virginale, n'ayant aucune nécessité, 1 Corinthiens 7:37 c'est-à-dire la passion qui appelle ses reins à la relation sexuelle, car il y a, semble-t-il, des différences dans les corps des hommes ; tel est celui qui lutte et lutte, et qui respecte avec zèle sa profession. et l'accomplit admirablement, il exhorte à la respecter et à la préserver, en accordant la plus haute récompense à la virginité. Car celui qui est capable, dit-il, et qui a l'ambition de préserver la pureté de sa chair, fait mieux ; mais celui qui est incapable, et qui contracte légalement le mariage, et qui ne se livre pas à la corruption secrète, fait bien. Et maintenant, on en a assez dit sur ces sujets.

Que celui qui le veut prenne en main l'Epître aux Corinthiens et, en examinant tous ses passages un par un, considère ensuite ce que nous avons dit, en les comparant entre eux, pour voir s'il n'y a pas une harmonie et un accord parfaits entre eux. Ces choses, selon mon pouvoir, ô Arete, je vous les offre comme ma contribution sur le sujet de la chasteté.

Euboulios . À travers bien des choses, ô Grégoire, elle n'a guère abordé le sujet, ayant mesuré et traversé un puissant océan de paroles.

Gregorion . C'est ce qu'il semble ; mais venez, je dois mentionner le reste de ce qui a été dit dans l'ordre, en le parcourant et en le répétant, tandis que je semble en avoir le son qui habite mes oreilles, avant qu'il ne s'envole et ne s'échappe ; car le souvenir des choses entendues dernièrement s'efface facilement chez les personnes âgées.

Euboulios . Parle, alors, car nous avons le plaisir d'entendre ces discours.

Gregorion . Et puis, après que, comme tu l'as observé, Thaléia soit descendue de son cours lisse et ininterrompu vers la terre, Théopâtre, dit-elle, la suivit dans l'ordre et parla ainsi