Irénée de Lyon

CONTRE LES HÉRÉSIES LIVRE II : CHAPITRE XXII

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

Si le Christ a été baptisé à sa trentième année, ce n’a pas été afin que ses trente années fussent la figure des trente Æons. Ce n’est pas un an après son baptême qu’a eu lieu la passion du Christ.





Nous avons fait voir combien nos adversaires sont peu d’accord sur le nombre de leurs trente Æons, en mettant tantôt plus, tantôt moins. Il n’est donc point exact de dire que les Æons sont au nombre de trente ; et ce n’est point, par conséquent, pour figurer ces trente Æons que notre Seigneur s’est fait baptiser à l’âge de trente ans ; car, dans cette hypothèse, il faudrait retrancher du Plerum le Salvator, puisqu’en le comptant, le nombre des Æons excéderait celui de trente. Ils prétendent encore que le Christ a souffert sa passion douze mois après son baptême, et qu’ainsi sa prédication n’aurait duré qu’une année ; ils cherchent à étayer cette hypothèse des paroles du prophète, qui a dit : « Pour publier l’année de la réconciliation et le jour de la vengeance du Seigneur. » Mais, eux qui se vantent d’avoir pénétré les mystères de Bythus, ne savent pas expliquer ces paroles du prophète, et ils n’ont pas pris garde que s’il parle de l’année de la réconciliation, il dit seulement le jour de la vengeance. D’ailleurs le prophète, en parlant d’une année ou d’un jour, n’a point voulu signifier un jour composé de vingt-quatre heures, ni une année composée de douze mois. Tout le monde sait que le style des prophètes procède par parabole et par allégorie, et ne doit point être pris à la lettre : les hérétiques, d’ailleurs, en font eux-mêmes l’aveu.

Ainsi le jour de la vengeance signifie le jour du jugement, lorsque le Seigneur traitera chacun selon ses œuvres. Quant à l’année de la réconciliation, cela marque en général tout le cours des siècles pendant lesquels ceux qui croiront se rendront dignes de Dieu et deviendront agréables à ses yeux ; c’est-à-dire tout l’espace d’années qui s’écoulera, depuis la venue du Christ jusqu’à la consommation des temps. Et, en effet, dans le langage du prophète, le jour de la justice est nommé après le jour de la réconciliation. De manière que si le prophète n’avait entendu parler que d’une année de douze mois, sa prophétie se trouverait fausse. « Car l’année qui a précédé la passion s’est écoulée, et le jour de la justice n’a pas paru ; et Dieu continue à faire lever son soleil sur les bons et les méchants, et pleuvoir sur les justes et les injustes. Les justes sont affligés et souffrent la persécution ; ils sont mis à mort, tandis que les pécheurs vivent dans l’abondance, et la cythare, la lyre, le tambour, font l’ornement de leurs festins ; ils méprisent la loi du Seigneur. » On ne peut donc pas scinder les paroles du prophète, et il faut que le jour de la justice vienne immédiatement après l’année de la réconciliation des justes. Car le prophète dit : « Pour annoncer le jour de la réconciliation et celui de la vengeance du Seigneur. » Ainsi entendu, et sans division, ce passage est clair et formel. L’apôtre saint Paul parle à ce sujet dans le même sens que le prophète Isaïe. Dans l’épître aux Romains, fidèle au langage des Écritures, il dit : « Selon qu’il est écrit, on nous livre tout le jour à la mort à cause de vous ; on nous regarde comme des brebis destinées aux sacrifices. » En disant tout le jour, il marque tout le temps que dure la persécution, pour chacun des justes persécutés. Ainsi, comme le jour ici ne signifie pas seulement un intervalle de vingt-quatre heures, de même l’année ne marque pas seulement un espace de douze mois, mais tout le temps pendant lequel les justes souffriront sur la terre pour se rendre dignes de Dieu et mériter le ciel.

Il est curieux vraiment de voir des hommes, qui prétendent avoir découvert les mystères de la Divinité, ne pas connaître leur Évangile, et ignorer combien de temps après son baptême le Christ vint à Jérusalem pour célébrer la pâque, selon la coutume des Juifs, qui accouraient de toutes parts chaque année dans cette ville pour cette cérémonie. Nous le voyons d’abord changer l’eau en vin aux noces de Cana, et puis venir célébrer la pâque ; cette époque de sa vie est ainsi indiquée par l’évangéliste, quand il dit : « Et comme il était en Jérusalem à Pâques, au jour de la fête, plusieurs crurent en son nom, voyant les miracles qu’il faisait. » Il se soustrait de nouveau aux regards de la foule, et nous le voyons à Samarie, instruisant la Samaritaine, et guérissant le fils du centurion sans aller le voir, et par cette seule parole qu’il dit à son père : « Allez, votre fils vit. » Après cela, il revient à Jérusalem, où l’on célébrait la pâque, et il guérit miraculeusement un paralytique âgé de trente-huit ans, qui était près de la piscine, lui ordonnant de se lever, et d’emporter le grabat sur lequel il était assis et de s’en aller. Ensuite il se retire au delà de la mer de Tybériade, où une foule immense le suit, et qu’il nourrit avec cinq pains et deux poissons, dont les débris remplirent encore douze corbeilles. Enfin, il ressuscite Lazare, est persécuté par les Pharisiens, qui lui tendent des piéges, et se retire dans la ville d’Éphraïm, comme il est dit : « Jésus donc, dix jours avant la pâque, vint en Béthanie ; de là, il va à Jérusalem, célèbre la pâque, et puis le lendemain il souffre sa passion. » Tout le monde doit avouer que cette triple mention de la pâque dont il est parlé ici ne peut marquer une seule année. Il faut aussi que nos adversaires sachent que le mois dans lequel la pâque était célébrée, et dans lequel a eu lieu la passion du Sauveur, était le premier et non le douzième mois de l’année. Ainsi, tout ce qu’ils disent relativement, soit à l’année, soit au douzième mois, est inexact de tout point ; et il faut, ou qu’ils renoncent à leur système, ou bien qu’ils rejettent l’Évangile. En effet, comment soutiendraient-ils que la prédication de notre Seigneur n’aurait duré qu’une année ?

Le Christ était âgé de trente ans, lorsqu’il reçut le baptême de saint Jean. Ce fut après cela qu’ayant atteint l’âge de l’apostolat, il vint à Jérusalem, se montra publiquement, de manière que chacun put entendre ses enseignements. Mais il n’y avait point deux êtres différents en lui, l’un apparent, et l’autre invisible ; c’était bien lui-même qui s’offrait aux regards de tous. Étant le maître de ses disciples, il avait l’âge d’un maître, se conformant ainsi à toutes les conditions de l’humanité, jusqu’à laquelle il s’était abaissé, et sanctifiant tous les âges par lesquels il avait bien voulu passer. Car il est venu pour sauver tous les hommes, tous ceux qui renaissent en Dieu par sa grâce, tant les enfants que les jeunes gens, les hommes faits et les vieillards. C’est pour sanctifier tous les âges de l’homme qu’il a voulu les traverser ; il s’est fait enfant, afin de sanctifier l’enfance ; il s’est fait également adolescent, afin de sanctifier l’adolescence, lui donnant l’exemple de la soumission et de l’obéissance ; il a sanctifié pareillement l’âge mûr, par l’exemple de toutes les vertus et par la prédication de la vérité : c’est ainsi qu’il a parcouru les phases de la vie jusqu’à la mort, « afin qu’il fût le premier-né d’entre les morts, et qu’il eût la primauté en toute chose. » Car il est le prince de la vie, le premier de tous, et marche en avant de tous.