Irénée de Lyon

CONTRE LES HÉRÉSIES LIVRE IV : CHAPITRE XLI

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

Ceux qui ne croient pas en Dieu, deviennent les enfants du démon, non pas par nature, mais par dégradation. — Résumé de ce livre, et sommaire du livre suivant.






L’évangéliste nous dit que le feu éternel a été préparé pour les anges de ténèbres, et il dit de nouveau au sujet de l’ivraie : l’ivraie, ce sont les enfants d’iniquité ; il est donc nécessaire d’expliquer ceci et de dire que l’Évangile range sous le sceptre du démon tous ceux qui sont transgresseurs de la loi, parce que le démon est lui-même le prince de la désobéissance. Mais ce n’est pas à dire pour cela qu’il soit le créateur des hommes et des anges rebelles à Dieu ; car il n’a pas le pouvoir de créer quoi que ce soit d’une manière absolue, étant lui-même, avec le reste des anges, une créature de Dieu. Dieu seul a tout fait, comme le dit David : « Il a dit, et tout a été fait ; il a ordonné, et tout a été créé. »

Dieu a tout créé, tout ce qui existe ; mais les anges révoltés sont devenus des démons, par l’effet de leur révolte ; il en est de même des hommes qui l’imitent dans sa désobéissance ; c’est donc avec raison que l’Écriture appelle ceux qui persévèrent dans le péché, ainsi que les anges qui ont persisté dans leur révolte, les fils du diable. Être fils de quelqu’un, s’entend de deux manières, comme on l’a dit avant nous : on est enfant de quelqu’un, ou par nature, parce qu’on a été mis au monde par lui ; ou bien, par adoption, lorsque, sans être né de quelqu’un, on a été adopté par lui. Ainsi, ce n’est pas la même chose que d’être enfant ou d’être devenu enfant. Dans le premier cas, on a été engendré par celui dont on est fils ; dans le second cas, on est devenu fils ou parce qu’on a été adopté par quelqu’un, ou parce qu’on a embrassé ses doctrines ; car le disciple est l’enfant du maître, et le maître se nomme le père du disciple. Selon la condition de notre nature, nous sommes bien, par le fait de notre création, tous enfants de Dieu, puisque c’est lui qui nous a tous créés ; mais, suivant la foi et la croyance, il n’y a réellement que ceux qui croient en lui et qui font sa volonté qui soient ses enfants. Ceux qui ne croient pas en lui, et qui n’accomplissent pas ses préceptes, sont tous des enfants du diable, selon ces paroles d’Isaïe : « J’ai nourri des enfants, je les ai élevés ; et ils se sont révoltés contre moi. » Le psalmiste dit aussi dans le même sens : « Mes enfants, devenus rebelles, ont menti contre moi. » C’est-à-dire qu’ils sont fils de Dieu, sous le rapport de la création de leur être ; mais ils ne le sont pas selon leurs œuvres.

De même que, parmi les hommes, les enfants qui sont déshérités par leurs parents n’ont point de part à leur héritage ; de même en est-il vis-à-vis de Dieu : ceux qui ne sont pas fidèles à sa loi, sont déshérités par lui et ne sont plus ses enfants. Ils ne sont donc pas aptes à recueillir son héritage ; et c’est d’eux que parle David, quand il dit : « Les impies se sont égarés dès leur naissance, le poison qu’ils répandent est semblable au venin du serpent. » Aussi notre Seigneur, qui connaissait bien leur méchanceté, les appelle-t-il race de vipères, les comparant à ces animaux qui rampent et qui mordent les passants ; et il dit à ses disciples : « Gardez-vous soigneusement du levain des Pharisiens et des Sadducéens ; » et dans un autre endroit : « Allez, et dites à ce renard, » en parlant d’Hérode, pour exprimer son astuce et sa ruse diabolique. C’est dans le même sens encore que parle David, quand il dit du méchant : « Mais l’homme, au milieu de sa grandeur, n’a pas compris sa destinée ; il s’est fait semblable aux animaux qui meurent tout entiers. » Et Jérémie : « Ils sont devenus comme des chevaux qui hennissent après les cavales : chacun d’eux a poursuivi la femme de son prochain. » Le prophète Isaïe, prêchant dans la Judée, et reprochant à Israël ses iniquités, disait à ce peuple qu’il était semblable à celui de Sodome et de Gomorrhe, pour marquer qu’il s’adonnait à des désordres semblables et qu’il s’exposait au même sort. Mais comme Dieu ne les avait point créés ainsi, et pour les engager à revenir à des sentiments meilleurs, il lui donnait un bon conseil, de la part de Dieu, en ajoutant : « Lavez-vous, purifiez-vous, faites disparaître de devant mes yeux la malice de vos pensées ; cessez de pratiquer l’injustice. » Ainsi, en faisant pénitence, en changeant de vie, ils pouvaient redevenir les enfants de Dieu et mériter l’héritage immortel que Dieu réserve à ses élus. C’est donc dans ce sens que les hommes, quoique tous créés par Dieu, peuvent devenir les enfants du démon, lorsqu’ils pratiquent les œuvres du démon ; et par contre, ceux qui croient en Dieu, qui sont soumis, et qui persévèrent dans l’accomplissement de sa loi, deviennent les enfants de Dieu.

Ainsi, nous voici arrivés à la fin de ce livre, dans lequel nous nous sommes attachés à réfuter, par les propres paroles de notre Seigneur, qui a annoncé constamment un seul et même Dieu le père comme créateur de cet univers, les doctrines funestes de ceux qui mettent en doute ou qui nient cette vérité ; le nombre de nos preuves et de nos réfutations, à cet égard, a égalé celui de leurs erreurs : puissent nos efforts les convertir à la vérité et les remettre dans la voie du salut ! Le livre suivant aura pour objet de compléter cette réfutation, en ajoutant à nos preuves celles qui résultent des doctrines prêchées par saint Paul ; nous passerons en revue les enseignements de l’apôtre, nous appliquant à restituer à leur vrai sens ou à éclaircir les passages mal compris, à tort ou à dessein, par les hérétiques, afin de mettre ainsi à nu leurs déplorables systèmes. La réponse que nous ferons aux questions insidieuses qu’ils nous adressent à ce sujet, nous fournira l’occasion de convaincre nos adversaires d’astuce et de mensonge, et de démontrer l’unité qui règne dans les doctrines de saint Paul, qui a prêché constamment la vérité, et a toujours proclamé un seul et même Dieu le père, celui qui a parlé à Abraham, qui a donné la loi sur le mont Sinaï, qui a inspiré les prophètes, qui a envoyé son Fils sur la terre, et qui donne à l’homme le salut, c’est-à-dire le complément de son être. En complétant ainsi nos preuves à ce sujet par les enseignements du Christ et par ceux de l’apôtre, nous achèverons, avec l’aide de Dieu, de renverser et d’anéantir ce funeste système, qui s’intitule faussement celui de la vraie croyance. Vous posséderez ainsi, dans l’ensemble de nos cinq livres, la réfutation entière et complète de toutes les hérésies.