Origène

COMMENTAIRE SUR L'EVANGILE DE MATTHIEU : LIVRE XI

Titre 5
Titre 5

SOMMAIRE

LIVRE AUDIO

1. Introduction à l'alimentation des cinq mille.


Et quand même ses disciples vinrent à lui, Matthieu 14:15, c'est-à-dire à la fin de l'âge auquel nous pouvons dire ce que l'on trouve dans l'épître de Jean, c'est la dernière heure. 1 Jean 2:18 Ils ne comprenaient pas encore ce que la Parole allait faire, et ils lui dirent : Le lieu est désert, Matthieu 14:15, voyant la condition de désert des masses par rapport à Dieu, à la Loi et à la Parole ; mais ils lui dirent : Le temps est passé, Matthieu 14:15, comme si le temps convenable de la loi et des prophètes était passé. Peut-être ont-ils dit cela, en référence à la parole de Jésus, qu'à cause de la décapitation de Jean, la loi et les prophètes qui étaient jusqu'à ce que Jean ait cessé. Luc 16:16 Le temps est passé, disent-ils, et il n'y a plus de nourriture, car le temps n'est plus présent, afin que ceux qui t'ont suivi dans le désert servent la loi et les prophètes. Et, de plus, les disciples disent : Renvoie-les, Matthieu 14:15, afin que chacun puisse acheter de la nourriture, s'il ne le peut pas, dans les villes, au moins dans les villages - lieux plus ignobles. Les disciples ont dit cela parce que, après l'abrogation de la lettre de la loi et l'arrêt des prophéties, ils désespéraient de trouver une nourriture nouvelle et inattendue pour la foule. Mais voyez ce que Jésus répond aux disciples, même s'il ne crie pas et ne le dit pas clairement : Vous pensez que, si la grande foule s'éloigne de moi en ayant besoin de nourriture, elle la trouvera dans les villages plutôt qu'avec moi, et parmi des corps d'hommes, non pas de citoyens mais de villageois, plutôt qu'en demeurant avec moi. Mais je vous déclare qu'en ce qui concerne ce dont vous pensez qu'ils sont dans le besoin, ils ne sont pas dans le besoin, car ils n'ont pas besoin de s'en aller ; mais en ce qui concerne ce dont vous pensez qu'ils n'ont pas besoin - c'est-à-dire de Moi - comme si je ne pouvais pas les nourrir, de cela contrairement à votre attente ils ont besoin. Depuis lors, Je vous ai formés et vous ai rendus aptes à donner une nourriture rationnelle à ceux qui en ont besoin, donnez vous à manger aux foules qui M'ont suivi, car vous avez le pouvoir, que vous avez reçu de Moi, de donner à manger aux foules ; et si vous vous étiez occupés de cela, vous auriez compris que Je suis bien plus apte à les nourrir, et vous n'auriez pas dit : "Renvoyez les foules pour qu'elles aillent s'acheter de la nourriture". Matthieu 14:15



2. Exposition des détails du miracle.


Jésus, donc, à cause du pouvoir qu'il a donné aux disciples, même le pouvoir de nourrir les autres, a dit : Donnez leur à manger. Matthieu 14:16 Mais (sans nier qu'ils puissent donner des pains, mais en pensant qu'il y en avait beaucoup trop peu et pas assez pour nourrir ceux qui suivaient Jésus, et sans considérer que lorsque Jésus prend chaque pain - la Parole - Il l'étend autant qu'Il le veut, et le fait suffire à tous ceux qu'Il veut nourrir), les disciples disent : Nous n'avons ici que cinq pains et deux poissons. Matthieu 14:17 Par les cinq pains, ils entendaient peut-être faire une référence voilée aux paroles sensées des Ecritures, correspondant en nombre à ce titre aux cinq sens, mais par les deux poissons, soit à la parole exprimée et à la parole conçue, qui sont une délectation, pour ainsi dire, aux choses sensées contenues dans les Ecritures ; soit, peut-être, à la parole qui leur était parvenue au sujet du Père et du Fils. C'est pourquoi aussi, après sa résurrection, il mangea d'un poisson grillé, Luc 24, 42-43 ayant pris part à la vie des disciples, et ayant reçu cette théologie sur le Père qu'ils étaient en partie capables de lui déclarer. Telle est la contribution que nous avons pu apporter à l'exposé de la parole sur les cinq pains et les deux poissons ; et probablement que ceux qui sont mieux à même que nous de réunir entre eux les cinq pains et les deux poissons, seraient en mesure de donner une interprétation plus complète et meilleure de leur signification. Il faut cependant noter que si dans Matthieu, Marc et Luc, les disciples disent qu'ils ont les cinq pains et les deux poissons, sans indiquer s'il s'agissait de blé ou d'orge, seul Jean dit que les pains étaient des pains d'orge. Jean 6:9 C'est pourquoi, peut-être, dans l'Evangile de Jean, les disciples ne reconnaissent pas que les pains sont avec eux, mais disent dans Jean : Il y a ici un garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons. Jean 6 : 9 Et tant que ces cinq pains et ces deux poissons n'étaient pas portés par les disciples de Jésus, ils ne se multipliaient pas, ni ne pouvaient nourrir davantage ; mais, lorsque le Sauveur les prit, et qu'il les plaça en premier, il regarda vers le ciel, avec les rayons de ses yeux, comme s'il en retirait la puissance qui devait se mêler aux pains et aux poissons qui allaient nourrir les cinq mille ; et après cela, il bénit les cinq pains et les deux poissons, en les multipliant par la parole et la bénédiction ; et en troisième lieu, il divisa et rompit pour que les disciples puissent les placer devant la foule, puis les pains et les poissons furent suffisants, de sorte que tous mangèrent et furent rassasiés, et que certaines portions des pains bénis ne purent être consommées. Car il restait tant à la foule, non pas selon la capacité de la foule, mais des disciples qui pouvaient prendre ce qui restait des morceaux cassés et le mettre dans des paniers remplis de ce qui restait, en nombre égal à celui des tribus d'Israël. Concernant Joseph, il est donc écrit dans les Psaumes que ses mains servaient dans la corbeille, mais concernant les disciples de Jésus, ils ont pris ce qui restait des morceaux brisés douze corbeilles, douze corbeilles, je le prends, non pas à moitié pleines mais remplies. Et il y a, je pense, jusqu'à présent, et il y aura jusqu'à la consommation du siècle avec les disciples de Jésus, qui sont supérieurs à la foule, les douze paniers, remplis des morceaux de pain vivant que la foule ne peut pas manger. Or, ceux qui mangeaient des cinq pains qui existaient avant les douze paniers restants, étaient par nature apparentés au nombre cinq ; car ceux qui mangeaient avaient atteint le stade des choses sensibles, puisqu'ils étaient aussi nourris par Celui qui, levant les yeux au ciel, les bénissait et les rompait, et n'étaient ni des garçons ni des femmes, mais des hommes. Car il y a, je pense, même dans les aliments sensibles des différences, de sorte que certains d'entre eux appartiennent à ceux qui ont mis de côté les choses enfantines, 1 Corinthiens 13:11 et d'autres à ceux qui sont encore bébés et charnels en Christ.



3. L'exposition des détails se poursuit. L'assise sur l'herbe. La division en sociétés.


Nous avons parlé de ces choses à cause des mots : "Ceux qui mangeaient étaient cinq mille hommes, outre les enfants et les femmes", Matthieu 14:21 qui est une expression ambiguë ; car soit ceux qui mangeaient étaient cinq mille hommes, et parmi ceux qui mangeaient il n'y avait ni enfant ni femme ; soit les hommes seulement étaient cinq mille, les enfants et les femmes n'étant pas comptés. Certains, donc, comme nous l'avons dit par anticipation, ont tellement compris le passage que ni les enfants ni les femmes n'étaient présents, lorsque l'augmentation et la multiplication des cinq pains et des deux poissons ont eu lieu. Mais certains pourraient dire que, si beaucoup ont mangé et, selon leur désert et leur capacité, ont participé aux pains de bénédiction, certains dignes d'être comptés, correspondant aux hommes de vingt ans qui sont comptés dans le livre des Nombres, Nombres 1:3 étaient des hommes israélites, mais d'autres qui n'étaient pas dignes d'un tel compte et d'un tel nombre étaient des enfants et des femmes. De plus, interprétez avec moi de manière allégorique les enfants conformément au passage, je ne pourrais pas vous parler comme à des êtres spirituels, mais comme à des êtres charnels, comme à des enfants en Christ ; 1 Corinthiens 3:1 et les femmes conformément à la parole, je veux vous présenter tous comme une vierge pure en Christ ; 2 Corinthiens 11:2 et les hommes conformément à la parole, quand je suis devenu un homme, j'ai renoncé aux choses enfantines. 1 Corinthiens 13:11 Ne passons pas sans exposer les paroles : Il a ordonné à la foule de s'asseoir sur l'herbe, et il a regardé les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il a béni, et il a rompu, et il a donné les pains aux disciples, et les disciples à la foule. Et ils mangèrent tous. Matthieu 14:19-20 Car que signifient ces paroles : Et il ordonna à toute la foule de s'asseoir sur l'herbe ? Et que devons-nous comprendre dans le passage digne de l'ordre de Jésus ? Je pense qu'Il a ordonné à la foule de s'asseoir sur l'herbe, à cause de ce qui est dit dans Esaïe : Toute chair est de l'herbe ; Esaïe 40:6, c'est-à-dire qu'Il leur a ordonné de mettre la chair sous l'eau et de garder l'esprit de la chair soumis, Romains 8:6, afin que chacun puisse prendre part aux pains que Jésus bénit. Puis, comme il y a différents ordres de ceux qui ont besoin de la nourriture que Jésus fournit et que tous ne sont pas nourris par des paroles égales, je pense que Marc a écrit à ce sujet : Et il leur ordonna de s'asseoir par groupes sur l'herbe verte ; et ils s'assirent par centaines et par cinquantaines ; Marc 6:39-40 mais Luc, et il dit à ses disciples : Faites-les s'asseoir par groupes d'environ cinquante chacun. Luc 9:14 Car il fallait que ceux qui devaient trouver le repos dans la nourriture de Jésus soient soit de l'ordre du cent - le nombre sacré - qui est consacré à Dieu, à cause de l'unité, (en lui) ou de l'ordre du cinquante - le nombre qui englobe la rémission des péchés, selon le mystère du Jubilé qui avait lieu tous les cinquante ans, et de la fête de la Pentecôte. Et je pense que les douze corbeilles étaient en possession des disciples à qui il a été dit : "Tu seras assis sur douze trônes pour juger les douze tribus d'Israël". Matthieu 19:28 Et comme on pourrait dire que le trône de celui qui juge la tribu de Ruben est un mystère, et le trône de celui qui juge la tribu de Siméon, et un autre de celui qui juge la tribu de Juda, et ainsi de suite avec les autres, il y aurait une corbeille de la nourriture de Ruben, et une autre de Siméon, et une autre de Lévi. Mais il n'est pas conforme à notre discours actuel de s'éloigner du sujet en question au point de rassembler ce qui est dit sur les douze tribus, et séparément ce qui est dit sur chacune d'elles, et de dire ce que chaque tribu d'Israël peut signifier.



4. Les multitudes et les disciples en contraste.


Et aussitôt, il contraignit les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l'autre rive, jusqu'à ce qu'il renvoie la foule. Matthieu 14:22 Il convient d'observer combien de fois dans les mêmes passages est mentionné le mot "foule" et un autre mot, "disciples", de sorte qu'en observant et en rassemblant les passages à ce sujet, on peut voir que le but des évangélistes était de représenter au moyen de l'histoire de l'Evangile les différences de ceux qui viennent à Jésus ; certains sont la foule et ne sont pas appelés disciples, et d'autres sont les disciples qui sont meilleurs que la foule. Il nous suffit cependant, pour le moment, d'énoncer quelques dictons, afin que quiconque s'en émeut puisse faire de même avec l'ensemble des évangiles. Il est donc écrit - comme si la foule était en bas, mais les disciples ont pu venir à Jésus quand Il est monté sur la montagne, où la foule ne pouvait pas être - comme suit : Voyant la foule, il monta sur la montagne et, après s'être assis, ses disciples s'approchèrent de lui. Il ouvrit la bouche et les enseigna en disant : "Heureux les pauvres en esprit, etc. Matthieu 5:1-3 Et de nouveau dans un autre lieu, alors que la foule se tenait debout et avait besoin de guérison, il est dit : Une grande foule Le suivait et Il les guérissait. Matthieu 12:15 Nous ne trouvons aucune guérison enregistrée des disciples ; car si quelqu'un est déjà un disciple de Jésus, il est entier, et pour être bien, il a besoin de Jésus non pas comme médecin mais dans le respect de ses autres pouvoirs. Dans un autre lieu, alors qu'il parlait à la foule, sa mère et ses frères se tenaient dehors, cherchant à lui parler ; cela lui fut annoncé par quelqu'un à qui il répondit, étendant la main non pas vers la foule mais vers les disciples, et disant : Voici ma mère et mes frères, Matthieu 14:46-49, et rendant témoignage aux disciples qu'ils font la volonté du Père qui est dans les cieux, il ajouta : Il est mon frère, ma soeur et ma mère. Matthieu 14:50 Et encore dans un autre lieu, il est écrit : Toute la foule se tenait sur la plage et Il leur parla de beaucoup de choses en paraboles. Matthieu 13:2-3 Puis, après la parabole des semailles, ce ne fut plus la foule, mais les disciples qui vinrent lui dire : Non pas Pourquoi nous parles-tu en paraboles, mais Pourquoi leur parles-tu en paraboles. Matthieu 13:10 Il prit aussi la parole et dit, non pas à la foule, mais aux disciples : Il vous a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux, mais aux autres en paraboles. Matthieu 13:11 Ainsi, parmi ceux qui viennent au nom de Jésus, quelques-uns, qui connaissent les mystères du royaume des cieux, seront appelés disciples ; mais ceux à qui ce privilège n'est pas donné, seront appelés foules, qui seront considérées comme inférieures aux disciples. Car observez bien qu'Il a dit aux disciples : "Il vous est donné de connaître les mystères du royaume des cieux, mais quant aux foules, il ne leur est pas donné. Matthieu 13:11 Et dans un autre lieu, il rejette la foule, et entre dans la maison, Matthieu 13:36, mais il ne rejette pas les disciples ; et il s'approcha de lui dans sa maison, non pas la foule, mais ses disciples, en disant : Déclare-nous la parabole de l'ivraie des champs. Matthieu 13:36 De plus, dans un autre lieu, lorsque Jésus entendit les choses concernant Jean et qu'il se retira dans une barque dans un lieu désert à l'écart, la foule le suivit ; lorsqu'il sortit et vit une grande foule, il eut pitié d'eux et guérit leurs malades - les malades de la foule, non des disciples. Matthieu 14:13-14 Le soir étant venu, ce n'est pas la foule qui s'approcha de lui, mais les disciples, comme étant différents de la foule, disant : Renvoyez la foule, afin qu'elle aille dans les villages s'acheter de la nourriture. Matthieu 14:15 De plus, lorsque Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et qu'il regarda vers le ciel pour bénir et rompre les pains, il donna, non pas à la foule, mais aux disciples, Matthieu 14:19, afin que les disciples donnassent à la foule, qui ne pouvait pas le prendre, mais qui recevait difficilement des mains des disciples les pains de la bénédiction de Jésus, et qui ne mangeait même pas tout cela ; car la foule était rassasiée et laissait ce qui restait dans douze paniers pleins.



5. Les disciples en conflit. Jésus marche sur les eaux.


La raison pour laquelle nous avons abordé ce sujet est le passage en discussion qui raconte que Jésus a séparé les disciples de la foule, et les a contraints à monter dans la barque et à aller devant Lui sur l'autre rive jusqu'à ce que Lui-même renvoie la foule ; Matthieu 14:22 car la foule ne pouvait pas s'en aller sur l'autre rive, car elle n'était pas au sens mystique des Hébreux, qui sont par interprétation, des habitants de l'autre rive. Mais c'était l'œuvre des disciples de Jésus - je veux dire s'en aller de l'autre côté, et passer au-delà des choses vues et matérielles, comme temporelles, et aller vers les choses invisibles et éternelles. Etre renvoyé par Jésus était un acte de bonté suffisant accordé par Jésus aux foules, car ce n'est pas parce qu'elles étaient foules qu'elles pouvaient partir de l'autre côté. Ce genre de renvoi n'est possible que pour Jésus seul, et personne ne peut être renvoyé sans avoir mangé au préalable les pains que Jésus bénit. Il n'est pas non plus possible à quiconque de manger des pains de la bénédiction de Jésus, à moins d'avoir fait ce que Jésus a ordonné et de s'être assis sur l'herbe comme nous l'avons dit. Il n'était pas non plus possible pour les multitudes de le faire à moins d'avoir suivi Jésus depuis leurs propres villes, lorsqu'il s'est retiré dans un endroit désert à part. Au début, lorsque les disciples lui ont demandé de renvoyer la foule, il ne l'a pas renvoyée avant de l'avoir nourrie avec les pains de bénédiction ; mais maintenant il les renvoie, après avoir d'abord contraint les disciples à monter dans la barque ; et il les renvoie, alors qu'ils étaient quelque part en bas - car le désert était en bas - mais lui-même est monté sur la montagne pour prier. Matthieu 14:23 Et vous devez observer ceci, qu'aussitôt après que les cinq mille eurent été nourris, Jésus contraignit les disciples à monter dans la barque, et à le précéder sur l'autre rive. Seulement, les disciples ne purent pas aller devant Jésus sur l'autre rive ; mais, quand ils furent arrivés au milieu de la mer, et que la barque fut en détresse parce que le vent leur était contraire, Matthieu 14:24 ils eurent peur quand, vers la quatrième veille de la nuit, Jésus vint à eux. Et si Jésus n'était pas monté dans la barque, le vent contraire aux disciples qui naviguaient n'aurait pas cessé, et ceux qui naviguaient n'auraient pas traversé et ne seraient pas venus de l'autre côté. Et, peut-être, voulant leur apprendre par expérience qu'il n'était pas possible en dehors de Lui d'aller de l'autre côté, Il les a contraints à monter dans la barque et à passer avant Lui de l'autre côté ; mais, comme ils ne pouvaient pas avancer plus loin que le milieu de la mer, Il leur est apparu, et a fait ce qui est écrit, Matthieu 14:25 et a montré que celui qui arrive de l'autre côté l'atteint parce que Jésus navigue avec lui. Mais quelle est la barque dans laquelle Jésus a contraint les disciples à entrer ? Est-ce peut-être le conflit de tentations et de difficultés dans lequel chacun est contraint par la Parole, et va, pour ainsi dire, contre son gré, lorsque le Sauveur veut entraîner par l'exercice les disciples dans cette barque qui est affligée par les vagues et le vent contraire ? Mais puisque Marc a apporté un léger changement dans la lecture, et qu'il a aussitôt contraint les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l'autre rive, il a écrit : "Et aussitôt il a contraint ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l'autre rive, à Bethsaïde", Marc 6:45, nous devons nous occuper de la parole : "Il a contraint", lorsque nous avons vu pour la première fois la légère variation dans Marc qui indique quelque chose de plus précis par l'ajout du pronom ; car la même chose n'est pas exprimée par les mots, aussitôt il a contraint les disciples. Quelque chose de plus que les disciples est simplement écrit dans Marc, à savoir, Ses disciples. Peut-être, par conséquent, pour soigner l'expression, les disciples qui avaient du mal à s'arracher à Jésus, et ne pouvaient être séparés de Lui par aucune cause ordinaire, voulaient être présents avec Lui ; mais Lui ayant jugé qu'ils devaient faire l'épreuve des vagues et du vent contraire, ce qui n'aurait pas été contraire s'ils avaient été avec Jésus, a mis sur eux la nécessité d'être séparés de Lui et de monter dans la barque. Le Sauveur contraint alors les disciples à monter dans la barque des tentations et à le précéder sur l'autre rive, et, par la victoire sur eux, à dépasser les difficultés critiques ; mais quand ils furent arrivés au milieu de la mer, et des vagues dans les tentations, et des vents contraires qui les empêchaient de s'éloigner sur l'autre rive, ils ne purent, luttant comme ils le faisaient sans Jésus, vaincre les vagues et le vent contraire et atteindre l'autre rive. C'est pourquoi la Parole, prenant en pitié ceux qui avaient fait tout ce qui était en leur pouvoir pour atteindre l'autre côté, leur vint en marchant sur la mer qui, pour lui, n'avait ni vagues ni vent pouvant s'opposer s'il le voulait ; car il n'est pas écrit : Il leur vint en marchant sur les vagues, mais sur les eaux ; Matthieu 14 : 25 comme Pierre, qui, au début, lorsque Jésus lui dit : Viens, descendit de la barque et marcha, non sur les flots, mais sur les eaux Matthieu 14:29 pour venir à Jésus ; mais, comme il doutait, il vit que le vent était fort, ce qui n'était pas le cas pour celui qui mettait de côté son peu de foi et ses doutes. Mais, lorsque Jésus monta dans la barque avec Pierre, le vent cessa, car il n'avait pas la force de s'opposer à la barque lorsque Jésus y était monté.



6. Interprétation des détails du récit. Application à tous les disciples.


Puis les disciples ayant traversé sont venus sur la terre de Génésareth, Matthieu 14:34 dont le mot, si nous en connaissions l'interprétation, pourrait nous aider dans l'exposé du présent passage. Et observez, puisque Dieu est fidèle, et qu'il ne permettra pas que la foule soit tentée par-dessus qu'elle en soit capable, de quelle manière le Fils de Dieu a contraint les disciples à monter dans la barque, comme étant plus forts et capables d'aller jusqu'au milieu de la mer, et d'endurer les épreuves par les flots, jusqu'à ce qu'ils deviennent dignes de l'assistance divine, et qu'ils voient Jésus et l'entendent quand il est monté, et qu'ils traversent et viennent à la terre de Génésareth ; mais quant aux foules qui, parce qu'elles étaient plus faibles, n'ont pas fait l'épreuve de la barque et des flots et du vent contraire, il les a renvoyées, et il est monté à part sur la montagne pour prier. Matthieu 14, 22-23 Pour prier pour qui ? Etait-ce peut-être pour prier pour la foule afin que, lorsqu'elle serait renvoyée après les pains de bénédiction, elle ne fasse rien qui s'oppose à son renvoi par Jésus ? Et pour les disciples, afin que, lorsqu'ils seront contraints par Lui de monter dans la barque et de passer avant Lui sur l'autre rive, ils ne souffrent pas de la mer ni du vent contraire ? Et je dirais avec confiance que, grâce à la prière de Jésus au Père pour les disciples, ils n'ont rien souffert quand la mer, les vagues et le vent contraire s'exerçaient contre eux. Le disciple le plus simple peut donc se contenter du récit dépouillé ; mais souvenons-nous, si jamais nous tombons dans des tentations désastreuses, que Jésus nous a contraints à monter dans leur barque, souhaitant que nous allions devant Lui sur l'autre rive ; car il ne nous est pas possible d'atteindre l'autre rive, à moins que nous n'ayons subi les tentations des vagues et du vent contraire. Alors, lorsque nous voyons de nombreuses difficultés nous assaillir, et qu'avec une lutte modérée nous les avons en quelque sorte surmontées, considérons que notre barque est au milieu de la mer, affligée à ce moment-là par les vagues qui veulent nous faire faire naufrage à propos de la foi ou de l'une des vertus ; mais lorsque nous voyons l'esprit du malin qui s'acharne contre nous, concevons qu'alors le vent nous est contraire. Quand donc, dans une telle souffrance, nous avons passé trois veilles de la nuit - c'est-à-dire des ténèbres qui sont dans les tentations - à lutter noblement de toutes nos forces et à nous surveiller pour ne pas faire naufrage en ce qui concerne la foi ou une des vertus - la première veille contre le père des ténèbres et de la méchanceté, la deuxième veille contre son fils qui s'oppose et s'élève contre tout ce qui est appelé Dieu ou ce qui est adoré, 2 Thessaloniciens 2 : 4 et la troisième veille contre l'esprit qui s'oppose à l'Esprit Saint, alors nous croyons que lorsque la quatrième veille approche, quand la nuit sera passée et le jour proche, Romains 13:12 le Fils de Dieu viendra à nous, afin qu'il nous prépare la mer en marchant dessus. Et quand nous verrons la Parole nous apparaître, nous serons vraiment troublés avant de comprendre clairement que c'est le Sauveur qui est venu à nous, supposant que nous assistons encore à une apparition, et qu'il criera de peur ; mais Lui-même nous parlera aussitôt en disant : Ayez bon courage ; c'est moi ; n'ayez pas peur. Matthieu 14 : 27 Et si, poussé par sa joie, il se trouve parmi nous un Pierre qui est en chemin vers la perfection, mais qui n'est pas encore devenu parfait, descendu de la barque, comme s'il sortait de la tentation dans laquelle il était affligé, il marchera d'abord, désireux de venir à Jésus sur les eaux ; mais étant encore de peu de foi, et doutant encore, il verra que le vent est fort, et il aura peur et commencera à couler ; mais il ne coulera pas, parce qu'il appellera Jésus à haute voix, et lui dira : Seigneur, sauve-moi ; Matthieu 14 : 30 Aussitôt donc, comme ce Pierre parle encore et qu'il dit : Seigneur, sauve-moi, la Parole lui tendra la main, lui tendra secours et le saisira quand il commencera à couler, et lui reprochera son peu de foi et ses doutes. Matthieu 14:31 Seulement, observez qu'il n'a pas dit : O vous sans foi, mais, O vous de peu de foi, et qu'il a été dit : C'est pourquoi vous avez douté, car il avait encore une certaine mesure de foi, mais aussi une tendance à ce qui était opposé à la foi.



7. La guérison des malades de l'autre côté. La méthode de guérison.


Mais après cela, Jésus et Pierre monteront dans la barque, et le vent cessera ; et ceux qui seront dans la barque, percevant les grands dangers dont ils ont été sauvés, l'adoreront, en disant, non seulement : Tu es le Fils de Dieu, comme l'ont dit aussi les deux démoniaques, mais, en vérité, Tu es le Fils de Dieu. Matthieu 14:33 C'est ce que disent les disciples dans la barque, car je ne pense pas que d'autres que les disciples aient dit cela. Et quand nous aurons fait toutes ces expériences, après avoir traversé, nous arriverons sur la terre où Jésus nous a ordonné d'aller devant Lui. Et peut-être aussi qu'un mystère secret et occulte concernant certains de ceux qui ont été sauvés par Jésus est indiqué par ces mots : "Et quand les hommes de ce lieu le connurent, - manifestement du lieu de l'autre côté - ils envoyèrent dans toute cette région, - autour de l'autre côté, non pas de l'autre côté lui-même, mais autour d'elle - et ils lui amenèrent tous les malades. Matthieu 14:35 Et voici qu'ils lui amenèrent non seulement beaucoup de malades, mais aussi tous ceux qui se trouvaient dans cette région, et les malades qui lui furent amenés le prièrent de toucher, ne serait-ce que le bord de son vêtement, Matthieu 14:36 implorant cette grâce de sa part, car ils n'étaient pas comme la femme qui eut douze ans d'écoulement de sang, et qui, venant derrière lui, toucha le bord de son vêtement, en disant en elle-même : Si je ne fais que toucher son vêtement, je serai guérie. Matthieu 9:20-21 Car observez ce qui est dit sur la lisière de Son vêtement, à cause de ce que l'écoulement de son sang cessa aussitôt. Mais ceux qui venaient de la campagne du pays de Génésareth, où Jésus et ses disciples passèrent et vinrent, ne vinrent pas d'eux-mêmes à Jésus, mais ils furent amenés par ceux qui avaient envoyé la nouvelle, dans la mesure où ils ne purent, à cause de leur extrême faiblesse, venir d'eux-mêmes. Ils ne se sont pas contentés de toucher le vêtement, comme la femme qui a eu un problème de sang, mais ils l'ont touché après l'avoir supplié. Seulement, parmi eux, tous ceux qui ont été touchés ont été guéris. Matthieu 14:36 Et s'il y a une différence entre le fait qu'ils ont été guéris, ce qui est dit dans leur cas, et le fait qu'ils ont été sauvés, - car il a été dit à la femme qui a eu un écoulement de sang : Ta foi t'a sauvé, Matthieu 9:22, tu peux le considérer toi-même.



8. Concernant les Pharisiens et les Scribes qui sont venus et ont demandé, pourquoi vos disciples transgressent-ils la tradition des anciens ?


Alors des pharisiens et des scribes vinrent à lui de Jérusalem et lui dirent : Pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens ? Car ils ne se lavent pas les mains quand ils mangent du pain. Matthieu 15:1-2 Celui qui observe à quelle époque les pharisiens et les scribes vinrent de Jérusalem auprès de Jésus, en disant : Pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens, etc..., percevra que Matthieu, par nécessité, n'a pas simplement écrit que des pharisiens et des scribes de Jérusalem vinrent auprès du Sauveur pour l'interroger sur les affaires qui nous concernent, mais qu'il l'a formulé ainsi : Venez donc à lui de Jérusalem. Quel temps, donc, devons-nous comprendre d'ici là ? Au moment où Jésus et ses disciples traversèrent et vinrent en barque sur la terre de Génésareth, lorsque le vent cessa d'être fort à partir du moment où Jésus monta dans la barque, et que les hommes de ce lieu, le connaissant, envoyèrent dans toute cette région d'alentour, et lui amenèrent tous les malades, et le prièrent de les toucher si ce n'était que le bord de son vêtement, et que tous ceux qui avaient été touchés soient guéris. Matthieu 14:35-36 En ce temps-là, des pharisiens et des scribes de Jérusalem vinrent à lui, non pas frappés d'admiration devant la puissance qui était en Jésus, qui guérissait ceux qui ne touchaient que la bordure de son vêtement, mais dans un esprit de censure, accusant les disciples devant leur Maître, non pas de la transgression d'un commandement de Dieu, mais d'une seule tradition des anciens juifs. Et il est probable que cette accusation même de ces personnes censurées est une preuve de la piété des disciples de Jésus, qui n'ont donné aux Pharisiens et aux scribes aucune possibilité de censure en ce qui concerne la transgression des commandements de Dieu, car ils n'auraient pas porté l'accusation de transgression contre les disciples, comme transgression du commandement des anciens, s'ils avaient eu en leur pouvoir de censurer ceux qu'ils accusaient, et de montrer qu'ils transgressaient un commandement de Dieu. Mais ne croyez pas que ces choses vont établir la nécessité d'observer la loi de Moïse selon la lettre, car les disciples de Jésus jusqu'alors l'ont observée ; car ce n'est pas avant qu'il ait souffert qu'il nous a rachetés de la malédiction de la loi, Galates 3:13 qui, en souffrant pour les hommes, est devenue une malédiction pour nous. Mais tout aussi opportunément, Paul est devenu un Juif pour les Juifs afin de gagner des Juifs, 1 Corinthiens 9:20 ; quelle est la chose étrange que les Apôtres, dont le mode de vie était passé parmi les Juifs, même s'ils comprenaient les choses spirituelles dans la loi, aient utilisé un esprit de conciliation, comme Paul l'a également fait lorsqu'il a circoncis Timothée, Galates 2:3 et offert un sacrifice conformément à un certain vœu légal, comme il est écrit dans les Actes des Apôtres ? Seulement, encore une fois, ils semblent aimer porter des accusations, car ils n'ont aucune charge à porter contre les disciples de Jésus en référence à un commandement de Dieu, mais seulement en référence à une tradition des anciens. Et surtout, cet amour de l'accusation se manifeste en ceci qu'ils portent l'accusation en présence des personnes mêmes qui ont été guéries de leur maladie ; en apparence contre les disciples, mais en réalité dans le but de calomnier leur Maître, car c'était une tradition des anciens que le lavage des mains était une chose essentielle à la piété. Car ils pensaient que les mains de ceux qui ne se lavaient pas avant de manger du pain étaient souillées et impures, mais que les mains de ceux qui les avaient lavées avec de l'eau devenaient pures et saintes, non pas au sens figuré, en rapport avec la loi de Moïse selon la lettre. Mais, non pas selon la tradition des anciens parmi les Juifs, mais selon une saine raison, efforçons-nous de purifier nos propres actions et de nous laver ainsi les mains de notre âme, lorsque nous allons manger les trois pains que nous demandons à Jésus, qui veut être notre ami ; car avec des mains souillées, non lavées et impures, nous ne devons pas partager les pains.



9. Explication de Corban.


Jésus ne les accuse cependant pas en se référant à une tradition des anciens juifs, mais en ce qui concerne deux commandements les plus impératifs de Dieu, dont le cinquième dans le décalogue est le suivant : Honore ton père et ta mère, afin que tu sois heureux et que tes jours se prolongent sur la terre que l'Éternel, ton Dieu, te donne ; Exode 20:12 et l'autre a été écrit ainsi dans le Lévitique : Si un homme dit du mal de son père ou de sa mère, qu'il meure de la mort ; s'il a dit du mal de son père ou de sa mère, il sera coupable. Lévitique 20:9 Mais lorsque nous voulons examiner la lettre même des mots tels que donnés par Matthieu, Celui qui dit du mal de son père ou de sa mère, qu'il meure de la mort, Matthieu 15:4 considère si elle a été prise du lieu où il a été écrit : Quiconque frappe son père ou sa mère, qu'il meure de la mort ; et celui qui dit du mal de son père ou de sa mère, qu'il meure de la mort. Car tels sont les mots exacts tirés de la Loi en ce qui concerne les deux commandements ; mais Matthieu les a cités en partie et sous une forme abrégée, et non dans les mots mêmes. Mais nous devons considérer la nature de l'accusation que le Sauveur porte contre les Pharisiens et les scribes de Jérusalem, lorsqu'il dit qu'ils transgressent le commandement de Dieu à cause de leur tradition. Et Dieu dit : Honore ton père et ta mère, Exode 20:12 enseignant que l'enfant doit payer l'honneur qui est dû à ses parents. De cet honneur aux parents, une partie était de partager avec eux les nécessités de la vie, comme la nourriture et les vêtements, et s'il y avait une autre chose dans laquelle il leur était possible de montrer de la faveur envers leurs propres parents. Mais les Pharisiens et les scribes promulguèrent en opposition à la loi une tradition qui se trouve assez obscurément dans l'Evangile, et à laquelle nous n'aurions pas pensé nous-mêmes, à moins qu'un des Hébreux ne nous ait donné les faits suivants relatifs au passage. Parfois, dit-il, lorsque les prêteurs d'argent se sont trouvés face à des débiteurs têtus qui pouvaient mais ne voulaient pas payer leurs dettes, ils ont consacré ce qui était dû au compte des pauvres, pour lesquels l'argent était versé au trésor par chacun de ceux qui voulaient donner une partie de leurs biens aux pauvres selon leur capacité. Ils disaient donc parfois à leurs débiteurs dans leur propre langue : "Ce que vous me devez est Corban, - c'est-à-dire un don - car je l'ai consacré aux pauvres, au compte de la piété envers Dieu. Alors le débiteur, comme n'étant plus en dette envers les hommes mais envers Dieu et envers la piété envers Dieu, était en quelque sorte enfermé dans le paiement de la dette, non plus au prêteur d'argent, mais maintenant à Dieu pour le compte des pauvres, au nom du prêteur d'argent. Ce que le prêteur d'argent faisait alors au débiteur, ce que certains fils faisaient parfois à leurs parents et leur disaient : "Afin que vous tiriez profit de moi, père ou mère, sachez que vous recevrez cela de Corban, Matthieu 15:4 du compte des pauvres qui sont consacrés à Dieu. Alors les parents, entendant que ce qui aurait dû leur être donné était Corban - consacré à Dieu - ne voulaient plus le prendre à leurs fils, alors qu'ils étaient dans l'extrême nécessité des nécessités de la vie. Les anciens ont alors déclaré au peuple une tradition de ce genre : "Quiconque dit à son père ou à sa mère que ce qui doit être donné à l'un d'eux est Corban et un don, que l'homme n'est plus débiteur envers son père ou sa mère pour ce qui est de leur donner le nécessaire de la vie. Le Sauveur censure cette tradition, comme n'étant pas saine mais opposée au commandement de Dieu. En effet, si Dieu dit : "Honore ton père et ta mère", mais que la tradition dit : "Il n'est pas tenu d'honorer son père ou sa mère par un don, qui a consacré à Dieu, comme Corban, ce qui aurait été donné à ses parents", manifestement le commandement de Dieu concernant l'honneur dû aux parents a été rendu nul par la tradition des pharisiens et des scribes qui disait : "Il n'est plus tenu d'honorer son père ou sa mère, qui a consacré à Dieu, une fois pour toutes, ce que les parents auraient reçu. Et les pharisiens, en tant qu'amants de l'argent, afin de recevoir, sous prétexte des pauvres, même ce qui aurait été donné aux parents de quelqu'un, donnaient un tel enseignement. Et l'Évangile témoigne de leur amour de l'argent, en disant : "Mais les pharisiens qui étaient épris d'argent ont entendu ces choses et ils se sont moqués de lui. Luc 16:14 Si donc quelqu'un parmi ceux qui sont appelés anciens parmi nous, ou parmi ceux qui sont en quelque sorte les chefs du peuple, professe de donner aux pauvres au nom du bien commun, plutôt que d'être de ceux qui donnent à leurs proches s'ils ont le hasard d'avoir besoin des nécessités de la vie, et que ceux qui donnent ne peuvent pas faire les deux, cet homme pourrait avec justice être appelé frère de ces Pharisiens qui ont rendu nulle la parole de Dieu par leur propre tradition, et qui ont été accusés par le Sauveur d'hypocrisie. Et pour dissuader quiconque de s'intéresser au compte des pauvres et de penser que la piété des autres est un moyen de gain, 1 Timothée 6:5, nous avons non seulement ces choses, mais aussi ce qui est écrit sur le traître Judas, qui en apparence défendait la cause des pauvres, et qui disait avec indignation : Ce parfum aurait pu être vendu pour trois cents pence et donné aux pauvres, mais en réalité c'était un voleur, et le fait d'avoir pris le sac a emporté ce qui y était mis. Jean 12:6 Si donc, de nos jours, quelqu'un qui a le sac de l'Église parle comme Judas au nom des pauvres, mais enlève ce qui y est mis, qu'on lui assigne la portion avec Judas qui a fait ces choses ; à cause de quoi, mangeant comme une gangrène dans son âme, le diable la jeta dans son coeur pour trahir le Sauveur ; et, quand il eut reçu la fléchette ardente, Éphésiens 6:16 en référence à cette fin, le diable lui-même entra ensuite dans son âme et en prit pleine possession. Et peut-être, lorsque l'Apôtre dit : L'amour de l'argent est une racine de tous les maux, 1 Timothée 6:10 il le dit à cause de l'amour de Judas pour l'argent, qui était une racine de tous les maux qui ont été commis contre Jésus.



10. Les traditions des anciens en collision avec la loi divine.


Mais revenons au sujet qui nous occupe, dans lequel le Sauveur a abrégé et exposé deux commandements de la loi, l'un tiré du décalogue de l'Exode, l'autre du Lévitique, ou l'autre de l'un des livres du Pentateuque. Puis, puisque nous avons expliqué de quelle manière ils ont annulé la parole de Dieu qui disait : Honore ton père et ta mère, en disant : Tu n'honoreras pas ton père ni ta mère, quiconque dira à son père ou à sa mère : C'est un don dont tu aurais pu bénéficier de ma part, on peut se demander si les paroles : Celui qui dit du mal de son père ou de sa mère, qu'il meure, Matthieu 15:4, ne sont pas étrangères. En effet, s'il n'honore pas son père et sa mère, qui consacrent à ce qu'on appelle Corban ce qui aurait été donné en l'honneur du père et de la mère, de quelle manière donc la tradition des pharisiens annule-t-elle la parole qui dit : "Celui qui dit du mal de son père ou de sa mère, qu'il meure à mort" ? Mais peut-être que, lorsque quelqu'un dit à son père ou à sa mère : "C'est un don, afin que tu en profites, Matthieu 15, 5", il abuse en quelque sorte de son père ou de sa mère, comme s'il appelait ses parents sacrilèges, en prenant à celui qui l'a consacré à Corban ce qui lui a été consacré. Les Juifs punissent alors leurs fils selon la loi, comme s'ils disaient du mal de leur père ou de leur mère, lorsqu'ils disent à leur père ou à leur mère : "C'est un don, afin que tu puisses en profiter par moi, mais toi, par une de tes traditions, tu rends nuls deux commandements de Dieu. Et alors vous n'avez pas honte d'accuser Mes disciples qui ne transgressent aucun commandement ; car ils marchent irréprochablement dans tous Ses commandements et ordonnances, mais ils transgressent une tradition des anciens, afin de ne pas transgresser un commandement de Dieu. Et si vous aviez tenu ce but devant vous, vous auriez gardé le commandement sur l'honneur dû au père et à la mère, et celui qui dit : "Celui qui parle mal du père et de la mère, qu'il meure de mort ; mais la tradition des anciens qui est opposée à ces commandements, vous ne l'auriez pas gardé.



11. Exposition de la prophétie d'Isaïe citée par Jésus.


Et, après cela, voulant réfuter complètement des paroles des prophètes toutes ces traditions des anciens parmi les Juifs, Il leur apporta une parole, d'Esaïe, dont voici les termes exacts Et le Seigneur dit : Ce peuple s'approche de moi de sa bouche, etc. ; Esaïe 29:13 et, comme nous l'avons dit auparavant, Matthieu n'a pas écrit la parole prophétique dans les mots mêmes. Et, s'il est nécessaire en raison de son utilisation dans l'Evangile de l'interpréter selon notre capacité, nous prendrons en plus le passage précédent qui est, à mon avis, noté avec avantage par nous pour l'exposé de ce passage dans l'Evangile qui a été pris du prophète. Le passage d'Esaïe, dès le début, est ainsi : "Soyez faibles et irrités ; enivrez-vous, mais non de boisson forte ni de vin ; car le Seigneur vous a donné à boire de l'esprit de stupeur, et il fermera les yeux, tant de leurs prophètes que de leurs chefs qui voient les choses en secret. Et toutes ces paroles vous seront données comme les paroles du livre scellé, que l'on donne à un homme qui connaît les lettres, en disant : "Lisez ceci, il répondra : je ne peux pas lire, car il est scellé. Et ce livre sera remis entre les mains d'un homme qui ne connaît pas les lettres, et on lui dira : Lis ceci, et il répondra : Je ne connais pas les lettres. Et l'Éternel dit : Ce peuple est proche de Moi, etc., jusqu'aux mots : Malheur à ceux qui forment des conseils en secret, et leurs oeuvres seront dans les ténèbres. Esaïe 29:9-15 Reprenant donc le passage qui nous est présenté dans l'Evangile, j'ai mis quelques-uns des versets qui le précèdent, et d'autres qui le suivent, afin de montrer en quoi la Parole menace de fermer les yeux de ceux du peuple qui sont étonnés et ivres, et qui ont été abreuvés de l'esprit d'un profond sommeil. Et elle menace aussi de fermer les yeux de leurs prophètes et de leurs dirigeants qui prétendent voir des choses secrètes - ce qui, je pense, a eu lieu après l'avènement du Sauveur parmi ce peuple ; car toutes les paroles de l'ensemble des Écritures, et d'Ésaïe aussi, sont devenues pour eux comme les paroles d'un livre scellé. Or, l'expression "scellé" est utilisée pour désigner un livre fermé en raison de son obscurité et non ouvert en raison de sa lucidité, qui est tout aussi obscure pour ceux qui ne sont pas capables de le lire du tout parce qu'ils ne connaissent pas les lettres, et pour ceux qui prétendent connaître les lettres mais ne comprennent pas le sens des choses qui ont été écrites. Alors, ajoute-t-il à cela, que lorsque le peuple, évanoui à cause de ses péchés et se trouvant dans un état de folie, se déchaîne contre Lui à cause de ces péchés, il s'enivre contre Lui de l'esprit de stupeur qui lui sera donné à boire par le Seigneur lorsqu'Il fermera les yeux, comme indigne de voir, et les yeux de ses prophètes et de ses gouvernants qui prétendent voir les choses cachées des mystères dans les Écritures divines ; et, quand leurs yeux seront fermés, alors les paroles prophétiques leur seront scellées et cachées, comme cela a été le cas pour ceux qui ne croient pas en Jésus comme le Christ. Et quand les paroles prophétiques seront devenues comme les paroles d'un livre scellé, non seulement pour ceux qui ne connaissent pas les lettres mais pour ceux qui prétendent les connaître, alors le Seigneur a dit que le peuple des Juifs s'approche de Dieu avec leur seule bouche, et il dit qu'ils l'honorent avec leurs lèvres, parce que leur coeur, à cause de leur incrédulité en Jésus, est loin du Seigneur. Et maintenant, surtout, depuis le temps où ils ont renié notre Sauveur, il pourrait être dit d'eux par Dieu : Mais c'est en vain qu'ils m'adorent ; Matthieu 15:9 car ils n'enseignent plus les préceptes de Dieu mais des hommes, et des doctrines qui sont humaines et non plus de l'Esprit de sagesse. C'est pourquoi, lorsque ces choses leur arrivent, Dieu a écarté le peuple des Juifs et a fait périr la sagesse des sages parmi eux ; car il n'y a plus de sagesse parmi eux, comme il n'y a plus de prophétie ; mais Dieu a anéanti la prudence des sages et l'a dissimulée, Esaïe 29:14, et elle n'est plus splendide et manifeste. C'est pourquoi, bien qu'ils semblent former un conseil de façon profonde, parce qu'ils ne le font pas par l'Eternel, ils sont appelés misérables ; et bien qu'ils professent de dire certains secrets du conseil divin, ils mentent, car leurs oeuvres ne sont pas des oeuvres de lumière, mais de ténèbres et de nuit. Esaïe 29:15 J'ai cru bon d'exposer brièvement la prophétie, et d'en élucider dans une certaine mesure le sens, puisque Matthieu en a fait mention. Et Marc en a également fait mention, dont nous pouvons utilement consigner les paroles suivantes dans le lieu, en référence à la transgression des anciens qui soutenaient qu'il était nécessaire de se laver les mains quand les Juifs mangeaient du pain, car les Pharisiens et tous les Juifs, s'ils ne se lavent pas les mains avec soin, ne mangent pas, suivant la tradition des anciens ; et quand ils viennent du marché, s'ils ne se lavent pas, ils ne mangent pas. Et il y a d'autres choses qu'ils ont reçu pour tenir, des lavages de coupes et de pots, des vases d'airain et des divans. Marc 7, 3-4



12. Les choses pures et impures selon la loi et l'Évangile.


Il appela la foule et lui dit : "Écoutez et comprenez, etc. Matthieu 15:10 Le Sauveur nous enseigne clairement par ces mots que, lorsque nous lisons dans le Lévitique et le Deutéronome les préceptes concernant les viandes pures et impures, pour la transgression desquelles nous sommes accusés par les Juifs matériels et par les Ebionites qui diffèrent peu d'eux, nous ne devons pas penser que la portée de l'Ecriture se trouve dans une compréhension superficielle de celles-ci. Car si ce n'est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l'homme, mais ce qui sort de la bouche, Matthieu 15:11 et surtout quand, selon Marc, le Sauveur a dit ces choses en rendant toutes les viandes propres, Marc 7 : 19 Nous ne sommes pas souillés lorsque nous mangeons ce que les Juifs qui veulent être esclaves de la lettre de la loi déclarent impur, mais nous sommes souillés lorsque, alors que nos lèvres doivent être liées par la perception et que nous devons leur faire ce que nous appelons une balance et un poids, Siracide 28:25, nous parlons à l'écart et discutons de choses que nous ne devons pas faire, d'où vient pour nous la source des péchés. Il appartient à la loi de Dieu d'interdire les choses qui proviennent de la méchanceté et de prescrire celles qui tendent à la vertu, mais de laisser à leur place les choses qui sont par nature indifférentes, car elles peuvent, selon notre choix et la raison qui est en nous, être mal faites si nous péchons en elles, mais si nous les dirigeons correctement, qu'elles soient bien faites. Et quiconque a bien réfléchi à ces questions verra que, même dans les choses que l'on croit bonnes, il est possible qu'un homme pèche en les ayant prises d'une manière mauvaise et sous l'impulsion de la passion, et que ces choses dites impures peuvent être considérées comme pures, si nous les utilisons conformément à la raison. Ainsi donc, lorsque le Juif pèche, sa circoncision sera comptée comme une incirconcision, mais lorsque l'un des païens agit avec droiture, son incirconcision sera comptée comme une circoncision, Romains 2:25-26. Ainsi, les choses que l'on croit pures seront comptées comme impures, si l'on n'en use pas comme il convient, ni quand il le faut, ni autant qu'il le faut, ni pour quelle raison. Mais pour ce qui est des choses dites impures, tout devient pur pour les purs, car pour ceux qui sont souillés et incrédules, rien n'est pur, puisque leur esprit et leur conscience sont souillés. Tite 1:15 Et quand ceux-ci sont souillés, ils souillent tout ce qu'ils touchent ; comme au contraire l'esprit pur et la conscience pure rendent toutes choses pures, même si elles paraissent impures ; car ce n'est ni par intempérance, ni par amour du plaisir, ni par un doute qui attire l'homme dans les deux sens, que les justes se servent de viandes ou de boissons, en se souvenant du précepte : "Que vous mangiez ou buviez, ou quoi que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu. 1 Corinthiens 10:31 Et s'il est nécessaire de délimiter les aliments qui sont impurs selon l'Evangile, nous dirons qu'ils sont tels qu'ils sont fournis par la convoitise, et qu'ils sont le résultat d'un bas amour du gain, et qu'ils sont pris de l'amour du plaisir, et de la déification du ventre qui est traité avec honneur, quand il, avec ses appétits, et non la raison, gouverne nos âmes. Quant à nous qui savons que certaines choses sont utilisées par des démons, ou si nous ne savons pas, mais que nous soupçonnons, et que nous en doutons, si nous utilisons de telles choses, ce n'est pas pour la gloire de Dieu, ni au nom du Christ ; car non seulement le soupçon que des choses ont été sacrifiées aux idoles condamne celui qui mange, mais même le doute à ce sujet ; car celui qui doute, selon l'Apôtre, est condamné s'il mange, parce qu'il ne mange pas par la foi ; et tout ce qui n'est pas de la foi est péché. Romains 14:23 Il mange donc par la foi, celui qui croit que ce qui est mangé n'a pas été sacrifié dans les temples des idoles, et que ce n'est ni du sang ni de l'étranglement ; mais il ne mange pas par la foi, celui qui doute de l'une de ces choses. Et l'homme qui sait qu'ils ont été sacrifiés aux démons les utilise néanmoins, devient un communicateur avec les démons, alors qu'en même temps, son imagination est polluée en référence aux démons qui participent au sacrifice. Et l'Apôtre, sachant que ce n'est pas la nature des viandes qui est la cause de la blessure de celui qui les utilise ou de l'avantage de celui qui s'en abstient, mais les opinions et la raison qui est en elles, dit : "Mais la viande ne nous recommande pas à Dieu, car si nous mangeons, nous ne sommes pas les meilleurs, et si nous ne mangeons pas, nous ne sommes pas les pires. 1 Corinthiens 8:8 Et comme il savait que ceux qui ont une conception plus élevée de ce qui est pur et de ce qui est impur selon la loi, s'écartant de la distinction sur l'usage des choses pures et impures, et de la superstition, je pense, en ce qui concerne les choses différentes, deviennent indifférents à l'usage des viandes, et à ce titre sont condamnés par les Juifs comme transgresseurs de la loi, il dit donc quelque part : Que personne donc ne vous juge en viande ou en boisson, etc, Colossiens 2:16 nous enseigne que les choses selon la lettre sont une ombre, mais que les véritables pensées de la loi qui y sont conservées sont les bonnes choses à venir, dans lesquelles on peut trouver quelles sont les viandes spirituelles pures de l'âme, et quelles sont les nourritures impures en paroles fausses et contradictoires qui blessent l'homme qui en est nourri, car la loi avait une ombre des bonnes choses à venir. Hébreux 10:1



13. L'offense des Pharisiens.


Et comme dans bien des cas nous devons considérer l'étonnement des Juifs devant les paroles du Sauveur, parce qu'elles ont été prononcées avec autorité, il en va de même pour les paroles prononcées en ce lieu. Ayant donc appelé la foule, il leur dit : Ecoutez et comprenez, Matthieu 15:10 etc. Il dit cela, parce que les pharisiens étaient scandalisés par cette parole, car, à cause de leurs mauvaises opinions et de leur interprétation sans valeur de la loi, ils n'étaient pas le plant de son propre Père qui est dans les cieux, et à cause de cela ils étaient enracinés ; Matthieu 15:13 car ils étaient enracinés, car ils n'avaient pas reçu la vraie vigne, qui a été cultivée par le Père, Jésus-Christ lui-même. Jean 15:1 Car comment pourraient-ils être un plant de son Père qui se soit offensé des paroles de Jésus, paroles qui détournent les hommes du précepte : Ne touchez pas, ne goûtez pas, ne touchez pas - toutes choses qui doivent périr dans l'usage - selon les préceptes et les doctrines des hommes, Colossiens 2:21-22, mais qui amènent l'auditeur intelligent à rechercher à leur égard les choses d'en haut et non pas les choses de la terre comme le font les Juifs ? Colossiens 3:2 Et puisque, à cause de leurs mauvaises opinions, les Pharisiens n'étaient pas la plante de son Père qui est dans les cieux, à ce titre, comme des gens incorrigibles, il dit au disciple : Laisse-les tranquilles ; Matthieu 15 : 14. Laisse-les donc, dit-il, car, comme ils sont aveugles, ils doivent prendre conscience de leur aveuglement et chercher des guides ; mais eux, inconscients de leur propre aveuglement, professent de guider les aveugles, ne prévoyant pas qu'ils tomberont dans une fosse, dont il est écrit dans les Psaumes : "Il a fait une fosse, et il l'a creusée, et il tombera dans le fossé qu'il a fait. Il est encore écrit ailleurs : Et voyant la foule, il monta sur la montagne, et, après s'être assis, ses disciples vinrent à lui ; Matthieu 5:1 mais ici il étendit sa main vers la foule, l'appelant à lui, et détournant leurs pensées de l'interprétation littérale des questions de la loi, quand il leur dit d'abord, à ceux qui ne comprenaient pas encore ce qu'ils entendaient : "Écoutez et comprenez", et ensuite, comme en paraboles, il leur dit : "Ce n'est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l'homme, mais ce qui sort de la bouche. Matthieu 15:10-11



14. Pourquoi les Pharisiens n'étaient pas une plante de Dieu. L'enseignement d'Origène sur le pain du Seigneur.


Après cela, il est intéressant de se pencher sur la phrase qui a été assaillie de manière sophistique par ceux qui disent que le Dieu de la loi et le Dieu de l'Évangile de Jésus-Christ ne sont pas les mêmes ; car ils disent que le Père céleste de Jésus-Christ n'est pas le cultivateur de ceux qui pensent qu'ils adorent Dieu selon la loi de Moïse. Jésus lui-même a dit que les Pharisiens, qui adoraient le Dieu qui a créé le monde et la loi, n'étaient pas une plante que son Père céleste avait plantée, et que pour cette raison elle était en train de s'enraciner. Matthieu 15:13 Mais vous pourriez aussi dire ceci, que même si c'était le Père de Jésus qui avait amené et planté le peuple, à sa sortie d'Egypte, sur la montagne de son propre héritage, au lieu qu'il s'était préparé à habiter, Exode 15:17, Jésus aurait dit, à propos des Pharisiens : Toute plante que mon Père céleste n'a pas plantée, sera déracinée. Or, à cela nous dirons que tous ceux qui, à cause de leur interprétation perverse des choses de la loi, n'étaient pas une plante de son Père céleste, étaient aveuglés dans leur esprit, comme ne croyant pas à la vérité, mais prenant plaisir à l'iniquité, 2 Thessaloniciens 2:12 par celui qui est déifié par les fils de ce monde, et à ce titre est appelé par Paul le dieu de ce monde. 2 Corinthiens 4:4 Et ne croyez pas que Paul ait dit qu'il était vraiment Dieu ; car de même que le ventre, bien qu'il ne soit pas le dieu de ceux qui prennent plaisir à l'iniquité, en étant amateurs de plaisir plutôt qu'amateurs de Dieu, est dit par Paul être leur dieu, Philippiens 3 : 19 ainsi le prince de ce monde, à l'égard duquel le Sauveur dit : Maintenant le prince de ce monde a été jugé, Jean 16:11 bien qu'il ne soit pas Dieu, est dit être le dieu de ceux qui ne veulent pas recevoir l'esprit d'adoption, afin qu'ils deviennent fils de ce monde, et fils de la résurrection des morts, et qui, à ce titre, demeurent dans la filiation de ce monde. J'ai jugé nécessaire d'introduire ces questions, même si elles ont été évoquées par digression, en raison du dicton : "Ils sont les guides aveugles des aveugles". Matthieu 15:14 Qui sont ces gens ? Les pharisiens, que le dieu de ce monde a aveuglés comme ils sont incrédules, parce qu'ils n'ont pas cru en Jésus-Christ ; et il les a aveuglés afin que la lumière de l'Évangile de la gloire de Dieu sur la face de Christ ne se lève pas sur eux. 2 Corinthiens 4 : 4 Mais il ne faut pas seulement éviter de se laisser guider par ces aveugles qui ont conscience d'avoir besoin de guides, parce qu'ils n'ont pas encore reçu la puissance de la vision d'eux-mêmes ; mais même dans le cas de tous ceux qui prétendent nous guider en saine doctrine, nous devons entendre avec soin, et appliquer un jugement sûr à ce qui est dit, de peur qu'étant guidés selon l'ignorance de ceux qui sont aveugles, et ne voient pas les choses qui concernent la saine doctrine, nous puissions nous-mêmes paraître aveugles parce que nous ne voyons pas le sens des Ecritures, de sorte que celui qui guide et celui qui est guidé tomberont tous deux dans le fossé dont nous avons parlé auparavant. A côté de cela, il est écrit de quelle manière Pierre a répondu et dit au Sauveur, comme s'il n'avait pas compris la parole : "Ce n'est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l'homme, mais ce qui sort de la bouche : Déclare-nous la parabole. Matthieu 15:11 à laquelle le Sauveur dit : Vous aussi, vous êtes encore sans intelligence ? Matthieu 15:16 Comme s'il avait dit : Ayant été si longtemps avec moi, ne comprenez-vous pas encore le sens de ce qui est dit, et ne voyez-vous pas que, pour cette raison, ce qui entre dans sa bouche ne souille pas l'homme, parce que cela passe dans le ventre, et que ce qui en sort est jeté au courant d'air ? Matthieu 15:17 Ce n'est pas à l'égard de la loi à laquelle ils semblaient croire, que les Pharisiens n'étaient pas une plante du Père de Jésus, mais à l'égard de leur interprétation perverse de la loi et des choses qui y sont écrites. Car, puisqu'il y a deux choses à comprendre en ce qui concerne la loi, le ministère de la mort qui était gravé en lettres et qui n'avait pas de lien de parenté avec l'esprit, et le ministère de la vie qui est compris dans la loi spirituelle, ceux qui ont pu dire d'un coeur sincère : Nous savons que la loi est spirituelle, Romains 7:14 et donc que la loi est sainte, et le commandement saint, juste et bon, Romains 7 : 12 étaient la plante que le Père céleste avait plantée ; mais ceux qui n'étaient pas tels, mais qui gardaient avec soin la lettre qui ne fait que tuer, n'étaient pas une plante de Dieu, mais de celui qui endurcit leur coeur, et qui mettait sur lui un voile, lequel voile avait pouvoir sur eux tant qu'ils ne se tournaient pas vers le Seigneur ; car si quelqu'un se tourne vers le Seigneur, le voile est ôté, et le Seigneur est l'Esprit. 2 Corinthiens 3:16-17 Or, quelqu'un pourrait dire, en traitant ce passage, que de même que ce qui entre dans la bouche ne souille pas l'homme, de même Matthieu 15:11 de même que les Juifs peuvent penser qu'il est souillé, de même ce qui entre dans la bouche ne sanctifie pas l'homme, même si ce qu'on appelle le pain du Seigneur peut être pensé par les disciples les plus simples pour sanctifier. Et le dicton est : "Je pense, pour ne pas être méprisé, et à ce titre, exige une exposition claire, ce qui me semble être ainsi ; car ce n'est pas la viande mais la conscience de celui qui mange avec doute qui souille celui qui mange, car celui qui doute est condamné s'il mange, parce qu'il ne mange pas de la foi, Romains 14 : 23 et comme rien n'est pur pour celui qui est souillé et incrédule, non pas en soi, mais à cause de sa souillure et de son incrédulité, ainsi ce qui est sanctifié par la parole de Dieu et la prière ne sanctifie pas, par nature, celui qui l'utilise, car, s'il en était ainsi, cela sanctifierait même celui qui mange indûment du pain du Seigneur, et personne, à cause de cette nourriture, ne deviendrait faible ou maladif ou endormi pour quelque chose de ce genre que Paul a représenté en disant : "C'est pourquoi beaucoup parmi vous sont faibles et maladifs et quelques-uns dorment. 1 Corinthiens 11:30 Et dans le cas du pain du Seigneur, en conséquence, il y a un avantage pour celui qui l'utilise, quand avec un esprit pur et une conscience pure il participe au pain. Ainsi donc, ce n'est pas en ne mangeant pas, c'est-à-dire en ne mangeant pas du pain sanctifié par la parole de Dieu et par la prière, que nous sommes privés de quelque chose de bon, et ce n'est pas en mangeant que nous sommes les meilleurs par quelque chose de bon ; car la cause de notre manque est la méchanceté et les péchés, et la cause de notre abondance est la justice et les bonnes actions, de sorte que tel est le sens de ce qui est dit par Paul : "Car si nous mangeons, nous ne sommes pas les meilleurs, et si nous ne mangeons pas, nous ne sommes pas les pires. 1 Corinthiens 8:8 Or, si tout ce qui entre dans la bouche va dans le ventre et est jeté dans la sécheresse, Matthieu 15 : 17 même la viande qui a été sanctifiée par la parole de Dieu et la prière, selon le fait qu'elle est matérielle, entre dans le ventre et est jetée dans la sécheresse, mais en ce qui concerne la prière qui vient sur elle, selon la proportion de la foi, devient un bénéfice et est un moyen de vision claire pour l'esprit qui regarde ce qui est bénéfique, et ce n'est pas la matière du pain mais la parole qui est dite sur lui qui est un avantage pour celui qui le mange, non sans en être digne du Seigneur. Et ces choses sont effectivement dites du corps typique et symbolique. Mais on pourrait dire beaucoup de choses sur le Verbe lui-même qui s'est fait chair, Jean 1:14, et sur la vraie nourriture dont celui qui mange vivra éternellement, aucun être sans valeur ne pouvant la manger ; car s'il était possible à celui qui continue à ne pas être digne de manger de Celui qui s'est fait chair, qui était le Verbe et le pain vivant, il n'aurait pas été écrit que quiconque mange de ce pain vivra éternellement. Jean 6:51



15. Manger avec un cœur non lavé souille l'homme.


A côté de cela, voyons comment les choses qui sortent de la bouche et souillent l'homme ne souillent pas l'homme parce qu'elles sortent de la bouche, mais ont la cause de leur souillure dans le coeur, quand il en sort, devant les choses qui sortent de la bouche, des pensées mauvaises, dont les espèces sont - meurtres, adultères, fornications, vols, faux témoignages, râleries. Matthieu 15:18-19 Car ce sont là les choses qui souillent l'homme, lorsqu'elles sortent du coeur et qu'elles passent par la bouche, afin que, si elles ne sortent pas du coeur, mais qu'elles y restent quelque part, et qu'elles ne puissent être dites par la bouche, elles disparaissent très vite, et l'homme n'est plus souillé. La source et l'origine de tout péché sont donc les mauvaises pensées ; car, si elles n'étaient pas maîtrisées, il n'y aurait ni meurtres, ni adultères, ni rien de semblable. Proverbes 4:23 car, quand le Seigneur viendra au jour du jugement, il mettra en lumière les choses cachées des ténèbres et manifestera les conseils des cœurs, 1 Corinthiens 4:5 toutes les pensées des hommes qui les accusent ou les excusent, Romains 2:15 quand leurs propres desseins les ont troublés. Osée 7:2 Mais de cette nature sont les mauvaises pensées qu'ils rendent parfois dignes de censure, même les choses qui paraissent bonnes, et qui, en ce qui concerne le jugement des masses, sont dignes de louange. En conséquence, si nous faisons l'aumône devant les hommes, ayant dans nos pensées le dessein de paraître aux hommes philanthropiques, et d'être honorés à cause de la philanthropie, nous recevons la récompense des hommes ; Matthieu 6:1-2 et, universellement, tout ce qui est fait avec la conscience dans l'auteur qu'il sera glorifié par les hommes, n'a pas de récompense de Celui qui regarde en secret, et rend la récompense à ceux qui sont purs, en secret. Il en est donc de même de la pureté apparente, si elle est influencée par des considérations de vaine gloire ou d'amour du gain ; et l'enseignement que l'on croit être l'enseignement de l'Église, s'il devient servile par la parole de flatterie, soit quand il est fait prétexte à la convoitise, soit quand quelqu'un cherche la gloire des hommes à cause de son enseignement, n'est pas considéré comme l'enseignement de ceux qui ont été établis par Dieu dans l'Église : premièrement, les apôtres ; deuxièmement, les prophètes ; et troisièmement, les enseignants. 1 Corinthiens 12:28 Et vous direz la même chose de celui qui cherche la charge d'évêque, soit pour la gloire avec les hommes, soit pour la flatterie des hommes, soit pour le gain reçu de ceux qui, venant à la parole, donnent au nom de la piété ; car un tel évêque ne désire en tout cas pas une bonne oeuvre, 1 Timothée 3 : 1 Il ne peut être ni sans reproche, ni tempéré, ni sobre d'esprit, car il est enivré de gloire et en est excessivement rassasié. Et vous direz la même chose des anciens et des diacres. Et si nous semblons à certains avoir fait une digression en parlant de ces choses, considérez s'il n'était pas nécessaire qu'elles soient dites, parce que les mauvaises pensées sont la source de tous les péchés, et peuvent polluer même les actions qui, si elles étaient faites en dehors des mauvaises pensées, auraient justifié l'homme qui les a faites. Nous avons donc examiné selon notre capacité quelles sont les choses qui souillent ; mais manger avec des mains non lavées ne souille pas l'homme ; mais si nous devons le dire avec hardiesse, avec un coeur non lavé, manger quoi que ce soit qui soit la nourriture naturelle de notre raison, cela souille l'homme.



16. Concernant la femme cananéenne. Signification des frontières de Tyr et de Sidon.



Et Jésus sortit de là et se retira dans les régions de Tyr et de Sidon. Et voici une femme cananéenne. Matthieu 15:21-22 D'où vient cette femme ? Était-ce du pays de Génésareth, au sujet duquel il a été dit auparavant : Et après avoir traversé, ils entrèrent dans le pays de Génésareth ? Matthieu 14:34 Mais il se retira, peut-être parce que les pharisiens furent scandalisés lorsqu'ils entendirent que ce n'est pas ce qui entre qui souille l'homme, mais ce qui sort ; Matthieu 15:11 et que, parce qu'ils étaient soupçonnés de comploter contre lui, il est dit : Il s'est retiré, est manifeste du passage, Et lorsqu'il apprit que Jean avait été livré, il se retira en Galilée. Matthieu 4:12 Peut-être aussi à cause de cela, en décrivant les choses de ce lieu, Marc dit qu'Il se leva et alla dans le territoire de Tyr, et qu'étant entré dans la maison, il ne voulut pas que personne le sache. Marc 7:24 Il est probable qu'il cherchait à éviter les pharisiens qui étaient offensés par son enseignement, en attendant le moment de ses souffrances, qui était plus approprié et plus juste. Mais certains pourraient dire que Tyr et Sidon sont utilisées pour les païens ; en conséquence, lorsqu'Il se retira d'Israël, Il vint dans les régions des païens. Chez les Hébreux, donc, Tyr est appelée Sor, et on l'interprète comme une angoisse. Sidon, qui est aussi le nom hébreu, est rendu chasseur. Et parmi les païens, les chasseurs sont également les puissances du mal, et parmi eux, il y a une grande détresse, la détresse, c'est-à-dire, qui existe dans la méchanceté et les passions. Lorsque Jésus sortit donc de Génésareth, il se retira effectivement d'Israël et vint, non pas à Tyr et à Sidon, mais dans les régions de Tyr et de Sidon, de sorte que ceux des païens croient maintenant en partie ; de sorte que s'il avait visité toute Tyr et Sidon, il n'y aurait plus d'infidèle. Or, selon Marc, Jésus se leva et alla dans le territoire de Tyr, Marc 7:24 - c'est-à-dire la détresse des païens - afin que ceux qui croient puissent être sauvés de ce territoire, lorsqu'ils en sortiront, pour s'occuper de cela : Et voici qu'une femme cananéenne sortit de ces frontières et s'écria : "Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David, ma fille est terriblement tourmentée par un démon. Matthieu 15:22 Et je pense que si elle n'était pas sortie de ces frontières, elle n'aurait pas pu crier à Jésus avec la grande foi à laquelle le témoignage a été porté ; et selon la proportion de foi on sort des frontières parmi les Gentils, qui lorsque le Très-Haut a divisé les nations, il a établi selon le nombre des fils d'Israël, Deutéronome 32:8 et a empêché leur avance. On parle donc ici de certaines frontières comme étant celles de Tyr et de Sidon, mais dans l'Exode, on parle des frontières de Pharaon, Exode 8:2 dans lesquelles, disent-ils, se sont formés les fléaux contre les Egyptiens. Et nous devons supposer que chacun de nous, lorsqu'il pèche, se trouve dans les frontières de Tyr ou de Sidon ou de Pharaon et de l'Egypte, ou dans l'une de celles qui sont en dehors de l'héritage de Dieu ; mais lorsqu'il passe de la méchanceté à la vertu, il sort des frontières du mal, et arrive aux frontières de la portion de Dieu, il y a parmi celles-ci aussi une différence qui sera manifeste pour ceux qui sont capables de comprendre les choses qui concernent la division et l'héritage d'Israël, en harmonie avec la loi spirituelle. Et assistez aussi à la rencontre, pour ainsi dire, qui a eu lieu entre Jésus et la Cananéenne ; car il vient du côté de Tyr et de Sidon, et elle en sort en s'écriant : "Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David". Matthieu 15:22 Or la femme était Cananéenne, ce qui est rendu, préparé pour l'humiliation. Les justes, en effet, sont préparés pour le royaume des cieux et pour l'élévation dans le royaume de Dieu ; mais les pécheurs sont préparés pour l'humiliation de la méchanceté qui est en eux, et des actions qui en découlent et qui les y préparent, et du péché qui règne dans leur corps mortel. Seulement, la femme cananéenne sortit de ces frontières et sortit de l'état de préparation à l'humiliation, en criant et en disant : "Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David".



17. Exposition des détails dans le récit.


Rassemblez maintenant, à partir des Evangiles, ceux qui l'appellent Fils de David, comme elle, et les aveugles de Jéricho ; Matthieu 20:30 et qui l'appellent Fils de Dieu, et cela sans l'addition vraiment comme les démoniaques qui disent : Qu'avons-nous à faire avec toi, Fils de Dieu ; Matthieu 8:29 et qui l'appellent ainsi avec l'addition vraiment, comme ceux qui, dans la barque, l'adoraient en disant : En vérité, tu es le Fils de Dieu. Matthieu 14:33 Car le rassemblement de ces passages vous sera, je pense, utile pour voir la différence de ceux qui viennent (à Jésus) ; certains viennent en effet comme à Celui qui est né de la postérité de David selon la chair ; Romains 1:3 mais d'autres viennent à Celui qui a été déclaré Fils de Dieu avec puissance, selon l'esprit de sainteté ; Romains 1:4 et de ceux-ci certains avec le vrai, et d'autres sans. De plus, observez que la Cananéenne ne l'a pas supplié pour un fils qu'elle ne semble pas avoir mis au monde, mais pour une fille qui a été terriblement vexée par un démon ; mais une autre mère reçoit en vie son fils qui a été emporté mort. Luc 7:12 Et de nouveau le chef de la synagogue supplie pour une fille de douze ans, comme étant morte, Matthieu 9:18 mais le noble au sujet d'un fils comme étant encore malade, et au point de mourir. Jean 4:46 La fille, donc, qui a été frappée par un démon, et le fils mort sont issus de deux mères ; et la fille morte, et le fils malade à mort, sont issus de deux pères, dont l'un était chef de synagogue et l'autre noble. Et je suis persuadé que ces choses contiennent des raisons concernant les diverses sortes d'âmes que Jésus vivifie et guérit. Et toutes les guérisons qu'Il opère parmi le peuple, spécialement celles qui sont enregistrées par les Evangélistes, ont eu lieu en ce temps-là, afin que ceux qui n'auraient pas cru autrement, à moins de voir des signes et des prodiges, croient ; Jean 4:48 car les choses d'avant étaient des symboles des choses qui s'accomplissent toujours par la puissance de Jésus ; car il n'y a pas de temps où chacune des choses qui sont écrites ne soit faite par la puissance de Jésus selon le désert de chacun. La femme cananéenne, à cause de sa race, n'était donc pas digne de recevoir une réponse de Jésus, qui reconnaissait qu'il n'avait pas été envoyé par le Père pour autre chose que pour les brebis perdues de la maison d'Israël, Matthieu 15 : 24 - une race perdue d'âmes qui a une vision claire ; mais, à cause de sa résolution et d'avoir adoré Jésus comme Fils de Dieu, elle obtient une réponse, qui lui reproche la bassesse de sa naissance et montre la mesure de sa valeur, à savoir qu'elle était digne de miettes comme les petits chiens, mais non de pains. Mais lorsqu'elle se montre plus résolue, qu'elle accepte la parole de Jésus, qu'elle prétend obtenir des miettes comme un petit chien et qu'elle reconnaît que les maîtres sont d'une race plus noble, alors elle obtient une deuxième réponse qui témoigne de sa foi aussi grande et qui lui promet qu'il lui sera fait ce qu'elle voudra. Matthieu 15:28 Et correspondant, je pense, à la Jérusalem d'en haut, qui est libre, la mère Galates 4:26 de Paul et de ceux qui lui ressemblent, nous devons concevoir la femme cananéenne, la mère de celle qui était terriblement affligée par un démon, qui était le symbole de la mère d'une telle âme. Et considérez si ce n'est pas selon une saine raison qu'il y a aussi beaucoup de pères et beaucoup de mères correspondant aux pères d'Abraham chez qui le patriarche s'est rendu, Genèse 15:15 et à Jérusalem la mère, comme le dit Paul, en ce qui concerne lui-même et ceux qui lui ressemblent. Et il est probable que celle dont la femme cananéenne était le symbole est sortie des frontières de Tyr et de Sidon, dont les lieux sur la terre étaient des types, et qu'elle est venue vers le Sauveur et l'a supplié, et qu'elle le supplie encore maintenant en disant : Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David, ma fille est terriblement vexée par un démon. Matthieu 15:22 Puis, à ceux du dehors et aux disciples, le cas échéant, il répond et dit : Je n'ai pas été envoyé ; Matthieu 15:24 nous enseigne qu'il y a des âmes perdues, éminemment intellectuelles et clairvoyantes, appelées figurativement brebis de la maison d'Israël ; ce qui, je pense, est d'autant plus simple que ceux qui sont d'avis qu'elles sont parlées à propos de l'Israël selon la chair admettent nécessairement, à savoir que notre Sauveur n'a été envoyé par le Père à personne d'autre qu'à ces juifs perdus. Mais nous, qui pouvons nous vanter en vérité que si nous avons connu le Christ selon la chair, mais que nous ne le connaissons plus maintenant, 2 Corinthiens 5:16, nous sommes assurés que l'oeuvre de la Parole est avant tout de sauver les plus intelligents, car ceux-ci Lui ressemblent davantage que ceux qui sont plus ternes. Mais puisque les brebis perdues de la maison d'Israël, à l'exception du reste selon l'élection de la grâce, Romains 11:5 ne croyaient pas à la Parole, à cause de cela Dieu a choisi les choses insensées du monde, 1 Corinthiens 1:27, c'est-à-dire ce qui n'était pas Israël, ni clairvoyant, afin de confondre les sages d'Israël ; et Il a appelé les choses qui ne sont pas, 1 Corinthiens 1 : 28 leur remettant une nation intelligente, capable d'admettre la folie de la prédication, 1 Corinthiens 1:21, et de son bon plaisir, il a sauvé ceux qui croient en cela, afin de réfuter les choses qui sont, ayant perfectionné la louange de lui-même, sorties de la bouche des enfants et des nourrissons, quand ils sont devenus hostiles à la vérité. Or, la femme cananéenne, étant venue, adorait Jésus comme Dieu, en disant : Seigneur, aide-moi, mais il répondit et dit : Il n'est pas possible de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. Matthieu 15, 25-26 Mais on pourrait aussi s'interroger sur le sens de cette parole, puisque - dans la mesure où il y avait une mesure de pains telle que les enfants et les chiens de la maison ne pouvaient pas manger de pains, à moins que les chiens ne mangent d'autres pains que ceux qui étaient bien faits - il n'était pas possible, selon la juste raison, que le pain bien fait des enfants soit donné en nourriture aux petits chiens. Mais rien de tel n'apparaît dans le cas de la puissance de Jésus, car il était possible d'en faire profiter aussi bien les enfants que ceux appelés petits chiens. Considérez donc, si vous vous référez au dicton : "Il n'est pas possible de prendre le pain des enfants", que nous devons dire que celui qui s'est vidé de lui-même et a pris sur lui la forme d'un serviteur, Philippiens 2:7, a apporté une mesure de puissance telle que le monde était capable de la recevoir, puissance dont il était également conscient qu'une certaine quantité sortait de lui, comme le montrent les paroles : "Quelqu'un m'a touché, car j'ai perçu que la puissance était sortie de moi. Luc 8:46 De cette mesure de puissance, donc, Il a dispensé, donnant une plus grande portion à ceux qui étaient prééminents et qui étaient appelés fils, mais une plus petite portion à ceux qui n'étaient pas tels, comme aux petits chiens. Mais si ces choses étaient ainsi, néanmoins là où il y avait une grande foi, à celle qui, à cause de sa naissance de base en terre cananéenne, était un petit chien, il donna comme à un enfant le pain des enfants. Et peut-être aussi, parmi les paroles de Jésus, y a-t-il des pains qu'il est possible de donner aux plus rationnels, comme aux enfants seulement ; et d'autres mots, pour ainsi dire, des miettes de la grande maison et de la table des bien-nés et des maîtres, qui peuvent être utilisés par certaines âmes, comme les chiens. Et selon la loi de Moïse, il est écrit à propos de certaines choses : Tu les jetteras aux chiens, Exode 22:31 et il appartenait à l'Esprit Saint de donner des instructions sur certains aliments pour qu'ils soient laissés aux chiens. Que d'autres, donc, qui sont étrangers à la doctrine de l'Église, supposent que les âmes passent du corps des hommes au corps des chiens, selon leur degré variable de méchanceté ; mais nous, qui ne trouvons pas du tout cela dans l'Écriture divine, nous disons que la condition la plus rationnelle se transforme en une plus irrationnelle, subissant cette affection en conséquence d'une grande paresse et d'une grande négligence. Mais, de la même manière, une volonté plus irrationnelle, à cause de sa négligence de la raison, se transforme parfois et devient rationnelle, de sorte que ce qui fut un chien, aimant manger les miettes tombées de la table de ses maîtres, se retrouve dans la condition d'un fils. Car la vertu contribue grandement à faire de l'homme un fils de Dieu, mais la méchanceté et la fureur folle dans les discours gratuits et l'impudeur contribuent à donner à l'homme le nom de chien selon la parole de l'Écriture. 2 Samuel 16:9 Et ce que vous comprendrez également dans le cas des autres noms qui sont appliqués aux animaux sans raison. Seulement, celui qui est insulté comme un chien et qui ne s'indigne pas d'être appelé indigne du pain des enfants, et qui répète avec toute sa patience la parole de cette femme cananéenne : "Oui, Seigneur, car même les petits chiens mangent des miettes qui tombent de leurs maîtres" (Matthieu 15) : 27 table, obtiendra la réponse très douce de Jésus lui disant : Grande est ta foi, - quand il a reçu une si grande foi - et disant : Qu'il te soit fait comme tu veux, Matthieu 15 : 28 afin qu'il soit lui-même guéri, et s'il a produit quelque fruit qui a besoin d'être guéri, que celui-ci aussi soit guéri.



18. Concernant les multitudes qui ont été guéries. Comparaison de la montagne où Jésus s'est assis avec l'Église.


Et Jésus partit de là - manifestement, d'après ce qui a été dit auparavant, des régions de Tyr et de Sidon - et s'approcha de la mer de Galilée, Matthieu 15:29 qui est communément appelée le lac de Génésareth, et il monta de nouveau sur la montagne où Il monta et s'assit. Nous pouvons donc dire que dans cette montagne où Jésus est assis, non seulement le son dans la santé monte, mais avec le son, ceux aussi qui souffraient de divers troubles. Et peut-être que cette montagne sur laquelle Jésus est monté et s'est assis est ce qu'on appelle plus communément l'Église, qui a été établie par la parole de Dieu sur le reste du monde et sur les hommes qui y vivent ; où ne vont pas seulement les disciples, laissant les foules comme dans le cas des béatitudes, mais de grandes foules qui n'étaient pas accusées d'être sourdes ou de souffrir d'une quelconque affection, mais qui en avaient avec elles. Car vous pouvez voir, avec les foules qui viennent sur cette montagne où siège le Fils de Dieu, des gens qui sont devenus sourds aux choses promises, d'autres aveugles d'âme et ne regardant pas la vraie lumière, d'autres boiteux et incapables de marcher selon la raison, d'autres mutilés et incapables de travailler selon la raison. Ceux donc qui souffrent en leur âme de telles choses, bien qu'ils montent avec la foule sur la montagne où était Jésus, tant qu'ils sont hors des pieds de Jésus, ne sont pas guéris par Lui ; mais quand, en tant qu'hommes souffrant de tels désordres, ils sont jetés par la foule à Ses pieds, Matthieu 15:30 et aux extrémités du corps du Christ, n'étant pas dignes d'obtenir de telles choses en ce qui les concerne, ils sont alors guéris par Lui. Et quand vous voyez dans l'assemblée de ce qu'on appelle plus communément l'église les catéchumènes jetés derrière ceux qui en sont à l'extrémité, et pour ainsi dire aux pieds du corps de Jésus - l'église - y venant avec leur propre surdité et aveuglement et boiterie et malhonnêteté, et à temps guéris selon la Parole, vous ne vous tromperiez pas en disant que ceux-là, étant montés avec les foules de l'église sur la montagne où était Jésus, sont jetés à Ses pieds et sont guéris ; afin que la multitude de l'Église s'étonne des transformations qui se sont produites, passant de si grands maux à ce qui est meilleur, pour qu'elle puisse dire : "Ceux qui étaient autrefois muets prononcent ensuite la parole de Dieu, et le boiteux marche, la prophétie d'Ésaïe s'accomplissant, non seulement dans les choses corporelles mais aussi dans les choses spirituelles, qui disait : "Alors le boiteux sautera comme un cerf, et la langue de celui qui a un empêchement dans sa parole sera évidente. Esaïe 35:6 Et là, à moins que l'expression "le boiteux sautera comme un cerf" ne soit considérée comme accidentelle, nous dirons que ceux qui étaient autrefois boiteux, et qui maintenant par la puissance de Jésus sautent comme un cerf ne sont pas sans dessein par rapport à un cerf, qui est un animal propre, et hostile aux serpents et ne peut pas du tout être blessé par leur poison. Mais aussi, en ce qui concerne le fait que l'on voit les muets parler, s'accomplit la prophétie qui disait : La langue de celui qui a un empêchement sera claire, ou plutôt celle qui disait : Entendez les sourds ; mais les aveugles voient selon la prophétie qui suit : Entendez les sourds, et vous, les aveugles, regardez en l'air pour voir. Esaïe 42:18 Or les aveugles voient, lorsqu'ils voient le monde et d'après la très grande beauté des choses créées ils contemplent le Créateur correspondant en grandeur et en beauté à eux ; et lorsqu'ils voient clairement les choses invisibles de Dieu Lui-même depuis la création du monde, qui sont perçues à travers les choses qui sont faites ; Romains 1:20 c'est-à-dire qu'ils voient et comprennent avec soin et clarté. Or, la foule, voyant ces choses, glorifiait le Dieu d'Israël, Matthieu 15:31, et le glorifiait dans la persuasion que c'est le même Dieu, qui est le Père de celui qui a guéri ceux qui ont été mentionnés précédemment, et le Dieu d'Israël. Car il n'est pas seulement le Dieu des Juifs, mais aussi des païens. Romains 3 : 29 Faisons donc monter avec nous sur la montagne où Jésus est assis - son Église - ceux qui veulent y monter avec nous, les sourds, les aveugles, les boiteux, les mutilés et beaucoup d'autres, et jetons-les aux pieds de Jésus pour qu'il les guérisse, afin que la foule soit étonnée de leur guérison ; Car ce ne sont pas les disciples qui sont décrits comme étant étonnés de telles choses, bien qu'en ce temps-là ils fussent présents avec Jésus, comme il ressort des paroles. Et Jésus appela ses disciples et dit : J'ai compassion de la foule, Matthieu 15 : 32 etc. et peut-être que si vous prêtez attention à ces paroles : Une grande foule est venue à lui, Matthieu 15:30, vous constaterez que les disciples ne sont pas venus à lui en ce temps-là, mais qu'ils ont commencé depuis longtemps à le suivre et l'ont suivi sur la montagne. Mais il est venu à lui ceux qui étaient inférieurs aux disciples, et qui s'approchaient alors pour la première fois de lui, qui n'avaient pas la même expérience que ceux qui étaient montés avec eux. Observez d'ailleurs dans l'Évangile qui sont décrits comme ayant suivi Jésus, et qui sont venus à Lui, et qui ont été amenés à Lui, et la division entre ceux qui vont devant et ceux qui suivent ; et de ceux qui sont venus, qui sont venus à Lui dans la maison, et qui quand Il était ailleurs. Car en observant et en comparant les choses spirituelles avec les choses spirituelles, vous trouverez beaucoup de choses dignes de la sagesse exacte des Évangiles.



19. Concernant les Sept Miches. Le récit de l'alimentation des quatre mille par rapport à celle des cinq mille.


Et Jésus appela ses disciples et dit. Matthieu 15:32 Ci-dessus, dans l'histoire similaire à celle des pains, avant que les pains ne soient parlés, Jésus sortit et vit une grande foule, et il eut pitié d'eux et guérit leurs malades. Le soir venu, les disciples s'approchèrent de lui en disant : Le lieu est désert et le temps est déjà passé, renvoie-les, Matthieu 14:15 etc. Mais maintenant, après la guérison des sourds et des autres, Il a compassion de la foule qui était restée avec Lui pendant trois jours et qui n'avait rien à manger. Et là, les disciples font une demande concernant les cinq mille ; Matthieu 14:15 mais ici Il parle de Son propre gré des quatre mille. Matthieu 15:32 Ceux-là aussi sont nourris le soir, après avoir passé un jour avec lui ; mais ceux dont il est attesté qu'ils sont restés trois jours avec lui, prennent part aux pains, de peur de s'évanouir en chemin. Et là, les disciples lui disent, quand il ne s'informe pas, qu'ils n'avaient que cinq pains et deux poissons ; mais là, quand il s'informe, ils lui donnent une réponse sur les sept pains et les quelques petits poissons. Et là, il ordonne à la foule de s'asseoir ou de se coucher sur l'herbe ; car Luc a aussi écrit : Faites-les s'asseoir, Luc 9:14 et Marc dit : Il a ordonné à tous de s'asseoir ; Marc 6:39 mais ici, il n'ordonne pas mais il proclame à la foule de s'asseoir. Là encore, les trois évangélistes disent dans les mêmes termes qu'il a pris les cinq pains et les deux poissons et qu'il a béni en levant les yeux vers le ciel ; mais ici, comme Matthieu et Marc l'ont écrit, Jésus a rendu grâce et s'est brisé ; là, ils se sont couchés sur l'herbe, mais ici ils se sont assis par terre. Vous allez en outre examiner dans les récits des différents endroits la variation trouvée chez Jean, qui a écrit à propos de cette transaction que Jésus a dit : Faites asseoir les hommes, Jean 6:10 et que, après avoir rendu grâces, il a donné des pains à ceux qui étaient couchés, mais il n'a pas du tout mentionné ce miracle. En ce qui concerne la différence entre les choses qui sont écrites dans les différents endroits au sujet des pains, je pense que ceux-ci appartiennent à un ordre différent de ceux qui sont nourris dans une montagne et ceux qui sont nourris dans un lieu désert, et ceux-là après avoir passé trois jours avec Jésus, mais ceux-là un jour, au soir duquel ils ont été nourris. Et de plus, à moins que ce ne soit la même chose pour Jésus de faire une chose de lui-même et d'agir après avoir entendu les disciples, considérez si ceux à qui Jésus montre de la bonté ne sont pas supérieurs quand il les nourrit sur place en vue de leur montrer de la bonté. Et si, selon Jean 6:13, il s'agissait de pains d'orge dont les douze paniers sont restés, mais que rien de tel n'est dit à leur sujet, comment ceux-ci ne sont-ils pas supérieurs aux premiers ? Et les malades de ceux qu'Il a guéris, Matthieu 14:14 mais ici Il guérit ceux-ci, ainsi que la foule, qui n'était pas malade mais aveugle, boiteuse, sourde et mutilée ; c'est pourquoi aussi en ce qui concerne ceux-ci les quatre mille merveilles, Matthieu 15:31 mais en ce qui concerne les malades on ne dit rien de tel. Je pense que ceux qui ont mangé des sept pains pour lesquels on a rendu grâces sont supérieurs à ceux qui ont mangé des cinq pains bénis ; ceux qui ont mangé les quelques petits poissons sont supérieurs à ceux qui ont mangé les deux pains, et peut-être aussi ceux qui se sont assis à terre sont supérieurs à ceux qui se sont assis sur l'herbe. Et ceux qui ont mangé moins de pains laissent douze paniers, mais ceux qui ont mangé plus de pains en laissent sept, dans la mesure où ils ont pu en recevoir davantage. Et peut-être que ceux-là marchent sur toutes les choses terrestres et s'y asseyent, mais ceux-là sur l'herbe - sur leur chair seulement - car toute chair est herbe. Esaïe 40:6 Considérez également après cela que Jésus ne souhaite pas les renvoyer en jeûne de peur qu'ils ne s'évanouissent en chemin, car étant sans les pains de Jésus, et alors qu'ils étaient encore en chemin - le chemin de leurs propres préoccupations - ils pourraient subir un préjudice. Prenez également note des cas où Jésus a renvoyé quelqu'un, afin de voir la différence entre ceux qui ont été renvoyés par Lui après avoir été nourris et ceux qui ont été renvoyés autrement ; et, comme un modèle de celui qui a été renvoyé autrement, prenez Femme, vous êtes libéré de votre infirmité. Mais en outre, les disciples qui sont toujours avec Jésus ne sont pas renvoyés par Lui ; mais la foule, après avoir mangé, est renvoyée. De même, encore une fois, les disciples qui ne conçoivent rien de grand au sujet de la femme cananéenne disent : Renvoie-la, car elle crie après nous ; Matthieu 15:23 mais le Sauveur ne semble pas du tout la renvoyer ; car en lui disant : Femme, grande est ta foi, qu'il te soit fait comme tu veux, Matthieu 15:28 il guérit sa fille dès cette heure-là ; il n'est cependant pas écrit qu'il l'ait renvoyée. Jusqu'à présent, nous avons pu enquêter et voir le passage qui nous est présenté.