HIPPOLYTE DE ROME

RÉFUTATION D'HÉRÉSIE : LIVRE X

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

Voici le contenu du dixième livre de la Réfutation de toutes les hérésies : -

Un épitomé de tous les philosophes.

Un épitomé de toutes les hérésies.

Et, en conclusion, ce qu'est la Doctrine de la Vérité.



Chapitre 1. Récapitulation.


Après avoir, non pas avec violence, éclaté le labyrinthe des hérésies, mais en avoir démêlé (leurs subtilités) par une simple réfutation, ou, en d'autres termes, par la force de la vérité, nous abordons la démonstration de la vérité elle-même. Car alors les sophismes artificiels de l'erreur seront exposés dans toute leur incohérence, lorsque nous parviendrons à établir d'où vient la définition de la vérité. La vérité n'a pas tiré ses principes de la sagesse des Grecs, ni emprunté ses doctrines, comme des mystères secrets, aux principes des Égyptiens, qui, bien que stupides, sont considérés parmi eux avec une vénération religieuse comme dignes de confiance. Elle n'a pas non plus été formée à partir des sophismes qui énoncent la curiosité incohérente (conclusions auxquelles on est parvenu grâce à la) des Chaldéens. La vérité ne doit pas non plus son existence à l'étonnement, par les opérations des démons, de la frénésie irrationnelle des Babyloniens. Mais sa définition est constituée d'après la manière dont toute vraie définition est, à savoir, simple et sans fioritures. Une telle définition, si elle est rendue manifeste, réfutera d'elle-même l'erreur. Et bien que nous ayons très fréquemment proposé des démonstrations, et avec suffisamment de plénitude élucidées pour ceux qui veulent (apprendre) la règle de la vérité ; pourtant, même maintenant, après avoir discuté toutes les opinions avancées par les Grecs et les hérétiques, nous avons décidé qu'il n'était pas, en tout cas, déraisonnable d'introduire, comme une sorte de coup de finition aux (neuf) livres précédents, cette démonstration tout au long du dixième livre.



Chapitre 2. Résumé des opinions des philosophes.


Ayant donc embrassé les principes de tous les sages grecs dans quatre livres, et les doctrines proposées par les hérésiaires dans cinq, nous allons maintenant exposer la doctrine concernant la vérité dans un seul livre, après avoir d'abord présenté dans un résumé les suppositions entretenues séparément par tous. Pour les dogmatiques des Grecs, diviser la philosophie en trois parties, de cette manière a conçu de temps en temps leurs systèmes spéculatifs ; certains dénommant leur système Naturel, et d'autres Moral, mais d'autres encore Philosophie Dialectique. Et les anciens penseurs qui appelaient leur science Philosophie Naturelle, étaient ceux mentionnés dans le livre i. Et le récit qu'ils ont fourni était sur ce mode : Certains d'entre eux tiraient toutes choses d'une seule, tandis que d'autres tiraient plusieurs choses d'une seule. Et parmi ceux qui dérivaient toutes choses d'une seule, certains les dérivaient de ce qui était dépourvu de qualité, tandis que d'autres les dérivaient de ce qui était enduré avec qualité. Et parmi ceux qui ont tiré toutes choses de la qualité, certains les ont tirées du feu, d'autres de l'air, d'autres de l'eau et d'autres encore de la terre. Et parmi ceux qui ont dérivé l'univers de plus d'une chose, certains l'ont dérivé du numérique, mais d'autres de quantités infinies. Et parmi ceux qui ont dérivé toutes choses à partir de quantités numériques, certains les ont dérivées de deux, d'autres de quatre, d'autres de cinq et d'autres de six. Et parmi ceux qui ont dérivé l'univers à partir de quantités infinies, certains ont dérivé des entités à partir de choses semblables à celles qui ont été générées, tandis que d'autres ont dérivé des choses dissemblables. Et parmi ceux-ci, certains ont dérivé des entités de choses incapables, tandis que d'autres ont dérivé des choses capables de passion. À partir d'un corps dépourvu de qualité et endurci par l'unité, les stoïciens ont donc été à l'origine de la génération de l'univers. Car, selon eux, la matière dépourvue de qualité, et dans toutes ses parties susceptibles de changement, constitue un principe originaire de l'univers. Car, lorsqu'une altération de celle-ci s'ensuit, il y a génération de feu, d'air, d'eau, de terre. Les disciples d'Hippasus, d'Anaximandre et de Thalès le Milésien sont cependant disposés à penser que toutes les choses ont été générées à partir d'une seule (une entité), endurée avec qualité. Hippasus de Métaponte et Héraclite l'Ephésien ont déclaré que l'origine des choses était le feu, tandis qu'Anaximandre venait de l'air, Thalès de l'eau et Xénophane de la terre. Car de la terre, dit-il, viennent toutes choses, et toutes choses se terminent dans la terre.



Chapitre 3. Résumé des opinions des philosophes suite.


Mais parmi ceux qui tirent toutes les entités de plus d'une chose et de quantités innombrables, le poète Homère affirme que l'univers est constitué de deux substances, à savoir la terre et l'eau ; s'exprimant à un moment donné ainsi :-

La source des dieux était la mer et la Terre mère.

Et à une autre occasion, ainsi :-

Mais en effet, vous pourriez tous devenir l'eau et la terre.

Et Xénophane de Colophon semble coïncider avec lui, car il dit :-

Nous sommes tous issus de l'eau et de la terre.

Euripide, par contre, (dérive l'univers) de la terre et de l'air, comme on peut le constater par l'affirmation suivante de son:-

Mère de tous, de l'air et de la terre, je chante.

Mais Empedocle dérive l'univers de quatre principes, s'exprimant ainsi:-

Les quatre racines de toutes choses t'entendent d'abord

Brilliant Jove, et Juno et Aidoneus, qui ont donné la vie,

Et Nestis, qui avec des larmes couve les Fonts mortels.

Ocellus, le Lucanien, et Aristote, cependant, dérivent l'univers de cinq principes ; car, avec les quatre éléments, ils ont supposé l'existence d'un cinquième, et (que c'est) un corps avec un mouvement circulaire ; et ils disent que de cela, les choses célestes ont leur être. Mais les disciples d'Empédocle supposaient que la génération de l'univers avait procédé à partir de six principes. Car dans le passage où il dit : "Quatre racines de toutes choses t'entendent d'abord", il produit la génération à partir de quatre principes. Cependant, lorsqu'il sous-entend -

A part cela, Ruinous Strife est égal en tous points,

Et avec eux l'amitié est égale en longueur et en largeur, -

il livre également six principes de l'univers, dont quatre sont matériels - la terre, l'eau, le feu et l'air ; mais deux d'entre eux sont formateurs - l'amitié et la discorde. Les disciples d'Anaxagore de Clazomenae, de Démocrite et d'Epicure, ainsi que des multitudes d'autres personnes, ont cependant donné comme opinion que la génération de l'univers procède d'un nombre infini d'atomes ; et nous avons précédemment fait une mention partielle de ces philosophes. Mais Anaxagore dérive l'univers à partir de choses similaires à celles qui sont produites ; alors que les disciples de Démocrite et d'Épicure dérivent l'univers à partir de choses à la fois dissemblables (aux entités produites) et dépourvues de passion, c'est-à-dire d'atomes. Mais les disciples d'Héraclides du Pont et d'Asclépiades ont dérivé l'univers à partir de choses dissemblables (aux entités produites), et capables de passion, comme à partir de corpuscules incongrus. Mais les disciples de Platon affirment que ces entités sont issues de trois principes : Dieu, et la matière, et l'exemplarité. Il divise cependant la matière en quatre principes - le feu, l'eau, la terre et l'air. Et (il dit) que Dieu est le Créateur de cette (matière), et que l'Esprit en est l'exemple.



Chapitre 4. Résumé des opinions des philosophes suite.


Persuadés, donc, que le principe de la physiologie se révèle, de l'aveu général, encombré de difficultés pour tous ces philosophes, nous déclarerons nous-mêmes, sans crainte, à propos des exemples de la vérité, comment ils sont, et comme nous nous sommes sentis confiants qu'ils sont. Mais nous fournirons au préalable une explication, à la manière d'un résumé, des principes des hérésiarchistes, afin que, en présentant à nos lecteurs les principes de tous ceux que le présent (plan de traitement) rend bien connus, nous puissions exposer la vérité sous une forme simple et familière (forme).



Chapitre 5. Le Naasseni.


Mais puisqu'il semble si opportun, commençons d'abord par les adorateurs publics du serpent. Les Naasseni appellent le premier principe de l'univers un Homme, et que celui-ci est aussi un Fils de l'Homme ; et ils divisent cet homme en trois parties. Car ils disent qu'une partie de lui est rationnelle, et une autre psychique, mais une troisième terrestre. Et ils le stylisent Adamas, et supposent que la connaissance qui lui appartient est la cause originelle de la capacité de connaître Dieu. Et le Naassene affirme que toutes ces qualités rationnelles, psychiques et terrestres se sont retirées en Jésus, et que par Lui ces trois substances ont simultanément parlé aux trois genres de l'univers. Ils affirment qu'il existe trois types d'existence - angélique, psychique et terrestre - et qu'il existe trois églises - angélique, psychique et terrestre - et que les noms de celles-ci sont - choisies, appelées et captives. Ce sont les chefs de la doctrine qu'ils avancent, pour autant qu'on puisse les comprendre brièvement. Ils affirment que Jacques, le frère du Seigneur, a livré ces principes à Mariamne, par une telle déclaration qui contredit les deux.



Chapitre 6. Les Pérates.


Les Pérates, cependant, à savoir Ademes le Carystien et Euphrate le Pératique, disent qu'il existe un seul monde - c'est la dénomination qu'ils utilisent - et affirment qu'il est divisé en trois parties. Mais de cette triple division, selon eux, il y a un principe, tout comme une immense fontaine, capable d'être par la raison divisée en segments infinis. Et le premier segment, et celui de plus grande proximité, selon eux, est la triade, et s'appelle un bien parfait, et une grandeur paternelle. Mais la deuxième partie de la triade est une certaine multitude de pouvoirs, pour ainsi dire infinis. La troisième partie, en revanche, est formelle. Et la première n'est pas née ; d'où l'affirmation expresse qu'il y a trois Dieux, trois Logoi, trois esprits, (et) trois hommes. Car lorsque la division est accomplie, ils attribuent à chaque partie du monde à la fois des Dieux, et des Logoi, et des hommes, et le reste. Mais d'en haut, de l'incrédulité et du premier segment du monde, lorsque le monde a atteint sa consommation, le Pératique affirme qu'il est descendu, au temps d'Hérode, un certain homme avec une triple nature, et un triple corps, et une triple puissance, nommé Christ, et qu'il possède des trois parties du monde en Lui-même toutes les concrétions et capacités du monde. Et ils sont disposés à penser que c'est ce qui a été déclaré, en qui habite toute la plénitude de la divinité corporelle. Colossiens 2:9 Et ils affirment que des deux mondes situés en haut - à savoir, le non engendré et l'engendré en soi-même - ont été descendus dans ce monde dans lequel nous sommes, des germes de toutes sortes de puissances. Et (ils disent) que le Christ est descendu d'en haut, de l'incréation, afin que, par sa descente, tout ce qui a été divisé en trois parties soit sauvé. Car, dit le Pératique, les choses qui ont été descendues d'en haut monteront par Lui ; et les choses qui ont comploté contre ceux qui ont été descendus sont insouciantes et renvoyées pour être punies. Et le Pératique affirme qu'il y a deux parties qui sont sauvées - c'est-à-dire celles qui sont situées au-dessus - en ayant été séparées de la corruption, et que la troisième est détruite, ce qu'il appelle un monde formel. Ce sont également les principes de la Pératique.



Chapitre 7. Les Sethiens.


Mais pour les Sethiens, il semble qu'il existe trois principes, qui ont été définis avec précision. Et chacun de ces principes est adapté par la nature pour pouvoir être généré, comme dans une âme humaine tout art, quel qu'il soit, est développé et peut être appris. Le résultat est le même que lorsqu'un enfant, en connaissant depuis longtemps un instrument de musique, devient un musicien ; ou avec la géométrie un géomètre, ou avec tout autre art, avec un résultat similaire. Et les essences des principes, disent les Sethiens, sont la lumière et les ténèbres. Et au milieu de celles-ci se trouve l'esprit pur ; et l'esprit, disent-ils, est ce qui est placé entre l'obscurité, qui est en bas, et la lumière, qui est en haut. Ce n'est pas l'esprit, comme un courant de vent ou une certaine brise légère que l'on peut sentir, mais comme un parfum de pommade ou d'encens fait d'un mélange raffiné - une puissance se diffusant par une impulsion de parfum qui est inconcevable et supérieure à ce que l'on peut exprimer. Puisque, par conséquent, la lumière est en haut et l'obscurité en bas, et que l'esprit est intermédiaire entre les deux, la lumière, comme un rayon de soleil, brille également d'en haut sur l'obscurité sous-jacente. Et le parfum de l'esprit est diffusé en avant, occupant une position intermédiaire, et se poursuit, tout comme l'odeur des offrandes d'encens (déposées) sur le feu. Or, la puissance des choses divisées en trois étant de cette description, la puissance simultanée de l'esprit et de la lumière est en bas, dans l'obscurité qui se trouve en dessous. L'obscurité, cependant, dit-on, est une eau horrible, dans laquelle la lumière et l'esprit sont absorbés, et donc traduits dans une nature de cette description. L'obscurité étant alors endurée avec intelligence, et sachant que lorsque la lumière lui a été retirée, l'obscurité continue à être désolée, dépourvue d'éclat et de splendeur, de puissance et d'efficacité, ainsi qu'impuissante, (donc) par tout effort de réflexion et de raison, cela fait un effort pour comprendre en soi la brillance, et un scintillement de lumière, avec le parfum de l'esprit. Et de cela, ils introduisent l'image suivante, s'exprimant ainsi : De même que la pupille de l'œil semble sombre sous les humeurs sous-jacentes, mais qu'elle est éclairée par l'esprit, de même l'obscurité s'acharne à poursuivre l'esprit, et possède en elle-même tous les pouvoirs qui souhaitent se retirer et revenir. Or, ces pouvoirs sont indéfiniment infinis, et lorsqu'ils sont mélangés, toutes les choses sont figurées et générées comme des phoques. Car de même qu'un sceau, lorsqu'il est mis en contact avec de la cire, produit une figure, (et pourtant le sceau) reste de lui-même ce qu'il était, de même les puissances, en entrant en communion (les unes avec les autres), forment toutes les sortes infinies d'animaux. Les Sethiens affirment que, par conséquent, à partir du premier des trois principes a été générée une image du grand sceau, à savoir le ciel et la terre, ayant une forme comme un ventre, possédant un nombril au milieu. Et de sorte que le reste des figures de toutes choses était, comme le ciel et la terre, façonné comme un utérus.

Et les Séthiens disent que de l'eau est né un principe premier, à savoir un vent violent et turbulent, et qu'il est à l'origine de toute génération, qui crée une sorte de chaleur et de mouvement dans le monde à partir du mouvement des eaux. Et ils soutiennent que ce vent est façonné comme le sifflement d'un serpent en une image parfaite. Et sur cela, le monde regarde et se précipite dans la génération, étant enflammé comme un ventre ; et de là, ils sont disposés à penser que la génération de l'univers est née. Et ils disent que ce vent constitue un esprit, et qu'un Dieu parfait est né du parfum des eaux, de celui de l'esprit, et de la lumière éclatante. Et ils affirment que l'esprit existe selon le mode de génération d'une femelle - (c'est-à-dire par l'esprit) l'étincelle céleste - et que, s'étant mêlé aux composés du corps, il désire ardemment s'enfuir, que s'il s'échappe, il puisse s'en aller et ne pas trouver la dissolution à cause de la carence des eaux. C'est pourquoi il a l'habitude de crier à haute voix du mélange des eaux, selon le Psalmiste, comme on dit : "Car toute l'inquiétude de la lumière d'en haut est de délivrer l'étincelle d'en bas du Père d'en bas, c'est-à-dire du vent. Et le Père crée la chaleur et le trouble, et produit pour Lui-même un Fils, à savoir l'esprit, qui, comme ils le prétendent, n'est pas la progéniture particulière de Lui-même. Et ces hérétiques affirment que le Fils, en voyant le Logos parfait de la lumière céleste, a subi une transformation, et a pris la forme d'un serpent entré dans un ventre, afin de pouvoir récupérer ce Mental qui est le scintillement de la lumière. Et c'est ce qui a été déclaré, Lui qui, étant sous la forme de Dieu, ne pensait pas au vol pour être égal à Dieu ; mais Il s'est fait une réputation sans réputation, et a pris sur Lui la forme d'un serviteur. Philippiens 2:6-7 Et les misérables et malheureux Séthiens sont disposés à penser que cela constitue la forme servile à laquelle l'Apôtre a fait allusion. Ce sont donc là les affirmations que ces mêmes Sethiens avancent.



Chapitre 8. Simon le Mage.


Mais ce très sage Simon affirme ainsi qu'il existe un pouvoir indéfini et que celui-ci est la racine de l'univers. Et ce pouvoir indéfini, dit-il, qui est le feu, n'est pas en soi quelque chose de simple, comme le soutiennent la plupart des spéculateurs, lorsqu'ils affirment qu'il existe quatre éléments incomposés et qu'ils ont supposé que le feu, en tant que l'un d'entre eux, n'était pas composé. Simon, en revanche, affirme que la nature du feu est double ; et une partie de cette double nature (nature) est ce qu'il appelle une chose secrète, et une autre (une chose) manifeste. Et il affirme que le secret est caché dans les parties manifestes du feu, et que les parties manifestes du feu ont été produites à partir du secret. Et il dit que toutes les parties du feu, visibles et invisibles, ont été supposées posséder une capacité de perception. Le monde, donc, dit-il, qui est engendré, a été produit à partir du feu non engendré. Et il a commencé, dit-il, à exister ainsi : Le Non-engendré a pris six racines primaires du principe de génération à partir du principe de ce feu. Car il soutient que ces racines ont été générées par paires à partir du feu ; et celles-ci, il les nomme Esprit et Intelligence, Voix et Nom, Ratiocination et Réflexion. Et il affirme que dans les six racines, en même temps, réside le pouvoir indéfini, qu'il affirme être Celui qui s'est tenu, se tient et se tiendra. Et lorsque celui-ci aura été formé en figure, Il existera, selon cet hérétique, dans les six puissances de manière substantielle et potentielle. Et Il sera, en magnitude et en perfection, un seul et même avec ce pouvoir non engendré et indéfini, ne possédant aucun attribut plus déficient à aucun égard que ce pouvoir non engendré, inaltérable et indéfini. Si, cependant, Celui qui a été, est et sera, continue à exister seulement potentiellement dans les six puissances, et n'a pas pris une figure définie, Il devient, dit Simon, totalement évanescent, et périt. Et cela se produit de la même manière que la capacité grammaticale ou géométrique, qui, bien qu'elle ait été implantée dans l'âme de l'homme, s'éteint lorsqu'elle n'obtient pas (l'assistance de) un maître de l'un ou l'autre de ces arts, qui endoctrinerait cette âme dans ses principes. Or, Simon affirme que c'est Lui-même qui s'est tenu, se tient et se tiendra, et qu'Il est une puissance qui est au-dessus de tout. Jusqu'ici, donc, pour les opinions de Simon également.



Chapitre 9. Valentinus.


Valentinus, cependant, et les adeptes de cette école, bien qu'ils soient d'accord pour affirmer que le principe originel de l'univers est le Père, ils sont néanmoins poussés à adopter une opinion contraire en Le respectant. Pour certains d'entre eux, le Père est solitaire et génératif, tandis que d'autres soutiennent l'impossibilité (dans le sien comme dans d'autres cas) de procréer sans une femme. Ils ajoutent donc Sige comme épouse de ce Père, et stylisent le Père lui-même par ce biais. De ce Père et de son épouse, certains allèguent qu'il y a eu six projections - à savoir, Nous et Aletheia, Logos et Zoe, Anthropos et Ecclesia - et que cela constitue l'Ogdoad procréateur. Et les Valentins soutiennent que ce sont les premières projections qui ont eu lieu à l'intérieur de la limite, et ont été à nouveau désignées comme celles à l'intérieur du Plérôme ; et les secondes sont celles sans Plérôme ; et les troisièmes, celles sans Limite. La génération de ces derniers constitue maintenant l'Hysterema Acamoth. Et il affirme que ce qui a été généré à partir d'une Éon, qui existe dans l'Hysterema et qui a été projeté (au-delà de la Limite), est le Créateur. Mais Valentinus n'est pas disposé à affirmer ce qui est ainsi généré pour être la Déité primordiale, mais parle en termes détractifs à la fois de Lui et des choses faites par Lui. Et (il affirme) que le Christ est descendu de l'intérieur du Plérôme pour le salut de l'esprit qui avait erré. Cet esprit, (selon les Valentins,) réside dans notre homme intérieur ; et ils disent que cet homme intérieur obtient le salut grâce à cet esprit intérieur. Valentinus, cependant, (pour soutenir la doctrine,) détermine que la chair n'est pas sauvée, et lui donne le style d'une tunique de cuir, et la portion périssable de l'homme. J'ai (déjà) déclaré ces préceptes de manière exemplaire, dans la mesure où il existe dans leurs systèmes des sujets de discussion élargis et des opinions variées. Il semble donc que l'école de Valentinus ait également le droit d'exprimer ses opinions de cette manière.



Chapitre 10. Les Basilides.


Mais Basilide lui-même affirme qu'il existe un Dieu inexistant, qui, étant inexistant, a fait le monde inexistant, qui a été formé à partir de choses qui n'existent pas, en jetant une certaine graine, comme un grain de moutarde, ayant en soi une tige, des feuilles, des branches et des fruits. Ou bien cette graine est comme un œuf de paon, comprenant en elle-même la multitude variée de couleurs. Et ceci, disent les Basiliens, constitue la semence du monde, à partir de laquelle toutes choses ont été produites. Car ils soutiennent qu'elle comprend en elle-même toutes les choses, pour ainsi dire celles qui n'existent pas encore, et qu'elle a été prédéterminée pour être amenée à l'existence par la Déité inexistante. Il y avait donc, dit-il, dans la semence elle-même une triple Filiation, à tous égards de même substance avec le Dieu inexistant, qui a été engendrée à partir de choses qui n'existent pas. Et de cette Filiation, divisée en trois parties, une partie était raffinée, une autre grossière, et une autre nécessitant une purification. La partie raffinée, lorsque la première dépose de la semence fut accomplie par le Dieu inexistant, éclata immédiatement, et monta vers le haut, et se dirigea vers la Déité inexistante. Car toute nature aspire après cela à Dieu à cause de l'excès de sa beauté, mais différente (les créatures le désirent) de différentes causes. La partie la plus grossière, cependant, continue toujours dans la semence ; et dans la mesure où il s'agit d'une certaine nature imitatrice, elle n'a pas pu s'élever, car elle était plus grossière que la partie subtile. La partie la plus grossière, cependant, s'est dotée du Saint-Esprit, pour ainsi dire d'ailes ; car la Filiation, ainsi disposée, montre de la bonté à cet Esprit, et reçoit à son tour de la bonté. La troisième filiation, en revanche, a besoin d'être purifiée, et par conséquent, elle a continué à se développer dans le conglomérat de tous les germes, ce qui lui permet de montrer et de recevoir de la bonté. Et (Basilide affirme) qu'il y a quelque chose qui s'appelle monde, et quelque chose d'autre (qui s'appelle) supra-mondain ; car les entités sont réparties par lui en deux divisions primaires. Et ce qui est intermédiaire entre ces deux divisions, il l'appelle Esprit Saint Conterminous, et (cet Esprit) a en lui-même le parfum de la Filiation.

De l'agglomération de tous les germes de la semence cosmique a brûlé et a été engendré le Grand Archon, la tête du monde, un Éon d'une beauté et d'une taille inexprimables. Ce dernier (Archon) s'étant élevé jusqu'au firmament, supposait qu'il n'y en avait pas un autre au-dessus de lui. Il devint donc plus brillant et plus puissant que tous les éons sous-jacents, à l'exception de la Filiation qui avait été laissée en dessous, mais dont il ignorait qu'elle était plus sage que lui. Celui-ci, ayant son attention tournée vers la création du monde, a d'abord engendré un fils pour Lui-même, supérieur à Lui-même ; et ce fils, Il l'a fait asseoir sur sa propre main droite, et c'est ce que ces Basilidiens allèguent être l'Ogdoad. Le Grand Archange lui-même, donc, produit la création céleste entière. Et l'autre Archon s'est élevé de (l'agglomération de) tous les germes, qui était plus grand que tout l'Éon sous-jacent, à l'exception de la Filiation qui avait été laissée derrière, mais bien inférieure à la première. Et ils font de ce second Archon un Hebdomadaire. Il est Créateur et Contrôleur de tout ce qui est en dessous de Lui, et cet Archon a produit pour Lui-même un Fils plus prudent et plus sage que Lui. Ils affirment maintenant que toutes ces choses existent selon la prédétermination de ce Dieu inexistant, et qu'il existe aussi des mondes et des intervalles qui sont infinis. Et les Basiliens affirment que sur Jésus, qui est né de Marie, est venue la puissance de l'Évangile, qui est descendue et a illuminé le Fils de l'Ogdoad et de l'Hebdomad. Et cela s'est produit dans le but d'éclairer et de distinguer les différents ordres d'êtres, et de purifier la Filiation qui avait été laissée derrière pour conférer des bienfaits aux âmes, et les recevoir à leur tour. Et ils disent qu'ils sont eux-mêmes des fils, qui sont dans le monde pour cette cause, afin de purifier les âmes par l'enseignement et de s'élever avec la Filiation jusqu'au Père d'en haut, d'où est issue la première Filiation. Et ils affirment que le monde perdure jusqu'à la période où toutes les âmes peuvent s'y réparer en même temps que la Filiation. Ce sont là, cependant, les opinions que Basilide, qui les a détaillées comme des prodiges, n'a pas honte d'avancer.



Chapitre 11. Justinus.


Mais Justinus lui-même a tenté d'établir des opinions similaires avec celles-ci, et s'exprime ainsi : Qu'il existe trois principes non engendrés de l'univers, deux hommes et une femme. Et parmi les mâles, un principe est appelé le Bien. C'est ce principe qui est appelé de cette façon et qui est doté d'une connaissance préalable de l'univers. Et l'autre est le Père de toutes les entités générées, et est dépourvu de prescience, et inconnu, et invisible, et est appelé Elohim. Le principe féminin est dépourvu de prescience, passionné, avec deux esprits, et avec deux bottes, comme nous l'avons minutieusement détaillé dans les discours précédents concernant le système de cet hérétique. Ce principe féminin, dans ses parties supérieures, jusqu'à l'aine, est, selon les Justiniens, une vierge, alors que de l'aine vers le bas un serpent. Et c'est ce qu'on appelle Edem et Israël. Cet hérétique prétend que ce sont les principes de l'univers, à partir desquels toutes les choses ont été produites. Et il affirme qu'Élohim, sans le savoir, est passé à un désir démesuré pour la demi-vierge, et qu'ayant eu des rapports avec elle, il a engendré douze anges ; et les noms de ceux-ci, dit-il, sont ceux qui ont déjà été donnés. Et parmi ceux-ci, les paternels sont liés au père, et les maternels à la mère. Et Justinus soutient que ce sont (les arbres du Paradis), dont Moïse a parlé dans un sens allégorique les choses écrites dans la loi. Et Justinus affirme que toutes choses ont été faites par Elohim et Edem. Et (il dit) que les animaux, avec le reste des créatures de ce genre, sont d'une partie ressemblant à une bête, tandis que l'homme est d'une partie située au-dessus de l'aine. Et Edem (est supposé par Justinus) avoir déposé en l'homme lui-même l'âme, qui était son propre pouvoir, (mais Elohim l'esprit.) Et Justinus prétend que cet Elohim, après avoir appris son origine, est monté vers le Bon Etre, et a déserté Edem. Et cet hérétique affirme qu'Edem, enragé à cause d'un tel (traitement), a concocté tout ce complot contre l'esprit d'Elohim qu'il a déposé dans l'homme. Et (Justinus nous informe) que c'est pour cette raison que le Père a envoyé Baruch, et a donné des instructions aux prophètes, afin que l'esprit d'Elohim soit délivré, et que tous soient séduits loin d'Edem. Mais (cet hérétique) prétend que même Hercule était un prophète, et qu'il était adoré par Omphale, c'est-à-dire par Babel ; et les Justins appellent cette dernière Vénus. Et (ils disent) que par la suite, au temps d'Hérode, Jésus est né fils de Marie et de Joseph, à qui il prétend que Baruch a parlé. Et (Justinus affirme) qu'Édem a comploté contre cela (Jésus), mais ne pouvait pas le tromper ; et pour cette raison, qu'elle l'a fait crucifier. Et l'esprit de Jésus, (dit Justinus,) s'éleva jusqu'à l'Etre Bon. Et (les Justiniens soutiennent) que les esprits de tous ceux qui obéissent ainsi à ces discours stupides et futiles seront sauvés, et que le corps et l'âme d'Edem ont été laissés derrière. Mais le fou Justinus appelle cela (Edem) la Terre.



Chapitre 12. Les Docétaïques.


Les docètes avancent maintenant les affirmations de cette description : que la Déité primordiale est comme une graine de figuier ; et qu'à partir de là, il y a eu trois Æons comme tige, feuilles et fruits ; et que ceux-ci ont projeté trente Æons, chacun (d'eux) dix ; et qu'ils étaient tous unis en décennies, mais ne différaient que par des positions, comme certains l'étaient avant d'autres. Et (les docètes affirment) que des éons infinis étaient projetés indéfiniment, et que tous ces éons étaient hermaphrodites. Et (ils disent) que ces Æons formaient un projet d'union simultanée en un seul Æon, et qu'à partir de celui-ci, l'Æon intermédiaire et la Vierge Marie engendrent un Sauveur de tous. Et ce Rédempteur était en tout point semblable à la première graine du figuier, mais inférieur à celle-ci, du fait qu'il avait été engendré ; car la graine d'où le figuier est issu n'est pas engendrée. C'était donc la grande lumière des ères - c'était tout à fait un rayonnement - qui ne reçoit aucune parure, et comprend en elle-même les formes de tous les animaux. Et les docètes soutiennent que cette lumière, en pénétrant dans le chaos sous-jacent, a donné une cause (d'existence) aux choses qui ont été produites, et à celles qui existent réellement, et qu'en descendant du ciel, elle a imprimé le chaos sous les formes des espèces éternelles. Car le troisième Æon, qui s'était triplé, lorsqu'il s'aperçut que tous ses attributs caractéristiques étaient entraînés de force dans les ténèbres du fond, et n'ignorant pas à la fois la terreur des ténèbres et la simplicité de la lumière, procéda à la création du ciel ; et après avoir rendu ferme ce qui était intervenu, il sépara les ténèbres de la lumière. Comme toutes les espèces du troisième Éon ont été, dit-il, vaincues par l'obscurité, la figure même de cet Éon est devenue un feu vivant, ayant été généré par la lumière. Et c'est de cette source qu'est né le Grand Archon, dont Moïse parle en disant qu'il est une divinité ardente et un démiurge, qui transforme continuellement les formes de tous les êtres (éons) en corps. Et les (Doctées) prétendent que ce sont les âmes pour lesquelles le Sauveur a été engendré, et qu'Il indique le chemin par lequel les âmes qui sont (maintenant) accablées (par les ténèbres) vont s'échapper. Et (les docètes soutiennent) que Jésus s'est revêtu de cette seule puissance engendrée, et que pour cette raison, il ne pouvait être vu par personne, en raison de l'ampleur excessive de sa gloire. Et ils disent que tous les événements se sont produits avec Lui, comme il est écrit dans les Evangiles.



Chapitre 13. Monoïmus.


Mais les disciples de Monoïmus l'Arabe affirment que le principe originel de l'univers est un homme primitif et fils de l'homme ; et que, comme l'affirme Moïse, les choses qui ont été produites l'ont été non pas par l'homme primitif, mais par le Fils de cet homme primitif, mais non pas par le Fils tout entier, mais par une partie de Lui. Et (Monoïmus affirme) que le Fils de l'homme est iota, ce qui signifie dix, le nombre principal dans lequel est (inhérent) la subsistance de tout le nombre (en général, et) par lequel chaque nombre (en particulier) consiste, ainsi que la génération de l'univers, du feu, de l'air, de l'eau et de la terre. Mais dans la mesure où il s'agit d'un iota et d'un titre, et que ce qui est parfait (émane) de ce qui est parfait, ou, en d'autres termes, un titre descend d'en haut, contenant toutes choses en soi ; (donc,) tout ce que l'homme possède également, le Père du Fils de l'homme le possède également. Moïse dit donc que le monde a été fait en six jours, c'est-à-dire par six puissances, dont le monde a été fait par un seul titre. Car les cubes, les octaèdres, les pyramides et toutes les figures semblables à celles-ci, ayant une superficie égale, et dont sont issus le feu, l'air, l'eau et la terre, ont été produits à partir de nombres compris dans ce simple titre de l'iota, qui est Fils de l'homme. Ainsi, lorsque Moïse dit (Monoïmus), il mentionne le brandissement du bâton pour faire venir les fléaux sur l'Égypte, il fait allusion de manière allégorique au monde (des altérations) de l'iota ; il n'a pas non plus encadré plus de dix fléaux. Mais si vous voulez connaître l'univers, cherchez en vous qui dit : "Mon âme, ma chair et mon esprit", et qui s'approprie chaque chose, comme un autre le ferait pour lui-même. Comprenez qu'il s'agit d'un parfait issu de (celui qui est) parfait, et qu'il considère comme siennes toutes les soi-disant non-entités et toutes les entités. Ce sont donc aussi les opinions de Monoïmus.


Chapitre 14. Tatien.


Tatian, cependant, de même que Valentinus et les autres, dit qu'il y a certains Æons invisibles, et que par l'un d'eux le monde d'en dessous a été créé, et les choses qui y existent. Et il s'habitue à un mode de vie très cynique, et presque rien ne diffère de Marcion, tant en ce qui concerne ses calomnies que les règles édictées en matière de mariage.



Chapitre 15. Marcion et Cerdo.


Mais Marcion, de Pontus, et Cerdon, son précepteur, affirment eux aussi qu'il existe trois principes de l'univers : le bien, le juste et la matière. Certains de leurs disciples en ajoutent cependant un quatrième, en disant : le bien, le juste, le mal et la matière. Mais ils affirment tous que le bien (l'Être) n'a rien fait du tout, bien que certains désignent le juste comme étant également mauvais, tandis que d'autres que son seul titre est celui de juste. Et ils affirment que (l'Être juste) a fait toutes choses de la matière sous-jacente, pour cela il les a faites non pas bien, mais de façon irrationnelle. Car il est nécessaire que les choses faites soient semblables à celles qui les ont faites ; c'est pourquoi ils emploient aussi les paraboles évangéliques, disant : Un bon arbre ne peut pas porter de mauvais fruits, Matthieu 7:18 et le reste du passage. Or Marcion prétend que les conceptions mal conçues par le (juste) lui-même constituaient l'allusion dans ce passage. Et (il dit) que le Christ est le Fils de l'Etre bon, et qu'il a été envoyé pour le salut des âmes par celui qu'il modèle le plus intérieurement. Et il affirme qu'il est apparu comme un homme bien qu'il ne soit pas un homme, et comme incarné bien qu'il ne soit pas incarné. Et il soutient que sa manifestation n'a été que fantasmatique, et qu'il n'a subi ni génération ni passion sauf en apparence. Et il ne permettra pas que la chair ressuscite ; mais en affirmant que le mariage est une destruction, il conduit ses disciples vers une vie très cynique. Et par ces moyens, il imagine qu'il agace le Créateur, s'il devait s'abstenir des choses qui sont faites ou fixées par Lui.



Chapitre 16. Apelles.


Mais Apelle, un disciple de cet hérétique, était mécontent des déclarations avancées par son précepteur, comme nous l'avons déclaré précédemment, et par une autre théorie supposant qu'il y a quatre dieux. Et le premier d'entre eux, il prétend être le Bon Etre, que les prophètes ne connaissaient pas, et le Christ être son Fils. Et le second Dieu, il affirme être le Créateur de l'univers, et Lui il ne souhaite pas être un Dieu. Et le troisième Dieu, il affirme être le feu qui s'est manifesté ; et le quatrième d'être un mauvais. Et Apelle appelle ces anges ; et en ajoutant (à leur nombre) le Christ de même, il affirmera qu'il est un cinquième Dieu. Mais cet hérétique a l'habitude de consacrer son attention à un livre qu'il appelle Apocalypse d'une certaine Philomène, qu'il considère comme une prophétesse. Et il affirme que le Christ n'a pas reçu sa chair de la Vierge, mais de la substance adjacente du monde. Il a ainsi composé ses traités contre la loi et les prophètes, et tente de les abolir comme s'ils avaient dit des mensonges, et n'avaient pas connu Dieu. Et Apelle, de même que Marcion, affirme que les différentes sortes de chair sont détruites.



Chapitre 17. Cérinthe.


Cérinthe, cependant, ayant lui-même été formé en Égypte, a déterminé que le monde n'a pas été créé par le premier Dieu, mais par une certaine puissance angélique. Et ce pouvoir était très séparé et éloigné de cette souveraineté qui est au-dessus du cercle entier de l'existence, et il ne connaît pas le Dieu (c'est-à-dire) au-dessus de toutes choses. Et il dit que Jésus n'est pas né d'une vierge, mais qu'il est né de Joseph et de Marie comme leur fils, semblable au reste des hommes ; et qu'il a excellé en justice, en prudence et en compréhension au-dessus de tout le reste de l'humanité. Et Cérythme soutient qu'après le baptême de Jésus, le Christ est descendu sur lui sous la forme d'une colombe de la souveraineté qui est au-dessus de tout le cercle de l'existence, et qu'ensuite il a continué à prêcher le Père inconnu, et à faire des miracles. Et il affirme qu'à la fin de la passion, le Christ s'est envolé loin de Jésus, mais que Jésus a souffert, et que le Christ est resté incapable de souffrir, étant un esprit du Seigneur.


Chapitre 18. Les Ebioniens.


Mais les Ébioniens affirment que le monde est fait par le vrai Dieu, et ils parlent du Christ de la même manière que Cérinthe. Ils vivent, cependant, à tous égards selon la loi de Moïse, prétendant qu'ils sont ainsi justifiés.



Chapitre 19. Théodote.


Mais Théodote de Byzance a introduit une hérésie de la description suivante, alléguant que toutes choses ont été créées par le vrai Dieu ; alors que ce Christ, dit-il, d'une manière similaire à celle préconisée par les gnostiques déjà mentionnés, a fait son apparition selon un certain mode de cette description. Et Théodote affirme que le Christ est un homme de même nature que tous les hommes, mais qu'il les surpasse à cet égard, que, selon le conseil de Dieu, il était né d'une vierge, et que le Saint-Esprit avait éclipsé sa mère. Cet hérétique soutenait cependant que Jésus n'avait pas pris chair dans le ventre de la Vierge, mais qu'ensuite le Christ était descendu sur Jésus lors de son baptême sous la forme d'une colombe. Et à partir de cette circonstance, les disciples de Théodote affirment qu'au début les pouvoirs miraculeux n'ont pas acquis d'énergie opératoire dans le Sauveur lui-même. Théodote, cependant, décide de nier la divinité du Christ. Or, les opinions de cette description ont été préconisées par Théodote.



Chapitre 20. Les Melchisédeciens.


Et d'autres font toutes leurs affirmations de la même manière que celles qui ont déjà été spécifiées, introduisant une seule modification, à savoir, en ce qui concerne le fait de considérer Melchisédech comme une certaine puissance. Mais ils affirment que Melchisédech lui-même est supérieur à tous les pouvoirs ; et selon son image, ils sont désireux de soutenir que le Christ est également engendré.



Chapitre 21. Les Phrygiens ou Montanistes.


Les Phrygiens, cependant, tirent les principes de leur hérésie d'un certain Montanus, et Priscilla, et Maximilla, et considèrent ces misérables femmes comme des prophétesses, et Montanus comme un prophète. Cependant, en ce qui concerne l'origine et la création de l'univers, les Phrygiens sont censés s'exprimer correctement ; alors que dans les principes qu'ils énoncent en respectant le Christ, ils n'ont pas formé leurs opinions de manière non pertinente. Mais ils sont séduits par l'erreur, comme les hérétiques auxquels il a été fait allusion précédemment, et consacrent leur attention aux discours de ces derniers au-dessus des évangiles, établissant ainsi des règles concernant les jeûnes nouveaux et étranges.



Le chapitre 22. Les Phrygiens ou Montanistes continuent.


Mais d'autres, attachés à l'hérésie des Noétiens, ont des opinions similaires à celles des femmes stupides des Phrygiens et de Montanus. En ce qui concerne, cependant, les vérités relatives au Père de l'ensemble des choses existantes, ils sont coupables de blasphème, car ils affirment qu'Il est Fils et Père, visible et invisible, engendré et non engendré, mortel et immortel. Ils ont profité de l'occasion d'un certain Noetus pour mettre en avant leur hérésie.



Chapitre 23. Noetus et Callistus.


Mais de la même manière, Noetus, qui est né à Smyrne et qui est accro au bavardage imprudent et à l'astuce, a introduit (parmi nous) cette hérésie qui provient d'un certain Epigonus. Elle a atteint Rome et a été adoptée par Cléomène, et a donc continué jusqu'à ce jour parmi ses successeurs. Noetus affirme qu'il n'y a qu'un seul Père et Dieu de l'univers, qu'il a fait toutes choses, et qu'il était imperceptible à ceux qui existent quand il le désirait. Noetus soutient que le Père est alors apparu quand il le souhaitait ; et qu'il est invisible quand il n'est pas vu, mais visible quand il est vu. Et cet hérétique prétend également que le Père n'est pas engendré lorsqu'il n'est pas généré, mais engendré lorsqu'il est né d'une vierge ; comme aussi qu'il n'est pas soumis à la souffrance, et qu'il est immortel lorsqu'il ne souffre pas ou ne meurt pas. Cependant, lorsque sa passion est venue sur lui, Noetus permet que le Père souffre et meure. Et les Noétiens supposent que ce Père lui-même est appelé Fils, (et vice versa,) en référence aux événements qui, à leurs propres périodes, leur arrivent séparément.

Callistus a corroboré l'hérésie de ces Noétiens, mais nous avons déjà soigneusement expliqué les détails de sa vie. Et Callistus lui-même a produit une hérésie similaire, dont les points de départ sont issus de ces Noétiens - à savoir, dans la mesure où il reconnaît qu'il y a un seul Père et un seul Dieu, à savoir le Créateur de l'univers, et que celui-ci (Dieu) est parlé et appelé par le nom de Fils, mais qu'en substance Il est un seul Esprit. Car l'Esprit, en tant que Déité, n'est, dit-il, pas différent du Logos, ou du Logos de la Déité ; par conséquent, cette seule personne (selon Callistus) est divisée nominalement, mais pas en substance. Il suppose que ce Logos est Dieu, et affirme qu'il y a eu une incarnation dans le cas du Verbe. Et il est disposé (à maintenir) que Celui qui a été vu dans la chair et a été crucifié est Fils, mais que c'est le Père qui habite en Lui. Ainsi, Callistus se ramifie à un moment donné dans l'opinion de Noetus, mais à un autre moment dans celle de Théodote, et ne détient aucune doctrine sûre. Telles sont donc les opinions de Callistus.



Chapitre 24. Hermogenes.


Mais un certain Hermogène, désireux de dire quelque chose, affirmait que Dieu a fait toutes choses de la matière de la même manière que lui et qu'il les a soumises à son dessein. Car Hermogène considérait qu'il était impossible que Dieu fasse les choses qui ont été faites, sauf à partir de choses existantes.



Chapitre 25. Les Elchasaïtes.


Mais certains autres, introduisant pour ainsi dire un nouveau principe, s'approprièrent des parties de leur système à partir de toutes les hérésies, et se procurèrent un étrange volume, qui portait sur la page de titre le nom d'un certain Elchasaï. Ceux-ci, de la même manière, reconnaissent que les principes de l'univers ont été créés par la divinité. Ils ne confessent cependant pas qu'il n'y a qu'un seul Christ, mais qu'il y en a un qui est supérieur aux autres, et qu'il est fréquemment transfusé dans de nombreux corps, et qu'il était maintenant en Jésus. Et, de la même manière, ces hérétiques maintiennent qu'à un moment donné, le Christ a été engendré par Dieu, et qu'à un autre moment, il est devenu l'Esprit, et qu'à un autre moment, il est né d'une vierge, et qu'à un autre moment, il n'en est plus ainsi. Et ils affirment que ce Jésus a ensuite été continuellement transfusé dans des corps, et qu'il s'est manifesté dans de nombreux (différents corps) à différentes époques. Et ils ont recours aux incantations et aux baptêmes dans leur confession des éléments. Et ils s'adonnent à une activité intense dans le domaine des sciences astrologiques et mathématiques et des arts de la sorcellerie. Mais ils prétendent aussi avoir des pouvoirs de prescience.



Chapitre 26. Chronologie juive.


... De Haran, ville de Mésopotamie, (Abraham, par ordre de Dieu), transfère sa résidence dans le pays qui s'appelle aujourd'hui Palestine et Judée, puis dans la région de Canaan. Or, concernant ce territoire, nous avons en partie, mais pas encore négligemment, rendu compte dans d'autres discours. De la circonstance, donc, (de cette migration) on peut retracer le début d'une augmentation (de la population) en Judée, qui a obtenu son nom de Juda, quatrième fils de Jacob, dont le nom était aussi appelé Israël, du fait qu'une race de rois descendait de lui. Abraham se retire de la Mésopotamie (à 75 ans, et) à 100 ans, il engendre Isaac. Mais Isaac, à 60 ans, engendra Jacob. Et Jacob, à 86 ans, engendra Lévi ; et Lévi, à 40 ans, engendra ; et Caath avait quatre ans lorsqu'il descendit avec Jacob en Égypte. Ainsi, toute la période pendant laquelle Abraham a séjourné, et toute la famille descendue de lui par Isaac, dans le pays alors appelé Canaanite, a été de 215 ans. Mais le père de cet Abraham est Thare, et de ce Thare le père est Nachor, et de ce Nachor le père est Serag, et de ce Serag le père est Reu, et de ce Reu le père est Peleg, et de ce Peleg Genèse 11:16 le père est Héber. Il s'avère donc que les Juifs sont désignés par le nom d'Hébreux. Au temps de Phaleg, cependant, la dispersion des nations s'est produite. Or ces nations étaient au nombre de 72, ce qui correspond au nombre des enfants d'Abraham. Et les noms de ces nations, nous les avons également consignés dans d'autres livres, sans même omettre ce point à sa place. Et la raison de notre particularité est notre désir de manifester à ceux qui sont d'une disposition studieuse l'amour que nous chérissons envers la Divinité, et la connaissance indubitable respectant la Vérité, dont nous avons pris possession au cours de nos travaux. Mais de cet Héber le père est Salah ; et de cette Salah le père est Caïnan ; et de ce Caïnan le père est Arphaxad, dont le père est Sem ; et de ce Sem le père est Noé. Et au temps de Noé, il y eut un déluge dans le monde entier, dont ni les Égyptiens, ni les Chaldéens, ni les Grecs ne se souviennent, car les inondations qui eurent lieu à l'époque d'Ogyges et de Deucalion ne se produisirent que dans les localités où ceux-ci habitaient. Il y a donc, dans le cas de ces derniers (patriarches - c'est-à-dire de Noé à Héber inclus), 5 générations et 495 ans. Ce Noé, en tant qu'homme très religieux et aimant Dieu, seul, avec femme et enfants, et les trois épouses de ceux-ci, a échappé au déluge qui a suivi. Et il devait sa préservation à une arche ; et les dimensions et les reliques de cette arche sont, comme nous l'avons expliqué, montrées jusqu'à ce jour dans les montagnes appelées Ararat, qui sont situées en direction du pays des Adiabeni. Il est alors possible pour ceux qui sont disposés à enquêter sur le sujet avec assiduité, de percevoir comment a été clairement démontrée l'existence d'une nation d'adorateurs du vrai Dieu, plus ancienne que tous les Chaldéens, les Égyptiens et les Grecs. Mais quelle nécessité y a-t-il aujourd'hui de préciser ceux qui, avant Noé, étaient à la fois des hommes pieux et autorisés à converser avec le vrai Dieu, dans la mesure où, en ce qui concerne le sujet traité, ce témoignage sur l'antiquité du peuple de Dieu est suffisant ?



Chapitre 27. La chronologie juive continue.


Mais comme il ne semble pas irrationnel de prouver que ces nations qui ont eu leur attention absorbée par les spéculations de la philosophie sont de date plus moderne que celles qui avaient l'habitude d'adorer le vrai Dieu, il est raisonnable que nous indiquions à la fois d'où provenait la famille de ces derniers ; et que lorsqu'ils ont pris résidence dans ces pays, ils n'ont pas reçu de nom des localités réelles, mais ont réclamé pour eux-mêmes des noms de ceux qui étaient principalement nés, et avaient habité ceux-ci. Noé eut trois fils - Sem, Cham et Japhet. C'est grâce à eux que la famille humaine s'est multipliée et que chaque quart de la terre doit en premier lieu ses habitants à ces derniers. Car la parole de Dieu à leur égard a prévalu, lorsque l'Éternel a dit : Soyez féconds, multipliez, et remplissez la terre. Cette parole fut si efficace que des trois fils de Noé naquirent 72 enfants dans la famille - (c'est-à-dire) de Sem, 25 ; de Japhet, 15 ; et de Cham, 32. Mais ces 32 enfants sont nés de Cham, conformément aux déclarations précédentes. Et parmi les enfants de Ham, il y a Canaan, de qui viennent les Cananéens ; Mizraim, de qui viennent les Égyptiens ; Cush, de qui viennent les Éthiopiens ; et Phut, de qui viennent les Libyens. Ces derniers, selon la langue qui prévaut parmi eux, sont jusqu'à présent désignés par l'appellation de leurs ancêtres ; non, même dans la langue grecque, ils sont appelés par les noms sous lesquels ils sont maintenant désignés. Mais même en supposant que ces localités n'aient pas été habitées auparavant, ni qu'il puisse être prouvé qu'une race d'hommes y ait existé dès le début, ces fils de Noé, adorateur de Dieu, suffisent tout à fait à prouver le point en question. Car il est évident que Noé lui-même devait être le disciple de gens pieux, raison pour laquelle il a échappé à la terrible, bien que passagère, menace de l'eau.

Comment, alors, les adorateurs du vrai Dieu ne devraient-ils pas être plus anciens que tous les Chaldéens, Égyptiens et Grecs, car nous devons garder à l'esprit que le père de ces Gentils est né de ce Japhet, a reçu le nom de Javan et est devenu le géniteur des Grecs et des Ioniens ? Or, si les nations qui se sont consacrées aux questions philosophiques appartiennent à une époque plus récente que la race des adorateurs de Dieu et que le temps du déluge, comment les nations des barbares et autant de tribus connues et inconnues dans le monde n'appartiendraient-elles pas à une époque plus moderne que celle-ci ? C'est pourquoi vous, Grecs, Égyptiens, Chaldéens et toute la race des hommes, devenez adeptes de cette doctrine et apprenez de nous, qui sommes les amis de Dieu, quelle est la nature de Dieu et quelle est sa création bien organisée. Et nous avons cultivé ce système, en ne nous exprimant pas dans un simple langage pompeux, mais en exécutant nos traités dans des termes qui prouvent notre connaissance de la vérité et notre pratique du bon sens, notre objet étant la démonstration de Sa Vérité.



Chapitre 28. La Doctrine de la Vérité.


Le premier et unique (Dieu unique), à la fois Créateur et Seigneur de tous, n'avait rien de commun avec Lui-même ; ni le chaos infini, ni l'eau démesurée, ni la terre solide, ni l'air dense, ni le feu chaud, ni l'esprit raffiné, ni le dais azur du firmament prodigieux. Mais Il était Un, seul en Lui-même. Par un exercice de Sa volonté, Il a créé des choses qui sont, qui n'avaient auparavant aucune existence, sauf qu'Il a voulu les faire. Car Il est pleinement conscient de ce qui va se passer, car la prescience est également présente en Lui. Cependant, les différents principes de ce qui va exister, il les a d'abord fabriqués, à savoir le feu et l'esprit, l'eau et la terre, à partir desquels il a procédé à la création de sa propre création. Il a formé certains objets à partir d'une seule essence, mais d'autres ont été composés à partir de deux, d'autres à partir de trois, d'autres encore à partir de quatre. Et ceux formés d'une seule substance étaient immortels, car dans leur cas la dissolution ne suit pas, car ce qui est un ne sera jamais dissous. Ceux, par contre, qui sont formés de deux, ou trois, ou quatre substances, sont dissolubles ; c'est pourquoi on les nomme aussi mortels. C'est pourquoi on les appelle aussi mortels. C'est pour cela qu'on les appelle morts, c'est-à-dire la dissolution de substances liées entre elles. Je pense donc avoir suffisamment répondu à ceux qui ont l'esprit sain et qui, s'ils désirent recevoir des instructions supplémentaires et sont disposés à étudier avec précision les substances de ces choses et les causes de la création entière, prendront connaissance de ces points s'ils lisent un de nos ouvrages intitulé "La substance de l'univers". Je considère cependant qu'il suffit actuellement d'élucider les causes dont les Grecs, n'en ayant pas conscience, ont glorifié, dans une phraséologie pompeuse, les parties de la création, alors qu'ils restaient ignorants du Créateur. Et de là, les hérésiaires ont pris l'occasion, et ont transformé les déclarations précédemment faites par ces Grecs en doctrines similaires, et ont ainsi encadré des hérésies ridicules.



Chapitre 29. La Doctrine de la Vérité continua.


C'est pourquoi cette Déité solitaire et suprême, par un exercice de réflexion, a d'abord fait naître le Logos ; non pas le mot dans le sens d'être articulé par la voix, mais comme une ratiocination de l'univers, conçu et résidant dans le mental divin. Lui seul a produit à partir des choses existantes ; car le Père lui-même a constitué l'existence, et l'être né de lui a été la cause de toutes les choses qui sont produites. Le Logos était dans le Père lui-même, portant la volonté de son aïeul, et n'étant pas étranger au mental du Père. Car simultanément à la procession de son Ancêtre, dans la mesure où il est le premier-né de cet Ancêtre, il a, comme une voix en lui-même, les idées conçues dans le Père. Et c'est ainsi que lorsque le Père a ordonné au monde de venir à l'existence, le Logos a complété un à un chaque objet de la création, plaisant ainsi à Dieu. Et certaines choses qui se multiplient de génération en génération, Il les a formées mâles et femelles ; mais tous les êtres conçus pour le service et le ministère, Il les a faits soit mâles, soit n'ayant pas besoin de femelles, soit ni mâles ni femelles. Car même les substances primaires de ces choses, qui ont été formées à partir de non-entités, à savoir le feu et l'esprit, l'eau et la terre, ne sont ni mâles ni femelles ; et ni le mâle ni la femelle ne pourraient provenir de l'une de ces choses, si Dieu, qui est la source de toute autorité, ne souhaitait pas que le Logos puisse apporter son aide pour accomplir une production de ce genre. Je confesse que les anges sont de feu, et je maintiens que les esprits féminins ne sont pas présents avec eux. Et je suis d'avis que le soleil, la lune et les étoiles, de la même manière, sont produits à partir du feu et de l'esprit, et ne sont ni masculins ni féminins. Et la volonté du Créateur est que les animaux nageant et ailés soient issus de l'eau, mâles et femelles. C'est pourquoi Dieu, dont c'était la volonté, a ordonné qu'il existe une substance humide, dotée d'une puissance productive. Et de la même manière, Dieu a ordonné que de la terre surgissent des reptiles et des bêtes, ainsi que des mâles et des femelles de toutes sortes d'animaux, car ainsi la nature des choses produites a été admise. Car autant de choses qu'Il voulait, Dieu en a fait de temps en temps. Il a créé ces choses par le biais du Logos, les choses ne pouvant être générées autrement que comme elles ont été produites. Mais lorsque, selon Sa volonté, Il a également formé (des objets), Il les a appelés par des noms, et a ainsi notifié Son effort créatif. Et en les fabriquant, Il a formé la règle de tout, et l'a façonnée à partir de toutes les substances composites. Le Créateur n'a pas voulu en faire un dieu, et a échoué dans Son but ; ni un ange - ne vous y trompez pas, - mais un homme. Car s'Il avait voulu faire de vous un dieu, Il aurait pu le faire. Vous avez l'exemple du Logos. Mais Sa volonté était que tu sois un homme, et Il a fait de toi un homme. Mais si vous voulez aussi devenir un dieu, obéissez à Celui qui vous a créé, et ne résistez pas maintenant, afin que, étant trouvé fidèle dans ce qui est petit, vous puissiez vous permettre de vous confier aussi ce qui est grand.

Le Logos seul de ce Dieu vient de Dieu lui-même ; c'est pourquoi le Logos est aussi Dieu, étant la substance de Dieu. Or, le monde a été fait de rien ; il n'est donc pas Dieu ; et aussi parce que ce monde admet la dissolution chaque fois que le Créateur le veut. Mais Dieu, qui l'a créé, n'a pas fait, et ne fait pas, le mal. Il fait ce qui est glorieux et excellent ; car celui qui le fait est bon. Or l'homme, qui a été créé, était une créature dotée d'une capacité d'autodétermination, mais ne possédant pas d'intellect souverain, ni d'emprise sur toutes choses par la réflexion, l'autorité et le pouvoir, mais un esclave de ses passions, et comportant en lui toutes sortes de contradictions. Mais l'homme, du fait qu'il possède une capacité d'autodétermination, fait naître le mal, c'est-à-dire accidentellement ; ce mal n'est consommé que si l'on commet effectivement une quelconque méchanceté. Car c'est par rapport à notre désir de tout ce qui est mauvais, ou à notre méditation sur celui-ci, que le mal est ainsi désigné. Le mal n'a pas existé dès le début, mais il est apparu par la suite. Puisque l'homme a le libre arbitre, une loi a été définie pour le guider par la divinité, non sans répondre à un bon dessein. Car si l'homme ne possédait pas le pouvoir de vouloir et non de vouloir, pourquoi une loi devrait-elle être établie ? Car une loi ne sera pas établie pour un animal dépourvu de raison, mais pour une bride et un fouet ; alors qu'à l'homme a été donné un précepte et une peine pour exécuter, ou pour ne pas exécuter ce qui lui a été enjoint. Pour l'homme ainsi constitué, une loi a été promulguée par des hommes justes dans les âges primitifs. Plus près de nous, une loi, pleine de gravité et de justice, a été établie par Moïse, à qui on a déjà fait allusion, un homme pieux, et un bien-aimé de Dieu.

Maintenant, le Logos de Dieu contrôle tout cela ; le premier Enfant engendré du Père, la voix de l'Aurore antécédente à l'Étoile du matin. Par la suite, des hommes justes sont nés, amis de Dieu ; et ceux-ci ont été qualifiés de prophètes, en raison de leur capacité à prévoir les événements futurs. Et la parole prophétique leur a été confiée, non pas pour un seul âge, mais pour toutes les générations, avec une clarté parfaite. Et cela aussi, non seulement au moment où les voyants répondaient aux personnes présentes, mais aussi aux événements qui allaient se produire à travers tous les âges, ont été manifestés à l'avance ; car, en parlant des incidents passés, les prophètes les ont ramenés dans le souvenir de l'humanité ; alors qu'en montrant les événements présents, ils ont cherché à persuader les hommes de ne pas être négligents ; alors qu'en prédisant les événements futurs, ils ont rendu chacun de nous terrifié à la vue d'événements qui avaient été prédits bien avant, et à l'attente de ces mêmes événements prédits comme étant encore futurs. Telle est notre foi, ô vous tous, hommes, - la nôtre, dis-je, qui ne sont pas persuadés par des expressions vides, ni pris par des impulsions soudaines du cœur, ni séduits par la plausibilité de discours éloquents, mais qui ne refusent pas d'obéir aux paroles qui ont été prononcées par la puissance divine. Et ces injonctions, Dieu les a données à la Parole. Mais la Parole, en les déclarant, a promulgué les commandements divins, détournant ainsi l'homme de la désobéissance, ne le mettant pas en servitude par la force de la nécessité, mais l'appelant à la liberté par un choix impliquant la spontanéité.

Ce Logos que le Père a envoyé dans les derniers jours, non plus pour parler par un prophète, et non pas pour que le Verbe, proclamé de façon obscure, soit l'objet d'une simple conjecture, mais pour qu'il soit manifesté, afin que nous puissions le voir de nos propres yeux. Ce Logos, dis-je, le Père l'a envoyé pour que le monde, en le voyant, puisse révérer Celui qui ne délivrait pas ses préceptes par la personne des prophètes, ni ne terrorisait l'âme par un ange, mais qui était Lui-même - Celui qui avait parlé - présent corporellement parmi nous. Ce Logos, nous le savons, a reçu un corps d'une vierge, et a remodelé le vieil homme par une nouvelle création. Et nous croyons que le Logos est passé par toutes les périodes de cette vie, afin qu'Il serve Lui-même de loi pour tous les âges, et qu'en étant présent (parmi nous), Il puisse montrer Sa propre virilité comme un but pour tous les hommes. Et que, par Lui-même en personne, Il puisse prouver que Dieu n'a rien fait de mal, et que l'homme possède la capacité d'autodétermination, dans la mesure où il est capable de vouloir et de ne pas vouloir, et qu'il est endurci avec le pouvoir de faire les deux. Cet homme que nous connaissons a été créé à partir de l'ensemble de notre humanité. Car s'il n'était pas de même nature que nous, c'est en vain qu'il ordonne que nous imitions le Maître. Car si cet Homme était d'une autre nature que la nôtre, pourquoi fait-il peser sur moi, qui suis né faible, des injonctions semblables à celles qu'Il a reçues ; et en quoi est-ce là l'acte de celui qui est bon et juste ? Mais pour qu'il ne soit pas différent de nous, il s'est même donné du mal, il était prêt à supporter la faim, il n'a pas refusé d'avoir soif et il s'est enfoncé dans la quiétude du sommeil. Il n'a pas protesté contre sa passion, mais il est devenu obéissant jusqu'à la mort et a manifesté sa résurrection. Dans tous ces actes, il a offert, comme prémices, sa propre virilité, afin que vous ne soyez pas découragés lorsque vous serez dans la tribulation, mais que, vous confessant comme un homme (de même nature que le Rédempteur), vous puissiez demeurer dans l'attente de recevoir aussi ce que le Père a accordé à ce Fils.



Chapitre 30. Le discours de clôture de l'auteur.


Telle est la vraie doctrine en ce qui concerne la nature divine, ô vous les hommes, Grecs et Barbares, Chaldéens et Assyriens, Égyptiens et Libyens, Indiens et Éthiopiens, Celtes et vous les Latins, qui dirigez des armées, et vous tous qui habitez l'Europe, et l'Asie, et la Libye. Et je suis devenu pour vous un conseiller, dans la mesure où je suis un disciple du Logos bienveillant, et donc humain, afin que vous puissiez vous hâter et que nous puissions vous enseigner qui est le vrai Dieu, et quelle est sa création bien ordonnée. Ne prêtez pas attention aux sophismes des discours artificiels, ni aux vaines promesses des hérétiques plagiaires, mais à la vénérable simplicité de la vérité modeste. Et grâce à cette connaissance, vous échapperez à la menace imminente du feu du jugement, et au paysage sans rayons du sombre Tartarus, où jamais ne brille un rayon de la voix irradiante du Verbe !

Tu échapperas au déluge bouillant de l'éternel lac de feu de l'enfer et à l'œil toujours fixé dans l'éclat menaçant des anges déchus enchaînés dans le Tartare en punition de leurs péchés ; et tu échapperas au ver qui s'enroule sans cesse pour se nourrir autour du corps dont l'écume l'a engendré. Vous éviterez ces (tourments) en étant instruits dans la connaissance du vrai Dieu. Et vous posséderez un corps immortel, même placé hors de toute possibilité de corruption, tout comme l'âme. Et vous recevrez le royaume des cieux, vous qui, pendant votre séjour dans cette vie, avez connu le Roi Céleste. Et vous serez un compagnon de la divinité, et un cohéritier avec le Christ, qui ne sera plus esclave des convoitises ou des passions, et qui ne sera plus jamais gaspillé par la maladie. Car vous êtes devenu Dieu : car toutes les souffrances que vous avez subies pendant que vous étiez un homme, il vous les a données, parce que vous étiez d'une forme mortelle, mais tout ce qu'il est conforme à Dieu de vous donner, Dieu a promis de vous le donner, parce que vous avez été déifié et engendré pour l'immortalité. Ceci constitue la portée du proverbe "Connais-toi toi-même", c'est-à-dire découvre Dieu en toi-même, car il t'a formé à son image. Car à la connaissance de soi est joint l'être objet de la connaissance de Dieu, car vous êtes appelé par la divinité elle-même. Ne vous enflammez donc pas, ô vous, hommes, d'inimitié les uns envers les autres, et n'hésitez pas à revenir sur vos pas à toute vitesse. Car le Christ est le Dieu par-dessus tout, et il a pris des dispositions pour laver le péché des êtres humains, en faisant régénérer le vieil homme. Et Dieu a appelé l'homme sa ressemblance dès le début, et a manifesté en une figure son amour envers vous. Et si tu obéis à ses injonctions solennelles, et si tu deviens un fidèle disciple de Celui qui est bon, tu lui ressembleras, dans la mesure où il te conférera l'honneur. Car la divinité, (par condescendance,) ne diminue en rien la divinité de sa perfection divine ; vous ayant même fait Dieu pour sa gloire !