Origène

COMMENTAIRE SUR L'EVANGILE DE JEAN : LIVRE V

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

Extrait de la préface


Vous ne vous contentez pas de remplir la fonction, lorsque je suis présent avec vous, de maître d'œuvre pour me conduire au travail de théologie ; même lorsque je suis absent, vous exigez que je passe la plus grande partie de mon temps avec vous et sur la tâche que je dois faire pour vous. Pour ma part, je suis enclin à me retirer du travail et à éviter ce danger qui menace de Dieu ceux qui se donnent à l'écriture sur la divinité ; ainsi, je me réfugierais dans l'Écriture en m'abstenant de faire beaucoup de livres. Car Salomon dit dans l'Ecclésiaste : "Mon fils, garde-toi de faire beaucoup de livres ; il n'y a pas de fin à cela, et beaucoup d'étude est une lassitude de la chair. Car nous, si ce n'est que le texte a un sens caché que nous ne percevons pas encore, nous avons directement transgressé l'injonction, nous ne nous sommes pas gardés de faire beaucoup de livres.



[Puis, après avoir dit que cette discussion de quelques phrases de l'Evangile s'est étendue sur quatre volumes, il poursuit :]



2. Comment l'Écriture nous met en garde contre le fait de faire beaucoup de livres.


Car, à en juger par les mots de la phrase "Mon fils, garde-toi de faire beaucoup de livres", deux choses semblent en être la conséquence : d'abord, que nous ne devons pas posséder beaucoup de livres, et ensuite que nous ne devons pas en composer beaucoup. Si le premier n'est pas le sens, le second doit l'être, et si le second est le sens, le premier ne suit pas nécessairement. Dans les deux cas, il semble qu'on nous dise que nous ne devons pas faire beaucoup de livres. Je pourrais prendre position sur ce dicton qui nous confronte maintenant, et vous envoyer le texte comme excuse, et je pourrais faire appel au fait que même les saints n'ont pas trouvé le loisir de composer beaucoup de livres ; et ainsi je pourrais me désister du marché que nous avons fait entre nous, et renoncer à écrire ce que je devais vous envoyer. Vous, de votre côté, ressentiriez sans doute la force du texte que j'ai cité, et pourriez, pour l'avenir, m'en excuser. Mais nous devons traiter l'Écriture avec conscience, et ne pas nous féliciter parce que nous voyons le sens premier d'un texte, que nous le comprenons tout à fait. Je n'hésite donc pas à présenter l'excuse que je pense être en mesure de me donner, et à faire valoir les arguments, que vous utiliseriez certainement contre moi, si j'agissais contrairement à notre accord. Et tout d'abord, l'Histoire Sacrée semble être d'accord avec le texte en question, dans la mesure où aucun des saints n'a composé plusieurs ouvrages, ou n'a exposé ses vues dans un certain nombre de livres. J'aborderai ce point : lorsque je procéderai à l'écriture de plusieurs livres, le critique me rappellera que même un livre tel que celui de Moïse n'a laissé derrière lui que cinq livres.



3. Les apôtres ont peu écrit.


Mais celui qui a été rendu apte à être un ministre de la Nouvelle Alliance, non de la lettre, mais de l'esprit, Paul, qui a accompli l'Evangile depuis Jérusalem jusqu'à l'Illyrie, Romains 15:19 n'a pas écrit d'épîtres à toutes les églises qu'il a enseignées, et à ceux à qui il a écrit il n'a envoyé que quelques lignes. Et Pierre, sur lequel est bâtie l'Église du Christ, contre laquelle les portes de l'enfer ne prévaudront pas Matthieu 16:18 n'a laissé qu'une seule épître d'une authenticité reconnue. Supposons qu'il en ait laissé une seconde, car cela est douteux. Que dire de celui qui s'est appuyé sur la poitrine de Jésus, à savoir Jean, qui a laissé un seul Évangile, tout en confessant qu'il pouvait en faire tant que le monde ne les contiendrait pas ? Mais il a aussi écrit l'Apocalypse, en recevant l'ordre de se taire et de ne pas écrire les voix des sept tonnerres. Apocalypse 10:4 Mais il a également laissé une épître de très peu de lignes. Supposons aussi une deuxième et une troisième, puisque toutes ne les déclarent pas authentiques ; mais les deux ensemble ne représentent pas cent lignes.



[Puis, après avoir énuméré les prophètes et les apôtres, et montré comment chacun d'eux n'a écrit qu'un peu, ou même pas du tout, il continue :]


4

Je me sens étourdi par tout cela et je me demande si, en vous obéissant, je n'ai pas obéi à Dieu, ni marché sur les traces des saints, à moins que mon trop grand amour pour vous, et mon refus de vous faire souffrir, ne m'ait égaré et ne m'ait fait penser à toutes ces excuses. Nous sommes partis des paroles du prédicateur, où il dit Mon fils, garde-toi de faire beaucoup de livres. Je compare avec cela une parole des Proverbes du même Salomon : "Dans la multitude des paroles, tu n'échapperas pas au péché ; mais en épargnant tes lèvres, tu seras sage. Je demande ici si le fait de prononcer beaucoup de mots, quels qu'ils soient, constitue une multitude de mots (au sens du prédicateur), même si les nombreuses paroles que prononce un homme sont sacrées et liées au salut. Si tel est le cas, et si celui qui utilise beaucoup de paroles salutaires est coupable d'une multitude de paroles, alors Salomon lui-même n'a pas échappé à ce péché, car il a prononcé 1 Rois 4:32 trois mille proverbes et cinq mille cantiques, et il a parlé des arbres depuis le cèdre qui est au Liban jusqu'à l'hysope qui jaillit de la muraille, il a aussi parlé des bêtes et des oiseaux, des reptiles et des poissons. Comment, je me permets de le demander, peut-on donner un cours quelconque, sans une multitude de mots, en utilisant l'expression dans son sens le plus simple ? La Sagesse elle-même ne dit-elle pas à ceux qui périssent : Proverbes 1:24 J'ai étendu mes paroles, et vous n'avez pas écouté ? Ne trouvons-nous pas aussi Paul, étendant son discours du matin à minuit, Actes 20:7-9, lorsqu'Eutychus fut endormi et tomba, au grand désarroi des auditeurs, qui pensaient qu'il avait été tué ? Si donc les paroles sont vraies : "En parlant beaucoup, vous n'échapperez pas au péché", et si Salomon n'était pas encore coupable d'un grand péché lorsqu'il a parlé des sujets mentionnés ci-dessus, ni Paul lorsqu'il a prolongé son discours jusqu'à minuit, alors la question se pose : "Qu'est-ce qui parle autant et qui est mentionné ? Et puis nous pouvons passer à l'examen des nombreux livres. Or, toute la Parole de Dieu, qui était au commencement avec Dieu, ne parle pas beaucoup, n'est pas une parole ; car la Parole est une, étant composée des nombreuses spéculations (théorèmes), dont chacune est une partie de la Parole dans sa totalité. Quels que soient les mots en dehors de celui-ci, qui promettent de donner une description et une exposition, même s'ils sont des mots sur la vérité, aucun d'entre eux, pour le dire de façon quelque peu paradoxale, n'est la Parole ou la raison, ce sont tous des mots ou des raisons. Ils ne sont pas la monade, loin de là ; ils ne sont pas ce qui s'accorde et est un en soi, par leurs divisions et conflits intérieurs l'unité s'est éloignée d'eux, ils sont devenus des nombres, peut-être infinis. Nous sommes donc obligés de dire que celui qui dit ce qui est étranger à la religion utilise beaucoup de mots, alors que celui qui dit les mots de la vérité, même s'il doit parcourir tout le champ et ne rien omettre, dit toujours le même mot. Les saints ne sont pas non plus coupables de parler beaucoup, car ils ont toujours en vue le but qui est lié à l'unique mot. Il semble donc que les discours condamnés soient jugés en fonction de la nature des points de vue présentés plutôt qu'en fonction du nombre de mots prononcés. Voyons si nous ne pouvons pas conclure de la même manière que tous les livres sacrés sont un seul livre, mais que ceux qui sont à l'extérieur sont les nombreux livres du prédicateur. La preuve doit en être tirée de l'Écriture Sainte, et elle sera établie de la manière la plus satisfaisante si je suis capable de montrer que ce n'est pas seulement un livre, en prenant le mot maintenant dans son sens le plus courant, que nous trouvons écrit sur le Christ. Le Christ est écrit même dans le Pentateuque ; il est parlé dans chacun des Prophètes, dans les Psaumes et, en un mot, comme le dit le Sauveur lui-même, dans toutes les Écritures. Il nous renvoie à tous, quand Il dit : Jean 5:39 Examinez les Ecritures, car en elles vous pensez avoir la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et s'Il nous renvoie aux Ecritures comme témoignant de Lui, ce n'est pas à l'une qu'Il nous envoie, à l'exclusion d'une autre, mais à tous ceux qui parlent de Lui, ceux que, dans les Psaumes, Il appelle le chapitre du livre, en disant : Dans le chapitre du livre il est écrit de Moi. Si quelqu'un se propose de prendre ces mots, Dans le chapitre du livre il est écrit de moi, littéralement, et de les appliquer à tel ou tel passage spécial où l'on parle du Christ, qu'il nous dise sur quel principe il justifie sa préférence pour un livre plutôt qu'un autre. Si quelqu'un suppose que nous faisons quelque chose de ce genre nous-mêmes, et que nous appliquons les mots en question au livre des Psaumes, nous nions que nous le fassions, et nous demandons instamment que dans ce cas les mots soient : "Dans ce livre, il est écrit de moi". Mais Il parle de tous les livres comme d'un seul chapitre, résumant ainsi en un seul tout ce qui est dit du Christ pour notre instruction. En fait, le livre a été vu par Jean, Apocalypse 5:1-5 écrit en dedans et en dehors, et scellé ; et personne ne pouvait l'ouvrir pour le lire et en rompre les sceaux, mais le Lion de la tribu de Juda, la racine de David, qui a la clé de David, Apocalypse 3:7 celui qui ouvre et personne ne fermera, celui qui ferme et personne n'ouvrira. Car le livre dont il est question ici signifie l'ensemble de l'Ecriture ; et il est écrit à l'intérieur (lit. au recto), en raison du sens qui est évident, et au verso, en raison de son sens plus éloigné et spirituel. Observez, en outre, si la preuve que les écrits sacrés sont un seul livre, et ceux de caractère opposé plusieurs, ne peut être trouvée dans le fait qu'il y a un seul livre des vivants dont ceux qui se sont avérés indignes d'y être sont effacés, comme il est écrit : Qu'ils soient effacés du livre des vivants, tandis que parmi ceux qui doivent subir le jugement, il y a des livres au pluriel, comme le dit Daniel : Daniel 7:10 Le jugement a été prononcé, et les livres ont été ouverts. Mais Moïse témoigne également de l'unité du livre sacré, lorsqu'il dit Exode 32:32 Si tu pardonnes au peuple ses péchés, pardonne, mais sinon, efface-moi du livre que tu as écrit. Le passage d'Isaïe, lui aussi, je le lis de la même façon. Il n'est pas particulier à sa prophétie que les paroles du livre soient scellées, et qu'elles ne soient pas lues par celui qui ne connaît pas les lettres, parce qu'il ignore les lettres, ni par celui qui est instruit, parce que le livre est scellé. Ceci est vrai pour tout écrit, car tout travail écrit a besoin de la raison (Logos) qui l'a fermé pour l'ouvrir. Il fermera, et personne n'ouvrira, Esaïe 22:22 et quand Il ouvrira, personne ne pourra mettre en doute l'interprétation qu'Il apporte. C'est pourquoi il est dit qu'Il ouvrira et que personne ne fermera. J'en déduis une leçon similaire du livre dont parle Ézéchiel, dans lequel il est écrit une lamentation, un chant et un malheur. Car tout le livre est rempli du malheur des perdus, du chant des sauvés, et de la lamentation de ceux qui se trouvent entre les deux. Et Jean aussi, lorsqu'il parle de manger le seul rouleau, Apocalypse 10:9-10 dans lequel le recto et le verso sont écrits, signifie toute l'Ecriture, un livre qui est d'abord très doux quand on commence, pour ainsi dire, à le mâcher, mais amer dans la révélation de soi qu'il fait à la conscience de chacun qui le connaît. J'ajouterai à la preuve de cela un dicton apostolique qui a été très mal compris par les disciples de Marcion qui, par conséquent, ont mis les évangiles à néant. L'Apôtre dit : Romains 2:16 selon mon Évangile en Jésus-Christ ; il ne parle pas des Évangiles au pluriel, et, par conséquent, ils soutiennent que, comme l'Apôtre ne parle d'un Évangile qu'au singulier, il n'en existait qu'un seul. Mais ils ne voient pas que, comme il est l'un de ceux que tous les évangélistes écrivent, l'Évangile, bien qu'écrit à plusieurs mains, est, en fait, un seul. Et, en fait, l'Évangile, bien qu'écrit à quatre mains, est un. De ces considérations, nous apprenons donc ce qu'est le livre unique, et ce que sont les nombreux livres, et ce qui me préoccupe maintenant, ce n'est pas la quantité que je peux écrire, mais l'effet de ce que je dis, de peur que, si j'échoue sur ce point, et que j'expose quoi que ce soit contre la vérité elle-même, même dans un de mes écrits, je prouve que j'ai transgressé le commandement, et que je suis un auteur de nombreux livres. Cependant, je vois les hétérodoxes assaillir la sainte Église de Dieu en ces jours, sous le prétexte d'une sagesse supérieure, et présenter des ouvrages en plusieurs volumes dans lesquels ils offrent des expositions des écrits évangéliques et apostoliques, et je crains que si je me tais et que je ne présente pas à nos membres les doctrines salvatrices et vraies, ces enseignants pourraient s'emparer d'âmes curieuses qui, en l'absence d'une nourriture saine, pourraient courir après une nourriture interdite, et, en fait, impure et horrible. Il me semble donc nécessaire que celui qui est capable de représenter de manière authentique la doctrine de l'Église et de réfuter ces marchands de savoir, faussement appelés, prenne position contre les fictions historiques et leur oppose le vrai et noble message évangélique dans lequel l'accord des doctrines, que l'on trouve tant dans l'Ancien que dans le Nouveau Testament, apparaît si clairement et pleinement. Vous avez vous-même ressenti à un moment donné le manque de bons représentants de la cause meilleure, et vous étiez impatient d'une foi qui était en cause avec la raison et l'absurde, et vous vous êtes ensuite, pour l'amour que vous portiez au Seigneur, donné à la composition à partir de laquelle, cependant, dans l'exercice du jugement dont vous êtes doué, vous avez ensuite renoncé. C'est la défense qui, je pense, admet être faite pour ceux qui ont la faculté de parler et d'écrire. Mais je plaide aussi ma propre cause, car je me consacre maintenant avec autant d'audace que possible à l'œuvre d'exposition ; car il se peut que je ne sois pas doté de l'habitude et de la disposition qu'il devrait avoir, lui qui est apte par Dieu à être un ministre de la Nouvelle Alliance, non de la lettre mais de l'esprit.